Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Chapitre 5 : Relais et réseaux des écoles nourdjou en Asie centrale

Texte intégral

1Loin d’être marginalisés dans leur environnement centrasiatique, les établissements de la djemaat sont insérés dans un processus complexe de relations publiques afin de gagner une légitimité, indispensable à l’accomplissement des missions qui leur sont assignées. La stratégie de séduction vise principalement trois catégories d’autorités : les organisations turques expatriées qui les financent en partie, les gouvernants centrasiatiques en place qui légifèrent en matière de coopération éducative et les parents d’élèves dont le soutien est primordial pour les nourdjou lorsqu’ils doivent négocier leur présence avec les autorités locales.

2La démarche que suivent les nourdjou en Asie centrale varie en fonction du contexte et de l’autorité dont il s’agit de gagner la confiance, mais, dans tous les cas, le modèle de réussite scolaire proposé aux élèves et le caractère moderne de leur enseignement sont mis en avant dans leurs actions de marketing. Les appuis et relais en Asie centrale peuvent être classés en deux catégories, ceux sur lesquels la djemaat peut déjà compter et ceux qu’elle se gagne en peu de temps grâce aux résultats de ses écoles.

Les appuis « acquis d’avance » ou les organes de la djemaat

3À leur arrivée en Asie centrale, les missionnaires nourdjou ne pouvaient Pas compter sur une communauté turque déjà installée dans ces pays. En Europe, par exemple, la population immigrée turque a toujours été un appui fondamental aux différents mouvements socio-politiques et religieux désireux de s’établir dans les villes européennes. On pense notamment aux réseaux d’entraide que les Turcs d’Europe ont fournie à de grandes formations politiques turques (Refah, les organisations alévies, etc.). En Asie centrale, la communauté de Gülen ne disposait pas de courroies de transmission prééta­blies et a dû créer ses propres réseaux de solidarité.

  • 1 Voir Jean-Jacques MARIE, Les peuples déportés d’Union Soviétique, Bruxelles, Éditions Complexes, 19 (...)

4La seule communauté « turque » qui aurait pu soutenir le mouvement dans ses premières incursions dans ces pays était la minorité meshkète. Il s’agit d’une minorité turque originaire de Géorgie, déportée par- Staline pen­dant la Seconde Guerre mondiale, comme bon nombre de « peuples punis » Pour avoir « collaboré ou s’être apprêté à le faire » avec les troupes nazies lors de leur progression militaire vers le Caucase1. Mais le soutien de cette minorité ethnique ne pouvait guère être utile à la communauté de Gülen. En effet, en dépit de leur dialecte turc très proche de l’accent d’un habitant de Kars ou d’Erzurum, les Meshkètes n’ont aucun poids dans la vie politique des pays où ils sont présents. De plus, quelques années auparavant, en Ouzbékistan, dans la vallée de Ferghana, d’importants et sanglants affrontements ethniques avaient provoqué le départ d’une partie de cette communauté et le silence et l’effacement de ceux qui sont restés.

5De ce fait, la communauté de Gülen n’a d’abord pu compter que sur ses propres forces, c’est-à-dire sur les réseaux et relais nourdjou partis de Turquie en Asie centrale dès l’éclatement du système soviétique et l’ouverture de ces nouveaux Etats au monde. Un des organes de publication du mouvement en Turquie, le quotidien Zaman fait partie des premières implantations nourdjou en Asie centrale, pour le plus grand bonheur des responsables des lycées.

6Unique journal turc présent aux quatre coins du monde (Europe, Australie, Amérique et Asie), Zaman constitue incontestablement un des piliers de la présence turque en Asie, centrale, où il est édité depuis 1992 dans chaque capitale (sauf à Tachkent où il fut interdit en 1994 après une brève existence). Porte-parole des nourdjou et de leur leader turc Fethullah Gülen, le journal Zaman défend la même cause en Asie centrale mais avec cependant bien plus de subtilité puisque aucune page n’est consacrée aux questions religieuses, encore moins à la djemaat nourdjou. On constate d’autre part que Fethullah Gülen, pourtant souvent amené à s’exprimer en Turquie à travers Zaman, ne le fait jamais dans les éditions centrasiatiques du journal.

7Le premier numéro du journal Zaman est paru dans les kiosques en Turquie le 3 novembre 1986 à l’instigation d’un groupe d’intellectuels conservateurs partagés entre l’adhésion à la ligne politique du Parti de l’Ordre National de Necmettin Erbakan et le positionnement dans la mouvance de Fethullah Gülen, dont la vision de l’islam n’a pas l’aspect politisé que peut revêtir la conception erbakancı de la religion. Après une longue période de tergiversations, la direction du quotidien a choisi de suivre la ligne de Fethullah Gülen, devenu depuis président d’honneur du journal. Le directeur général, Ekrem Dumanlı, est connu pour sa fidélité à la communauté nourdjou.

8Dès 1990, cette liaison avec les nourdjou s’affiche ouvertement dans les colonnes du journal. La plupart des interviews du chef de la communauté nourdjou trouvent ici aussi une tribune exceptionnelle (avec l’hebdomadaire Aksiyon). Des personnalités importantes du mouvement occupent des postes- clef dans ce journal (Latif Erdoğan, İsmail Büyükçelebi et Fehmi Koru, les trois principaux responsables de l’édition). S’inscrivant dans la veine des projets de « dialogue et de tolérance », thèmes racoleurs de Fethullah Gülen qui ont fait la fortune de son mouvement en Turquie, la rédaction invite des intellectuels d’horizons variés à écrire dans les colonnes de Zaman. Ainsi, des journalistes comme Etyen Mahçupyan, Ferhat Kentel, sans être du mouvement, écrivent dans ce quotidien.

  • 2 Le site internet de Zaman est très riche en informations, archives et sites de renvoi. Voir www.zam (...)

9Le journal, avec un tirage d’environ 300 000 exemplaires, occupe une place importante dans la presse en Turquie et parmi les quotidiens populaires du pays. Privilégiant le débat et les analyses approfondies de l’information, Zaman donne l’image d’un quotidien sérieux, mené par des professionnels du journalisme moderne. Édité aussi dans les villes de province (Adana, Erzurum, Izmir et Istanbul), il est bien diffusé à travers tout le pays2. Dès le départ, les dirigeants du journal cherchent à le doter d’une stature internationale, en concevant des éditions différentes et adaptées dans plusieurs pays du monde comme les États-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Roumanie où il est souvent hebdomadaire. Les éditions à l’étranger se font souvent en langue vernaculaire, sauf en Allemagne et aux États-Unis où le lectorat se compose surtout des expatriés turcs. L’Allemagne, qui en compte quatre millions, constitue en effet un marché de taille pour Zaman.

10Les quotidiens Milliyet, Hürriyet, Türkiye et Tercüman sont tout aussi présents en Europe grâce à leur édition allemande mais ils sont totalement absents dans l’ex-URSS, où Zaman s’est implanté dès le début de la décennie 1990. Le professionnalisme des journalistes de Zaman, la bonne couverture des informations de Turquie et du monde et son ouverture à un lectorat plus large que les simples lecteurs d’obédience nourdjou – des laïcistes affichés lisent régulièrement Zaman – expliquent en grande partie son succès et son prestige.

11Outre l’Asie centrale qui compte beaucoup pour Zaman, ce quotidien est Présent en Azerbaïdjan (cinq fois par semaine, 7300 exemplaires de 12 pages) et, dans la Fédération de Russie, au Bachkourdistan et au Tatarstan, avec pour chaque république un tirage de 3000 et 3400 exemplaires de 12 pages. Aucune édition n’existe pour Moscou mais un correspondant permanent qui travaille avec ses collègues d’Oufa et de Kazan permet à l’édition d’Istanbul d’informer sur toute la Russie.

  • 3 Bayram BALCI, « Le journal Zaman en Asie centrale », Les Dossiers de l’IFÉA n° 5, Istanbul, janvier (...)

12Composante essentielle de la communauté de Fethullah Gülen, Zaman suit la logique d’implantation du groupe nourdjou dont les représentants arrivent dès 1991/92 pour évaluer les besoins de ces nouveaux pays3. En l’espace de quelques mois, grâce à des contacts noués avec des journalistes sur place, des bureaux ouvrent à Almaty, Bichkek, Achkabad et Tachkent, où l’aventure de Zaman sera de courte durée puisque la crise politique qui éclate entre la Turquie et l’Ouzbékistan en 1994 a pour conséquence immédiate et directe 1’interdiction du quotidien.

  • 4 Entretien avec Adem YILMAZ, directeur de Zaman Kazakstan, Almaty, 21 avril 1998.

13Zaman Kazakhstan propose une édition hebdomadaire comme la plupart des journaux du pays. Avec un tirage de plus de 15 000 exemplaires (il avait commencé à moins de 10 000) de 24 pages en turc, kazakh et russe, Zaman a réussi en peu de temps à se faire une place dans la presse écrite du Kazakhstan, même si on ne peut pas le comparer à des journaux comme Panorama, Egemen Kazakstan ou Karavan – ce dernier bénéficiant du soutien des grands milieux financiers de la capitale. La communauté turque expatriée et les Kazakhs qui travaillent dans les entreprises turques constituent l’essentiel du lectorat de Zaman. Les centaines de firmes turques (restauration, construction, commerce) font vivre le journal qui leur assure une bonne publicité grâce à sa diffusion dans l’ensemble du pays4.

14Zaman Kirghizistan avec un tirage de plus de 10 000 exemplaires de 12 pages chaque semaine, est loin de concurrencer les journaux kirghizes de langue russe comme Vecherniy Bichkek. Ses pages en turc, kirghize et russe lui attirent un lectorat diversifié, bien que le milieu de la coopération économique et éducative turco-kirghize soit le principal destinataire du journal, diffusé sur tout le territoire du pays grâce à l’existence dans chaque ville importante d’un lycée turc.

15Zaman Türkmenistan embauche dans ses locaux d’Achkhabad quatre journalistes turcs permanents et une quinzaine de Turkmènes chargés de la parution de l’hebdomadaire, l’un des meilleurs du pays, où la situation de la presse est déplorable depuis l’indépendance. Avec 16 000 exemplaires, de 16 pages hebdomadaires (bientôt bihebdomadaire), ce journal est avant tout le reflet du dynamisme de la présence turque dans cette capitale au paysage urbain complètement transformé par les entreprises turques. C’est en effet ici que les sociétés turques parviennent à décrocher le plus de contrats, notamment dans l’industrie textile et la construction.

  • 5 Entretien avec Mustafa GEREK, Zaman Kırgızıstan, Bichkek, 30 janvier 1998.
  • 6 Entretien avec Mirza ÇETİNKAYA, Zaman Türkmenistan, Achkhabad, 7 novembre 1998.

16Une des missions que la direction de Zaman assigne à ses représentations en Asie centrale est de jouer un rôle de passerelle entre la Turquie5 et le monde turcophone en multipliant les reportages sur la Turquie en Asie centrale et sur l’Asie centrale en Turquie. Il est fréquent de lire dans les colonnes de Zaman en Asie centrale des articles historiques sur les grands intellectuels turcs, l’empire ottoman, la société turque, etc. La coexistence des trois langues – turc, langue vernaculaire et russe – parfois une quatrième, l’anglais, permet de toucher tous les lectorats et toutes les communautés ethniques du pays. Le journal occupe une place particulière dans la vie des Turcs expatriés en Asie centrale où lycées, entreprises et même les ambassades « composent » avec Zaman. Un autre aspect de la mission des journalistes de Zaman réside dans leur prétention à être les « représentants » de la Turquie dont ils veulent défendre les couleurs et la réputation en Asie centrale6. La diffusion de la langue, la défense des intérêts de la Turquie et la promotion de la turcité sont les principaux objectifs avoués des jeunes journalistes.

17Bien qu’ils s’en défendent, la mission de ces journalistes ne s’arrête pas à la représentation de la Turquie et de la turcité. Le discours de la djemaat et sa diffusion occupent une place notoire dans leur activité et une attention toute particulières est accordée à la méthode de promotion des idées du mouvement. En Turquie, Zaman est ouvertement au service de la djemaat où les membres y expriment leurs idées. En Asie centrale, cela se fait plus subtilement, sans les photos de Fethullah Gülen ou les articles historiques sur Said Nursi. Les entretiens effectués avec les journalistes ne laissent aucune place au doute, tous sont marqués par la philosophie de la djemaat et cela n’est pas neutre, sans influencer pour autant leur héritage.

18Si officiellement aucun lien organique n’existe entre les directions générales des lycées et le journal Zaman, en pratique les deux institutions agissent de concert et ont une existence complémentaire Tune de l’autre. Précédant l’ouverture des lycées dans ces États, le journal Zaman envoya d’abord des correspondants dans chaque république pour informer le lectorat turc sur le mythique Türk Dünyası – monde turc – qui faisait la « Une » de la presse en Turquie au lendemain de l’implosion de l’Union soviétique. Outre leur activité de journalistes, les correspondants étaient investis d’une seconde mission qui consistait à faciliter l’ouverture des lycées en Asie centrale.

19Grâce à la rapidité des contacts noués avec des personnalités importantes des médias d’Asie centrale, les envoyés de Zaman firent la promotion des lycées auprès de leurs confrères. Intégrés dans le tissu éducatif local, les lycées continuèrent de bénéficier de l’appui de Zaman qui participa à la campagne de promotion des établissements nourdjou. Usant de leur influence auprès de leurs confrères kazakhs, kirghizes ou turkmènes, les journalistes de Zaman invitent leurs collègues à défendre la cause des lycées auprès des autorités locales.

20Les confrères « autochtones » aussi y trouvent évidemment leur compte. En effet, en pleine crise avec l’obtention soudaine et presque à contre-cœur de l’indépendance, les organes centrasiatiques de presse, véritables courroies de transmission d’un pouvoir aux abois, sont obligés de licencier leur personnel devenu trop coûteux. Dans cette situation de crise financière des médias d’Asie centrale, l’arrivée de Zaman, épaulée par les puissantes entreprises turques, est une aubaine pour certains journalistes kazakhs, kirghizes, ouzbeks ou turkmènes qui peuvent bénéficier des « bons salaires » assurés par le quotidien turc. À titre illustratif, au Turkménistan, alors qu’un journaliste de Türkmenistan, présent dans l’équipe depuis dix ans ou plus touche un salaire de 25 dollars par mois (en automne 2002), son collègue turkmène embauché par Zaman en touchera cinq voire sept fois plus. Toutefois, certains journaux ont une situation financière comparable (voire meilleure) à celle de Zaman, comme le quotidien kazakh Karavan qui sert de support publicitaire à beaucoup d’entreprises économiques créées au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance.

21Les débouchés (stages et emplois pour les élèves sortant des lycées) qui peuvent être proposés par Zaman constituent en fait la pierre angulaire de la coopération entre les écoles et le journal. Régulièrement, en été ou pendant les vacances scolaires, de jeunes lycéens ont la possibilité de suivre des cours de formation aux métiers du journalisme. Les écoles et centres de langues de la djemaat reçoivent, quant à eux, les journalistes autochtones de Zaman et mettent à leur disposition des cours gratuits de turc, d’anglais et d’informatique.

  • 7 Ainsi, en Turquie, l’opinion publique est informée surtout par Zaman de la bonne réputation des éco (...)

22La coopération entre Zaman et les lycées n’en est cependant qu’à ses balbutiements. Les élèves issus des écoles fethullahçı ne sont pas encore dans la vie active pour donner à cette coopération la dimension escomptée par les responsables de la djemaat. En l’état actuel des choses, Zaman est surtout une vitrine de la djemaat et un groupe de pression qui cherche constamment à défendre les intérêts des établissements dans chaque pays et en Turquie7.

  • 8 Sur les particularités du quotidien Terjuman, voir Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelque (...)

23La présence de Zaman en Asie centrale fait inévitablement penser à Terjuman, ce quotidien djadid créé à la fin du XIXe siècle par le savant réformiste turco-tatar İsmail Gaspıralı. Rappelons que ce quotidien véhiculait une langue türk standardisée qui permettait l’intercompréhension des lettrés de l’époque d’Istanbul à Kachgar8. Comme Terjuman, Zaman est présent dans une vaste région qui s’étend d’Istanbul jusqu’à la frontière chinoise, au Kazakhstan et au Kirghizistan. Mais la comparaison ne va guère plus loin. Les deux quotidiens n’ont pas la même ambition. Zaman ne cherche pas à véhiculer une langue commune mais il assure à son lectorat, dans chaque pays, des services en deux langues, turque et locale. Contrairement à Terjuman, Zaman ne colporte pas une idéologie panturkiste mais se veut le porte-parole d’une djemaat à l’idéologie turco-musulmane. En Asie centrale, sa mission est facilitée par l’assistance que lui procurent les associations d’hommes d’affaires créées par des expatriés turcs dont la plupart sont des disciples de Fethullah Gülen.

24En effet, une autre originalité de la présence économique turque en Asie centrale est son fonctionnement dans un cadre associatif. Arrivés dans ces États au début des années 1990 et confrontés aux difficultés d’adaptation à un marché où les coutumes sont à la fois nombreuses et les règles normatives inexistantes, les entrepreneurs turcs, une fois familiarisés avec les milieux économiques de ces États, se dotèrent d’organisations afin de résister aux bouleversements engendrés par les indépendances. En Ouzbékistan, au Kazakhstan et au Kirghizistan, dès 1995, alors que le champ juridique et politique est toujours peu propice à la création d’organisations privées, des hommes d’affaires turcs créent leurs associations. Toutes poursuivent des objectifs identiques : favoriser les échanges économiques entre la Turquie et l’Asie centrale, sans oublier l’appui nécessaire aux écoles financées par les hommes d’affaires.

  • 9 Entretien avec Yusuf YILMAZ, président de l’association à Tachkent, que nous avons rencontré à plus (...)

25L’UTİD, Özbekistan ve Türkiye İşadamları Derneği (Association des Hommes d’Affaires Turco-Ouzbeks), fut créée en mai 1995 – la première de la sorte en Asie centrale – afin, selon les termes de son président, « d’accroître le volume des échanges économiques entre la Turquie et l’Ouzbékistan et d’œuvrer pour la consolidation de la fraternité entre les deux États9 ». Lors de sa création, l’association comptait 25 entreprises ouzbèkes et autant de turques. Fin 1999, elle en comptait 100. Dès sa création, elle fut accréditée auprès du ministère des Affaires étrangères comme un organisme d’utilité publique, ce qui lui permet de jouir d’avantages considérables, notamment celui de pouvoir obtenir facilement des visas aux hommes d’affaires de Turquie, privilège non négligeable dans un pays où l’obtention d’un visa passe Par des tractations usantes avec les autorités consulaires.

  • 10 Cette compagnie a été fondée et dirigée par deux enseignants de l’université – fethullahçı – intern (...)

26L’UTİD a servi d’exemple aux hommes d’affaires turcs actifs dans deux républiques voisines, le Kazakhstan et le Kirghizistan. Le Turkménistan a cependant toujours été hostile à la création de toute association qui échappe au contrôle de l’État. En revanche, une société au statut ambigu10, Bahar Limited Company, proposait le même type de services à Achkhabad, dans la capitale turkmène, dans les premiers mois de 1998. N’ayant pas réussi à se trouver une clientèle suffisamment importante malgré le grand nombre d’entreprises turques, elle fut contrainte de fermer ses portes après quelques mois d’existence.

27La KATİAD, Kazakistan ve Türkiye İşadamları Derneği (Association des Hommes d’Affaires Turco-Kazakhs), tente, à sa manière, d’encourager les investisseurs des deux pays dont elle est la représentante. À Bichkek, au Kirghizistan, la même organisation existe, sous une autre appellation, KITİAD, Kırgızıstan ve Türkiye İşadamları Derneği, Association des Hommes d’Affaires Turco-Kirghizes. Toutes ces associations, en menant des études et des recherches sur le marché local, tentent de déterminer les bons créneaux d’investissements et invitent des entreprises turques à s’engager dans les secteurs les plus porteurs.

  • 11 UTİD Haber Bülteni (en turc), Tachkent, n° 1, 1996.

28Les services rendus ou plutôt vendus, par ces associations sont sensiblement les mêmes dans les trois républiques. La liste des avantages que comportent l’adhésion à l’association UTİD, exposée dans son bulletin d’information numéro 111 est la suivante :

  • Traduire les nouvelles lois et décrets des Républiques d’Ouzbékistan, du Kazakhstan et du Kirghizistan et les mettre à la disposition des entreprises turques.

  • Organiser des séminaires pour former les hommes d’affaires turcs à la nouvelle législation ouzbèke, kazakhe ou kirghize.

  • En partenariat avec les autorités compétentes locales, servir de conseillers aux investisseurs turcs et gérer la coordination de leurs activités.

  • Fournir une aide pratique aux entreprises turques en difficulté (notamment leurs différends avec l’administration ouzbèke, kazakhe ou kirghize). L’expérience des premiers investisseurs turcs arrivés dans le pays est mise à contribution pour cette aide.

  • Aider les entreprises à trouver des bureaux et locaux de travail (achat ou location).

  • Faciliter les échanges entre les organismes centrasiatiques et turcs, notamment en aidant les uns et les autres à résoudre leurs problèmes de visas et de permis de séjour.

  • Accueillir des hommes d’affaires turcs, organiser leur emploi du temps, prendre rendez-vous avec les administrations demandées, etc.

29Cet ensemble diversifié d’activités et de services montre que le principal souci des créateurs des associations est de faciliter l’implantation des entreprises turques en Asie centrale. N’ayant pas toujours une bonne connaissance des principales caractéristiques législatives, financières et sociales du pays, elles font appel aux services de ces associations afin de mieux s’informer sur le marché ex-soviétique.

30Se comportant en véritables interlocutrices entre les gouvernements centrasiatiques et les investisseurs turcs, l’UTİD, la KITİAD et la KATİAD sont souvent sollicitées par les autorités ouzbèkes, kazakhes et kirghizes qui leur indiquent la nature des investissements qu’elles veulent attirer dans le pays. En tant que consultants, ces organismes jouent parfois le rôle d’un groupe de pression pour favoriser l’implantation de leurs clients.

  • 12 Entretien avec Ali BADEM, secrétaire adjoint d’UTİD, Tachkent, juillet 1999.

31Comme elle comporte une série d’avantages, l’adhésion à ces associations est payante. En Ouzbékistan, l’UTİD exige une somme de 1000 dollars lors de l’inscription et une cotisation mensuelle de 100 dollars. Les revenus engendrés par la cotisation des entreprises turques et ouzbèkes suffit à peine pour rémunérer les quelques Ouzbeks qui traduisent les nouvelles lois du russe ou de l’ouzbek en turc. D’autre part, certaines entreprises ne sont pas régulières dans le règlement de leurs cotisations mensuelles, ce qui complique le fonctionnement de l’association12. L’administration de l’association est confiée à son président, élu pour deux ans par les responsables des sociétés membres. En Ouzbékistan, spécificité ouzbèke oblige, il y a deux présidents, un Turc et un Ouzbek, règle de base qui s’applique à la plupart des organisations mixtes installées dans le pays. Au Kazakhstan et au Kirghizistan, le fonctionnement est le même, des élections régulières ayant lieu tous les deux ans pour changer le cadre dirigeant.

  • 13 Entretien avec Hüseyin MUŞLU, secrétaire général de la KITİAD, Bichkek, avril 1999.
  • 14 Sur les liens entre TİKA et les autres organisations turques en Asie centrale, voir Bayram BALCI, « (...)

32Toutes les entreprises turques présentes dans ces États ne sont pas obligées d’adhérer à ces associations. Par exemple, à Bichkek, sont membres de la KITİAD, « la plupart des sociétés turques de taille moyenne et en relative bonne santé », c’est-à-dire les deux tiers des entreprises venues de Turquie13. Au Kazakhstan où le nombre de sociétés turques est sans doute le plus élevé (250 en 1999), le nombre d’adhérents de la KATİAD n’est jamais stable, variant de 100 à 150. Toutes ces associations fonctionnent comme un groupe d’information et de pression. Représentatives du secteur privé turc en Asie centrale, elles ont des rapports complexes avec les opérateurs de la politique officielle turque en Asie centrale, à savoir l’attaché commercial de l’ambassade et l’agence TİKA14.

33L’arrivée des délégations officielles de Turquie ou le voyage d’un président centrasiatique à Istanbul ou Ankara permettent de resserrer les liens entre acteurs privés et publics turcs. En temps ordinaire, cette coopération entre ambassades et associations d’hommes d’affaires turcs est plus terne, à cause de l’aspect religieux de ces organisations, pourtant absent dans les fiches et prospectus de présentation. En effet, a priori, rien ne permet de déceler le caractère religieux de ces associations. Quand on est accueilli dans le bureau du chef ou dans celui de sa secrétaire qui sert de salle d’attente, seuls les prospectus vantant les produits et services des sociétés membres de l’association sont là pour permettre au visiteur de passer le temps. La bibliothèque qui s’y trouve est généralement « neutre » dans le sens où elle contient des livres dont les thèmes varient entre statistiques et bilans économiques sur le pays.

  • 15 Entretien avec İlhan İLDENİZ, président de l’Association des hommes d’affaires turco-kazakhes, Alma (...)

34Et pourtant, bien que n’apparaissant jamais dans les propos des dirigeants, les organes de publications et encore moins dans les règlements, l’idéal nourdjou inspire ces organisations. Les plus nombreuses et parmi les Premières à s’être implantées en Asie centrale, les entreprises turques dites nourdjou dominent les conseils d’administration de ces associations. À Tachkent (UTİD) et à Bichkek (KITİAD), ces associations sont incontestablement marquées par la pensée religieuse nourdjou. Pour le prouver, il suffit de s’entretenir avec les responsables des sociétés membres et de jeter un coup d’œil sur la bibliothèque de leur bureau. On peut, aussi, pour en être sûr, les observer en dehors de leur vie professionnelle. Les lieux de sociabilité qu’ils fréquentent confirment, si besoin est, qu’ils appartiennent bien aux cercles de la djemaat. En revanche, on peut parler d’une exception dans le cas de T association à Almaty où la KATİAD est dominée par des hommes d’affaires qui ne se positionnent nullement dans la mouvance des nourdjou15, ces derniers ayant une association à part, la KATEV, Kazakistan ve Türkiye Eğitim Vakfı (Fondation Turco-Kazakhe d’Enseignement), responsable du financement des lycées nourdjou dans ce pays.

35Généralement, ces hommes d’affaires nourdjou favorisent grâce à ces associations l’implantation de nouvelles entreprises nourdjou dans le pays, tout en restant ouverts à la coopération avec d’autres partenaires extérieurs. Plus concrètement, un homme d’affaires nourdjou qui veut venir en Asie centrale contacte d’abord ses confrères dans sa ville ou sa région. S’il a besoin d’un appui financier, il s’adresse à Asya Finans qui, comme on l’a vu, soutient les investisseurs turcs qui vont en Asie centrale. Cette grande institution financière nourdjou agit de concert avec les associations en Asie centrale. La coopération entre les deux facilite l’implantation de la communauté de Fethullah Gülen et le bon fonctionnement des lycées.

36Entreprise à part entière, la direction générale des lycées fethullahçı est membre de ces associations d’hommes d’affaires. L’association joue un rôle fondamental dans le fonctionnement des lycées. Lieu de rassemblement de la plupart des entreprises turques – puisque la plupart des sociétés turques présentes en Asie centrale sont fethullahçı -, les associations encouragent les entrepreneurs à soutenir les écoles. Les fonds qui viennent de Turquie parviennent aux lycées grâce à ces associations qui jouent ainsi un rôle d’intermédiaire entre les compagnies turques (de Turquie et d’Asie centrale) et les lycées.

37Des aides directes peuvent être apportées par ces associations aux lycées, notamment à travers des dons de denrées alimentaires pour les cantines, des travaux de rénovation des établissements scolaires ou encore l’achat de mobilier ou de matériel pédagogique. En échange, les directions générales des lycées proposent au personnel local des associations des cours gratuits de turc, d’anglais et d’informatique. Les élèves peuvent également, par le biais des associations, travailler ou effectuer des stages dans les entreprises turques et étrangères implantées dans le pays.

  • 16 Entretien avec Sabri SELVİ, correspondant permanent d’Anadolu Haber Ajansı (Agence de Presse Anatol (...)

38Membres de la djemaat de Fethullah Gülen, le journal Zaman et les associations d’hommes d’affaires dont il a été question apportent leur soutien à ces lycées « par devoir » en tant que missionnaires de la communauté en Asie centrale. En revanche, la djemaat bénéficie aussi de l’aide de milieux qui ne lui sont pas directement liés mais qui lui témoignent une réelle sympathie. C’est le cas de nombreux hommes d’affaires turcs qui, sans partager les idéaux et les convictions religieuses de la djemaat, n’hésitent pas à encourager l’activité des lycées. Leur motivation est simple : une aide à ces écoles leur est favorable à long terme. Parlant bien le turc et l’anglais et dotés d’une formation de bon niveau, les élèves qui sortent de ces écoles constituent une main-d’œuvre d’œuvre de choix pour les entreprises turques implantées dans ces pays16. Nombreux sont les jeunes diplômés qui, dès leur sortie du lycée, trouvent des emplois dans ces compagnies turques.

39Mais si des hommes d’affaires peu sensibles à ses idées « collaborent » avec la djemaat, c’est parfois tout simplement parce qu’ils en ignorent l’identité. En effet, les fethullahçı en Asie centrale sont tellement prudents qu’il faut parfois être expert de leur mouvement pour déceler leur véritable identité. Enfin, chez bon nombre de Turcs non fethullahçı, la tendance est à la dédramatisation de la question religieuse dans le sens où tout en sachant parfaitement que l’association d’hommes d’affaires est nourdjou, certains entrepreneurs « laïcs » n’en coopèrent pas moins avec eux, du moment qu’ils y trouvent leur compte.

40Il y a différentes façons d’interpréter l’appui apporté par les hommes d’affaires laïcs (et les gouvernements en place) à l’entreprise missionnaire nourdjou. Conscients de la force que peut représenter la djemaat, certains d’entre eux cherchent à l’utiliser, à se servir d’elle dans un but précis. Dans ce cas, les termes manipulateurs et opportunistes sont les adjectifs qui s’imposent pour qualifier ces hommes d’affaires non nourdjou. Mais la djemaat n’ignore pas l’existence de ce genre de comportement et de « mauvaises intentions » chez ses supporters laïcs. Elle le sait et s’en sert à son tour. Il est nécessaire pour elle d’avoir des relations suivies avec des non fethullahçı pour montrer à l’extérieur qu’elle est une communauté ouverte et intégrée au monde qui l’environne. Par conséquent, si manipulation et opportunisme il y a, ils sont réciproques, ils s’appliquent aux uns et aux autres.

41Le même raisonnement anime certains entrepreneurs centrasiatiques qui, Par sympathie ou pragmatisme, soutiennent ces écoles en leur fournissant des aides diverses, souvent sous forme d’équipement ou de denrées alimentaires. Constituant une catégorie à part, ces hommes d’affaires non fethullahçı mais favorables à l’activité de ces derniers en Asie centrale ont un profil similaire à ceux qu’on va étudier dans les lignes suivantes : les sympathisants gagnés dans les pays d’accueil.

42Le soutien des hommes d’affaires ouzbeks ou turcs étrangers à la philosophie de la djemaat est un point fondamental car il montre que la communauté de Fethullah Gülen en Asie centrale gagne du prestige et du pouvoir non pas à cause de son caractère religieux mais justement parce qu’elle minimise sa dimension islamique en privilégiant ses autres particularités. Autrement dit, c’est parce que la djemaat ne se présente pas dans cette région sous sa véritable identité (religieuse) qu’elle parvient à atteindre cette suprématie.

Les appuis gagnés en Asie centrale

43Sans l’appui en Asie centrale d’acteurs issus des sociétés locales, les écoles turques n’auraient eu aucune chance de poursuivre leurs activités. Les parents d’élèves, les bureaucrates-décideurs et les gouvernants participent, à différents degrés et de différentes manières, à l’enracinement des lycées turcs dans le tissu social centrasiatique. Mais tous ne motivent pas leur soutien de la même manière, chacun agissant en fonction de ses intérêts. Pour comprendre leur soutien différencié aux écoles nourdjou, il faut s’arrêter longuement sur un point fondamental : les mécanismes de réussite scolaire qu’offrent ces écoles.

Photo n° 10 : Lycée de Narin, Kirghizistan, avril 1999.

Photo n° 10 : Lycée de Narin, Kirghizistan, avril 1999.

Commentaire : Les cours d’informatique, synonymes de progrès et de développement économique, dispensés dans les écoles de la djemaat participent à leur popularité. Chaque lycée est équipé d’une salle informatique moderne et souvent d’un réseau Internet qui permet de relier l’établissement au monde entier.

44Le premier appui vient des parents d’élèves qui, grâce à ces établissements, ont plus de chance de voir leurs enfants réussir les concours d’entrée dans les universités. Comme le montrent les statistiques des tableaux ci-dessous, les élèves diplômés des écoles turques intègrent facilement les universités du pays et ont plus de chance de réussir les concours d’entrée des universités à l’étranger, en Turquie ou ailleurs. Prenons un exemple, en Ouzbékistan.

  • 17 En fait cette université existait autrefois, du temps de l’Union soviétique où elle était l’école d (...)
  • 18 L’université ne donne pas de statistiques sur la provenance géographique de ses élèves, néanmoins d (...)

45Le tableau 16 montre à l’évidence que les lycées offrent aux élèves de bonnes chances d’entrer à l’université. Imprécis cependant, il n’informe pas sur le type d’université qui attire le plus les diplômés de ces lycées. Un autre tableau le montrera plus loin mais il importe de remarquer ici que les lycées turcs sont un excellent tremplin pour les études universitaires. Cela signifie-t-il que les établissements ouzbeks offrent moins de possibilités d’entrée à l’université ? Ce tableau ne le montre pas, d’ailleurs les autorités ouzbèkes n’ont pas établi de statistiques sur les taux de réussite aux concours universitaires que tout le monde suppose plus faibles que ceux des lycées turcs. Restons en Ouzbékistan et faisons deux autres remarques qui soulignent le bon niveau des écoles turques. L’université de Diplomatie est un établissement d’élite créé par le gouvernement ouzbek au lendemain de l’implosion de l’Union soviétique pour former les cadres diplomatiques et politiques à venir17. Concours difficile, il est réussi par une poignée de jeunes passés par les meilleurs lycées du pays. Un grand nombre de lycéens diplômés des écoles turques sont inscrits dans cette université, alors même que les lycées turcs ne représentent que 10 % de l’ensemble des lycées dans chaque pays18.

  • 19 La fondation envoie des élèves à l’étranger depuis 1997. Actuellement plus de 500 boursiers de la f (...)

46Bon nombre d’élèves titulaires de bourses d’études à l’étranger sont issus des lycées turcs. L’État ouzbek, soucieux de former une génération de cadres modernes, a créé la fondation UMİD19 (« espoir ») pour permettre aux meilleurs d’obtenir des bourses d’études à l’étranger. Les compétences linguistiques constituent le principal critère de sélection pour ceux qui postulent dans l’espoir de parfaire leur formation aux États-Unis, en Angleterre, au Japon, en Allemagne ou en France, pays considérés par le président Islam Karimov comme des modèles de développement économique et social.

  • 20 Chiffres donnés par la Direction générale des lycées turco-ouzbeks à Tachkent. Entretien avec Mahmu (...)

Tableau 16 : Taux de réussite aux concours d’entrée à l’université des diplômés des lycées nourdjou en Ouzbékistan, en 199720

  • 21 La particularité de ce lycée est qu’il accueille des élèves originaires de l’ensemble de la républi (...)

Ville d’accueil du lycée

Nombre de diplômés

Nombre d’élèves admis à l’université

Diplômés cette année

Candidats aux concours universitaires

Nombre de réussites

Taux de réussite

Andijan

31

31

26

83,9

Boukhara

45

44

37

84,1

Jizzakh

39

37

29

78,4

Namangan

43

43

41

95,3

Noukous

27

26

22

84,6

Samarcande

24

24

20

83,3

Termez

24

24

24

100

Tachkent

57

57

45

78,9

Tachkent (national)21

39

38

32

84,2

Angren

31

31

30

96,8

Ferghana

39

39

37

94,9

Khorezm

29

29

23

79,3

Tachkent (Économie)

55

54

44

81,5

Tachkent (Informatique)

32

29

23

79,3

Kokand (Économie)

83

81

71

87,6

Total

170

164

138

84,1

  • 22 Voir la revue Oğuz Nesli (publication officielle de la direction générale des lycées au Turkménista (...)

47Or, les lycées turcs privilégient l’enseignement en anglais des sciences dures et de l’économie. Résultat, une bonne partie des boursiers UMİD inscrits dans les universités anglo-saxonnes ont fait leurs études dans les lycées turcs avant d’entrer dans une université de la capitale et d’obtenir une bourse pour l’étranger. Une nuance s’impose cependant. Certes, les lycées de la djemaat constituent un bon tremplin pour les études à l’étranger. Mais, à l’exception des lycées nourdjou d’Ouzbékistan qui n’ont pas le droit d’envoyer leurs élèves en Turquie, la plupart des établissements de la djemaat en Asie centrale orientent leurs élèves vers des universités turques. C’est notamment le cas du Turkménistan où l’on constate qu’en 1996/97, sur les 150 diplômés « nourdjou » du pays, plus de la moitié se rendent en Turquie pour y suivre essentiellement des études d’économie et de relations internationales22.

48L’esprit de compétition fait partie de la stratégie de séduction de la djemaat en Asie centrale. Cet esprit s’exprime à travers des concours interscolaires au niveau national et international. Les olympiades sont des compétitions par discipline auxquelles se livrent chaque année les différentes écoles des pays de l’Union soviétique. Héritage du système éducatif soviétique, ce mode pyramidal et éliminatoire des concours en mathématiques, français, anglais, histoire, physique et autres matières, permet chaque année de repérer les meilleurs établissements du pays. Le meilleur élève d’une école entre en compétition avec ceux des autres écoles de la ville, puis de la région et enfin du pays.

49Les responsables des lycées turcs se sont vite intéressés à ces compétitions qui leur permettent de se forger une bonne réputation grâce aux prix remportés. Une nouveauté a même été apportée par les missionnaires turcs à ces compétitions. En effet, durant la période soviétique, le stade ultime des olympiades était à l’échelle de l’Union. Les meilleurs élèves ouzbeks pouvaient aller à une compétition qui se déroulait à Moscou. Les missionnaires nourdjou se mirent à organiser des olympiades au niveau eurasien et international dans certaines disciplines. Dans tous les pays où ils sont implantés, les responsables des lycées mettent au centre de leur stratégie publicitaire les succès obtenus à ces concours.

  • 23 Les lycées nourdjou des pays voisins connaissent le même type de succès lors de ces compétitions na (...)
  • 24 Données fournies par la direction générale des lycées turco-turkmènes. Oğuz Nesli (Génération oghuz (...)

Tableau 17 : Résultats des olympiades internes au Turkménistan23pour l’année 1996/9724

Discipline

Nombre d’élèves classés

Premiers

Deuxièmes

Troisièmes

Mathématiques

3

1

1

Physique

1

2

2

Chimie

2

1

Biologie

3

3

1

Anglais

4

3

Turkmène

1

1

1

Informatique

1

1

1

TOTAL

11

13

9

50Ces chiffres prennent tout leur sens si l’on a à l’esprit le fait que les lycées turcs, au Turkménistan comme dans les autres pays, sont très minoritaires. N’ayant pas vraiment d’équivalent à cause de leur fonctionnement spécifique, ces établissements préparent très bien leurs élèves à participer aux compétitions nationales. La comparaison entre écoles turques et « locales » est délicate à exprimer sous forme de chiffres. En effet, le nombre d’élèves inscrits dans les écoles turques dans chacune de ces républiques ne dépasse pas les 10 % d’une tranche d’âge.

51Malgré cela, les établissements turcs remportent fréquemment des concours. Afin d’avoir une idée de l’écart entre le faible nombre d’élèves scolarisés dans les écoles turques et leurs performances, signalons qu’en Ouzbékistan, les lycées et gymnasiums ouzbeks en mesure de préparer les élèves aux concours universitaires (études générales, non professionnelles et techniques) étaient au nombre de 126 en 1995. À la même date, 15 lycées turcs formaient des « bacheliers ». Le nombre d’élèves scolarisés était respectivement de 40 000 et d’environ 3000. Les écoles turques ont donc une importance numérique limitée dans le système éducatif ouzbek, ce qui met davantage en valeur leur succès dans la formation des futures élites. Ce caractère élitiste est un trait marquant de la djemaat, en Turquie comme en Asie centrale.

  • 25 On peut par exemple se référer pour l’Ouzbékistan à Halk So’zi (11 février 1998) Ma’rifat (01 août (...)
  • 26 Les publications des lycées turco-turkmènes ont toujours, en première page, une déclaration du prés (...)

52Dans toutes les républiques d’Asie centrale, ces résultats font la fierté des responsables des écoles turques, des parents d’élèves et des autorités étatiques en place. Régulièrement, les présidents des États envoient des lettres de félicitations aux uns et aux autres25. Les olympiades sont d’une extrême importance pour la djemaat en Asie centrale, comme en Turquie, car les prix remportés lui permettent de se forger une réputation d’organisation éducative performante capable de faire la promotion du pays d’accueil sur le plan international. Les félicitations présidentielles font constamment référence aux possibilités qu’offrent les olympiades en matière de promotion de leur pays sur la scène internationale. Même le petit Turkménistan a vu son nom cité à l’occasion de concours scientifiques internationaux26.

53La nature des compétitions exige pourtant qu’on relativise le succès des écoles et des élèves qui les représentent. En effet, comme le montrent les tableaux, la plupart des concours sont organisés en Turquie ou en Asie centrale. Le caractère « international » est une légère exagération dans le sens où en réalité peu de pays externes à la CEI y participent. Les jeunes lycéens des pays occidentaux n’y participent pas, à l’exception, épisodique, de jeunes étudiants des pays de l’Est européen.

  • 27 Peu de précisions sont données sur le nombre exact de pays participants. Mais généralement des élèv (...)
  • 28 Chiffres donnés par la direction générale de la firme Başkent, responsable des lycées nourdjou au T (...)

Tableau 18 : Les prix obtenus par les lycées turco-turkmènes à des olympiades internationales27 en 1996 et 199728

Lieu du concours

Vainqueurs, individuels ou en équipe

Classement

Matière

EN 1996

Istanbul

Kakacan KÖMÜROV

2e mondial en théorie et 2e mondial en pratique

olympiades mondiales de biologie

Istanbul

Coskuk KERİMOV

3e mondial en théorie et 2e mondial en pratique

olympiades mondiales de biologie (2e série)

Istanbul

Merdan KAKACANOV

3e mondial en théorie et 3e mondial en pratique

olympiades mondiales biologie

Istanbul

Maksat HALLIEV

2e mondial en théorie et 3e mondial en pratique

olympiades mondiales de biologie

Ukraine

Kakacan KÖMÜROV

1er mondial

olympiades mondiales de biologie

Ukraine

Joshkun KERİMOV, Merdan KAKACANOV, Maksat HALLIEYEV

2e mondial

olympiades mondiales de biologie

Ankara

Megen ATACANOV, Eziz MUHAMMETKULİEV, Ruten RAHMANOV, Vepe HALLIYEV

3e mondial

olympiades mondiales de mathématiques

EN 1997

Izmir

JIBANOV Jigor et Pavel

Médaille d’argent

mathématiques

Izmir

AMANNAZAROV Begenç et Jigor JIBANOV

Médaille de bronze

mathématiques

Konya

Muhammet MUHAMMETKULIEV, ATACANOV Merdan, RAHMANOV Ruten, ERETOV Nurullah, HALLIEV Vepa

2e mondial (par équipe)

mathématiques

Eskişehir

CUMAKULIEV Geldimurat, DÜTMEDOV Guvanch

2 médailles d’argent

1er concours eurasien de chimie

Achkhabad

HALLIEV Maksat, HOCAEV Berdimehmed, KÖMÜROV Kakacan

1 médaille d’or et 2 médailles d’argent

8e olympiades de biologie

Istanbul

MUSTAFAEV Timur, ATAEV Nurmurat

Médaille d’argent

Biologie

Istanbul

BAYRAMMURADOV Begenç

Médaille de bronze

Biologie

  • 29 Si le caractère réellement international de ces concours est discutable, ce qui relativiserait la r (...)

54Il est important de nuancer les succès de ces lycées mais la nature des concours, leur caractère limité à la sphère turcophone et ex-soviétique ne remet pas en cause leur éclat29. Même s’ils n’attirent pas des jeunes du monde entier, ils font la fierté des parents dont les enfants obtiennent les félicitations du président et font connaître les pays d’Asie centrale au monde entier. Tout cela suffit largement aux nourdjou qui, forts de ces réussites, assurent l’avenir de leurs lycées et, par voie de conséquence, l’avenir de leur communauté dans le tissu social et économique des pays d’Asie centrale.

Photo n° 11 : Exposition des médailles remportées par les élèves, Kentau, Kazakhstan, printemps 1998.

Photo n° 11 : Exposition des médailles remportées par les élèves, Kentau, Kazakhstan, printemps 1998.

Commentaire : L’esprit de compétition fait partie des caractéristiques de la djemaat. Les prix gagnés à des concours nationaux ou internationaux sont constamment exposés dans la vitrine du lycée et sont intégrés par la communauté dans sa politique de communication. Ces succès des écoles alimentent le prestige de la djemaat et font augmenter chaque année le nombre d’élèves qui se présentent au concours d’entrée.

55Plusieurs facteurs expliquent la bonne réussite des élèves des lycées nourdjou aux concours universitaires ou aux olympiades. Les écoles nourdjou sont avant tout modernes dans leur équipement. Ordinateurs, laboratoires de langues, matériel vidéo et équipement Internet font partie des outils de travail de tous les jours, alors qu’ils manquent terriblement dans les lycées nationaux. Même les villes les plus isolées dans les steppes ont tout le matériel informatique nécessaire pour se connecter au monde.

  • 30 Ainsi, le lycée turc de Narin, au Kirghizistan a reçu tout son équipement des Pays-Bas où des assoc (...)

56Je n’oublierai pas mon étonnement au lycée nourdjou de Narin, ville kirghize qui sombre dans la misère à mesure que s’éloigne la « belle époque » soviétique. Là, j’ai eu la possibilité d’envoyer quelques messages électroniques à Tachkent et à Paris. Les infrastructures modernes viennent directement de Turquie et parfois même d’Europe puisque depuis quelques années la djemaat de Fethullah Gülen noue des liens entre les lycées d’Asie centrale et les associations créées par des Turcs en Allemagne, France ou Pays-Bas, montrant ainsi son fonctionnement en réseau mondial30.

  • 31 Le belletmen occupe une place fondamentale dans la vie quotidienne d’un lycée turc. On reviendra su (...)

57L’enseignement moderne favorise également la réussite des élèves. Formés dans des écoles modernes en Turquie – par rapport à celles d’Asie centrale – les formateurs de Gülen ont été initiés à de nouvelles méthodes pédagogiques. L’étude de la psychologie de l’enfant, la communication et une réelle proximité avec les élèves participent aux bons résultats des écoles. Cette dernière remarque est fondamentale. Les classes sont peu chargées dans les écoles fethullahçı (autour d’une vingtaine d’élèves) par rapport aux autres où les effectifs avoisinent parfois les quarante élèves. De plus, toutes les écoles turques en Asie centrale fonctionnent en internat. Jour et nuit, les élèves sont encadrés et assistés par une catégorie particulière de formateurs, les belletmen, à la fois tuteurs et étudiants dans leur ville d’accueil31.

58La motivation est très importante chez les professeurs venus de Turquie et elle joue un rôle fondamental dans la transmission d’un savoir de qualité. Venus en Asie centrale par idéalisme et par passion pour une cause, celle de la djemaat, objet du prochain chapitre, les jeunes formateurs nourdjou aiment leur travail qu’ils accomplissent avec un succès qui se vérifie à travers les résultats des concours universitaires ou des olympiades.

59Conséquence d’un état de fait où les enseignants sont mal payés – et parfois avec des mois de retard –, le système éducatif ouzbek, kazakh, turkmène ou kirghize sombre dans un système de corruption généralisée, où les professeurs se font payer par leurs élèves pour passer dans la classe supérieure. De plus, les enseignants les plus « débrouillards », souvent ceux qui arrivent le mieux à s’adapter aux nouvelles réalités économiques du pays, quittent l’enseignement pour intégrer des entreprises privées, voire travailler comme chauffeur de taxi afin de mieux gagner leur vie. C’est dans ce contexte que les lycées turcs se forgent la réputation d’écoles imbattables en Asie centrale. Il devient alors facile de se trouver de bons appuis sur place. Mais, désireuse de renforcer et de multiplier ses protecteurs dans ces pays, la djemaat cherche aussi à séduire le pouvoir, indispensable en Asie centrale pour toute entreprise qui veut travailler dans de bonnes conditions.

Plan d’une journée

60Le travail et la discipline constituent la base du programme d’une journée de cours dans un lycée nourdjou en Asie centrale. Le cas des écoles au Turkménistan :

Horaire

Activité

Brève description

6 h 30

Réveil

Les enfants sont réveillés par le belletmen qui, en qualité de tuteur, veille à bien les préparer aux cours.

7 h 00 – 7 h 45

1re étude

Les élèves se retrouvent avec le belletmen qui les aide à faire leurs devoirs ou leur donne des conseils de méthode de travail.

7 h 50 – 8 h 30

Petit-déjeuner

Professeurs et élèves déjeunent dans des salles différentes mais les belletmen restent avec les élèves. Les expatriés turcs petit-déjeunent à la turque : olives noires, fromage blanc, tomates, thé, œufs. Les élèves, habitués au régime alimentaire de leur pays, déjeunent différemment. Les olives et le fromage blanc ne sont pas appréciés. Différentes variétés de kasha constituent la base du petit déjeuner des élèves. Le thé noir est omniprésent.

8 h 30 – 8 h 45

Repos

Les élèves ont un quart d’heure pour se reposer avant d’attaquer plus de trois heures de cours.

8 h 45 – 9 h 00

Cérémonie du serment et entrée en cours

Comme à l’armée, les élèves se mettent en rang, saluent les drapeaux (turc et celui du pays d’accueil) et chantent le istiklâl marşı, l’hymne national turc.

9 h 00 – 12 h 15

Cours n° 1, 2, 3, 4 et 5

Les professeurs sont en classe avec les élèves, pendant ce temps-là les belletmen étudient à l’université.

12 h 15- 14 h 00

Déjeuner et repos

La cantine des élèves est organisée à la turque : chaque élève se présente à la cuisine avec un plateau prévu pour mettre côte à côte dans des creux aménagés, tout ce qui compose le déjeuner. Les cuisiniers sont souvent des employés locaux initiés à la restauration collective turque. Professeurs et élèves mangent généralement la même chose à midi et le soir.

14 h 00- 16 h 45

Cours n° 6, 7, 8 et, parfois, 9

La répartition des tâches entre professeurs et belletmen est la même que celle du matin.

16 h 45- 17 h 15

2e étude

Tous les belletmen ne sont pas présents à ces « études » car certains n’ont pas fini leurs cours à l’université.

17 h 15-18 h 00

Repos

Les élèves ont le droit de regagner leur chambre pour un temps de repos.

18 h 00- 18 h 30

Dîner

Sa composition varie. Certaines denrées alimentaires plus turques que centrasiatiques font leur apparition dans ces écoles : les haricots blancs préparés à la turque (kuru fasulye), les petits pois (bezelye) et les lentilles rouges pour préparer la traditionnelle soupe (mercimek çorbası) se laissent découvrir mais pas toujours apprécier par des enfants habitués à une cuisine locale bien moins variée.

19 h 00-20 h 45

3e et 4e études

Les belletmen sont en principe rentrés de l’université. Ils peuvent désormais accomplir leur devoir qui consiste à assister leurs élèves dans la préparation des devoirs du lendemain.

20 h 45-21 h 45

Différentes activités communes

Les enfants ont la possibilité de pratiquer différents jeux de société ou de regarder la télévision. Certains apprennent à leur belletmen ou à leurs professeurs l’art de jouer aux échecs, sport très populaire en Asie centrale. Des clubs de chant, de poésie, de photo ou de dessin existent dans la plupart des écoles.

22 h 00

extinction des feux

Les élèves dorment dans des dortoirs de quatre ou huit personnes, voire de vingt personnes ou plus. Les belletmen dorment dans des chambres proches du dortoir et sont prêts à aider.

  • 32 Dans le cas ouzbek, on dispose d’un travail de recherche sur l’Éducation nationale, celui de Johann (...)

Bref commentaire : La discipline et l’encadrement permanent sont les maîtres mots pour qualifier le programme d’une journée d’étude dans un lycée de la djemaat. Certains élèves ont parfois du mal à suivre ce rythme d’autant plus qu’après les épuisantes journées les élèves ne quittent pas l’établissement puisqu’ils sont tous internes.
La motivation des missionnaires nourdjou et la qualité de leur matériel moderne d’enseignement contrastent terriblement avec la triste réalité du système éducatif des pays issus de l’ex-URSS. En effet, sorti d’un système soviétique où tout était garanti par Moscou, le système éducatif des pays d’Asie centrale a mal supporté la transition imposée. Les États en place n’étaient pas en mesure de garantir les traitements et salaires des enseignants, le renouvellement des outils pédagogiques, et, surtout, ces régimes post-soviétiques n’ont pas réussi à motiver un corps enseignant qui a perdu ses repères avec la chute de l’empire soviétique32

La stratégie de la djemaat pour gagner la confiance des pouvoirs en place.

61L’adaptation de son image et de sa stratégie aux pays d’accueil et les flatteries à l’encontre des régimes en place expliquent en partie la bonne acceptation du mouvement en Asie centrale. Un des ressorts de cette stratégie est de savoir se positionner par rapport à un sujet sensible en Asie centrale, l’islam. Persécuté pendant la période soviétique, l’islam en Asie centrale se redresse avec l’avènement de la perestroïka qui garantit le droit de culte. Cette plus grande tolérance favorise le développement de mouvements islamistes ou islamiques variés, des plus irrédentistes aux plus culturalistes. En parfaits héritiers du système soviétique, les nouveaux régimes, assez tolérants envers la religion durant les premières années de l’indépendance, ne tardèrent pas à adopter des attitudes plus dures, sans doute par crainte de voir le pouvoir leur échapper.

  • 33 Sur les accrochages de l’été 1999/2000, voir Morgan LIU, Evaluating the Appeal of Islam in the Fer (...)
  • 34 Le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan (MIO), installée dans ses bases arrière entre l’Afghanistan et (...)

62De plus, les années 1992 et 1993 virent un réel renforcement des mouvements islamistes dans la vallée de Ferghana. Appelés wahhabisme, ces différents courants religieux inquiétèrent les régimes en place, notamment celui de Tachkent, qui fit de son mieux pour les éradiquer. La lutte contre les islamismes – parfois imaginaires – a fini par engendrer de vrais mouvements islamistes, dotés d’idéologies agressives et puissamment armés33. Ainsi, de violents accrochages eurent lieu durant les étés 1999 et 2000 dans différentes régions (Ferghana, Sourkhandarya et même à Ghazalkent non loin de Tachkent) entre forces gouvernementales et islamistes ou supposés tels infiltrés du Tadjikistan ou d’Afghanistan34.

  • 35 Voir Habiba FATHİ, « État, islam et laïcité en Asie centrale », Les Dossiers de l’Institut Français (...)
  • 36 L’islam « officiel » était géré par la Direction des affaires spirituelles d’Asie centrale et du Ka (...)
  • 37 Ibid.

63D’autre part, indépendamment de ces menaces islamistes, tous les pays d’Asie centrale ont été profondément marqués par l’héritage foncièrement athée et anticlérical du système soviétique, dans lequel le rapport entre le religieux et le temporel se définit au détriment du premier. Dans tous ces États, on s’achemine vers un « islam national », qui ne signifie rien de moins qu’une forte tutelle de l’État sur le religieux35. Au lendemain des indépendances, la direction commune36 des affaires spirituelles cessa d’exister et céda la place à des institutions nationales chargées de la gestion de l’islam dans chaque pays37. Dans de telles conditions, les « forces extérieures » sont invitées à ne pas s’impliquer dans la gestion de l’islam du pays. La djemaat a parfaitement bien saisi le message de ces États jaloux de leur indépendance, politique et religieuse, même si durant sa première phase d’implantation, en 1992, en Ouzbékistan notamment, la méconnaissance de ces réalités l’a conduite à faire quelques dérapages chèrement payés par la suite.

64Les directions générales des lycées ou les entreprises nourdjou ne clament jamais haut et fort leur appartenance à la communauté de Gülen, faisant ainsi preuve de prudence dans des pays où règne un climat de méfiance envers tout ce qui s’apparente de près ou de loin à de la propagande religieuse. Aucun cours de religion n’est dispensé dans les lycées, exception faite des établissements spécialisés en théologie ou en orientalisme, mais sans mention particulière aux œuvres de Said Nursi ou de Fethullah Gülen.

65Comme on le verra dans le chapitre sur le discours que véhicule la djemaat en Asie centrale, le prosélytisme avoué est totalement absent de la stratégie des nourdjou. Pour un observateur peu avisé, la djemaat apparaît de l’extérieur comme une organisation non gouvernementale soucieuse avant tout de participer au développement de ces pays à travers ses projets éducatifs. Il est impossible par exemple d’entendre des responsables nourdjou affirmer publiquement aux visiteurs qu’ils sont là dans le cadre d’une entreprise missionnaire. En revanche, leur degré de réserve sur ce qu’ils font peut varier légèrement d’un pays à un autre, en fonction du rapport au religieux entretenu par le régime en place.

  • 38 La lutte que mène le régime ouzbek ne vise pas que les prosélytismes islamiques. Des organisations (...)
  • 39 Cela n’a pourtant pas empêché le gouvernement ouzbek de mettre fin aux activités du mouvement deux (...)

66Le cas de la djemaat en Ouzbékistan se présente différemment. Paradoxalement, c’est dans ce pays, très hostile à l’importation de toute forme de courant religieux, que la communauté de Gülen affiche le plus ouvertement sa couleur. Jusqu’en 1994, date à laquelle éclate la première crise politique sérieuse entre la Turquie et l’Ouzbékistan, dont une des conséquences est la mise en difficulté des lycées turcs, la djemaat cherche à diffuser ses idées sans afficher le nom de son leader et l’identité de son mouvement en Turquie. Constatant la détermination des autorités ouzbèkes à faire face au moindre prosélytisme38, la djemaat cesse de propager la « bonne parole » et introduit une profonde rupture dans sa méthode de communication. Fethullah Gülen qui affectait le détachement vis-à-vis des écoles pendant les premières années de leur activité en Asie centrale est de plus en plus ouvertement présenté aux autorités centrasiatiques comme un mécène, initiateur et inspirateur de ces établissements. C’est surtout vrai en Ouzbékistan où la société Silm a joué à partir de 1998 un rôle d’intermédiaire entre Fethullah Gülen et le président Islam Karimov, préférant parier sur la transparence de ses activités dans ces pays et la coopération effective avec les pouvoirs en place39. Afin de mieux assurer leur avenir en Asie centrale, les quatre directions générales des lycées (dans chaque république) se sont engagées dans un complexe exercice qui consiste à flatter les régimes en place en leur rendant de multiples services.

  • 40 Les archives de la chaîne de télévision Samanyolu peuvent sur, simple demande, donner des copies d’ (...)

67En Turquie, les sociétés qui gèrent les lycées en Asie centrale se comportent en véritables ambassadeurs des États centrasiatiques, les présentant à des forums économiques, des festivals culturels, des expositions artistiques, etc. Mal connue en Turquie, la culture de ces États est souvent l’objet de reportages spéciaux réalisés par le journal Zaman, le magazine Aksiyon et la chaîne de télévision Samanyolu, médias considérés comme les porte-parole de la djemaat de Fethullah Gülen40.

68Des services plus conséquents sont rendus par des personnalités fethullahçı influentes qui exercent des pressions sur les autorités publiques turques pour les inviter à s’intéresser davantage aux affaires centrasiatiques. On sait, par exemple, que Namık Kemal Zeybek, ancien ministre turc de la culture, longtemps conseiller du président Süleyman Demirel et très proche de la djemaat sans en faire véritablement partie, joua un rôle non négligeable dans le façonnement de la politique turque en Asie centrale au sein des nombreux gouvernements qui se sont succédé, en Turquie depuis 1990. Bon connaisseur des réalités centrasiatiques, Zeybek intervient constamment en Turquie et en Asie centrale pour faciliter la tâche des lycées turcs qu’il recommande chaudement aux autorités politiques lorsqu’il les rencontre.

69La promotion de la culture du pays d’accueil, sous des formes très diverses, allant de la participation à des festivités nationales à la publication de livres sur ces États, occupe une place privilégiée dans la stratégie des fethullahçı pour gagner la confiance des régimes centrasiatiques. Donnons-en quelques exemples. Au Kazakhstan, la revue Altın Nesil (Génération en or), créée par la direction générale des lycées, multiplie dans ses colonnes les reportages sur la culture kazakhe.

70Au Turkménistan, le magazine Oğuz Nesli, trimestriel et trilingue (turc, turkmène et anglais), publie de petites enquêtes sur les grands événements et les personnages qui ont fondé la « nation » turkmène. La bataille de Göktepe, le poète national Mahdumguli ainsi que d’autres héros notables de l’histoire moderne turkmène sont régulièrement présents dans les pages de la publication des lycées turco-turkmènes.

  • 41 Les ambassades turques en Asie centrale concluent parfois un partenariat avec les directions des ly (...)

71La célébration en grande pompe des fêtes nationales est un autre temps fort qui permet à la djemaat de renforcer ses liens avec les autorités locales41. Les cérémonies de Nawrouz (le nouvel an dans l’ancien calendrier de nombre de peuples turco-iraniens, commémoré chaque année le 21 mars) et les fêtes d’indépendance sont minutieusement préparées et fêtées par les lycées turcs : des mois à l’avance, les professeurs apprennent aux élèves les plus belles chansons et les plus beaux poèmes à la gloire de la nation, du président et de l’indépendance du pays.

  • 42 Reformlar ve İstikrar est son titre en turc. Édité par la direction des lycées nourdjou en Ouzbékis (...)

72L’édition de livres divers fournit à la djemaat d’autres occasions de séduire les régimes. En Ouzbékistan notamment, la compagnie Silm s’est énormément investie pour gagner les faveurs d’un président capricieux et jaloux d’une indépendance dont il ne cesse de souligner les fragilités. Plusieurs livres édités par la djemaat méritent d’être cités pour comprendre l’opération de charme entreprise par les lycées en direction des régimes en place. La traduction des livres du Président Islam Karimov en est un maillon important. Deux livres fondamentaux, reflets de l’idéologie officielle post-communiste au point d’être utilisés comme manuels scolaires dans les écoles ouzbèkes, furent traduits en turc par la société Silm et présentés cérémonieusement au public turc en Turquie. Le premier, traduit sous le titre de « Réformes et stabilité »42, Reformlar ve İstikrar, rassemble toutes les idées du président sur les réformes économiques, sociales et politiques susceptibles d’aider le pays à réussir sa transition sans mettre en danger la stabilité du pays, préoccupation principale d’Islam Karimov depuis qu’il est à la tête de l’État. Le livre est préfacé par trois personnalités importantes qui n’ont cessé d’œuvrer pour le rapprochement entre la Turquie et l’Ouzbékistan.

  • 43 Le régime ouzbek apprécie beaucoup ces initiatives et le fait savoir par la voie de son organe de p (...)

73Le président Süleyman Demirel, le président de l’Assemblée Nationale turque, Hikmet Çetin, et le directeur général des lycées turco-ouzbeks, Mahmut Bal, rivalisent d’éloges à l’égard de Karimov, « homme visionnaire », « un des grands hommes politiques de notre siècle » et « garant de la fraternité turco-ouzbèke ». Le contenu du livre, c’est-à-dire la conception karimovienne des réformes dont le principal souci (voire le seul) est de garantir la stabilité du pays, est approuvé et applaudi par les trois auteurs des préfaces qui, en Ouzbékistan comme dans les autres États turcophones, se font les avocats des régimes en place quels qu’ils soient43.

  • 44 Le titre ouzbek du livre Barkamol avlod orzusi (Désir d’enfant parfait) a été traduit en turc par İ (...)
  • 45 Le décalage est réel entre ce que pensent les responsables nourdjou des présidents en place et les (...)
  • 46 Pour avoir une meilleure idée des activités entreprises en vue d’un rapprochement entre la Turquie (...)

74L’autre livre de Karimov traduit en turc est une compilation de tous ses discours sur les réformes dans l’enseignement et l’éducation des jeunes générations44. Globalement, même si les entretiens réalisés auprès des responsables turcs des lycées montrent tout à fait le contraire45, la direction générale des lycées approuve totalement la conception karimovienne des réformes à entreprendre dans le domaine éducatif. Un troisième livre important édité par la société Silm est consacré au poète national ouzbek Abdulla Aripov, président de l’Union des écrivains du pays, auteur d’un poème devenu l’hymne national ouzbek par décision gouvernementale en 1991. Ce livre a été préfacé par Fethullah Gülen en personne, en tant que président d’honneur de la Fondation des Écrivains et des Journalistes de Turquie. La longue préface de Fethullah Gülen dont on découvre ici les qualités de poète est une litanie de compliments adressés au président ouzbek, comparé à Atatürk, et au poète national Abdulla Aripov, comparé à Mehmet Akif Ersoy, auteur turc du début du siècle, compositeur de l’hymne national turc. L’importance de la fraternité turco-ouzbèke est une fois de plus mise en exergue par l’auteur de la préface du livre. Plus récemment, la Fondation des Journalistes et Écrivains de Turquie a lancé une revue bilingue (turc-russe), DA, Diyalog Avrasya, et fondé une maison d’édition, Ufuk, qui occupent le devant de la scène turque en matière de promotion des cultures d’Asie centrale46. Afin de consolider les positions du mouvement en Turquie, ces deux fondations consacrent d’importants reportages aux poètes et écrivains les plus « officiels » des États d’Asie centrale.

75Toutes ces activités d’édition ne sont rien d’autre que l’expression d’une participation active des coopérants turcs en Asie centrale au renforcement de la légitimité des pouvoirs en place. En diffusant les idées du président ouzbek en Turquie, en soulignant le caractère intelligent de ses réformes, quels que soient les sentiments véritables qui vont parfois à l’encontre des adhésions affichées, les expatriés turcs œuvrent à la pérennité du régime ouzbek. La même attitude s’observe dans les autres pays mais dans une moindre mesure, probablement parce que la situation des lycées est plus précaire en Ouzbékistan. Il est moins nécessaire de courtiser les présidents kazakh, kirghize et turkmène qui, de toute façon, sont déjà gagnés à la cause des lycées turcs dans leur pays.

76La politique de légitimation des régimes en place se fait aussi dans le cadre des cours organisés dans les écoles. Bien que minoritaires, les disciplines littéraires occupent une place non négligeable dans les lycées. L’histoire et la géographie « nationales » sont dispensées par des professeurs autochtones qui appliquent le programme éducatif décidé par le pouvoir. Les enseignants turcs autant que leurs collègues apprennent à leurs élèves les fondements de l’idéologie nationale imposée.

77Plus concrètement, les cours d’histoire, de géographie, d’histoire des religions et de langues et civilisations turques fournissent aux pédagogues l’occasion d’inculquer aux enfants l’amour de la patrie, le respect du drapeau, du président, des institutions du pays, des parents, etc. Une participation à des cours d’histoire dans une école turque de la ville kazakhe de Chimkent m’a permis de constater à quel point les missionnaires turcs sont de véritables porteurs de l’idéologie officielle du régime kazakh. Dans tous les cas, que les professeurs soient ou non des adeptes du régime, le ministère de l’Éducation nationale de chaque pays impose des programmes précis et pratique régulièrement des inspections pour vérifier leur application dans les différents établissements du pays.

  • 47 Sur la politique karimovienne de formation des nouvelles élites et nouveaux cadres du pays, voir so (...)
  • 48 Au Turkménistan, par exemple, les enseignants turcs et leurs collègues turkmènes organisent souvent (...)

78Il convient d’autre part de rappeler que les pouvoirs en place sont également séduits par la participation des lycées turcs à la formation des nouvelles élites. Les mesures prises pour la formation des nouveaux cadres et de nouvelles élites (nouvelles écoles, envoi d’étudiants à l’étranger, accueil d’experts étrangers dans les établissements nationaux, etc.)47 n’ont pas apporté les résultats escomptés, sans doute parce que les réformes ont été mal conçues ou faites à contrecœur. Dans tous les cas, les écoles turques participent à cette formation de nouvelles élites. Les écoles de la djemaat s’érigent en modèle et leur présence dans certaines villes reculées aide à la mise en valeur des régions sous-développées48. En effet, l’ouverture d’une école turque s’apparente parfois à celle d’une entreprise qui fournit du travail à certains habitants et redonne un peu de dynamisme aux activités économiques de la ville. Il arrive également qu’à l’ouverture d’une école turque dans une ville succède l’implantation d’une ou deux entreprises nourdjou dans la même ville ou région.

79En définitive, la djemaat dispose de plusieurs réseaux de soutien dont la solidité peut varier d’un pays à un autre. Les appuis « turcs » sont importants mais ne suffisent pas. Les soutiens « locaux » sont les plus importants et, à ce titre, les disciples de Gülen leur accordent une attention particulière. Directement liés au pouvoir et à l’État, les partenaires autochtones de la djemaat n’ont d’autre intérêt aux yeux de l’état-major nourdjou que de procurer aux écoles la protection de la loi. Mais, dans tous les cas, le mouvement reste à la merci des autorités compétentes de chaque pays qui, à la suite d’une saute d’humeur de son dirigeant ou sous une quelconque pression étrangère, peut décider, du jour au lendemain, de mettre fin à l’existence des écoles nourdjou.

80Des mesures particulières sont prises par la djemaat pour gagner la confiance des autorités du pays. Les bonnes performances des écoles et l’allégeance aux pouvoirs en place aident la communauté de Fethullah Gülen à mieux préparer la diffusion de son message en Asie centrale, comme on le verra dans le prochain chapitre.

Notes

1 Voir Jean-Jacques MARIE, Les peuples déportés d’Union Soviétique, Bruxelles, Éditions Complexes, 1995, 201 p

2 Le site internet de Zaman est très riche en informations, archives et sites de renvoi. Voir www.zaman.com.tr

3 Bayram BALCI, « Le journal Zaman en Asie centrale », Les Dossiers de l’IFÉA n° 5, Istanbul, janvier 2001, pp. 40-41.

4 Entretien avec Adem YILMAZ, directeur de Zaman Kazakstan, Almaty, 21 avril 1998.

5 Entretien avec Mustafa GEREK, Zaman Kırgızıstan, Bichkek, 30 janvier 1998.

6 Entretien avec Mirza ÇETİNKAYA, Zaman Türkmenistan, Achkhabad, 7 novembre 1998.

7 Ainsi, en Turquie, l’opinion publique est informée surtout par Zaman de la bonne réputation des écoles et des succès qu’elles permettent à leurs élèves. La chaîne télévisée Samanyolu (La Voie Lactée) qui se situe elle aussi dans la mouvance de la djemaat, réalise souvent des documentaires sur les lycées en Asie centrale (l’émission Ayna – miroir – de cette chaîne a effectué une longue série de documentaires sur les établissements nourdjou).

8 Sur les particularités du quotidien Terjuman, voir Alexandre Bennigsen et Chantal Lemercier-Quelquejay, La presse et le mouvement national chez les musulmans de Russie avant 1920, Paris, Mouton & Co, 1964, pp. 35-46.

9 Entretien avec Yusuf YILMAZ, président de l’association à Tachkent, que nous avons rencontré à plusieurs reprises en 1997, 1998 et 1999.

10 Cette compagnie a été fondée et dirigée par deux enseignants de l’université – fethullahçı – internationale turco-turkmène. Tous deux effectuèrent plusieurs visites en Ouzbékistan et au Kirghizistan afin de s’inspirer des modèles d’associations créés par les Turcs. Dans les faits, la Bahar Limited Company était une copie parfaite de l’UTİD mais elle tentait d’apparaître aux yeux des autorités turkmènes comme une simple société de Consulting. Pour des raisons demeurées mystérieuses mais dont on supposa qu’elles étaient liées à certaines irrégularités fiscales, la société a fermé sur ordre gouvernemental.

11 UTİD Haber Bülteni (en turc), Tachkent, n° 1, 1996.

12 Entretien avec Ali BADEM, secrétaire adjoint d’UTİD, Tachkent, juillet 1999.

13 Entretien avec Hüseyin MUŞLU, secrétaire général de la KITİAD, Bichkek, avril 1999.

14 Sur les liens entre TİKA et les autres organisations turques en Asie centrale, voir Bayram BALCI, « TİKA, une agence turque de développement et de coopération en Asie centrale », Les Dossiers de l’Institut Français d’Études Anatoliennes, n° 5, janvier 2001, pp. 69-70.

15 Entretien avec İlhan İLDENİZ, président de l’Association des hommes d’affaires turco-kazakhes, Almaty, avril 1999.

16 Entretien avec Sabri SELVİ, correspondant permanent d’Anadolu Haber Ajansı (Agence de Presse Anatolie) en Ouzbékistan, Tachkent, juin 2000.

17 En fait cette université existait autrefois, du temps de l’Union soviétique où elle était l’école du Parti.

18 L’université ne donne pas de statistiques sur la provenance géographique de ses élèves, néanmoins des entretiens avec des élèves et des professeurs de cette université ont montré l’existence d’un nombre élevé d’étudiants diplômés des lycées turcs.

19 La fondation envoie des élèves à l’étranger depuis 1997. Actuellement plus de 500 boursiers de la fondation sont répartis entre plusieurs pays occidentaux. Pour plus de détails sur son fonctionnement, voir son site Internet : www.umid.uz.

20 Chiffres donnés par la Direction générale des lycées turco-ouzbeks à Tachkent. Entretien avec Mahmut BAL, directeur général de la société Silm Anonim Şirketi, responsable des écoles.

21 La particularité de ce lycée est qu’il accueille des élèves originaires de l’ensemble de la république et non de l’unique région de Tachkent, comme c’est le cas des autres établissements de la capitale.

22 Voir la revue Oğuz Nesli (publication officielle de la direction générale des lycées au Turkménistan), n° 3, 1998, pp. 26-27.

23 Les lycées nourdjou des pays voisins connaissent le même type de succès lors de ces compétitions nationales.

24 Données fournies par la direction générale des lycées turco-turkmènes. Oğuz Nesli (Génération oghuz, ce dernier mot désignant le nom d’un groupe linguistique de la famille turque qui inclut le turc de Turquie et le turkmène) est un bulletin d’information édité par la direction des lycées qui donne de précieuses données sur les établissements turcs. Voir notamment le numéro 3 de 1998.

25 On peut par exemple se référer pour l’Ouzbékistan à Halk So’zi (11 février 1998) Ma’rifat (01 août 1998 et 19 novembre 1997). Toujours pour l’Ouzbékistan, les mensuels Tafakkur (n° 3, 1998) et Halk Ta’limi (n° 1, 1998, pp. 36-37) donnent des indications précises sur la satisfaction du régime à l’égard de ces lycées turcs. Au Turkménistan, les journaux Nesil (13 juin 1998), Türkmenistan (03 février 1998) et le mensuel Muğallimlar Gazeti (24 juin 1998) font régulièrement l’apologie des écoles turques dans leurs colonnes.

26 Les publications des lycées turco-turkmènes ont toujours, en première page, une déclaration du président qui n’oublie jamais de remercier les « frères turcs » pour les services rendus aux Turkmènes désormais présents à des compétitions internationales grâce justement aux lycées. Voir la revue Oğuz Nesli, notamment le 1er numéro de l’année 1996.

27 Peu de précisions sont données sur le nombre exact de pays participants. Mais généralement des élèves venant de Turquie, de l’ex-URSS, de certains pays d’Europe centrale et orientale participent à ces concours. Les classements « mondiaux » sont à interpréter entre guillemets.

28 Chiffres donnés par la direction générale de la firme Başkent, responsable des lycées nourdjou au Turkménistan.

29 Si le caractère réellement international de ces concours est discutable, ce qui relativiserait la réputation d’efficacité des écoles turques, il est en revanche incontestable que sur le plan interne, les lycées turcs sont réellement imbattables dans la préparation des jeunes étudiants aux diverses compétitions (médailles et entrées à l’université).

30 Ainsi, le lycée turc de Narin, au Kirghizistan a reçu tout son équipement des Pays-Bas où des associations islamiques turques ont collecté des fonds, acheté des tables, chaises, tableaux, etc. Tout le matériel a été envoyé par voie de chemin de fer, au grand étonnement des habitants de la ville qui ont vu arriver dans leur ville un immense conteneur.

31 Le belletmen occupe une place fondamentale dans la vie quotidienne d’un lycée turc. On reviendra sur sa fonction dans le prochain chapitre.

32 Dans le cas ouzbek, on dispose d’un travail de recherche sur l’Éducation nationale, celui de Johann UHRES, « Transformations de l’Éducation Nationale en Ouzbékistan : quel révélateur politique ? », Mémoire de DEA de Langues, Littérature et Civilisations Orientales, INALCO, Paris, 1997.

33 Sur les accrochages de l’été 1999/2000, voir Morgan LIU, Evaluating the Appeal of Islam in the Ferghana Valley, Eurasia Insight, www.eurasianet.org. 1er août 2000.

34 Le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan (MIO), installée dans ses bases arrière entre l’Afghanistan et le Tadjikistan, dirigé conjointement par Tahir Yoldachev et Djuma Namangani, aurait été, semble-t-il, anéanti par l’armée américaine lors de ses bombardements sur l’Afghanistan.

35 Voir Habiba FATHİ, « État, islam et laïcité en Asie centrale », Les Dossiers de l’Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, n° 5, janvier 2001, pp. 42-48.

36 L’islam « officiel » était géré par la Direction des affaires spirituelles d’Asie centrale et du Kazakhstan, une organisation créée par Staline pendant la Seconde Guerre mondiale pour exercer un contrôle plus ferme sur l’islam centrasiatique. Les régimes post-soviétiques ont décidé de créer chacun leur organisme de gestion de l’islam national.

37 Ibid.

38 La lutte que mène le régime ouzbek ne vise pas que les prosélytismes islamiques. Des organisations protestantes (souvent venues des États-Unis) et orthodoxes (russes essentiellement) ont la vie tout aussi dure. À propos des mouvements missionnaires chrétiens en Asie centrale, voir la thèse en cours de Sébastien Peyrouse, INALCO.

39 Cela n’a pourtant pas empêché le gouvernement ouzbek de mettre fin aux activités du mouvement deux ans après.

40 Les archives de la chaîne de télévision Samanyolu peuvent sur, simple demande, donner des copies d’une série d’émissions réalisées sur les principaux États d’Asie centrale et les lycées qui y sont implantés.

41 Les ambassades turques en Asie centrale concluent parfois un partenariat avec les directions des lycées pour préparer les festivités nationales comme la fête de la république (29 octobre) ou encore, plus souvent, celle de l’indépendance (23 avril).

42 Reformlar ve İstikrar est son titre en turc. Édité par la direction des lycées nourdjou en Ouzbékistan, on peut aussi le trouver en Turquie où il a été bien diffusé.

43 Le régime ouzbek apprécie beaucoup ces initiatives et le fait savoir par la voie de son organe de presse semi-officiel, l’hebdomadaire Halq So’zi (La voix du peuple) qui rappelle régulièrement les mérites des lycées turcs dans la formation des élites ouzbèkes et la promotion des idées du président à l’étranger. Voir Halq So’zi du 13 août 1998 et du 11 février 1998. Ma’rifat, un hebdomadaire du ministère de l’Éducation nationale souligne aussi régulièrement le rôle joué par les missionnaires turcs dans la formation des nouvelles générations ouzbèkes. Voir, entre autres, les Ma’rifat datés du 1er septembre 1998, 12 septembre 1998 et 19 novembre 1998.

44 Le titre ouzbek du livre Barkamol avlod orzusi (Désir d’enfant parfait) a été traduit en turc par İdeal Nesil Arzusu (Désir d’une génération idéale). L’ouvrage est patronné par la direction des lycées, une fois de plus, et préfacé par le directeur général. Le président Demirel est absent de ce livre, édité par la société Silm, dans une ultime tentative pour sauver la survie des lycées turco-ouzbeks sérieusement menacés par la nette détérioration des relations entre les deux États. Sorti au printemps 2000, il est censé aider la djemaat de Gülen à mieux négocier le renouvellement de la « Charte de Coopération » signée entre l’État ouzbek et la société Silm. À l’été 2000 les négociations étaient toujours en cours, l’État ouzbek n’ayant pas pris sa décision finale relative à la fermeture des écoles.

45 Le décalage est réel entre ce que pensent les responsables nourdjou des présidents en place et les déclarations élogieuses qu’ils leur font dans les publications patronnées par les lycées. Publiquement, les présidents sont qualifiés de leaders éclairés, visionnaires, courageux et charismatiques. Mais les entretiens privés effectués avec les principaux leaders de la djemaat permettent en fait de constater que leurs opinions sont bien plus contrastées. Sans rejeter en bloc les politiques menées par les régimes post-soviétiques, les directeurs généraux des lycées se plaignent de leur lenteur dans l’adoption des réformes, de leur autoritarisme et de leur incapacité à lutter contre la corruption du pays à tous les échelons.

46 Pour avoir une meilleure idée des activités entreprises en vue d’un rapprochement entre la Turquie et les États turcophones d’Asie centrale, voir les sites Internet de ces organismes : www.da.com.tr et www.ufuk.com.tr.

47 Sur la politique karimovienne de formation des nouvelles élites et nouveaux cadres du pays, voir son livre en ouzbek (ou sa traduction en turc), Barkamal awlod arzusi (Pour une génération parfaite), Tachkent, Sharq Nashriyati, 1999, 182 p.

48 Au Turkménistan, par exemple, les enseignants turcs et leurs collègues turkmènes organisent souvent des séminaires communs pour réfléchir sur de nouvelles méthodes pédagogiques.

Table des illustrations

Titre Photo n° 10 : Lycée de Narin, Kirghizistan, avril 1999.
Légende Commentaire : Les cours d’informatique, synonymes de progrès et de développement économique, dispensés dans les écoles de la djemaat participent à leur popularité. Chaque lycée est équipé d’une salle informatique moderne et souvent d’un réseau Internet qui permet de relier l’établissement au monde entier.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo n° 11 : Exposition des médailles remportées par les élèves, Kentau, Kazakhstan, printemps 1998.
Légende Commentaire : L’esprit de compétition fait partie des caractéristiques de la djemaat. Les prix gagnés à des concours nationaux ou internationaux sont constamment exposés dans la vitrine du lycée et sont intégrés par la communauté dans sa politique de communication. Ces succès des écoles alimentent le prestige de la djemaat et font augmenter chaque année le nombre d’élèves qui se présentent au concours d’entrée.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540