Version classiqueVersion mobile

Une mémoire pour la Ville

 | 
Paul Dumont
, 
Méropi Anastassiadou

1. « Nous sommes peu nombreux, mais innombrables »1

Texte intégral

  • 1 Eimaste ligoi, alla ametritoi : formule attribuée au Patriarche Athénagoras (1948-1972).
  • 2 157 165 selon le recensement de 1905-06 : voir Behar, 1996, 55.
  • 3 En 1927, 100 214 Grecs orthodoxes sont recensés dans le département d’Istanbul ; en 1935, ils sont (...)
  • 4 C’est sous ce nom que l’on désigne en turc les Grecs de Turquie. Ceux-ci se disent Romaioi ou Romio (...)

1Au début des années 1900, près de 160 000 Grecs vivaient à Istanbul2. Moins d’un siècle plus tard, il n’en reste plus, résidents perma­nents, que quelque 20003 auxquels s’ajoutent une population probablement équivalente de résidents saisonniers partageant leur temps entre la Grèce et la Turquie. Il se pourrait même, nous dit-on, que ce nombre soit fictif. Selon une idée répandue parmi les Grecs, de l’épaisseur démographique de la communauté dépend la survie du Patriarcat orthodoxe d’Istanbul : le jour où il aurait moins de 2000 fidèles sous sa tutelle spirituelle, celui-ci n’au­rait plus de raison de se maintenir sur le terri­toire turc et devrait envisager son transfert. C’est peut-être la crainte d’un tel départ qui conduit ceux qui s’identifient comme Rum4 d’Istanbul à affirmer que leur nombre est encore supérieur à 2000.

2À vrai dire, si les statistiques demeurent stationnaires, c’est peut-être aussi parce que personne ne connaît les chiffres réels. Aucun dénombrement démographique n’ayant été effectué dans la communauté au cours des dernières décennies, du moins officiellement, il est impossible de dire avec précision combien de membres celle-ci compte en son sein. Quant aux recensements réalisés par l’État turc, le critère de l’appartenance religieuse n’étant plus pris en compte depuis 1965, ils ne permettent pas non plus de cerner la présence grecque à Istanbul, sauf à extrapoler à partir de données anciennes et fantaisistes.

3Dans la Turquie actuelle, les chrétiens grécophones ne sont pas les seuls à suivre le rite orthodoxe. À côté de ceux-ci, l’État turc ainsi que le Patriarcat œcuménique de Constantinople reconnaissent comme tels tous les orthodoxes originaires du Hatay (Antioche) et du sud-est anatolien et rattachés au Patriarcat d’Antioche. De citoyenneté turque, ces populations observent le rite grec orthodoxe, mais utilisent l’arabe comme langue liturgique et sont arabo­phones dans leur vie privée et familiale. La rubrique « religion » de leur carte d’identité précise cependant qu’ils sont Rum Ortodoks, ce qui revient à les assimiler, du point de vue administratif, aux Grecs orthodoxes de cul­ture hellénique. Outre la question de savoir combien il y a aujourd’hui de Grecs à Istanbul, il importe donc aussi de se demander de quels Grecs il s’agit. Les réponses à ce propos sont loin d’être précises, les éléments fournis peu concrets. Signe que le flou sur ce sujet arrange tout le monde ?

Les Grecs catholiques
Même à Istanbul, cœur de l’orthodoxie, les Grecs ne sont pas tous orthodoxes. Certains d’entre eux, très peu nombreux, se rattachent à l’Église de Rome sans pour autant pratiquer forcément le rite latin. Ceux qui se désignent eux-mêmes comme Romaiokatholikoi suivent le rite « oriental » et ne se distinguent en rien des orthodoxes si ce n’est qu’ils reconnaissent la suprématie du Pape.
Les Grecs de rite latin sont parfois issus d’alliances complexes entre familles levantines catholiques et familles orthodoxes. Il peut aussi s’agir de descendants d’insulaires ayant connu la domination vénitienne sur les îles de l’Égée (Syros, Naxos, Tinos, etc.). Bien que de culture grecque, ces « latins » ne constituent pas une « minorité » à proprement parler et ne bénéfi­cient donc pas d’un dispositif communautaire —écoles notamment— comparable à celui des orthodoxes.
L’Église grecque catholique de rite oriental est, quant à elle, une construction du XIXe siècle. Elle s’est formée dans les années 1860 avec le soutien de plusieurs congrégations catho­liques dont celle des Assomptionistes. Très active jusqu’à la Première Guerre mondiale, elle se signale par la publication de plusieurs périodiques en grec et en français, la création de séminaires et d’associations, la fondation d’écoles. Mais, à aucun moment de son par­cours, elle n’a rassemblé plus de 2200 fidèles. En 1913, d’après R. Janin, la communauté d’Istanbul comptait environ 300 membres. En 1932, selon une source du Vatican, le nombre des Romaiokatholikoi en Grèce (où la plupart avaient émigré lors de la fondation de la République kémaliste) et en Turquie s’élevait à 2148 personnes. En 1998, ils ne sont plus que 45, à Istanbul, à former le dernier bataillon des ouailles d’une Église désormais dépourvue de berger.
Pour en savoir plus : Elçin Macar, İstanbul’un Yok Olmuş İki Cemaati. Doğu Ritli Katolik Rumlar ve Bulgarlar (Deux communautés disparues d’Istanbul. Les Grecs et les Bulgares catholiques de rite orien­tal), İstanbul, İletişim, 2002.

4Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que la communauté grecque d’Istanbul a connu, au cours du dernier siècle, une réelle hémorragie démographique. Les motifs de celle-ci sont bien connus. Par vagues successives, suite à des événements douloureux, les chrétiens d’origine grecque sont partis d’Istanbul. Partis ? Chassés ? Quel que soit le point de vue que l’on adopte, le résultat est le même.

5La plupart des faits rapportés brièvement dans les pages qui suivent ont déjà fait l’objet de nombreuses études. S’il nous a paru néan­moins utile d’en retracer ici le récit, c’est parce qu’ils ont fortement marqué la mémoire collec­tive de la minorité. Pour comprendre le comportement et les attitudes de cette dernière aujourd’hui, la connaissance des épisodes présentés ci-dessous est indispensable.

Notes

1 Eimaste ligoi, alla ametritoi : formule attribuée au Patriarche Athénagoras (1948-1972).

2 157 165 selon le recensement de 1905-06 : voir Behar, 1996, 55.

3 En 1927, 100 214 Grecs orthodoxes sont recensés dans le département d’Istanbul ; en 1935, ils sont 95 956 ; dix ans plus tard, on n’en compte que 76 844 ; en 1955, 67 550 ; en 1965, il ne reste que 47 207, soit presque quatre fois moins qu’au début du XXe siècle. Après 1965, la confession des recensés n’est plus prise en compte et il devient très difficile de cerner, à travers ces matériaux, la présence non-musulmane dans la société turque. Voir, Dündar, 1999. Akgönül (2001 b) propose cependant un nombre plus élevé, environ 4000 personnes.

4 C’est sous ce nom que l’on désigne en turc les Grecs de Turquie. Ceux-ci se disent Romaioi ou Romioi, c’est-à-dire « Romains », par référence à l’Empire romain d’Orient. Toutefois, le terme d’Hellène et ses dérivés (hellénique, hellénisme, etc.) ne les effarouche pas.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search