Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mort dans la ville

 | 
Olivier Henry

Quelques réflexions sur les tombes intra-muros en Anatolie centrale au IIe millénaire AC

Julie Patrier

Résumé

Les pratiques funéraires en Anatolie centrale au IIe millénaire aC n’ont pratiquement jamais fait l’objet d’études jusqu’ici. J’ai donc entrepris de traiter cette question, dans le cadre de l’ANR “ViGMA. Vivre, grandir, mourir dans l’Antiquité : Rites de passage individuels au Proche-Orient ancien”, dirigée par Alice Mouton (CNRS, Strasbourg), en m’attachant plus particulièrement aux offrandes alimentaires faites aux morts.
Dans cette contribution, je m’intéresse plus spécifiquement aux tombes intra-muros découvertes en Anatolie centrale au IIe millénaire aC. Après avoir présenté leurs typologies, je tente de les replacer dans le contexte historique et géographique envisagé.
Fort rares sont les études portant sur les tombes intra-muros d’Anatolie centrale au IIe millénaire aC1. Il m’a donc semblé intéressant d’en proposer une vue d’ensemble dans le cadre de ces deuxièmes rencontres de l’IFEA consacrées au Mort dans la ville. Le but n’est pas de présenter une étude exhaustive, les problématiques touchant aux pratiques funéraires liées à ces tombes intra-muros ne pouvant être abordées dans leur ensemble ici, mais plutôt de proposer un premier état des connaissances en brossant, en premier lieu, un panorama général (état de la question, présentation des sources) avant de s’intéresser plus particulièrement à la situation spécifique de la période des comptoirs assyriens de Cappadoce (environ 1945-1680 aC). Certains aspects ne seront abordés que sous forme de questions auxquelles il ne sera pas toujours possible de répondre, faute le plus souvent de documentation. Par ailleurs, il me faut préciser que cet article rend compte de recherches en cours. Les conclusions qui seront livrées ici se veulent donc préliminaires.

Note de l’auteur

Je développe cette thématique dans le cadre d’un programme de recherches dirigé par Alice Mouton (hittitologue, CNRS, UMR 7044) et intitulé ViGMA. Vivre, grandir et mourir dans l’Antiquité : Rites de passage individuels au Proche-Orient ancien. Pour plus d’informations sur le programme ViGMA financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), voir http://vigma.misha.fr/accueil.htm. Pour ce programme, j’étudie plus particulièrement l’alimentation des morts en Anatolie centrale au IIe millénaire aC et les pratiques funéraires de manière générale. Pour le concept de rite de passage, voir l’ouvrage fondateur d’A. Van Gennep (1981), publié pour la première fois en 1909.

Texte intégral

1. État de la question

  • 2 Voir, par exemple, Alster 1980, Campbell/Green 1995, Katz 2003 ou Laneri 2008. Pour une synthèse gé (...)
  • 3 Ce rituel a fait couler beaucoup d’encre, notamment parce qu’il présente d’importantes similitudes (...)
  • 4 À l’exception d’une synthèse en turc (Akyurt 1998), deux articles plus généraux (Orthman 1957-1971 (...)
  • 5 On pourra renvoyer a contrario à la publication récente des tombes royales de Qatna comme un bel ex (...)

1Très peu de chercheurs se sont intéressés au domaine funéraire de l’Anatolie du IIe millénaire aC, à la différence d’autres périodes ou régions du Proche-Orient ancien2. Une part importante des études dont on dispose concerne la documentation écrite, notamment le rituel šalliš waštaiš, qui met en scène les funérailles des rois et reines hittites3, mais aussi les quelques rares textes paléo-assyriens traitant des funérailles. Les vestiges archéologiques n’ont pas réellement fait l’objet de synthèses4. De plus, contrairement aux cimetières qui sont un peu mieux connus, les tombes intra-muros n’ont que très peu été étudiées ; on leur consacre au mieux un rapide chapitre dans la publication d’un site, sans nécessairement fournir de catalogue ou publier les sépultures dans leur intégralité. Lorsque c’est le cas, chaque catégorie de vestiges mis au jour à l’intérieur des sépultures fait le plus souvent l’objet d’un simple catalogage typologique utilisé pour dater la tombe ou essayer de déterminer le sexe du défunt5. Mais ces vestiges sont assez peu utilisés pour tenter de découvrir les rites qui se cachent derrière eux ou pour chercher à savoir si le matériel déposé répond à une certaine codification.

2. Les sources et les pratiques funéraires

  • 6 La terminologie serait probablement à affiner par l’usage de termes plus appropriés selon la locali (...)

2Deux types de sources peuvent servir à cette étude : les vestiges archéologiques et les sources écrites. L’iconographie, en revanche, ne nous est d’aucun secours pour ces questions. Mais avant de présenter ces sources, il est un point qu’il me faut aborder. J’entends ici par tombes intra-muros l’ensemble des tombes découvertes à l’intérieur des murs d’un habitat quelle que soit sa nature (ville, village, etc.). En ce qui concerne ma documentation, il s’agit dans la plupart des cas de tombes se trouvant directement sous des habitations6.

2.1. Présentation générale des vestiges archéologiques

  • 7 Il s’agit de : Acemhöyük, Alaca Höyük, Alişar Höyük, Boğazköy, Demircihöyük, Doğantepe, Karahöyük, (...)
  • 8 Il s’agit de : Arıbaş, Bağlarbaşıkayası, Büget, Çavlum, Dede Mezarı, Demircihöyük-Sarıket, Ferzant, (...)
  • 9 Les sites ayant livré des squelettes hors contexte de tombe ne sont pas pris en compte ici puisqu’i (...)
  • 10 Une notice parue sur internet à la fin de l’année 2011 indique qu’un très important cimetière a été (...)
  • 11 Voir par exemple Schmidt 1932, 182-190.

3Les vestiges archéologiques constituent la base de cette étude et comprennent notamment les sépultures et les offrandes découvertes à l’intérieur. D’un point de vue quantitatif, les sites d’habitat à tombes intra-muros sont au nombre de 14 pour l’ensemble de la période7, contre 12 pour les cimetières extra-muros (fig. 1)8, ce qui porte à seulement 26 le nombre total de sites à tombes en Anatolie centrale pour tout le IIe millénaire aC9. D’après mes estimations minimales, cela représenterait environ 750 tombes au total parmi lesquelles seules 163 tombes intra-muros ont pu être relevées. Ce faible nombre entraîne un premier constat : bien que présente sur 14 sites, cette pratique semble relativement limitée. De plus, une grande disparité est à noter parmi les sites, ce qui constitue une difficulté majeure. En effet, à côté de Kültepe (environ 80 tombes)10 et d’Alişar Höyük (environ 47 tombes)11 où un nombre relativement important de sépultures a été dégagé, les autres sites n’ont pas fourni suffisamment d’informations pour permettre une étude détaillée (on relèvera notamment des problèmes de publication, de pillages ou un nombre de tombes trop limité). Enfin, comme pour les cimetières, on assiste à une nette disproportion entre les vestiges funéraires de la période paléo-assyrienne, bien plus nombreux, et ceux de la période hittite.

4Par ailleurs, seuls certains sites à tombes intra-muros sont également rattachés à des cimetières extra-muros - comme Acemhöyük, Boğazköy, Demircihöyük. En effet, bien souvent, le lien entre cimetière et habitat est inconnu, ce qui complique la mise en place d’une réflexion globale.

Fig. 1 : Carte d'Anatolie centrale avec les sites à tombes

Fig. 1 : Carte d'Anatolie centrale avec les sites à tombes

Carte réalisée à partir de Parzinger/Sanz 1992, 92

2.2. La nature des tombes

  • 12 Pour Deliyannis 1997, 10, l’apparition de la crémation en Anatolie pourrait être le reflet “d’un ch (...)
  • 13 La seule exception serait le cimetière d’Ilıca, mais il s’agit simplement de grandes dalles anépigr (...)

5Trois principaux types de tombes sont à mentionner pour l’ensemble de la période : tout d’abord, les tombes en jarre ou en ciste qui sont aisément identifiables. Les tombes en jarre peuvent prendre différentes formes : une seule jarre dans laquelle on place le squelette, deux jarres accolées par leur embouchure ou de grands fragments de céramique recouvrant le corps du défunt. Les tombes en pleine terre sont quant à elles principalement caractérisées par la présence d’un squelette dans une fosse. Ces trois types de tombes semblent être dans la continuité des pratiques du IIIe millénaire aC. Aucune uniformisation dans l’orientation des tombes n’a pu être relevée et il s’agit le plus souvent d’inhumations simples. Enfin, la position étendue fait son apparition dans les tombes du IIe millénaire aC, à côté de la position contractée, position habituelle jusque-là. La crémation est également pratiquée et peut intervenir sur des sites spécifiques ou sur les mêmes sites que des inhumations, comme c’est le cas à Karahöyük par exemple12. En l’état actuel des connaissances, aucune stèle funéraire n’a été identifiée pour l’Anatolie du IIe millénaire aC13, contrairement au premier Ier millénaire aC.

6On peut donc s’interroger sur le pourquoi des différents systèmes mis en place simultanément puisqu’on constate, de manière contemporaine, la présence de différents types de tombes sur un même site et/ou sur différents sites, l’utilisation de tombes intra-muros et de cimetières extra-muros, l’existence de crémations et d’inhumations. Ces pratiques traduisent-elles la présence de différentes populations ? de religions différentes ? Sont-elles liées à des statuts particuliers ? à l’âge et/ou au sexe des personnes enterrées ? La question ne peut être tranchée à l’heure actuelle, l’ensemble de ces hypothèses ayant été évoquées par différents chercheurs sans qu’aucune preuve tangible ne permette d’étayer l’une ou l’autre.

2.3. Lien entre tombe et défunt

  • 14 Voir par exemple Schmidt 1932, 182-190.
  • 15 Le dossier sera repris dans une prochaine étude menée dans le cadre de l’ANR ViGMA. Cf. Kull 1988, (...)

7Je ne suis pas en mesure, à l’heure actuelle, de déterminer si un type de tombe pourrait correspondre à une catégorie de personnes : on aurait par exemple pu envisager que les tombes en jarre étaient destinées aux enfants, les cistes ou tombes en pleine terre étant réservées aux adultes, ce qui est régulièrement attesté à d’autres époques ou dans d’autres régions. Mais rien ne permet d’aller dans ce sens, des adultes pouvant parfaitement avoir été enterrés en jarre comme à Alişar Höyük par exemple14. D’autre part, il arrive régulièrement que seuls les enfants soient enterrés sous les maisons mais là encore, cela ne se vérifie pas pour le IIe millénaire anatolien. Une étude quantitative serait à entreprendre pour mettre en évidence la répartition exacte des différentes catégories de personnes cependant l’absence de données anthropologiques rend malaisé ce type de recherches. On peut tout de même relever qu’à Demircihöyük, parmi les trois tombes fouillées pour le IIe millénaire aC, apparaît celle d’un chien, seule sépulture d’animal attestée pour cette période15.

  • 16 Contrairement à ce qui se passe au IIIe millénaire aC pour lequel des coutumes relativement homogèn (...)
  • 17 Pour le début du IIe millénaire anatolien, les différentes pratiques pourraient peut-être être déce (...)

8Ainsi, aucune standardisation dans les pratiques funéraires au IIe millénaire aC n’ayant pu être relevée jusqu’à présent16, il est encore impossible de relier une pratique spécifique à une population particulière, assyrienne ou anatolienne, pour le début du IIe millénaire aC. De plus, la population anatolienne est en réalité composée d’une mosaïque de peuples qu’il n’est pas possible de différencier si ce n’est, pour le moment, par leur langue. De ce fait, les différences régionales et culturelles sont encore difficiles à discerner avec certitude, faute de documentation suffisante17.

  • 18 Les tombes royales d’Alaca Höyük ont fait couler beaucoup d’encre. On renverra par exemple, parmi l (...)
  • 19 Notamment avec la prétendue tombe du roi Midas (tumulus MM) : cf. par exemple Young 1981.

9Par ailleurs, aux difficultés déjà mentionnées s’ajoutent le fait qu’aucune tombe royale ou princière n’a été découverte à ce jour pour le IIe millénaire aC en Anatolie, contrairement au IIIe millénaire (à Alaca Höyük par exemple18) ou au Ier millénaire aC (comme à Gordion19).

2.4. Les sources écrites

10On constate une grande disproportion entre les informations contenues dans les textes et les vestiges archéologiques : les sources paléo-assyriennes retracent principalement la vie des marchands venant d’Aššur, alors que les sources hittites documentent presque uniquement la sphère royale, contrairement aux tombes de cette dernière période.

  • 20 Pour ces derniers, voir notamment Veenhof 2008 et Michel 2008.
  • 21 Pour cette dernière question, voir par exemple Michel 1994 et 1998.

11De plus, très peu de textes relatent des funérailles ou avec des données assez limitées, comme je l’ai déjà mentionné : il s’agit principalement du šalliš waštaiš, texte relatant les funérailles des rois hittites et de leurs familles proches (épouses et enfants), et de très rares textes paléo-assyriens20. Les autres textes où il est fait mention d’un décès abordent plutôt les questions relatives aux problèmes financiers qu’entraîne la mort des marchands assyriens21, aux morts qui reviennent hanter les vivants ou aux institutions chargées du culte funéraire du roi hittite et de sa famille.

  • 22 M. Kapełuś 2007, 222-223 mentionne “la colère de Šuppiluliuma défunt”, privé de vin depuis 2 ans (C (...)
  • 23 Ces institutions bénéficient de personnel et d’une certaine puissance économique. De nombreux artic (...)

12Dans le deuxième cas évoqué ci-dessus, on constate en effet que des textes rapportent les persécutions que les ‘âmes’ ou les ‘esprits’ non satisfaits font subir aux vivants, insatisfaction souvent due au fait que les rites funéraires - incluant principalement des dons d’offrandes alimentaires mais aussi la nécessité de prononcer le nom du défunt - ne sont pas ou ne sont plus effectués22. Il ne s’agit donc pas ici des funérailles mais des rites commémoratifs exécutés par la suite. Il en va de même pour les différentes institutions hittites, citées dans les textes, comme “le bâtiment de pierre” (É.NA4), qui ont entre autres fonctions d’effectuer des offrandes commémoratives régulières pour le roi défunt et sa famille proche23.

3. La période des comptoirs assyriens de Cappadoce

13La période des comptoirs assyriens de Cappadoce (ou période des kārū) étant la mieux représentée, j’ai choisi de me concentrer sur les vestiges de cette période. Les différents types de tombes identifiés ayant déjà été détaillés, je m’arrêterai sur deux aspects principaux : le matériel découvert à l’intérieur des sépultures et l’emplacement de ces tombes.

  • 24 Kt 92/k 223, l. 1-4, cf. Michel 2008, 187.
  • 25 Michel 2008, 188. Voir aussi pour le lien entre une famille, y compris les ancêtres, et une maison (...)

14Mais avant cela, on peut préciser que, outre les vestiges archéologiques, la pratique des tombes intra-muros est également attestée dans les textes paléo-assyriens : “La maison de Kaniš, la maison de Hinnaya où Ilī-bāni est enterré (litt. couché)”24 en est un exemple. Le terme eemmu, sorte de ‘fantôme’, ‘âme’ ou ‘esprit’ du défunt, apparaît également dans certaines expressions le reliant directement à la maison : “les esprits de nos ancêtres” ou “les esprits de la maison de notre père/de nos ancêtres”25.

3.1. Les dépôts funéraires

15Le matériel découvert dans les tombes anatoliennes est le plus souvent assez peu abondant, peu spectaculaire et assez uniforme, exception faite de certaines tombes à ciste de Kültepe qui ont livré un matériel plus varié et plus riche. La raison, pour certains, en serait la richesse de la ville à cette époque, richesse qui proviendrait du commerce.

  • 26 Bachelot 2009, 476.

16En l’absence de données plus nombreuses, il faut tout de même rester prudent et rappeler qu’il est souvent difficile de lier matériel et richesse26.

17Tous les dépôts funéraires ne pourront être énumérés ici car on y retrouve tous les types d’objets possibles : poteries, vaisselle métallique, armes, statuettes de dieux protecteurs, parures, etc. ; seules quelques grandes catégories ont donc été prises en compte.

3.1.1. Contenants

  • 27 Pour une première présentation voir Patrier à paraître (b). Une synthèse plus globale est à venir.

18Le dépôt le plus courant consiste en un ou plusieurs contenants en céramique. Je ne détaillerai pas ici cette catégorie que j’ai déjà étudiée ailleurs27.

  • 28 Voir par exemple Emre 2008.
  • 29 Özgüç 1986, 73.

19On peut tout de même préciser qu’il s’agit le plus souvent de céramique commune, interprétée comme ayant servi à contenir des aliments solides ou liquides, quel que soit le contexte de déposition. Elles pouvaient également servir à contenir des objets. À Kültepe, les formes et la qualité de ces céramiques sont plus variées. De plus, sur ce site, apparaît aussi de la vaisselle métallique28 : bol, poêle, marmite, gobelet, situle, vase, etc. Certains de ces contenants ont des poignées anthropomorphes. Ils sont principalement en cuivre ou en bronze mais quelques objets en plomb ont également été découverts29.

3.1.2. Objets de parure

20Les objets de parure sont aussi très répandus, notamment les épingles, les anneaux métalliques et les perles de nature variée formant colliers ou bracelets.

  • 30 On renverra notamment à Kültepe. Cf. par exemple Özgüç 1986, 34.
  • 31 CCT 5 9b, l. 16 et 26-28, cf. Michel 2008, 182. Voir aussi Veenhof 2008, 101.

21Là encore, le site de Kültepe a livré une plus grande variété d’objets, comme des bagues, des boucles d’oreilles ou des boucles de ceinture. Quelques sceaux ont également été mis au jour mais cela est beaucoup plus rare30. En effet, ces objets étaient le plus souvent récupérés. Un texte atteste d’ailleurs cette pratique ; ainsi le marchand Hamištanani, “ ‘à l’article de la mort... libéra le sceau de sa ceinture’ pour le remettre à un collègue”31.

  • 32 Pour plus de détails, cf. Özgüç 1986, 24-25.
  • 33 Cf. Calmeyer 1977 et Harper et al. 1995, 44-64.
  • 34 Pour plus d’informations, cf. Lazzarini 2011, 268 et 271-273.

22Des diadèmes en or, en argent ou plus rarement en électrum, ont aussi été trouvés dans des tombes en ciste des niveaux II, Ib et la du kārum de Kültepe. Ils sont de différents types : simples ou agrémentés d’une décoration au repoussé32. Certains sont similaires à ceux exhumés dans une tombe d’un marchand à Aššur (tombe n° 20)33. D’autres parallèles existent dans les tombes plus anciennes d’Arslantepe ou d’Ur (IIIe millénaire aC) par exemple34.

  • 35 Mais, il semble que bien peu ont été découvertes en place. Le fouilleur envisage d’ailleurs dans ce (...)
  • 36 Cela pourrait peut-être venir d’un problème de conservation de ce matériau.
  • 37 Cf. Kulakoğlu/Kangal 2010, 300-303, n° 319-328 et Özgüç 1986, 28.
  • 38 Cf. Özgüç 1986, 25 et 2003, 255 et Michel 2008, 186 et 2010, 7.
  • 39 Lazzarini 2011, 268.
  • 40 Kassian et al. 2002, 23-24, le 2e jour.

23Enfin, certaines tombes de Kültepe ont livré des feuilles d’or déposées sur le crâne des squelettes, à l’emplacement de la bouche et des yeux. Elles sont de forme allongée ou circulaire et peuvent être perforées à leurs extrémités35. Les feuilles circulaires sont en bronze ou en électrum, très rarement en argent36. Cet ensemble pouvait être accompagné d’un diadème et d’une sorte de ‘chapeau’, à l’extrémité pointue, dont les quelques exemplaires connus sont en or37. Jusqu’ici les chercheurs se sont peu intéressés à cette pratique particulière et aucune explication n’a véritablement été avancée quant à la signification exacte de ces objets. Selon T. Özgüç et C. Michel, ces pratiques pourraient témoigner de croyances mésopotamiennes38. Cette hypothèse semble s’appuyer sur des bandeaux parallèles découverts dans les tombes royales d’Ur de la fin du IIIe millénaire aC39. Or il semble qu’aucun de ces bandeaux n’a été découvert dans la même position. Il semble plus probablement y avoir une confusion avec les diadèmes, confusion bien compréhensible puisqu’il est fort difficile de différencier ces objets si ce n’est parfois par leur longueur et que ceux-ci sont rarement découverts in situ. Par ailleurs, les plaques circulaires positionnées sur les yeux n’ont, à ma connaissance, aucun parallèle sur d’autres sites pour cette période. En revanche, il me semble important de noter que cette pratique apparaît dans le rituel des funérailles royales hittites, le šalliš waštaiš, où des feuilles d’or sont placées sur les yeux et la bouche du roi ou de la reine avant que leur corps ne soient brûlés40.

  • 41 Michel 2008, 186.
  • 42 Pour l’époque byzantine, cf. Moulet 2006, 109.

24L’interprétation de ces objets demeure donc délicate. Il ne s’agit pas de ‘masques funéraires’ au sens propre du terme puisqu’ils ne représentent pas le visage du défunt, masques bien connus par ailleurs dans d’autres civilisations (comme en Égypte ou à Mycènes par exemple). Avaient-ils pour but de dissimuler le visage ? de le soustraire à la vue ? ou au contraire de clore les orifices sur lesquels ils étaient posés ? Pouvaient-ils être conçus comme des offrandes à une ou des divinités ? Selon C. Michel, il pourrait peut-être s’agir, pour les yeux, de rites en lien avec la déploration et pour la bouche “d’éviter [à la fois] que l’esprit du mort ne sorte par cet orifice et que les démons y pénètrent”41. S’il est vrai que ces hypothèses sont vraisemblables et connues pour d’autres civilisations, il faut aussi évoquer la possibilité d’un rite de séparation42.

25Faute de parallèle ou de texte fournissant la clé de l’énigme, il semble que la plus grande prudence s’impose encore face à cette pratique isolée pour la période des kārū et une étude serait à entreprendre pour tenter d’en comprendre le sens exact.

3.1.3. Figurines et amulettes

  • 43 Özgüç 2003, 233.

26Des figurines, notamment en forme d’animaux mais aussi de divinités, apparaissent également dans ces tombes43. Elles peuvent être en métal ou en terre.

3.1.4. Armes

  • 44 Emre 1991, 6.
  • 45 Özgüç 2003, 246-250.
  • 46 Özgüç 1986, 74-75.
  • 47 Emre 1978, 134.

27Un point intéressant à noter est l’absence d’armes dans un grand nombre de tombes intra-muros, notamment à Alişar Höyük, mais aussi dans de nombreux cimetières extra-muros comme Ilıca, Gordion, Osmankayası et Yanarlar44. En revanche, les tombes d’Acemhöyük et de Kültepe en ont livré un certain nombre45. Les haches sont les plus courantes mais on trouve aussi des pointes de flèches ou des dagues. Des fourches, qui ont été considérées comme des armes par T. Özgüç46, apparaissent également. Une différenciation apparaît donc entre les sites à tombes avec ou sans armes. Selon K. Emre, l’absence d’armes dans un grand nombre de sites à tombes renverrait à une “attitude religieuse commune”47, mais nous n’en avons aucune preuve pour le moment.

3.1.5. Instruments de musique

  • 48 Özgüç 1986, 74.
  • 49 Özgüç 1986, 71.

28Plusieurs instruments de musique ont été découverts dans les tombes de Kültepe, notamment des cymbales48. On peut également évoquer les pièces de mobilier en os découvertes dans deux tombes en ciste du niveau II de Kültepe, placées à hauteur des hanches du défunt. Il s’agirait de sorte de cadre. On ne connaît ni le but ni la fonction de ces objets ; T. Özgüç envisageait qu’ils aient pu appartenir à des instruments de musique mais aussi à un meuble49.

3.2. L’emplacement des tombes

  • 50 Michel 2008, 183.
  • 51 Michel 2008, 183.

29Si la mort d’un marchand est fréquemment évoquée dans les textes paléo-assyriens, ceux-ci n’ont livré que peu d’informations au sujet des funérailles. Il y est plutôt question de problèmes de succession privée ou liés aux affaires des marchands, voire du coût des funérailles mais leur déroulement n’est pas nécessairement décrit de manière explicite (cf. ci-dessus). En revanche, ils fournissent des informations indirectes mentionnant le creusement de la tombe, le prix des pierres pour les cistes ou la cérémonie d’inhumation, avec “des dépenses pour la ‘déploration’, bikītum, du défunt et pour l’achat de nourriture consommée dans le cadre de la cérémonie mortuaire”50. On apprend également que des objets ont pu être confectionnés à cette occasion. D’après C. Michel, “les prix élevés parfois versés pour la ‘tombe’ indiquent que ce mot peut recouvrir plus largement tout ce qui a trait à l’enterrement d’une personne, creusement de la tombe et cérémonie d’inhumation”51. Il semble que les informations fournies par la documentation paléo-assyrienne soient assez proches de celles de la période paléo-babylonienne.

30Les tombes intra-muros apparaissent le plus souvent directement sous les habitations mais il ne m’est pas encore possible de déterminer si les enterrements ont été effectués sous une pièce particulière de la maison ou non (à l’exception de Kültepe et peut-être d’Alişar Höyük, cf. ci-dessous).

3.2.1. Deux cas problématiques

31Deux interprétations de tombes intra-muros relevées dans des publications au cours de mes recherches m’ont paru sujettes à caution. Je les livre donc ici pour les discuter rapidement.

  • 52 Bâtiment parfois dit bâtiment 1/IVd, situé en y-aa/16-18.
  • 53 Neve 1996, 105 : “Most noteworthy, are the burials of two children found under the hearth in the co (...)
  • 54 Neve 1996, 104 : “(...) built partially over the cellar (1, 2, 6 and 7)”.
  • 55 Neve 1996, 105.
  • 56 Voir également la contribution de T. McGeorge dans ce volume.

32Le premier cas concerne le quartier de Büyükkale à Boğazköy. Les tombes de deux enfants furent découvertes sous le foyer de la cour d’une maison d’un Anatolien ( ?), dans les fondations du premier état (niveau Va, daté du début du IIe millénaire aC)52. Selon P. Neve, ces inhumations pourraient être considérées comme des sacrifices dédicatoires53. Précisons que la maison était également dotée d’importantes zones de stockage, souvent qualifiées de ‘cellier’ par P. Neve54. D’un autre côté, le sous-sol se trouvant sous la pièce principale était rempli de céramiques, dont des rhytons et des vases en forme de tour, à fonction religieuse selon les fouilleurs. Au vu de ces informations, P. Neve pense pouvoir en déduire, pour les deux phases de ce bâtiment, qu’il ne s’agissait pas de demeures ordinaires mais de temples55, interprétation à prendre, me semble-t-il, avec précaution. En effet, comme on le constate dans cette étude, la pratique d’enterrer les défunts y compris des enfants sous les maisons est très courante à cette époque (cf. ci-dessus)56. De plus, des rhytons peuvent également être découverts en contexte domestique comme c’est le cas dans de nombreuses maisons du kārum Kaneš par exemple.

  • 57 Pour la présentation de l’ensemble du complexe, cf. Patrier 2011, vol. 2, 78-82.
  • 58 Ces deux hypothèses sont citées dans Gorny 1990, 195.
  • 59 Schmidt 1931, 74.
  • 60 Schmidt 1932, 91.
  • 61 Schmidt 1932, 82 et Gorny 1990, 196.

33Le deuxième cas concerne le bâtiment B du ‘complexe I de 1929, niveau 1’ d’Alişar Höyük (EE-HH 9-11)57. En effet, une des ‘maisons’ (le bâtiment B) de ce complexe, a été interprétée diversement, 16 tombes en jarre ayant été découvertes sous le sol de la pièce 9. Cette pièce aurait donc eu, pour R. Gorny, une fonction cultuelle. Pour J. Yakar, il s’agirait même d’un sanctuaire, un ‘autel’ et de possibles objets cultuels ayant été dégagés dans la pièce 758. L’‘autel’ est ailleurs interprété comme un simple foyer, sur lequel ont été trouvés un disque portant un ‘signe royal’, une tête d’oiseau en argile et une coupe zoomorphe (b1466). Le reste de ce bâtiment a livré des vestiges habituels pour une habitation : jarres de stockage, meules, fosses, etc. Dans la pièce 9 plus particulièrement, il semble que les fouilleurs aient donc dégagé non seulement un ‘foyer’ (9e) mais aussi un four circulaire (11c) et de la céramique. Ils l’ont de ce fait aussi interprété comme une ‘cuisine’. La pièce 11, quant à elle, serait une annexe de la salle mortuaire. Selon moi, l’identification de ce bâtiment comme un sanctuaire est à revoir et la première interprétation d’E. Schmidt me semble plus vraisemblable. En effet, selon ce dernier, on serait en présence des squelettes des anciens propriétaires, dans ce qui était sûrement une maison59. Mais, le fouilleur semble avoir changé d’avis en 1932 et envisage alors qu’il puisse s’agir d’un bâtiment cultuel60. Dans ces conditions, il imagine que les bâtiments A et B ne devaient former qu’une seule unité avec les zones de la vie domestique en A. Mais il me semble tout de même difficile de douter que ces bâtiments aient pu constituer autre chose qu’un quartier d’habitations tout ce qu’il y a de plus courant. En effet, comme nous le voyons ici, il était fréquent à l’époque paléo-assyrienne, comme au IIIe millénaire aC, d’enterrer les morts sous le sol des maisons, y compris à Alişar Höyük même qui en a livré d’autres attestations. De plus, ce secteur présente de nombreuses similitudes avec les quartiers d’habitation de Kültepe (il serait contemporain du niveau Ib61). Tout semble donc indiquer qu’il avait la même fonction.

3.2.2. Lien privilégié entre tombes et ’cuisine’ ?

  • 62 Emre 1991 et Öztan 1998, 167.
  • 63 Cf. ci-dessus, § ‘Deux cas problématiques’.
  • 64 Pour cette question, cf. Patrier 2009 et à paraître (b).

34Dans le kārum de Kültepe, les inhumations se font souvent, semble-t-il, sous la ‘cuisine’62. Cette pratique est également attestée à Alişar Höyük, notamment pour le bâtiment B du ‘complexe I de 1929, niveau 1’ vu ci-dessus63. Il est alors tentant de mettre en relation cette pratique avec l’alimentation des défunts, qu’on sait extrêmement importante64, bien que cela soit difficilement vérifiable.

3.2.3. Lien entre demeure et famille : gestion du patrimoine immobilier

  • 65 Bottéro 1980, 37.
  • 66 Michel 2008, 186.

35Après la mise en terre d’un défunt, “les survivants n’étaient pas quittes” pour autant comme le disait J. Bottéro65. Il fallait continuer à s’occuper de lui, principalement en le nourrissant mais aussi en prononçant son nom, sous peine de représailles de sa part. Le culte funéraire était en général assuré par le fils aîné qui recevait le plus souvent la plus grosse part de l’héritage chez les Assyriens, même si cela n’était pas toujours la règle66. En revanche, il semblerait que le partage ait été plus équitable chez les Anatoliens. Se pose alors la question de l’impact que la présence de tombes pouvait avoir sur la gestion du patrimoine immobilier des vivants.

  • 67 Emre 1991, 1-2 ; elle ne renvoie à aucune référence précise.
  • 68 Michel 2008, 189.
  • 69 Cf. sur cette question Durand 1989, Scurlock 1993 et, pour une synthèse récente faisant le point su (...)
  • 70 Bottéro 1980, 28. Il faut tout de même préciser que le texte auquel renvoie J. Bottéro (« OIP 2 : p (...)
  • 71 On ignore ce qui advenait réellement de la dépouille des marchands. Cf. ci-dessous § Questions ouve (...)
  • 72 C. Michel (2008, 189) fait ici référence au texte TPAK 1, 46, l. 18-19.

36Selon K. Emre la documentation écrite de la période paléo-assyrienne montre qu’une partie ou l’ensemble de la maison pouvait être abandonné(e) après le décès du maître de maison sans que l’on en connaisse la raison et les fouilles permettraient de vérifier cette pratique67. Cette remarque semble en contradiction, en partie au moins, avec la nécessité de commémorer le mort mais aussi avec la documentation assyrienne et les interprétations de différents chercheurs. En effet, comme on l’a vu, on relève une association fréquente entre maison et ancêtre. Ainsi, pour C. Michel, les tombes intra-muros facilitaient la pratique du culte des morts mais “cette coutume était également source d’astreinte, dans la mesure où il devenait difficile de se séparer de la maison familiale, sous le sol de laquelle reposaient les ancêtres”68. On peut évoquer le cas d’Emar où un dernier rituel devait être pratiqué en l’honneur des ancêtres défunts lors de la vente d’une habitation, avec la nécessité de “rompre le pain-hukku” mais cela reste sujet à discussion69. On répugnait surtout à se séparer de la demeure paternelle et, si l’on reprend également J. Bottéro : “si l’on s’expatriait, pour garder avec soi ses ancêtres, on emportait leurs restes”70. Dans les faits, il s’avère que l’on n’allait probablement pas jusque-là pour les simples particuliers à la période paléo-assyrienne qui nous intéresse ici71, ce que montrent différents textes comme celui où un marchand ayant tout perdu à cause de dettes accuse ses frères “de ne pas avoir envoyé d’argent pour payer leur part de la maison paternelle et ainsi l’aider à ‘sauver les esprits de leurs ancêtres’”72.

  • 73 Michel 2008, 189. Voir aussi Veenhof 1999, 599-609, § 1.
  • 74 Pour une étude sur la vente ou l’achat de demeures à Aššur, cf. dernièrement Veenhof 2011. Il ne s’ (...)

37C. Michel souligne que “cette situation est suffisamment fréquente [à Aššur] pour qu’une loi ou un décret permette au débiteur de racheter le bien familial pour la moitié de son prix de vente et ainsi récupérer, outre la maison paternelle, le tombeau des ancêtres”73. On pourrait alors supposer des statuts différents entre les ‘maisons du père’ ou ‘des ancêtres’ sous lesquelles étaient enterrés des défunts de la famille et celles sous lesquelles aucune tombe n’avait été installée, maisons qui n’étaient peut-être alors pas considérées comme ‘maisons du père’74. Il serait intéressant de pouvoir approfondir la question.

4. Questions ouvertes

  • 75 Je rappelle également qu’il s’agit ici d’une étude en cours.

38Outre les interrogations déjà émises, certains aspects en lien plus ou moins direct avec l’analyse des tombes intra-muros doivent être gardés à l’esprit. Quelques-uns sont regroupés ici sous forme de questions, n’ayant pour le moment pas de réponses précises à apporter pour le IIe millénaire aC anatolien, faute souvent de documentation suffisante75. La plupart de ces interrogations vise à expliciter les raisons des inhumations intra-muros mais aussi celles pour lesquelles si peu de personnes, par rapport à la population globale, ont été ensevelies intra-muros.

39Qui était réellement enterré sous les maisons ? Au vu du nombre de tombes, tous les membres de la famille n’avaient pas cette chance. Y avait-il une préférence, liée à une question de statut ? Pouvait-il s’agir d’un ancêtre illustre ou plus simplement du maître de maison ? On a vu en effet que les enfants n’étaient pas les seuls à être enterrés sous les maisons à cette période. Où étaient enterrés les autres ?

  • 76 Salles 1995.

40De plus, l’espace était relativement limité sous les maisons et toutes les maisons ne possèdent pas de tombes. Est-ce une explication au faible nombre d’ensevelissements intra-muros ? Les tombes étaient-elles construites en même temps que les habitations ? Comment y accédait-on ? Une deuxième porte d’entrée à la demeure a pu être considérée, à Ougarit, comme donnant accès à une zone de tombe (ce qui serait très pratique si l’on a vendu la maison ou si un caveau servait à une famille étendue). Cela implique une possibilité d’accès répété, privé ou peut-être plus élargi, comme c’est le cas à Ougarit76, mais cela ne semble pas être envisageable pour le domaine qui nous occupe ici au vu du type de tombes mis au jour (aucune véritable chambre funéraire n’a, à ma connaissance, été dégagée jusqu’ici). Se pose aussi la question de la fonction de la ou des pièces de la maison en lien avec ces tombes. Celles-ci étaient-elles toujours creusées dans la même zone de la maison ? Valait-il mieux les regrouper pour faciliter l’exécution du culte funéraire ? Une pièce pouvait-elle toujours être consacrée uniquement à cet usage ?

  • 77 On connaît relativement mal la vision que les Anatoliens avaient de l’Au-delà (cf. Lebrun 1983). Po (...)

41Le lieu du repos final mais aussi les types de dépôts funéraires posent la question de la vision de l’Au-delà. Est-il le reflet, la transposition du monde des vivants ? On sait en tout cas que les morts continuent à faire partie de la famille et cela pourrait expliquer qu’au moins certains d’entre eux aient été enterrés sous les maisons77.

42Dans le cas particulier de la période paléoassyrienne, se pose aussi le problème de savoir si les Assyriens étaient bien enterrés en Anatolie ou si leurs corps pouvaient être rapatriés à Aššur.

  • 78 Michel 2009, 29.
  • 79 Veenhof 2011, 212 : “The number of legal documents dealing with houses and family matters is howeve (...)

43On ignore par exemple où ceux-ci désiraient être enterrés. On sait seulement que “après plusieurs années d’intenses activités commerciales en Asie Mineure, plusieurs marchands décident de rentrer à Aššur. Ces retours sont parfois motivés par la disparition de la génération précédente et la nécessité de prendre la succession à Aššur”78. Il est plus vraisemblable que la ‘maison du père’ s’y soit également trouvée tout comme les documents légaux concernant les maisons d’Aššur79. Ainsi pourrait-on envisager que les Assyriens étaient enterrés en Anatolie uniquement en cas de mort accidentelle ou violente et/ou lorsque le rapatriement n’était pas possible ? Faut-il alors penser que seuls des Anatoliens étaient enterrés sous les demeures de Kültepe ? Une étude conjointe associant archéologie et épigraphie permettrait peut-être de répondre à cette question.

Conclusion

44Un rapide panorama des problématiques touchant aux tombes intra-muros en Anatolie au IIe millénaire aC a pu être dressé. Ces tombes présentent globalement les mêmes caractéristiques que celles des cimetières extra-muros, à l’exception de Kültepe qui a livré un matériel funéraire plus varié et en plus grande quantité. La pratique des tombes intra-muros semble relativement limitée comparativement à la population globale mais les études sont encore rares sur ce sujet. D’autre part, en l’absence d’analyse anthropologique systématique, il est malaisé d’envisager une organisation spécifique dans les pratiques funéraires, qu’il s’agisse du lien potentiel entre type de tombe et âge, sexe ou statut du défunt ou encore entre type de matériel et défunt.

45De nombreux problèmes subsistent donc.

46On est pour le moment dans l’incapacité de reconstituer l’ensemble des rites et croyances de l’époque, faute d’uniformité dans les pratiques, et encore moins de les attribuer à l’une ou l’autre des populations présentes. La plus grande prudence s’impose donc quant aux conclusions que l’on pourrait tirer mais il est à espérer que la poursuite de ces recherches permettra d’éclairer certains points des pratiques funéraires en vigueur au IIe millénaire aC en Anatolie centrale.

Bibliographie

Akyurt, İ.M., M.Ö. 2 binde Anadolu’da ölü Gömme Adetleri/Bestattungssitten Anatoliens im zweiten vorchristlichen Jahrtausend (Zusammenfassung) [TTKY VI-49], Ankara, 1998.

Alster, B. (éd.), Death in Mesopotamia, XXVIe Rencontre assyriologique internationale [Mesopotamia 8], Copenhague, 1980.

Bachelot, L., “Le matériel funéraire lié à l’alimentation (des morts ?)”, in C. Michel (éd.), Thème 9 : L’alimentation dans l’Orient ancien, de la production à la consommation, [Cahiers des thèmes transversaux d’ArScAn IX, 2007/2008], Nanterre, 2009, 475-483.

Bottéro, J., “La mythologie de la mort en Mésopotamie ancienne”, in B. Alster (éd.), Death in Mesopotamia, XXVIe Rencontre assyriologique internationale [Mesopotamia 8], Copenhague, 1980, 25-52.

Calmeyer, P., “Das Grab eines altassyrischen Kaufmanns”, Iraq 39/1, 1977, 87-97. DOI : 10.2307/4200054.

Campbell, S. / Green, A. (éds.), The Archaeology of Death in the Ancient Near East [Oxbow Monograph 51], Oxford, 1995.

Christmann-Franck, L., “Le rituel des funérailles royales hittites”, RHA XXIX, 1971, 61-111.

Da Silva, A., “Offrandes alimentaires aux morts en Mésopotamie”, Religiologiques 17, 1998, 9-17. URL : http://www.religiologiques.uqam.ca/17web/17dasilva.html.

Deliyannis, Y., “Les pratiques funéraires en Anatolie durant la 1ère moitié du IIe millénaire avant notre ère”, Haluka. Histoire et Archéologie du monde hittite 2, 1997, 4-11. URL : http://y.deliyannis.free.fr/hatti/articles.php?id=hlk_2_2.

Del Monte, G., “La fame dei morti”, AION 35/3, 1975, 319-346.

Durand, J.-M., “Tombes familiales et culte des Ancêtres à Emâr”, N.A.B.U. 1989/4, 85-88.

Emre, K., Yanarlar. Afyon Yöresinde bir Hitit Mezarlığı/A Hittite Cemetery near Afyon [TTKY VI-22], Ankara, 1978.

Emre, K., “Cemeteries of Second Millenium B.C. in Central Anatolia”, in H.I.H.P. T. Mikasa (éd.), Essays on Ancient Anatolia and Syrian Studies in the 2nd and 1st Millennium B.C. [BMECCJ IV], Wiesbaden, 1991, 1-15.

Emre, K., “A Group of Metal Vessels from Kārum Kültepe/ Kaneš”, in C. Michel (éd.), Old Assyrian Studies in Memory of Paul Garelli [OAAS 4, PIHANS 112], Leyde, 2008, 3-12.

Gonnet, H., “Analyse étiologique du mythe de Telibinu, dieu fondateur hittite”, Anatolica XXVII, 2001, 145-157. DOI : 10.2143/ANA.27.0.2015505.

Gorny, R.L., Alişar Höyük in the Second Millennium B.C., thèse inédite, Chicago, 1990.

Haas, V., “Death and the Afterlife in Hittite Thought”, in J.M. Sasson (éd.), Civilizations of the Ancient Near East, Peabody (Mass.), 2000 (1ère éd. 1995), 2021-2030.

Haller, A., Die Gräber und Grüfte in Assur [WVDOG 65], Berlin, 1954.

Harper, P. / Klengel-Brandt, E. / Aruz, J. / Benzel, K. (éds.), Discoveries on the Tigris Assyrian Origins. Antiquities in the Vorderasiatisches Museum, Berlin / New York, 1995.

Hawkins, J.D., “Late Hittite Funerary Monuments”, in B. Alster (éd.), Death in Mesopotamia, XXVIe Rencontre assyriologique internationale [Mesopotamia 8], Copenhague, 1980, 213-225.

Hawkins, J.D., “More Late Hittite Funerary Monuments”, in K. Emre / B. Hrouda / M.J. Mellink / N. Özgüç (éds.), Tahsin Özgüç’e Armağan/Anatolia and the Ancient Near East. Studies in Honor of Tahsin Özgüç, Ankara, 1989, 189-197.

Hockmann, D., Gräber und Grüfte in Assur I. Von der zweiten Hälfte des 3. bis zur Mitte des 2. Jahrtausends v. Chr. [WVDOG 129], Wiesbaden, 2010.

Hout, Th.J.P. (van den), “Death as Privilege. The Hittite Royal Funerary Ritual”, in J.M. Bremer / Th.J.P. van den Hout / R. Peters (éds.), Hidden Futures. Death and Immortality in Ancient Egypt, Anatolia, the Classical, Biblical and Arabic-Islamic World, Amsterdam, 1994, 37-75. URL : https://www.academia.edu/17308634/_Death_as_a_Privilege._The_Hittite_Royal_Funerary_Ritual_.

Hout, Th.J.P. (van den), “An Image of the Dead ? Some Remarks on the Second Day of the Hittite Royal Funerary Ritual”, in O. Carruba / M. Giorgieri / Cl. Mora (éds.), Atti del II Congresso Internazionale di Hittitologia [Studia Mediterranea 9], Pavie, 1995, 195-211.

Hout, Th.J.P. (van den), “Tombs and Memorials : The (Divine) Stone-House and Ḫegur Reconsidered”, in K.A. Yener / H.A. Hoffner Jr. (éds.), Recent Developments in Hittite Archaeology and History. Papers in Memory of Hans G. Güterbock, Winona Lake, 2002, 73-91.

Joannès, Fr., “La conception assyro-babylonienne de l’au-delà”, Ktèma 30, 2005, 75-86.

Kapełuś, M., “La ‘maison (le palais) des ancêtres’ et les tombeaux des rois hittites”, RANT IV, 2007, 221-230.

Kapełuś, M., “Some Remarks on Hittite Royal Funerary Ritual sallis wastais (Texts from Building A on Büyükkale)”, in A. Archi / R. Francia (éds.), VI Congresso Internazionale di Ittitologia Roma, 5-9 Settembre 2005, Parte II [SMEA L], Rome, 2008, 449-456. URL : http://smea.isma.cnr.it/wp-content/uploads/2016/02/Kapelus_Some-remarks-on-Hittite-Royal-Funerary-Ritual-sallis-wastais.pdf.

Kassian, A. / Korolev, A. / Sidel’tsev, A., Hittite Funerary Ritual sallis wastais [AOAT 288], Münster, 2002.

Katz, D., The Image of the Netherworld in the Sumerian Sources, Bethesda, 2003.

Korfmann, M., “Demircihüyük, eine Vorgeschichtliche Siedlung an der Phrygisch - Bithynischen Grenze. Vorbericht über die Ergebnisse der Grabung von 1975”, IstMitt 27/28, 1977-1978, 5-59.

Kulakoğlu, F. / Kangal, S. (éds.), Anatolia’s Prologue, Kültepe Kanesh Karum, Assyrians in Istanbul, Istanbul, 2010.

Kull, B., Demircihüyük, die Ergebnisse des Ausgrabungen 1975-1978. Band V : Die Mittelbronzezeitliche Siedlung, Mayence, 1988.

Kull, B., “Middle Bronze Age Occupation at Demircihüyük”, in H. Erkanal / V. Donbaz / A. Uğuroğlu (éds.), XXXIVème Rencontre Assyriologique International/XXXIV. Uluslarası Assiriyoloji Kongresi, 6-10/VII/1987 -İstanbul [TTKY XXVI-3], Ankara, 1998, 285-289.

Laneri, N. (éd.), Performing Death. Social Analyses of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean [OIS 3], Chicago, 2008 (1re éd. 2007). URL : https://oi.uchicago.edu/sites/oi.uchicago.edu/files/uploads/shared/docs/ois3.pdf.

Lazzarini, C., Les tombes royales et les tombes de prestige en Mésopotamie et en Syrie du Nord au Bronze Ancien, thèse inédite, Lyon, 2011.

Lebrun, R., “Au-delà et survie chez les Hittites”, in A. Théodoridès / P. Naster/ J. Ries (éds.), Vie et survie dans les civilisations orientales [Acta Orientalia Belgica III], Louvain.

Mansfeld, G., “Die Königsgräber von Alaca Höyük und ihre Beziehungen nach Kaukasien”, AMI 33, 2001, 19-61.

Michel, C., “Une maison sous scellés dans le kârum”, in D. Charpin / J.-M. Durand (éds.), Recueil d’études à la mémoire de Maurice Birot, [FM II, Mémoires de N.A.B.U. 3], Paris, 1994, 285-290.

Michel, C., “Les suites de la mort d’un tamkāru en Anatolie”, in H. Erkanal / V. Donbaz / A. Uğuroğlu (éds.), XXXIVème Rencontre Assyriologique Internationale/XXXIV. Uluslararası Assiriyoloji Kongresi, 6-10/VII/1987 - İstanbul [TTKY XXVI-3], Ankara, 1998, 457-465.

Michel, C., “Les Assyriens et les esprits de leurs morts”, in C. Michel (éd.), Old Assyrian Studies in Memory of Paul Garelli [OAAS 4, PIHANS 112], Leyde, 2008, 181-197.

Michel, C., “Femmes et Ancêtres : le cas des femmes d’Assur”, in Fr. Briquel-Chatonnet / S. Farès / Br. Lion / C. Michel (éds.), Femmes, cultures et sociétés dans les civilisations méditerranéennes et proche-orientales de l’Antiquité [Topoi Suppl. X], Lyon, 2009, 27-39. Url : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644206.

Michel, C., “Les comptoirs de commerce assyriens en Anatolie : emprunts réciproques et acculturation”, in P. Rouillard (éd.), Portraits de migrants, portraits de colons II [Colloques de la Maison René-Ginouvès 6], Paris, 2010, 1-12. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00518281/.

Moulet, B., “Aux grands hommes, la cité reconnaissante. Saints évêques byzantins, rituels funéraires et lien à la cité dans quelques hagiographies épiscopales des VIII e-Xe siècles”, Hypothèses 2006/1, 103-112.

Mouton, A., Rêves hittites. Contribution à une histoire et une anthropologie du rêve en Anatolie ancienne [CHANE 28], Boston / Leyde, 2007.

Muscarella, O. W., “The Central Anatolian Plateau : The Tombs of Alaca Höyük”, in J. Aruz (éd.), Art of the First Cities. The Third Millenium B.C. from the Mediterranean to the Indus, New York, 2003, 277-288.

Neve, P., Büyükkale, Die Bauwerke : Grabungen 1954-1966 [Boğazköy-Ḫattuša XII], Berlin, 1982.

Neve, P., “Hitit Krallığı’nın Başkenti Ḫattuša’da Konut/ Housing in Ḫattuša, the Capital of the Hittite Kingdom”, in Y. Sey (éd.), Tarihten günümüze Anadolu’da konut ve yerleşme/Housing and Settlement in Anatolia : a Historical Perspective, Istanbul, 99-115.

Orthmann, W., “Grab (III. Kleinasien) “, RIA 3, 1957-1971, 603-605.

Özgüç, T., Die Bestattungsbraeuche im vorgeschichtlichen Anatolien [Veroeffentlichungen der Universitaet von Ankara 14], Ankara, 1948.

Özgüç, T., Kültepe-Kaniş II : Eski Yakındoğu’nun Ticaret Merkezinde Yeni Araştırmalar/New Researches at the Trading Center of the Ancient Near East [TTKY V-41], Ankara, 1986.

Özgüç, T., Kültepe Kaniš/Neša : The Earliest International Trade Center and the Oldest Capital City of the Hittites, Tokyo, 2003.

Öztan, A., “Preliminary Report on the Arıbaş Cemetery at Acemhöyük”, in H.I.H.P. T. Mikasa (éd.), Essays on Ancient Anatolia in the Second Millennium B.C. [BMECCJ X], Wiesbaden, 1998, 167-181.

Parzinger, H. / Sanz, R., Die Oberstadt von Ḫattuša. Hethitische Keramik aus dem Zentralen Tempelviertel. Funde aus den Grabungen 1982-1987 [Boğazköy-Ḫattuša XV], Berlin, 1992.

Patrier, J., “L’alimentation des morts en Anatolie au IIe millénaire av. J.-C. : une étude préliminaire”, in C. Michel (éd.), Thème 9 : L’alimentation dans l’Orient ancien, de la production à la consommation, [Cahiers des thèmes transversaux d’ArScAn IX, 2007/2008], Nanterre, 2009, 485-493. URL : https://www.academia.edu/5798086/L_alimentation_des_morts_en_Anatolie_au_IIe_mill %C3 %A9naire_av._J.-C._une_ %C3 %A9tude_pr %C3 %A9liminaire.

Patrier, J., Conservation et stockage des denrées alimentaires en Anatolie centrale au IIe millénaire av. J.-C., thèse inédite, Strasbourg / Venise, 2011.

Patrier, J., “Recherches sur l’Anatolie centrale au IIe millénaire av. J.-C. Réflexions autour de la création d’un atlas”, in H. Bru / G. Labarre (éds.), Actes du colloque international Atlas historique et archéologique de l’Asie Mineure antique, Université de Franche-Comté / Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, Besançon (France), 26-27 novembre 2010, Besançon, à paraître. URL : https://www.academia.edu/6012578/Recherches_sur_l_Anatolie_centrale_au_IIe_mille_naire_avant_J.-C._Re_flexions_autour_de_la_cre_ation_d_un_atlas.

Patrier, J., “Food Offerings in the Tombs of Central Anatolia in the 2nd millennium BC”, in P. Pfälzner / E. Pernicka / H. Niehr (éds.), Proceedings of the International Symposium ‘Grave Inventories and their (Inter)regional context. An Interdisciplinary Approach’, Tübingen, 25th - 27th November 2010 [Contributions to the Archaeology of Egypt and the Levant], Vienne, à paraître. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-01213067.

Pfälzner, P. (éd.), Interdisziplinäre Studien zur Königsgruft in Qatna [Qatna Studien 1], Wiesbaden, 2011.

Rutherford, I., “Achilles and the Sallis Wastais Ritual : Performing Death in Greece and Anatolia”, in N. Laneri (éd.), Performing Death. Social Analyses of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean [OIS 3], Chicago, 20082 (1re éd. 2007), 223-236.

Sagona, A. / Zimansky, P., Ancient Turkey, Londres / New York, 2009.

Salles, J.-F., “Rituel mortuaire et rituel social à Ras Shamra/Ougarit”, in S. Campbell / A. Green (éds.), The Archaeology of Death in the Ancient Near East [Oxbow Monograph 51], Oxford, 1995, 171-184.

Schmidt, E., Anatolia through the Ages : Discoveries at Alishar Mound, 1927-1929 [OIC 11], Chicago, 1931.

Schmidt, E., The Alishar Hüyük. Seasons of 1928 and 1929. Part I [Researches in Anatolia IV, OIP 19], Chicago, 1932.

Schmidt, Br.B., Israel’s Beneficient Dead. Ancestor Cult and Necromancy in Ancient Israelite Religion and Tradition, Winona Lake, 1996 (1re éd. 1994).

Scurlock, J., “Once more ku-bu-ru”, N.A.B.U. 1993/1, 15-18.

Stech Wheeler, T., “Early Bronze Age Burial Customs in Western Anatolia”, AJA 78/4, 1974, 415-425. DOI : 10.2307/502755.

Testart, A., “Le texte hittite des funérailles royales au risque du comparatisme”, Ktèma 30, 2005, 29-36.

Tschora, N., “Les rites funéraires d’Alaca Hüyük au Bronze ancien. Étude comparative”, in O. Pelon (éd.), Studia Aegeo-Anatolica [TMO 39], Lyon, 2004, 187-222. URL : http://www.persee.fr/doc/mom_1955-4982_2004_mel_39_1_2331.

Van Gennep, A., Les rites de passage, Paris, 1981 (1ère éd. 1909).

Veenhof, Kl.R., “Redemption of Houses in Aššur and Sippar”, in B. Böck / E. Cancik-Kirschbaum / Th. Richter (éds.), Munuscula Mesopotamica. Festschrift für Johannes Renger [AOAT 267], Münster, 1999, 599-616.

Veenhof, Kl.R., “The Death and Burial of Ishtar-lamassi in Karum Kanish”, in R.J. van der Spek (éd.), Studies in Ancient Near Eastern World View and Society presented to Marten Stol on the Occasion of his 65th Birthday, 10 November 2005, and his retirement from the Vrije Universiteit Amsterdam, Bethesda, 2008, 97-119.

Veenhof, Kl. R., “Houses in the Ancient City of Aššur”, in B.S. Düring / A. Wossink / P.M.M.G. Akkermans (éds.), Correlates of Complexity. Essays in Archaeology and Assyriology dedicated to Diederik J.W. Meijer in Honour of his 65th Birthday [PIHANS 116], Leyde, 2011, 211-231.

Young, R., The Gordion Excavations Final Reports, vol. I : Three Great Early Tumuli [P, MM, W] [Museum Monographs 43], Philadelphie, 1981.

Webographie

Site internet de l’ANR ViGMA, dirigé par A. Mouton (CNRS) : http://vigma.misha.fr/accueil.htm.

La trépanation à Kültepe (consulté le 7 septembre 2012) : http://www.aina.org/ata/20111028204303.htm.

Annexes

Abréviations

AION Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli

AJA American Journal of Archaeology

AMI Archäologische Mitteilungen aus Iran

AOAT Alter Orient und Altes Testament

BMECCJ Bulletin of the Middle Eastern Culture Center in Japan

CHANE Culture and History of the Ancient Near East

FM Florilegium marianum

IstMitt Istanbuler Mitteilungen

N.A.B.U. Nouvelles assyriologiques brèves et utilitaires

OAAS Old Assyrian Archives, Studies

OIC Oriental Institute Communications

OIP Oriental Institute Publications

OIS Oriental Institute Seminars

PIHANS Publications de l’Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul RANT Res Antiquae

RHA Revue hittite et asianique

RlA Reallexikon der Assyriologie und vorderasiatischen Archäologie

SMEA Studi Micenei ed Egeo-Anatolici

TMO Travaux de la Maison de l’Orient

TTKY Türk Tarih Kurumu Yayınları(ndan)

WVDOG Wissenschaftliche Veröffentlichung der Deutschen Orient-Gesellschaft

Notes

1 Pour une discussion sur la détermination des limites de l’Anatolie centrale, voir Patrier à paraître (a) ou Patrier 2011, vol. 1, 26-27. Le IIe millénaire comprend la période des comptoirs assyriens de Cappadoce (premier quart du IIe millénaire environ) et la période hittite (à partir de 1650 aC environ) jusqu’à la chute de l’empire hittite aux alentours de 1200 aC. La chronologie utilisée ici est la chronologie dite “moyenne” qui place la chute de Babylone en 1595 aC.

2 Voir, par exemple, Alster 1980, Campbell/Green 1995, Katz 2003 ou Laneri 2008. Pour une synthèse générale sur les pratiques funéraires en Anatolie de l’Ouest au Bronze Ancien, voir Sagona/Zimansky 2009, 212-220 ou Stech Wheeler 1974. Cf. aussi Özgüç 1948.

3 Ce rituel a fait couler beaucoup d’encre, notamment parce qu’il présente d’importantes similitudes avec les funérailles de Patrocle relatées dans l’Iliade (chants XXIII et XXIV). Je ne renvoie ici qu’à quelques publications où il sera possible de retrouver l’ensemble de la bibliographie : Christmann-Franck 1971, Kapełuś 2008, Kassian et al. 2002, Rutherford 2008, Testart 2005 ou encore Hout 1995.

4 À l’exception d’une synthèse en turc (Akyurt 1998), deux articles plus généraux (Orthman 1957-1971 et Deliyannis 1997) peuvent être cités.

5 On pourra renvoyer a contrario à la publication récente des tombes royales de Qatna comme un bel exemple de publication interdisciplinaire (cf. Pfälzner 2011).

6 La terminologie serait probablement à affiner par l’usage de termes plus appropriés selon la localisation exacte des tombes mais, en l’absence de catalogue complet, cela dépasse les limites de cet article.

7 Il s’agit de : Acemhöyük, Alaca Höyük, Alişar Höyük, Boğazköy, Demircihöyük, Doğantepe, Karahöyük, Karaoğlan, Külhöyük, Kültepe, Maşat Höyük, Mercimektepe, Polatlıhöyük et Topaklı.

8 Il s’agit de : Arıbaş, Bağlarbaşıkayası, Büget, Çavlum, Dede Mezarı, Demircihöyük-Sarıket, Ferzant, Gordion, Ilıca, Kazankaya, Osmankayası et Yanarlar.

9 Les sites ayant livré des squelettes hors contexte de tombe ne sont pas pris en compte ici puisqu’ils ne permettent pas d’étudier les pratiques funéraires. Il en va de même des établissements spécifiques qui diffèrent des tombes par leur architecture, notamment Gâvur Kalesi et Yazılıkaya, supposés être, entre autres, des sépultures monumentales ou des lieux de commémoration royale hittites mais où aucun squelette n’a été mis au jour.

10 Une notice parue sur internet à la fin de l’année 2011 indique qu’un très important cimetière a été découvert dans la région de Kaneš en 2010 mais, à ma connaissance, aucune information supplémentaire n’a été publiée depuis (cf. http://www.aina.org/ ata/20111028204303.htm).

11 Voir par exemple Schmidt 1932, 182-190.

12 Pour Deliyannis 1997, 10, l’apparition de la crémation en Anatolie pourrait être le reflet “d’un changement radical dans les structures sociales des populations”.

13 La seule exception serait le cimetière d’Ilıca, mais il s’agit simplement de grandes dalles anépigraphes servant de marqueurs à plusieurs tombes à la fois.

14 Voir par exemple Schmidt 1932, 182-190.

15 Le dossier sera repris dans une prochaine étude menée dans le cadre de l’ANR ViGMA. Cf. Kull 1988, 218 (dans le résumé) et 18-21, figs. 21-24 et Kull 1998, 701. Cf. aussi Korfmann 1977-1978.

16 Contrairement à ce qui se passe au IIIe millénaire aC pour lequel des coutumes relativement homogènes semblent avoir été relevées. Cf. Stech Weehler 1974 et Sagona/Zimansky 2009, 213.

17 Pour le début du IIe millénaire anatolien, les différentes pratiques pourraient peut-être être décelées par des comparaisons avec les tombes découvertes à Aššur ; tombes publiées par Haller 1954 et Hockmann 2010.

18 Les tombes royales d’Alaca Höyük ont fait couler beaucoup d’encre. On renverra par exemple, parmi les publications les plus récentes, à Mansfeld 2001, Muscarella 2003 ou Tschora 2004.

19 Notamment avec la prétendue tombe du roi Midas (tumulus MM) : cf. par exemple Young 1981.

20 Pour ces derniers, voir notamment Veenhof 2008 et Michel 2008.

21 Pour cette dernière question, voir par exemple Michel 1994 et 1998.

22 M. Kapełuś 2007, 222-223 mentionne “la colère de Šuppiluliuma défunt”, privé de vin depuis 2 ans (CTH 572). Voir aussi Mouton 2007, 255, texte 93 (CTH 583), iv 36’-38’, au sujet d’un rêve de la reine hittite : “[Au su]jet (du) rêve, on a donné quarante-quatre sicles (d’)argent (et) quarante-quatre moutons pour la reine, cent quarante sicles (d’)argent (et) cent quarante-quatre moutons pour les âmes des morts lésées”. Cf. aussi, pour la documentation paléo-assyrienne, Michel 2008 et 2009. De manière plus générale, voir par exemple, pour la Mésopotamie, Da Silva 1998. On peut d’ailleurs effectuer un parallèle avec la colère montrée par les dieux lorsque ceux-ci ne sont plus honorés à leur juste valeur (Del Monte 1975). On ne citera ici qu’un seul exemple, à savoir le mythe du dieu Télépinu dans lequel le dieu décide de quitter sa ville pour punir les humains de leur négligence à son égard : voir entre autre Gonnet 2001.

23 Ces institutions bénéficient de personnel et d’une certaine puissance économique. De nombreux articles, auxquels je renvoie, ont été écrits sur la question. Cf. notamment Del Monte 1975, Haas 2000, Hawkins 1980 et 1989, Kapełuś 2007 ou encore Hout 1994 et 2002.

24 Kt 92/k 223, l. 1-4, cf. Michel 2008, 187.

25 Michel 2008, 188. Voir aussi pour le lien entre une famille, y compris les ancêtres, et une maison spécifique, Veenhof 2011, 211-212.

26 Bachelot 2009, 476.

27 Pour une première présentation voir Patrier à paraître (b). Une synthèse plus globale est à venir.

28 Voir par exemple Emre 2008.

29 Özgüç 1986, 73.

30 On renverra notamment à Kültepe. Cf. par exemple Özgüç 1986, 34.

31 CCT 5 9b, l. 16 et 26-28, cf. Michel 2008, 182. Voir aussi Veenhof 2008, 101.

32 Pour plus de détails, cf. Özgüç 1986, 24-25.

33 Cf. Calmeyer 1977 et Harper et al. 1995, 44-64.

34 Pour plus d’informations, cf. Lazzarini 2011, 268 et 271-273.

35 Mais, il semble que bien peu ont été découvertes en place. Le fouilleur envisage d’ailleurs dans certains cas (notamment en fonction des diamètres) que les feuilles circulaires aient pu avoir été cousues sur des vêtements.

36 Cela pourrait peut-être venir d’un problème de conservation de ce matériau.

37 Cf. Kulakoğlu/Kangal 2010, 300-303, n° 319-328 et Özgüç 1986, 28.

38 Cf. Özgüç 1986, 25 et 2003, 255 et Michel 2008, 186 et 2010, 7.

39 Lazzarini 2011, 268.

40 Kassian et al. 2002, 23-24, le 2e jour.

41 Michel 2008, 186.

42 Pour l’époque byzantine, cf. Moulet 2006, 109.

43 Özgüç 2003, 233.

44 Emre 1991, 6.

45 Özgüç 2003, 246-250.

46 Özgüç 1986, 74-75.

47 Emre 1978, 134.

48 Özgüç 1986, 74.

49 Özgüç 1986, 71.

50 Michel 2008, 183.

51 Michel 2008, 183.

52 Bâtiment parfois dit bâtiment 1/IVd, situé en y-aa/16-18.

53 Neve 1996, 105 : “Most noteworthy, are the burials of two children found under the hearth in the courtyard, that is within the foundation of the earlier building (BK Va), and which might be consequently interpreted as dedicatory sacrifices”. Cf. aussi Neve 1982, 19 (où il n’évoque qu’une seule tombe).

54 Neve 1996, 104 : “(...) built partially over the cellar (1, 2, 6 and 7)”.

55 Neve 1996, 105.

56 Voir également la contribution de T. McGeorge dans ce volume.

57 Pour la présentation de l’ensemble du complexe, cf. Patrier 2011, vol. 2, 78-82.

58 Ces deux hypothèses sont citées dans Gorny 1990, 195.

59 Schmidt 1931, 74.

60 Schmidt 1932, 91.

61 Schmidt 1932, 82 et Gorny 1990, 196.

62 Emre 1991 et Öztan 1998, 167.

63 Cf. ci-dessus, § ‘Deux cas problématiques’.

64 Pour cette question, cf. Patrier 2009 et à paraître (b).

65 Bottéro 1980, 37.

66 Michel 2008, 186.

67 Emre 1991, 1-2 ; elle ne renvoie à aucune référence précise.

68 Michel 2008, 189.

69 Cf. sur cette question Durand 1989, Scurlock 1993 et, pour une synthèse récente faisant le point sur les difficultés liées à la compréhension de ces textes, Schmidt 1996, 129-130.

70 Bottéro 1980, 28. Il faut tout de même préciser que le texte auquel renvoie J. Bottéro (« OIP 2 : p. 85 ») appartient aux Annales de Sennachérib (704-681 av. J.-C.).

71 On ignore ce qui advenait réellement de la dépouille des marchands. Cf. ci-dessous § Questions ouvertes.

72 C. Michel (2008, 189) fait ici référence au texte TPAK 1, 46, l. 18-19.

73 Michel 2008, 189. Voir aussi Veenhof 1999, 599-609, § 1.

74 Pour une étude sur la vente ou l’achat de demeures à Aššur, cf. dernièrement Veenhof 2011. Il ne s’attarde en revanche pas sur la question des défunts enterrés sous certaines maisons.

75 Je rappelle également qu’il s’agit ici d’une étude en cours.

76 Salles 1995.

77 On connaît relativement mal la vision que les Anatoliens avaient de l’Au-delà (cf. Lebrun 1983). Pour une réflexion sur la Mésopotamie, cf. Bottéro 1980 ou Joannès 2005 par exemple.

78 Michel 2009, 29.

79 Veenhof 2011, 212 : “The number of legal documents dealing with houses and family matters is however restricted because marriage contracts, testaments, and title deeds of real property in Aššur were normally kept in the family archives there”.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte d'Anatolie centrale avec les sites à tombes
Crédits Carte réalisée à partir de Parzinger/Sanz 1992, 92
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2155/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M

Auteur

Post-doctorante ANR ViGMA, UMR 7044 Université de Strasbourg
patrierj@yahoo.fr

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr