Version classiqueVersion mobile

Les élections du 3 novembre 2002

 | 
Élise Massicard

B. Analyser le vote

Texte intégral

1. La participation électorale

Tableau n° 3 : Participation électorale depuis 1983

  • 182 On estime que le nombre important des votes nuls lors des élections de 1999 était largement dû au f (...)

Elections législatives

1983

1987

1991

1995

1999

2002

Électeurs

19 767 366

26 376 926

29 978 837

34 155 981

37 495 217

41 231 967

Votants

18 238 362

24 603 541

25 157 089

29 101 469

32 656 070

32 646 124

Suffrages

17 351 510

23 971 629

24 416 666

28 126 993

31 184 496

31 414 748

exprimés

Taux de participation

92,3 %

93,3 %

83,9 %

85,2 %

87,1 %

79 %

Pourcentage de suffrages exprimés par rapport aux électeurs

87,8 %

90,9 %

81,6 %

82,3 %

82,2 %182

76,2 %

  • 183 Le taux de participation le plus faible enregistré dans l’histoire de la République remonte à 1969, (...)
  • 184 En effet, les procédures administratives pour encaisser l’amende coûtent environ le double du monta (...)
  • 185 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

1La première remarque qui s’impose concerne le taux d’abstention. Pour la première fois depuis 1980, celui-ci dépasse 20 % et s’élève à 22 % des inscrits ; il représente ainsi le taux le plus élevé depuis 30 ans183, malgré la sanction de l’abstention existant depuis 1980, qui s’élève en 2002 à 5 millions de livres turques, mais qui reste mal appliquée184. L’abstentionnisme serait relativement important dans les grandes villes, ce qui montre que ce ne sont pas les difficultés de communication ou de transport qui pourraient l’expliquer185. Remarquons que les 8,7 millions d’abstentionnistes sont plus nombreux que les électeurs du CHP et à peine moins que ceux de l’AKP... Les voix blanches et nulles sont également très nombreuses, repré­sentant environ 3,86 % des suffrages exprimés (contre 4,8 % en 1983, malgré l’appel des partis alors interdits à voter blanc).

  • 186 N. Erder, “30 Yılın En Düşük Katılımı”, Radikal, 14 novembre 2002, p. 9.

2L’abstention n’a pas la même signification dans tous les contextes. Dans plusieurs pays occi­dentaux, une forte abstention constitue un trait structurel, alors qu’en Turquie, le taux de partic­ipation est traditionnellement élevé et marque de grandes variations d’un suffrage à l’autre. Dans ce contexte, on peut interpréter l’abstention ou le vote nul de près de 10 millions d’électeurs comme un comportement ayant une signification politique, un indice supplémentaire du manque de confiance dans les partis, voire dans le système politique, ou encore comme un compor­tement de protestation186.

2. Les résultats électoraux

Tableau n° 4 : Résultats des élections législatives du 3 novembre 2002

Parti

Nombre de voix

 %

Sièges

AKP

10 763 904

34,26

363

ANAP

1 609 575

5,12

BBP

320 224

1,02

BTP

149 768

0,48

CHP

6 094 961

19,40

178

DEHAP

1 955 992

6,23

DSP

386 113

1,23

DYP

3 001 043

9,55

GP

2 276 706

7,25

İP

162 531

0,52

LDP

89 643

0,29

MHP

2 619 899

8,34

MP (2)

69 532

0,22

ÖDP

106 010

0,34

SP (2)

781 326

2,49

TKP

60 084

0,19

YP

294 553

0,94

YTP

360 868

1,15

Indépendants

313 852

1,00

9

Total

31 417 134

100

550

  • 187 En 1950, les trois partis se présentant aux élections sont représentés à l’Assemblée. En 1954, troi (...)

3Ainsi, seuls l’AKP et le CHP passent le bar­rage des 10 % et obtiennent une représentation parlementaire. Combiné à la diversification de l’offre politique, ce barrage contribue ainsi à une représentation toujours plus partielle de l’offre politique. Depuis les premières élections multipartites de 1950 jusqu’aux années 1970, presque tous les partis se présentant aux élections étaient représentés au Parlement187.

  • 188 À l’exception des élections de 1983, où la restriction se situait au niveau de l’offre politique, s (...)
  • 189 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 3.

4Mais depuis les années 1980 et l’introduc­tion du barrage national188, on remarque une différence importante entre le nombre des partis se présentant aux élections, qui ne cesse de croître, et le nombre de ceux représentés au Parlement, qui reste stable. En 1987, 43 % des partis en course sont représentés ; en 1995, 41,6 % et en 1999, 25 % ; et en 2002, 12,5 %. Le barrage de 10 % pour obtenir une représenta­tion parlementaire a également eu pour effet, depuis 1987, de priver de représentation une partie importante des suffrages exprimés. La plus grande proportion de suffrages non représentés avait été atteinte avec 19,4 % en 1987. En 1991, la coalition préélectorale entre le RP et le MHP a permis de réduire le taux de suffrages non représentés189. Mais en 2002, quelque 45 % des suffrages exprimés ne sont pas représentés au Parlement, et près de 58 % des électeurs inscrits. Le Parlement est de ce fait le moins représentatif de la période multipar­tite, et sa légitimité est largement remise en cause, surtout dans le sud-est du pays.

  • 190 E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 211.

Tableau n° 5 : Pourcentage des votes obtenus par les partis n’obtenant pas de représentation190

Élections

Système électoral

Partis participant aux élections et n’obtenant pas de représentation

Pourcentage de suffrages exprimés non représentés

1950

Majoritaire plurinominal à un tour, listes bloquées

-

-

1954

Majoritaire plurinominal à un tour, listes bloquées

TKP

0,6

1957

Majoritaire plurinominal à un tour, listes bloquées

-

-

1961

Proportionnelle d’Hondt, barrage départemental

-

-

1965

Proportionnelle aux plus forts restes

-

-

1969

Proportionnelle d’Hondt sans barrage

-

-

1973

Proportionnelle d’Hondt sans barrage

MP (1)

0,6 %

1977

Proportionnelle d’Hondt sans barrage

TBP, TİP

0,5 %

1983

Proportionnelle d’Hondt, double barrage

-

-

1987

Proportionnelle d’Hondt, double barrage, contingent

DSP, IDP, MÇP, RP

19,4 %

1991

Proportionnelle d’Hondt, double barrage, contingent

SP (1)

0,4 %

1995

Proportionnelle d’Hondt, barrage national

MHP, HADEP, YDH, MP (2), YDP, İP

14,0 %

1999

Proportionnelle d’Hondt, barrage national

CHP, HADEP, BBP, ÖDP, DTP, LDP, DP (2), BP, MP (2), İP, EMEP, YDP, DEPAR, SİP, DBP

18,3 %

2002

Proportionnelle d’Hondt, barrage national

DYP, MHP, GP, DEHAP, ANAP, SP (2), DSP, YTP, BBP, YP, İP, BTP, ÖDP, LDP, MP (2), TKP

45,36 %

5Cela implique concrètement que seuls l’AKP et le CHP, dépassant le barrage des 10 %, obti­ennent une représentation parlementaire - alors que, lors des précédentes élections dans les années 1990, cinq partis l’avaient obtenue. C’est la première fois depuis 1954 qu’un Parle­ment est composé de deux partis seulement. Le fait que la grande majorité des partis ne passent pas le barrage avantage les partis représentés. On estime ainsi que le barrage a « offert » à l’AKP et au CHP environ 250 sièges. Ainsi, à Adana, alors que le MHP et le DYP avaient récolté chacun 11 % des voix, le GP et le DEHAP chacun 9 % sans obtenir de représentation, l’AKP a obtenu huit députés avec 26 % des voix, et le CHP six avec 21 %. À Ağrı, alors que 36 % des électeurs ont voté « en vain » pour le DEHAP, l’AKP a obtenu trois députés avec la moitié, soit 18 % des suffrages. De la même façon, les sept ou huit sièges qu’aurait pu obtenir le DEHAP à Diyarbakır avec les 56 % de suffrages sont allés à l’AKP. Les 26 % des électeurs qui ont voté pour l’AKP obtiennent 66 % de la représentation nationale ; alors que le CHP, avec 19,3 % des voix, obtient 33 % des sièges au Parlement. On a donc un gouverne­ment « uni » qui a quasiment la capacité de modifier la Constitution, tout en ne représen­tant qu’environ un quart des électeurs.

  • 191 “Ya Baraj Olmasaydı ?”, Milliyet, 5 novembre 2002, p. 17.

6Il faut cependant imaginer que si le barrage était à 5 % des voix, l’AKP n’aurait obtenu qu’entre 263 et 270 sièges à la place de 363, et n’aurait pas pu être seul au pouvoir. S’il n’y avait pas eu de barrage, l’AKP n’aurait eu que 217 voix, le CHP 125, le DYP 60, le MHP 48, le GP 35, le DEHAP 30, l’ANAP 20 et le SP (2) 6191. Dans ce dernier cas, il aurait fallu une coalition d’au moins trois partis pour fonder un gouvernement. Mais il convient de rester prudent avec ces projections car, sans barrage, l’arbitrage des électeurs aurait probablement été différent. En effet, l’une des explications du vote est la notion-clé de « vote utile » : les électeurs préfèrent ne pas donner leur voix à un parti qu’ils estiment n’avoir aucune chance de passer le barrage, même si celui-ci a leur préférence. Il vaut mieux être du côté des gagnants. C’est le cas notamment en zone rurale - où les résultats des scrutins sont publiés par village, et où les partis peuvent reconstruire qui a voté pour eux, ce qui peut avoir des consé­quences directes sur leur attitude. Cela augmente d’autant l’importance des anticipations, et donc des sondages qui forment leur base.

  • 192 Mehmet Ağar - ancien du DYP - à Elazığ ; Mehmet Tatar à Şırnak et Mustafa Zeydan à Hakkâri, égaleme (...)

7Un autre trait intéressant des élections de 2002 est l’entrée en force des indépendants. Ceux-ci avaient disparu de l’assemblée en 1980 (ou plutôt n’y apparaissaient que par démission de leur parti), mais étaient réapparus comme élus en 1999 avec trois députés. Ils sont neuf en 2002, sur 260 candidats indépendants sur l’ensemble du pays. Pour être élu indépendant, il faut réunir 20 % des voix du département dans lequel on se présente. On remarque que les indé­pendants ont été mieux servis dans les circons­criptions dans lesquelles l’AKP a connu le moins de succès192. Cependant, leur poids politique reste mesuré : dans la mesure où l’AKP dispose au Parlement d’une majorité très confortable, et où cet équilibre stable ne peut pas être modifié avec quelques voix, ils ne seront courtisés ni par l’AKP, ni par le CHP, et ne pourront pas jouer le rôle de charnière qui échoit parfois aux indépendants.

8Cette « malreprésentation » s’explique par la fragmentation électorale : non seulement l’offre politique se diversifie, mais aussi les préférences électorales ; c’est pourquoi de moins en moins de partis passent le barrage des 10 %.

a. La fragmentation électorale

  • 193 Cet index est calculé en soustrayant à 1 la somme des carrés des pourcentages de voix obtenus par c (...)

9Le défaut de représentativité de l’Assemblée s’accompagne d’une dispersion maintenue des suffrages. Ainsi, la fragmentation se situe non seulement aussi au niveau des partis, mais égale­ment de celle du vote, comme le montre l’indice élevé de fragmentation du vote de Douglas Rae193 :

Tableau n° 6 : Indice de fragmentation du vote

1983

0,65

1987

0,76

1991

0,79

1995

0,84

1999

0,85

2002

0,82

10En 2002, bien que 34,3 % des votes se soient concentrés sur un parti, on ne note pas de baisse significative de fragmentation du vote, qui reste très dispersé. C’est largement la non-représentation des autres partis qui entraîne le caractère « écrasant » de la victoire de l’AKP.

b. Un vote-sanction : la volatilité de l’électorat

  • 194 Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.
  • 195 T. Erdem, “’Bir de AKP’yi Deneyelim’”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.
  • 196 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

11Les cinq partis qui avaient obtenu une représentation parlementaire en 1999 la perdent en 2002. Lors de l’enquête TÜSES menée en avril 2002, seuls 13 % des interviewés décla­raient leur intention de voter pour les partis de gouvernement si des élections avaient lieu. En revanche, 31 % avaient l’intention de voter pour l’opposition représentée au Parlement (DYP, AKP, SP (2)) et 17 % pour l’opposition extra-parlementaire (CHP, autres)194. En outre, 26 % des interviewés déclarent ne vouloir voter à aucun prix pour le DSP, 24 % pour le MHP, 13 % pour l’ANAP. La première raison qu’ils avancent est la crise économique. Ainsi, les partis au pouvoir arrivent en tête des repous­soirs, dépassant même le HADEP (pour lequel 13 % refusent absolument de voter) dans le rejet qu’ils inspirent aux électeurs. C’est dire à quel point on peut parler de « vote-sanction ». Remarquons que 16 % des interviewés déclar­ent aussi ne voter à aucun prix pour l’AKP195. Il est intéressant de remarquer que ces réserves sont particulièrement volatiles : en 1996, 26 % des interviewés déclaraient ne voter à aucun prix pour le RP, 13 % pour le CHP, 11 % pour le MHP, 10 % pour le CHP et 8,6 % pour l’ANAP196.

12Le mot d’ordre de ce suffrage aurait donc pu être « sortez les sortants ». Le désenchantement de l’électorat vis-à-vis des partis sortants était évident dès avant les élections. Tous les sondages annonçaient que seul l’AKP était sûr de passer le barrage, et montraient tous les partis de gouvernement en dessous, seul le MHP pouvant le surmonter selon certaines enquêtes. Le gouvernement formé en 1999 avait en effet un lourd bilan à son passif, entre la gestion peu satisfaisante des suites des tremblements de terre de 1999 et la crise économique à rebondis­sements entamée en 2001, d’une ampleur sans précédent, qui a affecté de front une bonne partie de la population (cols blancs, cols bleus et économie informelle notamment).

  • 197 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 2.

13Une caractéristique importante du suffrage de 2002 est donc la volatilité des votes. Elle constitue une tendance lourde de l’électorat dans la Turquie d’après 1980. D’une manière générale, on estime qu’environ 20 % des suf­frages changent d’une élection à l’autre. Ainsi, les deux partis sortis en tête des urnes lors des élections de 1999, le DSP et le MHP, ne recueillaient que 22,8 % des voix à eux deux en 1995. Le MHP n’obtenait alors pas de représentation parlementaire, car il ne réunissait que 8,2 % des voix. Il a donc plus que doublé son score en quatre ans, alors que le DSP obtenait, cette fois à lui seul, 22 % des voix. Il est difficile de n’at­tribuer ce phénomène qu’à la volatilité des par­tis, comme le montre la volatilité lors des élec­tions de 1995 et 1999, entre lesquelles l’offre politique est demeurée assez stable197.

  • 198 Et 43,8 % si on considère l’AKP et le SP (2) comme étant dans la continuité du FP, toujours selon l (...)
  • 199 “Eski Partilere Oy Yok”, Cumhuriyet, 27 septembre 2002.
  • 200 Cet indice est imprécis : en effet, on ne peut pas distinguer entre les glissements de voix d’un pa (...)
  • 201 Les élections de 1946 et de 1983 n’ont pas été intégrées à l’analyse. Dans la mesure où tous les pa (...)

14Mais la volatilité des voix a atteint en 2002 des sommets jamais atteints auparavant dans l’histoire parlementaire du pays. On estime ainsi qu’entre 1999 et 2002, 56,7 % des électeurs n’ont pas voté pour le même parti198. Un sondage effectué par la chambre de commerce d’Ankara auprès des artisans et petits commerçants d’An­kara a montré que 69 % des interviewés avaient l’intention de ne pas voter de nouveau pour le même parti qu’avant199. En 2002, l’électeur a préféré élire un nouveau parti que de recon­duire sa voix pour le même. Ainsi, « l’indice de volatilité », calculé selon la méthode de Mogens Pedersen200 augmente de manière brusque en 2002. Pour replacer ce phénomène dans l’histoire parlementaire turque, nous prenons ici en compte toute la période multipartite201. De ce point de vue, la volatilité des votes est beaucoup plus importante en 2002 qu’elle ne l’a été après les interventions militaires de 1960 et 1971.

Tableau n° 7 : Index de volatilité de Mogens Pedersen

Année

Taux de volatilité total par rapport aux élections précédentes

1954

7,3 %

1957

11,7 %

1961

21,3 %

1965

25,7 %

1969

12,6 %

1973

30,1 %

1977

18,3 %

1987

38,6 %

1991

20,3 %

1995

22,7 %

1999

22,7 %

2002

56,7 %

  • 202 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

15Il est à cet égard intéressant de remarquer que le DEHAP est le moins « volatile » des partis : selon un sondage, 86,7 % des électeurs du HADEP en 1999 reconduisent leur vote en 2002. Le second plus stable est le CHP : 75,8 % des électeurs du CHP en 1999 disent reconduire leur vote, contre 42,5 % du DYP, 27,4 % seule­ment pour le MHP, et 18,7 % pour l’ANAP. Ainsi, les voix du CHP en 2002 viendraient à 3 7 % d’électeurs du CHP en 1999, à 30 % de ceux du DSP, et à 15 % de personnes qui n’avaient pas voté en 1999202.

  • 203 “Niçin Bu Parti ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

16Cette volatilité traduit aussi que c’est rare­ment l’idéologie ou la vision défendue par les partis qui est la seule, ou même la première raison du vote. Elle ne constitue la raison du vote que pour 37,2 % des interviewés. Là aussi, on note de grandes différences d’un parti à l’autre. Le parti pour lequel les votes sont le plus motivés par la vision politique est le DEHAP avec 66,8 %, avant le SP (2) avec 50,3 %. Viennent ensuite le MHP (45,9 %, le CHP (43,1 %), le DSP (36,6 %), l’ANAP (34,3 %) l’AKP (32,6 %), le YTP (23,7 %), le DYP (22,7 %) et le GP (20,7 %). En revanche, la raison qui a motivé 23 % des interviewés à voter pour un parti est de « l’es­sayer ». C’est ainsi, que 57 % des électeurs du GP et 38 % de ceux de l’AKP expliquent leur choix, contre 32 % par leur proximité avec la vision du parti. Selon ce sondage, la volonté d’essayer un parti expliquerait 11 millions de voix203.

3. Un renouvellement de l’Assemblée sans précédent

17Ainsi, seuls 59 députés sur 550 restent par rapport à l’Assemblée sortante, soit un peu plus de 10 %. On assiste donc à un taux de renouvel­lement extrêmement élevé - proche de 90 % - alors que celui-ci était en général de 50 ou 60 %.

Tableau n° 8 : Taux de renouvellement de la Grande Assemblée Nationale de Turquie

  • 204 Source pour les cinq premières lignes : E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 81.

17ème législature (1983)

85,75 %

18ème législature (1987)

50,88 %

19ème législature (1991)

59,12 %

20ème législature (1995)

54,73 %

21ème législature (1999)

56,36 %204

22ème législature (2002)

89,27 %

  • 205 Il s’agit de Fikret Ünlü, député de Karaman, et de Mustafa Yılmaz, député de Gaziantep.
  • 206 “Meclis’in Yüzde 90’ı Yenilendi”, Zaman, 5 novembre 2002, p. 1.
  • 207 “Oy Nerede, Baraj Altında !”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 3. “AKP Adaylarının 500’ü ’Milli Görüş’ç (...)

18En tout, 443 députés le sont pour la première fois, ce qui représente un taux de rotation très important du personnel parlementaire. Ainsi, 56 des 57 anciens députés de l’AKP sont reconduits. Deux députés transfuges du DSP ont pu être réélus en passant au CHP205. D’autres anciens députés - pas forcément de la législature précédente - ont pu être élus en changeant de parti : Serpil Yıldız, élue de l’AKP, venait du DSP ; Ismail Katmerci de l’ANAP, ainsi qu’Erkan Mumcu ; Nükhet Hotar est un ancien du DYP. Enfin, un député indépendant a été réélu, Mehmet Ağar d’Elazığ. De même, l’ancien député de l’ANAP de Bitlis Edip Safter Gaydalı a été réélu, cette fois comme indépendant206. Enfin, Canan Arıtman, élue du CHP, avait aupa­ravant fait de la politique dans l’ANAP207.

  • 208 21 du SP (2), 18 du MHP, 16 du DYP, 13 de l’ANAP, 7 indépendants, 5 du YTP, 3 du DSP, 2 du YP, 1 de (...)

19C’est ainsi que les continuités existent, mais elles se situent souvent là où on ne les attend pas. Tout d’abord, une grande partie des candi­dats de l’AKP étaient d’anciens cadres ou militants des partis de Milli Görüş208. Un autre exemple des continuités cachées est que, depuis que Turgut Özal, fondateur et dirigeant de l’ANAP, est entré au Parlement en 1983, le nom de sa famille y est toujours représenté. Ahmet Özal, son fils, n’a pas pu y entrer cette fois-ci, car l’ANAP n’a pas obtenu les 10 % nécessaires. Mais İbrahim, le fils de son oncle pater­nel, membre du MÜSİAD et parmi les fonda­teurs de l’AKP, en est élu député d’Istanbul. Il devient ainsi quatrième du nom à entrer à l’Assemblée, après Turgut, Yusuf Bozkurt son père, et Korkut, le frère de Turgut. Pour İbrahim, le programme de l’AKP ne rompt pas avec les idéaux de son oncle, mais se situerait même dans leur continuité ; il croit que l’AKP mènera la Turquie dans une « nouvelle période Özal ».

  • 209 “Oy Nerede, Baraj Altında !”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 3.

20Parmi les députés non réélus, 88 voient automatiquement s’ouvrir à leur endroit des procédures judiciaires - 111 procédures en tout, pour des délits divers et variés pouvant aller de la formation de bandes au trafic d’œuvres historiques209. Huit membres de l’AKP réélus sont également poursuivis en justice, mais bénéficient de l’immunité parlementaire, dont Abdullah Gül, le premier ministre jusqu’en mars 2003, poursuivi pour faux et usage de faux et infraction à la loi sur les partis politiques.

4. Le « raz-de-marée de l’AKP »

21Le « raz-de-marée » AKP n’était pas véritable­ment une surprise dans la mesure où tous les sondages annonçaient cette victoire. Il reste cependant surprenant qu’un parti qui n’avait pas un an et demi parvienne au pouvoir seul lors des premières élections auxquelles il se présente. Même si la victoire de l’AKP était programmée, peu s’attendaient à ce que ce parti obtienne tant de sièges au Parlement : il ne lui manque que quatre sièges pour avoir la majorité des deux tiers et donc pour pouvoir modifier la Constitu­tion sans référendum.

a. Un exploit électoral ?

  • 210 À Bingöl, Bolu, Çankırı, Erzurum, Gümüşhane, Kütahya, Nevşehir, Rize, Sakarya, Aksaray, Bartın, Kar (...)
  • 211 À Bingöl, Bolu, Çankırı, Erzurum, Gümüşhane, Kütahya, Nevşehir, Rize, Sakarya, Aksaray, Bartın, Kar (...)

22Les chiffres sont éloquents : le parti a réussi à obtenir des députés dans toutes les circonscriptions à l’exception d’Iğdır et de Tunceli, département à majorité alévie. Il est arrivé premier parti dans 63 circonscriptions sur 85210 - contre dix circonscriptions pour le CHP. Il a enfin remporté tous les sièges dans quatorze circonscriptions211, alors que le CHP n’a réussi cet exploit que dans une circonscription (Tunceli).

23Il est très rare qu’un parti fasse un tel score électoral en Turquie. En effet, une tendance lourde depuis les années 1980 est la baisse du pourcentage des voix obtenu par le premier parti. Jusque dans les années 1960, les premiers partis obtenaient presque toujours plus de 40 % des voix. Or, depuis 1991, le premier parti obtenait toujours entre 22 et 27 % des voix. En d’autres termes, 20 % des voix suffisent pour être le premier parti. À cet égard, le suffrage de 2002 présente une exception puisque, pour la première fois depuis quinze ans, un parti est parvenu à rassembler 34,3 % des voix.

Tableau n° 9 : Pourcentage des votes obtenu par le premier parti

Elections

Premier Parti

Pourcentage des votes

1950

DP (1)

52,7 %

1954

DP (1)

57,6 %

1957

DP (1)

47,9 %

1961

CHP

36,7 %

1965

AP

52,9 %

1969

AP

46,5 %

1973

CHP

33,3 %

1977

CHP

41,4 %

1983

ANAP

45,1 %

1987

ANAP

36,3 %

1991

DYP

27,0 %

1995

RP

21,4 %

1999

DSP

22,2 %

2002

AKP

34,3 %

Les trajectoires politiques

  • 212 E. BERBEROĞLU, “AKP’nin Oy Alacağı Partiler”, Radikal, 18 septembre 2002.
  • 213 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

24En l’absence de données précises à ce sujet, il reste difficile de savoir qui sont les électeurs de l’AKP et quelles sont leurs trajectoires politiques. Selon un sondage réalisé environ six semaines avant les élections, seul un tiers des personnes ayant l’intention de voter pour l’AKP avait voté pour le FP aux dernières élections (seuls 69 % des électeurs du FP auraient préféré l’AKP cette fois-ci). Pour 16,5 % d’entre eux, ils avaient voté MHP en 1999 (38 % des électeurs du MHP en 1999 avaient l’intention de voter AKP). Ainsi, les électeurs du FP et du MHP en 1999 ne constituent qu’environ la moitié de l’électorat AKP en 2002. Viennent ensuite, pour presque 12 % d’entre eux, le DSP, puis les partis de centre-droit : 6,9 % de ceux déclarant avoir l’intention de voter pour l’AKP avaient voté pour le DYP en 1999, 6,2 % pour l’ANAP (28 % des électeurs de l’ANAP en 1999 préféreraient l’AKP en 2002) et 2,7 % pour le BBP. Enfin - fait intéressant - 8,6 % de ceux déclarant avoir l’intention de voter pour l’AKP n’avaient pas voté en 1999, et 6,2 % sont des primo-votants. Une donnée intéressante est que l’AKP est le parti qui attire le plus de primo-votants212 (26,9 %), avant le CHP (14,8 %). 38 % préfére­raient l’AKP pour « essayer celui-là cette fois-ci ». Comme second choix, ils nomment le SP (2), le DYP puis le GP ; mais plus d’un tiers n’émet pas de second choix213. Ainsi, c’est en rassemblant des électeurs de différents milieux que l’AKP a réussi un tel score.

Les réactions

  • 214 “İş Dünyası AKP’den Umutlu”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 14.
  • 215 “Sabancı Güç İstiyor”, Radikal, 19 septembre 2002.

25De nombreux cercles se déclarent satisfaits des résultats. C’est d’abord le cas des cercles économiques, MÜSİAD bien sûr, mais aussi TÜSİAD et chambres de commerce214. Ainsi, l’Union des Bourses et Chambres de Turquie (TOBB) se réjouit de l’avènement du gouvernement uni. De même, Sakıp Sabancı, PDG de l’une des plus importants holdings du pays, avait, dès avant les élections, annoncé qu’il voterait pour « le parti le plus puissant », qui puisse diriger le pays seul215. De même, les places financières réagissent positivement au nouveau pouvoir, notamment en raison des efforts du parti, au lendemain des élections, pour réaffirmer son attachement à poursuivre le programme de stabilité engagé avec le FMI.

26Au niveau international, les résultats électo­raux sont largement commentés. La presse internationale souligne le caractère « protes­tataire » du vote et qualifie largement l’AKP « d’islamiste ». S’ensuit ensuite un débat sur le caractère modéré de ces « islamistes » et un éven­tuel parallèle avec les « démocrates-chrétiens ». Mais l’AKP est néanmoins accepté comme partenaire et sa légitimité démocratique est largement acceptée. Les institutions européennes envoient des messages avenants. Il est vrai que l’AKP s’empresse de déclarer qu’il continuera la route vers l’intégration dans l’UE, objectif qui est même promu au rang de priorité numéro un.

5. Les autres partis

27Face à l’AKP, son principal rival, le SP (2) - qui se revendique le seul successeur de Milli Görüş - paraît hors-jeu, totalisant moins de 2,5 % des votes au niveau national. Même à Konya, pourtant considérée comme la citadelle de Necmettin Erbakan, le SP (2) n’arrive qu’en cinquième position. Malgré ses 75 000 membres à Konya, il n’a pu y obtenir que 42 000 voix. L’une des hypothèses les plus intéressantes pour expliquer ce phénomène est celle du vote utile : à mesure de son succès dans les sondages, l’AKP paraissait beaucoup plus crédible, alors que la représentation du SP (2) n’était pas assurée.

28De la même manière, l’ANAP essuie des pertes importantes même à Rize, la patrie de Mesut Yılmaz et citadelle du parti.

  • 216 L’argument était que le DEHAP ne remplissait pas les conditions légales d’organisation et n’aurait (...)

29Quant au DYP, il n’est pas parvenu à bénéfi­cier suffisamment du fait qu’il ne faisait pas partie de la coalition sortante. Incrédule après l’annonce des résultats, il tente de faire annuler les voix obtenues par le DEHAP pour invalider les élections et obtenir les quelques dizaines de milliers de voix qui lui manquaient pour acquérir une représentation216. Le DYP inaugure ainsi la « compétition du dernier tour », celui où les concurrents s’essaient à renverser le sort déterminé par les urnes : c’est la période du règle­ment des litiges, celui des recours et des contes­tations. Cette objection sera refusée, mais d’autres auront plus de succès

  • 217 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

30Le MHP, qui était passé de 8,2 % des voix en 1995 à 18,12 % en 1999, retrouve son score de 1995. On suppose que nombre de ses électeurs de 1999 se sont tournés vers l’AKP et le GP. En 1999, le MHP était le parti le plus attirant pour les jeunes. En 2002, selon un sondage, il n’aurait attiré que 4,6 % de cette classe d’âge217. Enfin, ses députés küskün avaient accusé le parti de s’être éloigné de sa base, de son identité et de son idéologie, ce qui a fini par nuire à sa crédibilité. En effet, le parti n’a pas su empêcher le vote de l’abolition de la peine de mort à l’été 2002.

  • 218 Telles que İzmir, İstanbul, Ankara, Bursa, Edirne, Kırklareli, Tekirdağ, İçel, Antalya, Adana, Sams (...)

31Le DSP, qui était devenu le premier parti en 1999 avec 22,2 % des suffrages exprimés, se retrouve relégué à la neuvième place avec 1,2 % des voix en 2002. Lui aussi s’est effondré égale­ment dans ses citadelles de 1999218.

32D’une manière générale, la gauche baisse de manière constante et rapide. La gauche social-démocrate ne rassemble plus qu’environ 21 % des votes, alors qu’elle en avait rassemblé environ 31 % en 1999 encore. Pour le DEHAP aussi, la déconvenue est dure : il espérait 12 à 13 % des voix et n’en obtient que la moitié, même si son score est supérieur à celui du HADEP en 1999. Il n’a pas non plus su rassembler les voix de gauche, pas plus que celles des Kurdes qui vivent dans les grandes villes. Malgré ses efforts pour se faire accepter comme un parti de Turquie, le DEHAP n’aura pas réussi sa « départicularisation » - cette initiative a même pu provoquer des déceptions.

33Il est intéressant de constater que les « bas­tions » traditionnels de nombreux partis ont été balayés.

  • 219 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.
  • 220 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

34Les électeurs montrent des profils différents selon les partis. Selon un sondage, les électeurs de l’AKP, du MHP, du SP (2) et du YTP seraient en majorité des hommes ; en revanche, ceux du DYP et du GP seraient majoritairement des femmes219. En ce qui concerne l’âge, l’électorat du GP et du MHP serait composé en majorité de jeunes, et celui du DYP, du SP (2), du DSP et du YTP de personnes plus âgées que la moyenne. Le GP aurait obtenu 47 % de ses voix des 18-27 ans, le DEHAP 40 %, et le MHP 37 %. Au début de la campagne, 49 % des intentions de vote pour le MHP seraient provenues de jeunes ; mais le parti aurait perdu ces intentions par la suite, probablement à l’avantage du GP. Une semaine avant les élections, il n’obtenait plus que 8 % des intentions de vote de la classe d’âge jeune. Quant à l’électorat de l’AKP et du CHP, il serait plus âgé que la moyenne220.

  • 221 34 % de l’électorat CHP, contre 17 % de celui de l’AKP ; alors qu’ils constituent 22 % de l’échanti (...)

35En ce qui concerne le statut social, il semble que l’AKP, le DYP, le DEHAP et le SP (2) recru­tent des électeurs majoritairement parmi les couches défavorisées, alors que les électeurs du CHP et du DSP seraient composés de couches relativement favorisées. L’AKP recruterait ainsi relativement bien (38 %) chez les femmes au foyer, les ouvriers et les artisans, alors que ceux-ci ne constitueraient que 32 % des électeurs du CHP. Parmi ces derniers seraient surrepré­sentés les professions libérales, les fonctionnaires et les retraités221.

  • 222 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

36En ce qui concerne l’éducation, l’AKP et le GP recruteraient parmi des personnes ayant un taux d’éducation relativement bas, le CHP proportionnellement parmi des personnes mieux éduquées. Ainsi, 42 % des diplômés d’université auraient voté pour le CHP, contre seulement 22,4 % pour l’AKP222.

  • 223 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

37Pour ce qui est de la différence rural/urbain, on constate que le DYP semble conserver une large influence en milieu rural. L’AKP comme le CHP, mais aussi le GP recrutent relativement plus dans les métropoles qu’à la campagne ; alors que le DEHAP recrute plus à la campagne et dans les villes moyennes que dans les métropoles, ce qui est aussi le cas du MHP223.

6. L’hypothèse de la régionalisation

Carte des premiers partis par il, Milliyet, 4 novembre 2002

Carte des premiers partis par il, Milliyet, 4 novembre 2002
  • 224 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 3.

« Over the past nearly half a century it has always been the local and regional factors rather than national ones that shaped the election results »224.

  • 225 G. Dorronsoro, “Les Kurdes de Turquie : revendications identitaires, espace national et globalisati (...)
  • 226 Pour une très bonne analyse du caractère localisé du vote durant les élections de 1999, voir M. M. (...)

38On remarque une forte régionalisa­tion ; c’est dans le sud-est du pays qu’elle est la plus nette225, mais elle ne s’y limite pas. Ainsi, chaque parti a ses bastions, qui ne se répartis­sent pas au hasard226. Il convient donc de s’inter­roger sur la répartition géographique des votes, voire d’effectuer de véritables monographies locales pour mieux cerner le vote et ses déter­minants.

39Ainsi, les bastions du GP sont fortement localisés : il a fait ses meilleurs scores dans l’ouest du pays, notamment dans la région égéenne et en Thrace ; il approche ainsi les 20 % à İzmir.

  • 227 S. Kızık, “İzmir Kararını Verdi : CHP”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 6.

40Le CHP comme l’AKP font des scores meilleurs que leur moyenne nationale à Ankara et à Istanbul. En revanche, le DYP, parti majori­tairement rural, y obtient des scores plus bas que sa moyenne nationale, et le DEHAP ne parvient pas à y percer. Mais à İzmir -citadelle traditionnelle de la social-démocratie-, le CHP obtient près de 30 % des suffrages exprimés (malgré les candidats inattendus et souvent importés, externes à l’organisation locale227). Alors que le DSP avait obtenu plus de 40 % des voix à İzmir en 1999, il en obtient moins de 2 % ; devant l’AKP qui n’atteint pas les 20 %.

  • 228 Pour Kayseri, citadelle traditionnelle du MHP, voir E. Kaplan, “Kayseri’de Nöbet Değişimi”, Cumhuri (...)
  • 229 R. Çakır, “Milli Görüş’ün Kaleleri Şimdi AKP’nin Elinde !”, Vatan, 6 décembre 2002.

41L’AKP conserve d’abord de très bons scores dans de nombreuses « citadelles » des partis de la mouvance Milli Görüş. Ainsi, parmi les sept circonscriptions dans lesquelles il a obtenu plus de 50 % des votes, six font partie des cita­delles des partis de cette tradition en Anatolie centrale et orientale : Erzurum, Konya, Kayseri, Yozgat, Kahramanmaraş et Malatya. En ce sens, l’AKP montre une continuité certaine avec la tradition de Milli Görüş, non seulement au niveau des cadres, mais aussi au niveau de l’électorat. Dans ces régions, on peut dire que l’AKP a été l’adresse du vote conservateur et nationaliste ; il y a largement mordu sur les voix du MHP228 - à la différence de ce qui s’était passé en 1999. Ainsi, le MHP conserve ses meilleurs scores en Anatolie centrale (Çankırı, Kırşehir, Kayseri, Tokat, Yozgat), bien qu’ils soient bien moins élevés en 1999. Mais l’AKP a aussi mordu sur les voix des partis de droite modérée229, comme le DYP, qui a été mal accueilli dans l’ensemble en Anatolie centrale.

  • 230 Traditionnellement, les partis issus de Milli Görüş obtenaient des scores légèrement plus élevés qu (...)

42Cependant, l’AKP a également obtenu de bons scores dans des circonscriptions dans lesquelles les partis de la tradition de Milli Görüş, le MSP, le RP puis le FP, n’avaient jamais connu de suc­cès évident. Ainsi, dans certaines circonscrip­tions, l’AKP a triplé, voire quadruplé en 2002 le score du FP en 1999 (voir tableau n° 10). C’est notamment le cas sur la côte occidentale de la Mer Noire230, sur les côtes méditerranéenne et égéenne, sur les bords de la mer de Marmara et en Thrace, qui était réputée « récalcitrante » aux partis de la tradition de Milli Görüş. Il a ainsi obtenu un député d’Ardahan, de Yalova, d’Artvin, d’Edirne et de Kırklareli, mais aussi deux députés de Bartın, Burdur, Çanakkale, Muğla, Sinop, Uşak et Tekirdağ.

  • 231 G. KUNT, “DYP Kalesinde AKP Rüzgarı Esiyor”, Cumhuriyet, 18 octobre 2002, p. 6.

43Le plus étonnant est probablement le succès de l’AKP dans les régions égéenne et méditerranéenne. Ainsi, le bond le plus important par rapport au score du FP en 1999 s’est produit à Isparta, pourtant un bastion du DYP (terre de l’ancien président de la République Süleyman Demirel) où la candidature d’Erkan Mumcu, ancien ministre de l’ANAP et populaire, a probablement joué un rôle important231. Mais le facteur individuel ne suffit pas à expliquer ce bond, comme le montre la progression de l’AKP d’environ 30 % par rapport au FP en 1999.

  • 232 Plus précisément à Adana, Adıyaman, Afyon, Ankara, Antalya, Aydın, Balıkesir, Bursa, Çanakkale, Çor (...)

44Dans ces circonscriptions de l’ouest pour­tant, le DYP n’a pas perdu beaucoup de voix, puisqu’il a y fait ses meilleurs scores232. En revanche, le DSP, le MHP (qui fait cependant parmi ses meilleurs scores à Osmaniye, Afyon, Antalya, Aydın et Mersin) et surtout l’ANAP y sont en sérieux recul. On estime donc que c’est principalement du recul du MHP et de l’ANAP que l’AKP s’y est nourri. On estime également qu’en Thrace, dans la région égéenne et de Marmara, dans lesquelles le DSP avait connu un énorme succès en 1999, les voix du DSP se sont reportées en partie sur l’AKP, mais aussi sur le CHP et sur le GP.

45Il n’existe que trois circonscriptions dans lesquelles l’AKP a obtenu moins que le FP en 1999 : Bitlis, Hakkari et Iğdır. À Hakkari, Bitlis et Tunceli, il a recueilli moins de 10 % des votes exprimés. Toutes les circonscriptions dans lesquelles l’AKP a obtenu entre 10 % et 20 % sont également situées dans l’est : Ağrı, Ardahan, Bitlis, Diyarbakır, Kars, Mardin, Muş, Siirt, Şırnak. Enfin, dans trois autres circonscriptions, l’AKP rassemble entre 20 % et 30 % des voix : Batman (20,5), Şanlıurfa, Van.

46Dans le sud-est, le vote AKP est bien inférieur à sa moyenne nationale même s’il a plutôt progressé par rapport à 1999. Or, depuis les élections de 1973, le sud-est représentait, avec l’Anatolie centrale, l’un des bastions de Milli Görüş. Mais les équilibres politiques ont changé avec les élections de 1991. Les voix du RP avaient alors baissé dans le sud-est, car il avait conclu une alliance avec le MÇP nationaliste et l’İDP. Le parti pro-kurde d’alors, le DEP, ayant boycotté les élections municipales de 1994, de nombreuses municipalités étaient échues au RP. Lors des élections de 1995 et de 1999, les voix du HADEP, qui n’étaient pas représentées en raison du barrage, ont été réparties entre les autres partis et notamment vers le RP/FP. Ainsi, les partis de Milli Görüş ont un poids important dans la région, mais qui est disproportionné par rapport aux suffrages qu’ils récoltent.

Tableau n° 10 : circonscriptions dans lesquelles l’AKP a le plus progressé par rapport au FP en 1999

1999 (FP)

 % 1999

2000 (AKP)

 % 2002

Différence %

Isparta

20 607

9,58

90 009

41,65

318

Kastamonu

16 548

7,47

64 978

30,92

313

Çanakkale

18 299

6,51

71 112

25,84

296

Muğla

12 894

3,38

50 275

13,09

287

Aydın

24 675

4,88

89 402

18,26

334

Denizli

26 303

5,76

107 406

24,10

274

Afyon

40 031

11,39

148 999

42,63

274

Uşak

12 842

7,27

47 987

26,85

270

Kırklareli

6 649

3,49

23 473

12,53

259

Manisa

58 755

8,35

216 455

30,03

259

Balıkesir

61 316

9,5

212 826

33,57

253

Turquie

15,40

34,28

122

  • 233 R. Çakır, “AKP Baraj Zengini !”, Vatan, 8 décembre 2002.

47Pour ne pas provoquer de frictions avec le système, l’AKP n’a pas insisté sur les thèmes sensibles concernant le sud-est dans la campagne de 2002. En outre, pour effacer son image « islamiste », il est resté prudent, voire silencieux sur les questions du voile, des écoles d’imams-prédicateurs, des cours coraniques ; bref, il est resté distant par rapport à l’électorat traditionaliste. Il a probablement compté sur le fait que, comme dans les années précédentes, il serait premier bénéficiaire des voix du DEHAP qui ne seraient pas représentées à l’Assemblée233.

  • 234 E. Aksoy, “Erdoğan Kötü Başladı”, Radikal, 29 septembre 2002.

48Cette distance s’est manifestée même durant la campagne, notamment en raison des prises de position d’Erdoğan ambiguës concernant l’exé­cution d’Abdullah Öcalan234. Ainsi, en mai 2002, lors de sa visite dans le sud-est, Tayyip Erdoğan n’avait pas rempli le quart de la fameuse place de Siirt, celle-là même sur laquelle il avait, en 1997, lu le poème pour lequel il allait être condamné pour délit d’opinion et donc déclaré inéligible.

49En revanche, le DEHAP a obtenu les meilleurs scores dans le sud-est, avec plus de 56 % à Diyarbakır. Cependant, son score dans les gran­des villes et notamment à Istanbul a été jugé décevant. Par rapport à 1999, ce n’est qu’à Hakkari que son score a baissé ; partout ailleurs dans le sud-est du pays, il a augmenté : ainsi, alors que le HADEP avait obtenu 28 % des suffrages en 1995 et 35 % en 1999, il obtient en 2002 40,8 %. De même à Bitlis, alors qu’il était cinquième en 1999 avec 13,7 % des voix, il se retrouve propulsé en première position en 2002 avec 29,5 %. À Tunceli, sa percée a également été spectaculaire. Alors qu’il n’y avait obtenu que 13,3 % des voix en 1999, il obtient cette fois-ci 32,56 %. Les circonscriptions où le DEHAP rassemble de nombreuses voix, donc le sud-est mais aussi Tunceli, sont mal représen­tées à l’Assemblée.

  • 235 R. Çakır, “AKP En Büyük Atılımı Batıda Gerçekleştirdi”, Vatan, 7 décembre 2002.

50Mais si l’AKP est parvenu - en cultivant le centrisme et l’ambiguïté, mais aussi en tirant parti du système électoral - à rassembler de nombreuses voix, ils se trouve une fois au pouvoir devant un dilemme : se fera-t-il le porte- parole de la base traditionnelle des partis issus de Milli Görüş, des conservateurs de province ? Ou se tournera-t-il plus vers les nouveaux électeurs de l’ouest du pays, en tentant de ren­forcer son rôle de leader de la droite ? Le MHP avait vécu une telle tension, en connaissant un bond important dans les régions égéenne et méditerranéenne, que Devlet Bahçeli a résolue en privilégiant « l’idéalisme provincial »235. L’AKP se transformera-t-il en parti de centre-droit ?

Notes

182 On estime que le nombre important des votes nuls lors des élections de 1999 était largement dû au fait que les élections municipales et législatives ont été tenues en même temps, ce qui avait donné lieu à des confusions.

183 Le taux de participation le plus faible enregistré dans l’histoire de la République remonte à 1969, avec 64,3 %.

184 En effet, les procédures administratives pour encaisser l’amende coûtent environ le double du montant de l’amende. “5 Milyon Liralık Cezanın Tahsiline 10 Milyon Gidiyor”, Zaman, 2 novembre 2002, p. 3. Le montant de cette dernière a été élevé à neuf millions de livres peu après les élections.

185 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

186 N. Erder, “30 Yılın En Düşük Katılımı”, Radikal, 14 novembre 2002, p. 9.

187 En 1950, les trois partis se présentant aux élections sont représentés à l’Assemblée. En 1954, trois des quatre partis en course sont représentés.

188 À l’exception des élections de 1983, où la restriction se situait au niveau de l’offre politique, seuls trois partis ayant été autorisés à se présenter.

189 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 3.

190 E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 211.

191 “Ya Baraj Olmasaydı ?”, Milliyet, 5 novembre 2002, p. 17.

192 Mehmet Ağar - ancien du DYP - à Elazığ ; Mehmet Tatar à Şırnak et Mustafa Zeydan à Hakkâri, également anciens députés du DYP ; Sebahattin Cevheri à Şanlıurfa, ancien cadre local du DYP ; Ülkü Gökalp Güney à Bayburt, ancien député de l’ANAP durant trois législatures ; Edip Safter Gaydalı à Bitlis, député et ministre de l’ANAP lors de la législature 1999-2002. Les “nouveaux” en politique ne sont qu’au nombre de trois : Dursun Akdemir à Iğdır, Fadıl Akgündüz à Siirt, et l’homme d’affaires Süleyman Bölünmez à Mardin. Sur les députés indépendants, voir N. Sarıdoğan, “Meclis’in Bağımsız Vekilleri”, Nokta, 28 mars - 10 avril 2003, p. 22-23

193 Cet index est calculé en soustrayant à 1 la somme des carrés des pourcentages de voix obtenus par chaque parti. Un index de 0,5 indique un système bipartite ; plus l’index se rapproche de 1, plus le vote est fragmenté. D. W. Rae, The political consequences of electoral law, New Haven: Yale University Press, 1971.

194 Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

195 T. Erdem, “’Bir de AKP’yi Deneyelim’”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

196 “Siyasilere Güven Azalıyor”, Cumhuriyet, 18 août 2002, p. 6.

197 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 2.

198 Et 43,8 % si on considère l’AKP et le SP (2) comme étant dans la continuité du FP, toujours selon l’index de volatilité de Mogens Pedersen. Un sondage réalisé par le centre d’études sociales indique même que 66,5 % des électeurs n’ont pas voté pour le même parti en 1999 et en 2002. M. AKÖZER, “Sayılarla Siyasal Deprem”, Cumhuriyet Dergi n° 870, 24 novembre 2002.

199 “Eski Partilere Oy Yok”, Cumhuriyet, 27 septembre 2002.

200 Cet indice est imprécis : en effet, on ne peut pas distinguer entre les glissements de voix d’un parti à un autre, les abstentionnistes à une élection qui votent à l’autre, et les primo-votants. En outre, cet indice ne prend pas en compte les glissements croisés, qui s’annulent dans le calcul (un électeur du parti A se tourne vers le parti B, tandis qu’un électeur du parti B se tourne vers A). Cependant, il fournit une indication globale.

201 Les élections de 1946 et de 1983 n’ont pas été intégrées à l’analyse. Dans la mesure où tous les partis politiques antérieurs avaient été interdits en 1980, et où tous les partis en lice en 1983 étaient nouveaux, ce taux est en effet de 100 %. Dans ce contexte, le taux de volatilité n’a pas beaucoup de sens, puisqu’il s’agit d’un changement radical de l’offre politique.

202 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

203 “Niçin Bu Parti ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

204 Source pour les cinq premières lignes : E. Tuncer, Osmanlı’dan..., op. cit., p. 81.

205 Il s’agit de Fikret Ünlü, député de Karaman, et de Mustafa Yılmaz, député de Gaziantep.

206 “Meclis’in Yüzde 90’ı Yenilendi”, Zaman, 5 novembre 2002, p. 1.

207 “Oy Nerede, Baraj Altında !”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 3. “AKP Adaylarının 500’ü ’Milli Görüş’çü”, Radikal, 4 septembre 2002, p. 7.

208 21 du SP (2), 18 du MHP, 16 du DYP, 13 de l’ANAP, 7 indépendants, 5 du YTP, 3 du DSP, 2 du YP, 1 de l’AKP, 1 du BBP, 1 de l’ÖDP. “Seçilemeyen 88 Eski Vekile Yargı Süreci”, Dünya, 29 novembre 2002, p. 4.

209 “Oy Nerede, Baraj Altında !”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 3.

210 À Bingöl, Bolu, Çankırı, Erzurum, Gümüşhane, Kütahya, Nevşehir, Rize, Sakarya, Aksaray, Bartın, Karabük, Kilis et Düzce. À Nevşehir, ce “jackpot” qui a donné lieu à une plainte du CHP demandant un recomptage des votes. A. Korkmazer, “Nevşehir’de Oylar Yeniden Sayılacak”, Hürriyet, 7 novembre 2002, p. 21.

211 À Bingöl, Bolu, Çankırı, Erzurum, Gümüşhane, Kütahya, Nevşehir, Rize, Sakarya, Aksaray, Bartın, Karabük, Kilis et Düzce. À Nevşehir, ce “jackpot” qui a donné lieu à une plainte du CHP demandant un recomptage des votes. A. Korkmazer, “Nevşehir’de Oylar Yeniden Sayılacak”, Hürriyet, 7 novembre 2002, p. 21.

212 E. BERBEROĞLU, “AKP’nin Oy Alacağı Partiler”, Radikal, 18 septembre 2002.

213 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

214 “İş Dünyası AKP’den Umutlu”, Radikal, 5 novembre 2002, p. 14.

215 “Sabancı Güç İstiyor”, Radikal, 19 septembre 2002.

216 L’argument était que le DEHAP ne remplissait pas les conditions légales d’organisation et n’aurait donc pas dû être autorisé à concourir. Si les presque deux millions de voix obtenues par le DEHAP étaient invalidées, le DYP l’aurait dépassé - le barrage étant calculé à partir des suffrages exprimés. Mais cette demande est refusée par le YSK.

217 “Geçen Seçimdeki Oylar Şimdi Nerede ?”, Radikal, 6 novembre 2002, p. 4.

218 Telles que İzmir, İstanbul, Ankara, Bursa, Edirne, Kırklareli, Tekirdağ, İçel, Antalya, Adana, Samsun, Zonguldak, Eskişehir, Hatay, Aydın, Manisa, Muğla et Bartın.

219 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

220 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

221 34 % de l’électorat CHP, contre 17 % de celui de l’AKP ; alors qu’ils constituent 22 % de l’échantillon. T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

222 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

223 T. Erdem, “AKP ve CHP Seçmeni Yaşlı”, Radikal, 7 novembre 2002, p. 4.

224 Ali Çarkoğlu, “Elections in Turkey...”, art. cit., p. 3.

225 G. Dorronsoro, “Les Kurdes de Turquie : revendications identitaires, espace national et globalisation”, Études du CERI n° 62, Paris, 2000.

226 Pour une très bonne analyse du caractère localisé du vote durant les élections de 1999, voir M. M. Pınarcıoğlu, O. Işık, “1999 Genel Seçimleri Coğrafyası”, Birikim n° 162, p. 42-52. Nous sommes dans l’impossibi­lité de poursuivre cette analyse, les résultats électoraux par canton n’étant pas encore disponibles.

227 S. Kızık, “İzmir Kararını Verdi : CHP”, Cumhuriyet, 26 octobre 2002, p. 6.

228 Pour Kayseri, citadelle traditionnelle du MHP, voir E. Kaplan, “Kayseri’de Nöbet Değişimi”, Cumhuriyet, 20 octobre 2002, p. 6. La ville, berceau d’Abdullah Gül, peu touchée par la crise, est satisfaite de son maire AKP.

229 R. Çakır, “Milli Görüş’ün Kaleleri Şimdi AKP’nin Elinde !”, Vatan, 6 décembre 2002.

230 Traditionnellement, les partis issus de Milli Görüş obtenaient des scores légèrement plus élevés que leur moyenne nationale à l’est et au centre de la côte de la Mer Noire, et restaient peu influents plus à l’ouest. Mais en 2002, cela s’est étendu à la côte ouest de la mer Noire. Ainsi, l’AKP a obtenu plus de 40 % des voix à Giresun, Karabük, Ordu, Samsun et Rize, circonscriptions pourtant considérées comme étant les citadelles des partis du centre ; ainsi qu’environ 30 % des suffrages à Kastamonu, Bartın, Zonguldak et Sinop.

231 G. KUNT, “DYP Kalesinde AKP Rüzgarı Esiyor”, Cumhuriyet, 18 octobre 2002, p. 6.

232 Plus précisément à Adana, Adıyaman, Afyon, Ankara, Antalya, Aydın, Balıkesir, Bursa, Çanakkale, Çorum, Denizli, Erzurum, Mersin, Hatay, İzmir, Kütahya, Manisa et Muğla.

233 R. Çakır, “AKP Baraj Zengini !”, Vatan, 8 décembre 2002.

234 E. Aksoy, “Erdoğan Kötü Başladı”, Radikal, 29 septembre 2002.

235 R. Çakır, “AKP En Büyük Atılımı Batıda Gerçekleştirdi”, Vatan, 7 décembre 2002.

Table des illustrations

Titre Carte des premiers partis par il, Milliyet, 4 novembre 2002
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search