Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ambiguités turques

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Isabelle Gilles
, 
Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

« (...) Quand 5 ou 6 Français perdent la vie dans un acte terroriste, toute l’Europe se rassemble, mais quand des actes terroristes ont lieu dans nos villes pas une voix européenne ne se fait entendre (....) »
Extrait d’un discours de Bilal Erdoğan, fils du président de la République turque, à Tokat, le 14 mars 2017.

1L’extrait qui figure en exergue illustre quel cadrage partiel des événements terroristes de 2015 à Paris peut être effectué deux ans après ces derniers par une figure politique devenue centrale, qui tire son unique légitimité publique de ses liens au président. Figure blessée par les révélations de décembre 2013 relatives à ses agissements dans l’ombre tout autant que fidèle relais de la doctrine officielle, Bilal Erdoğan est en quête de revanche. Comme pour s’innocenter il abonde dans un discours qui vise à discréditer les adversaires politiques de son père amalgamés sans nuance aux puissances européennes prétendument islamophobes et ennemies de la Turquie. Or, force est de constater que sa lecture des attentats survenus en France n’a rien de marginal. Elle est même devenue ces dernières années banale. Formulée dès le lendemain des événements, elle s’est consolidée avec le temps, sur fond de tensions croissantes avec l’Union européenne.

  • 1 La presse turque évoque d’ailleurs plusieurs autres messages Facebook haineux postés par ce diploma (...)

2Autre témoin de cette banalisation, la capture d’écran ci-dessous est une publication Facebook datant du 14 novembre 2015. Le propriétaire du compte, Yusuf Ziya Özcan, est un sociologue qui a présidé le Conseil de l’Enseignement Supérieur de Turquie (YÖK 2007-2011) avant d’être nommé ambassadeur de la République de Turquie en Pologne (2012-2016)1. Cet album de photos d’archives de source inconnue est assorti d’un commentaire sur le bilan humain des attentats du 13 novembre, lui opposant le massacre et les sévices infligés par l’armée française aux civils algériens durant la colonisation.

3Cette publication par un représentant officiel de l’État turc a été le point de départ de notre interrogation sur la formation et la diffusion des représentations dans l’opinion publique.

Traduction : Yusuf Ziya Özcan a partagé la publication de Sedat Uslu / Sedat Uslu a jouté 4 photos / 14 novembre, 21h37 Modifié / Quelqu’un a demandé si un massacre se déroulait en France ! / Mais quand les bâtards de Français assassinaient un million et demi de Musulmans en Algérie, vous ne disiez rien !

4La Turquie est un pays directement voisin de la Syrie (avec 900 km de frontières terrestres communes) et une pièce importante dans le dispositif d’intervention en Syrie. Son armée – dont la présence a été considérablement renforcée tout au long de la frontière – a été directement engagée sur le terrain, en Syrie même, au cours l’opération dénommée Euphrates Shield lancée le 26 août 2016 et officiellement achevée fin mars 2017. Et mi-mai 2017, une nouvelle opération militaire en Syrie est annoncée dans le cadre de l’offensive internationale contre Raqqa. Traversé dans les deux sens par les djihadistes du monde entier, c’est aussi un pays émetteur de djihadistes vers la Syrie. Entre 2011 et début juin 2017, selon la direction turque des migrations, 4957 personnes étrangères ayant tenté de passer illégalement en Syrie à partir de la Turquie ont été arrêtées, puis expulsées. Dont 804 Russes, 435 Indonésiens, 308 Tadjiks, 278 Irakiens et 254 Français, pour les contingents nationaux les plus nombreux. (Saymaz 2017 : 73).C’est la tête de pont d’une diaspora turque importante en Europe occidentale qui constitue une des variantes de l’islam européen (on compte 4,5 millions de Turcs en Europe occidentale, dont plus de la moitié a acquis une nationalité européenne). La Turquie a également été la cible de deux attentats majeurs en 2015 attribués à l’État Islamique (E.I.), l’un fin juillet à la frontière syrienne (Suruç) et l’autre à Ankara, sa capitale, le 10 octobre 2015 (ce dernier constitue le plus meurtrier de l’histoire moderne de la Turquie). Ceux-ci ont coûté la vie de respectivement 33 et de 128 citoyens turcs issus de la gauche turque et des mouvements kurdes.

5La Turquie est donc un pays clé pour la compréhension des phénomènes de violence aveugle en rapport avec la situation en Syrie et en Irak (et, au-delà, dans le « monde musulman ») qui ont touché l’Europe et le monde en 2015. Pour des raisons à la fois de poids démographique, de situation régionale et d’influence dans l’ensemble du « monde musulman », du fait de son histoire complexe dans la lutte antiterroriste mais aussi du fait de cette synchronie avec les attentats de l’E.I. sur le territoire turc, les opinions et représentations en Turquie ont une valeur révélatrice et même heuristique pour une compréhension plus large du développement des schèmes d’interprétation radicaux susceptibles de générer ou tout du moins d’accompagner des processus d’engagement et de radicalisation.

6Après les différents attentats survenus en France en 2015, au-delà des réactions officielles convenues, à l’instar de la participation du Premier ministre turc de l’époque à la marche républicaine organisée en faveur de la liberté d’expression à Paris le 11 janvier 2015, ou des réactions sincères de certains individus et groupes sociaux, on a pu constater dans l’opinion turque – du sommet de l’État aux milieux les plus modestes – comme une tolérance, si ce n’est une forme de compréhension, vis-à-vis des motivations supposées des auteurs des attentats parisiens. Certaines convergences étranges, d’un extrême à l’autre du spectre idéologique, dans la réception de ces événements, traduisent des affinités à la fois dans les modes de représentation de la situation contemporaine et les modes de positionnement face à celle-ci. Or, ces modes de représentation sont les arrière-plans agissant des comportements, jusqu’aux plus extrêmes d’entre eux. La comparaison des réactions émises en Turquie face aux attentats commis en France et face aux autres attentats commis dans l’année sur le territoire turc ou dans des pays arabes au nom du djihadisme est nécessaire pour permettre d’approfondir et de mieux qualifier le rapport entre un nous diversement défini et des autres diversement caractérisés.

Notes

1 La presse turque évoque d’ailleurs plusieurs autres messages Facebook haineux postés par ce diplomate turc. Cette publication sera supprimée suite au tollé dans son fil de commentaires puis dans la presse (par ex. Cumhuriyet 18/11/2015), et est suivie le 19 par une explication qui, sans aucunement renier le sous-texte idéologique de la publication supprimée, convient que le moment était inapproprié. Tout en s’excusant, il se dédouane en rappelant qu’il n’est pas l’auteur de la publication originale.

Table des illustrations

Légende Traduction : Yusuf Ziya Özcan a partagé la publication de Sedat Uslu / Sedat Uslu a jouté 4 photos / 14 novembre, 21h37 Modifié / Quelqu’un a demandé si un massacre se déroulait en France ! / Mais quand les bâtards de Français assassinaient un million et demi de Musulmans en Algérie, vous ne disiez rien !
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2296/img-1.jpg
Fichier image/, 101k

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access

Acheter