Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Glossaire

Texte intégral

1ABAY Kunanbay (1845-1905) : Poète national kazakh, salué par le régime pendant toute la période soviétique, il a su garder sa place dans le bréviaire national après l’indépendance. Ouvert à la culture russe, tout en s’identifiant au peuple kazakh, Abay est le poète qui sert à souhait l’État kazakh dont la population est essentiellement kazakho-russe.

2Abi : « Frère aîné » dans le sens commun, abi s’emploie avant tout pour signifier son respect envers quelqu’un de plus âgé que soi-même. Cependant, dans la terminologie fethullahçı, il désigne les hommes qui ont acquis un haut degré de connaissance au sein du mouvement. Il a un équivalent féminin, abla. Les abi et les abla sont les principaux porteurs de la pensée de Fethullah Gülen surtout dans les établissements scolaires.

3Afyon : Ville de Turquie de l’Ouest, où Said Nursi fut exilé. C’est là qu’il rédigea une partie de son œuvre, Risale-i-Nur.

4Ahlat : Nom historique donné à la région d'Erzurum, Van, Muş. Ahlat a une valeur sacrée pour Fethullah Gülen, qui ne cesse de rappeler qu’elle fut la porte d’entrée de l’islam en Anatolie.

5AITMATOV Tchinguiz : Poète national kirghize. Célèbre pendant la période soviétique, il devient avec l’indépendance de son pays le porte-drapeau du Kirghizistan à l’étranger. Écrivant en russe, ses romans ont été traduits en plusieurs langues dont le français. Il est actuellement ambassadeur de son pays en Belgique.

6AKÇURA Yusuf : Intellectuel turco-tatar de Russie (1876-1935), un des théoriciens de l’idéologie panturquiste qu’il expose dans « Les trois systèmes politiques ». Il finit néanmoins par rejoindre Mustafa Kemal, qu’il aide dans son entreprise de « fabrication » d’un nationalisme turc cantonné à l’Anatolie.

7Aksiyon : Magazine hebdomadaire proche du mouvement de Fethullah Gülen.

8Al AFGHANI Jamaleddin : Penseur musulman et intellectuel islamiste. Fondateur du salafisme.

9Ala Taou : Chaîne de montagnes qui s’étend entre le Kirghizistan et le Kazakhstan (appelée aussi Jaily Ala Taou). L’université fondée par la firme nourdjou Sebat a été baptisée Université Ala Taou.

10Alash Orda : Parti nationaliste kazakh actif au début du XXe siècle. Un parti politique portant le même nom a été créé au lendemain de l’indépendance mais il a une influence très limitée dans la vie politique kazakhe.

11Alpamich : Avec Manas, un des grands cycles épiques türk, populaire notamment chez les Kazakhs, les Karakalpaks, les Ouzbeks ; mis en forme sans doute au XVIe siècle, dans la région de Termez ; connu par la récitation du barde Fâzil Yoldashev (1922), adaptée par le poète Hamid Alimjân (1939). Une partie (l’histoire de Bamsi Beyrek) en est passée dans le « Livre de Dede Korkut ».

12Alperen : De « alp » (héros, brave) et de « eren » (qui a atteint), alperen est un qualificatif attribué aux premiers mystiques türk (entre le Xe et le XIIe siècle) qui, partis d’Asie centrale et du Khorasan, ont sillonné l’Anatolie pour l’islamiser. Ce terme a une valeur positive dans le discours de Gülen qui associe implicitement ses élèves aux premiers mystiques türk.

13Altın Nesil : Signifiant génération en or, Altın Nesil occupe une place importante dans le jargon du mouvement de Fethullah Gülen. Il désigne la brillante génération que le mouvement aspire à former dans ses écoles. Altın Nesil est également le titre d’une publication des lycées nourdjou du Kazakhstan.

14ALTINBAŞ AK Hüsrev : Grand calligraphe des Risale-i-Nur et proche de Said Nursi.

15Amu Daria : Long fleuve de 2620 kilomètres qui prend sa source dans le Pamir afghan pour se déverser dans la mer d’Aral après avoir traversé le Turkménistan et l’Ouzbékistan.

16Anadolu Koleji : Catégorie d’établissements secondaires en Turquie. La particularité de ces écoles est l’importance qu’elles accordent à l’enseignement scientifique en anglais. En Asie centrale, l’État turc et les entreprises nourdjou ont conçu des lycées en les prenant comme modèle.

17ARİPOV Abdulla : Né en 1941 dans la province de Kachkadaria, Abdulla Aripov est le poète national ouzbek par excellence. Auteur de plusieurs poèmes patriotiques, Aripov a aussi composé les paroles de l’hymne national. Député au parlement ouzbek, il est toujours à la tête de l’Union des Écrivains de son pays.

18Asya Finans : Banque créée par des hommes d’affaires proches de Fethullah Gülen. Asya Finans a été conçue pour faciliter les investissements de la djemaat en Asie centrale. Elle joue un rôle non négligeable dans la gestion des écoles dans les républiques turcophones.

19ATSIZ Ahmet Nihal : Panturquiste célèbre dans la Turquie de l’entre deux-guerres.

20AVLANIY Abdulla : Intellectuel djadid du début de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

21Avrasya : Chaîne de télévision de l’État turc qui arrose l’Asie centrale turcophone plusieurs heures par jour.

22Bachkir : Langue türk du groupe Nord-Ouest (kiptchak) parlée surtout dans la république autonome de Bachkirie au sein de la Fédération de Russie.

23BANNA Hassan al : (1906-1949), instituteur égyptien, un des pères fondateurs de l’islamisme contemporain. Il fonde en 1928 l’association des Frères musulmans.

24Baria : Nom d’une ville de l’Ouest de la Turquie. Said Nursi y a passé une certaine partie de son exil.

25Başkent : Nom de la société nourdjou qui gère les lycées au Turkménistan.

26Basmatchis : Mouvement de guérilla qui s’est longtemps opposé à la domination soviétique en Asie centrale. Enver Pacha et Djuneyd Khan font partie des figures historiques de cette résistance, commémorée positivement par les régimes post-soviétiques depuis une dizaine d’années.

27Bediüzzaman : Signifiant « La beauté de son temps » (en arabe), ce qualificatif désigne Said Nursi et montre à quel point les disciples admiraient leur maître.

28BEHBUDIY Mahmud Khodja : Intellectuel turkestanais (1875-1919) considéré comme l’un des pères fondateurs du mouvement réformiste (djadid).

29Belletmen : Dans les lycées fethullahçı, le belletmen est le jeune étudiant responsable d’un groupe d’élèves. Sorte de parrain, il remplace au lycée et à l’internat les parents de ses élèves en se mettant à leur écoute pour régler leurs problèmes quotidiens. Toute l’éducation et la morale nourdjou sont inculquées par les belletmen.

30Birlik : Birlik Halq Harakati, (Mouvement Populaire, Union) est l’appellation exacte de cette organisation très active entre 1988 et 1993, date à laquelle son leader Abdurrahim Polatov est obligé de quitter le pays.

31Bitlis : Ville de l’Est de la Turquie. Said Nursi y a reçu une partie de son éducation religieuse.

32BOUKHARI İsmail al : Grand juriste musulman du Xe siècle que le régime ouzbek post soviétique intègre dans son bréviaire national. Une grande madrasa basée à Tachkent porte son nom.

33Burdur : Ville de l’Ouest de la Turquie. Said Nursi y fut exilé. Une partie de son œuvre majeure, Risale-i-Nur a été écrite dans ce lieu d’exil.

34Cheikh Sait : Chef rebelle kurde qui en 1925 provoque un soulèvement armé à l’Est de la Turquie. De nature islamo-nationaliste kurde, sa révolte fut désavouée par Said Nursi. Cela n’empêcha pas certains chercheurs de faire l’amalgame entre les deux personnages, sans doute parce que tous deux s’appellent Said(t).

35COŞAN Esat : Chef de la confrérie nakchibendi en Turquie. Ses élèves sont présents en Asie centrale, au sein de la communauté turque expatriée. Esat Coşan est décédé en février 2001 dans un accident de la circulation.

36Dede Korkut : Dede Korkut désigne un personnage mythique, auteur d’une grande œuvre de la littérature türk, la geste oghuz, du nom d’une confédération tribale. Dede Korkut et son œuvre ont été largement mis à contribution par la Turquie dans sa politique de coopération culturelle avec l’Azerbaïdjan et le Turkménistan. Ces deux derniers pays, avec la Turquie, sont les trois États turcophones à avoir été le plus marqués par l’héritage de Deke Korkut.

37Dershane : « Salle de cours », en turco-persan, les dershane en Turquie sont des établissements privés de préparation aux concours universitaires. Les mouvements religieux, à l’instar des nourdjou, accordent une importance cruciale à ces établissements qui leur servent de lieux de formation et de recrutement.

38Derviche : « humble », « pauvre de Dieu » en persan, derviche désigne le disciple d’une confrérie ou tarikat.

39Diyanet Vakfı : Fondation gérée par la Direction des Affaires religieuses sous l’hospice du Premier ministre. La Diyanet Vakfı joue un rôle non négligeable dans la politique religieuse de la Turquie en Asie centrale.

40Djadidisme : Mouvement réformateur qui a marqué tous les musulmans de Russie et d’Asie centrale à la charnière du XIXe et du XXe siècle. Les intellectuels de ce courant furent contraints de se taire, certains furent exterminés pendant les purges staliniennes de 1937-38. La mémoire du djadidisme est ravivé par les régimes post-soviétiques, notamment en Ouzbékistan, afin de donne une plus grande légitimité aux nouveaux pouvoirs.

41Dost : « Ami » dans le sens commun. Dans la terminologie nourdjou des années 1970 il désigne les membres qui se situent non loin du sommet de la hiérarchie du mouvement, juste en dessous des varis.

42Emel : Revue panturquiste, très active entre les deux guerres. Signifie « espoir » en turc.

43Enver Pacha : Général jeune-turc connu pour son caractère intempestif et fougueux. Fervent partisan de la cause panturque, il se mit à la tête des maquisards basmatchi dans le Turkestan depuis peu investi par les Soviétiques. Il succomba en août 1922 dans le Sud de l’actuel Tadjikistan. Longtemps honni par l’idéologie officielle kémaliste, Enver Pacha fut réhabilité en 1992 et ses « cendres » furent rapatriées en Turquie.

44ERBAKAN Necmettin : Leader historique de l’islam politique turc. Fondateur du Refah Partisi qui l’a conduit au pouvoir en 1996, avant d’être destitué par l’armée en février 1997.

45ERDOĞAN Latif : Journaliste et éditorialiste proche de Fethullah Gülen.

46Erk : Erk (Libre) est un parti politique ouzbek issu d’une scission avec Birlik. Interdit en Ouzbékistan, ce mouvement se structure à l’étranger sous le leadership de Muhammad Salih.

47ERSOY Mehmet Akif : Poète turc, auteur de l’hymne national. Les intellectuels du mouvement nourdjou ont souvent recours à ses poèmes pour aborder l’Asie centrale.

48Erzurum : Province natale de Gülen à l’Est de la Turquie.

49Fatih : Nom d’une université privée d’Istanbul gérée par des universitaires qui s’inscrivent dans la mouvance de Fethullah Gülen.

50Fazilet Partisi : Créé au lendemain de l’interdiction du Refah Partisi (Parti de la Prospérité) en février 1997, le Fazilet Partisi (Parti de la Vertu) est considéré comme le continuateur de la formation dissoute par les militaires. En réalité, la situation est plus complexe puisque tous les anciens du Refah n’ont pas leur place dans le Fazilet.

51FITRAT Abdurrauf : Penseur djadid turkestanais né à Boukhara en 1886, leader dans les années 1910 et 1920 du mouvement réformiste des « Jeunes Boukhariotes », il a été marqué par son séjour estudiantin à Istanbul. Avec la progressive incorporation de tout le Turkestan dans l’Union soviétique, il cesse ses activités politiques et se consacre à la littérature et à la pédagogie. Il disparaît en 1938 dans les purges staliniennes.

52Fountain : Publication hebdomadaire nourdjou, en langue anglaise. Thèmes généraux et questions scientifiques dominent les colonnes de ce magazine.

53Frères musulmans : Puissant mouvement islamiste politique fondé par Hassan al Banna en 1928.

54GASPIRALI İsmail (1876-1935) : Intellectuel tatar (de Crimée) connu pour ses activités littéraires et pédagogiques pour le renouveau des peuples türk. Il est entré dans l’histoire pour avoir conçu Terjuman, un quotidien rédigé en langue turque simplifiée, compréhensible par des lettrés d’Istanbul, de Crimée et du Turkestan. Fondateur à ce titre d’un panturquisme « intellectuel », son héritage sera repris plus tard par des mouvements panturquistes irrédentistes. Auteur de la célèbre formule : « dilde, işte, fikirde birlik » : unité dans la langue, le travail et la pensée.

55GÖKALP Ziya (1876-1924) : Célèbre intellectuel dans la Turquie pré-républicaine et républicaine, Gökalp est considéré comme un des plus grands penseurs de l’histoire turque. Attiré au départ par le panturquisme, il s’est par la suite rallié au projet nationaliste d’Atatürk dont il devint l’idéologue.

56Hadith : Terme arabe qui désigne les actes et les paroles du Prophète Mahomet, les hadith ont une grande importance pour les courants islamiques de tous bords.

57HAYIT Baymirza : Intellectuel ouzbek, universitaire de renom installé en Allemagne, connu pour ses travaux sur l’Asie centrale.

58Hemşehrilik : Proche du terme français concitoyen, ce mot sert en turc à décrire le type de liens entre deux ou plusieurs personnes d’une même ville. Il est aussi un facteur de solidarité entre des gens provenant d’un même lieu. C’est notamment le cas de la communauté expatriée turque (nourdjou et autre) en Asie centrale dominée par des réseaux de solidarité régie par le sentiment d’appartenance à une même ville ou région.

59Hikmetler : Synonymes de paroles de sagesse et de puissance, les hikmetler désignent les poèmes écrits par le grand mystique türk Ahmet Yesevi.

60Hindou Kouch : Chaîne montagneuse qui culmine à 8400 m et qui délimite la frontière naturelle Sud-Est de l’Asie centrale.

61Hizan : Petit bourg proche de Nurs, village natal de Said Nursi.

62Ibn Taymiyya : (1263-1328). Juriste musulman, connu pour ses positions extrêmes envers les princes « mauvais musulmans », a inspiré les intellectuels islamistes radicaux dans le monde musulman (Maududi, Ibn Qotb, etc.)

63İmam Hatip : Terme turc qui signifie « imam prédicateur ». Il existe en Turquie des établissements qui forment des imam hatip. Des copies de ces écoles furent créées en Asie centrale mais pas toujours sous cette appellation.

64Işık evleri : Signifiant « maisons de la lumière », ışık evleri signifie dans la terminologie gülenienne les établissements où l’on fait ses « classes » avant d’entrer dans la communauté. Il s’agit généralement de grands appartements (de 4 à 10 personnes) ou de foyers universitaires financés par la djemaat et mis au service des jeunes étudiants.

65Isparta : Ville de l’Ouest de la Turquie où Said Nursi passa une partie de son exil et où il rédigea une partie de son œuvre majeure, la Risale-i-Nur.

66İstiklâl Marşı : Hymne national turc. Chanté dans les écoles de la djemaat en Asie centrale, il contribue aux bonnes relations entre le mouvement nourdjou et le gouvernement turc.

67Jam’at-i Islami : Mouvement islamiste fondé par Abu Ala Maududi en 1941 qui occupera une place non négligeable sur la scène politique indienne, puis pakistanaise après la partition de 1947.

68KAFESOĞLU İbrahim : Intellectuel turc (1914-1984) de tendance conservatrice et nationaliste dont la production intellectuelle servit de base théorique au courant de pensée dit « synthèse turco-islamique ». Fethullah Gülen a été beaucoup influencé par ses écrits.

69Kara Kum : Le « Sable Noir » est le nom d’un grand désert situé au Turkménistan, à l’Ouest de l’Amou Daria. Sa superficie dépasse les 300 000 km2. Il se situe essentiellement en Ouzbékistan.

70Karaim : Langue türk du groupe Nord-Ouest.

71Karakalpak : Langue turque proche du kazakh, de la famille kiptchak, parlée dans le Karakalpakstan, république autonome au sein de l’Ouzbékistan.

72Karavan : Un des plus grands journaux kazakhs en langue russe.

73Kardeş : « Frère » en turc, kardeş désigne dans la terminologie nourdjou des années 1970 le deuxième échelon dans la hiérarchie du mouvement. Tout en bas se trouvent les talebe, viennent ensuite les kardeş.

74Kastamonu : Ville de l’Ouest de la Turquie où Said Nursi passa une partie de son exil.

75KATEV : Kazakistan ve Türkiye Eğitim Vakfı, Fondation Éducative Kazakho-Turque, chargée de la gestion des écoles nourdjou au Kazakhstan.

76KATİAD : Kazakistan ve Türkiye İşadamları Derneği, Association des hommes d’affaires kazakho-turcs. Cette organisation, contrairement à ses semblables dans les pays voisins, n’est pas sous le contrôle des fethullahçı qui ont leur propre association, la KATEV.

77KEMAL Yahya : Poète et diplomate turc (1884-1958) de la période de transition entre l’Empire ottoman et la République, de culture à la fois traditionnelle (métrique de l'aruz) et européenne (française, habitué de la Closerie des Lilas), célébrant Istanbul, symbole des valeurs les plus durables de la culture ottomane. Il est très apprécié par Fethullah Gülen et ses disciples dans leur mission éducative en Asie centrale.

78Kestanepazarı : Quartier de la banlieue d’Izmir où Fethullah Gülen exerça pendant longtemps le métier de vaiz (prêcheur) et où il élabora les premières fondations de son mouvement.

79KHUDAYNAZAROV Berdinazar : Poète contemporain turkmène.

80Kiptchak : Famille linguistique türk (groupe sud-ouest) qui comprend le kazakh, le kirghize et le karakalpak.

81KITİAD : Abréviation de Kırgızistan ve Türkiye İşadamları Derneği, Association des hommes d’affaires turco-kirghizes, créée et contrôlée par des fethullahçı.

82Kızıl Kum : Grand désert (sables rouges) qui compose les 3/4 du territoire du Turkménistan.

83Köroğlu : Personnage en partie mythique qui aurait vécu au XVIe siècle et redécouvert par les courants novateurs de la littérature turque au XIXe siècle. Les récits de Köroğlu racontent les exploits d’un « bandit d’honneur » défenseur des opprimés. Connue et appréciée surtout en Turquie, en Azerbaïdjan et au Turkménistan, cette œuvre sert à développer les relations culturelles entre ces trois États.

84KORU Fehmi : Journaliste et éditorialiste, un des patrons du quotidien nourdjou Zaman, très proche de Fethullah Gülen.

85Korucuk : Village natal de Fethullah Gülen, dans la région d’Erzurum.

86KUTLULAR Mehmet : Personnalité nourdjou connue en Turquie, à la tête du groupe Yeni Asya, un des compagnons de Said Nursi.

87Maarif Vekaleti : Désignation du ministère de l’Éducation dans la Turquie pré-républicaine.

88MAHDUMGULİ : Poète turkmène (1733-1790), fondateur de la littérature de son peuple, Mahdumguli occupe une place primordiale dans l’identité nationale en gestation au Turkménistan.

89MANAS : Grande épopée populaire kirghize, redécouverte après l’indépendance du pays à des fins identitaires. La Turquie, à travers d’intenses activités d’édition, contribue à sa redécouverte pour mieux se rapprocher du Kirghizistan.

90Mardin : Ville du Sud-Est de la Turquie, abritant de nombreuses madrasas au début du XXe siècle. Said Nursi y a vécu brièvement.

91MAUDIDI Abu Ala : Penseur (1903-1979) né dans le sous-continent indien, fondateur du mouvement islamiste Jam’at-i Islami. Il est connu pour avoir introduit dans le vocabulaire islamiste la notion de djahiliyya, période d’ignorance (celle de l’époque préislamique et la nôtre).

92Med-Zehra : Mehmet Sıddık Dursun, nourdjou connu en Turquie, fut longtemps à la tête de Med-Zehra, un groupe de disciples de Nursi qui voulait réaliser le rêve du maître, c’est-à-dire créer une université sur le modèle d’Al Azhar.

93MENDERES Adnan : Homme politique turc (1899-1961), il fut Premier ministre de 1950 à 1960. Figurant parmi les fondateurs du Parti Démocrate en 1946, il se distingua par sa politique intérieure complaisante envers l’islam. D’où la sympathie qu’il eut chez les nourdjou. Destitué par les militaires qui s’emparèrent du pouvoir en mai 1960, il fut condamné à mort et exécuté.

94Mentzikert : Malazgirt en turc, nom d’une bataille qui se déroula en 1071 entre Turcs Seldjoukides et Byzantins. Malazgirt marque le point de départ de l’islamisation de l’Anatolie par les Turcs. À ce titre, elle occupe une place fondamentale dans les mythes fondateurs des mouvements socio-politiques turco-islamiques.

95Meshkètes : Minorité turque originaire du sud de la Géorgie, déportée en Asie centrale par Staline en 1944. Parlant un turc quasiment similaire au turc anatolien, les Meshkètes entretiennent d’excellentes relations avec les entreprises turques implantées en Asie centrale. De sanglants affrontements opposèrent cette minorité et des Ouzbeks dans la vallée de Ferghana en 1991.

96MHP, Milliyetçi Hareket Partisi : Parti du Mouvement Nationaliste, fondé par Alparslan Türkeş au début des années 1970. Il a changé de nom plus d’une fois, notamment au lendemain du coup d’État du 12 septembre 1980 qui le décréta illégal. Réorganisé et renforcé à partir de la fin des années 1980, il adopta peu à peu une ligne moins réactionnaire en s’appuyant sur un électorat plus urbain. Le MHP joue un rôle fondamental dans la politique turque en Asie centrale, grâce notamment à sa vieille tradition panturquiste.

97Millet : Notion de base dans la gestion ottomane des nationalités, millet désignait à cette époque les différentes communautés que comptait l’empire. Le principe de définition d’une millet était la religion, rien que la religion. Ainsi, l’empire comptait trois millet : musulmane (Turcs, Arabes, Kurdes, Albanais), chrétienne (Grecs, Arméniens) et juive. Chaque millet jouissait d’une relative autonomie interne.

98Miri Arab : Célèbre madrasa de Boukhara qui, ouverte du temps de l’Union soviétique, a participé à la formation de plusieurs générations de clercs musulmans.

99Nakchibendiyya : Confrérie religieuse fondée par Bahauddin Nakchibend, mystique qui naquit non loin de Boukhara en 1318. Cet ordre compte actuellement des disciples dans une bonne partie du monde musulman : Asie centrale, Caucase, Turquie, Moyen-Orient, Balkans, Europe occidentale. La tombe de Bahauddin, située à une dizaine de kilomètres de Boukhara, attire des pèlerins du monde entier. Le régime ouzbek tente depuis quelques années d’incorporer le patrimoine nakchibendi dans la culture nationale. Les disciples de Fethullah Gülen en Asie centrale se rendent régulièrement sur la tombe de ce mystique. NAVOÏ Alisher : Poète et écrivain en langue türk du XVe siècle, très vénéré par le pouvoir ouzbek contemporain.

100Nawrouz : Terme persan, désigne le 1er jour du printemps, le 21 mars, qui est aussi le premier jour de l’année. Nawrouz, tombé aux oubliettes pendant la période soviétique, effectue un retour triomphal grâce aux nouvelles idéologies d’État qui l’inscrivent dans les nouveaux bréviaires républicains. La république turque a suivi la mode en intégrant Nawrouz dans le calendrier des fêtes nationales.

101NÂZIM Hikmet : Poète turc (1902-1963) longtemps banni en Turquie pour son engagement communiste. Mort à Moscou, Nâzım Hikmet était très célèbre en Union soviétique. Il était un des rares poètes turcs à être connu par les populations turcophones d’Asie centrale. Réhabilité par la république turque très récemment, il est un pont culturel non avoué entre les Turcs de Turquie et les turcophones d’Asie centrale.

102NESİN Aziz : Écrivain, poète et compositeur de pièces de théâtre turc, connu pour ses positons très tranchées dans les débats sociaux en Turquie. Aziz Nesin faisait partie des rares écrivains turcs (avec Nâzım Hikmet) bien connus du public centrasiatique, grâce à son engagement communiste en Turquie.

103Nurs : Village natal de Said Nursi, dans la province orientale de Bitlis.

104O’zbekiston Ovozi : Nom d’un quotidien ouzbek (la voix de l’Ouzbékistan) qui joue le rôle de porte-parole du pouvoir.

105Oghuz : Groupe « Sud-Ouest » de la famille linguistique türk qui comprend le turc anatolien, l’azéri, le turkmène du Turkménistan et certains parlers turkmènes d’Iran. Le terme oghuz désigne aussi certaines tribus turques majoritaires dans l’Empire seldjoukide, précurseur de l’Empire ottoman.

106Oğuz Nesli : Nom de la publication officielle de la direction des lycées nourdjou au Turkménistan.

107Olympiade : Appellation des concours organisés chaque année dans les écoles soviétique à l’échelon local puis national pour déterminer les élèves les plus brillants. Cette tradition survécut à la disparition de l’Union soviétique. Les éducateurs nourdjou s’emparèrent de cette tradition pour lui donner un caractère plus international en organisant chaque année des olympiades rassemblant plusieurs pays d’Eurasie.

108Osh : Ville du Kirghizistan, dans la vallée de Ferghana, à la frontière ouzbèke. Majoritairement peuplée d’Ouzbeks, la ville fut le théâtre de violents affrontements ethniques entre Ouzbeks et Kirghizes en 1990.

109POLATOV Abdurrahim : Homme politique ouzbek qui s’est distingué durant les années de perestroïka en organisant des manifestations de nature nationaliste, bravant le pouvoir soviétique de l’époque. Fondateur du mouvement populaire Birlik (Union), Abdurrahim Polatov quitta son pays suite à des intimidations fortes exercées par le pouvoir. Installé d’abord en Turquie comme Muhammad Salih, son allié d’autrefois et rival d’aujourd’hui, Polatov a dû lui aussi quitter la Turquie afin d’apaiser les relations turco-ouzbèkes. Il vit actuellement aux États-Unis.

110Pomaks : Minorité bulgare musulmane de Bulgarie. On en trouve une faible communauté à Edirne et dans sa région. Gülen en parle dans certains de ses ouvrages.

111Prométhée : Nom d’une organisation (et d’une publication) panturquiste très active entre les deux guerres. Implantée en Europe, elle bénéficia largement de l’appui des mouvements anti-communistes européens, polonais et hongrois notamment.

112QODIRIY Abdulla : Intellectuel djadid turkestanais né à Tachkent en 1894. Comme de nombreux penseurs de son temps et de son genre, il périt lors des purges staliniennes de 1938.

113QOTB Sayyid (1906-1966) : Penseur islamiste radical qui a marqué les mouvements islamistes contemporains. Il radicalisa au maximum la matrice conceptuelle commune à Maududi et al Banna en développant la notion de djahiliyya jusqu’à interdire tout compromis avec le pouvoir en place et la violence politique comme règle de base de son programme. La radicalisation dans l’acte se double d’une radicalisation dans le verbe. Il place en effet au centre de sa réflexion un vieux concept musulman, tekfir, forgé par le juriste Ibn Taymiyya (1263-1328) et destiné, à l’époque, à dénoncer le caractère superficiel de la conversion des Mongols dont il fallait défier le pouvoir. Remis au goût du jour par Sayyid Qotb, le tekfir légitime la révolte et le djihad (guerre sainte) contre un pouvoir jugé peu conforme aux principes de l’islam.

114Refah Partisi : Nom du parti politique islamiste créé et longtemps dirigé par Necmettin Erbakan. En février 1997 ce mouvement fut dissout suite à de fortes pressions exercées par l’armée. Il s’appelait à l’origine, dans les années 1970, Milli Nizam, Ordre National, puis Milli Selamet dans la décennie suivante. Le Refah n’a jamais été attractif pour les néo-nourdjou de Gülen.

115Risale ou Risale-i Nur : « Lettre » ou « Lettre de la lumière », c’est généralement de cette manière que l’on désigne les œuvres complètes de Said Nursi, fondateur du mouvement nourdjou. S’apparentant à une sorte d’exégèse du Coran, Risale-i Nur a une valeur sacrée pour les nourdjou. Écrite en turco-ottoman du début du siècle, elle est difficile d’accès et exige un minimum d’initiation pour être comprise.

116Salafisme : Proche du wahhabisme, le salafisme désigne un mouvement fondamentaliste modéré. Fondé par Jamaleddin al Afghani (repris plus tard par Mohammad Abduh), il préconise une voie qui s’inspire des ancêtres et a surtout été actif au Maghreb.

117SALİH Muhammad : Intellectuel ouzbek, fondateur d’un parti politique, Erk (Libre), d’abord toléré par le pouvoir ouzbek qui l’autorisa même à participer aux élections présidentielles de décembre 1991, puis « encouragé » à prendre le chemin de l’exil. Après un bref séjour à Istanbul, Muhammad Salih, dont l’installation en Turquie contribua beaucoup à la détérioration des relatons turco-ouzbèkes, demanda l’asile politique à la Norvège où il vit actuellement.

118Samanyolu : « La Voix lactée » est le nom d’une chaîne de télévision turque qui s’inscrit dans la mouvance de la communauté de Fethullah Gülen. Elle diffuse ses programmes en Turquie, en Europe et en Asie centrale.

119Sebat : Société nourdjou qui gère les lycées du Kirghizistan.

120Şelale : L’une des deux entreprises éducatives qui gèrent les lycées nourdjou du Kazakhstan.

121Seldjoukide : Adjectif relatif à Seldjouk, fondateur de l’empire qui porta son nom. C’est cette dynastie qui, en 1071, ouvre l’Anatolie aux Turcs qui, sous de vagues nomades successives, vont alors entreprendre sa progressive turquisation. L’empire seldjoukide est absorbé par l’empire ottoman.

122Silm : Nom de la société nourdjou qui gérait (jusqu’à leur fermeture) les lycées turcs d’Ouzbékistan.

123Sızıntı : Une des plus anciennes publications de la communauté de Gülen. Le titre est pour le moins équivoque : Sızıntı vient du verbe sızmak qui signifie couler à travers de petits trous lentement (s’infiltrer). Employé dans les sciences dures, ce terme renvoie à une idée de dispersion et d’infiltration et sert souvent à désigner un liquide qui suinte. On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la méthode dont les idées de la communauté se propagent dans la société, lentement, par suintement et à travers le temps.

124SÜLEYMANOV Oljas : Écrivain et intellectuel kazakh contemporain. Rendu populaire par son engagement pendant la perestroïka pour l’arrêt des essais nucléaires à Semipalatinsk, Süleïmanov représente actuellement son pays en Italie.

125Sürat Yayınları : Maison d’édition spécialisée dans les manuels scolaires pour lycées et collèges, connue pour être au service du mouvement de Fethullah Gülen.

126Syr Daria : Un des plus longs fleuves qui traversent l’Asie centrale (2 206 km), le Syr Darya prend sa source dans les glaciers du Tian Schan au Kirghizistan, arrose et fertilise la vallée de Ferghana, puis le Kazakhstan méridional avant de s’assécher dans le désert, puisqu’il n’atteint plus la mer d’Aral.

127Takiyye : Attitude d’un individu ou d’un groupe qui, suite à une persécution (ou par simple précaution), cache ses véritables opinions religieuses (islam). Provisoire, ce comportement doit prendre fin avec l’apparition de conditions moins hostiles à l’exercice des opinions religieuses défendues.

128Talebe : Talebe désigne dans le vocabulaire de la hiérarchie nourdjou des années 1970 l’échelon le plus bas. Les talebe sont les nouvelles recrues dans le mouvement.

129Tanzimat : Nom donné à l’ensemble de lois réformatrices adoptées sous l’Empire ottoman à partir de 1856 mais surtout 1876.

130Tarikat : Terme arabe (voie, chemin) qui désigne un ordre mystique ou confrérie en islam.

131Tasavvuf : Mot arabe correspondant à la quête mystique. Plusieurs termes lui sont apparentés : le mutasavvıf est ainsi celui qui chemine sur la voie mystique, tandis que le soufi est celui qui a atteint l’état de perfection

132Tchagatay : Famille linguistique türk qui comprend l’ouzbek et l’ouïghour parlés de nos jours essentiellement en Ouzbékistan et au Turkestan oriental. Le tchagatay était aussi une sorte de lingua franca pour tous les lettrés d’une bonne partie de l’Asie centrale.

133TCHOLPAN Abdülhamid : Écrivain et intellectuel turkestanais né en 1897 à Andijan, grande figure du mouvement réformiste djadid. Il a disparu lors des purges staliniennes de 1938.

134Tebliğ : Le tebliğ, dans la terminologie de Gülen, signifie une conversion, un prosélytisme ouvert. Estimant qu’il ne correspond pas aux temps modernes et aux aspirations des sociétés contemporaines, Gülen préconise de le remplacer par le temsil.

135Tekke : Tribu turkmène présente essentiellement au centre du pays. Elle est la plus influente des nombreuses tribus qui composent le pays. Son prestige lui vient également de l’histoire puisque la résistance contre les Russes à Göktepe en 1881 fut essentiellement tekke. L’actuel président, Saparmurad Niyazov est issu de cette tribu.

136Temsil : Synonyme de « représentation » et « d’exemplarité », ce terme désigne la méthode par laquelle le mouvement de Gülen diffuse son message en Asie centrale. Le leader nourdjou suggère à ses disciples d’offrir à leurs partenaires un comportement et une attitude exemplaires qui vise la diffusion d’une éthique sans s’intéresser aux conversions et au prosélytisme au sens strict. Dans la terminologie de Gülen, temsil s’oppose à tebliğ.

137Tenvir Neşriyat : Maison d’édition nourdjou contrôlé par le groupe Med-Zehra (de Mehmet Sıddık Dursun).

138Terjuman : Nom du quotidien créé par le réformateur tatar İsmail Gaspıralı. Ce journal était écrit dans un turc très simple et diffusé dans tout le monde turcophone.

139Tevhidi tedrisat kanunu : Nom donné à la loi qui a unifié l’enseignement en Turquie en 1928.

140Tillo : Ville de l’Est anatolien. Said Nursi y a reçu une partie de sa formation.

141TİMUR, Tamerlan ou Amir (ou Emir) Timur : Né en 1336 dans une tribu turco-mongole dite Barlas, Tamerlan est le fondateur d’un empire plus vaste que toute l’Asie centrale actuelle. À sa mort en 1405, son empire est partagé entre ses quatre principaux descendants, fils et petits-fils qui fondent des dynasties séparées régnant sur la Perse, la Transoxiane et l’Afghanistan. Absents dans l’historiographie soviétique, Timur et les timurides sont intégrés au premier rang dans « la nouvelle histoire ouzbèke » et considérés comme des héros nationaux. Désigné par le jeune État ouzbek comme le père de la nation, Amir Timur jouit d’un culte sans limites.

142Turan Mecmuası : Périodique créé au début du XXe siècle par un mouvement pantouranien de Hongrie. Il s’illustra par ses publications virulentes contre le communisme.

143Türk Dünyası Araştırmaları Vakfı : Fondation panturquiste qui nourrit des ambitions et des projets pour le monde turcophone. Elle se distingue par ses nombreuses publications sur l’Asie centrale et l’envoi dans ces pays d’éducateurs de disciplines variées.

144TÜRKEŞ Alparslan : Leader historique de la droite extrémiste et panturquiste turque. Türkeş fut le fondateur et longtemps chef incontesté du Parti de l’Action Nationaliste. Mort en 1995, Türkeş s’était distingué les dernières années de sa vie par une présence très active dans la politique turque en direction des États turcophones.

145UTİD : Abréviation de Özbekistan ve Türkiye İşadamları Derneği (Association des Hommes d’Affaires Turco-Ouzbeks). Créée et contrôlée par des hommes d’affaires fethullahçı, cette organisation est menacée de fermeture par le gouvernement ouzbek, hostile à toute forme de présence religieuse étrangère sur son territoire.

146Vaiz : Terme qui signifie prêcheur. Fethullah Gülen commença sa carrière en tant que vaiz, rémunéré par l’État turc.

147Vakıf : Terme turco-arabe désignant un bien de mainmorte, consistant en une somme en numéraire ou en un bien foncier qu’un donateur offre ou lègue à une institution religieuse ou charitable. De tels biens n’étaient pas soumis à l’impôt et ne pouvaient être saisis. C’est sur des vakıf que repose la capacité économique d’une mosquée, d’un couvent ou d’une quelconque organisation religieuse (ou civile par extension).

148Van : Ville de l’Ouest de la Turquie. Said Nursi y vécut une partie de sa jeunesse. Van abritait d’importants centres religieux au début du XXe siècle.

149varis : Dans la terminologie nourdjou des années 1970, varis, « les héritiers », désigne le sommet de la hiérarchie. Une poignée de vieilles figures du mouvement, souvent des compagnons de Said Nursi composent le cercle étroit des varis.

150Volkan : Journal de sensibilité islamiste dans lequel Said Nursi signa quelques articles en 1909.

151Wahhabisme : Courant religieux apparu à la fin du XVIIIe siècle, dont l’objectif était de retourner à la pureté première de l’islam sunnite en rejetant toutes les innovations suspectes et les superstitions, au nombre desquelles étaient comptés le soufisme et les confréries. Son fondateur, Muhammad Abd al Wahhab appartenait à l’école de droit rigoriste du hanbalisme. Originaire d’Arabie, le wahhabisme s’est ensuite propagé dans le reste du monde musulman. Son arrivée en Asie centrale après les indépendances s’est effectuée par des canaux pakistanais essentiellement.

152Yamanlar Koleji : Célèbre grande école privée à Izmir. Une bonne partie des jeunes cadres du mouvement de Gülen fut formée dans cet établissement.

153Yeni Asya : Une des nombreuses branches du mouvement nourdjou, Yeni Asya est actuellement dirigée par Mehmet Kutlular et se consacre essentiellement à des activités d’édition nourdjou.

154Yeni Nesil : Yeni Nesil est un groupe nourdjouen 1989 à la suite d’une scission avec Yeni Asya. Il désigne également la publication officielle des lycées de la direction générale des lycées du Kazakhstan. Asya (Asie) et Nesil (génération) sont des termes très chers aux différents courants nourdjou qui les utilisent et se les disputent parfois comme ce fut le cas en 1989.

155YESEVİ Ahmet : Mystique türk du XIe siècle, fondateur de la confrérie qui porte son nom, voir yeseviyya. Ahmet Yesevi et son héritage sont redécouverts depuis la fin de l’URSS par l’Ouzbékistan et le Kazakhstan et utilisés à des fins identitaires. La Turquie s’intéresse également à cet héritage qu’elle tente de présenter comme commun à tous les peuples türk.

156Yeseviyya : Confrérie fondée par Ahmet Yesevi, mystique du XIe siècle. Très active dans la diffusion de l’islam et de la turcité dans les steppes d’Asie centrale et en Anatolie, cette confrérie fut largement absorbée par sa concurrente, la nakchbendiyya, au XIVe siècle. Interdit pendant la période soviétique, l’héritage de Yesevi est réintroduit dans les patrimoines nationaux des Ouzbeks et des Kazakhs. Les Turcs intègrent ce même héritage dans leur politique culturelle et éducative à destination de l’Asie centrale.

157Yomut : Nom de la plus influente tribu au Turkménistan.

158Zaman : Quotidien et principal organe de presse de la communauté de Gülen. Zaman (Le Temps) est édité dans plusieurs pays européens et dans les républiques d’Asie centrale (sauf en Ouzbékistan).

159Zeytinburnu : Quartier populaire sur la rive européenne d’Istanbul. Une importante communauté turkestanaise (kazakhe et ouïghoure) y vit. Zeytinburnu occupe une place de choix dans les réseaux d’échange entre la Turquie et l’Asie centrale.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540