Version classiqueVersion mobile

Migrations et mobilités internationales

 | 
Paul Dumont
, 
Jean-François Pérouse
, 
Stéphane de Tapia
, 
et al.

Immigrations turques en Europe : typologies des espaces et des réseaux

Stéphane de Tapia

Note de l’auteur

Avertissement
Cette contribution est un texte provisoire qui peut être considéré comme un chantier ouvert. Nous avons tenté de dépasser la simple énonciation des types de réseaux animant l’ensemble du champ migratoire turc, car s’il existe de très nombreux textes, souvent de grande qualité et de grand intérêt sur l’organi­sation en réseaux de la vie sociale et politique turque, il reste difficile de synthétiser l’ensemble de ces apports. La plus grande difficulté réside dans l’éclatement des études entre pays d’origine et les divers pays d’accueil de l’immigration turque. Eclatement géographique, mais aussi éclatement disciplinaire, car ces études relèvent évidemment de la sociologie, de l’ethnologie, de l’anthropologie, mais aussi des sciences politiques ou de la géographie. Une véritable prise en compte du phénomène passe par l’usage de la langue turque, mais aussi allemande, anglaise, néerlandaise, suédoise, ou française. La France a produit quelques thèses magistrales sur l’organisation propre des populations rurales turques, comme celles de Jean Cuisenier, Altan Gökalp, Irène Mélikoff, Jean-Paul Roux, Xavier de Planhol. Parmi les thèses nouvelles, on signalera les très récentes thèses d’Isabelle Rigoni ou Claire Autant-Dorier, sur des thèmes hors migration, mais ayant un effet important sur l’immigration, celles d’Hamit Bozarslan sur la question kurde ou d’Etienne Copeaux sur le nationalisme. Hors de France, les travaux du géographe allemand Wolf-Dieter Hütteroth font également date, mais il serait injuste d’ignorer les très nombreux textes des chercheurs turcs, américains, néerlandais, britanniques...
La difficulté est bien ici de faire la part entre l’ethnologie de « là-bas » et celle de « l’ici », dès lors que les populations rurales anatoliennes ont justement fait le pas en s’aventurant dans la migration internationale de travail qui les a amenées partout en Europe, dont la France.
Nous avons essayé de concilier deux appro­ches, celle des réseaux sociaux et celle des réseaux économiques, réseaux qui s’imbri­quent sans toutefois se confondre entièrement. Nous avons aussi tenté de considérer la totalité du champ migratoire turc, où la France n’est qu’un secteur géographique spécifique, de loin pas le plus important, mais où les tradi­tions, selon l’époque, d’assimilation ou d’intég­ration, se heurtent à la pratique collective, communautariste, turque de l’intégration sur un mode idéologico-religieux (appartenance à la turcité et au sunnisme qui peut paraître paradoxale dans un pays qui se définit comme laïque).

Texte intégral

1Cette contribution est provisoire car elle demande encore réflexion, en particulier sur la transférabilité des modèles moyen-orientaux sur le champ migratoire contemporain, le passage d’un contexte communautaire à un contexte d’État-nation, forme d’organisation revendiquée tant par la République Française que par la République de Turquie.

Données globales

Immigrations turques en Europe : typologies des espaces et des réseaux

  • 1 YİHGM : Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü - Direction Générale des Services aux Travaille (...)

2Le nombre de ressortissants turcs recensés en France est de 208 049 personnes (dont 175 987 immigrés au sens retenu par l’INSEE), à quoi doivent être ajoutés quelque vingt mille Français d’origine turque (acquisitions de la nationalité, naturalisations par diverses procédures), soit environ 10 % de la population originaire de Turquie. Si l’on prend en compte la personne de référence du ménage, selon les normes de l’INSEE, ce chiffre devrait être majoré d’environ 20 à 25 % ; les chiffres définitifs sont attendus avec impatience. D’après l’admi­nistration turque qui s’appuie sur les données préfectorales et, selon le cas, retranche (départs définitifs déclarés, décès) ou augmente (regroupement familial, naissances), 301 209 Turcs vivraient en France en 1999 (YIHGM 2000)1. Cette présence n’est donc pas si importante et pourtant elle semble pour certains probléma­tique (Tribalat 1995 et 1996). Il est vrai que la réalité de cette présence turque est assez diffi­cile à cerner, du fait principalement de ses pratiques matrimoniales : beaucoup de jeunes Français d’origine turque continuent à « impor­ter », selon des processus complexes (Autant- Dorier 2001), des conjoints de nationalité turque, entrant alors comme conjoint de français. À l’usage, sans que l’on puisse réellement parler de mariage blanc ou de détournement de procé­dure administrative, cette population immi­grée, même naturalisée, continue donc de jouer la carte de l’immigration de membres de la parenté -mariages de cousins, patrilinéaires ou matrilinéaires- ou de membres de la commu­nauté rurale d’origine (travaux d’Altay et Ural Manço, Bensalah, Reniers et Lievens en Belgique, Gökalp, Autant-Dorier en France, voir bibliographie). Deux types de réseaux, la parenté (akrabalık), le pays (hemşehrilik) apparaissent déjà.

3D’autres phénomènes sont du ressort de la visibilité : port du voile chez les femmes et les filles, apparition massive et rapide de commerçants et de restaurateurs dans toutes les villes, revendications de lieux de culte musul­mans, parfois manifestations de nationalisme (contre la reconnaissance du génocide des Arméniens, contre l’activisme kurde, plus prosaïquement lors de rencontres sportives comme les matchs de football), mais on oublie que les premiers discours entendus étaient ceux de la classe ouvrière et de la révolution prolétarienne ! La « France turque » est cependant marginale : rien de comparable aux concentra­tions observées en Belgique -autour de Schaerbeek dans l’agglomération de Bruxelles-, aux Pays-Bas et bien sûr en Allemagne où résident plus de deux millions de ressortissants turcs et environ 300 000 Allemands d’origine turque. Rappelons simplement que Berlin compte, fin 1997, 143 352 ressortissants turcs et que le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie en compte 714 798 (YIHGM 2000).

4L’une des dimensions principales de l’immig­ration turque en Europe -la France n’échappe pas à la règle- est sans aucun doute la capacité turque à construire des réseaux, de nature et de caractéristiques fort variées, sur un terrain particulièrement vaste, quelque part entre la Turquie d’origine et l’ensemble des régions d’immigration, réseaux qui construisent et desservent un vaste champ migratoire, par définition transnational. Nous voulons ici tenter une description synthétique des réseaux en établissant une typologie générale, typologie qui devra allier faits sociaux (de la parenté aux structures religieuses et politiques) et faits économiques (des réseaux d’entreprises aux réseaux de transport et communication tournés vers la desserte du champ migratoire).

Champ migratoire, espaces relationnels, réseaux sociaux et filières migratoires

5La migration internationale de travail origi­naire de Turquie est un phénomène récent, ne datant guère que de la fin des années 1950 et surtout de la signature en 1961 d’un premier accord bilatéral avec l’Allemagne. Très vite cependant, cette émigration va se développer, vers l’Allemagne d’abord, puis l’ensemble de l’Europe industrialisée pour ensuite -à partir de 1974- aborder les pays arabes producteurs de pétrole et plus tard, avec les effets de la peres­troïka, les pays issus de la dislocation de l’Union Soviétique. Depuis 1989-1990, l’émigration turque est en effet présente aussi bien dans les Balkans qu’en Israël, au Pakistan qu’au Japon.

6Trois grandes phases de développement de ce courant migratoire se conjuguent donc :

  • de 1961 à 1973, date du premier choc pétrolier, avec une migration internationale de travail des plus classiques ;

  • de 1974 à 1989, date de l’ouverture des pays de l’Est à l’immigration turque, avec le développement parallèle des regroupe­ments familiaux en Europe et une migration d’hommes seuls sur les chantiers de travaux publics des pays arabes producteurs de pétrole (ou des voisins bénéficiant indirectement de cette manne, comme le Yémen), commerçante ou sur chantier de travaux publics ;

  • après 1989 vers les Balkans ou l’U.R.S.S. en profonde mutation, selon des modali­tés proches de celles des pays arabes (tra­vailleurs sur chantiers, commerçants).

7Ces grandes phases sont, à y regarder de plus près, plus complexes (Abadan-Unat 1993) :

  • dès 1974-75, la suspension des recrute­ments des travailleurs immigrés est rela­yée par la venue des épouses et des enfants (regroupement familial) qui aujourd’hui encore par le jeu des mariages préférentiels, de la tradition revisitée comme le disent les sociologues, continue et amène les populations turques à se ressourcer jusqu’à la seconde, voire la troisième génération.

  • L’évolution politique interne du pays, avec trois coups d’état entre 1960 et 1980, mais aussi l’insécurité chronique due à l’affrontement de 1984 à 2001 entre forces armées et indépendantistes du PKK, est également un motif d’émig­ration. Le dernier coup d’État (septembre 1980) aura eu de grandes conséquences en matière migratoire dans une grande partie du champ migratoire.

8La conséquence majeure de ces multiples flux migratoires est l’apparition d’un vaste champ migratoire, étendu de la Suède à la Libye, des États-Unis à l’Australie. Entre ces divers compartiments, Amérique du nord, Europe occidentale, Europe orientale, Moyen- Orient, Afrique du sud, Russie, Asie centrale, Océanie, la Turquie reste non seulement territoire d’origine, avec lequel les relations restent denses -la circulation migratoire selon la définition de MIGRINTER- mais bien référence symbolique, pivot central aussi bien social et familial que politique et économique (MIGRINTER 1997 et 1999).

Champ migratoire, espace circulatoire, circulation migratoire, espace transnational : de l’usage de quelques définitions

9Un peu à l’image d’un champ magnétique, on peut définir le champ migratoire comme l’ensemble des terrains pratiqués entre deux polarités (origine / accueil - résidence) par les migrants originaires d’une région quelconque du globe. Au pays d’origine se trouve lié le(s) pays d’accueil et de résidence par une multiplicité de relations sociales, économiques et financières, politiques et religieuses actives. Dès lors que ces relations se raréfient, tarissent, le champ migratoire disparaît. La constitution d’un champ migratoire s’apparente à la construction d’une diaspora, à la différence notoire que le pays d’origine joue un rôle central dans l’organisation du champ, ce qui n’est pas toujours le cas dans la diaspora : pendant presque 2000 ans, l’État d’Israël a disparu de la carte du monde, bien que subsiste une petite communauté juive en Palestine, et la diaspora s’est constituée sur le mythe, matérialisé en 1967, d’un retour prochain à Jérusalem. Dans le cas turc, s’il y a bien disper­sion sur plusieurs continents de populations originaires de Turquie depuis les années 1950, il reste à notre avis difficile de parler de diaspora quand bien même plusieurs segments de populations originaires de Turquie et de nationalité turque, Arméniens, Israélites, Assyro-Chaldéens, sont parties prenantes de diasporas historiques ou commencent à former une dias­pora (Kurdes). Ce champ migratoire s’organise autour de pôles de regroupement de la migra­tion -en fonction du marché du travail des années 1960-1975-, Berlin, la Ruhr, Hambourg, Francfort, Stuttgart, Munich, Randstad Hollande, Paris et l’Île de France, Bruxelles- Capitale, Zurich, Londres, et de pôles d’organi­sation et de distribution de la migration, avec Ankara, la capitale, et İstanbul, à la fois pôle économique et principale porte de Turquie (port, aéroports internationaux, gares routière et ferroviaires).

10Les migrants sont partis de Turquie pour s’installer dans de nombreux pays, parfois de façon précaire lorsqu’il s’agit d’hommes seuls sur des chantiers de travaux publics (Libye, Arabie Saoudite, Yémen, Russie, Pakistan). Après un premier départ pour trouver un emploi à l’étranger, quelques mobilités internes aux régions d’immigration, s’est instaurée une multiplicité de relations allant de l’informel (appels téléphoniques par exemple) au très matériel (la noria de camions turcs desservant les importateurs installés en Europe, les liaisons aériennes). Courrier, mandats, téléphone, voyages, commerce, télédiffusion satellitaire, sont autant de liens entre pays d’origine et pays de résidence. Chaque année, environ 5 à 6 millions de ressortissants turcs passent la frontière (entrées + sorties), pour environ 80 % de ces mouvements, cela concerne des émigrés résidant dans les pays du champ migratoire. C’est cet ensemble dense de relations que nous définissons comme circulation migratoire, suivant en cela Gildas Simon (1995). Les motifs de déplacement sont divers : migration de travail proprement dite, familles rejoignantes, vacances et tourisme, événements familiaux, commerce et affaires, service militaire, mutations de fonctionnaires nommés dans les pays du champ migratoire, et évidemment transporteurs assurant la liaison entre Turquie et reste du monde. Si l’on considère :

  • que l’émigration couvre l’Europe occi­dentale, des zones de plus en plus larges de l’Europe orientale et de l’Asie Centrale, une partie du Moyen-Orient, l’Amérique du nord et d’autres régions d’Asie, d’Afrique ou d’Océanie (Australie / Nouvelle Zélande),

  • que ces migrants sont souvent apparen­tés car originaires des mêmes régions et des mêmes groupes sociaux ; il n’est pas rare que les membres d’une même famille se soient dispersés entre la migra­tion interne et plusieurs pays d’immigra­tion,

  • que l’Allemagne reste une référence obligée du fait de la massivité de la présence turque (2 200 000 personnes) et de sa puissance économique, tant natio­nale qu’immigrée (environ 60 000 entre­prises et 150 à 200 000 emplois créés par des Turcs),

on comprendra que le champ migratoire turc est de facto un espace transnational. Cette transnationalité est économique (entreprises turques installées en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, exportant vers les autres pays du champ, entreprises turques jouant la carte de la présence émigrée à l’étranger), religieuse (à la fois par l’influence d’Ankara et de la Direction des Affaires Religieuses et par l’ensemble des confréries -tarikat- et groupements installés en Allemagne, Cologne en particulier, rayonnant sur l’Europe), politique (sections européennes des partis turcs, mouvements kurdes comme le PKK). Elle est aussi familiale, lignagère, confes­sionnelle, ethnique, à l’occasion de mariages, cérémonies religieuses, décès, rassemblements en Turquie de familles dispersées.

11S’agit-il pour autant d’un espace circulatoire, voire de migrants nomades, au sens d’Alain Tarrius ? Pour certaines catégories d’entrepreneurs, transporteurs, agents de voyage et tour-opérateurs, importateurs, industriels, oui. Pour la majorité des familles, cela est plus contestable. Les quelques études statistiques dont nous disposons, les recensements natio­naux de population, montrent au contraire des populations stables, sédentarisées, mais gardant un attachement très vif à la communauté d’o­rigine, malgré quarante années et plus de migration.

1957-2000 ou quatre décennies de construction du champ migratoire turc : les compartiments du champ

12Les pays où résident des ressortissants turcs en situation régulière -ce qui recoupe des statuts juridiques très divers- sont nombreux et se situent sur tous les continents :

    • 2 La source utilisée est le rapport annuel du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : T.C. Ç (...)

    En Amérique, les Turcs se dirigent préférentiellement vers les États-Unis et le Canada, sur des modalités diverses, du brain drain organisé par la pratique de la green card pour les USA à une migration beaucoup plus proche du modèle européen pour le Canada, mais on a aussi relevé un chantier néerlandais en Aruba, ayant employé un moment au moins 1360 Turcs. Les effectifs concernés sont d’au moins 103 000 personnes de nationalité turque, compte non tenu des Américains d’origine turque ou turcique (Azéris, Centrasiatiques) éventuellement intéressés par des relations avec la Turquie2. Au Canada comme aux États-Unis, les communautés turques dis­posent d’associations, de média divers, journaux locaux comme Anadolu (Canada) ou sites Internet.

  • En Océanie, l’Australie et son voisin néo-zélandais abritent une colonie turque et turque chypriote aux caractères très proches des colonies européennes. Les effectifs avoisinent les 50 000 per­sonnes, compte non tenu des Chypriotes turcs ou des Australiens d’origine turque ou turkestanaise (Ouighours par exemple). À Sydney comme au Canada est édité un journal en turc, Yorum. Mais du fait de la distance et des coûts des transports, la relation Australie-Turquie est probléma­tique.

  • Au Moyen-Orient, les migrants turcs sont avant tout des travailleurs sur chantiers, avec un fort renouvellement, et sans possibilité de regroupement familial -sauf exception, peut-être la Jordanie-, Libye, Arabie Saoudite, Koweït, Emirats. connaissent ou ont connu des colonies turques nombreuses, mais la situation politique y est instable, les garanties personnelles sous le régime de la kafala peu solides. La Libye sous embargo doit des milliards de dollars US aux entreprises turques de travaux publics, l’Irak également, et aussi bien les territoires palestiniens que le Liban ou le Koweït n’ont pas été à la hauteur des espoirs suscités pour les opérations de reconstruction et de réaménagement ; les Turcs ont été (ou pensent avoir été) tenus à l’écart. Par contre, de nouveaux chantiers s’ouvrent au Pakistan (comme l’autoroute Islamabad-Lahore, premier pas de la future Indus Highway Karachi-Himalaya, avec raccord sur la Karakoram Highway vers Kachgar). Les effectifs de cette partie du champ ont aujourd’hui tendance à stagner du fait des crises internationales où le gouvernement turc s’est à chaque fois nettement démarqué de ses voisins arabes ; au moins 128 000 personnes sont décomptées dans cette partie du monde, auxquelles s’ajoutent 5000 Turcs en Israël ; ils avaient dépassé les 200 000 personnes au début des années 1980.

  • En Russie et en Asie Centrale se combi­nent au moins deux types de migrations professionnelles : la migration sur chantiers et la migration de commerçants-investisseurs. Les chantiers sont apparus après la perestroïka et ont pris de vastes proportions à Moscou, en Ukraine, au Kazakhstan et en Asie moyenne. Les aéroports d’Ashkabad, Nukus, Atyrau, Bishkek, la nouvelle capitale du Kazakhstan (Astana, ex-Akmola, ex-Tselinograd, ex-Akmolinsk), drainent les entreprises turques du BTP comme les centres commerciaux ou les usines nouvelles. La Russie et l’ensemble des républiques issues de l’U.R.S.S. comp­tent aujourd’hui des colonies turques plus ou moins nombreuses. Les effectifs présents en 1998 sont de l’ordre de 41 570 personnes ; il est probable que ce chiffre soit sous-évalué, mais on remar­que une forte baisse en Russie qui a pu être pendant quelques temps la pre­mière destination de l’émigration. On rappellera que la justification première du programme télévisé public international Avrasya (Eurasie) était bien, avec la desserte du champ migratoire, celle de l’Eurasie turcophone nouvellement accessible.

  • Dans les Balkans et en Europe centrale et orientale, une nouvelle immigration turque composée de commerçants, de petits et moyens investisseurs (boulangers, restaurateurs, industriels...) s’installe en Roumanie, Moldavie, Bulgarie, Macédoine, Albanie, Hongrie, Pologne, Slovénie, République Tchèque, Slovaquie. Ces pays qui étaient jusqu’à l’année 1990 des pays de transit devien­nent à leur tour, comme d’ailleurs le nord de l’Italie, des pays d’immigration turque. Les chiffres sont ici, soit indispo­nibles, soit très sujets à caution. Des flux migratoires ou de petites colo­nies immigrées sont également signalés en Malaisie et au Japon. En Malaisie, il s’agit d’un rapprochement effectué par le Premier Ministre de l’époque (Necmettin Erbakan) avec un pays musulman asia­tique, qui a, entre autres, donné nais­sance à Jetpa Holding, société souvent visée par la presse turque (et dans ce cas précis la Justice !) comme l’un de ces (très nombreux) holdings qui apporte­raient leurs concours aux activités des partis islamistes turcs. Au Japon, il peut s’agir d’un contrecoup de l’intérêt japonais pour l’économie turque (5000 personnes, dont officiellement 1729 travailleurs). La question reste à étudier...

  • En Afrique, au-delà du cas libyen cité ci-dessus, il convient de signaler celui de la République Sud-Africaine où se cons­titue une colonie turque peut-être liée à celles d’Australie, de Grande-Bretagne et de Chypre, par le biais des relations économiques de l’ancien Common­wealth.

  • Enfin, last, but not least, la fraction européenne occidentale du champ migratoire qui reste, avec l’Allemagne, la destination originale et première de l’émigration, même si actuellement, les effectifs partant vers l’Arabie ou l’ex-U.R.S.S. sont de loin supérieurs. Ce point a souvent été évoqué (Altan Gökalp, Riva Kastoryano, Altay Manço, Ural Manço, Gaye Petek-Şalom, pour ne citer que les francophones). C’est bien ici que s’est constitué le champ migratoire originel : 3 128 113 émigrés turcs résident en Europe occidentale, dont 2 107 000 pour la seule Allemagne (état de 1998).

  • Des interférences entre populations migrantes peuvent s’ajouter : les Grecs de Thrace occidentale immigrés en Alle­magne sont bien souvent des Turco-musulmans, les Turcs de Turquie bénéfi­cient en Angleterre des réseaux établis par les Chypriotes turcs tandis que Turkmènes d’Irak ou Kurdes (Iran, Irak, Syrie) se trouvent renforcés d’éléments kurdes de nationalité turque dans la dias­pora, particulièrement en Suède Kazakhs, Azéris, Ouzbeks, Ouighours, commencent à leur tour à s’organiser sur un modèle diasporique. Londres, Stockholm, Berlin, Paris, Moscou, İstanbul, jouent là aussi le rôle de relais.

13Pour résumer, à partir des nombreuses don­nées existantes, nous rappellerons simplement que ce champ migratoire, construit sur un peu plus de quatre décennies, concerne bien les cinq continents, au moins une trentaine de pays différents et directement environ 3 500 000 personnes -indirectement, si l’on rassemble entreprises, transporteurs, familles restées au pays, travailleurs et familles de retour en Turquie, bien plus de cinq millions- il s’agit bien d’une question majeure touchant tous les domaines de la vie sociale, économique et poli­tique, même si l’intérêt des Turcs pour ce dossier semble aujourd’hui très émoussé, peut-être juste­ment parce qu’il appartient au quotidien de nombreuses catégories de la population.

Tableau 1 : Les migrants turcs à l’étranger : ressortissants, travailleurs et demandeurs d’emploi (juin 2001)

Pays

Ressortissants turcs

Travailleurs

Demandeurs d’emploi

Taux de chômage

Chômage global

A) Europe de l’ouest

Allemagne

2 053 600

732 189

161 541

23,30

9,60

France

311 356

76 122

32 623

30,00

9,20

Pays-Bas

299 909

51 000

17 000

28,00

4,10

Autriche

134 229

57 098

6874

10,75

6,54

Belgique

70 701

25 874

9936

38,00

10,00

Suède

38 844

5800

1700

22,50

4,00

Grande-Bretagne

79 000

44 000

11,50

3,60

Danemark

35 232

15 596

3449

22,40

5,70

Italie

10 000

10,50

Finlande

3325

15,90

Espagne

1000

23,30

Luxembourg

210

60

2,30

Suisse

79 476

33 764

3021

8,10

1,90

Norvège

10 000

6000

4,50

Liechtenstein

809

339

49

7,80

4,00

Total

3 127 691

1 047 842

236 193

B) Républiques turques

Azerbaïdjan

5000

2000

Turkménistan

5000

Ouzbékistan

3700

1881

Kazakhstan

7000

Kirghizie

2050

1500

Tadjikistan

300

Total

23 050

5381

C) Moyen-Orient

Arabie Saoudite

100 000

95 000

Libye

2650

2130

Koweït

3000

2750

Jordanie

1130

200

Katar

400

400

Total

107 180

100 480

D) Autres pays

Fédération de Russie

30 000

10 514

Biélorussie

70

4

Géorgie

1200

500

Ukraine

800

350

Moldavie

200

Israël

10 000

Japon

1729

1729

USA

130 000

Canada

35 000

9,80

Australie

56 620

13 500

2 278

20,00

6,60

Afrique du Sud

500

250

Total

262 119

26 487

2278

Total général

3 520 040

1 180 550

238 471

Source : ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, Ankara, 2001 (http://www.iskur.gov.tr)

Tableau 2 : Départs de travailleurs comptabilisés par l’Administration en 2000

Pays

Par le biais de firmes turques

Par le biais de firmes étrangères

Total

États-Unis

0

46

46

Allemagne

1837

298

2135

Australie

0

4

4

Autriche

0

1

1

Azerbaïdjan

214

0

214

Bahreïn

73

0

73

Belgique

0

1

1

Bermudes

0

1

1

Émirats Arabes Unis

21

0

21

Bulgarie

37

0

37

Danemark

0

3

3

France

0

87

87

Géorgie

157

0

157

Croatie

72

0

72

Pays-Bas

0

1

1

Grande-Bretagne

0

29

29

Israël

401

921

1322

Suède

0

3

3

Suisse

0

1

1

Italie

0

2

2

Japon

9

0

9

Canada

0

1

1

Kazakhstan

1 790

0

1790

Kirghizie

177

0

177

Chypre (zone nord)

159

0

159

Libye

385

0

385

Luxembourg

0

2

2

Malte

0

2

2

Moldavie

20

0

20

Norvège

0

1

1

Pakistan

63

0

63

Panama

0

1

1

Portugal

0

2

2

Arabie Saoudite

0

1862

1862

Fédération de Russie

2 199

0

2199

Turkménistan

2 184

6

2190

Ouzbékistan

176

0

176

Ukraine

222

0

222

Jordanie

166

0

166

Grèce

0

7

7

Total

10 362

3283

13 645

Source: Türkiye Is Kurumu, 2001 (http://www.iskur.gov.tr)

14Les tendances les plus récentes, illustrées par les plus récentes statistiques publiées par Türkiye İş Kurumu (Office du Travail de Turquie, nouvelle dénomination d’İ.İ.B.K.) con­firment, au moins dans l’immédiat et compte non tenu de la nouvelle crise économique mon­diale qui semble se profiler au moment de la rédaction de ce rapport, cet éclatement des des­tinations. Elles montrent aussi un véritable tassement des départs à l’étranger puisque ceux-ci ne sont officiellement que 13 645 alors qu’ils oscillaient entre 30 et 60 000 les années précédentes.

La typologie des espaces de migration et de circulation

15Entre pays d’origine et pays de résidence, s’intercalent des espaces de transit qui, pour certains, deviennent à leur tour espaces d’in­stallation et fonctionnent comme fronts pion­niers. Pendant longtemps, les Balkans socia­listes, comme l’Espagne franquiste pour les Marocains, ont représenté une sorte de no man’s land, hostile et parfois dangereux, où il ne fallait pas s’attarder. La route des Balkans pour les Turcs est entre 1961 et la guerre de Yougoslavie une épreuve, faite d’incidents, de haine rentrée, de vexations, d’accidents meurtriers, un passage obligé ou un relais malcommode pour les candidats réfugiés ou les clandestins. Avec les suites locales de la perestroïka, tout empire car c’est la guerre civile qui s’installe. Mais contrairement à ce que pensaient quelques journalistes allemands, le cordon ombilical - la circulation migratoire - n’est pas coupé, les flux se détournent par le sud (l’Adriatique) et par le nord (Roumanie, Hongrie) ou changent de mode de transport (l’avion et le car-ferry plutôt que l’autocar et le train ou la voiture).

  • 3 Une petite colonie tatare musulmane, issue des commerçants de la Volga, s’est installée en Finlande (...)

16Là où il n’y a pas conflit ouvert, la perestroïka est au contraire synonyme d’ouverture d’espaces nouveaux : Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Allemagne orientale, Moldavie, mais plus encore Russie, Bulgarie, Roumanie, Asie Centrale, et par contrecoup Finlande ( !) s’ouvrent à l’immigration turque3.

17Il est donc possible de proposer une typologie d’espaces différenciés, alliant espaces de départ et espaces d’arrivée, Turquie et régions indus­trielles pourvoyeuses d’emplois industriels :

  • l’épine dorsale de cet espace d’immigra­tion est la mégalopole européenne, entre Londres et Milan, lato sensu le bassin rhénan inférieur et moyen, avec les vallées industrielles affluentes (Pays- Bas, Belgique flamande, Ruhr, Rhénanie-Westphalie, Bade-Wurtemberg, Alsace, Lorraine, vallées du Main et du Neckar, cantons suisses de Bâle et Zurich). Le Vorarlberg autrichien ou Rhône-Alpes participent de la même logique.

  • Des capitales économiques, îlots de concentration industrielle (Paris et Île-de-France, Londres, Vienne, Berlin, Munich, Stockholm) ont attiré des tra­vailleurs turcs par dizaines de milliers.

  • Une première extension du champ migratoire (France de l’ouest et du sud, Norvège, Danemark, Islande, Liechten­stein) forme un premier cercle de diffu­sion de l’immigration turque.

  • Une seconde extension, beaucoup plus récente, s’est formée à partir des foyers initiaux : Allemagne orientale, Aquitaine et midi toulousain, mais aussi, à partir de l’Australie, la Nouvelle Zélande !

  • Des pays de transit qui deviennent à leur tour pays d’immigration, comme l’Italie du nord avec l’implantation de sociétés de transport international, puis l’Italie du sud avec la fixation de petites colonies kurdes débarquées des bateaux clandestins sur la côte adriatique ou les Balkans (Roumanie, Bulgarie, Macédoine, Albanie) et l’Europe orientale (Pologne, Hongrie, République Tchèque).

  • Des pays de chantiers du bâtiment et des travaux publics, où les hommes migrent seuls, dans le cadre de contrats liés à la présence d’entreprises turques ou ayant l’habitude de travailler avec des Turcs (Pays arabes producteurs de pétrole, Russie et pays issus de l’Union Soviétique, Pakistan).

    • 4 Le cas d’Aruba, île des Antilles néerlandaises, est exemplaire : environ 1400 travailleurs turcs on (...)

    Extensions ultérieures de ces pays de chantier : Aruba, Jordanie, Israël4.

  • Les pays d’immigration transocéanique : l’Australie dès les années 1960, mais aussi les États-Unis, le Canada ou la République Sud-Africaine.

  • 5 Aliya : version juive du muhacir / mohajjer, retour définitif en Israël.

18Cette typologie est cependant approximative : hormis quelques lignes dans les statistiques, très peu d’information existe sur certaines des­tinations (Israël, Liban, Jordanie, par exemple), où la migration peut être plus « spontanée », en dehors de toute intervention de l’État. Pour Israël, il peut s’agir de migrations de travailleurs mais aussi de citoyens turcs de confession israélite -ce qui alors serait une forme d’’aliya-, mais nous n’avons pas de données précises à ce sujet5.

Les réseaux sociaux : transposition de la société anatolienne en milieu étranger et en situation minoritaire

19Avant d’être immigré, on est d’abord migrant -situation provisoire- et émigré. Selon la position qu’occupe l’observateur du fait migratoire, selon le moment même de l’obser­vation, c’est l’un ou l’autre aspect qui s’impose. L’intéressé reste de facto tout cela à la fois et l’on a trop tendance à oublier que cette personne est née bien avant l’obtention d’une carte de séjour et / ou de travail ou avant sa naturalisa­tion, tout comme on oublie qu’il s’agit rarement d’un individu seul. L’administration turque, comme la française dans la même situation, préfère parler de travailleurs, de concitoyens expatriés (yurtdışı işçiler, yurtdışı vatandaşlar). Un immigré turc se définit par ses origines familiales, ethniques, confessionnelles, géo­graphiques ; c’est bien le sens de la question que se posent généralement deux Turcs se rencontrant par hasard à l’étranger (Gökalp 1986 : 148) : nerelisin ?, nerelisiniz ? (d’où es-tu [êtes-vous] originaire ?). La réponse et les demandes éventuelles de précision (içerden mi ?, dışardan mı ? ; de l’intérieur [de Turquie], de l’extérieur [de l’émigration] ?).

20Très vite apparaît la dimension collective de l’émigration turque, parfois encouragée accidentellement par les procédures (contrats nominatifs de l’ONI en France, contingente­ments pour les coopératives de développement rural, les régions de catastrophes naturelles en Turquie). L’immigré « lambda » venu par hasard dans une entreprise fait venir son frère, son cousin, son oncle qui à son tour... Tous regroupent leurs familles après 1974 pour, à la seconde génération, assez systématiquement marier leurs enfants dans le groupe d’origine. Une filière migratoire est née.

La notion de filière migratoire en géographie des migrations internationales

21Durant les années 1970, à la suite des travaux de Daniel Courgeau (1970) et dans des disciplines variées -D. Courgeau est démo­graphe, G. Tapinos (1974), économiste- émerge une réflexion sur la structuration de l’espace des migrations internes ou internationales. Ce sera le cas des géographes, avec pour la dimension interne : Béteille en Aveyron (1979 et 1981) ou Schwab en Alsace (1971) pour la dimension internationale : Simon en Tunisie (1979) ou Poinard au Portugal (1991).

  • 6 L’une des études fondamentales pour notre objet est la thèse d’ethnologie de Jean Cuisenier (1975),(...)

22Dans la structuration des champs, apparaît vite une dimension humaine que les écono­mistes ne privilégiaient pas, celle des solidarités fortes de populations issues du monde rural, basées sur des appartenances, des identités constitutives d’une vie sociale étrangère aux impératifs économiques de la migration internationale de travail, tout au moins étrangère aux normes du pays d’accueil6. La filière, telle que la définit Gildas Simon ci-dessous, est une réalité que l’on connaît souvent, mais à laquelle on ne prête guère attention avant les années 1980, au moment où les économies occidentales recruteuses de cette main-d’œuvre s’installent vraiment dans la crise.

« La filière migratoire repose sur la solidarité agissante qui unit les membres d’un même groupe fondé sur les liens du sang et de la parenté, du voisinage, de l’ethnie et de la religion. Les devoirs de la solidarité, de l’échange et de la réciprocité fondent pour les membres du même groupe des exigences qui trouvent leur application dans la migration internationale. Chercher un emploi à l’étranger, trouver un hébergement, emprunter pour les frais de voyage et de la période d’installation, se procurer parfois illégalement les documents officiels sont quelques-uns uns des points où la solidarité collective, indispensable pour la réussite éventuelle de l’installation à l’étranger, trouve à s’exercer. » (Simon 1995 : 176)

23Si la notion de filière migratoire est attestée en migration interne (Béteille 1974, Prival 1979, Châtelain 1977), on s’aperçoit que dans ce domaine, la distinction entre migration interne et migration internationale n’est pas forcément pertinente et de plus que le phénomène est en réalité classique dans les deux types de migration et ce depuis bien longtemps. De même, ce qui peut être mis en avant en France (les auteurs cités) déborde bien ce cadre national (Duroux 1992, pour l’Espagne à propos d’une migration originaire de France) et peut tout autant s’appliquer à d’autres espaces (pour le Mexique, entre autres auteurs, travaux de Jorge Durand, 1996 ou Pavageau et Schaffhauser, 1995).

Hemşehrilik et akrabalık, yergratsi et andakan : antagonismes politiques et comportements communs

24La Turquie n’échappe pas à la règle ; les migrants turcs, en migration interne comme en migration internationale, s’autodésignent comme gurbetçi (faisant profession de nostalgie), vivant leur condition d’exil pour des motifs économi­ques. C’est un fait connu dans l’Empire ottoman, attesté par de nombreux historiens travaillant sur l’histoire sociale, qui perdure avec des variations très amples sous la République. İstanbul en particulier, définie souvent comme ville-monde, draine ces migrants depuis des siècles. Lorsque les Turcs basculent dans l’aventure de la migration internationale, entre 1957, date des premières délégations expéri­mentales en Allemagne et 1961, date de l’accord germano-turc sur le recrutement de travailleurs turcs, on ne se rend pas compte en Europe que cette population turque dispose de ce que l’on peut appeler une culture de la mobilité, sous les formes les plus diverses.

25Cette culture de la mobilité dérive de la multiplicité des flux migratoires que connaissent aussi bien l’Empire que la République, relayés par l’historiographie officielle comme par les histoires de vie familiales. Presque chacun en Turquie est venu d’ailleurs qu’il s’agisse de Muhacirs, de descendants de nomades, de migrants internes (pour les motifs les plus divers, de l’économique au politique, déporté seul ou en collectivité, rapatrié, réfugié...). Les lignages se réfèrent souvent au fondateur de la parenté, du quartier, du village venu d’ailleurs, ce qui permet aussi une valorisation de type religieux (l’Hégire du Prophète Muhammad !)

26Altan Gökalp (1984) comme Riva Kastoryano (1986), dès les premiers travaux publiés en France, insistent sur deux notions primordiales dans le fonctionnement de la migration turque à l’étranger, reprises de la sociologie rurale et néocitadine turque : hemşehrilik (la même origine géographique), akrabalık (la parentèle, le lignage). Les travaux de Martine Hovanessian (1992) portant sur le lien communautaire et les territoires des Arméniens montrent des analogies fortes, liées à l’origine géographique (yergratsi) et à l’origine familiale-lignagère, grande famille patriarcale (andakan). Au-delà des circonstances particulières des diasporas arménienne, assyro-chaldéenne (Yacoub 1994 et 1996) ou pontique (Bruneau 1998), c’est la dimension collective de la migration, la recherche de solidarités actives que les immigrés reconnaissent qui s’imposent.

27Si pour les Arméniens, Yerkir désigne le territoire ancestral et Mayr Hayastan (Mère Arménie, mère patrie) le territoire d’origine historique devenu mythique parce qu’occupé par les Turcs, pour ces derniers existent des notions du même ordre bien que dans un tout autre contexte, Yurt, le territoire d’origine localisé, mais souvent tout aussi mythique car situé en dehors de la Turquie actuelle, et une mère patrie qui peut être « père-patrie » ! Anavatan, Anayurt (la mère patrie), Atayurt (le père-patrie) permettant de jouer sur des espaces symboliques qui vont de l’Asie Centrale, réelle pour une minorité (Turcs d’immigration récente d’origines kazakhe, ouïghoure, parfois tatare) ou mythique pour la grande majorité, à İstanbul et l’Anatolie pour la majorité, passant par tous les territoires d’origine des immigrés-rapatriés que sont les Muhacirs (îles de Méditerranée orientale, Balkans, Caucase, Crimée), autochtones islami­sés, puis turquisés (Bosniaques, Albanais, Tcherkesses, Tchétchènes, pour ne citer que les plus connus et les plus cités dans l’actualité récente. Comme souvent pour les termes de territorialisation, yurt est marqué par une forte polysémie qui mérite attention (de Tapia 1997).

28De nombreux travaux sur la population kurde (Van Bruinessen 1989, Bozarslan 1997, More 1985, Beşikçi 1991, Yalçın-Heckmann 1991) mettent eux aussi l’accent sur la dimension collective des structurations de la mobilité, même si le cadre est a priori tout autre. Que l’on soit obligé de migrer ou au moins d’être mobile pour des raisons économiques (exode rural, migration saisonnière, semi-nomadisme, noma­disme) ou pour des raisons politiques (dépor­tations, migrations forcées, demande d’asile... ) et alors que les deux catégories semblent souvent inextricablement imbriquées, le résultat est le même : la migration est d’abord une aventure collective, les membres de la communauté ne sont pas considérés, ne se considèrent d’ailleurs pas, comme des individus, mais bien comme les membres d’une communauté définie par son appartenance ethno-religieuse, confession­nelle, linguistique..., parfois le tout ensemble !

29Le tableau ci-dessous montre quelques-unes des filières décrites par la littérature scientifique récente : la filière n’est pas exclusive : le phénomène décrit par Franck Gosselin (1995), où 183 des 200 familles sont originaires de Posof et qui plus est de quelques villages autour d’Eminbey, est un cas spécifique dont on retrouve pourtant les caractéristiques à Bruxelles (Schaerbeek et Saint Josse ten Noode) avec les Emirdağlı d’Afyon ; la règle est plutôt celle de la coexistence de plusieurs filières comme à Reichshoffen (trois filières venues d’Ordu, Terme et Hekimhan à la personnalité si tranchée que les habitants de la commune la commentent et font part de leurs préférences) ou à plus grande échelle à Bordeaux (Posof, Yalvaç, Emirdağ) ; la filière peut se développer sur des destinations diverses, à l’instar des Kazakhs installés à Paris, Stockholm, Cologne, Berlin, İstanbul, Ankara ... ou des Posoflu vivant en Normandie, à Bordeaux, en Belgique...

Tableau 3 : de quelques filières migratoires turques décrites dans la littérature scientifique

Filière observée et décrite

Origine géographique (via)

Sources publiées

Kazakhs de Turquie en France, Allemagne et Suède

Xinjiang, Iran, Afghanistan via Pakistan (1940-1954), Anatolie centrale et égéenne (1954-1960), İstanbul (1960-1970

Altay (1981), Svanberg (1989), Svanberg in Andrews (1989) MIGRINTER (2000)

Turkmènes de Schaerbeek et Saint-Chamond

Emirdağ (Afyon)

De Briey (1977), Timmermans (1994), Lebrecht (1997)

Kurdes alévis Koçgiri de Strasbourg ou Stuttgart

Sivas via métropoles turques (İstanbul, Ankara)

GERIM (1990)

Kurdes chaféites de Suède

Cihanbeyli - Haymana (Ankara, Konya)

Alpay et Sarıaslan (1984), Köksal (1986), Lundström (1991)

Tailleurs égéens du Sentier (Paris)

Nazilli (Aydın)

Şalom (1984)

Kurdes berlinois et de Stuttgart

Malatya via İstanbul

Gökalp (1986) citant Wilpert et Gitmez

Assyro-Chaldéens de Berlin

Mardin

Gökalp (1986) citant Wilpert et Gitmez

Assyro-Chaldéens de Sarcelles

Mardin, Tur Abdin

Vieillard-Baron (1989)

Kurdes yézidis de Basse-Saxe

Sud-Est anatolien

BIVS (1991)

Arabes nusayri d’Allemagne

Hatay (Antakya)

Anschutz in Andrews (1989)

Arméniens d’Anatolie

Anatolie via İstanbul

Hovanessian (1996 et 1992), rapport Green (Tasmadjian 1988)

Kurdes alévis de Dreux

Yeşilyazı (Tunceli / Dersim)

Coquart (1980), Şalom (1984)

Turkmènes de Bourgogne

Ivriz, Karaman, Ereğli (Konya)

Delyfer (1975)

Turcs de Terrasson, Poitiers, La Rochelle, Bordeaux, Limoges

Yalvaç (Isparta)

Kastoryano (1986)

Assyro-Chaldéens de Södertalje (Suède)

Mardin, Tur Abdin

Köksal (1986 et 1994), Svanberg in de Tapia (1995)

Turcs de Twente (Pays-Bas)

Denizli et Aydın

REMPLOD (1978)

Turkmènes en Allemagne et Pays-Bas

Akdağ - Devecipınar (Yozgat)

REMPLOD (1978), de Tapia (1996)

Kurdes alévis de Leverkusen

Karakoçan (Elâzığ)

REMPLOD (1978)

Turcs de Duisburg (entreprise Kervansaray)

Kırşehir

REMPLOD (1978)

Turcs de Vierzon

Develi (Kayseri)

Somuncu in Ma Mung (1995)

Grecs de Bischwiller

Bozcaada

Selimanovski in GERIM (1990)

Turcs de Sankt-Augustin

Kulu (Konya)

X. Gautier (1983)

Kurdes chaféites de Göteborg (Suède)

Yeniköy, Kulu (Konya)

Engelbrektson (1982)

Kurdes de Mannheim

Erzurum

Schöning-Kalendar (1986)

Chypriotes turcs de Londres

Chypre

Coggins in de Tapia (1995), Nielsen (1982), Bhatti (1981)

Turcs de Stuttgart

Sürmene (Trabzon)

Çetinsoy (1977et 1982)

Turcs du Québec

Tavas (Denizli)

MCCI - Québec (1991)

Arméniens du Québec

Mardin

MCCI - Québec (1991)

Arabes de rite grec orthodoxe à Chorweiler (Cologne)

Hatay (Antakya)

Sachs (1993)

Turcs de Flers, Laigle, Bordeaux

Posof (Ardahan)

Gosselin (1994)

Turcs sunnites de Reichshoffen (Alsace)

Korgan et Kumru (Ordu), Terme (Samsun)

Rapport Maffessoli (Mairie de Reichshoffen 1995)

Alévis de Reichshoffen (Alsace)

Hekimhan (Malatya)

Rapport Maffessoli (Mairie de Reichshoffen 1995)

Source : travaux cités.

  • la filière peut se décomposer en plusieurs groupes : les Yalvaçlı présents dans le Grand Ouest français (Poitiers, Châtellerault, Tours, Bordeaux, Terrasson) sont originaires de villages différents et n’avaient pas toujours au préalable été en contact !

30Ce phénomène de filière n’est finalement pas si différent de ce que connaissent les villes du Moyen-Orient en général et de Turquie en particulier, où chaque quartier peut -mais ce n’est pas une règle intangible- avoir sa person­nalité linguistique, ethnique, confessionnelle, propre. À İstanbul ou Ankara, chacun sait que tel quartier est plutôt celui des Albanais ou des Bosniaques, des Sivas’lı ou des Yozgat’lı, des Juifs, des Arméniens ou des Alévis. À cet égard, les travaux maintenant classiques d’Erol Tümertekin (1997) sur İstanbul ou Bursa (Stewig 1970), ou ceux très récents de Gilles de Rapper (2000), Gangloff et Pérouse (2001), sont hautement instructifs quant à la répartition des populations immigrées, rapatriées, d’origines rurales ou étrangères, turcophones ou non, dans les agglomérations. Mais en est-il autre­ment à Beyrouth ou Jérusalem, à Kaboul ou Téhéran ? Immigrés récents ou migrants internes, les néocitadins ont généralement tendance à se regrouper par affinités selon des modalités malgré tout fort complexes.

  • 7 Cette stigmatisation peut avoir des conséquences redoutables : en 1980, tout Alévi pouvait être con (...)

31Toutes ces cités et métropoles du Moyen- Orient fonctionnent sur un même modèle d’agglomération de populations d’origines linguistiques, ethniques, confessionnelles diverses. Chacun sait à peu près, quitte à stigmatiser ou à se fourvoyer complètement, que tel ou tel quartier est azéri ou kurde à Téhéran, hazara ou tadjik à Kaboul, druze ou chiite à Beyrouth, ashkénaze, séfarade ou palestinien à Jérusalem7. Le jeu des filières migratoires, des « originaires de ... » y est partout hautement complexe, se traduit dans la vie politique et le sentiment d’appartenance par les jeux de clientélisme traditionnel dérivant vers la lutte entre factions lors de crises politiques (Seurat 1989). Ce qui importe pour notre objet n’est pas tant la recomposition de ces filières, phénomène éminemment traditionnel, mais leur adaptation dans un milieu totalement étranger où priment les règles du marché du logement, les niveaux de revenus, l’appartenance à des classes sociales plus qu’à des critères ethniques ou confessionnels (bien que ceux-ci aient joué un rôle non négligeable dans la géographie des peuplements urbains : que l’on se rappelle les Auvergnats de Paris ou les Bretons de la gare Montparnasse !).

Les organisations politiques de droite et religieuses en Europe

32Sur un autre registre, socio-politique et socio-religieux (politico-religieux), on citera d’autres travaux décrivant les appartenances des migrants turcs : Bozarslan (1989, 1990), Ural Manço (1997), Antakyalı (1992), Vöcking (1990), Weibel (1992), appartenances résumées ci-dessous pour la Belgique par Altay et Ural Manço (1992).

33Ces appartenances sont complexes, a priori politiques et religieuses ou religieuses et poli­tiques, elles recoupent idéologies, regroupements sociaux (catégories socioprofessionnelles, rural/ urbain), ethniques, tribaux. On retrouve ici la catégorie des tarikat (confrérie islamique identifiée par un maître, des disciples, des chaînes héréditaires ou cooptées, silsile), des catégories idéologiques et politiques, mêlées à des appartenances régionales, tribales, lignagères, proche de l’’açabiyya moyen-orien­tale (cf. travaux cités en bibliographie de Seurat et Roy).

Tableau 4 : Les mouvements islamistes, fondamentalistes et nationalistes turcs en Europe

Tendances

Organisation de fondation

Lieu et date contrôlées

Activités (estimations)

Activités (estimations)

Sympathisants en Belgique

Implantations

Les Mouvements Islamistes*

Organisation gouvernemen­tale pour la gestion du culte islamique

dans l’immigration

Union Turco-islamique de la Direction des Affaires Religieuses (DITIB)

Cologne 1982

700 mosquées

9000 imams et enseignants en Allemagne

350 000 (chiffre officiel)

La quasi-totalité des mosquées turques de Belgique

Islamisme populiste et « pragmatique »

Organisation de la Vision nationale en Europe (AMGT = Millî Görüş)

Cologne (1974) et 147 mosquées

300 associations

15 000

85 000 Charleroi, Gand,

Bruxelles, Liège, Anvers, Limbourg

Islamisme révolutionnaire khoméïniste

Union des Communautés Islamiques (ICB = Kaplancı)

Allemagne (1983)

45 associations

800

5000

Présence insignifiante

Les Confréries Islamiques (Tarikat)

Süleymancı

Union des Centres Culturels Islamiques (IKMB)

Allemagne (1973)

270 associations et 150 mosquées

20 000

60 000

Nurcu

30 associations

800

5 000

Nakşibendî

Allemagne (1984)

55 associations

La Droite et l’extrême-droite

Conservateurs de centre-droite

Hür Türk Proche du CDU et du parti turc de la Justice

Allemagne (1977)

63 associations

14 000

Pas d’implantation

Nationalistes fascisants du Parti du Travail Nationaliste (MÇP / MHP)

Fédération turque (Türk Federasyonu)

Francfort (1979)

Bruxelles, Liège, Charleroi, Gand, Anvers, Limbourg

Nationalistes fascisants -islamisants du Parti de la Mère Patrie (Anavatan)

Union des Associations de culture islamique (TIKDB)

Allemagne (1987)

90 associations

1500

2500

Bruxelles, Liège, Charleroi, Gand, Anvers, Limbourg

* Sont également recensées, environ 125 autres organisations ou associations politiques islamistes de moindre importance.

Sources : Rapport annuel du ministère fédéral de l’lntérieur sur la « Défense de la Loi Fondamentale » (enquête de sécurité intérieure), Bonn, 1992, cité par Cumhuriyet Hafta du 3/9.4. 1992, İstanbul ; D. ÖZGÜDEN (1988), tableau composé par Altay et Ural Manço (1992).

  • 8 On remarquera que l’image que veut donner Usama ben Laden est très exactement celle-là : le vrai cr (...)

34On le voit, dès les années 1970, alors même que le recrutement des travailleurs turcs vient d’être suspendu par les pays d’immigration, les premières organisations religieuses, déjà passablement politisées, voient le jour en Allemagne. L’État turc ne réagira qu’assez tardivement avec l’implantation en Allemagne toujours, puis avec l’extension à une grande partie de l’Europe, de DITIB, émanation de la Direction des Affaires Religieuses auprès du Premier Ministre (Diyanet İşleri Başkanlığı). L’Europe, où l’Allemagne joue le rôle de plaque tournante et de pivot central, est à la fois espace de liberté nouvelle pour la propagation de visions d’un islam turc indépendant des contraintes kémalistes et pour certains un sanc­tuaire servant de base de repli et de reconquête de la Turquie. Atacan (1993) parle de migration sacrée (kutsal göç, hijra) pour qualifier la posi­tion du groupe kaplana8. L’islam turc en Europe est, selon la définition des chercheurs belges Dassetto et Bastenier (1983), un « islam transplanté » en terre d’immigration, c’est aussi une manifestation d’un islam oppositionnel, parallèle auraient dit les soviétologues, à l’islam institutionnalisé, laïcisé de la république de Turquie.

  • 9 Le vieux Millî Selâmet (Salut National), un moment interdit par l’intermède militaire, devenu Refah(...)

35Mais il n’y a pas que la dimension religieuse qui soit transplantée, l’aspect politique qui d’ailleurs interpelle tous les observateurs de l’immigration turque en Europe est prégnant, aussi bien à droite qu’à gauche, comme on le verra plus tard. Si les Kaplana -les partisans de l’imam sunnite Cemalettin Kaplan réfugié en Allemagne, grand admirateur de Ruh’ullah Khomeïni à qui il finit par ressembler physiquement !- n’ont pas de liens évidents avec un parti politique turc, les sympathisants de l’AMGT (Avrupa Millî Görüş Teşkilâtı), aujourd’hui IGMT (Islamische Gemeinschaft Millî Görüş), sont clairement des supporters des partis successifs de Necmettin Erbakan9. À tel point que l’actuel dirigeant du mouvement n’est autre que le neveu du vieux leader islamiste.

36Plus discrètes, les confréries plus tradition­nelles (Nakşibendî’ye, Kadiriye) et les groupes politiques d’inspiration islamique (Süleymancı, Nurcu) s’implantent en milieu immigré, sans d’ailleurs toujours se faire remarquer par les autorités locales qui ne voient pas de dif­férences fondamentales parmi les pratiquants des nombreux lieux de culte souvent bricolés qui se créent dans toute l’Europe.

37Les contre-pouvoirs viennent en fait de Turquie, soit par l’intermédiaire des Ambassa­des et des Consulats qui à partir de 1984 orga­nisent le réseau DITIB -en France, ce réseau n’est officiellement établi qu’en 2001 !-, soit par le biais des militants de la gauche révolution­naire ou des Alévis, très présents eux aussi en émigration et choqués de voir les réseaux sunnites se constituer en Europe dans l’indif­férence générale, en marge de tout débat sur l’intégration de l’islam dans les sociétés européennes.

L’Europe, base de repli des organisations de gauche et de la revendication kurde

  • 10 On rappellera la personnalité de Yılmaz Güney, réfugié en Europe, ou le film tiré du roman de Ferit (...)

38Sanctuaire de la droite religieuse ou de l’extrême droite nationaliste, l’Europe est évidemment aussi refuge des mouvements de gauche fort nombreux en Turquie depuis les années 1960. Les coups d’État successifs vien­nent renforcer ce qui peut déjà apparaître comme une tradition ottomane, lorsque opposants et intellectuels font un séjour parfois forcé à Paris, Londres, Berlin ou Vienne. Le per­sonnage du déporté et du réfugié politique (sürgün) est un classique de la production littéraire et cinématographique turque10. Mais pour la période récente, si les coups d’État de 1960 et 1970 n’ont guère d’échos en matière migratoire, c’est avant tout parce que l’Europe vit le plein emploi. Les réfugiés se fondent parmi les travailleurs et ne demandent d’ailleurs généralement pas le statut de réfugié. Par contre, ils viennent animer associations et syndicats, avec un bagage culturel bien supérieur à celui des travailleurs ruraux. La visibilité est pendant longtemps du côté de ces militants, parfois universitaires, d’origines diverses, kurdes, turques, alévies, socialistes et communistes. Ce sont eux qui s’intercalent entre les sociétés des pays d’accueil et la masse des travailleurs ruraux -qu’ils entendent d’ailleurs conscientiser et former- et qui entrent dans les dispositifs d’intégration, en France comme en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas. Le coup d’État de septembre 1980 ne passe par contre pas inaperçu, principalement en raison du contexte économique global : les dizaines de milliers de solliciteurs d’asile, avec parmi eux de nombreux opportunistes qui profitent de la vague, posent problème dès lors que le chômage règne sur les sociétés européennes. Parallèlement, la cause kurde, avec l’imposition progressive du PKK et de son leader Abdullah Öcalan, gagne en visibilité et en force. Parallèlement aussi, émergent des mouvements de droite, religieux ou ultra­nationalistes un moment réprimés par l’Armée (les Kaplana ou les membres des Foyers de l’Idéal -Ülkü Ocakları = ülkücüler : les idéalistes connus en français sous l’appellation de Loups Gris- se sont abrités en Europe). C’est alors que la visibilité commence à se déplacer de gauche à droite.

39Tant que dure la guerre froide, la Turquie est un enjeu de premier ordre, ses migrants internes comme internationaux, de ruraux qu’ils étaient, basculent vers la classe ouvrière, le prolétariat, viennent peupler gecekondu des villes turques et cités ouvrières des métropoles européennes. Les militants de gauche, repoussés par la Turquie, trouvent en Europe des conditions d’expression bien plus favorables et une grande liberté de mouvement, toutes proportions gardées. Sans entrer dans les détails d’une déjà très longue histoire, il apparaît logique que la gauche turque se transplante en Europe, la dimension segmentaire, notée pour les réseaux traditionnels comme pour les mouvements de droite, fera le reste.

40Isabelle Rigoni (2001) nous donne dans l’ouvrage issu de sa thèse un aperçu détaillé des mouvements classés à gauche, pendant du tableau donné par les frères Manço (Altay et Ural Manço, 1992, Ural Manço 1997) ou des études d’Hamit Bozarslan (1989, 1990) et du Centre d’Études Turques (NRW 1994).

Tableau 5 : Les principales organisations politiques de gauche et d’extrême gauche en émigration

Tendances

Nom d’organisation

Lieu et date de fondation

Activités

Membres

Implantations

Les groupes et partis pro-soviétiques

Socialiste et communiste

ATTF: Avrupa Türk Toplumcu Federasyonu

1968

Syndicalisme, publications

Suède, Cologne, Berlin

Socialiste et communiste

TDF : Avrupa Türkiyeli Demokratik İşçi Dern. Fed.

1974

ATTF + TDF + partis kurdes pro-soviétiques

FIDEF: Fed. Almanya İşçi Dern. Fed.

1977

Syndicalisme, manifestations, conférences

Une centaine d’organisations, 6000 à 18 000 membres, selon années

Associations proches du TKP

ATT*

France

41Les groupes et partis pro-chinois, pro-albanais, ...

Organisation maoïste

PEF Patriotische Einheitsfront

1972

Allemagne

Organisation maoïste proche de Doğu Perinçek

ATÖF puis HBF Avrupa Türkiye Halk Birlikleri Fed.

1972, 1978-80

Syndicat étudiant

Allemagne

Proche des partis gauchistes turcs : THKO, THKP-C, TKP-ML, TIKKO

ADMK Avrupa Devrimci Mücadele Komitesi

1972

Allemagne

Dev Yol / Dev Sol, pro THKP-C

Dev Yol, Dev Sol, DHKP-C

1977, 1978, 1984, 1995

1 600 en 1984

Hambourg puis Cologne

* les ATT françaises sont de fait plus souples et peuvent intégrer des éléments plus diversifiés. Certaines existent toujours, d’autres ont formé des associations alévies.
Source : Isabelle Rigoni, Mobilisations et enjeux des migrations de Turquie en Europe de l’Ouest, 2001, Paris, L’Harmattan (Logiques Sociales). Il convient de se reporter au tableau original de l’auteur qui d’une part indique les sources utilisées, d’autre part explique les liens entre ces différentes factions qui se combattent, s’allient puis se scindent pour réapparaître sous d’autres appellations. Le tableau de départ, ici très simplifié, intégre 18 organisations.

42Voici les organisations citées par Isabelle Rigoni, toutes ou presque ont eu des représen­tants en France :

  • Avrupa Türk Toplumcular Federasyonu (ATTF) [Fédération des Socialistes Turcs en Europe]

    • 11 Le terme de Türkiye’li, originaire de Turquie, opposé à Türk, signifie la reconnaissance d’une soci (...)

    Avrupa Türkiyeli11 Demokratik İşçi Der­nekleri Federasyonu (TDF) [Fédération des Associations Ouvrières Démocratiques des Originaires de Turquie en Europe]

  • Federal Almanya İşçi Dernekleri Federas­yonu (FIDEF) [Fédération des Associa­tions Ouvrières d’Allemagne Fédérale]

  • Patriotische Einheit für eine Demokratische Türkei in Europa (PEF) [Union Patriotique pour une Turquie Démocratique en Europe]

  • Avrupa Türkiye Öğrenciler Federasyonu (ATÖF) [Fédération des Etudiants de Turquie en Europe]

  • Avrupa Devrimci Mücadele Komitesi (ADMK) [Comité de Combat Révolutionnaire d’Europe]

  • Dev-Yol [Jeunesse Révolutionnaire]

  • Devrimci İşçi [Travailleur Révolutionnaire]

  • Dev-Sol [La Gauche Révolutionnaire]

  • Kemalistische Revolutionäre (MDD)

  • Avrupa Türkiye Sosyalistler Birliği (ATSB) [Union des Socialistes de Turquie en Europe]

  • Avrupa Türkiye Halk Birlikleri Federas­yonu (HBF) [Fédération des Unions du Peuple de Turquie en Europe]

  • Almanya Türkiyeli İşçiler Federasyonu (ATIF) [Fédération des Travailleurs originaires de Turquie en Allemagne]

  • Devrimci Halk Kurtuluş Partisi - Cephesi (DHKP - C) [Parti - Front de Libération Populaire Révolutionnaire]

  • Partizan [Partisan]

  • Bolşevik Partizan [Partisan Bolchevique]

  • Türkiye Devrimci Komünist Partisi - İnşa Örgütü (TDKP - IÖ) [Parti Communiste Révolutionnaire de Turquie - Organisation de (re)Construction]

  • Almanya Türkiyeli Demokratik İşçi Der­nekleri Federasyonu (DIDF) [Fédération des Associations des Travailleurs Démocratiques originaires de Turquie en Allemagne]

  • 12 Ertekin Özcan (1992), Türkische Immigrantenorganisationen in der Bundesrepublik Deutschland, Berlin (...)

43À titre informatif, les organisations citées par Isabelle Rigoni (qui se base sur un travail plus ancien d’Ertekin Özcan12, cité aussi par Altay et Ural Manço) sont en relations plus ou moins suivies avec les organisations turques listées ci-dessous :

  • Türkiye İşçiler Partisi (Behice Boran) [Parti des Travailleurs de Turquie]

  • Türkiye Komünist Partisi [Parti Commu­niste de Turquie]

  • TSIP

  • TEP (Mihri Belli)

  • Komkar (parti kurde)

  • Kawa (parti kurde)

  • Halkın Kurtuluşu

  • TDKP

44Cet éclatement, déjà entrevu parmi les organisations de droite et d’extrême droite, confirmé parmi les organisations de gauche et d’extrême gauche, devient proprement carica¬tural parmi les mouvements se réclamant de la mouvance kurde. Christiane More (1985) décomptait déjà une quarantaine de partis, mouvements, groupements politiques kurdes sur l’ensemble des quatre pays d’origine (Turquie, Iran, Irak, Syrie) ayant souvent des représentations en Europe. Isabelle Rigoni (2001), citant au moins 75 publications émanant de multiples groupements engagés -liste non exhaustive, souligne l’auteur !- décrit pour la France et l’Allemagne les deux princi¬pales fédérations (Komkar et FEYKA - Federas¬yona Yekîtîya Karkeren Welâtparêzen-çandiya Kurdistan) proches l’une du TKSP - Türkiye Kürdistani Sosyalist Partisi de Kemal Burkay, l’autre du PKK - Partiya Karkeren Kurdistan d’Abdullah Öcalan pour aussitôt faire remar¬quer que nombre d’organisations classées d’extrême gauche (comme le DHKP) ou alévies, FUAF en France (Fédération-Union des Alévis de France), AABF (Almanya Alevi Birlikleri Federasyonu) en Allemagne sont en grande par¬tie constituées de Kurdes.

45L’un des principaux clivages passe entre partisans de l’intégration à la république turque (TKSP et Komkar) et par¬tisans de l’indépendance, ou au moins d’une autonomie du Kurdistan (PKK et FEYKA). Il n’est pas possible de revenir ici sur la question kurde proprement dite -on renverra le lecteur à Chaliand (1981), More (1985), Van Bruinessen (1989), Bozarslan (1997), entre autres très nom¬breuses références- pour simplement souligner, une fois de plus, la vitalité des relations entre territoire et société d’origine et l’ensemble des pays d’immigration où se développent dans un contexte bien plus libéral des organisations revendicatives encore largement tournées vers la Turquie.

’Açabiyya et identités dites « à géométrie variable »

46Jorgen Nielsen (1982), l’un des premiers à avoir édité des études sur la présence immigrée musulmane en Europe pour des organismes internationaux (Commission Européenne, Conseil de l’Europe, OCDE, ...), souligne la « géométrie variable » des identités moyen-orientales maintenant amenées à vivre en immigration. À ces considérations sur l’immigration répondent des travaux sur l’Iran et l’Afghanistan (par exemple, Digard Dir., 1988 : Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan) où la notion de qawm / kavym, appartenance collec¬tive à plusieurs groupes de natures différentes, montre à quel point ces identités sont fluides et dépendent de facteurs nombreux, dont la mise en situation de l’individu dans un contexte donné. L’irruption en Europe de populations nouvelles, sous le biais soit de la migration internationale de travail, soit de la sollicitation d’asile, dans des milieux sociaux relativement stabilisés (État-nation, nationalité, citoyenneté / statut de l’étranger, appartenance religieuse / laïcité, classes sociales...) alors même que les pays d’origine en sont encore aux étapes de la construction d’une nation (avec les soubresauts que l’on sait, du Maghreb au Machrek, de la Yougoslavie à l’Afghanistan) met en contact des populations autochtones (relativement) ancrées sur des terroirs définis et des populations immi¬grées, dont certaines évoluent dans un cadre toujours tribal (Maroc, Algérie, ce qui est, au moins partiellement, le cas du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie et de la Turquie).

47Ainsi pour la Turquie viennent en France comme ailleurs des ressortissants d’un pays laïc -bien que de culture musulmane reconnue- qui avec le temps se révèlent être des militants nationalistes kurdes, des islamistes demandant la disparition de la république turque ou plus simplement des pères de famille qui ne conçoivent pas que leur fille puisse, ne serait-ce que sourire, à un mécréant (gâvur, kâfir) ! Le choc en retour est rude : non seulement, on découvre que certains Turcs ne parlent pas à d’autres Turcs, mettant à mal l’idée de « communauté turque », mais en plus, on rencontre des Sunnites et des Alévis, des Turcs et des Kurdes, des Assyro-Chaldéens, des Grecs ortho¬doxes parlant l’arabe, des Kazakhs et des Tchétchènes !

48Les travaux de Bozarslan, et en particulier sa thèse (1997), arrivent à point nommé pour rappeler qu’une fraction non négligeable du pays turc refuse ce qualificatif et que la Turquie appartient bien au Moyen-Orient, au même titre que le Liban ou l’Irak étudiés par Seurat (1989) ou l’Iran et l’Afghanistan passés au crible par Digard et ses collègues (1988). Bozarslan parle ainsi, lui aussi, d’’açabiyya kurde et d’identités infra-kurdes. Ce terme arabe, thème récurrent chez Ibn Khaldoun qui le fixe au 14e siècle, n’est jamais mis en exer¬gue par les chercheurs travaillant sur l’émi¬gration turque, à la notable exception d’Ural Manço (1997). De fait, l’’açabiyya khaldounienne n’est autre que « l’identité à géométrie variable » dont parlait Nielsen. Ce qui en turc passe, entre autres, par les termes d’akrabalık et hemşehrilik !

49Selon Ural Manço (1997) :

« [...] pour Ibn Khaldoun (1332-1406), l’’açabiyya est le ciment social qui rend possible l’union de gens provenant d’une même origine dans le but de se protéger d’attaques externes ou dans une recherche commune de pouvoir et de supériori¬té ».

50Il s’agit d’un sentiment qui n’apparaît que par un regroupement d’individus. Il existerait deux ’açabiyyat différentes : celle engendrée par l’unité de sang (’açabiyya nesebiyya) et celle provoquée par le regroupement autour d’une idéologie (mefkura), ’açabiyya sebebiyya. En note, Ural Manço précise : al ’açabiyya, du radical Açb : lier, ceindre, se grouper, se rassembler, se réunir... peut prendre deux sens : un état d’esprit qui rend possible le lien social, identification au groupe, senti¬ment d’unité, esprit de clan ou de corps, conscience collective, une action collective, solidarité et entraide communautaire, népotisme, clanisme, tribalisme, sectarisme, nationalisme

51On remarquera cependant qu’Altan Gökalp et Hamit Bozarslan, se référant au texte d’Ibn Khaldoun, préfèrent réserver le terme aux populations réellement tribales, ce qui n’est plus le cas de la majorité des Turcs sédentarisés et urbanisés parfois depuis longtemps. Le mot n’est d’ailleurs pas en usage en turc où ses dérivés ont pris des sens relevant de la médecine ! (asabî : nerveux, irascible ; asap, asabiyet : les nerfs, nervosité ; asabiye : spécia¬liste ou partie d’hôpital traitant des maladies nerveuses). Ceci étant, il me semble que ce concept khaldounien repris par Ernest Gellner, puis Michel Seurat, Olivier Roy (pour le Tadjikistan et l’Asie Centrale en général) et enfin Hamit Bozarslan pour le Kurdistan et Ural Manço pour l’immigration turque mérite que l’on s’y arrête. L’hypothèse du maillon man¬quant entre société traditionnelle anatolienne et difficulté stigmatisée d’intégration à la société française réside peut-être là.

Exception turque, repli communautaire, cristallisation identitaire ou permanence culturelle

52La méconnaissance de la société d’origine, de ses dynamiques spécifiques dans un contexte anthropologique, ethnologique, sociologique, culturel et politique d’une grande complexité et d’une grande richesse, et surtout la non prise en compte de la globalité du champ et des trajectoires migratoires, finissent par amener la construction d’un malentendu qui mettra probablement beaucoup de temps à disparaître, en France notamment. Les Turcs, la cause est maintenant entendue, ne ressemblent que très peu à l’image donnée par la république d’Atatürk, état laïque, occidental, moderniste, qui aura donné le droit de vote aux femmes en 1938, supprimé empire et califat, interdit les vêtements orientaux et la ségrégation entre hommes et femmes dans les lieux publics. Une partie notoire des migrants est très traditiona¬liste, pour ne pas dire conservatrice, les femmes sont souvent voilées, les mariages très souvent arrangés, l’islam très présent sans toutefois fraterniser avec celui des autres musulmans, en particulier celui des Maghrébins en France ! L’image qui en résulte est trouble : sans être totalement opposée à celle donnée au début de cette immigration par Robert Delerm (1967) :

« Les Turcs ont des qualités de caractère : obéis¬sance, endurance, droiture, sobriété de paroles et de gestes qui les feront apprécier des employeurs français et les rendront sympa¬thiques à la population [...]. Les Turcs ont des traits physiques voisins de ceux des Français [...]. La Turquie est le seul réservoir abondant de force de travail pour les années à venir [...] »,

cette image surprend des observateurs qui jugent selon des critères franco-maghrébins. Les contradictions entre l’attente des Français et, après 1981, le discours sur l’intégration, et les réalités anatoliennes sont grandes. Les attentes sont renforcées par l’image donnée par de très nombreux auteurs dès les années 1920 (Clerget, de Bischhof, Benoist-Méchin et Delerm, entre autres), image reprise par les autorités républicaines turques.

53À partir des travaux cités d’Altan Gökalp, Riva Kastoryano, Gaye Şalom, les notions anatoliennes (hemşehrilik, akrabalık), commencent à être connues. Les chercheurs qui ne connais¬sent pas, ou peu, la Turquie mettent en avant, et de plus en plus, le repli identitaire, le repli communautaire, la cristallisation identitaire, défensive, des immigrés turcs. Avec la grande étude « mobilité géographique et insertion sociale » avec participation de l’INED et de l’INSEE, le constat prend un tour nouveau : Michelle Tribalat parle maintenant « d’excep¬tion turque ». Alors que les constats précédents mettaient sur le compte des générations et du temps la résistance à l’assimilation des Turcs immigrés, cette résistance devient essentielle : tous les immigrés ont vocation à s’intégrer, à s’assimiler (Tribalat 1995, puis 1996 : De l’intégration à l’assimilation, titre du second ouvrage), sauf les Turcs, et ceci au moment où Schengen prend sa vitesse de croisière. Les Turcs sont ainsi stigmatisés, et par contrecoup, les Kurdes, dont on se souvient soudain qu’ils sont citoyens turcs. La présence kurde en France se trouve parfois minimisée dans des termes analogues à ceux qu’emploient la Turquie.

Zadrouga, akraba, oba..., la société segmentaire en général et la société anatolienne en particulier

54On remarquera avec les travaux de Cuisenier (1975), Gökalp (1980), Andrews (1989), Van Bruinessen (1989), Yalçin-Heckmann (1991), Roux (1969), également des géographes comme de Planhol (1958), Pérouse (1997), Hütteroth (1959, 1968), sans citer de très nombreux géographes et sociologues turcs, à quel point la question des appartenances ethniques et confession¬nelles ou des identités est complexe en Anatolie au-delà du discours officiel qui pourtant n’est pas si artificiel qu’il y paraît. L’actuelle Turquie reste en grande partie une mosaïque ethnique ou plutôt infra-ethnique, segmentaire, dans le vocabulaire des anthropologues, ce qui malgré la Constitution républicaine réapparaît souvent dans l’actualité, le fonctionnement de l’exode rural, l’urbanisation périphérique (gecekondu), les développements de la question kurde, le clientélisme et l’évolution des partis politiques. Elle se rattache en cela à son environnement géopolitique, entre Balkans et Moyen-Orient.

55Mais en arrière, se profilent non seulement le travail républicain de l’État-nation, mais bien l’histoire ottomane et la notion d’empire, les habitudes liées à la multiculturalité, à la multi-confessionnalité, des allégeances et des appartenances à plusieurs niveaux et échelles, des relations complexes entre le conflictuel et la cohabitation pacifique (komşuluk), entre cemaat, mahalle, oba, aşiret, kabile, kavim, taife, tire, millet, il/el, ulus, yurt, notions fluctuantes et mobiles aussi bien dans l’espace que dans le temps. Certaines ont pu être importées par les Turcs centrasiatiques, entre les Xe et XIIIe siècles, se sont surimposées à des notions iraniennes, arabes, gréco-byzantines, slaves méridionales, préexistantes et somme toute assez proches. L’examen des vocabulaires liés aux implantations humaines en Turquie, Iran, Afghanistan, Asie Centrale, l’analyse de leurs fluctuations dans l’espace et le temps, l’analyse des relations entre vocabulaire du nomadisme et sédentarité (Alagöz, Tunçdilek, Sözer, Emiroğlu...), la richesse des notions liées à la mobilité géographique, autant d’arguments en faveur d’une conception turque de l’espace qui s’oppose à l’idée moderne d’État-nation construite au cours du XXe siècle.

56Le paradoxe avec l’analyse d’Étienne Copeaux (1997) n’est qu’apparent. Le discours étatique républicain, jacobin, nationaliste, laïcisé, occidentalisé kémaliste, est en grande partie intégré et, en tous cas, en grande partie performant en termes d’identité affichée et revendiquée. Mais la réalité est autrement plus complexe sur le terrain social et politique. La notion de synthèse turco-islamique et ses progrès dans la seconde moitié de XXe siècle, pour l’instant en progression, marque un retour des structures anciennes (clientélisme, parenté, tribalisme, localisme).

Les traductions en émigration de la société segmentaire de départ, filière migratoire et résistance à l’intégration

Hemşehrilik, akrabalık, tarikat, fédérations politiques, réseaux commerciaux, « mafias » turques et kurdes

57C’est le premier tableau présenté qui rassemble des situations incroyablement diverses, mais souvent recoupées, installées sur des territoires d’accueil tout aussi divers. La référence au territoire d’origine, Turquie, Anatolie, principalement, permet l’émergence de réseaux transnationaux performants : dias¬poras « archétypes » arménienne, assyro-chaldéenne et juive (vers Israël), diasporas « en cons¬truction » kurde, peut-être alévie, et au niveau infra-ethnique, entre akrabalık et hemşehrilik, comme la « diaspora posoflu », association internationale des originaires de Posof-Eminbey créée en Allemagne, avec des délégués de France, Belgique, Pays-Bas, Suède, ou la « diaspora emirdağlı » présente en Belgique, Pays-Bas, France, Allemagne. Il n’est cependant pas sûr qu’à terme ces réseaux initiaux perdurent tous, surtout chez les Turcs majoritaires où c’est le caractère segmentaire qui pourrait l’emporter. Réseaux de solidarité fondés sur l’origine -les liens du sang- ou les stratégies d’alliance, ayant acquis des positions transnationales avec l’émigration, ces groupes peuvent afficher des solidarités positives ou négatives, selon la position qu’occupe l’obser¬vateur : les taip / « clans » tchétchènes (de l’arabe taifa, en turc, taife : fraction de tribu, faction) peuvent offrir un terrain efficace pour la résis¬tance à l’oppression (positif) ou l’émergence de groupes de type mafia (négatif). On parle en Turquie de mafia turque, kurde, laze, tchétchène, albanaise, bosniaque pour évoquer des groupes oscillant entre activités illégales (et criminelles) et réseaux de solidarité traditionnels. La limite entre légal / illégal, formel / informel n’est pas toujours claire : il suffit de suivre les obsèques retransmises par les actualités télévisées turques des babas (pères, parrains, patrons, l’idée est d’ailleurs la même dans les langues latines) des mafias, avec présence d’artistes connus, d’officiels de la police, de politiciens de divers partis, pour s’en convaincre. Dans la mesure où la dimension collective l’emporte sur l’individuation, du moins jusqu’à aujourd’hui, ces réseaux com¬plexes de solidarité restent performants et se jouent des frontières juridiques.

Diasporas et ’açabiyyat

58Il y a donc une nécessité très grande de réfléchir sur les deux bouts de la chaîne migra¬toire, région d’accueil et région d’origine, liées par la circulation migratoire (le lien matériel) et la filière migratoire (le lien communautaire).

59La société turque présente l’intérêt d’une très grande complexité dans tous les domaines (histoire, géographie humaine et peuplement, sociologie, anthropologie), d’une émigration nombreuse, structurée, sur des vastes super¬ficies (le champ migratoire), en situation d’insertion très variable dans des contextes incroyablement différenciés (domaines politique, social, religieux, économique), des États-Unis / Canada à la CEI / Kazakhstan, des pays scandinaves à l’Arabie Saoudite, donc en contact avec des aires culturelles différentes (Amérique anglo-saxonne, Europe du nord-ouest, Méditerranée, Maghreb, Machrek, monde iranien, ex- U.R.S.S., Europe centrale et orientale, Océanie anglo-saxonne).

60Il y a également nécessité d’une analyse affinée du concept de diaspora face à celui d’’açabiyya ou plutôt de société segmentaire. La notion de diaspora rend compte de la recompo¬sition à l’étranger, hors des territoires d’origine eux-mêmes aujourd’hui ou déjà historiquement divisés entre plusieurs États-nations ou empires, de populations apparentées par l’origi¬ne ethnique, confessionnelle ou ethnoconfessionnelle. C’est le cas de diasporas archétypes (Juifs, Arméniens), parfois méconnues (Assyro-Chaldéens) ou dont on dénie parfois le droit de prétendre à se définir comme diaspora. On peut parler de diasporas récentes, en construction (Kurdes, Palestiniens), diasporas situationnelles (Tatars de Russie), ouvrières ou prolé¬taires (Maghrébins, Turcs). Ce qui a pu être parfois qualifié de diaspora ouvrière ressort de sociétés segmentaires, en profonde mutation économique et sociale, peut-être pas de la notion de diaspora.

61Je ne reviendrai pas sur les débats sur les diasporas (cf. Chaliand et Rageau 1991, Lacoste 1989, Bruneau 1994), mais plutôt sur l’exis¬tence de groupes d’appartenance dits « à géométrie variable » parce que difficiles à saisir et à définir, depuis la Yougoslavie multiethnique jusqu’à la Mandchourie, entre Belgrade et le Sud-Est asiatique, où la norme a bien souvent été -jusqu’à récemment- l’empire multiethnique et multiconfessionnel (Ottoman, Austro-hongrois, Russe, Mongol, Iranien, Arabe, Indiens, Chinois, cf. Kappeler 1994) où le peuplement a toujours été fondamentalement hétérogène dans tous les domaines, ethnique, linguistique, religieux, administratif, et où les États-nations « nouvelle norme d’importation », originaires d’Occident, se trouvent en porte-à-faux avec la tradition ancrée depuis longtemps.

Traductions économiques : des réseaux transnationaux à échelle européenne

62Partie sur la base d’éléments isolés, migrants de travail nouvellement installés en Europe, mais vite rattrapée par les structures anatoliennes -de l’appartenance à une famille encore patriarcale à l’émergence de solidarités révolu¬tionnaires- l’émigration turque se signale vite par une propension à se structurer économique¬ment, d’abord comme il se doit en Allemagne. Mais le phénomène « création d’entreprise », s’il répond à des besoins compréhensibles dans le contexte de l’isolement des premiers arrivés, sera là encore rattrapé par la vitalité de la société turque, même si celle-ci se trouve souvent peu encline à reconnaître ces paysans déracinés comme des agents économiques actifs. Longtemps, on demandera aux émigrés de transférer leur épargne en Turquie sans offrir de réelle compensation. Les logiques sociales (appartenances identitaires et confessionnelles, solidarités rurales, formations politiques, mouvances et confréries religieuses, ’açabiyyat diverses) finiront bien par rencontrer les logiques des marchés (clientèles captives, seg¬ments de marché, capacités d’épargne, devises fortes).

Les réseaux économiques : la logistique

63La circulation migratoire, ensemble de déplacements entre les différents points nodaux du champ migratoire, a fait naître une véritable économie des transports liée à l’émig¬ration (de Tapia 1993), d’abord exogène, puis de plus en plus dépendante du pays d’origine et progressivement investie par les migrants devenus acteurs économiques (transporteurs ou surtout prestataires de services). Dans le cas turc, pas moins de 80 avions, 5000 camions, 900 autocars, un certain nombre de trains, de car-ferries et de navires transrouliers étaient en 1992 susceptibles d’être alignés pour la desserte de l’Europe Occidentale, du Moyen-Orient et de la C.E.I., des villes industrielles aux chantiers de travaux publics. S’y ajoutent les véhicules possédés par les émigrés à l’occasion de retours saisonniers ou irréguliers en Turquie et bien entendu l’ensemble des prestataires étrangers présents sur le marché des transports entre Turquie et zones d’immigration. Environ 50 à 60 aéroports européens en tenant compte des lignes THY et étrangères, ainsi qu’une vingtaine de ports, étaient desservis régulièrement et directement par des prestataires turcs. Des lignes régulières d’autocars desservaient Paris, l’Alsace, la Lorraine, Lyon, l’ensemble de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Autriche, Pays-Bas et Belgique en toutes saisons, mettant en rapport constant territoires d’immigration et d’origine (ministère turc des Transports 1991). En 1998, la circulation migratoire est suscepti¬ble de mobiliser, indépendamment des moyens sous pavillons étrangers, une centaine d’avions de ligne, une dizaine de traversiers, 26 transrouliers (ro-ro), environ 33 000 camions et semi-remorques ; elle dessert entre 75 et 80 aéroports. La Turquie dispose de trois satellites en propre, use des services d’une autre demi- douzaine de satellites et diffuse une vingtaine de télévisions vers les pays du champ migra¬toire. C’est cette réalité, pratiquée par de nombreuses catégories de migrants, de toutes origines, mais passant souvent inaperçue par sa fluidité même, qui se doit d’être soulignée, d’autant que l’offre télévisuelle et radio- phonique satellitaire, tant interne qu’interna¬tionale, n’a cessé de croître (de Tapia 2000 et 2001).

64Postes et télécommunications forment une deuxième catégorie de réseaux, peu visibles et peu matérialisés. Rappelons ici simplement que les P.T.T. turques, jusqu’à la création en 1992 d’un nouvel établissement nommé Türk Tele¬kom (téléphonie, télédiffusion, télématique), géraient les services classiques des trafics inter¬nationaux : courrier, colis, téléphone, télex, fax, mais aussi que depuis 1990 des programmes télévisés turcs sont aisément captés en Europe grâce à la transmission par satellite (Eutelsat IF-4), puis par le programme Türksat avec un premier lancement en août 1994. Ces programmes qui ont motivé l’installation d’artisans spécialistes du montage d’antennes paraboliques et l’achat par les familles immi¬grées de nombreux équipements comprennent un programme public (TRT-International, TRT Avrasya), un programme radiophonique (TRT-Türkiye’nin Sesi ou la Voix de la Turquie), un programme éducatif (télé-enseignement à partir de l’Université d’Eskişehir, Açık Öğretim Fakültesi) et plusieurs programmes privés (en 1994 : Show TV, TeleOn, Interstar, Kanal 6, HBB,

65début 1996 : Euroshow, version nouvelle de Show TV, destinée à l’émigration en Europe, Kanal D, ATV, Star, TGRT, Kanal 7). Un programme « islamiste » (Hilâl) était également à l’étude, soutenu par l’Association Millî Görüş (Vision Nationale) et le Parti de la Prospérité (Refah Partisi) de Necmettin Erbakan. Les téléspectateurs ont depuis vu l’offre de programmes à connotations religieuses ou islamo-nationalistes (TGRT du groupe İhlâs, Kanal 7 proche des milieux « Millî Selâmet » d’Erbakan, Mesaj, Hakk TV du groupe kaplana, STV- Samanyolu du groupe nurcu de Fethullah Gülen) largement s’étoffer, tant en Turquie, avec transmission satellitaire (de Tapia 2001a), que sur le câble à Berlin (Jonker 2000) .

66Vidéo et télévision câblée sont très utilisées en Allemagne et aux Pays-Bas, et au-delà dans toute l’Europe -à la notable exception de la France- pratiquées dès que possible par les réseaux politiques, de droite comme de gauche (Frachon et Vargaftig 1993, 1995 pour l’édition britannique revue et augmentée). Un commerce actif de vidéocassettes, souvent produites à Berlin et distribuées par des vidéoclubs dans toutes les zones d’immigration turque s’est instauré. Le câble a permis l’émergence de télévisions locales souvent autonomes et peu contrôlées : Berlin en comptait trois : TD1-Türkisch-Deutsch 1, ATT-Avrupa Türk Televizyo¬nu, BTT-Berlin Türkiyem Televizyonu, Londres une, ART-Anadolu Radio Television ; AMGT a évidemment créé sa chaîne : TFD-Türkisches Fernsehen in Deutschland (Frachon et Vargaftig 1995). L’offre berlinoise a depuis explosé : on y compte à la fin du siècle une vingtaine de chaînes turques (Jonker 2000).

67La presse écrite tient une large place dans la vie quotidienne des familles immigrées, peut- être moins en raison de sa qualité que de son don d’ubiquité, reflet du sens pratique indéniable déjà relevé dans les transports. À partir de Francfort sont disponibles les quotidiens Hürriyet, Milliyet, Tercüman, Millî Gazete, Türkiye et les hebdomadaires Cumhuriyet Hafta ou Hafta Sonu, des suppléments pour les femmes. Günaydın et Sabah ont entretemps disparu des kiosques.

68Le fait remarquable est que, imprimés et diffusés à partir de la banlieue de Francfort, ils sont disponibles le jour même ou avec un jour de retard jusque dans l’ouest de la France (par exemple, Poitiers, La Rochelle, Terrasson, Laigle, Flers, Angers...) sur des sites qui ne comptent guère que quelques dizaines de familles. Ce sont généralement des éditions « européennes » reprenant l’édition nationale, mais avec des rubriques ou des pages spéciales centrées sur l’émigration et les informations en Europe et de nombreuses publicités et petites annonces (artisanat et commerces, transports de personnes et de marchandises, équipement des ménages et de magasins, Zentrum für Türkeistudien 1994). On saura immédiatement en Allemagne ou en Suède si une opération de régularisation a été décidée en France (1973, 1981) ou en Italie (1991) ou si un fonds de commerce est mis en vente à Niort ou à Cholet !

69Ceci suppose un réseau d’informateurs et de bureaux de liaison implantés dans toute l’Europe, dans les capitales et les principales zones de résidence de l’émigration. Tirant à environ 200 000 exemplaires en 1988 (Z.f.TS 1988 et 1991), les quotidiens oscillent aujourd’hui autour de 250 000 / 350 000 tirages selon l’actualité du moment, pour une population de référence de 2 536 000 personnes, enfants compris, ce qui doit être souligné.

70Ce réseau d’information écrite est encore renforcé par les initiatives locales (associatives, caritatives, syndicales, consulaires, commer¬ciales) qui, avec plus ou moins de bonheur et de constance créent des journaux, bulletins, lettres d’information à l’usage des communautés localisées.

71Dans le domaine politique, on pourrait citer de nombreux titres engagés, à droite comme à gauche, en turc et en kurde, diffusés à partir de Berlin, Cologne, Paris, Stockholm, Bruxelles. Dans le domaine commercial, on pourra citer l’expérience à Paris de Papağan (le Perroquet), journal d’annonces gratuit tiré à 50 000 exem¬plaires mensuels et diffusé en France depuis plus de dix ans. Ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé : Divan et Avrupa Reklâm ont offert le même service pour la France. Quelques publi¬cations de même nature n’ont qu’une envergure régionale et connaissent un succès relatif, comme Yo-Yo, Türkiyem à Strasbourg, vite disparus, Leylek - La Cigogne (petites annonces islamiques et islamistes, avec une rubrique matrimoniale pour le moins originale, et une cogestion turco-maghrébine), Kilim apparue en 1995, toujours à Strasbourg. La publication d’annuaires, de guides par ou pour les commerçants est relativement courante : par exemple Sıla Rehberi aux Pays-Bas, le Guide de l’Exil ou de la Nostalgie, expression difficilement traduisible, proche par son sens de gurbet, est un annuaire des commerçants, artisans, asso¬ciations, administrations, mosquées turques des Pays-Bas comme Bizim Rehber [Notre guide] à Paris édité en 1995. On pourra de même citer des bulletins d’informations sur la création d’entreprises en Turquie, comme Türkei-Report ou Gelişim, édités par les organismes allemands et turcs chargés de la gestion des programmes de codéveloppment des années 1970 (Isoplan et CIM ; voir infra § : les Turcs, le retour et la création d’entreprise).

72Avec ces divers réseaux (transports routiers, aériens, maritimes, informations sur supports écrits, télévisés, et évidemment radiophoniques et téléphoniques que nous ne développons pas ici), nous sommes en présence d’une véritable logistique de la présence turque en Europe. Elle n’a pas été uniquement mise en place pour répondre aux besoins de l’émigration, les transports, par exemple, auraient existé sans l’émigration, mais c’est bien l’émigration qui a accentué leur développement -avec les vols charters pour émigrés, la liaison car-ferry Venise-İstanbul/Antalya- et qui utilise ces réseaux et dans de nombreux cas les investit (agences de voyages, journaux d’annonces, radios locales, de Tapia 1993, MIGRINTER 1997).

Ethnic Business, Helâl Business : l’espace migratoire comme ressource

73À la suite de travaux menés sur la présence turque à Berlin, citons par exemple ceux de Czarina Wilpert et Ali Gitmez (1987) ou de Jochen Blaschke et Ahmet Ersöz (1991), l’image de commerces florissants très liés au communautarisme ethno-religieux turc et à ses aspects politico-idéologiques s’est imposée. Altan Gökalp ou Nadine Weibel emploient l’expres¬sion « helâl business », calque de l’expression américaine d’ethnic business pour qualifier ces sociétés agglomérant épicerie, boucherie halal, agence de voyages, lieux de culte, diffusion de presse et de vidéo politisée.

74Vaste sujet sur lequel nous nous contente¬rons de quelques idées générales. Hormis l’Allemagne et les Pays-Bas où la littérature est déjà abondante, l’économie immigrée turque d’Europe, formelle et informelle, n’a pas suscité de recherche générale bien qu’il soit possible de citer de nombreuses monographies localisées. On peut cependant, à partir des travaux du Zentrum für Türkeistudien ou du Berliner Institut für Vergleichende Soziologie (équipes Şen et Blaschke) et des rapports du ministère turc du Travail et de la Sécurité Sociale (YİHGM), tirer quelques conclusions d’ensemble. Au début des années 1990, les commerçants, artisans et indépendants sont au moins 44 000, répartis comme suit :

Tableau 6 : répartition des chefs d’entreprise turcs en Europe (1993)

Allemagne

33 000

Estimation ZfTS (Sen)

France

5000

Recensement 1990,INSEE

Belgique

8/900

Estimation A. Manço*

Danemark

500

Estimation YIHGM

Pays-Bas

2400

Estimation YIHGM

Grande-Bretagne

2500

Estimation ZfTS (Sen)

Suisse

464

Sıla Boekhandel Suisse

* selon le ministère belge des Classes moyennes, 1367 détenteurs de cartes de professions indépendantes, ** 1121 indépendants selon le guide Sıla Boekhandel.

75À titre de comparaison, on peut également citer celui de 1000 créateurs d’entreprise en Australie, semble-t-il sur des créneaux proches des activités européennes (restauration et döner kebab, artisanat de service, taxis... YIHGM, passim).

76La vitalité et la démographie de la créa¬tion d’entreprise dépend à la fois de l’implanta¬tion turque (marché captif, au moins au départ), de son ancienneté (55 professions recensées en Allemagne, 40 aux Pays-Bas, environ 45 en France), et des conditions économiques locales (confection à Paris, Londres ou Berlin, agences de crédit et d’assurances en Suisse, bûcheron- nage dans l’Ouest et le Centre de la France, bâti¬ment dans l’Est, import-export à Munich et dans la Ruhr...

77Pour la fin de la décennie 1990, le Zentrum für Türkeistudien estime le nombre d’entreprises d’origine turque à 62 100 unités pour les quinze pays de l’espace économique européen. Ces entreprises, pour les huit principaux pays d’immigration turque, représenteraient au moins onze milliards et 700 millions de DM d’investissements, un chiffre d’affaires de plus de 50 milliards de DM, 256 900 emplois (Şen, Ulusoy et Öz 1999).

78Au-delà de ces généralités, qui ne démar¬quent probablement pas les Turcs d’autres courants migratoires -on retrouve ailleurs les mêmes tendances vers l’ethnic business au départ, avec une banalisation de plus en plus grande par la suite-, il semble pourtant que se dégagent trois originalités :

Tableau 7 : répartition des chefs d’entreprise turcs en Europe (1997)

Pays

Entreprises

Investissement (millions DM)

Chiffre d’affaire (millions DM)

Emplois

Les « Quinze »

62 100

Belgique

1500

217

882

4600

Danemark

500

79

315

1600

Allemagne

47 000

9540

41 360

206 000

France

4700

659

2627

16 200

Pays-Bas

4300

732

2816

14 400

Autriche

3000

404

1803

10 600

Suède

300

36

165

1000

Grande-Bretagne

700

123

467

2500

Autres

100

Source : Şen, Ulusoy et Öz, Zentrum für Türkeistudien 1999, İstanbul, Cumhuriyet.

  • L’implantation européenne des réseaux commerciaux, avec des nœuds de con¬centration (distribution en provenance de Turquie : Milan, Munich, Cologne, Francfort, Strasbourg, et des lieux de fabrication ; distribution des produits turcs d’Europe : Berlin, Paris, Stockholm, Stuttgart, Bruxelles). Une véritable étude des circuits commerciaux reste toutefois à réaliser. Une première série de relevés, établie à Strasbourg chez des détaillants et un grossiste possédant sa propre surface de vente et ses circuits de distribution dans le nord de la France, complétée par le relevé de publicités pour des produits alimentaires dans les quotidiens turcs de Francfort, permet toutefois de se faire une première idée des circuits d’approvi¬sionnement. Ceux-ci mobilisent la Turquie et les Balkans, comme le montre l’enquête du Zentrum für Türkeistudien pour TÜSIAD (le patronat turc), mais aussi Allemagne, Danemark, Suisse, Belgique et Pays-Bas. L’Allemagne produit charcuterie industrielle helâl et fromages, le Danemark surtout du fromage, la Belgique des spécialités pâtissières et confiseries. Conserves et semi-conserves sont conditionnées en France, Allemagne, Turquie, mais les approvisionnements ne dédaignent pas le Maghreb, la Chine, Taiwan ... en fonc¬tion du marché !

  • La dimension « communication » de l’ensemble du phénomène commercial, dont une part importante est tournée vers le voyage et les transports, l’audio¬visuel (radio, TV, vidéo...), les supports écrits (librairie, édition, presse). Une sous-partie de cette dimension est due sans conteste à la barrière linguistique existant entre la langue turque et les langues des pays d’accueil, faisant la fortune de multiples intermédiaires : traducteurs-interprètes, conseils juridi¬ques, voire même auto-écoles.

  • La dimension religieuse lato sensu, cul¬turelle de fait, d’une partie importante de ces entreprises (helâl business, selon Gökalp) a permis durant les années 1990 d’étendre ces réseaux à toute l’Europe : à partir de lieux de production situés en Europe comme en Turquie, avec İstanbul comme relais et centrale d’achat -c’est à İstanbul que la majeure partie des sociétés de transport TIR sont installée-, des entreprises comme Gazi, Baktat, Egetürk, Efefırat, Yayla, Marmara, Trakya-Saray, İtikat, YİMPAŞ ont organisé des réseaux de distribution couvrant toute l’Europe, voire les États-Unis (http://www.turkishgrocery.com, http://www.turkishtaste.com par exem¬ple). Certains groupes affichent clairement leur appartenance islamique, à l’instar d’İtikat qui met sur son site Internet (http://www.itikat.de) des certificats halal (en turc, allemand, anglais) signés du Şeyh’ül Islam (titre et fonction sup¬primés par Atatürk !). D’autres ont systé¬matiquement joué sur la fibre de la soli¬darité turco-musulmane (comme YİMPAŞ originaire de Yozgat). Toutes jouent sur la nostalgie, les goûts, les couleurs, les produits spécifiques originaires de Turquie.

Épargne des migrants et économie turque

79Aujourd’hui, les remises des migrants ont très largement perdu leur importance dans les équilibres budgétaires nationaux (revenu national, produit national brut, balance des paiements). Depuis quelques années, les montants déclarés oscillent entre 2664 mil¬lions de dollars US (1994) et 4229 millions (1997). La moyenne annuelle tourne autour de trois milliards de dollars. En comparaison, les revenus du tourisme international ont varié entre 2654 millions (1991) et 7002 millions (1997), ceux des exportations (free on board) entre 12 959 (1990) et 26 245 millions de dollars (1997) pour atteindre une somme de 31 063 millions de dollars US en 2001, tandis que le commerce « à la valise » (petty traders, shuttle trade, tchelnoky) atteignait 8842 mil¬lions de dollars en 1996 (DIE 1998, Statistical Yearbook of Turkey). Le temps est loin où les remises des migrants pouvaient à elles seules combler le déficit de la balance des paiements (1972 et 1973).

80Mais en réalité les remises des migrants (işçi dövizleri) ne sont plus le seul titre de la balance des paiements où les effets de l’émigration peuvent être décelés : agences de voyages et voyagistes (tour operators) drainant vers la destination Turquie des centaines de milliers de touristes, aussi bien Turcs d’origine qu’étrangers, sociétés d’import-export qui travaillent préférentiellement avec la Turquie et distribuent leurs produits dans les boutiques et magasins européens. Les routes du com¬merce turc sont connues à travers les Balkans, la Méditerranée, la mer Noire et l’Europe orientale. La localisation des pôles de distribution en Allemagne (Munich, Cologne, Berlin), Italie (Milan), France (Strasbourg, Paris, Lyon) est également étudiée, mais s’il est certain que la circulation migratoire renforce les trafics commerciaux et touristiques internationaux au bénéfice de l’économie turque, il est très difficile d’approcher les réels impacts économiques de l’émigration sur cette économie (MIGRINTER 1997).

Migration internationale et mobilité sociale

81L’on sait que la grande majorité des immigrés de la première génération était généralement peu ou pas qualifiée, mais avec toutefois de grandes variations d’un pays d’immigration à l’autre : si la France a par exemple recruté des agriculteurs sans qualification dans les régions marginales de l’Anatolie, l’Allemagne a au contraire organisé la venue de travailleurs relativement qualifiés. Ainsi, les enfants de ces migrants, à la seconde, voire à la troisième génération, reproduisent trop souvent les sché¬mas de leurs parents et connaissent parfois de grandes difficultés pour s’insérer dans l’activité économique européenne, elle-même en pleine mutation. Chômage, bas salaires, bas niveaux de qualification sont des problèmes souvent rencontrés par les jeunes d’origines étrangères un peu partout en Europe. Mais une partie d’en¬tre eux accède à l’Université et à l’enseignement supérieur, obtient qualification et diplômes. Une part non négligeable de la première généra¬tion, pour des raisons très diverses, est entrée dans le processus de création d’entreprise en Europe, d’abord dans les grandes cités alleman¬des, puis en France, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Grande-Bretagne. Nous connaissons tous des collègues universitaires d’origine turque et nous rencontrons partout des chefs d’entreprise dont certains ont connu des success-stories pour le moins intéressantes.

1972, « le non-retour à l’industrie, trait dominant de la chaîne migratoire turque »

82Dès 1972, Nermin Abadan critiquait dans la revue française de Sociologie du Travail l’idée du retour des ouvriers turcs vers le secteur pro¬ductif, en particulier industriel, après avoir migré en Europe. L’auteur, qui avait entrepris dès les années 1960 l’étude des conditions d’insertion des travailleurs en Allemagne, pensait que la théorie de la chaîne migratoire (migratory chain) mise en avant par les experts de l’O.C.D.E. n’était pas réaliste, avant tout pour des raisons liées à la sociologie turque (origines rurales de la plupart des émigrés), et que ceux-ci préféreraient investir les secteurs indépendants non productifs (immobilier, commerce, hôtel¬lerie-restauration, transports). Les études pub¬liées par Toepfer (1980, 1981, 1983, 1986), Gökdere (1978), Gitmez (1983) ont montré la véracité et la justesse de ce jugement. Mais ces études montrent aussi le poids des conditions locales et des niveaux régionaux de développe¬ment : les retours ont pu être relativement productifs à Bursa ou Antalya, provinces dynamiques de l’ouest anatolien, très peu positifs à Kirşehir (Gitmez 1983) ou Sinop (Yılmaz 1992), totalement improductifs sinon stériles à Erzurum (Kozak 1979).

Typologie d’entreprises

83La Turquie, à l’instar du Mexique, est proba¬blement le pays le plus étudié en matière de retombées des migrations internationales. Le caractère massif de l’émigration, l’usage rapide et en constante augmentation des réseaux so¬ciaux et économiques (Wilpert 1992), la super¬ficie des champs migratoires, ont poussé un grand nombre d’auteurs à travailler sur les problématiques de l’émigration dans les deux cas. Si l’on ne retient que les références présen-tées par le Zentrum für Türkeistudien (Essen) et YİHGM, les chiffres de 67 340 à 73 110 entre¬prises peuvent être avancés pour l’Europe (sans la Suède, la Norvège, la Finlande), l’Australie, l’Amérique du Nord. Ceci inclut les Chypriotes turcs de Grande-Bretagne, mais non les 13 700 entreprises des pays arabes (rarement décomptées comme turques en raison du régime local de la kafala) ou le millier d’entre¬prises d’Asie Centrale, en rapide augmentation (Balcı et Buchwalter 2001, TIKA, Eurasian File, passim).

84En réalité, donner une image précise et cohérente de l’entreprise turque émigrée n’est pas facile. Quel est le point commun entre le bûcheron indépendant du Limousin français, le coiffeur ou le boucher illégal mais toléré d’Arabie Saoudite vivant sous le régime de la kafala, le grand nombre de vendeurs de döner kebab (type İmbiss Kiosk en Allemagne) en Europe ou en Australie, le commerçant ambulant des marchés français, le restaurateur de Paris, Berlin, Francfort ou Tachkent, le voyagiste et le transporteur aérien comme Marmara (France), Avrupa, Öger Türk Tours, Reca Handels (Allemagne) ? Les listes sont aujourd’hui très variées, à l’image de ce que propose Internet (par exemple : www.turkindex.com, www.telerehber.com). Entre les chômeurs qui ont investi leurs économies dans un modeste kiosque à sandwiches et döner ou pour un étal de fruits et légumes sur un marché et les propriétaires de compagnies aériennes comme Vural Öger, Hamdi Öztürk ou Selahettin Yetmişbir, la différence est grande et le seul point commun est une origine turque, peut-être aussi une grande faculté d’adaptation et l’esprit d’entreprendre. Certains d’entre eux sont devenus de véritables hommes d’affaires, investisseurs industriels, parfois à cheval sur les deux espaces, Allemagne et Turquie, à l’image de ces autres entrepreneurs décrits par Doğan Pürsün (1998) ou Osman Söyler (1992) : Kemal Şahin (1690 employés sur des sites en Allemagne et Turquie), Burhan Öngören et Erdoğan Yüksel (épicerie et filière viande, sous la marque Egetürk), Hüseyin Kuru (épicerie Marmara GmBh, 120 employés), Recep Keskin (centrales à béton). L’immense majorité de ces entreprises reste malgré tout une petite ou même une « micro-entreprise » (restaurant, atelier de confection, épicerie, chauffeur de taxi, bûcheron, traducteur, aide-comptable, marchand de fruits et légumes ou baraque de döner kebab...). Les contraintes ou les opportu¬nités locales sont souvent décisives : ainsi le Limousin compte de nombreux bûcherons indépendants, mais pas l’Alsace où la forêt est bien plus étendue, car le régime forestier y est différent (forêts communales ou domaniales plus que privées). Si l’Australie ou le Canada semblent partager des traits communs avec l’Europe, ce n’est plus le cas aux États-Unis ou en Arabie Saoudite en raison de structures des marchés très différentes. Mais très clairement, les entrepreneurs turcs ont un sens aigu de l’adaptation aux conditions locales : marchands de souvenirs sous le Château de Prague, ils sont boulangers à Sofia ou Bucarest.

85Les entrepreneurs turcs européens sont rela¬tivement bien organisés. Ils possèdent leurs journaux d’annonces, sont présents sur le web à différents niveaux (annuaires comme türkindex-telerehber, sites d’entreprises), éditent des guides et ont fondé de nombreuses organisa¬tions, associations, chambres professionnelles. On citera pour l’Allemagne : ATIAD (hommes d’affaires et industriels), TÜDET (textile et con¬fection), TIDAF-ATID (http://www.tidaf.de), CDTG (hommes d’affaires), TITAB (trans¬porteurs internationaux), ATDID (exploitants et fabricants de döner kebab), VTR (voyagistes et agents de voyages), ATMB (bâtiment et travaux publics), Türkimport (épiciers et grossistes), TDU, CDTU et DTV (patronat). Aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne (avec les Chypriotes turcs), en Suisse, en Autriche, les patrons turcs immigrés suivent le modèle allemand, mais la France semble sur ce point très en retard.

86Quelques travaux récents portant sur la parenté et non spécifiquement la création d’entreprise (Autant-Dorier 2002) montrent à quel point les réseaux de solidarité, et en particulier justement ceux de la parenté (akrabalık), sont importants pour le démarrage et le développement de l’entreprise : c’est le cas de la constitution du capital initial (bien que l’on ne rejette en aucun cas les prêts bancaires ou les aides publiques), de l’emploi de proches ou d’amis originaires du même lieu (hemşehrilik), de l’approvisionnement, de la distribution. Dans d’assez nombreux cas, on peut ainsi relever la pratique du double investissement (pays de résidence, pays d’origine), d’échanges de marchandises (plus difficilement de capitaux, l’économie turque ne peut suivre sur cet aspect vers l’Europe), la constitution de réseaux de distribution. Les réseaux islamiques -au sens de réseaux jouant systématiquement sur l’appartenance religieuse, c’est bien le cas du helâl business- ont été capables de créer une économie transnationale. Enfin, l’entreprise peut aussi jouer le rôle de sas pour les primo-arrivants, soit en fournissant les conditions d’un regroupement familial (contrat nécessaire pour le conjoint vivant en Europe afin de débuter la procédure de regroupement), soit lors de l’arrivée de candidats à l’immigration (également possibilité de régularisation). La possession d’une carte de résident, d’une carte d’identité, est un argument de poids dans la négociation d’un mariage de type « traditionnel ». On remarque ainsi (tableau 2) que sur 2135 immigrés turcs partis en Allemagne, 1837 relèvent d’entreprises « turques » !

Les Turcs, le retour et la création d’entre¬prise

87Le principal intérêt de la plupart des orga¬nismes internationaux qui ont étudié les condi¬tions de la création d’entreprise dans le cadre des retours définitifs dans les pays d’origine résidait dans l’idée développée par l’OCDE sous l’expression de « chaîne migratoire ». Durant les années 1970, et particulièrement sous l’effet de la crise économique déclenchée par les chocs pétroliers (1973-1974), s’impose l’idée, même en France où elle n’est pas vraiment ancrée, de la migration alternante qui doit amener les migrants à retourner dans leurs pays. Le savoir- faire acquis en Europe doit permettre un retour productif au niveau individuel, un développe¬ment économique au niveau collectif. Ceci explique la littérature abondante produite par l’OCDE, le Conseil de l’Europe, les projets REMPLOD, ISOPLAN et CIM, aux Pays-Bas et en Allemagne, visant la Turquie, la Tunisie, le Maroc ou le Mexique, plus rarement Yougos¬lavie, Portugal, Grèce et Algérie. L’actuelle réflexion sur le codéveloppement, alternative à la migration, n’en est pas très éloignée.

88Les statistiques turques concernant les retours (kesin dönüş) sont en réalité très limitées. C’est en Allemagne que l’on a la vision la plus claire du phénomène, mais les statistiques allemandes ne sont elles-mêmes pas entièrement fiables. S’il est sûr aujourd’hui que la majorité des retours se fait dans le cadre des chantiers des pays arabes ou de l’ex-U.R.S.S., les chiffres sont plus qu’ailleurs sujets à caution, voire inexistants. Si l’Allemagne publie des chiffres sur les changements de résidence -dont le départ pour la Turquie-, la France ne publie que les retours aidés par l’OMI (Office des Migrations Internationales) et ceux-ci sont extrêmement limités. Un migrant rentrant au pays et gardant son document de séjour sur lui ne sera effectivement pas décompté.

89En com¬parant statistiques nationales (recensements), internationales (SOPeMI, Eurostat) et turques (recensements DIE), nous pouvons cependant estimer les retours à plus de 1 500 000 person¬nes, soit une proportion du tiers, ce qui rattache la Turquie à une situation moyenne.

90L’expérience turque dans le domaine migra¬toire a connu 44 années de développement et des situations très diverses dans une trentaine de pays différents. Quel peut-être l’impact de cette expérience dans le domaine de la création d’entreprise ? En simplifiant, il peut être avancé un historique en trois périodes : l’ère des entre¬prises populaires (halk şirketleri), l’ère de l’helâl business, l’ère des tigres d’Anatolie.

L’ère des sociétés populaires (Halk Şirketleri)

91Cette expérience débuta en 1964 avec la société Türksan fondée à Cologne. Un groupe de travailleurs sociaux eut l’idée de proposer aux travailleurs émigrés en Allemagne et aux autorités turques la création d’une entreprise mobilisant l’épargne immobilisée en émigration. Un diplomate devenu plus tard ministre du travail du gouvernement Ecevit apporta son soutien, renforcé par quelques intellectuels intéressés par la modernisation et la démocrati¬sation de la société turque (Ali Nejat Ölçen ou Cevat Geray). L’expérience est alors soutenue par des organismes de coopération et des programmes de développement internationaux (Isoplan et Centrum für Migration en Allemagne, REMPLOD Project aux Pays-Bas) tandis que le gouvernement turc lance des études préalables et des expérimentations sur le terrain (comme la coopérative de Yenifakılı à Yozgat). Ces premières opérations connaissent un certain succès et la Turquie lance l’idée d’un « modèle turc » de développement (Türk modeli), sorte de troisième voie entre le capita¬lisme et le socialisme dite Secteur Populaire (Halk Sektörü).

92Toute une réglementation, des banques d’investissement (DESIYAB-Devlet Sanayi İşçiler Yatırımları Bankası, Banque d’État des Investissements Ouvriers pour l’Industrie) sont créées, d’autres se voient confier des secteurs spécifiques et des fonds spéciaux comme Türkiye Halk Bankası pour la gestion des fonds allemands et néerlandais pour l’entreprise artisanale de production et Ziraat Bankası pour les investissements dans la modernisation de l’agriculture. La littérature grise et universitaire sur le secteur populaire montre les polémiques et les enjeux de l’expé¬rience qui ponctuent l’actualité économique et sociale turque (Abadan 1972, Gökdere 1978, Güven 1977, Van Velzen 1977, Penninx et Van Rensellaar 1978, dans le cadre de REMPLOD, Jurecka et Werth, 1980, Toepfer 1980, 1981, 1983, 1986, et Stevens pour les travaux d’Isoplan...). Les remises des migrants motivent une impressionnante série de thèses en Allemagne comme en Turquie, puis dans d’autres pays ainsi que de nombreux rapports d’organismes internationaux (OCDE, BIT, Communauté Européenne, Conseil de l’Europe). Les retours productifs sont alors le sujet de nombreuses recherches : à partir de l’expérience Türksan lancée à Avcılar (banlieue d’İstanbul) et des premières douze coopéra¬tives, seront lancées au moins 550 sociétés industrielles et financières, et quelques 7000 coopératives. Une petite minorité sera couron¬née de succès, l’immense majorité disparaît ou se trouve rachetée, à bas prix, par des investis¬seurs locaux (de Tapia 1996, Mutluer 1997).

93Le Secteur Populaire se décompose en cinq catégories :

  • les coopératives de petits producteurs artisanaux (Küçük Sanâtkar Kooperatifleri) sont créés dans les bazars des grandes villes (cf. Van Velzen 1977 pour Kayseri) et des zones rurales spécialisées dans une production spécifique (armurerie, tissage de tapis).

  • Les coopératives de développement rural (Köy Kalkınma Kooperatifleri) sont mon¬tées par des agriculteurs qui peuvent ainsi s’inscrire sur les listes prioritaires de candidats à l’émigration (contingents de 200 par village ou 2000 par région rurale). L’émigration est théoriquement conditionnée par le dépôt d’un projet coopératif de développement rural agréé par l’Administration.

  • Les sociétés ouvrières (İşçi Şirketleri) proposent un projet industriel et financier aboutissant à un investisse¬ment encouragé par l’État (teşvik belgesi : certificat d’encouragement). Les émigrés forment au moins 50 % de l’actionnariat (actions ou obligations).

  • Les sociétés populaires (Halk Şirketleri) combinent les investissements des émi¬grés, des épargnants locaux (au moins 50 % des parts), des services de l’État (ministères, établissements publics, entreprises nationales).

  • Les sociétés ouvertes au public (Halka Açık Şirketler) sont des firmes privées ouvrant leur capital aux petits épar¬gnants, émigrés ou locaux.

94La Turquie est un vaste pays dont l’une des caractéristiques est bien la très rapide crois¬sance démographique. Le nombre de dossiers a très vite excédé les capacités des administra¬tions de contrôle et d’encadrement, mais aussi celles des organismes internationaux de développement. Très vite, comme le souligne Abadan (1972), la coopérative rurale devient un simple moyen de sortie du territoire, sans aucune contrepartie collective : le projet reste flou, les cotisations ne sont pas versées. Elle favorise l’individualisme alors qu’elle était basée sur les traditions de solidarité collective (Abadan 1972).

95Contrairement à l’opinion des sociologues et des politologues, les géographes pensent que l’expérience, stoppée pour des raisons qui apparaissent d’abord idéologiques -la troisième voie turque supportée par Bülent Ecevit et ses amis est désavouée par les gouvernements de la période Evren, dont Turgut Özal- n’est pas négative. S’il est vrai que le modèle sociologique de développement est dévoyé, que le capital est détourné au profit d’intérêts locaux, que les moyens d’encadrement n’ont pas été à la hauteur de l’enjeu, les nombreux articles de Toepfer ou des thèses de géographie économique (de Tapia 1996, Mutluer 1997) montrent que les investissements des émigrés ont accompagné (Bilecik, Konya, Kayseri) ou préparé (Yozgat, Denizli) la voie à l’investisse¬ment privé.

96L’hypothèse d’un lien fort entre investissement émigré et apparition d’un nou¬veau type d’industriel (Anadolu Kaplanları-Tigres d’Anatolie) peut être énoncée : ce sont les régions de forte émigration qui décollent durant les années 1980-1990.

97Tout dépend effectivement de la grille de lecture choisie : si globalement, socialement, économiquement, l’expérience des sociétés populaires a bien été un fiasco retentissant, elle a mobilisé les solidarités rurales et locales pour accéder à l’émigration. Des villages ou des lignages entiers se sont transférés en Europe (et le mouvement continue par le biais des mariages !). On pourrait dire que le caractère segmentaire l’a emporté sur le caractère solidaire de la communauté rurale anatolienne. L’erreur des planificateurs turcs et européens des années 1960-1970 a été de penser que la solidarité rurale était ancrée sur un terroir, or c’est la solidarité de groupe qui semble l’avoir emporté. Les entreprises, parfois appelées hemşehri şirketleri (sociétés de pays), n’ont que rarement fixé la population sur place, battant en brèche l’idée émergente d’un co-développement.

Helâl Business, Ethnic Business : de la nostalgie à l’investissement commercial

98L’appellation Helâl Business est utilisée par plusieurs auteurs français comme Altan Gökalp ou Nadine Weibel et répond à la notion améri¬caine d’ethnic business. Les premières descriptions disponibles pour la France viennent évidemment de l’observation de l’émergence d’un secteur d’entreprises tertiaires en Allemagne : Çetinsoy à Stuttgart (1977), Wilpert et Gitmez à Berlin (1985). Les entre¬prises ont débuté lentement avec l’épicerie, à laquelle s’ajoutent vente de billets d’autocars, avions, car-ferries, puis location ou vente de cassettes de musique et vidéo, restauration. La demande pour des produits rappelant les goûts et couleurs de Turquie, permettant ce que Schöning-Kalendar (1984) a nommé le turkish way of life, est forte en émigration (fruits et légumes, pain, thé, café, boissons alcoolisées, musique, informations...), en référence à l’islam turc de préférence aux autres écoles musulmanes (Maghreb, Moyen-Orient, Pakistan) rencontre assez rapidement l’intérêt d’entrepreneurs aussi bien en émigration qu’en Turquie. Le helâl business naît très logiquement de cette rencontre de la tradition et de la nostalgie (gurbetçilik) et d’un mélange de conservatisme politique et d’opportunisme économique. Il se construit sur ce composé de nostalgie de patrie perdue (images, odeurs, saveurs, couleurs, sons et rythmes) et de propo¬sitions de services étendues : lieux de prière, voyages vers la Turquie -incluant rapatriement des corps en terre d’islam, cenaze nakli-, pèleri¬nage à La Mecque, préparations culinaires licites selon la loi coranique (helâl), offres culturelles (musique, cinéma, livres, concerts). Osman Söyler (1992) ou Doğan Pürsün (1998) ont décrit la réussite de ces investisseurs qui ont débuté modestement pour devenir chefs d’entreprise employant parfois des centaines de personnes, production en Allemagne et en Turquie, vente dans les pays du champ migra¬toire. Ces entrepreneurs, turcs ou nés en Turquie, ont alors tissé des liens physiques entre les deux bornes du champ migratoire ; c’est bien ce que montrent les annuaires de transporteurs internationaux disponibles (UND, UTIKAD, TITAB).

L’ère des Tigres d’Anatolie (Anadolu Kaplanları)

99Durant les années 1990 est apparu un nou¬veau type d’entreprise dit en Turquie Anadolu Kaplanları (Tigres d’Anatolie). Ces entreprises ne diffèrent pas réellement de ce que l’on connaît par ailleurs (sociétés ouvrières, secteur populaire ou sociétés ouvertes au public). Leurs seules caractéristiques originales sont d’appa¬raître dans des régions conservatrices où l’islam tient une place majeure dans la société et de souvent mettre en avant cet attachement aux valeurs traditionnelles. Les régions d’origine (Konya, Kayseri, Karaman, Aksaray, Yozgat, Çorum...) situées en Anatolie Centrale sont souvent les régions de départ de très nombreux migrants. Pour des raisons clairement écono¬miques et techniques (la maîtrise des technolo¬gies), on retrouve les mêmes secteurs de production que pour les sociétés ouvrières (agro-alimentaire, biens de consommation). Le capital provient d’Europe -les émigrés sont directement sollicités sur la base de la solidarité musulmane et le respect de règles islamiques comme l’absence de la notion d’intérêt du capital- et/ou de pays musulmans comme les pays arabes ou la Malaisie (Jetpa Holding). Si certaines entreprises, souvent qualifiées de holding, affichent clairement la solidarité islamique (İhlâs, YİMPAŞ, Kombassan), d’autres sont plus discrètes (Jetpa, Kaldera). La comparaison entre brochures et sites internet est souvent éclairante, à condition de bien connaître les évolutions de la société turque. Ainsi, İhlâs Holding est propriétaire d’un quoti¬dien (Türkiye), de périodiques (Tarih ve Medeniyet, histoire grand public), d’une chaîne de télévision (TGRT et Huzur Radyo) clairement engagés dans le discours conservateur islamo-nationaliste. La branche nurcu de Fethullah Gülen contrôle elle aussi une télévision (S-TV, Samanyolu), un quotidien (Zaman), des chaînes d’écoles privées en Europe, Russie et Asie Centrale. Kombassan gère une compagnie aérienne (Air Alfa), contrôle 20 % de Kanal 7 et le club de football de Konya. Pour la majorité de ces compagnies holdings, la relation entre discours islamiste et affaires financières et industrielles est difficile à établir ; c’est dans le décryptage et le décodage de signes (photos des dirigeants, engagements connus de l’un ou de l’autre, composition de l’actionnariat, liste des participations financières) que l’on peut recon¬naître des signes, à condition de bien suivre l’actualité de la société turque et de pouvoir lire les textes turcs originaux.

100Ces Tigres anatoliens, souvent minimisés ou décriés, voire dénoncés, par la presse turque, ne sont pas systématiquement liés aux réseaux politiques islamistes, mais nombre d’entre eux, à l’instar de YİMPAŞ Holding créé à Yozgat, investissent en Turquie, en Europe ou en Asie Centrale. Le site Internet de l’entreprise donne des adresses de magasins à Francfort, Lörrach, Heidelberg, Cologne, Bregenz, des projets en Belgique, en France, à Ashkabad ou Tachkent. YİMPAŞ qui annonce 12 000 employés et 90 000 actionnaires fonctionne sur le modèle des çok ortaklı halk şirketleri, avec des bureaux de liaison en Europe et en Turquie (« nos pieds en Turquie, nos bras en Europe et en Asie », dit l’éditorial sur internet, http://www.yimpas.com). Cette présence à l’étranger n’est pas sans inquiéter certains observateurs européens.

101La Chambre de Commerce de Konya (http://www.kto.org.tr) permet la liaison avec Aksaray, Anser, Endüstri, Kaizen, Kaldera, Kamer, Katra, Komabassan, Konya Sanayi, Noya, Sayha Holdings. Anser et Kaldera ont par exemple subventionné (par la publicité) des associations de jeunes au départ liées à Millî Görüş en France. Les brochures de ces entre¬prises sont présentées dans les agences de voyage, les mosquées, les locaux associatifs alors que les quotidiens imprimés à Francfort diffusent souvent leurs annonces. Toutes ont en commun leurs origines géographiques (régions d’émigration politiquement conservatrices), leur appel à l’épargne des émigrés, leur présence conjointe en Turquie et en Europe, leur discours sur la solidarité et la construction d’un monde plus juste), ce qui n’empêche pas les zones d’ombre et les interrogations : Jetpa Holding a connu une faillite retentissante et ses dirigeants sont recherchés par la justice turque.

Entreprises de Bâtiment et Travaux Publics

102Un autre secteur important est celui des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics. Les sociétés turques sont très actives au Moyen- Orient, en Asie Centrale et même en Russie et au Pakistan avec la construction de l’autoroute Lahore-Islamabad (TIKA, YIHGM, Unbehaun 1995). Les petites entreprises créées par les immigrés sont très nombreuses en Europe (peintres, maçons, charpentiers, crépissage...).

103Ainsi Recep Keskin, dont la biographie figure dans l’ouvrage de Pürsün (1998) a-t-il acquis une envergure non négligeable sur le marché allemand avec 180 employés dans la fabrication de produits en béton. La concurrence est parfois rude entre entreprises allemandes et turques sur certains marchés et a pu déclencher des polémiques (Russie, Belarus). Nous n’avons pour le moment aucun exemple de relations directes entre entrepreneurs migrants et entre¬prises turques en Asie Centrale, mais de fait certaines entreprises sont présentes sur les deux marchés, à l’image de YİMPAŞ, active en Europe occidentale (Allemagne, Autriche, Belgique, France) et en Asie Centrale (complexes commerciaux et culturels à Tachkent et Ashkabad), ou İhlâs Holding sur des sites proches (centre commercial de Budapest). Ce secteur mérite une étude approfondie.

104Relevant de l’artisanat, les petites entre¬prises européennes du secteur du bâtiment reposent sur un savoir-faire relativement simple, peu d’accumulation ou peu d’immobili¬sation de capital. Ces petites entreprises répon¬dent à plusieurs besoins de fait, échapper au chômage, créer son entreprise et devenir indépendant, pouvoir fournir un emploi à un membre du réseau de parenté ou allié et ainsi lui permettre de venir en Europe. Là encore, la prise en compte des normes sociales anatoliennes peut surpasser les calculs économiques.

La mobilité comme ressource économique

Les voyagistes

105Les agences de voyage, puis les voyagistes, sont apparus en Allemagne dès les années 1960 pour satisfaire les besoins des migrants qui désiraient prendre leurs congés au pays. Un grand nombre d’entreprises ont d’abord vendu des billets d’autocars ou d’avions au comptoir ou dans l’arrière-boutique des épiceries. En 1989, 55 voyagistes allemands opéraient enTurquie, dont 12 étaient en fait des sociétés créées par des Turcs d’Allemagne (Medi Tour, Nazar Reisen, Sultan Reisen, ATT, Aquarius, Öztürk...). En 1991, ce chiffre était passé à 17 (Şen 1992).Doğan Pürsün (1998 : 115, histoire de Vural Öger) cite les données suivantes :

« Öger Tours, Öger Türk Tur et ATT ont transporté en 1997, 827 739 passagers et gagné 834,4 millions de Deutsche Mark. Le nombre des passagers et les revenus nets ont progressé de 12,8 % et 10,2 % respectivement entre 1996 et 1997 ».

106La société travaille avec Condor, filiale de Lufthansa, Sunexpress, charter commun à Lufthansa et Turkish Airlines, İstanbul Airlines et Pegasus Airlines, elle programme 130 à 135 vols par semaine et possède des bureaux en Allemagne, Turquie, Autriche et France (3000 employés). Les firmes du groupe gèrent des destinations sur tous les marchés touristiques et ne peuvent plus être considérées comme ressortant de l’ethnic business (http://www.oeger.de).

107Autre exemple donné par Pürsün, Selahettin Yetmişbir, patron d’Avrupa implan¬tée à Stuttgart. Il travaille comme Vural Öger avec Condor / Lufthansa depuis la fin des années 1960 (Çetinsoy 1977). L’association Avrupa - Condor a transporté environ 3 500 000 passagers entre Allemagne et Turquie. Avrupa, avec 60 agences, contrôle le marché charter des migrants sur l’Allemagne centrale et du sud, mais propose de fait ses services aux familles installées dans l’est de la France. Contrairement à Öger, Avrupa est restée spécialisée sur la cir¬culation migratoire.

108Hamdi Öztürk, implanté à Mannheim, était actionnaire d’İstanbul Airlines (IHY), compagnie qui avec une vingtaine d’avions s’était hissée à la seconde place du marché turc avant sa brusque et récente disparition (2001). L’association Öztürk - IHY a transporté environ 2 500 000 passagers vers İstanbul, Ankara, İzmir, Adana, Antalya, Dalaman, Trabzon, Gaziantep, Bodrum et Ercan, l’aéroport de Nicosie, en secteur turc (Pürsün 1998 : 246). Recep Ertuğrul a créé Reca Handels, leader en Allemagne sur le segment des car-ferries. Son partenaire principal est la Turkish Maritime Lines - TDI (130 rotations et 27 000 passagers par an).

109Une expérience de trains autos-couchettes a dû être stoppée en raison de la guerre en Yougoslavie.

110D’autres expériences peuvent être décrites en France (Marmara) ou aux Pays-Bas (Sultan Reizen). Ces quelques exemples montrent bien la vitalité du secteur et sa relation avec la notion de circulation migratoire, mais il faut remarquer que la plupart des voyagistes deviennent assez rapidement des généralistes (Öger, Marmara, Sun-Touristik) et s’intéressent à des clientèles banalisées, autochtones comme immigrées.

Entreprises immigrées et Nouvelles Technologies d’Information et de Communication (NTIC)

111Ce secteur devenu stratégique voit les entre¬preneurs turcs actifs. Une fois de plus, la France semble à la traîne sur ce sujet. Des sondages sur les réseaux Internet et le suivi de la littérature scientifique montrent comment GSM, télédiffusion satellitaire et internet proprement dit sont utilisés par les entreprises et organisations migrantes (associations, fédéra¬tions, partis politiques, groupes islamiques). À Bruxelles, Bâle, Berlin, Paris ou Francfort, le nombre de magasins vendant du matériel informatique, téléphonique ou télévisuel (kits de réception satellitaire) augmente rapidement. Il est intéressant de suivre, à l’instar de Gerdien Jonker (2000) à Berlin, l’émergence et le déve¬loppement de la télévision câblée turcophone. Ainsi, après quelques rapides considérations sur l’offre télévisée satellitaire dans le paysage audiovisuel européen (de Tapia 1998), nous avons commencé à Strasbourg à étudier les messages diffusés par les sociétés turques sur internet.

... et transporteurs internationaux !

112Les premiers travailleurs migrants, durant les années 1950-1960, étaient arrivés en Allemagne par le train. L’offre aérienne est cependant apparue rapidement, proposée par les compagnies aériennes nationales, mais commercialisées par des firmes créées par les migrants eux-mêmes (Avrupa avec les charters Condor, filiale de la Lufthansa à Stuttgart, Öger Türk Tur à Hambourg, Öztürk à Francfort). Le mode routier, peu présent dans les années 1960, a réellement émergé dans les années 1970 et 1980. Ainsi, ce sont environ 800 sociétés de transport international routier (TIR, selon la définition de la convention de New York, 1975), une centaine de compagnies d’autocars, une vingtaine à une trentaine de compagnies aériennes -régulières et charter- qui participent à la circulation migratoire. Le nombre de ressor¬tissants turcs qui passe la frontière chaque année avoisine les six millions, dont environ 85 % sont des migrants résidant à l’étranger (de Tapia 1996). Les membres des associations professionnelles UND (Uluslararası Nakliyeciler Derneği - International Transporters Association, http://www.und.org.tr) et UTIKAD (Uluslarara¬sı Taşıma İşleri Komisyoncuları ve Acenteleri Derneği - Turkish Freight Forwarders Associa¬tion, http://www.utikad.org.tr) travaillent avec les firmes d’import-export d’Europe, de Turquie, du Moyen-Orient, de Russie et d’Asie Centrale. Söyler (1992) décrit des entrepôts situés dans les halles des grandes villes alle¬mandes qui reçoivent jusqu’à 800 camions turcs par an et certaines sociétés créées en Allemagne possèdent elles aussi des camions immatriculés en Allemagne ou en Turquie, comme Baktat fondée par les frères Baklan (Mannheim et Çorum, http://www.baktat.com) ou Efefirat des frères Aktaş (Achim et Aksaray, http://www.efefirat.com).

Entrepreneuriat, circulation migratoire, champ migratoire

113Un assez grand nombre d’études a été présenté en Europe sur la création d’entreprise par les migrants en général et turcs en particu¬lier. En France, MIGRINTER ou la Revue Internationale des Migrations Internationales permettent une approche comparative entre Turcs, Maghrébins, Chinois, Iraniens (Toepfer, Weibel, Belbahri, Wilpert et Gitmez, Light et alii, Ma Mung, Manço et Akhan) . Nous avons pour notre part choisi d’étudier les réseaux commerciaux par le biais de la circulation (de Tapia 1996) dans le contexte du champ migra¬toire tel que défini par G. Simon, Béteille, Poinard ou Courgeau. Ainsi située, la problé¬matique de la création d’entreprise vient renforcer l’émergence, la construction et le développement du champ international dans toutes ses dimensions économiques et sociales. Entrepreneurs, circulation migratoire, réseaux de transports, information, communication, financiers, fédérations associatives transna¬tionales, sont autant d’éléments logistiques d’un système construit et évolutif. Même si la Turquie n’est pas un pays puissant dans l’économie mondiale, sa population montre de grandes capacités à se structurer en réseaux performants, à la fois traditionnels (akrabalık, hemşehrilik, tarikat, ’asabiyya ...) et modernes (entrepreneurs) à échelle internationale, réseaux dont il convient d’évaluer la réelle valeur économique, un peu comme pour la diaspora chinoise. Pour nous, il ne s’agit pas des effets de politiques étatiques, de desseins liés à des groupes religieux ou politiques, des effets de l’occidentalisation voulue par Atatürk ou de la confrontation avec les sociétés occidentales par le biais de l’émigration, mais bien une combi¬naison de tous ces facteurs, culturels, histori¬ques, sociologiques, anthropologiques, poli¬tiques, qui structure les processus d’adaptation et de transformation de l’immigration dans tous les pays du champ migratoire. Ces entrepre¬neurs bâtissent leur expérience sur leur acquis (réseaux familiaux, sociaux et religieux), mais très vite, ils apprennent à travailler avec les réseaux institutionnels, consulats et banques turcs en premier lieu, puis opérateurs locaux. Ainsi le personnage très important du yeminli tercüman (traducteur juré) se retrouve dans toute l’Europe, rappelant fortement celui du drogman ottoman, passeur entre étrangers et Ottomans, majorité musulmane et minorités, État et communautés, autant que traducteur-interprète. L’interprète est tout à la fois conseil en création d’entreprise, aide-comptable, négo¬ciateur, c’est celui qui manie la langue de l’Autre et connaît les réseaux. En Turquie, il rappelle également le personnage plus moderne du takipçi (suiveur de dossiers), version locale du lobby.

114Publicités dans la presse, sur les canaux télévisés ou talk-shows sur les chaînes privées émises en Turquie sont des bons exemples de relations transnationales : on peut voir sur les programmes diffusés en Turquie des produits et services d’Europe et sur les canaux destinés aux émigrés des produits made in Turkey. Les talk-shows, quel qu’en soit le thème, laissent la parole à de très nombreux téléspectateurs et auditeurs résidant en émigration. Nombre de chanteurs ou groupes à la mode (Tarkan, Rafet El Roman, Cartel, frères Yurtsever) sont venus d’Allemagne et sont parfois sponsorisés par des firmes allemandes (Tez à Aix-la-Chapelle, Yayla à Krefeld, http://www.yayla-tuerk.de, www.yaylaturk.com), cela peut-être aussi le cas d’équipe de football (Gazi à Cologne :

115http://www.gazi.de). Les transporteurs interna­tionaux, membres d’UND, UTIKAD ou TITAB, ont des agences à Munich, Milan, Cologne, Berlin, Tachkent, Moscou ou Rostov sur le Don, des milliers de camions immatriculés en Turquie ou en Allemagne roulent entre Londres et Almaty.

Les bases d’un réseau bancaire et financier

  • 13 On citera cependant l’achat par un banquier, Erol Aksoy, propriétaire de l’İktisât Bankası d’Istanb (...)

116La Turquie n’a pas la réputation d’une place financière internationale et il est souvent dit que le foisonnement d’établissements bancaires est plus la marque d’une économie en voie de développement que celle d’une économie puis­sante. Pourtant, l’installation de l’émigration en Europe a été l’occasion pour les banques d’en­trer en Europe... Sauf en France où le phéno­mène est récent et encore limité, plus présent sous la forme d’accords entre banques13.

117D’après les sources officielles (Banque Centrale, YİHGM), 18 banques sont implantées en Europe en 1991, gérant 106 établissements (78 % en Allemagne). Banques d’État (dont la Banque Centrale), mixtes et privées sont représentées. D’abord chargées du drainage des remises des migrants, elles ont aujourd’hui diversifié leurs missions (transferts de capitaux, création d’entreprise, prêts au logement, consommation...). Plusieurs participent à la gestion d’accords bilatéraux (Türkiye Kalkınma Bankası, Banque de Développement de Turquie, à l’origine DESİYAB ou Devlet Sanayi ve İşçi Yatırım Bankası, Banque d’État de l’Industrie et des Investissements Ouvriers, destinée à drainer l’épargne des migrants vers les secteurs productifs de l’économie, aujour­d’hui compétente sur tourisme et industrie, -Türkiye Halk Bankası ou Banque Populaire, entreprises artisanales, -Yapı Kredi Bankası, Banque du Crédit à la Construction, logement, alimentées par des fonds germano-turcs). Outre ces banques, les documents du Ministère du Travail font état de la présence dans les pays d’immigration d’agences de diverses banques relevant des grands holdings turcs, un secteur en pleine restructuration depuis que la crise économique a contraint l’État à imposer une drastique réduction du nombre des établisse­ments.

118Ce réseau bancaire est renforcé par de nom­breux accords interbancaires et l’apparition d’institutions privées de crédit gérées par des hommes d’affaires parfois issus de l’immigration. La première solution semble préférée par la France, qui a par contre beaucoup investi en Turquie, tandis que la seconde est très typique­ment suisse, mais existe aussi aux Pays-Bas.

119La situation des années 1999-2000, telle qu’elle est décrite dans les rapports ou les documents habituels (TCMB et YİHGM), montre une relative stabilisation -avant la crise finan­cière de 2001- du secteur bancaire établi à l’étranger puisque 115 succursales sont listées. Les banques citées relèvent des secteurs public et privé, parfois de l’installation du capital étranger, entre autres, arabe (Al Baraka Türk, Arap Türk Bankası, Faisal Finans). Plusieurs banques occidentales, comme précédemment, sont également engagées dans le processus en gérant des accords bilatéraux (Banco di Roma, Amro Bank NV, Dresdner Bank, BNP, Citybank, IndoSuez ...). Pour sa part, la Banque Centrale a plusieurs succursales à Francfort, Berlin, Londres, New York, Tokyo et des accords avec des banques étrangères américaine (Citybank), koweïtienne (National Bank), saoudienne (Bank Al Jazira).

120Ce tableau tient compte des banques et d’un certain nombre de leurs filiales, mais pas d’organismes de crédits privés nés en émigra­tion. Depuis 1991, on note des extensions géographiques (Russie, Asie Centrale, Balkans) qui sont entrés dans la liste des destinations de l’émigration. On note aussi un renforcement sur les places bancaires internationales comme New York ou Francfort, mais une fois de plus il est difficile de démarquer économie globale et économie des migrations. C’est souvent la véri­fication des implantations qui renseigne sur la motivation réelle de cette implantation ; par exemple à Bruxelles, les banques sont situées à Schaerbeek, le quartier à forte population immigrée turque et marocaine.

Tableau 8 : Banques turques implantées dans les pays du champ migratoire

Nom de la banque

Implantations

Akbank (groupe Sabancı), privé

Essen, Francfort, Hambourg, Hanovre, Munich, Stuttgart, Paris, Londres, Rotterdam,

Faisal Finans Kurumu, privé

Francfort

Finans Bank, privé

Bahrayn, Genève, Amsterdam, Moscou

Pamukbank, privé

Berlin, Dortmund, Ludwigsburg, Hanovre, Cologne, Mannheim, Nuremberg, Téhéran, Bahrayn

Şekerbank, privé

Cologne

TC Ziraat Bankası (Crédit Agricole), État

Berlin, Duisburg, Francfort, Hanovre, Sofia, Skopje, Hambourg, Cologne, Munich, Stuttgart, New York, Bruxelles, Nicosie, Famagouste, Güzelyurt [Morphou], Girne [Kyrenia], Rotterdam, Londres, Almaty, Tachkent, Ashkabad, Bakou, Moscou, Francfort, Sarajevo

Emlâk Bankası (Crédit Immobilier), État

Berlin, Brême, Düsseldorf, Francfort, Mannheim, Paris

Garanti Bankası, privé

Londres, Moscou, Shanghaï, Düsseldorf, Luxembourg, Malte, Genève

Halk Bankası (Banque Populaire), État

Düsseldorf, Berlin, Hambourg, Cologne, Cassel, Munich, Stuttgart, Amsterdam, Zurich, Rotterdam

İmar Bankası

Cologne

Türkiye İş Bankası (Banque Industrielle de Turquie), État

Londres, Famagouste, Girne [Kyrenia], Nicosie, Francfort, Berlin, Düsseldorf, Hambourg, Munich, Mannheim, Amsterdam, La Haye, Gelsenkirchen, Karlsruhe, Cologne, Nuremberg, Stuttgart, Paris, Zurich

Tütünbank / Yaşarbank

Francfort

(groupe Yaşar Holding)

Vakıflar Bankası (Banque des Fondations Religieuses) État

Francfort, Bruxelles, Vienne, New York

Yapı ve Kredi Bankası (Construction et crédit)

Bahreïn, Cologne, Munich, Stuttgart, Londres, New York, Moscou, Düsseldorf

Source: TCMB, 2000: Yurtdışında Çalışan Vatandaşlarımıza Çeşitli Kurumlar Tarafından Sunulan Hizmetler ve Açıklaması, Ankara, 2000, 3e Section.

Le « 68e département »

121Longtemps, alors que la Turquie ne comp­tait que 67 départements -elle en compte aujourd’hui 83-, l’émigration était souvent qualifiée de 68e département, en raison de son poids démographique, bien supérieur à celui de nombreux départements, mais aussi eu égard à la complexité de sa vie sociale, autour de ses associations, ses mosquées, ses tensions poli­tiques, échos de la vie difficile et troublée de la métropole.

122Or, lorsqu’on examine de près l’implantation en pays d’émigration de l’administration au tra­vers de ses Consulats, de ses instituteurs, de ses imams fonctionnaires, lorsqu’on connaît plus ou moins le fonctionnement d’un Consulat turc (Somel 1989), force est de constater que l’effort d’encadrement de la migration n’est pas négli­geable. Méconnu des autorités des pays d’ac­cueil, souvent jugé insuffisant par les migrants (alors que les militants politiques et associatifs le jugeront envahissant et excessif... tout en regrettant qu’il ne soit pas plus efficace !), cet effet se traduit par une trentaine d’établisse­ments, 38 en 1999-2000 (YİHGM 1999 : Annexe et TCMB 2000) dans les pays du champ migra­toire venant renforcer l’inévitable Ambassade. Chaque Consulat Général dispose d’une équipe étoffée de diplomates et de personnels de service, d’une compétence territoriale sur laquelle agissent des fonctionnaires, venant coiffer l’organisation bancaire, commerciale et tertiaire dont il a déjà été question.

123L’ensemble de ces filières, réseaux et groupements d’intérêt marque une présence turque de plus en plus active en Europe occi­dentale. Peut-on pour autant employer le terme de diaspora ? S’il y a bien multipolarité de la migration et interpolarité des relations pour reprendre les termes de Ma Mung (1992), avec l’émergence de lieux nodaux et spécialisés (Berlin, Stockholm, Paris, Munich, Milan... ) comme autant de points d’ancrage et de sièges fonctionnels d’activités diversifiées, deux argu­ments vont à l’encontre des définitions les plus courantes de la diaspora : le temps et les comportements de la deuxième génération et surtout de la troisième génération.

  • Le temps, ou plutôt la durée de l’histoire migratoire, soient les quatre décennies des migrations de travail, est insuffisant pour établir des conclusions définitives. Mais pourtant, avec l’éclatement des régimes des « Pays de l’Est » réapparais­sent les héritages de l’Empire Ottoman, Turcs des Balkans, de Chypre et du Moyen-Orient (Irak, Syrie) dont on découvre tout à coup la proximité avec les Anatoliens.

  • Le maintien d’une certaine turcité, malgré les difficultés vécues dans des régions non démocratiques, contredit l’effacement de cette même turcité chez les secondes et troisièmes générations vivant dans les sociétés démocratiques et « permissives » occidentales. La propagande marxiste- léniniste a eu moins d’impact que le rock’n roll et les jeux vidéo. Sont ici en cause les capacités linguistiques des jeunes dans leur langue d’origine, le maintien et le développement d’une culture d’origine (même enrichie de nombreux apports externes), la pratique d’un Islam original anatolien bien plus riche que celui de fondamentalistes coupés de leurs racines véritables, la solidarité avec les autres composantes de la société, à la fois expatriée et restée sur place.

124Là aussi, le temps manque pour des conclu­sions durables, à défaut d’être définitives. Aucune administration des pays d’accueil n’a jamais été capable d’élaborer des paramètres solides de l’insertion ou de l’intégration, à moins que les taux de chômage ou d’illettrisme, voire de délinquance des populations étrangères, tous à utiliser avec la plus grande prudence, soient, en négatif, de bons paramètres. Aucune situation sociale n’est irréversible ; on connaît les phénomènes de réactivation d’identité de la troisième généra­tion dont on peut citer un bon exemple avec ces autres Anatoliens que sont les Arméniens (Hovanessian 1992).

Bibliographie

Abadan N. (1972), Le non-retour à l’industrie, trait dominant de la chaîne migratoire turque, Sociologie du Travail, 14, 3, 278-293.

Abadan-Unat N. (1976), Migration and Development, REMPLOD Project, Ankara, Ajans Türk Press.

Abadan-Unat N. (1993), "Late Entrant into Europe’s Work Force", in D. Kubat (éd.), The Politics of Migration Politics, Settlement and Integration, from the First World War into the 1990’s, 307-336.

Alagöz C. A. (1972-93), Türkiye’de Yaylacılık Araştırmaları [Recherches sur l’estivage en Turquie], Ankara Üniversitesi Türkiye Coğraf­yası Araştırma ve Uygulama Merkezi Dergisi, 1-51.

Alpar I. et Yener S. (1991), Gecekondu Araştırması [Recherche sur les Gecekondu], Ankara,T.C. Başbakanlığı, D.P.T.

Alpay S. et H. Sarıaslan H. (1984), Effects of Emigration: the Effects on the Town of Kulu in Central Turkey of Emigration to Sweden, Stockholm, EIFO Report, 8.

Altay H. (1981), Anayurt’tan Anadolu’ya [De la Mère-Patrie à l’Anatolie], İstanbul, Kültür Bakanlığı Yay., 354, 2.

Amiraux V. (1993), « Islam turc en Europe : vues d’Allemagne », Migrations Sociétés, 29, 41-49.

Amiraux V. (2001), Acteurs de l’islam entre Allemagne et France. Parcours militants et expériences religieuses, Paris, L’Harmattan.

Andrews P.-A. et alii (1989), Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Reichert Verlag (TAVO), B, 60.

Antakyalı F. (1992), « La droite nationaliste dans les milieux turcs immigrés », CEMOTI - Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco-Iranien, 13, 45-68. URL : http://cemoti.revues.org/354

Anschutz H. (1989), « Christiche Gruppen in der Türkei », in Andrews et alii, Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Reichert Verlag (TAVO), B, 60.

Atacan F. (1993), Kutsal Göç : Radikal İslamcı bir Grubun Anatomisi [La Migration Sacrée : anatomie d’un groupe islamiste radical], İstanbul, Bağlam.

Atalay B. et alii (1992), Türk Aile Yapısı Araştırması [Recherche sur la Structure de la Famille Turque], Ankara, T.C. Başbakanlığı, D.P.T., DPT 2313. URL : http://www.tuik.gov.tr/Kitap.do?metod=KitapDetay&KT_ID=11&KITAP_ID=16

Autant C. (1999), « Mémoires de la migration, chronique de familles anatoliennes. » Cahiers de recherche du GREMMO, 7 (Histoire de familles et mobilités), 49-74. URL : http://www.gremmo.mom.fr/cahie_gremmo/cahiers/cahiers07.pdf

Autant-Dorier C. (2002), Chemins de famille entre France et Turquie : réseaux de parenté et négociation du destin en migration. Thèse de Doctorat d’Ethnologie, Paris, EHESS.

Balcı B.et Buchwalter B., collab. (2001), La Turquie en Asie Centrale. La conversion au réalisme. Les Dossiers de l’IFEA (Série la Turquie aujourd’hui), 5.

Balland D. (1988), « Contribution à l’étude du changement d’identité ethnique chez les nomades d’Afghanistan », in J.P. Digard (dir.), Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan, 139-155.

Bates D. G. (1977), "Güneydoğu Anadolu’da Göçebe Yörük Yerleşmeleri Üzerinde bir Çalışma", [Travail sur les agglomérations yörük noma­des d’Anatolie sud-orientale], in E. Tümertekin, F. Mansur, P. Benedict, Türkiye Coğrafi ve Sosyal Araştırmalar, İstanbul, Edebiyat Fakültesi, 254-292.

Bazin L. (1986), « Les peuples turcophones d’Eurasie : un cas majeur d’expansion linguistique », Hérodote (spécial Géopolitique des Langues), 46, 75-109.

Bazin M. (1993), « Disparités et flux migratoires dans l’aire turque », CEMOTI, 15, 227-242. URL : http://cemoti.revues.org/333

Bensalah N. (1994), « Tradition et nouvelles formes du mariage en immigration : les mariages turcs et marocains comme lien entre deux mondes », in N. Bensalah, Familles turques et maghrébines aujourd’hui. Évolution dans les espaces d’origine et d’immigration. Bruxelles, Paris Academia + Maisonneuve et Larose, 107-118.

Beşikçi I. (1991), Kürtlerin mecburi İskanı [L’installation forcée des Kurdes], Ankara, Yurt (Bilim Yöntemi), 46.

Bezanis L. (1994), "Soviet Muslim Emigrés in the Republic of Turkey", Central Asian Survey, 13, 1, 59-180. DOI : http://dx.doi.org/10.1080/02634939408400852

Beteille R. (1981), « Une nouvelle approche géo­graphique des faits migratoires : champs, relations, espaces relationnels », L’Espace Géographique, 10-3, 189-197.

Beteille R. (1974), Les Aveyronnais. Essai géographique sur l’espace humain, Poitiers, Auteur + imprimerie l’Union.

Bhatti F.M. (1981), Turkish Cypriots in London, CSIC Birmingham, Research Papers, Muslims in Europe.

Bilici F. (1992), « Acteurs de développement des rela­tions entre la Turquie et le monde turc : les vakıf », CEMOTI, 14, 17-30. URL : http://cemoti.revues.org/341

BIVS - Berliner Institut für Vergleichende Sozialforschung (1991), Kurden im Exil : ein Handbuch kurdischer Kultur, Politik und Wissenschaft, Berlin, BIVS - Parabolis.

Blaschke J. (1989), « Islam und Politik unter Türkischen Arbeitsmigranten », in J. Blaschke et M. van Bruinessen, Islam und Politik in der Türkei, Berlin, BIVS, Parabolis, 295-366.

Blaschke J. and Ersöz A. (1991), The Turkish Economy in Berlin: a Case Study on Problems of Ethnic Economics, Berlin, Parabolis.

Bouchet B. (1991), « Tribus d’autrefois, kolkhozes d’aujourd’hui », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 59/60, 55-69. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1491

Bozarslan H. (1989), « L’Islam turc en Allemagne Fédérale : identité et politique », L’Événement Européen, 8, 87-98.

Bozarslan H. (1990), « Une communauté et ses institutions : le cas des Turcs en R.F.A. », Revue Européenne des Migrations Internationales, 6, 3, 63-82. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1990.1260

Bozarslan H. (1992), « État, religion, politique dans l’immigration », Peuples méditerranéens, 60, 115-134.

Bozarslan H. (1997), La Question kurde, Paris, Presses de Sciences Po.

Bozarslan H., Şalom G. et Nebioğlu E. (1992), Les Femmes originaires de Turquie : vie quoti­dienne, projets, avenir, EL’ELE, Maison des Travailleurs de Turquie, Paris.

Bruneau M. (1994), « Espaces et territoires de diasporas », L’Espace géographique, 23, 1, 5-18. DOI: http://dx.doi.org/10.3406/spgeo.1994.3252

Bruneau M. (1995), Diasporas, Paris, RECLUS, La Documentation Française (Espaces, modes d’emploi).

Bruneau M. dir. (1998), Les Grecs Pontiques. Diasporas, identités, territoires, Paris, CNRS Éditions.

Ceyhun D. (1994), Ah Şu Biz Göçebeler ! [Ah, nous ces nomades !], İstanbul.

Chaïb Y. (1994), « Le lieu d’enterrement comme repère migratoire », Migrations Société, 6, 33/34, 29-41.

Chaliand G. et alii (1981), Les Kurdes et le Kurdistan, Paris, Petite Collection Maspero.

Chaliand G. et Rageau J.-P. (1991), Atlas des Diasporas, Paris, Editions Odile Jacob.

Chatelain A. (1977), Les migrants temporaires en France. 1800-1914. Histoire économique et sociale des migrants temporaires des campagnes françaises au XIXe et au début du XXe siècle, Lille, Presses Universitaires.

Coggins P. (1995), "Turks and Turkish Cypriots in the United Kingdom", in S. de Tapia (dir), Turcs d’Europe ... et d’ailleurs, Annales de l’Autre Islam, 3, 125-145.

Collectif (1991), « Ils seront des Chaldéens en France », Cahiers de la Pastorale des Migrants, 43.

Colonomos A., dir. (1995), Sociologie des réseaux transnationaux. Communautés, entreprises et individus : lien social et système international, Paris, L’Harmattan.

Copeaux E. (1997), Espaces et temps de la nation turque, analyse d’une historiographie natio­naliste, 1931-1993, Paris, CNRS Editions (Méditerranée).

Coquart A. (1981), « Dossier : Du village de Yeşilyazı au quartier des Chamards à Dreux (Eure et Loir) », Hommes et Migrations, 1021, 4-28.

Courgeau B. (1970), Les champs migratoires en France, Paris, PUF.

Cuisenier J. (1975), Économie et parenté : leurs affinités de structure dans le domaine turc et dans le domaine arabe, EPHE / CNRS Paris, Mouton, La Haye.

Çetinsoy M. (1977), Organisation tertiaire turque à Stuttgart, CNRS - Marseille, 291-299.

Çetinsoy M. (1982), « Les Turcs à Stuttgart. Évolution et adaptation d’une communauté étrangère dans une grande ville allemande », Recherches sur les migrations internationales, GRECO 13, 4/5, 80-97.

Dalman M. et Tabak İ. (1995), Avrupa’da İnsan Ticareti ve PKK [Le Commerce de l’Être Humain en Europe et le PKK], İstanbul, DTPA, Türk Alman Basın Ajansı.

Dassetto F. et Bastenier A. (1983), L’Islam transplanté. Étude des formes d’organisation, Louvain-la-Neuve (Leuven).

De Briey P. (1977), Les travailleurs turcs et la santé. Réflexions générales sur la situation dans l’agglomération bruxelloise, mémoire de fin d’études, Politique, Économie et Société, Louvain-la-Neuve.

Delerm R. (1967), « Les Turcs et la Turquie », Hommes et Migrations, 108, n° spécial « Connaissance des Turcs et de la Turquie ».

Delyfer M.-J. (1976), « De l’Anatolie au village bour­guignon », Hommes et Migrations, 901, 3-23.

Digard J.-P., dir. (1988), Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan, Paris, Éditions du CNRS.

Doomernik J. (1995), "The Institutionalization of Turkish Islam in Germany and the Nether­lands: a Comparison", Ethnic and Racial Studies, 18, 1, 46-63. DOI : http://dx.doi.org/10.1080/01419870.1995.9993853

Doomernik J. et Van Amersfoot H. (1996), "Immigrants Community or Diaspora? Turkish Immigrants in the Netherlands", in G. Prevelakis (dir.), Les Réseaux des Diasporas, Géographie et Cultures, KYKEM - Cyprus Research Center, Nicosie, 387-397.

Dubet F. (1989), Immigrations, Qu’en savons-nous ? (Un bilan des connaissances), Paris, La Documentation Française, Notes et Études Documentaires, n° 4887. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54425042

Dumont P. (1991), « Le poids de l’Alévisme dans la Turquie d’aujourd’hui », Turcica, 21 / 23, 155-172. DOI : http://dx.doi.org/10.2143/TURC.23.0.2014193

Durand J. (1996), Migrations mexicaines aux États-Unis, Paris, CNRS Éditions (Amériques - Pays ibériques).

Duroux R. (1992), Les Auvergnats de Castille. Renaissance et mort d’une migration au XIXe siècle, Clermont-Ferrand, Université Blaise Pascal, 38.

Eggeling W. J. et Ritter G. (1979), Entwicklung und Raumliche Analyse der Türkischen Binnenverkehrschnetze, Bochum, Studienverlag Dr. N. Brockmeyer.

Engelbrektson V. (1978), The Force of Tradition: Turkish Migrants at Home and Abroad, Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis.

Erder S. (1996), İstanbul’da bir Kentkondu: Ümraniye, İstanbul, İletişim.

Frachon C. et Varfaftig M. (1993), Télévisions d’Europe et Immigration, Paris, Institut National de l’Audiovisuel, Association Dialogue entre les Cultures.

Gangloff S. et Pérouse J.-F. (2001), La présence roumaine à İstanbul. Une chronique de l’éphémère et de l’invisible. İstanbul, Les Dossiers de l’IFEA (série la Turquie d’aujour­d’hui), 8.

Gauthier X. (1983), « L’Allemagne fédérale et ses Turcs », Hommes et Migrations, 1056, 23-34.

GERIM - Groupe de Recherche sur l’Insertion des Migrants (1990), La communauté turque en Alsace, GERIM, FAS, Strasbourg.

Gitmez A. S. (1979), Dışgöç Öyküsü [Histoire de l’Émigration], Ankara, Maya.

Gitmez A. S. (1983), Yurtdışına İşçi Göçü ve Geri Dönüşler [L’Émigration des Travailleurs et les Retours], İstanbul, Alan.

Gökalp A. (1980), Têtes Rouges, Bouches Noires. Une confrérie tribale de l’Ouest anatolien, Paris, Société d’Ethnographie. URL : http://www.jstor.org/stable/20121888

Gökalp A. (1981), « Les Turcs : revenus de l’émigra­tion et nouveau statut social », in L’argent des immigrés, Paris : P.U.F. (Travaux et Docu­ments de l’INED), 94, 247-266.

Gökalp A. (1984), La Turquie et l’Émigration turque, Paris : ADRI, Centre de ressources.

Gökalp A. (1986), L’immigration turque en Europe Occidentale : repères et tendances, Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, 65/66, 147-156.

Gökalp A. (1989), « Mariage « alla turca ». La tradition sera-t-elle de la noce ? », Archives de Sciences Sociales des Religions, l’Islam en France et en Europe, 68, 51-63. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/assr.1989.1396

Gökalp A. (1989), « Population, parenté et nouvelles pratiques matrimoniales en Turquie », in J. Peristiany, Le prix de l’alliance en Méditerranée, CNRS, Paris - Marseille, 145-156.

Gökalp A. (1992), « L’immigration turque : repères communautaires et transition générationnelle », Migrations Santé, 4, 20, 41-46.

Gökalp A. (1992), La question religieuse en Turquie, Projet « Musulmans en Terre d’Europe », 231, 33-42.

Gökalp A. (1994), « Mariages de parents : entre l’échange généralisé et le mariage parallèle, le cas de la Turquie », in P. Bonte (éd.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Civilisations et Sociétés, 89, 439-452.

Gökdere A. (1978), Yabancı Ülkelere İşgücü Akımı ve Türk Ekonomisi Üzerine Etkileri [Flux de main-d’œuvre vers les pays étrangers et effets sur l’économie turque], Ankara, Türkiye İş Bankası.

Gosselin F. (1995), Espaces de vie et identités dans le champ migratoire turc : une étude comparée en Basse Normandie, DEA-Migrinter, Université de Poitiers.

Güven H.S. (1977), Dış Göç ve İşçi Yatırım Ortaklıkları [L’émigration et les sociétés d’investissement ouvrières], Ankara, ODTÜ- Université Technique du Moyen-Orient.

Hazai G. (1992), « La question linguistique dans le monde turc actuel », CEMOTI, 14, 6-15. URL : http://cemoti.revues.org/340

Hovanessian M. (1988), « Soixante ans de présence arménienne à Issy-les-Moulineaux », Revue Européenne des Migrations Internationales, 4, 3, 73-93. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1988.1180

Hovanessian M. (1992), Le lien communautaire : trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin.

Hovanessian M. (1995), Les Arméniens et leurs territoires, Autrement, HS n° 84.

Hütteroth W.-D. (1959), Bergnomaden und Yaylabauern im mittleren Kurdischen Taurus, Marburger Geographischen Schriften.

Hütteroth W.-D. (1968), Landliche Siedlungen im südlichen Inneranatolien in der letzten vierhundert Jahren, Geographischen Institut der Universität Göttingen, 46.

Jurecka A. von et Werth M. (1980), Mobilität und Reintegration: Analyse der wirtschaftlichen, sozialen und Entwicklungspolitischer Efekte der Migration von Auslandischen Arbeitnehmern, untersucht am Beispiel der Ruckwanderung in der Türkei, Saarbrücken, ISOPLAN.

Jonker G. (2000), "Islamic Television made in Berlin", in Felice Dassetto Dir., Paroles d’Islam: individus, sociétés et discours dans l’islam européen contemporain / Islamic Words: Individuals, Societies and Discourse in Contemporary European Islam, Paris, Maison- neuve et Larose, 267-280.

Kappeler A. (1994), La Russie, Empire multieth­nique, Paris, Institut d’Études Slaves, Cultures et Sociétés de l’Est, 20.

Karpat K. H. (1990), "The'hijra'from Russia and the Balkans: the process of self-definition in the late Ottoman State", in D.F. Eickelman et J. Pescatori (éd.), Muslim Travellers, Pilgrimage, Migration and the Religious Imagination, London, Routledge, 131-152.

Karpat K. H. (1995), "The Turks in America", in Stéphane de Tapia (éd.), Turcs d’Europe... et d’ailleurs, Les Annales de l’Autre Islam, 3, 231-252.

Kartal S. K. (1983), Ekonomik ve Sosyal Yönleriyle Türkiye’de Kentlileşme [L’Urbanisation en Turquie sous ses aspects économiques et so­ciaux], Ankara, Yurt.

Kastoryano R. (1986), Être turc en France : réf­lexions sur famille et communauté, Paris, L’Harmattan (CIEMI).

Kastoryano R. (1987), « Définition des frontières de l’identité : Turcs musulmans », Revue Française de Sciences Politiques, 833-854. DOI : http://dx.doi.org/0.3406/rfsp.1987.411585

Kastoryano R. (1992), « Être turc en France et en Allemagne », CEMOTI, 13, 5-17. URL : http://cemoti.revues.org/351

Kastoryano R. (1992), La présence turque en France, Paris, CERI / FNSP.

Kirişci K. (1991), "Refugee Movements and Turkey", International Migration, 29:4, 545-560. DOI : http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2435.1991.tb01039.x

Kirişci K. (1996), "Refugees of Turkish Origin: Coerced Immigrants to Turkey since 1945", International Migration Review (34) 3, 385-412. DOI : http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2435.1996.tb00534.x

Kläy E. J. (1983), « Endstation"Islambol". Die Türkei als Asylland für muslimische Glaubensflüchtlinge und Rückwanderer (Muhacir) im 19. und 20. Jahrhundert », Ethnologica Helvetica, 7, 9-82.

Kozak I.E. (1979), Erzurum İlinin Nüfus İşgücü İstih­dam Meseleleri ve Dönen İşçiler [Problèmes de population, emploi et main-d’œuvre dans le département d’Erzurum et les retours des travailleurs], Erzurum, Université Atatürk.

Köksal S. (1986), Refah toplumunda "Getto" ve Türkler [Le « Ghetto » dans la société de prospérité (de consommation) et les Turcs], İstanbul, auteur.

Köksal S. (1991), "A Ghetto in Welfare Society: Turks in Rinkeby-Stockholm", in M. Kiray, Structural Change in Turkish Society, Indiana University Turkish Studies, (10), 97-110.

Lacoste Y. (1989), « Géopolitique des Diasporas », Hérodote, 53.

Lebrecht M. (1997), Alévis en Belgique. Approche générale et étude de cas. Louvain-la-Neuve, Académia + Bruylant (Sybidi Papers).

Legrand J. (1992), Les Mongols en Asie Centrale, Autrement, (Asie Centrale), Série Monde, (64) 60-72.

Léonard G. (1989), « Petits mots du quotidien des Français sur les Turcs en Anjou », in J. Thobie et S. Kançal, Turquie, Moyen-Orient, Communauté Européenne, Paris, L’Harmattan (Varia Turcica), (16) 234-247.

Lundström S. (1991), "Bilateral Municipal Coope­ration on Migrants. Return Ticket Kulu-Stockholm", International Migration, (29) 1, 119-123. DOI : http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2435.1991.tb00507.x

Ma Mung E. (1992), « Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora », Revue européenne des migrations internationales, 8, 3, 175-194. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1992.1343

Ma Mung E. dir. (1993), Nouvelles stratégies d’investissement et redéploiement spatial dans quatre pays d’origine, MIGRINTER, Poitiers.

Manço A. et Manço U. dir. (1992), Turcs de Belgique, identités et trajectoires d’une minorité, Bruxelles, Info-Türk.

Manço A. et Akhan O. (1994), « La formation d’une bourgeoisie commerçante turque en Belgique », Revue Européenne des Migrations Internationales, 10, 2, 149-162. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1994.1411

Manço U. (1997), « Des organisations socio-politiques comme solidarité islamique dans l’immigra­tion turque en Europe », Les Annales de l’Autre Islam, 4, 97-134.

Massicard É. (2001), Sivas, une province turque entre local et global, Études du CERI, n° 79. URL : http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude79.pdf

Medam A. (1993), « Diaspora / Diasporas. Archétypes et typologie ». Revue européenne des migrations internationales, 9, 3, 59-66. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1993.1049

MIGRINTER (1997 et 1999), La Circulation migratoire dans les diasporas ouvrières de la Méditerra­née, volume 1, Turquie, volume 2, Maroc, rédigés par Stéphane de Tapia et Moham­med Charef, avec la participation de Catherine Gauthier, Poitiers, CNRS et Université.

MIGRINTER (2000), Des steppes de Haute Asie à l’Île de France : Kazakhs, Kalmouks et Tibétains ; immigrations méconnues et diasporas en devenir, Poitiers, CNRS et Université.

More C. (1985), Les Kurdes aujourd’hui : mouvement national et partis politiques, Paris, L’Harmattan.

Mutlu H. et Sancar A.-M. (2000), « Stratégies identitaires collectives : dynamiques de restructuration sociale des migrants origi­naires de Turquie en France », CEMOTI, 30, 223-251. URL : http://cemoti.revues.org/648

Mutluer M. (1997), « Investissements des émigrés turcs à Denizli », Revue européenne des migrations internationales 13/2 :179-195. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1997.1557

Nielsen J. (1982), « Les Musulmans en Europe : une vue d’ensemble d’une communauté de vingt-trois millions de personnes », Hommes et Migrations, 1035, 3-36.

Noiriel G. (1986), Le creuset français, Paris, Le Seuil.

NRW-Nordrhein-Westfalen (1994), Türkische Muslime in Nordrhein-Westfalen, Cologne, ministère du Travail, de la Santé et des Affaires Sociales, rapport établi par le Centre d’Études Turques sous la direction de Faruk Şen.

Pascual J. (1975), Les travailleurs immigrés dans une ville de R.F.A. : Cologne, Paris 1, Géographie.

Pavageau J. et Schaffhauser P. (1995), Mexique - Californie : mobilité des hommes, mobilité des biens, transformation de la vie sociale au Mexique, Marges n° 15, Presses Universitaires de Perpignan.

Penninx R. et van Renselaar H. (1978), A Fortune in a Small Change : a Study of Migrant Worker’s Attempts to Invest Savings Productively through Joint Stock Corporations and Village Development Cooperatives in Turkey (IMWOO / NUFFIC / REMPLOD Project, The Hague.

Pérouse J.-F. (1997), « Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gazios­manpaşa, entre varoş et Batıkent », CEMOTI, 24, 122-162. URL : http://cemoti.revues.org/1469

Planhol X. de (1952), « Les migrations de travail en Turquie », Revue de géographie alpine, 40, 4, 583-600. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/rga.1952.1069

Planhol X. de (1958), De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens, nomadisme et vie paysanne, Institut Français d’Archéologie d’İstanbul, Bibliothèque Archéologique.

Planhol X. de (1968), Les fondements géographiques de l’histoire de l’islam, Paris, Flammarion (Nouvelle Bibliothèque Scientifique).

Planhol X. de (1974), « Éléments autochtones et élé­ments turco-mongols dans la géographie urbaine de l’Iran et de l’Afghanistan », Bulletin de l’association des géographes Français, 417/418, 149-160. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/bagf.1974.4770

Planhol X. de (1982), « Principes d’une géographie culturelle de l’Asie Mineure », Revue de géogra­phie de l’Est, 22, 1/2, 1-18.

Poinard M. (1981), « Retour et va-et-vient : l’exemple portugais », Hommes et terres du Nord (numéro spécial), tome 2, 820-826.

Poinard M. (1991), Les Portugais dans l’Émigration : une géographie de l’absence, Toulouse - Le Mirail, Doctorat Géographie et Aménagement.

Prival M. (1979), Les migrants de travail d’Auvergne et du Limousin au XXe siècle, Clermont- Ferrand, Université Blaise Pascal, 19.

Pürsün D. (1998), Nasıl Kazandılar : Almanya’da Zirveye Çıkan Türk İş Adamları Anlatıyor [Comment ils ont gagné : les hommes d’af­faires turcs parvenus au sommet racontent], İstanbul, Francfort, Gül.

Rapper G. de (2000), Les Albanais d’İstanbul, Les Dossiers de l’IFEA, série la Turquie d’aujour­d’hui (3), İstanbul, IFEA - Institut Français d’Études Anatoliennes.

REMPLOD, voir Abadan et Penninx et van Renselaar, 1978.

Reniers G. et Lievens J. (1999), « Stéréotypes en perspectives. Aspects de l’évolution des pra­tiques matrimoniales chez les Turcs et les Marocains en Belgique », REMI, 15, 3, 125-149. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1999.1695

Rigoni I. (1997), « Les migrants de Turquie : réseaux ou diaspora ? », L’Homme et la Société 125, 39-57. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/homso.1997.2898

Rigoni I. (2001), Mobilisations et enjeux des migra­tions de Turquie en Europe de l’ouest, Paris, L’Harmattan (Logiques Sociales).

Roux J.-P. (1984), Histoire des Turcs. Deux mille ans du Pacifique à la Méditerranée, Paris, Fayard.

Roux J.-P. et Özbayrı K. (1969), Les traditions des nomades de la Turquie Méridionale, Institut Français d’Archéologie d’İstanbul, Biblio­thèque Archéologique, XXIV.

Roy O. (1988), « Ethnies et appartenances politiques en Afghanistan », in J.-P. Digard (dir.), Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan, Paris, Editions du CNRS, 201-210.

Roy O. (1991), « Ethnies et politique en Asie Centrale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 59-60 (1-2), 17-36. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remmm.1991.1489

Roy O. (1994), « Clientélisme et groupes de solidarité : survivance ou recomposition ? », in Ghassan Salamé (dir.), Démocraties sans démoc­rates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et musulman, Paris, Fayard, 397-412.

Roy O. (1996), Groupes de solidarité au Moyen- Orient et en Asie Centrale, Paris, FNSP-CNRS (Les cahiers du CERI), 16. URL : http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/cahier16.pdf

Roy O. (1997), « Groupes de solidarité en Asie Centrale et en Afghanistan », Les annales de l’autre Islam, 4, 199-215.

Sachs K. (1993), « Ortsbindung von Auslandern (Eine Sozialgeographische Untersuchung zur Bedeutung der Grossstadt als Heimatraum für ausländerische Arbeitnehmer am Beispiel von Köln », Kölner Geographische Arbeiten, 60.

Schöning-Kalendar C. (1984), « Le turkish way of life en Allemagne Fédérale : la structure interne de la colonie turque de la ville de Mannheim », Espaces et sociétés, 45, 163-171.

Schwab R. (1971), « Les champs migratoires, critères d’étude de la genèse et de l’évolution des structures régionales d’un espace », Bulletin de l’association des géographes français, 369­375. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/bagf.1971.7667

Seccombe I. J. et Lawless R. I. (1986), "Between Western Europe and the Middle East: Changing Patterns of Turkish Labor Migration", Revue européenne des migrations internationales, 2-1, 37-58. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1986.994

Seurat M. (1989), L’état de barbarie, Paris, Le Seuil (Collection Esprit) [recueil de 12 textes préfacés par Gilles Kepel et Olivier Mongin].

Sevgi C. (1984), "Adana İlinin Kuzeydoğu Kesiminde Yaylacılık" [L’estivage au Nord-Est du départe­ment d’Adana], Ege Coğrafya Dergisi, 2, 177-197. URL : http://cografya.ege.edu.tr/2_10.pdf

Sheffer G. (1986), Modern Diasporas in Internati­onal Politics, Saint Martin Press.

Simon G. (1979), L’Espace des travailleurs tunisiens en France (structures et fonctionnement d’un champ migratoire international, Poitiers, Auteur + Université, Imprimerie Martineau.

Simon G. (1995), Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, P.U.F (Politique d’aujourd’hui).

Söyler O. (1992), "Almanya’da Türk Gıda Sektörü ve Meseleleri" [Le secteur alimentaire turc en Allemagne et ses problèmes], Türkiye, 12 au 17/06/1992.

Sözer A. N. (1972), Kuzeydoğu Anadolu’da Yaylacılık (Coğrafî İnceleme) [L’estivage en Anatolie du Nord-Est (études géographiques)], Ankara, İş Matbaacılık.

Struck E. (1984), « Landflucht in der Türkei. Die Auswirkungen im Herkunfstgebiet dargestellt an einen Beispiel aus dem Übergangsraum von Inner- zu Ostanatolien (Provinz Sivas) », Passauer Schriften zur Geographie, Passavia.

Svanberg I. (1989), Turkistani Refugees, in P.A. Andrews, Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Dr. Ludwig Reichert Verlag, Wies­baden, 591-601.

Svanberg I. (1989), "Kazak Refugees in Turkey. A Study of Cultural Persistence and Social Change", Acta Universitatis Upsaliensis, 8.

Svanberg I. (1995), "Turkish Immigrants in Sweden, in S. de Tapia (Coord.), Turcs d’Europe... et d’ailleurs", Annales de l’autre Islam, INALCO, 3, 215-227.

Şalom G. (1984), La communauté immigrée turque en France, Paris : ADRI.

Şalom G. (1988), La Turquie, itinéraires immigrés (Cahier pédagogique sur la Turquie), Paris : ISM Formation.

Şen F. (1989), The Turkish Business Community in FRG and its Impact on the FRG-Turkish Relations, Bonn, Zentrum für Türkeistudien, Working Papers, Heft 2.

Şen F. (1991), "Turkish Self-Employment in the Federal Republic of Germany, with Special Regards to Northrhine-Westphalia", International Migration, 29, 1, 124-129. DOI : http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2435.1991.tb00508.x

Şen F. (1992), Bonn-Ankara Hattı [La ligne Bonn- Ankara], Cologne, Önel Verlag.

Tapia S. de (1986), « Émigration et développement : les premiers pas de l’industrialisation à Yozgat », Travaux de l’institut de géographie de Reims, 65-66, 157-167.

Tapia S. de (1986), « La création d’entreprises populaires par les migrants en Turquie », Revue européenne des migrations internationales, 2-1, 59-75. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1986.995

Tapia S. de (1991), « Les Turcs d’Europe : minorités frontalières - minorités immigrées, éléments de géographie culturelle », Revue géographique de l’Est, 2, 145-158.

Tapia S. de (1993), « Logistique de l’émigration ou logistique d’une diaspora : les réseaux turcs d’Europe », in G. Prevelakis (dir.), Les réseaux des diasporas, géographie et cultures, KYKEM - Cyprus Research Center, Nicosie, 287-304.

Tapia S. de (1994), « L’émigration turque : circulation migratoire et diasporas », L’espace géographi­que, 23, 1, 19-28

Tapia S. de (1995), (en collaboration avec Paul Dumont et Alain Jund, textes rassemblés par Meropi Anastassiadou), Enjeux de l’immigra­tion turque en Europe. Les Turcs en France et en Allemagne, CIEMI - L’Harmattan, Paris [recueil de 23 contributions].

Tapia S. de (1995), dans la collection dirigée par Michel Bozdemir, « Turcs d’Europe... et d’ailleurs », Les annales de l’autre Islam, Paris, INALCO-ERISM [recueil de 26 contributions].

Tapia S. de (1996), « Échanges, transports et commu­nications : circulation et champs migratoires turcs », Revue européenne des migrations internationales, 12, 2, 45-72. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1996.1066

Tapia S. de (1997), « Ulus et Yurt, Millet et Vatan : territoires nomades et migrations de mots », in J. Bonnemaison, L. Cambrezy, L. Quinty-Bourgeois (dir.), Colloque « le territoire, lien ou frontière », ORSTOM Editions, CD ROM. URL : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers08-09/010014865-20.pdf

Tapia S. de (1998), « La communication et l’intrusion satellitaire dans le champ migratoire turc », Hommes et migrations (Les Turcs en France et en Europe), 1212, 102-110. URL : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=2451

Tapia S. de (2000), « Le satellite et la diaspora. Champ migratoire turc et nouvelles technologies d’information et de communication », CEMOTI, 30, 177-201. URL : http://cemoti.revues.org/646

Tapia S. de (2001), « L’offre médiatique en direction des populations turcophones de France. De la presse à la télévision satellitaire. », Réseaux (Médias et migrations), 19, 107, 237-262. DOI : http://dx.doi.org/10.3917/res.107.0237

Tapinos G. Ph. (1974), Économie des migrations internationales, Paris, Economica.

Tarrius A. (1987), « L’entrée dans la ville : migrations maghrébines et recomposition des tissus urbains à Tunis et à Marseille », Revue Européenne des migrations internationales, 3, 1/2, 131-148. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1987.1131

Tarrius A. (1988), Migrants et Aménageurs : Tunis - Marseille, Aix en Provence, Des Migrants et des villes, travaux et documents de l’IREMAM, 77- 98. URL : http://books.openedition.org/iremam/1271

Tarrius A., Peraldi M. et Marotel G. (1988), L’Aménagement à contretemps. Nouveaux territoires immigrés à Marseille et Tunis, Paris, L’Harmattan (Villes et Entreprises).

Tarrius A. (1989), Anthropologie du mouvement, Caen, Paradigme.

Tarrius A. (1992), Les Fourmis d’Europe : migrants riches et migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales).

Tarrius A. (1995), « Territoires Circulatoires des entrepreneurs commerciaux maghrébins de Marseille », Journal des anthropologues, 59 - 60, 15-35.

Tarrius A. (1995), « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », Revue européenne des migrations internationales, 11, 1, 21-52. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1995.1442

Tasmadjian S. (1986), « Les Arméniens à Issy- les-Moulineaux », in Nancy Green (dir.), Les rapports habitat / travail dans l’industrie de l’habillement à Paris et dans sa banlieue, Rapport UA 142 / Plan, Construction et Habitat, 87-111.

Thernstrom S., Orlov A. et Handlin O., éd. (1994), Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups, Belkamp Press of Harvard University Press, 5th printing.

Timmermans C. (1994), « Jeunes filles de Turquie : vie familiale et instruction scolaire », in N. Bensalah, Familles turques et maghrébines aujourd’hui. Évolution dans les espaces d’ori­gine et d’immigration. Bruxelles, Paris Academia, Maisonneuve et Larose, 175-188.

Tribalat M. (1995), Faire France, Une enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, La Découverte (Essais).

Tribalat M. (1996), De l’immigration à l’assimila­tion. Enquête sur les populations d’origine étrangère en France, Paris, INED / La Découverte (Recherches).

Toepfer H. (1980), « Mobilität und Investitionsverhalten türkischer Gastarbeiter nach dem Remigration », Erdkunde 34:3, 206-214. DOI : http://dx.doi.org/10.3112/erdkunde.1980.03.05

Toepfer H. (1981), « Regionale und sektorale Kapitalströme als Folgeerscheinung der Emigration türkischer Arbeitskrafte aus Westeuropa », Erdkunde, 35:3, 194-201. DOI : http://dx.doi.org/10.3112/erdkunde.1981.03.04

Toepfer H. (1986), « Réinsertion et comportement régional des émigrés en Turquie », Revue européenne des migrations internationales, 2:1, 77-93. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1986.996

Tümertekin E. (1997), İstanbul, İnsan ve Mekân [İstanbul, l’Homme et l’Espace], Türk Tarih Vakfı, İstanbul.

Tunçdilek N. (1959), « Eine Übersicht über die Geschichte der Siedlungsgeographie im Gebiet von Eskişehir », Review of the Geograp­hical Institute of the University of İstanbul, 5, 123-137.

Tunçdilek N. (1964), "Yayla Settlements and Related Activities in Turkey", Review of the Geographical Institute of the University of İstanbul, 9/10, 58-71.

Tunçdilek N. (1964), "Türkiye’de Yaylalar ve Yaylacılık" [Yaylas et estivage (yaylacılık) en Turquie], İstanbul Üniversitesi Coğrafya Enstitüsü Dergisi, 7, 14, 15-28.

Türk Ansiklopedisi (1984), (art. Göç, Göçebelik, Göçmen), Encyclopédie turque (art. Migrati­on, Nomadisme, Migrant), İstanbul, Millî Eğitim Bakanlığı (Ministère de l’Éducation Nationale), 455­466.

Türk Aile Ansiklopedisi (1991), [Encyclopédie de la Famille Turque], Ankara, T.C. Başbakanlık Aile Araştırma Kurumu, (72) 11, 3 volumes.

Unbehaun H. (1995), « Migrations professionnelles des Turcs vers le Proche Orient, la Russie et l’Asie Centrale », in « Turcs d’Europe, ... et d’ailleurs », Les annales de l’autre Islam, 3, Paris, INALCO-ERISM, 279-309.

van Bruinessen M., (1989), Agha, Sheykh und Staat, Berlin, Parabolis.

van Velzen Leo (1977), Peripheral Capitalism : a Case Study, Kayseri, Turkey, La Haye - Ankara, NUFFIC - IMWOO - REMPLOD Project.

Vieillard-Baron H. (1992), « De l’exil aux logiques d’enracinement : l’exemple de Sarcelles », in G. Ferréol (dir.), Intégration et exclusion dans la société française contemporaine, Lille, 105-128.

Vieillard-Baron H. (1994), « Sarcelles : l’enracinement des diasporas sépharade et chaldéenne », L’espace géographique, 23, 1, 138-152. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/spgeo.1994.3284

Vöcking H. (1990), « Immigrés et musulmans en R.F.A. », Migrations et société, 2, 7, 37-48.

Weibel N. (1989), « Communautés d’origine musul­mane d’Alsace », Migrations et Sociétés, 1, 5/6, 73-80

Weibel N. (1990), « Éléments pour une approche de l’Islam à Strasbourg », in B. Étienne (dir.), L’Islam en France, Paris, CNRS, 303-312.

Weibel N. (1992), « Pour une approche de l’Islam turc en France », CEMOTI, 13, 69-80. URL http://cemoti.revues.org/355

Wilpert C. (1992), "The Use of Social Networks in Turkish Migration to Germany", In : M. Kritz, L.L. Lim, and H. Zlotnik eds., Interna­tional Migration Systems, Oxford Univer­sity Press.

Wilpert C. et Gitmez A. S. (1987), « La microsociété des Turcs à Berlin », Revue européenne des migrations Internationales 3,1/2 : 175-198. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1987.1133

Yacoub J. (1994), « La diaspora assyro-chaldéenne », L’espace géographique, 23, 1, 29-37.

Yacoub J. (1996), « De Babylone à Paris : la diaspora assyro-chaldéenne », in G. Prevelakis, Les réseaux des Diasporas, KYKEM-L’Harmattan, Paris-Nicosie, 173-188.

Yalçın-Heckmann L. (1991), Tribe and Kinship among the Kurds, European University Studies, Peter Lang, Francfort, Bern, New York, Paris.

Yılmaz C. (1992), Batı Ülkelerinde Çalışan Türk İşçilerinin Türkiye’de Kırsal Kesim ve Şehirleşme Üzerine Etkileri [Effets sur l’urba­nisation et le monde rural en Turquie des tra­vailleurs émigrés dans les pays occidentaux], İstanbul, Sosyal Bilimler Enstitüsü.

Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü (YİHGM), Rapports annuels de la Direction Générale des Services aux Travailleurs Expatriés du ministère de la sécurité Sociale et du Travail, Ankara.

Zarcone T. (1991), « Histoire et croyance des der­viches turkestanais et indiens à İstanbul », Anatolia Moderna - Yeni Anadolu, 2, 137-201.

Zentrum für Türkeistudien (1988), Die Türkische Presse in der Bundesrepublik Deutschland und ihr Einfluß auf die Integration Türken. Standpunkte und Analysen, Bonn, Zentrum für Türkeistudien, Studien und Arbeiten 3.

Zentrum für Türkeistudien (1991), Zum Integrationspotential der Türkischen Tagespresse in der Bundesrepublik Deutschland : Ergebnisse einer quantitativen Inhaltsanalyse türkischer Tageszeitungen, Opladen, Leske + Budrich.

Zentrum für Türkeistudien (1991), Videokonsum der türkischen Wohnbevölkerung in NRW unter besonderer Berücksichtigung islamisch-fundamentalisch Videos, Essen, Zentrum für Türkeistudien.

Zentrum für Türkeistudien (1992), Die türkischen Programme im Berliner Kabelfernsehen zwischen Integration und Medialer Isolation, Ergebnisse einer Tagung am 05.05.1992 in Berlin, Essen, Mai 1992.

Zentrum für Türkeistudien (1994), Ausländer in der Bundesrepublik Deutschlands : Ein Handbuch, Studien und Arbeiten 10, Opladen, Leske + Budrich

Notes

1 YİHGM : Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü - Direction Générale des Services aux Travailleurs Expatriés, ministère de la Sécurité Sociale et du Travail, Ankara. Édite un rapport annuel sur l’état de l’émigration.

2 La source utilisée est le rapport annuel du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : T.C. Çalışma ve Sosyal Güvenlik Bakanlığı Yurtdışı İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü 1998 Yılı Raporu. Elle peut être comparée à d’autres sources documentaires, comme İİBK (İş ve İşçi Bulma Kurumu) ou TIKA (Türk İşbirliği Kalkınma Ajansı).

3 Une petite colonie tatare musulmane, issue des commerçants de la Volga, s’est installée en Finlande à l’époque Romanov. La Finlande indépendante a gardé cette colonie d’un millier de personnes qui après 1980 prend contact avec les milieux d’affaires turcs, offrant sa connaissance des marchés scandinaves. Mais c’est à la fin des années 1990 que la population turque s’accroît véritablement, probablement avec l’arrivée de solliciteurs d’asile d’origine kurde : Helsinki se trouve entre Russie et pays baltes d’une part, pays de transit vers l’ouest, la Suède et la Norvège d’autre part, pays d’immigration turque à forte composante kurde réfugiée.

4 Le cas d’Aruba, île des Antilles néerlandaises, est exemplaire : environ 1400 travailleurs turcs ont été recrutés pour deux ans en Anatolie par une société néerlandaise pour construire un complexe touristique. Il est significatif que ces travailleurs aient été "importés" de Turquie et non des Pays-Bas où existe une colonie turque nombreuse, souvent touchée comme ailleurs en Europe par le chômage.

5 Aliya : version juive du muhacir / mohajjer, retour définitif en Israël.

6 L’une des études fondamentales pour notre objet est la thèse d’ethnologie de Jean Cuisenier (1975), Économie et parenté : leurs affinités de structure dans le domaine turc et le domaine arabe. EPHE-CNRS, Paris & Mouton, La Haye. Les stratégies économiques, fort différentes certes de l’économie occidentale -ces thèses sont intéressantes, car les recherches sont effectuées avant le déclenchement de l’émigration, c’est aussi le cas de celle d’Altan Gökalp ou plus anciennes de Xavier de Planhol, Wolf-Dieter Hütteroth, Jean-Paul Roux, dans des disciplines différentes, mais en milieu rural- ressortent bien d’un calcul économique sophistiqué, tant en Anatolie qu’au Maghreb.

7 Cette stigmatisation peut avoir des conséquences redoutables : en 1980, tout Alévi pouvait être considéré comme Kurde et communiste ! En oubliant à dessein que la moitié au moins des Alévis sont Turcs et que tous les Kurdes ne sont pas alévis (nombreux sunnites chaféites) ou communistes par définition. Entre 1977 et 1981, ces généra­lisations hâtives auront fait de nombreuses victimes.

8 On remarquera que l’image que veut donner Usama ben Laden est très exactement celle-là : le vrai croyant qui a quitté sa terre d’origine, tombée aux mains des mécréants, pour la reconquérir de l’extérieur ; c’est une réplique de l’Hégire vécue par Muhammad !

9 Le vieux Millî Selâmet (Salut National), un moment interdit par l’intermède militaire, devenu Refah (Prospérité), puis Fazilet (Vertu), avant de se scinder en Saadet (Félicité) et Aydınlık ve Kalkınma (Lumière et Développement), toujours sous pression du Comité de Sécurité Nationale.

10 On rappellera la personnalité de Yılmaz Güney, réfugié en Europe, ou le film tiré du roman de Ferit Edgü : Une Saison à Hakkâri.

11 Le terme de Türkiye’li, originaire de Turquie, opposé à Türk, signifie la reconnaissance d’une société multiethnique où vivent des minorités, dont évidemment les Kurdes souvent membres de ces organisations.

12 Ertekin Özcan (1992), Türkische Immigrantenorganisationen in der Bundesrepublik Deutschland, Berlin, Hitit Verlag.

13 On citera cependant l’achat par un banquier, Erol Aksoy, propriétaire de l’İktisât Bankası d’Istanbul, de la Banque Internationale de Commerce (BIC) sur la place de Paris, la création d’une Banque du Bosphore par Emlâk Bankası (Banque de l’Immobilier, publique), mais surtout des accords avec la BNP, les Caisses d’Epargne.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search