Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Joyce Blau l'éternelle chez les Kurdes

 | 
Hamit Bozarslan
, 
Clémence Scalbert-Yücel

Les lexicographes de la langue kurde : de la description lexicale à l’engagement militant

Salih Akin

Texte intégral

  • 1 Le terme de lexicographie désigne à la fois la technique de confection des dictionnaires et l’analy (...)

1La lexicographie1 de langue kurde, pourtant assez récente, connaît un renouveau surprenant. Longtemps opprimée, souvent méconnue, toujours minoritaire, la langue kurde, de caractère polydialectale, bénéficie aujourd’hui d’un intérêt des médias, d’une mobilisation de la diaspora kurdophone et du développement des recherches linguistiques. Cette conjonction favorable s’est traduite par la récente publication de nombreux dictionnaires (parfois plusieurs dans la même année) émanant d’initiatives privées. En effet, bien qu’elle soit parlée par environ 30 millions de locuteurs répartis dans quatre pays sans mentionner les pays de la diaspora proche et lointaine, le kurde est démuni d’institutions officielles. Si ces recueils lexicographiques constituent de précieuses descriptions lexicales de la langue, ils semblent aussi relever du militantisme linguistique.

2Nous décrirons tout d’abord les principaux paramètres de la lexicographie de la langue kurde en mettant l’accent sur les conditions sociopolitiques d’élaboration des dictionnaires en tant qu’objets sociolangagiers. Cette étude sera limitée aux auteurs ayant publié des dictionnaires. Il existe en effet de nombreux écrivains, chercheurs, journalistes qui ont publié des lexiques et vocabulaires dans des supports tels que journaux, revues, livres, sans que ces lexiques et vocabulaires donnent naissance à un dictionnaire. Cette délimitation du cadre de notre étude aux seuls dictionnaires est motivée par l’ampleur du volume, la visibilité, la circulation des dictionnaires. C’est pourquoi nous insisterons sur les auteurs et les lieux concernés, l’élaboration des dictionnaires, ainsi que sur les contraintes éditoriales, sociales, politiques qui pèsent sur elle.

3Dans un premier temps, nous présenterons l’histoire du développement et de la diffusion des dictionnaires de la langue kurde. Puis, dans un second temps, nous étudierons la lexicographie du kurmandji, dialecte majoritaire de la langue kurde.

1. La situation sociolinguistique du kurde

4La genèse de la lexicographie de la langue kurde ne peut être pleinement appréhendée que si l’on restitue les conditions sociopolitiques dans lesquelles la langue évolue. Ainsi après avoir longtemps été dépourvu de toute reconnaissance, le kurde jouit d’un statut de langue officielle en Irak. Cette reconnaissance est intervenue à la suite du renversement du régime de Saddam Hussein en 2003. La nouvelle Constitution de l’Irak adoptée en 2005 a consacré l’arabe et le kurde comme les deux langues officielles du pays. À l’heure actuelle, le kurde est la langue officielle de la région autonome kurde en Irak, administrée par le Gouvernement régional kurde. C’est dans cette partie qu’il connaît un renouveau tant linguistique que culturel. Langue de communication, des institutions, des administrations et des médias, le kurde fait l’objet d’un enseignement public de l’école primaire à l’université.

  • 2 Tove Skutnabb-Kangas et Sertar Bucak (1994) : « Killing a mother tongue – how the Kurds are deprive (...)

5Ce tableau prometteur contraste largement avec la situation de la langue dans les autres États. C’est sans doute en Turquie que le kurde a été soumis à la plus violente politique linguistique, conduisant certains linguistes à comparer cette politique à une tentative d’ethnocide linguistique2. Après une politique d’interdiction et d’étouffement de la langue, le kurde peut être, depuis 2004, enseigné à titre privé grâce aux ouvertures linguistiques observées dans le processus d’adhésion du pays à l’Union européenne. Cependant, l’article 42 de la Constitution turque interdit toujours l’éducation dans une langue autre que le turc. La mise en place, en janvier 2009, d’une chaîne publique émettant 24h/24 des émissions en langue kurde ne semble pas constituer une réponse aux revendications d’un enseignement public dans les régions à majorité kurde.

6Du fait de la parenté du kurde avec le persan, l’Iran a toujours autorisé l’usage oral et écrit de la langue. Il s’oppose cependant à toute forme d’enseignement du kurde. En Syrie, c’est l’usage exclusivement oral qui est toléré par les autorités. Après l’Irak, c’est en dehors des territoires kurdes que la langue connaît actuellement un renouveau de par son enseignement public dans des établissements scolaires. La Suède, la Norvège et certains länder allemands ont en effet mis en place des cours de langue kurde à destination des membres de la diaspora kurde vivant dans ces pays.

2. Les lexicographes de la langue kurde d’hier à aujourd’hui

7Ce rapide survol de la situation sociolinguistique de la langue permet d’entrevoir la complexité des facteurs conditionnant l’évolution de la langue. Elle aura permis également de comprendre la difficulté que présente toute description lexicographique de la langue kurde à la fois polydialectale et en constante mutation. En l’absence d’institutions nationales (mises à part celles qui se mettent sur pied dans le nord de l’Irak), c’est au niveau de l’initiative privée que la plupart des recherches linguistiques et lexicographiques a été menée. Trois périodes peuvent être dégagées dans l’émergence, le développement et l’amplification de la lexicographie kurde.

2.1. Du 17e au 19e siècle : l’émergence de la lexicographie kurde

8Le premier dictionnaire connu en langue kurde date du 17e siècle. Il est l’œuvre d’un savant mystique kurde, Ehmedê Khanî (1651-1707), qui publia en 1684 un dictionnaire kurde-arabe destiné à un usage didactique. Écrit en caractères arabes, le dictionnaire est intitulé Nûbihara Piçûkan (Les Prémices des Jeunes) et compte 1500 mots en kurmandji, dialecte parlé par Ehmedê Khanî. Poète et philosophe, l’auteur du dictionnaire est en même temps enseignant de sa langue. Le dictionnaire vise à faciliter l’apprentissage de la langue par les écoliers.

9Ce premier travail attesté en lexicographie kurde est suivi de deux autres, aux visées différentes. Ils sont en effet l’œuvre de savants étrangers qui mettent à profit leur séjour dans les provinces du Kurdistan pour décrire le vocabulaire et la grammaire du kurde. C’est d’abord un prêtre catholique, Maurizio Garzoni, envoyé au 18e siècle par Rome dans la principauté du Bahdinan (au nord-ouest de Mossoul). Durant les vingt ans de son séjour à Amadiyya, il recueille les éléments de sa Grammatica e Vocabolario della lingua kurda, qui paraît à Rome en 1787. Si l’on trouve dans cet ouvrage une description grammaticale de la langue, elle est en fait mineure par rapport à la description du vocabulaire. Sur les 288 pages que compte l’ouvrage, seules les pages 11 à 74 sont consacrées à la grammaire, alors que le vocabulaire occupe le reste (p. 75-282). Ces 107 pages intitulées Vocabulario Italiano e Kurdo regroupent environ 6700 mots présentés dans l’ordre italien-kurde.

10Ensuite, c’est l’orientaliste polonais Auguste Jaba (1801-1894) qui publie le Dictionnaire Kurde-Français, en 1879 à Saint-Pétersbourg. L’auteur du dictionnaire, consul dans la province d’Erzurum est déjà connu pour son Recueil de Notices et de Récits kourdes servant à la connaissance de la langue, de la littérature et des tribus du Kourdistan, réunis et traduits en français à Saint-Pétersbourg en 1860. Son dictionnaire, qui répond à une commande de l’Académie Impériale des Sciences de Russie, comprend 463 pages, environ 15 000 mots et utilise deux alphabets : les mots kurdes sont transcrits en alphabet arabe et leur(s) équivalent(s) français en alphabet latin.

  • 3 Le dictionnaire a été réédité en 1978 sous forme d’un dictionnaire kurde-turc par Mehmet Emin Bozar (...)

11Enfin, c’est un haut fonctionnaire de l’empire ottoman, Yusuf Ziya’al-din Paşa al-Khalidi, d’origine palestinienne, qui publie un dictionnaire arabe-kurde en 1892 à Istanbul. Nommé sous-préfet dans la région de Mutki, dans l’actuel Kurdistan turc, al-Khalidi recueille essentiellement dans le dictionnaire le vocabulaire de cette région. Il intitule son dictionnaire3 El-Heddiye El-Hamidiyye Fi’l-Lûgat El-Kurdiye (Le Présent hamidien dans la langue kurde), en référence au sultan ottoman de l’époque, Abdülhamid II.

12Ces premières descriptions lexicographiques sont en même temps les premières attestations matérielles de la langue kurde qui servent de référence aux études de kurdologie. Comme on le voit, l’implication de savants européens apparaît importante dans l’émergence de la lexicographie kurde. Si les recherches visent la connaissance du vocabulaire, elles sont aussi destinées à mieux faire connaître les Kurdes.

2.2. Le 20e siècle: la lexicographie à l’heure du mouvement national

13L’émergence de la lexicographie kurde se caractérise par une approche utilitariste de la langue et de son vocabulaire ; le point de vue externe y domine. Ensuite, dans les recherches ultérieures, le point de vue interne domine la description du vocabulaire.

14L’engagement de nombreux chercheurs, écrivains, poètes, politiques, militants, philosophes kurdes traduit une prise en charge collective de la description lexicographique. Cet investissement se réalise dans la deuxième moitié du 20e siècle, après un nouveau partage des territoires kurdes entre l’Irak, la Syrie et la Turquie au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dans ce contexte, les idées d’État-nation, diffusées par la Révolution française, exercent toute leur influence sur les intellectuels et politiques kurdes qui, après l’échec du mouvement de libération nationale, trouvent dans les recherches sur la langue un moyen de défendre leur culture.

15Deux lieux − l’ex-URSS et l’Irak − se détachent nettement dans ce processus d’implication des chercheurs kurdes dans la lexicographie. L’URSS, après avoir accueilli nombre de Kurdes chassés de Turquie au lendemain de la Première Guerre mondiale, apporte un soutien politique et matériel à ces recherches linguistiques. On assiste à une importante activité en Arménie − alors partie de la République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie − au sein de l’URSS où, dans les années 1920, les Kurdes ont été reconnus comme une « nationalité », avec la reconnaissance de leur langue. À ce titre, la communauté kurde a bénéficié de l’encouragement de l’État et possédait des écoles, une presse et des éditions. Les recherches qui ont été menées dans les différents centres de kurdologie portent sur les différents aspects de la langue et culture kurdes et ont abouti à la publication des premiers dictionnaires à partir de 1950. Nous n’en citerons que trois, dont deux parus simultanément à Moscou, en 1957 :

  • Cherkez Chudo Bakaev, Kurdsko-Russkij Slovar / Xebernama Körmancî-Rusî (Dictionnaire kurde-russe, 618 p.).

  • I.O. Farizov, Ferhenga Rusî-Kurmancî / Russko-Kurdskij Slovar (Dictionnaire russe-kurde, 781 p.). La présentation des entrées dans les deux langues fait des deux dictionnaires un seul ouvrage complémentaire.

  • Qanatê Kurdo Kurdsko-Russkij Slovar (Dictionnaire Kurde-Russe, 890 p.), publié en 1960, à Moscou en collaboration avec Zarê Jusupova. L’auteur du dictionnaire, qui comprend 34 000 mots en dialecte kurmandji, édite un autre en dialecte sorani, en 1979, toujours à Moscou.

16Parallèlement à ces recherches, l’Irak offre la possibilité aux Kurdes, dans le cadre d’une autonomie restreinte, de mener des recherches sur leur langue et leur culture, Nous pouvons mentionner six dictionnaires :

  • Giwî Mukriyanî, Raber / al-Murşid (Le Guide, dictionnaire arabe-kurde, 404 p., 12 000 entrées), publié en 1950, à Erbil (capitale de l’actuelle région autonome du Kurdistan en Irak), éditions Kurdistan Press.

  • Giwî Mukriyani, Ferhengî Mahabad (Le dictionnaire de Mahabad, arabe-kurde, 795, 30 000 entrées), version revue et augmentée du premier dictionnaire, publié en 1961, à Erbil, éditions Kurdistan Press.

  • Cheik Muhammadî Xal, Ferhengî Xal (Le dictionnaire de Xal, du nom de son auteur, 40 000 entrées). Les trois tomes de ce premier dictionnaire unilingue sont publiés à Sulaymania, respectivement en 1960, 1964 et 1976, aux éditions Kamarani Press.

  • Tawfîk Wahbi & Cecil John Edmonds, Kurdish-English Dictionary (168 p., 10 000 entrées) édité en 1966 à Londres aux éditions ABC Publishing qui le rééditent en 1996.

  • Cigerxwîn, Ferhengê Erebî-Kurdî (Dictionnaire arabe-kurde, 2 volumes respectivement 316 et 251 pages) édité en 1962, à Bagdad.

  • Abdul Rahman Zabihi, Qamusî Zimanî Kurdî (Dictionnaire de la langue kurde, 2 tomes), publiés respectivement en 1977 et 1979, à Bagdad, aux éditions KZK Press.

17Alors que, dans les années 1950 à 1960, l’Irak et l’URSS donnent une impulsion décisive à l’essor de la lexicographie kurde, d’autres lieux commencent à émerger avec le développement et la diffusion des dictionnaires, mais aussi avec l’ouverture démocratique qui s’engage dans les années 1960 en Turquie :

  • Musa Anter, Ferhenga Kurdi-Tirki (Dictionnaire kurde-turc, 174 p. 12 000 entrées), publié à Istanbul, en 1967, aux éditions Yeni Matbaa.

18Les années 1990 marquent une accélération de l’activité lexicographique avec la parution de deux dictionnaires :

  • D. Izoli, Ferheng, Kurdi-Tirki, Tirki-Kurdi (Dictionnaire kurde-turc, turc-kurde, 913 p. 25 000 entrées) réédité à Istanbul en 1992 par les éditions DENG. Il s’agit d’une version revue et augmentée d’un dictionnaire dont la première édition a été réalisée à La Haye, en 1987.

  • Tori, Ferheng. Kurdî-Tirkî – Türkçe-Kürtçe (Dictionnaire kurde-turc, turc-kurde, 615 p., 12 800 entrées), publié à Istanbul en 1999 aux éditions Berfîn.

19Parallèlement à ces activités qui se développeront de façon plus intense en Turquie à partir de l’année 2000, des recherches sont réalisées en Iran, en Syrie et en Europe avec une diaspora qui commence à se constituer :

  • Ebdulrehmen Serefkendi, Henbane borîne [Le vieux sac à dos magique], dictionnaire kurde-persan qui comprend un vocabulaire de 62 000 entrées, publié en 1990 à Téhéran par les éditions Surush. Réédition en 2002 par les éditions Chapkhanah Shaqan, à Suleymaniye, au Kurdistan irakien.

  • Muhemed Cemîl Seyda, Ferhenga Jîn [Dictionnaire de la Vie], dictionnaire kurde-arabe publié à Beyrouth en 1994, par la maison Tirêj, installée en Syrie.

20Les membres de la diaspora kurde, essentiellement constitués de Kurdes de Turquie ayant fui le coup d’État militaire de 1980, trouvent en Europe la possibilité d’enseigner et de faire des recherches sur leur langue. Outre des méthodes de langue, des grammaires, des journaux et revues, ils éditent des dictionnaires, dont les plus importants sont les suivants :

  • Malmisanij, Zazaca-Türkce Sözlük / Ferhengê Dimilki-Tirki (Dictionnaire dimilkî-turc), publié à Paris en 1984. Ce dictionnaire homoglosse, qui concerne le dialecte dimilkî du kurde, fut réédité à Istanbul en 1992 par les éditions DENG.

  • Reşo Zilan, Svensk-Kurdiskt Lexikon (Nordkurdiska), (Dictionnaire suédois-kurde septentrional, 312 p. 8000 entrées), publié à Stockholm en 1989, par les éditions Skriptor AB.

  • Baran Rizgar, Kurdish-English / English-Kurdish Dictionary, Kurdî –İngilizî / İngilizî – Kurdî Ferheng, publié à Londres en 1993 par Lithosphere Printing Cooperative, (400 p. 12 000 entrées).

  • 4 Publications du Centre pour l’Étude des Problèmes du Monde Musulman Contemporain.
  • 5 Éditions Sosyal.

21Enfin, J. Blau, professeur de kurde à l’Institut National des Langues et Cultures Orientales (INALCO), publie en 1965, à Bruxelles4, son dictionnaire trilingue (kurde-français-anglais) qui sera réédité à Istanbul5 en 1991 avec la traduction des entrées en langue turque. Si ce dictionnaire est basé sur le kurmandji, le Dictionnaire fondamental kurde-français, édité par H. Halkawt, également enseignant de kurde à l’INALCO, porte sur le dialecte sorani.

2.3. Le 21e siècle : une lexicographie rayonnante

22Depuis l’année 2000, les pratiques lexicographiques connaissent une mutation et une professionnalisation qui s’avèrent prometteuses pour l’avenir. La levée des derniers interdits sur l’édition en langue kurde en Turquie, la consolidation de l’autonomie des Kurdes en Irak et l’activité des membres de la diaspora kurde en Europe créent un contexte favorable à la diversification et à la qualité des dictionnaires dans la réalisation desquels s’impliquent davantage d’institutions et de professionnels. Les premiers produits de cette nouvelle ère sont les suivants :

  • Salah Saadallah, Saladin’s English-Kurdish Dictionary, (1477 p., 72 000 entrées), publié par l’Institut kurde de Paris /Avesta, à Istanbul, en 2000.

  • Zana Farqînî, Türkçe-Kürtçe Sözlük (Dictionnaire turc-kurde, 1278 p.), publié par l’Institut kurde d’Istanbul en 2000.

    • 6 Le nom d’une plaine au sud-est du Kurdistan irakien, d’où l’auteur est originaire.

    Shafîk Qazzaz, The Sharezoor6 Kurdish-English Dictionary (601 p., 12 000 entrées), publié en 2000 à Erbil, par les éditions Aras Press and Publishers.

  • Mehmet Tanrikulu, Türkçe-Kürtçe Sözlük (Ferhenga Tirkî-Kurdî) (Dictionnaire turc-kurde, 520 p., 23 000 entrées), publié en 2002, à Stockholm, aux éditions Podium.

  • Michael L. Chyet, Kurdish-English Dictionary, publié par Yale University Press en 2003 (847 p.)

  • Zana Farqînî, Ferhenga Kurdî-Tirkî (Dictionnaire kurde-turc, 2132 p.), édité par l’Institut kurde d’Istanbul en 2005.

  • Mustafa Aydoğan, Vildan Tanrikulu, Mahmud Lewendi, Svenska-Kurdiska Lexikon / Ferheng Kurmancî-Swêdî (Dictionnaire suédois-kurde), 1010 p., 28 500 entrées) publié à Stockholm en 2006 par l’Institut de Développement des Établissements scolaires de Suède.

23Signe de spécialisation des dictionnaires, cette période voit aussi l’édition des premiers dictionnaires unilingues :

  • Umîd Demîrhan, Ferhenga Destî – Kurdî bi Kurdî (Dictionnaire de poche – Kurde-kurde, 496 p., 16 000 entrées), édité en 2006 par les éditions Sewad, à Doğubeyazit (Turquie).

  • Kamêran Botî, Ferheng Kurdî-Kurdî (Dictionnaire kurde-kurde, 720 p., 15 000 entrées.), édité en 2007 par les éditions Do à Istanbul.

3. Les formes et la nature de l’engagement des lexicographes

24Le développement des activités lexicographiques est donc intimement lié au sort des Kurdes et à leur reconnaissance dans les différents pays où ils sont répartis. Ces activités s’inscrivent dans une prise de conscience nationale qui fait du patrimoine linguistique le support matériel de l’identité. L’entreprise institutionnelle tardive – les instituts kurdes de Paris et d’Istanbul sont respectivement fondés en 1984 et en 1992 – montre que la naissance et le développement de la lexicographie kurde sont essentiellement dus à l’initiative de lexicographes individuels, engagés sur le plan sociopolitique. Ce sont les formes et la nature de cet engagement sociopolitique que nous allons maintenant développer en présentant le parcours individuel de quelques lexicographes.

25Le militantisme qui les caractérise ne se comprendrait pas si l’on faisait abstraction des politiques répressives menées contre les Kurdes et qui se sont traduites par l’interdiction de l’usage écrit et parfois oral du kurde, comme en Turquie, par l’effacement du kurde de toutes les sphères de la société, depuis l’école jusqu’à la famille. Dans ce contexte, la défense de la langue est apparue naturellement comme une priorité pour les intellectuels, les politiques et les écrivains et a servi de moyen de lutte pour préserver la culture d’une disparition totale et combattre les politiques d’assimilation forcée.

26Tous les lexicographes du kurde, hormis quelques étrangers, sont peu ou prou impliqués dans ce qui apparaît comme un combat sociopolitique. L’examen de leur parcours et des formes de leur engagement montre que les combats sociopolitiques et linguistiques forment un tout indissociable.

3.1. Les lexicographes « intellectuels »

27Les professions intellectuelles telles que les écrivains, les poètes, les philosophes ont grandement contribué à la lexicographie du kurde. Parmi eux, on peut citer notamment Ehmedê Khanî, Cigerxwîn, M. Anter, A. Serefkendi, A. Zabihi qui ne sont pas lexicographes de formation.

28Ehmedê Khanî (1651-1707), le pionnier de la lexicographie kurde, est le premier à discuter dans ses œuvres de l’indépendance kurde. Ayant vécu avant la naissance du nationalisme moderne, sa conscience nationale fait de lui un pionnier pour son temps. Alors qu’à cette époque, les populations définissaient leur identité par le facteur religieux et étaient engagées dans les conflits interreligieux, E. Khanî aborde le thème de l’indépendance kurde dans Mem û Zîn, rédigé en 1692. Il décrit dans ce long poème de 2650 distiques les éléments constitutifs de la nation kurde.

  • 7 Cigerxwîn signifie littéralement « Cœur meurtri ».
  • 8 Le père de Mesud Barzani, actuellement président de la Région autonome du Kurdistan irakien.

29Le parcours de Cigerxwîn, auteur du dictionnaire kurde-arabe (Bagdad, 1962), présente les mêmes caractéristiques que celles d’Ehmedê Khanî, avec cette différence près qu’il fut un engagement politique au sein d’organisations dans sa vie passée essentiellement à l’exil. De son vrai nom Şexmus Hesen, Cigerxwîn7 est né en 1903 à Mardin, dans le Kurdistan de Turquie. Durant ses études de théologie, il apprend la langue, la littérature et l’histoire kurde. Son engagement politique le conduit à participer au soulèvement kurde de 1925 au Kurdistan de Turquie, à fonder en 1946 une association kurde à Qamichli, en Syrie. En 1948, il rejoint le Parti communiste de Syrie et se présente en 1954 aux élections au Parlement syrien. Il fonde en 1957 l’organisation Azadî (Liberté), qui deviendra plus tard le Parti Démocratique kurde de Syrie. Emprisonné pour ses activités politiques à Damas de 1963 à 1969, il rejoint après sa libération le mouvement de Mustafa Barzani8 au Kurdistan irakien. Il s’installe au Liban en 1973, où il rédige le fameux poème Kî me ez (Qui suis-je ?), dans lequel, à l’instar d’Ehmedê Khanî, il travaille le thème du patriotisme kurde et dénonce les persécutions et les oppressions subies par les Kurdes. En 1979, il se réfugie en Suède, où il meurt en 1984. Il a fait plusieurs contributions dans la revue Hawar (l’Appel), publiée dans les années 1930 en Syrie sous mandat français par un groupe d’intellectuels kurdes. Il a produit une impressionnante collection de poèmes en huit volumes, rédige Destura zimanê kurd (Grammaire de la langue kurde, 1961) et Tarixa Kurdistan (Histoire du Kurdistan, 1985).

30La trajectoire d’Edburahman Serefkendi (1920-1990), plus connu sous le nom de Hêjar (le déshérité), auteur d’un dictionnaire kurde-persan, est également marquée d’engagements et de luttes. Après une éducation religieuse, il écrit ses premiers poèmes en 1940. Il s’engage aux côtés de Qazi Muhamad, président de la première et éphémère république autonome kurde à Mahabad, dans le Kurdistan iranien, en 1946. Le renversement de la république le conduit à un exil qui durera environ 30 ans, en Syrie, au Liban et en Irak. Il participe également à l’insurrection de Mustafa Barzani en Irak, avec lequel il entretient une étroite amitié. Après l’échec du mouvement de Barzani, il retourne en 1975 en Iran, où il décède en 1990. Lorsqu’il fut assassiné en 1992 à Berlin, son frère cadet, le Dr. Sadek Serefkendi, était le secrétaire général du Parti Démocratique du Kurdistan d’Iran. Durant tout son parcours voué à la cause kurde, Hêjar a effectué de nombreuses traductions en kurde et en persan.

31Les parcours d’A. Zabihi et de M. Anter, ne sont pas très différents de celui de leurs prédécesseurs, mais ils ont payé de leur vie leur engagement politique. Né à Mahabad, dans le Kurdistan iranien, A. Zabihi (1920-1980) est l’auteur d’un dictionnaire monolingue, basé sur le modèle du Petit Larousse. Après avoir été membre de la première organisation politique du Kurdistan iranien, A. Zabihi s’engage dans le Parti démocratique du Kurdistan iranien, lors de la fondation de l’éphémère République de Mahabad en 1946. Le renversement de la république le conduit à l’exil, en Syrie, puis en Irak. Il est assassiné en 1980 à Bagdad par le régime baassiste.

  • 9 Environ 5000 intellectuels, journalistes, instituteurs et militants pacifistes kurdes ont été assas (...)

32Musa Anter, né en 1920, est l’auteur du premier dictionnaire kurde-turc publié en Turquie. Journaliste, poète, écrivain, il fait des études de droit et de philosophie à Istanbul, où il fonde une association d’étudiants, édite des publications telles que Dicle, İleri Yurt. Il s’engage activement dans la politique, au sein d’organisations de gauche. Plusieurs fois arrêté pour ses activités, il finit, après plusieurs séjours en prison, par s’installer définitivement à Diyarbakır, où il est assassiné en 1992 par les escadrons de la mort9.

3.2. Les lexicographes « institutionnels »

33Nous avons vu que les dictionnaires de l’entreprise institutionnelle étaient récents et relativement peu nombreux par rapport au travail individuel. Les lexicographes que, dans le contexte kurde, l’on peut appeler « institutionnels » n’ont pas reçu de mandat institutionnel pour compiler des dictionnaires, mais plutôt un appui matériel. Certains ont mis à profit leur statut au sein d’institutions, comme Tawfîk Wahbi ou Qanatê Kurdo. À l’instar de Zana Farqîn ou Salah Saadallah, d’autres ont reçu un soutien matériel de la part d’institutions kurdes émergentes.

  • 10 Salih Akin (2006) : « L’alphabet kurde adapté aux caractères latins », L’orthographe en questions, (...)

34Tawfîk Wahbi (1891-1984), auteur d’un dictionnaire kurde-anglais, était colonel dans l’armée ottomane et devient membre influent de la nouvelle armée irakienne mise en place sous la supervision britannique à la suite de la Première Guerre mondiale. Maître d’œuvre de la codification du dialecte sorani en 1920, il est le premier à proposer une latinisation de l’alphabet kurde, variante de l’alphabet arabe avec intégration des signes diacritiques. L’opposition du gouvernement irakien, pour qui l’alphabet arabe est un élément important de l’unité nationale, est le principal facteur de l’échec de la réforme, qui visait un rapprochement avec les Kurdes de Turquie. Ceux-ci avaient en effet adopté l’alphabet latin au début des années 1930 pour la notation des sons de leur langue, peu de temps après les Turcs10.

35Qanatê Kurdo (1909-1985), originaire du Kurdistan turc et auteur de plusieurs dictionnaires kurde-russe, se réfugie avec sa famille en Arménie après la Première Guerre mondiale. Après une thèse de doctorat soutenue en 1941 sur la construction des locutions verbales en kurde, il occupe un poste de professeur de langue et littérature kurdes à l’université de Saint Pétersbourg. Ses recherches sur la langue et littérature kurdes, qui contribuent à la formation de nombreux kurdologues, font de l’URSS le centre mondial d’études kurdes jusqu’aux années 1990.

36Zana Farqinî et Salah Sadallah, auteurs respectivement de deux dictionnaires turc-kurde et kurde-turc et d’un dictionnaire anglais-kurde, ont reçu un appui institutionnel : le premier a bénéficié du soutien de l’Institut kurde d’Istanbul, premier institut kurde en Turquie, qui est également éditeur et distributeur de son dictionnaire. Le second a reçu l’aide de l’Institut kurde de Paris, fondation reconnue d’utilité publique, dans la confection matérielle et technique, ainsi que dans la distribution du dictionnaire. Les trois dictionnaires affichent le nom de ces deux institutions sur leur couverture, comme la marque d’une autorité reconnue dans le domaine des recherches sur le kurde.

3.3. Les lexicographes « réfugiés politiques »

37Parmi des milliers de Kurdes ayant fui les exactions et la répression politique dans leur pays et trouvé l’asile politique dans les principaux États européens, nombreux sont ceux qui ont trouvé dans leur pays d’accueil une liberté d’action qui n’a fait qu’accentuer leur engagement militant. L’exil leur a en quelque sorte donné la liberté et les moyens de mener des activités politiques au sein d’associations culturelles, afin de sensibiliser l’opinion européenne sur le sort des Kurdes. Mais il leur a aussi permis de mener leur combat ailleurs que dans le champ politique proprement dit, dans le domaine des publications littéraires, journalistiques, linguistiques, etc. Parmi ces réfugiés politiques devenus, entre autres, lexicographes, signalons notamment D. Izolî (Pays-Bas), Mehmet Emîn Tanrıkulu (Allemagne), Malmisanij, Reşo Zilan, Mustafa Aydoğan, Mahmud Lewendi, Vildan Tanrıkulu (Suède), Baran Rizgar (Angleterre), Hakîm Halkawt (France).

3.4. Les lexicographes « solidaires » de la cause kurde

38Parmi les nombreux chercheurs étrangers qui ont apporté une contribution essentielle à la lexicographie kurde, certains ont aussi développé une amitié et une solidarité avec la population kurde. Décrire le vocabulaire d’une langue minorée, interdite, menacée dépasse, dans le contexte kurde, le strict cadre d’une activité lexicographique. Or, ces chercheurs devaient se rendre sur place, mener des enquêtes de terrain, se mettre en contact avec la population kurde, en prenant d’importants risques vis-à-vis des autorités officielles qui les considéraient avant tout comme des intrus dans un terrain qu’elles tentaient de soustraire à toute publicité étrangère. Parmi les nombreux lexicographes étrangers (Chyet, Edmonds, etc.), nous ne citerons que le parcours de Joyce Blau, qui est très révélateur de cette solidarité internationale avec la cause kurde.

  • 11 Joyce Blau (1973) : Le Kurde de Amadiya et de Djabal Sindjar, Paris, Thèse de Linguistique, Paris I (...)
  • 12 Publication conjointe de l’Institut kurde de Paris et des éditions L’Harmattan

39Née en 1932 en Égypte, dans une famille francophone, Blau se réfugie, après son expulsion en 1955, à Paris. Durant ses études d’arabe à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), elle fait en 1959 la connaissance de l’émir Kamuran Bedir Khan, qui enseignait le kurde au même Institut et qui cherchait du soutien pour informer le public français sur la situation des Kurdes. Avec un groupe de militants de gauche, elle participe à la diffusion des Nouvelles du Kurdistan. Plus tard, elle obtient ses diplômes d’arabe, de persan et de kurde aux Langues’O et fait une thèse de doctorat11 qui nécessite une enquête de terrain au Kurdistan irakien. De 1970 à 2000, elle assure la direction de la Chaire de kurde de l’INALCO, où elle a dirigé de nombreuses thèses consacrées à la langue, la littérature et la civilisation kurdes. Durant sa carrière universitaire, Blau n’a cessé de mettre ses compétences et son énergie au service de la connaissance et de la promotion de la langue kurde. Son dictionnaire kurde-français-anglais, sa thèse, ses nombreuses publications, sa participation aux conférences sur les Kurdes témoignent de cet engagement militant sans faille. À la retraite officiellement depuis l’année 2000, elle poursuit son engagement à l’Institut kurde de Paris, où elle est rédactrice en chef de la revue Études Kurdes12.

4. Les traces langagières de l’engagement militant

40L’examen du parcours de quelques lexicographes montre comment le travail de confection des dictionnaires est une composante majeure des activités sociopolitiques. Il est temps maintenant de voir si cet engagement trouve une expression langagière dans les dictionnaires. Pour cela, nous avons opté pour une analyse des paratextes, c’est-à-dire des fragments de discours qui entourent le recueil du vocabulaire proprement dit. Dans le cas qui nous intéresse, il s’agit des avant-propos, des préfaces, des introductions. En effet, tous les dictionnaires mentionnés jusqu’ici contiennent l’un de ces éléments paratextuels, rédigé soit par la maison d’édition, soit par l’auteur, ou par les deux en même temps. Pour les raisons sociopolitiques liées aux particularités du contexte kurde, l’avant-propos, la préface ou l’introduction semblent relever d’un exercice discursif incontournable : dans une adresse destinée aux usagers du dictionnaire, l’auteur y est conduit en effet à justifier, à motiver son entreprise lexicographique et à décliner son utilité, et parfois, la mission qu’il souhaite accomplir. L’analyse des éléments paratextuels, traduits par nous-même du kurde en français, est donc de nature à éclairer l’engagement militant et à permettre une meilleure compréhension des fonctions assignées aux dictionnaires.

41Certains auteurs mettent l’accent sur les conditions d’élaboration de leur dictionnaire. C’est notamment le cas de M. Anter :

J’ai écrit ce dictionnaire en 1963, alors que j’étais emprisonné dans la cellule « I » de la Prison Militaire Mamak d’Ankara. Je me dois de remercier mon ami et codétenu Cemal Alemdar, étudiant en architecture, originaire d’Erbil, qui m’a aidé dans la préparation de cette œuvre.
Ce dictionnaire a été réalisé avec peu de moyens. Je n’avais pas accès aux sources, en plus dans la prison et dans les cellules. […]
Par ailleurs, je crois que ce dictionnaire sera bénéfique aux peuples de Turquie qui est mon pays. Je connais de près les difficultés des millions de citoyens dont les uns ne comprennent pas la langue des autres.

42En soulignant que son dictionnaire a été réalisé dans des conditions carcérales, une prison militaire qui plus est, l’auteur exhibe d’emblée son engagement et dénonce la persécution dont il est victime, car il avait été arrêté avec 49 autres Kurdes en décembre 1959 pour leur engagement politique. Mais ces difficiles conditions d’emprisonnement n’empêchent pas que le dictionnaire soit porteur d’une mission qui est ici clairement posée : faciliter l’intercompréhension des populations kurdes et turques. Favoriser cette intercompréhension, c’est bien entendu une manière de promouvoir la langue kurde et poser implicitement l’existence d’une population kurde en Turquie. Par ailleurs, il importe de souligner que les annexes de son dictionnaire contiennent le rapport d’expertise et le jugement de relaxe dans un procès qui était engagé contre lui pour la publication de sa pièce de théâtre Brina Reş (Plaie noire).

43D’autres auteurs vont plus loin en donnant des éléments de leur biographie comme justification d’une entreprise lexicographique :

Quand j’avais 7 ans, j’allais à l’école du village, je ne savais pas ce qu’étaient la guerre et l’oppression. Les gendarmes qui allaient au village et opprimaient notre peuple et nous les enfants, c’était quelque chose de particulier que je ne comprenais pas. À 12 ans, j’ai quitté le village et 10 ans plus tard, je suis venu en Europe et je ne suis jamais reparti.

44Dans cet extrait introductif, D. Izoli, auteur d’un dictionnaire kurde-turc, décrit comment son parcours personnel lui a fait prendre conscience d’une réalité douloureuse. La rencontre avec les gendarmes et l’oppression durant l’enfance est le point de départ d’un périple qui se terminera en exil, en Europe. C’est d’ailleurs dans son pays d’accueil, aux Pays-Bas, qu’il élabore son dictionnaire. La référence à son enfance et à son exil lui confère une autorité morale et une mission, laquelle est précisée dans la préface rédigée par K. Burkay, secrétaire général du Parti Socialiste du Kurdistan au moment de la publication du dictionnaire en 1991 :

La compilation d’un dictionnaire est très dure ; elle demande un travail sans relâche et toute une vie. Et plus particulièrement pour la langue kurde. Nous les Kurdes, nous sommes opprimés, sans État, notre pays est divisé, et notre langue, comme nous, n’est pas libre. […]
Mais, de la même façon que nous combattons pour la libération et la liberté, il faut aussi que nous travaillions pour faire vivre et développer notre langue et notre culture. Parce que c’est une partie de la lutte pour la libération. […]
Si malgré la division et l’oppression depuis des siècles, malgré tant de répression et d’injustice, le peuple kurde est debout et résiste courageusement pour la liberté et la libération, c’est grâce à la pratique de notre langue et de notre culture.

45Il faut sans doute préciser ici que le recours à une préface de K. Burkay est en soi un aspect de construction et de valorisation d’une autorité morale. Vivant lui-même en exil, en Suède, K. Burkay est un politicien kurde reconnu pour ses positions pacifistes sur la résolution de la question kurde. L’extrait montre clairement l’importance du paradigme langue / culture. Dans le contexte oppressif, et en l’absence d’une reconnaissance, la langue et la culture apparaissent comme les deux versants indissociables de la « lutte de libération ». Confectionner un dictionnaire n’est-il pas l’un des moyens de « faire vivre et développer, pratiquer » la langue ?

46Cette corrélation entre langue et culture trouve une lecture nationale dans l’avant-propos rédigé par M. C. Seyda, auteur d’un dictionnaire kurde- arabe :

Chaque nation de ce monde a un pays et une langue spécifique. Le peuple kurde fait partie de ces nations et a une langue, un pays et une histoire.
[…] Le Kurdistan a été divisé et il est tombé aux mains des oppresseurs qui massacrent et pillent. Mais jusqu’à ce jour, il n’a pas abandonné sa langue ni ses symboles. La langue est le fondement de la nation. Toute nation qui abandonne sa langue est condamnée à disparaître. »

  • 13 Anne-Marie Thiesse (1999) : La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, (...)

47L’extrait fournit les principales composantes qui, selon l’auteur, font exister une nation : un pays, une langue, une histoire et des symboles, voilà les ingrédients qui émergent dès lors qu’il est question de « constructions nationales »13. Mais la place de la langue est toute autre dans ces éléments, car elle est « le fondement de la nation ». Promouvoir la langue, la faire vivre, la développer, lutter contre son déclin font donc partie d’un combat plus général pour la nation. L’insistance sur l’importance de la langue dans la construction nationale et sur sa pratique pour empêcher son déclin conduit certains lexicographes à lancer un cri d’alarme. C’est notamment le cas du lexicographe américain M. Chyet, auteur d’un dictionnaire kurde-anglais :

This project is an attempt to record the past respectfully, while looking with hope towards the future. Kurmanji is an endangered language, and its survival is ultimately up to the Kurds themselves. My motto among the Kurds is: Zimanekî wisa ku zarok pê napeyivin, zimanekî bê paşeroj e – A language which is not spoken by children has no future. Among the Kurds, there are many who say that they are so numerous that the language will always be around…

48L’auteur, qui a été enseignant de kurde à l’INALCO durant l’année 2000-2001, porte une critique majeure aux Kurdes. Bien sûr, à part en Irak, le kurde ne dispose pas de moyens économiques, politiques et institutionnels pour se développer et se promouvoir. Cela n’empêche pas les Kurdes de mener une politique active d’appropriation et de pratique de leur langue. Or, comme le souligne à juste titre M. Chyet, beaucoup de Kurdes, par méconnaissance et par une certaine assimilation linguistique et culturelle, ne transmettent plus leur langue à leurs enfants, mettant ainsi en danger leur principal marqueur de l’identité. Le point de vue d’un spécialiste extérieur apparaît comme un engagement en faveur de la sauvegarde de la langue.

  • 14 Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989) : La pertinence, Paris, Minuit.

49On le voit, le paratexte livre un éclairage sociopolitique de l’activité lexicographique. Il démontre que les auteurs non seulement ne craignent pas de poser le parti pris de leur recherche, mais que, cette affirmation de l’engagement est indispensable dans le contexte étudié. Le paratexte produit donc un effet contextuel, pour reprendre l’expression de Sperber et Wilson14, destiné à dévoiler et à restituer les principaux paramètres extralinguistiques qui doivent guider et commander la lecture des dictionnaires.

5. En guise de conclusion

  • 15 Miroslav Hroch (2001) : les grandes théories du nationalisme, Paris, A. Collin.

50Porteuse de finalités et de missions sociopolitiques, la lexicographie de la langue kurde dépasse donc largement le cadre traditionnel de la promotion de la langue. On sait que le lexique est avec la grammaire l’un des deux paramètres majeurs qui permettent de distinguer et de classer les langues. Or, exhiber le lexique de la langue sur support écrit, c’est lui donner une fixité et un fondement sémiotique, d’autant plus qu’il s’agit du passage à l’écrit pour le kurde resté longtemps dans le domaine de l’oralité. Le recueil et la diffusion du vocabulaire d’une langue déniée dans son existence même apportent la preuve de l’existence et de la matérialité de la langue. En établissant l’existence d’une langue, on établit du même coup l’existence d’une communauté linguistique nationale. Autrement dit, le travail lexicographique consiste à établir un fait sociopolitique : la nation existe puisqu’elle a une langue. En cela, les diffuseurs du patrimoine lexical peuvent être considérés comme des artisans de la propagation du sentiment d’appartenance à une communauté nationale, tels que définis par M. Hroch15 dans son schéma interprétatif du processus d’affirmation nationale. En dotant la nation d’un code d’expression écrite, les lexicographes de la langue kurde témoignent d’un engagement sociopolitique majeur.

Bibliographie

Akin S. (2006). « L’alphabet kurde adapté aux caractères latins », L’orthographe en questions, [DYALANG], Rennes, PURH, p. 321-333.

Akin S. (1997). « Le kurde : formes de survivance d’une langue interdite », Proceedings of the 16th International Congress of Linguists, Pergamon, Oxford, paper n° 0081.

Blau J. (2007). « Une perspective historique sur les études kurdes. Entretien avec Joyce Blau », European Journal of Turkish Studies 5. URL: http://journals.openedition.org/ejts/797.

Dubois J. (1971). Introduction à la lexicographie. Le dictionnaire, Paris, Larousse.

Gaudin F. (éd.) (2006). Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900), Paris, H. Champion.

Hroch M. (2001). Les grandes théories du nationalisme, Paris, A. Collin.

Skutnabb-Kangas T. & Bucak S. (1994). « Killing a mother tongue – how the Kurds are deprived of linguistic human rights », in Skutnabb-Kangas, Tove & Phillipson, Robert (éds.), Linguistic Human Rights. Overcoming Linguistic Discrimination, [Contributions to the Sociology of Language 67], Berlin & New York, Mouton de Gruyter, p. 347-370.

Skutnabb-Kangas T. & Phillipson R. (1999). « Linguistic Genocide and Human Rights – Kurdish Considerations », in Sundqvist, Petra (ed). The Kurds. Perspectives on a Unique Culture, Helsinki : Suomen Rauhanliitto YK-Yhdistys, p. 25-48.

Sperber D. & Wilson D. (1989). La pertinence, Paris, Minuit.

Notes

1 Le terme de lexicographie désigne à la fois la technique de confection des dictionnaires et l’analyse linguistique de ces dictionnaires, qui en fait une discipline des sciences du langage. Le terme sera utilisé dans cet article pour désigner la première acception, c’est-à-dire tous les procédés et les processus intervenant dans l’élaboration des dictionnaires.

2 Tove Skutnabb-Kangas et Sertar Bucak (1994) : « Killing a mother tongue – how the Kurds are deprived of linguistic human rights », in Tove Skutnabb-Kangas et Robert Phillipson, (éds.), Linguistic Human Rights. Overcoming Linguistic Discrimination. [Contributions to the Sociology of Language 67]. Berlin & New York, Mouton de Gruyter, p. 347-370. URL: http://people.cas.sc.edu/dubinsk/LING240/readings/Skutnabb-Kangas.Bucak.1994.Killing.a.mother.tongue.pdf ; Tove Skutnabb-Kangas et Robert Phillipson (1999) : « Linguistic Genocide and Human Rights – Kurdish Considerations », in Petra Sundqvist (éd). The Kurds. Perspectives on a Unique Culture. Helsinki, Suomen Rauhanliitto YK-Yhdistys, p. 25-48.

3 Le dictionnaire a été réédité en 1978 sous forme d’un dictionnaire kurde-turc par Mehmet Emin Bozarslan, qui traduit en turc les entrées en arabe.

4 Publications du Centre pour l’Étude des Problèmes du Monde Musulman Contemporain.

5 Éditions Sosyal.

6 Le nom d’une plaine au sud-est du Kurdistan irakien, d’où l’auteur est originaire.

7 Cigerxwîn signifie littéralement « Cœur meurtri ».

8 Le père de Mesud Barzani, actuellement président de la Région autonome du Kurdistan irakien.

9 Environ 5000 intellectuels, journalistes, instituteurs et militants pacifistes kurdes ont été assassinés en Turquie dans les années 1990 par des groupes armés par l’État.

10 Salih Akin (2006) : « L’alphabet kurde adapté aux caractères latins », L’orthographe en questions, Rennes, PURH, p. 321-333.

11 Joyce Blau (1973) : Le Kurde de Amadiya et de Djabal Sindjar, Paris, Thèse de Linguistique, Paris III, sous la direction de Gilbert Lazard.

12 Publication conjointe de l’Institut kurde de Paris et des éditions L’Harmattan

13 Anne-Marie Thiesse (1999) : La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil.

14 Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989) : La pertinence, Paris, Minuit.

15 Miroslav Hroch (2001) : les grandes théories du nationalisme, Paris, A. Collin.

Auteur

Université de Rouen

© Institut français d’études anatoliennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter