Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles

 | 
Martin Godon

II Historique des fouilles au Proche-Orient

Texte intégral

II.1 : La naissance du Néolithique au Proche-Orient : les premières découvertes

1La prise de conscience de la Préhistoire débutant en Europe au dix-neuvième siècle, a favorisé l'adoption d'un modèle théorique du dévelop­pement humain uniquement centré sur l'ensei­gnement des découvertes européennes.

2Depuis, évoluant au gré de l'avancée des recherches, le continent africain est devenu le lieu où chercher les racines de l'Homme. De même, il est à présent admis que les change­ments radicaux qui fondent la période Néoli­thique, bien qu'un temps observés en Europe, trouvent en fait leur origine au Proche-Orient.

Carte n° 1 : Sites néolithiques datés entre 9500 et 8300 cal. BC et cités dans le texte

Carte n° 1 : Sites néolithiques datés entre 9500 et 8300 cal. BC et cités dans le texte

3Si la Préhistoire est, en définitive, la plus longue période de développement de l'Humanité, peu de temps s'est écoulé depuis que la société contemporaine a pris conscience que l'Histoire, dont les débuts furent longtemps communément assimilés aux civilisations à textes, remonte de fait au Néolithique.

4Si l'on se fonde sur une opposition entre communautés agropastorales et communautés urbaines pour différencier les sociétés histo­riques des sociétés préhistoriques, il faut se rendre à l'évidence que les racines des sociétés actuelles sont à rechercher dans les change­ments radicaux de mode de vie induit par les transformations de la pensée humaine qui eurent lieu au cours de l'histoire néolithique et non pas durant les premières civilisations à textes qui sont, en définitive, la résultante de la sédentarisation néolithique antérieure à leur apparition.

5Chacun comprendra dès lors l'importance que revêt la recherche archéologique au Proche-Orient et plus particulièrement en Anatolie. Située géographiquement au carrefour entre Orient et Europe, l'Anatolie porte en ses sites archéologiques plusieurs des réponses à la question de la diffusion vers l'Europe des changements culturels fondateurs de l'histoire européenne.

  • 3 Cette dernière date est encore controversée.

6S'il fallait résumer la Préhistoire en étapes marquantes, trois grandes « révolutions » dans l'histoire de l'humanité pourraient être mises en exergue : la première serait la migration d'Homo erectus hors d'Afrique, il y a de cela plus d'un million d'années, peuplant l'Europe et l'Asie. La deuxième serait la migration de l'homme moderne, Homo sapiens sapiens, également hors d'Afrique, et qui débute il y a 100 000 ans. Cette expansion qui se propage en Europe et en Eurasie se termine il y a 50 000 ans en Australie et 12 000 ans aux Amériques3.

7La troisième révolution, qui est abordée ici, est celle Néolithique, qui conduira à l'élaboration de nos sociétés actuelles. Extrêmement rapide sur l'échelle du temps, celle-ci s'accompagne d'un accroissement démographique qui en dit long sur les changements radicaux des sociétés humaines : de dix millions d'humains sur la planète au début du Néolithique, il en est comptabilisé plus de six milliards actuelle­ment.

8À la veille de la deuxième Guerre Mondiale, l'énigme sur la naissance du Néolithique est en voie d'être résolue, du moins en ce qui concer­ne la région du monde où les changements culturels liés à la sédentarisation et au développe­ment de l'agriculture ont pris place.

9John Garstang entreprend les fouilles du site de Jéricho, au Levant-Sud, qui livre la première séquence stratigraphique continue des débuts du Néolithique au Proche-Orient. Les fouilles sont interrompues par l'embrasement de l'Europe puis du reste du monde et ne reprennent que dans les années cinquante, sous la direction de Kathleen Kenyon (Kenyon, 1957, 1981). D'au­tres fouilles sont entreprises dans la vallée du Jourdain et sur l'Euphrate, confirmant que la naissance du Néolithique était à étudier, non pas en Europe mais bien au Proche-Orient, comme l'avait déjà prédit en 1925 Gordon Childe, archéologue australien (Childe, 1958).

10Certaines réalités s'imposent alors, soutenues par l'intensification des fouilles sur le territoire israélien et notamment par la fouille par Jean Perrot, à partir de 1955, du site de Mallaha, un village de chasseurs-cueilleurs situé dans la vallée du Jourdain (Perrot, 1966).

11Premièrement, la sédentarisation des sociétés se produit avant que celles-ci n'adoptent une économie fondée sur la domestication des plantes et des animaux. La théorie selon laquelle un changement des modes de subsistances aurait favorisé la sédentarisation est donc écartée par les données archéologiques.

12Deuxièmement, les changements climati­ques du début de l'Holocène, s'ils modifient l'environnement du continent européen par le retrait des glaces et le développement forestier, ne peuvent être considérés comme la cause d'un changement fondamental de l'exploitation d'un territoire et, en définitive, de la commu­nauté sociale, qui aurait poussé les sociétés de chasseurs-cueilleurs du Levant à se sédentariser. Tout au plus, le réchauffement qui débute vers 14 000 BC environ et qui se caractérise vers 9000 BC par une remonté des températures, est-il favorable au développement des pratiques de domestication agricoles, comme il eût cepen­dant été tout aussi favorable à un maintien de la chasse et de la cueillette.

13C'est donc plutôt dans un changement pro­fond de la pensée humaine que se trouveraient les causes des modifications à l'origine du développement néolithique.

14Les premiers villages, qui remontent à 12 000 cal. BC, tel celui de Mallaha, sont exempts de toute trace d'agriculture ou de domestication animale. La vision du Néolithique telle qu'elle avait été définie à partir de sites européens bien plus tardifs, associant dès leur apparition la sédentarisation à la domestication des plantes et des animaux, s'en trouve bouleversée.

15Ces premiers villages au Proche-Orient, témoins des changements radicaux du comportement humain, ne seront pourtant pas quali­fiés de néolithiques par les archéologues. Ce décalage entre la réalité, telle qu'elle apparaît en contexte archéologique, et la nomenclature héritée de connaissances tout d'abord acquises en Europe, montre à quel point la complexité des processus du développement des sociétés aux origines de l'agriculture n'était pas encore envisagée.

  • 4 II serait réducteur de résumer la néolithisation de l'Europe à un simple processus d'acquisition d' (...)

16Le clivage ne cessera de s'accentuer après la deuxième Guerre Mondiale, par la remise en question de ces premiers acquis, fondements de certitudes que les résultats des fouilles au Proche-Orient finissent de rendre obsolètes. Reconnaissant que l'Europe bénéficiera avec 4000 ans de décalage de l'importation des inno­vations proche-orientales4, les archéologues découvrent que les processus aboutissant à la pleine maîtrise de l'agriculture au Proche- Orient furent longs de plusieurs millénaires.

17Ainsi, lorsque furent retrouvées à Jéricho ce qui fut considéré à l'époque comme les premières traces d'agriculture et de domestication animale, il parut évident que le contexte archéologique en présence renvoyait bien à la défini­tion du Néolithique. Seulement, à la définition du Néolithique fondée sur les sites européens plus tardifs, était associée la poterie. Or, vers 9000 cal. BC, date à laquelle il semblait alors que, dans la vallée du Jourdain et celle de l'Euphrate, le processus de domestication des plantes et des animaux était entamé, la poterie était encore absente. Les premières périodes du Néolithique au Proche-Orient furent donc quali­fiées de Néolithique « sans céramique. »

18La nomenclature que proposa alors Kathleen Kenyon pour désigner les premières phases du Néolithique, à savoir « Pre-Pottery Neolithic » utilise donc comme référence de base l'absence d'un type d'artefacts, par contraste avec la poterie présente dans les sites européens consi­dérés comme « Neolithic. »

19Long débat que celui portant sur la défini­tion des cultures et des périodes chronologiques, surtout dans des contextes où les données ne sont pas encore suffisamment collectées et exploitées pour arrêter une nomenclature préci­se. C'est la raison pour laquelle, actuellement, la règle veut, dans le milieu de la recherche en archéologie préhistorique, que les chronologies soient d'abord définies par les datations absolues plutôt que par l'association des contextes arché­ologiques à une périodisation terminologique trop empreinte de connotations culturelles.

20Mais les discussions restent vives tant la volonté est grande de dépasser la simple énumération de dates pour enfin être à même de désigner des cultures en tant que telles, de comprendre leur distribution spatiale, leur interactions et leur développements dans le temps et dans l'espace.

II.2 : Le Sud-Est anatolien : influences du Levant et identité régionale

Carte n° 2 : Sites datés entre 8700 et 7 500 cal. BC et cités dans le texte.

Carte n° 2 : Sites datés entre 8700 et 7 500 cal. BC et cités dans le texte.

21Avec l'intensification des fouilles en Syrie du Nord et en Anatolie du Sud-Est, à une vision parcellaire de début du Néolithique succède celle, plus nourrie, d'un développement com­plexe dépassant la vallée du Jourdain. Bien que la nomenclature proposée par Kathleen Kenyon soit toujours utilisée, le terme de « Pre-Pottery Neolithic », divisé en trois phases chronologiques « A », « B » et « C », perd complètement sa dimension culturelle au vu des nouveaux apports prove­nant des fouilles au Levant et sur l'Euphrate.

22Autour du millénaire 9500-8500 cal. BC, certaines populations sont déjà sédentarisées sans avoir pour autant délaissé un mode de subsistance fondé sur la chasse et la cueillette.

23Selon les régions, ces populations ne vont pas se développer de la même manière et des caractéristiques spécifiques vont apparaître dans des aires culturelles bien précises : le Sultanien au Levant Sud, l'Aswadien au Levant Central ainsi que le Mureybétien sur le Moyen Euphrate (cf. carte 1). Ces trois cultures, suppo­sées présenter les premières « traces » de l'agriculture, sont localisées le long des vallées du Jourdain et de l'Euphrate. Les origines communes à ces trois cultures tendent donc à se dissiper et des différenciations apparaissent concernant, par exemple, l'architecture et les industries lithiques et donc les savoir-faire mis en œuvre pour leur élaboration (Aurenche & Cauvin eds. 1989 ; Cauvin 1997).

24Si les caractéristiques architecturales parta­gent un fond commun propre aux trois cultures, certaines d'entre elles introduisent des nou­veautés, comme à Mureybet où, après 9000 cal. BC, apparaissent des bâtiments rectangulaires dont l'espace intérieur est divisé en de petites cellules accolées les unes aux autres, probable­ment destinées à un usage de stockage accompagnant l'apparition simultanée de l'agriculture dans ce site. C'est certainement à cette dernière entité culturelle que peuvent être en partie rattachés les premiers villages néolithiques d'Anatolie du Sud-Est.

25À partir de 1962, sur la base d'une collabo­ration entre l'université d'Istanbul (Prof. Halet Çambel) et de l'université de Chicago (Prof. Robert Braidwood), des prospections intensi­ves ont été entreprises sur les contreforts du Taurus et la haute vallée du Tigre, avec l'am­bition de documenter une région jusqu'alors totalement inconnue en ce qui concerne la néolithisation. Au terme de ces prospections, il fut décidé d'entreprendre la fouille du site de Çayönü, dans la région de Diyarbakır (Çambel & Braidwood eds. 1980).

26Jusqu'au début des années quatre-vingt, Çayönü resta le seul site de référence en Anato­lie du Sud-Est pour la période Néolithique acéramique. Fouillé sur une surface d'environ 8000 m2, livrant des dates correspondant à la fin du PPNA du Levant, soit aux environs de 8500 BC, le site élargissait la problématique de l'extension de la zone formative du Néolithique en y incluant l'Anatolie du Sud-Est. Outre ce premier aspect, certaines particularités, notam­ment l'utilisation de l'obsidienne comme matière première pour l'élaboration des indus­tries lithiques, ainsi que des méthodes et techniques de tailles différentes de celles ren­contrées au Levant, témoignaient d'une entité régionale contredisant l'idée d'une simple acculturation de l'Anatolie par extension des cultures de la zone levantine.

27Ces premières données furent confortées par plusieurs fouilles qui débutèrent dans les années quatre-vingt, sous l'impulsion d'un programme de sauvetage initié dans le cadre des projets de construction de barrages visant à doter la Turquie d'une énergie hydroélectrique produite sur l'Euphrate (Bischoff et Pérouse, 2003). Il est à noter combien la recherche archéologique peut être influencée par des facteurs extérieurs à une problématique scienti­fique, réagissant dans l'urgence face aux mena­ces de destruction du patrimoine archéologique. Vallées noyées sous les eaux des lacs de rete­nues, sites archéologiques définitivement engloutis... Devant l'étendue des pertes à venir, le sauvetage s'avérait plus que nécessaire. Les sites de Cafer Höyük sur le haut Euphrate, Nevali Çori et Gritille sont ainsi fouillés durant les années quatre-vingt ; suivent ceux de Hallan Çemi, Gürcütepe, fouillés pour des raisons identiques dans les années quatre-vingt-dix. Göbekli Tepe, site fondamental pour la connaissance des premières sociétés néolithiques acéramiques et qui est en cours de fouille est, lui, fort heureusement à l'abri d'une destruction brutale par submersion ; mais, situé sur un terrain militaire, il se trouve fort malencontreu­sement sur la ligne de mire lors d'exercices de tirs au canon.

28Que ressort-il de ces différents sites Néoli­thiques acéramiques du Sud-Est anatolien ? Les résultats des fouilles de ces sites montrent, à l'instar de Çayönü, que les cultures néolithi­ques acéramiques du Sud-Est anatolien ne relèvent pas d'une extension de la zone levanti­ne, ni donc d'une migration de ses populations vers l'Anatolie.

29Des aspects caractéristiques du PPNB du Levant et du Moyen Euphrate sont reconnaissables, dans une certaine mesure, dans l'industrie lithique et osseuse ; mais les influences levantines dont ils relèvent se rapportent à des techniques spécifiques et non pas à un transfert culturel direct en Anatolie du Sud-Est.

30Sur quelles bases les archéologues de la Pré­histoire distinguent-ils les différentes cultures et discernent-ils leurs interrelations ? Alors que l'histoire des civilisations à textes est essentiellement fondée sur l'interprétation des écrits qui résistèrent au temps, seule une analyse précise des matériaux et des produc­tions humaines préhistoriques est à même de livrer les bribes de l'histoire antérieure aux témoignages écrits. Pour le néophyte, l'aligne­ment d'outils lithiques dans les vitrines d'un musée n'est guère parlant. Il en va de même quant au regard porté sur quelques cellules en briques crues ou délimitées par des soubasse­ments en pierres. Ce sont pourtant ces éléments qui sont utilisés pour élaborer les interpréta­tions culturelles. Les apports des méthodes d'analyses empruntées ou adaptées des sciences naturelles sont aussi largement mis à contribu­tion. Tout ceci rend la recherche en Préhistoire une science fondée sur la pluridisciplinarité.

31En quoi l'obsidienne utilisée pour élaborer des industries lithiques peut-elle informer sur les caractéristiques sociales des populations qui l'utilisèrent ? Bien que le silex, matière premiè­re pouvant aisément être taillée, se trouvât en quantité suffisante en Anatolie du Sud-Est, les habitants de Cafer Höyük parcouraient plus de 200 km pour se procurer de l'obsidienne dans l'Est anatolien. À Çayönü, la majeure partie de l'obsidienne utilisée provenait, elle, de Cappadoce (Anatolie centrale). Cette simple constata­tion en dit long sur la valorisation de l'obsidien­ne par rapport au silex. Elle implique également une bonne connaissance des gîtes de matière première en Anatolie. C'est l'analyse des carac­téristiques chimiques de l'obsidienne qui per­mit de relier les outils ou les restes retrouvés sur les sites aux gîtes d'origines (Balkan-Atlı 1994 ; Cauvin M.C 1996). De même, l'étude de tous les processus, de l'exploitation du gîte à la fabrication et au transport de l'outil taillé, a montré l'importance de la compréhension de ces processus dans le décryptage des structures sociales ainsi que des liaisons interculturelles. Par exemple, outre le débitage de lames à partir de nucléus à plans de frappes opposés (nucléus dit « naviforme » ou « bipolaire », concept qui déri­ve du Levant et du Moyen Euphrate), un autre concept de taille original, associant une métho­de et des techniques qui ne sont pas usitées dans la zone levantine, semble être une carac­téristique particulière à l'Anatolie. C'est le cas du débitage par pression de petites lames aux dépends d'un nucléus à simple plan de frappe dit « unipolaire. » Alors, simple variante ? Créa­tion de nouveaux concepts de taille en fonction d'une matière première plus apte à se plier à de nouvelles techniques de taille ? À l'analyse du seul outillage lithique, il apparaît que les popu­lations néolithiques en Anatolie du Sud-Est, bien qu'ayant reçu des influences levantines, présentaient des traits culturels ayant évolué localement, à partir de fonds antérieurs. Cette évidence est confirmée par d'autres traits originaux de l'architecture, cette fois à Göbekli Tepe, Nevala Çori, à Çayönü et en d'autres sites de la région d'Urfa connus par les prospections (Hauptmann, 1999). La structure du site de Göbekli Tepe est, en l'état actuel de la fouille, emblématique d'une signification culturelle particulière, symbolisé par le caractère monu­mental des bâtiments découverts, auprès des­quels le site mégalithique de Stonehenge en Angleterre semble soudainement moins impres­sionnant. Certainement lieux de culte pour des populations du PPNB de la région d'Urfa, Göbekli Tepe, présente des bâtiments circu­laires dans les murs desquels sont encastrés des piliers de plusieurs mètres de hauteurs (l'un d'entre eux mesure huit mètres de hauteur en tenant compte de la base enfouie dans le sol non fouillé.) (Schmidt 2000). De saisissantes représentations d'un bestiaire d'animaux sau­vages y sont sculptées en haut reliefs : renards, lions, aurochs, sangliers, oiseaux, reptiles mais également, sous la forme de piliers en T, des représentations humaines masculines iden­tiques à celle de Nevala Çori. Les fouilles, en cours, devraient permettre de mieux cerner la culture à l'origine de ce site étonnant, corrélé par ailleurs avec d'autres informations provenant de plusieurs sites similaires dans la région. Ces sites révèlent une organisation sociale inattendue étonnamment structurée, dont les représentations renvoient à un monde de chasseurs-cueilleurs plutôt qu'à celui des communautés agro-pastorales. Ainsi, le Haut Euphrate turc, et la région d'Urfa en particulier, livrent depuis une petite dizaine d'années des aspects du Néolithique acéramique alors ignorés, notamment que cette néolithisation s'y est élaborée au sein de cultures locales antérieures porteuses de traditions certainement plus anciennes que l'arrivée de « nouveautés » levantines.

II.3 : Les plateaux anatoliens, longtemps réduits à un « pont » vers l'Europe

32Dans le modèle de néolithisation diffusionniste partant du Levant et de l'Euphrate pour gagner l'Europe, les plateaux anatoliens ont longtemps été considérés comme un « pont » entre le Proche- Orient et l'Europe. Le peu de connaissances fondamentales, c'est-à-dire d'évidences archéo­logiques, fut une des raisons majeures de l'absence de révision de ce modèle jusque dans les années quatre-vingt.

33Jusqu'alors, les plateaux anatoliens, pour­tant si vastes et variés, avaient été relégués à un rôle de lien entre deux aires géographiques bien distinctes dont la première, le Proche-Orient, allait diffuser vers la seconde, l'Europe, les modes culturels néolithiques.

34Cantonnée dans cette perspective, l'Anatolie, simple zone de passage vers l'Europe, zone d'extension des cultures néolithiques levanti­nes, était perçue comme d'importance mineure pour la compréhension de la dynamique néolithique.

35Ainsi, et malgré les premières évidences archéologiques en Anatolie centrale, apportées dans les années 1960 et 1970 par les fouilles des sites de Çatal Höyük, Hacılar et Can Hasan III ainsi que par les premières prospections entreprises par James Mellaart et Ian Todd dans les années soixante, ce modèle ne fut pas remis en question (Mellaart, 1975 ; Todd, 1980).

36Tout au plus une spécificité propre à l'Anatolie centrale fut-elle relevée, résumée principalement par Çatal Höyük, site qui illus­trait l'idée d'une zone de néolithisation secondaire comportant des spécificités culturelles propres. Malgré des divergences culturelles fondamentales, le tout fut résumé comme une seule et même exception que Braidwood désigna alors sous le terme « fédérateur » de « Central Anatolian nuclear zone », en écho à la « zone nucléaire levantine. »

37Depuis lors, cette interprétation quelque peu réductrice a été enrichie, non pas unique­ment par les nouvelles fouilles car elles sont encore trop peu nombreuses, mais par un regard différent sur l'ensemble de l'Anatolie.

38C'est seulement en 1951 que furent entrepri­ses les premières prospections systématiques par James Mellaart et le British Institute of Archaeology d'Ankara. C'est sous l'égide de ce même institut que la majeure partie de l'Anatolie fut soumise à prospection durant les années qui suivirent. Ce sont également les Anglais qui entreprirent les premières fouilles préhistori­ques en Anatolie centrale : les sites de Hacılar en 1957, Çatal Höyük à partir de 1961 (fouillés par James Mellaart) ou encore Can Hasan entre 1961 et 1967 (fouillé par D. French) ont établis les fondements du Néolithique anatolien.

39Nous pouvons ajouter à ces premiers travaux en Anatolie centrale les prospections de Ian Todd ainsi que celles concernant les sources d'obsidiennes de Cappadoce entreprises dans les années soixante par C. Renfrew (Renfrew, Dixon, Cann, 1966).

40La prise en considération de la nature géo­graphique et environnementale de la Turquie, qui faisait alors défaut dans le modèle de « pont vers l'Europe », révèle une diversité régionale importante qui, à l'évidence, ne peut satisfaire la simple logique d'un territoire unique, terre de transition par laquelle se succéderaient des courants migratoires vers l'Europe.

41S'il est vrai que cette vision entretint un temps le décalage entre les données archéolo­giques et les interprétations qui en étaient faites, il faut également admettre que la jeunesse de la recherche en Anatolie y est pour beaucoup.

42Sur la totalité du territoire turc ne sont dénombrés que trente sites néolithiques fouil­lés ou partiellement étudiés. A titre comparatif, le Levant en compte quatre cents environ et les Balkans trois cents. En comparant à présent la superficie de la Turquie par rapport aux Bal­kans ou au Levant, il est flagrant que le tissu formé par les sites fouillés en Turquie est extrê­mement relâché. Tenter de définir en Anatolie des aires culturelles alors que les sites sont parfois distants d'une centaine de kilomètres s'avère particulièrement ardu. De plus, les con­naissances ne sont pas homogènes au regard des différentes régions de la Turquie. Si les régions d'Urfa, de Konya/Aksaray, la région des Lacs ou de Marmara sont assez bien documen­tées, il reste des régions entières pour lesquelles les connaissances sont minimes comme en Anatolie de l'Ouest et du Sud ou encore au nord et nord-est de l'Anatolie qui n'ont encore livré que très peu de sites. Par contre, au Levant, la comparaison intersites correspond à des distances d'une dizaine de kilomètres environ. Il y est donc particulièrement aisé de vérifier la présence ou l'absence de tel ou tel élément dans un site contemporain voisin et d'élaborer ainsi des interprétations en terme de groupes cultu­rels.

II.4 : État de la recherche sur les plateaux anatoliens

43À partir des années quatre-vingts, l'université d'Istanbul entreprit des prospections dans le nord-ouest de la Turquie, sous la direction de Mehmet Özdoğan, prospections qui conduiront aux fouilles de Yarımburgaz (1986), Toptepe (1989), Hoca Çeşme (1990) ou encore d'Aşağı-Pınar à partir de 1993, fouilles auxquelles il faut ajouter celles d'Ilıpınar et de Menteşe par Jacob Roodenberg. Ces fouilles permirent, entre autre, d'étudier la zone de contact entre l'Anatolie et l'Europe et d'apporter des informations sur la transition du Néolithique dans les Bal­kans (Özdoğan & Başgelen eds, 1999).

44Dans les années quatre-vingts furent aussi entreprises les prospections dans les provinces d'Eskişehir et de Kütahya par Turan Efe (Uni­versité d'Istanbul) ainsi que celles de Mehmet Özsait dans la région des Lacs, qui furent à l'origine des fouilles de Kuruçay Höyük, Bucak- Höyücek et de Bademağacı par Refik Duru (Uni­versité d'Istanbul.)

La fouille de l'atelier de taille de Kaletepe

La fouille de l'atelier de taille de Kaletepe

45Malgré ce regain de fouilles et de prospec­tions enregistré ces dernières décennies, l'état de la recherche se trouve encore à un stade peu avancé sur les plateaux anatoliens, et plus particulièrement en Anatolie centrale.

Carte n° 3 : Sites fouillés, entre 7000 et 5000 cal. BC

Carte n° 3 : Sites fouillés, entre 7000 et 5000 cal. BC

46Concernant les périodes précédant l'appari­tion de la céramique, entre 8500 et 7500 cal. BC, ne sont dénombrés que six sites d'habitats fouillés : Aşıklı et Musular en Cappadoce, Can Hasan III et Suberde dans la région de Konya, Pınarbaşı A et Hacılar acéramique dans la région des Lacs. A ces habitats s'ajoute l'atelier de taille d'obsidienne de Kaletepe, sur le Göllü Dağ en Cappadoce (Binder & Balkan Atlı, 2001).

47Que se passe-t-il entre la fin de la période acéramique et l'apparition de la poterie, notamment dès les plus anciens niveaux de Çatal Höyük East, période qui correspond à l'appari­tion de la technologie céramique en différents points du Proche-Orient ? Cette division du Néolithique anatolien entre la période dite « acéramique » et la suivante dite « céramique », termes qui correspondent à la nomenclature anglaise : Pre-Pottery Neolithic et Pottery Neolithic, n'est pas uniquement terminologique. Les données archéologiques témoignent d'une césure significative entre les cultures perdurant de 8500 à 7500 cal. BC et celles qui s'établissent ensuite, ces dernières ayant, entre autres caractéristiques, la maîtrise de la technologie céramique (Le Mière & Picon, 1999).

  • 5 Pour le lecteur à la recherche du détail des datations radiocarbone de chaque site, nous recommando (...)

48Concernant le Néolithique céramique, (7500 et 5000 cal. BC5) seulement trente sites sont fouillés ou en cours de fouilles en Anatolie, exception faite du Haut Euphrate. Parmi ces sites anatoliens, quatre fouilles livrent des informations sur l'établissement de nouvelles cultures en Anatolie centrale durant le septième millénaire BC. Il s'agit de Çatal Höyük East dans la plaine de Konya, de Suberde et d'Erbaba dans la région des Lacs et de Mersin en Cilicie, où des liens culturels sont apparents avec la Syrie du Nord. Sont également retrou­vés à Mersin des outils sur obsidienne importés de Cappadoce. Ces résultats montrent que les aires culturelles ne sont pas fermées sur elles- mêmes mais qu'elles entretiennent des relations que les archéologues établissent grâce à l'étude des matériaux et des artefacts qui peuvent pro­venir de lieux plus ou moins éloignés.

49Quatre sites pour comprendre l'apparition des cultures néolithiques « céramique » en Anatolie centrale, c'est bien peu, surtout si nous considérons le fait que, dans ces quatre sites, les niveaux avec céramique ne sont pas en relation stratigraphique continue avec les niveaux sans céramique, qui aurait attesté d'un développe­ment local sans rupture majeure.

50De la fin du septième millénaire à 5500 cal. BC, période qui correspond à la transition entre le Néolithique et le Chalcolithique (pour s'en tenir à la terminologie la plus couramment employée), dix-huit sites fouillés ou en cours de fouille sont comptabilisés, principalement dans la région de Marmara et la région des Lacs, où ils ont été préalablement identifiés grâce aux programmes de prospection réalisés par l'uni­versité d'Istanbul. L'Anatolie centrale reste donc pauvre en fouilles de sites de cette période, avec seulement Çatal Höyük West dans la plaine de Konya, Köşk Höyük et Tepecik Çiftlik en Cappadoce, et les premiers niveaux de Can Hasan I dans la plaine de Karaman. Les sites de Köşk Höyük (fouillé sous la direction de Aliye Öztan, Université d'Ankara) et Tepecik-Çiftlik (fouillé sous la direction de Erhan Bıçakçı, Université d'Istanbul), tous deux en cours de fouille, ont permis de mettre au jour une entité culturelle originale, certainement très liée à l'exploitation de l'obsidienne du Göllü Dağ en Cappadoce.

51Concernant la deuxième moitié du sixième millénaire (5500 à 5000 cal. BC.), onze sites fouillés ou en cours de fouille renseignent sur le Chalcolithique Moyen d'Asie mineure. Il est intéressant de constater que seulement trois d'entre eux étaient déjà occupés durant le Néolithique. Il s'agit de Yarımburgaz, Ilıpınar et Mersin auxquels peut être rajouté, avec réserve, Can Hasan I.

Notes

3 Cette dernière date est encore controversée.

4 II serait réducteur de résumer la néolithisation de l'Europe à un simple processus d'acquisition d'un nouveau mode de vie par des sociétés de chasseurs-cueilleurs, ou d'une simple migration en masse, les populations locales devant être prêtes mentalement à effectuer ces changements.

5 Pour le lecteur à la recherche du détail des datations radiocarbone de chaque site, nous recommandons vivement le site web Canew (www.chez.com/canew/), une mine de données sur le Néolithique anatolien dont des chartes chronologiques continuellement mises à jour (voir bibliographie).

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Sites néolithiques datés entre 9500 et 8300 cal. BC et cités dans le texte
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte n° 2 : Sites datés entre 8700 et 7 500 cal. BC et cités dans le texte.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre La fouille de l'atelier de taille de Kaletepe
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte n° 3 : Sites fouillés, entre 7000 et 5000 cal. BC
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr