Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Chapitre 4 : Mode d’implantation des lycées nourdjou en Asie centrale

Texte intégral

1L’investissement dans le domaine éducatif constitue une des caractéristiques majeures de la communauté de Fethullah Gülen en Turquie. La décennie 1980 fut, pour le mouvement, celle de son renforcement dans le tissu social turc, tandis que la suivante, caractérisée par les « retrouvailles » entre peuples türk, allait lui permettre de s’expatrier vers de nouveaux horizons. L’ex-URSS en général et l’Asie centrale en particulier constituent les principales terres de prédilection, les nouvelles terres de mission pour les disciples de Fethullah Gülen.

2Pour au moins trois raisons, Fethullah Gülen a choisi d’investir dans l’éducation en Asie centrale. La première est inhérente à la nature du mouvement. Depuis Said Nursi, l’éducation, la formation d’une nouvelle générationgénération en orfait partie de l’identité même des nourdjou. À bien des égards, Fethullah Gülen juge la construction des écoles prioritaire par rapport à celle des mosquées. La deuxième raison est que le domaine éducatif en Asie centrale était très prometteur pour l’avenir de la djemaat. Enfin, la troisième est que la coopération éducative est la méthode privilégiée pour tout mouvement missionnaire désireux de diffuser son message et ses idéaux.

Les lycées nourdjou : un phénomène qui ne se limite pas à l’Asie centrale

  • 1 La Turquie, par le biais du ministère de l’Éducation nationale, qui dispose d’au moins un représent (...)

3Une logique missionnaire se trouve au cœur de la stratégie nourdjou pour s’implanter dans toute l’Eurasie. Pour l’année universitaire 1997/1998, selon les données du Ministère turc de l’Éducation nationale et les données récoltées sur le terrain, les écoles fethullahçı se répartissent sur tous les continents de la manière suivante1 :

  • 2 Le classement des pays est en ordre décroissant du nombre d’écoles implantées. Ces chiffres provien (...)

Tableau 8 : Liste des principaux établissements nourdjou dans le monde en 1996/972

Pays

Nombre d’écoles

Nombre d’étudiants

Nombre de professeurs venant de Turquie

Kazakhstan

29

5539

570

Ouzbékistan

18

3334

210

Turkménistan

13

3295

353

Azerbaïdjan

12

3023

338

Kirghizistan

12

2093

291

Tatarstan (Fédération de Russie)

6

1802

217

Tadjikistan

5

694

107

Albanie

2

966

74

Daghestan (Fédération de Russie)

5

938

123

Australie

5

718

37

Bulgarie

4

523

123

Bachkirie (Fédération de Russie)

3

462

88

Mongolie

4

442

85

Sibérie (Fédération de Russie)

4

438

101

Roumanie

4

415

78

Russie

5

323

63

Tchouvachie (Fédération de Russie)

2

311

79

Géorgie

3

244

48

Moldavie (Gagaouzes)

2

225

40

Crimée (Ukraine)

2

218

47

Irak (minorité turkmène)

4

184

26

Bosnie

2

109

22

Macédoine

1

102

16

Karatchaï (Fédération de Russie)

1

93

13

Indonésie

1

41

18

Total

148

26 532

3167

4On constate avant tout une forte concentration de ces établissements dans l’ex-URSS, avec plus de 120 écoles dans les républiques issues de l’ancienne Union soviétique, aujourd’hui indépendantes ou intégrées à la Fédération de Russie. La Mongolie, où il existe quatre écoles fethullahçı, était durant la période soviétique plus ou moins inféodée à l’URSS. Dans l’ensemble que constituait l’Union soviétique, ce sont naturellement les régions turcophones qui attirent le plus de lycées. On constate également une très forte implantation au sein de la Fédération de Russie qui accueille vingt-trois établissements dont cinq en Russie même, le reste étant concentré dans les zones turcophones de la vaste Fédération (Tatarstan, Bachkirie et Daghestan essentiellement).

5Héritage ottoman et présence d’une faible minorité turque obligent, les Balkans attirent aussi les écoles fethullahçı, mais dans une moindre mesure. En Bulgarie, la plupart des écoles sont situées dans les régions où les populations turques et pomake (Bulgares musulmans) prédominent. Quant à la Roumanie, le délabrement de son système éducatif favorise l’implantation des lycées nourdjou.

  • 3 Voir Zaman, 25 décembre 1997.

6Et comme une exception vient toujours confirmer la règle, bien que le monde arabe ne compte pas parmi les priorités stratégiques de la djemaat, celle-ci a quand même ouvert quatre lycées en Irak. Ces établissements, ouvertement encouragés par l’État turc, sont destinés à la minorité turkmène présente dans le Nord du pays, région étroitement surveillée par Ankara, dans la perspective d’un éventuel remodelage de la carte de l’Irak3.

7En Occident, c’est pour l’Amérique et l’Australie que les fethullahçı manifestent un intérêt particulier, pour des raisons pratiques (parce qu’il y est facile d’y ouvrir des écoles, en particulier à coloration religieuse) et idéologiques (Gülen a toujours affiché une position pro-américaine). Le mouvement est aussi présent en Europe mais, pour des raisons multiples (économiques et complexité du système juridique en vigueur) il ne parvient pas à fonder des écoles privées. Cependant en Allemagne où la présence turque est très forte, bon nombre de fondations privées et d’associations sont contrôlées par la djemaat. En France, les fethullahçı ont ouvert en janvier 2000 deux associations qui organisent des cours de soutien scolaire, l’une à Paris dans le XIXe arrondissement, l’autre à Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg, où l’immigration turque est très importante.

8Ces centres, bien qu’officiellement ouverts à tout public, sont très majoritairement fréquentés par des enfants nés en France de parents turcs. Les éducateurs mettent à Leur disposition des structures de soutien scolaire tous les samedis et dimanches. Les organisateurs sont de jeunes étudiants de Turquie, assistés par quelques commerçants turcs installés en France de longue date. Les cours sont surtout donnés par des Français de souche embauchés sur des critères éducatifs et n’ont rien à voir avec la philosophie nourdjou qu’ils ignorent la plupart du temps.

9L’Association au mystérieux nom de « Souveraine », sise passage de Crimée dans le XIXe arrondissement de Paris, accueille régulièrement depuis janvier 2000 une soixantaine de collégiens venus de toutes les banlieues parisiennes encadrés par une dizaine de professeurs turcs et français. Dans la région strasbourgeoise, le centre qui donne les mêmes prestations de services porte le nom de Diyalog, terme très usité dans le vocabulaire de la djemaat.

10Plus que l’Europe, l’Amérique ou les Balkans, l’Asie centrale demeure l’objectif principal de la djemaat. Les membres de sa communauté comptent parmi les premiers en Turquie à s’être intéressés à la région au début des années 1990. Le contexte de l’époque y était favorable, tant en Turquie qu’en Asie centrale. Les relations bilatérales et multilatérales connurent alors un essor spectaculaire. Le poids de la djemaat dans chaque pays est lié à des paramètres économiques mais aussi à l’attitude des autorités locales.

11Toutes les écoles nourdjou ont ouvert leurs portes dès les déclarations d’indépendance. La plupart furent inaugurées en présence du Premier ministre turc de l’époque, Turgut Özal. Les chefs d’établissements vouent encore aujourd’hui un véritable culte à cet homme d’État qui s’est engagé personnellement auprès des dirigeants politiques centrasiatiques pour faciliter l’essor des lycées nourdjou en Asie centrale. Mais, avant d’étudier le processus de création de ces lycées, la répartition de ces établissements dans la région nous inspire déjà quelques commentaires.

  • 4 Je m’appuie sur les données fournies par la direction générale des lycées dans chaque république. C (...)

Tableau 9 : Répartition des établissements privés turcs en Asie centrale pour l’année scolaire 1998/9944

  • 5 Sur la nature des liens entre ces sociétés, voir le chapitre V.

Pays (millions d’habitants)

Nombre de lycées nourdjou

Nombre d’élèves les fréquentant

Nombre d’enseignants turcs

Nom de la société (siège5)

Ouzbékistan (24)

18

3334

210

Silm (Bursa)

Kazakhstan (15)

29

5684

580

Feza, Şelale (Istanbul)

Kirghizistan (5)

12

3100

308

Sebat (Adapazarı)

Turkménistan (4)

15

3294

353

Başkent (Ankara)

TOTAL

73

15412

1451

12Le nombre de ces écoles, créées à partir de 1992/93, se stabilise après 1995, sauf en Ouzbékistan où la situation est plus complexe à tous égards. On cesse alors de créer des écoles non parce que les autorités n’en veulent plus, mais parce que, d’une part, les entreprises turques ne peuvent plus en créer pour des raisons purement financières, et, d’autre part, que la djemaat accorde une importance toute particulière au renforcement de ses établissements. L’approfondissement est préféré à l’élargissement, sans doute parce que cela correspond mieux à l’esprit élitiste de la communauté.

13Le pays qui accueille le plus d’écoles nourdjou est le Kazakhstan, en données absolues et relatives. Bien que moins peuplé que l’Ouzbékistan voisin, le Kazakhstan accueille le plus grand nombre d’éducateurs turcs qui y ont ouvert 28 écoles et une université, et ce pour plusieurs raisons. Sa législation est plus souple à tous points de vue. Engagé plus vite que ses voisins sur la voie des réformes, le Kazakhstan facilite 1’arrivée sur son sol d’investisseurs étrangers. Contrairement à l’Ouzbékistan où la création d’une école est conditionnée à l’obtention d’une autorisation présidentielle, la législation kazakhe permet aux hekim, chefs des oblast (régions administratives) de négocier directement avec une société étrangère l’ouverture d’une école. Ainsi, en 1992/93, les éducateurs turcs ont passé des accords avec les administrations locales kazakhes pour mettre en place des écoles.

  • 6 Le volume des investissements turcs dans ce pays est une donnée fondamentale qu’il faut constamment (...)

14Une autre spécificité kazakhe explique la forte présence des lycées turcs. Comme on le verra, ces lycées fonctionnent en parallèle avec les entreprises commerciales turques de Turquie et d’Asie centrale. Financées par ces sociétés, les écoles sont créées, a priori, en fonction de la bonne santé économique du pays, du potentiel et des avantages qu’il offre aux nouveaux investisseurs. Le Kazakhstan fait figure de grande puissance pétrolière grâce à ses gisements dans la Caspienne notamment, où il était capital pour les investisseurs turcs de s’implanter. Les entreprises éducatives nourdjou, dépendantes des sociétés turques, ont donc suivi le même parcours ; elles ont beaucoup plus investi au Kazakhstan que dans les autres pays de la région6.

  • 7 La part du groupe ethnique kazakh dans la population totale du Kazakhstan ne fait que croître depui (...)

15Enfin, on peut supposer que la composition ethnique du pays a aussi influencé le comportement des Kazakhs dans l’accueil qu’ils ont réservé aux lycées. Lors de son accession à l’indépendance, le pays comptait presque autant de Russes que de Kazakhs. Bien que de nos jours la part de la population slave ne représente plus que 38 %7 du total, il est clair que l’implantation des écoles turques sert la politique de kazakhisation de l’État. De plus, comme on le verra, ces écoles permettent aux anciennes républiques soviétiques de dépasser l’horizon de l’ex-URSS et d’avoir une nouvelle ouverture sur le monde même si cette ouverture passe par la Turquie. Ces remarques valent aussi pour les autres républiques.

16L’Ouzbékistan, avec 18 écoles turques, arrive en deuxième position. Cependant, les causes identifiées pour le Kazakhstan ne sont pas valables dans le cas ouzbek. Pour un pays plus peuplé et d’un potentiel culturel et politique régional supérieur à celui de son voisin, on est en droit d’inverser la perspective en cherchant les facteurs de blocage qui expliquent la moindre implantation des nourdjou par rapport au Kazakhstan. En fait, dans le cas ouzbek, les blocages sont surtout internes. Les autorités ouzbèkes, on l’a dit, ont toujours été réticentes à l’égard d’un rapprochement trop étroit avec la Turquie qui risquerait d’être interprété par la forte minorité tadjike du pays comme une avancée vers le panturquisme, perspective politique qui a toujours inquiété les populations persanophones de l’Asie centrale. De plus, la Turquie est souvent vue par le gouvernement ouzbek plus comme une rivale que comme une partenaire dans la région. Turcs et Ouzbeks ont, semble-t-il, les mêmes aspirations à la grandeur et à la suprématie.

17Le Turkménistan, peuplé de 4 millions d’habitants seulement, accueille 14 écoles et une université fethullahçı. Le Kirghizistan, toutes proportions gardées, se montre lui aussi plus accueillant que l’Ouzbékistan vis-à-vis de ces écoles puisque la djemaat y compte 11 écoles et une université. Il s’avère donc que tous les États d’Asie centrale n’ont pas la même attitude vis-à-vis des écoles nourdjou, comportement très largement déterminé par les orientations adoptées en politique intérieure et extérieure.

18Par exemple, dans le cas du Kirghizistan, la politique d’ouverture chère au président Akaev permit aux nourdjou de s’implanter dans ce pays pauvre, où l’aide étrangère est fortement appréciée. Au Turkménistan, ce sont les excellentes relations entre le président Saparmurad Niyazov « Turkmenbachi » et Turgut Özal (puis Süleyman Demirel) qui ont facilité l’implantation de ces écoles, malgré quelques facteurs de blocage et de ralentissement rapidement surmontés.

19Sans être hostiles à la présence de ces établissements sur leur sol, les autorités ouzbèkes ont privilégié une conception particulière de la coopération éducative et culturelle avec la Turquie et par conséquent avec la djemaat de Fethullah Gülen. État le plus peuplé de la région, l’Ouzbékistan accueille à peine plus d’écoles nourdjou que ses voisins, turkmène et kirghize. De plus, on le verra, le contrôle des autorités ouzbèkes y est extrêmement rigoureux et soupçonneux. Plus que dans les autres républiques, les relations entre l’État et les écoles fethullahçı furent très houleuses.

20Déjà en 1994 des professeurs furent expulsés ; à la rentrée scolaire 1999/2000, la moitié de ces établissements furent fermés, l’autre moitié subit le même sort à la rentrée 2000/2001, ne résistant pas à la violence de la crise politique entre Tachkent et Ankara. Les motifs étaient toujours les mêmes, à savoir la détérioration des relations diplomatiques entre la Turquie et l’Ouzbékistan, en raison de l’installation de l’opposition ouzbèke en Turquie. En 1994, les professeurs étaient également suspectés de faire de la propagande religieuse. Quant à la crise de l’été 1999, elle découle du fait que Tachkent accusait Ankara d’être indirectement impliqué dans les attentats qui ont eu lieu dans la capitale ouzbèke en février 1999.

21La création d’un lycée dans un pays d’Asie centrale est fonction de plusieurs paramètres : le degré d’ouverture du régime du pays, l’intérêt de son marché économique pour les entreprises turques, sa législation en matière de coopération éducative et l’importance que revêt ce pays pour l’avenir de la djemaat dans la région et dans le monde. Tous les pays, bien qu’issus du même empire soviétique et, à ce titre héritiers du même système éducatif avec ses avantages et ses dysfonctionnements, n’ont pas adopté la même attitude face à l’arrivée des investisseurs et coopérants étrangers, turcs ou autres.

22Cette répartition inégale des écoles nourdjou dans la zone, qui laisse apparaître des disproportions réelles entre les besoins identifiés et les moyens mis en œuvre, est révélatrice non seulement de ces paramètres, mais aussi des limites de l’expansion nourdjou. La djemaat de Fethullah Gülen, si elle a réussi à s’enraciner au Kazakhstan sur la base d’une coopération durable avec les autorités, n’a pas eu la même chance face aux autorités ouzbèkes. La suspicion du Président Karimov met l’accent sur le caractère éminemment politique de la présence des fethullahçı en Ouzbékistan. Elle pose aussi la question de la prétendue neutralité des activités du groupe. Plus que la forte présence des écoles au Kazakhstan, qui découle naturellement de l’ouverture du pays, c’est la faible implantation des fethullahçı en Ouzbékistan, qui, en dévoilant les failles du système d’approche de Gülen, est intéressante à analyser pour mieux cerner les faiblesses internes du mouvement et son impuissance face aux blocages externes.

Les particularités de l’implantation nourdjou dans chaque république

23L’implantation en Asie centrale fut facile, sauf en Ouzbékistan dont l’attitude parfois réservée a poussé la direction générale des lycées à fermer certaines écoles et à pratiquer des fusions entre plusieurs établissements. Pays qui accueille le plus d’établissements nourdjou, le Kazakhstan représente un intérêt particulier pour les disciples de Fethullah Gülen.

24Les premiers lycées turco-kazakhs ouvrirent leurs portes au début de l’année scolaire 1992/93. Les 29 écoles aujourd’hui dispersées sur le territoire kazakh se sont multipliées en un temps record, en deux années scolaires 92/93 et 93/94. Depuis 1994, aucun lycée n’a été inauguré. En revanche, l’université Süleyman Demirel a vu le jour à la fin de l’année 1996 à l’occasion de la visite officielle du chef de l’État turc au Kazakhstan. La plupart des établissements sont des lycées dont certains sont spécialisés en physique, biologie, mathématiques ou orientalisme. Cependant, tous sont censés préparer les élèves aux concours d’entrée à l’université.

  • 8 La décision de créer un second lycée dans la nouvelle capitale est présentée comme un soutien à la (...)

25La répartition de ces établissements dans l’espace géographique kazakh est assez régulière. Les villes du Nord, pourtant moins peuplées que celles du Sud, sont dotées d’un lycée nourdjou. Almaty, parce qu’elle étaitet reste à certains égardsla capitale du pays concentre une bonne partie des établissements (cinq lycées et l’université Demirel), alors que la nouvelle capitale, Astana, ne compte qu’un seul lycée et que la direction générale prévoit cette année seulement d’en fonder un autre en prévision du déménagement des structures de l’État8.

26La région sud du paysChimkent, Turkestan, Kızıl Orda et Jamboul (Taraz de son nouveau nom)accueille aussi un nombre important d’écoles turques. Région plus « authentiquement » kazakhe que le Nord russifié, elle intéresse plus particulièrement les missionnaires turcs, conscients que le nouveau régime engagé dans une politique de kazakhisation du pays va soutenir leurs activités dans ces villes. Chimkent et son oblast comptent trois lycées dont un spécialisé en orientalisme.

27Une caractéristique frappante des écoles turques, non seulement au Kazakhstan mais encore dans l’ensemble des républiques d’Asie centrale, est leur aspect très majoritairement masculin. À peine deux, parfois trois lycées seulement par république ouvrent leurs portes aux filles. La mixité n’est pratiquée que dans les universités et les centres linguistiques. Cette pratique est d’autant plus choquante que les États d’Asie centrale pratiquent la mixité dans leurs écoles depuis l’avènement de l’Union soviétique, pratique poursuivie après les indépendances. Cette sous-représentation des filles dans la politique éducative de la djemaat a souvent été reprochée au mouvement par ses détracteurs qui y voient une preuve supplémentaire du caractère rétrograde des idées de Fethullah Gülen.

28Une autre caractéristique des lycées du Kazakhstan est l’existence de deux établissements spécialisés en « orientalisme ». En fait, il s’agit d’écoles qui sont plus de l’esprit des fameux İmam Hatip Liseleri, les lycées de prédicateurs, établissements publics ou privés qui, sous le contrôle strict de l’État, forment des jeunes dont la plupart, mais pas tous, choisissent une vocation religieuse. L’objectif véritable de ces écoles est de former des cadres religieux, nouveau besoin éprouvé par les autorités kazakhes qui veulent accompagner le relatif renouveau religieux dans les provinces du sud. Rappelons au passage que l’État turc participe également à la formation de nouveaux cadres religieux en recevant dans les établissements théologiques de Turquie des étudiants kazakhs. L’existence de ces écoles montre qu’il y a accord une fois de plus entre la politique officielle turque et celle menée par des acteurs privés dans la région.

Photo n° 7 : Un lycée pour jeunes filles, Chimkent, Kazakhstan, printemps 1998.

Photo n° 7 : Un lycée pour jeunes filles, Chimkent, Kazakhstan, printemps 1998.

Commentaire : La mixité n’est pas pratiquée dans les écoles de la djemaat, dont la quasi-totalité n’accueille que des garçons. La très nette sous-représentation des lycées féminins, dans des pays où le taux de scolarisation des filles n’a rien à envier à celui des garçons, montre les limites de la modernité dont se prévalent les nourdjou en Asie centrale. Les responsables expliquent ce déficit par la politique de formation des nouveaux régimes qui, soi-disant, accordent la priorité aux garçons.

  • 9 Source : statistiques de la direction de la firme KATEV, responsable des lycées nourdjou au Kazakhs (...)

Tableau 10 : Répartition des lycées nourdjou au Kazakhstan (1997/98)9

Localité

Genre de l’école

Société

gérante

Spécialité

éventuelle

Date de création

Nombre

d’élèves

Nombre

d’enseignants

Almaty

Garçons

Feza

Général

1993/94

157

18

Tolgar

Almaty

Filles

Feza

Général

1993/94

246

25

Almaty

Garçons

Feza

Orientalisme

1994/95

230

26

Almaty

Garçons

Şelale

Physique

1992/93

120

13

Aksay

Garçons

Feza

Général

1994/95

290

30

Taraz

(Jamboul)

Garçons

Şelale

Général

1993/94

263

28

Taraz

Filles

Feza

Général

1994/95

100

11

Taraz

Garçons

Şelale

Économie

1993/94

210

23

Turkestan

Kentau

Garçons

Feza

Général

1992/93

194

15

Akmeschit (Kızıl Orda)

Garçons

Feza

Physique

1993/94

256

24

Akmeschit

Filles

Feza

Général

1994/95

143

16

Astana (Akmola)

Garçons

Feza

Physique

1994/95

134

15

Aktöbe

Garçons

Feza

Général

1993/94

263

26

Arkalık

Garçons

Feza

Physique

1993/94

166

15

Atirau

Garçons

Şelale

Physique

1993/94

206

22

Chimkent

Garçons

Şelale

Physique

1993/94

333

29

Chimkent

Garçons

Şelale

Orientalisme

1993/94

122

13

Chimkent

Filles

Şelale

Général

1993/94

150

16

Köktchetav

Garçons

Şelale

Général

1992/93

235

26

Jezkazgan

Garçons

Şelale

Général

1993/94

230

22

Karaganda

Garçons

Şelale

Général

1993/94

250

24

Koustanaï

Garçons

Şelale

Général

1994/95

133

15

Özkemen (Oust Kaménogorsk)

Garçons

Şelale

Général

1993/94

189

21

Pavlodar

Garçons

Şelale

Général

1994/95

169

19

Semeï

Garçons

Şelale

Général

1994/95

190

21

Taldı Kurgan

Garçons

Şelale

Général

1993/94

243

23

Taldı Kurgan

Garçons

Eflak

Technique

1993/94

312

30

Almaty.

Mixte

Eflak

Université

1996/97

150

14

TOTAL

5684

580

29La création des lycées de ce type est rarement la réponse à une demande qui émane du gouvernement local. Les leaders de la communauté proposent aux autorités du pays la création d’un établissement théologique, proposition rarement rejetée puisque le coût revient aux seuls expatriés Turcs. Les matières enseignées diffèrent sensiblement dans ce type d’établissements. L’arabe, la lecture et l’interprétation coranique, l’histoire de l’Islam et le droit musulman constituent les principales matières enseignées. Comme dans les autres écoles, les « matières locales » comme la langue et la littérature kazakhes font partie du cursus. Les élèves qui sortent de ces établissements ne poursuivent pas forcément des études universitaires en théologie. Le commerce international (grâce à leur maîtrise de la langue arabe) fait partie des spécialisations qui intéressent bon nombre d’élèves diplômés. Toutefois, une majorité d’élèves se destinent à des études religieuses, souvent en Turquie où ils passent entre deux et quatre ans à apprendre leur futur métier, souvent imam au service de « l’islam officiel », à savoir celui que l’État met en place. Il convient enfin de préciser que les établissements spécialisés en théologie sont implantés dans les régions les plus traditionnelles, celles où le poids de l’islam est plus visible dans la vie sociale. Chimkent et la ville historique de Turkestan font partie de ces régions kazakhes où l’islam a su conserver une forte influence sur la population.

30Comme pour le Kazakhstan, l’ouverture au Kirghizistan des lycées turcs relève d’un processus rapide et achevé dès 1994. En revanche, là où les lycées turco-kazakhs sont dispersés à travers le territoire, on constate une très forte implantation des lycées dans les villes du sud, au cœur de la vallée de Ferghana, lieu de conservation de la mémoire traditionnelle kirghize, ouzbèke et musulmane de façon générale. Les villes d’Och, Jalal Abad, Kademjay et Kızılkaya accueillent ainsi plus de la moitié des lycées. Moins russifiées que dans les autres villes du pays, les populations de la région présentent plus d’intérêt aux yeux des missionnaires turcs même si, officiellement, ils affirment ouvrir des écoles sans tenir compte du caractère ethnique ou confessionnel des habitants. Les autres villes du pays ne sont pas pour autant négligées.

  • 10 Liste établie d’après les données fournies par la direction de la firme Sebat, gérante des lycées d (...)

Tableau 11 : Répartition des lycées nourdjou au Kirghizistan10 en 1997/98 (tous gérés par la société Sebat A.Ş.)

Localité

Genre de l’école

Spécialité

éventuelle

Date de création

Nombre

d’élèves

Nombre

d’enseignants

Bichkek

Garçons

Général

1992/93

249

35

Aytchurek

Filles

Général

1993/94

168

26

İssik Köl

Garçons

Général

1992/93

262

28

Narin

Garçons

Général

1993/94

181

24

Osh-Sema

Garçons

Général

1992/93

302

32

Osh

Garçons

Technique

1993/94

174

27

Tokmak

Garçons

Commerce

1993/94

130

22

Kademjay

Garçons

Orientalisme

1993/94

187

25

Kızılkaya

Garçons

Commerce

1994/95

129

23

Jalal Abad

Filles

Général

1995/96

78

18

Jalal Abad

Garçons

Général

1993/94

233

31

Université Ala Taou, Bichkek

Mixte

Général

1996/97

 ?

 ?

TOTAL

2093

291

31Au Turkménistan, les lycées nourdjou bénéficient du bon climat qui règne entre Ankara et Achkhabad. La plupart des entreprises étrangères présentes dans le pays sont turques et deux citoyens turcs occupent même des postes de conseiller du Président Turkmenbachi. L’adjoint du ministre de l’Éducation nationale, Muammer Türkyılmaz, est une personnalité importante de la djemaat de Fethullah Gülen. La bonne entente entre les deux États s’explique par l’appartenance des deux peuples turc et turkmène à la branche oghuz de la grande famille turcique. On sait effectivement que les ancêtres des Turcs anatoliens, les Seldjoukides, sont partis de l’actuel Turkménistan. Sans sous-estimer la validité de cette hypothèse, les plus pragmatiques voient davantage dans cette lune de miel entre les deux États le résultat d’une heureuse conjoncture.

  • 11 Liste établie daprès les données fournies par la direction générale de la firme Başkent (à Achkhab (...)

Tableau 12 : Répartition des lycées nourdjou au Turkménistain en 1998/9911 gérés par la société Başkent Eğitim Şirketi

Localité

Genre de l’école

Spécialité

éventuelle

Date

d’ouverture

Nombre

d’élèves

Nombre

d’enseignants

Achkhabad

Mixte

Université

(gestion

philologie)

1994/95

419

43

Achkhabad

Garçons

Anadolu

Lisesi

(général)

1992/93

378

40

Dashaouz

Garçons

Général

1993/94

192

21

Kerki

Garçons

Général

1994/95

147

17

Tchardjou

Garçons

Général

1993/94

226

27

Buzmeyn

Garçons

Général

1994/95

138

19

Tedjen

Garçons

Général

Idem

149

18

Mary

Garçons

Général

1993/94

248

28

Bayramali

Garçons

Général

1993/94

231

23

Köhne Urgenç

Garçons

Général

1993/94

187

20

Nebitdağ

Garçons

Général

1993/94

181

26

Turkmenbachi

Garçons

Général

1993/94

134

20

Achkhabad

Filles

Commerce

1994/95

187

19

Achkhabad

Garçons

Technique

1994/95

150

25

Centre de langues

Mixte

Langues et informatique

1994/95

327

7

TOTAL

3294

353

32En effet, le Turkménistan est à la recherche de partenaires solides et indépendants pour accompagner le développement du pays tout en laissant son président gouverner à sa guise. C’est ce que lui donnent les Turcs en se contentant d’investir dans les grandes villes turkmènes sans s’occuper de la politique intérieure du pays. En se refusant à toute ingérence, les investisseurs turcs font le choix de leurs intérêts lucratifs. La politique officielle de la Turquie au Turkménistan comme dans les autres États de la région s’inspire de la même Realpolitik et a toujours cherché à soutenir les régimes en place, fussent-ils en directe continuité avec les anciens régimes. La répartition des lycées est là aussi équilibrée, même si, pour des raisons plus qu’évidentes, la capitale Achkhabad est mieux servie en lycées nourdjou que le reste du désert turkmène. Chaque ville d’importance a son lycée turc comme le montre le tableau 12. Bien que le pays soit un vaste désert, l’effort de couverture du territoire et des populations permet aux éducateurs turcs d’être présents sur tout le territoire et dans chaque ville d’importance moyenne.

  • 12 Il n’existe aucune preuve officielle d’un quelconque pacte entre Özal et Gülen même si ce dernier a (...)

33De tous les lycées turcs en Asie centrale, ceux d’Ouzbékistan connaissent la situation la plus incertaine compte tenu de la complexité des relations entre la Turquie et l’Ouzbékistan. Dès le départ, elles ont oscillé entre euphorie et crises diplomatiques graves. Clairement identifiés comme turcs, les animateurs de ces lycées payent cher le prix des mauvaises relations entre les deux États. Indépendamment des tensions diplomatiques, les lycées de Fethullah Gülen sont stigmatisés par les autorités ouzbèkes qui les soupçonnent de faire du prosélytisme. Ici comme dans toutes les républiques d’Asie centrale, la création des lycées peut être considérée comme le fruit d’une concertation à trois : Turgut Özal et Fethullah Gülen12 d’une part et le président ouzbek Islam Karimov, d’autre partlequel au début de la décennie 1990, entretenait encore d’excellentes relations avec la Turquie.

34Les lycées sont bien répartis sur l’ensemble du territoire ouzbek puisque chaque ville importante est dotée d’une école. La vallée de Ferghana, région plus « musulmane » que le reste du pays, en compte quatre (Ferghana ville, Kokand, Andijan et Namangan). On peut supposer que, conscients de l’importance potentielle tant humaine qu’économique de la région de Ferghana, les missionnaires turcs ont délibérément cherché à bien s’implanter dans la vallée. Le Karakalpakstan, république autonome au sein de l’Ouzbékistan, a un lycée dans sa capitale Nukus. Tachkent concentre le plus grand nombre de lycées, compte tenu de sa taille et de son statut de capitale.

  • 13 Source : la direction générale des lycées turcs en Ouzbékistan. Le bureau linguistique de l’ambassa (...)

Tableau 13 : Répartition des lycées nourdjou en Ouzbékistan13, tous gérés par la société Silm

Localité

Genre de l’école

Spécialité

éventuelle

Date

d’ouverture

Nombre

d’élèves

Nombre

d’enseignants

Tachkent

Garçons

Général

1992/93

243

15

Kirbay-Tachkent

Garçons

Général

1993/94

185

11

Tachkent

Filles

Général

1993/94

148

9

Tachkent

Garçons

Economie

1993/94

214

14

Tachkent

Garçons

Informatique

1993/94

154

14

Nukus

Garçons

Général

1992/93

180

12

Ferghana

Garçons

Général

1992/93

203

12

Andijan

Garçons

Général

1993/94

166

11

Angren

Garçons

Général

1993/94

155

11

Samarcande

Garçons

Général

1992/93

198

12

Namangan

Garçons

Général

1992/93

232

14

Boukhara

Garçons

Général

1992/93

225

12

Urgench

Garçons

Général

1992/93

205

12

Kokand

Garçons

Général

1993/94

215

16

Jizzak

Garçons

Général

1993/94

187

11

Termez

Garçons

Général

1993/94

144

10

Tachkent

Ulughbek

International

School

Mixte

Grande École

1995/96

120

12

Tachkent

Mixte

École de langues

1993/94

160

2

TOTAL

3334

210

  • 14 Voir Modern Eğitim Dergisi (Revue d’enseignement moderne), revue pédagogique des lycées turcs, n° 1 (...)

35L’Ouzbékistan est le seul des quatre États turcophones à ne pas avoir d’université fethullahçı, la législation du pays ne le permettant pas. En effet, l’accord prévu dans le cadre de la charte 255 (le chiffre se rapporte au numéro du décret présidentiel régissant la coopération éducative avec l’étranger) ne donne pas la possibilité à un État étranger de créer une université sur le sol ouzbek14. En revanche, l’Ulughbek International School est une grande école de niveau universitaire dont le succès et le prestige sont attestés par le nombre élevé de candidats qui passent chaque année le concours d’admission malgré la cherté de la scolarité (plus de 5000 dollars américains par an).

36En guise de conclusion sur la répartition des lycées nourdjou dans l’espace centrasiatique, il convient de noter que les disparités entre les différentes régions de chaque État ne sont pas aussi tranchées que ce à quoi nous pouvions nous attendre, malgré une répartition démographique très inégale. Les fethullahçı sont bien partout présents et actifs. Les zones rurales comme les zones urbaines, les régions à majorité « allogène » comme celles où la population slave prédomine, sont couvertes par ces lycées avec pratiquement la même intensité.

37On constate cependant une plus forte présence de ces lycées au Kazakhstan, pourtant moins turcophone que ses voisins. En fait, le degré de turcophonie n’est pas le plus important des critères pour expliquer la présence des écoles turques dans un pays d’Asie centrale. D’autres critères sont à prendre en considération comme le degré d’ouverture du pays sur l’étranger, les possibilités qu’il offre aux investisseurs étrangers et le degré de dynamisme du groupe missionnaire turc implanté dans un pays. En fonction du pays, du contexte et du poids des investisseurs turcs sur place, un ou plusieurs des critères cités précédemment seront privilégiés pour s’implanter dans un pays d’Asie centrale. Le seul critère de la turcophonie ne suffit pas.

Le mode de création et le fonctionnement d’une école fethullahçı

38Pour au moins deux raisons, la situation qui prévaut au début des années 1990 est favorable à l’implantation et au renforcement des lycées turcs en Asie centrale. D’abord, la conjoncture en Turquie le permet. Depuis les années 1980, la société turque fonctionne dans une logique purement capitaliste, grâce à l’ouverture du pays à l’économie internationale. Les entreprises économiques ont prospéré, l’exportation est devenue le credo des entrepreneurs. Ceux qui appartiennent à la mouvance de Fethullah Gülen ont parfaitement leur place dans ce secteur dynamique de l’économie turque. Puis l’intérêt pour l’Asie centrale s’éveilla et la conquête de ce nouveau marché fut un test pour l’économie turque.

39Sa stratégie économique dans l’ex-URSS offre un bilan mitigé, fait de demi-succès et d’échecs à peu près maîtrisés. L’épanouissement de la Turquie sur la scène internationale relève également de la relative décrispation de la société sur la question religieuse. Le coup d’État militaire de 1980 et ses instigateurs soucieux de mettre le pays à l’abri du communisme favorisèrent plus ou moins le retour de l’islam sur la sphère publique. Le mouvement de Fethullah Gülen bénéficia en premier lieu de ce climat favorable pour mieux s’organiser dans le pays.

40Turgut Özal fut l’homme clé de la politique turque en Asie centrale, favorable à la percée turque dans cette région. Le dynamisme économique et la libéralisation politique qui caractérisent la Turquie des années 1980 sont en grande partie son œuvre. Pragmatique et clairvoyant, Turgut Özal avait réussi, comme son successeur Süleyman Demirel, à établir des relations personnelles et amicales avec les chefs d’États d’Asie centrale. Provincial, musulman conservateur de cœur mais moderniste quand il le fallait, son règne fut profitable à la djemaat de Fethullah Gülen, qui, grâce à l’engagement du Premier ministre a ouvert toutes ses écoles en Asie centrale.

41La conjoncture locale s’y prêtait également. Tout d’abord les dirigeants centrasiatiques réagirent positivement à l’arrivée des investisseurs anatoliens dans leur pays. La Turquie ayant été le premier État à reconnaître l’indépendance de ces pays, ils eurent une image très positive des Turcs. Au-delà des embrassades entre Özal, Karimov, Nazarbaev, Niyazov et Akaev, les chefs d’États d’Asie centrale voulaient une présence turque susceptible d’apporter un nouvel équilibre dans le jeu géostratégique de la région.

42Enfin, l’attitude bienveillante des Occidentaux est une des pièces maîtresses du jeu qui favorisa la présence des Turcs en Asie centrale. Le « modèle turc » pour l’Asie centrale n’a pas été qu’une invention turque. L’Occident en général et les États-Unis en particulier ont largement soutenu l’action de la Turquie dans cette région, par crainte de la voir glisser dans l’aire d’influence iranienne. La prise de conscience ultérieure qui innocenta l’Iran de noirs desseins fragilisa les Turcs, car les Occidentaux avaient déjà tempéré leur enthousiasme face au modèle turc de développement économique et social pour l’Asie centrale.

43Concrètement, sur le terrain, lorsque les États d’Asie centrale se sont ouverts, les hommes d’affaires nourdjou ont été les premiers à remplir les avions de la compagnie aérienne turque, Turkish Airlines, pionnière, dès 1992, pour assurer des vols réguliers en direction de Tachkent et d’Almaty. Arrivés dans ces capitales, les hommes d’affaires ont établi les premiers contacts avec les personnalités économiques, administratives et même politiques du pays, afin de collecter un maximum d’informations sur tous les besoins, en vue d’investissements futurs. Et c’est de la même façon que des professionnels de l’enseignement sont arrivés. Ils ont été aussi parmi les premiers nourdjou à fouler le sol ouzbek, kazakh, turkmène et kirghize à l’heure des indépendances. Une fois la liste des contacts établie, ils invitèrent en Turquie des délégations souvent composées de décideurs économiques, politiques et d’intellectuels. Sur place, ceux-ci furent directement pris en charge durant tout leur séjour en Turquie par la djemaat ou une de ses innombrables fondations.

44Durant leur séjour en Turquie, ils furent invités à visiter les écoles, fondations, cités universitaires et entreprises contrôlées par les membres de la djemaat. Une fois séduites, on fit miroiter à ces personnalités influentes la possibilité de créer les mêmes infrastructures dans leur pays, en Ouzbékistan, au Kazakhstan, au Kirghizistan ou au Turkménistan. La djemaat trouva ainsi ses interlocuteurs et s’assura leur appui. De retour en Asie centrale, il ne restait plus qu’à envoyer les fonds et mobiliser les associations d’hommes d’affaires nourdjou de chaque ville de Turquie.

  • 15 L’expression « rendre un service », hizmet etmek, est assez usitée dans les cercles fethullahçı. Qu (...)

45Il est difficile de préciser davantage la manière dont la djemaat choisit les hommes d’affaires qui vont la représenter en Asie centrale, car la part du secret est très importante dans les activités des nourdjou, même si ces dernières années des progrès ont été obtenus en matière de communication et de transparence. Chaque ville de Turquie a son association éducative, culturelle, économique ou sportive plus ou moins affiliée à la djemaat. Cette affiliation n’est pas à considérer dans l’absolu. Être de la djemaat ne signifie pas avoir une carte de membre, payer une cotisation mensuelle ou annuelle comme s’il s’agissait d’un club sportif ou d’un parti politique. Cette question de l’adhésion doit être saisie dans sa définition la plus simple : être de la djemaat, c’est fréquenter les cercles nourdjou, lire la littérature du mouvement et être prêt à recevoir une mission15 du Hocaefendi, le « Maître respecté ».

  • 16 Le jumelage n’a rien d’officiel. Il est l’œuvre d’individus de la djemaat de Gülen. Les mairies des (...)

46Le « jumelage »16 entre villes ou régions d’Asie centrale et de Turquie résulte le plus souvent de relations informelles. Il obéit à des règles officieuses assez floues et, dans la pratique, occupe une place particulière dans l’implantation des entreprises et des écoles nourdjou en Asie centrale. Les hommes d’affaires d’Adana, par exemple, investissent dans la région de Samarcande et l’école turque de cette ville est sous leur responsabilité financière, dans le sens où ils se chargent de collecter les fonds nécessaires à son fonctionnement. Il existe plusieurs accords, plus ou moins tacites, de jumelage entre une région de Turquie et une région d’Asie centrale.

47Lors d’une mission dans la ville ouzbèke de Ferghana, je fus frappé par le caractère quasi parfait de cette coutume. En effet, tous les Turcs expatriés venaient de la même région de Turquie. Les deux ou trois entreprises (un restaurant, une entreprise mixte turco-ouzbèke spécialisée dans les lessives) et plusieurs professeurs du lycée de Ferghana étaient originaires de la région d’Elazığ et de ses environs. La suite des entretiens avec la communauté turque expatriée dans cette ville m’a permis de comprendre ce phénomène.

  • 17 Sur le fonctionnement de la solidarité sur le principe du hemşehrilik, voir Sema ERDER KÖKSAL, « Is (...)

48On retrouve là la force d’une solidarité basée sur l’appartenance régionale, appelée hemşehrilik en turc, ce qui signifie concitoyen au sens strict. Ce principe de solidarité est très fort au sein de la communauté turque expatriée en Asie centrale (et en Europe au sein de la population immigrée turque)17. Justifié par une même origine géographique, ce mode de solidarité permet à la djemaat de bien fonctionner en créant des sous-groupes de travail entre des collaborateurs d’une même ville. Toute idée de « supériorité géographique » est cependant absente de ces structures nourdjou. Les commerçants nourdjou de Sakarya expatriés en Asie centrale ne se sentent pas différents de leurs collègues d’Izmit ou d’Erzurum.

49Après la prise de contacts avec les différentes autorités compétentes sur place et l’arrivée d’hommes d’affaires turcs, les écoles sont inaugurées et les élèves recrutés sur concours. Généralement, une vieille école est reprise, réhabilitée et équipée par les Turcs. Il arrive aussi que l’État d’accueil cède un local devenu inutile après la dislocation de l’Empire et la fermeture d’administrations, comme certaines cellules du Parti. La rénovation des bâtiments cédés, souvent indispensable, est assurée gratuitement dans la plupart des cas par les entreprises turques de bâtiment. Cependant, en signe de bonne volonté, l’État d’accueil prend à sa charge les dépenses des écoles en eau, électricité et gaz. Les salaires des professeurs font partie des charges de l’entreprise turque qui gère les lycées.

50Une fois acquis et transformé pour les besoins de la cause, l’établissement est équipé en matériel pédagogique de qualité, la plupart du temps importé de Turquie. Ordinateurs, équipement pour laboratoires de biologie et de physique, photocopieurs, chaises, tables, livres, papier et jusqu’à la vaisselle de la cantine du lycée sont directement envoyés par les entreprises de Turquie. Cet équipement moderne, joint à l’enseignement de qualité dispensé dans ces écoles, constitue la clé de voûte du succès des établissements fethullahçı en Asie centrale.

Mode de recrutement des enseignants pour les lycées

51Lieu de socialisation par excellence, la famille est le principal lieu où se forment les cadres nourdjou. Traditionnellement, les enfants qui grandissent dans un environnement gagné par les idées nourdjou finissent par le devenir. Une bonne partie des missionnaires rencontrés en Asie centrale venaient de milieux déjà acquis à la cause nourdjou. Cependant, la famille est loin d’être le lieu exclusif où se forment les disciples du mouvement.

52L’école, autre lieu de socialisation offre aussi des possibilités d’adhésion à un groupe de pensée. Dans le cas des fethullahçı, les lycées et les universités ont contribué grandement à l’augmentation des membres de la djemaat. Généralement, les plus actifs diffusent à l’école les œuvres de Said Nursi et de Fethullah Gülen auprès de leurs collègues. Le prosélytisme se fait, de façon évidente, plus facile et plus ouvert quand les écoles en question sont privées et directement contrôlées par la djemaat, comme c’est le cas du célèbre collège Yamanlar à Izmir, lieu de formation de bon nombre de dirigeants et esprits fethullahçı.

53Les cités universitaires contrôlées par la communauté, parce qu’elles subviennent aux besoins des plus nécessiteux, jouent aussi un rôle non négligeable dans le recrutement des missionnaires en Asie centrale. La cité universitaire a un rôle fondamental car en tant que foyer d’habitation d’une grande famille d’étudiants, elle constitue une sorte d’école de formation aux missions de la djemaat. Les activités sociales, culturelles et la vie associative y ont une importance toute particulière. Hébergeant certains étudiants venus du monde turcophone, les cités universitaires sont le lieu idéal de formation et de diffusion des idées de la djemaat en Asie centrale.

  • 18 Sur le recrutement que la djemaat opère dans l’armée et la police voir Oral ÇALIŞLAR, Fethullah Gül (...)

54Enfin, les ışık evleri, « les maisons de lumière » dont il a été question auparavant, appartements collectifs de 5 à 8 étudiants, contrôlés directement par la djemaat, ont formé de nombreux jeunes à la philosophie du mouvement. Moins connus sont les recrutements effectués dans les institutions de l’armée et de la police, recrutements souvent dénoncés par la presse hostile à Fethullah Gülen18. Ici la distinction est primordiale entre recrutement et enrôlement. Dans l’armée et la police, le but n’est pas d’enrôler mais de diffuser le discours de la djemaat en vue de futures adhésions. L’enrôlement intervient plus tard. Une fois persuadée qu’un recruté est un élément fiable, la direction de la société fethullahçı (une fondation éducative, une direction de cité universitaire ou les responsables d’une revue nourdjou) œuvre pour qu’il obtienne un poste dans la vaste entreprise de la djemaat.

55Les jeunes fethullahçı formés dans les institutions citées ci-dessus se retrouvent après leurs études dans les milieux professionnels les plus divers, allant de l’université à l’épicerie en passant par les entreprises commerciales et industrielles les plus variées. Les jeunes diplômés intéressent tout particulièrement les responsables des lycées en Asie centrale, car ils répondent à la majorité des critères qui régissent le recrutement.

  • 19 Une énumération exhaustive des entretiens qui m’ont permis d’arriver à cette conclusion serait trop (...)

56Mes entretiens avec les professeurs des lycées m’ont permis d’arriver à la conclusion suivante19 : le choix d’un professeur amené à travailler dans un lycée à l’étranger se fait selon ses compétences, son mode de vie et son attachement aux valeurs nationales et religieuses. Plus concrètement, il existe différentes sociétés d’enseignement privé de la djemaat en Turquie comme Silm, Şelale, Başkent et Sebat, pour ne citer que celles qui sont actives en Asie centrale. Elles organisent des concours de sélection des professeurs. Les candidats, possédant de préférence une certaine expérience dans l’enseignement, sont convoqués et passent un examen pour tester leurs connaissances dans leur discipline (mathématiques, histoire, anglais, etc.). Cependant, la compétence professionnelle et la maîtrise du métier d’enseignant ne suffisent pas, il faut aussi satisfaire à d’autres critères.

  • 20 Şeyhmus, professeur de mathématique au lycée de Nebit Dağ, au Turkménistan, novembre 1998.

« On ne va pas envoyer, pour citer les propos d’un professeur dans un lycée du Turkménistan20, un communiste athée ou quelqu’un qui déteste son pays, sa nation ».

57Les plus attachés aux valeurs nationales, à la Turquie sont nettement préférés aux jeunes plus proches des idéaux de gauche. De même que la totalité des candidats accueillis sont plus ou moins respectueux d’une certaine éthique islamique.

58L’insistance sur l’attachement aux valeurs nationales découle directement d’une adhésion directe à la turcité qu’on constate chez Gülen et les siens. Il convient toutefois de souligner que certains enseignants recrutés correspondent parfaitement aux critères sans être pour autant de fins connaisseurs de la djemaat. Du moment qu’ils sont suffisamment musulmans croyants et pratiquants et suffisamment turcs, les sociétés éducatives les sélectionnent. Ces jeunes apprendront à devenir nourdjou après leur parachutage à l’école.

59En réalité, les modalités de recrutement passent essentiellement par un réseau de connaissances. Un membre de la djemaat présente à sa société un ou des amis tout aussi fidèles que lui aux idéaux de la communauté. Ici, comme dans bon nombre d’autres associations, clubs, partis ou organisations similaires, le parrainage fonctionne assez bien. Un jeune diplômé qui veut travailler dans un lycée en Asie centrale n’a de chance de réussir le concours de sélection que s’il est membre de la djemaat et que son appartenance et sa fidélité sont attestées par une tierce personne. Ce système de cooptation fonctionne aussi dans le cas des mutations des professeurs d’un pays à un autre. L’organisation est vaste et, sans les conseils d’un membre dont la fidélité ne fait pas de doute, la fiabilité des recrutements est impossible.

60De ce fait, les professeurs mutés dans les écoles d’Asie centrale ont des profils similaires, ce qui leur permet de mieux aborder la cohabitation avec des collègues qu’ils rencontrent souvent pour la première fois, loin du pays natal. Mais surtout, ce mode de recrutement permet de constituer des équipes homogènes ayant le même profil et les mêmes objectifs, l’idéal pour une bonne diffusion du message de la djemaat.

61Sans être les plus nombreux, les centres de langue et d’informatique occupent une place privilégiée dans le dispositif éducatif de la djemaat en Asie centrale. L’apprentissage du turc, de l’anglais et des notions de base de l’informatique est devenu indispensable pour nombre d’étudiants amenés à travailler avec des sociétés étrangères. Autrefois absente des écoles, des instituts et universités centrasiatiques, la langue turque de Turquie fit au lendemain des indépendances son entrée dans les établissements de toutes les républiques.

Photo n° 8: « The role of the teacher », lycée de Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.

Photo n° 8: « The role of the teacher », lycée de Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.

Commentaire : Si l’enfant est au centre de toute la politique éducative des nourdjou, le maître dispose d’une image quasi sacrée, dans le sens où il est le guide de l’enfant dans la vie. Sur cette photo, une classe d’anglais, langue dont l’enseignement dans les écoles de la djemaat participe grandement à leur prestige.

  • 21 Bayram BALCI, « La coopération éducative et culturelle entre la Turquie et les républiques turcopho (...)

62En Ouzbékistan, l’institut d’orientalisme de la capitale, l’université des langues du monde, l’université d’État de Tachkent et certaines universités de province dispensent aujourd’hui des cours de turc. L’ambassade de Turquie a aussi ouvert des écoles, notamment pour l’apprentissage du turc de Turquie21. Dans les autres républiques, le turc connaît le même succès, notamment grâce à l’arrivée massive d’entreprises turques qui embauchent une bonne partie de leur personnel sur place.

63Plus forte encore est la demande qui émane des habitants d’Asie centrale pour l’apprentissage de l’anglais depuis la fin de l’URSS qui oblige les nouveaux États à s’ouvrir au monde entier. Le British Council spécialisé dans l’enseignement de l’anglais a désormais des centres dans chaque capitale centrasiatique. Des organismes américains (IREX et ACCELS par exemple) sont également présents pour donner des cours de langue et d’informatique. De même que des jeunes universitaires américains, affiliés à une organisation dont on dit qu’elle est missionnaire en Asie centrale, la Peace Corp, sont dispersés aux quatre coins de l’Asie centrale pour promouvoir l’anglais et la culture américaine par le biais de l’enseignement de différentes disciplines dans les écoles et les universités.

  • 22 Pour avoir une idée de la répartition de ces centres, voir la liste des écoles par pays donnée ci-d (...)

64Les différentes sociétés éducatives de la djemaat ont su déceler chez certaines catégories sociales ouzbèkes, kazakhes, turkmènes et kirghizes une forte aspiration à apprendre le turc, l’anglais et l’informatique22. Ainsi, dans chaque capitale, la direction générale des lycées a-t-elle mis en place des centres de langue où sont acceptés aussi bien les débutants que les étudiants et professionnels les plus avancés. À Tachkent, les centres de langue sont dans les locaux même de la direction générale. À Bichkek, Almaty et Achkhabad, des centres similaires ont été créés et ils sont fréquentés par des gens de tous âges et de toutes motivations (professionnelles, loisirs, études, etc.). Le centre d’informatique et d’anglais d’Almaty, installé non loin du palais présidentiel, est très apprécié des jeunes Kazakhs qui aspirent à travailler dans des sociétés étrangères et à s’ouvrir sur le monde.

65Moins nombreuses et de création plus récente, les universités constituent une autre catégorie d’établissements gérés directement par des membres de la communauté de Fethullah Gülen. Comme on le verra dans les chapitres sur l’idéologie véhiculée par la communauté en Asie centrale, les universités jouent un rôle complémentaire de celui des lycées. Au nombre de trois dans toute la régionAchkhabad, Bichkek et Almatyces établissements furent ouverts bien après les lycées afin de permettre à une partie des diplômés d’y suivre des études universitaires.

  • 23 Les données sur cette université furent obtenues lors de deux missions effectuées à Achkhabad, en j (...)

66La première université nourdjou d’Asie centrale vit le jour à Achkhabad23. Inaugurée en 1994, elle n’est opérationnelle qu’en 1996. Installée dans des bâtiments rénovés, elle s’élève à la sortie de la ville sur la route de Göktepe, ville-citadelle en cours de restauration et haut lieu de la résistance turkmène contre les armées russes jusqu’en 1881. Son nom exact est Uluslararası Türk-Türkmen Üniversitesi, université turco-turkmène internationale, mais en fait elle n’est que binationale car la quasi-totalité des étudiants sont turcs et turkmènes, à l’exception de quelques Ouzbeks et Kazakhs. Le nombre limité d’étudiants inscrits700 lors de notre dernière mission effectuée en novembre 1998est une donnée fondamentale pour mieux évaluer le phénomène « université fethullahçı » en Asie centrale. Organisée en trois facultéshistoire, ingénierie civile et gestionavec différentes sections dans chacune des facultés, l’université prévoit de se développer dans les années à venir. Une maquette géante installée à l’entrée du bâtiment principal donne quelques précisions sur la future extension de l’université et ses nouvelles filières. L’enseignement se fait en turc, en anglais et en turkmène et parfois en russe. Comme dans la plupart des structures éducatives de la djemaat, les filles sont très peu nombreuses.

67Pratiquement tous les établissements de la djemaat en Asie centrale accueillent des garçons. Le nombre de lycées réservés aux filles ne dépasse pas les deux ou trois par république. Curieusement, les autorités locales ne dénoncent pas ce fait. Au Turkménistan, c’est l’État qui a demandé à ce que la priorité soit donnée aux établissements masculins. Interrogés sur cette « préférence », les dirigeants de la djemaat répondent qu’il est difficile de faire venir des enseignantes dans ces payscomme si les hommes ne pouvaient pas enseigner à des jeunes filleset que les volontés des nouveaux régimes vont dans ce sens. Selon eux, dans tous ces nouveaux États, les dirigeants viseraient à créer des nouvelles élites, essentiellement masculines.

68En vérité, la part de la djemaat est considérable dans cette discrimination envers les filles. Les nouvelles républiques ont besoin d’écoles modernes, bien équipées et capables de préparer les jeunes à des concours universitaires dans le pays et à l’étranger. Par conséquent, ils prennent en large partie ce qu’on leur propose, ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas leurs propres exigences en matière de coopération. Les projets d’ouvertures d’écoles émanent toujours des Turcs de la djemaat. Ces derniers, bien que musulmans modernes, tolérants et modérés, n’en restent pas moins attachés à une conception traditionnelle et traditionaliste de l’éducation. La conception qu’ils se font de l’éducation et de la place de la femme dans la société explique largement pourquoi les missionnaires créent peu d’établissements féminins en Asie centrale.

  • 24 Né en 1733 et mort en 1798, Mahdumguli est un pilier fondamental de la culture nationale turkmène. (...)

69Les études sont payantes, chaque élève doit payer l’équivalent de 3000 dollars par an, un prix excessivement élevé pour le pays mais que les responsables nourdjou peuvent imposer puisque la capitale turkmène ne compte que deux universités, la seconde étant l’Université d’État portant le nom du grand poète turkmène du XVIIIe siècle, Mahdumguli24. Sur les 700 élèves que comptait l’université en 1998, environ 150 venaient de Turquie. Ceux-là sont souvent des jeunes qui n’ont pu intégrer une université turque (échec ou prix exorbitant) et qui sont venus faire des études au Turkménistan par goût de l’aventure ou parce que leurs parents y travaillent. Quant aux élèves turkmènes, ils sont issus des milieux privilégiés de la société et peuvent à ce titre se payer des études très coûteuses à l’échelle du pays. Cependant une minorité d’élèves suit les cours gratuitement. Il s’agit des 25 premiers au concours organisé par l’université pour le recrutement des étudiants.

  • 25 Le 16 décembre 1986, au lendemain de la décision de Moscou de remplacer à la tête du PC local le ka (...)

70Des établissements universitaires similaires ont été créés à Almaty et à Bichkek, avec quasiment les mêmes critères et les mêmes objectifs. L’université d’Almaty porte le nom du président Süleyman Demirel, qui l’a inaugurée le 16 décembre 1996, jour de commémoration du dixième anniversaire des événements d’Almaty25. L’université portait au départ le nom de Fatih (le conquérant en turc) mais, sur proposition du Président Nazarbaev, elle a changé de nom. Par sa taille elle est encore plus petite que celle d’Achkhabad mais ses responsables évoquent d’ambitieux projets d’agrandissement. La faculté d’économie, la plus dynamique et importante de l’université, cherche à former des cadres nouveaux pour répondre aux besoins des entreprises étrangères qui s’implantent dans le pays.

71L’université Ala Taou (du nom d’une chaîne de montagne) de Bichkek est une copie parfaite de l’université Süleyman Demirel. Avec l’université Manas, créée par l’État turc qui la gère via son ambassade, elle participe au renforcement des liens entre la Turquie et le Kirghizistan. Modeste (à peine 400 étudiants en 1998), elle correspond aux attentes d’un État kirghize qui préfère les établissements éducatifs de petite taille.

72Dans les trois capitales où existent une université publique turque, créée par l’ambassade et une université privée de la djemaat, on constate l’existence de liens et d’échanges dans tous les domaines. Les professeurs des deux universités se fréquentent et échangent des idées. La coopération touche surtout les méthodes éducatives. Des projets communs de conférences et de commémorations (fête de la République, arrivée d’une importante mission diplomatique, etc.) sont menés par les responsables des deux types d’établissements, à Almaty et Bichkek.

73L’Ouzbékistan est le seul pays d’Asie centrale où la djemaat n’ait pas d’université. Les autorités ouzbèkes ont toujours cherché à mettre une certaine limite à leur coopération avec la Turquie. En revanche, l’International Ulughbek School de la djemaat est une institution qui accueille des jeunes étudiants et leur donne une formation de niveau universitaire.

Matières privilégiées et frais de scolarité

74Si la djemaat dispose de centres de langue et de quelques universités en Asie centrale, la plupart de ses établissements sont tout de même des lycées dont la principale mission est de bien préparer les élèves aux concours d’entrée dans les universités nationales ou étrangères. Ces lycées sont, en majorité, des copies conformes des célèbres Anadolu Liseleri très appréciés en Turquie. Établissements publics malgré leurs apparences, ces lycées ont en Turquie la particularité de recruter leurs élèves en organisant des concours très sélectifs. Les Anadolu Liseleri peuvent assurer un enseignement général ou technique mais dans les deux cas l’éducation se fait dans une langue étrangère (en anglais le plus souvent). Jusqu’à une date récente, les élèves qui voulaient intégrer ces lycées passaient un concours d’entrée à la fin de l’école élémentaire, c’est-à-dire après les cinq années de l’enseignement obligatoire. Le concours réussi, les élèves suivent une première année préparatoire, où ils apprennent une langue étrangère, l’anglais, l’allemand ou le français, principales langues d’enseignement dans ces lycées. Après cette année préparatoire, ils ont une scolarité de sept ans, équivalente aux quatre années de collège et trois années de lycée en France.

75Les sept années passées dans ces écoles d’élite augmentent leurs chances d’entrée à l’université. À la rentrée scolaire 1997/1998, une loi a porté la durée de l’école obligatoire de cinq à huit ans. Les Anadolu Liseleri ont dû modifier de ce fait leur mode de fonctionnement. Les élèves commencent désormais plus tard leur cursus et restent moins longtemps dans ces écoles, qui deviennent maintenant des lycées spéciaux, alors qu’avant la réforme, elles assumaient le double rôle de collège et de lycée.

  • 26 Le taux de réussite au concours d’entrée de ces lycées est généralement assez bas puisque selon les (...)

76Tous les lycées turcs d’Asie centrale fonctionnent dans cette logique. Les élèves sont admis à la suite de concours très sélectifs26. En mai, chaque république organise un concours national pour recruter les meilleurs élèves et ceux des lycées turcs y connaissent un franc succès. Les concours sont placés sous le contrôle des directions générales qui envoient des professeurs organiser les examens dans toutes les villes importantes de province.

77Pays multiethniques, les États d’Asie centrale ont encore de fortes minorités russes, notamment au Kazakhstan : au moment de l’indépendance, la composante russe de la population était encore majoritaire. Ce multiethnisme apparaît également dans les écoles de la djemaat où les jeunes élèves russes et « autochtones » se retrouvent sur les mêmes bancs. Une importance cruciale est accordée au reflet de la composition multiethnique du pays dans les écoles nourdjou.

78Mathématiques, langues (russe et langue locale) et culture générale sont les matières qui comptent pour le concours de recrutement. Les copies sont imprimées dans la capitale et envoyées dans plusieurs écoles de province, où les professeurs turcs surveillent avec leurs collègues locaux le bon déroulement des examens : ceux-ci sont ouverts aux élèves sortis de la cinquième ou sixième classe selon le pays, c’est-à-dire diplômés du premier échelon dans le système éducatif de l’ex-URSS qui prévaut encore dans les républiques indépendantes d’Asie centrale. Comme en Turquie, ces lycées ont pour principale mission éducative de bien préparer les élèves aux concours universitairesmission accomplie, comme on le verra.

Photo n° 9 : Un élève russe dans une école turque, Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.

Photo n° 9 : Un élève russe dans une école turque, Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.

Commentaire : La djemaat aime à rappeler que ses écoles accueillent aussi des jeunes Russes. Elle veut prouver par-là qu’elle ne pratique aucun ostracisme envers les minorités non musulmanes. Soucieuse de cultiver une image d’ouverture et de dialogue, la communauté de Gülen encourage sérieusement les jeunes Russes à passer les concours d’entrée en leur offrant, le cas échéant les aides nécessaires.

79La scolarité était au départ gratuite dans tous ces établissements. Ils bénéficiaient (et bénéficient toujours) du soutien financier des entreprises turques de Turquie et d’Asie centrale. Mais, une fois solidement implantées dans chaque pays et après avoir gagné en popularité et prestige auprès des populations locales, les établissements ont progressivement instauré une scolarité payante. En début 2003, il n’existait pas encore de grille unique régissant les frais de scolarité. Les situations varient selon les pays. Ainsi, en Ouzbékistan, la scolarité est gratuite dans les lycées mais payante à l’International Ulughbek School, où elle avoisine les 5000 dollars par étudiant et par an. Au Kazakhstan, les parents d’élèves n’ont pas à payer de frais d’inscription mais ils doivent acheter certains livres coûteux, notamment les manuels de langue directement importés de Grande-Bretagne. Au Kirghizistan, seule la cantine est à la charge des parents, les autres frais de scolarité étant directement payés par l’école. Au Turkménistan, la scolarité est devenue payante deux ans à peine après l’ouverture des premiers lycées.

80À terme, l’objectif des responsables fethullahçı est de rendre toutes les écoles payantes. Dans l’immédiat, les difficultés économiques dans lesquelles se débattent ces pays rendent délicat le passage à une scolarité payante. En revanche, des arrangements existent entre la direction des lycées et les parents d’élèves brillants dont les difficultés financières sont très sérieuses. S’ils sont dans l’incapacité absolue de payer, la direction le fait à leur place. De même, les premiers classés lors des concours sont exemptés des frais d’inscription.

81Le programme éducatif appliqué dans ces établissements mérite une attention particulière. Les deux tableaux suivants apportent de précieuses informations sur le contenu des cours dans ces lycées au Turkménistan et au Kazakhstan. Bien que privilégiant les sciences dures, ces écoles ont parfois des classes adaptées aux « littéraires » grâce à l’existence de sections spéciales où les matières littéraires disposent d’aménagements horaires.

82Comme le mettent bien en évidence les tableaux 14 et 15, la première année est consacrée à l’apprentissage du turc et de l’anglais, quel que soit le pays ou le type de lycée. Aux élèves ne parlant à leur entrée ni le turc ni l’anglais (les deux principales langues d’enseignement) les éducateurs imposent jusqu’à vingt heures d’anglais par semaine et dix heures de turc (plus facile à enseigner à ces enfants qui souvent parlent déjà une langue turcique à leur arrivée). La première année est fondamentale, puisque c’est durant les premiers mois que l’élève acquiert les compétences linguistiques qui vont l’aider à assimiler une très grande quantité de savoirs durant les quatre années d’études qui l’attendent.

  • 27 Quant au français, il n’a hélas aucune place dans ces établissements dont la direction générale n’a (...)

83Quelle que soit la spécialisation du lycée (scientifique ou littéraire) la domination de la langue anglaise est une règle intangible. Dans les cours, la langue du pays arrive en deuxième place, suivie du turc. Le russe est quasiment absent de ces écoles. Cependant la possibilité est offerte aux élèves de pouvoir améliorer leur langue russe grâce à l’organisation de cours facultatifs. Le russe n’est pas oublié, car c’est encore une des langues maternelles de ces enfants, souvent scolarisés en russe avant leur arrivée au lycée turc et qui continuent de le parler entre eux dans la cour de récréation27.

  • 28 Données fournies par la direction de la firme Başkent, responsable des lycées nourdjou du Turkménis (...)

Tableau 14 : Programme des lycées de la djemaat au Turkménistan, section scientifique (1997/1998)28

Matières

6e, 1er semestre

6e, 2e semestre

7e

8e

9e

10e

Langue

d’enseignement

ment

Langue turkmène

4

3

5

3

3

3

Turkmène

Langue turque

7

7

3

3

3

3

Turc

Anglais

20

15

6

4

4

4

Anglais

Russe

1

1

2

1

2

1

Russe

Mathématiques

2

7

7

6

7

Anglais

Physique

3

5

5

5

Anglais

Chimie

2

4

4

4

Anglais

Biologie

2

4

4

4

Anglais

Epistémologie

3

Anglais

Informatique

2

3

Turc

Histoire

du Turkménistan

2

1

1

1

Turkmène

Histoire générale

1

2

1

1

Turc

Géographie

générale

2

1

1

Turc

Géographie du Turkménistan

1

1

Turkmène

Politique du Président

1

Turkmène

Morale (Edep)

1

1

Turc

Hist. des relig.

1

1

1

1

Turc

Philosophie

2

Turc

Sport

2

2

2

2

2

2

Turkmène

Musique

1

1

1

Turkmène

Dessin

1

1

1

Turkmène

Nombre total d’heures

37

36

38

41

41

41

  • 29 Données fournies par le directeur du lycée garçons de Chimkent, Kazakhstan.

Tableau 14 : Programme des lycées de la djemaat au Kazakhstan, section scientifique (1997/1998)29

Matières

7e, 1er semestre

7e, 2e semestre

8e

9’

10e

11“

Langue

d’enseignement

Anglais

20

15

5

4

4

4

Anglais

Langue kazakhe

3

3

3

3

4

4

Kazakh

Langue turque

10

8

3

2

2

2

Turc

Algèbre

3

5

5

4

5

Anglais

Géométrie

2

2

2

3

Anglais

Physique

2

4

4

2

2

Anglais

Chimie

1

3

3

1

2

Anglais

Biologie

1

2

3

1

1

Anglais

Informatique

2

2

2

Turc

Histoire kazakhe

1

1

2

2

Kazaklı

Histoire générale

2

2

3

3

Turc

Géographie du Kazakhstan

1

1

2

2

Kazakh

Géographie générale

1

2

2

2

Turc

Éducation physique

2

2

2

2

2

2

Kazakh

Musique

1

1

Kazakh

Dessin

1

1

Kazakh

Philosophie

2

2

Turc

Histoire des religions

1

1

1

Turc

Morale (Edep)

1

1

1

1

1

1

Turc

Langue russe (option)

1

1

1

1

1

1

Russe

Droit

1

1

Kazakh

Nombre total d’heures

39

39

39

39

39

39

84Comme nous l’avons déjà vu, c’est l’enseignement de l’anglais qui fait en grande partie le succès des écoles turques. De ce fait, son enseignement ne fait que se renforcer et les professeurs des lycées sont à la recherche constante de nouvelles méthodes pour le perfectionner. Quoique soucieuses avant tout d’assurer un enseignement scientifique, les écoles turques ne négligent pas pour autant les matières littéraires comme l’histoire, la géographie, la musique, etc. L’histoire générale et l’histoire des religions sont enseignées en turc de Turquie. Ce sont des matières qui permettent surtout aux enseignants de sensibiliser les enfants sur des questions vastes comme la turcité, la fraternité des peuples turciques, etc. Nous reviendrons sur le contenu de ces matières quand il sera question d’analyser l’idéologie du mouvement.

85La langue nationale est surtout utilisée pour les disciplines concernant le pays comme l’histoire ou la géographie nationale. Il peut arriver que les enfants ne commencent à apprendre cette langue qu’une fois scolarisés au lycée turc. C’est notamment le cas des enfants russes qui apprennent le turc et le kazakh, le turkmène, l’ouzbek ou le kirghize à l’école turque. J’ouvre une parenthèse pour signaler que la part des enfants russes n’est pas négligeable dans ces écoles nourdjou. Bien que ne parlant aucune langue türk à leur arrivée, ils apprennent rapidement le turc et réussissent plutôt bien leur scolarité. Les directions générales des lycées, soucieuses de donner une image positive, ouverte et tolérante de leur mouvement, encouragent l’arrivée dans leurs établissements de jeunes russes.

86L’analyse des matières enseignées dans ces écoles montre une très large domination des disciplines scientifiques. Même les lycées censés accorder une nette priorité aux matières littéraires dispensent un important enseignement scientifique à leurs élèves (voir tableau 15). Les matières scientifiques et l’économie, avec l’informatique, sont les matières dont l’acquisition est la plus utile pour la réussite des concours universitaires, objectif principal des élèves de ces établissements. Le choix de privilégier les sciences dures est assez caractéristique de la djemaat qui se veut moderniste et ouverte aux sciences comme le souhaitait le père fondateur du mouvement nourdjou, Said Nursi.

87Cependant ceci est assez courant chez certains mouvements islamistes car les sciences dures « occidentales » et rationnelles sont acceptées, mais pas les sciences sociales. Cette « négligence » des sciences sociales montre les limites de la modernité dont se réclame la djemaat. La plupart des organisations islamistes importent d’Occident les sciences dures (mathématiques, informatique, chimie, technologie) mais dans une moindre mesure tout ce qui relève des sciences humaines. Ceci est plus vrai dans le cas des organisations islamistes radicales (souvent très politisées), moins pour une organisation islamiste « culturaliste » et piétiste comme la djemaat de Gülen. En fait, en Asie centrale, il est plus facile d’ouvrir une école quand on y enseigne les sciences et les langues étrangères. En d’autres termes, « tout n’est pas de la faute » des nourdjou. L’enseignement des sciences humaines est confié par l’État de préférence à ses propres éducateurs.

88Comme les États musulmans quelques décennies auparavant, les nouveaux régimes estiment que c’est l’importation de technologie et de science qui peut les aider à sortir de l’impasse, pas les courants d’idées (véhiculés par l’enseignement des sciences humaines). Cette attitude se remarque également dans la politique d’envoi d’étudiants à l’étranger. Les sciences « dures » sont prioritaires dans cette politique de formation de nouveaux cadres.

89Quelques traits généraux peuvent être tirés de ces développements pour conclure sur le mode d’implantation de la djemaat en Asie centrale. La première caractéristique du réseau nourdjou dans ces États est son caractère élargi à toutes les sphères de la société. Plusieurs catégories de décideurs concourent à renforcer l’assise de la communauté de Fethullah Gülen dans ces États.

90Pour ce qui concerne les décideurs politiques, certains gouverneurs de province (les hokims ouzbeks et leurs équivalents dans les autres républiques), députés et même ministres, apportent leur soutien aux écoles turques dans lesquelles ils cherchent à scolariser leurs enfants. Certes, toutes ces autorités politiques ne font pas partie des groupes de solidarité et de soutien aux lycées de Gülen, mais nombreux sont les élèves des établissements nourdjou dont les parents appartiennent au cercle des décideurs.

91Quant aux décideurs économiques, il est évident que les réseaux favorables aux lycées comptent aussi bon nombre de « nouveaux riches », ceux qui ont su s’adapter à la « nouvelle économie ». Il s’agit notamment d’hommes d’affaires qui font du commerce avec l’étranger. Les entrepreneurs ouzbeks qui travaillent dans des joint-ventures (ouzbéko-turques, kazakho-turques, etc.) apportent leur soutien à ces écoles dont ils apprécient l’enseignement des langues étrangères.

92Dans le milieu universitaire, les relations sont suivies entre directions des lycées et enseignants en vue d’une bonne transition pour les lycéens du cycle secondaire au cycle supérieur. Le réseau se constitue quand les responsables de la djemaat convainquent les universitaires de l’importance de leurs écoles pour l’amélioration du système éducatif du pays.

93Au sein du milieu intellectuel, enfin, des écrivains, poètes, chanteurs et artistes sont régulièrement courtisés par la djemaat. Par exemple, au Turkménistan, le poète Hudaynazarov, intellectuel en vogue comme tous doivent l’être dans ces États, est régulièrement invité à s’exprimer dans les publications des lycées turcs. En Ouzbékistan, le poète « officiel », Abdullah Aripov, est choyé de la même manière. Les appuis recherchés et souvent obtenus auprès de ces intellectuels permettent à la direction des lycées turcs de s’assurer une caution morale. La djemaat a besoin de ces cautions morales, pour mieux faire valoir auprès du régime en place les services rendus au pays.

94Ces appuis suffisent-ils à protéger des lycées implantés dans des pays en plein processus de transition du système soviétique vers un autre, plus incertain tain ? En fait, la protection a ses limites et la stratégie des lycées qui consiste à s’appuyer sur les réseaux n’apporte pas toujours les fruits escomptés. Une fois encore, la situation ouzbèke est un cas d’école. L’implantation réussie de la djemaat dans ce pays, sa bonne acceptation et ses rapports cordiaux avec les forces vives du pays n’ont pas empêché le régime ouzbek de mettre fin à l’existence des établissements nourdjou par un simple décret à la rentrée 2000/2001.

95Dans des régimes plus ou moins despotiques, comme c’est le cas de la plupart des pays d’Asie centrale, les caprices d’un chef d’État se moquent des réseaux de solidarité. La logique du réseau fortement utilisée par les nourdjou est une stratégie qui ne peut réussir sans le soutien du premier décideur du pays. Dans un espace politique où la compétition des groupes et des idées est directement régie par le pouvoir, elle montre ses insuffisances. La fermeture des lycées turcs en Ouzbékistan en est une illustration éclatante.

96Les établissements furent installés dans chaque pays grâce à une bonne combinaison des appuis trouvés sur place et en Turquie. Les réseaux nourdjou et ceux qui sont proches de la djemaat sont à la base de la vaste entreprise missionnaire des disciples de Gülen.

Notes

1 La Turquie, par le biais du ministère de l’Éducation nationale, qui dispose d’au moins un représentant dans chaque ambassade turque à l’étranger, s’intéresse d’assez près aux activités éducatives et culturelles des fondations privées turques qui agissent en dehors des frontières nationales. Régulièrement, des réunions des représentants des écoles privées à l’étranger sont organisées à Ankara, dont l’objectif est de garder un certain ascendant sur ces établissements. Voir à ce litre T.C. Milli Eğitim Bakanlığı, Yurt Dışı Öğretim Genel Müdürlüğü (Ministère de l’Éducation nationale, Direction de l’enseignement à l’étranger), Yurt Dışında Açılan Özel Öğretim Kurumları Temsilcileri İkinci Toplantısı (Deuxième réunion des représentants des fondations privées d’enseignement à l’étranger), Ankara, MEB, 1997.

2 Le classement des pays est en ordre décroissant du nombre d’écoles implantées. Ces chiffres proviennent des rapports du ministère turc de l’Éducation nationale, établis à partir des données transmises par les directions générales des lycées dans chaque pays.

3 Voir Zaman, 25 décembre 1997.

4 Je m’appuie sur les données fournies par la direction générale des lycées dans chaque république. Chaque direction met à la disposition des rares curieux une petite brochure de présentation qui insiste généralement sur les résultats (médailles et concours gagnés par les élèves, les statistiques de réussite aux examens universitaires, etc.). L’ambassade turque, et notamment la section de la coopération éducative et linguistique (Milli Eğitim Müşavirliği), constitue également une source utile d’informations sur les lycées nourdjou.

5 Sur la nature des liens entre ces sociétés, voir le chapitre V.

6 Le volume des investissements turcs dans ce pays est une donnée fondamentale qu’il faut constamment avoir à l’esprit pour comprendre le phénomène nourdjou en Asie centrale. Pour un bilan global des échanges économiques entre la Turquie et les républiques turcophones d’Asie centrale voir Bayram BALCI, « Les relations économiques entre la Turquie et les républiques turcophones d’Asie centrale », Les Dossiers de l’Institut Français dÉtudes Anatoliennes, Istanbul, n° 5, janvier 2001, pp. 57-70.

7 La part du groupe ethnique kazakh dans la population totale du Kazakhstan ne fait que croître depuis l’indépendance du pays. Le départ de certaines familles russes et la politique délibérée de Nursultan Nazarbaev d’encourager le retour au Kazakhstan de la diaspora kazakhe (notamment celle de Mongolie et de Turquie) contribuent au redressement de la situation en faveur des Kazakhs.

8 La décision de créer un second lycée dans la nouvelle capitale est présentée comme un soutien à la politique présidentielle de changement de capitale, décision dans laquelle les enseignants disent se reconnaître car elle leur rappelle la décision d’Atatürk de transférer la capitale d’Istanbul à Ankara. Mais en fait, la véritable raison est ailleurs, ce changement va obliger bon nombre de Kazakhs à s’installer à Astana dont la population croît déjà fortement.

9 Source : statistiques de la direction de la firme KATEV, responsable des lycées nourdjou au Kazakhstan.

10 Liste établie d’après les données fournies par la direction de la firme Sebat, gérante des lycées de la djemaat au Kirghizistan. Le nombre total d’étudiants et d’enseignants ne tient pas compte de l’université, dont les statistiques n’ont pu être obtenues.

11 Liste établie daprès les données fournies par la direction générale de la firme Başkent (à Achkhabad) responsable des lycées de la communauté de Gülen au Turkménistan.

12 Il n’existe aucune preuve officielle d’un quelconque pacte entre Özal et Gülen même si ce dernier affirme, dans certaines de ses confessions, envoyer ses amis rencontrer le Premier ministre de l’époque afin qu’ils agissent de concert en Asie centrale. Connaissant le caractère pragmatique et visionnaire de Turgut Özal, personne ne serait surpris d’apprendre sa coopération avec Gülen pour mieux défendre les intérêts de la Turquie. En tous cas une chose est sûre : une fois créés, les établissements nourdjou ont été très encouragés par le Premier ministre qui n’a cessé de souligner leurs qualités lors de chacune de ses rencontres avec ses pairs centrasiatiques.

13 Source : la direction générale des lycées turcs en Ouzbékistan. Le bureau linguistique de l’ambassade de Turquie à Tachkent m’a aussi aidé à compléter la liste.

14 Voir Modern Eğitim Dergisi (Revue d’enseignement moderne), revue pédagogique des lycées turcs, n° 1, 1997. On y trouve les accords de coopération éducative signés entre la Turquie et l’Ouzbékistan.

15 L’expression « rendre un service », hizmet etmek, est assez usitée dans les cercles fethullahçı. Quiconque est proche de la djemaat se tient prêt à accomplir la mission que son chef peut lui confier du jour au lendemain.

16 Le jumelage n’a rien d’officiel. Il est l’œuvre d’individus de la djemaat de Gülen. Les mairies des villes ou des régions ne sont pas concernées.

17 Sur le fonctionnement de la solidarité sur le principe du hemşehrilik, voir Sema ERDER KÖKSAL, « Istanbul’un Yeni Sahipleri, nerelisin hemşehrim ? » (Les nouveaux maîtres d’Istanbul : d’où es-tu concitoyen ?), Görüş, n° 12, 1993, pp. 75-80. On peut également consulter les éclairantes études d’Ayşe GÜNEŞ AYATA, « Gecekondularda Kimlik Sorunu, Dayanışma Orüntüleri ve Hemşehrilik », (La question identitaire dans les gecekondu : liens de solidarité et origine géographique commune), Toplum ve Bilim, n° 51/52, pp. 89-102, et de Sema ERDER, İstanbula bir Kent Kondu, Ümraniye, (Une ville s’est posée à Istanbul, Ümraniye), Istanbul, İletişim Yayınları, 1996, pp. 108-117 et 234-242.

18 Sur le recrutement que la djemaat opère dans l’armée et la police voir Oral ÇALIŞLAR, Fethullah Gülen’den Cemalettin Kaplan’a (De Fethullah Gülen à Cemalettin Kaplan), Istanbul, Pencere Yayınları, 1997, pp. 15-19.

19 Une énumération exhaustive des entretiens qui m’ont permis d’arriver à cette conclusion serait trop fastidieuse au regard de son utilité. Je dirai que les directions générales, les professeurs rencontrés et personnalités de la djemaat à Istanbul et Ankara m’ont permis d’établir le profil du « recruté ».

20 Şeyhmus, professeur de mathématique au lycée de Nebit Dağ, au Turkménistan, novembre 1998.

21 Bayram BALCI, « La coopération éducative et culturelle entre la Turquie et les républiques turcophones d’Asie centrale », op. cit.

22 Pour avoir une idée de la répartition de ces centres, voir la liste des écoles par pays donnée ci-dessus.

23 Les données sur cette université furent obtenues lors de deux missions effectuées à Achkhabad, en juin 1997 et en novembre 1998. Le recteur Yusuf ERDOĞAN et le secrétaire général, Ramazan YILMAZ, ainsi que plusieurs professeurs et étudiants ont été rencontrés lors de ces missions.

24 Né en 1733 et mort en 1798, Mahdumguli est un pilier fondamental de la culture nationale turkmène. Le régime post-communiste l’a décrété héros national et lui voue un culte dans tout le pays.

25 Le 16 décembre 1986, au lendemain de la décision de Moscou de remplacer à la tête du PC local le kazakh Kunaev par le russe Kolbin, des milliers d’étudiants kazakhs sont descendus dans les rues. La milice a réagi en tirant sur la foule pour contrôler ces jeunes qui scandaient des slogans nationalistes kazakhs hostiles aux Russes. Les autorités du Kazakhstan indépendant ont choisi cette date pour déclarer l’indépendance nationale fêtée chaque année en grande pompe.

26 Le taux de réussite au concours d’entrée de ces lycées est généralement assez bas puisque selon les républiques, chaque année, entre 10 et 15 % des candidats réussissent à entrer dans ces écoles. Le succès grandissant de ces écoles - objet des prochains chapitres - attire à ces concours chaque année plus de candidats, ce qui diminue davantage le taux de réussite.

27 Quant au français, il n’a hélas aucune place dans ces établissements dont la direction générale n’a jamais accepté mes services bénévoles.

28 Données fournies par la direction de la firme Başkent, responsable des lycées nourdjou du Turkménistan.

29 Données fournies par le directeur du lycée garçons de Chimkent, Kazakhstan.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Photo n° 7 : Un lycée pour jeunes filles, Chimkent, Kazakhstan, printemps 1998.
Légende Commentaire : La mixité n’est pas pratiquée dans les écoles de la djemaat, dont la quasi-totalité n’accueille que des garçons. La très nette sous-représentation des lycées féminins, dans des pays où le taux de scolarisation des filles n’a rien à envier à celui des garçons, montre les limites de la modernité dont se prévalent les nourdjou en Asie centrale. Les responsables expliquent ce déficit par la politique de formation des nouveaux régimes qui, soi-disant, accordent la priorité aux garçons.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Photo n° 8: « The role of the teacher », lycée de Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.
Légende Commentaire : Si l’enfant est au centre de toute la politique éducative des nourdjou, le maître dispose d’une image quasi sacrée, dans le sens où il est le guide de l’enfant dans la vie. Sur cette photo, une classe d’anglais, langue dont l’enseignement dans les écoles de la djemaat participe grandement à leur prestige.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo n° 9 : Un élève russe dans une école turque, Nebit Dagh, Turkménistan, novembre 1998.
Légende Commentaire : La djemaat aime à rappeler que ses écoles accueillent aussi des jeunes Russes. Elle veut prouver par-là qu’elle ne pratique aucun ostracisme envers les minorités non musulmanes. Soucieuse de cultiver une image d’ouverture et de dialogue, la communauté de Gülen encourage sérieusement les jeunes Russes à passer les concours d’entrée en leur offrant, le cas échéant les aides nécessaires.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540