Version classiqueVersion mobile

La nébuleuse Hizbullah

 | 
Gilles Dorronsoro

Introduction

Texte intégral

« Ne t’attarde pas à l’ornière des résultats »
René Char

  • 1 Le Kürdistan İslam Partisi fondé le 11 décembre 1980 (Bulut 1994 : 667) avec pour leaders Said Havv (...)
  • 2 Le Kürdistan İslami Hareket a été fondé par un groupe d’oulémas kurdes en juillet 1993, sous la dir (...)

1À la fin des années 80, on assiste dans le sud-est de la Turquie à une montée des mouvements islamistes, qui atteignent leur visibilité maxi­male au début des années 90. Outre différents groupes Hizbullah, on trouve le Kürdistan İslam Partisi (Partiya İslamiya Kürdistani)1 et le Kür­distan İslami Hareket2. Alors que ces deux par­tis ont eu une audience limitée, le Hizbullah -ou plutôt la mouvance Hizbullah- a compté plusieurs milliers de militants et assassiné des centaines de personnes au début des années 90, ce qui justifie qu’on lui consacre l’analyse qui suit. En militant pour un État islamique kurde, ou du moins reconnaissant des droits culturels aux Kurdes, ces mouvements clandestins remet­taient en cause deux principes fondamentaux de la République turque - la laïcité et l’indivisi­bilité du pays - cumulant les crimes de séparatisme (bölücülük) et de réaction (irtica). On verra cependant que leurs relations avec l’État ont souvent été ambiguës et les accusations de complicité entre le Hizbullah et certaines insti­tutions étatiques sont récurrentes.

  • 3 Certains articles parus en 1992 et 1993 dans différents journaux comme Özgür Gündem, Gerçek, 2000’e (...)

2Avant d’exposer les données dont nous disposons, il faut préciser quelques points de méthode et notamment la rareté des sources fiables. En premier lieu, il n’y a pas à notre con­naissance de travail de référence sur le Hizbullah, seulement des articles de presse et des livres écrits par des journalistes. De plus, la plupart des ouvrages s’appuient sur des sources poli­cières ou officielles et rarement sur des enquê­tes de terrain3. Quelques entretiens avec des repentis encore sous contrôle policier, les réqui­sitoires des grands procès, différentes enquêtes parlementaires, des rapports du MIT (services secrets) et de l’Emniyet (Sécurité) forment la base des textes publiés. Ces sources, peu nombreuses en fait, sont difficiles à recouper et on peut craindre dans certains cas une manipula­tion des données et très certainement un biais dans la sélection de celles-ci. Par exemple, on garde un doute sur l’appartenance au Hizbullah de certains petits groupes, catalogués comme tels par la police, mais que nous écar­terons de notre analyse. Il eût été fastidieux de répéter ces précautions méthodologiques à chaque paragraphe, mais ces limites dans l’uti­lisation des données s’appliquent à mon propre travail et le lecteur prendra avec précaution les analyses qui suivent.

3Le deuxième point concerne les grilles de lecture appliquées au Hizbullah et notamment la perception du phénomène comme maladie ou dégénérescence sociale. Par exemple, dans les livres de Bulut et Faraç (1999 : introduction) et Çitlioğlu (2001 : 71, 179), la métaphore médicale revient fréquemment ; le Hizbullah est assimilé à un « cancer » ou une « tumeur ». La conception du corps social comme organisme biologique et le fonctionnalisme qui sous-tendent ces analyses ont été critiqués depuis les années 60 au moins, inutile d’y revenir.

4En second lieu, le continuum entre le Hizbullah et différentes organisations islamiques, politiques ou non (Frères musulmans, Nurcu etc.) est généralement supposé plus que démon­tré. On trouve souvent une « généalogie » du mouvement Hizbullah qui remonte aux Frères musulmans, et même aux origines de l’islam. Des concepts comme celui de « jihad » sont alors analysés hors contexte (Bulut et Faraç 1999 : 16 et s.), ce qui renforce l’idée d’un courant intem­porel. La solidarité posée a priori entre les mou­vements Hizbullah de différents pays est égale­ment à vérifier. La confusion ne devrait pas être entretenue entre une communauté idéologique, réelle, et des liens entre organisations qui sont plus difficiles à mettre en évidence. Par ailleurs, le lien entre le Hizbullah et les différents mou­vements turcs légaux se réclamant de l’islam politique comme le Refah/Fazilet est souvent argumenté à partir de faits ténus. Çiçek fournit un exemple de ce type d’argumentation, en utili­sant l’incident de Sivas ou le procès de fermetu­re du Refah pour montrer des liens qui en fait paraissent essentiellement circonstanciels (Çiçek 2000 : 93). De même, l’arrestation du maire Fazilet d’Eruh en janvier 2000, lors de l’opération Beykoz (Faraç 2001 : 130), est censée « démon­trer » des liens entre les deux mouvements. On cite parfois le fait qu’Erdoğan a été responsable des jeunesses islamistes à Istanbul quand un groupe Hizbullah était actif, alors qu’il n’y a aucun contact démontré entre les deux. Au con­traire, loin de vouloir expliquer le mouvement par une approche uniquement généalogique, il nous a paru de bonne méthode de chercher à mettre en avant ce qui dans son fonctionnement reflète la culture politique ambiante du Sud-Est et la reprise de modes de mobilisation et d’organisation présents dans d’autres partis.

5Par ailleurs, tout un courant idéologique inspiré par une vision de l’histoire comme complot et manipulation fait du Hizbullah une création de l’impérialisme américain. Pour Doğu Perinçek, leader du TIP (Türkiye İsçi Partisi, Parti des Ouvriers de Turquie), le Hizbullah est une émanation directe de la CIÀ et de l’OTAN (Cumhuriyet, 14 février 2000). La revue Aydınlık (par exemple le numéro du 6 février 2000) reprend systématiquement cette grille d’inter­prétation, mais sans fournir une argumentation convaincante. Certaines interprétations, d’inspi­ration idéologique opposée mais qui fonction­nent sur la même logique, font du Hizbullah une émanation des Yézidis de Turquie, appuyés par les Arméniens (Zaman, 10 février 2000, cité par Çakır 2001 : 82). On retrouve ici une varian­te du discours récurrent sur le PKK comme crypto-arménien, ce qui en fait l’archétype de l’ennemi intérieur. Toutes ces interprétations reposent sur une sur-rationalisation des événe­ments et des acteurs qui supprime l’incident et l’accident dans les processus historiques.

6Pourtant, on verra que, sans sombrer dans le piège de la crypto-histoire, le Hizbullah permet effectivement de poser un certain nombre de questions sur l’évolution politique du Sud-Est de la Turquie des années 80 et 90 et notamment le fonctionnement de l’État. Pour tenter d’y voir plus clair, nous avons d’abord décrit le noyau initial du premier Hizbullah de la fin des années 80 au milieu des années 90. Dans un deuxième temps, nous présentons différents éléments sur l’idéologie, le recrutement et l’organisation de ces mouvements. Enfin, nous soumettons quel­ques interprétations du Hizbullah, notamment la part de manipulation par les États iranien ou turc et les conditions sociales qui ont favorisé l’émergence du mouvement.

Notes

1 Le Kürdistan İslam Partisi fondé le 11 décembre 1980 (Bulut 1994 : 667) avec pour leaders Said Havva et Dr Gaburi, publie notamment le magazine Cudi. Le président de la şura qui dirige le groupe est Ömer Garip (un mollah irakien). Proche des Frères Musulmans et critique par rapport au mouvement islamiste légal, ce parti milite pour l’établissement d’un État islamique kurde. Le mouvement a des branches en Europe, notamment en France et en Allemagne et travaille en Iran avec un ouléma kurde sunnite, Ahmed Müftüzade (mort en 1993). Son position­nement idéologique est proche des Frères Musulmans et critique par rapport au mouvement islamiste légal ou aux Nurcu.

2 Le Kürdistan İslami Hareket a été fondé par un groupe d’oulémas kurdes en juillet 1993, sous la direction d’un leader spirituel, Mollah Evdıllahe Xerzi Timoki. Le mouvement milite pour un État islamique kurde.

3 Certains articles parus en 1992 et 1993 dans différents journaux comme Özgür Gündem, Gerçek, 2000’e Doğru, Turkish Daily News sont cependant remarquables.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search