Version classiqueVersion mobile

Ambiguités turques

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Isabelle Gilles
, 
Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1Au stade final de cette analyse, reprenons d’abord les questionnements initialement formulés auxquels nous avons essayé d’apporter quelques éléments de réponse. D’abord, en ce qui concerne l’origine des principaux « schèmes » alimentant et structurant les réactions turques aux attentats parisiens, il apparaît que les faiseurs d’opinion sur Twitter comme dans les principaux quotidiens jouent un rôle déterminant. Ceux-ci puisent dans des registres nationaux – beaucoup plus qu’internationaux en définitive – assez peu variés et périodiquement réactivés. Les schèmes nationalistes/anti-impérialistes et conspirationnistes, communs à toutes les sensibilités idéologiques, constituent ainsi souvent la toile de fond invariable des réactions. Dès lors, la majorité de la médiasphère turque traduit et instrumentalise les inputs extérieurs pour mieux confirmer les thèses nationalistes et conspirationnistes turques, tandis qu’une frange périphérique de celle-ci peut momentanément bénéficier d’une visibilité disproportionnée par l’extrémisme même de sa rhétorique.

  • 77 Voir dans Arquembourg, Lochard et Mercier (2006) les articles consacrés à l’attentat du 11 mars 200 (...)

2Les réactions turques relèvent donc de plusieurs logiques de cadrage qui peuvent se superposer. Elles se déploient aussi selon un séquençage récurrent : compassion scandalisée des premiers moments, interprétations ambiguës, puis retour à soi. On constate en conséquence une propension générale à « domestiquer » les événements survenus en France, qui deviennent presque une affaire intérieure au fil des nouvelles et des commentaires. Ce qui est un phénomène assez courant dans le traitement médiatique des événements internationaux77. En soi, donc, ce phénomène n’est pas propre à la Turquie. La dimension proprement turque tient à la forte charge nationaliste commune aux réactions, ainsi qu’à la place clivante prise par la référence à l’islam dans la formation de ces réactions.

3Ainsi, au-delà des événements propres, les réactions turques aux attentats sont des révélateurs puissants de « systèmes nationaux de perceptions de l’autre » dotés de leur propre dynamique et d’une forte inertie. Ces systèmes opèrent comme des filtres puissants qui déforment, nivellent et ramènent à soi. À ceux-ci s’ajoutent les effets structuraux induits par les vecteurs de l’information et de la communication – de la presse écrite à Twitter…. La twittosphère turque semble fonctionner en quasi-circuit fermé – avec sa langue, ses codes, ses références et ses effets de domination –, et n’interférer que sur la marge avec la twittosphère mondiale, même si les mécanismes régissant le fonctionnement de chaque sphère nationale sont assez invariables. En effet, les phénomènes de trolling/intimidation et de pourrissement du réseau sont observables ailleurs avec les mêmes méthodes (Bradshaw et Howard 2017 recensent 28 pays présentant des initiatives de ce qu’ils nomment computational propaganda). La faute est à imputer à la logique capitaliste inhérente à Twitter qui converge dans une certaine mesure avec les autres médias étudiés en termes de reproduction des rapports de force. Contrairement à l’hypothèse rétrospectivement naïve promue lors des Printemps arabes présentant les réseaux sociaux comme un instrument de démocratisation, on constate que, à l’instar d’Internet, les réseaux sociaux sont devenus « un champ de compétition acharnée entre groupes sociaux, institutions politiques et entreprises multinationales pour la distribution du pouvoir sur les canaux de communication numériques » (Smyrnaios 2017 : 7). En conséquence, ce sont les acteurs ayant le plus de moyens techniques et financiers pour parvenir à leurs fins, dans le cas présent l’AKP et ses relais, qui dominent l’espace médiatique et sont les plus visibles sur la twittosphère (Tüfekçi 2017 : 226-260).

4En second lieu, les différences d’intensité et de qualité des réactions entre janvier 2015 et novembre 2015 sont liées à l’aggravation de la situation sécuritaire interne en Turquie et à l’absence, pour la seconde salve d’attentats, de domestication des débats. En ce sens le concernement turc pour chaque attaque est essentiellement fonction du contexte et de dynamiques internes au champ politique.

5Par ailleurs, au terme de notre étude, le poids des facteurs structurels déterminant la configuration du champ médiatique comme de la twittosphère apparaît crucial. Les rapports de force politiques – caractérisés par une montée en puissance de l’interventionnisme étatique (direct et indirect) au cours de l’année 2015 – et économiques contraignent fortement les réactions du point de vue du contenu et tendent à réduire le spectre des possibles en matière d’expression.

6Enfin, à propos de la place de la référence à l’islam dans les expressions identitaires turques, il ressort que les attentats de Paris sont survenus à un moment où cette référence prenait une place centrale dans le discours des dirigeants turcs. Les réactions aux attentats révèlent bien cette centralité qui suggère un repositionnement de la Turquie pensée par ses nouvelles élites d’abord comme un pays musulman et plus comme un leader du camp des pays musulmans dont la réalité est devenue une donnée structurante de la vision du monde produite par les dirigeants du pays.

7Dans un contexte d’ouverture des négociations en 2005 avec l’Union européenne, le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan avait ainsi pris la tête, avec son homologue espagnol, d’une initiative connue sous le nom d’« Alliance des civilisations ». Cette dernière œuvrait à combattre de manière pacifique le terrorisme et la polarisation entra pays dits musulmans et occidentaux par des moyens politiques, économiques et sociaux. Dix ans plus tard, dans un contexte de refroidissement des relations turco-européennes, on constate un changement de discours hégémonique. La Turquie n’est plus promue par les élites gouvernementales comme un pont entre les pays occidentaux et les pays dits musulmans mais plutôt comme le leader et défenseur des Musulmans du monde entier, présentés comme les victimes des discriminations et/ou du désintérêt des pays occidentaux. Dans cette perspective, la lutte contre l’islamophobie en Europe semble être devenue un des devoirs dont la Turquie s’estime investie sur la scène internationale, à la base de son nouvel agenda diplomatique. C’est la prégnance de ce souci de l’islamophobie européenne et de la croyance en une injustice historique commise par l’Occident à l’encontre des Musulmans – demeurée non reconnue dans les récits dominants et largement impunie – qui paraît conduire à rendre « compréhensibles » les attentats de Paris, du sommet de l’État aux citoyens de base.

8Nous pouvons dès lors revenir sur le terme clé de notre titre : « ambiguïtés ». Plusieurs facteurs très différents les uns des autres expliquent cette absence de réaction claire et nette en Turquie, au-delà des messages officiels convenus : le passé colonial et mandataire de la France, l’implication de la France dans le théâtre des opérations contre l’E.I. en Syrie, l’islamophobie française et l’expérience turque des actes terroristes (dont les Français n’auraient pas conscience) sont autant de facteurs repérés. L’expérience du terrorisme constitue une sorte de toile de fond permanente depuis des décennies, qui explique que les événements qui surviennent en France semblent, vus de Turquie, presque banals. Dès lors, l’empathie dont les réactions turques feraient défaut ne serait que la conséquence du manque d’empathie manifestée par l’opinion publique française face aux effets des actes terroristes réitérés dont la Turquie est la cible.

9Au-delà, ces ambiguïtés turques révèlent la reconfiguration des représentations turques relatives aux pays européens survenue ces dernières années, ainsi que la transformation de l’idée dominante de la place occupée par la Turquie dans le jeu mondial. En d’autres termes, les réactions aux attentats en France s’inscrivent dans le grand désenchantement européen de l’opinion turque suite notamment à la disparition d’une perspective d’adhésion prochaine à l’Union européenne – avec un retour en force du soupçon porté sur les pays européens – et traduisent la recherche de nouvelles références « civilisationnelles », comme la volonté d’affirmer la capacité de la Turquie à faire jeu international à part entière.

Notes

77 Voir dans Arquembourg, Lochard et Mercier (2006) les articles consacrés à l’attentat du 11 mars 2004 à Madrid.

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search