Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Joyce Blau l'éternelle chez les Kurdes

 | 
Hamit Bozarslan
, 
Clémence Scalbert-Yücel

Le médiatif en kurde-kurmandji résurgence ou renouveau du système verbal ?

Ibrahim Seydo Aydoğan

Texte intégral

1. Introduction

1Le médiatif est généralement décrit comme un moyen de communiquer la source de l’information dont le locuteur n’est pas la source première. Depuis les années 1950 où les études sur des langues amérindiennes ont révélé ce phénomène linguistique, l’étude des marqueurs du médiatif a pris une place de plus en plus importante dans les recherches linguistiques. Bien évidemment, les valeurs de ces formes représentant une position précise du locuteur à l’égard de l’information qu’il transmet avaient déjà attiré l’attention des chercheurs. Toutefois, la dénomination et la description détaillée de ces formes verront le jour à partir du moment où les langues amérindiennes, notamment le tuyuca et le hixkarayana qui semblent manifester des formes très spécifiques pour chaque valeur du médiatif, ont été étudiées.

2Par le médiatif, le locuteur fait savoir qu’il n’est pas la première source de l’information qu’il communique, mais il explique comment il la connaît.

  • Par une tierce personne

  • Par ouï-dire

  • Par inférence

  • Par raisonnement

    • 1 Pour plus d’information sur les valeurs des marqueurs du médiatif et sur leur emploi, nous renvoyon (...)

    Par la tradition1

  • 2 Co Vet (1988): « Compte rendu critique - Chafe Wallace et Nichols Johanna, éds. Evidentiality: The (...)
  • 3 Gilbert Lazard (1956): « Caractères distinctifs de la langue tadjik », Bulletin de la Société Lingu (...)

3En anglais, les discussions sur ces notions sont menées sous le nom d’evidentiality, terme introduit en français comme évidentialité par Co Vet2. En français, le même phénomène avait auparavant été relevé par Gilbert Lazard dans un article sur la langue tadjik3, une variante du persan, et Lazard, dans une note de bas de page dudit article, l’appelait « médiatif ».

4Comme l’affirme, entre autres, Lazard, « Toutes les langues, naturellement, ont la possibilité d’exprimer les notions médiatives, mais toutes ne les grammaticalisent pas ». Il existe trois groupes de langues selon le moyen qu’elles emploient pour exprimer le médiatif :

  1. Les langues qui recourent à des moyens lexicaux : le français et les langues d’Europe occidentale.

  2. Les langues qui développent une catégorie grammaticale au moyen de formes verbales dérivées du parfait : le persan, le bulgare, le turc, l’arménien occidental, l’albanais, le népali, le kurde.

    • 4 Lazard, G. (2000). « Le médiatif : considération théoriques et application à l’iranien », in Johans (...)

    Les langues qui ont des morphèmes spécifiques renvoyant à la source de l’information : les langues amérindiennes, notamment le tuyuca et et le hixkarayana qui ont été à l’origine des études sur les notions médiatives4.

  • 5 Par exemple, les études d’Evin Yalçin (2000): « Étude Comparative de Six Grammaires Récentes sur le (...)

5Notre étude a pour but de décrire les valeurs de la catégorie médiative en dialecte kurmandji du kurde. À notre connaissance, aucun linguiste spécialiste n’a réussi à définir et à décrire en kurde cette catégorie du « médiatif » en tant que telle. Des grammairiens et des chercheurs font souvent allusion à une forme verbale en kurde qu’ils décrivent tantôt comme « parfait » tantôt comme une forme de « non-constataion »5. L’étude sur les sources mentionnées dans ce travail, nous permet de parler effectivement de l’emploi de cette catégorie avec les valeurs décrite plus haut et avec des formes verbales généralement très distinctes.

6Afin de mieux situer le sujet de cette étude quelques informations concernant cette langue et ses locuteurs nous semblent importantes à donner.

1.1. Quelques rappels nécessaires

7Le kurde est une langue appartenant à la branche iranienne de la grande famille linguistique indo-européenne. Il est parlé par une population dont le nombre est estimé à 35, divisée entre la Turquie (de 15 à 20 millions), l’Iran (de 9 à 12 millions), l’Irak (5 millions), la Syrie (de 2 à 3 millions), les pays de l’ex-union soviétique (500 000), ainsi que les pays européens et américains (environ 1 million). Il connaît quatre grands dialectes ainsi que les variantes de ceux-ci : le kurmandji, le sorani, le zazaki et le gorani.

8Le kurmandji, que concerne cette étude, est le dialecte pratiqué par la grande majorité des Kurdes (environs 65 %). Il est le dialecte principal des Kurdes de Turquie, de Syrie, d’Arménie, du Kazakhstan, de Géorgie et d’Azerbaïdjan, et le deuxième dialecte, après le sorani, des Kurdes d’Irak et d’Iran.

9Étant donné que les Kurdes sont implantés dans des pays politiquement différents, leur traitement politique et linguistique diffère également d’un pays à l’autre. Ainsi, alors que le kurde a été officiellement reconnu en Iran, qu’il est toléré en Syrie, et qu’il a même été une langue officielle en Irak, il a connu une interdiction sévère en Turquie pendant près d’un siècle, jusqu’en 2002.

  • 6 Pour plus d’information, voir Ibrahim Seydo Aydoğan (2006): Temps, Subordination et Concordance des (...)

10Les conséquences de l’interdiction linguistique en Turquie prennent une ampleur importante dans la pratique langagière du dialecte kurmandji. Contrairement à la situation en Irak, et jusqu’à un certain point en Iran, le kurmandji y est complètement privé d’enseignement public. Ces faits ont dû naturellement limiter son emploi à l’oral qui a tendance à simplifier les langues. Cette nature de l’oral, souvent observée dans la syntaxe des phrases, est également observable dans le système verbal et peut amener les locuteurs à abandonner certaines formes verbales, sinon à les limiter à des zones géographiques, souvent montagnardes et loin de l’influence de la langue dominante, où ces formes seront employées plutôt par une tranche d’âge élevée6.

11Avec l’abolition de la loi interdisant les langues en Turquie, en 1991, le kurmandji a été massivement employé à l’écrit, mais l’influence de ce changement n’a pas été immédiate dans la région kurde où, à cause de la lutte armée entre la guérilla kurde et l’armée turque, les habitants étaient encore très méfiants envers tous les éléments susceptibles de les rendre suspects aux yeux de la police. Sachant que, dans ce type de situation, la langue peut être considérée comme un signe distinctif d’appartenance politique et ethnique, la liberté linguistique n’a été pratiquée qu’à Istanbul où des journaux et des maisons d’édition kurdes ont vu le jour.

12Or, la situation politique n’est plus la même en Turquie et la langue n’est plus considérée comme un signe d’appartenance, du moins politique, puisque des réformes plus radicales ont été votées, en 2002, au parlement turc et, depuis quelques années, une chaîne de télévision publique diffusant en kurde a été mise en place. Cet ère de changement produit son effet et le kurde bénéficie aujourd’hui d’une pratique écrite qu’il n’a jamais connue, laquelle pousse naturellement des écrivains à employer un langage recherché avec un déploiement du système verbal qui nous permettra d’observer l’emploi de certaines formes en voie de disparition jusqu’il y a quelques années.

  • 7 Il nous semble important de souligner qu’en 1990, avant la loi abolissant les interdictions linguis (...)
  • 8 Même si le kurde écrit par les intellectuels kurdes tend à effacer les différences régionales, le r (...)

13Pour ce faire, nous nous servons d’un corpus constitué de 20 romans écrits en kurmandji et choisis parmi 223 romans recensés7 jusqu’à aujourd’hui dans ce dialecte, selon les régions natales des auteurs et la représentation des caractéristiques de leurs parlers8. Compte tenu du caractère du médiatif, ce corpus s’est enrichi ensuite par des textes journalistiques empruntés à des sites Internet. Nous y avons ajouté également des contes traditionnels et articles publiés sur les mêmes sites.

2. Médiatif en kurmandji

14Le médiatif se référant généralement à des événements du passé, il est nécessaire de rappeler brièvement la formation du passé en kurmandji.

2.1. Formation des temps du passé

15Les temps verbaux du passé du kurmandji se forment au moyen de trois composants :

  • Un radical du verbe (R) obtenu de l’infinitif de celui-ci, une fois que le suffixe de l’infinitif (-in) est enlevé.

  • Un préfixe aspectuel (PA) qui intervient uniquement dans le cas de l’imparfait pour exprimer l’inaccompli.

  • Une désinence personnelle (D) dérivée du verbe être s’ajoute après le radical. Pour les trois personnes du singulier, on emploie respectivement -im, -î, -e ; la seule désinence personnelle -in s’emploie pour les trois personnes du pluriel.

16Ainsi, nous proposons d’observer les exemples suivants avec le verbe ketin (tomber), respectivement au prétérit, à l’imparfait et au plus-que-parfait de l’indicatif :

(1) a. Ez ketim.
Je R-D1er pr.sng (Je tombai)
b. Ez diketim.
Je PA-R-D1er p.sng (Je tombais)
c. Ez ketibûm.
Je R-être(R)-D1er p.sng (J’étais tombé)

17La différence entre (1a) et (1b) est le préfixe d’inaccompli (di-) qui distingue l’imparfait du prétérit. Le même préfixe est employé également pour le présent de l’indicatif. Quant à l’énoncé (1c), le verbe intègre également le radical du verbe bûyin (être) dans sa formation dans le but de marquer l’antériorité.

  • 9 Margreet Dorleijn (1996): The decay of ergativity in Kurmanci, Tilburg, Tilburg University Press, p (...)
  • 10 Emir Djeladet Bedir Khan et Roger Lescot (1970): Grammaire Kurde (Dialecte Kurmandji), Paris, Maiso (...)
  • 11 Dans le cas oblique de la troisième personne du singulier, on emploie pour le masculin et pou (...)

18Le kurmandji connaît également la règle de l’ergatif dans les structures transitives du passé9. Ainsi, un verbe transitif s’accorde en nombre et en personne avec son complément d’objet lorsqu’il est à un temps passé. Dans cette structure, le sujet se met au cas oblique (décliné)10. C’est pour cela que le kurmandji connaît deux cas de pronoms personnels. Le cas direct des pronoms personnel est Ez, Tu, Ew, Em, Hûn, Ew, tandis que le cas oblique des pronoms personnels se présente comme Min, Te, Wî/Wê, Me, We, Wan11.

2.2. Retour au médiatif : formation et valeur générale

  • 12 Dans la formation des temps, lorsque le radical du verbe se termine par une consonne, le (i) euphon (...)
  • 13 Gilbert Lazard (2000) op. cit., p. 215.

19Le médiatif suit lui aussi les règles de construction du passé exposées ci-dessus. La seule différence, et c’est ce qui le caractérise, est la forme de la désinence personnelle. Car, dans le cas du médiatif, ainsi que dans celui du parfait, le kurde se sert de la forme oblique des mêmes désinences. Il emploie respectivement -(i)me, -(i)yî, -(i)ye pour les personnes du singulier, et -(i)ne12 pour les personnes du pluriel. La similitude entre le parfait et le médiatif n’est pas surprenante puisque dans toutes les langues appartenant au deuxième groupe décrit plus haut, les formes dites médiatives sont dérivées du parfait13, lui-même obtenu par adjonction des mêmes désinences au prétérit. Ainsi, notre énoncé (1a) se mettrait au médiatif comme suit :

  • 14 MD est employé pour désigner la désinence du médiatif.

(1’) a. Ez ketime.
Je R-MD1er pr.sng14 (Je serais tombé)

20Dans (1’a), le locuteur qui a vécu l’événement ne se rappelle pas pour autant comment il s’est produit, ni ne sait s’il s’est vraiment produit. La désinence employée indique une distance entre le locuteur et l’événement qu’il raconte. La forme verbale ne nous permet pas de savoir par quel moyen précisément il en a eu connaissance. Il peut l’avoir su par autrui ou bien, par inférence, par exemple, s’il est blessé et se trouve à terre lorsqu’il reprend connaissance. Par ce biais, l’événement est exprimé avec une distance nette du locuteur à l’égard du contenu de son énoncé. Toutefois, la limite entre cette forme du médiatif et le parfait est très sensible. En effet, seul le sens et le contexte peuvent éclaircir le fait. Car, on peut penser que le locuteur énonce (1’a) dans le but de répondre à une question comme « Êtes-vous déjà tombé ? » et, dans ce cas, la même forme employée dans (1’a) exprimerait le parfait puisque l’on ne peut plus parler d’une valeur médiative.

  • 15 Yalçin (2000) op. cit. et Tan (2001) op. cit.

21Le traitement de cette forme verbale en tant que forme distincte est très récent en kurde, car les chercheurs ont toujours essayé de la décrire comme un emploi modal du parfait, sans remarquer qu’une nouvelle forme se dérivait du parfait, puisqu’il existe d’autres formes produites avec le même suffixe et qui constituent une catégorie distincte que nous verrons plus loin. Comme nous avons observé chez Yalçin et chez Tan15, désormais on parle d’une absence de témoignage sans remarquer que cette remarque relève d’une nouvelle catégorie modale.

  • 16 Bedir Khan, Emir Djeladet Ali & Lescot, Roger (1991). Grammaire kurde : dialecte kurmandji, Paris, (...)
  • 17 Blau, J. et Barak, V. (1999). Manuel de kurde : kurmandji, Paris, L’Harmattan ; Yalçin (2000) op. c (...)

22Il existe très peu d’études approfondies au sujet de variations de sens de cette forme en « -e ». C’est pour cela qu’on l’a souvent rapprochée du Present Perfect Tense de l’anglais ou du Passé Composé du français, pour la raison que sa forme était dérivée du parfait, alors que, en dehors des effets prolongés de l’événement sur le moment de la parole, les formes de ce mode peuvent s’employer dans le but de transmettre d’autres informations sur la nature du dire et du dit. La Grammaire de Bedir Khan et Lescot16 l’appelle le prétérit narratif. Blau et Barak, Yalçin ainsi que Tan17 l’appellent le parfait sans évoquer ses autres valeurs.

23Les grammaires kurdes n’expliquent pas toutes les valeurs que la forme décrite dans (1’a) peut exprimer. Cette forme est très usitée et elle figure dans tous les manuels et grammaires écrits jusqu’à aujourd’hui sur cette langue. Son emploi fréquent dans la narration de contes traditionnels et sa valeur temporelle du passé ont dû pousser les grammairiens à l’adopter comme le prétérit narratif. Or, une des fonctions importantes du médiatif est de communiquer la source du savoir et de proposer, par ce biais, au locuteur, un moyen précis de se décharger de la responsabilité de l’information transmise. L’énoncé (1’a) nous permet également d’affirmer que le kurmandji distingue nettement un événement non-témoigné et un événement rapporté à l’aide de formes verbales différentes. Nous appellerons cette forme observée dans (1’a) le prétérit du médiatif. Deux raisons nous ont poussées à ce choix : l’événement exprimé par cette forme verbale a bien été accompli dans le passé et le locuteur y a accès par des voix indirectes.

24Le prétérit du médiatif n’est pas la seule forme du médiatif employée en kurmandji. Dans notre corpus, nous avons observé deux autres formes verbales entrant dans cette catégorie, que nous appellerons l’imparfait du médiatif et le plus-que-parfait du médiatif, la première ne figurant pas dans les grammaires et manuels que nous avons pu consulter, la deuxième étant décrite comme le plus-que-parfait de non constatation. Ces deux formes qui étaient en voie de disparition jusqu’il y a quelques années méritent, à notre sens, surtout pour leur retour impressionnant à la pratique langagière, des analyses plus approfondies.

2.2.1. Prétérit du médiatif et la forme en « -(i)ye »

  • 18 Christiane Bulut (2000): « Indirectivity in Kurmanji », in Lars Johanson et Bo Utas, op. cit., p. 1 (...)
  • 19 Cigerli, S. (1999). Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan, p. 91.
  • 20 Pour plus d’information sur ce sujet, voir, entre autres, Chris Kutschera (1979) : Le mouvement nat (...)

25Des chercheurs comme Christiane Bulut (2000)18 ont essayé de décrire le prétérit du médiatif comme une forme développée sous l’influence du turc avec sa fameuse forme en « -miş ». Si le turc a une influence forte sur le kurmandji, cette influence ne commence qu’au 19e siècle où la langue a été interprétée comme un outil de nationalisation du pays. La politique d’unification linguistique empruntée aux Français a poussé les autorités ottomanes à limiter les zones d’emploi du kurde. Cigerli19 affirme que les Kurdes, ayant conclu une alliance avec les Ottomans au 16e siècle contre les Safavides d’Iran, bénéficiaient d’une autonomie régionale et que cet accord fut respecté jusqu’au début du 19e siècle. D’ailleurs, c’est à cette époque que les autorités ottomanes commencent à forcer les tribus kurdes à se déplacer vers le milieu de l’Anatolie, un fait qu’on pourrait rapprocher des politiques de déplacement du peuple de la jeune République turque dans les années 193020. Il en ressort que, bien qu’il soit difficile d’imaginer un enseignement public généralisé au Kurdistan d’avant le 19e siècle, l’enseignement – s’il y en avait – se faisait en kurde.

  • 21 Bulut, C. (2000). « Indirectivity in Kurmanji », in Johanson, L. et Utas B. (éds.), op. cit., Berli (...)
  • 22 Gilbert Lazard (2000) op. cit., p. 223.

26Dans cette situation, une influence du turc qui pourrait provoquer la création de nouvelles formes verbales ne nous paraît pas probable. À en croire Bulut21, le parfait et le médiatif kurdes se sont développés sous cette influence du turc. Or, puisque l’on ne peut historiquement pas parler de cette influence avant le 19e siècle, comment expliquer alors la manifestation de cette forme dans les poèmes de Feqiyê Teyran et Melayê Djizirî qui ont vécu à fin du 16e et au début du 17e siècle ? L’interprétation de Lazard22 qui affirme que le kurde kurmandji a deux registres du passé, l’un neutre, l’autre médiatif, et que les formes du médiatif sont dérivées du parfait, nous semble plus que convaincante puisque le même système du passé existe en persan, langue de la même famille que le kurde. Dans ce cas, il faudrait peut-être parler de l’influence du turc également sur le persan et les autres langues iraniennes.

  • 23 Dans le but de rendre nos exemples plus accessibles pour le lecteur non-kurdophone, nous proposons (...)

27Un exemple du célèbre poème de Feqiyê Teyran connu par le grand public par ses reprises musicales nous permettra d’attester l’emploi de cette forme au 16e siècle23 :

  • 24 Xalid Sadinî (2009) : Feqîyê Teyran: Jiyan berhem û helbestên wî (Feqîyê Teyran: Vie, œuvre et poèm (...)

(2) Gellek sotim kirim kibab
Kirye bi min sed reng xirab24
Beaucoup [elle] me brûler (Prétérit-1sng.) faire (Prétérit-1sng.)
[Elle] faire (Parfait-1sng.) à moi cent genre malheur
(Elle m’a brûlé et m’a transformé en kebab
Elle m’a fait des centaines de malheurs
)

28Dans le cas du prétérit du médiatif confondu avec le parfait, l’énoncé suivant nous semble témoigner parfaitement du terrain glissant entre les deux formes.

(3) Û a niha jî dibihîsim ku wa ye vegeriyaye û di laboratuwarê de teqînek pêk aniye. (Ardûda, p. 55)
Et maintenant je entendre (PR ind-1sg.) que voilà il rentrer (Parfait -3sg) et dans le laboratoire une explosion produire (Prétérit Méd.-3sg.)
(Et là, on m’apprend qu’il est retourné au laboratoire et y a causé une explosion.)

29Le contexte dans lequel cet énoncé se trouve doit être expliqué. Dans le roman auquel l’énoncé (3) est emprunté, le personnage principal qui est un scientifique en physique est de retour dans son laboratoire et il y cause une explosion après un essai de clonage. Le fait est rapporté au locuteur qui s’en plaint. On sait que le scientifique en question est toujours dans le laboratoire, car les autres essayent d’ouvrir la porte qu’il avait fermée à clef. Sachant que ce retour est toujours valable au moment de la parole puisque l’exclamation « wa ye » (là, tiens) renforce cette interprétation, cette forme peut être interprétée comme du parfait. Néanmoins, alors que les deux événements rapportés par le locuteur ont la même forme, le deuxième événement est au médiatif, car l’explosion est un événement ponctuel et il est bel et bien terminé. Cet énoncé atteste également l’emploi du prétérit du médiatif comme exprimant une information obtenue par une tierce personne ou par ouï-dire.

30Dans l’énoncé suivant, on observe que cette forme peut s’employer pour exprimer des informations obtenues par inférence.

(4) Xwediyê kon û yên li wir amade bûn fêm kirin ku wan hevûdu revandiye. (Dewrêşê Evdî, p. 135)
Les hôtes et les gens qui y présents être (IMP ind-3pl.) comprendre (Prétérit ind-3pl.) que ils l’un l’autre enlever (Parfait-3sg.)
(Les hôtes et les gens qui y étaient présents comprirent qu’ils étaient en fuite.)

31L’événement exprimé par le verbe revandin (enlever) est temporellement relatif à un moment dans le passé marqué par le verbe fêmkirin (comprendre). En effet, les personnages qui « se seraient enlevés » ne l’ont pas dit à leur hôte. Mais, observant leur comportement, tout le monde a compris leur cas. Ici, leurs interlocuteurs font appel à l’expérience humaine et en déduisent qu’ils sont en fuite.

32L’énoncé suivant témoigne d’un autre emploi de cette forme :

(5) Keçê pîrê çi bi te hatiye ? (Sê şev û sê roj, p. 159)
Oh mami, quoi te arriver (Prétérit-3sg- Méd.) ?
(Oh mami, mais qu’est-ce qui t’es arrivé ?)

33Dans l’énoncé (5), la même forme s’emploie cette fois-ci pour exprimer la surprise du locuteur après un changement constaté, valeur appelée mirative.

2.2.2. Imparfait du médiatif

  • 25 Aydoğan, I. (2006a). Temps, subordination et concordance des temps en kurde : étude descriptive sur (...)
  • 26 Aynur Bozkurt (2008): Kesandina Lêkerên Kurmancî (Conjugaison des verbes kurmandji), Istanbul, Doz, (...)

34Le médiatif kurde connaît un tiroir imparfait que nous pouvons appeler l’IMP du médiatif. Les grammaires kurdes et les études sur les notions du médiatif en kurde ignoraient cette forme jusqu’il y a quelques années. Elle a été signalée dans Aydoğan25. On la trouve également chez Bozkurt26 qui l’appelle « le passé duratif et narratif ».

35On peut penser que ce tiroir est en voie de disparition pour la raison qu’il est très peu usité. Il nous semble que l’absence d’enseignement du kurde a restreint l’emploi de ce tiroir à des zones précises, à notre connaissance, autour de Farqîn (province de Diyarbakır), d’Ezekh et de Nisêbîn (Provinces de Mardin) et de la ville d’Erzurum et de Hakkari. Il est très probable qu’on le rencontre dans d’autres régions. Étant donné que Hakkari et Erzurum ne sont pas des villes voisines de Diyarbakır et de Mardin, il y a de fortes chances que son emploi se soit étendu vers d’autres zones.

36Deux raisons expliqueraient, à notre avis, l’ignorance des chercheurs concernant cette forme.

  • Généralement, son emploi ne recouvre que deux verbes. Il est important de souligner que, dans un premier temps, nous n’avons relevé d’emploi de cette forme que pour les verbes être et avoir ; mais comme nous verrons plus tard, on l’observe désormais dans d’autres verbes également, même si cette observation se base sur un nombre d’exemple insuffisant pour parler d’une généralisation.

  • Même dans les régions où elle se manifeste, il est difficile de parler d’un emploi généralisé. À l’oral, et à notre connaissance, seuls les locuteurs d’une tranche d’âge très élevée vivant dans des zones éloignées des grandes villes semblent la connaître ; mais, à l’écrit, elle est aujourd’hui très peu observable.

37La forme que nous appelons l’imparfait du médiatif s’emploie pour exprimer l’absence de témoignage direct sur l’événement, mais elle tend à développer également des comportements de son homologue de l’indicatif que nous observerons à travers notre corpus.

38Dans le cas de l’imparfait du médiatif, contrairement au prétérit du médiatif, la source du savoir est mieux précisée. Les exemples relevés dans notre corpus nous montrent que l’IMP du médiatif intervient souvent en présence de deux discours différents, le premier rapportant l’événement et le deuxième rapportant le premier.

(6) Bi gotina wî peyayên Kose Weys bûne. Kose Weys ew şandine. Nêzîka nod siwarî bûne. (…) Gelek car avêtine ser êzîdiyan. (Dewrêşê Evdî, p. 160)
Avec ses dires, [ils] des hommes de Kose Weys être (IMP méd.-3pl). Kose Weys les envoyer (Prétérit méd.-3pl). Ils quatre-vingt-dix cavaliers être (IMP méd.-3pl). (…) Plusieurs fois ils jeter (Prétérit méd.-3pl) sur les Ezidis.
(D’après ses dires, ils seraient des hommes de Kose Weys. Kose Weys les aurait envoyés. Ils seraient quarante cavaliers. (…) Plusieurs fois ils auraient attaqué les Yézidis.)

39Dans (6), les événements sont rapportés au prétérit du médiatif tandis que les états ou l’arrière-plan de ceux-ci sont racontés à l’aide de l’imparfait du médiatif. Il s’agit d’un discours rapporté, mais seuls les verbes être et avoir sont mis à l’imparfait du médiatif. Il en va de même dans (7), emprunté à un autre roman.

(7) Gelek jinên pêxemberê me jî hebûne, (…) û dema ku bi hezretî Eyşê re zewucîye, salên wî jî di ser pênceyî re bûne... (Labîrenta Cinan, p. 59)
Beaucoup de femmes notre prophète aussi avoir (IMP méd.-3pl), (…) et lorsque [il] se marier (Prétérit méd.) avec Sainte Aïcha, ses années plus que cinquante être (IMP méd.-3pl)
(Notre prophète aussi aurait eu plusieurs femmes, (…) et en plus, lorsqu’il a épousé Sainte Aïcha, il aurait eu plus de cinquante ans.)

40Dans (8), l’imparfait du médiatif manifeste une autre valeur.

(8) Zor edîb û nivîserêt me (…) dibêjin guya “Selma” navê kiçekê bûye û Melayî evîndarî digel hebûye. (Nûbihar, n° 97, 2006)
Beaucoup de littéraires et écrivains de nous (…) dire (PR ind.-3pl) soi-disant “Selma” le nom d’une fille être (IMP méd.-3sg) et Mela amour avec elle avoir (IMP méd.-3sg).
(Beaucoup de nos littéraires et écrivains (…) affirment que, soi-disant, « Selma » serait le nom d’une fille et que Mela serait amoureux d’elle.)

41Dans cet énoncé, l’IMP du médiatif exprime le discours rapporté avec un étonnement du locuteur par rapport à l’affirmation qu’il vient de citer. Comme vient le préciser l’adverbe « soi-disant », cet emploi peut également être interprété comme véhiculant une valeur de moquerie à l’égard de l’affirmation citée. La même attitude du locuteur est observable dans (9).

(9) a. « Beriya îslamiyetê em zerdeştî, êzîdî, êrmenî, cihû û xiristiyên bûn. » (Ay dayê, p. 14). b. Yanî kurd berî îslamiyetê ev bûne. (A. Tigris, Amîdakurd, 2006)
a. « Avant l’islam nous zoroastristes, yézidis, arméniens, juifs et chrétiens être (IMP ind.-3pl) ». (Ay dayê, p. 14). b. Autrement dit, les Kurdes avant l’islam tout ça être (IMP méd.).
(a. « Avant l’islam nous étions zoroastristes, yézidis, arméniens, juifs et chrétiens ». b. Autrement dit, les Kurdes auraient été tout cela avant l’islam !)

42Dans (9), la comparaison de deux formes du verbe être peut être intéressante. En effet, (9a) et (9b) expriment exactement le même fait mais pas la même position à l’égard du contenu de l’information. Le locuteur du (9b) cite en discours direct l’affirmation d’un romancier (9a). Dans (9a), l’auteur explique les origines religieuses des Kurdes à l’imparfait de l’indicatif. Le contenu de son discours doit paraître absurde au locuteur de (9b), car il répète la même information, mais la met au médiatif. C’est cette transposition de l’indicatif vers le médiatif qui expose le mieux les affinités entre les deux formes. En effet, le locuteur de (9b) se détache de la responsabilité de cette information et on peut y déceler également une légère moquerie.

43Ainsi, nous observons que le changement de forme est employé comme un marqueur de changement d’attitude du locuteur. Néanmoins, dans une situation similaire, on observe que la transposition n’est pas toujours appliquée.

(10) Evdê Milhim ji Dewrêş re gotibû ku Dodikan jî berê ezidî bûn, lê anuha bibûn bisulman. (Dewrêşê Evdî, p. 142).
Evdê Milhim à Dewrêş dire (PQP ind.-3sg) que les Dodikans aussi avant yézidis être (IMP ind.-3pl), mais maintenant [ils] devenir (PQP ind.-3pl) musulmans.
(Evdê Milhim avait dit à Dewrêş que les Dodikans aussi étaient yézidis auparavant, mais que maintenant ils s’étaient convertis à l’islam.)

44Dans cet énoncé, le discours rapporté est introduit par un verbe (dire) souvent employé dans cette fonction. C’est pour cela que le locuteur n’a pas vraiment besoin d’une autre forme pour exprimer une distance à l’égard de l’information qu’il transmet. Or, lors que le marqueur n’est pas explicite, le médiatif semble s’imposer.

(11) Rast e, « Hawar »-ê bas ne kiriye (…) ku kê ew hejmarên « Riya Teze » û pirtûkên kurdî ji Yêrêvanê ji wan ra şandine, lê em zanin ku ew Hecîyê Cindîyê nemir bûye. (Têmûrê Xelîl, 30.04.2009)
Vrai être (PR ind.-3sg), Hawar parole ne pas faire (Prétérit méd.-3sg) (…) que qui ces numéros de Riya Teze et des livres kurdes d’Erevan à eux envoyer (Prétérit méd.-3pl), mais nous savoir (PR ind.-1pl) que il Hecîyê Cindî immortel être (IMP méd.-3sg).
(Il est vrai que Hawar ne précise pas qui leur avait envoyé ces exemplaires de Riya Teze et des livres kurdes d’Erevan, mais nous savons que ce serait Hecîyê Cindî l’immortel.)

45Cet énoncé est emprunté à un discours à la Radio RUVR de Russie qui a également une antenne en kurde. Le texte de ce discours sur la vie de l’écrivain kurde Heciyê Cindî est publié sur le site Internet de ladite radio. Têmûrê Xelîl, qui est un autre écrivain et linguiste kurde, raconte un épisode de la vie culturelle kurde. En effet, en 1932, Heciyê Cindî qui vivait à Erevan, aurait envoyé quelques exemplaires du journal Riya Teze (La nouvelle route) accompagnés de quelques livres publiés en kurde à l’adresse de Djeladet Bedir Khan qui publiait à Damas, alors sous protectorat français, une revue littéraire et linguistique. L’époque est soviétique, Bedir Khan, kurde de Turquie, est en exil en Syrie et il ne peut plus rentrer en Turquie. Moscou veut garder de bons liens avec Ankara. Comme Bedir Khan parle de ce courrier dans Hawar (n° 8, 1932), alors qu’il ne donne pas du tout le nom de l’expéditeur, le locuteur nous apprend que Heciyê Cindî s’était fait arrêter en Arménie. Le locuteur semble être sûr et certain que Heciyê Cindî était bien l’expéditeur. Des sources fiables ont dû lui rapporter cet événement. Néanmoins, il met le verbe de cette information au médiatif, car il n’en est pas la première source. L’énoncé (12) manifeste un cas qui le complète :

(12) (…) egîd hebûne/hebûn/hene, li hemberî mêrxasiya wan, dijminê wan mat-mat tiliyên xwe gez kirine ! (Arjen Arî, 22 août 2008, Azadiya Welat)
(…) braves être (IMP méd.-3pl) / être (IMP ind.-3pl) / être (PR ind.-3pl), devant bravoure de leur, ennemi de leur étonné ses doigts mordre (Prétérit méd.-3.pl.)
(Il y aurait eu des braves, il y en avait, il y en a, devant leur courage, leur ennemi s’est mordu les doigts.)

46Cet exemple emprunté à une chronique du poète Arjen Arî, publiée dans le seul journal kurde en Turquie, est peut-être le meilleur exemple que l’on puisse trouver pour décrire l’IMP du médiatif. L’auteur met ensemble trois formes du verbe être pour donner une même information : Il y aurait eu des braves. Il y en a bien eu aussi. Et, il y en aurait eu bien avant aussi alors qu’il n’en est pas le témoin. Le poète met bien l’accent sur la différence entre ces trois formes en se référant à un ouï-dire.

47On trouve un emploi très courant de l’IMP du médiatif dans la narration des contes traditionnels.

(13) Li welatê Hekarîya ; mirovekê sê kur û sê bûk hebûne. Ev mirove, yekî zana û serwext bûye. … (Rojen Hazim, Kurmancî, n° 19)
Dans le pays de Hekariya, un homme trois fils et trois belles-filles avoir (IMP méd.-3pl). Cet homme un intelligent et cultivé être (IMP méd.-3sg)
(Dans le pays de Hekariya, il y avait un homme qui avait trois fils et trois belles-filles. C’était un homme intelligent et cultivé.)

48Dans cette énoncé, l’IMP du médiatif indique clairement que les faits rapportés sont d’une époque très ancienne et qu’on les raconte comme tels. Il s’agit toujours des verbes être et avoir. Or, l’énoncé suivant semble manifester une contradiction à nos interprétations.

(14) Wî cixare nedikişandiye û mey venedixwariye. Lê meda wî de nexweşî hebûye. (A. Bali, 25 mars 2007)
Il cigarette ne pas tirer (IMP méd.-3sg) et alcool ne pas boire (IMP méd.-3sg). Mais dans son estomac maladie avoir (IMP méd.-3sg).
(Il ne fumait pas et ne prenait pas d’alcool. Mais il aurait une maladie à l’estomac.)

49L’écrivain kurde A. Bali, dans un article publié sur Internet, s’exprime sur la personnalité de Qazi Mihemed, le président de la République Kurde de Mehabad qui a été exécuté par pendaison en 1946 par le gouvernement iranien entendant mettre fin à cette jeune République onze mois après sa création. On sait que le locuteur n’a pas connu Qazi Mihemed. Mais on peut imaginer qu’il s’est documenté sur lui et qu’il a même parlé avec des anciens combattants l’ayant connu, peut-être même avec les membres de sa famille. Puisque certaines informations obtenues par des tierces personnes peuvent se raconter à l’IMP du médiatif, pourquoi ne pas penser que cet emploi peut s’appliquer à d’autres verbes ?

50Il est néanmoins important de signaler que ce phénomène n’est observable que dans les textes récemment publiés. Rappelons-nous que les auteurs kurdes n’ont jamais été scolarisés en leur langue et qu’ils ont appris à écrire en lisant les autres. C’est ainsi que l’IMP du médiatif a dû commencer à se généraliser dans le système verbal du kurmandji. Nous pouvons en déduire que son emploi ne se limite plus aux verbes être et avoir et tend à couvrir les autres verbes. Et A. Bali n’est apparemment pas le seul à suivre cette démarche.

(15) Pîrika min di zaroktiya xwe de her serê sibê diçûye ber pez. (Bozkurt 2008, p. 284)
Grand-mère de moi dans son enfance tous les matins aller (IMP méd.-3sg) devant le troupeau.
(Dans son enfance, ma grand-mère allait tous les jours garder le troupeau.)

  • 27 Aynur Bozkurt (2008) op. cit. p. 284.

51« Le Bescherelle » de Bozkurt27 propose encore des exemples de cette forme avec les verbes xwarin (manger), kirin (faire), gotin (dire), hezkirin (aimer), xwastin (vouloir) et qezenckirin (gagner).

2.2.3. Plus-que-parfait du médiatif

52Le plus-que-parfait du médiatif est la seule forme verbale décrite par les grammaires et manuels kurdes avec des valeurs connues comme médiatives. Elle est plutôt décrite comme la forme de la non-contestation ou de l’absence de témoignage. Or, comme nous l’avons vu plus haut, l’absence de témoignage n’est pas la seule information communiquée par le médiatif.

53L’énoncé (16) démontre que l’on ne peut plus limiter le médiatif à l’absence de témoignage. Tout comme l’IMP du médiatif qui imite son homologue de l’indicatif en décrivant les états et l’arrière-plan des événements racontés au prétérit du médiatif, le plus-que-parfait lui aussi tend à imiter son homologue de l’indicatif. La fonction principale du PQP de l’indicatif est d’exprimer les événements du passé dans leur relation temporelle d’antériorité par rapport aux autres événements.

(16) Digotin, wê çaxê kurê wî gelekî şerm kiriye, xwe havêtiye dest û lingên wî ku ew dev ji vî xwiyê xwe berde. Lê ne bûye... ev xwiyê ha ji ser ne çûye. Evîneke asimanî girti bûye ser. (Labîrenta Cinan, p. 24)
[Ils] dire (IMP ind.-3pl) à ce moment-là son fils beaucoup fairehonte (Prétérit méd-3sg.), se jeter (Prétérit méd-3sg.), à ses pieds [pour] que il ce comportement quitter (PR sub.-3sg). Mais ce ne pas être (Prétérit méd-3sg.)… cette attitude-là sur lui ne pas partir (Prétérit méd-3sg.). Un amour de ciel s’emparer (PQP méd-3sg.) sur [lui].
(On disait qu’il aurait fait très honte à son fils à ce moment-là, et son fils se serait jeté à ses pieds en le suppliant de ne pas se comporter comme ça. Mais ça n’aurait pas été (n’aurait pas marché)… ce comportement ne serait pas parti de lui (il n’aurait pas changé). Un amour divin se serait emparé de lui.)

54Dans cet énoncé emprunté au célèbre roman de Hesenê Metê, le locuteur raconte la relation d’un personnage avec son père. L’histoire du roman se déroule dans un « village de fous » où les gens se comportent bizarrement et où même les plus raisonnables perdent la tête. Le père du personnage se comporte lui aussi bizarrement et le personnage se met à le supplier pour qu’il retrouve la raison. Alors que les autres événements sont rapportés au prétérit du médiatif, seul le dernier événement est mis au PQP du médiatif. Celui-ci marque en effet l’antériorité par rapport aux autres événements. Car, pour que le père puisse perdre la tête, il faut qu’auparavant « l’amour divin » se soit emparé de lui.

55On observe la même relation temporelle dans l’énoncé suivant.

(17) Dibên wê hîngê tivingên şîşxane nû derketibûne û Ûsib ji van tivingan bi destê xwe xistine, loma zora Faroxlî biriye. (Pilingê Serhedê, p. 187)
On dire (PR ind.-3pl) à ce moment-là les fusils de Şişhane nouveau sortir (PQP méd-3pl.) et Ûsib de ces fusils se procurer (Prétérit méd.3pl), grâce à cela il battre (Prétérit méd.-3sg) Farokhlî.
(On dit que les fusils de Şîşhane venaient de sortir (seraient juste sortis) à ce moment-là et Ûsib s’en serait procuré quelques-uns, c’est pour cela qu’il aurait battu Farokhlî.)

56La littérature écrite a été la première à manifester cet emploi du PQP du médiatif. Mais son emploi dans ce domaine n’est pas encore très fréquent. Nous n’en avons observé que deux exemples dans deux romans différents. Il semble que c’est la presse écrite qui est train de développer cette forme du médiatif.

(18) Ebbas Welî dibêje navê keçê (Z.) navê law jî (M.) bû ye. Kur ji bakurê Kurdistanê bû ye, M. jî karsazek bû ye û berê bi sûcê gendeliyê li Silêmaniyê ketibûye zindanê. (Avestakurd, 6 juin 2008)
Ebbas Welî dire (PR ind.-3sg) le nom de la fille Z. le nom du garçon aussi M. être (IMP méd.-3sg). Garçon du Nord du Kurdistan être (IMP méd.-3sg) et jadis avec le délit de corruption à Silêmanîye tomber (PQP méd.3sg) en prison.
(Ebbas Welî affirme que le nom de la fille était Z. et celui du garçon était M. Le garçon serait du Nord du Kurdistan et autrefois il aurait été inculpé de corruption et fait de la prison à Silêmaniye.)

57Dans cet énoncé, le PQP du médiatif exprime, en dehors de sa valeur habituelle, une valeur temporelle. Cet exemple atteste que les formes du médiatif peuvent entretenir des relations temporelles entre elles. Dans (18), le fait de faire de la prison est chronologiquement antérieur aux autres faits rapportés.

58Cet emploi attribuant une valeur temporelle au PQP du médiatif n’est pas un hasard. Nous avons observé que son emploi, bien que loin d’être généralisé, est assez fréquent pour être considéré.

(19) Piştî operasyona polêsa Stenbolê dihê fêmkirin ku ev kesê belayê serê jinkê, ne bi tenê bûye û wek şebeke kar kirîbûne. (Rizgari Online 3 juin 2008)
Après l’opération de la police d’Istanbul venir (Pr. ind. 3.sg.) comprendre (V.inf.) que cette personne problème de la tête de la femme ne seul être (IMP méd.- 3.sg.) et comme réseau [ils] travailler (PQP méd.)
(Après l’enquête de la police d’Istanbul, il s’est avéré que l’homme qui menaçait la femme ne serait pas seul et ils auraient agi en réseau.)

59Le même comportement temporel est observé également dans la traduction du Coran. Dans cet énoncé, les faits sont tous rapportés au médiatif dans un ordre chronologique. L’antériorité par rapport à des événements au prétérit du médiatif est exprimée par le PQP du médiatif.

(20) Ewan her du xortan xewneke aha dîtibûne ; ji hev ra xewna xwe gotine çûne bal Yûsuf (…)28
Ces deux garçons un rêve tel voir (PQP méd.) ; à eux-même leur rêve dire (Prétérit méd.-3.pl) aller (Prétérit du méd.-3.pl) à côté de Yusuf
(Ces deux garçons auraient fait un rêve ; ils se seraient raconté leur rêve et seraient allés voir Yusuf.)

  • 29 Aynur Bozkurt (2008) op. cit.

60Le Bescherelle de Bozkurt29 en propose également des exemples dans la partie explicative sur la grammaire des verbes kurdes.

(21) Dema ku ew gihiştiye malê, zarok ji dibistanê vegeriyabûne. (Bozkurt 2008, p. 285)
Lorsque il arriver (Prétérit Méd.-3sg), les enfants de l’école rentrer (PQP méd.-3pl).
(Lorsqu’il est arrivé à la maison, les enfants seraient rentrés de l’école.)

61Ainsi, le PQP médiatif qui avait un emploi limité et qui ne manifestait que très peu d’exemples tend à se répandre avec l’usage d’Internet. Il marque l’antériorité par rapport au parfait, au prétérit du médiatif et à l’imparfait du médiatif et suit par ce biais son homologue de l’indicatif. Il conserve cet emploi également dans la narration des contes.

3. Conclusion

62Dans cette étude, nous avons pu observer que le kurde kurmandji connaît trois formes verbales entrant dans la catégorie du médiatif, toutes dérivées du parfait. Ces formes s’opposent nettement à l’indicatif par rapport à la distance que le locuteur prend à l’égard de l’information ou du fait qu’il rapporte.

63Nous avons également pu observer que les formes du médiatif construisaient un monde temporel entre elles et chaque forme a une valeur bien distincte. Dans ce monde, alors que le prétérit du médiatif exprime les faits qui font avancer l’histoire, l’IMP du médiatif en décrit l’arrière-plan et le PQP du médiatif exprime d’autres faits chronologiquement antérieurs. Par ce biais, elles ont tendance à imiter les temps passés de l’indicatif.

64Des exemples relevés dans les textes littéraires et journalistiques démontrent que ces deux formes peu usitées du médiatif se manifestent de plus en plus dans les publications et ne semblent plus se borner à des zones géographiques ni à une tranche d’âge. Nous avons observé que ces formes prenaient une ampleur importante jamais observée dans la pratique écrite. Alors qu’elles sont très peu rencontrées dans la littérature écrite, elles sont désormais fréquemment employées dans la presse.

65Nous avons pu noter que les écrivains et journalistes kurdes n’avaient pas été scolarisés en kurde et qu’ils apprenaient à écrire en leur langue en lisant les autres auteurs. Si le kurde n’est pas enseigné dans sa plus grande zone d’emploi, en Turquie, il y jouit d’une liberté récente qui a donné naissance à une littérature écrite très épanouie.

  • 30 Par exemple, le recueil de nouvelle de Yaqob Tilermenî avait comme titre Bermeqlûb, un mot non répe (...)

66Il nous semble intéressant de signaler qu’un romancier kurde est souvent à la fois journaliste, grammairien et homme politique. C’est pour cette raison qu’il n’est pas surprenant d’observer le retour de certaines formes abandonnées au cours de l’histoire, car la plupart des écrivains kurdes considèrent l’activité de l’écriture comme une opération de sauvetage linguistique. Nous avons pu observer cette démarche même dans les noms d’ouvrages publiés sous des titres composés d’un vocabulaire complètement oublié30, peut-être dans le but de le faire ressurgir. Un mot créé est aussitôt retenu par tous les autres écrivains et journalistes, une forme employée est immédiatement adoptée. Dans notre ère de communication, Internet a investi tous les foyers, même dans les villages, et a dû favoriser la diffusion du kurde qui était jusqu’à aujourd’hui impossible.

67Dans ces conditions, il nous paraît naturel que la pratique langagière fasse ressurgir les formes abandonnées ou très peu usitées. Car, dans une langue comme le kurde qui est a pris un caractère politique chez ces locuteurs, rien n’est encore vraiment abandonné tant qu’on en trouve des traces. Cette politisation de la langue est notamment observable dans l’affirmation de Djeladet Bedir Khan souvent reprises par les auteurs kurdes : « la langue est la clef de l’existence ». Alors, il faudrait s’attendre peut-être encore à des résurgences et développements inattendus.

Bibliographie

Corpus

Mehmed Uzun, Bîra Qederê, Istanbul, Avesta, 1999.

Mehmed Uzun Ronî mîna evînê tarî mîna mirinê, Istanbul, Avesta, 2002.

Eyup Kiran, Dewrêşê Evdî, Istanbul, Mîr, 2003.

Eyup Kiran, Pilingê Serhedê, Istanbul, Elma, 2005.

Hesenê Metê, Labîrenta Cinan, Stockholm, Welat, 1994.

Lokman Polat, Fîlozof, Stockholm, Helwêst, 2002.

Adîl Zozanî, Kejê, Istanbul, Pêrî, 2002.

Îhsan Colemergî, Cembelî Kurê Mîrê Hekaryan, Istanbul, Avesta, 2001.

Mustafa Aydoğan, Pêlên bêrîkirinê, Stockholm, Nûdem, 1997.

Mîran Janbar, Ardûda, Diyarbakır, Lîs, 2005.

Lokman Ayebe, Jar lê Sermest, Diyarbakır, Belkî, 2004.

Torî, Mendik, Istanbul, Berfîn, 2002.

Medenî Ferho, Mîrze Meheme, Stockholm, Nûdem, 1995.

Laleş Qaso, Sê şev û sê roj, Stockholm, Nûdem, 1999.

Mahmud Baksî, Gundikê Dono, Stockholm, Orfeus, 1998.

Kemal Orgun, Li qeraxa şevê hîvron, Sî, 2002.

Firat Cewerî, Ez ê yekî bikujim, Istanbul, Avesta, 2009.

Bavê Nazê, Miriyê Heram, Diyarbakır: Lîs, 2009.

Helîm Yûsiv, Sobarto, Istanbul, Avesta, 1999.

Sidqî Hirorî, Evîn û şewat, Stockholm, Nûdem, 1998.

Sadinî, X. (2009). Feqîyê Teyran: Jiyan berhem û helbestên wî, Istanbul, Nûbihar.

Kurmancî : Revue linguistique, n° 1-40, Paris, Institut Kurde de Paris, 1987-2007.

Nûbihar : Revue littéraire, n° 99-100, Istanbul, Nûbihar, 2006.

Le Coran : http://quran.al-shia.org/kur_eng/tarjome/yusuf/yusuf.html.

Balî (2007). Pêşewa Qazî Mihemmed, 25 mars 2007 : http://www.pen-kurd.org/kurdi/abuzer-bali/pesewa-qazi-mihemed.html

Arjen Arî (2008). Bo Lehengê Bênav Serenad, Azadiya Welat, 22 août 2008.

Têmûrê Xelîl (2009). Hecîyê Cindî : Folklorîstê Kurdan yê herî mezin, 3 mars 2009 : http://kurdish.ruvr.ru/main.php?lng=kur&q=613&cid=11&p=03.03.2009

Amed Tigris (2006). Mehdî Zana û romana kurdî, 25 février 2006 : http://www.amidakurd.com/kevin/modulesb785.html?name=Niviskar&op=printpage&artid=264

Zagros Baran (2008). Işqa bi tirkî, 3 juin 2008 : http://www.rizgari.com/modules.php?name=News&file=article&sid=13897

Dilbixwîn Dara (2008). Mamosteyekî tirk êrîşî Prof. Dr. Ebbas Welî kir, 6 juin 2008 : http://www.avestakurd.net/news_print.php?id=917

Références

Aydoğan, I. (2006a). Temps, subordination et concordance des temps en kurde : étude descriptive sur le système verbal du kurmandji, Thèse de doctorat, Université de Rouen.

Aydoğan, I. (2006b). Identification des temps verbaux dans les grammaires kurdes, in World Congress on Kurdish Studies : Erbil, 6-9 September 2006, Kurdistan-Hawler, University of Salahaddin, p. 189-220.

Aydoğan, I. (2008). « Les constructions ergatives dans le roman kurmandji », Études Kurdes, n° 10, p. 65-82.

Bedir Khan, Emir Djeladet Ali & Lescot, Roger (1991). Grammaire kurde : dialecte kurmandji, Paris, Jean Maisonneuve.

Blau, J. et Barak, V. (1999). Manuel de kurde : kurmandji, Paris, L’Harmattan.

Bozarslan H. (1997). La question kurde : États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presse de Science Po.

Bozkurt, A. (2008). Kesandina lêkerên Kurmancî. Conjugaison des verbes kurdes (Kurmandji), Istanbul, Doz.

Bulut, C. (2000). « Indirectivity in Kurmanji », in Johanson, L. et Utas B. (éds.), Evidentials: Turkic, Iranian and Neighbouring Languages, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, p. 147-184.

Cigerli, S. (1999). Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan.

Delamotte-Legrand, R. (éd.) (2004). Les médiations langagières : des faits de langue aux discours, Rouen, Publications de l’Université de Rouen.

Dendale, P. (1993). « Le conditionnel de l’information incertaine : marqueur modal ou marqueur évidentiel ? », in, Hilty, G. (éd.). Actes du XXe Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes, Tübingen, Francke Verlag, tome 1, p. 165-176.

Dendale, P., Tasmowski L. (éds.) (1994). Les sources du savoir et leurs marques linguistiques, Numéro thématique de Langue française, 102, Paris, Larousse.

Dendale, P. & Coltier, D. (2003). « Point de vue et évidentialité », Cahiers de praxématique, n° 41, p. 105-130.

Donabédian, A. (1999). « Négation analytique et médiatif en arménien occidental : un lien systémique ? », Cahiers de Linguistique de l’INALCO, 1/1999, p. 23-41.

Donabédian, A. (2002). « Médiatif et progressif en arménien occidental : convergences discursives », in Donabédian, A., Ouzounian, A. (éds.). Actes du VIème Colloque International de Linguistique arménienne, Paris, INALCO, p. 343-357.

Dorleijn, M. (1996). The decay of ergativity in Kurmanci, Tilburg, Tilburg University Press.

Gosselin, L. (1996). Sémantique de la temporalité en français : Un modèle calculatoire et cognitif du temps et de l’aspect. Louvain-la-Neuve, Duculot.

Gosselin, L. (2005). Temporalité et modalité. Louvain-la-Neuve, de Boeck-Duculot.

Guentchéva, Z. (1994). Manifestations de la catégorie du médiatif dans les temps du français, Langue Française, n° 102, p. 8-23.

Guentcheva, Z., Donabédian, A., Meydan, M., Camus, R., (1994). « Interactions entre le médiatif et la personne », Faits de langues, n° 3, p. 145-153.

Guentchéva, Z. (1995). « La catégorie grammaticale du médiatif et les mécanismes perceptifs », in Bouscaren, J. ; Franckel, J.-J. ; Robert, S. (eds.). Langues et langage (Problèmes et raisonnement en linguistique), Mélanges offerts à Antoine Culioli, Paris, PUF, p. 301-315.

Guentchéva, Z. (éd.) (1996). L’énonciation médiatisée, Louvain-Paris, Peeters.

Guentchéva, Z. (2004). « La notion de médiation dans la diversité des langues », in Delamotte-Legrand, R. (éd.), Les médiation langagières : des faits de langue aux discours, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, p. 11-33.

Hasanpour, E. (1997). Kürt diliyle ilgili devlet politikaları (Les politiques des États à l’égard de la langue kurde), traduit de l’anglais en turc par Cemil Gündoğan, Istanbul, Avesta.

Kutschera C. (1979). Le mouvement national kurde, Paris, Flammarion.

Lazard, G. (1956). « Caractères distinctifs de la langue tadjik », in, Bulletin de la Société Linguistique de Paris, 51/1, p. 117-186

Lazard, G. (1985). « L’inférentiel ou passé distancié en persan », Studia Iranica, t. 14 (1), p. 24-42.

Lazard, G. (2000). « Le médiatif : considération théoriques et application à l’iranien », in Johanson, L. et Utas B. (éds.), Evidentials : Turkic, Iranian and Neighbouring Languages, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, p. 209-228.

Lazard, G. (2001). Études de linguistique générale : typologie grammaticale, Leuven-Paris, Peeters.

Lazard, G. (2006). Grammaire du persan contemporain : nouvelle édition, Téhéran, Institut français de recherche en Iran.

Molendijk, A. (1990). Le passé simple et l’imparfait : une approche reichenbachienne, Amsterdam, Rodopi.

Pezecki, H. (2005). « Un médiatif d’exception », Faits de Langues, n° 25, p. 219-226.

Rosier, L. (1999). Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Gilly, Duculot.

Tan, S. (2005). Rêziman û Rastnivîsîna Zaravayê Kurmancî (Grammaire et orthographe du kurmandji), Istanbul, Weşanên Enstituya Kurdî ya Stenbolê.

Tan, S. (2011), Rêzimana Kurmancî : çapa berfirehkirî (Grammaire du kurmandji : édition élargie), Istanbul, Weşanên Enstituya Kurdî ya Stenbolê.

Vet, C. (1988). « Compte- rendu critique de Wallace Chafe et Johanna Nichols, (éds.), (1986) », Canadian Journal of Linguistics, 33/1, p. 65-77.

Vetters, C. (1996). Temps, aspect et narration. Amsterdam-Atlanta, Rodopi.

Vogeler, S. (1994). « Le point de vue et les valeurs des temps verbaux », Travaux de linguistique, n° 29, p. 39-57.

Yalçin E. (2000), Étude Comparative de Six Grammaires Récentes sur le Système Verbal en Kurde, Mémoire de DREA, INALCO, 67 p.

Yalçin, E. (2001). La morpho-syntaxe du verbe kurde, mémoire de DEA, Université de la Sorbonne Nouvelle- Paris III.

Notes

1 Pour plus d’information sur les valeurs des marqueurs du médiatif et sur leur emploi, nous renvoyons à Zlatka Guentchéva (éd.) (1996): L’énonciation médiatisée, Louvain-Paris, Peeters, ainsi qu’à Patrick Dendale et Liliane Tasmowski (éds.) (1994): Les sources du savoir et leurs marques linguistiques, Numéro thématique de Langue française 102, Paris, Larousse. URL : http://www.persee.fr/issue/lfr_0023-8368_1994_num_102_1.

2 Co Vet (1988): « Compte rendu critique - Chafe Wallace et Nichols Johanna, éds. Evidentiality: The Linguistic Coding of Epistemology. Norwood, New Jersey: Ablex. 1986, p. xi + 368. US$29.50. Martin Robert, Langage et croyance: les ‘univers de croyance’ dans la théorie sémantique. Bruxelles: Pierre Mardaga Éditeur. 1987, p. 189 », Canadian Journal of Linguistics 33:1, p. 65-77. DOI : 10.1017/S0008413100012664.

3 Gilbert Lazard (1956): « Caractères distinctifs de la langue tadjik », Bulletin de la Société Linguistique de Paris 52:1, p. 117-186.

4 Lazard, G. (2000). « Le médiatif : considération théoriques et application à l’iranien », in Johanson, L. et Utas B. (éds.), Evidentials : Turkic, Iranian and Neighbouring Languages, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, p. 214. Voir également Zlatka Guentchéva (2004): La notion de médiation dans la diversité des langues, in Régine Delamotte-Legrand (éd.). Les médiations langagières: des faits de langue aux discours, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, p. 11-33.

5 Par exemple, les études d’Evin Yalçin (2000): « Étude Comparative de Six Grammaires Récentes sur le Système Verbal en Kurde », Mémoire de DREA, INALCO, Paris, p. 44 le rangent parfois du côté du parfait, parfois du côté de l’imparfait et parfois aussi du côté de la « non-constatation ». Dans Evin Yalçin (2001): La morpho-syntaxe du verbe kurde, mémoire de DEA, Université de la Sorbonne Nouvelle- Paris III, elle n’évoque plus la « non-constatation », mais certains exemples qu’elle commente sous le titre de « parfait » et de « l’imparfait narratif » entrent dans la catégorie du médiatif. La toute dernière grammaire publiée en kurde, Rêzimana Kurmancî de Sami Tan (2011) : Rêzimana Kurmancî : çapa berfirehkirî (Grammaire du kurmandji : édition élargie), Istanbul, Weşanên Enstituya Kurdî ya Stenbolê, p. 268, décrit cette forme comme la marque de « l’absence de témoignage » et la nomme « le prétérit éloigné » (Dema boriya dûdar) qui est le même nom qu’il donne au parfait en kurde.

6 Pour plus d’information, voir Ibrahim Seydo Aydoğan (2006): Temps, Subordination et Concordance des Temps dans le roman kurde: études sur le système verbal du kurmandji, Thèse de doctorat, Université de Rouen.

7 Il nous semble important de souligner qu’en 1990, avant la loi abolissant les interdictions linguistiques en Turquie, le nombre de romanciers recensés en kurmandji était de 13 et celui de romans publiés s’élevait à 27. Avant 1999 où la lutte armée entre la guérilla kurde et l’armée turque s’est calmée, le nombre de romanciers kurdes s’élevait à 27 et celui de romans en kurmandji s’élevait à 47. Suite à ce changement politique, en 2002, plusieurs réformes ont été adoptées par le gouvernement turc, et les écrivains qui se montraient prudents ont pu observer que désormais l’emploi du kurde ne pouvait plus être considéré comme un délit. Ainsi, de 1999 à 2012, nous avons compté 74 nouveaux romanciers kurdes, largement plus que le nombre de romanciers enregistrés auparavant. Pendant cette période de treize ans, nous avons recensé 176 nouveaux romans publiés. La grande majorité de ceux-ci sont publiés en Turquie.

8 Même si le kurde écrit par les intellectuels kurdes tend à effacer les différences régionales, le roman, le genre qui laisse de la place à des descriptions et à des dialogues en même temps, est également le genre littéraire la plus adapté aux recherches linguistiques, puisqu’il fait appel à un déploiement linguistique plus vaste et fait ressortir les moyens narratifs et discursifs d’une langue mieux que tout autre genre. Malgré les tendances de standardisation linguistique, les auteurs semblent manifestement conserver les particularités régionales. Parmi les romans qui constituent notre corpus, on trouve ceux de Mehmed Uzun et Eyup Kiran qui sont de la région d’Urfa, Hesenê Metê et Lokman Polat qui sont de Diyarbakır, Torî et Medenî Ferho qui sont des représentants de parler torî, Îhsan Colemêrgî et Adil Zozanî qui utilisent un langage typique de la région de Colemêrg (Hakkari), Sidqî Hirorî chez qui on observe aisément les marques linguistiques du Kurdistan d’Irak, Helîm Yûsiv qui manifeste un emploi typique du kurmandji du Kurdistan syrien, Mahmûd Baksî qui est de la région de Xerzan, Kemal Orgun qui est de Kars, et Mustafa Aydoğan, Firat Cewerî, Lokman Ayebe, Mezher Bozan et Mîran Janbar, qui sont de la région de Mardin qui présente une multiplicité de parlers en kurmandji. Il est très intéressant et avantageux, pour notre recherche, de pouvoir encore clairement observer les différences régionales dans les ouvrages de ces auteurs. Il est néanmoins important de signaler que la région de Muş et Bingöl n’est pas représentée dans notre corpus, faute de romancier kurde de ces zones. C’est par le souci de recouvrir le plus de parlers possibles que nous avons intégré des sites Internet ainsi que des articles publiés sur ces sites.

9 Margreet Dorleijn (1996): The decay of ergativity in Kurmanci, Tilburg, Tilburg University Press, p. 4

10 Emir Djeladet Bedir Khan et Roger Lescot (1970): Grammaire Kurde (Dialecte Kurmandji), Paris, Maisonneuve-Adrien, p. 121. (Nous nous référons à la réimpression de 1991 de cette grammaire). URL : https://rojbas4.files.wordpress.com/2012/05/grammaire-kurde-dialecte-kurmandji.pdf.

11 Dans le cas oblique de la troisième personne du singulier, on emploie pour le masculin et pour le féminin.

12 Dans la formation des temps, lorsque le radical du verbe se termine par une consonne, le (i) euphonique intervient pour relier le radical et la désinence.

13 Gilbert Lazard (2000) op. cit., p. 215.

14 MD est employé pour désigner la désinence du médiatif.

15 Yalçin (2000) op. cit. et Tan (2001) op. cit.

16 Bedir Khan, Emir Djeladet Ali & Lescot, Roger (1991). Grammaire kurde : dialecte kurmandji, Paris, Jean Maisonneuve.

17 Blau, J. et Barak, V. (1999). Manuel de kurde : kurmandji, Paris, L’Harmattan ; Yalçin (2000) op. cit. ; Tan, S. (2005). Rêziman û Rastnivîsîna Zaravayê Kurmancî (Grammaire et orthographe du kurmandji), Istanbul, Weşanên Enstituya Kurdî ya Stenbolê.

18 Christiane Bulut (2000): « Indirectivity in Kurmanji », in Lars Johanson et Bo Utas, op. cit., p. 147-184.

19 Cigerli, S. (1999). Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan, p. 91.

20 Pour plus d’information sur ce sujet, voir, entre autres, Chris Kutschera (1979) : Le mouvement national kurde, Paris, Flammarion ; Hamit Bozarslan (1997) : La question kurde : États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presse de Science Po ; Sabri Cigerli (1999) : Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan.

21 Bulut, C. (2000). « Indirectivity in Kurmanji », in Johanson, L. et Utas B. (éds.), op. cit., Berlin-New York, Mouton de Gruyter, p. 146, 165.

22 Gilbert Lazard (2000) op. cit., p. 223.

23 Dans le but de rendre nos exemples plus accessibles pour le lecteur non-kurdophone, nous proposons toujours une traduction possible entre parenthèses.

24 Xalid Sadinî (2009) : Feqîyê Teyran: Jiyan berhem û helbestên wî (Feqîyê Teyran: Vie, œuvre et poèmes), Istanbul, Nûbihar, p. 166.

25 Aydoğan, I. (2006a). Temps, subordination et concordance des temps en kurde : étude descriptive sur le système verbal du kurmandji, Thèse de doctorat, Université de Rouen.

26 Aynur Bozkurt (2008): Kesandina Lêkerên Kurmancî (Conjugaison des verbes kurmandji), Istanbul, Doz, p. 284.

27 Aynur Bozkurt (2008) op. cit. p. 284.

28 Le Coran: http://quran.al-shia.org/kur_eng/tarjome/yusuf/yusuf.html.

29 Aynur Bozkurt (2008) op. cit.

30 Par exemple, le recueil de nouvelle de Yaqob Tilermenî avait comme titre Bermeqlûb, un mot non répertorié par Ferheng (Dictionnaire) de Zana Farqînî (2004) qui est reconnu comme le plus grand dictionnaire du kurde-turc. Enwer Karahan aussi a choisi, pour le titre de son premier roman, un autre mot aujourd’hui non-employé dans le langage courant, Şapînoz (2010). Le Ferheng de Zana Farqînî (2004) le décrit comme « cacher les erreurs ».

Auteur

Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris

© Institut français d’études anatoliennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter