Version classiqueVersion mobile

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Épigraphie et histoire de la Cilicie Trachée

Emmanuelle Goussé

Résumé

Cet article présente de façon succincte les recherches effectuées lors de mon doctorat. Mon attention se porte plus particulièrement sur les noms de métier mentionnés dans les épitaphes. Il s’agit de montrer l’importance que revêt l’épigraphie pour la connaissance de cette région méconnue à travers un exemple précis.

Texte intégral

  • 1 On peut notamment relever la réalisation de cinq colloques internationaux depuis 1998 : trois furen (...)
  • 2 Par exemple : Appien, Guerre mithridatique, 91 et suivants ; Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVI. (...)
  • 3 Les principaux recueils d’inscriptions pour la Cilicie Trachée sont : Heberdey/Wilhelm 1896 ; Keil/ (...)
  • 4 Goussé 2009.

1La Cilicie Trachée demeure, en dépit de la multiplication des travaux récents1, une région méconnue. Elle conserve l’image que lui ont bien souvent donnée les auteurs anciens2 : celle d’une contrée peuplée de brigands et de pirates. Pourtant l’étude d’autres types de sources, notamment l’épigraphie, permet une connaissance plus intime de sa population. En effet, les inscriptions sont nombreuses (plus de 2000) et ont fait l’objet de publications, dont la majorité est ancienne3. L’étude des épitaphes, associée parfois à celle de leur support, m’a notamment permis, dans le cadre de recherches doctorales4, de présenter certaines caractéristiques de la société cilicienne. Ces résultats, dépendant directement de la documentation disponible, portent essentiellement sur l’époque romaine et surtout sur le début de la période byzantine. La documentation funéraire très riche, un peu plus de 1200 inscriptions, m’a permis d’aborder plusieurs thèmes. Dans cet article j’évoquerai brièvement la richesse et la variété des thématiques exploitables, puis développerai un point précis : les noms de métier dans les épitaphes.

Principaux axes de recherche

  • 5 Kubinska 1968.
  • 6 Seuls quatre termes employés chacun à une reprise désignent uniquement une partie de la tombe. Il s (...)
  • 7 Un autre terme, µάκρα, lui aussi issu du vocabulaire du bain, est employé en Cilicie Trachée.
  • 8 Ce terme est utilisé uniquement dans deux inscriptions gravées sur des tombes rupestres de Korykos  (...)

2Le premier axe de recherche sur lequel j’ai travaillé dans le cadre de mes recherches doctorales concerne le vocabulaire de la tombe. L’étude menée montre que le lexique employé en Cilicie Trachée pour désigner les monuments funéraires est beaucoup plus banal que ce que nous présente globalement J. Kubinska dans son étude sur l’ensemble de l’Asie Mineure5. Les termes employés sont essentiellement généraux. Les éléments de la tombe sont, quant à eux, rarement décrits6. Quelques termes spécifiques à la région apparaissent : παραστατικόν, λούτρα et ὀμφαλός. Le premier est caractéristique de Séleucie du Kalykadnos et semble désigner le « lieu » ou l’« emplacement ». Λούτρα est issu du vocabulaire du bain7. En effet, son sens originel est « baignoire ». Il sera par la suite employé pour la cuve funéraire et donc le sarcophage. La signification du terme ὀμφαλός demeure, quant à elle, obscure dans le cadre funéraire8.

  • 9 Cet édit qui accorde en 212 le droit de cité romaine à l’ensemble des hommes libres de l’Empire eut (...)

3Mon second axe de travail a été l’onomastique. La moitié environ des quelques 2000 noms connus par les épitaphes de la région est d’origine grecque. Ils prédominent sur l’ensemble de la période étudiée. Les noms latins ne se manifestent qu’assez tardivement. L’essentiel des tria et duo nomina n’apparaissent pas avant le 2e s. pC et même plus probablement au 3e s. pC, suite à l’édit de Caracalla9. Après le 4e s. pC on observe une relative uniformisation des noms. Les noms anatoliens, quant à eux, sont présents sur toute la période étudiée et on remarque leur survivance à l’époque byzantine. Ceci démontre un attachement à un patrimoine onomastique local. Il convient de souligner que la documentation est très inégale en termes de représentativité dans le temps et l’espace et qu’elle ne permet pas de voir une évolution au sein d’une cité. Ainsi, par exemple, si la cité de Korykos fournit presque la moitié de la documentation épigraphique funéraire de Cilicie Trachée, celle-ci est essentiellement postérieure au 4e s. pC.

  • 10 Les propriétaires des tombes devaient généralement être également les bénéficiaires, mais nous ne c (...)
  • 11 En effet, la part des femmes dans les inscriptions de cette période est très faible, même lorsqu’el (...)

4Le troisième axe de recherche s’est attaché à la propriété et à la jouissance de la tombe. Pour ne mentionner que quelques résultats, on peut noter qu’avant l’époque chrétienne le fait d’ériger une tombe et d’en faire profiter sa famille plus ou moins élargie est mis en valeur. Ensuite, c’est plutôt la propriété qui est privilégiée. Les bénéficiaires sont ainsi rarement indiqués10. En outre, les femmes apparaissent plus fréquemment avant le 4es. ap. alors qu’elles sont presque absentes de la documentation postérieure11.

5Enfin l’apport de l’épigraphie funéraire à la connaissance des défunts mais aussi de leur croyance a fait l’objet d’un dernier axe d’étude qui permet de dévoiler des pans entiers de l’histoire économique (à travers l’étude des métiers) mais aussi religieuse et culturelle de la région.

Un exemple : les noms de métier dans les épitaphes

  • 12 Ne sont comptabilisées ici que les mentions assurées.
  • 13 À ce sujet voir Goussé 2009 (volume 1), 327-330.
  • 14 Au sujet de ces inscriptions et des informations fournies voir Goussé 2009 (volume 1), 321-324.

6J’ai choisi, pour illustrer mon propos, de revenir brièvement sur certains résultats concernant les noms de métiers dans les épitaphes de la région. Il s’agit au total d’attestations de 487 personnes exerçant un métier12, auxquelles s’ajoutent deux corporations et trente et un militaires ou vétérans13, que nous fournissent les épitaphes de Cilicie Trachée. En outre vingt-six inscriptions donnent des indications sur l’artisan de la tombe14. L’essentiel de ces mentions est postérieur au 4e s. pC. Pour la période antérieure, même si les inscriptions sont peu nombreuses, on remarque une particularité qui disparaîtra dans les périodes ultérieures. Il s’agit de la mention des artisans de la tombe et des vétérans. Sans doute faut-il voir dans la disparition ultérieure des artisans au sein des inscriptions un lien avec la baisse de qualité des monuments funéraires construits ou creusés, probablement en rapport avec la généralisation, ou l’augmentation, de l’usage de telles structures.

  • 15 Le terme de ἰατήρ est alors employé, à une époque plus tardive c’est celui de ἰατρός qui est privil (...)
  • 16 Οἰκονόµος. Voir l’inscription : Bean/Mitford 1970, 105 n° 91.
  • 17 Bean/Mitford 1965, 34 n° 36.
  • 18 Dix-sept épitaphes présentent des personnes qui cumulaient deux activités. On trouve ainsi un cabar (...)
  • 19 À ce sujet voir Rey-Coquais 1977, 152-161 et 1979, 281-292. On a pu également observer, dans les si (...)

7Peu de mentions de métiers apparaissent comme datées avec certitude de l’époque antérieure au 4e s. pC et appartenant à des locaux. Lorsque c’est le cas, on voit que celles-ci sont relatives à des professions demandant souvent un bagage intellectuel et/ou technique comme pour les médecins15, intendants16, rhéteurs17. Par contraste, la variété des métiers mentionnés dans les épitaphes à partir du 4e s. pC montre la vitalité économique de la région ou, tout du moins, des localités où ces professions sont évoquées. Il est difficile de savoir quelle(s) raison(s) poussa (poussèrent) les défunts à faire allusion à leur métier alors qu’il ne s’agit pas d’une tradition ancrée dans la région. On peut cependant émettre des hypothèses, souvent en rapport avec l’essor économique et commercial que semble connaître la région. En effet, cet essor a pu permettre l’émergence de « nouveaux riches » dont les revenus provenaient de l’artisanat et du commerce. Ceux-ci avaient donc désormais les moyens de se faire ériger des monuments funéraires ; la mention de leur profession permettait ainsi de le montrer. La présence de personnes exerçant des métiers moins prestigieux que ceux d’orfèvres, par exemple, voire d’hommes cumulant deux professions18, peut alors s’expliquer par une appropriation des pratiques des riches par les moins aisés. D’autre part, il est également possible que l’érection de monuments funéraires construits et portant inscription se soit « démocratisée », ce qui pourrait aussi expliquer la baisse générale de la qualité des monuments auxquels seraient alors consacrés des budgets moins importants que de coutume. Cette population ne pouvant pas nécessairement faire l’éloge de qualités militaires ou politiques aurait alors choisi de faire apparaître ce qui la caractérisait, c’est-à-dire sa profession. Il est aussi envisageable que cette pratique soit importée d’une autre région sous l’effet du commerce. D’autres lieux, tel que Tyr, fournissent également de nombreuses attestations de métiers pour cette période19. Le développement du christianisme peut aussi être une des causes du changement de formulaire des épitaphes et de la mise en avant d’autres valeurs, telles que celles du travail ou de la croyance en Dieu. Aucune de ces différentes hypothèses n’est exclusive, et il est fort probable que les multiples causes qu’elles présentent aient agi de manière concomitante.

  • 20 Respectivement : Keil/Wilhelm 1931, 133 n° 212 et Heberdey/Wilhelm 1896, 58 n° 133 et 134 pour les (...)

8Certaines professions, réservées aux femmes, ne sont qu’exceptionnellement mentionnées. Ainsi apparaissent deux nourrices et cinq sages-femmes20.

  • 21 Dalisandos, Ezvendi, Gevinde, Kanytelis, Korykos, Mağara, Olba-Diocésarée et Sélinus.
  • 22 Quatre archers sont cités dans les inscriptions de Séleucie du Kalykadnos, l’un est simplement qual (...)
  • 23 En effet, la Notitia Dignitatum ne mentionne qu’une seule place forte pour ces deux légions ; celle (...)

9En ce qui concerne les militaires, les vétérans sont présents dans des endroits très variés21, soit qu’ils en étaient originaires, soit qu’ils avaient obtenu des terres en ces lieux au moment de leur décharge. Les militaires semblant être mort avant la fin de leur service sont assez nombreux à Séleucie du Kalykadnos, où nous trouvons aussi les seules mentions d’archers de la région22. Celles-ci indiquent probablement la présence d’une garnison dans cette ville. On note par ailleurs que les légions II et III d’Isaurie devaient d’ailleurs s’y trouver23.

  • 24 Je ne compte ici que les lieux où un nombre relativement important de noms de métiers apparaissent. (...)

10Si Korykos est le lieu qui fournit le plus d’attestations de métiers après le 4e siècle, quatre autres cités ou villages en montrent un nombre relativement important au regard de la quantité d’épitaphes qui y ont été trouvées24. Les professions attestées sont celles qui relèvent de l’activité urbaine, ce qui n’est pas étonnant puisque les épitaphes indiquant des noms de métiers ont été retrouvées dans des nécropoles de villes ou de villages importants.

  • 25 Κάπηλος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 4.
  • 26 Dans Hagel/Tomaschitz 1998, 319 Mer 19 (lorsque je n’indique pas le terme en grec c’est qu’il est d (...)
  • 27 Dans Keil/Wilhelm 1931, 20 n° 38 (λανάριος) et 22 n° 40 (λινοξός).
  • 28 Σαγανάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 46.
  • 29 Λιθοξός dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 48.
  • 30 Dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 8.
  • 31 Il peut aussi s’agir d’un marchand d’herbes : λαχανοπώλης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 6.
  • 32 Κηπουρός dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 41.
  • 33 Κοπιάτης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 4.
  • 34 Σαργανάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 318 Mer 11.

11Ainsi Hagia Thékla avec ses trente et un monuments inscrits présente onze professions. Le sanctuaire de Sainte Thècle devait attirer de nombreux fidèles. Dès lors la présence d’un cabaretier est logique25 ; on se serait d’ailleurs attendu à trouver plus de métiers relatifs à la restauration et à l’hôtellerie. Chaque métier mentionné est attesté à une seule occasion. Ils sont représentatifs de petites villes. En effet, il s’agit uniquement de professions utiles à tous, non prestigieuses à l’exception de celle de médecin26 : artisans de la laine et du lin27, tisserand28, tailleur de pierre29, rémouleur30, marchand de légumes31, maraîcher/jardinier32, fossoyeur33, vannier34.

  • 35 Ἀρχιτέκτων dans Keil/Wilhelm 1931, 77 n° 99.
  • 36 Ξυλικάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 84, 77 n° 95 et Hicks 1891, 267 n° 60.
  • 37 Μαρµαράριος dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 91.
  • 38 Ζωγράφος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 83.
  • 39 Σαγγάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 89 et σακκᾶς dans Hicks 1891, 269 n° 67. Ce dernier terme p (...)
  • 40 Keil/Wilhelm 1931, 77 n° 97 et n° 98.
  • 41 Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 82.
  • 42 Μουλαγόρας dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 86.
  • 43 Ἱερακάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 79.
  • 44 Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 80.

12Olba-Diocésarée avec ses quarante-neuf inscriptions offre quatorze attestations de métiers. Cette fois les métiers de l’alimentation sont absents. Les métiers de la construction sont par contre plus présents puisque l’on en a six attestations (un architecte ou artisan35, trois charpentiers-menuisiers36, un marbrier37, un peintre38). Cela peut sans doute s’expliquer par la situation de ce lieu : dans les contreforts du Taurus et entouré de forêts de pins. Les matières premières de plusieurs de ces métiers sont donc sur place. Les autres métiers sont relatifs à l’habillement (confectionneurs de sagum et de sacs39), à la gestion de domaine (deux intendants40), à la cuisine (cuisinier du palais épiscopal41), à la vente de mules42, à la chasse (un fauconnier43) et peut-être à la garde d’une prison44.

  • 45 Γναφεύς dans Langlois 1854, 51 n° 157.
  • 46 Ἀγναφάριος dans Keil/Wilhelm, 1931, 17 n° 27.
  • 47 Ῥάπτης dans Keil/Wilhelm, 1931, 14 n° 11.
  • 48 Καλιγάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 18 n° 30.
  • 49 Βυρ (σεύς) ou Βυρ(σοποιός) dans CIG IV, 455 n° 9222.
  • 50 Duchesne 1880, 199 n° 8 et n° 9.
  • 51 Χαλκεύς dans CIG IV, 455 n° 9219 et 9220.
  • 52 Μακελλάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 357 Sel 56 et 358 Sel 59.
  • 53 Μάγκιψ dans CIG IV, 455 n° 9223.
  • 54 Κηπουρός dans Paribeni/Romanelli 1914, 103 n° 79 ; Langlois 1854, 51 n° 157 et 52 n° 168.
  • 55 Σαργανάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 363 Sel 76 et σαργάριος dans CIG IV, 455 n° 9222.
  • 56 Ὑελιάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 14 n° 10.
  • 57 Keil/Wilhelm 1931, 16 n° 22 ; Duchesne 1880, 199 n° 10 ; Hagel/Tomaschitz 1998, 362 Sel 74 pour les (...)
  • 58 Πριβατάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 17 n° 26.
  • 59 Πανδοῦρος dans Duchesne 1880, 201 n° 19.
  • 60 Probablement ἁρµατοπηγός dans Langlois 1854, 51 n° 161.
  • 61 Probablement ὀννάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 358 Sel 58.
  • 62 Keil/Wilhelm 1931, 15 n° 17.
  • 63 Μονιτάριος dans Aström 1990, 57 n° 1
  • 64 Ζυγοστάτης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 363 Sel 79.

13Séleucie du Kalykadnos, riche de cent huit épitaphes, nous fournit trente et une attestations de métiers. Nombreux sont les métiers dont le travail facilite la vie quotidienne des habitants de cette cité : travail textile (un cardeur/foulon45, au moins deux fabricants de tissus grossiers46, un tailleur47), du cuir (un fabricant de chaussures48, un tanneur49), de la construction (deux marbriers50), du métal (deux métallurgistes51), de l’alimentation (deux bouchers52, un boulanger53, trois maraîchers dont un de cumin54), mais aussi fabrication d’objets quotidiens (deux vanniers55, un verrier56). Les services sont beaucoup plus présents dans cette cité : métiers relatifs à l’exercice de la médecine (trois médecins dont un public et une sagefemme57), un surveillant de bains privés58, ou encore un joueur de pandore59. On y trouve également d’autres métiers peu ou pas attestés dans la région : un fabricant de chars60, un vendeur d’ânes61, un fauconnier62et un monétaire63, ce dernier venant sans doute d’Antioche, ainsi qu’un vérificateur de monnaies64. En comparaison avec Korykos, la métropole de la province d’Isaurie semble moins riche et commerçante. Il convient cependant de noter que Korykos a fourni un nombre beaucoup plus important d’inscriptions et que le déséquilibre constaté entre Korykos et Séleucie puisse n’être que le reflet de recherches archéologiques inégales.

  • 65 Keil/Wilhelm 1931, 110 n° 131.
  • 66 Ἀρτοκόπος dans Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 170.
  • 67 Κεραµεύς dans CIG IV, 452-453 n° 9201.
  • 68 Κουρεύς dans Keil/Wilhelm 1931, 115 n° 177.
  • 69 Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 167.
  • 70 Νοµικός dans Keil/Wilhelm 1931, 111 n° 136.
  • 71 Φύλαξ dans Keil/Wilhelm 1931, 110 n° 126.
  • 72 Ταβουλάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 112 n° 161.
  • 73 Ἐλαιοπώλης dans Keil/Wilhelm, 1931, 108 n° 114, 111 n° 139 et 140, 112 n° 162, 114 n° 164a et n° 17 (...)
  • 74 Κάπηλος dans Keil/Wilhelm 1931, 115 n° 184 et116 n° 192. Ποπινάριος ( ?) dans Keil/Wilhelm 1931, 11 (...)
  • 75 Θερµοπώλης dans Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 165.
  • 76 Καβιδάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 108 n° 118.
  • 77 À ce sujet voir Rougé 1966, 296.

14Le cas de Korasion est intéressant dans le sens où il ne s’agit que d’un village qui semble avoir eu une activité économique assez importante. En effet, vingt-deux noms de métiers apparaissent. On y trouve encore des métiers relatifs à la vie de tous les jours (un confectionneur de chaussures65, un boulanger66, un potier67, un barbier68, un médecin69), ainsi que des métiers de services : un conseiller juridique70, un gardien71, un teneur de comptes72. Le grand nombre de marchands d’huile73, plus important qu’à Korykos, mais aussi la présence de trois cabaretiers74, d’un marchand de boissons ou de nourriture chaude75, ou encore celle d’un graveur sur gemmes76, laisse supposer une activité commerçante accrue sans doute liée à la présence d’un port naturel et à la proximité de Korykos. En effet, ce village profite sans doute de l’arrivée des navires à Korykos dont certains amarraient peut-être à Korasion. Plusieurs courriers, attestés à Korykos, étaient spécialisés dans le trajet entre cette cité et le village. Il faut cependant être conscient que certaines personnes inhumées à Korasion, car originaires de ce lieu, pouvaient travailler à Korykos, située non loin. En outre, il semble que Korasion soit le port fortifié, édifié peu avant 375 pC, pour faciliter le rapport entre Séleucie du Kalykadnos et la mer que les incursions isauriennes menaçaient77. Des artisans ont pu s’y installer pour des raisons économiques.

  • 78 Παραφύλαξ dans Keil/Wilhelm 1931, 199 n° 683.
  • 79 Αὐράριος : Duchesne 1883, 242 n° 36 ; Keil/Wilhelm 1931, 152 n° 348 et 161 n° 413. Πρωταυράριος : K (...)
  • 80 Πλουµάριος : Keil/Wilhelm 1931, 144 n° 285, 154 n° 364 ( ?), 156 n° 378 ( ?), 159 n° 404, 162 n° 42 (...)
  • 81 Keil/Wilhelm 1931, 160 n° 409, 176 n° 528 et 190 n° 617.
  • 82 Νοτάριος : Duchesne 1883, 244 n° 45.
  • 83 Keil/Wilhelm 1931, 142 n° 266.
  • 84 Ὀθονιακός : Keil/Wilhelm 1931, 182 n° 558 et 562 ; Langlois 1854, 42 n° 116 ; Duchesne 1883, 244 n° (...)
  • 85 Καλιγάριος βαβυλωναρίου : Duchesne 1883, 243 n° 40.
  • 86 Keil/Wilhelm 1931, 143 n° 273, 180 n° 554, 199 n° 683 et 204 n° 721.
  • 87 Σιλιγνάριος : Keil/Wilhelm 1931, 201 n° 700 et 205 n° 727.
  • 88 Βασυµνιάτης : Keil/Wilhelm 1931, 192 n° 645. Ἰτράριος : Duchesne 1883, 242 n° 35 ; Keil/Wilhelm 193 (...)
  • 89 Κογνυλεύς : Langlois 1854, 43 n° 126 ; Keil/Wilhelm 1931, 147 n° 309 et 187 n° 601. ἀσπαραγυλιωκογξ (...)
  • 90 Voir note 79.
  • 91 Keil/Wilhelm 1931, 136 n° 226 et 144 n° 289.
  • 92 Μυρεψός : Keil/Wilhelm 1931, 144 n° 289, 151 n° 344, 166 n° 448, 200 n° 699 et 202 n° 712.
  • 93 Χαρτυφάντης : Keil/Wilhelm 1931, 147 n° 310 et 154 n° 361
  • 94 Κεραµεύς : Langlois 1854, 41 n° 115 ; Duchesne 1883, 235 n° 11, 240 n° 26-28 ; Keil/Wilhelm 1931, 1 (...)

15Korykos est le lieu où sont majoritairement attestées les activités professionnelles. Il convient de garder à l’esprit que la nécropole de cette cité a été particulièrement bien conservée, bien mieux que celle des autres sites étudiés, puisque 648 épitaphes sont parvenues jusqu’à nous. Presque toutes les catégories de métiers sont représentées, allant de ceux qui ne nécessitent aucune qualité particulière (gardien par exemple78) à ceux demandant un savoir-faire précis (orfèvre79, brodeur80) ou une connaissance intellectuelle (médecin81, notaire82). Si les métiers dont les produits ou les services servant à la vie quotidienne sont bien représentés, il est intéressant de noter l’importance de ceux liés au commerce, à la restauration et à l’hôtellerie, à l’argent, mais surtout la présence de nombreux métiers relatifs à des denrées de luxe : brodeurs, dont peut-être un de fils d’or83, fabricants ou marchands de linon84, confectionneurs de chaussures de luxe85, nombreux marbriers86, marchands de blé de qualité supérieure87, pâtissiers spécialisés88, pêcheurs de pourpres89, orfèvres90, graveurs sur gemmes91, parfumeurs92, ou encore fabricants de papyrus93. Il semble bien que Korykos soit un centre de commerce important, notamment maritime, avec l’exportation de produits de la région : vin, huile… qui nécessite la présence de lieux de restauration et d’hôtellerie pour les marchands de passage tout comme la présence de banquiers. L’importance des potiers94, presque exclusivement attestés à Korykos, peut s’expliquer par la nécessité de contenants pour les denrées exportées. Les services sont particulièrement bien représentés, ce qui n’étonne pas dans une ville portuaire dont l’activité économique ne fait aucun doute. L’importance de l’exportation explique également les nombreux métiers relatifs à l’activité portuaire.

  • 95 On trouve des artisans de la laine, du lin, des blanchisseurs ou fabricants de mantelets, des brode (...)
  • 96 Par exemple un archidiacre est également médecin (Duchesne 1883, 245 n° 50). Pour l’ensemble des ré (...)
  • 97 Pour les résultats voir Goussé 2009, 355-357.
  • 98 S’explique par la pauvreté et leur statut pouvant être servile.
  • 99 On note la présence d’un joueur de pandore (Duchesne 1880, 201 n° 19) et peut-être d’un aulète (Kei (...)

16L’activité textile est très présente et devait à la fois alimenter le marché local et celui extérieur. Celle-ci montre d’ailleurs une forte division des tâches95. Enfin, il convient de souligner le cumul d’activités, bien souvent par des personnes exerçant des professions dont les revenus devaient être faibles, et l’exercice de professions par des clercs majeurs96. Quelques épitaphes nous fournissent les professions de plusieurs membres d’une même famille97. Des professions semblent être perpétuées par plusieurs membres de la famille pour des raisons probablement économiques ou de transmission du savoir. D’autres épitaphes en revanche nous indiquent l’exercice de divers métiers dans une même famille, mais ceux-ci restent bien souvent d’un niveau social comparable. Seul fait notable, l’absence d’enseignants ou de domestiques dans les épitaphes postérieures au 4e s. pC98, ainsi que le très faible nombre de personnes travaillant dans les arts99.

17Si la contribution des épitaphes à la connaissance des métiers et des activités de la région est importante, tout au moins pour la période postérieure au 4es. pC, les inscriptions funéraires n’apportent presque rien dans d’autres domaines tels que les institutions. En effet, elles ne mentionnent que des magistratures et ce dans de rares cas. Une étude des autres types d’inscriptions sera nécessaire pour dresser un tableau plus réaliste des institutions de la région. Je commence désormais à approfondir l’étude de la société cilicienne à travers la documentation épigraphique autre que funéraire, qu’il s’agisse d’inscriptions honorifiques, de construction ou encore de décrets.

Bibliographie

Aström, P. (1990), “Greek inscriptions from Seleukeia in Cilicia”, in: S.T. Theodorsson (éd.), Greek and latin studies in memory of C. Fabricius, Göteborg, 5558.

Bean, G.E. / Mitford, T.B. (1965), Journeys in Rough Cilicia in 1962 and 1963 [Denkschriften der österreichischen Akademie der Wissenschaft Wien 85], Vienne.

Bean, G.E. / Mitford, T.B. (1970), Journeys in Rough Cilicia in 1964-­1968 [Denkschriften der österreichischen Akademie der Wissenschaft Wien 102], Vienne.

Dagron, G. / Feissel, D. (1987), Inscriptions de Cilicie [Travaux et mémoires du centre de recherches d’histoire et civilisations de Byzance, Collège de France, Monographie 4], Paris.

Duchesne, L. (1880), « Les nécropoles chrétiennes d’Isaurie », BCH 4, 195-205. DOI : 10.3406/bch.1880.4317.

Duchesne, L. (1883), « Les nécropoles chrétiennes d’Isaurie », BCH 7, 231-246. DOI : 10.3406/bch.1883.4156.

Goussé, E. (2009), Tombes, défunts et société. L’apport des épitaphes de Cilicie Trachée (Isaurie) du IVe siècle av. J.­C. au VIe siècle ap. J.­C., Arras (thèse non publiée).

Hagel, S. / Tomaschitz, K. (1998), Repertorium der westkilikischen Inschriften [Denkschriften der österreichischen Akademie der Wissenschaft Wien 265], Vienne.

Heberdey, R. / Wilhelm, A. (1896), Reisen in Kilikien [Denkschriften der kaiserlichen Akademie der Wissenschaft in Wien vol. 44], Vienne.

Hicks, E.L. (1891), “Inscriptions from Western Cilicia”, JHS 12, 225-273. DOI : 10.2307/623513.

Hoff, M. / Townsend, R. (éds.) (2012), Rough Cilicia. New Historical and Archaeological Approaches. An International Symposium held at the University of Nebraska, October 2007, Oxford (à paraître).

Jean, É. / Dinçol, A. / Durugönül, S. (éds.) (2001), La Cilicie : espaces et pouvoirs locaux (2e millénaire av. J.-C.­4e siècle ap. J.­C.). Actes de la Table ronde internationale d’Istanbul, 2­5 novembre 1999 [Varia Anatolica XIII], Paris. URL : http://www.persee.fr/issue/anatv_1013-9559_2001_act_13_1.

Keil, J. / Wilhelm, A. (1931), Denkmäler aus dem Rauhen Kilikien [MAMA III], Manchester.

Kubinska, J. (1968), Les monuments funéraires dans les inscriptions grecques de l’Asie Mineure, Varsovie.

Langlois, V. (1854), Inscriptions de la Cilicie, Paris.

Merkelbach, R. / Nollé, J. (1980), Die Inschriften von Ephesos 6 [IK], Bonn. Paribeni/Romanelli 1914 Monumenti Antichi 23, 52-76.

Patlagean, E. (1977), Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, IVe-VIe, Paris-La Haye.

Pennacchietti F. (1967), “Nuove iscrizioni di Hierapolis Frigia”, in : Atti della Accademia delle Scienze di Torino 101, 287-328.

ReyCoquais, J.P. (1977), Inscriptions grecques et latines découvertes dans les fouilles de Tyr, 1963-1974, I, Inscriptions de la nécropole, Beyrouth.

ReyCoquais, J.P. (1979), « Fortune et rang social des gens de métiers de Tyr au Bas Empire », Ktéma 4, 281-292.

Richardot, P. (1998), La fin de l’armée romaine (284-476) [Economica], Paris.

Rougé, J. (1966), « L’histoire auguste et l’Isaurie au IVe siècle », REA 68, 282-315.

Notes

1 On peut notamment relever la réalisation de cinq colloques internationaux depuis 1998 : trois furent organisés à Mersin en 1998, 2002 et 2007, un à Istanbul en 1999 et un autre à Lincoln en 2007. Ceux de Mersin furent publiés dans la revue Olba respectivement dans les volumes 2, 7 et 16, pour la table ronde d’Istanbul voir Jean et al. 2001 et pour le colloque de Lincoln voir Hoff/Townsend 2012.

2 Par exemple : Appien, Guerre mithridatique, 91 et suivants ; Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVI.20-23 ; Strabon, Géographie, XIV.3.2 c. 664-665 ; Plutarque, Vie de Pompée, XXIV.1 et suivantes

3 Les principaux recueils d’inscriptions pour la Cilicie Trachée sont : Heberdey/Wilhelm 1896 ; Keil/Wilhelm 1931 ; Bean/Mitford 1965 et 1970 ; Dagron/Feissel 1987. Hagel et Tomaschitz ont réuni la quasi-totalité des inscriptions ciliciennes connues en 1998 dans Hagel/Tomaschitz 1998.

4 Goussé 2009.

5 Kubinska 1968.

6 Seuls quatre termes employés chacun à une reprise désignent uniquement une partie de la tombe. Il s’agit de κλισία (Heberdey/Wilhelm 1896, 69 n° 150), ὑποσόριον (Bean/Mitford 1970, 192 n° 213, la restitution de ce terme est cependant incertaine), βάθρον (Paribeni/Romanelli 1914, 155-164) et κρηπίς (Paribeni/Romanelli 1914, 85-87). En outre, on peut peut-être y adjoindre le terme de ἡµικύκλιον qui peut désigner soit l’ensemble du monument soit une seule partie.

7 Un autre terme, µάκρα, lui aussi issu du vocabulaire du bain, est employé en Cilicie Trachée.

8 Ce terme est utilisé uniquement dans deux inscriptions gravées sur des tombes rupestres de Korykos : Keil/Wilhelm 1931, 159 n° 402 et 202 n° 712. Le Liddell/Scott le traduit dans un contexte architectural par “vault, tomb”. D’autre part, G. Karo (Daremberg/Saglio IV.1, 197), écrit : « Varron et Hésychius rappellent que l’omphalos était la tombe de Python ». Sans aller jusqu’à voir une résonance de cette littérature dans les épitaphes, nous possédons donc des attestations de ce terme au sens de tombe. Cependant l’architecture décrite par les auteurs anciens pour le tombeau de Python n’a rien à voir avec celle des tombes rupestres sur lesquelles se trouvent les mentions de ce terme

9 Cet édit qui accorde en 212 le droit de cité romaine à l’ensemble des hommes libres de l’Empire eut pour conséquence l’adoption massive du gentilice Aurélius

10 Les propriétaires des tombes devaient généralement être également les bénéficiaires, mais nous ne connaissons pas les autres ayants droit.

11 En effet, la part des femmes dans les inscriptions de cette période est très faible, même lorsqu’elles sont associées à un homme. On peut supposer que les tombes n’étaient pas individuelles mais avaient une vocation familiale implicite. C’est en outre ce que laisse supposer la présence de formules indiquant une propriété sans mention des bénéficiaires sur des tombes rupestres avec plusieurs emplacements funéraires.

12 Ne sont comptabilisées ici que les mentions assurées.

13 À ce sujet voir Goussé 2009 (volume 1), 327-330.

14 Au sujet de ces inscriptions et des informations fournies voir Goussé 2009 (volume 1), 321-324.

15 Le terme de ἰατήρ est alors employé, à une époque plus tardive c’est celui de ἰατρός qui est privilégié. Deux exemples de cet emploi sont attestés dans des inscriptions des 2e-3e s. pC : Bean/Mitford 1965, 43 n° 47 et Heberdey/Wilhelm 1896, 96 n° 179. Une sage- femme est également attestée à cette époque : Bean/Mitford 1965, 43 n° 47.

16 Οἰκονόµος. Voir l’inscription : Bean/Mitford 1970, 105 n° 91.

17 Bean/Mitford 1965, 34 n° 36.

18 Dix-sept épitaphes présentent des personnes qui cumulaient deux activités. On trouve ainsi un cabaretier qui est également pêcheur à la nasse (Keil/Wilhelm 1931, 143 n° 279), un potier qui fabrique des sacs (Keil/Wilhelm 1931, 169 n° 470), un marbrier qui est aussi boulanger (Keil/Wilhelm 1931, 143 n° 273) ou encore un orfèvre qui est aussi maraîcher/jardinier (Keil/Wilhelm 1931, 152 n° 348).

19 À ce sujet voir Rey-Coquais 1977, 152-161 et 1979, 281-292. On a pu également observer, dans les siècles précédents, la mention de métiers, et notamment de corporations, dans les inscriptions funéraires de cités d’Asie Mineure comme Ephèse ou Hiérapolis (voir par exemple Merkelbach/Nollé 1980 et Pennacchietti 1967).

20 Respectivement : Keil/Wilhelm 1931, 133 n° 212 et Heberdey/Wilhelm 1896, 58 n° 133 et 134 pour les nourrices ; pour les sages-femmes : σώτειρα dans Bean/Mitford 1965, 43 n° 47 ; ἰατρίνη dans CIG IV, 447-448 n° 9164 et CIG IV, 354 n° 9209 ; ἰατρόµαια dans Keil/Wilhelm 1931, 144 n° 292 ; µαῖα dans Keil/Wilhelm 1931, 187 n° 605.

21 Dalisandos, Ezvendi, Gevinde, Kanytelis, Korykos, Mağara, Olba-Diocésarée et Sélinus.

22 Quatre archers sont cités dans les inscriptions de Séleucie du Kalykadnos, l’un est simplement qualifié ainsi (Hagel/Tomaschitz 1998, 357 Sel 53), un autre de « soldat des archers » (CIG IV, 454 n° 9216), un troisième de ‘soldat des archers impériaux’ (CIG IV, 453 n° 9207) et un quatrième de ‘chef des archers impériaux’ (CIG IV, 457 n° 9230). Les archers à cheval sont le type le plus répandu, était-ce ici le cas ? Il semble cependant que dans l’armée romaine, y compris tardive, ce type d’arme soit secondaire (Richardot 1998, 237). Les nombreuses mentions, par rapport au total des militaires, pourrait laisser penser qu’un corps d’archers stationnait à Séleucie du Kalykadnos. Il est probable qu’il appartenait à la prima Isaura sagittaria mentionné au 5e s. pC dans la Notitia Dignitatum (VII). Il s’agit « de troupes prélevées à la fin du IVe siècle sur les troupes limitanei pour venir renforcer celles du commitatus » (Rougé 1966, 310). Nos inscriptions évoquant des archers dateraient alors du 4e s. pC.

23 En effet, la Notitia Dignitatum ne mentionne qu’une seule place forte pour ces deux légions ; celle-ci est près de la mer et anonyme. Certains manuscrits la désignent sous le nom de Tarsus or cette cité est en Cilicie I, d’autres donnent ce nom à la mer. J. Rougé pense que cette cité est Séleucie « puisqu’elle est à peu de distance de l’embouchure du Calycadnos et que le siège de la ville en 354 nous l’a montrée puissamment fortifiée » (Rougé 1966, 310). Cependant les trois, puis les deux légions d’Isaurie devaient être réparties dans plusieurs petits lieux fortifiés (voir Rougé 1966, 311).

24 Je ne compte ici que les lieux où un nombre relativement important de noms de métiers apparaissent. Klaudiopolis, par exemple, ne fournit qu’une seule attestation de métier : un marchand de pains (ἀρτοπρατίσας), d’ailleurs la seule fois où cette profession est attestée (Duchesne 1880, 205 n° 27).

25 Κάπηλος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 4.

26 Dans Hagel/Tomaschitz 1998, 319 Mer 19 (lorsque je n’indique pas le terme en grec c’est qu’il est déjà apparu auparavant).

27 Dans Keil/Wilhelm 1931, 20 n° 38 (λανάριος) et 22 n° 40 (λινοξός).

28 Σαγανάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 46.

29 Λιθοξός dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 48.

30 Dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 8.

31 Il peut aussi s’agir d’un marchand d’herbes : λαχανοπώλης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 6.

32 Κηπουρός dans Keil/Wilhelm 1931, 22 n° 41.

33 Κοπιάτης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 317 Mer 4.

34 Σαργανάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 318 Mer 11.

35 Ἀρχιτέκτων dans Keil/Wilhelm 1931, 77 n° 99.

36 Ξυλικάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 84, 77 n° 95 et Hicks 1891, 267 n° 60.

37 Μαρµαράριος dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 91.

38 Ζωγράφος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 83.

39 Σαγγάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 89 et σακκᾶς dans Hicks 1891, 269 n° 67. Ce dernier terme pourrait aussi désigner le portefaix.

40 Keil/Wilhelm 1931, 77 n° 97 et n° 98.

41 Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 82.

42 Μουλαγόρας dans Keil/Wilhelm 1931, 76 n° 86.

43 Ἱερακάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 79.

44 Keil/Wilhelm 1931, 74 n° 80.

45 Γναφεύς dans Langlois 1854, 51 n° 157.

46 Ἀγναφάριος dans Keil/Wilhelm, 1931, 17 n° 27.

47 Ῥάπτης dans Keil/Wilhelm, 1931, 14 n° 11.

48 Καλιγάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 18 n° 30.

49 Βυρ (σεύς) ou Βυρ(σοποιός) dans CIG IV, 455 n° 9222.

50 Duchesne 1880, 199 n° 8 et n° 9.

51 Χαλκεύς dans CIG IV, 455 n° 9219 et 9220.

52 Μακελλάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 357 Sel 56 et 358 Sel 59.

53 Μάγκιψ dans CIG IV, 455 n° 9223.

54 Κηπουρός dans Paribeni/Romanelli 1914, 103 n° 79 ; Langlois 1854, 51 n° 157 et 52 n° 168.

55 Σαργανάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 363 Sel 76 et σαργάριος dans CIG IV, 455 n° 9222.

56 Ὑελιάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 14 n° 10.

57 Keil/Wilhelm 1931, 16 n° 22 ; Duchesne 1880, 199 n° 10 ; Hagel/Tomaschitz 1998, 362 Sel 74 pour les médecins ; Hagel/Tomaschitz 1998, 353 Sel 30 pour la sage-femme.

58 Πριβατάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 17 n° 26.

59 Πανδοῦρος dans Duchesne 1880, 201 n° 19.

60 Probablement ἁρµατοπηγός dans Langlois 1854, 51 n° 161.

61 Probablement ὀννάριος dans Hagel/Tomaschitz 1998, 358 Sel 58.

62 Keil/Wilhelm 1931, 15 n° 17.

63 Μονιτάριος dans Aström 1990, 57 n° 1

64 Ζυγοστάτης dans Hagel/Tomaschitz 1998, 363 Sel 79.

65 Keil/Wilhelm 1931, 110 n° 131.

66 Ἀρτοκόπος dans Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 170.

67 Κεραµεύς dans CIG IV, 452-453 n° 9201.

68 Κουρεύς dans Keil/Wilhelm 1931, 115 n° 177.

69 Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 167.

70 Νοµικός dans Keil/Wilhelm 1931, 111 n° 136.

71 Φύλαξ dans Keil/Wilhelm 1931, 110 n° 126.

72 Ταβουλάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 112 n° 161.

73 Ἐλαιοπώλης dans Keil/Wilhelm, 1931, 108 n° 114, 111 n° 139 et 140, 112 n° 162, 114 n° 164a et n° 172.

74 Κάπηλος dans Keil/Wilhelm 1931, 115 n° 184 et116 n° 192. Ποπινάριος ( ?) dans Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 168.

75 Θερµοπώλης dans Keil/Wilhelm 1931, 114 n° 165.

76 Καβιδάριος dans Keil/Wilhelm 1931, 108 n° 118.

77 À ce sujet voir Rougé 1966, 296.

78 Παραφύλαξ dans Keil/Wilhelm 1931, 199 n° 683.

79 Αὐράριος : Duchesne 1883, 242 n° 36 ; Keil/Wilhelm 1931, 152 n° 348 et 161 n° 413. Πρωταυράριος : Keil/Wilhelm 1931, 150 n° 335, 152 n° 351, 162 n° 428 et 188 n° 607. Χρυσοχόος : Duchesne 1883, 235 n° 10, 246 n° 54 et n° 55 ; Keil/Wilhelm 1931, 160-161 n° 411, 162 n° 423 et 175 n° 517.

80 Πλουµάριος : Keil/Wilhelm 1931, 144 n° 285, 154 n° 364 ( ?), 156 n° 378 ( ?), 159 n° 404, 162 n° 429, 165 n° 441, 172 n° 496, 176 n° 523 ( ?), 195 n° 665, 199 n° 685 et peut-être βαρ (βαρικάριος) : Keil/Wilhelm 1931, 142 n° 266.

81 Keil/Wilhelm 1931, 160 n° 409, 176 n° 528 et 190 n° 617.

82 Νοτάριος : Duchesne 1883, 244 n° 45.

83 Keil/Wilhelm 1931, 142 n° 266.

84 Ὀθονιακός : Keil/Wilhelm 1931, 182 n° 558 et 562 ; Langlois 1854, 42 n° 116 ; Duchesne 1883, 244 n° 42 et n° 43.

85 Καλιγάριος βαβυλωναρίου : Duchesne 1883, 243 n° 40.

86 Keil/Wilhelm 1931, 143 n° 273, 180 n° 554, 199 n° 683 et 204 n° 721.

87 Σιλιγνάριος : Keil/Wilhelm 1931, 201 n° 700 et 205 n° 727.

88 Βασυµνιάτης : Keil/Wilhelm 1931, 192 n° 645. Ἰτράριος : Duchesne 1883, 242 n° 35 ; Keil/Wilhelm 1931, 180 n° 549. Παστιλλάριος : Keil/Wilhelm 1931, 172 n° 495, 191 n° 636 et 209 n° 754. Pour des précisions sur ces termes voir Goussé 2009 (volume 1), 346.

89 Κογνυλεύς : Langlois 1854, 43 n° 126 ; Keil/Wilhelm 1931, 147 n° 309 et 187 n° 601. ἀσπαραγυλιωκογξυλεύς (pêcheur à casier de murex) : Keil/Wilhelm 1931, 198-199 n° 681.

90 Voir note 79.

91 Keil/Wilhelm 1931, 136 n° 226 et 144 n° 289.

92 Μυρεψός : Keil/Wilhelm 1931, 144 n° 289, 151 n° 344, 166 n° 448, 200 n° 699 et 202 n° 712.

93 Χαρτυφάντης : Keil/Wilhelm 1931, 147 n° 310 et 154 n° 361

94 Κεραµεύς : Langlois 1854, 41 n° 115 ; Duchesne 1883, 235 n° 11, 240 n° 26-28 ; Keil/Wilhelm 1931, 134 n° 220, 138 n° 251, 143 n° 276, 144 n° 283, 150 n° 326, 151 n° 337 et n° 346, 161 n° 411 et n° 412, 172 n° 491 et n° 492, 175 n° 512, 176 n° 519, 191 n° 627 et n° 635, 192 n° 640, 201 n° 702 et n° 708, 204 n° 726 et 206 n° 737. Ὀστρακάριος : Keil/Wilhelm 1931, 202 n° 718.

95 On trouve des artisans de la laine, du lin, des blanchisseurs ou fabricants de mantelets, des brodeurs, des cardeurs, des confectionneurs de braies, des fabricants d’habits, des fabricants ou vendeurs de linons, des fabricants de sacs, de tissus grossiers non foulés, des peigniers (ou fabricants de trieuses à laine), des tailleurs, des vendeurs de lin, un vendeur de manteaux, un autre de clannis, des tisserands dont un spécialisé dans le lin, un tailleur ou encore un dégraisseur. Sur ces métiers voir Goussé 2009 (volume 1), 331-334.

96 Par exemple un archidiacre est également médecin (Duchesne 1883, 245 n° 50). Pour l’ensemble des résultats voir Goussé 2009 (volume 1), 362-364.

97 Pour les résultats voir Goussé 2009, 355-357.

98 S’explique par la pauvreté et leur statut pouvant être servile.

99 On note la présence d’un joueur de pandore (Duchesne 1880, 201 n° 19) et peut-être d’un aulète (Keil/Wilhelm 1931, 180 n° 554).

Auteur

Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés EA 4027

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search