Version classiqueVersion mobile

Ambiguités turques

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Isabelle Gilles
, 
Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto
, 
et al.

I. Cadre théorique, hypothèses, problématique et méthodologie

Texte intégral

Cadre théorique et conceptuel

1L’ambition de ce dossier n’est pas d’ordre théorique. Elle est plutôt d’apporter des éléments empiriques collectés dans le feu des événements traumatiques et d’esquisser des analyses qui devront/pourront être poursuivies et approfondies dans un autre cadre. Cependant notre réflexion emprunte à la fois aux travaux récents relatifs à la réception des attentats (comme ceux de Gérôme Truc 2006, 2011 et 2016), aux travaux sur la formation, la structuration et la mesure de l’opinion publique (Marc et Tchernia 2007) et du consensus, sur les représentations collectives (Durkheim 1898 ; Augé 1974 ; Sperber 1996 et 2003), ainsi qu’à la sociologie et à l’économie politique des médias écrits ou sociaux (Kılıç Aslan 2016 ; Bali 2007, sur les éditorialistes ; Marchetti 2016 et 2017) et à la philosophie du langage (Fedi 2013).

2En conséquence, notre cadre conceptuel sera souple pour à la fois faire place et répondre à la diversité des terrains concernés (France/Turquie), à la diversité des langues impliquées (turc/français), à celle des deux séquences socio-politiques considérées, à celle des horizons d’interprétation en jeu, comme à celle des environnements/supports de communication sélectionnés (presse écrite et Twitter). Sans parler de la fluidité et de la complexité des événements considérés. Ce faisant, notre analyse s’efforcera d’être sensible aux cadres sociaux des réactions, aux conditions économiques, matérielles et techniques de leur expression et propagation comme au contexte national et international (et à la lecture qui en est faite) dans lequel ces réactions prennent place et sens.

Problématique et hypothèses

  • 2 Notons que déjà en décembre 2001 l’IFEA avait publié un document de travail intitulé « Perception e (...)

3Le projet soumis par l’USR-3131 analyse les réactions turques aux attentats commis en France en 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher les 7 et 8 janvier et le 13 novembre à St Denis et dans les 10e et 11e arrondissements de Paris. Il interroge la façon dont ces réactions révèlent des conceptions variables du monde contemporain, du conflit en Syrie et du rôle de la Turquie et de ses alliés occidentaux face aux phénomènes extrêmes2. Ainsi, il nous renseigne d’abord sur les représentations telles qu’elles se structurent et se développent aujourd’hui en Turquie, mais au vu de la place occupée par la Turquie dans des réseaux circulatoires très différents, il nous renseigne également sur les schèmes d’interprétation – pouvant nourrir des radicalisations – qui circulent entre le Moyen Orient et l’Europe.

4L’objectif est à la fois de donner une idée de l’étendue du spectre des réactions ambiguës et de voir comment la stupeur du monde occidental n’est pas nécessairement partagée, même dans des milieux que, de France, l’on croirait « acquis ». Suivant les cas, de la réaction d’empathie à la réaction qui semble trouver des excuses, voire des raisons positives aux auteurs de l’attentat, en passant par l’indifférence et la réaction « ambivalente molle », il existe toute une gradation. Notre objectif est d’identifier en priorité la gamme des réactions les plus dissonantes, de voir quels groupes sociaux et quels terreaux elles touchent, de déceler sur quelles argumentations elles reposent et comment elles peuvent circuler entre la Turquie et les communautés turques et/ou musulmanes d’Europe, et les djihadistes.

5Les réactions qui ne sont pas nécessairement des réactions claires de dénonciation se déploient sur plusieurs axes référentiels qu’il a fallu d’abord repérer puis ordonner. Ainsi, par exemple, pour les références françaises, s’articulent de manière variable, la position de la France par rapport à la question palestinienne, au passé colonial français/européen, à la gestion française de l’immigration, aux politiques d’intégration « à la française », aux politiques urbaines dans les banlieues, aux rapports complexes entre laïcité et islamophobie… Il s’agit également de repérer quels autres types de références apparaissent dans les argumentaires relatifs aux autres attentats. Aussi les mots mobilisés ont retenu particulièrement notre attention en tant qu’ils contribuent à dessiner un univers différencié de proximités/affinités, comme de distances.

6Au travers du repérage de la circulation de schèmes, on s’est efforcé d’esquisser l’archéologie des discours « conciliants » vis-à-vis des attentats à références islamiques radicales. On examine de même les circulations de ces argumentaires entre la Turquie et l’Europe comme entre la Turquie et le reste du « monde musulman ». Pour ce faire, on s’intéresse d’abord aux références (sources, auteurs, courants de pensée, événements convoqués) éventuellement mobilisées dans les discours médiatiques. Par ailleurs, toute proportion gardée, les comparaisons des prises de position dans les réseaux sociaux et la/les presses écrites en Turquie et hors de Turquie d’une part, entre la presse écrite et ce qui circule sur les médias sociaux, d’autre part, peut apporter un certain nombre d’éléments de réponse concernant l’articulation entre circulations et radicalisations.

7Enfin, sans prétendre faire une sociologie complète de la production et la circulation des discours, nous avons porté une attention spécifique à l’économie politique du secteur médiatique en Turquie ainsi qu’à la sociologie des personnes et des réseaux qui se font les vecteurs et relais de ces argumentaires. Qu’ils soient journalistes, « conseillers du Prince », trolls et « leaders d’opinion » sur les réseaux sociaux, les acteurs étudiés dans ce rapport ont en commun d’avoir publiquement commenté les attentats, autrement dit, ils occupent un rôle de médiateur entre le public turc et « la réalité » des attentats en France. Intellectuels organiques ou non, éducateur, organisateur d’hégémonie ou de coercition, ils œuvrent à produire ou tout du moins à relayer du sens sur ces événements tragiques français de 2015. On s’intéressera à leur formation, leurs lieux d’expression privilégiés, leurs ancrages sociaux, idéologiques, professionnels et géographiques, leur connexions régionales et internationales. Il s’agira notamment de comprendre dans quelle mesure ces acteurs et leurs interprétations s’inscrivent dans des rapports de force et luttes hégémoniques (Gramsci 1977). De quelle manière participent-ils à une tentative d’homogénéiser la lecture par les citoyens turcs des attentats en France de 2015 ? Dans quelle mesure légitiment-ils ou au contraire discréditent-ils l’usage de la violence contre des civils ? Comment cette configuration d’acteurs et leurs interprétations mettent-elles en évidence une propagande d’État qui contribue de manière indirecte à la légitimation du gouvernement AKP ?

8Notre problématique peut être résumée en quelques questionnements :

  • Quelles sont les grandes tendances des réactions turques aux attentats de Paris en 2015 ?

  • Peut-on parler de modes de réaction spécifiquement turcs ?

  • Ces réactions constituent-elles ou reflètent-elles une opinion publique turque sur ces attentats ?

  • Comment caractériser les schèmes dominants de ces modes de réaction, voire de cette opinion ? Sont-ils le produit d’impulsions du haut ou de l’extérieur, de leaders d’opinion et/ou la reformulation de schèmes antérieurs, réactivés ou reconvertis à l’occasion ?

  • En quoi les réactions ont une dimension internationale et résultent d’une perméabilité de la média-sphère turque à des registres réactifs étrangers ?

  • Quel sens donner aux différences de réaction entre janvier 2015 et novembre 2015 ? Autrement dit, dans quelle mesure la conjoncture nationale et régionale proche (ici, la conjoncture turque et moyen-orientale), ou encore la cible perçue des attentats, influe sur les modes de réaction face aux événements « extérieurs ».

  • Quelle est la part des données structurelles, des facteurs techniques et économiques dans le mode d’expression de ces réactions ? À cet égard quelles différences et articulations existent entre les différents vecteurs (presse papier ou sur Internet/réseaux sociaux) de ces réactions ?

  • Enfin, en quoi l’examen de ces deux vagues de réactions nous renseigne sur la montée de la référence à l’islam dans le réajustement des représentations collectives turques relatives à la France – et à l’Europe occidentale plus largement ? C’est à dire, en quoi l’image du « nous autres Turcs » paraît de plus en plus se construire en référence à l’islam (et en opposition à l’Europe réduite à sa prétendue identité chrétienne), comme en référence à l’islamophobie ?

9Dans cette perspective, nos hypothèses sont les suivantes :

  • La dense mais inégale réactivité turque aux attentats de Paris de 2015 revêt un caractère remarquable dû aux liens entre la Turquie et la France (composant une proximité multidimensionnelle), au sentiment partagé d’un destin commun face au danger terroriste, à la présence de Turcs en France, à la question débattue de la dimension religieuse des attentats commis, à l’acuité des polémiques sur la laïcité dans chacun des deux pays, comme au fait que certains des auteurs/concepteurs de ces attentats avaient séjourné en Turquie ou y étaient passés dans leurs déplacements entre l’Europe et la Syrie ou l’Irak. Les ressorts du concernement (Truc 2016) turc sont donc multiples.

  • Les opinions médiatisées dans la presse écrite ou sur les réseaux sociaux turcs ne sont pas nécessairement révélatrices d’une opinion moyenne (ou de celle de la majorité). Cette dernière ne nous intéresse pas ici au premier chef. En outre, elles sont la résultante d’effets de domination et de distorsion propres au champ de la presse et à la twittosphère dans lequel l’État turc joue un rôle clef. Néanmoins elle n’est pas la seule institution à produire des « manières de penser » qui informent les réactions. De nombreuses communautés de penser et d’agir « concurrentes » – d’extension infra-étatique ou supra-étatique et plus ou moins formalisées –, alimentent le « marché » des manières de penser et les modalités de réagir. Ces acteurs sont eux même influencés par de nombreux processus, à commencer par la globalisation et la montée en puissance de la contraignante logique économique dans la production et circulation de l’information...

  • Les modes de réaction observés – au-delà de différences parfois nettes entre l’apologie non déguisée des auteurs des attentats et leur stricte condamnation – possèdent des caractéristiques/colorations communes qui renvoient à des cultures/sensibilités politiques imprégnant en définitive l’ensemble des représentations. Ces dernières sont les dérivés de schèmes interprétatifs généraux de l’ordre politique national et international, incorporés par tous les citoyens turcs et diffusés/reproduits par les institutions turques.

  • Le contexte national – et régional – détermine pour partie la forme variable prise par les réactions turques aux deux vagues d’attentat. La comparaison de deux « moments » doit permettre de prouver cette importance du contexte national dans la fabrique du sens donné aux événements extérieurs, et de repérer des invariants plus indépendants des effets de conjoncture.

  • Les contraintes de langage (surtout pour Twitter), qui tiennent à la rapidité de l’expression inhérente au mode réactif et aux restrictions dimensionnelles de l’espace d’expression investi ont une incidence sur la manière de s’exprimer et sur le « contenu » de l’interprétation proposé. Elles contribuent à la standardisation de celui-ci comme aux processus de mimétisme, de surenchère et de polarisation.

Méthodologie

10Les méthodologies déployées pour l’analyse de la presse écrite et de Twitter sont distinctes l’une de l’autre mais visent chacune à répondre à ces interrogations. L’analyse est à la fois quantitative et qualitative et porte, pour la presse écrite, sur une période de dix jours suivant les attentats du 7 janvier et 13 novembre 2015 à Paris et St Denis. Cependant elle concerne un intervalle de temps de 24 à 36h pour Twitter et de 3 semaines pour l’expression de la frange radicale autour de la personne des frères Saïd et Chérif Kouachi. L’analyse quantitative permet de repérer la fréquence de certaines occurrences et leur évolution, les auteurs/émetteurs des énoncés et la place qu’ils occupent dans les médias. L’analyse qualitative permet d’étudier plus en finesse la terminologie des réactions ambiguës, les circulations de celles-ci, et la sociologie de leurs vecteurs, trois dimensions qui orienteront notre recherche. Pour mieux comprendre les modalités, la durabilité et l’impact des attentats en France sur les journalistes et simples citoyens turcs ayant écrit à ce sujet, l’analyse textuelle aurait pu s’articuler à d’autres méthodes telles que les entretiens, que la forme relativement contrainte du dossier « réactif » ne nous a pas permis de déployer.

Presse écrite

Méthodologie qualitative et quantitative

11Nous avons opté pour une méthodologie double en vue de conduire l’analyse de la presse écrite. Elle consiste en une analyse qualitative de contenu à l’aide d’un questionnaire, d’une part, et d’une analyse de discours, d’autre part, de huit journaux turcs qui représentaient l’ensemble de la palette politique et idéologique à l’époque des attentats (voir détail ci-dessous). L’enquête a été menée par deux codeuses et couvre les dix jours qui ont suivi les deux séries d’attentats de Paris (8-17 janvier 2015 pour Charlie Hebdo et l’Hyper Casher et 14-23 novembre 2015 pour les attentats de novembre à Paris).

12Le choix d’une analyse de contenu qualitative à l’aide d’un questionnaire permet de classifier l’information sous formes de catégories. Ce type de méthode analytique sert à réduire les données et à leur donner un sens (Julien 2008 : 120). La force de l’analyse du contenu réside dans la définition des unités de mesure et dans la collecte systématique des données (Bertrand et Hugues 2005 : 178). C’est Bernard Berelson qui a utilisé le premier le terme « analyse de contenu » en le définissant comme « une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste de la communication » (Berelson cité dans Lo Monaco, Delouvée et Rateau 2016 : 90). Larsen souligne que, comme cette définition le suggère, l’analyse de contenu est fondamentalement descriptive (Larsen 2002 : 118). L’analyse de contenu est une technique de recherche pour la classification systématique et la description du contenu de communication en considérant des catégories prédéterminées. Elle peut consister soit en une analyse quantitative ou qualitative, soit en une approche mixte (Asa Berger 2011 : 205-206). Nous avons opté pour cette seconde option.

13À ces fins, nous avons mis en place un questionnaire composé de 20 questions (voir annexe 4) dont la première partie (questions 1-11) est strictement quantitative (nombres d’articles, taille et place de l’information dans le journal, usage d’illustration, type d’auteurs et de sources) et la seconde, plus qualitative (questions 12-20).

  • 3 IŞİD est l’abréviation communément utilisée en langue turque pour Daech.

14Les types d’images mobilisés ont spécialement retenu notre attention (questions 5-8) : ces questions portent sur l’origine des images, leur nature, leur place dans le récit des événements, et sur leur « carrière ». Certaines images en effet ont beaucoup circulé et assuré de facto l’articulation entre médias écrits et réseaux sociaux. En outre, afin d’analyser et de comprendre le spectre des réactions comme celui des interprétations des événements, nous avons analysé la façon dont les informations qualifient l’acte, les victimes, la cible, les auteurs, et la réaction des autorités aux événements (questions 12-16). Nous avons identifié 6 catégories utilisées pour qualifier ces objets : religieuse ; nationale et géopolitique ; ethnique ; sociologique ; morale ; culturaliste. La question 17 porte sur les registres explicatifs des événements. Nous avons distingué 6 registres explicatifs : « sociologique » ; « historique » ; « idéologique » ou « religieux » ou « civilisationnel » ; « géopolitique » ; « complotiste » ; et « autre ». Enfin, les questions 18-20 concernent l’usage de la comparaison dans l’économie des interprétations proposées. Les événements en France sont en effet souvent expliqués, interprétés ou qualifiés à l’aune de la comparaison avec des événements nationaux voire internationaux – du fait notamment du contexte intérieur de la Turquie (guerre contre le PKK ou contre E.I./Daech/IŞİD3) et international (guerre en Syrie notamment). Ce sont parfois les lieux des événements qui sont comparés, parfois les perpétrateurs, et parfois aussi les réactions des autorités : il s’agit ainsi de faire sens d’éléments lointains (par exemple comparer le 11e arrondissement de Paris au quartier de Cihangir peuplé d’une jeunesse aisée et cosmopolite d’Istanbul ; comparer la terreur de l’E.I. à celle du PKK), mais aussi de se servir de la couverture des événements parisiens afin de rebondir sur des conflits nationaux ou régionaux pour la Turquie. L’usage de la comparaison participe donc pleinement de l’interprétation des événements et de leur articulation au débat national.

15Si une telle analyse comportant une dimension qualitative est essentielle afin de donner sens aux données et de répondre à nos questions de départ, elle se heurte cependant à certaines limites. En effet, il n’est pas évident d’intégrer les commentaires dans les choix des catégories qui peuvent parfois être subjectifs. Ceci a toutefois été fait autant que possible par les codeuses. Concernant les questions 12-17 notamment, les codeuses ont coché plusieurs réponses pour certains articles. Il est en effet parfois difficile de distinguer par exemples les catégories « sociologique » et « historique » l’une de l’autre et certains articles mobilisent tout à la fois les registres sociologique, historique, idéologique, religieux et complotiste. Enfin, il était parfois difficile de sélectionner les articles pertinents pour l’analyse. En effet, les articles des tout premiers jours suivant les événements portent directement sur l’événement, tandis que plus tard dans la semaine, les articles parlant de l’événement sont parfois plus un prétexte à discuter de questions générales, telle que l’islamophobie, ou des questions internes à la Turquie. Ceci est particulièrement valide pour l’attentat de Charlie Hebdo. Très vite les articles se sont concentrés sur l’islamophobie et la publication des caricatures par Cumhuriyet (voir partie II).

16L’analyse de discours de certains articles de journaux ou même simplement des titres a ainsi permis de pallier certains de ces manques et de compléter ou de vérifier l’analyse par questionnaire. Elle a rendu également possible de comprendre comment, relus et réinterprétés à l’aune des polarisations du champ politique et idéologique turc, du conflit régional, et de l’engagement ou expérience parfois directe des acteurs dans la guerre en Syrie, les événements radicaux extrêmes sont « domestiqués » et rapportés à des registres intérieurs mais aussi régionaux.

Choix du corpus et brève économie politique de la presse turque

  • 4 Les trois principaux journaux satiriques de Turquie, Uykusuz, Penguen (qui a cessé de paraître en m (...)

17Pour des raisons de contraintes de temps nous n’avons pas inclus les journaux turcs anglophones, ni la presse Internet, ni les magazines turcs satiriques, ces derniers ayant fait montre d’une importante solidarité à la suite des attentats perpétrés contre leurs confrères français de Charlie Hebdo4.

  • 5 Pour une analyse des prémisses des bouleversements du champ de la presse écrite dans un climat d’au (...)

18En outre, les événements de janvier et de novembre 2015 à Paris ont eu lieu avant que ne survienne le radical chambardement de la presse turque dont l’année 2016 fut le théâtre5. En conséquence, le paysage de la presse écrite était beaucoup plus diversifié qu’il ne l’est à la fin octobre 2017, même s’il faisait déjà l’objet d’importantes (auto-)censures ainsi que l’avait illustré la non couverture des événements du Parc Gezi en 2013 par les médias traditionnels (HRW 15/12/2016).

  • 6 Özgür Gündem, principal journal pro-kurde en langue turque – et dernier avatar d’une série de titre (...)

19Sur les huit journaux que nous avions sélectionnés et qui représentaient en 2015 l’ensemble de la palette politique et idéologique à l’époque des attentats, deux n’existent plus. Il s’agit d’un titre lié à la communauté de Fethullah Gülen – Zaman – et d’un titre proche du mouvement kurde – Özgür Gündem6. Le rétrécissement du spectre de l’offre en presse écrite est frappant. Zaman était un journal de la mouvance conservatrice relativement ancien (il est apparu en 1986), reconnu et bien établi. Fait notable par rapport aux autres grands quotidiens turcs, il était le seul à avoir lancé une version française, le Zaman France, destinée à la communauté turque de France, dont la création en 2005 précéda de deux années sa version anglophone, Today’s Zaman. L’agence de presse qui « alimentait » Zaman, Cihan Haber Ajansı (créée en 1994), bénéficiait des puissants relais de la communauté Gülen dans les institutions de sécurité (la police au premier rang) et de renseignement et à l’étranger. Elle a été fermée sur décision de justice le 7 mars 2016, entraînant avec elle la disparition totale de ses archives.

  • 7 Imputable sans doute à la première descente de police sur les bureaux de Zaman survenue le 14 décem (...)

20En novembre 2015 Zaman comptait encore cependant parmi les quotidiens les plus distribués. Selon le distributeur Yaysat, début novembre 2015, le nombre total (ventes en kiosque et abonnements) des exemplaires distribués était encore proche de 800 000. Ce qui le plaçait en tête, malgré une sensible diminution7 par rapport au début janvier 2015. Au moment des événements il était sur une ligne parfois critique par rapport aux gouvernements AKP, en tout cas sur les sujets de politique étrangère et de politique intérieure. Comparativement, Özgür Gündem était un journal dont le tirage ne dépassait pas les 10 000, mais qui était le journal de référence – circulant abondamment de main en main, présent dans les lieux de sociabilité kurde et épaulé par un site Internet efficace – d’une fraction de la population kurde de Turquie ainsi que d’une partie des « Turcs ethniques » de gauche ayant ces dernières années choisi de soutenir le parti pro-kurde aspirant à devenir un « parti de Turquie ».

21Les six autres titres peuvent être divisés en trois sous-ensembles.

  • Un sous-ensemble « kémaliste ». Avec Cumhuriyet – au tirage limité en janvier 2015 : 45 000 – représente l’opposition kémaliste et social-démocrate à l’AKP, ainsi qu’une certaine élite intellectuelle ; et Sözcü, plus populaire et davantage distribué (250 000) que le premier.

    • 8 Depuis 2009, périodiquement, des éditorialistes de Hürriyet exposés aux critiques de la presse pro- (...)

    Un sous-ensemble « libéral » : avec Hürriyet représentant d’une tradition libérale appuyée sur un grand groupe de presse constitué depuis des décennies (Doğan), qui en janvier 2015 avait une posture encore légèrement critique vis-à-vis de l’AKP. Ses chiffres de tirage étaient très inférieurs à Zaman, mais le plaçaient cependant en deuxième position (voir détail des tirages en annexe 3). Durant les deux périodes considérées, Hürriyet était sous surveillance8, échaudé après la sanction-amende matérialisée par un redressement fiscal sévère en 2009. Certains éditorialistes furent ainsi renvoyés du fait de leur position jugée trop critique vis-à-vis du gouvernement à l’instar d’Ismet Berkan, fameux éditorialiste (éconduit le 25 novembre 2016). D’autres, proches des positions du parti AKP, furent à l’inverse recrutés.

  • Et un sous-ensemble pro-gouvernemental, conservateur-religieux, considérablement renforcé à partir de 2007, date de la saisie du titre Sabah par l’État qui l’a revendu à Çalık, un homme d’affaires très proche du pouvoir. Du plus distribué, présentable et people, Sabah (300 000), au plus virulent, Yeni Akit (70 000), en passant par Yeni Şafak (100 000), organe de presse quasi officiel du parti dirigeant le pays. Ce sous-ensemble fait partie d’une nébuleuse plus vaste qui fonctionne en quasi-circuit fermé, avec des relais TV et Internet. Les mêmes messages sont diffusés sur l’ensemble des médias, qui se font écho. En outre, la « cohérence » de cette nébuleuse s’est considérablement accrue ces derniers temps, en même temps qu’augmentaient de façon spectaculaire ses moyens. Les journaux proches du pouvoir bénéficient ainsi de la rente liée à la diffusion de publicité et d’annonces obligatoires d’entreprises dont l’État est actionnaire. Ceci, même si leur tirage est inférieur à des journaux plus critiques (voir l’annexe 3). De la même façon, les grands groupes du secteur du BTP (comme Cemal Kalyoncu, qui a fini par racheter Sabah en 2013) et de l’énergie qui ont bénéficié des programmes de privatisation et des principaux appels d’offre publics dans le cadre de la politique de grands travaux, contrôlent la totalité des médias de ce sous-ensemble. Pour autant, ce caractère multisectoriel des holdings possédant les groupes de médias turcs est loin d’être spécifique aux groupes proches du pouvoir. Il caractérise une grande majorité du champ médiatique turc et constitue un facteur majeur d’autocensure et d’homogénéisation des discours, ceci afin d’éviter le harcèlement fiscal ou encore l’exclusion des appels d’offre (Kurban et Sözeri 2012). Cette mise en évidence de pratiques d’autocensure et d’arrangements avec le gouvernement des médias traditionnels, dont ceux dits d’opposition, a valorisé en creux l’usage des réseaux sociaux en Turquie et les journaux indépendants en ligne, qu’ils soient turcs (tels que P24, T24, Duvar, Diken, Medyascope, Bianet, OdaTV, etc…) ou étrangers (et traduits en langue turque), comme Aljazeera, Al Monitor, Deutsche Welle, BBC Türkçe ou Sputnik.

  • 9 Voir à ce sujet l’étude approfondie d’A. Kılıç Aslan (2016).

22Au-delà de cette première classification, il importe de préciser qu’une relative pluralité existe encore au sein de chaque journal, due en particulier aux contributions de différents éditorialistes. Le fonctionnement et les caractéristiques de l’institution de l’éditorialiste (columnist)9 sont en effet assez spécifiques à la presse écrite turque. Cette institution permet de mettre en scène au sein d’un même titre des opinions diverses, reflets de personnalités dotées chacune de sa propre trajectoire, généralement connue du lecteur. Si ce recours à la pluralité des éditorialistes était beaucoup plus prononcé et systématique il y a quelques années, il demeure à l’origine d’une apparente diversité des points de vue exprimés. En conséquence, nous nous sommes efforcés de tenir compte de cette particularité et de ne pas réduire à une seule couleur le spectre des opinions formulées dans un même titre.

Twitter

Économie politique de Twitter en Turquie.

  • 10 Les autres réseaux sociaux populaires présentent soit des difficultés de récolte des données (Faceb (...)

23Parallèlement à la presse écrite, il nous a semblé intéressant et pertinent de regarder du côté des réseaux sociaux, en nous concentrant sur Twitter10. En effet, compte tenu du haut niveau de pénétration de la téléphonie mobile et des réseaux sociaux dans la société turque, Twitter nous a paru devoir faire l’objet d’une étude à part en tant qu’il véhicule des modes spécifiques de réaction aux événements et d’analyse réactionnelle de ceux-ci. Avant de détailler la composition du corpus et la méthodologie adoptée pour l’analyse, il nous paraît utile de brosser le portrait changeant de la « twittosphère turque » de 2013 à aujourd’hui.

24Le taux de pénétration des réseaux sociaux en Turquie est élevé. Il va de pair avec la progression de la pénétration d’Internet dans les foyers (qui passe de 3 % en 2000 à 58 % en juillet 2016) et surtout de la téléphonie mobile (Freedomhouse 2017), malgré une couverture inégale qui favorise très nettement les zones urbaines.

25Twitter est en Turquie le quatrième réseau social le plus populaire, derrière Facebook, WhatsApp et Facebook Messenger.

  • 11 Mise à disposition de l’interface utilisateur en langue turque, rendant la plateforme accessible au (...)

26Cinq ans auront été nécessaires entre le lancement de Twitter le 21 mars 2006 et sa déclinaison locale lancée le 26 avril 201111 (Bayram Dede 27/4/2011). Son investissement rapide par les formations politiques et l’utilisation remarquée de Twitter comme outil de campagne lors des élections législatives de juin (Doğu et al. 2013 ; 2014a ; 2014b ; Çağlar et Özkır 2015) conduisent de nombreuses études à déterminer 2011 comme borne miliaire de l’utilisation des réseaux sociaux dans le pays, même si cette affirmation est erronée (Yüksel 9/4/2015).

  • 12 Pour une définition du troll, voir Casilli (24/3/2012). Binark et al. (2015) fait un état des lieux (...)
  • 13 Le fléau des botnets, ces parcs de machines ou d’objets connectés infectés utilisés à l’insu de leu (...)
  • 14 Question 7/51267 adressée par Umut Oran (CHP) au ministre de l’Intérieur Efkan Ala (sans réponse). (...)
  • 15 Patrikarakos (2017) laisse même entrevoir un système encore plus complexe de fabrication de la réal (...)

27La couverture médiatique des événements de Gezi en mai-juin 2013 met très fortement l’accent sur l’utilisation des réseaux sociaux (Tucker, Barbéra et Metzger 1/6/2013 ; Khazan 12/6/2013). Pour le parti au pouvoir, c’est une confirmation, davantage qu’un révélateur des bénéfices qu’il y a à retirer d’un investissement professionnel de cette arène, la stratégie de l’AKP reposant sur une logique de « campagne permanente » sur tous les terrains identifiés permettant d’entretenir et développer le lien avec les électeurs (Doğan 2016). Les premières tentatives s’appuyant sur les branches de jeunesse du parti se focalisent sur la propulsion de hashtags dans le haut du classement des plus populaires dans le pays/le monde, rapidement complétées par un programme de formation aux réseaux sociaux organisé par l’AKP et dispensé à ses membres à travers tout le pays (Gilles 11/7/2013), doublé d’une task force dont le Wall Street Journal révèle l’ampleur et l’agenda en septembre 2013 : 6000 personnes chargées de diffuser les vues de l’AKP sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, de surveiller les discussions et de lutter contre la « désinformation » produite par l’opposition en vue de l’échéance électorale. Un tiers des effectifs sont concentrés dans les grandes villes (1000 à Istanbul, 600 à Ankara et 400 à Izmir) tandis que le reste est réparti à travers le pays (Albayrak et Parkinson 16/9/2013). Pour cette équipe, la fin justifie les moyens. Outre le recours à un discours partisan accompagné de la production de fausses informations, les insultes, menaces et techniques de harcèlement à l’encontre de leurs contradicteurs sont monnaie courante, à tel point que les partis d’opposition et la presse ne les désignent plus autrement que par le vocable « Trolls de l’AKP » (AKTroller)12. La déclaration de guerre du mouvement Gülen à l’AKP que constitue la révélation du scandale de corruption touchant Recep Tayyip Erdoğan, certains de ses ministres et des membres de leurs familles en décembre 2013 ne fait que rendre plus crucial et impitoyable le combat pour l’hégémonie sur les réseaux sociaux. En effet, le mouvement Gülen, implanté dans le monde entier, doté de moyens humains et financiers colossaux est, tout comme son rival, bien présent sur le réseau avec des comptes officiels et revendiqués (organes de presse, de télévision, voix officielle de Gülen dans plusieurs langues, entreprises appartenant à l’empire financier), des personnes influentes proches du mouvement, des sympathisants dévoués à la cause mais également de faux comptes gérés par des bots13, ces derniers étant toutefois moins nombreux que ceux diffusant des messages pro AKP (Kızılkaya 20/3/2014 ; Poyrazlar 26/3/2014). En 2014, suite à de nombreuses plaintes, Twitter supprime plusieurs dizaines de milliers de faux comptes toutes tendances confondues à la veille des élections de mars. Six mois plus tard, le député CHP Umut Oran porte la question des trolls et de leurs liens supposés avec le parti de la justice et du développement devant l’Assemblée14, puis le collectif Hafıza kolektifi publie en octobre un graphe de ces fameux trolls qui révèle une interconnexion forte entre ces comptes qui recourent à l’injure et aux menaces (Shearlaw 1/11/2016 ; Zimmermann 13/9/2016), des journalistes écrivant dans les médias pro-gouvernementaux et les politiciens de l’AKP. Au centre de ce graphe se trouve Mustafa Varank qui n’est autre qu’un proche conseiller de Recep Tayyip Erdoğan. Cette étude reste à ce jour la seule tentative sérieuse de démontrer le noyautage du réseau social à fins hégémoniques. Les liens mis au jour montrent que cette entreprise de façonnage de l’opinion constitue un système fermé, l’information produite étant diffusée de manière identique sur les réseaux sociaux, dans la presse écrite et l’audiovisuel, totalement subordonné à l’appareil politique (Bulut et Yörük 2017)15.

Réseau des AkTrolls sur Twitter. La partie supérieure du graphe, en vert, représente les « civils » tandis que les nœuds jaunes représentent des journalistes et membres de l’AKP. Au centre du graphe apparaît Mustafa Varank, conseiller de Recep Tayyip Erdoğan, véritable charnière du réseau.

Hafıza kolektifi, octobre 2014

  • 16 Les données chiffrées par semestre peuvent être consultées sur le rapport de transparence sur la pa (...)
  • 17 Facebook publie également un rapport de transparence, disponible à l’adresse https://govtrequests.f (...)
  • 18 Au lendemain de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, le président Erdoğan a annoncé le r (...)
  • 19 L’analyse et le récapitulatif de ces opérations répétées de censure ont été publiés par Akgül et Kı (...)

28Les nombreuses déclarations hostiles aux réseaux sociaux de Recep Tayyip Erdoğan, successivement Premier ministre (2003-2014) puis Président de la République (depuis août 2014), nourrissent dans l’opinion qui lui est favorable un sentiment d’hostilité vis-à-vis de ses contradicteurs et s’accompagnent d’un arsenal de mesures répressives : l’État turc adresse un nombre sans cesse croissant de demandes d’identification de personnes, de suspension/suppression de contenus à Twitter16 (Kessel 9/2/2015 ; Turkeyblocks 21/3/2017) et Facebook17 ; de nombreux procès pour des propos tenus sur les réseaux sociaux jugés injurieux18 ou relevant de l’apologie du terrorisme sont intentés. L’appareil législatif de 2007, « modifié en septembre 2014, élargit les possibilités de blocages administratifs et donne la possibilité aux autorités de se procurer les données des utilisateurs sans mandat de justice » (Freedomhouse 2015). À cela viennent s’ajouter des actes systématiques de censure, par blocage de l’accès à tout ou partie de sites Internet, et le recours régulier à des interventions techniques de plus en plus sophistiquées (étranglement de la bande passante ou throttling, redirection de DNS, attaque TCP reset pour empêcher l’accès à des pages choisies ou interdiction d’accès pure et simple) pratiquées par les fournisseurs d’accès sur demande du pouvoir central pour des périodes plus ou moins longues19.

29Ces mesures ont eu pour effet de modifier en profondeur la twittosphère turque, qui ressemble aujourd’hui en de nombreux points à son paysage médiatique.

  • 20 Une veille systématique est assurée sur Twitter par le collectif @hafizakolektifi.

30Pour résumer, la stratégie d’investissement du réseau repose sur la capacité à créer l’impression d’une domination numérique qui à son tour « crée l’agenda » par la production et la propulsion massive de hashtags20 sur le devant de la scène ou le retweet de messages identiques. Ce résultat s’obtient par :

  • une mobilisation permanente et organisée des partisans et membres de l’AKP, relais volontaires de messages créés par le parti, pouvant aller jusqu’à l’organisation de campagnes de harcèlement ou de lynchage d’opposants influents sur le réseau ;

    • 21 Comme par exemple la section e-commerce du forum turc R10 dans laquelle se trouvent des rubriques c (...)
    • 22 Cette pratique est en violation des conditions d’utilisation de Twitter et peut aboutir à la suspen (...)

    de nombreux faux comptes gérés par des botnets ou achetés sur des forums spécialisés21 qui relaient massivement des messages sur le réseau (spam) et viennent artificiellement gonfler le nombre de followers des partisans ou des opposants22 ;

  • de nombreux actes de censure de la parole dissidente, systématiquement assimilée à de la propagande terroriste, adressées par voie judiciaire aux réseaux sociaux ;

  • une utilisation partiale et dévoyée de l’arsenal législatif (discours de haine, insulte au chef de l’État, propagande pour une organisation terroriste) qui tend à poursuivre les opposants (Ellis 2015 : 26-27) et laisse les AkTrolls impunis (Samanyolu Haber 15/7/2016).

Composition du corpus

  • 23 Plus précisément, nous nous sommes acquittés du droit d’accès aux données dites « historiques » (à (...)

31Deux méthodes de collecte (achat de tweets23 puis collecte manuelle) ont été employées pour constituer les corpus étudiés, l’achat de tweets ayant été financé sur le budget CNRS Attentats alloué à l’IFEA.

  • 24 La commande, passée en novembre 2016, intervient bien après les deux attentats, ce qui signifie que (...)

32Les échantillons établis à partir des données issues de la première méthode de collecte24 comptent respectivement 58 000 (janvier) et 140 000 (novembre) tweets qui correspondent aux premières tendances émergeant sur le réseau social dans les heures qui suivent immédiatement les événements.

33Le périmètre de ces ensembles (Sloan et Quan-Haase 2017) a été déterminé par une démarche quantitative basée sur l’observation des hashtags et tendances saillants en janvier et novembre à partir de deux sources : l’archive TT-history développée et maintenue par Mustafa İlhan et les données publiques du mesureur de tendances Trendinalia25. Les tendances et hashtags propulsés en haut du classement de Twitter traduisent la plupart du temps un agrégat soudain et passager de messages traitant d’un sujet et pas une lame de fond construisant sa popularité sur la durée. Néanmoins, un attentat est un événement qui génère invariablement une production importante de réactions sur les réseaux sociaux. À la différence du cadre temporel choisi pour la presse écrite, eu égard aux moyens techniques et humains limités pour ce projet, et en prenant en compte le fait que nous collections et analysions les données entre un et deux ans après leur publication, nous avons pris le parti de restreindre l’échantillon aux heures suivant immédiatement les attentats. L’objectif était de collecter des volumes de données traitables par des moyens humains, traduisant des réactions individuelles de préférence à des campagnes orchestrées et de choisir des termes de recherche sans coloration idéologique a priori afin de récolter une palette de données la plus large possible. Notre échantillon a aussi été volontairement limité aux premières heures suivant l’attentat, car nous avons postulé que l’immédiateté était plus susceptible de générer des réactions spontanées.

34Nous nous sommes enfin restreints aux tweets en langue turque, même s’ils peuvent avoir été écrits par des utilisateurs ne se trouvant pas en Turquie plutôt qu’aux tweets en turc émis depuis la Turquie, car les études s’accordent à dire que seul 1 % des tweets publiés sont géo-localisés (Morstatter et al. 2013). L’hypothétique bruit des Turcs de la diaspora a donc été jugé préférable à des données « pures » mais gravement lacunaires.

Nuage de mots revenant le plus fréquemment dans le set de janvier

35Les données ont été commandées à Twitter (Gnip) via Sifter et analysées via les outils de l’application web d’analyse textuelle DiscoverText, deux produits complémentaires de la société Texifter. Un nuage de mots a été généré pour chaque set de données, épuré du maximum de mots vides. Cinq termes ont ensuite été choisis pour constituer des sous-ensembles représentatifs. Les cinq termes retenus pour le set Charlie Hebdo sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Nuage de mots revenant le plus fréquemment dans le set de novembre

36Les cinq termes retenus pour le set de novembre sont présentés dans le tableau ci-dessous.

37Un échantillon aléatoire de chaque sous-ensemble a été constitué, et codés d’après la grille ci-après. Un même tweet peut recevoir plusieurs codes, hormis les catégories mutuellement exclusives (condamnation et apologie par exemple). Pour s’assurer de la solidité du processus, 2 sous-ensembles (1 pour chaque attentat) ont été codés en entier et les résultats obtenus se sont révélés très similaires à ceux des échantillons.

38La fréquence d’apparition du nom des frères Kouachi dans des messages complotistes et/ou apologétiques à caractère parfois radical repérés lors des premières observations nous a incités à composer un corpus de tweets à partir d’une requête sur l’interface publique de Twitter sur la période du 7 au 31 janvier 2015. Afin de s’assurer de ne retenir que des messages favorables aux frères Kouachi, la compilation manuelle a été préférée à une extraction automatique. Les tweets ont été classés en 15 catégories issues de l’analyse du contenu. Ils sont présentés sur l’agrégateur Storify accompagnés d’une traduction en français. Ils éclairent les logiques discursives convoquées par une fraction minoritaire et des arguments qui diffusent parfois bien au-delà de ces cercles restreints.

Notes

2 Notons que déjà en décembre 2001 l’IFEA avait publié un document de travail intitulé « Perception en Turquie des attentats du 11 septembre et de la riposte américaine » (Gangloff 2001) qui reposait sur l’analyse de 11 quotidiens turcs et des dépêches de l’agence Anadolu Ajansı.

3 IŞİD est l’abréviation communément utilisée en langue turque pour Daech.

4 Les trois principaux journaux satiriques de Turquie, Uykusuz, Penguen (qui a cessé de paraître en mai 2017 pour raisons financières) et Leman ont ainsi publié des messages de solidarité sur leur compte Twitter (image noire accompagnée de la phrase « Je suis Charlie ») Le journal Penguen a notamment publié des photographies anciennes de la visite des membres assassinés de Charlie Hebdo en Turquie et leurs rencontres avec les caricaturistes de Penguen.

5 Pour une analyse des prémisses des bouleversements du champ de la presse écrite dans un climat d’autoritarisme croissant du pouvoir central, voir le rapport de l’IPI (Ellis 2015) intitulé Democracy at risk. Fin juillet 2016, 8 journaux nationaux, dont Zaman, (et 35 locaux) ont été officiellement fermés dans le cadre de l’état d’exception.

6 Özgür Gündem, principal journal pro-kurde en langue turque – et dernier avatar d’une série de titres, fermés un par un, initiée en 1990 –, avait été lancé en avril 2011. Il a été d’abord provisoirement fermé le 16 août 2016, puis définitivement par décret dans le cadre de l’état d’exception, le 29 octobre de la même année.

7 Imputable sans doute à la première descente de police sur les bureaux de Zaman survenue le 14 décembre 2014.

8 Depuis 2009, périodiquement, des éditorialistes de Hürriyet exposés aux critiques de la presse pro-gouvernementale ont été renvoyés.

9 Voir à ce sujet l’étude approfondie d’A. Kılıç Aslan (2016).

10 Les autres réseaux sociaux populaires présentent soit des difficultés de récolte des données (Facebook), un faible taux de contenus à coloration politique (Instagram) ou encore un caractère éphémère qui aurait nécessité une collecte à l’instant T (Snapchat, Telegram).

11 Mise à disposition de l’interface utilisateur en langue turque, rendant la plateforme accessible au plus grand nombre.

12 Pour une définition du troll, voir Casilli (24/3/2012). Binark et al. (2015) fait un état des lieux du trolling sur Twitter en Turquie.

13 Le fléau des botnets, ces parcs de machines ou d’objets connectés infectés utilisés à l’insu de leurs propriétaires est la ressource principale de la cybercriminalité (spam, phishing, propagation de virus, vol de données personnelles, attaques informatiques). Dans son étude d’octobre 2016 portant sur l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique, l’entreprise Symantec a révélé que la Turquie est le pays contenant le plus de bots, avec les villes d’Istanbul et d’Ankara contenant le plus d’appareils infectés (PC/Mac, smartphones, tablettes, objets connectés). https://uk.norton.com/emeabots. Notons que la localisation géographique des botnets est totalement indépendante de leur zone d’action. Pour une utilisation des botnets à fin de propagande politique, voir Neudert (2017).

14 Question 7/51267 adressée par Umut Oran (CHP) au ministre de l’Intérieur Efkan Ala (sans réponse). Pour le contenu de la question, voir Cumhuriyet (29/8/2014).

15 Patrikarakos (2017) laisse même entrevoir un système encore plus complexe de fabrication de la réalité, où propagande et contre-propagande sont produites, diffusées, contestées, confirmées et décrédibilisées par un acteur unique.

16 Les données chiffrées par semestre peuvent être consultées sur le rapport de transparence sur la page https://transparency.Twitter.com/en/countries/tr.html. Tanash et al. (2015) concluent toutefois que les chiffres annoncés sont bien en-deçà de la réalité.

17 Facebook publie également un rapport de transparence, disponible à l’adresse https://govtrequests.facebook.com/country/Turkey/2013-H1/. Plus près de notre travail, Arsu et Scott (26/1/2015) rapportent la censure opérée par le réseau social sur des pages jugées « insultantes pour le prophète Mahomet ». Cette demande, formalisée par une décision de justice, s’accompagnait de menaces de bannir Facebook du pays.

18 Au lendemain de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, le président Erdoğan a annoncé le retrait de ses demandes en réparation pour insulte à l’encontre de politiciens d’opposition, de journalistes et de citoyens turcs. Sans que l’on puisse déterminer précisément la proportion de cas concernant les réseaux sociaux, les médias ont avancé un chiffre d’environ 4000 procès en cours, ce qui paraît énorme (Habertürk 1/8/2016).

19 L’analyse et le récapitulatif de ces opérations répétées de censure ont été publiés par Akgül et Kırlıdoğ (2015), ainsi que l’initiative citoyenne Turkey Blocks qui a pour objectif de documenter la censure d’Internet en Turquie et d’en informer le public. Active sur Twitter depuis septembre 2015 (@TurkeyBlocks), elle s’est adjointe un site Internet en août 2016 https://turkeyblocks.org. Engelli Web poursuit un but similaire en constituant une base de données des sites Internet bloqués en Turquie depuis 2008, travail salutaire de veille systématique couronné par plusieurs prix puisque les statistiques ne sont plus divulguées par les autorités depuis 2009 https://engelliweb.com/. Engelliweb a toutefois disparu du paysage fin 2016 pour une cause inconnue et n’est plus accessible que via les outils d’archivage du web tels Wayback Machine.

20 Une veille systématique est assurée sur Twitter par le collectif @hafizakolektifi.

21 Comme par exemple la section e-commerce du forum turc R10 dans laquelle se trouvent des rubriques consacrées à la vente de pages Facebook et de comptes Twitter (http://www.r10.net/). Le commerce de la popularité sur ces réseaux est une activité florissante qui repose sur du microtravail (Bock Clark 21/4/2015 ; Irak 21/3/2016 ; Darmanin 23/1/2017 ; Casilli 2/2/2017).

22 Cette pratique est en violation des conditions d’utilisation de Twitter et peut aboutir à la suspension du compte https://support.Twitter.com/articles/20171929#.

23 Plus précisément, nous nous sommes acquittés du droit d’accès aux données dites « historiques » (à l'exclusion des tweets effacés) de Twitter. La monétisation du réseau social est à elle seule un cas d’étude.

24 La commande, passée en novembre 2016, intervient bien après les deux attentats, ce qui signifie que les données étudiées sont forcément différentes de celles initialement publiées (suppression volontaire de comptes ou de messages, passage de profils en mode privé restreignant l’accès aux tweets publiés, censure de certains comptes à la demande des autorités ou des utilisateurs du réseau). La disparition de messages s’est d’ailleurs poursuivie depuis la collecte des données.

25 TT-history http://tt-history.appspot.com/. Trendinalia http://www.trendinalia.com/twitter-trending-topics/turkey/turkey-170914.html.

Table des illustrations

Légende Réseau des AkTrolls sur Twitter. La partie supérieure du graphe, en vert, représente les « civils » tandis que les nœuds jaunes représentent des journalistes et membres de l’AKP. Au centre du graphe apparaît Mustafa Varank, conseiller de Recep Tayyip Erdoğan, véritable charnière du réseau.
Crédits Hafıza kolektifi, octobre 2014
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Nuage de mots revenant le plus fréquemment dans le set de janvier
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-2.png
Fichier image/png, 32k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Légende Nuage de mots revenant le plus fréquemment dans le set de novembre
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-4.png
Fichier image/png, 34k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-5.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2297/img-6.png
Fichier image/png, 21k

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search