Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles

 | 
Martin Godon

I. Le développement des études en Préhistoire, contexte culturel et intellectuel

Texte intégral

Catherine Kuzucuoğlu, Nur Balkan-Atlı, Aslı Erim Özdoğan

I.1 : La prise de conscience d'un passé « antédiluvien »

1La notion d'Homme Préhistorique apparaît à une époque où, d'une manière générale, la nature revêt une place toute particulière dans la pensée humaine, non seulement au travers de la prise de conscience d'une géologie du passé ou de la conquête des pôles, mais également au travers des arts, de la littérature et de la philo­sophie.

2Le début du dix-neuvième siècle est encore marqué par l'expansion Napoléonienne au - delà de l'Europe et, sur fond de conquêtes, se crée un intérêt accru pour l'histoire des civilisations.

3Le Romantisme français, au travers des Arts, est un exemple imagé d'une ethnographie nais­sante ainsi que de la mise en valeur du passé au travers d'une iconographie néo-classique. A contrario, les romantiques allemands, représen­tés entre autres par Caspar David Friedrich, s'épanchent vers le sublime naturel, illustrant à leur manière les propos d'Emmanuel Kant sur l'incapacité humaine à comprendre la nature et le mal de vivre qui en résulte. Ce besoin de rationalisation, encore empreint d'interpréta­tions surnaturelles, est aux prémices de la recherche en sciences humaines et naturelles.

4L'intérêt pour l'environnement et sa compré­hension est à l'origine de la première topographie des Alpes par le suisse Caspar Wolf dont le travail est, alors, profondément ancré dans une interprétation chtonienne de l'élément naturel, transcendant ses observations de terrain en des peintures magnifiant les forces telluriques sur lesquelles l'emprise de l'homme s'avère insignifiante.

5En 1786, Balmat et Paccart sont les premiers à atteindre le sommet du Mont Blanc, bientôt suivis de de Saussure qui s'adjoindra l'aide de naturalistes afin de documenter scientifiquement les observations effectuées durant cette lente et dangereuse ascension.

6La voie de la rationalisation est ouverte, la pensée chrétienne peut, à ce point de l'Histoire, assimiler la formation du Monde et l'origine de l'Homme en outrepassant la Genèse biblique, déjà bousculée en 1545 par la révolution copernicienne reléguant la Terre, alors considérée comme se trouvant au centre de l'Univers, à une planète parmi d'autres tournant autour de l'astre solaire.

7Très vite, la recherche en Préhistoire s'appuie sur les sciences de la terre comme la géologie, et les sciences humaines, comme l'ethnologie, pour comprendre le passé, développant ainsi la dimension multidisciplinaire qui en est encore l'originalité.

8Nul n'ignore combien la théorie de l'évolution formulée par Darwin a pu, un temps, influencer notre conception de l'espèce humaine, si tant est que nous soyons complètement libérés des conceptions antérieures. La parution en 1859 de son traité sur « L'origine des espèces » repré­sente une rupture profonde avec une histoire de l'Homme calquée sur le récit biblique.

9Le dix-neuvième siècle connaît en Europe un intérêt croissant pour les sciences naturelles et humaines. Les découvertes d'artefacts préhis­toriques entretiennent le mythe de temps « antédiluviens » durant lesquels les hommes vivaient en « sauvages. » Ce fut le temps où des ethnologues, tel Lewis Morgan, entreprirent de découvrir le continent africain et en revinrent avec une image des cultures africaines qui fut rapidement transposée à la Préhistoire, image pour la moins réductrice d'un colonialisme divisant l'humanité entre êtres civilisés et êtres non civilisés.

10En des temps reculés, les Européens auraient donc vécu comme des sauvages. Ce sentiment se trouvait exacerbé par les similitudes rencon­trées entre certains artefacts préhistoriques et des outils utilisées entre les mains de peuples africains considérés alors comme « primitifs ».

11Il y a lieu de croire que cette vision, encore empreinte de préceptes bibliques, eut tôt fait de se transformer en un triptyque de l'évolution allant de la Sauvagerie à la Civilisation en passant par la Barbarie si Boucher de Perthes (1788/1868) n'avait pas associé les artefacts préhistoriques à la notion de stratigraphie formulée par C. Lyell, géologue écossais, donc à celle d'échelle temporelle. Par la stratigraphie, la notion de chronologie était abordée. On prit dès lors conscience que l'Histoire de l'Homme dé­passait le cadre du récit biblique pour s'inscrire dans une toute autre dimension temporelle, bien au-delà de l'Antiquité, que Boucher de Perthes nomma les « temps Antédiluviens ».

12La fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle sonnent, en France, le glas du sentiment royaliste au profit de celui, républi­cain, forgé autour de l'État Nation. Associées aux grands travaux industriels et, entre autres, ferroviaires, les découvertes archéologiques dans le domaine de la Préhistoire se succèdent et vont être mises à contribution pour bâtir une Histoire de la nation.

13Le passé contribue à affirmer les idéologies du présent et, de même qu'auparavant l'art pouvait être le support d'un discours identitaire (l'unité germanique prônée par Bismarck à la fin du dix-huitième siècle fût soutenue par des œuvres sublimant les racines germaines au tra­vers de la mythologie nordique) c'est la science qui sera, un temps, investie de ce rôle.

14Derrière les découvertes préhistoriques ou de l'Âge des métaux se profilent déjà des idéologies identitaires et patriotiques. Les fouilles se succèdent dans l'effervescence. Néfastes pour la compréhension des cultures exhumées de la sorte, elles livrent une quantité importante de matériel qui ne fera qu'accentuer le besoin d'une chronologie rigoureuse des événements.

15À leurs débuts, les recherches en Préhistoire furent centrées sur l'Europe ; il faudra attendre le vingtième siècle pour qu'elles se tournent vers l'Orient et l'Afrique et que soit enfin appréhendé le formidable cheminement menant à l'élaboration des cultures occidentales. Ceci pour dire que, sur l'échelle de notre histoire, seule une cinquantaine d'années s'est écoulée durant lesquelles les racines de l'histoire européenne ont été recherchées en dehors de l'Europe. Ainsi, il est compréhensible que nos données actuelles, en Anatolie notamment, sont encore insuffisantes pour permettre d'avoir une vision claire des processus concernant les origines des cultures anciennes et récentes, les relations qu'elles étaient à même d'entretenir entre elles, leur développement...

16Plus récemment encore, les stratégies média­tiques ont mis en valeur une image commune de l'histoire humaine temporellement limitée aux périodes dites « historiques », la place de la Préhistoire n'étant guère assurée d'un couvert médiatique important.

I.2 : Les premières systématisations

17Le nombre croissant d'artefacts retrouvés depuis le début du vingtième siècle motiva leur classification en fonction de certaines caracté­ristiques : dans la recherche d'une chronologie, les matériaux furent les premiers à être classés avec pour objectif d'en établir les étapes évolutives. Thomsen puis Lubbock élaborèrent les grandes subdivisions qui gardent encore leur validité actuellement : Paléolithique et Néolithique, « Âge de la Pierre Ancien » et « Nouveau », Âge du Bronze et Âge du Fer.

18Lubbock, qui subdivisa l'Âge de la Pierre en deux périodes distinctes, les systématisa au regard de critères d'ordre technique. La manière dont les objets en pierre avaient été élaborés, par taille ou par polissage (sous-entendu par une méthode « rustique » ou « élaborée »), permettait de définir le degré d'évolution représenté par les objets étudiés.

19Cette systématisation reflète aussi la volonté de n'être confronté qu'à une unique stratigraphie qui dépendrait d'une chronologie évolutionniste universelle.

20Rappelons que nous nous trouvons alors uniquement en Europe ; il serait même plus approprié de dire en France, Grande-Bretagne et Allemagne. L'idée que d'autres régions du monde aient, elles aussi, connu une hominisation lointaine était certes acquise mais le rôle qu'elles auraient pu jouer dans l'évolution humaine, les différences dans les développe­ments ou encore les décalages chronologiques n'étaient alors pas envisagés, l'ethnocentrisme européen de naguère y étant pour beaucoup. Cette volonté d'un développement commun, continu, a rendu la compréhension des faciès culturels confuse, chaque site identifiant alors une culture particulière prenant le nom du site. S'agissant le plus souvent d'une éponymie construite autour d'un lieu, il arrive encore aujourd'hui que nous confondions l'éponymie et l'origine culturelle d'une industrie préhistorique donnée. Pour donner un exemple, la fouille du site Néolithique céramique d'Hassuna sur le Haut Euphrate, réalisée dans les années trente, a donné naissance à une entité culturelle confu­se encore aujourd'hui désignée sous le terme de « culture Hassuna » dont le contenu n'est pas défini au regard des trouvailles ultérieures dans la région. Ainsi, sur la base de critères typologi­ques appliqués à une certaine production céramique présente dans le site d'Hassuna, des sites contemporains présentant le même type de céramiques ont été systématiquement désignés comme étant « hassuniens » ou « de cul­ture Hassuna. » Pourtant, il apparaît que ces sites présentent plus de différences que de similari­tés avec la culture de référence et que la défini­tion d'une culture fondée sur ce seul critère typologique relativement vague est loin d'être satisfaisante. L'effort consistant à définir des ensembles culturels significatifs pour élabo­rer une chronologie développa donc une ambi­guïté autour de la notion même de culture.

21Le fossile directeur, principalement lithique ou céramique, devint l'objet caractéristique permettant de définir une culture préhistorique donnée.

22Dès lors qu'un de ces fossiles directeurs était retrouvé, tout un ensemble de sites se trouvait rattaché à une unité chronologique ou culturel­le dont le contenu pouvait, site par site, présen­ter par ailleurs de fortes variations, reléguées au rang de « secondaires. »

23Il importe aujourd'hui de ne pas confondre appellation et culture. Le Moustérien, par exemple, ne désigne pas un groupe culturel, mais bien un type d'industrie lithique présen­tant des critères typo-techniques communs, découvert et défini pour la première fois dans le petit village de Moustier en Dordogne. Il n'est pas inutile de dire que cette tendance à l'éponymie n'est pas une caractéristique des débuts de la recherche en préhistoire mais que la tentation de définir une culture par rapport à un site de référence est encore d'actualité, surtout dans des contextes où les recherches sont encore peu développées.

I.3 : L'outil lithique comme marqueur culturel et chronologique

24Puisque nous en sommes à retracer, certes succinctement, le développement de ces recherches qui appartiennent dorénavant à ce qu'il y a lieu d'appeler les sciences sociales, il n'est pas superflu de mentionner l'élaboration des métho­des d'analyses de ces artefacts et la rigueur qui, petit à petit, s'est vu appliquée à la compréhen­sion de l'outil lithique pour finalement, et fort heureusement, se propager au champ entier de l'investigation en matière d'archéologie de la Préhistoire.

25Sans vouloir paraître par trop tourné vers l'approche française, il faut reconnaître que l'étude du matériel archéologique connut une véritable avancée sous l'impulsion de différents chercheurs français.

  • 1 François Bordes fut géologue et préhistorien, fondateur de l'Institut du Quaternaire (Université de (...)

26François Bordes1, dans les années 1950, enrichit le débat sur la description de l'indus­trie lithique dans une optique de classifica­tion « naturelle » fondée sur certains critères formels (Bordes, 1950). Son objectif était d'ef­fectuer une comparaison, ainsi qu'une caractérisation, des industries lithiques. Il prit en compte l'ensemble des industries retouchées ainsi que certains critères techniques dans un diagramme quantitatif et qualitatif. Mettant au point une méthode d'analyse statistique, il établit une liste-type qui divise l'unité « moustérienne » en plusieurs faciès. Cette liste fut uti­lisée comme base de lecture pour toutes les industries lithiques, aussi bien en Europe de l'Ouest que dans d'autres régions plus ou moins éloignées.

27À la différence de Laplace qui chercha à créer un code universel dans lequel chaque outil se trouverait décomposé en fonction de ses caractères morphologiques, François Bordes proposa une typologie traditionnelle, sans hié­rarchie des caractéristiques.

28En fait, la hiérarchie des caractères étant variable selon les types d'outils, il mit l'accent sur un geste technique particulier, celui qui domine et détermine la spécificité de l'outil. Le burin, pour exemple, fut ainsi caractérisé par le « coup de burin. »

29Ce type d'étude typologique reste cependant à un niveau descriptif et classificatoire et se positionne en amont de la question sociale. La typologie, si elle permet des comparaisons entre artefacts sur la base de critères formels, élude néanmoins toute dimension sociale ayant conduit à la réalisation de l'outil.

30André Leroi-Gourhan s'est dégagé de cette problématique « verticale » visant à ordonner les industries les unes par rapport aux autres, en se penchant sur les modes de vie. Il changea donc les méthodes de fouilles afin de relever des sols archéologiques pouvant informer sur les dispositions spatiales des objets au sein d'un site. Il ouvrit ainsi la voie vers une étude des sociétés préhistoriques non plus fondée sur la documentation de leurs productions mais sur l'information socio-culturelle contenue dans ces productions.

Les termes employés dans l'étude technologique des artefacts préhistoriques : présentation
La terminologie se rapportant au champ des techniques, de la technologie, varie de façon significative selon qu'elle se trouve employée dans le langage courant, en sociologie, dans langage scientifique ou encore en technologie préhistorique.
Par exemple, la majorité des ethnologues abordant le domaine des techniques utilisent le terme « technique » pour tout discours ayant trait au fait technique, à la chaîne opératoire, au savoir-faire technique, aux compétences etc.
Or, pour les préhistoriens et à plus forte raison pour les technologues de la Préhistoire, chaque terme à un sens précis et quasiment unique. Pour eux, le terme de « technologie » n'est employé que dans son sens étymolo­gique, à savoir : « science des techniques » ou plus exactement « discours sur les techni­ques ». Le terme « technologie » ne décrit dès lors nullement le degré de technicité d'une société ni le degré de technicité d'un objet, d'un outil. Certes, ces termes peuvent être employés de façon erronée par rapport à la règle établie par la profession dans certaines publications ; mais il s'agit alors de déformations qui sont, soit dues à la référence au terme « technologie » dans le langage courant et qui renvoie directe­ment à la notion de degré de technicité d'une société ou d'un objet, soit à la confusion avec le terme anglais « technology » qui peut être interprété soit comme « technique » soit comme « degré de technicité »...
Pourtant, pour les préhistoriens s'intéressant particulièrement à la technologie de la taille, de la céramique etc., le terme « techni­que » possède un sens très précis et restreint. En technologie lithique, par exemple, le terme « technique » est repris du sens littéral du mot, à savoir : « l'ensemble des procédés d'un art, d'un métier ». Les différentes techniques en préhistoire sont donc peu nombreuses. On peut citer, par exemple et dans le cas du travail de la pierre : la percussion directe au percuteur de pierre dure, la percussion tangentielle. Devant cette diversité, le préhistorien doit faire appel à d'autres termes car l'étude des techniques seules est insuffisante. On emploie­ra ainsi le terme de « méthode », qui signifie : « enchaînement raisonné de plusieurs actions faites suivant une ou plusieurs technique(s) » et même de « concept » ou de « conception » qui renvoie à l'image mentale que se fait, par exemple, le tailleur préhistorique lorsqu'il décide de réaliser un objet. Pour simplifier le propos, voici quelques exemples : on parlera ainsi de concept clactonien, discoïde, Levallois ou laminaire. Pour le concept Levallois, par exem­ple, on parlera de méthode récurrente centripè­te, unipolaire, bipolaire ou à éclat préférentiel.
Pour le concept discoïde avec méthode récurrente sur les deux plans du nucléus, on n'utilisera qu'une seule et simple technique : la percussion directe au percuteur de pierre dure.
En quoi la reconnaissance d'un concept, d'une méthode et enfin des techniques utilisées pour arriver à l'élaboration d'un objet est-elle importante ? Pour comprendre une culture, le préhistorien n'a à sa disposition que ces restes physiques, retrouvés lors de fouilles ou de prospections de surface. Quelles seraient nos connais­sances sur la Grèce Antique si nous n'en avions point les écrits ? C'est dans l'étude détaillée du matériau et de l'objet que se trouve l'une des originalités et caractéris­tiques du travail du préhistorien et tout ce qui sépare l'archéologue préhistorien de celui des époques histori­ques.
Or, les objets, de par leur localisation, leurs maté­riaux, leur disposition tout comme par les procédés mis en œuvre pour les produire, renseignent aussi sur la structure sociale. Ce n'est pas un des moindres apports de l'étude des « concepts », « méthodes » et « techniques » que de déboucher sur la signification socio-économique et culturelle des structures dynamiques des sociétés préhistoriques en relation avec leurs activités de produc­tion.

Pointe de flèche, Tepecik-Çiftlik

Pointe de flèche, Tepecik-Çiftlik

31Jacques Tixier (Tixier, 1978) fut l'un des premiers chercheurs à remettre en question l'approche classificatoire qui tentait de faire rentrer à tout prix des artefacts dans les tiroirs de l'ordonnance. La pratique de la taille l'ame­na à considérer aussi les fragments et autres éclats de façonnage, alors délaissés ou classés arbitrairement en dehors de tout critère. Ces déchets de taille, que lui-même produisait lors d'expérimentations, livrent depuis des infor­mations permettant d'appréhender l'artisan, son but, son intention et le savoir-faire qu'implique l'enchaînement de gestes visant à la réalisation d'un objectif défini.

32Cette approche s'oppose à un déterminisme écologique qui régirait la conception de l'outil ; elle reconnaît la liberté de choix individuel, indépendamment des contraintes de la morphologie et de la matière première.

33Or, la connaissance empirique de la matière première et de la conséquence de tel ou tel impact qui lui est porté permet, dès lors qu'elle est acquise, de passer du concept de l'outil à sa réalisation. Dans ce but, Jacques Tixier distingua les Techniques des Méthodes : les techniques sont du domaine de l'exécution, de l'enchaîne­ment des opérations. Elles sont donc l'ensemble des procédés entrant dans la réalisation d'un objet. La méthode, par contre, est liée à l'image mentale qu'en l'occurrence le tailleur crée lorsqu'il décide de réaliser un objet, au concept brut auquel il devra justement appliquer une méthode, une démarche.

34À l'instar de Leroi-Gourhan qui avait intro­duit une dimension humaine à la Préhistoire, Jacques Tixier, en s'intéressant à la technologie lithique, déboucha sur la problématique du fonctionnement des groupes humains. Recon­struire la chaîne opératoire d'un outil, c'est aujourd'hui se pencher sur la façon dont un environnement va être exploité dans le choix d'une matière première, sur la gestion de cette matière première et des déchets occasionnés par la réalisation d'outils. Si la typologie désignait des populations, la technologie telle qu'étudiée par Jacques Tixier tente de les com­prendre.

35À ces nouvelles approches s'ajoute, depuis plus d'une décennie, le vaste champ de l'ethnoarchéologie qui connaît un dynamisme sans précédent, pourvoyeuse de nouvelles méthodes d'investigation pour la compréhension des sociétés préhistoriques.

36Cet exposé sur l'évolution des recherches en préhistoire s'est attaché à montrer les apports des méthodes utilisées par la recherche en archéologie des périodes préhistoriques. Cepen­dant, la base de nos connaissances reste la fouille et l'étude des productions humaines. Ce contexte « préhistorique » ne dispose en effet d'aucun texte pour référence, d'aucun autre témoignage que celui du terrain. Seules les fouilles et leurs résultats dictent l'avancée de nos recherches, enrichissent les problémati­ques, approfondissent nos connaissances.

37C'est pourquoi les efforts accomplis jusqu'à présent ne peuvent être considérés comme suffisants. Nos lacunes sont encore nombreuses, et riche le patrimoine non encore exploité. Le cas anatolien, au travers de l'exemple de l'Anatolie Centrale est symptomatique en cela qu'il présente un développement récent des activités de fouilles alors même qu'il possède un potentiel archéologique considérable au regard d'autres régions du monde n'ayant pu ou su conserver un tel patrimoine.

Notes

1 François Bordes fut géologue et préhistorien, fondateur de l'Institut du Quaternaire (Université de Bordeaux I).

Table des illustrations

Titre Pointe de flèche, Tepecik-Çiftlik
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search