Version classiqueVersion mobile

Migrations et mobilités internationales

 | 
Paul Dumont
, 
Jean-François Pérouse
, 
Stéphane de Tapia
, 
et al.

Migrations, circulations et mobilités internationales à İstanbul

Jean-François Pérouse

Texte intégral

1En janvier 1999, le quotidien turc à grand tirage Hürriyet publiait une série de reportages intitulée « l’Anatolie, le pont des réfugiés », qui attirait l’attention de l’opinion turque sur un phénomène qui semble avoir pris des pro­portions importantes ces derniers temps, le passage par la Turquie d’un nombre croissant (ou alors de plus en plus visible) de candidats à l’exil vers le monde riche. Située à la frontière immédiate de l’Europe instituée, la Turquie s’impose de fait effectivement comme un espace intermédiaire, et une étape plus ou moins longue, vers des horizons perçus comme « plus dorés ». En 1998, la Turquie était d’ailleurs le pays du Conseil de l’Europe où le nombre de réfugiés (au sens du HCR) était le plus impor­tant.

  • 1 La mort de froid, début décembre 2001, d’un Pakistanais qui tentait de franchir clandestinement la (...)

2En effet, depuis l’effondrement du système politique soviétique et des régimes qui lui étaient liés en Europe centrale et de l’est, la Turquie semble être (re)devenue une plaque tournante des mobilités, migrations et circula­tions internationales, en position de « corridor » entre l’Europe et des « pays tiers » -asiatiques1 (jusqu’à la Chine) ou même africains-, et de point de passage quasi obligé entre les plaines russo-ukrainiennes et la Méditerranée orientale.

3En Turquie, la métropole d’İstanbul -désor­mais peuplée de plus de 10 millions d’habitants- fait tout particulièrement figure de pôle migratoire international majeur, polarisant ces flux de transit, auxquels s’ajoutent des mobili­tés et circulations commerciales, en provenance à la fois de pays riverains de la mer Noire et de pays méditerranéens. Il n’est pas toujours aisé de distinguer les circulations et mobilités commerciales -de navetteurs roumains, russes, ukrainiens, macédoniens ou maghrébins-, motivées par des calculs économiques et se traduisant par des séjours de courte durée, sou­vent fréquents, des migrations internationales qui transitent pas İstanbul. On s’efforcera néan­moins de faire le départ.

4Parallèlement, il est important de rappeler que la notion d’étranger (yabancı) dans la langue turque actuelle n’a pas les mêmes connotations qu’en France. Et cette différence n’est pas innocente, en ce sens qu’elle influe sur la per­ception et la « gestion » différenciées, si l’on peut dire, des « non-nationaux ». En effet, dans le langage courant est « étranger », en premier lieu, celui qui n’est pas du quartier, du village ou du même « pays » (au sens de la petite région d’ori­gine). D’autre part, le critère de la nationalité -qu’exprime le passeport ou la carte d’identité - n’est pas aussi déterminant qu’on pourrait le croire, dans la mesure où des centaines de milliers de Turcs, qui ont pourtant acquis une nationalité étrangère (souvent européenne), continuent à être considérés comme indéfectiblement « Turcs » par leurs anciens compatriotes. D’ailleurs, les stratégies de double-nationalité, souvent officieuses, sont fréquentes : bon nombre de Turcs qui ont acquis une autre nationalité gardent leurs papiers turcs, et jouent de leurs deux identités, selon les circonstances. En outre, il y a des degrés dans l’« étrangéité ».

  • 2 On pourrait dire parfois "moins étranger qu’un non musulman, même citoyen turc".
  • 3 Sans parler des Turcs de Bulgarie ou de Macédoine, évidemment.

5En effet, un musulman de nationalité étrangère sera souvent considéré comme « moins étranger » qu’un non-musulman2, en vertu de la commune appartenance à l’islam. Il est même « frère ». De même, un citoyen d’une république turcophone d’Asie centrale ou de Transcaucasie3, malgré son passeport étranger, sera traité en « cousin », ou en « compagnon de race » (soydaş). Cette concep­tion de l’étranger est en partie un héritage de la période ottomane durant laquelle, au sein d’une structure politique éminemment multinationale et multi-confessionnelle, l’allégeance à l’islam primait sur les allégeances nationales. Donc la nationalité n’est pas le critère ultime de l’« étrangéité » ; celle-ci se décline selon des critères de proximité toujours implicitement ou explicitement convoqués, à la fois géographiques, culturels, linguistiques et religieux.

6Du point de vue des sources utilisées pour alimenter ce travail, on s’est appuyé, pour les migrations de transit, sur la presse turque -ce qui évidemment crée un biais- et sur une série d’entretiens réalisés dans İstanbul auprès notamment de migrants roumains, géorgiens, afghans ou bengalis. Les statistiques officielles (comme le « Recensement Général de la Popula­tion » turc), qui ne nous renseignent que sur les résidents, en effet, ne sont pas d’une grande utilité, mis à part les chiffres de la « Direction des Étrangers » de la Préfecture de Police d’İstanbul.

I) İstanbul, un pôle majeur des migrations internationales vers le monde riche

A) Le nœud crucial du corridor turc

1) Des arrestations en nombre croissant

  • 4 Cf. Radikal, 28/12/2000, p. 6.
  • 5 Cf. Cumhuriyet, 25/12/2001, p. 7.
  • 6 C’est-à-dire depuis le 1er janvier 1996 ; cf. Radikal, 16/12/2001, p. 3.

7L’indicateur le plus simple et le plus évident de la polarisation des migrations et mobilités par Istanbul est sans doute la fréquence des arrestations d’étrangers sans papier ou ayant dépassé la période de séjour qui leur avaient été octroyée à leur entrée en Turquie. La presse turque s’en fait régulièrement l’écho. Si l’on admet que les personnes arrêtées ne constituent qu’une partie des flux qui transitent par la Turquie, et spécialement par İstanbul, le volume de ces migrations est considérable. À titre indicatif, pour les seuls 10 premiers mois de 1999, la police turque a annoncé l’arrestation de 14 000 clandestins dans toute la Turquie (valeur que l’on peut rapprocher des 11 362 clandestins arrêtés en 1995). Mais au cours des 10 premiers mois de l’année 2000, et cette fois-ci pour le seul département d’İstanbul, le nombre de « clandestins étrangers » arrêtés et reconduits à la frontière était, toujours selon la police stambouliote, de 12 921 (dont 1434 pour fait de prostitution)4, et de 94 514 pour toute la Turquie (dont 24 502 arrêtés aux frontières du pays). Enfin, pour les 11 premiers mois de l’année 2001, le total des reconductions à la frontière d’étrangers arrêtés à İstanbul s’élevait à 11 1505. C’est dire l’accélération du mouve­ment survenue ces tout derniers temps, et surtout sans doute les efforts redoublés de la police pour enrayer le phénomène (tab.1 et 2). Une autre source, émanant cette fois de la « Sécurité des Côtes », confirme cet accroisse­ment récent, qui estime le nombre de clandes­tins arrêtés en mer ces cinq dernières années6à 6743, dont 2816 pour les seuls onze premiers mois de l’année 2001.

Tableau 1 : Nombre de clandestins arrêtés par la police turque dans toute la Turquie (1995-2000)

Année

Nombre d’arrestations

1995

11 362

1999 (10 premiers mois seulement)

14 000

2000

94 514

Source : Direction de la Sécurité d’İstanbul.

Tableau 2 : Reconductions à la frontière d’étrangers arrêtés à İstanbul durant les 11 premiers mois de 2001

Nationalité

Nombre de reconductions répertoriées

Moldave

2144

Irakienne

2024

Roumaine

975

Afghane

642

Pakistanaise

508

  • 7 Cf. Radikal, 14/12/2001, p. 20.

8Globalement, pour l’ensemble de la Turquie, le nombre de clandestins est estimé par la police à un million environ et le nombre de réseaux mafieux spécialisés dans le « commerce humain » (insan ticareti) et implantés à İstanbul à plus de 200.7.

2) Un spectre très large de nationalités

  • 8 Et dans une moindre mesure des ressortissants du Togo, de la Namibie, du Libéria et de l’Ouganda.
  • 9 Cf., Cumhuriyet, 10/12/2001, p. 3.
  • 10 Cf. Sabah-İstanbul, 8/01/2000, p. 5.
  • 11 Cf. Radikal, 12/10/2001, p. 6.
  • 12 Puisque l’un des cinq jeunes est mort noyé.

9En ce qui concerne la nationalité des per­sonnes arrêtées, les Irakiens et les Moldaves semblent être au premier rang, suivis des Iraniens, des Roumains, des Pakistanais, des Afghans, des Bengalis, des Indiens, des Sri Lankais, des Philippins, des Palestiniens et des Marocains ; auxquels il faudrait ajouter doréna­vant des Nigérians, des Somaliens, des Sierra-Léonais, et des Érythréens8. Par exemple, le 9 décembre 2001, 10 Nigérians âgés de 21 à 31 ans, qui s’étaient débarrassés de leurs passe­ports, ont été interceptés à la frontière turco-grecque, transis, alors qu’ils tentaient de pénétrer en Grèce. Selon leurs déclarations à la police, ils étaient arrivés il y a quatre mois à İstanbul, avec l’espoir de se faire engager dans une équipe de football... Cet espoir déçu et leurs papiers périmés (i.e. l’autorisation de 3 mois excédée), ils s’étaient décidés à tenter leurs chances un peu plus à l’ouest, du côté de l’Europe9... Chaque « groupe national » se distin­gue par sa propre chronologie et ses propres modalités d’acheminement : depuis 1995 par exemple, le nombre d’Afghans10en situation irrégulière à İstanbul va croissant. Cette date correspond à l’arrivée au pouvoir des Talibans... Depuis quelques semaines à nouveau, en raison de la guerre en Afghanistan, l’afflux d’Afghans en Turquie est nettement perceptible11. Parallè­lement, le nombre de Maghrébins semble aller croissant depuis quelques années, comme si la route directe vers l’Europe était désormais doub­lée d’itinéraires indirects, passant notamment par İstanbul. L’histoire tragique de cinq jeunes Marocains, arrêtés par les garde-côtes turcs en décembre 2001, nous paraît à cet égard très révélatrice. Arrivés l’année dernière en Turquie, en tant que touristes, ces cinq jeunes ont vite basculé dans la clandestinité, après avoir tenté de trouver du travail à İstanbul (en tant que serveurs ou personnel d’entretien). Déçus par leur expérience stambouliote, ils ont finalement pris la décision de gagner l’Europe, c’est-à-dire la Grèce. En relation avec des compatriotes déjà installés en Grèce, ils ont essayé de partir par eux-mêmes dans des embarcations de fortune vers l’île de Chios, à partir de Çeşme (près d’İzmir). Et l’expédition a tourné au drame12.

  • 13 Cf. Sabah, 12/07/2000, p. 36.
  • 14 L’effondrement d’une pension, à cause des travaux de percement du tunnel du métro, en septembre 200 (...)

10Le cas des Iraniens est un peu particulier, dans la mesure où le grand afflux date des premières années de la révolution islamique. En outre, une bonne partie des Iraniens d’İstanbul sont de langue azérie et peuvent de ce fait intégrer plus facilement le marché du travail local, du fait de l’absence d’obstacle linguis­tique. Au milieu des années 1980, certains observateurs allaient jusqu’à estimer la popu­lation iranienne à İstanbul à plus de 1,5 millions, valeur certainement exagérée puisqu’à cette date İstanbul comptait autour de 6 millions d’habitants). Pour la majorité de ces Iraniens, İstanbul -et la Turquie en général- n’était qu’une étape vers l’Europe ou l’Amérique du nord. Pour beaucoup, cette étape a duré. Aujourd’hui, si l’on s’en tient aux seuls Iraniens déclarés, ce contingent se compose surtout de commerçants et d’étudiants azéris. Une série d’arrestations opérées par la Sécurité d’İstanbul en juillet 2000 -auprès d’Iraniens sans papier ou dont la durée de séjour autorisée était excédée-, a d’ailleurs rappelé que cette présence iranienne à İstanbul pouvait devenir un sujet de tensions entre les gouvernements turc et iranien13. Les quartiers de Yenikapı et d’Aksaray (dans l’arrondissement historique14de Fatih) sont de longue date des quartiers de forte présence iranienne, avec hôtels et pensions spécialisés dans ce type de « clientèle ». Il est indéniable par ailleurs qu’une bonne partie des Iraniens, comme des Irakiens et des Syriens, qui transitent par İstanbul sont des Kurdes, mais ceux-ci, évidemment, n’apparais­sent pas en tant que tels dans les comptabilités policières.

11Quoi qu’il en soit, le tableau 3 donne une idée de cette diversité, la composition des « bateaux pour l’Europe » interceptés n’étant jamais monolithique.

Tableau 3 : Composition par nationalité du bateau chargé de candidats clandestins à l’émigration en Europe, arrêté le 5/05/2001 au large de Pendik (arrondissement de la périphérie orientale d’İstanbul), à bord du « Lale-1 ».

Pays d’origine

Nombre de clandestins

Irak

123

Afghanistan

83

Turquie

66

Maroc

40

Bangladesh

37

Éthiopie

36

Pakistan

28

Palestine

22

Iran

7

Afrique de l’Ouest

6

Égypte

1

Total

449

Source : Cumhuriyet, 8/05/01, p. 9.

3) Le cas des demandeurs du statut de réfugié en Turquie

12Par ailleurs, il est intéressant de noter que les « réfugiés officiels », si l’on peut dire, sont, comparativement aux clandestins, en nombre très réduit (tab. 4). Il apparaît donc que les can­didats au statut de réfugié préfèrent faire leur demande seulement une fois parvenus en Europe ou en Amérique du nord.

Tableau 4 : provenance des candidats au statut de réfugié HCR enregistrés en Turquie, entre le 1er janvier et le 31 novembre1999

Provenance

Nombre de demandes auprès du représentant du HCR en Turquie

Europe

3

Afrique

67

Asie

100

Proche et Moyen-Orient

3223

Source : Yeni Gündem, 20/06/2000, p. 3.

13Il faudrait désormais ajouter à ces données trop sommaires les Kosovars et les Bosniaques ayant fait une demande après la date de référence du tableau 4, contribuant soudaine­ment à accroître sensiblement le nombre de « postulants » en Turquie même. En mars 2001 en effet, la Turquie comptait officiellement 11 307 « réfugiés provisoires ».

B) Des filières multiples, parfois anciennes, centrées sur İstanbul

14Ce qui est sûr, c’est que ces migrations de transit sont devenues l’objet d’un commerce risqué et donc très lucratif. Les 40 Irakiens du Nord arrêtés en juillet 2000 dans un arrondisse­ment de la périphérie occidentale d’İstanbul, par exemple, avaient payé 3000 dollars pour être acheminés en camion vers la Grèce. Quant aux 449 passagers du bateau « Lale-1 » (tab. 3), ils avaient payé chacun 1500 dollars pour se rendre d’İstanbul en Italie.

  • 15 Des caméras thermiques ont été récemment installées le long des 240 km de frontières entre la Turqu (...)

15Il semble d’autre part que ce soit la révolu­tion islamiste de 1979 qui ait entraîné la structuration des premières filières de migration internationale vraiment organisées en Turquie, des centaines d’Iraniens ayant transité par la Turquie à cette époque. Depuis la guerre du Golfe, des filières sont apparues aussi à partir de l’Irak du nord, où les Turkmènes d’Irak semblent jouer un rôle central. Chaque semaine des filières plus ou moins « professionnellement » organisées sont mises à jour, qui disposent de relais à la fois près des frontières où affluent les candidats à l’exil (les frontières turco- iranienne15 et turco-irakienne), à Ankara, à İstanbul et hors de la Turquie (Grèce, la plupart du temps, mais aussi Bulgarie et Roumanie). Pour ce qui est des voyages par bateau, Ukrainiens, Russes et Géorgiens semblent avoir investi ce créneau, comme l’attestent des arrestations récentes.

  • 16 Du côté de Fatih ou de Eminönü ; en avril 1997, par exemple, 3 Irakiens et 2 Iraniens ont été débus (...)
  • 17 Cf. Radikal, 4/1/2000.

16Si les filières et les itinéraires se diversifient, İstanbul semble conserver un rôle central dans le fonctionnement des filières clandestines d’émigration vers l’Europe, même si les passages en Grèce se font par des endroits de plus en plus variés. En effet, pour la délivrance des faux visas, İstanbul demeure une place irremplaçable. Autrement dit, l’offre de voyages clandestins vers l’Europe reste incomparable à İstanbul. En effet, par son « gigantisme grouillant », en défini­tive peu contrôlable, et par le relatif anonymat inhérent à ce gigantisme, İstanbul autorise un déploiement aisé des filières, en reconfigura­tion permanente. Le quartier d’Aksaray et ses alentours16, dans la péninsule historique, est réputé pour ses agences de voyage un peu particulières, qui délivrent des faux papiers ou des titres de voyage clandestins pour l’Europe. Les 99 Iraniens arrêtés le 12 décembre 2001 au large de Bodrum (ils se trouvaient déjà dans les eaux internationales), alors qu’ils s’efforçaient de gagner la Grèce dans un bateau dont ils avaient pris en otages le capitaine et l’équipage, étaient partis en bus d’İstanbul. Ce qui prouve bien que quelle que soit la voie de sortie du territoire turc, İstanbul reste le centre polarisateur, organisateur et « redistributeur ». Mais İstanbul, compte tenu de l’immensité de son emprise, ne doit pas être entendu dans un sens trop restreint ; il faut y intégrer ses périphéries. La preuve, c’est que la Direction du Départe­ment des Étrangers de la police stambouliote a récemment démantelé à Silivri, dans la périphérie occidentale d’İstanbul (sur la « route terrestre pour l’Europe », à 80 km des centres historiques), une officine clandestine tenue par un Moldave et un Turc, qui délivrait de faux passeports moyennant 200 dollars17.

17Enfin, les filières de l’exil vers le monde riche sont multiples et peuvent revêtir des formes très luxueuses, comme pour cette Iranienne qui a pu se payer pour plusieurs milliers de dollars un exil doré et en toute sécurité vers le Canada, en 1995. À ceci près qu’elle n’a jamais pu récupérer les 80 000 dollars qu’elle avait placés en arrivant en Turquie, les « mafieux » l’ayant prise en charge n’ayant pas tenu leur parole (Hürriyet, 23/01/1999, p. 9).

C) Les candidats turcs au statut de réfugié en Europe : un mouvement le plus difficile à saisir

18À la vérité, on ne peut pas distinguer les étrangers qui transitent par la Turquie et İstan­bul en particulier, des citoyens turcs qui, poussés par des nécessités de divers ordres, souhaitent aussi gagner l’eldorado européen. Les uns et les autres empruntent les mêmes filières, comme en témoigne la « composition nationale » des bateaux qui partent de Turquie vers l’Europe (voir tab. 3). À cet égard, l’atroce aventure récente de cinq citoyens turcs -dont deux enfants-, retrouvés morts, asphyxiés ou affamés, dans un conteneur en Irlande, après plusieurs journées de transit, en est l’illustra­tion la plus frappante. Parti de l’est de la Turquie (département de Kahramanmaraş) d’abord pour İstanbul, le chef de famille, dont les six frères et sœurs vivaient déjà en Europe, a dans un premier temps essayé de trouver du travail à İstanbul. Dans l’impossibilité de faire sa place, il a pris le chemin de l’Europe avec sa famille, passant par des voies illégales. Parve­nue en Belgique, la famille, décidée à rejoindre une sœur du père installée en Angleterre, est entrée en contact avec une nouvelle filière de « marchands d’exil » ; entassée dans un con­teneur le 30 novembre, la famille devait, selon ce qui avait été convenu, rallier en 7 heures l’Angleterre. Mais le conteneur avait pour desti­nation l’Irlande, si bien que la famille est restée sans nourriture ni air quatre jours durant...

19Dès lors, on peut estimer qu’Istanbul fonc­tionne pour les Kurdes de Turquie et pour ceux des autres pays, comme une sorte de « sas » vers l’Europe. Bien que « nationaux », citoyens de la République turque, une partie des Kurdes de Turquie se comporte en étrangers à İstanbul, alimentant, d’ailleurs, les mêmes marchés du travail que les étrangers clandestins (voir plus loin). À cet égard, on peut résumer les facteurs déclencheurs de l’exode kurde, toutes nationalités confondues (tab.5), pour réaliser dans quelle mesure les chronologies nationales et internationales s’imbriquent.

Tableau 5 : Les facteurs déclencheurs externes, politiques et géopolitiques, à l’origine de la « mise en diaspora » des Kurdes

Années

Événements ou « opportunités »

Pays de départ concernés

1960-1970

Affrontements au Kurdistan irakien

Irak et Turquie

1966

Politique de la « ceinture arabe »

Syrie

mars 1971

Coup d’État en Turquie

Turquie

1974-1975

Guerre en Irak du Nord

Irak et Turquie

1980 (septembre)

Coup d’État en Turquie

Turquie

1984 (août)

Début de la guérilla conduite par le PKK

Turquie

1979-1982

Révolution iranienne et « remise en ordre » du Kurdistan iranien

Iran et Turquie

1980-1988

Guerre Iran-Irak
Reprise en main du Kurdistan par l’armée irakienne

Irak, Iran et Turquie

1990-1991 1990

Deuxième guerre du Golfe Intensification des combats dans le « Kurdistan turc ».

Irak et Turquie Turquie

26 mars 1995

Entrée en vigueur de l’accord de Schengen (dans 7 pays européens)

Tous

mars 1995-mars 1998

Opportunités en Italie, pays communautaire non-signataire de l’accord de Schengen

Octobre 1994

Réouverture de la ligne maritime trans-adriatique Bar-Bari.

août-septembre 1996

Nouveaux affrontements KDP/UPK en Irak du Nord

Irak et Turquie

D) Les itinéraires suivis : des recompositions permanentes

1) Routes terrestres

20Le démantèlement de l’Europe de l’Est socialiste, et la désorganisation qui s’en est suivie, ont incontestablement eu pour effet d’ouvrir les routes terrestres aux candidats à l’émigration vers l’Europe occidentale. Un réfugié kurde, dont nous avons traduit les papiers pour l’OFPRA, nous a conté son épopée du mois de mai 1991. Après avoir fui son département d’origine (Erzurum), il est entré à İstanbul en contact avec un routier italien qui, pour 3000 DM, l’a conduit d’İstanbul à Vintimille, via la Bulgarie, la Macédoine et l’Albanie. De là, il a dû payer à un passeur turc 1000 DM pour passer clandestinement la frontière franco-italienne. Les « trafiquants » turcs, albanais ou ex-yougoslaves semblent recourir en abondance au camion. En août 1997, un camion turc, qui contenait à lui seul cinquante-trois candidats kurdes à l’exode, a été arrêté à la frontière roumano-bulgare (Giuru). Ces candidats avaient payé 1000 DM chacun pour se rendre en Europe. Dernière­ment encore, en novembre 1998, un camion turc transportant vingt fugitifs entassés a été intercepté à la frontière turco-bulgare.

2) Routes maritimes

  • 18 Ainsi le "Koyduk-s" abandonné à 8 kilomètres du port italien de Gallipoli par son équipage, avec 60 (...)

21Il semble que la plupart des bateaux chargés de réfugiés, parvenus sur les côtes ou au large des côtes italiennes, voire françaises, ces dernières années, était partie d’un des ports du Grand İstanbul (allant de Izmit, à l’est, à Silivri, à l’ouest)18. C’est dire l’importance cruciale d’İstanbul dans l’organisation et le système des transferts de « candidats à l’exil » vers l’Europe. Nombre de ces bateaux sont même inscrits sur les registres des ports d’İstanbul, souvent sous un autre nom que celui qu’ils arborent au moment de leur périple sans retour.

3) Routes aériennes

22Réservé à des candidats dotés de moyens importants et de faux papiers dûment établis, ce mode d’exode suppose d’importantes complicités dans les douanes et l’administra­tion de l’aviation civile. Des filières existent, qui recourent aux compagnies privées, d’İstanbul à Salonique, Athènes, Tirana, Amsterdam ou Vienne. Plusieurs des candidats de nationalité turque au statut de réfugié en France, que nous avons rencontrés, avaient recouru à ce mode de transport sans encombre. Une fois en Europe, ces migrants pouvaient gagner, souvent par le train, la destination qu’ils souhaitaient.

4) Routes « mixtes »

23Par ailleurs, les itinéraires « mixtes » sont légion. L’itinéraire terre-mer le plus employé depuis le milieu de l’année 1994 semble être l’itinéraire Turquie-Bulgarie-Macédoine- Albanie (ou Monténégro)-Italie. Le voyage se fait en camion jusqu’en Albanie, puis en bateau jusqu’aux côtes italiennes. Les ports d’embar­quement sur la côte est-adriatique sont Durazzo (Albanie) et Bar (Monténégro) pour les ferries, Valona (ou Vlorë) en Albanie, pour les embarcations de fortune. Au printemps 1995, l’itinéraire-type est bien le suivant : camion jusqu’en Albanie ou au Monténégro (via la Macédoine), puis traversée de l’Adriatique à bord de ferries ou de petites embarcations pouvant emporter au maximum une vingtaine d’émigrés, puis direction Vintimille, par le train.

24Pourtant, d’autres combinaisons « terre-mer » sont possibles. Le bateau Cometa ayant déversé ses passagers sur les côtes italiennes fin décembre 1997, venant de Russie, avait chargé à Darıca (« Grand İstanbul », dans le golfe d’Izmit), puis au large des côtes albanaises. De même, l’épopée (d’une semaine) de fuyards arrêtés au début juillet 1997 sur une route du sud de l’Italie est révélatrice de la pluralité des routes empruntées. Partis de Turquie dans un camion transportant du fer, ils sont passés en Grèce, pour atteindre Patras. Ensuite, ils ont pris le ferry pour Brindisi, comptant rejoindre l’Allemagne par la route.

E) La question des complicités internes à la Turquie dans ce « trafic humain »

  • 19 Cf. "’Mavi’ yakalandı", Sabah, 8/12/2001, p. 28.

25La fréquence des bateaux au départ de Turquie -vers l’Europe du sud, via la Méditerranée-, amène à s’interroger sur le niveau des responsabilités au sein de l’appareil d’État turc dans l’organisation de ces départs. Il est sûr que l’affrètement et le départ de bateaux transportant plus de 500 personnes parfois ne peut se faire sans la complicité de certains membres de l’administration des douanes, de certains policiers ou de certains gardes-côtes. Les récents scandales douaniers (affaires d’exportations imaginaires...) qui ont éclaboussé une partie de l’administration des douanes amènent en tout cas à émettre quelques hypothèses. En décembre 2000, par exemple, un réseau de trafiquants de faux papiers et d’aide coûteuse à l’exil en Europe a été déman­telé par la « Direction des crimes organisés et du trafic d’armes » de la police d’İstanbul, réseau auquel appartenaient un commissaire attaché à l’aéroport Atatürk et deux policiers, ainsi que deux personnes travaillant dans une compagnie aérienne privée. Ce réseau qui opérait depuis plus d’un an, fournissait, contre 5 000, voire 10 000 dollars US, à la fois les permis de séjour dans le pays souhaité (pour l’essentiel Danemark, Pays-Bas, Suède, Suisse et Allemagne) et les faux papiers permettant de quitter la Turquie sans difficulté19.

26De même, en ce qui concerne les Kurdes de Turquie, plusieurs cas de délivrance de fausses attestations -de mauvais traitements ou d’emprisonnement- ont été découverts, qui tendent à prouver que des complicités existent au sein même de l’administration turque (médecine, justice ou police), qui bénéficient du « flux » de candidats au statut de réfugié en Europe, en monnayant de faux papiers.

  • 20 Dont 428 Turcs (des Kurdes en fait), 108 Irakiens, 36 Afghans, 12 Iraniens, 7 Ethiopiens, 13 Indien (...)
  • 21 Cf. Radikal, 26/07/2001, p. 7.

27Depuis deux ans, néanmoins, on note une prise de conscience de la part des autorités turques, qui se traduit par un plus grand nombre de contrôles (voir tab.1) et par une plus grande fermeté vis-à-vis des complices turcs de ce « commerce humain ». En novembre 2001, le capitaine turc et 6 membres turcs de l’équipage du bateau Erenler, qui transportait illégalement 714 clandestins vers l’Italie20, mais qui a dû faire escale en Grèce à cause d’un incendie qui s’était déclaré dans la salle des machines, ont été condamnés, chacun, à 716 années de prison par la justice turque. De même, de nouveaux moyens ont été donnés en juillet 2001 au « Commandement de la sécurité du littoral », pour qu’il intensifie sa lutte contre « le trafic de drogue, d’armes et le commerce d’hommes »21.

28Quoi qu’il en soit, aux portes de l’Europe désormais, la Turquie se voit investie d’une nouvelle fonction, de « gardienne des frontières ». Mais compte tenu de la configuration de ses frontières maritimes avec la Grèce, caractérisées par un extrême morcellement et étirement, de Rhodes à Imbros, la tâche est ardue. Sur ce dossier sensible, la coopération entre la Turquie et la Grèce progresse d’ailleurs avec célérité.

II) Mobilités commerciales, circulations et trafics à İstanbul

A) Les “navetteurs” : une forme originale de présence

1) Des mobilités commerciales de rayon moyen et de grande fréquence

  • 22 Au milieu des années 1980 en effet, des Maghrébins -au sens large, des Libyens aux Marocains- ont f (...)

29Sans qu’il y ait une stricte différence de nature entre les deux –si ce n’est l’origine, dans la mesure où les “navetteurs” viennent de pays relativement proches–, puisqu’un “navetteur” arrivé en simple touriste peut, s’il s’attarde sur le territoire turc, se transformer en clandestin, on peut isoler cette forme originale de mobilité internationale. En effet, une part de la présence étrangère à Istanbul est liée au formidable pouvoir d’attraction de la place commerciale stambouliote sur les anciens citoyens soviétiques et d’Europe de l’est, aux­quels il faudrait de nouveau22 ajouter les Maghrébins (au premier rang desquels figurent les Tunisiens) depuis que l’accès aux marchés européens est devenu plus difficile. Depuis la fin des années 1980 en effet, l’émergence du phénomène a en effet précédé l’effondrement de l’URSS à proprement parler, des millions de « navetteurs » ou de « touristes à la valise » fréquentent annuellement les boutiques d’İstanbul, pour des séjours brefs mais souvent fréquents (au moins une fois tous les deux mois). Cette activité multiforme, à la base du développement commercial de nombreux quartiers d’Eminönü ou de Fatih, est donc à l’origine d’un mode de présence original fondé sur l’intermittence et l’aller-retour. Si des Russes, des Ukrainiennes ou des Roumaines -ce sont surtout des femmes qui se livrent à cette activité- sont restées à İstanbul, c’est pour servir d’intermédiaire dans les boutiques de ces quartiers presque entièrement dédiés au commerce à la valise. Beaucoup ont d’ailleurs épousé des Turcs.

2) Quel mode d’acheminement ?

30L’acheminement de ces navetteurs à İstan­bul se fait soit par autobus ou camionnette, soit par avion, soit par bateau. Pour les pays de l’ex « Europe de l’est », comme pour le Caucase et la Transcaucasie, la route reste encore largement le premier moyen de transport, malgré les lenteurs et même les risques. En effet, des actes de brigandage sont périodiquement signalés, en Bulgarie, en Moldavie ou en Géorgie, sans parler des abus de pouvoir des diverses polices, enclines à prélever leur part. Une toute nou­velle gare routière, en remplacement des gares- marchés de Yenikapı, vient d’ailleurs d’ouvrir, où arriveront et d’où partiront les autobus faisant la liaison entre İstanbul et l’Europe de l’est ou le Caucase. Les Moldaves, quant à eux, viennent surtout en camionnettes : une espèce de mini gare routière, informelle, existe même, au cœur du quartier marchand de Laleli, dans une « dent creuse » du bâti, opportunément investie.

  • 23 Cf., Sabah, 9/12/200, p. 9.

31Le bateau a l’avantage d’être beaucoup plus avantageux et commode que l’avion pour le transport de sacs et de « valises » bondés. Ainsi, peut-on voir arriver les bateaux en provenance des ports de Crimée au cœur d’İstanbul, à Karaköy (arrondissement de Beyoğlu). Ces bateaux sont parfois dans un état de vétusté inquiétant, d’autant plus qu’ils regagnent l’Ukraine, surchargés, avec des ballots accumulés jusqu’au haut des cheminées... En janvier 2000, d’ailleurs, un de ces bateaux chargés de navetteurs et de paquets a purement et simplement coulé dans la mer Noire avec tous ses passagers ; outre l’ancienneté et le mauvais entretien du bateau, la surcharge a aussi été incriminée pour expliquer cet accident. En décembre 2000, entre Odessa et İstanbul il n’y avait plus que deux bateaux par semaine, l’un faisant le voyage en 28 heures, et l’autre, moins cher, en 36 heures. Les usagers de ces deux bateaux étaient en écrasante majorité des Ukrainiennes, et dans une bien moindre mesure, des Moldaves23. Un an après, le nombre hebdomadaire de bateaux en provenance ou à destination a augmenté, sans pour autant avoir atteint celui des années 1993-1995, qui restent dans la mémoire commerciale d’İstanbul des années dorées, inlassablement évoquées par les commerçants interrogés.

32Pour ce qui est de l’avion, il suffit d’observer les départs et arrivées au terminal international voyageurs et au terminal cargo de l’aéroport international Atatürk. D’après un relevé fait fin novembre 2001 au terminal voyageurs, sur 64 arrivées, 10 se faisaient en provenance de pays méditerranéens et plus de 30 en prove­nance de pays « pontiques » ou de républiques de la Fédération de Russie. Le départ de charters vers les ex-pays de l’URSS est toujours un spectacle impressionnant, tant le chargement des voyageurs (des femmes en grande majorité) est visible et manifeste. De la sorte, on peut dire que l’avant-pays, comme l’arrière-pays international d’İstanbul -composé des pôles étrangers avec lesquels les relations sont les plus fréquentes et denses- est plus « pontique » que méditerranéen.

3) Une délicate quantification et des mutations en cours

33Les tableaux suivants montrent l’importance de ces flux, qu’on ne peut quantifier qu’en prenant en compte les entrées de touristes en Turquie, et tout particulièrement à l’aéroport d’İstanbul. En effet, une partie des 10 millions de touristes qui entrent annuellement en Turquie sont en fait des touristes à la valise, dont la venue est plus motivée par des considé­rations commerciales que par des attentes touristiques « classiques ». On peut d’ailleurs aisément discerner dans les tableaux suivants (6, 7 et 8) ce qui relève du tourisme « classique », d’agrément et de découverte, de ce qui relève du « commerce à la valise ».

Tableau 6 : Les entrées de touristes durant les quatre premiers mois de 1999

Nationalité

Nombre d’entrées

Allemagne

336 757

Communauté des États Indépendants

298 644

Roumanie

108 477

Bulgarie

100 833

États-Unis

98 000

France

81 000

Angleterre

66 000

Source : DİE et Sabah, supplément spécial « Tatil 2000 » p. 1.

Tableau 7 : Les « touristes » de l’Europe de l’Est en Turquie, pour les neuf premiers mois des années 1997-2000

Provenance

1997

1998

1999

2000

Évolution entre 1999 et 2000

Bulgarie

148 000

185 000

170 000

276 000

62,4

Rep. tchèque

53 000

39 000

35 000

56 000

60

Hongrie

17 000

20 000

19 000

30 000

57,9

Pologne

42 000

70 000

56 000

104 000

85,7

Yougoslavie

113 000

130 000

150 000

222 000

48

Roumanie

234 000

390 000

364 000

213 000

- 41,5

Total

607 000

834 000

794 000

901 000

Source : Finansal Forum, İstanbul, 19 octobre 2000, p. 16.

Tableau 8 : Les entrées officielles de touristes en Turquie pour les 6 premiers mois (janvier-juin) de 1999 et de 2000

Nationalités

Nombre d’entrées en 1999

Nombre d’entrées en 2000

Allemagne

547 356

236 894

Angleterre

294 053

124 175

Roumanie

227 035

 ?

États-Unis

167 320

55 273

Fédération de Russie

160 772

76 312

Iran

149 925

37 882

France

122 047

44 167

Géorgie

91 897

 ?

Bulgarie

90 143

29 828

Israël

81 028

31 350

Source :DİE et Cumhuriyet Hafta, 13/08/1999, p. 20.

34Au total, il ressort qu’une part notable des « touristes » comptabilisés sont, pour la Roumanie, la Fédération de Russie, l’Iran ou la Bulgarie, des navetteurs qui font des aller-retours fré­quents entre İstanbul et leur pays, contribuant à grossir les effectifs touristiques globaux.

35Cependant, on assiste à une transformation de cette activité, qui pourrait aboutir à une réduction du flux de navetteurs. Cette transfor­mation consiste en une « professionnalisation » de la filière, fondée sur le recours à la commande à distance et à des transporteurs de confiance. Beaucoup des commerçants interrogés nous ont en effet expliqué que les clients se déplacent moins -c’est en tout cas net pour les Russes-, et se contentent d’utiliser leur fax ou leur téléphone et de passer par des intermédiaires sûrs pour l’acheminement. Mais ceci n’est possible que si préalablement des relations de confiance ont été établies ; autrement dit, que si des contacts personnels entre acheteurs et vendeurs ont eu lieu. Après la phase de déplacements intenses, qui permet d’assurer ces contacts, la phase de « relations à distance » peut s’initier. Seuls ceux qui ne disposent ni d’une « raison sociale » officielle, ni des moyens logistiques requis continuent à se déplacer. En outre, les « commer­çants » de pays relativement éloignés, comme ceux d’Asie centrale, recourent largement à la commande, plutôt qu’aux aller-retours.

B) Tourisme, affaires et pèlerinage

36Nous n’évoquerons pas, ici, le développe­ment du tourisme à İstanbul, entendu dans son sens classique. Il nous faut surtout rappeler que le tourisme peut être à la fois un tourisme de congrès et d’affaires -comme on l’a vu avec le cas des navetteurs, évidemment-, un tourisme familial et un tourisme religieux, sans que les frontières entre ces types de tourisme soient toujours vraiment nettes. Le vieil adage turc hem ziyaret, hem ticaret (« à la fois en visite et en affaires ») concerne aussi bien le tourisme religieux que le tourisme familial. En consé­quence, aucun déplacement n’est vécu de façon univoque.

37Dès lors, il faudrait ainsi pouvoir faire la part exacte des mobilités familiales qui se déploient à l’échelle internationale, compte tenu du caractère très dispersé de la population turque (voir à cet égard le papier de Stéphane de Tapia) et de la prégnance des relations de famille (le terme de « famille » pouvant être entendu au sens large), faites de solidarité fidèle, d’entraide et d’allégeance. Dès lors, une bonne partie des entrées en Turquie, comptabilisées comme « entrées de touristes » sont le fait de voyages à caractère familial et mobilisent des « Turcs de l’extérieur » qui ont acquis une nationalité européenne, ou des Turcophones des Balkans ou d’ailleurs qui ont de la famille en Turquie. Une population aussi dispersée de par le monde que la population turque est par définition turbulente, la dispersion des familles alimentant des mobilités de rapprochement occasionnel. Le cas des déplacements des « cousins » des Balkans ou du Caucase s’inscrit dans la même ligne. Nombre de Caucasiens ou de Balkaniques ont en effet de la famille en Turquie, descendante des migrants installés dans l’Empire ottoman, puis en Turquie, qu’ils soient Tcherkesses, Bosniaques ou Bulgares (pensons à ceux venus à la fin des années 1980). À l’inverse, un pourcentage important de citoyens turcs a des racines hors de la Turquie dans ses limites actuelles ; ce passé « rejoue » à l’occasion de certains événements internatio­naux, et explique par exemple que la Turquie ait accueilli autant de Bosniaques entre 1992 et 1994 et de Macédoniens plus récemment encore. La Turquie a toujours manifesté un immense pouvoir d’intégration des populations musulmanes étrangères qui se sont installé sur son territoire, des Yougoslaves et Bulgares des années 1950-1960 aux Bosniaques des années 1980.

38De même, les mobilités internes au « monde turc » tel que défini par l’ancien président Süleyman Demirel -« de l’Adriatique à la Muraille de Chine »- doivent aussi être mentionnées : ce sont à la fois des mobilités d’affaires, contre- courant des investissements turcs dans cet espace en voie de structuration, et des mobilités d’études, le gouvernement turc accueillant chaque année des contingents (modestes, mais symboliquement et politiquement significatifs) d’étudiants de l’ensemble de ces pays « frères ».

39Enfin, les mobilités « religieuses » ne sont pas négligeables. Elles sont le fait d’étudiants et d’autorités religieuses, d’une part, et de pèlerins, attirés par la ville qui fut pendant plus de quatre siècles la capitale et le cœur de l’islam sunnite, d’autre part. Certains pèlerins musulmans en route vers La Mecque, qui viennent du Maghreb ou de l’Europe en bus, font même un arrêt à İstanbul, qui combine affaires et visites de hauts lieux du monde sunnite (Eyüp, Palais de Topkapı, Hırka-i Şerif à Fatih).

C) Commerces de produits licites et autres commerces

  • 24 Cf. Cumhuriyet, 07/11/2001, p. 7.
  • 25 Cf. Zaman, 29/11/2001, p. 15.
  • 26 Cf. Radikal, 13/12/2001, p. 10.

40Il est clair que depuis l’effondrement de l’URSS, des produits peu licites affluent vers la Turquie, en direction de l’Europe souvent, dont nous n’avons connaissance encore une fois que par le biais des arrestations de trafiquants, tout au moins celles qui sont médiatisées. Il s’agit de drogues, d’armes et de produits nucléaires ou chimiques. Dernièrement, par exemple, on a retrouvé dans un quartier périphérique d’İstanbul des déchets nucléaires d’origine russe, qui auraient pu être utilisés pour la fabrication d’armes. Plus récemment encore (début novembre 2001), deux vendeurs d’uranium (en possession de plus d’un kilo) ont été arrêtés dans une périphérie d’İstanbul, qui ont prétendu avoir acheté leur « matière sensible » à des trafi­quants d’Europe de l’est venus à İstanbul24. De même, en novembre 2001 une filière de trafic de gaz moutarde entre le Caucase et l’Europe, via la Turquie, a été mise à jour par la gen­darmerie d’İstanbul (qui assure les fonctions de sécurité aux périphéries de l’aire urbaine d’İstanbul)25. Depuis 1993, 104 actes de trafic de matières nucléaires ont été répertoriés en Turquie26 ; et à chaque fois, ces matières prove­naient des nombreuses installations nucléaires de l’ex-Union Soviétique et avaient transité par le Caucase pour parvenir en Turquie. La collab­oration américano-turque pour renforcer le con­trôle de ces flux a d’ailleurs été vivement ren­forcée depuis le 11 septembre 2001.

  • 27 Cf. Cumhuriyet, 6/05/2001, p. 3.
  • 28 Cf. Cumhuriyet, 1/06/2000, p. 7.

41Les drogues, c’est un aspect plus connu, viennent plutôt du Pakistan, d’Iran ou d’Afghanistan, et sont destinées au marché européen (surtout l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni). Mais le nombre de saisies va croissant et surtout les quantités totales saisies sont de plus considérables. En mai 2001 par exemple, plus de 9 kilos d’héroïne en partance pour le Royaume-Uni ont été saisis au terminal cargo de l’aéroport Atatürk27. De même, entre la Roumanie et İstanbul le trafic de matières chimiques semble être intense, comme en témoigne la saisie de plus d’une tonne d’acide anhydrique -utilisé pour la fabrication d’héroïne- en juin 2000 (cf. Sabah, 25/06/2000, p. 3). Cependant il faut éviter, quand on évoque ces trafics, de focaliser sur les seuls étrangers, au risque de céder à un discours répandu en Turquie. Pour les 5 premiers mois de l’année par exemple, sur les 31 personnes arrêtées à l’aéroport d’İstanbul avec de la drogue, 13 étaient de nationalité étrangère28.

  • 29 Cf. Cumhuriyet, 25/12/2001 p. 7.

42La prostitution, sous des formes très variables, est aussi liée aux mobilités internationales, sans que les motifs qui poussent certaines femmes à venir à İstanbul soient toujours clairs au départ. En effet, sur les 10 150 reconduc­tions à la frontière des 11 premiers mois de près d’un cinquième était lié à des faits de prostitution29. Des cas de prostitution occasion­nelle, hors réseaux mafieux ont été avérés, de la part de femmes venues à l’origine pour se livrer au « commerce à la valise ». Néanmoins, la pros­titution organisée par les mafias russes, tchétchènes ou turques existe bien, sans que l’on puisse évaluer, parmi les femmes recon­duites à la frontière pour fait de prostitution, la part de celles qui étaient sous la dépendance de filières organisées.

  • 30 Qui disposait d’une antenne sous la forme d’une officine de traduction à Aksaray.
  • 31 Cf. Radikal, 8/12/2001, p. 3.
  • 32 Cf. Cumhuriyet, 19/12/2001, p. 17.

43Enfin, des « trafics de filles » existent aussi, entre les anciennes républiques soviétiques et la Turquie. En août 1999, par exemple, une ressortissante kazakhe a été arrêtée et reconnue coupable d’être partie prenante d’un réseau assurant l’importation de jeunes filles « vendues » à des hommes d’affaires turcs pour un montant de 3 à 5000 dollars. De même, en décembre 2001, un réseau30 incluant des policiers et des fonctionnaires de l’état civil a été mis à jour, qui s’était spécialisé dans l’importation de femmes de Russie et d’ex-Europe de l’est, à destination d’hommes turcs (en vue de mariages arrangés31). Moyennant 3000 dollars (dont 500 pour les fonctionnaires de l’état civil), ces hommes turcs pouvaient trouver femme étrangère à leur convenance. Toujours en décembre 2001, enfin, un autre réseau de « vente de jeunes filles » russes a été identifié à Kurtköy (périphérie asiatique d’İstanbul), impliquant des Turcs et des Russes, livrant des filles de moins de 16 ans, par le biais de salons de mas­sage-alibi, pour 2 ou 3000 dollars32. Il est sûr que le désarroi idéologique et le marasme économique qui sévissent dans certaines des anciennes républiques soviétiques -comme dans d’anciens pays de l’Est- contribuent à alimenter ces flux.

III) Les étrangers à İstanbul : présence officielle et stratégies de maintien

A) Les étrangers recensés et dotés de papier...

44Si l’on prend en compte les recensements généraux de la population turque (tab. 9) on est surpris par l’extrême faiblesse de la population étrangère recensée : 0,8 % de la population stambouliote en 1990 ; nous ne disposons pas des résultats complets des recensements ultérieurs, non encore publiés, mais il est peu probable que cette proportion se soit radicale­ment modifiée dans le sens d’une augmentation.

  • 33 Appelés "Göçmen" (jadis muhacir), soit "migrants", plutôt qu’étrangers.
  • 34 Cf. Kemal Kirişçi, Forum, 15/11/1999, pp. 24-29.
  • 35 15 000 d’entre eux (des Bosniaques en fait), arrivés dans les années 1958-1964, vivent encore regro (...)
  • 36 Il s’agit là de Chinois kazakhs, installés notamment à Güneşli (périphérie ouest d’Istanbul) après (...)
  • 37 Cf. Radikal, 23/03/2001, p. 5.
  • 38 La Macédoine indépendante actuelle en compterait plus de 140 000.
  • 39 La guerre en Irak (1990-1991) a par exemple provoqué une vague d’installation de ces turcophones ir (...)
  • 40 C’est en 1982 que le général Evren, alors président de la République turque, a fait s’installer un (...)
  • 41 Cependant, 125 000 des 600 000 Bulgares arrivés en Turquie à la fin des années 1980 sont finalement (...)

45De même, toujours d’après ces recensements, İstanbul accueillerait 26 % des étrangers enregistrés et établis en Turquie, proportion légèrement supérieure à la part d’İstanbul dans la population turque, mais pas de façon specta­culaire. Fondé sur la population établie et déclarée, ces sources statistiques sont donc d’une utilité relative. Ces faibles pourcentages sont dus en partie à la rapidité d’intégration des « étrangers frères ou cousins33 » -c’est-à-dire des étrangers turcophones et/ou musulmans- qu’a accueillis la Turquie tout au long de son histoire. Selon la comptabilité officielle en effet, depuis 1923 la Turquie a accueilli 2,5 millions d’étrangers34, provenant pour l’essentiel des Balkans -Bulgares, Grecs, Yougoslaves35, Roumains-, de Transcaucasie, du Caucase et de l’Asie cent­rale (2 878 « Turkistanais36 » selon certaines sources officielles37). La dernière des vagues d’installation date de 2000-2001 ; elle est formée de Macédoniens turcophones38 (fin mars 2001, plus de 6000 arrivées avaient été enregistrées). Qu’ils soient Bosniaques, Tatars de Crimée, Turkmènes d’Irak39, Turkmènes du Pamir afghan40 ou Bulgares41, ces « étrangers » ont aisément acquis la nationalité turque, sans pour autant toujours rompre leurs liens avec leur pays d’origine.

  • 42 Au nombre de 131 884 en 1998 selon le ministère de l’Intérieur turc ; cf. Cumhuriyet Dergi, n° 634, (...)

46Ceci précisé, l’objet n’est pas ici de recenser de manière exhaustive les différentes composantes de la population étrangère « établie » à İstanbul. Celle-ci ne retient notre attention qu’en tant qu’elle a des liens avec les migrations et mobilités qui nous intéressent au premier chef. À titre d’exemple, parmi les Européens42, le contingent le plus important est constitué d’Allemands, qui sont en fait souvent des « binationaux » ou des conjoints de Turcs. Dans l’arrondissement de Beyoğlu, nous avons noté plusieurs enfants de Turcs d’Allemagne, ayant fait leurs études en Allemagne et acquis la nationalité allemande, qui participent à la reconquête des quartiers historiques. À cet égard, il y a bien un lien entre cette présence « étrangère » (en tout cas au regard de l’état civil) et la « propension à la mobilité » de la population turque, dont on sait que plus de trois millions de ses citoyens vivent hors des limites du pays. Cependant, de façon générale on peut répartir cette population étrangère en trois sous-ensembles : les mariés, les expatriés- travailleurs et les étudiants.

Tableau 9 : Les étrangers recensés en 1990 (Turquie/Istanbul)

Total

Homme

Femme

Turquie

245 600

127 319

118 281

İstanbul

63 612

32 504

31 108

Source : recensement général de la population, 1990.

1) Les “mariés”

47Une partie de ces “mariés” est, si l’on peut dire, le produit d’un processus de “sédentarisation” de commerçantes, car comme on l’a vu ce sont souvent des femmes qui alimentent le commerce à la valise, par mariage avec des Turcs. Bien souvent d’ailleurs ces femmes servent d’intermédiaires dans les négociations avec leurs compatriotes qui poursuivent le travail. Ici, le lien entre présence étrangère et

48mobilités commerciales est évident, ces “mariées” se trouvant à l’articulation entre deux phénomènes qu’il est en fait artificiel de distinguer de façon trop rigide. Nous avons ainsi rencontré plusieurs Roumaines, Russes ou Ukrainiennes, tenant boutique dans les quartiers commerçants, qui jouent un rôle d’interface stratégique en raison de leur connaissance des langues des clients qui convergent vers İstanbul. Les « mariées » maghrébines sont en nombre plus restreint ; les quelques cas que nous avons rencontrés ou dont nous avons entendu parler ne nous permettant pas de généraliser.

2) Les hommes d’affaires et commerçants

49L’internationalisation économique d’İstanbul (ou la ré-internationalisation si l’on se place dans le temps long) et son ouverture croissante aux flux économiques mondiaux depuis le milieu des années 1980 ont pour effet d’attirer un nombre croissant d’hommes d’affaires étrangers, sans parler des membres d’organisa­tions internationales diverses (Conseil de l’Europe, Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe, Organisation de la Confé­rence Islamique, « T.6 », Zone de Coopération Economique de la Mer Noire...). Comme la Turquie réalise plus de 60 % de son commerce avec l’Europe, il n’est pas surprenant de trouver beaucoup d’hommes d’affaires européens, aux­quels il faudrait ajouter les hommes d’affaires russes, japonais, américains ou israéliens depuis le rapprochement turco-israéliens du milieu des années 1990. Sur un mode plus informel, le commerce à la valise déjà évoqué participe aussi à cette internationalisation, de même que les contre-flux suscités par les investissements turcs dans des pays environ­nants, comme la Bulgarie, la Roumanie ou la Macédoine. İstanbul par ailleurs émerge comme une place internationale de congrès et a renforcé dans ce sens son infrastructure d’accueil ces dernières années.

3) Les étudiants

  • 43 Cf. Sabah-İstanbul, 12/12/1998, p. 5.

50Les étudiants constituent une autre part de cette population étrangère, déclarée. Ils pro­viennent du « monde turc » et du « monde musul­man », on l’a vu, mais aussi de tout le monde en voie de développement et notamment du conti­nent africain. Pour ce qui est des Bosniaques, Kosovars, Albanais ou Macédoniens, cette présence est liée à l’héritage ottoman dans les Balkans. En effet, ces étudiants sont souvent de langue turque ; mais pour eux, la Turquie est vécue comme un tremplin vers l’Europe ou l’Amérique du nord. Ainsi, une partie des vendeurs de rue identifiés sommairement comme « africains » ou « noirs » par les Turcs, est formée d’étudiants sénégalais, qui se paient de la sorte leurs études43. Pour les Sénégalais interrogés, dont certains peuvent appartenir à la confrérie mouride dont on sait qu’elle essaime à travers le monde entier de jeunes commerçants-missionnaires, İstanbul a l’avan­tage d’offrir pour la poursuite d’études un large spectre de formations de qualité, pour un coût de revient bien inférieur à celui d’une scolarité en Europe, dans un contexte jugé « à la fois musulman et européen ».

Tableau 10 : Les étudiants étrangers, « frères ou cousins », en Turquie

Pays

Total (*)

Dont enseignement supérieur

Azerbaïdjan

1169

1129

Kazakhstan

775

716

Kirghizstan

762

562

Ouzbékistan

195

195

Turkménistan

1368

1333

« Pays asiatiques »

1613

1467

« Pays des Balkans »

1543

1275

Total

7425

6677

Source : Ministère turc de l’Éducation nationale, 2000 (Milli Eğitim Sayısal Veriler, 2000, p. 216).

* Comprend aussi quelques élèves qui suivent des cours de langue turque et du secondaire

  • 44 Hürriyet-Pazar, 17/06/2001, pp. 2-4.
  • 45 Le secteur de Tarlabaşı est à ce titre assez emblématique de la nouvelle présence africaine à Istan (...)

51En ce qui concerne les Africains, dont la présence à İstanbul est nouvelle, ils sont estimés, si l’on excepte les Maghrébins, Égyp­tiens compris, à 2500 environ. Ils vivent pour la plupart semble-t-il dans les arrondissements historiques/centraux de Beyoğlu44 et d’Eminönü, parmi des migrants internes, fréquemment kurdes, dans des îlots souvent très dégradés45. Les Soudanais par exemple -en excluant les citoyens turcs, descendants de « Soudanais » installés au milieu du XIXe siècle au moment où l’Empire ottoman se lance en Anatolie dans la culture du coton-, sont notablement présents dans le corps enseignant universitaire. Hormis ceux cités plus haut, İstanbul compte aussi des Tanzaniens, des Zaïrois et des Camerounais.

52Au total (tab.10), le nombre d’étudiants étrangers officiellement répertoriés est modeste, surtout si on le compare au nombre d’étudiants turcs à l’étranger. Plus que les chiffres absolus en eux-mêmes, c’est surtout la composition de cette population étudiante qui nous importe, compte tenu de l’accent mis sur les étudiants provenant de pays « frères » ou « cousins », c’est-à-dire issus de pays à population turcophone et/ou musulmane.

B) Les autres étrangers : visibilité réduite et grande précarité

1) Le marché du travail clandestin : une contribution de taille des étrangers

  • 46 Dans le secteur du bâtiment, d’après nos observations, il s’agit souvent d’Azéris, d’Arméniens, de (...)
  • 47 Il existe à cet égard deux filières que nous avons identifiées à plusieurs occasions : une filière (...)
  • 48 Les migrants récents, citoyens turcs, participent aussi largement à cette économie souterraine des (...)

53Les étrangers irréguliers vivant, provisoirement ou non, à İstanbul travaillent pour l’essentiel dans l’économie non déclarée, qui représenterait la moitié de l’activité économique de la métropole turque (en termes de richesse produite). On les trouve donc, pour les hommes, dans le bâtiment46, le portage et la manutention, dans la confection, dans l’industrie chimique, dans la restauration, dans le travail du bois et l’économie de la récupération ; pour les femmes, hormis la prostitution et ses formes plus ou moins déguisées, citons la domesticité, la garde d’enfants47 et l’industrie (c’est parfois un grand mot) du textile. Certains de ces étrangers se paient leurs faux papiers ou leur voyage clandestin vers l’Europe, précisément en travaillant illégalement, et en alimentant donc l’immense marché du travail non déclaré. Inutile de préciser que cette force de travail étrangère est à la merci de ses employeurs et qu’en cas d’accident, aucun recours n’est prévu. Nous avons rencontré plusieurs fois des étrangers qui avaient été « remerciés » par leur employeur, parfois sans avoir été payés, et qui reconnaissaient leur impossibilité à rentrer dans leurs droits d’une quelconque manière. Cependant, depuis deux ans l’État turc s’est lancé dans une vaste lutte contre le travail clandestin, et taxe les employeurs peu scrupuleux, tout en reconduisant à la frontière les travailleurs étrangers. De nombreuses arrestations ont déjà eu lieu, sans que pour autant la question soit résolue, tant ces formes de travail sont courantes. En effet, pour le seul secteur textile, d’après une estimation réalisée par un syndicat, les deux tiers du million et demi d’employés du Grand İstanbul le seraient de façon non régulière48... Ce qui donne une idée de l’ampleur de la tâche de régularisation à effectuer.

  • 49 À plusieurs reprises cet aveu nous a été fait ; comme par cette Géorgienne, parlant russe et turc, (...)

54Pour prendre un exemple concret, en décembre 2001, dans le quartier central et dégradé de Tarlabaşı (arrondissement central de Beyoğlu), nous avons interrogé un jeune Roumain -diplômé de l’université roumaine, parlant remarquablement le turc-, qui était en Turquie depuis deux ans et travaillait dans une petite entreprise (douze personnes employées au total) spécialisée dans le traitement de pièces de métal, pour la confection. Ce qui était frappant au premier abord c’était, malgré la manipulation de produits chimiques très sensibles (cyanure, acides divers... ), l’absence de mesures de sécurité élémentaires. Mais l’État turc se montre plus vigilant et de nombreuses arrestations de travailleurs et d’employeurs ont déjà eu lieu. Les sanctions sont désormais sévères, ce qui devrait conduire les maquignons à plus de prudence. Pour autant, le nombre d’étrangers travaillant à İstanbul, qui préfèrent payer une amende quand ils sortent du terri­toire turc, soit une ou deux fois par an -parce qu’ils ont dépassé les 3 mois impartis-, plutôt que de sortir tous les trois mois, demeure très important49.

2) Étrangers et clandestins : du transit, à l’installation durable ou le provisoire qui se pérennise.

55Le phénomène qu’il convient de souligner ici, c’est l’insensible transformation des étrangers en transit en résidants clandestins. İstanbul est la place la plus importante en Turquie en l’espèce, où des milliers de clandes­tins attendent l’occasion favorable à la poursuite de leur périple. À cet égard, on peut qualifier cette population étrangère de « population par défaut », en ce sens qu’elle demeure contrainte à İstanbul, et que ses projets d’émigration ne visent pas la Turquie. L’image du « sas » est donc, de ce fait, assez pertinente. Cette popula­tion étrangère -constituée de personnes sans permis de séjour en Turquie (le visa de touriste étant expiré)-, population « turbulente », précaire, instable, toujours en reconfiguration, en fonction des opportunités et aléas inhérents à son absence de statut officiel, change d’emplois et de résidence fréquemment. Elle a donc une visibilité réduite.

56Par conséquent, sa localisation dans İstanbul répond à une logique de proximité par rapport aux lieux-ressources (en papiers et titres de voyage notamment), à une logique de réseaux (les réseaux nationaux ou régionaux, qui sont eux aussi des ressources pour les migrants), et une logique d’opportunité en matière d’offre immobilière. Les arrondissements centraux d’Eminönü et de Fatih sont connus depuis longtemps pour leurs « chambres de célibataires » où descendent traditionnellement les migrants internes. Aujourd’hui, migrants internes et migrants internationaux vivent dans les mêmes immeubles dégradés tenus par des marchands de sommeil sans scrupule, quand ils ne squattent pas des immeubles abandonnés (et le centre d’İstanbul, en partie vidé de ses élites « minoritaires » entre 1922 et 1974, et de ses élites financières depuis 1980, qui préfèrent les implantations périphériques). Périodiquement, la chronique stambouliote est alertée par des affaires d’incendie ou d’effon­drement de bâtiments, suivies de la découverte d’occupants clandestins. Ainsi dernièrement, trente Bengalis sont sortis des ruines fumantes d’un immeuble que l’on croyait inoccupé depuis longtemps, qui venait d’être ravagé par un incendie (dans l’arrondissement d’Eminönü). Enfin, certains étrangers habitent chez leurs employeurs, et sont donc disséminés en fonction de l’offre de travail.

C) Une tendance à la stigmatisation par la population turque

57Nous avons fait ailleurs (Gangloff & Pérouse, 2001), pour la seule population roumaine, une étude détaillée du traitement par la presse turque de cette présence étrangère, que l’on peut partiellement reprendre et généraliser.

1) Étrangers et prostituées

58Forcément encline à se polariser sur les phénomènes les plus spectaculaires, la presse turque se déchaîne contre la présence d’un type bien particulier de travailleurs clandestins : les femmes étrangères s’adonnant à la prostitution.

  • 50 Depuis 1992, le terme de Natachas désigne en Turquie une prostituée de l’Est.
  • 51 Cf. "Fuhuşa sınırdışı" [prostituées expulsées du pays], Hürriyet, İstanbul, 29/07/99, p. 9.

59Si l’on fait une revue de presse ces dernières années, l’accent sur ce genre d’activité ressort clairement. Ces femmes semblent être surtout présentes dans les hôtels et “pensions” du complexe de Laleli-Beyaz›t-Aksaray. Tout comme pour les ouvriers, la clandestinité de cette population ne permet pas d’en estimer clairement le nombre, si ce n’est à travers l’indice des reconductions à la frontière (voir plus haut). Les plus connues de ces femmes sont les Natachas50 “russes” (en fait souvent ukrainiennes, géorgiennes ou autres), qui nourrissent abondamment la chronique stambouliote. De ce fait, les « descentes » et arrestations des équipes du « bureau des bonnes mœurs » (ahlak masası), dépendant de la Direction de la Sécurité d’İstanbul, font l’objet d’une large couverture médiatique, qui contribue à entretenir cette funeste réputation de la femme étrangère51. Ce type de focalisation, sensationnaliste, tend à construire l’image dominante d’un étranger plutôt dépravé.

  • 52 Cf. Radikal, 1/12/2000, p. 12.

60De même, les chiffres officiels des malades du sida en Turquie ne contribuent pas à la bonne réputation des étrangers. Sur 885 malades officiellement déclarés dans le pays à la fin de l’année 2000, 182 sont étrangers, dont 31 Roumains (aux côtés de 29 Ukrainiens, 11 Tanzaniens, 11 Moldaves, 9 Allemands, 7 Américains)52.

2) Voleurs et mendiants

  • 53 "Dilenci patlaması", Zaman-İstanbul, 12/12/1999, p. 16.
  • 54 "Beşte bir Romen. İstanbul’da 10 bin dilenci dolanıyor" [Un mendiant sur cinq est roumain. À İstanb (...)

61Parallèlement, et de manière non moins péjorative ou négative, les étrangers sont réputés, selon la presse turque, grossir les bataillons de voleurs et de mendiants à İstan­bul. Aussi la presse se complaît-elle à relater les arrestations et les reconductions à la frontière dont sont l’objet ces étrangers. Le discours est évidemment sans nuance et tend à laisser croire que tout étranger -non européen- est poten­tiellement un voleur ou à défaut un mendiant. Depuis la fin de l’année 1999, des chiffres ont commencé à circuler dans la presse turque sou­tenant qu’un cinquième des mendiants à İstanbul était d’origine roumaine53. Ces chiffres sont périodiquement repris depuis lors, sans souci de vérification critique54.

62Les chiffres relatifs « à la criminalité étrangère » fournis par la Direction de la Sécurité d’İstanbul (tab.11) donnent une idée des « populations-cibles », d’une certaine manière, et, incidemment, des différentes nationalités présentes à İstanbul. De même, les regroupements effectués (« Turkistanais » ou « Africains ») témoignent des approximations et amalgames souvent effectués.

Tableau 11 : Les chiffres officiels de la criminalité étrangère à İstanbul en 2000

Nationalité

Nombre d’arrestations

1.Roumaine

3 078

2.Moldave

2 830

3.Irakienne

2 124

4.Iranienne

1 447

5.Ukrainienne

1 251

6.Azérie

865

7.Pakistanaise

438

8.Russe

445

9. « Turkistanaise »*

263

10. Bulgare

166

11.Marocaine

158

12. Syrienne

108

13. Algérienne

38

14. Égyptienne

28

14. « Africaine » (sic)

2 808

Total

16 047

Source : Direction de la Sécurité d’İstanbul, Radikal, 19/03/2001, p. 4.

* C’est-à-dire venant des nouvelles républiques turcophones d’Asie centrale, et de la région ouïghoure en Chine.

  • 55 "Hırsızı yakan poz" [La pose qui fait attraper le voleur], Sabah-İstanbul, 2/05/98, p. 3.
  • 56 "Bahçelievler’de yanmış ceset" [Cadavre brûlé à Bahçelievler], Cumhuriyet, 20/12/99, p. 4.
  • 57 Pour la drogue, la tendance est à la stigmatisation des ressortissants d’Afrique noire (particulièr (...)

63En fait, qu’il s’agisse de prostitution, de sida, de vols55, de crimes56 ou de mendicité, la stigmatisation par le discours commun turc s’inscrit dans un schème général du discours dominant sur l’étranger, qui consiste à accuser celui-ci des maux qui rongent la société turque, en quelque sorte pervertie de l’extérieur. Dans cette logique, le sida est une importation et les stupéfiants sont introduits par les étrangers57. Les discours de voisinage recoupent, à cet égard, totalement les discours de presse. La présence d’un étranger ou d’une famille étrangère dans une rue suscite la désapproba­tion la plus vive ou la suspicion permanente.

  • 58 Akşam, 15/9/99.
  • 59 Sabah, 14/11/2000, p. 26 ; Cumhuriyet, 8/9/2000, p. 8.

64Toutefois, si la presse présente les étrangers comme des acteurs pivots de tous les trafics illicites, elle souligne aussi parfois leur situa­tion de victime. Ainsi, cette femme roumaine, Marica, venue en Turquie pour retrouver son fiancé turc qui devait l’épouser et, qui, aban­donné par cet homme, après avoir failli mourir de faim, s’est prostituée pour nourrir son enfant58. D’autres articles relèvent, par exemple, que des étrangers, poussés par la misère, seraient aussi victimes de trafics d’organes59.

3) Les travailleurs clandestins

  • 60 "İstanbul kaçak işçi cenneti" [İstanbul, le paradis des travailleurs clandestins], Hürriyet, 15/02/ (...)
  • 61 "İşsizliğin nedeni yabancı işçiymiş !" [La cause du chômage, ce serait les travailleurs étrangers ! (...)
  • 62 Cf. "Sevgilisini kapan patronu bıçakladı" [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il aim (...)

65Enfin, les contrôles de police se multipliant ces derniers mois, le nombre de travailleurs étrangers expulsés croît, et l’écho de la présence de ces travailleurs dans la presse aussi. Le pas est bien sûr vite franchi et ces travailleurs sont parfois accusés d’être responsables de la recrudescence du chômage en Turquie60. Il est à noter que certains syndicats participent à ce discours présentant les Roumains comme des concurrents sauvages à la main-d’œuvre « autochtone »61. La presse turque se montre donc prolixe pour relater les faits divers relatifs à cette présence clandestine, qu’il s’agisse d’arrestations ou de crimes en tout genre ; occasion de criminaliser62 incidemment une « population » étrangère.

  • 63 Cf. Radikal, 15/11/2000, p. 12.

66Globalement, donc, ce qui est frappant c’est la façon dont les faits divers -crimes et vols surtout- sont récupérés pour stigmatiser une population étrangère largement méconnue, si ce n’est au travers de faits divers déplorables63.

67Conclusion

68Bien qu’on ne connaisse pas encore l’itiné­raire exact suivi par les clandestins qui ont tenté de pénétrer dans l’Eurotunnel fin décembre 2001, il est fort probable-compte tenu de leur nationalité, Afghans et Kurdes irakiens en majorité- qu’un pourcentage important d’entre eux a transité par İstanbul pour gagner l’Europe.

69Les mobilités, circulations et migrations internationales contribuent donc bien à l’inter­nationalisation d’İstanbul, en tant qu’elles relient en permanence la métropole turque, inscrite à l’articulation de champs migratoires nombreux, à une multitude de pays avec lesquels elle entretient des liens plus ou moins formels. Les recompositions politiques survenues ces dernières années, et les troubles et conflits qui affectent le Caucase comme le Proche et Moyen-Orient -sans parler des déséquilibres de niveau de vie- ont eu pour effet d’activer les mouvements migratoires transitant par la Turquie, et spécialement par İstanbul, véritable porte d’entrée de l’Europe riche et stable pour ces candidats à l’exode. La marchandisation de ces mouvements migratoires par des organisations mafieuses bien implantées à İstanbul aggrave encore la situation. En outre, redevenue une métropole attractive et accessible pour le monde balkanique, russe et turc, İstanbul polarise des circulations et migrations aux mobiles mêlés, à l’origine de l’émergence d’un « nouveau cosmopolitisme », qui n’a plus grand chose à voir avec le cosmopolitisme stambouliote de l’époque ottomane, davantage fondé et nourri par la présence de minorités religieuses.

Bibliographie

Bazin, M. (1993), « Disparités et flux migratoires dans l’"aire Turque" », 1993, CEMOTI, n° 15, pp. 226-242. URL : http://cemoti.revues.org/333

Blacher P.-S. (1996), « Les ’Shop-turisty’ de Tsargrad ou les nouveaux russophones d’İstanbul », Turcica, n° 28, pp. 11-50. DOI : http://dx.doi.org/10.2143/TURC.28.0.2004337

Bozarslan, H. (1998), « Le groupe kurde », Hommes et Migrations, n° 1212, mars-avril 1998, pp. 24-34. URL : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/Immigres-de-Turquie/2063-Le-groupe-Kurde

Bruneau M. (1994), « Espaces et territoires de dias­poras », L’Espace géographique, 1994-1, pp. 5­17. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/spgeo.1994.3252

Çınar M. E. (1994), "Unskilled Urban Migrant Women and Disguised Employment: Home- working Women in İstanbul, Turkey", World Development, 22/3, pp. 369-380. DOI : http://dx.doi.org/10.1016/0305-750X(94)90128-7

Dalman, M. (s.d.), Avrupa’da İnsan Ticareti ve PKK (Commerce humain en Europe et PKK), Istan­bul: DTPA (Türk-Alman Basın Ajansı), 222 p.

Elmas H.B. (1998), « Exode rural et migrations des Turcs et des Kurdes vers l’Europe », Hommes et Migrations, n° 1212, mars-avril 1998, pp. 5­13. URL : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/Immigres-de-Turquie/2067-Exode-rural-et-migration-des-turcs-et-des-kurdes-vers-l-Europe

« Émigrer-Immigrer », Le genre humain, printemps 1989, Paris, EHESS.

Gangloff S. & Pérouse, J.-F. (2000), La présence roumaine à İstanbul. Une chronique de l’éphémère et de l’invisible ?, « Les Dossiers de l’IFEA », série « Turquie d’aujourd’hui », août 2001, 47 p.

« Géopolitique des diasporas », Hérodote, 2° trimestre 1989, n° 53.

Grassi F.L. (1998), « Roma-Ankara, che fare dopo il grande freddo ? », Limes (Rivista Italiana di Geopolitica), L’Italia mondiale, 1998-1, pp. 191-200.

Gürsel G. & Ulusoy V. (1999), Türkiye’de İşsizlik ve İstihdam (Chômage et emploi en Turquie), İstanbul : YKY, "Cogito/Ekonomi", 158 p.

Habitat International Coalition (1996), The Impact of War and Forced Evictions on Urbanization in Turkey : Violations of Housing Rights, HIC, Genève, 23 p.

İnan-Çınar A. (1988), Apprenticeship, Child Labor and Small Scale Production in Turkey, Boğaziçi University, Master Thesis, 123 p.

"İnsan Tüccarı Şebekeler.3", Yeni Politika, 4/09/1995, p. 8.

İstanbul Sanayi Odası (Chambre d’Industrie d’İstan­bul) (1981), İstanbul Metropolitan Alanında Sanayi Yerleşim Planlaması (la planification des zones industrielles dans l’espace métro­politain d’İstanbul ), İstanbul , İSO, Araştırma Dairesi, n° 10.

İstanbul Külliyatı, Cumhuriyet Dönemi İstanbul İsta­tistikleri, 14 ; Sanayi (1950-1994) II, İstanbul, İstanbul Büyükşehir Belediyesi, 1998.

İstanbul’un Ekonomik ve Sosyal Göstergeleri, İstanbul, İTO, 1998, 44 p.

İstatistiklerle İstanbul Sanayi Odasına Bağlı Kuruluş­larda Değerlendirmeler, İstanbul, İstanbul Sanayi Odası, Annual.

Keyder Ç & Öncü A. (1993), "İstanbul Yol Ayrımında", İstanbul Dergisi, "Küreselleşme İstanbul", Ekim 1993, n° 7, pp. 28-35.

Keyder Ç (1997), "Most of My Childhood Was Spent in Laleli", Méditerranéenne, n° 10, hiver 1997-98, pp. 175-181.

Keyder Ç. & Öncü A. (1993), İstanbul and the Concept of World Cities, İstanbul: Friedrich Ebert Vakfı.

Keyder Ç. (1994), "İstanbul Nasıl Satılır?", Forum, Janvier 1994.

Köksal S. (1993), "Küresel Düzlemde Yeni Eğilim­ler", İstanbul Dergisi, "Küreselleşme İstan­bul", Ekim 1993, n° 7, pp. 50-55.

"Küresel İstanbul Üzerine Ne Dediler", İstanbul Dergisi, "Küreselleşme İstanbul", Ekim 1993, n° 7, 18-27.

"Küreselleşme İstanbul", İstanbul Dergisi, Ekim 1993, n° 7, pp. 12-77.

« Les diasporas », Croissance des Jeunes Nations, septembre 1995, n° 385.

« Les Kurdes et les États », Peuples Méditerranéens, n° 68-69, juillet-déc. 1994.

« L’Europe et les Kurdes », éditorial du quotidien Le Monde, 4-5/01/1998, p. 9.

« L’Italie en quête d’une politique de l’immigration », Hommes et Migrations, n° 1194, janvier 1996. URL : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/2644-L-Italie-en-quete-d-une-politique-d-immigration

Mattera O. (1998), « Un mare di droga e di armi », Limes (Rivista Italiana di Geopolitica), L’Italia Mondiale, 1998-1, pp. 89-96.

McCleery A. & Ogden P.E. (1997), "Compte-rendu de colloque : Méditerranée et migration ", Revue Européenne des Migrations Internationales, Poitiers, n° 13-1, pp. 215-220. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1997.1543

Negri A. (1997), « Les Kurdes, une nation sans État », Rive, n° 5, pp. 29-35.

Neidik B. (1995), Small Business and Social Networking: the case of Istanbul’s Jean industry, Thesis (M.A), BÜ., Institute of Social Science.

Ocriest (Office central pour la répression de l’immig­ration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre).

Opçi Tuncay, "En Alttaki Entelektüel" (L’intellectuel qui est au plus bas), Aktüel, 8 avril 1999 (internet).

Peraldi M. (1998), « Le cycle algérien dans Lâleli morose », Lettre d’information de l’Observatoire Urbain d’İstanbul, İstanbul, IFEA-G. Dumézil, n° 14, pp. 19-22.

Pérouse J.-F. (1995), « La population turque en 1994 : dynamiques, perspectives et tensions », Méditerranée, Aix-en-Provence, 1995, n° 1-2, pp. 71-80. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/medit.1995.2877

Pérouse J.-F. (1997), « Les Kurdes de Syrie et d’Irak : dénégations, déplacements et dispersion », Espace, Populations, Sociétés, Lille-Liège-Louvain, pp. 73-84.

Pérouse J.-F. (1998), « Comment peut-on être kurde à İstanbul aujourd’hui ? Essai d’ethnogéographie urbaine », Hommage à Joël Bonnemaison, L’Harmattan/ORSTOM, décembre 1998. URL : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers4/010017350.pdf

Pérouse J.-F. (1998), « La question kurde sur Internet. Heurs et malheurs, merveilles et écueils », Cahier d’Histoire Immédiate, n° 13, GRHI/Toulouse, printemps 1998, pp. 145-149.

Pérouse J.-F. (1998), « Mobilités et migrations dans le Nord de Chypre : quelques indices », Travaux de la Maison de l’Orient, 1998, Lyon. URL : http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/article/mom_1274-6525_2000_act_31_1_1845

Pérouse J.-F. (1999), « Irruption et éclipse des navetteurs ’russes’ à İstanbul (1988-1999). Remous et rumeurs dans la mégapole », In Roger Comtet (éd.), Les Russes et l’Orient, Slavica Occitania, 8, Toulouse, 1999, pp. 273­312. URL : http://w3.slavica-occitania.univ-tlse2.fr/pdf/articles/8/114.pdf

Petek-Şalom G. (coord.) (1998) « Immigrés de Turquie », Hommes et Migrations, n° 1212. URL : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?/numeros/2607-Immigres-de-Turquie

Raik Ü. (1998), « L’Europa vista dalla Turchia », Limes (Rivista Italiana di Geopolitica), L’Italia Mondiale, 1998-1, pp. 201-204.

Spang-Grau I. (1994), « Die Handstrickerinnen von İstanbul », Sozialwissenschäftliche Studien zu internationalen Problemen n° 189, Saarbrücken, Verlag für Entwicklungspolitik Breitenbach, 309 p.

Standl H. (1994), Die Industrieraum İstanbul. Genese der Standort-Strukturen und aktuelle Standtortprobleme des verarbeitenden Gewerbes in der türkischen Wirtschaftsmetropole, Bamberg, Fach Geographie an der Universität Bamberg (Bamberger Geographische Schriften, Heft 14), 1994, XVI+ 177 p., 37 tableaux, 12 fig. et 14 cartes hors texte.

Şahin H. (1993), "Nasıl Bir İletişim Başkenti?", İstanbul Dergisi, "Küreselleşme İstanbul", Ekim 1993, n° 7, pp. 66-71.

T.C. Maliye Bakanlığı (1999), 1999 Yıllık Ekonomik Rapor, Ankara, Başbakanlık Basımevi, Kasım 1999.

Tapia de S. (1994), « L’émigration turque : circulation migratoire et diasporas », L’Espace géographique, 1994-1, pp. 19-28.

Tarrius A. (2001), « Le lien social fort comme pré­alable à la réussite économique. Initiative des migrants entrepreneurs des économies souter­raines internationales ; parcours, étapes, transactions commerciales », Journal des Anthropologues, janvier 2001. URL : http://jda.revues.org/2592

Tinguy De A. (1997), « Le phénomène des ’tchelnoki’ et la constitution d’espaces transfrontaliers dans la région de la mer Noire », in Bazin M., Kançal S., Thobie J., Tekelioğlu Y. (coord.), Méditerranée et mer Noire entre mondialisa­tion et régionalisation, Paris, L’Harmattan, « Varia Turcica », 2000, pp. 471-481.

Toumarkine A. (2000), Entre Empire ottoman et État-Nation turc : les immigrés du Caucase et des Balkans du milieu du XIXe siècle à nos jours, Thèse d’Histoire moderne et contempo­raine, sous la direction de D. Chevalier, Université de Paris-IV Sorbonne, 3 volumes.

"Türkiye’nin Yabancıları", Cogito, n° 23, Yaz 2000, İstanbul : Yapı Kredi Yayınları, pp. 106-230.

Venturini A. (1991), « Immigration et marché du travail en Italie : données récentes », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 7, n° 2, Poitiers, pp. 97-113. DOI : http://dx.doi.org/10.3406/remi.1991.1295

White J.B. (1991), "Women and Work in İstanbul. Linking the Urban Poor to the World Market", Middle East Report, nov.-déc. 1991, pp. 18-22. URL : http://www.merip.org/mer/mer173/women-work-istanbul

White J.B. (1994), Money Makes us Relatives: Women’s Labor in Urban Turkey, Austin, University of Texas Press, 190 p.

Yacoub F. (1994), « La diaspora assyro-chaldéenne », L’espace géographique, n° 1, pp. 29-37.

Site internet de la Direction de la Sécurité d’İstanbul : www.iem.gov.tr

Notes

1 La mort de froid, début décembre 2001, d’un Pakistanais qui tentait de franchir clandestinement la frontière turco-grecque en Thrace, constitue un épisode désormais “banalisé” d’un phénomène qui semble prendre des proportions de grande ampleur.

2 On pourrait dire parfois "moins étranger qu’un non musulman, même citoyen turc".

3 Sans parler des Turcs de Bulgarie ou de Macédoine, évidemment.

4 Cf. Radikal, 28/12/2000, p. 6.

5 Cf. Cumhuriyet, 25/12/2001, p. 7.

6 C’est-à-dire depuis le 1er janvier 1996 ; cf. Radikal, 16/12/2001, p. 3.

7 Cf. Radikal, 14/12/2001, p. 20.

8 Et dans une moindre mesure des ressortissants du Togo, de la Namibie, du Libéria et de l’Ouganda.

9 Cf., Cumhuriyet, 10/12/2001, p. 3.

10 Cf. Sabah-İstanbul, 8/01/2000, p. 5.

11 Cf. Radikal, 12/10/2001, p. 6.

12 Puisque l’un des cinq jeunes est mort noyé.

13 Cf. Sabah, 12/07/2000, p. 36.

14 L’effondrement d’une pension, à cause des travaux de percement du tunnel du métro, en septembre 2001, dans ce quartier a à nouveau attiré l’attention de l’opinion sur cette présence, puisque plusieurs des victimes étaient iraniennes.

15 Des caméras thermiques ont été récemment installées le long des 240 km de frontières entre la Turquie et l’Iran pour mieux contrôler le passage des clandestins. Cf. Yeni Gündem, 24/02/2001, p. 6.

16 Du côté de Fatih ou de Eminönü ; en avril 1997, par exemple, 3 Irakiens et 2 Iraniens ont été débusqués, qui faisaient le commerce de passeports subtilisés à des touristes et ensuite maquillés ; leur repère était dans un anonyme quartier de l’arrondissement de Fatih. De même, les clandestins du bateau "Lale-1", en mai 2001, avaient été rassemblés dans un hôtel de Laleli (à Eminönü).

17 Cf. Radikal, 4/1/2000.

18 Ainsi le "Koyduk-s" abandonné à 8 kilomètres du port italien de Gallipoli par son équipage, avec 600 clandestins à son bord (des Kurdes, des Iraniens, des Afghans et des Sri Lankais), en avril 2001 ; cf. Sabah, 23/04/2001, p. 17. Il semble que le bateau chargé de 911 clandestins kurdes (toutes nationalités confondues), intercepté au large de Fréjus en février 2001 soit aussi parti d’Istanbul.

19 Cf. "’Mavi’ yakalandı", Sabah, 8/12/2001, p. 28.

20 Dont 428 Turcs (des Kurdes en fait), 108 Irakiens, 36 Afghans, 12 Iraniens, 7 Ethiopiens, 13 Indiens, 28 Palestiniens, 1 Pakistanais, 8 Sri Lankais et 19 Érythréens... ; la composition est intéressante ; cf. Milliyet, 10/11/2001, p. 23.

21 Cf. Radikal, 26/07/2001, p. 7.

22 Au milieu des années 1980 en effet, des Maghrébins -au sens large, des Libyens aux Marocains- ont fréquenté pendant quelques années Istanbul. Ils furent donc les précurseurs, avec les Iraniens, de ces mobilités commerciales.

23 Cf., Sabah, 9/12/200, p. 9.

24 Cf. Cumhuriyet, 07/11/2001, p. 7.

25 Cf. Zaman, 29/11/2001, p. 15.

26 Cf. Radikal, 13/12/2001, p. 10.

27 Cf. Cumhuriyet, 6/05/2001, p. 3.

28 Cf. Cumhuriyet, 1/06/2000, p. 7.

29 Cf. Cumhuriyet, 25/12/2001 p. 7.

30 Qui disposait d’une antenne sous la forme d’une officine de traduction à Aksaray.

31 Cf. Radikal, 8/12/2001, p. 3.

32 Cf. Cumhuriyet, 19/12/2001, p. 17.

33 Appelés "Göçmen" (jadis muhacir), soit "migrants", plutôt qu’étrangers.

34 Cf. Kemal Kirişçi, Forum, 15/11/1999, pp. 24-29.

35 15 000 d’entre eux (des Bosniaques en fait), arrivés dans les années 1958-1964, vivent encore regroupés à Pendik, quartier de Yenimahalle, dans la périphérie sud-est d’Istanbul ; cf. Cumhuriyet, 2/05/1992, p. 22.

36 Il s’agit là de Chinois kazakhs, installés notamment à Güneşli (périphérie ouest d’Istanbul) après la création de la République populaire de Chine. À ceux-ci il faut ajouter les Ouighours, dits "Turkistanais de l’est", soutenus par quelques fractions de l’extrême droite turque dans leurs revendications politiques face à la Chine ; cf. Türkiye, 16/11/1998, p. 19.

37 Cf. Radikal, 23/03/2001, p. 5.

38 La Macédoine indépendante actuelle en compterait plus de 140 000.

39 La guerre en Irak (1990-1991) a par exemple provoqué une vague d’installation de ces turcophones irakiens implantés dans la région de Mossoul.

40 C’est en 1982 que le général Evren, alors président de la République turque, a fait s’installer un certain nombre de ses "frères" d’Afghanistan en Turquie ; cf. Sabah, 18/11/2001, p. 21.

41 Cependant, 125 000 des 600 000 Bulgares arrivés en Turquie à la fin des années 1980 sont finalement retournés en Bulgarie ; ce mouvement de retour a d’ailleurs partiellement repris en 2001, avec l’ouverture de l’espace Schengen aux Bulgares.

42 Au nombre de 131 884 en 1998 selon le ministère de l’Intérieur turc ; cf. Cumhuriyet Dergi, n° 634, pp. 4.-7.

43 Cf. Sabah-İstanbul, 12/12/1998, p. 5.

44 Hürriyet-Pazar, 17/06/2001, pp. 2-4.

45 Le secteur de Tarlabaşı est à ce titre assez emblématique de la nouvelle présence africaine à Istanbul.

46 Dans le secteur du bâtiment, d’après nos observations, il s’agit souvent d’Azéris, d’Arméniens, de Moldaves, de Géorgiens, de Roumains, d’Afghans ou d’Irakiens.

47 Il existe à cet égard deux filières que nous avons identifiées à plusieurs occasions : une filière moldave et une filière philippine, un peu à l’instar de ce qu’on observe au Liban ou dans les pays du Golfe arabo-persique. On pourrait ajouter une troisième filière, marocaine : pour ces Marocaines d’ailleurs, la Turquie est clairement perçue comme une antichambre de l’Europe, et tout particulièrement de la France ; cf. İstanbul Dergisi, n° 11, 1994, pp. 109-110. Enfin, la presse turque évoque depuis quelque temps une quatrième filière, éthiopienne cette fois : cf. Radikal, 17/05/1998, p. 4.

48 Les migrants récents, citoyens turcs, participent aussi largement à cette économie souterraine des plus élastiques, dans la mesure où l’embauche se fait souvent à la tâche, à la journée ou à la semaine, selon le carnet de commande. On se situe donc à un stade suprême de l’élasticité dans l’organisation du travail.

49 À plusieurs reprises cet aveu nous a été fait ; comme par cette Géorgienne, parlant russe et turc, travaillant comme vendeuse à Eminönü, interrogée en décembre 2001.

50 Depuis 1992, le terme de Natachas désigne en Turquie une prostituée de l’Est.

51 Cf. "Fuhuşa sınırdışı" [prostituées expulsées du pays], Hürriyet, İstanbul, 29/07/99, p. 9.

52 Cf. Radikal, 1/12/2000, p. 12.

53 "Dilenci patlaması", Zaman-İstanbul, 12/12/1999, p. 16.

54 "Beşte bir Romen. İstanbul’da 10 bin dilenci dolanıyor" [Un mendiant sur cinq est roumain. À İstanbul, 10 000 mendiants rodent], Özgür Bakış, 11/12/1999, p. 3.

55 "Hırsızı yakan poz" [La pose qui fait attraper le voleur], Sabah-İstanbul, 2/05/98, p. 3.

56 "Bahçelievler’de yanmış ceset" [Cadavre brûlé à Bahçelievler], Cumhuriyet, 20/12/99, p. 4.

57 Pour la drogue, la tendance est à la stigmatisation des ressortissants d’Afrique noire (particulièrement sud-sahari­enne) dont le nombre et la visibilité dans les rues d’Istanbul se sont manifestement accrus ces dernières années. Voir, par exemple, "Karaşın Konular", Atlas, Özel Sayısı, İstanbul, Ocak 2001, pp. 91-99.

58 Akşam, 15/9/99.

59 Sabah, 14/11/2000, p. 26 ; Cumhuriyet, 8/9/2000, p. 8.

60 "İstanbul kaçak işçi cenneti" [İstanbul, le paradis des travailleurs clandestins], Hürriyet, 15/02/99, p. 5.

61 "İşsizliğin nedeni yabancı işçiymiş !" [La cause du chômage, ce serait les travailleurs étrangers !], Evrensel, 30/12/2000, p. 4. Notons que ce quotidien de gauche critique avec virulence cette explication simpliste du chô­mage en Turquie.

62 Cf. "Sevgilisini kapan patronu bıçakladı" [Il a poignardé son patron qui avait pris celle qu’il aimait], Sabah, Istan­bul, 26/12/2001, p. 3.

63 Cf. Radikal, 15/11/2000, p. 12.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search