Version classiqueVersion mobile

Ambiguités turques

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Isabelle Gilles
, 
Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto
, 
et al.

III. Sens des réactions : la recherche d’explications ou les formes tendancieuses de la rationalisation

Texte intégral

  • 53 Opposition reprise, fondée historiquement et presque théorisée par Kalın (2016).

1Le spectre des réactions exprimées dans la presse écrite (il en va autrement sur Twitter) est largement dominé (voire manipulé) par le réseau de journalistes et commentateurs proches du pouvoir. En effet, pour la presse écrite, ces réactions reflètent principalement celles des « faiseurs » d’opinion turcs qui donnent une vision assez homogène des événements. Elles ne reflètent pas (nécessairement) la complexité et diversité des opinions de la population turque, mais plus les rapports de pouvoir. Cette complexité, en effet, va de l’indignation affichée à l’apologie ouverte, en passant par tous les degrés intermédiaires. À ce spectre se superposent des « dispositions transversales » qui déteignent sur chaque type de réaction, et relèvent d’une « culture politique nationale » commune à toutes les composantes du champ idéologique et partisan. Ethnocentrisme, complotisme, culturalisme (illustré par la convocation lancinante de l’opposition Orient/Occident53) et obsession terroriste comptent parmi ces dispositions que l’on retrouve de façon assez diffuse et indifférenciée politiquement parlant.

Le temps court de la compassion avec les victimes et de la solidarité

  • 54 Dans la même veine, après la marche organisée par le gouvernement français, Hürriyet titrait le 12 (...)

2Après chacune des deux salves d’attentats, la condamnation par les dirigeants du pays et responsables de partis s’exprime dans les termes convenus du respect de la vie et du refus du recours à la violence contre des innocents. Dans ce type de réaction à caractère officiel sont convoquées à la fois une communauté universelle de valeurs (autour du respect de la vie) et une communauté humaine transfrontalière, l’humanité (insanlık). Comme le déclare le Premier ministre turc de l’époque au lendemain des attentats de novembre 2015 – propos repris dans la plupart des journaux turcs le 14 novembre 2015 –, « C’est l’humanité54 toute entière qui a été la cible de ces attaques abjectes ». C’est d’ailleurs la figure du Premier ministre qui va incarner cette posture politiquement correcte du gouvernement turc après Charlie Hebdo. Ce qui n’empêchera pas d’entendre simultanément d’autres types de réactions officielles, moins compatissantes. Cependant, comme le titrait Hürriyet le 10 janvier 2015, « Cette menace nous concerne tous », la réaction de compassion est aussi un appel à une prise de conscience et à une mobilisation communes, associant la Turquie et la France dans un combat conjoint contre le terrorisme.

  • 55 José Luis Zapatero est élu en 2004 juste après les attentats du 11 mars, ce qui n’est pas anodin po (...)

3La compassion se fonde aussi sur une posture religieuse exaltant la proximité fondamentale des religions monothéistes, dans la continuité du combat pour le dialogue des civilisations (entendre « les principales religions monothéistes ») dont Recep Tayyip Erdoğan fut un champion avec José Luis Zapatero55, le Premier ministre espagnol de l’époque au milieu des années 2000.

4L’identification se trouve le plus souvent à la base de la compassion, comme le montre la reprise du hashtag #JeSuisCharlie, en français, en anglais ou en turc. Même le très pro-gouvernemental Sabah a titré en pleine première page le 9 janvier 2015 « Nous sommes tous Charlie ». Cet écho à la réaction française était accompagné d’une photo prise devant les bureaux de Charlie Hebdo montrant une foule arborant la formule en français.

5Après l’attaque contre Charlie Hebdo, la réaction de certains journaux fut aussi parfois une réaction de solidarité professionnelle, au nom de la liberté d’expression, ainsi que l’a titré Hürriyet le 9 janvier, en recourant à un mot en français : « Les plumes ne se tairont jamais/Solidarité ». Mais, très vite, le thème de la liberté d’expression va devenir un thème clivant, la majorité des journaux turcs soutenant que cette dernière a des limites que les journalistes se doivent de respecter (voir ci-dessous §25). Le 17 janvier, d’ailleurs, le même quotidien Hürriyet revient sur cette question débattue en distinguant la « liberté d’expression injurieuse » de la « liberté non injurieuse ». Le même jour, Yeni Şafak dénonçait page 5 le caractère mensonger (sahtekâr) de l’idéologie de la liberté d’expression, restriction abondamment opérée par les dirigeants turcs.

  • 56 Depuis les années 1980, on assiste à un déclin de la place de la francophonie dans la presse turque (...)

6Notons en outre que la variable « francophonie » ne semble pas avoir eu des effets discriminants nets et être la cause d’une disposition plus forte à la compassion. À quelques exceptions près (comme Ertuğrul Özkök, diplômé du prestigieux lycée francophone Namık Kemal d’Izmir), effectivement, la proximité à la langue française ne semble pas avoir été un critère discriminant56. On dirait que c’est soit le partage de valeurs républicaines (Cumhuriyet), soit le fait que les horreurs parisiennes fassent écho à des expériences traumatiques en Turquie (Ozgür Gündem, Cumhuriyet) qui expliquent le positionnement solidaire de certains médias turcs.

7Au total, c’est le quotidien Cumhuriyet qui s’est montré le plus clairement empathique tout au long des périodes considérées, pour les deux séries d’attentats. On a déjà vu qu’il avait poussé l’empathie jusqu’à la prise de risque après l’attaque de Charlie Hebdo. En outre, dès le 8 janvier, il reprend la réaction de l’Association des journalistes turcs (Türkiye Gazeteciler Cemiyeti), à savoir « Cette attaque est une attaque contre nous tous » (p. 14), ainsi que le slogan « Je suis Charlie ». Rappelons cependant que l’attaque de l’Hyper Casher a été globalement passée sous silence, la séquence de janvier 2015 étant le plus souvent réduite à l’attaque de Charlie Hebdo.

Ambivalente communauté franco-turque d’expérience terroriste

Destin commun franco-turc et asymétrie des perceptions

  • 57 Ce qu’exprime très clairement Cengiz Semircioğlu dans une chronique de Hürriyet (supplément « Keleb (...)

8Le sentiment d’une communauté d’expérience fut particulièrement saillant en janvier 2015, puisque l’attaque contre Charlie Hebdo est survenue le lendemain d’un attentat au cœur de l’Istanbul touristique contre un poste de police. Comme l’indiquait clairement le quotidien Sabah du 9 janvier 2015 (p. 14) dans un article intitulé « De Sultanahmet à Paris », la Turquie et la France ont désormais le même ennemi, l’E.I., et sont également et presque simultanément frappées par un acteur global contre qui le combat doit être mené internationalement et de façon coordonnée. Mais si ce destin commun devrait rapprocher les États concernés et fonder une collaboration interétatique, une partie de l’opinion turque semble reprocher aux États européens de ne pas saisir toute la gravité et l’ampleur de l’expérience terroriste turque. En effet, si la conscience de l’existence d’une menace commune, l’E.I., semble avoir été soudée lors de ces occasions tragiques, l’expérience terroriste turque ne se limite pas à l’épreuve de l’E.I. Nombre de réactions vont dans ce sens, qui insistent sur le fait que l’expérience terroriste de la Turquie est d’abord une expérience du terrorisme du PKK, dont il est reproché à l’Occident (et à la France en particulier) de n’avoir pas pris toute la mesure. Dans ce cadre, un grand nombre de réactions turques exprimées dans tout le spectre idéologique de façon quasi unanime – presse kurde exceptée – adressent le même message : d’accord pour lutter conjointement contre le terrorisme de l’E.I., mais sans oublier que pour nous autres Turcs, le PKK constitue une menace équivalente, voire pire, compte tenu de son ancienneté et de son caractère endémique57.

Les attendus d’un rapprochement douloureux : « cela vous permettra (enfin) de mieux nous comprendre »

9L’article d’Hürriyet du 16 novembre 2015 (p. 13) intitulé « Ce que nous vivons, vous le vivez maintenant en Europe » résume assez bien cette sorte d’infléchissement. Il procède d’une analogie et d’une réduction « nationaliste » du cadrage des événements. Ceux-ci en effet sont lus à l’aune d’une opposition simple – mais manifestement efficace – entre un « nous » incompris et pourtant aguerri, les Turcs du terrorisme depuis des années, dans l’indifférence généralisée du terrorisme depuis des années, et un « eux » finalement exposé à l’épreuve du terrorisme sur son propre sol.

10Ce que Gérôme Truc (2016 : 313) appelle « l’homologie d’expériences », en tant que facteur de concernement face à un attentat, paraît se rencontrer dans le cas des réactions turques. Une des constantes des réactions exprimées – appuyées sur de nombreuses comparaisons avec la situation en Turquie – consiste à sous-entendre que cette épreuve sanglante du terrorisme devrait permettre à l’Europe de comprendre enfin ce que la Turquie endure depuis des décennies. En d’autres termes, les défenseurs d’une telle lecture, opérant l’amalgame largement pratiqué E.I./PKK, semblent laisser entendre que ces actes terroristes devraient enfin conduire l’Europe à faire montre de plus de compassion envers la Turquie exposée à ceux-ci de longue date.

11Dans une perspective inversée, le quotidien pro-kurde – aujourd’hui fermé – Özgür Gündem tend à rapprocher les actes de terreur commis en France avec ceux commis en Turquie contre le peuple kurde. La communauté d’expériences ici revendiquée place cette fois-ci la Turquie dans le rang des auteurs de terrorisme.

12Dans cette même optique peut être rangé l’argument très fréquemment exprimé du type « On vous l’avait bien dit et vous ne nous avez pas pris au sérieux ». Le 17 novembre 2015, ainsi, Hürriyet (p. 14) annonçait : « Nous avions pourtant averti la France », comme pour disculper la Turquie et pour souligner le manque de sérieux des autorités françaises et tout particulièrement des renseignements français. Beaucoup de journaux insistent en effet sur le nombre des arrestations de citoyens européens (près de 4000 en moins de deux ans, de janvier 2014 à novembre 2015) ayant tenté de pénétrer en Syrie à partir du sol turc, preuve quantitative de l’efficacité des forces de sécurité turques dans la lutte contre le terrorisme de l’E.I.

Traductions et instrumentalisations sur la scène nationale. Une façon indirecte de parler de la Turquie

  • 58 Qualification intentionnelle et appuyée qui sera reprise par le même quotidien le 21 novembre 2015 (...)

13Par ailleurs, beaucoup de réactions ne semblent être qu’une manière détournée de parler de la situation en Turquie. Les violences parisiennes sont dès lors une occasion, pour évoquer, dans les catégories utilisées dans le débat national, l’efficacité de la police ou des renseignements, le fonctionnement de l’État ou le risque politique. L’événement international fait alors l’objet de traductions et de prolongements sur la scène nationale. Cela confine à l’aveuglement sur l’événement déclencheur et ses caractéristiques propres. Et l’interprétation produite est directement fonction de la position du locuteur dans le jeu politique turco-turc. En amont, le mode très variable de qualification des événements est fonction de ce positionnement politique et des obsessions récurrentes propres à chacun : « Terreur islamique58 » pour le quotidien Sözcü (15 novembre 2015, p. 3), qui surenchérit deux jours plus tard « Voilà le terroriste religieux ⦍nous soulignons⦎ qui a donné l’ordre du massacre » (17 novembre 2015, p. 12).

  • 59 Ou encore « La peur kurde de l’AKP » (Özgür Gündem, 17 novembre 2015, p. 14), « L’alliance AKP-Daec (...)

14Cette manière « égocentrée » de réagir peut être critique vis-à-vis de l’État turc quand elle prend la forme d’une interpellation et d’un appel à prendre ses responsabilités et des mesures plus fermes dans la lutte contre le terrorisme de l’E.I. Ainsi, le 18 novembre 2015, Zaman titrait : « Le massacre de Paris et la responsabilité de la Turquie » (p. 21) ; et, d’une façon encore plus directe, dès le 16 novembre 2015, Özgür Gündem (p. 9) « Trace de l’AKP à Paris59 ». De même, le premier titre (en une) du quotidien d’opposition Sözcü (15 novembre 2015, p. 1) après les attentats de novembre conduisait à la même mise en cause de l’État turc : « Trois des militants de l’E.I. impliqués dans les massacres sanglants de Paris avaient pénétré en Turquie ». Quelques jours plus tard, le même Sözcü a dénoncé nettement l’attitude de certains spectateurs d’un match de football de Ligue 1 nationale ayant refusé de se recueillir en silence à la mémoire des victimes des massacres de novembre : « Les sifflets qui font honte à la Turquie » (Sözcü 18 novembre 2015, p. 15). Pour Sözcü, il s’agit là principalement de dénoncer la supposée complaisance des autorités turques envers les sympathisants turcs de l’E.I.

15C’est sans doute le quotidien pro-kurde Özgür Gündem qui produit le plus d’interprétations égocentrées en décalage avec les interprétations mainstream, sans pour autant s’affranchir de certains cadrages communs à toute la Turquie. Une des principales tentations face aux événements en France consiste à dire que ce qu’ont vécu les Parisiens, les Kurdes de l’est de la Turquie le vivent au quotidien depuis des décennies. « Paris aujourd’hui, c’est Silvan ⦍une ville du Kurdistan turc, dans le département de Diyarbakır, alors théâtre de violences⦎ », tel était le titre explicite d’un article du 15 novembre 2015 (p. 3), faisant écho à un autre article du même jour, qui reprenait l’appel adressé par le Secrétaire général du parti démocratique des peuples (Halkların Demokrat Partisi, HDP) au Premier ministre turc de l’époque : « Appel de Demirtaş à Davutoğlu : Allons ensemble à Silvan et à Nusaybin » (Özgür Gündem, 15 novembre 2015, p. 7). De façon encore plus frappante, l’article « Ce sont les Kurdes qui comprennent le mieux la France » (Özgür Gündem, 18 novembre 2015, p. 21) parvient à concilier la posture d’empathie avec celle du retour à soi pour la défense de sa cause.

16L’autre tentation d’Özgür Gündem, partagée cette fois avec d’autres journaux d’opposition, consiste à insister sur les responsabilités du régime d’Ankara dans l’empowerment de l’E.I. et dans la diffusion vers l’Europe du danger E.I. La une du 15 novembre 2015 du quotidien aujourd’hui absent des kiosques est, à cet égard, très révélatrice : « Barbarie à Paris : les yeux se tournent sur Ankara. Massacre à Paris, les yeux se tournent vers la Turquie » (Özgür Gündem, p. 1).

17Cependant, en majorité, les réactions de ce type visent à innocenter la Turquie et à répondre aux allusions qui ont abondamment circulé de négligence des autorités turques dans le contrôle de la circulation des djihadistes entre l’Europe et la Syrie ou l’Irak, via la Turquie. Tel est le sens de l’article « La Turquie avait expulsé un des auteurs d’attentat-suicide » (Hürriyet, 19 novembre 2015, p. 26). Ce retour à soi constitue souvent une forme exacerbée d’aveuglement et de réduction du cadrage. En fait, c’est depuis les événements de Gezi – en mai-juin 2013 – que cette rhétorique du complot ourdi par la déclinante Europe jalouse contre la Turquie fait de nouveau florès. La réduction de l’interprétation des attentats de novembre à cette lecture-là procède d’un complet aveuglement sur les dynamiques extranationales, qui conduit à placer la Turquie au centre de tout ce qui advient dans le monde. Le même quotidien, en titrant deux jours après le massacre du Bataclan « La haine d’Erdoğan les a rendus aveugles » (15 janvier 2015, p. 2), poursuit obstinément dans ce type de cadrage, laissant entendre qu’il existe un rapport entre l’attitude des États européens vis-à-vis du Président turc et les horreurs commises !

18Les massacres de Paris sont aussi une occasion pour asséner un discours sécuritaire d’essence étatiste et réaffirmer l’actualité et l’acuité du risque terroriste en Turquie : « Que ceux qui disent ⦏en Turquie⦐ “État assassin” tirent des leçons de ce qui s’est passé en France » (Hürriyet, 17 novembre 2015, p. 18). Autrement dit, il s’agit par-là moins d’essayer de comprendre ce qui s’est passé en France que de relayer en direction de l’opinion turque le discours sur la gravité de la menace terroriste et la nécessité de prendre des mesures préventives d’exception. Le 16 novembre 2015, Hürriyet avertissait : « La terreur de Paris va influencer la Turquie » (p. 10).

Les événements terroristes comme prétexte à règlements de compte internes

19L’économie des réactions est par ailleurs brouillée, dans les journaux comme sur les réseaux sociaux, par des enjeux internes au point que le commentaire des événements tragiques devient une sorte de prétexte à débats purement turco-turcs. Les attaques de la presse pro-gouvernementale (voir Yeni Şafak des 14 et 15 janvier ou Akit) et des partisans de l’AKP sur les réseaux sociaux contre le journal Cumhuriyet sont la meilleure expression de ce glissement.

20Les deux principaux journaux d’opposition, Sözcü et Cumhuriyet, sont également tentés de développer leurs critiques contre l’AKP à l’occasion des événements de Paris. Ainsi, le 15 janvier 2015, Sözcü (p. 1) met en parallèle le comportement de la police française vis-à-vis de la presse avec celui de la police turque. L’objectif était de dénoncer les descentes de police sur l’imprimerie du journal Cumhuriyet et les contrôles des camions transportant la presse pour empêcher la diffusion de la version turque de Charlie Hebdo. Dans son article de Sözcü intitulé « La dimension turque de la terreur islamiste » (15 novembre 2015, p. 2), le chroniqueur kémaliste et anti-AKP Emin Çölaşan va plus loin en dénonçant le soutien « spirituel et matériel » apporté par les gouvernements AKP au terrorisme de l’E.I., comme à celui du PKK.

21La presse kurde – comme les adeptes du mouvement kurde sur les réseaux sociaux – développe aussi une comparaison entre la vitesse de l’enquête après les attentats E.I. à Paris et les lenteurs de celle relative à l’assassinat des trois militantes kurdes à Paris le 9 janvier 2013 (Özgür Gündem, 14 janvier 2015, p. 9), pour cette fois dénoncer le gouvernement français en raison de leur complicité objective avec l’État turc. La même presse kurde se montre aussi passablement encline à se saisir du prétexte des événements pour dénoncer vivement, soit les supposés liens entre l’E.I. et l’AKP (voir Özgür Gündem, 14 janvier 2015, p. 1), soit les méthodes et l’attitude des forces de sécurité turques, comparées à celles des forces de sécurité françaises jugées plus « civilisées ». Il est vrai qu’au moment des événements de Charlie Hebdo, la reprise par le mouvement kurde armé de Syrie de la ville de Kobanê, tombée aux mains de l’E.I., se poursuivait. La libération de la ville érigée en « ville-martyre » par le mouvement kurde ne sera effective qu’à la fin du mois de janvier 2015. Dans ce contexte régional plus que tendu, le journal kurde dénonce à plusieurs reprises le double jeu de l’AKP vis-à-vis de l’E.I. – on condamne à Paris, on encourage à Kobanê – et s’insurge contre l’explication par l’islamophobie des actes de Paris avancée par l’AKP (Özgür Gündem, 14 janvier 2015, p. 9).

  • 60 Le journaliste Akıf Beki (diplômé d’arabe de l’Université d’Istanbul), porte-parole du Premier mini (...)

22De la sorte, les formes prises par les réactions turques ont été contraintes par le débat « interne » à la Turquie sur les collusions entre les gouvernements AKP et l’E.I. Avec une ligne de partage très nette entre les partisans de l’AKP60 et l’ensemble hétérogène de ses opposants. Ce débat surajouté, déjà présent après la première salve de janvier 2015, s’est intensifié après le traumatisme – pour une frange de l’opinion en tout cas – des attentats « turcs » de Suruç puis d’Ankara.

23Cependant, cet égocentrisme n’est pas propre à la Turquie mais observable dans de nombreux pays étrangers, notamment européens. Dans les écoles de journalisme, on appelle ça cyniquement la « loi du mort-kilomètre » : plus un événement est distant de nous, moins il éveillera l’attention. Dès lors il semble que la traduction, l’interprétation, l’instrumentalisation d’événements politiques étrangers pour éclairer la scène nationale permettent de réduire cette distance et de rapprocher les expériences turco-françaises, engendrant une certaine empathie.

La défense de l’islam et de la patrie à tort accusés

  • 61 Ou le non moins célèbre Ertuğrul Özkök dans le même journal Hürriyet du 21 novembre 2015, p. 27, à (...)

24En janvier comme en novembre, une grande partie des réactions turques formulées aussi bien dans la presse que sur les réseaux sociaux a consisté en une double défense : défense du « vrai islam » et défense de la Turquie. La réaction de Zaman du 9 janvier (p. 4) « Ceux-ci n’ont rien à voir avec nous » (comprendre : « ces terroristes n’ont rien à voir avec les Musulmans ») résume parfaitement un sentiment très largement partagé en Turquie. Tout en dessinant des frontières excluantes du nous, en tant que fondées sur une identité religieuse considérée comme indistinctement commune. Le refus de l’amalgame entre terroristes et Musulmans est même devenu un stéréotype, des réactions officielles aux tweets des citoyens ordinaires. Les journalistes de tout bord, à l’instar de l’influent Taha Akyol61 dans Hürriyet (« La terreur et les Musulmans », 21 novembre 2015, p. 26), ont insisté sur le fait que les auteurs des attentats n’étaient pas de pieux Musulmans, mais des jeunes s’adonnant à l’alcool et à la drogue. Dans cette veine, dès le 8 janvier, Yeni Şafak titre page 4 : « La religion musulmane ne permet en aucun cas le terrorisme » ; le 10 janvier, le même quotidien (p. 4) s’inquiète « Mais tous les Musulmans sont des terroristes ou quoi ? », pour réaffirmer le 12 janvier (p. 5), « La société musulmane au coude à coude contre le terrorisme », sans que l’on sache très bien ce que l’auteur de l’article entend par « société musulmane ». Hürriyet a aussi abondé dans ce sens, dès le 10 janvier (p. 5) avec l’article intitulé « Ils n’ont rien à voir avec la religion musulmane ». Et Sözcü également, juste après l’attaque de Charlie Hebdo : « Ils ont frappé l’islam » (9 janvier 2015, p. 1). À cet égard, les propos d’Eric Cantona (« Il ne saurait être question de prendre pour cible l’islam ») ont trouvé un ample écho en Turquie (voir par exemple Sabah, 17 janvier 2015).

  • 62 Idée reprise par le même quotidien le 17 janvier dans un article titré « On ne peut pas proférer de (...)

25La défense de l’islam contre l’amalgame avec le terrorisme est indissociable d’une défense de l’islam contre l’insulte que représente, selon une bonne partie de l’opinion turque, la publication de caricatures du Prophète (comme leur reprise indirecte par le quotidien turc Cumhuriyet). Ainsi, le 14 janvier 2015, Sabah a-t-il publié un article au titre évocateur « N’y-a-t-il donc rien de sacré ? » soutenant l’idée que la liberté d’expression a des limites et que porter atteinte à la personne sacrée du Prophète constitue un délit et une grave provocation62.

26En même temps, la défense de l’islam s’accompagne d’une défense de la Turquie accusée par certains médias occidentaux d’avoir manqué de fermeté face aux djihadistes circulant entre la Syrie et l’Europe. Yeni Şafak, après les événements de Charlie Hebdo, s’est de la sorte efforcé de retourner contre les pays européens les accusations de laxisme adressées à la Turquie. Le 15 janvier, le journal titrait page 3 : « Nous l’avons arrêté. C’est eux qui l’ont relâché… ».

27La question de l’efficacité des services de renseignement se situe donc au cœur des comparaisons fréquemment effectuées. Selon le positionnement politique de l’émetteur du message, on passe d’une critique des services français – considérés moins efficaces que les services turcs –, à une critique des « lacunes » des services de renseignement turcs. Ainsi, Zaman titre-t-il le 11 janvier 2015 (p. 5) : « La défaillance du renseignement est discutée en France ». La stratégie des forces de sécurité françaises est aussi mise en cause sur un mode suspicieux par la presse pro-gouvernementale turque. Celles-ci sont à demi-mot accusées d’avoir préféré tuer les frères Kouachi plutôt que de les arrêter vivants (voir Yeni Şafak, 10 janvier, p. 1 et l’encadré sur les frères Kouachi II.§34). Par là – on l’aura compris – Yeni Şafak prétend répondre à la façon dont une partie de la presse européenne peut parler des méthodes des forces de sécurité turques à l’encontre des opposants politiques criminalisés.

C’est tragique…. mais en fin de compte vous l’avez bien mérité

28Après le moment de l’offuscation, vient vite, parfois très vite – surtout sur Twitter –, celui de l’empathie, franche ou seulement suggérée, avec les auteurs des attentats cette fois-ci. En tout cas celui de la (re)production d’un discours, plus ou moins internationalisé et standardisé, de la légitimation, qui tend à trouver des raisons plus ou moins profondes à ces attaques meurtrières. L’acteur désigné comme responsable devient dès lors soit la France, la société française, les gouvernements français (passés et présents), soit l’Europe, soit – de façon encore plus indifférenciée et culturaliste – l’Occident. Plus l’entité désignée comme fondamentalement responsable de ces horreurs s’élargit, plus le discours se standardise et s’inscrit dans une rhétorique culturaliste globale très en vogue depuis Samuel Huntington. Ce type de réaction, il faut le souligner, transcende les cloisonnements internes au champ partisan turc : par exemple, même le quotidien d’opposition à l’AKP Sözcü publie un article convoquant ce genre d’interprétation, usant d’une terminologie qui n’est pas le monopole d’une seule mouvance idéologique : « L’Occident récolte ce qu’il a semé » (16 novembre 2015, p. 6).

29Quelques exemples tirés de Twitter (novembre 2015) suffiront à donner le ton.

Serkan Keskin Les actes de terreur n’auraient donc toujours lieu que dans le monde musulman ; à #Paris un peu le tour 

https://twitter.com/​SerkannKeskin53/​status/​665430205712998400

AK Aile Le terrorisme c’est comme un boomerang : il finit implacablement par frapper l’endroit d’où il sort. Grand Leader R.T. ERDOĞAN #Paris

https://twitter.com/​kartalceyhunn/​status/​665357155512532992

30Trois dimensions de la culpabilité occidentale sont convoquées séparément ou simultanément dans ce type de réaction : dimension historique, dimension politico-diplomatique et dimension sociologique, qui convergent dans l’argumentation par l’islamophobie européenne.

La justification par l’histoire

31Selon ce cadrage des événements non proprement turc – mais abondamment relayé en Turquie –, le lourd passé colonialiste de la France doit être rappelé pour comprendre les gestes extrêmes des auteurs d’attentats dont les origines maghrébine et musulmane sont systématiquement rappelées. En d’autres termes, c’est parce que la France a opprimé les peuples de l’Afrique et du Moyen-Orient que les enfants de ces peuples se comportent de la sorte maintenant. L’article de Yeni Akit du 16 novembre 2015 intitulé « La France exploite l’Afrique » (p. 7) – qui fait écho à celui du 11 janvier 2015 (p. 13), « Le passif criminel de la France est lourd », est une des expressions les plus frappantes de ce mode d’interprétation.

32Dans cette optique, pour convaincre de la culpabilité historique de la France, on a vu circuler sur Twitter des photos de charniers ou de scènes de torture attribuées à la guerre d’Algérie.

Necip Fazıl Aksoy Je n’approuve pas l’agression de Paris mais j’avoue que j’ai du mal à chasser de mon esprit toutes les exactions que la France a commises principalement en Algérie, en Libye et au Mali… !

https://twitter.com/​NFAKSOY/​status/​665343001997262849

33Les attentats au Mali quelques jours après ceux du Bataclan ont permis à certains d’abonder dans cette explication par le passé colonial français, établissant un lien entre Bamako et Paris (Alçı 22/11/2105) nonobstant le fait que la revendication provenait au Mali d’un groupe affilié à Al-Qaïda.

  • 63 « (...) et tout ça pour la poursuite d’un mode de vie agréable et confortable par le maintien à bas (...)

34Plus largement, au-delà du cas de la seule France, les chroniqueurs de tout bord ont été nombreux à rappeler le déroulement des événements depuis l’intervention américaine « post-11 septembre 2001 » en Afghanistan et l’occupation de l’Irak en 2003, laissant entendre que les interventions armées répétées des Occidentaux et leur complicité avec les régimes autoritaires de la région ont produit ce terrorisme d’humiliés (Aşık 15/11/2015)63.

  • 64 Relatant l’attaque, il écrit dans ce même éditorial : « (...) et des personnes innocentes ont aussi (...)

35Enfin, un autre cas d’utilisation de l’histoire, pour le moins surprenant, peut être cité. C’est celui des éditorialistes turcs qui ont fait référence aux guerres de religion du seizième siècle pour suggérer que les affrontements de nature religieuse étaient finalement dans l’ADN du peuple français ! Hinçal Uluç de Sabah, plus connu pour ses commentaires sportifs, a développé cette explication le 10 janvier 2015 (p. 19). Pour ce dernier, la comparaison souvent faite entre l’attaque contre Charlie Hebdo et le 11 septembre 2001 n’est pas justifiée parce que, dans le premier cas, les cibles avaient été soigneusement choisies et n’étaient pas totalement innocentes64.

36Et en rappelant le 16 novembre 2015 que « L’origine de tous les problèmes se situe en Palestine », le respecté chroniqueur d’Hürriyet (p. 12) Mehmet Y. Yılmaz semble aussi accorder du crédit à ce mode d’explication historique, en laissant entendre que les violences à Paris sont le produit à peine dérivé de la violence faite au peuple palestinien par les grandes puissances depuis la création de l’État d’Israël. Et de conclure : « Tant que la question palestinienne ne sera pas résolue, il sera impossible de corriger la psychologie dominante dans ces pays comme de vaincre les courants radicaux ».

37Toute l’histoire européenne postcoloniale, coloniale et même précoloniale semble convoquée – puisque certains journalistes ou certains utilisateurs de Twitter n’hésitent pas à remonter aux Croisades pour évoquer le ressentiment accumulé dans les pays musulmans du Proche et Moyen-Orient – et c’est là un argument internationalement mobilisé – en guise d’explication des violences parisiennes. Comme l’a récemment montré un médiéviste britannique (Roche 12/7/2017), il y a une obsession « Croisés » des partisans de l’E.I. qui diffuse un usage spécifique – par rapport à d’autres groupes radicaux qui l’ont précédé ou qui sont en concurrence avec lui – de la référence aux Croisades. Selon ce narratif asséné par les médias de l’E.I. et largement relayé, il y a une évidente continuité entre les Croisades du Moyen Âge et les opérations militaires des pays occidentaux au Proche et Moyen Orient depuis la Première Guerre mondiale. En Turquie, cette comparaison a une histoire aussi nationale – et entre en résonance avec le narratif E.I. – puisqu’elle est pratiquée depuis longtemps, à droite comme à gauche (Türkyılmaz 26/9/2016). La référence aux Croisés s'est même banalisée ces derniers temps en Turquie, au point que le terme « Croisés » est devenu un équivalent d'« Occidentaux » dans le discours politique dominant. Parallèlement, la figure du Croisé s'est diffusée dans l'imagerie djihadiste, faisant du combattant djihadiste une sorte d'anti-Croisé.

La justification par la politique et la stratégie occidentales actuelles

  • 65 Ainsi, Melih Aşık écrit dans sa chronique de Milliyet du 17 novembre 2015 : « Il est bien connu de (...)

38La référence aux exactions actuellement commises par la France – ou l’Europe, ou l’Occident, selon la logique des amalgames qui prévaut – sert aussi à fournir des éléments d’explication des gestes terroristes. Ainsi, le 11 novembre 2015, Yeni Akit s’est distingué par un article p. 11 titré « Massacre perpétré par la France à Raqqa. La France a massacré des civils à Raqqa ». Le raisonnement est simple : les auteurs des attentats ne font que venger les victimes des exactions contemporaines de la France en Syrie, voire en Irak. De même, les pays européens sont accusés de soutenir le terrorisme du PKK65. Ce qui aurait pour effet de déstabiliser la région et d’alimenter le développement du terrorisme en général, dont celui de l’E.I.

39Même le quotidien socialiste Birgün rejoint, à sa façon, les journaux pro-gouvernementaux. « Et l’E.I., la dernière génération des créatures du nouveau système impérialiste en Syrie et en Irak peut frapper jusqu’à la capitale de l’Europe, Paris », écrit ainsi Nihal Kemaloğlu dans un éditorial (18/11/2015).

La justification sociologique

  • 66 Un jour après, Nihat Ali Özcan dans sa chronique de Milliyet utilisait presque les mêmes termes et (...)

40La convocation assez récurrente d’explications d’ordre sociologique participe de cette même tendance à trouver de bonnes raisons « objectives » – et à charge pour l’État français voire pour la société française dans son entier – aux comportements radicaux. L’argumentation est la suivante : les décennies de négligence et de discrimination de l’État français vis-à-vis des quartiers populaires à forte population immigrée ont eu pour conséquence de faire émerger, en réaction, des comportements extrêmes désespérés. La « révolte française des banlieues » de novembre 2005 est ainsi très fréquemment convoquée par ce genre d’argumentaire. De la sorte, Melih Pekdemir (16/11/2015), le chroniqueur de Birgün, écrit : « Les jeunes musulmans, les “enfants maghrébins” ostracisés et rejetés se sont révoltés dans les banlieues de Paris66 ». En somme, la violence manifestée dans les actes terroristes ne serait qu’un dérivé de la violence étatique et sociétale se manifestant par des humiliations quotidiennes à l’encontre des populations musulmanes de France. Ce mode d’interprétation, qui insiste sur le fait que les principaux auteurs des attentats sont des citoyens français ou européens – comme les victimes sont aussi en majorité des citoyens européens, il s’agit donc d’une affaire interne ! –, est très imbriqué avec celui qui consiste à rendre l’islamophobie française et européenne presque « mécaniquement » responsable de ces actes violents (voir ci-dessous §42).

41L’histoire des migrations vers l’Europe est aussi mobilisée – toujours succinctement et sommairement – dans nombre de réactions pour dénoncer les discriminations répétées dont les populations issues de l’immigration ont été et sont encore victimes. Le tableau de Molenbeek brossé par le correspondant du quotidien Hürriyet à Paris va dans ce sens (18 novembre 2015, p. 9), en s’efforçant de distinguer les bons immigrés (originaires de Turquie) des autres.

L’argument de l’islamophobie comme outil de légitimation nationale et internationale

  • 67 L’ancien député européen Yurttagül, dans son éditorial de Zaman du 22 novembre 2015 (p. 13), associ (...)

42Enfin, dans la prolongation directe des trois arguments précédents (historique, diplomatique et sociologique), une forme d’explication du comportement violent des auteurs des attentats est fournie qui réalise un transfert de responsabilité : les auteurs de l’attentat sont en fait, en tant que Musulmans, des victimes d’une attitude européenne discriminatoire à leur endroit. À ce stade, il n’est pas simple de faire le partage entre les efforts d’explication ou de rationalisation des événements et certaines formes de justification de l’horreur. Le thème de la « montée de l’islamophobie67 » en Europe occidentale et tout particulièrement en France, central dans l’argumentaire des apologistes, se retrouve dans les « explications » produites. La dénonciation de l’« islamophobie européenne », relayée au plus haut par les autorités turques, est paradoxale dans la mesure où la dénonciation de la discrimination dont sont victimes les Musulmans en Europe contribue à alimenter une vision des rapports sociaux qui oppose les Européens aux Musulmans et naturalise cette opposition.

  • 68 Think tank très proche de l’AKP, qui a produit plusieurs rapports sur l’islamophobie en France et e (...)

43Le mode d’explication par l’islamophobie renvoie à un contexte bien précis, à la fois turc et international, sur lequel il convient de revenir rapidement. En effet, depuis le milieu des années 2000 – et tout particulièrement le mandat présidentiel de M. Sarkozy –, l’islamophobie française a fait l’objet d’un véritable usage instrumental et politique des discriminations faites à l’encontre des Français de confession musulmane. Orchestré à la fois par des associations turques de France, des experts et chercheurs turcs, par certaines institutions étatiques ou paraétatiques (à la manière du think tank SETA68) comme par des responsables politiques turcs. Le tout abondamment relayé par les médias, au premier rang desquels la presse pro-gouvernementale, en position de plus en plus hégémonique. Et ce, sans référence aucune aux travaux scientifiques conduits en France et qui révèlent la réalité de discriminations à l’encontre des Musulmans. Ceci, afin de mieux renforcer à la fois les dispositions nationalistes turques, mais aussi de critiquer de manière indirecte le modèle de la laïcité turque, lui-même fortement inspiré par l’exemple français.

44Dans ce contexte, les références à l’islamophobie française et européenne sont donc innombrables dans les réactions turques aux attentats. Elles prennent des formes variables et s’accompagnent généralement, pour la France, d’une critique récurrente de la laïcité à la française. Un article daté du 15 novembre 2015 paru dans le journal Zaman (p. 18) « Que nous apprend la terreur à Paris ? » nous offre une version savante de cet argumentaire. Rédigé par un universitaire, il se conclut de la manière suivante :

L’existence de l’E.I. et d’organisations terroristes de cette espèce est la conséquence des politiques nationales et internationales des pays occidentaux et de la négligence dont ont souffert les Musulmans privés de la possibilité de vivre l’islam comme une religion et de transmettre celle-ci aux jeunes générations.

  • 69 Journaliste emprisonné fin décembre 2016 et toujours, fin novembre 2017, derrière les barreaux sans (...)

45Au total, il n’y a guère que Cumhuriyet qui ne fasse pas référence à l’islamophobie comme facteur explicatif des attentats de Paris ou qui, en tout cas, s’emploie à relativiser le poids de cette variable. De façon presque provocatrice, un article d’Ahmet Şık69 intitulé « Le problème ce n’est pas l’islamophobie mais la liberté de la presse » (Cumhuriyet, 8 janvier 2015, p. 14) prend précisément pour cible le discours déployé par les officiels turcs, en s’appuyant sur les propos d’un ancien correspondant de Libération en Turquie, Ragıp Duran.

Filtre nationaliste et matrice complotiste

Le nationalisme, une valeur bien partagée et à usages multiples

46Un des arrière-plans communs à toutes les réactions exprimées est formé par une méfiance nationale – sentiment d’appartenir à un pays incompris et mal aimé en Europe –, qui paraît colorer plus ou moins chacune d’entre elles. Ce nationalisme souvent obsidional est sans doute une des valeurs les plus partagées, produit d’une socialisation insistante et multiforme. Il a à voir avec le « consensus obligatoire » dont parle Étienne Copeaux (2000) et avec les modalités de définition de la communauté nationale. Chaque sujet de celle-ci est sommé d’adhérer à cette croyance et intègre, parfois malgré lui, une certaine idée de l’exceptionnalité de sa nation et de la situation de celle-ci.

47Résultat d’une puissante socialisation politique exercée depuis la prime enfance, ce sentiment confine parfois à la paranoïa et conduit à lire l’actualité internationale à l’aune d’injustices passées répétées dont le traité de Sèvres (1920) – qui, au lendemain immédiat de la Première Guerre mondiale proposait un découpage de l’Anatolie au bénéfice des puissances européennes et de leurs alliés régionaux – serait l’expression emblématique la plus frappante et scandaleuse. En bref, dès sa naissance, la Turquie aurait été confrontée à l’avidité hostile, franche ou déguisée, et au mépris des Européens. Et elle ne devrait son existence actuelle qu’à une héroïque résistance et méfiance de tous les instants. Ce sentiment s’exprime à travers une rhétorique anti-impérialiste convoquée par toutes les familles idéologiques. Ainsi par exemple, même l’assez virulent journal populaire d’opposition à l’AKP Sözcü semble rejoindre la presse pro-gouvernementale quand il s’agit de dénoncer l’Union européenne et le traitement inégal qu’elle réserve à la Turquie, notamment en matière de gestion des mobilités turques (Sözcü, 13 janvier 2015, p. 6).

  • 70 Fin mars 2017, le président turc Erdoğan déclarait « Les masques sont tombés », laissant entendre q (...)

48Cependant, la croyance ancrée en une hypocrisie et un mépris européens originels70 – alimentés par le persistant différentiel de niveau de vie et de niveau moyen d’éducation – a pris un autre tour à la faveur de la crise économique européenne depuis la fin des années 2000. Dès lors, suite à une inversion des polarités dans les représentations, commence à se développer un sentiment de supériorité – puisant au besoin dans les grandeurs de l’Empire ottoman dont la Turquie actuelle se veut l’héritier principal – qui argue du supposé déclin de l’Europe, de sa prétendue déliquescence morale et de son vieillissement démographique et spirituel. Enfin, on assiste depuis quelques années à une culturalisation croissante de l’écriture de la relation à l’Europe, celle-ci étant de plus en plus décrite comme l’Occident chrétien (Kalın 2016).

49Ainsi, le complotisme est consubstantiel au sentiment national. À partir du moment où l’on soupçonne l’Europe d’un double jeu vis-à-vis de la Turquie depuis la naissance de celle-ci, tous les récits complotistes peuvent s’épanouir. Ces derniers recourent abondamment au terme de perception (algı), la volonté acharnée de domination de l’Europe sur la Turquie passant par des stratégies de production de perceptions négatives. Qu’il convient de contrer par la production systématique de contre-perceptions. Le réflexe de l’explication complotiste – qui permet de se dispenser d’un examen des causes et des responsabilités en renvoyant à une raison extérieure – existe dans tout le spectre idéologique. Un fameux éditorialiste de Sabah, se référant au feuilleton télévisé américain The State Within (2006), y cède dès le 9 janvier 2015 (p. 4) en qualifiant l’attaque contre Charlie Hebdo d’« opération profonde » s’inscrivant dans un plan global à déchiffrer.

Les entrepreneurs de la peur ou le commerce du complot

50Si les commentateurs politiques proches de l’AKP ont en commun de dénoncer l’existence d’un vaste complot à l’encontre de la Turquie et des Musulmans à travers leurs commentaires sur les attentats en France, ils ne sont pas les seuls à partager cette lecture paranoïaque du monde. La forme la plus achevée du soupçon est résumée dans un tweet de novembre 2015 :

ESMA #EVET tr La France peut avoir organisé elle-même cette attaque.
Juste pour accroître l’islamophobie et pour pouvoir dire « terroristes » aux Musulmans.

https://twitter.com/​esma_fb_3437/​status/​665404259308040193

51Quels que soient la sensibilité idéologique et le capital culturel des locuteurs, le doute par rapport aux événements semble latent dans une grande partie des réactions exprimées. Cette fondamentale disposition au doute par rapport aux interprétations des événements proposées constitue probablement un des principaux ressorts des ambiguïtés turques.

52Certains journalistes « opposants » hard kémalistes partagent dans une certaine mesure une même vision d’une action impérialiste capitaliste visant la Turquie. Celle-ci découle de l’historiographie officielle turque obsidionale, du projet hégémonique de l’AKP mais également d’intérêts privés matériels. En effet, les ouvrages complotistes occupent régulièrement la tête des ventes de livres et surtout d’audience télévisée. Ils sont sources d’importants revenus financiers ainsi que l’atteste le cas du journaliste « opposant » Soner Yalçın. Ce dernier illustre parfaitement la frontière poreuse entre fiction et journalisme à travers son style ou encore son rôle de conseiller de la série télévisée populaire, nationaliste et complotiste Kurtlar Vadisi (La vallée des Loups). Ces différents promoteurs du complot, auteurs d’ouvrages à ce sujet peuvent être considérés comme des « entrepreneurs de la peur ».

53Melih Aşık, journaliste respecté par sa formation – il est diplômé du lycée privé francophone Saint-Benoît et de « l’ENA turque » (Faculté des sciences politiques d’Ankara) – et son expérience journalistique, dans le quotidien Milliyet – très proche du gouvernement depuis son rachat en avril 2011 – illustre bien le conspirationnisme nationaliste et la contamination généralisée par le soupçon (kuşku) de tout le corps social, élites éclairées comprises. Dans un article du 17 novembre 2015 intitulé « l’E.I. et la Turquie », il introduit le soupçon sur les véritables auteurs des tueries attribuées à l’E.I., en parlant d’abord de la Turquie : « Est-ce que les explosions de Suruç et d’Ankara n’auraient pas été organisées par certains services secrets utilisant des militants de l’E.I. ? Ce doute nous l’avons déjà exprimé auparavant. Il se renforce de jour en jour ». Et une fois le ver du doute introduit, toutes les extrapolations sont permises…

  • 71 Pensons à l’article mensonger du quotidien İstanbul Ekspres ayant causé les émeutes de septembre 19 (...)

54Néanmoins il existe des divergences idéologiques au sein de cette catégorie : la principale différence entre les complotistes conservateurs musulmans et les complotistes « hard kémalistes » repose sur leur mise en avant ou non de l’islamophobie, mais également sur leur appartenance ou non à un réseau très organisé public et privé pour relayer leurs informations, à l’instar des commentateurs politiques proches de l’AKP. En effet, ces derniers ne sont que le dernier avatar de la longue tradition de guerre psychologique qui a marqué le pays durant la guerre froide mais également lors du coup d’État « post-moderne » de 1997 à l’encontre de l’islam politique71. Dans une certaine mesure, l’AKP s’est approprié les méthodes non-démocratiques militaires en les renouvelant, notamment en investissant l’espace des réseaux sociaux, ceci afin de discréditer ses opposants et d’assurer son projet hégémonique. L’ennemi combattu s’est également transformé, passant de la lutte contre l’islam dit réactionnaire sous les généraux à la lutte contre les Turcs et Européens accusés d’islamophobie sous ce gouvernement. L’objectif, lui, reste inchangé : maintenir le pouvoir au détriment des opposants démocratiquement élus.

Le complot des conservateurs musulmans : des actes destinés à salir l’image de l’islam

  • 72 Pour reprendre le stimulant concept forgé par Gérôme Truc.

55C’est encore une fois Yeni Akit qui va le plus loin dans la restriction paranoïaque du concernement72, avec cet article du 10 janvier 2015 : « La cible c’est l’islam, les Musulmans et la Turquie en plein essor » (p. 7). Ici, un glissement est opéré entre l’islam et les Musulmans – envisagés globalement, sans grand discernement sociologique, historique ou géographique – et la Turquie érigée en égérie valeureuse des pays musulmans révoltés contre l’injustice occidentale.

56Il n’y a que Yeni Akit parmi la presse écrite – sur Twitter, cette méfiance est beaucoup plus rapide – qui introduise ouvertement le soupçon dès le lendemain des massacres de Charlie Hebdo (dans sa une du 8 janvier 2015), en parlant de provocation avec ce titre explicite : « Provocation bien ciblée ! ». Le renversement opéré – le tueur devenu victime, et la victime, responsable – s’accompagne d’une réduction du diaphragme de l’effort de compréhension jusqu’au retour à soi. Sur Twitter ce type de réaction est très fréquent et souvent agrémentée d’antisionisme voire d’antisémitisme flagrant.

Tuba Kılıcıkan Cette attaque au cœur de Paris en pleine journée est un produit de l’État français. Le but est de consolider l’équation islam = terrorisme #CharlieHebdo

https://twitter.com/​TubaKlckn/​status/​552855039694606336

zuntikam trop facile #charliehebdo ; tu armes 2 types pour qu’ils fassent une descente contre le magazine et ensuite t’as transformé en terroristes 2 milliards de Musulmans. Où allez-vous bombarder ?

https://twitter.com/​zntkm/​status/​552883603383013376

Mihriban Türk Cette attaque intervient juste au moment où l’islamophobie et le racisme montaient en puissance. Ça sent le MOSSAD à plein nez… ! #Charliehebdo

https://twitter.com/​Mihriban_merent/​status/​552846585412190208

Complot pour la « gauche » anti-impérialiste et séculière

Je condamne vivement la terreur et le monstre E.I. qu’ont créé l’impérialisme aspirant à réorganiser le Moyen Orient en fonction de ses propres intérêts et ses supplétifs sectaires dans la région (comme le Qatar)#Paris

57C’est ainsi, reprenant son tweet de la veille, que le célèbre journaliste Uğur Dündar, longtemps présentateur de journal télévisé sur les chaînes les plus suivies, conclut son article du 15 novembre 2015 dans Sözcü.

58À cet égard, c’est tout particulièrement en novembre 2015 que ce type d’interprétation a été perceptible, compte tenu du fait que les attentats de Paris ont coïncidé avec la tenue du G20 à Antalya (dans le sud de la Turquie). Dans ce cas, un rejet de l’ensemble des dirigeants des pays qui dominent l’économie mondiale – Turquie comprise – est opéré, ainsi qu’un lien entre les violences de Paris et celles, à peu près concomitantes, de Beyrouth, de Palestine, du Kurdistan turc ou d’Ankara.

#вуdǯяiη™ La France #paris est un pays qui soutient le terrorisme
Ne SOYEZ PAS SURPRIS de voir qu’elle paie son tribut à la terreur ! ! !
Vils FLATTEURS d’Europe
REGARDE>
[Titre de l’article partagé] Le terroriste recherché par la Turquie à l’Assemblée Nationale

http://twitter.com/​ByD3RiN/​statuses/​665404847122984962

  • 73 Yaşlı (15/11/2015), dénonçant « l’alliance dangereuse entre l’impérialisme et l’arriérisme », repre (...)
  • 74 La déclaration de Vladimir Poutine au cours du sommet du G20 de novembre 2015 selon laquelle « cert (...)
  • 75 Dans son article de Sözcü du 15 novembre 2015 intitulé « Paris », Yılmaz Özdil propose même une lec (...)
  • 76 Cette disposition, loin d'être propre à la Turquie, est très présente en Europe. Voir Trom (2007) p (...)

59Özgür Gündem est le journal le plus tenté par ce type d’interprétation, aussi repérable chez certains chroniqueurs de Birgün73, Sözcü ou de Cumhuriyet. Pour ces derniers, l’interprétation est la suivante : l’AKP est une création des États-Unis dans le cadre de leur projet hégémonique au Proche et Moyen-Orient, l’E.I. est aussi une création, monstrueuse, des États-Unis (ou plus largement de l’impérialisme occidental74) soutenue par les gouvernements AKP ; donc les attentats ne sont que les produits dérivés de la guerre impérialiste menée par les États-Unis et leurs alliés en Syrie et en Irak au détriment des peuples de la région pour consolider leurs positions et continuer à contrôler les ressources pétrolières75. Tentées par ce mode d’interprétation, la gauche et l’extrême gauche nationaliste de Turquie parviennent en définitive à formuler le même soupçon sur les causes « réelles » des attentats que certains milieux conservateurs religieux, tout aussi nationalistes. Et l’antisionisme, disposition commune à un large spectre du champ politique turc, vient se greffer à l’anti-impérialisme, l’alliance des États-Unis avec l’État israélien étant largement dénoncée à gauche, de même que l’alliance entre la Turquie et Israël76.

60Pour Özgür Gündem et les partisans du mouvement kurde de Turquie, la principale différence d’interprétation réside dans l’inclusion du peuple kurde parmi les peuples de la région victimes du jeu machiavélique de l’impérialisme occidental et dans l’inclusion de l’État turc dans la coalition des forces impérialistes. Cependant, compte tenu du soutien déterminant des États-Unis aux forces kurdes de Syrie dans leur combat contre l’E.I. – notamment à Kobanê « libérée » fin janvier 2015 –, le discours anti-impérialiste tend à se concentrer davantage sur la Turquie.

Notes

53 Opposition reprise, fondée historiquement et presque théorisée par Kalın (2016).

54 Dans la même veine, après la marche organisée par le gouvernement français, Hürriyet titrait le 12 janvier 2015 (p. 2), « C’est l’humanité entière qui a marché. Paris Monde ». Même Devlet Bahçeli, le leader du parti ultra-nationaliste MHP a déclaré après l’attaque contre Charlie Hebdo : « Ils ont tiré sur l’humanité » (Cumhuriyet, 10 janvier 2015, p. 7).

55 José Luis Zapatero est élu en 2004 juste après les attentats du 11 mars, ce qui n’est pas anodin pour le sujet. Son prédécesseur, José María Aznar était un allié de George W. Bush dans la « guerre au terrorisme », jusqu’en Irak (Merci à Gérôme Truc pour ces précisions). Zapatero et Erdoğan ont lancé en 2005 le forum de l’Alliance des civilisations des Nations Unies qui visait à promouvoir et coordonner officiellement une lutte commune politique, économique et sociale contre le terrorisme, unissant notamment pays occidentaux et arabes.

56 Depuis les années 1980, on assiste à un déclin de la place de la francophonie dans la presse turque. Mais francophonie implique de moins en moins francophilie. Les déçus de la France, pétris de culture française, sont légion. Sur l’histoire des relations culturelles franco-turques, voir Işıksel et Szurek (2014).

57 Ce qu’exprime très clairement Cengiz Semircioğlu dans une chronique de Hürriyet (supplément « Kelebek », p. 1) du 16 novembre 2015 : « Moi je suis né avec la terreur dans ce pays et jusqu’à présent je n’ai vécu que la terreur ».

58 Qualification intentionnelle et appuyée qui sera reprise par le même quotidien le 21 novembre 2015 (Sözcü, p. 21), dans l’article « La terreur islamique, après la France, frappe le Mali ».

59 Ou encore « La peur kurde de l’AKP » (Özgür Gündem, 17 novembre 2015, p. 14), « L’alliance AKP-Daech est de notoriété publique » (Özgür Gündem, 17 novembre 2015, p. 15), « L’AKP en voie d’E.I.’sation » (Özgür Gündem, 18 novembre 2015, p. 22), « On ne viendra pas à bout de l’E.I. sans au préalable casser l’AKP » (Özgür Gündem, 19 novembre 2015, p. 26).

60 Le journaliste Akıf Beki (diplômé d’arabe de l’Université d’Istanbul), porte-parole du Premier ministre Erdoğan entre 2006 et 2009, fait partie de ceux qui se sont le plus insurgés contre cette thèse de la collusion (voir son article paru dans Hürriyet, le 17 novembre 2015, p. 11)

61 Ou le non moins célèbre Ertuğrul Özkök dans le même journal Hürriyet du 21 novembre 2015, p. 27, à partir de la photo datée de 8 mois auparavant d’une des complices des auteurs de l’attaque du Bataclan, alors dans son bain moussant.

62 Idée reprise par le même quotidien le 17 janvier dans un article titré « On ne peut pas proférer des insultes sous les atours de la liberté d’expression » (Sabah, 17 janvier 2015, p. 27).

63 « (...) et tout ça pour la poursuite d’un mode de vie agréable et confortable par le maintien à bas prix du pétrole destiné à l’Occident. » Et de conclure, sous forme de conseil et d’avertissement à l’adresse de l’Occident : « Sans analyser sérieusement les sources de la terreur il sera impossible d’y trouver une solution ».

64 Relatant l’attaque, il écrit dans ce même éditorial : « (...) et des personnes innocentes ont aussi été tuées, dont la seule faute a consisté à se trouver sur les lieux au mauvais moment. »

65 Ainsi, Melih Aşık écrit dans sa chronique de Milliyet du 17 novembre 2015 : « Il est bien connu de tous que la France présente la terreur du PKK comme un combat pour la liberté » ; façon de dire, en assimilant l’E.I. au PKK, que la France joue avec le feu du terrorisme... et que ce jeu se paie inexorablement un jour (Aşık 17/11/2015).

66 Un jour après, Nihat Ali Özcan dans sa chronique de Milliyet utilisait presque les mêmes termes et le même argumentaire (Özcan 17/11/2015).

67 L’ancien député européen Yurttagül, dans son éditorial de Zaman du 22 novembre 2015 (p. 13), associe à l’islamophobie la montée de l’extrême droite en Europe.

68 Think tank très proche de l’AKP, qui a produit plusieurs rapports sur l’islamophobie en France et en Europe. Voir par exemple ses derniers rapports (2015 et 2016) sur l’islamophobie en Europe (en anglais) : http://file.setav.org/Files/Pdf/20160324132020_eir_2015.pdf et http://setav.org/en/assets/uploads/2017/03/EIR_20161.pdf. Par ailleurs, pour les nombreux événements organisés par SETA en Europe occidentale sur cette thématique, voir : http://www.islamophobiaeurope.com/ ou http://setadc.org/events/islamophobia/. L’auteur du chapitre concernant la France dans le rapport-2016 est l’activiste Yasser Louati, angliciste, porte-parole en 2015 du Comité Contre l’Islamophobie en France (CCIF).

69 Journaliste emprisonné fin décembre 2016 et toujours, fin novembre 2017, derrière les barreaux sans avoir été jugé.

70 Fin mars 2017, le président turc Erdoğan déclarait « Les masques sont tombés », laissant entendre que l’attitude hostile de certaines municipalités allemandes ou hollandaises vis-à-vis de la venue d’hommes politiques turcs pour participer à des meetings électoraux était révélatrice d’un manque général de sincérité vis-à-vis de la Turquie.

71 Pensons à l’article mensonger du quotidien İstanbul Ekspres ayant causé les émeutes de septembre 1955 contre la minorité ethno-religieuse Rum (Kuyucu 2005).

72 Pour reprendre le stimulant concept forgé par Gérôme Truc.

73 Yaşlı (15/11/2015), dénonçant « l’alliance dangereuse entre l’impérialisme et l’arriérisme », reprend étonnamment l’image du boomerang utilisée à maintes reprises par R.T. Erdoğan. L’idée est la suivante : les attentats terroristes contre les pays occidentaux, sur leur sol même, sont en fait le retour du boomerang de la guerre injuste que ces derniers mènent au Proche et Moyen-Orient au nom de leurs seuls intérêts.

74 La déclaration de Vladimir Poutine au cours du sommet du G20 de novembre 2015 selon laquelle « certains pays membres du G20 soutenaient l’E.I. » a ainsi été très largement reprise en Turquie, chaque commentateur l’interprétant à sa manière, incluant ou non l’État turc. Voir par exemple Zaman, 17 novembre 2015, p. 1.

75 Dans son article de Sözcü du 15 novembre 2015 intitulé « Paris », Yılmaz Özdil propose même une lecture globale des deux séries d’attentats centrée uniquement sur les intérêts pétroliers divergents des compagnies russes, chinoises, saoudiennes et occidentales. Pour lui, les questions identitaires et religieuses ne sont que de superficiels alibis destinés à tromper les peuples victimes des violences interminables au Proche et Moyen-Orient comme en Europe. Les ressorts de cette « rhétorique “critique” » sont exposés dans Peltier (2016 : 73-95).

76 Cette disposition, loin d'être propre à la Turquie, est très présente en Europe. Voir Trom (2007) pour le cas français.

Table des illustrations

Légende Serkan Keskin Les actes de terreur n’auraient donc toujours lieu que dans le monde musulman ; à #Paris un peu le tour 
Crédits https://twitter.com/​SerkannKeskin53/​status/​665430205712998400
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Légende AK Aile Le terrorisme c’est comme un boomerang : il finit implacablement par frapper l’endroit d’où il sort. Grand Leader R.T. ERDOĞAN #Paris
Crédits https://twitter.com/​kartalceyhunn/​status/​665357155512532992
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Légende Necip Fazıl Aksoy Je n’approuve pas l’agression de Paris mais j’avoue que j’ai du mal à chasser de mon esprit toutes les exactions que la France a commises principalement en Algérie, en Libye et au Mali… !
Crédits https://twitter.com/​NFAKSOY/​status/​665343001997262849
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Légende ESMA #EVET tr La France peut avoir organisé elle-même cette attaque. Juste pour accroître l’islamophobie et pour pouvoir dire « terroristes » aux Musulmans.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Légende Tuba Kılıcıkan Cette attaque au cœur de Paris en pleine journée est un produit de l’État français. Le but est de consolider l’équation islam = terrorisme #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​TubaKlckn/​status/​552855039694606336
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Légende zuntikam trop facile #charliehebdo ; tu armes 2 types pour qu’ils fassent une descente contre le magazine et ensuite t’as transformé en terroristes 2 milliards de Musulmans. Où allez-vous bombarder ?
Crédits https://twitter.com/​zntkm/​status/​552883603383013376
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Légende Mihriban Türk Cette attaque intervient juste au moment où l’islamophobie et le racisme montaient en puissance. Ça sent le MOSSAD à plein nez… ! #Charliehebdo
Crédits https://twitter.com/​Mihriban_merent/​status/​552846585412190208
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-7.png
Fichier image/png, 22k
Légende #вуdǯяiη™ La France #paris est un pays qui soutient le terrorismeNe SOYEZ PAS SURPRIS de voir qu’elle paie son tribut à la terreur ! ! !Vils FLATTEURS d’EuropeREGARDE>[Titre de l’article partagé] Le terroriste recherché par la Turquie à l’Assemblée Nationale
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2299/img-8.png
Fichier image/png, 155k

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search