Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

Récits d’acteurs économiques échangeant avec l’Arménie

Texte intégral

N.

1Madame N. dirige une entreprise produisant des matériaux de construction (ciment, parpaings, poutres, câbles électriques). La chef d’entreprise affirme s’être toujours intéressée au sort des minorités de Turquie : les Kurdes, les Arméniens, etc. D’ailleurs Madame N. revendique son identité kurde et milite activement en faveur du droit des femmes dans le cadre d’une organisation qui ambitionne de réunir sous son parapluie des entrepreneurs femmes de la région du Sud-Est de la Turquie. Madame N. nous affirme être à la fois enchantée et extrêmement surprise par le manque de développement local en Arménie, au cours d’un voyage organisé par le Think Tank TEPAV, en 2011, qui la conduit pour la première fois en Arménie. Par la suite, alors qu’elle assistait à une réunion qui visait à favoriser les échanges interculturels entre la Turquie et l’Arménie, elle fit la rencontre d’un député arménien avec qui elle a développé l’idée de créer un partenariat pour promouvoir le commerce avec l’Arménie.

2Son interlocuteur en Arménie est le conseil des femmes d’affaires arméniennes. Elle a ainsi pu faire venir, dans le cadre d’un projet, des chefs d’entreprises arméniennes à Diyarbakır. Une partie du financement de ce projet a été soutenu par l’Ambassade des États-Unis à Erevan. Depuis, elle organise régulièrement des voyages à Erevan avec d’autres chefs d’entreprise. Ils exportent principalement du textile, du matériel de construction, des câbles électriques. Elle dit avoir importé depuis l’Arménie des produits cosmétiques et pharmaceutiques fabriqués de façon « artisanale ». Dans son organisation, Doğu ve Güneydoğu İş Kadınları Derneği, sont représentées 23 provinces turques. Une partie des membres « viennent des provinces frontalières avec l’Arménie ».

3Au-delà de son investissement associatif, Madame N. mène de nombreux échanges économiques réguliers avec l’Arménie par le biais de sa propre entreprise. À cette fin, elle a cofinancé avec d’autres responsables d’entreprises de Diyarbakır l’ouverture d’une succursale commerciale à Batoumi, en Géorgie. Ainsi, selon Madame N., lors des échanges commerciaux avec l’Arménie, les commandes de ses partenaires arméniens peuvent être satisfaites grâce à ce point de relais. Elle semble aussi inquiète du prix de ses produits vendus en Arménie en raison des frais supplémentaires dus à la fermeture des frontières. « Un produit d’une valeur de 5 dollars en Turquie vaudra approximativement 8,5 dollars en Arménie », remarque-t-elle.

4Aussi, les échanges turco-arméniens, dans le cadre des activités de notre interlocutrice, ont-ils principalement lieu à sens unique, prenant la forme d’exportation de produits turcs vers l’Arménie. Néanmoins, Madame N. travaille régulièrement avec une productrice arménienne de cosmétiques naturels à base de plantes. Alors que la fabrication de ces produits était initialement un complément de revenu pour cette femme, elle mène aujourd’hui son activité à temps plein, l’exportation de sa production vers la Turquie lui permettant de gagner sa vie.

5Ces cosmétiques sont le seul produit arménien importé que Madame N. parvient à citer. Interrogée sur le potentiel pour l’importation depuis l’Arménie, elle rappelle la « viande et le fromage », dont les coûts de production sont inférieurs en Arménie à ceux de Turquie, mais « les conditions et le temps de transport l’empêchent de faire venir des matières aussi périssables ». En effet, alors qu’il serait possible d’effectuer le trajet Diyarbakır-Gyumri en près de 5 heures, il en faut près de 20 lorsqu’on passe par la Géorgie.

6Madame N. a d’autres projets pour favoriser le rapprochement commercial turco-arménien. Afin de les former au marketing et à la vente, elle aimerait faire venir des artisans et des ouvriers arméniens, pour qu’ils puissent transférer ces compétences sur leur territoire. Elle affirme se sentir comme chez elle en Arménie tant « le pays (lui) rappelle la région de Diyarbakır par ses coutumes » et affirme que les Arméniens qu’elle invite « ressentent la même chose ».

7Madame N. estime que son travail vaut largement celui d’une ONG. Alors que le processus de rapprochement turco-arménien s’enlise, les échanges commerciaux qu’elle dirige progressent significativement et, selon elle, ont des conséquences directes sur le niveau de vie des Arméniens. À ses yeux, l’ouverture de la frontière turco-arménienne serait bénéfique pour les deux pays et « l’augmentation des échanges économiques étant de l’intérêt des deux pays, il devrait être un souci et un objectif prioritaires ».

8Enfin, elle dit bien connaître la communauté locale arménienne et faire « des affaires » avec certains membres de cette communauté : elle cite par exemple Anadolu Sigorta, une société d’assurance tenue par un Arménien de Diyarbakır (nous avons appris par la suite qu’il s’agissait en fait de Monsieur G., vice-président de la fondation Saint Giragos).

Mehmet

9L’entreprise de Mehmet est spécialisée dans la production et le commerce de câbles électriques. Il commerçait essentiellement avec l’Irak et la Syrie jusqu’à l’éclatement du conflit syrien. Monsieur Mehmet dirige le Comité du Syndicat des textiles de Diyarbakır, et du fait de cette fonction, il est régulièrement amené à rencontrer le préfet, auprès de qui il milite pour l’ouverture de la frontière turco-arménienne.

  • 1 Voir carte numéro 2.

10Celle-ci serait extrêmement intéressante à ses yeux car elle lui permettrait d’atteindre les marchés russe et kazakh1 grâce à l’union économique eurasiatique. Comme N., il passe par la Géorgie afin d’exporter vers l’Arménie, mais les coûts de transport le rendent moins compétitif. À ses yeux, l’Arménie étant un marché de faible taille et fermé, le « fournisseur qui l’emportera sera celui qui arrivera le premier ». Même si ce pays est pauvre, « même en comparaison à Diyarbakır », dit-il, il est certain que les problèmes politiques y sont moins importants qu’à Diyarbakır, et la croissance arménienne serait forte. Tout comme N., il s’est rendu pour la première fois en Arménie par le biais d’un voyage organisé par le TEPAV.

11Bien qu’il ne croie pas à l’ouverture prochaine de la frontière pour des raisons politiques, il s’efforcerait de faire pression sur l’administration dès qu’il en a l’occasion.

Jiber Textil

12Contrairement aux entreprises de « Monsieur Mehmet » et de N., dont les productions semblent assez locales, Jiber Textil exporte des sous-vêtements à travers toute la Turquie, si l’on en croit la carte de ses sites de production affichée dans le hall d’accueil de l’entreprise. Les dimensions de cette entreprise sont de fait sans commune mesure avec celles citées précédemment.

  • 2 Le directeur de Jiber Textil a été beaucoup plus réticent à renseigner les moyens d’exporter vers l (...)
  • 3 Ces propos sont écrits au conditionnel car les renseignements fournis sur le sujet furent faibles e (...)

13Jiber Textil exportait autrefois en Arménie, mais « plus maintenant » nous explique le directeur de l’entreprise. Contrairement aux deux entreprises précédentes, ses produits passaient d’abord par Istanbul, puisque ceux-ci étaient envoyés par cargo2. En 2010, il s’est rendu à la chambre de commerce d’Erevan où un « partenariat d’amitié » a été établi avec la chambre de commerce de Diyarbakır, lequel cependant « n’a jamais été reconnu par le gouvernement turc ». Il affirme qu’un autre déplacement de l’association des femmes d’affaires de Diyarbakır et de l’association des industries du textile n’a pas pu avoir lieu deux ans auparavant (2013), suite à l’annulation du vol Van-Erevan sur « intervention azerbaïdjanaise »3.

  • 4 Voir carte numéro 2.

14L’ouverture de la frontière représenterait une énorme opportunité économique à ses yeux. D’après lui, la corruption en Arménie serait faible, ce qui « rend le business facile » par rapport à l’Azerbaïdjan par exemple. Surtout, l’accès au marché économique eurasiatique est une opportunité importante4. L’homme s’est rendu quatre fois en Arménie : la première fois lors d’un déplacement officiel avec une trentaine d’hommes d’affaires, la seconde fois avec l’association des femmes d’affaires et l’association des industries du textile (lors de leur seconde tentative), la troisième fois avec « Monsieur Mehmet » que nous avons rencontré précédemment et une quatrième fois, seul.

15Sans que la question lui soit posée, le directeur de Jiber Textil affirme que de tous ses voyages à l’étranger, il est deux endroits dans lesquels il se sent chez lui : le sud-est de la Turquie (peuplé majoritairement par les Kurdes) et l’Arménie. Lui aussi emploie le terme génocide pour qualifier les événements de 1915 et si les Kurdes y ont participé, c’est à son avis par contrainte. Les Turcs sont les vrais responsables et les Kurdes aujourd’hui demandent pardon.

16Ainsi, malgré la différence des profils de ces trois entrepreneurs, tous font part de leur intérêt à commercer avec l’Arménie et de la nécessité d’ouvrir la frontière.

Notes

1 Voir carte numéro 2.

2 Le directeur de Jiber Textil a été beaucoup plus réticent à renseigner les moyens d’exporter vers l’Arménie que les deux personnes précédentes.

3 Ces propos sont écrits au conditionnel car les renseignements fournis sur le sujet furent faibles et difficiles à vérifier. Nous les rapportons dans le but de rester fidèle à ce témoignage et pour permettre une étude globale de ces différents propos, significatifs de la vision de notre interlocuteur.

4 Voir carte numéro 2.

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter