Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Joyce Blau l'éternelle chez les Kurdes

 | 
Hamit Bozarslan
, 
Clémence Scalbert-Yücel

À propos d’un concours international d’urbanisme à Diyarbakır en octobre 2011

Jean-François Pérouse

Texte intégral

Bir Zamanlar Diyarbakır, p. 13

  • 1 Mustafa Gazi, Diyarbakır Türkçesi. Memleketten êlesıne yansımalar, Istanbul, Elma, 2004.

1Nous garderons longtemps en mémoire le voyage à Diyarbakır que nous avons effectué en mai 1997 avec Joyce Blau, à l’occasion d’une conférence pour la paix au Kurdistan qui devait avoir lieu à Ankara et fut finalement annulée au dernier moment. Le sud-est de la Turquie était encore marqué par les violentes « années de plomb » que sont les années 1991-1996, dont Diyarbakır fut un triste et tragique théâtre. Plus habituée aux langues kurdes d’Irak du nord et d’Iran, Joyce Blau n’avait de cesse de s’étonner du caractère étrange et fortement altéré du kurde parlé à Diyarbakır. Tant celui-ci était « turquifié » et truffé de termes, voire même de structures propres à la langue turque... Des caricaturistes – comme Doğan Güzel avec sa série Qırıx dans le quotidien Özgür Gündem – se sont déjà saisis de cette étrangeté. Il existe même des lexiques sur la langue spécifique de Diyarbakır1.

2Nous ne parlerons pas ici de ces questions linguistiques, mais d’une autre expérience de Diyarbakır, de quinze ans plus récente que celle vécue aux côtés de Joyce. En effet, j’ai participé en octobre 2011 à un jury de « planification urbaine et de design » organisé par l’association française Les Ateliers internationaux de Maîtrise d’œuvre urbaine, une ONG relativement établie et ancienne (elle a été fondée en 1982) spécialisée dans le conseil international en urbanisme. L’originalité de cette ONG est d’avoir un champ d’action très large (du point de vue géographique) et d’organiser in situ des ateliers qui associent des professionnels locaux et des professionnels du monde entier sélectionnés sur appel public. Les propositions faites par les équipes participantes – qui s’efforcent de répondre à une demande précise des pouvoirs locaux – sont ensuite soumises aux intéressés qui en disposent après à leur guise. On est donc plutôt dans le concours d’idées.

  • 2 Dont, entre autres, la municipalité de Yenişehir, associée partiellement à l’organisation du concou (...)

3Le choix de Diyarbakır pour les ateliers de 2011 ne se comprend qu’en référence à deux autres acteurs partenaires des ateliers : la municipalité de Rennes, liée par des accords de jumelage à celle de Diyarbakır depuis 1977 – accords transformés au fil du temps en accords de coopération décentralisée –, et l’Agence Française de Développement (AFD), implantée depuis 2005 en Turquie et soucieuse de soutenir des projets urbains durables dans l’ensemble du pays et notamment à l’est souffrant de mal-développement. La demande formulée par la municipalité de Diyarbakır portait sur la transformation « sur place » d’un des quartiers auto-construits de Diyarbakır, le quartier Ben-û-Sen situé au sud-ouest du centre-ville (encore fortifié) correspondant à la municipalité de Sur (Diyarbakır est une Grande Municipalité ou Büyükşehir Belediyesi depuis 1984, qui comprend plusieurs municipalités d’arrondissement2). Ben-û-Sen, comme collé aux flancs de la vieille ville, est, dans l’imaginaire collectif actuel de Diyarbakır, un des quartiers spontanés les plus emblématiques, fruit de l’immigration intense et incontrôlée qui affecte la ville depuis 1990.

  • 3 Zeynep Gambetti (2009): « Decolonizing Diyarbakır: culture, identity and the struggle to appropriat (...)

4Le défi était de taille, dans une métropole suspectée en permanence par le pouvoir central – qui n’est, on le sait, pas de la même couleur politique – de faire de la « politique de l’identité » (kimlik siyaseti), au lieu de faire de la « politique du service », d’organiser ces ateliers en sortant des problématiques habituellement à l’agenda des ONG européennes venant à Diyarbakır (centré assez invariablement sur les questions ethniques et linguistiques, les questions de droits de l’Homme, de pauvreté ou de violence contre les femmes). Et même si tout est ethnico-politique à Diyarbakır – exagérément –, les sciences sociales oublient trop souvent qu’il s’agit aussi d’une grande agglomération avec ses dynamiques économiques et sociales, sa jeunesse, ses femmes, ses nouveaux riches et ses conflits3.

Diyarbakır, la demande et les enjeux

  • 4 Sur les migrations de ces dernières années vers Diyarbakır, on peut se référer à cette présentation (...)
  • 5 « İçkale », sous-ensemble situé au nord-est de la vieille ville, délimité lui-même par des muraille (...)
  • 6 Dans le document officiel remis aux membres du jury figuraient en couverture les attendus suivants  (...)

5La grande municipalité de Diyarbakır compte officiellement plus d’un million d’habitants en 2012. Sans se laisser emporter par les exagérations qui circulent, on peut admettre que la population réelle y est supérieure – mais dans quelle proportion ? – à la population recensée, compte tenu de l’extrême mobilité et précarité de la population arrivée récemment et du contexte régional encore trouble qui continue à faire de la ville un relatif havre de paix. Cette population instable et vulnérable est donc le produit de l’exode forcé des campagnes de la région en proie aux violences et à l’insécurité chroniques4. Depuis la fin des années 1980 Diyarbakır est une ville de réfugiés de l’intérieur, que les pouvoirs locaux doivent accueillir tant bien que mal. Dans ce contexte difficile de pression démographique et d’immigration – sans parler du sous-emploi ou du chômage –, la municipalité métropolitaine a le souci, pour le bien-être de ses administrés, comme pour l’image de sa ville et le devenir de l’économie touristique, de trouver des solutions à la lancinante question du logement. Donc pour la municipalité métropolitaine, la demande adressée aux Ateliers est claire : permettre d’assurer une transformation en douceur, c’est-à-dire en évitant des déplacements de population, d’un quartier trop précaire et trop proche des hauts lieux patrimoniaux que constituent les murailles et la forteresse interne5. Par ailleurs, le tout devait se faire dans l’esprit le plus participatif possible6.

6Pour les autres acteurs impliqués dans l’organisation du concours d’urbanisme, les enjeux et priorités – implicites ou non – étaient en partie distincts de ceux de la municipalité métropolitaine. C’est ainsi que pour l’Administration du Logement Collectif – ou TOKİ –, qui dépend directement du Premier ministre, et donc incarne aux yeux d’une partie des habitants le pouvoir central considéré avec une certaine méfiance, l’enjeu était avant tout de résorber l’habitat insalubre et peu sûr. Derrière cette priorité affichée se profilait un autre enjeu qui ne pouvait pas être ouvertement exprimé : modifier positivement la relation de la population locale au pouvoir central d’Ankara à travers les réalisations de TOKİ – qui opèrent sur un dossier primordial et sensible pour l’électorat, celui du logement –, en vue d’une reconquête de la municipalité de Diyarbakır « perdue » en 1994 par les partis conservateurs à références religieuses. Tout au long des débats qui ont eu lieu dans la phase amont ou lors de la discussion des propositions d’urbanisme, une tension était perceptible à chaque fois qu’il s’agissait de TOKİ. Certains habitants du quartier concerné – et même certains de leurs représentants locaux – ont à plusieurs reprises fait part de leurs réticences face à l’implication de TOKİ (acteur pourtant incontournable en tant que maître du jeu foncier) dans les projets d’aménagement. Dans ce contexte de friction politique, la position de l’AFD et de la municipalité de Rennes consistaient en grande partie à assurer le lien – en offrant une sorte de garantie et de médiation neutre – entre des acteurs ayant encore tendance à s’ignorer, voire à être en conflit permanent. La médiation offerte par les tiers institutionnels venus de France devait permettre de faire s’asseoir autour de la même table TOKİ et la municipalité métropolitaine (plus que la municipalité d’arrondissement de Sur directement concernée, d’ailleurs). Ce qui fut fait et constitue déjà en soi une réussite.

Les ateliers et les propositions

7Les ateliers se sont déroulés sur deux semaines. Ils ont commencé par des rencontres avec les acteurs de la demande (essentiellement des membres de la municipalité métropolitaine, le maire Osman Baydemir s’investissant personnellement), des visites du terrain et diverses conférences. Ce faisant, toute une série de documents graphiques (plans, cartes, projets) ont été mis à la disposition des urbanistes et autres professionnels réunis dans les équipes formées. La lecture de ces documents a été rendue possible grâce aux professionnels « locaux » impliqués dans les trois différentes équipes internationales constituées (la première équipe, par exemple, comprenait trois Français, une Turque, un Italien et une Anglaise) et aux traducteurs. La municipalité de Diyarbakır a hébergé ces ateliers dans ses propres locaux et n’a pas lésiné sur les moyens mis à disposition ni sur la disponibilité horaire de ses agents. De ce fait, les participants étrangers ont été tous, pour ceux qui ne connaissaient pas Diyarbakır, très sensibles à l’extrême voire confondante qualité et chaleur de l’accueil réservé. Ce qui a permis de créer les conditions les plus favorables qui fussent au travail et l’échange.

  • 7 Voir « BDP’li Tan Dicle vadisi projesini hatırlattı » [Le député du BDP Tan a demandé ce qu’il en é (...)

8Nous n’allons pas ici détailler les trois propositions élaborées et finalement soumises aux autorités locales. Elles témoignent toutes les trois du caractère pluridisciplinaire des équipes, d’un sens des échelles d’intervention – chacune des équipes ayant eu le souci d’inscrire l’intervention à Ben-û-Sen dans le Grand Diyarbakır –, d’une volonté de maintenir la population en place, d’une exigence de durabilité au niveau à la fois écologique et social et enfin d’une sensibilité patrimoniale (dans une conception vivante et participative de celui-ci ; et non pas froide et muséifiante). Par exemple, les trois propositions ont formulé une critique – parfois virulente – du grand projet urbain de la vallée du Tigre. Ce projet qui semble pourtant recueillir un soutien général – et d’ailleurs faire largement lien entre des personnes aux positionnements politiques différents – consiste en une série d’aménagements de la vallée du Tigre, destinés à mieux arrimer physiquement et fonctionnellement celle-ci à la ville qui la surplombe. Mais ce grand projet pour Diyarbakır, qui a fait l’objet d’un concours d’urbanisme en 2007, paraît se heurter aux rivalités désormais presque structurelles entre pouvoir central et pouvoirs locaux. En mai 2012 d’ailleurs, Altan Tan, député BDP de Diyarbakır a adressé une question au Premier ministre à ce sujet, rappelant les retards accusés et l’allusion faite par le Premier ministre à ce sujet avant les élections de juin 20117. En définitive, on a le sentiment que chacune des deux parties détient son projet, dont elle ne veut pas abandonner à l’autre la paternité ni les retombées électorales et symboliques escomptées, supposées positives.

9Ceci dit, nous avons été frappé par les nombreuses convergences entre les propositions, qui renvoient aux cultures et pratiques professionnelles actuelles de l’urbanisme en Europe occidentale : accent sur le lien entre centralité urbaine et densité de population, accent sur l’importance des espaces publics et de la circulation piétonne, souci du patrimoine et du vernaculaire, souci de la durabilité, de l’agriculture intra-urbaine et référence fréquente à la notion de « communauté locale » (censée être l’acteur presque naturel et le moteur d’un processus participatif). En outre, l’idée défendue de proposer un système locatif aidé est assez stimulante dans un pays où la politique publique du logement – dont le caractère social peut être sérieusement discuté – est polarisée sur l’accession à la propriété.

10On retrouve là des principes-clé, respectables sauf quand ils sont répétés de manière presque automatique et invariable, de l’intervention urbanistique occidentale dans le monde entier.

Réception et remarques

11La séance finale de rendu et de présentation des projets, qui s’est déroulée dans la grande salle de réunion de la municipalité métropolitaine à Bağlar le 21 octobre 2011, a été l’occasion d’observer certaines interactions, réactions et d’entendre certains commentaires des commanditaires ou de personnes présentes dans l’assistance. Sans remettre en cause l’intérêt et la qualité des projets proposés, certains membres des équipes techniques de la municipalité ont qualifié les propositions de « romantiques », en tant qu’elles ne prenaient pas suffisamment en compte les réalités/contraintes du terrain ni les attentes des populations concernées. Les problèmes de traduction ont sans doute ajouté à ce choc des représentations.

12Dans les propositions formulées, on a pu déceler un double ethnocentrisme qui conduit à penser comme universelle la valeur de la centralité comme celle de l’historicité. En d’autres termes, il a semblé difficile aux intervenants étrangers d’accepter et d’intégrer le fait que la distance au centre ne fût pas nécessairement vécue comme stigmatisante et le fait que la mise à distance par rapport à l’ancien, à l’historique pût être une étape désirée de leur trajectoire-logement par les premiers concernés. Par ailleurs, la volonté de sanctuarisation du centre (appelé sur içi) autour d’éléments patrimoniaux mis en exergue – volonté partagée par différents acteurs locaux, ayant des stratégies et des visées distinctes, avec le ministère de la Culture et du Tourisme d’un côté, et la municipalité métropolitaine de l’autre – suppose une dédensification du centre intra-muros qui paraît faire consensus localement. Donc l’impératif de la densité qui paraît désormais au fondement de toute intervention urbanistique en Europe occidentale et tout particulièrement en France, n’est pas partout partagé Corrélativement, l’impératif de la diversité des fonctions, que l’urbaniste aurait à garantir à tout prix, n’est pas partout prioritaire.

  • 8 Enquête évoquée lors d’une journée de débats et d’échanges avec les acteurs locaux à la mairie de D (...)

13Il nous faut nous méfier, par ailleurs – autre forme d’ethnocentrisme ? –, d’une conception trop exotisante et idéalisante des « espaces publics », expression qui en définitive a peu de résonance en langue turque comme en langue kurde. Le diagnostic majoritairement fait de la « qualité des espaces publics » ne peut être élaboré seulement sur la base d’observations passagères, d’impressions ou de critères formels/physiques. Il engage aussi les formes de lien social dont l’évaluation n’est pas évidente et supposerait des entretiens multiples et diversifiés. Parallèlement, l’idéalisation des espaces publics conduit aussi à idéaliser la cohérence de la « communauté locale », en masquant les vifs conflits d’intérêts et de situation objective qui existent (propriétaires/non propriétaires, anciens/nouveaux arrivants, occupants de terrains publics/détenteurs d’un titre de propriété, jeunes/adultes, hommes/femmes...). En d’autres termes, Ben-û-Sen est une microsociété complexe avec ses différenciations internes et ses contradictions. La supposée identité du quartier que nous construisons de l’extérieur peut n’avoir aucun rapport avec les espaces concrètement vécus, en vérité investis de façon très fragmentée par les intéressés. Ainsi, d’après une enquête8 non publiée du département d’architecture de l’université de Diyarbakır, conduite au début de l’été 2011, plus des trois quarts des femmes interrogées à Ben-û-Sen étaient favorables à une sortie du quartier dont les conditions de vie ne leur semblaient pas acceptables.

14De même, les participants au concours ont eu des difficultés manifestes à accepter une autre conception de la modernité urbaine que celle qui prévaut en Europe occidentale. Une modernité qui passe par la production d’un bâti neuf ou radicalement renouvelé comme par la rupture formelle avec des modes de vie ruraux associés dans les représentations localement dominantes au sous-développement. Dans cette optique, les propositions des différentes équipes sur les activités agricoles auraient dû être reformulées de telle sorte qu’on permette une rupture symbolique avec un certain mode de production agricole jugé ancestral, voire archaïque.

15En conséquence, pour éviter ces ethnocentrismes qui peuvent aboutir à formuler des propositions décalées par rapport aux horizons d’attente des acteurs nationaux comme locaux, l’analyse du système local de contraintes – qui conditionne l’ensemble des possibles – doit être conduite, dans les mots et catégories des populations concernées. Ce, du point de vue des attentes habitantes, en prenant en compte les contradictions comme les conflits qui travaillent ces populations.

16En conclusion nous ne pouvons que nous réjouir de ce qu’une telle initiative ait pu se dérouler sans problème à Diyarbakır et que des professionnels de disciplines et d’origines diverses aient pu collaborer avec des membres de la municipalité de Diyarbakır. Ce moment a redonné du sens au jumelage Rennes/Diyarbakır et a certainement permis à l’AFD de mesurer les particularités de la coopération décentralisée dans le sud-est de la Turquie et dans un contexte turc où la décentralisation administrative demeure encore peu avancée. Par ailleurs nous voudrions souligner encore combien les représentations/projections réciproques et les divergences dans les attendus et les concepts en amont de toute pratique professionnelle – sans parler des questions de langue – compliquent les relations de travail transnationales. Même la définition d’objectifs communs peut se heurter à des impensés et autres a priori des pratiques professionnelles nationales. Ce qui paraît évident ou non questionnable à certains peut, dans un autre contexte, n’avoir aucune résonance. L’action internationale dans l’est de la Turquie – comme celle, très importante en termes de moyens investis en tout cas, de l’Union européenne – mériterait sans doute d’être réinterrogée à la lumière de ces soupçons. L’efficacité des initiatives conduites dans la « région », passant par le renoncement à toute forme d’orientalisme faussant a priori les relations transnationales, est en jeu.

Bibliographie

Arhan F. (2001), Diyarbakırspor’un 33 yılı. GeriPas, Istanbul, Sî.

Bağlı M. & Binici A. (2005), Kentleşme Tarihi ve Diyarbakır Kentsel Gelişimi, Ankara, Bilim Admı Yayınları.

Beysanoğlu Ş. (1963), Bütün Cepheleriyle Diyarbakır, Istanbul, Şehir Matbası.

Beysanoğlu Ş. (1998), Anıtları ve Kitâbeleri ile Diyarbakır Tarihi. Başlangıçtan Akkoyunlar’a kadar, Diyarbakır, Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi Kültür ve Sanat Yayınları.

Diken Ş. (2011), Diyarbakır is Waving Its Hands, Ankara, Lîs.

Diken Ş. (2002), Sırrını Surlarına Fısıldayan Şehir : Diyarbakır, Istanbul, Iletişim.

Gazi M. (2004), Diyarbakır Türkçesi. Memleketten êlesıne yansımalar, Istanbul, Elma.

Gambetti Z. (2009), « Decolonizing Diyarbakır: culture, identity and the struggle to appropriate urban space », in Kamran Asdar Ali and Martina Rieker (eds), Comparing Cities: The Middle East and South Asia, Karachi, Oxford University Press, p. 95-127.

Karan C. (2010), Diyâr-ı Bekir ve Müslümanlarca Fethi, Istanbul, Ensar.

Korkusuz Ş. (éd.) (1999), Bir Zamanlar Diyarbekir. Zamanlar, Mekanlar, İnsanlar, Istanbul.

Lorain T. (2011), « L’architecture militaire de Diyarbakır entre les Xe et XIIIe siècles : entre nécessité défensive et ostentation », thèse en histoire sous la direction de Jean-Michel Mouton, EPHE, Paris.

Margosyan M. (1994), Gâvur Mahallesi, Istanbul, Aras.

Notes

1 Mustafa Gazi, Diyarbakır Türkçesi. Memleketten êlesıne yansımalar, Istanbul, Elma, 2004.

2 Dont, entre autres, la municipalité de Yenişehir, associée partiellement à l’organisation du concours d’urbanisme.

3 Zeynep Gambetti (2009): « Decolonizing Diyarbakır: culture, identity and the struggle to appropriate urban space », in Kamran Asdar Ali and Martina Rieker (eds), Comparing Cities: The Middle East and South Asia, Karachi, Oxford University Press, p. 95-127. URL : https://www.academia.edu/426738/Decolonizing_Diyarbakir_Culture_Identity_and_the_Struggle_to_Appropriate_Urban_Space.

4 Sur les migrations de ces dernières années vers Diyarbakır, on peut se référer à cette présentation assez complète : http://www.tepav.org.tr/upload/files/haber/1262790144r7786.Fahrettin_Cagdas___Yerinden_Edilme_Sorunu.pdf.

5 « İçkale », sous-ensemble situé au nord-est de la vieille ville, délimité lui-même par des murailles, qui correspond sans doute au site originel et concentre plusieurs monuments et lieux de mémoire.

6 Dans le document officiel remis aux membres du jury figuraient en couverture les attendus suivants : « Porter un nouveau regard sur Ben-û-Sen, quartier illégal consolidé de Diyarbakır (...) en pleine expansion urbaine, et proposer un processus d’évolution associant population et autorités locales, permettant une amélioration des conditions de vie et une intégration physique et symbolique du quartier à son environnement... (...) ».

7 Voir « BDP’li Tan Dicle vadisi projesini hatırlattı » [Le député du BDP Tan a demandé ce qu’il en était du projet de la vallée du Tigre] (03/05/2012): Milliyet. URL : http://www.milliyet.com.tr/bdp-li-tan-dicle-vadisi-projesini-hatirlatti-siyaset-1535829/.

8 Enquête évoquée lors d’une journée de débats et d’échanges avec les acteurs locaux à la mairie de Diyarbakır le 20 octobre 2011.

Table des illustrations

Crédits Bir Zamanlar Diyarbakır, p. 13
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2239/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M

Auteur

Institut français d’études anatoliennes, Istanbul

© Institut français d’études anatoliennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter