Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Joyce Blau l'éternelle chez les Kurdes

 | 
Hamit Bozarslan
, 
Clémence Scalbert-Yücel

2012 après Jesus Christ, le kurde 2.0 dans un monde pixelisé

Ruşen Werdî

Texte intégral

  • 1 Théorie développée par l’armée turque et enseignée dans les académies militaires

1Le passage de la théorie moyenâgeuse de kart kurt1 selon laquelle le nom kurde découlerait des bruits de pas sur la neige, au kurde à l’ère du numérique, porte l’espoir d’une offre culturelle variée et accessible favorisant la création et la diffusion des œuvres littéraires, cinématographiques et audiovisuelles kurdes.

  • 2 Mashallah Dakak (27/09/2012): « Ismail Beşikçi, “This is the Century of the Kurds” », Rudaw. URL : (...)

2Ce bouleversement dû à l’avènement d’Internet puis à l’invention et l’accessibilité au world wide web ne se déroule pas pour autant sans cocasserie pour les Kurdes. Ainsi, le « 3 w », lettre existant dans l’alphabet kurde mais interdit en Turquie, irrite-t-elle toujours Ankara, impuissant face à la révolution des nouveaux supports technologiques. Le 21e siècle sera peut-être « le siècle des Kurdes » comme l’affirme Ismail Beşikçi2, mais assurément, siècle du « w » oblige, les Kurdes se doivent d’investir les nouveaux territoires d’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication pour que cela se réalise et se pérennise.

3Dans ce cadre, la question est de savoir la place du « w kurde », c’est-à-dire la place de la langue kurde dans ces vastes contrées numériques pour un peuple encore travaillé par son state building. Pour que le 21e siècle soit aussi et enfin celui des Kurdes, le kurdophone doit ainsi investir les écrans et les contenus numériques afin de conserver, de développer et de promouvoir une langue longtemps protégée uniquement par les montagnes qui l’entourent.

  • 3 Clément Larrivé (19/08/2011): « Les langues fictives sont-elles des langues vivantes ? » Slate.fr. (...)

4Dans le contexte de la mondialisation l’avenir appartient aux polyglottes. Certes, l’anglais reste la langue dominante mais d’un point de vue artistique, il est en concurrence avec d’autres langues et parfois des langues artificielles créées pour des œuvres de fiction comme le dothraki (1800 mots) dans la série télé Game of Thrones, le sindarin dans Le Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien, le klingon dans Star Trek ou encore le na’vi dans Avatar de James Cameron. Ce dernier séduirait environ 5100 personnes autour du monde selon Sebastian Wolff, organisateur de la communauté na’vi et administrateur du site Learn Na’vi.3

  • 4 Pandora est la lune de fiction où se déroule le film Avatar de James Cameron.

5Depuis le succès de ces superproductions et les inventeurs professionnels de langues artificielles surpayés par les majors d’Hollywood, les Kurdes mais encore les locuteurs de près de la moitié des 7000 langues recensées dans le monde risquant de disparaître au cours des 100 prochaines années, doivent sourire jaune. Alors que de nombreuses langues s’interrogent sur leur avenir à l’ère du numérique, que le Kurde, le Basque ou le Corse jalousent les indigènes bleus de la planète Pandora est compréhensible4.

  • 5 Amy Chozick (11/12/2011): « Athhilezar ? Watch Your Fantasy World Language », New York Times. URL : (...)

6Amy Chozick dans un article au New York Times5 affirme qu’en octobre 2011 un groupe originaire d’une demi-douzaine de pays passionné du na’vi s’est réuni en Californie pour discuter de son enseignement, et citant Arika Okrent, auteur de In the Land of Invented Languages, elle indique qu’une centaine de langues ont été créées jusqu’alors pour des « raisons sociales », mais que pour être populaire « il a fallu attendre l’ère du divertissement ».

7Même s’il est légitime de s’interroger sur les raisons de cette quête de « langue artificielle » alors que se meurent des langues, victimes des cultures monolithiques des États-nations, le succès de ces langues artificielles a l’avantage de conserver les voix des acteurs d’origine et l’on constate que le spectateur est séduit malgré les sous-titres.

8Toutefois, il n’est pas aisé pour le cinéma kurde qui propose un cinéma dénué d’effets spéciaux et d’artifices d’enfanter le « e-Kurde », avatar cinématographique, télévisuel et littéraire divertissant le grand public, plus séduit par les mélos de Bollywood et happés par les nombreuses séries turques extrêmement populaires au Moyen-Orient.

9Cela dit, puisqu’un film tel que Slumdog Millionaire où l’on parle hindi un tiers du temps, a été couronné par huit Oscars, le seul espoir du cinéma kurde indépendant demeure aujourd’hui la participation aux festivals internationaux permettant d’accéder aux marchés et aux distributeurs étrangers. Reste que pour la spécialiste Arika Okrent, l’étude d’une langue, même naturelle, relève plus d’une décision affective que d’une motivation d’ordre pratique.

10Grâce au web 2.0, apprendre le kurde de demain devrait être plus aisé puisqu’il ne nécessite pas de grandes connaissances techniques et l’interactivité avec les internautes échangeant sur la toile pourrait permettre le partage et même le développement de la langue avec l’expertise des spécialistes. D’autant que pour le kurde, l’apport d’une diaspora, forte de chercheurs et d’universitaires en langue kurde, appuyée par les nouvelles technologies, contribuent à relever le défi. L’interaction vocale et la disponibilité de ressources linguistiques telle que la bibliothèque numérique de l’Institut kurde de Paris6 démontrent qu’Internet est un support de premier choix en tant qu’outil global de diffusion de la culture y compris kurde. Pour autant, la qualité des contributions doit aller de pair avec le souci du recueil des autorisations préalables des titulaires des droits sur les œuvres existantes. Or, l’exploitation non autorisée d’œuvres protégées, notamment la floraison des sites d’échanges musicaux, ne plaide guère en faveur des internautes kurdes. Pour sûr, le cyberspace est de plus en plus animé par une logique mercantile comme le prouve le lancement de Google AdWords. Avec cet outil, les annonceurs choisissent les mots-clés pour la publicité souhaitée ne payant que lorsqu’un internaute clique sur le lien proposé pour accéder à leur site. Il y a donc un véritable marché linguistique créé par Google.

  • 7 Frédéric Kaplan (novembre 2011): « Quand les mots valent de l’or », Le Monde diplomatique, p. 28. U (...)

11Selon la rubrique « tendances de recherche » de Google, la place du kurde demeure faible dans ce marché. Ainsi, l’intérêt des internautes pour le mot kurde est de 8 recherches, pour Kurdistan : 69, kürtçe : 74, et kurdish : 36, entre les 9 et 15 septembre 2012 pour le monde entier. Or, Google a fait des mots une marchandise comme le décrit Fréderic Kaplan dans un article publié dans le Monde diplomatique intitulé Quand les mots valent de l’or7. Car selon ce système chaque mot est susceptible d’avoir une valeur marchande.

12Dans un ce contexte, il serait prudent de ne pas affirmer qu’il n’existe pas aujourd’hui de raison économique au fait que les Bretons parlent le breton et les Kurdes le kurde. On constate d’ailleurs qu’un programme spécifique de Microsoft appelé Local Language Program existe afin de promouvoir l’accès aux nouvelles technologies dans la langue maternelle et dans le respect des différences linguistiques et culturelles. Google compte pour sa part venir en aide aux langues menacées de disparition offrant une plate-forme avec son Endangered Languages Project qui servira à « enregistrer, consulter et partager des échantillons de langues menacées, ainsi qu’à rassembler des études les concernant »8. Frédéric Kaplan cité ci-dessus se garde de toute théorie du complot mais attire l’attention sur le fait que Google a découvert avec les langues un « minerai d’une richesse extraordinaire, et s’est doté des moyens nécessaires pour l’exploiter ».

13Comme toutes les langues, le kurde constitue d’ores et déjà une valeur ajoutée pour les locuteurs internautes même si la langue de Shakespeare est toujours le leader sur la toile avec 27 % des utilisateurs – le français est huitième avec 3 % – selon l’Internet World Statistics. Par conséquent, l’anglais est la langue véhiculaire du web mais toutes les langues sont vouées à être protégée par les nouvelles technologies et pour les nouvelles technologies, puisque le développement linguistique a également des causes économiques.

  • 9 Karzan Kardozi (23/02/2012): « The Poor State of Kurdish Cinema », The moving silent. URL : https:/ (...)

14Le journaliste kurde Karzan Kardozi écrit dans la publication kurde Rudaw9 qu’il a le sentiment que l’avenir sera brillant pour les Kurdes. Selon lui, si un réalisateur de la trempe de Yılmaz Guney a été capable de réaliser des chefs-d’œuvre cinématographiques dans un système oppressif, le peuple dont il est issu trouvera le moyen de partager sa culture et son histoire avec le plus grand nombre, dans un monde ouvert à l’interaction et aux différentes formes de collaboration de masse. On peut s’interroger légitimement sur ce bel optimisme puisque la très longue expérience malheureuse des Kurdes convoque la prudence.

15Pour finir, un internaute étant un citoyen disposant d’une identité numérique, depuis plusieurs années les bases de réflexion sont lancées pour consacrer les droits de l’homme numérique. Par conséquent, les Kurdes doivent prendre part au nécessaire débat qui agite le monde quant au droit d’accès à une identité numérique, au respect des données individuelles et à l’accès à l’information politique et générale. Pour que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits numériques.

Notes

1 Théorie développée par l’armée turque et enseignée dans les académies militaires

2 Mashallah Dakak (27/09/2012): « Ismail Beşikçi, “This is the Century of the Kurds” », Rudaw. URL : http://www.mesop.de/ismail-besikci-this-is-the-century-of-the-kurds/.

3 Clément Larrivé (19/08/2011): « Les langues fictives sont-elles des langues vivantes ? » Slate.fr. URL : http://www.slate.fr/story/42567/langues-fictives-langues-vivantes. Les inventeurs de langues artificielles appelés conlangers se retrouvent au sein de Language Creation Society. Le site Learn Na’vi se trouve à l’adresse http://learnnavi.org.

4 Pandora est la lune de fiction où se déroule le film Avatar de James Cameron.

5 Amy Chozick (11/12/2011): « Athhilezar ? Watch Your Fantasy World Language », New York Times. URL : http://www.nytimes.com/2011/12/12/arts/television/in-game-of-thrones-a-language-to-make-the-world-feel-real.html?_r=1&pagewanted=all&.

6 http://bnk.institutkurde.org/catalogue/. Initialement, le projet se limitait à la numérisation des œuvres les plus importantes de la bibliothèque de l’Institut. Mais après une vaste consultation des usagers il a été convenu d’étendre substantiellement le projet aux 12 000 œuvres en 25 langues et aux milliers de documents de la bibliothèque de l’Institut kurde de Paris.

25 documents écrits par Joyce Blau ou avec la contribution du Pr. Blau

7 Frédéric Kaplan (novembre 2011): « Quand les mots valent de l’or », Le Monde diplomatique, p. 28. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/2011/11/KAPLAN/46925.

8 http://www.endangeredlanguages.com.

9 Karzan Kardozi (23/02/2012): « The Poor State of Kurdish Cinema », The moving silent. URL : https://themovingsilent.wordpress.com/2012/02/23/the-poor-state-of-kurdish-cinema/.

Auteur

Institut kurde, Paris

© Institut français d’études anatoliennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540