Version classiqueVersion mobile

Ambiguités turques

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Isabelle Gilles
, 
Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto
, 
et al.

II. Description et caractérisation globale de la réaction aux événements

Texte intégral

  • 26 L’attaque contre Charlie Hebdo étant survenue en fin de matinée, les premiers tweets sont tombés en (...)

1Qu’il s’agisse de la presse écrite ou de Twitter, le temps de réaction aux événements meurtriers en France est assez court. Avec un pic d’intensité au lendemain des événements pour la presse écrite et dans les heures qui suivent – avec un décalage selon l’heure à laquelle surviennent les événements – sur Twitter26. Rien d’étonnant à ceci près, plus spécifique à la Turquie, que l’actualité de la violence y est particulièrement chargée (pour ne pas dire saturée). La violence lancinante à l’est du pays comme aux frontières sud-est a pour effet de relativiser et de secondariser rapidement la violence qui survient ailleurs. Néanmoins cette violence proche, banalisée, fournit de permanents éléments de comparaison et de pondération.

Contextualisation de la réception turque des attentats français de 2015

  • 27 Publiées fin septembre 2005, les caricatures ont mis quelques mois à susciter des réactions hors du (...)
  • 28 Comme le rappelle nettement İbrahim Kalın, porte-parole du gouvernement turc dans son dernier ouvra (...)

2La réception turque des attentats en France de janvier 2015 et de novembre 2015 est influencée par un contexte national turc déjà très agité, source d’émotions internes qui sont diversement entrées en résonance avec les événements externes. D’autre part, l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015 fut d’autant plus central dans les débats en Turquie qu’il était lié à l’affaire dix ans plus tôt des caricatures du prophète dans le quotidien danois Jyllands-Posten qui avaient profondément marqué et divisé l’opinion turque. En effet, plusieurs manifestations se sont déroulées à ce propos en Turquie en janvier et février 200627. Et le jeune assassin du prêtre Andrea Santoro à Trabzon aurait déclaré lors de sa première audition par la police avoir commis son acte en représailles de la publication des caricatures (Atay et Arıkanoğlu 8/2/2006). L’islam, élément prétendument organique de l’identité turque28, est aussi un élément de crispation, notamment par la simplification binaire laïc/religieux constamment entretenue par les formations politiques concurrentes. C’est dire la pluralité des réactions qu’il est possible de rencontrer à la simple évocation de ce mot. La solidarité de Cumhuriyet avec Charlie Hebdo, exprimée à travers la publication simultanée en Turquie du numéro 1178 de Charlie Hebdo le 14 janvier alimenta les tensions et commentaires sur les attentats.

3D’autre part, la nouvelle de l’attentat du 13 novembre survient en Turquie au sein d’un enchaînement de faits d’actualité particulièrement conflictuels et douloureux. L’attentat de Suruç le 20 juillet 2015 (33 morts et plus de 100 blessés) est suivi presque immédiatement par la réactivation du conflit entre l’État turc et la guérilla kurde qui se déroule cette fois largement en zone urbaine (Pérouse 23/7/2015 ; 20/8/2015). Couvre-feux en cascade, destruction de biens privés et exode massif pour fuir la violence s’ensuivent dans le sud-est (UNHCR 2017). L’ouest du pays pleure et enrage aux annonces quotidiennes des morts de soldats et policiers. Politiquement, le pays est dans l’impasse car aucun gouvernement n’a pu être formé suite aux élections législatives du 7 juin. Malgré cela, le parlement vote début septembre une motion autorisant l’envoi des forces armées hors des frontières, rendant ainsi possible une entrée de la Turquie sur le terrain syrien. Sur la scène internationale, la situation en Syrie fait que la Turquie est tiraillée entre ses priorités et ses alliances parfois contradictoires. Des élections anticipées sont convoquées en novembre, mais le pays est endeuillé 3 semaines avant le scrutin par l’attentat le plus meurtrier de son histoire. 128 personnes perdent la vie et 246 sont blessées dans le double attentat à la bombe de la gare d’Ankara lors d’un meeting pour la paix et la démocratie convoqué par le HDP et les mouvances de gauche (Marcou 11/10/2015). Les élections de novembre sont remportées haut la main par le parti de la Justice et du développement qui forme sans tarder un gouvernement et se prépare aux enjeux du G20 que la Turquie accueille à Antalya les 15 et 16 novembre.

Presse écrite

4Pendant les 10 jours qui suivent l’attentat de Charlie Hebdo, parmi les 458 articles qui couvrent l’événement, 151 apparaissent en une (11 manchettes, 40 tribunes et 100 autres à la une), 255 comportent des visuels (dont 82 visuels d’archive). Parmi ces articles, 181 sont des commentaires.

5Les attentats de novembre 2015, quant à eux, donnent lieu à une moins large couverture. En effet, 293 articles sont publiés dans les 10 jours qui suivent, dont 127 « unes » (22 manchettes, 32 tribunes et 73 autres à la une). Parmi eux 119 sont des commentaires et 161 comportent des visuels (dont 30 sont des visuels d’archives).

6Cette relativement plus faible couverture des seconds attentats par rapport aux premiers peut s’expliquer d’un côté par une banalisation des attentats en France, mais aussi en Turquie la même année (voir ci-dessus). L’actualité interne et régionale de novembre est chargée – on l’a suggéré plus haut, l’été et le début de l’automne 2015 furent meurtriers – et a fait de l’ombre aux événements de Paris. Le pouvoir symbolique des caricatures du Prophète et leur reproduction par un quotidien turc explique d’autre part l’intérêt particulier des journalistes turcs pour l’attentat contre Charlie Hebdo. Les polémiques qui suivent la publication des caricatures de Charlie Hebdo par le journal Cumhuriyet donnent lieu à de nouveaux articles ; ce qui explique le nombre d’articles sur Charlie Hebdo.

7En ce qui concerne les attentats de janvier – et rappelons-le, c’est principalement l’attaque contre Charlie Hebdo qui retient l’attention de l’opinion turque –, Cumhuriyet, quotidien kémaliste républicain et socio-démocrate est de loin le journal qui publie le plus d’articles et leur donne la plus grande visibilité (123 dont 57 en une durant le laps de temps considéré). Et c’est surtout le quotidien qui réagit le plus vite et le plus massivement, dès le lendemain (14 articles le 8 janvier 2015, contre 6 pour Yeni Şafak, 2 pour Hürriyet et un seul pour les autres). En effet, c’est le surlendemain – 9 janvier – que les autres journaux publient le plus d’articles sur les événements survenus en France : 10 pour Yeni Şafak, 7 pour Hürriyet, et 5 pour Yeni Akit...

8Au niveau de la comptabilisation totale, Cumhuriyet est suivi de Yeni Şafak (83 articles, dont seulement 19 en une), puis de Hürriyet (59 dont 17 en une), Yeni Akit (45 dont 12 en page 1), Sabah (43 dont 15 en page 1), Zaman (42, dont 8 en page 1), Özgür Gündem (36) et Sözcü (28).

9Cumhurriyet est encore le journal couvrant le plus les attentats de novembre 2015 à Paris avec 63 articles, dont la moitié (31) en page 1. Il est suivi par Yeni Şafak (48 dont 14 seulement en page 1), puis Hürriyet (39 dont 14 en page 1), Sabah (33 dont deux tiers en page 1), Özgür Gündem (32 dont 8 en page 1), Zaman (30 dont 12 en page 1), Sözcü (23 dont 15 en page 1) et Yeni Akit (26 dont 7 en page 1). Globalement la salve de novembre 2015, malgré le nombre de victimes beaucoup plus important que celui de janvier 2015 – si tant est que ces considérations quantitatives fassent sens – a été moins couverte que celle du début d’année.

  • 29 Et pour les 13 autres articles : « Je suis Charlie », « Réaction tardive d’Ankara », « La terreur e (...)

10Se dégage donc clairement une sensibilité forte aux attentats en France du journal Cumhurriyet. Le 8 janvier 2015, Cumhuriyet consacrait 14 articles à l’attaque contre Charlie Hebdo, avec pour manchette « Ils ont assassiné la pensée. Massacre contre la presse à Paris »29. En écho, le 14 novembre 2015, le même journal titrait en manchette « Terreur à Paris. Vendredi noir à Paris ».

11La manchette du 8 janvier 2015 de Yeni Şafak – le quotidien le plus directement et organiquement pro-gouvernemental – était plus neutre et ne se référait pas à la thématique de la liberté de la presse contrairement à celle de Cumhuriyet : « Massacre à Paris. Journée sanglante à Paris : 12 morts ». Les cinq autres articles du lendemain de l’attaque, ouvrant des horizons d’interprétation assez différents de ceux de Cumhuriyet, avaient pour titre, respectivement : « L’islam ne tolérera jamais la terreur religieuse », « Le complot du 7 janvier et le Gladio européen », « Le 11 septembre de la France », « Horreur à Paris » et « Ne va-t-on pas parler d’islamophobie ? ». Yeni Akit, tabloïd pro-gouvernemental, conservateur religieux, exprime pour sa part de prime abord, en manchette du 8 janvier 2015, ce que sous-entend Yeni Şafak dans un de ses articles dans le corps du journal : « Une provocation bien ciblée ». Pour les attentats de novembre, Yeni Akit est le seul journal à ne pas évoquer les événements dans son édition du 14 novembre 2015, pour ne les traiter que dans son édition du surlendemain avec « seulement » 6 articles, dont un en première page à la formulation pour le moins ambiguë : « Ils ont brûlé, ils ont été brûlés ». Les articles des jours immédiatement suivants sont de la même veine : 9 janvier 2015 (5 articles) : « C’est l’Occident l’auteur », « C’est l’Occident l’auteur. Vous tuez des millions de gens, pensez-vous que cela allait rester sans représailles ? », « En France ? Quel hasard ? », « Vous avez compris que la vie est précieuse », « L’attaque de Paris reste pleine de points d’interrogation ». Le 10 janvier 2015 (3 articles) : « La cible c’est l’islam, les Musulmans et la Turquie en plein essor », « Échec pitoyable des arrestations : 90 000 policiers pour deux agresseurs » et « Ils ont commis leur massacre au milieu de 90 000 policiers » ; puis le 11 janvier 2015 (4 articles) : « Ce que j’ai à dire à l’Europe et aux gangs de l’État parallèle », « Le nouvel objectif c’est le Yémen ? », « La panique et la peur continuent en France » et « Le passif de la France en matière de massacre est énorme ».

12Enfin quant à Hürriyet, quotidien libéral de centre droit, sa manchette du même jour était formulée ainsi : « Le monde en état de choc. Ce fut leur dernier numéro » ; et les articles suivants, qui situent assez bien Hürriyet entre Cumhuriyet, sur la question de la liberté de la presse, et Yeni Şafak, par la volonté immédiate de distinguer islam et terrorisme à une référence islamique : « Dernier coup de pied » (8 janvier 2015). Ce fut le 9 janvier que le nombre d’articles consacrés par ce journal fut le plus important (7 en tout) : « Les plumes ne vont pas se taire. Solidarité », « Cette fois le tirage sera d’un million », « Ils n’ont aucun respect pour Dieu », « À propos du massacre de Paris j’ai l’esprit à la fois clair et brumeux », « Terreur et islam », « Quand est-ce que les Musulmans seront citoyens du monde ? », et « Qui a mis ce dessin dans mon tiroir ? ».

  • 30 Dans ce cas précis Musa Kart dénonce le double langage du gouvernement turc : solidarité internatio (...)

13Concernant les attentats contre Charlie Hebdo, Cumhuriyet constitue un cas à part, du fait des liens personnels de certains journalistes du quotidien turc avec l’hebdomadaire français et d’une certaine fibre « satirique » assumée. Ainsi Musa Kart, caricaturiste attitré du journal ayant subi en 2004 et en 2014 deux procès très médiatisés intentés par le Premier ministre devenu Président Erdoğan pour insulte au Président et aux institutions turques, publia-t-il dans le journal Cumhuriyet dès le 9 janvier 2015 l’une des caricatures les plus critiques sur le « deux poids, deux mesures »30 pratiqué par la Turquie en matière de liberté d’expression.

Caricature de Musa Kart publiée dans le quotidien Cumhuriyet le 9 janvier 2015

14Dans ce dessin figure le Président Erdoğan devant une télévision transmettant des informations sur le massacre de Charlie Hebdo à la suite de quoi Erdoğan déclare « je dénonce cet attentat, pour ces caricaturistes 10 ans de peine de prison auraient été suffisants » en référence aux pressions liberticides dont sont victimes les caricaturistes politiques en Turquie. Ce quotidien constitue également une exception en tant qu’il est le seul journal de Turquie et du monde dit musulman à s’être fait le relais « local » officiel dans son numéro du 14 janvier 2015, par le biais de 4 pages, de caricatures de Charlie Hebdo traduites en turc, dont la dernière édition titrait « Tout est pardonné » et représentait en couverture le prophète Mahomet pleurant et portant une pancarte disant « Je suis Charlie ».Cette affinité particulière avec Charlie Hebdo s’expliquerait, d’après le rédacteur en chef du magazine satirique français, par un profond attachement commun à la laïcité (L. 14/1/2015). Le fait que Cumhuriyet ait subi depuis 1990 de nombreux attentats et tentatives d’attentats attribués à des islamistes peut également expliquer cette solidarité. Si Cumhurriyet n’a pas publié la couverture dans ses pages d’information, les auteurs Ceyda Karan et Hikmet Çetinkaya les publièrent dans leurs éditoriaux. En ce sens, Cumhuriyet a directement participé au transfert du débat sur le terrain turc en prenant le risque de se solidariser avec le magazine satirique français. Tout comme l’avait également fait, à une moindre échelle, le journal satirique turc Leman dans le cadre d’un numéro spécial daté du 12 janvier 2015 dans lequel les auteurs rendirent hommage à leurs collègues français en publiant des photos personnelles des dessinateurs français lors de leur séjour en Turquie. Le lendemain de la publication de Cumhuriyet, le siège du journal fut entouré par un cordon de policiers pour empêcher que les menaces de mort proférées à l’encontre du journal et de ses collaborateurs soient mises à exécution. Cette publication a déclenché l’ire généralisée. Outre les réactions de plusieurs représentants du gouvernement, dont le Premier ministre Davutoğlu, accusant le journal d’acte de « provocation », plus d’un millier de plaintes émanant de citoyens furent déposées dès le lendemain à l’encontre du journal pour « incitation à la haine » et « insulte aux valeurs religieuses », le tribunal saisi suspendit immédiatement la diffusion sur Internet de la une de Charlie Hebdo reprise par les deux chroniqueurs et les poursuivit en justice : deux ans de prison ferme ont été requis à leur encontre pour avoir relayé les caricatures (AFP 28/4/2016). Ceci explique également le nombre important d’articles sur cet événement. Quelques mois après avoir relayé des caricatures de Charlie Hebdo, Cumhuriyet fut encore au cœur d’une polémique et d’un nouveau procès intenté par le Président Erdoğan pour avoir diffusé fin mai 2015 des informations sur un transfert secret d’armes soutenu par le gouvernement AKP au profit de rebelles syriens (AFP 29/5/2015 ; Duran 27/11/2015).

15Les éditoriaux comptent parmi les formes d’articles les plus nombreuses : Yeni Şafak est le journal qui y a le plus recours (55 % pour janvier et près de 50 % pour novembre), suivi par Zaman (45 % pour janvier) et Cumhurriyet (42 et 46 %). Parmi les éditorialistes prodigues se distinguent Ertuğrul Özkök pour Hürriyet (d’ailleurs envoyé en France en novembre alors qu’il y a un correspondant pour Hürriyet dans le pays), et des éditorialistes réguliers de Yeni Şafak tels que Cem Küçük ou Abdülkadir Selvi ou de Yeni Akit (comme Abdurrahman Dilipak). Le recours aux correspondants est inégal. Zaman se distingue avec 40 % des articles (janvier) écrits par des correspondants et est suivi de Hürriyet (24 %) et Yeni Akit (17 %), Yeni Şafak (12 %), Sabah (9 %) et Cumhurriyet (7 %), Özgür Gündem (2 %).

16Toutefois, le journalisme de desk (ou de bureau, sans recours à un correspondant fixe) est très important et demeure dominant pour Sabah, Yeni Akit, Sözcü, Cumhurriyet et Özgür Gündem. Le recours aux agences reste relativement limité.

17Cette très large prégnance des commentaires de chroniqueurs sur les reportages de correspondants ou d’envoyés spéciaux n’est pas spécifique à ces deux attentats. Elle est caractéristique du journalisme en Turquie et s’explique par de nombreux facteurs : tardive professionnalisation du métier de journaliste, une logique d’économie des coûts, ou encore un rapport autoritaire à la vérité suivant lequel l’autorité du chroniqueur se substitue aux sources vérifiables qui n’est pas sans rappeler les travaux de Paul Veyne sur le statut de la vérité durant la Grèce Antique (Veyne 1992). Le chroniqueur en Turquie est un « acteur de changement » (Eisenstein 1979), il n’est pas neutre mais doit interpréter les faits, il agit dans une certaine mesure « comme un professeur enseignant à un public ignorant » (Kılıç Aslan 2016).

Twitter

18Les volumes d’informations sont bien supérieurs sur Twitter que dans la presse écrite et connaissent des vagues de popularité dues principalement à la réappropriation des événements survenus en France à travers le prisme et les catégories de perception d’événements internes à la Turquie.

19Rappelons d’abord le contexte d’actualité interne. Le 6 janvier, un attentat suicide commis en fin d’après-midi par une militante de Daech dans un commissariat du quartier touristique d’Istanbul, attribué au DHKP-C par les autorités turques, avait causé la mort d’un policier en faction et blessé un autre, marquant douloureusement l’actualité. Le matin du 7 janvier, le sujet de discussion en vogue sur Twitter était plutôt léger, les écoliers tentant d’obtenir la fermeture des écoles pour cause de chute de neige en interpellant les divers gouverneurs de province habilités à prendre cette décision. La courbe ci-dessous présente la répartition des 58 000 tweets du set, heure par heure, entre 11 et 23h.

Réception turque de l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo

Répartition des tweets du set de janvier par heure

  • 31 Nous renvoyons aux sources suivantes pour des informations sur l’origine (Le Progrès 7/1/2015), la (...)

20Au fil de la journée, suivant en cela la tendance mondiale31, le nombre de tweets comportant le hashtag #CharlieHebdo augmente rapidement et reste stable sur l’ensemble de la journée. Trendinalia identifie pour l’ensemble de la Turquie la tendance #CharlieHebdo à 14h locale en 6e position. À 15h, le hashtag se hisse au top du classement, qu’il occupe durant 5 heures sans partage, après quoi il connaît une petite baisse, retombant au 2e rang à 21h pour reprendre la tête du classement entre 22h et minuit (voir graphique ci-dessous). Pour se donner une idée des volumes échangés, notre échantillon de 58 000 tweets sur 12h signifie qu’une moyenne de 80 tweets par minute ont été publiés pendant cette période.

Comportement des 20 premières tendances en Turquie pour le mercredi 7 janvier d’après Trendinalia. La tendance #CharlieHebdo est représentée par la ligne violette émergeant à 14h en haut à droite du graphique

21À partir de notre recherche portant sur les tweets associés aux attentats contre Charlie Hebdo et avec la méthodologie mentionnée plus haut, les cinq termes suivants ont été retenus :

22Dans l’ensemble, la première réaction de la twittosphère constatée sur notre échantillon de janvier est une condamnation ferme de l’attentat et une tendance à structurer le débat selon des lignes de polarisation propres à la société turque. Les tendances les plus extrêmes (complotisme, apologie) sont dans tous les cas minoritaires, mais ce sont elles qui marquent le plus les esprits par les outrances verbales qu’elles charrient et le renversement des valeurs communément admises qu’elles opèrent.

islam

23Lorsque la twittosphère lie l’attaque du 7 janvier à l’islam, elle parle bien davantage d’elle-même et de son rapport à l’islam que de l’événement. Les proportions quasiment identiques des codes « condamnation » et « égocentré » ne sont pas un hasard, mais un signal précoce de l’inscription du débat dans un référentiel essentiellement national.

Exemple de réaction contenant le terme islam

Exemple de réaction contenant le terme islam

bir adet mert Si être musulman implique de massacrer des êtres humains pour quelques caricatures, je ne suis pas musulman. Sérieusement. L’islam c’était pas la religion de la tolérance ? #CharlieHebdo

https://twitter.com/​mertinsani/​status/​552821233734008832

24

Exemple de réaction contenant le terme islam

Exemple de réaction contenant le terme islam

Altug Si cette saleté de culture moyen-orientale s’infiltre jusqu’en europe évidemment qu’ils vont être islamophobes #CharlieHebdo

https://twitter.com/​albert_nox/​status/​552817287066320896

25

Exemple de réaction contenant le terme islam

Exemple de réaction contenant le terme islam

Cemil Sahinöz Nous vivons à nouveau à l’ère de l’ignorance. Cette fois, c’est l’ère des « Musulmans ignares qui ne connaissent pas l’islam » #CharlieHebdo

https://twitter.com/​Cemil_Sahinoez/​status/​552813345783681024

26

Exemple de réaction contenant le terme islam

Exemple de réaction contenant le terme islam

Aslı Frappez à coups de pelle la bouche de ceux qui disent que le vrai islam ce n’est pas ça.. #CharlieHebdo

https://twitter.com/​asliozks/​status/​552797390395424768

  • 32 Cette posture est abondamment documentée dans les études sur les djihadistes français (Thomson 2016 (...)

27Les messages de condamnation contiennent presque tous une critique – émise sur un mode moqueur, méprisant voire parfois franchement haineux – des défenseurs de l’islam qui emploient la formule « le véritable islam ce n’est pas ça » [Gerçek İslam bu değil] pour signifier que les attentats commis au nom de l’islam n’en sont pas le vrai visage. Cette critique verse par moments dans un anticléricalisme outrancier qui amalgame la défense des valeurs humanistes portées par l’islam dans lesquelles se reconnaissent certains et l’apologie du terrorisme. Ainsi certains messages de condamnation n’hésitent-ils pas à dire que si, l’islam, ce n’est que ça et rien d’autre. Sévère et caricaturale, cette critique ne peut toutefois être rejetée en bloc, car à l’opposé du spectre, des messages radicaux tiennent exactement le même discours en lui donnant une autre signification. La formule « le véritable islam ce n’est pas ça » qu’ils moquent tout aussi férocement devient alors le symbole d’un islam « domestiqué » par l’Occident, soumis à un système de valeurs (démocratie pluraliste, multiculturalisme, capitalisme, etc.) dans lequel il n’est pas soluble et qu’il convient de rejeter (en paroles sinon en actes) en bloc32. Les messages ambivalents expriment tous l’opinion selon laquelle les vraies victimes ne sont pas les membres de la rédaction de Charlie Hebdo mais l’islam et ses adeptes. La tendance complotiste est marginale mais bien présente, de même que l’apologie franche de l’acte de terrorisme.

#JeSuisCharlie

  • 33 Ces versions locales apparaissent dès le 7 janvier, en même temps que des traductions dans d’autres (...)

28Le hashtag #JeSuisCharlie a été adopté dans les premières heures suivant l’attentat avant de connaître des variantes locales éphémères sous la forme #BenCharlieyim/#BenCharlieDeğilim (je suis/ne suis pas Charlie) et #BizCharlieyiz/#BizCharlieDeğiliz (nous sommes/ne sommes pas Charlie)33.

29C’est sa forte présence dans l’échantillon qui a motivé son analyse dont les résultats indiquent sans réelle surprise une large majorité de réactions condamnant l’attentat et parfois l’islam. Les messages neutres ou indéfinissables se partagent en deux grands ensembles : ceux qui constatent le succès mondial du hashtag #JeSuisCharlie et ceux qui reprennent la déclaration de Charb sur la résistance de Kobanê sans ajout de commentaire, publiés par des utilisateurs (pro-)kurdes.

Tweet propageant une déclaration pro-kurde de Charb

Tweet propageant une déclaration pro-kurde de Charb

İbrahim ShekhSharafi #StephanieCharbonnier: Mais aujourd'hui je suis Kurde… #TwitterKurds #CharlieHebdo #ParisShooting #Kobane #France #Kurdistan

https://twitter.com/​issharafi/​status/​552929666638827522

30Le schéma global de répartition des tweets de cet échantillon laisse voir une courbe en progression régulière, signal d’une activité humaine « spontanée » par opposition à une amplification artificielle et organisée d’un hashtag destinée à le faire parvenir au sommet des tendances.

mizah

  • 34 La désignation de Charlie Hebdo en Turquie est une expression quasi figée sous la forme Charlie Heb (...)
  • 35 Hamdi Çelikbaş, ex-correspondant d’Anadolu Ajansı à l’Assemblée nationale (Ankara) et ancien éditeu (...)

31L’échantillon sur le terme mizah (humour, satire), abstraction faite des tweets neutres34, offre lui aussi une palette diversifiée de réactions. Les tendances complotistes sont le fait d’un journaliste35. Son nom revient régulièrement dans les échantillons contenant une part importante de tweets neutres car il alterne messages d’information et opinions personnelles, tous deux abondamment relayés par ses 20 000 abonnés.

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Barış Gençer Baykan Attaque en France sur le magazine satirique mensuel #CharlieHebdo. 11 personnes ont perdu la vie. Une énorme atteinte à la liberté de la presse.

https://twitter.com/​barisgencbaykan/​statuses/​552793950709628929

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Ferhat Uludere Il en a des ennemis en Turquie ce magazine satirique qui critique toutes les religions. #CharlieHebdo

https://twitter.com/​ferhatuludere/​statuses/​552807770408628225

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Exemple de réaction contenant le terme mizah

RamazanGülen Il y a encore des idiots pour croire que #CharlieHebdo est un magazine humoristique

https://twitter.com/​terzininDefteri/​status/​552800094077341696

Exemple de réaction contenant le terme mizah

Exemple de réaction contenant le terme mizah

SeyyaF #FLASH lors de l'attaque contre le magazine satirique français #CharlieHebdo connu pour ses caricatures islamophobes 11 personnes sont mortes, 10 ont été blessées dont 5 grièvement

http://twitter.com/​aliseyyaf/​statuses/​552794205089972224

saldırı

32L’occurrence du mot saldırı (attaque) augmente très fortement dans la première heure observée. C’est le terme employé par les médias pour rapporter l’événement, ce que vient confirmer la prépondérance de tweets codés neutres, signalant une importante proportion de messages informatifs (57 % de l’échantillon). La distribution des réactions montre une écrasante tendance à condamner l’acte. Les tweets égocentrés expriment en même temps une condamnation sans équivoque, quant aux messages à caractère complotiste, ils sont en fait deux messages distincts, un attribuant la paternité de l’attaque à la Russie tandis que le second (un tweet publié par le journaliste évoqué dans la série mizah retweeté à cinq reprises) consacre l’attentat dans les termes ci-après.

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Hamdi Çelikbaş l'attaque contre le magazine satirique français #CharlieHebdo connu pour ses caricatures islamophobes est un élément du vaste complot contre les Musulmans

https://twitter.com/​HamdiCelikbas/​statuses/​552791188135481345

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Erdil Yasaroglu Cette attaque contre nos amis caricaturistes est horrible. C'est abominable de répondre à la caricature par les armes. #CharlieHebdo

http://twitter.com/​melisulug/​statuses/​552800905939402752

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Filosofca Vous pourrez assister à une attaque semblable dans un futur proche en Turquie qui abrite en son sein des islamistes radicaux et émule une jeunesse pieuse. #CharlieHebdo

http://twitter.com/​fatihasilkefeli/​statuses/​552797131392954368

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Exemple de réaction contenant le terme saldırı

Dr. Cemal Barlas l'attaque armée à Paris au siège de #charliehebdo qui moque les valeurs de l'islam a fait au moins 10 morts

http://twitter.com/​EmreUssuz/​statuses/​552785172895391744

kadar

33Le terme kadar (autant que) nous livre la palette de réactions la plus variée. Si la condamnation de l’attentat y est majoritaire, c’est dans la comparaison que s’exprime apparemment le plus volontiers le manque d’empathie et l’ambiguïté. On y déplore l’indignation à géométrie variable de l’Occident (tout en la pratiquant, comme par représailles), le fait que désormais « musulman » soit devenu synonyme de « terroriste », la certitude qu’un jour l’islam dominera le monde après avoir subi tant d’humiliations. Les réactions égocentrées s’observent en conjonction de toutes les autres possibles (hormis le code neutre) : nous sommes Musulmans et cet acte nous touche, nous sommes victimes du terrorisme et pourtant nos morts ne font pas la une des journaux, nous sommes horrifiés par le manque d’empathie de certains de nos concitoyens.

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Çalıkuşu #CharlieHebdo vous n’étiez pas si tristes pour les Musulmans morts au moyen orient… Comme vous vous êtes alignés pour faire de la lèche à l’Occident…hypocrites

https://twitter.com/​alcicek_dilek/​status/​552841832540151809

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Exemple de réaction contenant le terme kadar

MTDogruyol #MY Je suis aussi triste que l’a été la famille Bush pour les dizaines de milliers de Musulmans morts en Irak #CharlieHebdo

http://twitter.com/​MTDogruyol/​statuses/​552847389997154304

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Muhammet Durmaz Que la France souffre un peu après avoir sucé la moelle de l’Afrique, du Moyen Orient et des autres régions oppressées! #CharlieHebdo

https://twitter.com/​muhammet_durmaz/​status/​552819716923068416

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Exemple de réaction contenant le terme kadar

Müslüm4n Gürses La seule explication au fait que ceux qui ne voient pas les milliers de morts en Palestine en Syrie en Égypte aboient aussi fort pour la France; ils sont de la même trempe!

http://twitter.com/​Muslum4n_Gurses/​statuses/​552836648959229952

Les frères Kouachi et la frange radicale de l’opinion publique turque36

  • 36 Cette partie se base sur l’analyse de tweets collectés manuellement sur Storify via une requête sur (...)
  • 37 Rappelons qu’Amedy Coulibaly, malgré ses « faits d’armes » et les révélations sur le fait que sa co (...)

Une partie de l’expression des opinions extrêmes s’est cristallisée autour de Saïd et Chérif Kouachi37. Il nous a semblé pertinent de constituer un set de données pour mettre en lumière les ressorts d’un discours radical.

  • 38 Cette analogie semble bancale par le simple fait que seul Tamerlan périt dans l’assaut. Djokhar, qu (...)

L’intervention policière en France du 9 janvier 2015 qui se solde par la mort de la fratrie est commentée en direct en Turquie par des messages d’encouragement (1), d’admiration face à leur détermination affirmée à ne pas se rendre (2) puis de proclamation de leur qualité de martyrs de l’islam (3) accompagné par des formules de condoléances (4). Fatih Tezcan, « journaliste » proche de l’AKP, met en doute la réalité de la déclaration des deux frères et y voit les préparatifs d’une exécution extrajudiciaire (5). Cem Küçük, dont le portrait est brossé §49, dresse un parallèle entre la mort des frères Kouachi et celle des frères Tsarnaev38, auteurs de l’attaque à la bombe du marathon de Boston, toutes deux inévitables d’après lui (6). Le sous-entendu complotiste est patent. Ces individus ont été déclarés coupables par les pouvoirs publics, et leur capture mettrait en danger la version officielle par leur possible prise de parole. Abdurrahman Dilipak – ancien idéologue de la mouvance islamique turque (il est né en 1949, voir §53), maintenant chroniqueur du tabloïd Yeni Akit –, fait un autre parallèle suggérant la conclusion d’une boucle : la provocation de Charlie Hebdo a reçu réponse de la part de deux frères d’origine algérienne (8). Par leur truchement, c’est le « génocide » algérien, et la facture de la colonisation imputables à la France (dont Charlie Hebdo est ici l’incarnation) qui sont ainsi vengés.

  • 39 Les Aczmendi sont une confrérie religieuse fondamentaliste regroupée autour de la figure de son che (...)

Dans les jours suivants, au moins deux prières funéraires in absentia sont organisées par des groupuscules islamistes radicaux. La première est organisée dès le lendemain par les Aczmendi39 dans leurs locaux à Istanbul, annoncée par son leader (9) et la seconde a lieu le 16 janvier à la sortie de la prière du vendredi sur le parvis de la mosquée de Fatih devant un parterre de journalistes (10). Elle est à l’initiative d’Ensar Kardeşlik Platformu, une organisation qui revendique de manière visible son affiliation à Al-Qaïda. À la sortie de la mosquée, le groupe se forme, déployant une banderole arborant d’un côté le visage d’Oussama ben Laden, de l’autre les frères Kouachi sur fond de tour Eiffel surimposée à un champignon nucléaire ( ?) et un slogan au milieu liant le happening à un usage du droit à la liberté d’expression. D’autres slogans sont brandis et scandés, parmi lesquels Hepimiz Kouachiyiz (Nous sommes tous les frères Kouachi). Après la lecture d’un communiqué, le groupe a l’intention de défiler mais en est empêché par la police et finit par se disperser.

La marche du 11 janvier à Paris provoque l’ire pour deux raisons étroitement liées. Le sentiment communément exprimé est le double standard « lorsque l’Occident nous tue, cela s’appelle instaurer la démocratie, lorsque nous tuons c’est du terrorisme » (11). La marche est vécue comme une mascarade, une provocation de plus pour le monde musulman, d’autant plus – c’est là la seconde raison – que Benjamin Netanyahu y figure en bonne place (12).

  • 40 C’est le tekbir, proclamation de l’unicité et de la suprématie divines, traduction gestuelle de la (...)

Mercredi 14 janvier, la couverture du numéro 1178 de Charlie Hebdo qui récidive dans la représentation du Prophète et porte un message ambigu est l’occasion d’un nouvel épanchement (13). L’annonce le même jour que ce numéro sera partiellement reproduit – et surtout sa couverture – dans le quotidien Cumhuriyet du 15 janvier remet le feu aux poudres (14). L’ennemi devient désormais intérieur. Un appel au rassemblement devant les bureaux du journal est suivi par un petit groupe qui, index de la main droite levé vers le ciel40, scande des slogans et brandit des pancartes artisanales à la gloire des Kouachi. Le hashtag #ÜlkemdeCharlieHebdoDağıtılamaz (#PasQuestionDeDistribuerCharlieHebdoDansMonPays) truste le top des tendances en Turquie ce jour-là pendant presque 19 heures et occupe la première place 8 heures durant. D’autres tendances traduisent un état de pensée proche, BizCharlieDeğiliz (NousNeSommesPasCharlie oscille entre la 5e et la 10e place durant 16h50) ; #HakaretEtmekÖzgürlükse (#SiInjurierEstSynonymeDeLiberté oscille entre la 4e et la première place durant 9h30) et CharlieDeğil OsmanlıTorunuyuz (NousNeSommesPasCharlie NousSommesLesDescendantsDesOttomans oscille entre la 6e et la 10e place durant 9h25). Bien entendu, tous les tweets publiés sous ces étiquettes ne contiennent pas des opinions apologétiques ou complotistes.

Évolution du hashtag #ÜlkemdeCharlieHebdoDağıtılamaz

  • 41 Parti d’extrême droite islamiste, actif dans le sud-est du pays et dans les grandes villes, branche (...)

D’autres manifestations de sympathie ont été rapportées sur les réseaux sociaux (15). Une affiche proclamant le martyre des frères Kouachi sur un panneau publicitaire utilisé par la mairie de Tatvan dans l’est du pays a été signalée le 11 janvier dont l’authenticité n’est pas aisée à établir, une manifestation de rue à l’initiative des Genç Müslümanlar (Jeunes musulmans) à Kayseri le 16 ou 17 janvier (Duruş gazetesi 17/1/2015) et l’appel d’un meeting le 24 organisé par le Hüda-Par41 à Diyarbakır a été présenté comme un rassemblement à la mémoire des deux frères.

Réception turque des attentats de novembre 2015

Répartition des tweets du set de novembre par heure

34Dans un contexte de montée en puissance de la violence politique et des attentats sur le sol turc (cf. ci-dessus) l’opinion turque est particulièrement sensible au terrorisme et travaillée par ses propres tensions internes.

35C’est cette fragmentation et ce repli sur soi que donnent à voir tous les échantillons de novembre.

36À partir de notre recherche portant sur les tweets associés aux attentats de novembre 2015 et de la méthodologie mentionnée plus haut, les cinq termes suivants ont été retenus :

ama

37Dans l’échantillon ama (mais) on constate une surreprésentation de la parole complotiste et apologétique. Additionnées, ces deux catégories deviennent aussi importantes en volume que la condamnation. Elles entrent d’ailleurs parfois en conjonction, mais il est important de souligner que la parole complotiste n’est pas l’apanage des seuls apologues. Des messages condamnant fermement l’attaque contiennent eux aussi des ferments complotistes, reliant ces attentats à ceux d’Ankara et de Suruç, soulignant l’étrangeté de l’absence de revendication des attentats commis sur le sol turc ou accusant explicitement l’État turc de collusion avec Daech.

Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.

Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.

Iraz Yöntem DAECH a revendiqué les attaques de #Paris! Mais ça ne vous semble pas bizarre qu’ils n’aient pas revendiqué les massacres d’#Ankara ou de #Suruç! Abominable!!!

http://twitter.com/​irazyontem/​statuses/​665322377782370304

Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.

Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.

Brkkn81 Prenez un chef d’État qui s’écrit RTE mais se prononce DAECH. Je vous dirais bien d’oublier mais… #paris

http://twitter.com/​brkkn81/​statuses/​665325558264262657

Fransa et insan

38Dans l’échantillon Fransa (France), la condamnation est largement minoritaire avec seulement 3 % des tweets codés. Mais c’est la réaction égocentrée, seule ou en conjonction avec les autres codages possibles qui prime, particulièrement dans l’échantillon insan (être humain). Elle émane de toutes les sensibilités représentées dans les tweets : opposants à l’AKP à tendance pro-kurde accusant le gouvernement turc de soutenir Daech et de massacrer les civils du sud-est du pays, partisans d’Erdoğan encourageant le monde à imiter sa posture intransigeante envers le terrorisme, patriotes nationalistes irrités par l’indifférence des autres pays face aux victimes quotidiennes au sein des forces de l’ordre turques, religieux et laïcards s’accusant mutuellement de l’état du monde et enfin tous ceux pour qui la France est un État coupable d’islamophobie, des horreurs de la colonisation, de soutien actif au PKK, etc.

Exemple de réaction contenant le terme Fransa

Exemple de réaction contenant le terme Fransa

CATYILDIZ #Paris Est-ce qu'il y aura en France un imbécile pour dire "état terroriste"…

https://twitter.com/​cihatatyldz/​statuses/​665318713344860160

Exemple de réaction contenant le terme Fransa

Exemple de réaction contenant le terme Fransa

Gazi Que Dieu vous aide mes Frères musulmans de France en difficulté mon chagrin vous accompagne Après tout on est habitués aux victimes d'explosion au moyen-orient #Paris

https://twitter.com/​gezgin0680/​statuses/​665318495232663553

Exemple de réaction contenant le terme insan

Exemple de réaction contenant le terme insan

Hüseyin Comment se fait-il qu'il se trouve encore dans notre pays des milliers de gens qui éprouvent de la sympathie pour ces terroristes, qui les soutiennent je jure que je ne comprends pas

https://twitter.com/​fulelitopcu/​statuses/​665321795264753664

Exemple de réaction contenant le terme insan

Exemple de réaction contenant le terme insan

güçlü Notre peuple reste insensible lorsque des personnes meurent dans le sud-est. Mais quand ça se passe à Paris #Silvan #Paris

http://twitter.com/​21Sosyal/​statuses/​665321100109201408

terör

  • 42 « Siz Türkiye Cumhuriyeti’nin Cumhurbaşkanı’na “Diktatör” diyeceksiniz. Bir şey yapmayacağız. Benim (...)
  • 43 Citons par exemple les expressions « araba terörü » (terrorisme automobile) pour des accidents de l (...)

39La qualification de terroriste (terörist) est en Turquie un vêtement one size fits all dont l’État habille commodément ses ennemis42. La notion est omniprésente dans la psyché collective, à tel point que le mot terör se voit couramment employé comme synonyme de « violence »43. Il n’est donc pas étonnant que ce terme résonne autant et soit présent dans des réactions si diverses et parfois aux antipodes les unes des autres. Terör (et les dérivés formés à partir de lui) est dix fois moins présent dans les tweets capturés dans le set de novembre (1,1 %) que dans ceux de janvier (10,3 %). Est-ce à mettre en parallèle avec le relatif désintérêt pour ces attentats constaté dans la presse ou sur le compte du contexte de violence déjà évoqué ?

Exemple de réaction contenant le terme terör

Exemple de réaction contenant le terme terör

Yasin Alan pour les attaques terroristes de #Paris ils vont encore ajouter le chiffon rouge de l'islamophobie !

https://twitter.com/​Yasin_ALAN_/​status/​665318114289168384

Exemple de réaction contenant le terme terör

Exemple de réaction contenant le terme terör

Mihriban TÜRK Nous SOMMES DÉGOÛTÉS des Juifs et des Chrétiens qui se font passer pour des Musulmans créent le terrorisme et dénigrent l'islam et aussi des leaders arabes qui regardent sans rien faire #Paris

https://twitter.com/​Mihriban_merent/​status/​665318593060454400

Exemple de réaction contenant le terme terör

Exemple de réaction contenant le terme terör

Aysegul Ozcan Veldet Tous mes vœux de rétablissement #Paris ! Le terrorisme est déplorable où qu'il survienne ! Dans ce monde, rester vivant est une pure coïncidence malheureusement ! #ParisAttacks

http://twitter.com/​ysgls/​statuses/​665318952915107841

#MuslimsAreNotTerrorist

40Le hashtag #MuslimsAreNotTerrorist a une distribution différente dans le temps, là où les autres échantillons présentaient un graphique similaire attestant une courbe progressant régulièrement à mesure que l’information se propage sur le réseau, suivie d’une interruption durant la nuit et d’un pic plus ou moins aigu le matin suivant. Ici, le pic intervient plusieurs heures après que l’information est connue et se propage quasi exclusivement par retweet massif de quelques messages. Si on compare sa progression avec celle de #JeSuisCharlie, on peut y voir le comportement classique d’un trending topic au succès éphémère qui disparaît presque complètement lorsque sa popularité retombe. Le hashtag a été créé dans les premières heures de la nuit du 14 novembre par un utilisateur nigérian anglophone puis a commencé à se répandre et gagner en popularité aux États-Unis. Le lendemain, au cours de la journée, il était trending topic au niveau mondial (Marans 14/11/2015 ; Byrne 14/11/2015), la Turquie participant ici à une économie globale de la réaction dont elle a été un relais visible.

Répartition des tweets du set #JeSuisCharlie

Répartition des tweets du set #MuslimsAreNotTerrorist

Positionnements et trajectoires des journalistes turcs

41Parmi les principaux commentateurs des attentats de 2015 en France dans la presse écrite turque sélectionnée dans le cadre de cette étude et les réseaux sociaux aux dates indiquées de recherche on trouve une majorité de journalistes proches du gouvernement, des journalistes issus de la gauche nationaliste séculière et anti-impérialiste (« hard kémalistes ») ainsi que des libéraux. Ils ont en commun d’avoir un important lectorat comme le confirme l’importance de leur nombre d’abonnés sur Twitter. En dépit des parallèles et passerelles entre presse écrite et réseaux sociaux dans la lecture des attentats en France on constate certaines spécificités notamment en termes d’âge et de trajectoire : les commentateurs sur Twitter sont en moyenne plus jeunes et beaucoup d’entre eux ont socialisé au sein de l’organisation de jeunesse de l’AKP, véritable tremplin personnel et politique.

  • 44 Sur ce rôle prégnant en Turquie des chroniqueurs et de la presse d’opinion voir supra §22.

42La très large prégnance des commentaires de chroniqueurs dans la presse écrite sur les reportages de correspondants ou d’envoyés spéciaux décrite dans la partie précédente n’est pas spécifique à ces deux attentats44. Dans cette partie nous effectuerons une brève description et analyse de trajectoires personnelles et de multi-positionnement, notamment pour mieux comprendre les rapports de pouvoir qui sous-tendent les réactions (critique, indifférence, solidarité) relatives aux attentats commis en France en janvier et en novembre 2015. Pour compléter ce tableau, le portrait (parfois difficile à établir) de quelques figures charnières de la twittosphère apparaissant dans l’étude du réseau d’AkTrolls réalisée par Hafiza kolektifi est dressé. On y trouve des journalistes intervenant sur différents types de médias à la trajectoire atypique, un responsable des médias numériques dans un grand groupe média et des personnages saillants parmi les AkTrolls, qui entretiennent tous des liens directs (professionnels et/ou privés) avec l’AKP.

43Loin d’avoir une trajectoire linéaire, ces journalistes ont, avant même l’arrivée au pouvoir de l’AKP, changé à maintes reprises de journaux et souvent de positionnement politique. Cette forte instabilité professionnelle est liée d’une part à la précarité légale et financière du métier de journaliste en Turquie, à l’opportunisme de certains, et d’autre part à la faible institutionnalisation des journaux en Turquie dont la plupart ont vu leur direction régulièrement modifiée du fait de ventes plus ou moins forcées, de confiscations ou encore de pressions politiques, etc. Cette insécurité sectorielle assure dans une certaine mesure une disciplinarisation et un relatif conformisme des journalistes concernant certains sujets tels que la sécurité nationale, la survie de l’État, l’ordre et la stabilité (Kılıç Aslan 2016). Ils ont en commun pour la plupart d’être multi-positionné dans les médias et la politique (conseiller ou ghost writer du président pour Saadet Oruç et Hilal Kaplan). Ils circulent et saturent l’espace médiatique par leur omniprésence dans divers canaux médiatiques : Twitter, Internet, presse écrite, émissions régulières télévisées, produits dérivés en librairie. Ils sont régulièrement invités à commenter l’actualité internationale se substituant dans une certaine mesure aux reportages et enquêtes de terrain tout en participant à une « cartélisation » de l’analyse politique médiatisée en Turquie réduisant dans une certaine mesure les sources d’information dans la presse écrite et télévisée. Parmi la liste de journalistes étudiés ci-dessous, on constate une nette différence de trajectoire entre les journalistes proches du gouvernements et les autres qui ont commenté les attentats. D’un côté les chroniqueurs n’appartenant pas à la sphère AKP. Ils se divisent eux-mêmes en « libéraux », d’une part, et « hard kémalistes », d’autre part. Ils sont pour la très grande majorité nés dans les trois principales villes de Turquie (Istanbul, Ankara, Izmir), diplômés de journalisme auprès de prestigieuses universités, maîtrisent une ou deux langues étrangères européennes (anglais et français) ont une longue expérience dans le journalisme bien antérieure à la venue au pouvoir de l’AKP. Ils sont donc, pour la plupart d’entre eux, détenteurs d’un capital symbolique, culturel mais aussi social important ainsi que d’une légitimité professionnelle qui leur assure une autonomie relative par rapport au gouvernement. De l’autre côté, on trouve une seconde catégorie de chroniqueurs et commentateurs appartenant à la sphère AKP. Ils se caractérisent par des origines géographiques, professionnelles et sociales distinctes. Contrairement aux libéraux, ils ne sont pas nés dans l’une des trois principales villes de Turquie. À l’exception de Saadet Oruç, aucun n’est diplômé de journalisme. Leur maîtrise des langues étrangères européennes, fondatrice de la hiérarchie des statuts intellectuels dans l’ordre pré-AKP, est moins systématique. On constate également une reconversion commune tardive à l’islam politique : mis à part les deux journalistes liés depuis plus de vingt ans à la presse de la mouvance islamique Milli Görüş (vision nationale), tous les autres chroniqueurs sélectionnés dans le cadre de cette étude se sont « convertis » sous l’AKP ou sont les enfants de la génération AKP. Autrement dit, à quelques exceptions près, les commentateurs professionnels pro-AKP dans la presse écrite sont dotés pour la plupart d’un capital symbolique et social relativement faibles, renforçant dans une certaine mesure leur dépendance auprès du gouvernement ainsi que leur quasi absence de critique vis-à-vis de ce dernier. Dans le cas des réseaux sociaux les profils sont légèrement différents : ils sont plus jeunes, ils n’ont connu que le gouvernement AKP au pouvoir depuis quinze ans, et sont passés par les organisations de la jeunesse AKP, véritable tremplin professionnel et politique assurant un formatage préalable de ces nouvelles élites. Les principaux commentateurs pro-AKP sur les réseaux sociaux sont porteurs de diplômes prestigieux et parlent au moins l’anglais. Intellectuels organiques dans la presse écrite ou sur les réseaux sociaux, ils organisent ainsi l’hégémonie et la coercition. Autrement dit, ils assurent un relais quotidien de la propagande étatique AKP.

44Loin d’être statique et harmonieuse on constate néanmoins que cette catégorie pro-AKP a été le théâtre de certaines reconfigurations et tensions depuis fin 2013, notamment dans le cadre de la lutte contre l’ancien allié güleniste. Pour autant, les AkTrolls proches de la mouvance güleniste ou encore de l’ancien Premier ministre Davutoğlu tombé en disgrâce ne furent pas nécessairement exclus. Certains purent en effet réintégrer la sphère pro-AKP après avoir fait acte d’allégeance publique.

Commentateurs proches de l’AKP

Abdulkadir Selvi

45Yeni Şafak, Hürriyet, 227K abonnés sur Twitter, @abdulkdir_selvi

46Né à Sivas en 1964, diplômé en métallurgie à l’université de Gazi. Il est issu du mouvement religieux Milli Görüş [Vision nationale] fondé par le pionnier de l’islam politique turc, Erbakan ainsi que l’attestent ses anciens postes. Il a ainsi travaillé au sein de Yeni Asya, Yeni Nesil avant d’intégrer Yeni Şafak. Il a été recruté par le journal de centre droit « libéral » Hürriyet en 2016. Il est auteur de livres « complotistes » portant notamment sur Gladio. Dans son article publié le 8 janvier 2015 dans Yeni Şafak intitulé le « 11 septembre de la France », il compare ainsi cet attentat à celui survenu aux États-Unis 14 ans plus tôt pour justifier une guerre contre des pays musulmans (Irak et Afghanistan). Il développe également l’argument d’un complot et d’une complicité des renseignements français.

Haşmet Babaoğlu

47Sabah, 167K abonnés sur Twitter, @HasmetBABA

48Né à Bursa en 1955, diplômé de littérature. Ancien journaliste culture, puis sportif. Il s’est converti à l’instar de Cem Küçük en chroniqueur politique sous le gouvernement AKP. Dans un article datant du 9 janvier 2015 publié dans le journal Sabah ce chroniqueur reconnait la nature criminelle de l’attaque de Charlie Hebdo mais remet en question la qualification de terroriste. Selon lui l’évidence d’un coup monté par des forces secrètes, qu’il qualifie de deep operation, invite à plus de précautions.

Cem Küçük

49Yeni Şafak, 205K abonnés sur Twitter, @cemkucuk55

50Né en 1955 à Zonguldak. Tout comme Haşmet Babaoğlu, il est un ancien commentateur sportif de second rang, propulsé chroniqueur politique sous le gouvernement AKP. Sur son compte Twitter il a fait savoir qu’il n’était pas Charlie le 9 janvier 2015 notamment en se référant à l’article écrit par David Brooks dans le New York Times intitulé « I am not Charlie hebdo ». Le 8 janvier, il publie une chronique où il explique en quoi l’attentat contre Charlie Hebdo est le résultat d’un complot européen. Le 15, il publie un autre article où il justifie de manière indirecte l’attentat en France en faisant référence à la montée du mouvement xénophobe et islamophobe Pegida en Allemagne. Dans cet article il dénonce notamment l’acte de racisme dont fut victime une Égyptienne dans ce pays peu avant l’attentat qu’il qualifie d’« affaire Dreyfus contre les Musulmans » de même que les violences et haines raciales dont sont victimes les émigrés turcs en Allemagne. Il est également auteur de nombreux livres complotistes : Cehennem köpekleri Fetö [Fetö les chiens de l’enfer] publié en 2016, Komplo Teorileri [Théories du complot] publié en 2014, etc. Il est également à l’origine de nombreuses campagnes de diffamation et de lynchage contre certaines personnalités médiatiques dont le journaliste Ahmet Hakan ou encore l’un des grands patrons de la presse turque, Aydın Doğan, qu’il a accusé de s’être livré à de la propagande terroriste en faveur du PKK et de la communauté Gülen contre l’AKP durant les élections du 7 juin 2015.

Hilal Kaplan

51Yeni Şafak, 443K abonnés sur Twitter, @hilal_kaplan

52Née à Istanbul en 1982. Anglophone, diplômée de Bilgi en psychologie. Journaliste la plus jeune et une des seules femmes journalistes à s’être exprimée sur les attentats dans les journaux durant la période étudiée. Très investie sur la question du voile (elle-même voilée). Commentatrice dans de nombreuses émissions de télévision au sein de chaînes proches du gouvernement. Hilal Kaplan fut au cœur de plusieurs scandales pour avoir mené des campagnes de désinformation à l’instar de la fausse nouvelle sur une agression subie par une femme voilée par des jeunes manifestants de Gezi Park (l’affaire de Kabataş), mais aussi pour avoir mené une campagne contre l’ancien Premier ministre Ahmet Davutoğlu qui mena notamment à son limogeage (dossier Pelikan45) ou encore pour avoir relayé des images montées documentant une prétendue collusion entre les partis HDP, CHP et l’organisation illégale PKK. Mais c’est surtout le couple qu’elle forme avec son mari Süheyb Öğüt, intellectuel islamiste de l’ombre, qui est au cœur d’une puissante machine de propagande noire. Très proche du gendre d’Erdoğan, son mari est chroniqueur au sein de la revue Aktüel, il est diplômé en sociologie de Bilgi et était doctorant à l’université de Mimar Sinan en sociologie avant de voir son inscription radiée à cause d’une note publiée le 8 janvier 2015 sur son blog personnel. Il y justifiait les attentats menés contre les caricaturistes de Charlie Hebdo. Loin de retirer ses propos, il s’érige en victime d’un « apartheid séculier » ou encore d’un « racisme anti-musulman » (Öğut 8/1/2015 ; Sabah 20/2/2015). Dans son article daté du 12 janvier 2015 publié dans Yeni Şafak, Hilal Kaplan considère les attaques de Charlie Hebdo comme relevant d’une « stratégie » pour prévenir et délégitimer le développement de régimes démocrates musulmans.

Abdurrahman Dilipak

53Yeni Şafak, 609K abonnés sur Twitter, @aDilipak

54Né en 1949 à Osmaniye. Étudie dans un lycée d’imams et de prédicateurs. Diplômé de philologie arabe et persane. Journaliste dès 1977, au sein d’Akit depuis 1993. Très proche du Refah Partisi (parti de la prospérité) dans les années 1990 et du mouvement religieux Milli Görüş. Très proche de l’association İHH qui avait été impliquée dans le drame du Mavi Marmara et le transfert secret d’armes de Turquie vers la Syrie ainsi que de l’association en faveur des droits de l’homme liée à l’islam politique (Mazlum Der). Il est le seul chroniqueur pro-AKP ayant également été lui-même un caricaturiste, il a notamment contribué au journal satirique Cingir. Loin d’avoir développé une plus grande proximité avec les caricaturistes français assassinés, ce chroniqueur a au contraire affirmé qu’« ils avaient invité la terreur et qu’ils avaient eu la réponse » dans son article publié le 10 janvier 2015 dans Yeni Akit.

Ibrahim Karagül

55Yeni Şafak, 260K abonnés sur Twitter, @ibrahimkaragul

56Né en 1969 à Trabzon. Anglophone, diplômé en droit. En 1995 il devient le rédacteur en chef de Yeni Şafak. C’est la première fois en Turquie qu’un ancien éditeur en chef d’affaires internationales devient le rédacteur en chef. Il occupe également le poste de direction du programme de la chaîne de télévision TVnet, propriété du gendre du Président Erdoğan. Il a écrit une chronique sur les attentats qui ont eu lieu à Paris en novembre 2015 faisant le parallèle entre la situation en Turquie et en France. Il ne dénonce pas les attentats menés par Daech, mais tente de prouver en quoi ils appartiennent à un vaste complot planétaire et qu’il existe un commanditaire secret commun qui protège Daech et vise la France.

Mehmet Barlas

57Sabah

58Né en 1942 à Gaziantep. Beau-frère de Can Paker, figure influente du segment libéral de la sphère des organisations non gouvernementales turques. Anglophone, il est diplômé en droit et a dans une certaine mesure hérité du capital social de son père, Cemel Sait Barlas, notable journaliste et député proche de nombreux ministres et présidents. Mehmet Barlas a travaillé pour Cumhuriyet avant de rejoindre Sabah. Il présente notamment une émission hebdomadaire télévisée sur l’histoire politique turque sur NTV. Il est également membre de la direction de l’université Okan. Dans son article datant du 15 novembre 2015, il compare ainsi les attentats de Paris à ceux subis par la Turquie la même année (Suruç, Ankara) et reprend les termes du Président Erdogan rappelant que le terrorisme n’a pas de religion.

Saadet Oruç

59Star, conseillère UE du président Erdoğan, 55,4K abonnés sur Twitter, @saadetoruc

60Née en 1972 à Zonguldak. Anglophone, francophone, diplômé de lycée, elle a obtenu un diplôme de second cycle universitaire en 2010 auprès de l’École Supérieure de Journalisme à Paris par validation d’expérience. Correspondante à Ankara pour de nombreux journaux, elle a travaillé par la suite de 2002 à 2007 en France comme pigiste pour Sabah et l’agence de presse turque DHA, propriété de la holding Doğan. Entre 2007 et 2013, elle est la correspondante de la chaîne d’information Kanal 24 organiquement liée au gouvernement AKP. Elle retourne en Turquie en 2013 en tant qu’éditrice en chef des affaires internationales au sein du journal Star. En 2014 elle est modératrice d’une émission quotidienne sur la chaîne Kanal 24. En septembre 2015, elle est promue représentante de l’agence d’information gouvernementale Anadolu en France, poste qu’elle déclinera à la suite de sa nomination comme conseillère aux affaires européennes auprès du Président Erdoğan. Fonction qu’elle continue d’occuper à ce jour.

61Du fait de sa longue expérience journalistique en France et de sa proximité avec le gouvernement AKP, Saadet Oruç s’est exprimée à de nombreuses reprises sur les attentats qui frappèrent la France en 2015 notamment sur son compte Twitter. Avec sa collègue Hilal Kaplan, elle a ainsi présenté une émission spécialement dédiée à l’attentat de Charlie Hebdo sur la chaîne Cine5. Dans son article publié dans le quotidien Star datant du 19 janvier 2015, elle dénonce l’islamophobie dont sont victimes les Musulmans en Europe et fait le parallèle entre les caricatures de Charlie Hebdo et la propagande antisémite, dénonçant la montée des caricatures « fascistes » en Europe. Le 10 octobre 2015, jour de l’attentat attribué à l’E.I. qui coûta la vie à plus d’une centaine de citoyens turcs à Ankara durant une manifestation pour la paix et pro-kurde, elle dénonça dans un tweet le double standard de solidarité internationale entre les attentats de Charlie Hebdo et ceux subis par la Turquie.

Yıldıray Oğur et Ceren Kenar

62Türkiye, puis Karar 190K abonnés sur Twitter, @yildarado
Türkiye, puis arrêt de carrière 70,8K abonnés sur Twitter, @cerenkenar

  • 46 Fermé par décret-loi le 26 juillet 2016.

63Né en 1978 à Rize, Yıldıray Oğur est diplômé de science politique de la prestigieuse université technique du Moyen Orient (ODTÜ), traditionnel fief de la gauche turque, tout comme son frère Turgay. Sa carrière débute dans le mensuel de gauche Birikim et dans le quotidien Radikal. En 2007, il rejoint Taraf46 en tant qu’éditorialiste et éditeur en chef qu’il quitte en 2013 pour rejoindre Türkiye, quotidien de sensibilité nationalo-religieuse propriété de la holding Ihlas. Avec son frère et sa collègue de promotion Ceren Kenar, il participe à la fondation en 2003 de la plateforme Genç Siviller (Jeunes civils) de tendance prétendument démocrate, libertaire et antimilitariste. La plateforme gagne en visibilité lors de la houleuse élection d’Abdullah Gül à la présidence de la république et se précise comme un vaisseau de l’alliance Gülen-AKP pour contrer la domination des militaires sur les affaires publiques. Le divorce de ces deux alliés et les divers réalignements politiques au sein de l’AKP sont à chaque fois l’occasion d’une saignée parmi les membres.

64Ceren Kenar a poursuivi son parcours universitaire dans un autre fief symbolique de l’ancienne élite intellectuelle de Turquie, l’université du Bosphore, où elle a décroché un diplôme de sociologie, puis à l’université américaine de Beyrouth. Turcophone, parfaite anglophone et apprenante d’arabe, elle signe dans Taraf, puis Türkiye, suivant les pas de Yıldıray Oğur, des articles de politique étrangère.

65Yıldıray Oğur et Ceren Kenar sont l’illustration de cette nouvelle génération de commentateurs qui brouillent les pistes. Ils arborent un positionnement politique bien en ligne avec le pouvoir en place malgré une formation dans le département d’une université qui reste encore fortement marquée à gauche. Tous deux anglophones, ils sont très présents sur les réseaux sociaux où ils s’expriment aisément dans les deux langues. Ils collaborent également au site de pseudo fact checking The kebab and camel et animaient conjointement une émission hebdomadaire sur la chaîne HaberTürk aux visées similaires qui n’a pas été reconduite au-delà de juin 2016. Leur nom apparaît explicitement dans le « dossier Pelikan » (voir la biographie de Hilal Kaplan) qui a poussé le Premier ministre Ahmet Davutoğlu à la démission, signe que les places au soleil se font et se défont au gré de délicates alliances en coulisses. L’opposition de Yıldıray Oğur à la réforme constitutionnelle, objet du référendum du 16 avril 2017, et l’accusation selon laquelle son frère occuperait un poste important au sein de la confrérie Gülen et se serait enfui au lendemain de la tentative de coup d’état sont le signe d’une polarisation intense dans les sphères proches du pouvoir. Yıldıray Oğur s’est fait licencier par le journal qui l’employait le 28 avril 2017 et officie désormais dans le quotidien Karar. Kenar a pour sa part annoncé sur Twitter le 16 juillet 2017 qu’elle cessait toute activité journalistique. Tous deux ont pris la parole sur les attentats, signant des articles qui reprennent, en bons propagandistes d’arrière-garde, les grilles d’analyse communément admises dans la presse pro-gouvernementale et les marottes du moment. Ils n’expriment pas directement sur Twitter une opinion sur les attentats (pas de message de condamnation ni de soutien) mais commentent à la périphérie sur le thème de l’islamophobie, sur la supposée récupération politique dans l’opposition turque et sur la couverture partiale dans la presse turque. Quantitativement, ils se sont tous deux davantage exprimés sur les attentats de janvier que sur ceux de novembre.

Yusuf Özhan

66ES Medya, 41,4K abonnés sur Twitter, @Yusuf_Ozhan

67Né en 1986 à Istanbul, il complète ses années de lycée à Bahreïn. Son parcours universitaire est multidisciplinaire : gestion des systèmes d’information à l’université du Bosphore (2010), communication, culture et technologie à l’université de Georgetown (2012) et un doctorat en cours à l’université de Marmara sur l’utilisation des nouveaux médias dans le journalisme de crise et de conflit. Il débute sa carrière en 2012 (peut-être en tant que pigiste) en signant des articles de politique étrangère. Il intervient également sur les plateaux de TV 24. Il accède rapidement à des postes à responsabilité en tant qu’éditeur pour la politique étrangère du journal Star et éditeur en chef de TRTWorld Online. Il a été nommé début 2016 directeur en chef de la division nouveaux médias du groupe ES Medya qui comprend des quotidiens (Star, Akşam, Güneş), des chaînes de télévision (360, TV 24..), des radios et des magazines.

68La carrière de Yusuf Özhan est idéologiquement et institutionnellement monolithique, dans une ligne néoconservatrice et néo-islamiste. Homme de l’ombre, il contribue activement à l’homogénéisation du paysage médiatique. Extrêmement présent sur Twitter, il partage sources, articles et documents cohérents avec sa vision du monde. Il a, fidèle à cette inclination, abondamment publié sur Twitter au moment des attentats, relayant les informations en temps réel et des faits divers relatant des actes islamophobes en Europe ou en établissant des parallèles avec la Syrie. Ce faisant, il produit une lecture des événements « islamo-centrée » sans jamais exprimer directement son sentiment sur les événements eux-mêmes.

Taha Ün

69AKTroll, 89,8K abonnés sur Twitter, @tahaun

  • 47 Ce dictionnaire a été créé en 2009 pour offrir un espace de discussion conforme aux vues de l’islam (...)
  • 48 Le forum a fermé ses portes en 2013 et annoncé plusieurs fois sa réouverture, sans que cela soit su (...)
  • 49 100 yıllık terane [100 ans du même refrain], Istanbul, Sanat ofisi, 2016. Ce livre est formé de cou (...)
  • 50 Janvier et novembre étant les périodes concernées par cette étude, la recherche n’a pas été poussée (...)

70Taha Ün est issu de la contre-culture des forums de discussion qui fleurissent sur l’Internet turc sous le nom de « dictionnaires » à la fin des années 2000. D’abord contributeur à İHL sözlük47 (dictionnaire des lycées d’imams et de prédicateurs, créé par et pour un public jeune et conservateur), vite repéré et noyauté par l’AKP en période électorale, la rumeur persistante veut qu’il l’ait racheté en 2012 à ses créateurs48. Quel que soit le degré de véracité de cette information, sa vie privée témoigne amplement de sa proximité avec l’AKP et des avantages très concrets qui en découlent. Il a épousé en 2015 la directrice de communication de la Première dame au cours d’un mariage dont le témoin n’était autre que Recep Tayyip Erdoğan. Les invités très VIP comptaient notamment le président de l’IHH et la célèbre figure du monde de l’ombre récemment convertie à l’erdoğanisme Sedat Peker. Taha Ün a un accès fort aisé aux médias : éditoriaux dans Yeni Şafak, plateaux télé sur diverses chaînes ou bien encore la publication d’un livre49. Néanmoins, c’est son activité sur Twitter qui nous intéressera ici. Elle se partage entre propagande, invectives, discours de haine, appels à faire usage de la violence envers des groupes (alévis, kurdes, féministes, CHP, HDP) ou menaces et intimidations envers des personnes (journalistes ou anonymes) et exhibition de l’identité de personnes désignées comme cibles à ses abonnés. Accusé lors du scandale Pelikan de faire partie de l’écurie d’Ahmet Davutoğlu, il a fermé temporairement son compte – rouvert depuis – et attendu patiemment de revenir en grâce. Les interventions de Taha Ün sur les attentats ne sont pas connues, tous les tweets de janvier et novembre 2015 ayant été effacés de son compte50.

Abdurrahim Boynukalın

71AKTroll, 89,6K abonnés sur Twitter, @A_Boynukalın

72Abdurrahim Boynukalın est issu d’une famille proche du politicien Necmettin Erbakan (son grand-père qui l’a élevé fait partie des fondateurs du Millî Nizam Partisi [parti de l’ordre national]), composée d’entrepreneurs et d’universitaires. Diplômé en gestion et en relations internationales de deux universités turques puis en journalisme de la City University of London, Boynukalın débute en 2012 comme journaliste à Yeni Şafak et à Milat tout en étant assistant à l’université de Kırklareli. En septembre 2014, il est nommé président des branches de jeunesse de l’AKP, fonction qu’il quitte en 2015 lorsqu’il est brièvement élu député lors des élections législatives du 7 juin. Ce brillant jeune homme de bonne famille est sur Twitter un harangueur haineux de la même trempe que Taha Ün qui n’hésite pas à joindre le geste à la parole : il mène la bande de casseurs qui brisent les vitres de la rédaction du journal Hürriyet en septembre 2015 et profère des menaces explicites à l’encontre du journaliste Ahmet Hakan qui sera agressé par 4 individus quelques semaines plus tard. Ces agissements, loin de lui nuire, sont assortis d’une nouvelle promotion : il est nommé adjoint au ministre des Sports et de la Jeunesse a à peine 30 ans, fonction qu’il occupe toujours à l’heure actuelle. Son compte Twitter est, lui aussi, vierge de tout message en janvier et novembre 2015.

Detroitlı Kızıl

73AKTroll, 78,2K abonnés sur Twitter, @detroitlikizil

  • 51 Arrondissement récemment institué de la périphérie ouest d’Istanbul, emblématique des classes moyen (...)
  • 52 Le compte Twitter de Mustafa Varank a été piraté en mars 2014 et des captures d’écran de messages p (...)

74Cet internaute dont l’anonymat n’a jamais été brisé fait lui aussi partie de la grande machine à propagande de l’AKP sur les réseaux sociaux. Son pseudonyme (le roux de Detroit) et son image de profil font référence à Malcolm X, figure très appréciée dans les milieux islamo-conservateurs. Discret sur sa vie privée, – on sait simplement qu’il a été scolarisé en lycée d’imams et de prédicateurs et qu’il habite en famille à Başakşehir51 – il nie farouchement faire partie des AKTrolls, qualification qui semble beaucoup l’agacer et dont il se défend depuis trois ans en donnant des interviews sous pseudonyme dans des journaux ou magazines proches du pouvoir (Detroitlikızıl 17/3/2014 ; Lacivert 5/2015 ; TRTAkademi 2016 : 717-722). Il est l’une des figures qui comptent sur les « dictionnaires » Internet, passe d’ekşi sözlük vers İHL sözlük et collabore également à d’autres médias en ligne plus proches de sa vision conservatrice, aseptisée et vaguement intellectualiste. À la différence des autres trolls rencontrés jusqu’ici dont toute l’activité en ligne est dévolue à pourfendre les ennemis et promouvoir l’AKP, Detroitlı Kızıl cultive une certaine indépendance, car c’est sa popularité préexistante qui lui a certainement valu d’être recruté. Il s’est forgé une identité et une réputation sur Internet qu’il prête comme bon lui semble. Pas question donc de s’engager dans du spam, des campagnes d’injure et de menace. La preuve de son appartenance au réseau des AKTrolls a été apportée par le ton familier des messages privés échangés par Detroitlı Kızıl et Mustafa Varank52. Parmi son activité débordante sur Twitter, on relève quelques rares messages en lien avec les attentats. Si en janvier, la prise de position « islamo-centrée » est claire, en novembre, les tweets qu’il publie relèvent du factuel, publiant des informations et pointant vers des comptes de personnes qui commentent depuis Paris.

esatreis

75AKTroll, 128K abonnés sur Twitter, @esatreis

76Cet utilisateur de Twitter est sans doute le plus connu des AKTrolls pour ses messages regorgeant de grossièretés et de menaces envers des citoyens et des élus de l’AKP qu’il juge critiques envers Recep Tayyip Erdoğan, ses appels répétés à la violence et l’impunité dont il semble bénéficier. Son identité a été dévoilée dans un article publié dans Taraf, ce qui a valu au journaliste un procès pour violation de la vie privée et insulte sur sa personne. Le procès s’est soldé par un non-lieu mais a néanmoins permis d’établir avec certitude que derrière l’infâme personnage se cache Esat Burak Uzundere, né en 1991 à Istanbul, membre des branches de jeunesse de l’AKP et du cabinet de Süleyman Soylu, alors vice-président de l’AKP. Malgré l’annonce de nombreux dépôts de plainte à son encontre, aucune procédure judiciaire ne semble ouverte contre lui à ce jour. Même s’il a lui aussi supprimé tous ses tweets de janvier 2015, des preuves de son activité ont été consignées dans la presse (Horizon 9/1/2015 ; Diken 14/1/2015 ; Tremblay 16/1/2015). En avril de la même année, son compte a été suspendu suite aux nombreuses plaintes déposées par des comptes proches de la mouvance Gülen et n’a rouvert avec le même nom d’utilisateur qu’au bout de plusieurs mois.

Chroniqueurs de l’opposition anti-impérialiste et nationaliste

Soner Yalçın

77Sözcü, 1,2M abonnés sur Twitter, @hsoneryalçın

78Né en 1966 à Çorum. Anglophone, diplômé dans le domaine de la santé. Journaliste chez Aydınlık en 1993 (journal proche du leader Doğu Perinçek). Nationaliste républicain « anti-impérialiste ». Il travaille au sein d’Hürriyet avant de créer Oda TV. Il est emprisonné en 2011 puis libéré en 2012 pour propagande terroriste visant à renverser le gouvernement AKP. Situé au cœur d’une confusion croissante entre réalité et fiction, il a été conseiller pour la série à grand succès complotiste et nationaliste Kurtlar Vadisi [la vallée des loups]. Son style reflète également une confusion permanente entre journalisme d’investigation, roman policier et série télévisée. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages complotistes qui lui assurent un confortable revenu et financent le site en ligne d’information OdaTV. Quoique considéré comme un opposant au régime AKP, il partage avec les relais médiatiques gouvernementaux une lecture complotiste des deux séries d’attentats qui ont touché la France en 2015 (Yalçın 17/11/2015). Ainsi dans l’article publié le 14 janvier 2015 dans le journal Sözcü intitulé « Pauvres croyants », il compare l’attaque contre Charlie Hebdo au 11 septembre et étaye l’idée que cet événement meurtrier relève plus d’une manipulation pour justifier l’impérialisme, le capitalisme et relégitimer des dirigeants en manque de popularité tels que François Hollande que d’un simple attentat.

Yılmaz Özdil

79Sözcü, 450K sur Twitter, @yilmazsozcu

80Né en 1965 à Izmir. Ce dernier assure être à la fois francophone, anglophone, germanophone, persanophone et arabophone. Un des rares diplômés de journalisme. Nationaliste républicain (« hard kémaliste »), il a travaillé au début des années 1990 pour Milliyet, intègre Sabah puis Star quand le journal appartenait à Cem Uzan. Période pendant laquelle il se familiarise au format tabloïd. Après la confiscation de Star par les autorités financières TMSF, Özdil retourne chez Sabah puis après la confiscation de Sabah, il rejoint Hürriyet. En 2014 il démissionne d’Hürriyet pour divergences d’opinion. Il est l’auteur de nombreux livres portant notamment sur les relations entre l’AKP et la confrérie religieuse güleniste ou encore sur Erdoğan. Dans son article publié le 15 novembre 2015 dans le journal Sözcü, il met en avant les luttes et enjeux géostratégiques, en particulier économiques, qui peuvent expliquer cet attentat à Paris.

Chroniqueurs de l’opposition libéraux et autres

Can Dündar

81Cumhurriyet, 4,57M sur Twitter, @candundaradasi

82Né à Ankara en 1961. Anglophone, diplômé de la prestigieuse Mülkiye en journalisme ainsi que de la London School of Journalism, il est l’auteur d’une thèse, effectuée à l’université technique du Moyen-Orient sur les liens entre la lutte contre le terrorisme et liberté de la presse. Nommé rédacteur en chef de Cumhuriyet en février 2015. Journaliste écrit et télévisé, documentariste, réalisateur de films. Il a débuté sa carrière au sein de la chaîne publique TRT en 1989 avant de travailler dans le secteur privé (Show TV, Sabah, Milliyet). Fils spirituel de Mehmet Ali Birand, un des journalistes d’investigation les plus reconnus avec qui il a collaboré à de nombreuses reprises. Avant de travailler pour Cumhuriyet Can Dündar a notamment eu la responsabilité d’une émission télévisée sur NTV et a réalisé un film sur la vie de Mustafa Kemal. Il a également réalisé un documentaire sur les manifestations de Gezi. À la suite d’un article publié le 29 mai 2015 dans le journal Cumhuriyet mettant en lumière des transferts d’armements secrets de la Turquie vers la Syrie, il a été arrêté le 25 novembre 2015 ainsi que le correspondant d’Ankara du quotidien pour trahison et divulgation de secret d’État. À la suite d’une tentative d’assassinat, il a quitté le territoire turc et vit actuellement en Allemagne où il a fondé un nouveau site turc d’information. Via son compte Twitter, Can Dündar s’est exprimé à plusieurs reprises à la suite des attentats de Charlie Hebdo. Il a d’une part mis en avant la communauté de destin entre les caricaturistes de Charlie et le monde dit musulman tous deux profondément touchés par cette attaque en partageant la caricature du brésilien Carlos Latuff (7/1/15). Can Dündar a également rendu hommage et exprimé sa solidarité avec Charlie Hebdo en traduisant une citation attribuée à Charbonnier « je préfère mourir debout que vivre à genoux » (7/1/15). Enfin dans un autre tweet il a également dénoncé le double standard du ministre des Affaires étrangères Davutoğlu qui manifeste pour la liberté d’expression dans un pays étranger et la refuse à son propre pays (15/1/15).

Ertuğrul Özkök

83Hürriyet

84Né en 1947 à Istanbul. Francophone, diplômé du lycée Namık Kemal d’Izmir, puis de la Mülkiye et titulaire d’un doctorat en France. Correspondant en France pour TRT, il fut par la suite nommé rédacteur en chef d’Hürriyet pendant près de 20 ans. Il est surtout connu comme artisan et relais d’une guerre psychologique menée par l’armée dans le cadre de la lutte contre le PKK ou encore contre la « menace réactionnaire » islamique. Il est membre de la direction de l’université TOBB. Un des rares chroniqueurs turcs francophones, il est un des seuls journalistes à s’être rendu sur place à la suite des attaques contre l’équipe de Charlie Hebdo et le magasin Hyper Casher. Dans son article publié le 12 janvier 2015 dans le journal Hürriyet il insiste sur les différences entre le 11 septembre 2001 et les attaques à Paris de janvier 2015. D’après ses observations sur place il n’y a pas de changements notables dans le quotidien des Parisiens après les attentats. Il insiste sur la nature inclusive et fraternelle des marches organisées à la suite des attentats tout en admettant la forte probabilité que la communauté musulmane de France vive de plus grandes difficultés qu’auparavant.

Ceyda Karan

85Cumhuriyet, 283K abonnés sur Twitter, @ceydak

86Née en 1970 à Izmir. Diplômée de journalisme à l’université d’Istanbul. Elle a collaboré avec le célèbre journaliste d’investigation francophone Mehmet Ali Birand. Elle a travaillé pour l’agence de presse gouvernementale puis à la télévision. Elle fut ensuite journaliste à partir de 1998 pour le journal Radikal, chargée des affaires internationales avant de rejoindre Taraf en 2013 (journal fermé fin juillet 2016). Elle est recrutée quelques mois plus tard par Cumhuriyet.

87Elle est une des deux seuls chroniqueurs du journal Cumhuriyet à avoir osé reproduire la couverture de Charlie Hebdo du 14/1/15 représentant le prophète Mahomet et où est inscrit la phrase « tout est pardonné ». Elle fut poursuivie avec son collègue Çetinkaya pour insulte aux valeurs religieuses après un millier de plaintes. Le tribunal de première instance les condamne le 28 avril 2015 à deux ans de prison.

Hikmet Çetinkaya

88Cumhuriyet, 84,2K abonnés sur Twitter, @hikmetcetinkaya

89Né en 1942 à Edremit. Diplômé du lycée de Manisa, autodidacte, ancien rédacteur en chef de Cumhuriyet, spécialiste du monde rural, il est chroniqueur du journal Cumhuriyet. Il est le seul avec Ceyda Karan à avoir osé reproduire la couverture de Charlie Hebdo du 14/1/15 représentant le prophète Mahomet et où est inscrite la phrase « tout est pardonné ». Le tribunal de première instance les condamne le 28 avril 2015 à deux ans de prison pour insulte aux valeurs religieuses. Il sera également arrêté avec une dizaine de ses collègues de Cumhurriyet le 1er novembre 2015 pour appartenance à une organisation terroriste pour avoir divulgué les secrets d’État concernant le transfert secret d’armes de Turquie vers la Syrie. Il sera l’un des deux seuls relaxés. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages portant sur le rôle de Georges Soros (2008) en Turquie ou encore sur Fethullah Gülen (2010).

Notes

26 L’attaque contre Charlie Hebdo étant survenue en fin de matinée, les premiers tweets sont tombés en même temps que les infos de la mi-journée ; pour les attentats de novembre, la « réaction-Twitter » a été un peu plus décalée. Il a déjà été signalé que la personne et les actions terroristes d’Amedy Coulibaly n’ont pas marqué les esprits du public turc.

27 Publiées fin septembre 2005, les caricatures ont mis quelques mois à susciter des réactions hors du Danemark. Celles-ci ont pour point de départ l’initiative d’imams danois ayant entrepris plusieurs visites dans différents pays majoritairement ou comptant d’importantes communautés musulmanes (dont la Turquie) en décembre afin d’alerter l’opinion internationale.

28 Comme le rappelle nettement İbrahim Kalın, porte-parole du gouvernement turc dans son dernier ouvrage Ben, Öteki ve Ötesi [Moi, l’Autre et Au-delà] (2016).

29 Et pour les 13 autres articles : « Je suis Charlie », « Réaction tardive d’Ankara », « La terreur est une faute contre l’humanité », « Cette attaque est une attaque contre nous tous », « Le problème ce n’est pas l’islamophobie c’est la liberté d’expression », « L’important c’est la liberté d’expression », « Jusqu’au dernier moment ils se sont moqués des fanatiques », « Conseil des Musulmans de France : acte barbare », « Daech satisfait : “la suite arrive” », « La France dans la rue », « Condamnations du monde entier », « Tension due aux menaces dans la presse européenne », « Réactions des organisations professionnelles du journalisme ».

30 Dans ce cas précis Musa Kart dénonce le double langage du gouvernement turc : solidarité internationale officielle des autorités turques pour dénoncer cette violence à l’encontre des caricaturistes français vs promotion d’une violence d’Etat en Turquie à l’encontre des caricaturistes critiques du gouvernement AKP et de l’islam.

31 Nous renvoyons aux sources suivantes pour des informations sur l’origine (Le Progrès 7/1/2015), la viralité (Rogers 2015) et la portée (Merzeau 2015) du hashtag #JeSuisCharlie.

32 Cette posture est abondamment documentée dans les études sur les djihadistes français (Thomson 2016 ; Khosrokhavar 2014 : 117, 129-135) et les magazines de propagande édités en plusieurs langues par l’E.I. (Saymaz 2017 : 68-69).

33 Ces versions locales apparaissent dès le 7 janvier, en même temps que des traductions dans d’autres langues. Les premiers tweets présentant ces hashtags sont généralement peu informatifs, se contentant de décliner « Je suis/ne suis pas Charlie » dans différentes langues. Giglietto et Lee (2017) ont analysé les stratégies discursives mobilisées par les utilisateurs du hashtag #JeNeSuisPasCharlie à partir d’un corpus multilingue.

34 La désignation de Charlie Hebdo en Turquie est une expression quasi figée sous la forme Charlie Hebdo Fransız mizah dergisi (Charlie Hebdo magazine satirique français).

35 Hamdi Çelikbaş, ex-correspondant d’Anadolu Ajansı à l’Assemblée nationale (Ankara) et ancien éditeur au sein de l’équipe « Nouveaux Médias », limogé 2 jours plus tôt suite à la prise de fonction du nouveau directeur général de l’agence de presse (T24 5/1/2015).

36 Cette partie se base sur l’analyse de tweets collectés manuellement sur Storify via une requête sur l’interface publique de Twitter sur la période du 7 au 31 janvier 2015. La collection est consultable à l’adresse https://storify.com/AmbigTur/messages-de-soutien-aux-freres-kouachi/. Les chiffres entre parenthèses dans le texte renvoient au classement opéré sur Storify.

37 Rappelons qu’Amedy Coulibaly, malgré ses « faits d’armes » et les révélations sur le fait que sa compagne a transité par la Turquie pour rejoindre la Syrie, n’est mentionné que factuellement dans les tweets des organes de presse web, écrite et télévisée.

38 Cette analogie semble bancale par le simple fait que seul Tamerlan périt dans l’assaut. Djokhar, qui réussit à s’enfuir, est capturé 24h plus tard puis inculpé. D’autre part, l’enregistrement et la transcription d’une conversation téléphonique largement relayée entre un journaliste et Chérif Kouachi durant cette même journée confirme la culpabilité des deux frères (7).

39 Les Aczmendi sont une confrérie religieuse fondamentaliste regroupée autour de la figure de son cheikh Müslüm Gündüz qui est resté célèbre en Turquie pour avoir été découvert en tenue d’Adam avec une jeune femme lors d’une descente de police retransmise en direct peu avant le mémorandum du 28 février 1997. Pour la mouvance conservatrice, cet épisode du cheikh dénudé est une honteuse machination des laïques et de l’establishment militaire pour la discréditer dans le cadre du « complot » anti-islam politique de février 1997 ayant abouti à mettre autoritairement sur la touche le parti de la Prospérité (Refah) alors associé au gouvernement. Une thèse en science de la communication soutenue en 2011 à Konya a pour objectif de dénoncer ce complot (Özer 2011).

40 C’est le tekbir, proclamation de l’unicité et de la suprématie divines, traduction gestuelle de la formule Allah Akbar qui constitue le premier des cinq piliers de l’islam et ponctue de nombreux rites religieux. Ce geste est accaparé par les mouvements terroristes islamistes et nourrit la confusion dans les pays où l’islam n’est pas la confession majoritaire.

41 Parti d’extrême droite islamiste, actif dans le sud-est du pays et dans les grandes villes, branche politique du Hizbullah turc (Dorronsoro 2004).

42 « Siz Türkiye Cumhuriyeti’nin Cumhurbaşkanı’na “Diktatör” diyeceksiniz. Bir şey yapmayacağız. Benim ülkemde kendi cumhurbaşkanlarına hakaret edenlere müdahale etmeyeceğiz de yargıya gitme hakkımızı da kullanmayacak mıyız ? Hapisteki gazetecilerin listesini verin diyoruz. Bakıyorum, hepsi hırsız, çocuk istismarcısı, terörist. Geçenlerde de 149 kişilik bir liste geldi. 144’ü terör, 4’ü adi suçlardan içeride. Bunların gazetecilikle ne ilgisi var ki liste yapıp ülkemize gönderiyorsunuz. » [Vous traitez le Président de la république turque de « dictateur » et il ne devrait rien faire. Dans mon propre pays je ne devrais pas réagir, je ne devrais pas utiliser mon droit de recours en justice contre ceux qui m’injurient ? J’ai dit “donnez-moi cette liste de journalistes emprisonnés”. Je regarde et vois que ce sont tous des voleurs, des violeurs d’enfants, des terroristes. L’autre jour une liste de 149 noms est arrivée. Parmi eux, 144 sont emprisonnés sur des charges de terrorisme, 4 pour des crimes de droit commun. Qu’est-ce qu’ils ont à voir avec le journalisme les noms de cette liste que vous envoyez à mon pays ?] Cette déclaration du 22 mars 2017 du Président Erdoğan interpellé sur les nombreux journalistes en détention préventive ou emprisonnés n’en est qu’une énième illustration (Dihaber 22/3/2017).

43 Citons par exemple les expressions « araba terörü » (terrorisme automobile) pour des accidents de la route faisant des victimes, ou « erkek terörü » (terrorisme masculin) employées dans les médias pour relater des cas mortels de violence domestique.

44 Sur ce rôle prégnant en Turquie des chroniqueurs et de la presse d’opinion voir supra §22.

45 https://pelikandosyasi.wordpress.com/.

46 Fermé par décret-loi le 26 juillet 2016.

47 Ce dictionnaire a été créé en 2009 pour offrir un espace de discussion conforme aux vues de l’islam, par exemple sans grossièretés ou allusions sexuelles, sans promotion de l’athéisme mais également sans opposants politiques. Cette homogénéité n’a toutefois pas débouché sur une harmonie de points de vue (Başaran 12/12/2011).

48 Le forum a fermé ses portes en 2013 et annoncé plusieurs fois sa réouverture, sans que cela soit suivi d’effet. Entre-temps, d’autres plateformes à la ligne identique ont fait leur apparition. De fermeture en fusion, aujourd’hui, la base de données d’İHL sözlük a été versée dans un nouveau projet baptisé Dünya sözlük qui est géré par Birol Şanlı, responsable de la communication de BİSAV, une fondation créée par Ahmet Davutoğlu.

49 100 yıllık terane [100 ans du même refrain], Istanbul, Sanat ofisi, 2016. Ce livre est formé de coupures de presses du passé et du présent mises en parallèle dénonçant « un siècle de complots » contre la Turquie et établissant un parallèle entre Recep Tayyip Erdoğan et le sultan Abdulhamid II (1876-1909).

50 Janvier et novembre étant les périodes concernées par cette étude, la recherche n’a pas été poussée plus loin et nous nous bornons à constater l’absence de tweets à ces périodes sans sous-entendre que la raison ou l’étendue de ce nettoyage est en quelque manière liée aux attentats terroristes en France.

51 Arrondissement récemment institué de la périphérie ouest d’Istanbul, emblématique des classes moyennes et moyennes-supérieures soutenant l’AKP.

52 Le compte Twitter de Mustafa Varank a été piraté en mars 2014 et des captures d’écran de messages privés à tu et à toi échangés avec des Aktrolls ont été publiées sur le site du groupe de hackers (DLMK 20/3/2014).

Table des illustrations

Légende Caricature de Musa Kart publiée dans le quotidien Cumhuriyet le 9 janvier 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Répartition des tweets du set de janvier par heure
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Comportement des 20 premières tendances en Turquie pour le mercredi 7 janvier d’après Trendinalia. La tendance #CharlieHebdo est représentée par la ligne violette émergeant à 14h en haut à droite du graphique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-3.png
Fichier image/png, 36k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Titre Exemple de réaction contenant le terme islam
Légende bir adet mert Si être musulman implique de massacrer des êtres humains pour quelques caricatures, je ne suis pas musulman. Sérieusement. L’islam c’était pas la religion de la tolérance ? #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​mertinsani/​status/​552821233734008832
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-5.png
Fichier image/png, 40k
Titre Exemple de réaction contenant le terme islam
Légende Altug Si cette saleté de culture moyen-orientale s’infiltre jusqu’en europe évidemment qu’ils vont être islamophobes #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​albert_nox/​status/​552817287066320896
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-6.png
Fichier image/png, 35k
Titre Exemple de réaction contenant le terme islam
Légende Cemil Sahinöz Nous vivons à nouveau à l’ère de l’ignorance. Cette fois, c’est l’ère des « Musulmans ignares qui ne connaissent pas l’islam » #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​Cemil_Sahinoez/​status/​552813345783681024
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-7.png
Fichier image/png, 40k
Titre Exemple de réaction contenant le terme islam
Légende Aslı Frappez à coups de pelle la bouche de ceux qui disent que le vrai islam ce n’est pas ça.. #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​asliozks/​status/​552797390395424768
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-8.png
Fichier image/png, 26k
Titre Première occurrence de #BenCharlieyim
Crédits https://twitter.com/​femince1/​status/​552817640344154113
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-9.png
Fichier image/png, 124k
Titre Première occurrence de #BenCharlieDeğilim
Crédits https://twitter.com/​murostuff/​status/​553286157925384195
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-10.png
Fichier image/png, 287k
Titre Tweet propageant une déclaration pro-kurde de Charb
Légende İbrahim ShekhSharafi #StephanieCharbonnier: Mais aujourd'hui je suis Kurde… #TwitterKurds #CharlieHebdo #ParisShooting #Kobane #France #Kurdistan
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-11.png
Fichier image/png, 246k
Titre Exemple de réaction contenant le terme mizah
Légende Barış Gençer Baykan Attaque en France sur le magazine satirique mensuel #CharlieHebdo. 11 personnes ont perdu la vie. Une énorme atteinte à la liberté de la presse.
Crédits https://twitter.com/​barisgencbaykan/​statuses/​552793950709628929
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-12.png
Fichier image/png, 39k
Titre Exemple de réaction contenant le terme mizah
Légende Ferhat Uludere Il en a des ennemis en Turquie ce magazine satirique qui critique toutes les religions. #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​ferhatuludere/​statuses/​552807770408628225
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-13.png
Fichier image/png, 34k
Titre Exemple de réaction contenant le terme mizah
Légende RamazanGülen Il y a encore des idiots pour croire que #CharlieHebdo est un magazine humoristique
Crédits https://twitter.com/​terzininDefteri/​status/​552800094077341696
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-14.png
Fichier image/png, 23k
Titre Exemple de réaction contenant le terme mizah
Légende SeyyaF #FLASH lors de l'attaque contre le magazine satirique français #CharlieHebdo connu pour ses caricatures islamophobes 11 personnes sont mortes, 10 ont été blessées dont 5 grièvement
Crédits http://twitter.com/​aliseyyaf/​statuses/​552794205089972224
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-15.png
Fichier image/png, 38k
Titre Exemple de réaction contenant le terme saldırı
Légende Hamdi Çelikbaş l'attaque contre le magazine satirique français #CharlieHebdo connu pour ses caricatures islamophobes est un élément du vaste complot contre les Musulmans
Crédits https://twitter.com/​HamdiCelikbas/​statuses/​552791188135481345
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-16.png
Fichier image/png, 43k
Titre Exemple de réaction contenant le terme saldırı
Légende Erdil Yasaroglu Cette attaque contre nos amis caricaturistes est horrible. C'est abominable de répondre à la caricature par les armes. #CharlieHebdo
Crédits http://twitter.com/​melisulug/​statuses/​552800905939402752
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-17.png
Fichier image/png, 44k
Titre Exemple de réaction contenant le terme saldırı
Légende Filosofca Vous pourrez assister à une attaque semblable dans un futur proche en Turquie qui abrite en son sein des islamistes radicaux et émule une jeunesse pieuse. #CharlieHebdo
Crédits http://twitter.com/​fatihasilkefeli/​statuses/​552797131392954368
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-18.png
Fichier image/png, 38k
Titre Exemple de réaction contenant le terme saldırı
Légende Dr. Cemal Barlas l'attaque armée à Paris au siège de #charliehebdo qui moque les valeurs de l'islam a fait au moins 10 morts
Crédits http://twitter.com/​EmreUssuz/​statuses/​552785172895391744
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-19.png
Fichier image/png, 31k
Titre Exemple de réaction contenant le terme kadar
Légende Çalıkuşu #CharlieHebdo vous n’étiez pas si tristes pour les Musulmans morts au moyen orient… Comme vous vous êtes alignés pour faire de la lèche à l’Occident…hypocrites
Crédits https://twitter.com/​alcicek_dilek/​status/​552841832540151809
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-20.png
Fichier image/png, 32k
Titre Exemple de réaction contenant le terme kadar
Légende MTDogruyol #MY Je suis aussi triste que l’a été la famille Bush pour les dizaines de milliers de Musulmans morts en Irak #CharlieHebdo
Crédits http://twitter.com/​MTDogruyol/​statuses/​552847389997154304
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-21.png
Fichier image/png, 18k
Titre Exemple de réaction contenant le terme kadar
Légende Muhammet Durmaz Que la France souffre un peu après avoir sucé la moelle de l’Afrique, du Moyen Orient et des autres régions oppressées! #CharlieHebdo
Crédits https://twitter.com/​muhammet_durmaz/​status/​552819716923068416
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-22.png
Fichier image/png, 38k
Titre Exemple de réaction contenant le terme kadar
Légende Müslüm4n Gürses La seule explication au fait que ceux qui ne voient pas les milliers de morts en Palestine en Syrie en Égypte aboient aussi fort pour la France; ils sont de la même trempe!
Crédits http://twitter.com/​Muslum4n_Gurses/​statuses/​552836648959229952
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-23.png
Fichier image/png, 44k
Légende Évolution du hashtag #ÜlkemdeCharlieHebdoDağıtılamaz
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-24.png
Fichier image/png, 20k
Légende Répartition des tweets du set de novembre par heure
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-25.png
Fichier image/png, 15k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-26.png
Fichier image/png, 19k
Titre Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.
Légende Iraz Yöntem DAECH a revendiqué les attaques de #Paris! Mais ça ne vous semble pas bizarre qu’ils n’aient pas revendiqué les massacres d’#Ankara ou de #Suruç! Abominable!!!
Crédits http://twitter.com/​irazyontem/​statuses/​665322377782370304
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-27.png
Fichier image/png, 49k
Titre Accusation de collusion de l’État turc avec l’E.I.
Légende Brkkn81 Prenez un chef d’État qui s’écrit RTE mais se prononce DAECH. Je vous dirais bien d’oublier mais… #paris
Crédits http://twitter.com/​brkkn81/​statuses/​665325558264262657
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-28.png
Fichier image/png, 286k
Titre Exemple de réaction contenant le terme Fransa
Légende CATYILDIZ #Paris Est-ce qu'il y aura en France un imbécile pour dire "état terroriste"…
Crédits https://twitter.com/​cihatatyldz/​statuses/​665318713344860160
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-29.png
Fichier image/png, 38k
Titre Exemple de réaction contenant le terme Fransa
Légende Gazi Que Dieu vous aide mes Frères musulmans de France en difficulté mon chagrin vous accompagne Après tout on est habitués aux victimes d'explosion au moyen-orient #Paris
Crédits https://twitter.com/​gezgin0680/​statuses/​665318495232663553
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-30.png
Fichier image/png, 34k
Titre Exemple de réaction contenant le terme insan
Légende Hüseyin Comment se fait-il qu'il se trouve encore dans notre pays des milliers de gens qui éprouvent de la sympathie pour ces terroristes, qui les soutiennent je jure que je ne comprends pas
Crédits https://twitter.com/​fulelitopcu/​statuses/​665321795264753664
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-31.png
Fichier image/png, 33k
Titre Exemple de réaction contenant le terme insan
Légende güçlü Notre peuple reste insensible lorsque des personnes meurent dans le sud-est. Mais quand ça se passe à Paris #Silvan #Paris
Crédits http://twitter.com/​21Sosyal/​statuses/​665321100109201408
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-32.png
Fichier image/png, 31k
Titre Exemple de réaction contenant le terme terör
Légende Yasin Alan pour les attaques terroristes de #Paris ils vont encore ajouter le chiffon rouge de l'islamophobie !
Crédits https://twitter.com/​Yasin_ALAN_/​status/​665318114289168384
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-33.png
Fichier image/png, 42k
Titre Exemple de réaction contenant le terme terör
Légende Mihriban TÜRK Nous SOMMES DÉGOÛTÉS des Juifs et des Chrétiens qui se font passer pour des Musulmans créent le terrorisme et dénigrent l'islam et aussi des leaders arabes qui regardent sans rien faire #Paris
Crédits https://twitter.com/​Mihriban_merent/​status/​665318593060454400
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-34.png
Fichier image/png, 52k
Titre Exemple de réaction contenant le terme terör
Légende Aysegul Ozcan Veldet Tous mes vœux de rétablissement #Paris ! Le terrorisme est déplorable où qu'il survienne ! Dans ce monde, rester vivant est une pure coïncidence malheureusement ! #ParisAttacks
Crédits http://twitter.com/​ysgls/​statuses/​665318952915107841
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-35.png
Fichier image/png, 36k
Légende Répartition des tweets du set #JeSuisCharlie
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-36.png
Fichier image/png, 22k
Légende Répartition des tweets du set #MuslimsAreNotTerrorist
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2298/img-37.png
Fichier image/png, 25k

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search