Le mort dans la ville

À propos de l’épitaphe et de la mémoire à Mylasa, petite cité dans le monde grec

Damien Aubriet

Résumé

Depuis 2005, plusieurs colloques internationaux consacrés à la Carie – et récemment publiés – ont pu mettre en évidence divers aspects du monde funéraire, relatifs à différentes tombes rupestres situées dans la chôra de plusieurs cités grecques ou de type grec. À l’occasion de ces Secondes Rencontres d’archéologie de l’IFEA, nous souhaiterions aborder, dans notre communication, le monde des morts dans la cité de Mylasa, en nous concentrant sur l’épigraphie funéraire qui n’a cessé de s’enrichir depuis la publication, par W. Blümel, de deux volumes d’inscriptions, dans la célèbre collection des Inschriften griechischer Stadte aus Kleinasien. Notre thèse de Doctorat, consacrée à Mylasa et à ses sanctuaires extra-urbains à l’époque hellénistique, nous a permis de nous intéresser à plusieurs aspects de cette épigraphie funéraire intra- muros, dont Louis Robert, Mylasien de la première heure, a souvent souligné l’importance pour la connaissance intime d’une cité. Cette communication qui s’appuiera également sur les travaux de plusieurs élèves du grand épigraphiste français, dont ceux de Madame Aşkıdil Akarca, disparue voilà quelques mois, peu avant la tenue des Premières Rencontres d’archéologie de l’IFEA, nous donnera l’occasion de présenter quelques traits particuliers de l’épigraphie funéraire mylasienne. Notre souhait le plus cher est de contribuer, au travers de cet exposé, à honorer la mémoire d’A. Akarca, tout à la fois élève de Louis Robert et Mylasienne.

Nous tenons tout d’abord à remercier l’ensemble des organisateurs de ces Secondes Rencontres d’archéologie de l’IFEA, au premier rang desquels Madame Nora Şeni, sa Directrice, et Olivier Henry, Pensionnaire scientifique, pour avoir retenu notre proposition de communication.

  • 1 Madame Aşkıdil Akarca, décédée à l’automne 2010, a été mise à l’honneur à Milas, lors du colloque 4 (...)

1Le mort dans la ville ! Le thème retenu par les organisateurs de ce colloque s’avère, pour un Mylasien, d’un intérêt exceptionnel et conduit nécessairement à se remémorer les recherches pionnières de Madame Aşkıdil Akarca, originaire de Milas, et de son frère Turhan1.

  • 2 C’est l’archéologue danois K. Jeppesen qui est le meilleur connaisseur du Mausolée d’Halicarnasse, (...)

2Jusqu’à peu, en effet, en Carie, celui qui s’intéressait au mort dans la ville se tournait nécessairement vers Halicarnasse, cité au centre de laquelle se dressait un extraordinaire monument dû aux architectes de Mausole et achevé, après sa mort, par sa sœur-épouse, Artémise, qui lui succéda de 353 à 351 aC2. Ce monument jouit d’une position centrale dans la composition urbaine : il est érigé sur une esplanade artificielle – 250 m de long sur 100 m de large –, qui a été aménagée lorsque fut redessiné le plan urbain d’Halicarnasse.

  • 3 Mylasa, la première capitale de la dynastie des Hécatomnides, est sise sous la ville moderne de Mil (...)

3Ce colloque qui nous réunit à Istanbul nous conduit, désormais, naturellement à Milas, la première capitale hécatomnide, depuis la découverte, durant l’été 2010, suite à des fouilles clandestines, d’une tombe magnifique qui pourrait être celle d’Hécatomnôs3.

  • 4 En Carie, outre le Mausolée d’Halicarnasse, il existe un cas à Alabanda, un autre à Alinda, un autr (...)

4Outre les rois ou les dynastes, l’étape décisive de l’ensevelissement intra-muros est franchie, à l’occasion, pour certains personnages. Ils obtiennent cet honneur qui, depuis la fondation de la polis, n’était accordé qu’aux fondateurs, tel Battos de Cyrène, ou à ceux qui, tel Mausole, pouvaient être considérés comme de nouveaux fondateurs et, dès lors, recevoir une sépulture sur l’agora. Les cas d’introduction des défunts dans les murs restent exceptionnels et les sources nous manquent pour savoir si la fondation d’un culte accompagnait ce phénomène4.

  • 5 Aubriet 2009.

5Mais nous laisserons de côté, dans cet article, les tombes des princes pour nous intéresser aux classes plus modestes de la société. Il sera question de différents aspects de l’archéologie funéraire dans une petite cité de Carie récemment hellénisée, Mylasa5. La fouille des ensembles funéraires apporte, en effet, des informations relatives à plusieurs domaines étroitement complémentaires :

  • le premier est, bien entendu, celui du monde des morts : les rites funéraires de l’inhumation ou de la crémation, l’organisation des nécropoles,

    • 6 Blaizot/Bonnet 2007, 207-228.

    le second est celui du monde des vivants : des analyses effectuées sur les squelettes, les spécialistes peuvent tirer des informations intéressantes sur les coutumes de vie, les pratiques médicales voire les pathologies. L’étude du mobilier funéraire est, certes, un marqueur social du défunt, mais elle permet aussi de comprendre les stratégies mises en place par les vivants pour assimiler le chaos qu’engendre la mort6. L’étude de la céramique fournit, par ailleurs, des renseignements précieux sur les techniques artistiques, voire les pratiques spécifiques accomplies à l’occasion des funérailles.

  • 7 Sur l’architecture funéraire, consulter Fedak 1990 et Hellmann 2006 ; pour la Carie, se reporter do (...)
  • 8 Keil 1908, 522-577.

6Par rituels funéraires, nous entendons les cérémonies qui se déroulent lors de l’ensevelissement du disparu, les sèmata – monuments, reliefs et sculptures érigés sur la tombe –, les épitaphes, ainsi que les rituels commémoratifs du disparu. Nous commencerons notre exposé par la localisation de ses différentes nécropoles et la présentation de différents types d’édifices funéraires, à partir d’une étude de vocabulaire7. Nous envisagerons ensuite l’étude de différentes figures du souvenir avant de porter notre attention à la protection des tombes et à ses différentes clauses8. Nous souhaitons souligner, sans plus tarder, que les remarques qui vont suivre s’intègrent dans une étude en cours et ne se veulent, en aucun cas, définitives.

7L’organisation des espaces funéraires fournit toujours de nombreux éléments pour comprendre une société donnée. L’étude des nécropoles peut assurément permettre une meilleure connaissance des pratiques et des traditions locales de l’archéologie funéraire. Ainsi, Thucydide souligne la particularité des tombes cariennes :

  • 9 Thucydide, I, 8 : Δήλου γρ καθαιρομένης ὑπὸ Ἀθηναίων ἐν τῷδε τῷ πολέμῳ καὶ τῶν θηκῶν ἀναιρεθεισῶν, (...)

“Lors de la purification de Délos par les Athéniens, au cours de la guerre qui nous occupe, quand on fit disparaître toutes les tombes qui se trouvaient dans l’île, on s’aperçut que plus de la moitié étaient des tombes cariennes ; cela se reconnut à l’attirail guerrier accompagnant le mort, comme au mode de sépulture que pratiquent encore aujourd’hui les Cariens.”9

  • 10 Couilloud-Le Dinahet 1998, 71.

8Mais Marie-Thérèse Le Dinahet souligne que ces tombes cariennes de Délos n’ont pas encore été découvertes10. À de très rares exceptions près, comme à Sparte, où, selon Plutarque, on trouvait des tombes près de zones habitées, les nécropoles, ‘villes des morts’, sont, le plus souvent, situées à l’extérieur du périmètre urbain ou à ses limites, hors de la zone habitée : le monde des morts et celui des vivants sont dès lors rigoureusement distingués.

  • 11 Aristote, Économique, II, 2, 13 et Rumscheid 1999 ; Akarca 1954, 1 ; Blümel 1988, 226 ; Åkerstedt 2 (...)
  • 12 Rumscheid 1996, 82 et 1998, 386.
  • 13 Åkerstedt 2000-2001, 10 ; Säve-Söderbergh/Hellström 1997, 75-107.
  • 14 Blümel 1987, lemmes N° 433, N° 443, N° 461, N° 477 e.g.
  • 15 Åkerstedt 2000-2001, 9.
  • 16 Aristophane, Grenouilles, v. 137-142. Plus tardivement, Lucien, De luctu, 10, précise que la famill (...)
  • 17 Akarca 1952, 399-405.
  • 18 Tranoy 2007, 138 : “La crémation [...] est le moyen d’épargner le défunt de la corruption en faisan (...)
  • 19 Akarca 1952, 405.

9Grâce aux travaux publics, aux nouvelles constructions rendues nécessaires par l’accroissement régulier de la population et aux prospections archéologiques entreprises à Milas par A. Akarca puis, plus récemment, par W. Blümel, F. Rumscheid et par A. Kızıl, ont été découvertes plusieurs nécropoles d’époque hellénistique qui ceinturent probablement la cité, encore dépourvue d’enceinte fortifiée au 4e siècle avant notre ère11. Au Nord de la ville, de l’autre côté de la Baltalı Kapı, la Voie sacrée, qui conduit de Mylasa au sanctuaire de Zeus Labraundos, traverse une nécropole12. Dans les faubourgs Ouest de la ville, sur le versant Sud de Hıdırlık Tepe, près du mausolée de Gümüşkesen, se trouve une imposante nécropole qui a été étudiée, fin mars 1938, par une équipe suédoise dirigée par A.W. Persson et T. Säve-Söderbergh : sur un total d’environ soixante tombes découvertes, douze seulement furent fouillées13. D’époque hellénistique et romaine, elles sont de simples chambres funéraires taillées dans le rocher dotées, pour la plupart, d’un dromos et elles ont délivré des épitaphes14. Le mobilier funéraire qui y fut découvert – essentiellement dans les tombes 6 et 8 – avait été entreposé dans les réserves du Musée archéologique d’Izmir, mais il n’a pu être retrouvé15. Ces kterismata, ces objets qu’on offrait aux morts, comportaient des verres, des vases divers – vases à parfums : unguentaria et alabastres ; amphoriskoi ; aryballes – et des monnaies de bronze, avec une double-hache sur le droit et un trident sur le revers. La présence de ces monnaies est très intéressante car elles peuvent s’interpréter comme l’obole que le défunt devait à Charon comme prix de sa traversée infernale16. En 1947, une tombe, en usage de la fin du 4e siècle jusqu’à environ la seconde moitié du 2e siècle et construite en marbre local blanc et bleu, est découverte dans la ville moderne de Milas. Elle a été étudiée par A. Akarca en 194917. Cette tombe, plus élaborée quant à son architecture, consiste en deux chambres. Sur l’un ou l’autre côté de chacune et sur toute la longueur se trouve un lit, formé par une plaque horizontale insérée dans le mur et bordée par une plaque verticale restant sur son rebord extérieur. La tombe a été utilisée sur une longue période et sa datation a été facilitée par la découverte de céramique et de monnaies en argent : le matériel s’échelonne entre la fin du 4e siècle aC et le 2e siècle pC. Environ vingt squelettes y ont été dénombrés et une hydrie contient des ossements carbonisés. La crémation et l’inhumation étaient deux modes d’ensevelissement conjointement pratiqués18. Une autre tombe, dotée du même plan et d’une chambre unique, a été retrouvée environ vingt années auparavant aux abords du Sodra Dağ19. Elle date de l’époque hécatomnide.

  • 20 Akarca 1971, 1-37 ; Rumscheid 1996, 82 ; Arslan/Kızıl 2007, 83-93.
  • 21 Kızıl 1996, 255-271.

10Vers le Sud de la ville, en direction de Beçin, on a découvert une autre nécropole, en bordure de plaine : de part et d’autre de la route antique se laissent reconnaître huit tombes voûtées et des restes d’autres monuments funéraires allant de l’époque géométrique à l’époque hellénistique20. C’est dans cette nécropole qu’une tombe, construite au 4e s. aC et utilisée jusqu’au 1er s. aC, a été découverte par A. Kızıl, le 6 septembre 1994, à la suite de travaux de drainage : elle est située au-dessus de la route Milas-Ören, dans le district de Beçin, dans la localité de Kepezaltı21. À environ un mètre sous la surface du sol, la tombe consiste en deux pièces, un dromos et la salle funéraire, présentant des blocs rectangulaires de marbre qui proviennent des carrières du Sodra Dağ. Une inscription – fait rare dans les tombes cariennes – de deux lignes en surmonte la porte d’entrée :

  • 22 Blümel 2004, 33, N° 60 : “Adas fille de Ménippos, pour elle-même et ses descendants”, (Trad. person (...)

δας Μενίππου αυ-
τκαὶ κγόνοις22

  • 23 Selon Robert 1973, 441, n. 33, il s’agit d’un nom carien.
  • 24 Adas apparaît au N° 897 (Blümel 1989) ; elle est fille d’un certain Méniskos dans les baux d’Olymos (...)
  • 25 Sur l’ostothèque, se reporter à Kubinska 1968, 64 ; 1997, 42 et 1999, 15.

11Même s’il semble difficile de dater l’inscription selon des critères exclusivement paléographiques – sigma à barres légèrement divergentes et alpha à barre brisée –, H. Malay propose à A. Kızıl la haute époque hellénistique. Il est question ici d’une femme au nom carien, fille d’un certain Ménippos23 Il faut souligner la banalité de ce nom féminin que l’on retrouve à plusieurs reprises, tant à Mylasa qu’à Olymos24. Cette tombe, utilisée à la fois pour l’inhumation et la crémation, abrite des restes calcinés dans des ostothèques25, qui sont des urnes funéraires, et dans des urnes abandonnées sur le sol ; elle contient, en outre, différents types de vases, des lampes en terre cuite et deux drachmes d’Alexandre en argent qui corroborent la date précédemment proposée.

  • 26 Akarca 1952, 368-371.
  • 27 Akarca 1952, 371-372.

12D’autres tombes d’époque hellénistique ont été découvertes à Milas : la tombe de l’Orta Okul26, au Sud-Est de la ville, très semblable à celle de Beçin, et dotée d’un dromos et la tombe dénommée Damlacık27, dans la rue Sarıbenli à Gümüşlük, qui est de dimension plus petite et dépourvue de dromos, ou encore la chambre funéraire au plafond voûté, située à Sanayi Sitesi. Plus récemment, une chambre funéraire, d’époque hellénistique, a été trouvée dans la rue Kültür : elle est dotée d’une pièce unique et surmontée d’un toit plat. Une autre tombe, magnifique, et elle aussi d’époque hellénistique, a été repérée en 2005 ; elle comporte deux pièces : la première renferme deux sarcophages, tandis que la seconde en compte trois. Sous les sarcophages, du côté droit de la seconde pièce a été trouvée une ostothèque, comme dans la tombe de Beçin.

  • 28 Rumscheid/Rumscheid 2001, 131 ; Blümel 1987, N° 537-538 et 2004, 19-20, N° 27-29 ; Aubriet 2011, 19 (...)

13Signalons enfin que les archéologues ont retrouvé, à Mylasa, un nombre relativement élevé de stèles funéraires pour des gladiateurs, dont certaines en excellent état, au point que F. Rumscheid a émis l’hypothèse de l’existence d’une nécropole réservée aux seuls gladiateurs28.

Le vocabulaire de la tombe

  • 29 Se reporter à Le Dinahet 1995 et Le Dinahet/Mouret 1993.
  • 30 Blümel 1987, N° 426-493 = 68 ; Blümel 2004 ; Rumscheid 2004a.
    À titre de comparaison, Zanker 1993, 2 (...)

14L’épigraphie funéraire, à Mylasa, est suffisamment riche pour faire ressortir les différents termes utilisés pour désigner la tombe et ses divers composants29. Nous parvenons, en effet, sauf omission, à un total, assurément provisoire, de cent-dix inscriptions funéraires, toutes époques confondues, trouvées dans la ville de Mylasa et sur son territoire30. Certains substantifs, très généraux, voisinent avec d’autres, beaucoup plus rares, qui dévoilent un aspect caractéristique de l’au-delà. Il est naturellement très difficile, voire impossible dans bien des cas, de dater précisément ces inscriptions et de ne s’intéresser qu’à l’époque hellénistique. Nous tenterons néanmoins de mettre en évidence quelques grandes lignes.

  • 31 Hellmann 1988, 258 ; Blümel 1987, N° 223, lign. 18 ; N° 493, lign. 3 et, récemment, Blümel/Kızıl 20 (...)

15Commençons par souligner quelques termes généraux qui se répètent à Mylasa. Le vocabulaire du tombeau et de ses parties constitutives y est en effet particulièrement varié. Ho taphos désigne différentes formes de sépulture31 :

τάφος Μοσχίωνος το ριστείδου
Πα[ρεμ]-
βωρδέως·
γένετο διεγγύησις τῆς κατ̣[α]-
σκευ
ς ατοῦ πὶ Φαίδρου τοῦ Ἀριστέου
Παν
μου ἑβδόμ ἀπιόντος·
5 Τὸ δὲ ἀνάλημμα καὶ τὴν
ξεδραν ἐπὶ
Ποσειδων[ίου]
τοῦ
δράστου Δαισίου τετρά̣, τὴ]ν̣
λεοντ[ίδα]
ἐπὶ Χαῖρέου Περιτίου [ -δεκ]άτ

  • 32 Blümel 1987, N° 476, lign. 5 ; pour to hypomnèma, Blümel 1987, N° 652, lign. 8 ; N° 657, lign. 6.
  • 33 Kubinska 1968, 15 et 23 ; Hellmann 1988, 259, traduit to hypomnèma par ’monument funéraire’.
  • 34 Blümel 1987, N° 436, lign. 2 ; N° 439, lign. 2 ; N° 444, lign. 3 ; N° 449, lign. 3 ; N° 473, lign. (...)
  • 35 Kubinska 1968, 18.
  • 36 Blümel 1987, N° 439.

16To mnèma ou to hypomnèma32, autres termes généraux, correspondent à “différents monuments funéraires, tantôt un tombeau creusé dans le roc, tantôt un sarcophage, tantôt un soubassement”33. To mnèmeion34, plus représenté à Mylasa et parfois écrit sous la forme mnèmion, renvoie à “un grand tombeau, un sarcophage, un monument funéraire quelconque”35. Intéressante est l’inscription funéraire pour Dionysios36 :

Δαιμόνων Ἀγαθῶν·
Τὸ μνημεῖον
κατὰ δ
ύο μέρη Δι-
5 ονυσί-
ου

  • 37 Varinlioğlu 1986, 78, N° 6.

17ou pour Iatroklès37 :

[Δαιμόνων γ]αθν
Τὸ μνημεῖον
ατροκλέους
τοῦ
ατροκλέους
5 τοῦ
πολλωνί-
ου καὶ τἙκνων αὐτοῦ

  • 38 Cette formule se rencontre d’ailleurs, à Mylasa, sous différentes orthographes : Δαιμόνων Ἀγαθῶν : (...)
  • 39 Blümel 1987, N° 474 ; sur les liens entre la mort et la famille, se reporter à Pomeroy 1997, 100-14 (...)

18Remarquons d’abord la formule d’appel daimonôn agathôn, particulièrement caractéristique de l’épigraphie funéraire du Sud-Ouest de l’Asie Mineure et tout particulièrement de Mylasa38, comme le suggère, par exemple, l’épitaphe pour Seuthès et sa famille39 :

Δαιμόνων Ἀγαθῶν
Σε
ύθου τοῦ Ἑκάτωνος
καὶ τῆς γυναικ
ς αὐτοῦ
Ἑκαταίας τῆς Νικολάου
5 καὶ τῶν τἙκνων αὐτῶν
Ἑκάτωνος
ρτεμεισίου
γαθημερίδος
Λαβραυνδίδος

  • 40 Persson 1922, 411, N° 15 ; Fraser 1977, 73. Robert 1938, 44, note 3 considère que δαίμων équivaut à (...)
  • 41 Sfameni Gasparo 1997, 89-91.
  • 42 Blümel 2004, 29, N° 49.
  • 43 Blümel 1988, N° 350, N° 806, N° 810, N° 869, N° 870, etc.
  • 44 Blümel 2004, N° 41-45.

19Ce terme renvoie à une conception du daimôn qui est invoqué sur de nombreux autres textes dans la région, comme à lasos ou à Rhodes, mais dont la signification reste incertaine40. Il faut vraisemblablement y voir une entité divine qui anime les humains mais qui survit après la mort de l’individu41. Il est d’ailleurs significatif que cette formule soit, parfois, remplacée par une autre : Μνήμης ἀγαθῆς42. Dès la haute époque hellénistique, il est fait mention, à Mylasa, d’un culte des Daimones Agathoi et, à Olymos, on peut mentionner, à l’époque hellénistique, un prêtre des Daimones Agathoi43. Cette expression perdure, à Mylasa, à l’époque impériale44.

  • 45 Robert 1938, 222 ; Berges 1986, pl. 2 dresse une carte de localisation de ces autels dans le Sud-Ou (...)
  • 46 Blümel 1987, N° 429 ; 1988, N° 495. Se reporter à Kubinska 1968, 73.
  • 47 Robert 1987, 100 : “Par bômos, j’entends non point un autel indépendant et anonyme, mais la base de (...)

20Le terme de ho bômos, souvent utilisé dans les inscriptions funéraires de Mylasa, mérite également notre attention. Les nombreux autels funéraires cylindriques en marbre, décorés de guirlandes et de bucrânes, voire de serpents, présents dans différents endroits du monde grec, dans la nécropole de Rhénée, en face de Délos, comme dans le Sud-Ouest de l’Asie Mineure – Rhodes, Cnide, Cos –45, témoignent de cette évolution religieuse : les libations pour les défunts ne sont plus versées dans des fosses creusées dans le sol, mais sur des autels qui rappellent ceux qui s’élèvent dans les sanctuaires. Il peut s’agir d’un autel funéraire46, tantôt rectangulaire, tantôt rond, ou bien d’un piédestal carré, un socle, une sorte de soubassement, fait de marbre ou de calcaire47.

21La vision de la mort semble être modifiée. On rend un culte nouveau à ceux qui, une fois décédés, ne séjournent plus dans les ténèbres, mais rejoignent le monde des héros, puisqu’on leur érige des autels semblables à ceux des dieux.

  • 48 Blümel 1987, N° 492, lign. 1.

22Pour revenir à l’épitaphe de Dionysios, to mnèmeion kata duo mérè signifie que les deux-tiers de ce tombeau sont à Dionysios et que nous avons affaire ici, très probablement, à un tombeau à chambres. Un dernier terme très général est to sèma dont nous ne possédons qu’une seule occurrence à Mylasa et qui correspond à des monuments, ou sculptures, érigés sur la tombe48.

  • 49 Robert 1937, 64.
  • 50 Blümel 1987, N° 447, lign. 1 ; N° 456, lign 2 ; N° 468, lign. 1 ; N° 434, lign. 2 ; N° 455, lign. 2 (...)
  • 51 Kubinska 1968, 26 ; Blümel 1987, N° 447 ; voir aussi N° 434, N° 456, N° 468 ; Blümel 2004, 27, N° 4 (...)

23Le monument funéraire est donc couramment appelé to mnèmeion ou to hèrôon, à Mylasa comme en Asie Mineure49. To hèrôon peut, certes, renvoyer à un édifice funéraire somptueux50, correspondant à la position sociale de leurs propriétaires, mais il peut également n’être qu’“un simple édicule, une tombe creusée dans le roc ou construite en grands blocs de pierre dans laquelle on mettait des sarcophages”51 :

  • 52 Robert 1937, 225 : “On sait comme, sur les épitaphes de l’époque impériale, se trouvent fréquemment (...)

[Τ] ρον
Γηρασίμου
καὶ
ντέρωτος
ερν· ζσιν52.

  • 53 To kénotaphion : Blümel 1987, N° 435 et N° 469. Voir Robert/ Robert, Bull. Épigr. 1950, 204 et Kubi (...)

24Plus rarement, il porte le nom de to kénotaphion ou de to thèkaion53.

  • 54 Blümel 1987, N° 441, lign. 1 ; N° 442, lign. 9 et lign. 13 ; N° 445, lign. 1 ; N° 468, lign. 11 ; 1 (...)

25D’autres termes dévoilent les parties constitutives des monuments funéraires. Le lit funéraire – stibas – est caractéristique, selon J. Kubinska, de l’Ouest de la Carie54. Un mnèmeion peut abriter trois stibades :

  • 55 Blümel 1988, N° 924.

Τὸ μνημον Θεοφίλου τοῦ Εἰρηναίου καὶ
Εὔπλοος τοῦ Θεοφίλου κατὰ Τὸ τρίτον μέρος
ε
σερχομένων ντικρυς στιβάς· κατὰ δὲ
τὰ δοίο μέρη τοῦ μνημίου
ἐν δεξιος καὶ
εὐωνύμοις α
δοίο στιβάδες Μενάνδρου τοῦ
Παιδέρωτος καὶ Προνοίας τῆς
πολλωνίδου καὶ
κληρονόμων ατῶν καὶ διαδόχων· Ζμεν55.

26La partie centrale abrite le lit funéraire de Théophilos et de son fils Euplous, la partie droite et la partie gauche ceux de Ménandros, de Pronoia, de leurs héritiers et successeurs ; c’est encore le même cas dans l’inscription suivante :

  • 56 Blümel 1987, N° 442 ; selon Drew-Bear 1994, 33, note 39, il faut accentuer ἐνδεξία, nominatif fémin (...)

Δαιμόνων
Ἀγαθῶν
Γαίου Μαρίου
Διονυσίου καὶ

5 πολλωνίδου
τοῦ
ρμίου νγενοῦς ἡ ἐν-
δέξια ε
̣σπορευο-
μένων στιβ
ς καὶ
10 μέση· καὶ ρμολοχίδος
τῆς
λενίου σπορευ-
ομένων
ἐν εωνυμοις
στιβάς· ζ
σι56

  • 57 Robert 1938, 222 et note 4.

27Il est ici question de trois personnages, deux hommes et une femme, qui ne semblent pas avoir de lien de parenté entre eux. Un seul mort par lit : on distingue encore le lit funéraire placé à droite, le lit central et le lit placé à gauche. Notable est le terme eggenès que l’on rencontre très souvent dans l’épigraphie funéraire de Rhodes57.

  • 58 Ainsi à Hiérapolis de Phrygie : Judeich 1898, où il se rencontre très fréquemment.

28Plusieurs termes désignant le sarcophage se rencontrent à Mylasa. Le plus commun, qui se retrouve dans toute l’Asie Mineure58, est ἡ σορός :

  • 59 Hellmann 1988, p. 256 ; Blümel 1987, N° 461. Voir aussi Blümel 2004, 29, N° 49 et 1988, N° 495.

σορς Τιβ.
Κλαυδίου Μαρ-
κ̣ιανοῦ Κόδρου59

  • 60 Blümel 1987, N° 468, lign. 8 ; se reporter à Robert 1937, 130 :
    “Comme bien des termes semblables, π (...)

29tandis que le second est ἡ ποιαλίς60 : ici, le sarcophage se distingue du lit funéraire, hè stibas.

  • 61 Kubinska 1968, 32.

30J. Kubinska souligne que “les sarcophages pouvaient être construits directement sur le sol ou sur un soubassement : bômos, mnèmeion, platas61.

  • 62 Kubinska 1999, 44.

31Il est à rappeler, enfin, que l’incinération tient sa place dans les pratiques funéraires, à Mylasa, au travers de la mention d’ostothèque, qui fait partie du tombeau62.

La famille face à la mort

32Les inscriptions funéraires privées vont dévoiler, à la période hellénistique tout comme à l’époque impériale, l’expression de l’affection et de l’attachement familial. Les scènes de dexiôsis, symbole de la séparation entre vivants et défunts, très nombreuses, par exemple, en Attique, semblent absentes de la sculpture funéraire mylasienne.

  • 63 Blümel 1987, N° 434, N° 451, N° 452, N° 462, N° 464, N° 470, N° 480.
  • 64 Blümel 1988, N° 429, N° 430, N° 444, N° 455, N° 474 ; Blümel 2004, 27, N° 45.
  • 65 Blümel 1987, N° 429.

33Les tombeaux de couples63, ou les tombeaux familiaux64, se multiplient et, devant la mort, le chagrin des survivants s’épanche dans l’épitaphe. Nous disposons ainsi de plusieurs monuments érigés pour des familles, comme celle d’Antérôs65.

  • 66 Varinlioğlu 1986, 76, N° 2. Robert 1937, 369, souligne :
    “L’épithète de χρηστός, si souvent attribué (...)

34Voici une épitaphe pour une autre tombe familiale66 :

Ποσιδώνι Φιλέρωτος
χρηστὲ χαῖρε·
ρμέ̣α̣ χρη-
στ χαῖρε· ρετ ὑδρο̣φόρε̣
χρηστ
χαῖρε· Χαρι̣τ̣ώ̣ νη-
5 σικράτου χρηστ
χαῖρε·
Ποσιδώνιος Ποσιδω-
νίου χρηστὲ χαῖρε·
φροδίσι χρηστὲ χαῖρε

  • 67 Blümel 2004, 27, N° 44.

35Ailleurs, c’est une épitaphe pour un père et ses enfants67 :

Δαιμόνων Ἀγαθῶν· Τὸ -
ρον Μάρ. Α. Παμφίλου
τοῦ Ε
χαρίστου καὶ τέ-
κνων αὐτοῦ·
ζῶσιν

  • 68 Blümel 1987, N° 453 ; SEG 36, 1003.

36C’est encore un père et ses enfants68 :

[Δαιμόνων γ]αθν·
Τὸ μνημεῖον
ατροκλέους
τοῦ
ατροκλέους
τοῦ
πολλώνιου
ου
καὶ τἙκνων
αὐτοῦ

  • 69 Blümel 1987, N° 481.

37Philoumenô témoigne son attachement à son mari et se souvient de lui69 :

Φιλουμ[ε]νὼ
εδί νδρὶγ
με
ίας χάρριγ.

  • 70 Blümel 1987, N° 537.

38Elpis éprouve les mêmes sentiments70 :

λπις
Μυρσίν
νδρὶ
μνεία[ς χάριν].

  • 71 Blümel 1987, N° 428 ; N° 450 ; Blümel 2004, 24, N° 38 ; 25, N° 39 et N° 40.
  • 72 Rumscheid 2004a, 47, N° 2.

39Parallèlement, nous disposons de très nombreuses épitaphes rédigées en l’honneur de jeunes filles ou d’épouses décédées : Cléopatra, Artémisia, Athènodotè, Alektryonè, Hiérokléa71. Elles ne comportent, simplement, que le nom de la défunte, parfois suivi de la mention du souvenir, de la mémoire : μνήμης χάριν. Sur une stèle funéraire, l’épitaphe de trois lignes est surmontée d’un fronton pourvu, en son centre, d’une rosette à quatre feuilles. C’est le mari qui se souvient de son épouse72 :

ριστέας Πορφυ-
ρ
ίῳ τ δί γυναι-
κ
μνίας χάριν

  • 73 Blümel 1987, N° 426.

40Sur un autel orné de torches et d’épis de blé, on peut lire une inscription funéraire pour une prêtresse de Déméter73 :

βα ατροκλείους
έρεια Δήμητρος εσεβς
χαῖρε

  • 74 Robert 1946, 81 ; Fıratlı/Robert 1964, 137.

41Si les épis sont naturellement attendus pour une prêtresse de cette divinité, déesse du blé dont elle a enseigné aux hommes la culture, il faut noter la présence de torches, rappel discret, peut-être, de la course éperdue de la déesse à travers les Enfers à la recherche de sa fille enlevée par Hadès. La qualité attendue d’une prêtresse qualifie Aba, déclarée eusébès74.

Le droit à la sépulture

  • 75 Aristote, Éthique à Eudème, 1241b 22-24 : Τό τε γὰρ σῶμμά ἐστιν ὄργανον σύμφυτον, καὶ τοῦ δεσπότου (...)
  • 76 Briant 1973, 112 : “Or, en règle générale, à notre connaissance, le nom des esclaves est donné sans (...)
  • 77 Robert/Robert 1976, 185, note 121.
  • 78 Blümel 1987, N° 449 ; J. et L. Robert, Bull. Épigr. 1958, 301.

42L’esclave, déjà dans les sources littéraires, apparaît comme un objet qui, tout comme du bétail, fait partie du patrimoine de son propriétaire et ne dispose d’aucun droit : c’est, comme le souligne Aristote, “un outil animé, et l’outil est une sorte d’esclave inanimé”75. L’esclave, qui n’a pas d’identité propre, reçoit son nom de son maître et n’a jamais de patronyme76. Les inscriptions funéraires des esclaves, très peu nombreuses, fournissent, à l’occasion, de précieuses indications. Mylasa nous en livre une particulièrement intéressante, datée, selon J. et L. Robert77, de l’époque impériale, et qui mentionne un barbier et un ânier, tous deux esclaves78 :

Δαιμόνων
Ἀγαθῶν·
Τὸ μνημεῖον
Ἑρμοῦ κουρέος
καὶ
ερατικοῦ νη-
λάτου, δούλων

  • 79 Delrieux/Ferriès, 2004a et 2004b.
  • 80 Strabon, XIV.2.24.
  • 81 Gabrielsen 2001, 217-222 ; pour Iasos, consulter Blümel 1985, N° 408 : au 2e siècle aC, la sépultur (...)
  • 82 Peek 1969, 2.

43L’intérêt de ce texte est triple : il nous rappelle inévitablement l’homme politique Hybréas, qui avait hérité de son père un mulet et un conducteur de bêtes ; par ailleurs, il met en évidence un formulaire que nous avons déjà commenté79. Enfin, ce texte nous invite à réfléchir au droit à la sépulture, puisque seuls les citoyens ont le droit de propriété80. La nécessité de se regrouper pour obtenir le droit à l’achat d’un terrain est également une motivation importante pour créer une association et nous savons que ces associations ont joué un rôle important à Rhodes, comme à Iasos, dans la préparation des funérailles81. Des esclaves peuvent faire partie de ces associations : un autel funéraire rapporte ainsi que les Artémeisiastai octroient l’éloge et une couronne à Chrysippos, esclave de Mérops, qui est parvenu à recouvrer 150 drachmes que devait l’un des membres de l’association et s’est occupé d’un enterrement dans des conditions jugées difficiles82. Or, plusieurs textes mentionnent l’existence d’associations à Mylasa ; elles ont peut- être permis à des étrangers, voire à des esclaves, d’obtenir des honneurs auxquels ils ne pouvaient prétendre dans le cadre civique.

  • 83 Blümel 1987, N° 447.
  • 84 Laumonier 1958, 117.

44Il faut également mentionner une épitaphe pour des hiéroi83, déjà citée, qu’A. Laumonier a pu comprendre comme des esclaves sacrés84 :

[Τ] ρον
Γηρασίμου
καὶ
ντέρωτος
ερῶν· ζῶσιν

La protection des tombes

  • 85 Blümel 2004, 27, N° 45, lign. 5-8. Sur ce sujet, se reporter, par exemple, à Robert 1937, 226 ; 198 (...)

45L’examen des sources épigraphiques suggère que, dès l’Antiquité, la cité a mis en place un arsenal légal de protection pour garantir les dernières volontés du défunt, mais également pour faire en sorte que sa tombe perdure et ne subisse ni déprédation, ni violation, ni réutilisation85 :

Οδεν δὲ τέρ -
ξέσται ταφ
ναι μόνοις τούτοις
καὶ ο
ς ν τὰ τἙκνα αὐτῶν καὶ κγο-
ν[οι ...]ΟΥΛ
̣ [ ]

  • 86 Blümel 1987, N° 455 ; N° 454.
  • 87 Henry 2003, 3 et 5. Sur le cas de la Lycie, consulter Schweyer 2002, 78-79.
  • 88 Blümel 1987, N° 476 ; N° 490 ; Blümel 2004, 30, N° 53. L’on pense, de même, aux très nombreux exemp (...)

46La question du pillage des sépultures a été cruciale dès l’Antiquité. On met ainsi en garde contre des punitions divines ou pécuniaires qu’encourt le contrevenant, comme c’est le cas pour la tombe de Julia et de ses enfants, pour laquelle le contrevenant risque une amende de 500 drachmes attiques86. Ce système d’amendes très fortes est connu en Lycie dès l’époque hellénistique87. Des formules d’imprécation promettent la malédiction du profanateur, voire de sa famille88 :

τοῦ-
το τὸ μνμα ς ν νορύξ-
φανίσ ος οὐ προ-
σ
κε, γένοισαν ξωλεοι
5 καὶ πανωλεοι καὶ ὐτοὶ
καὶ γ-
ένος αὐτῶν καὶ ζντες κ-
αὶ θανόντες.

47Les quelques éléments de conclusion que nous souhaitons apporter ne se veulent, rappelons- le, en aucun cas définitifs, puisque l’enquête est en cours et que, du fait d’un nombre d’habitants toujours plus élevé, la ville moderne de Milas, sur laquelle est construite l’ancienne Mylasa, est en plein développement. Ainsi sont prévisibles de nombreuses autres découvertes épigraphiques qui viendront enrichir le corpus mylasien. Il nous faut, semble-t-il, souligner plusieurs aspects de notre recherche sur l’histoire des cultes funéraires dans la cité de Mylasa.

48Remarquons d’abord, en comparaison avec le cas privilégié et bien connu d’Athènes, en raison de l’abondance des trouvailles et de leur répartition dans le temps, que l’intérêt premier de cette étude réside dans le fait qu’il s’agit ici d’une cité – petite, certes, à l’échelle du monde grec, mais moyenne à l’échelon régional – dont l’épigraphie et l’architecture mettent en évidence, depuis la période hécatomnide jusqu’à la période romaine, une image très intéressante du paysage funéraire et différentes formes de mémoire du défunt.

  • 89 Pfuhl 1905, 47-96 et 123-155 ; Pfuhl/Möbius, 1979.

49Notables sont la diversité des monuments funéraires mylasiens ainsi que leur richesse, voire leur luxe. Les stèles et les autels, qui, pour la plupart, à Mylasa, sont dépourvus de relief89, dévoilent une épigraphie funéraire très succincte jusqu’à l’époque hellénistique et plus prolixe à l’époque romaine. Même s’il était également bien développé dans la Lycie voisine, le vocabulaire funéraire, particulièrement riche, semble une caractéristique majeure de cette partie de la Carie.

  • 90 Voir Crubézy et al. 2007 ; Henry/Ingvarsson-Sundstrom 2011.

50Les prospections et les fouilles entreprises ont également souligné l’existence conjointe de différents modes de sépulture – inhumation, crémation. Par ailleurs, il faut insister sur le fait que, suite à la découverte de quelques nécropoles majeures à Mylasa, il serait intéressant d’envisager, comme la Mission archéologique suédoise a commencé à le faire aux alentours de Labraunda, leur étude complète et de lier l’étude architecturale et la publication du matériel aux analyses anthropologiques – études ostéologiques –90, encore trop rares dans le monde grec, ce qui favoriserait un dialogue fécond entre archéologues, anthropologues et historiens.

Bibliographie

Bibliographie

Akarca, A., “Mylasa’da Hellenistik Bir Mezar”, Belleten 63, 1952, 367-398.

Akarca, A., “Beçin”, Belleten 137, 1971, 1-37 et pl. 1-34.

Akarca, A. / Akarca, T., Milas. Coğrafyası, tarihi ve arkeolojisi, Istanbul, 1954.

Åkerstedt, T., “Hellenistic-Roman Chamber Tombs at Milas : Swedish Excavations 1938”, OA 25-26, 2000-2001, 9-23.

Arslan, N. / Kızıl, A., “A Late Geometric Carian Grave from Beçin”, AnatAnt XV, 2007, 83-93. DOI : 10.3406/anata.2007.1226.

Aubriet, D., Recherches sur Mylasa et Labraunda à l’époque hellénistique, Thèse de Doctorat de l’Université Paris IV- Sorbonne, 2009 (non publiée).

Aubriet, D., “Monomakhiai and kynègésia in Mylasa in the Hellenistic and Roman Periods”, ΣΧΟΛΗ. Feast-Play-Celebration in the Ancient World, Varsovie, 2011, 19-29.

Berges, D., Hellenistische Rundaltare Kleinasiens, Fribourg, 1986.

Berges, D. Rundaltare aus Kos und Rhodos, mit Beitragen von V. Patsiada und J. Nollé, Berlin, 1996.

Blaizot, Fr. / Bonnet, Chr., “Traitements, modalités de dépôt et rôle des céramiques dans les structures gallo-romaines”, in L. Baray / P. Brun / A. Testart (éds.), Pratiques funéraires et Sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Actes du colloque de Sens [Centre de Recherche et d’Étude du Patrimoine (12-14 juin 2003)], éd. Universitaires de Dijon, 2007, 207-228,

Blümel, W., Die Inschriften von Iasos, I. K. 28/1 et 2, Bonn, 1985.

Blümel, W., Die Inschriften von Mylasa, I. K. 34, Bonn, 1987.

Blümel, W., Die Inschriften von Mylasa, I. K. 35, Bonn, 1988.

Blümel, W., “Neue Inschriften aus der Region von Mylasa (1988), mit Nachträgen zu I. K. 34-35”, EA 13, 1989, 1-15 et pl. 1-5.

Blümel, W., Die Inschriften von Knidos, Teil 1, I. K. 41, Bonn, 1992.

Blümel, W., “Neue Inschriften aus Karien II : Mylasa und Umgebung”, EA 37, 2004, 1-42.

Blümel, W. / Kızıl, A. “Die Grabanlage des Moschion in Mylasa”, EA 38, 2005, 7-8.

Bresson, A., “Remarques préliminaires sur l’onomastique des esclaves dans la Rhodes antique”, Schiavi e dipendenti nell’ ambito dell’‘oikos’ e della ‘familia’ [Atti del XXII Colloquio GIREA Pontignano (Siena) 19-20 Novembre 1995], Pise, 1997, 117-126.

Briant, P., “Remarques sur laoi et esclaves ruraux en Asie Mineure hellénistique”, Actes du Colloque 1971 sur l’esclavage, Paris, 1973, 93-119.

Carbon, J.-M., “ΔΑΡΡΩΝ and ΔΑΙΜΩΝ : a new inscription from Mylasa”, EA 38, 2005, 1-6.

Couilloud-Le Dinahet, M.-Th., “Rituels funéraires à Délos”, in S. Marchegay / M.-Th. Le Dinahet / J.-Fr. Salles (éds.), Nécropoles et pouvoir. Idéologie, pratiques et interprétations, Paris, 1998, 59-77.

Couilloud-Le Dinahet, M.-Th., “Les rituels funéraires en Asie Mineure et en Syrie à l’époque hellénistique (jusqu’au milieu du 1er siècle av. J.-C.)”, in Fr. Prost (éd.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique, Actes du colloque international de la SOPHAU, Rennes, avril 2003 [Pallas 62], 2003, 65-95. URL : https://books.openedition.org/pur/19442.

Coulton, J.J., “Pedestals as ‘altars’ in Roman Asia Minor”, AS 55, 2005, 127-157. DOI : 10.1017/S0066154600000697.

Cousin, G., “Voyage en Carie”, BCH 22, 1898, 361-402. DOI : 10.3406/bch.1898.3489.

Crubézy, E. / Lorans, E. / Masset, C. / Perrin, F. / Tranoy, L. (éds.), L’archéologie funéraire, Paris, 2007.

Delrieux, F. / Ferries, M.-Cl., “Euthydème, Hybréas et Mylasa : une cité grecque de Carie dans les conflits romains de la fin du 1er siècle a.C. (première partie)”, REA 106.1, 2004, 49-71. URL : https://www.academia.edu/12001048/Euthyd%C3%A8me_Hybr%C3%A9as_et_Mylasa_une_cit%C3%A9_grecque_de_Carie_dans_les_conflits_romains_de_la_fin_du_Ier_si%C3%A8cle_a.C._premi%C3%A8re_partie_REA_106_n_1_p._49-71.

Delrieux, F. / Ferriès, M.-Cl., “Euthydème, Hybréas et Mylasa : une cité grecque de Carie dans les conflits romains de la fin du 1er siècle a.C. (deuxième partie)”, REA 106.2, 2004, 499-515. URL : https://www.academia.edu/12001071/_Euthyd%C3%A8me_Hybr%C3%A9as_et_Mylasa_une_cit%C3%A9_grecque_de_Carie_dans_les_conflits_romains_de_la_fin_du_Ier_si%C3%A8cle_a.C._deuxi%C3%A8me_partie_REA_106_n_2_p._499-515.

Descat, R., “Autour de la tombe d’Hékatomnos. Nouvelle lecture d’une inscription de Mylasa”, ZPE 178, 2011, 195-202. URL : https://www.academia.edu/4835286/Autour_de_la_tombe_dH%C3%A9katomnos._Nouvelle_lecture_dune_inscription_de_Mylasa.

Drew-Bear, Th., “C. R. de Die Inschriften von Mylasa I”, Gnomon 66, 1994, 25-40.

Fedak, J., Monumental Tombs of the Hellenistic Age: A Study of Selected Tombs from the Pre-Classical to the Early Imperial Era, Toronto, 1990.

Fıratlı, N. / Robert, L., Les stèles funéraires de Byzance gréco-romaine, Paris, 1964.

Fraser, P.M., Rhodian Funerary Monuments, Oxford, 1977.

Gabrielsen, V., “The Rhodians Associations and Economic Activity”, in Z.H. Archibald / J. Davies / V. Gabrielsen / G.J. Oliver (éds.), Hellenistic Economies, Londres / New York, 2001, 217-222.

Gauthier, Ph., Les cités grecques et leurs bienfaiteurs, Paris, 1985.

Hellmann, M.-Chr., “À propos d’un lexique des termes d’architecture grecque”, in D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque [Actes du Colloque International d’Épigraphie tenu à Neuchâtel du 23 au 26 septembre 1986 en l’honneur de J. Tréheux], Neuchâtel / Genève, 1988, 239-261.

Hellmann, M.-Chr., L’architecture grecque II. Architecture religieuse et funéraire, Paris, 2006.

Henry, O., Considérer la mort : de la protection des tombes dans l’antiquité à leur conservation aujourd’hui [Les dossiers de l’IFEA, Série : patrimoines au présent, N° 2], Istanbul, juillet 2003. URL : https://books.openedition.org/ifeagd/204.

Henry, O., “Quelques remarques sur des inscriptions funéraires cariennes de Carie”, in P. Brun (éd.), SCRIPTA ANATOLICA. Hommages à Pierre Debord, Bordeaux, 2007, 93-101.

Henry, O., Tombes de Carie. Architecture funéraire et culture carienne VIe-IIe siècle av. J.-C., Rennes, 2009. URL : https://www.academia.edu/528126/Quelques_remarques_sur_des_inscriptions_fun%C3%A9raires_cariennes_de_Carie.

Henry, O. / Ingvarsson-Sundstrom, A., “The story of a tomb at Labraunda”, in L. Karlsson / S. Carlsson (éds.), Labraunda and Karia. Proceedings of the International Symposium Commemorating Sixty Years of Swedish Archaeological Work in Labraunda. The Royal Swedish Academy of Letters, History and Antiquities Stockholm, November 20-21, 2008 [Boreas 32], Uppsala, 2011, 177-198. URL : https://www.academia.edu/528116/The_Story_of_a_Tomb_at_Labraunda.

Höghammer, K., “The Inscribed, Cylindrical, Funerary Altars ; Questions of Date and Stylistic Development”, in K. Höghammer (éd.), The Hellenistic Polis of Kos, State, Economy and Culture [Boreas 28], Uppsala, 2004, 69-81. Jones 2000

Jones, C.P. “Diodoros Pasparos revisited”, Chiron 30, 2000, 1-14.

Judeich, W., Altertümer von Hierapolis, JDAI [Ergänzungsheft IV], Berlin, 1898, 66-180.

Keil, Br., “Über Kleinasiatische Grabinschriften”, Hermes 43, 1908, 522-577. URL : http://www.jstor.org/stable/4473150.

Kızıl, A., “Beçin Hellenistik Dönem Oda Mezarı”, VI. MKKS, Ankara, 1996, 255-271. URL : https://www.academia.edu/7099767/Be%C3%A7in_Hellenistik_D%C3%B6nem_Oda_Mezar%C4%B1.

Konuk, K., “Une tombe dynastique remarquable découverte récemment en Carie”, Conférence donnée dans le cadre du séminaire de l’Institut Ausonius, le jeudi 13 janvier 2011, Bordeaux.

Kubinska, J., Les monuments funéraires dans les inscriptions grecques de l’Asie Mineure, Varsovie, 1968.

Kubinska, J., “Les ostothèques dans les inscriptions grecques de l’Asie Mineure”, Poikila Epigraphika, Nancy / Paris, 1997, 10-58 et pl. I-VII.

Kubinska, J., Ostothèques et kaustrai dans les inscriptions grecques d’Asie Mineure [Swiatowit Supplement Series A : Antiquity, vol. III], Varsovie, 1999.

Laumonier, A., Les cultes indigènes en Carie, Paris, 1958.

Le Dinahet, M.-Th., “Les stèles funéraires grecques 1992-1993”, Topoi 5, 1995, 269-277. URL : http://www.persee.fr/doc/topoi_1161-9473_1995_num_5_1_1567.

Le Dinahet M.-Th. / Mouret, N., “Les stèles funéraires grecques. Études stylistiques et iconographiques (années 1980-1992, ouvrages généraux, corpus, sites)”, Topoi 3, 1993, 109-166. DOI : 10.3406/topoi.1993.2079.

Masson, O., “Les noms des esclaves dans la Grèce antique”, Actes du Colloque 1971 sur l’esclavage, Paris, 1973, 9-23.

Paton, W.R. / Myres, J.L., “Karian Sites and Inscriptions”, JHS 16, 1896, 188-271. DOI : 10.2307/623947.

Peek, W., Inschriften von den Dorischen Inseln, Berlin, 1969.

Persson, A.W., “Inscriptions de Carie”, BCH 46, 1922, 394-426. DOI : 10.3406/bch.1922.3038.

Pfuhl, E., “Das Beiwerk auf den ostgriechischen Grabreliefs”, JDAI 20, 1905, 47-96 et 123-155.

Pfuhl, H. / Möbius, E., Die Östgriechischen Grabreliefs, Mayence, 1979.

Pomeroy, S.B., Families in Classical and Hellenistic Greece. Representations and Realities, Oxford, 1997.

Robert, L., “Rapport sommaire sur un second voyage en Carie”, RA 6, 1935, 152-163. URL : http://www.jstor.org/stable/41749060.

Robert, L., Études anatoliennes. Recherches sur les inscriptions grecques de l’Asie Mineure, Paris, 1937.

Robert, L., Études épigraphiques et philologiques, Paris, 1938.

Robert, L., Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques II, Paris, 1946.

Robert, L., “Sur des inscriptions de Délos”, Études déliennes [BCH Suppl. 1], 1973, 435-489. DOI : 10.3406/bch.1973.5075.

Robert, L., Documents d’Asie Mineure, Paris / Athènes, 1987.

Robert, J. / Robert, L., “Une inscription grecque de Téos en Ionie. L’union de Téos et de Kyrbissos”, JS juil.-déc. 1976, 153-235. DOI : 10.3406/jds.1976.1341.

Rumscheid, Fr., “Milas 1994”, AST XIII.1, 1996, 77-83 et 91-98. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/arastirmalar/13_arastirma_1.pdf.

Rumscheid, Fr., “Milas 1996”, AST XV, 1998, 385-392 et 400-407. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/arastirmalar/15_arastirma_1.pdf.

Rumscheid, Fr., “Mylasas Verteidigung : Burgen statt Stadtmauer ?”, in E.-L. Schwandner / Kl. Rheidt (éds.), Stadt und Umland [Neue Ergebnisse der archäologischen Bau- und Siedlungsforschung. Bauforschungskolloquium in Berlin vom 7. bis 10 Mai 1997], Mayence, 1999, 206-222.

Rumscheid, Fr., “Inschriften aus Milas im Museum Bodrum”, EA 37, 2004, 43-61. URL : http://www.uni-koeln.de/phil-fak/ifa/EpAnat/37%20pdfs%20web/037043.pdf.

Rumscheid, Fr., “Regionale Moden bei Gladiatoren und athletische Eurhythmie eines Kochtopfes : vier neu gefundene Grabreliefs aus Mylasa”, in T. Korkut (éd.), 60. Yaşında Fahri Işık’a Armağan Anadolu’da Doğdu. Festschrift für F. Işık zum 60. Geburtstag, Istanbul, 2004, 631-647.

Rumscheid, Fr., “Maussollos and the ‘Uzun Yuva’ in Mylasa: an unfinished Proto-Maussolleion at the Heart of a New Urban Centre?”, in R. van Bremen / J.-M. Carbon (éds.), Hellenistic Karia [Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia, Oxford, 29 June-2 July 2006], Bordeaux, 2010, 69-102.

Rumscheid, J. / Rumscheid, Fr., “Gladiatoren in Mylasa”, AA 2001/1, 115-136.

Säve-Söderbergh, T. / Hellström, P., “Excavations at Gencik Tepe, 1938”, AArch 68, 1997, 75-107.

Schweyer, A.-V., Les Lyciens et la mort, Varia Anatolica XIV, Istanbul/Paris, 2002. URL : http://www.persee.fr/doc/anatv_1013-9559_2002_mon_14_1.

Sfameni Gasparo, G., Daimôn and Tuché in the Hellenistic Religious Experience”, in P. Bilde / T. Engberg-Pedersen / L. Hannestad / J. Zahle (éds.), Conventional Values of Hellenistic Greeks, Aarhus, 1997, 67-109.

Tranoy, L., “La mort en Gaule romaine”, in E. Crubézy / E. Lorans / C. Masset / F. Perrin / L. Tranoy (éds.), L’archéologie funéraire, Paris, 2007, 115-176.

Varinlioğlu, E., “Inschriften aus Mylasa”, EA 7, 1986, 75-78. Zanker 1993

Zanker, P., “The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna : Identity and Self-image in the Polis”, in A. Bulloch / E.S. Gruen / A.A. Long / A. Stewart (éds.), Images and Ideologies. Self-definition in the Hellenistic World, Berkeley / Los Angeles / Londres, 1993, 212-230 et pl. 1-29. URL : http://publishing.cdlib.org/ucpressebooks/view?docId=ft4r29p0kg&chunk.id=d0e13717&toc.depth=1&toc.id=d0e13717&brand=ucpress.

Annexes

Abréviations

AA Archäologischer Anzeiger

AArch Acta Archaeologica

AnatAnt Anatolia Antiqua

AS Anatolian Studies

AST Araştırma Sonuçları Toplantısı

BCH Bulletin de Correspondance Hellénique

EA Epigraphica Anatolica

JDAI Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts

JHS The Journal of Hellenic Studies

JS Journal des Savants

MKKS Müze Kurtarma Kazıları Semineri

OA Opuscula Atheniensia

RA Revue archéologique

REA Revue des Études Anciennes

SEG Supplementum Epigraphicum Graecum

ZPE Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik

Notes

1 Madame Aşkıdil Akarca, décédée à l’automne 2010, a été mise à l’honneur à Milas, lors du colloque 4. KARİA, KARİALILAR VE MYLASA SEMPOZYUMU (Prof. Dr. Aşkıdil Akarca’nın anısına), Karia’nın Kutsal Kentleri ve Labranda, organisé en septembre 2011 par Olcay Akdeniz.

2 C’est l’archéologue danois K. Jeppesen qui est le meilleur connaisseur du Mausolée d’Halicarnasse, un des monuments les plus complexes de l’architecture grecque et qui nécessite un va-et-vient permanent des sources littéraires à l’archéologie de terrain.

3 Mylasa, la première capitale de la dynastie des Hécatomnides, est sise sous la ville moderne de Milas. Sur cette découverte archéologique majeure, se reporter en premier lieu à Konuk 2011 et, pour en comprendre les enjeux, lire Rumscheid 2010, 69-102 et Descat 2011, 195-202.

4 En Carie, outre le Mausolée d’Halicarnasse, il existe un cas à Alabanda, un autre à Alinda, un autre à Théangela ainsi que deux sépultures à lasos. Récemment l’équipe de P. Debord et d’E. Varinlioğlu a, de plus, mis au jour, à Hyllarima, une grande tombe avec dromos et chambre, localisée intra-muros, à l’Est, sur la partie haute et datée de la fin du 4e s. ou du début du 3e s. aC (voir la contribution de Henry dans ce volume). Consulter IGRR, IV, 292 et Gauthier 1985, 63 : le cas de Diodoros Pasparos, citoyen pour lequel est créé un culte, de son vivant, est particulièrement intéressant.
En intervenant en faveur de sa cité auprès des Romains, il a sauvé Pergame dans les moments très difficiles qui ont suivi la première guerre mithridatique. C’est de son vivant qu’un culte est institué et qui se poursuivra après sa mort. Sur ce personnage, consulter Jones 2000, 1-14. Jusqu’à présent, nous ne connaissons qu’un seul autre personnage qui a été l’objet d’un culte de son vivant : il s’agit de C. Iulius Artémidoros, de Cnide, qui a été l’ami d’Auguste (Blümel 1992, N° 59). Consulter Couilloud-Le Dinahet, 2003.

5 Aubriet 2009.

6 Blaizot/Bonnet 2007, 207-228.

7 Sur l’architecture funéraire, consulter Fedak 1990 et Hellmann 2006 ; pour la Carie, se reporter dorénavant à Henry 2009.

8 Keil 1908, 522-577.

9 Thucydide, I, 8 : Δήλου γρ καθαιρομένης ὑπὸ Ἀθηναίων ἐν τῷδε τῷ πολέμῳ καὶ τῶν θηκῶν ἀναιρεθεισῶν, ὅσαι ἦσαν τῶν τεθνεώτων ἐν τῇ νήσῳ, ὑπὲρ ἥμισυ Κᾶρες ἐφάνησαν, γνωσθέντες τῇ τε σκευῇ τῶν ὅπλων ξυντεθαμμένῃ καὶ τῷ τρόπῳ ᾧ νῦν ἔτι θάπτουσιν.

10 Couilloud-Le Dinahet 1998, 71.

11 Aristote, Économique, II, 2, 13 et Rumscheid 1999 ; Akarca 1954, 1 ; Blümel 1988, 226 ; Åkerstedt 2000-2001, 10 et 12.

12 Rumscheid 1996, 82 et 1998, 386.

13 Åkerstedt 2000-2001, 10 ; Säve-Söderbergh/Hellström 1997, 75-107.

14 Blümel 1987, lemmes N° 433, N° 443, N° 461, N° 477 e.g.

15 Åkerstedt 2000-2001, 9.

16 Aristophane, Grenouilles, v. 137-142. Plus tardivement, Lucien, De luctu, 10, précise que la famille déposait dans la bouche du défunt l’obole réclamée par Charon.

17 Akarca 1952, 399-405.

18 Tranoy 2007, 138 : “La crémation [...] est le moyen d’épargner le défunt de la corruption en faisant subir au cadavre une métamorphose accélérée dont les vivants organisent et contrôlent le déroulement. Ce n’est plus le corps sans vie que la terre reçoit mais les restes symboliques issus de la réduction par le feu.”

19 Akarca 1952, 405.

20 Akarca 1971, 1-37 ; Rumscheid 1996, 82 ; Arslan/Kızıl 2007, 83-93.

21 Kızıl 1996, 255-271.

22 Blümel 2004, 33, N° 60 : “Adas fille de Ménippos, pour elle-même et ses descendants”, (Trad. personnelle). Sur cette inscription, consulter Brixhe, Bull. Épigr. 1997, 535 et SEG 45, 1510.

23 Selon Robert 1973, 441, n. 33, il s’agit d’un nom carien.

24 Adas apparaît au N° 897 (Blümel 1989) ; elle est fille d’un certain Méniskos dans les baux d’Olymos (I. K. 35, N° 811-814) et d’un certain Pamménès, dans une inscription récemment publiée (Blümel 2004, N° 7).

25 Sur l’ostothèque, se reporter à Kubinska 1968, 64 ; 1997, 42 et 1999, 15.

26 Akarca 1952, 368-371.

27 Akarca 1952, 371-372.

28 Rumscheid/Rumscheid 2001, 131 ; Blümel 1987, N° 537-538 et 2004, 19-20, N° 27-29 ; Aubriet 2011, 19-29.

29 Se reporter à Le Dinahet 1995 et Le Dinahet/Mouret 1993.

30 Blümel 1987, N° 426-493 = 68 ; Blümel 2004 ; Rumscheid 2004a.
À titre de comparaison, Zanker 1993, 212-230, propose une étude des inscriptions funéraires de Smyrne, à l’époque hellénistique, fondée sur quelques cent quarante stèles.

31 Hellmann 1988, 258 ; Blümel 1987, N° 223, lign. 18 ; N° 493, lign. 3 et, récemment, Blümel/Kızıl 2005, 7-8 : “La sépulture de Moschiôn fils d’Aristeidès, Parembordeus. La prise de garants pour son érection eut lieu sous Phaidros fils d’Aristeas, le septième jour avant la fin du mois de Panémos ; quant à l’analemma et à l’exèdre, ce fut sous Poseidônios fils d’Adrastos, le 4 du mois Daisios, et l’ornementation semblable à un lion sous Chaireas, le du mois Péritios.” (Trad. personnelle). Sur taphos, se reporter aussi à Henry 2007, 100.

32 Blümel 1987, N° 476, lign. 5 ; pour to hypomnèma, Blümel 1987, N° 652, lign. 8 ; N° 657, lign. 6.

33 Kubinska 1968, 15 et 23 ; Hellmann 1988, 259, traduit to hypomnèma par ’monument funéraire’.

34 Blümel 1987, N° 436, lign. 2 ; N° 439, lign. 2 ; N° 444, lign. 3 ; N° 449, lign. 3 ; N° 473, lign. 1 ; N° 478, lign. 2 ; N° 453 (EA 7, 1986, N° 6) ; N° 498 (EA 19, 1992) ; N° 499 (EA 19, 1992) ; EA 37, 2004, N° 45 et N° 51 ; pour la forme mnèmion : N° 427, lign. 2 ; N° 448, lign. 1 ; N° 466, lign. 1 ; N° 467, lign. 1 ; N° 924, lign. 1 et lign. 6 ; N° 459, lign. 1 ; EA 37, 2004, N° 42.

35 Kubinska 1968, 18.

36 Blümel 1987, N° 439.

37 Varinlioğlu 1986, 78, N° 6.

38 Cette formule se rencontre d’ailleurs, à Mylasa, sous différentes orthographes : Δαιμόνων Ἀγαθῶν : Blümel 2004, 26, N° 41 ou Δεμόνων Ἀγαθών : Blümel 1987, N° 486 ; Blümel 2004, 27, N° 43 ; Carbon 2005. Il serait intéressant d’envisager une étude plus approfondie de cette formule, à commencer par son étendue chronologique : à partir de quand la trouve-t-on et jusqu’à quand ? Descat 2011 mentionne l’existence de plus de cinquante occurrences de cette expression. À propos de l’une d’entre elles, Blümel 1988, N° 350, il faut désormais se reporter à l’étude récente, très suggestive, de Descat 2011, 195-202, qui la date de l’époque hécatomnide. Il la met en rapport avec la découverte archéologique récente majeure, dans la partie de la ville ancienne, Hisarbaşı, au lieu-dit Uzun Yuva. Des fouilles clandestines, qui ont été démasquées durant l’été 2010, ont mis au jour, à une profondeur d’une dizaine de mètres, un sarcophage sculpté et peint, d’une qualité d’exécution exceptionnelle. Rumscheid 2010, 69-102, fournit une étude archéologique complète de ce secteur de la ville antique et Konuk a présenté, le 13 janvier 2011, cette découverte lors d’une conférence au centre de recherches Ausonius de l’Université Bordeaux 3 (Konuk 2011).

39 Blümel 1987, N° 474 ; sur les liens entre la mort et la famille, se reporter à Pomeroy 1997, 100-140.

40 Persson 1922, 411, N° 15 ; Fraser 1977, 73. Robert 1938, 44, note 3 considère que δαίμων équivaut à ἥρως ou mânes, qui symbolisent les esprits des morts ; lire aussi Robert 1987, 6, note 22.

41 Sfameni Gasparo 1997, 89-91.

42 Blümel 2004, 29, N° 49.

43 Blümel 1988, N° 350, N° 806, N° 810, N° 869, N° 870, etc.

44 Blümel 2004, N° 41-45.

45 Robert 1938, 222 ; Berges 1986, pl. 2 dresse une carte de localisation de ces autels dans le Sud-Ouest de l’Asie Mineure, mais Mylasa n’y figure pas ; Berges 1996 ; Höghammer 2004, 69-81.

46 Blümel 1987, N° 429 ; 1988, N° 495. Se reporter à Kubinska 1968, 73.

47 Robert 1987, 100 : “Par bômos, j’entends non point un autel indépendant et anonyme, mais la base de la statue avec le sens de ’base, soubassement’ que le mot a si souvent dans les inscriptions funéraires” ; se reporter également à Coulton 2005, 127-157.

48 Blümel 1987, N° 492, lign. 1.

49 Robert 1937, 64.

50 Blümel 1987, N° 447, lign. 1 ; N° 456, lign 2 ; N° 468, lign. 1 ; N° 434, lign. 2 ; N° 455, lign. 2 ; 1988, N° 925, lign. 1 ; Blümel 2004, N° 44, lign. 1-2.

51 Kubinska 1968, 26 ; Blümel 1987, N° 447 ; voir aussi N° 434, N° 456, N° 468 ; Blümel 2004, 27, N° 44 ; 31, N° 54.

52 Robert 1937, 225 : “On sait comme, sur les épitaphes de l’époque impériale, se trouvent fréquemment les mots ζῇ ou ζῶσιν ou ζῶ ou ζῶμεν, pour rappeler que le personnage nommé sur l’inscription était encore vivant et écarter par là, je pense, le mauvais présage qu’eût été l’inscription de son nom sur le tombeau” et Fıratlı/Robert 1964, 150.

53 To kénotaphion : Blümel 1987, N° 435 et N° 469. Voir Robert/ Robert, Bull. Épigr. 1950, 204 et Kubinska 1968, 89. Pour to thèkaion, consulter Blümel 1987, N° 470, lign. 2.

54 Blümel 1987, N° 441, lign. 1 ; N° 442, lign. 9 et lign. 13 ; N° 445, lign. 1 ; N° 468, lign. 11 ; 1988, N° 918, lign. 1 ; Blümel 2004, 29, N° 50, lign. 1. Consulter Paton/Myres 1896, 230 ; Robert 1938, 220, note 10 et Kubinska 1968, 111. On le rencontre aussi dans l’épigraphie d’Eurômos : Cousin 1898, 373, N° 13, lign. 1 ; de Chalkètôr : Blümel 1988, N° 925, lign. 3 ; et dans celle de Iasos : Blümel 1985, N° 393, lign. 1.

55 Blümel 1988, N° 924.

56 Blümel 1987, N° 442 ; selon Drew-Bear 1994, 33, note 39, il faut accentuer ἐνδεξία, nominatif féminin d’un adjectif de la première classe.

57 Robert 1938, 222 et note 4.

58 Ainsi à Hiérapolis de Phrygie : Judeich 1898, où il se rencontre très fréquemment.

59 Hellmann 1988, p. 256 ; Blümel 1987, N° 461. Voir aussi Blümel 2004, 29, N° 49 et 1988, N° 495.

60 Blümel 1987, N° 468, lign. 8 ; se reporter à Robert 1937, 130 :
“Comme bien des termes semblables, πύελος, πυελίς, πυαλίς est passé du sens de baignoire à celui de cuve funéraire.”

61 Kubinska 1968, 32.

62 Kubinska 1999, 44.

63 Blümel 1987, N° 434, N° 451, N° 452, N° 462, N° 464, N° 470, N° 480.

64 Blümel 1988, N° 429, N° 430, N° 444, N° 455, N° 474 ; Blümel 2004, 27, N° 45.

65 Blümel 1987, N° 429.

66 Varinlioğlu 1986, 76, N° 2. Robert 1937, 369, souligne :
“L’épithète de χρηστός, si souvent attribuée au défunt, ne lui vient pas ordinairement de son état de défunt, mais c’est une qualité qu’il avait pendant sa vie (...).”

67 Blümel 2004, 27, N° 44.

68 Blümel 1987, N° 453 ; SEG 36, 1003.

69 Blümel 1987, N° 481.

70 Blümel 1987, N° 537.

71 Blümel 1987, N° 428 ; N° 450 ; Blümel 2004, 24, N° 38 ; 25, N° 39 et N° 40.

72 Rumscheid 2004a, 47, N° 2.

73 Blümel 1987, N° 426.

74 Robert 1946, 81 ; Fıratlı/Robert 1964, 137.

75 Aristote, Éthique à Eudème, 1241b 22-24 : Τό τε γὰρ σῶμμά ἐστιν ὄργανον σύμφυτον, καὶ τοῦ δεσπότου ὁ δοῦλος ὥσπερ μόριον καὶ ὄργανον ἀφαιρετόν, τὸ δ’ὄργανον ὥσπερ δοῦλος ἄψυχος. (Coll. Loeb)

76 Briant 1973, 112 : “Or, en règle générale, à notre connaissance, le nom des esclaves est donné sans patronyme.” Sur l’onomastique servile, voir Robert 1935, 161 ; Masson 1973, 21 ; Bresson 1997, 117-126.

77 Robert/Robert 1976, 185, note 121.

78 Blümel 1987, N° 449 ; J. et L. Robert, Bull. Épigr. 1958, 301.

79 Delrieux/Ferriès, 2004a et 2004b.

80 Strabon, XIV.2.24.

81 Gabrielsen 2001, 217-222 ; pour Iasos, consulter Blümel 1985, N° 408 : au 2e siècle aC, la sépulture commune des daimones agathoi de quinze étrangers est probablement due à une association.

82 Peek 1969, 2.

83 Blümel 1987, N° 447.

84 Laumonier 1958, 117.

85 Blümel 2004, 27, N° 45, lign. 5-8. Sur ce sujet, se reporter, par exemple, à Robert 1937, 226 ; 1987, 1-12 et à Couilloud-Le Dinahet, 2003.

86 Blümel 1987, N° 455 ; N° 454.

87 Henry 2003, 3 et 5. Sur le cas de la Lycie, consulter Schweyer 2002, 78-79.

88 Blümel 1987, N° 476 ; N° 490 ; Blümel 2004, 30, N° 53. L’on pense, de même, aux très nombreux exemples recensés par Judeich 1898, N° 50-N° 348, dans la riche épigraphie funéraire de Hiérapolis.

89 Pfuhl 1905, 47-96 et 123-155 ; Pfuhl/Möbius, 1979.

90 Voir Crubézy et al. 2007 ; Henry/Ingvarsson-Sundstrom 2011.

Auteur

Damien Aubriet

Collège de France UMR 8210-Anhima
damien.aubriet@college-de-france.fr