Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Chapitre 1 : Les ambitions de la Turquie en Asie centrale

Texte intégral

Des ambitions démesurées

  • 1 Sur la fin de la bipolarité et ses conséquences sur la politique extérieure turque, voir Alan MAKOV (...)

1L’implosion de l’URSS provoqua en Turquie une grande inquiétude quant à son avenir dans les équilibres géopolitiques des trois mondes – Moyen-Orient, Asie et Europe – au carrefour desquels elle se trouve au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Longtemps barrière occidentale contre le communisme, membre de l’Alliance atlantique depuis 1951, partenaire de la Communauté Économique Européenne, la Turquie pouvait grâce à ces atouts géopolitiques obtenir toutes les aides nécessaires de l’Europe et des États-Unis. La fin de la bipolarité lui faisait craindre de se retrouver en marge du nouvel ordre international en gestation1.

  • 2 Voir la presse turque de mai 1992. Voir également Le Monde du 6 mai 1992.

2L’apparition de nouveaux États turcophones sur la scène internationale – Azerbaïdjan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizstan et Turkménistan – n’annonce pas que des mauvaises nouvelles à la Turquie pour son avenir géopolitique, du moins c’est ce qu’espèrent les diplomates turcs2. Des opportunités apparaissent à son horizon. Ces nouveaux États sont rapidement intégrés dans le discours géopolitique turc, alors que jusque-là une référence aux populations turcophones de l’URSS relevait d’un panturquisme irrédentiste et fascisant. Persuadée que les nouveaux États turcophones vont former un ensemble cohérent, la Turquie nourrit déjà les ambitions les plus diverses. Économiques, politiques, culturelles et même diplomatiques, celles-ci méritent d’être analysées avant l’examen des mesures prises pour leur réalisation.

3Les ambitions économiques de la Turquie sont plus visibles. Constituant un vaste marché de plus de 60 millions d’habitants, cette région intéresse les milieux industriels et commerciaux turcs. Les richesses de ces États, notamment les ressources énergétiques du sous-sol, sont au centre des stratégies économiques turques et étrangères. Le pétrole kazakh et le gaz turkmène attirent les représentants des plus grandes compagnies internationales comme Chevron, Total, Elf, Turkish Petroleum, etc.

  • 3 Ali COŞKUN, « Türk Dünyası ve komşularımızla ilişkiler » (Nos relations avec nos voisins et avec le (...)

4En termes politiques, les ambitions de la Turquie se manifestent, dans un souci de se trouver de nouveaux alliés sur la scène internationale, par les appuis qu’elle procure aux nouveaux États turcophones dans leur tentative d’intégration des organisations internationales comme les Nations Unies, l’ECO ou l’OSCE3. La volonté d’exporter un modèle turc de développement et de transition du socialisme au libéralisme motive le regard politique turc vers cette région du monde. La coopération économique, agricole, scientifique, sportive, culturelle, éducative et linguistique est conditionnée par cette ambition inavouée de bâtir une Communauté des États türk.

Laïcité et démocratie ou la naissance d’un « modèle turc » pour l’Asie centrale

  • 4 Pour une analyse complète du modèle turc, voir Erol MÜTERCİMLER, Türkiye-Türk Cumhuriyetleri ilişki (...)

5Dès leur accession à l’indépendance, les Républiques turcophones d’Asie centrale, le Tadjikistan et l’Azerbaïdjan sont courtisés par les diplomates étrangers, qui leur offrent d’adopter divers modèles de transition vers l’économie de marché et un système politique libéral. Le modèle turc fut un des plus à la mode dès 19924. Essentiellement pensé par des diplomates occidentaux (surtout américains), il présente des aspects politiques et économiques susceptibles, aux yeux de ses promoteurs, de mettre les États à l’abri d’une poussée islamiste de type iranien ou pakistano-afghan.

  • 5 Samuel HUNTINGTON, The Clash of Civilisations, Foreign Affairs, Summer 1993.

6Il est important d’avoir présent à l’esprit que le contexte dans lequel s’élabore ce modèle est celui de la peur d’une islamisation qui menacerait un équilibre international déjà précaire. Ainsi, il apparaît à une époque où la théorie de « choc des civilisations », développée et popularisée par Huntington, occupe une place importante dans le débat intellectuel et alimente la polémique5.

  • 6 Dilip HIRO, Between Marx and Muhammad, The Changing Face of Central Asia, London, Harper Collins Pu (...)

7Les pays engagés dans une entreprise de redécouverte identitaire s’interrogent sur la signification de l’islam et sa place dans la société6. Le nombre de mosquées croît chaque jour ; dès la fin de l’URSS, un parti islamiste transétatique, le Parti de la Renaissance Islamique, est créé : autant de signes extérieurs que les Occidentaux considèrent d’un mauvais œil. En effet, on craint que la proximité de l’Iran ne favorise la contagion de son islam politique agressif et fondamentaliste. Et parce que le régime iranien est perçu comme intrinsèquement hostile à l’Occident, les diplomates européens et américains s’évertuent à ériger la Turquie en modèle de développement alternatif laïc et rival de l’Iran dans la course au leadership régional en Asie centrale.

  • 7 Ahmed RASHID, The Resurgence of Central Asia, London, Zed Books, 1994, p. 210.
  • 8 Idris BAL, “Orta Asya ve Batının Dış Politika Olarak Türk Modeli”, (Le modèle turc comme outil de p (...)

8Le 13 février 1992, en visite officielle aux États-Unis, le Premier ministre turc Süleyman Demirel entend le Président George Bush dire que son pays soutient le modèle turc contre le modèle iranien7. Le même discours est relayé sur le terrain par les diplomates américains et européens incitant leurs homologues centrasiatiques à se rapprocher de la Turquie8. La laïcité à la turque, la séparation entre le politique et le cultuel propre aux institutions turques prennent la patine de vertus universelles et trouvent ainsi des promoteurs inattendus parmi les pouvoirs occidentaux. Ces derniers favorisent le système politique turc, le plus proche de leurs valeurs et capable d’exporter la démocratie et la laïcité dans ces États d’Asie centrale, dont on craint qu’ils ne soient tentés par l’islamisme. Pourtant la démocratie tant vantée de la Turquie est une notion à relativiser.

  • 9 Engagée en 1984, la lutte armée du PKK atteint son paroxysme en 1992-1993, date à partir de laquell (...)

9Au moment où elle est érigée en modèle d’exportation, elle est déjà très fragilisée par la lancinante question kurde9. De plus, en quarante ans d’existence – si on fixe l’amorçage de la démocratisation du pays en 1950 – l’expérience démocratique a connu trois parenthèses liées à trois coups d’État militaires, en mai 1960, mars 1971 et septembre 1980, date de la dernière intervention des généraux dans la vie politique du pays. Néanmoins, depuis le retour de l’armée dans ses casernes, en 1983, on assiste en Turquie à la tenue régulière d’élections libres à tous les échelons. Depuis cette même date, la liberté de la presse a gagné du terrain, s’affirmant plurielle et libre – même si elle s’autocensure sur certains sujets.

  • 10 Voir Büşra ERSANLI, Türk Cumhuriyetleri Kültür Profili Araştırması, Kültür Bakanlığı, Başvuru kitap (...)
  • 11 Idris BAL, op. cit.
  • 12 Erol MÜTERCİMLER, op. cit.

10Enfin, une relative séparation des trois pouvoirs s’est instaurée, bien que le rôle de l’armée soit encore prépondérant dans les rouages de l’État. De plus, une enquête menée par des universitaires turcs a montré le prestige de la Turquie et de sa culture auprès des populations centrasiatiques, surtout chez les intellectuels parfois panturkistes10. L’existence d’une parenté linguistique et ethnique dans une moindre mesure entre la Turquie et la majeure partie de l’Asie centrale a été un argument supplémentaire pour convaincre le camp occidental de soutenir le modèle turc de transition11. Les partisans de ce modèle étaient persuadés que l’expérience turque en matière de croissance économique pouvait également être exploitée par les États d’Asie centrale12. Durant toute la période soviétique, l’économie devenue improductive et sclérosée était dirigée par le centre.

11En Turquie, depuis les fameuses mesures du 24 janvier 1980, l’économie avait pris un virage ultra-libéral, pour s’ouvrir à la compétition internationale et entrer en symbiose avec la politique du FMI. Les transformations de l’économie turque depuis 1980 pouvaient servir d’exemples pour ces États en transition, pensait-on dans les chancelleries occidentales. Ce modèle devait aussi s’accompagner d’une assistance de la Turquie et de l’Occident.

  • 13 Malgré son échec, ce modèle a eu quelques défenseurs en Asie centrale. Par exemple, en Ouzbékistan, (...)
  • 14 Sur la politique iranienne en Asie centrale, voir, entre autres, Adam TAROCK, “Iran’s Policy in Cen (...)

12Le modèle turc, inadapté aux capacités de financement de la Turquie a fait long feu13. Plusieurs raisons ont présidé à son échec. La Turquie, téléguidée par ses puissants alliés occidentaux, a tout d’abord surestimé les capacités d’action et les velléités de la diplomatie iranienne. Contrairement aux prévisions, l’Iran n’a pas développé de discours messianique dans sa politique centrasiatique14. Il est resté sur le terrain d’une Realpolitik qui, par pragmatisme, se garda de heurter les susceptibilités. Dans la sphère turcophone, les Iraniens savaient de toute façon qu’ils avaient peu de chance d’être influents. Les sociétés certes musulmanes, mais sunnites et très soviétisées des États d’Asie centrale, s’avérèrent, quoi qu’il en soit, peu sensibles aux propagandes religieuses.

13La Turquie faisait des promesses qu’elle savait impossibles à tenir et son inconsistance ne leurrait pas nombre de diplomates. Elle se montrait en ce début de la décennie 1990 comme saisie d’un « rêve de grandeur ». Seul, Ankara ne pouvait pas changer les mentalités, former les nouveaux cadres de tous ces pays et soutenir leurs réformes économiques. L’urgence, la peur de perdre des nouveaux marchés et de se faire souffler la place de leader régional par les « rivaux » et riverains iraniens, poussèrent les Turcs à forger de façon précipitée un programme de coopération et d’aide au développement coupé des réalités.

14Une bonne illustration de cette impuissance à répondre aux besoins nous est fournie par l’accueil réservé aux élèves venus d’Asie centrale afin de poursuivre des études en Turquie. La mise en œuvre de ce projet ambitieux a été difficile, car l’État n’avait pas les moyens de faire face à tous les coûts engendrés par cette initiative (bourses, logements universitaires, etc.). Plus révélateur encore, la Turquie se montra impuissante à accompagner les réformes linguistiques dans ces États. Bien qu’elle n’ait cessé de vanter les mérites de l’alphabet latin – réputé plus conforme aux langues türk –, la diplomatie d’Ankara ne fut jamais en mesure de fournir suffisamment d’assistance technique et de conseillers pour la mise en œuvre d’une « révolution des signes » au sens kémalien du terme.

15Le modèle turc n’a pas reçu le même accueil dans tous les pays. Étant donné la diversité des États, on pouvait s’attendre à des comportements différenciés chez les dirigeants ouzbeks, kazakhs, turkmènes et kirghizes. Le Turkménistan, très isolé avant, pendant et après la période soviétique, pouvait difficilement accepter un minimum de transparence et de pluralisme politique.

16Certains pays, comme le Kazakhstan et le Kirghizstan, préférèrent se tourner vers l’Asie, notamment la Corée ou la Chine, pour s’inspirer de leur modèle de développement. Les stratégies chinoise, coréenne et même celles du Sud-Est asiatique musulman (Indonésie, Malaisie) fascinèrent dans un premier temps les dirigeants politiques d’Asie centrale.

17Le modèle chinois plaisait car il permettait d’associer progrès économique et stabilité politique – formule de gouvernement qui aurait dû satisfaire les chefs d’États centrasiatiques. Ceux-ci, à l’exception du président kirghize Askar Akaev, sont tous d’anciens communistes, arrivés au pouvoir pendant la période gorbatchévienne et soucieux de maintenir une autorité forte, voire dictatoriale, sur les institutions, le système productif et économique et sur la société dans son ensemble.

  • 15 Voir ses principaux ouvrages, notamment Turkistan Umumiy Üyimiz (Turkestan, notre maison commune), (...)

18La réponse ouzbèke fut plus explicite. Conscient du potentiel pour transformer son pays en une véritable puissance régionale, le Président Islam Karimov se montra hostile au modèle turc, même s’il donna au départ l’impression de le soutenir. Dans sa politique intérieure et extérieure, comme il le souligne dans ses ouvrages, enseignés dans toutes les écoles du pays, le Président Karimov est à la recherche de la spécificité nationale15. L’économie, le système politique, la nation et la politique étrangère conçus au fur et à mesure de la consolidation de l’État doivent répondre à des critères « ouzbeks ». L’ouzbékité devient ainsi le paramètre incontournable de toutes les décisions. Optant pour sa propre voie de développement économique et politique, l’Ouzbékistan fit clairement savoir à la Turquie que son modèle n’était pas le bienvenu.

19Le modèle turc apparut à certains comme porteur d’une nouvelle forme de domination. Or, après le grand frère russe, on ne voulait pas d’un grand frère turc. Devenue anecdotique, la remarque d’un vieillard kirghize à propos de l’arrivée des Turcs en Asie centrale après 1991 est assez significative : « vous êtes partis les yeux bridés, sur des chevaux, il y a mille ans, vous revenez aujourd’hui, les yeux clairs et dans des avions ».

  • 16 Témoignages divers recueillis auprès de diplomates turcs en Asie centrale.
  • 17 Pour un bilan sur l’état de la recherche sur le monde turcophone en Turquie au début de la décennie (...)

20Cette méfiance vis-à-vis de la Turquie et de ses velléités d’hégémonie à la russe en Asie centrale a parfois été cristallisée par l’attitude même des Turcs. À la limite de l’arrogance, les Turcs avaient tendance à se comporter en donneurs de leçon envers leurs « frères arriérés »16. Les déclarations triomphalistes, comme celle de Demirel parlant d’un « monde turc allant de l’Adriatique à la muraille de Chine » n’ont pas rassuré les Centrasiatiques. Essentiellement romantique, cette appréciation turque des réalités centrasiatiques ne perçoit même pas le décalage entre ce qui est proposé aux peuples türk et leurs aspirations propres. Peu développées et fantaisistes, car apanage des cercles fermés de la droite panturquiste romantique, les études centrasiatiques en Turquie n’étaient pas de nature à favoriser l’implantation turque en Asie centrale17. En effet, comme il a été souligné auparavant, longtemps la droite turque fut la seule organisation politique à avoir un véritable discours – fût-il romantique, irréaliste voire irrédentiste et réactionnaire – concernant les peuples türk. De ce fait, c’est avec une certaine légitimité qu’elle parvint à marquer la politique centrasiatique turque de son empreinte à la fin des années 1980.

21Les mésententes entre la Turquie et l’Ouzbékistan furent si radicales qu’elles méritent un traitement à part. Au départ plutôt cordiales, grâce à un contexte favorable et à la personnalité exceptionnelle de Turgut Özal, les relations entre les deux États se détériorèrent assez rapidement. En effet, l’importation du modèle turc suggérant implicitement une Turquie fortement présente en Asie centrale ne pouvait plaire aux Ouzbeks, eux-mêmes soucieux d’étendre leur influence sur leurs voisins et prétendants à l’hégémonie régionale. Dès lors, la Turquie fut perçue comme un rival à combattre par la diplomatie ouzbèke. À cela s’ajoute la volonté de Karimov de rassurer les Russes, hostiles à une forte politique turque en Asie centrale. Pour des raisons internes, le régime ouzbek est condamné à refuser le modèle turc.

  • 18 Sur la genèse et la structure des partis ouzbeks de l’opposition, voir Çiğdem AKKAYA, Uzbekistan, E (...)

22En effet, un rapprochement ouzbéko-turc risquerait d’être considéré comme l’œuvre des panturquistes. Or, une partie de la population de l’Ouzbékistan est tadjike, minorité persanophone vigilante vis-à-vis de toute discrimination et pour qui un fort rapprochement avec la Turquie n’est pas souhaitable. De plus, le Président, appartenant au clan de Samarcande, essentiellement tadjik (on pense que le Président est lui-même d’origine tadjike), est entouré de conseillers influents, originaires de cette province, allergiques au panturquisme. L’opposition ouzbèke, chassée du pays et réfugiée en Turquie, contribua à la détérioration des relations entre Tachkent et Ankara. Selon les dirigeants ouzbeks, Muhammad Salih et Abdurrahim Polatov, respectivement dirigeants du parti Erk (Libre) et du mouvement populaire Birlik (Unité)18, depuis leur ville d’exil d’Istanbul, auraient « manipulé » les étudiants ouzbeks inscrits dans les universités turques et les auraient encouragés à prendre position contre le régime de Karimov ; la Turquie aurait soutenu cette opposition interdite en Ouzbékistan.

23Institutionnalisés sous l’égide d’Ankara, les sommets de la turcophonie constituent un autre cas de figure de l’écart entre les ambitions de la Turquie et ses réelles capacités d’action. Le premier sommet de la turcophonie est organisé les 18 et 19 octobre 1992, en Turquie, grâce aux initiatives de Turgut Özal. Le second a lieu en octobre 1994, toujours en Turquie et les dirigeants des États turcophones y participent. À l’exception de quelques déclarations d’intention, rien de concret n’est en général décidé lors de ces sommets. Inutiles, ils inquiètent les États voisins comme la Russie, qui y voient un retour du panturquisme politique malgré les déclarations rassurantes des principaux dirigeants türk. Le troisième sommet a pour principale originalité de se réunir non en Turquie mais dans la capitale kirghize le 28 août 1995. Quant au quatrième, il est organisé par les autorités ouzbèkes les 22 et 23 octobre 1996, en marge des commémorations officielles du 660e anniversaire de la naissance de Tamerlan. Le 9 juin 1998 se déroule à Astana, la nouvelle capitale kazakhe, le 5e sommet. La dernière rencontre des chefs d’Etat türk a eu lieu à Bakou en avril 2000. Elle a été marquée par l’absence très remarquée des présidents ouzbek et turkmène (représentés par leur ministre des Affaires étrangères).

24Tous ces sommets se caractérisent par des discussions sans suites qui n’aboutissent à aucun projet de coopération concret. La question des oléoducs, souvent à l’ordre du jour de ces réunions et très importante pour la Turquie, constitua plus d’une fois une pomme de discorde – notamment entre le Turkménistan et l’Azerbaïdjan. La question du Haut-Karabagh a été cependant un point sur lequel les leaders türk ont trouvé un terrain d’entente puisque les participants ont approuvé la proposition turque d’inviter l’Arménie à respecter les résolutions de l’ONU. Enfin, on remarque que, tenant compte des échecs des deux premières rencontres, les organisateurs veillèrent à convoquer par la suite des sommets moins ambitieux.

25L’erreur des diplomates turcs n’est pas tant d’avoir conçu une mauvaise politique turkestanaise, mais bien de n’avoir pas pris le temps de mieux connaître une région dont ils ignoraient tout ou presque. En effet, les académiciens et politiques turcs avaient fait l’impasse sur l’histoire récente de ces nouveaux États et surtout le processus de formation nationale dans ces pays et sur la manière, dont ce processus a évolué après 1991.

  • 19 Olivier ROY, L’Asie centrale contemporaine, Paris, PUF, 2001, pp. 25-34.

26À leur arrivée au Turkestan, les envoyés du tsar, puis les Bolcheviques, enfin les Soviétiques découvrent des peuples certes conscients de leurs particularismes mais étrangers à la nation. Islam, culture türk et culture persane, tribalisme et localisme sont les principaux termes autour desquels se définissent les habitants de la région. Le pouvoir central, soucieux de diviser l’apparente unité du Turkestan pour mieux le contrôler, redessine la carte entre des groupes ethniques désormais élevés au rang de nations. Chacune, outre un territoire et des frontières d’État, est dotée d’attributs distinctifs comme « sa propre langue » au mépris des grandes langues de culture transétatiques (persan et tchagatay) et d’institutions étatiques autour d’un parti communiste national19.

  • 20 Ibid.

27Ce découpage répond moins, on s’en doute, à des considérations scientifiques que stratégiques, même si par la suite, les savants durent plancher pour lui trouver une justification linguistique et anthropologique. La mise à plat fantaisiste des langues vernaculaires parlées se double d’une politique hésitante de changement d’alphabets : après plusieurs réformes d’écriture (en caractères arabes ou latins), le cyrillique s’impose partout en 1940, privant ainsi les nouvelles générations d’accès au patrimoine culturel de leurs ancêtres20. Obéissant toujours à des calculs politiques, le pouvoir prend soin d’éviter l’alphabet commun, pour que les nouveaux alphabets cyrilliques figent les « petites différences » dialectales et entérinent ces différenciations artificielles en langues nationales distinctes.

  • 21 Mehmet SARAY, Kazak Türkleri Tarihi, Kazakların Uyanışı (Histoire des Turcs kazakhs, le réveil des (...)

28La lecture des travaux d’un des architectes de la politique turque pour l’Asie centrale, Mehmet Saray, montre que la politique soviétique des nationalités était bien connue en Turquie21. Cependant, on peut douter que les Turcs aient bien mesuré le degré de réussite de cette politique nationale. La diplomatie d’Ankara n’a pas réalisé à quel point les nouveaux régimes s’inscrivaient dans le prolongement de cet héritage paradoxalement soviétique et national.

29Ainsi, bien avant les indépendances, à l’exception d’une politique étrangère, les républiques socialistes possèdent pratiquement tous les attributs d’un Etat-Nation indépendant : une langue nationale, des frontières, un drapeau, des héros nationaux, des institutions étatiques, etc. La sortie de l’Union, au lieu de favoriser le retour aux anciennes solidarités – türk, musulmane et persane – gommées par les Soviétiques se traduit au contraire par une continuation, un approfondissement des particularismes souvent à l’aide des mêmes méthodes.

30Les nouveaux nationalismes, érigés en nouvelle idéologie, parfois au mépris des sentiments nationaux des autres ethnies, sont conçus pour et par l’ethnie majoritaire (la nation tutélaire) dans le pays. De même, l’identité entre la terre et l’ethnie est rendue plus explicite grâce au changement d’appellation de certaines républiques. La Kirghizie et la Turkménie deviennent respectivement Kirghizstan et Turkménistan, attestant par-là l’identification entre la terre et l’ethnie dominante. La politique linguistique est mise au service de l’ethnie tutélaire. Partout, la langue de l’ethnie tutélaire est proclamée langue officielle. Comme durant la période soviétique, on accentue les différences entre les langues nationales et on refuse toute identification avec les grandes langues parlées à l’étranger (turc et persan).

31Les penseurs de la politique turque en Asie centrale s’attendaient au début des années 1990 à la fermeture de la « parenthèse soviétique » et au renouveau des solidarités turco-musulmanes. Or, les peuples türk avaient non seulement été « déturquisés » mais ils ont surenchéri sur l’héritage soviétique devenu une composante à part entière de leur identité. La diplomatie turque a compris son erreur bien tard après avoir remis en cause sa politique romantique pour forger des projets de coopération moins ambitieux.

La Turquie tire des leçons de ses erreurs passées et construit une nouvelle politique centrasiatique

32Une fois passée la phase d’euphorie et des déclarations de bonnes intentions, comme celles des sommets de la turcophonie, la Turquie adopte une politique plus réaliste pour mieux se rapprocher de l’Asie centrale turcophone. La clé de voûte de cette politique n’est cependant pas nouvelle puisqu’elle insiste sur les points communs entre la Turquie et les autres États türk au prix, parfois, d’une manipulation de la mémoire et des symboles. Il en est ainsi de Nawrouz.

  • 22 İristay KUCKARTAEV, “Özbekistanda Nevruz Bayramı (La fête de Nawrouz en Ouzbékistan), Türk Yurdu, (...)
  • 23 Sur la relation fête et République et l’usage de la première pour asseoir la seconde, voir Olivier (...)

33Signifiant « nouvel an » en persan, Nawrouz est une fête commémorée chaque année le 21 mars de notre calendrier dans les principaux pays de culture turco-persane. En Iran, en Afghanistan et dans d’autres pays encore, ce jour est une fête populaire depuis des siècles. En Asie centrale, elle est interdite par les Soviétiques, de peur qu’elle ne serve les idées hostiles à la révolution. En Ouzbékistan, de 1917 à 1991, la fête existe mais elle est très discrète, se limitant à des pratiques privées, notamment dans les campagnes22. Dans les autres républiques, la même interdiction prévaut. À partir de 1991-1992, Nawrouz entre à nouveau dans le calendrier des fêtes nationales officielles qu’on commémore en grande pompe chaque année. Au même titre que les nouveaux drapeaux, les nouvelles Constitutions et autres symboles nationaux, les nouvelles fêtes, dont Nawrouz, sont utilisées dans le processus de formation des nouvelles identités politiques. Les fêtes soviétiques sont partout remplacées par des fêtes républicaines et participent à la formation des nouvelles identités, du nouvel esprit républicain et des nouvelles citoyennetés23.

34En Turquie, Nawrouz est quasi absente dans les festivités populaires depuis au moins la fondation de la République. Pendant la période ottomane, elle conservait une certaine importance aux yeux du sultan, qui recevait à cette occasion des présents dignes du palais. Nawrouz effectue un retour sanglant à partir des années 1980, quand il est récupéré par le PKK pour mobiliser les Kurdes. Dès lors, cette fête se caractérise chaque année par de violents affrontements avec les forces de l’ordre. Discours de cristallisation du séparatisme kurde, elle est interdite par l’État turc.

  • 24 Mahmut TEZCAN, “Türk Coşkusunun Simgesi, Nevruz” (Nawrouz, symbole de la joie turque), Türk Yurdu, (...)
  • 25 Mustafa AKSOY, “Kültür Sosyolojisi Açısından Nevruz Bayramı” (La fête de Nawrouz sous l'angle de la (...)

35Parce que cette fête est importante pour les Türk d’Asie centrale et qu’elle permet chaque année au PKK de montrer sa force de mobilisation, on a décidé en Turquie de considérer autrement cet événement. Les historiens se mobilisent pour rappeler que Nawrouz fait partie des traditions turques depuis des millénaires. Certains analystes comme Mahmut Tezcan vont jusqu’à dire que cette fête n’a pas une origine iranienne, et qu’elle est türk depuis toujours24. Selon cet auteur, elle correspondrait au jour où les Türk seraient descendus de l’Ergenekon, leur montagne patrie mythique. Selon Mustafa Aksoy, excellent analyste de la question, la fête n’est ni turque, ni iranienne, mais turco-iranienne25.

36Le débat initié par les intellectuels est relayé par les autorités qui, pour des raisons de politique tant intérieure qu’extérieure, lèvent l’interdiction qui pesait sur cette fête et en font une fête officielle. Les gains pour l’État turc ne sont pas négligeables, puisque cette réforme a coupé l’herbe sous les pieds du PKK en le privant de ses moyens de mobilisation et a permis de mieux se rapprocher des Türk d’Asie centrale et du Caucase. En Ouzbékistan, au Kazakhstan, au Turkménistan et au Kirghizstan, les ambassades, centres culturels et écoles turcs participent depuis, aux festivités du Nawrouz et recréent ainsi, chaque année, un pont entre la Turquie et l’Asie centrale turcophone.

37La redécouverte des héros du passé historique ou imaginaire via les légendes, les épopées et les mythes à partir des années 1992-93 constitue l’autre volet de la stratégie turque en Asie centrale.

  • 26 Un commentaire de ce livre existe dans la revue Yeni Türkiye, fait par Ahmet Kabaklı. Voir Yeni Tür (...)

38Faruk Sümer, grand turcologue connu pour ses travaux sur les Oghuz (groupe ethnolinguistique türk auquel se rattachent les Azéris, les Turcs de Turquie et les Turkmènes), fait paraître un livre retentissant, Türk Cumhuriyetlerini Meydana Getiren Eller ve Türk Destanları (Les bâtisseurs des Républiques turcophones et les gestes türk). Très pédagogique, il met à la disposition des lecteurs les principales gestes türk Köroğlu, de Manas et d’Alpamich, pour n’en citer que quelques-unes, reprises par les États d’Asie centrale dans leur entreprise de consolidation nationale26.

  • 27 Üçler BULDUK, “Dede Korkut Destanlarında Ortak Kültür Unsuru Olarak Yaşatılan Coğrafya” (La géograp (...)

39Dede Korkut, personnage légendaire pour les Anatoliens, les Azéris et les Turkmènes, fait partie de ces « pères communs » dont la Turquie cherche à promouvoir la mémoire pour mieux souder les États türk entre eux27.

40La dernière conférence sur ce thème fut organisée en novembre 1999 par l’Union des Écrivains de Turquie. Ouvrages, séminaires, colloques et autres manifestations culturelles, populaires ou scientifiques sont organisés grâce à l’appui de l’État turc pour redécouvrir cette geste commune et redonner corps aux liens historiques et culturels entre peuples türk.

  • 28 Pour comprendre la philosophie de Yesevi, voir l’excellent ouvrage de Fuad Köprülü, Türk Edebiyatın (...)

41Cependant, le personnage commun à tout le monde turc que la Turquie a le plus mis en avant dans sa politique centrasiatique est Ahmet Yesevi. Mystique du XIIe siècle qui a vécu dans la province de Turkestan, dans le sud du Kazakhstan actuel, non loin de la frontière ouzbèke, Yesevi est un homme de foi qui a beaucoup influencé les peuples türk de son temps28. Fondateur d’un ordre mystique, la yeseviyya, qui fut absorbée par la nakchibendiyya avant de réapparaître au XIXe siècle, cet homme est considéré comme un demi-dieu par certains croyants d’Asie centrale. Sa littérature, belle et rigoureuse, fut interdite pendant toute la période soviétique.

  • 29 Sur la place que prend Yesevi dans la vie socio-culturelle des Ouzbeks, voir Mahmud HASANIY, Ahmad (...)
  • 30 Sur l’université Ahmet Yesevi, voir Bayram BALCI, « Ahmet Yesevi, du mausolée à l’université », CÉM (...)

42Avec l’indépendance, on redécouvre l’héritage de Yesevi, à des fins diverses. Les Ouzbeks lui consacrent beaucoup de livres et de manifestations scientifiques29. Il devient un nouveau héros national. Les Kazakhs, quant à eux, s’emploient à transformer sa tombe et le mausolée qui l’abrite à Chimkent en un grand lieu de pèlerinage alors que pendant la période soviétique, il fallait le camoufler car il était susceptible d’éveiller un glorieux passé difficilement conciliable avec l’idéologie socialiste. Un des chefs-d’œuvre de l’architecture timouride, le mausolée a été restauré grâce aux appuis techniques et financiers de la République turque. Conscients des possibilités de dialogue et de coopération politique et culturelle, les experts turcs de l’Asie centrale engagèrent le pays dans différentes entreprises liées à la mémoire du grand mystique. La création d’une université30 au Kazakhstan portant son nom, l’organisation de plusieurs conférences internationales et l’édition de ses poèmes (les célèbres Hikmetler) donnent sa consistance et son relief à l’intégration du « vecteur Yesevi » dans la politique centrasiatique de la Turquie.

43L’héritage de Yesevi a pourtant été plus que surestimé aussi bien par les jeunes républiques centrasiatiques que par la Turquie. Embelli et mythifié à l’extrême, le patrimoine de ce mystique n’a cependant pas été redécouvert de la même manière par la Turquie et ses républiques « sœurs ». Si pour Ankara il représente un patrimoine commun à tous les peuples türk et permet à ce titre d’unifier les républiques turcophones, ces dernières relisent Yesevi dans une optique plus nationale voire nationaliste. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, on constate une divergence entre la Turquie et les nouveaux États indépendants. À l’obstination de la Turquie de tout considérer comme relevant d’un patrimoine commun, s’oppose l’attitude des nouveaux régimes qui cultivent toutes les petites différences pour concevoir une nouvelle identité nationale, spécifique (kazakhe, ouzbèke, kirghize, turkmène) allant à l’encontre du projet intégrationniste des Turcs.

44La Turquie ne se contente pas de décréter les grandes figures historiques d’Asie centrale héros communs à tous les peuples türk. Des personnalités exclusivement anatoliennes, spécifiques à la Turquie républicaine vont être érigées à leur tour en figures communes à tous les États türk. En Turquie, le plus grand héros national étant Mustafa Kemal Atatürk, il est normal que son image, son discours et sa mémoire soient « commercialisés » en Asie centrale.

Photo n° 2 : Le mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997

Photo n° 2 : Le mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997

Commentaire : Turkestan, anciennement Yesi, est une ville symbole. Délaissée sous les Soviétiques car elle évoquait le glorieux passé türk, cette ville (et son mausolée) retrouve son importance d’antan grâce à la redécouverte du très fédérateur héritage Yesevi, dont le mausolée est devenu dans la politique turque un « temple des peuples türk ».

Photo n° 3 : La restauration du mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997

Photo n° 3 : La restauration du mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997

Commentaire : La restauration (1992-1999) de ce chef-d’œuvre de l’architecture timouride fut prse en charge par Ankara. La ville, sous la férule des autorités turques, s’est dotée d’une université Yesevi, conçue comme le « laboratoire de la turcité », d’où émergera le futur monde turc. Or, Turcs et Kazakhs ne font pas la même lecture du passé. Les premiers conçoivent Yesevi comme l’ancêtre commun à tous les peuples türk quand les seconds raisonnent en termes plus nationaux en faisant de Yesevi un héros purement kazaklı

45Attribués à Mustafa Kemal Atatürk qui les aurait prononcés lors de son discours marquant le dixième anniversaire de la fondation de la République turque, en 1933, les propos ci-dessous, dont le caractère « reconstruit » est plus qu’apparent, ont une valeur biblique pour la plupart des expatriés turcs travaillant en Asie centrale, notamment pour les professeurs de langue et poulies diplomates envoyés dans la région pour souder leur pays à ces jeunes « États frères ». En dépit du paradoxe – car c’est, finalement, aussi un peu au nom du kémalisme que la Turquie s’est toujours tenue à distance de l’Asie centrale – les idées de. Mustafa Kemal occupent une place non négligeable dans la stratégie de séduction des républiques turcophones.

  • 31 L’authenticité de cette citation est plus que douteuse. Les discours d’Atatürk édités avant la disl (...)

Extrait du discours qui aurait été prononcé par Atatürk à l’occasion du dixième anniversaire de la fondation de la république turque :
Aujourd’hui, l’Union soviétique est notre amie, notre voisine et notre alliée. Nous avons besoin de cette amitié. Mais personne ne peut aujourd’hui prévoir ce qui se passera demain. Cette Union, comme l’Empire ottoman, comme l’Autriche-Hongrie, peut se fragmenter. Les nations qu’elle détient aujourd’hui peuvent lui échapper un jour. Le monde peut parvenir à un nouvel équilibre. Ce jour-là, la Turquie doit savoir ce qu’elle a à faire. Nous avons des frères qui vivent sous l’administration de cet allié. Ces frères ont la même foi et la même croyance que nous. Nous devons être prêts à les soutenir (sahip çıkmak). Être prêt ne signifie pas se taire et attendre ce jour-là. Il faut se préparer. Comment les nations se préparent-elles à cela ? En conservant des ponts culturels vivants. La langue est un pont, l’histoire est un pont. Nous devons plonger dans notre passé et nous unir dans ce passé commun brisé par les événements. Nous ne pouvons pas attendre qu’ils (les « Turcs de l’extérieur ») s’approchent de nous. Nous devons aller de nous-mêmes vers eux31.

46Il existe de nombreux modes de diffusion des idées d’Atatürk en Asie centrale. À Bichkek, une fondation portant le nom d’Atatürk a été créée à partir de 1996 et installée dans le même local que les bureaux de la représentation de TİKA (Agence Turque de Coopération et de Développement). Selon le responsable de cette fondation, Asan Ormusev, homme d’une quarantaine d’années et auteur d’une biographie du président Akaev, les objectifs de la fondation sont multiples. Grâce à ses conférences, à ses séminaires et à sa bibliothèque, elle entend d’abord diffuser les grandes idées d’Atatürk en permettant à la population de se documenter sur le personnage. Un buste d’Atatürk a été érigé dans un grand parc de la capitale kirghize à la suite d’une initiative commune de la fondation et de l’ambassade de Turquie.

47Au Turkménistan, une statue grandeur nature d’Atatürk trône au milieu d’un parc public, en plein centre-ville, en face de l’ambassade de Turquie. Le parc, aménagé par une société turque, a été inauguré par Süleyman Demirel lors d’une visite officielle à Achkhabad, en novembre 1998. Au Turkménistan, plus que dans les autres républiques, l’image du fondateur de la Turquie se diffuse aisément, et le président Saparmurad Niyazov s’est même inspiré du nom d’Atatürk pour s’autoproclamer Turkmenbachi. Les milieux diplomatiques occidentaux présents dans la capitale turkmène affirment qu’il envisageait même de se faire attribuer le nom d’Atatürkmen. Il a finalement préféré le titre de « chef » des Turkmènes à celui de père.

48Les établissements d’enseignement turcs présents en Asie centrale jouent aussi un rôle important dans la diffusion de l’Atatürkçülük (littéralement, en français, Ataturkisme). Ainsi, l’université Ahmet Yesevi a organisé, en octobre 1999, une conférence internationale sur le père fondateur de la République turque, ses idées et le caractère actuel de ses réformes. Réunissant plus de 50 conférenciers venant du monde entier, cette conférence cherchait à démontrer le caractère universel du modèle kémaliste. Des universitaires du monde arabe invités à cette conférence ont rappelé l’influence du kémalisme sur les élites nationales de leurs pays au lendemain des décolonisations.

49Ce qui est intéressant dans cette construction d’un discours kémaliste à destination de l’Asie centrale, c’est d’abord la volonté de réconcilier un héritage kémaliste originellement très fermé voire hostile à toute solidarité avec les Dış Türkler (Turcs de l’extérieur) avec la nouvelle géographie des possibles (l’ouverture à l’Asie centrale). Cela tient un peu, à l’examen, du grand écart mais cela avait l’avantage de rassurer tout le monde à bon compte. Cela permettait à la fois à la Turquie de désarmer les critiques sur un éventuel renouveau du panturquisme et de proposer, à l’Asie centrale, un modèle politique moderniste et laïc. Si le modèle kémaliste parut, un temps, séduire les « nouveaux » régimes, cela ne dura qu’un instant. Les indépendances désormais consolidées, ces derniers préfèrent plutôt parler en termes de modèles nationaux. Ayant bien saisi les limites d’une politique dont le slogan était « nous avons les mêmes ancêtres », la Turquie a adopté une nouvelle stratégie qui mettait l’accent sur la parenté culturelle et linguistique avec les républiques d’Asie centrale.

La politique culturelle et éducative de la Turquie en Asie centrale

50La création, à long terme, d’une langue et d’un alphabet, communs à l’ensemble du monde türk est le principe fondateur de la politique culturelle d’Ankara en Asie centrale. La diversité des langues türk rend difficile la perception des enjeux en cours. Un rappel des débats sur la langue dans le monde türk paraît indispensable pour mieux comprendre les projets des linguistes turcs actuels.

51On distingue de façon schématique quatre sous-groupes linguistiques :

  • le groupe du Sud-Ouest (oghuz) inclut l’azéri, le gagaouze, le tatar de Crimée, le turc de Turquie et le turkmène (du Turkménistan et d’Iran).

  • le groupe Nord-Ouest (kiptchak) concerne le bachkir, le karaïm, le karakalpak, le kazakh, le kirghize, le tatar de Kazan.

  • le groupe du Sud-Est (tchagatay) fait référence à l’ouïghour et à l’ouzbek.

    • 32 György HAZAI, « La question linguistique dans le monde turc actuel », CÉMOTI n° 14, 1993, pp. 5-29.

    le groupe Nord-Est (sibérien de l’Altaï), situé en dehors de notre champ géographique, englobe essentiellement le touvinien et le khakas32.

52La compréhension plus ou moins possible entre locuteurs d’un même sous-groupe devient a fortiori plus compliquée entre locuteurs de différents sous-groupes. Par exemple, un Turc d’Istanbul qui se rend à Bakou et Achkhabad peut sans problème se faire comprendre par son collègue azéri mais plus difficilement par son collègue turkmène. En revanche, à Almaty ou Bichkek (groupe kiptchak), il saura se débrouiller au marché où les marchands kazakhs ou kirghizes utilisent les mêmes nombres que les marchands du Grand Bazar d’Istanbul mais il sera obligé d’avoir recours à un interprète pour avoir un dialogue plus approfondi avec son partenaire kazakh.

53Le rêve d’une langue littéraire commune à tous les peuples türk de la Sibérie, de l’Asie centrale, du Caucase et de l’Anatolie s’est toujours nourri de cette connexité linguistique. Les projets d’unification linguistique sont nés avec les Türk de l’Empire tsariste. À la fin du XIXe siècle dans l’Empire russe, deux personnalités historiques s’affrontent quant à l’avenir des langues türk, dont la plupart sont pratiquées dans des régions sous contrôle russe. Ismaïl Gaspıralı, un Tatar de Kazan, avec son journal Terjuman (l’Interprète), propose d’unifier les langues türk en inventant un türk commun, fortement marqué par l’accent d’Istanbul. À la même époque, Ilminsky, haute personnalité de la cour du Tsar, responsable de l’instruction publique, propose de doter chaque parler türk d’une grammaire spécifique. Pour des raisons essentiellement politiques, inspirées par la très pragmatique logique du « diviser pour mieux régner », les Bolcheviks décident de mettre en œuvre les propositions d’Ilminsky. Ainsi, au lieu d’une unification, la bolchevisation de l’Asie centrale atteint son paroxysme avec le découpage arbitraire de la région en pays autonomes dotés de langues spécifiques, qui finissent par briser les éléments fédérateurs des peuples türk.

  • 33 Sur les décrets présidentiels annonçant toutes les réformes alphabétiques et les débats qui ont sui (...)
  • 34 BİCAN ERCİLASUN Ahmet, Tarihten Geleceğe Türk Dili (La langue turque d’hier à aujourd’hui), Yeni (...)

54Avec les indépendances, la question de l’intégration des langues türk refait son apparition, en Turquie surtout. Rêvant d’une langue commune türk, les Turcs incitent leurs partenaires d’Asie centrale à changer d’alphabet. L’Azerbaïdjan en décembre 1991, le Turkménistan en avril 1993 et l’Ouzbékistan en septembre 1994 adoptent par loi ou par décret présidentiel l’alphabet latin et annoncent le passage progressif à la nouvelle écriture33, transition durant laquelle le russe garde son statut de langue de communication34. Le Kazakhstan et le Kirghizstan, dont la société et les intellectuels furent plus profondément marqués par la culture russe, ont choisi de conserver l’alphabet cyrillique, même si certains intellectuels abordent la question occasionnellement.

  • 35 Les principaux objectifs de l’organisation, sans attenter à l’intégrité territoriale et à la souver (...)
  • 36 Pour un aperçu et une démonstration de cet alphabet, voir Ahmet BİCAN ERCİLASUN, Örneklerle Bugünkü (...)

55Sans même attendre l’amorce des réformes des alphabets, des linguistes turcs inventèrent un alphabet commun à toutes les langues türk, s’inspirant sans doute des projets engagés plus d’un siècle auparavant par les réformateurs turco-tatars. Pour sa réalisation, une organisation dite TÜRKSOY, Türk Kültür ve Sanatları Ortak Yönetimi (Organisation d’Administration Commune de la Culture et des Arts Türk) fut mise sur pied suite à un accord entre les principaux ministres de la Culture et de l’Éducation des États turcophones (les quatre d’Asie centrale, la Turquie et l’Azerbaïdjan)35. Elle fut donc chargée de la conception de l’alphabet commun türk avec le ministère de la Culture, l’Université de Marmara et le ministère des Affaires étrangères. Dirigé par Ahmet Bican Ercilasun, le patron de l’incontournable Türk Dil Kurumu (Organisme de langue turque, institution prestigieuse créée par Atatürk pendant son règne réformiste), le projet aboutit à l’adoption d’un alphabet commun türk de 34 lettres latines36.

  • 37 Pour une lecture critique de cet alphabet, voir Ertuğrul YAMAN, “Türk Dünyasında Dil Birliği” (Unit (...)
  • 38 Entretien avec Alâettin KORKMAZ, Conseiller Culturel près l’Ambassade de Turquie au Kazakhstan, Alm (...)

56D’un éventail large, il permet en principe l’expression et la transcription de toutes les langues türk37. L’idée des concepteurs était de mettre à la disposition des différents peuples türk une banque de signes, où chacun soit libre de puiser les lettres qui conviennent aux spécificités de sa langue nationale. On proposa donc de s’inspirer de cet alphabet commun sans forcément l’adopter dans son intégralité38.

  • 39 Peuple turcophone vivant dans la République autonome du Karakalpakstan, au sein de la République d’ (...)

57Le résultat fut plutôt mitigé. Azéris, Criméens et Karakalpaks39 adoptèrent un alphabet latin s’inspirant de cet Ortak Türk Alfabesi (alphabet türk médian).

58En Asie centrale, les deux États qui ont latinisé leur transcription – Ouzbékistan et Turkménistan – l’ont fait sans se référer aux propositions des Turcs. Quelques lettres diffèrent, notamment, en turkmène où, pour illustrer la spécificité turkmène aux yeux de la communauté internationale, adopta le signe de la livre anglaise « £ » pour écrire le son « J ».

59Les Ouzbeks, pour des raisons de commodité, adoptèrent un alphabet capable d’être transcrit avec n’importe quel clavier international en excluant les signes trop particuliers. Ainsi, le projet des linguistes turcs n’obtint-il pas l’adhésion de tout le monde, mais les débats linguistiques n’étant pas totalement clos dans le monde türk ex-soviétique, d’ultérieures réformes d’alphabets et l’utilisation de cet alphabet modulable ne sont pas à exclure dans les années à venir.

  • 40 Dursun DAĞAŞAN, “Türk Dünyası Edebiyatı Projesi ve 1997 Taşkent Toplantısı” (Le projet de littératu (...)
  • 41 Pour une analyse de ces projets, voir Sadık TURAL, “Türk Dünyasında Bütünleşmenin Artırılmasında Bi (...)

60La fabrication d’une turcité passe aussi par une intégration des littératures en langues türk. Voilà un vaste projet, auquel s’attelèrent nombre d’organisations de Turquie, plus ou moins soutenues par des associations similaires dans l’aire türk. La plus grande initiative en la matière émane du Atatürk Yüksek Kurumu (Haut Conseil Atatürk) qui, par l’intermédiaire d’une de ses branches, Atatürk Kültür Merkezi (Centre Culturel Atatürk) a conçu le « projet de littérature du monde türk » avec des objectifs divers mais allant tous dans le sens d’une unification des littératures de langue türk40. Mis en œuvre en 1995, ce projet se réalisera par la rédaction de plusieurs encyclopédies qui se résument ainsi41 :

  • Histoire de la littérature du monde türk : les auteurs y répertorient toutes les grandes œuvres représentatives du monde türk « des origines » – la date de départ ne figure pas dans le projet – « jusqu’à nos jours ». Procédant par ordre chronologique, on prévoit de rassembler toute la production dans treize volumes de 600 pages (chacun).

  • Encyclopédie des personnalités littéraires du monde türk : ce projet secondaire par rapport au premier doit élaborer une liste de tous les écrivains et poètes de langue türk et pour chacun une courte biographie. Obéissant à un ordre alphabétique, cette encyclopédie se composera de cinq volumes de 600 pages.

  • Dictionnaire encyclopédique de tous les concepts et termes de la littérature du monde türk : ce dictionnaire offre une définition des notions fondamentales les plus utilisées dans la littérature des différents États turcophones, contemporains ou passés. Ce travail sera réuni dans quatre volumes de 600 pages.

  • Anthologie des idées et des styles de la littérature du monde türk : il s’agit de réunir en huit volumes de 600 pages tous les styles littéraires et les idées produits jusqu’à nos jours par le monde türk.

61Les promoteurs de ce projet prévoient de diffuser ces encyclopédies dans l’ensemble du monde türk. Rédigé en turc et bientôt traduit en ouzbek, azéri, kazakh, etc., ce travail vise les jeunes générations et, dans l’idéal, ces encyclopédies entreraient dans les programmes scolaires. En Turquie, on a déjà commencé à sensibiliser les jeunes à la richesse de la littérature türk et pas seulement anatolienne.

  • 42 En janvier 2003, ces encyclopédies se faisaient toujours attendre.

62En revanche, en Asie centrale, en l’état actuel des choses, l’entrée de ces œuvres dans les écoles n’est pas acquise. Il sera intéressant de voir, à la fin de ces travaux, comment les uns et les autres réagissent à cette idée. On peut d’ores et déjà avancer qu’Ouzbeks et Turkmènes ne réserveront pas le même accueil à cette initiative turque. Ambitieux, ce projet devra, dès sa parution, répondre aux priorités fixées par les ministères de la Culture et de l’Éducation des pays concernés42.

  • 43 Mahdumguli est un poète, écrivain et penseur turkmène du XVIIIe siècle qui joua un rôle de premier (...)
  • 44 Abdurrauf Fitrat est un poète djadid très apprécié en Turquie. Ayant vécu à Istanbul au début du XX(...)
  • 45 O’tken Kunler (Jours passés), était le seul roman de Qodiriy traduit de l’ouzbek en turc. L’indépen (...)

63La célébration par la Turquie de la littérature de chacune des républiques centrasiatiques en Turquie est moins grandiose mais sans doute plus réaliste et déjà plus profondément ancrée dans le quotidien de la société anatolienne. Afin de sensibiliser l’opinion publique turque à l’Asie centrale, pratiquement tous les chefs-d’œuvre des plus grands auteurs épiques ou littéraires ont été traduits en turc de Turquie. Les Kazakhs Abay et Oljas Suleymanov, le Kirghize Tchinguiz Aïtmatov (et l’épopée Manas bien sûr), les Turkmènes Mahdumguli et Hudaynazarov43 et enfin les Ouzbeks Abdurrauf Fitrat44 et Abdullah Qodiriy45 firent ainsi leur entrée dans le paysage littéraire turc. L’héritage de la pensée djadid, commun à l’ensemble de l’Asie centrale, est depuis quelques années étudié de façon plus approfondie en Turquie. On doit cependant noter que l’État turc est souvent devancé par des organismes privés dans la promotion des littératures centrasiatiques. De nombreuses fondations turquistes ou islamistes, à l’instar du centre Yesevi (droite nationaliste), de la revue Orkun (extrême droite panturquiste) ou du bimensuel Yeni Asya (islamiste, une des nombreuses branches du mouvement nourdjou) sont des exemples d’acteurs non étatiques qui ont diffusé la culture du monde turc en Turquie.

64En revanche, on constate que les auteurs turcs sont moins populaires en Asie centrale. Pendant la période soviétique, seuls les écrivains communistes étaient autorisés à publier en URSS. Parmi les plus célèbres, on rappellera Nazım Hikmet, communiste turc mort à Moscou en 1963 et Aziz Nesin, dont les pièces sont régulièrement jouées dans les théâtres d’Asie centrale. Depuis les indépendances, ces auteurs communistes ne sont plus guère cités mais ils n’ont pas plus été remplacés par d’autres écrivains de Turquie.

  • 46 Entretien avec Ahmet SEVGİ, Attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie à Tachkent, juillet 19 (...)

65Dans ce volet littéraire, il convient de souligner la sortie prochaine d’un manuel d’histoire du monde türk, préparé par le ministre turc de l’Éducation nationale et destiné à être utilisé dans toutes les républiques turcophones. Là aussi, on peut émettre des doutes sur sa capacité à franchir le seuil des écoles d’Asie centrale, surtout celles de l’Ouzbékistan46.

66Cependant, le fait que de telles initiatives existent montre qu’en Turquie des hommes réfléchissent à la coopération avec le monde türk. En revanche, les politiques centrasiatiques ne produisent pas le même effort et n’encouragent pas une ouverture vers la culture turque anatolienne. Ainsi donc le rapprochement des deux mondes türk n’est-il pas naturel, et si les politiques ne forçaient pas la main aux intellectuels, aux enseignants, aux étudiants, le désintérêt en Turquie serait la règle, comme c’est le cas en Asie centrale. Dans le domaine éducatif et linguistique, toutefois, les projets sont plus prometteurs. Pour les responsables turcs, les objectifs sont clairs puisqu’il s’agit de « participer activement à la formation des élites de demain » Cela passe avant tout par une ambitieuse politique d’échanges estudiantins entre la Turquie et le monde türk.

  • 47 Les accords sont signés lors de la Conférence des ministres de l’Éducation nationale des États turc (...)

67Lancée à la rentrée scolaire 1992/93, la politique d’échange d’étudiants voit sa première concrétisation grâce à une série d’accords au niveau ministériel entre la Turquie et les quatre États d’Asie centrale47. Appelé « projet 10 000 étudiants du monde türk », le programme répartit le nombre d’étudiants par pays signataire des accords.

68L’Azerbaïdjan, pour des raisons géographiques, historiques (les échanges ont toujours été importants entre les deux pays) et linguistiques (l’azéri s’apparente à un dialecte de la Turquie orientale) s’est montré très intéressé par une solide coopération avec la Turquie. Les relations ont été très bonnes entre les deux pays depuis la fin de l’URSS grâce notamment à l’excellente entente entre les présidents Aliev et Demirel.

  • 48 Ces chiffres s’appuient sur les statistiques du ministère turc de l’Éducation nationale. Voir le ra (...)

Tableau 1 : Nombre d’étudiants du monde türk accueillis dans les universités de Turquie entre 1992 et 1998 (chiffres arrêtés le 25 août 1998)48

Pays

Nombre d’étudiants en Turquie entre ces deux dates

Nombre d’étudiants diplômés des universités turques

Nombre d’étudiants rentrés dans leur pays

Nombre d’étudiants en Turquie (à cette date)

Azerbaïdjan

2259

360

433

1466

Kazakhstan

1932

161

735

1036

Kirghizstan

1161

48

311

802

Ouzbékistan

1638

146

1129

363

Turkménistan

2720

368

728

1624

Autres communautés türk d’Asie

2655

46

819

1790

Pays balkaniques

2135

134

570

1431

Total

14 500

1263

4725

8512

69Le Turkménistan, pourtant peu peuplé (4,5 millions d’habitants) est le pays qui envoie le plus d’étudiants en Turquie, uniquement des garçons, le président turkmène n’ayant jamais accepté d’envoyer des filles étudier à l’étranger. La proximité linguistique contribue incontestablement à cette bonne coopération. Cependant, c’est parce que les relations politiques sont bonnes entre les deux pays que cette coopération éducative et linguistique est fructueuse.

70Le Kazakhstan, sans doute pour faire un contrepoids à la forte présence démographique slave dans le pays, cherche à développer une solide coopération éducative avec la Turquie et réalise un véritable effort pour envoyer autant d’étudiants que possible en Turquie.

71Le Kirghizstan, bien qu’il participe peu à l’envoi d’étudiants en Turquie, conduit une politique des plus actives avec Ankara. Le chiffre de 1161 étudiants en 1992 et 802 en 1998 doit être ramené à ses justes proportions : le pays compte à peine 4 millions d’habitants dont plus de la moitié mène un mode de vie rural.

72L’Ouzbékistan est une fois encore le pays qui suscite le plus de commentaires. En 1992, Tachkent envoyait 1638 étudiants dans les universités turques, sans compter les élèves envoyés dans les écoles militaires et professionnelles. Toutefois, à peine deux ans après, la quasi-totalité de ces étudiants est rappelée au pays. Illustration éloquente des effets néfastes de relations politiques houleuses entre Ankara et Tachkent sur la coopération éducative bilatérale.

73Par ailleurs, soucieuse d’entretenir de bonnes relations avec l’Ouzbékistan, pays incontournable en Asie centrale tant par sa démographie que par son poids politique, la Turquie se plia aux exigences du président ouzbek et obligea Salih et Polatov à quitter le territoire turc. Cette concession faite par Ankara à Tachkent n’a pas empêché le président ouzbek de rappeler tous les étudiants ouzbeks de Turquie et de fermer tous les établissements turcs actifs en Ouzbékistan.

74Ainsi, en 1998 (et surtout en 1999 quand une seconde crise politique entre les deux pays éclata), le nombre d’étudiants ouzbeks en Turquie était tombé au plus bas. Les rares étudiants qui ont bravé le régime de leur pays en restant en Turquie ont été décrétés opposants et « traîtres à la patrie » par le régime karimovien.

75D’autre part, pour nuancer l’importance de la présence centrasiatique, remarquons que le nombre d’élèves originaires des pays balkaniques et de la fédération de Russie (où les communautés türk sont importantes, comme les Tatars ou les Bachkirs) est loin d’être négligeable. Les jeunes des Balkans sont souvent des Turcs de Bulgarie, de Grèce et de l’ex-Yougoslavie. Passé impérial oblige, Ankara a toujours accordé une grande importance aux anciennes possessions ottomanes dans les Balkans – surtout celles qui constituent un véritable enjeu européen. Et leur poids dans la politique turque nous rappelle ici que les priorités de la Turquie sont résolument européennes.

76Enfin, pour clore ce paragraphe, les accords signés en 1992 entre la Turquie et les Etats centrasiatiques ne prévoyaient pas un nombre fixe d’élèves pour chaque année universitaire. Le nombre réel d’étudiants n’a cessé de varier depuis, mais globalement les quotas accordés par Ankara n’ont guère changé depuis 1992, bien qu’ils ne soient pas respectés par les intéressés comme l’auraient souhaité les autorités turques.

77Tous ces étudiants bénéficient d’aides diverses accordées par l’État turc : bourse, logement universitaire, aides au voyage. Cependant une mauvaise coordination de cette aide et l’insuffisance des bourses ont parfois obligé certains étudiants à abandonner leurs études. Pourtant, comme le montrent les chiffres, la Turquie fait un réel effort d’accueil : elle recevait encore en 1998 plus de 8000 étudiants. Le but avoué de cette entreprise d’échange est de sensibiliser les jeunes générations à la cause türk afin qu’à leur tour, une fois rentrés chez eux, ils la partagent avec leurs familles, leurs amis, leurs collègues et que rejaillisse sur la société dans son ensemble la valeur ajoutée de la formation de ces élites en Turquie.

Étudiants du monde türk arrivés en Turquie en 1992

Étudiants du monde türk arrivés en Turquie en 1992

Étudiants du monde türk présents en Turquie en 1998

Étudiants du monde türk présents en Turquie en 1998
  • 49 Mehmet SAĞLAM, Türk Cumhuriyetleri ile Eğitim ilişkilerimiz (Nos relations éducatives avec les ré (...)

Tableau 2 : Quotas d’étudiants du monde türk dans les universités turques chaque année depuis 199249

Azerbaïdjan

175

Kazakhstan

175

Kirghizstan

175

Ouzbékistan

175

Turkménistan

175

Autres communautés türk d’Asie

500

Pays balkaniques

300

Total

1675

Figure 3 : Pour l’année 1997/98, les quotas suivants ont été réservés aux étudiants du monde türk dans les universités de Turquie

Figure 3 : Pour l’année 1997/98, les quotas suivants ont été réservés aux étudiants du monde türk dans les universités de Turquie
  • 50 Entretiens avec des étudiants de Turquie à Tachkent.

78Considérant la jeunesse comme une véritable passerelle avec le monde turcophone, la Turquie incite également certains étudiants turcs à étudier dans les écoles et universités centrasiatiques. Certes, elle envoie beaucoup moins qu’elle ne reçoit, mais là encore, l’objectif est de faire en sorte que la jeunesse serve de pont entre les deux parties. Au final, l’intérêt des études importe peu. Certains Turcs venaient suivre dans les premières années des indépendances des études de droit soviétique car l’État ouzbek ou kazakh n’avait pas encore procédé à des réformes éducatives profondes. L’essentiel est qu’il y ait brassage entre ces jeunes turcs, ouzbeks, kazakhs, turkmènes, entre ces futures élites chargées d’édifier le monde turc en gestation50.

  • 51 Mehmet SAĞLAM, op. cit.

Tableau 3 : Nombre d’élèves turcs dans les universités centrasiatiques (1997/1998)51

Azerbaïdjan

27

Kazakhstan

12

Kirghizstan

34

Ouzbékistan

103

Turkménistan

36

Tadjikistan

6

Total

218

Figure 4 : Nombre d’élèves turcs dans les universités centrasiatiques (1997/1998)

Figure 4 : Nombre d’élèves turcs dans les universités centrasiatiques (1997/1998)

79Le tableau 3 et la figure 4 sont révélateurs de la stratégie turque. Généralement, elle envoie un grand nombre d’élèves dans les républiques qui sont les plus tièdes dans leur coopération avec la Turquie. L’exemple de l’Ouzbékistan est assez typique. Puisque Tachkent ne veut pas envoyer ses étudiants en Turquie, c’est cette dernière qui exporte les siens dans les universités ouzbèkes, de façon à forcer le dialogue et l’échange.

  • 52 Entretiens avec Ahmet SEVGİ, attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie à Tachkent

80D’autre part, les accords signés entre la Turquie et les États d’Asie centrale permettent aux Turcs d’ouvrir des établissements d’enseignement dans chacune des républiques indépendantes. Ainsi écoles primaires, centres linguistiques, lycées et universités se multiplièrent-ils rapidement dans toute la région. Tous furent inaugurés par des personnalités politiques turques de premier rang lors des rencontres officielles ou des visites d’État. Les lycées dits Anadolu Koleji ou collèges anatoliens, sont en fait des lycées à caractère scientifique de très bonne réputation, créés par la République turque qui délègue la gestion de ces établissements à l’Ambassade, plus précisément à l’attaché linguistique. Dans la diplomatie turque en Asie centrale, le titulaire de ce poste a plus de travail et de pouvoir que son collègue attaché culturel. Il organise le travail des lycées et universités, mais il doit aussi superviser différents dossiers, dont celui de l’échange d’étudiants52.

  • 53 Mehmet SAĞLAM, op. cit.

Tableau 4 : Aperçu général des établissements ouverts par l’État turc en Asie centrale en 1997/9853

Azerbaïdjan

2

Kazakhstan

1

Kirghizistan

3

Ouzbékistan

8

Turkménistan

3

Tadjikistan

1

Total

18

  • 54 Entretien avec Atilla ERBİL, attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie au Kazakhstan, Almaty (...)

81Ne donnant pas le détail des établissements, le tableau 4 exige quelques précisions supplémentaires. Au Kazakhstan, le chiffre fait référence à l’unique centre de langue ouvert par l’Ambassade turque. L’université est à part, car sa gestion est plus complexe. On y reviendra plus tard. La politique pour le Kazakhstan consiste surtout à envoyer des professeurs turcs dans des établissements kazakhs54. Au Kirghizstan et au Turkménistan, l’État turc a créé des lycées professionnels en réponse à une demande d’enseignement pratique de la part des États turkmène et kirghize, mais c’est bien en Ouzbékistan que les investissements turcs ont été les plus importants. Le cas ouzbek mérite donc une étude à part.

82La coopération universitaire occupe une place non négligeable dans la stratégie turque d’ouverture vers l’Asie centrale. Outre la création d’un « conseil universitaire » à l’échelon du monde türk, qui donne lieu à des rencontres régulières entre universitaires, les dirigeants d’Ankara sont parvenus à mettre sur pied deux universités d’État en Asie centrale, l’une au Kirghizstan, l’autre au Kazakhstan.

  • 55 . Bayram BALCI, « Ahmet Yesevi, du mausolée à l’université », CÉMOTI, op. cit.

83L’université turco-kazakhe portant le nom d’Ahmet Yesevi mérite un développement particulier pour différentes raisons55. Comme son nom le laisse deviner, elle rend hommage à ce mystique türk du XIIe siècle, très présent dans le patrimoine culturel de pratiquement tous les peuples türk, Anatoliens, Turkmènes, Kazakhs et Ouzbeks notamment. Élevé au rang de héros, sa redécouverte répond à des impératifs identitaires – chez les centrasiatiques surtout – et politiques dans le cas de la Turquie. Cette dernière exploite à l’extrême cette mémoire commune du mysticisme de Yesevi pour mieux s’implanter en Asie centrale après les indépendances. L’université permet l’instrumentalisation de la mémoire yesevi pour une meilleure promotion de la turcité en Asie centrale.

  • 56 Namık Kemal ZEYBEK se dit disciple d’Ahmet Yesevi et donc de la confrérie yeseviyya. Ses idées sont (...)

84Construite en plein milieu de la steppe, à l’orée de la ville historique de Turkestan, patrie d’Ahmet Yesevi et de son ordre religieux, l’université impressionne avant tout par sa taille : plus de 300 hectares lui ont été cédés par les autorités kazakhes. Un projet d’agrandissement du campus est à l’étude. Il permettra l’augmentation des capacités d’accueil pour les étudiants, déjà au nombre de 10 000. Bien qu’à l’heure actuelle plus de 90 % des inscrits soient du Kazakhstan, elle affiche un caractère türk et ambitionne d’accueillir des étudiants de l’ensemble des États turcophones. Ceux qui arrivent de Turquie constituent une minorité importante d’environ 500 étudiants, et dont le nombre va augmenter dans les années à venir, selon les administrateurs. La direction mixte kazakhe et turque est très marquée par le charisme de Namık Kemal Zeybek56, ancien ministre de la Culture et conseiller de Süleyman Demirel durant toute sa présidence.

  • 57 Article II de la Charte de l’Université.
  • 58 En réalité, tous les diplômés ne sont pas bilingues en sortant de l’université mais l’établissement (...)

85Le panel des disciplines est assez large. Les matières enseignées à Turkestan et dans les succursales de Chimkent et Kentau vont de l’histoire à la médecine et de la philologie au tourisme. Les Turcs ont tendance à privilégier les sciences humaines, notamment la turcologie et l’histoire mais leurs partenaires kazakhs sont obligés de tenir compte des consignes du gouvernement qui accordent une nette priorité aux matières scientifiques. L’objectif poursuivi avec la création de l’université est de « former les jeunes de la république de Turquie, du Kazakhstan et des autres républiques et communautés türk sous un même toit pour les éveiller à la conscience türk (Türklük Bilinci) et selon les normes de l’enseignement international moderne »57. Dans la pratique, cela passe par l’enseignement du turc de Turquie aux jeunes Kazakhs, par leur sensibilisation à l’histoire générale du monde türk, aux mouvements d’idées, à la géographie, à l’actualité politique et culturelle. Les élèves venus de Turquie apprennent le kazakh et le russe qui constituent avec le turc les trois langues d’enseignement. Le règlement exige que chaque étudiant diplômé soit en mesure à sa sortie de l’université de parler couramment au moins le turc et le kazakh58.

  • 59 Pour un exposé des motivations kazakhes dans la création de cette université, notamment les différe (...)
  • 60 Entretien avec Mustafa KOÇ, professeur d’histoire à l’université Ahmet Yesevi, Turkestan, avril 199 (...)

86Considérée comme un laboratoire de la turcité par les Turcs, les Kazakhs ont tendance en revanche à se l’approprier comme un établissement kazakh avant tout. Il faut souligner que l’université Yesevi est la plus grande université du sud kazakh ; elle tient donc une place importante pour le régime post-communiste de Nazarbaev, confronté à des impératifs identitaires59. Le sud du Kazakhstan, plus touché par la crise que le reste du pays, peut être redynamisé grâce à cette université, pense-t-on du côté kazakh. Le pragmatisme prévaut. L’idéal turquiste est donc moins fort chez les Kazakhs que chez leurs partenaires turcs, qui offrent une lecture türk de Yesevi60.

87En Turquie, cet établissement est parfois critiqué pour son coût excessif. On estime que de telles dépenses n’auraient pas dû se faire pour aider les Kazakhs à mettre en valeur le désert qu’est la région de Turkestan-Chimkent. Ses défenseurs rétorquent que le choix de l’endroit ne fut pas innocent. Car malgré les difficultés, c’est un lieu hautement symbolique, qui vit naître Yesevi et peut redevenir le berceau de rayonnement de la turcité. Quelques années après sa création, cette université a servi de modèle à une autre, implantée à Bichkek, dans la capitale kirghize.

  • 61 Entretien avec Osman ÇİĞDEM, Professeur de turc à l’université Manas, Bichkek, avril 1999.

88Le choix du nom de cette université n’est pas un hasard. Manas fait référence à la grande geste kirghize, dont la célébration du millénaire en 1995 fut l’occasion pour les autorités kirghizes de rappeler que leurs traditions sont inscrites dans le passé le plus ancien. Inaugurée le 13 novembre 1998, lors de la visite officielle du président Süleyman Demirel, elle est bien plus petite que l’université Yesevi puisque pour l’année universitaire 1997/98, y étaient inscrits à peine 500 étudiants61. Ce chiffre doit être cependant replacé dans le contexte du Kirghizstan où depuis l’indépendance toutes les universités qui virent le jour sont de petite taille.

  • 62 Voir Genç Manas (Le jeune Manas), revue de présentation de l’université.
  • 63 L’université est payante mais les tarifs n’étaient pas encore fixés lors de la mission.

89La lecture de la Charte de l’université Manas fait écho à celle de l’université Ahmet Yesevi62. L’esprit qui anime cette université est le même que celui qui règne à Turkestan. La turcité est clairement placée au cœur de la mission pédagogique et idéologique de cet établissement. Il est encore trop tôt pour apprécier le travail et l’impact de cette université dans le paysage éducatif kirghize, puisque les premiers diplômés ne sortiront qu’en 2003 ou 2004, mais tout porte à croire qu’elle sera de plus en plus sollicitée dans les années à venir par une jeunesse kirghize prête à beaucoup de sacrifices pour accéder à une formation universitaire ouverte sur l’extérieur63.

  • 64 Stéphane DE TAPIA, « Türksat et les républiques turcophones de l’ex-URSS », CÉMOTI, n° 20, 1995, pp (...)

90Un dernier volet de la politique culturelle turque en Asie centrale mérite d’être cité. Sur le marché mondial très dynamique et volatile des télécommunications, la Turquie n’est pas en reste. Elle avait en fait, bien avant l’émergence de l’Asie centrale sur la scène publique internationale, manifesté son intérêt pour les nouveaux médias et nouvelles technologies. Le lancement en 1994 par Ariane du satellite turc de communication Türksat rend possible la diffusion de deux chaînes (Avrasya et TRT International), qui se partagent le temps de diffusion accordé à la Turquie par les États d’Asie centrale sur leurs canaux64. Les accords bilatéraux signés avec eux ne diffèrent que très légèrement en fonction du pays. Ces divergences concernent en fait les temps d’antenne et sont assez représentatives du degré d’ouverture des régimes centrasiatiques ou de leur méfiance face à un nouveau « grand frère ». Le Turkménistan, par exemple, a demandé plus d’heures d’émission que l’Ouzbékistan, et le Kazakhstan plus que le Kirghizstan.

  • 65 C’est le cas de Namık Kemal ZEYBEK, « père » de l’idée d’une chaîne turque pour l’Asie centrale.
  • 66 Voir Enes CANSEVER, Zaman, 25 juin 1995.

91Le contenu de ces émissions pose problème. En Turquie d’abord, certains voudraient qu’Avrasya ne diffuse que des informations sur le monde türk65, car elle est au service de la turcité, et doit permettre aux différents peuples de mieux se connaître. La littérature, l’histoire, la géographie de chacun devraient y jouir d’une attention privilégiée de façon à les partager avec le plus grand nombre. Or, sans être explicitement exprimée et assumée, c’est de la Turquie dont il est question la plupart du temps. La prépondérance des sujets turcs en langue turque affirme la centralité de la Turquie. Le projet initial, qui prévoyait d’utiliser sur cette chaîne une langue turque simplifiée, capable d’être comprise par les Centrasiatiques, a été abandonné, bien que ce débat sensible réapparaisse de temps en temps dans les colonnes de la presse turque66.

92Il est difficile de mesurer la popularité de la chaîne Avrasya en Asie centrale. Cependant, tout le monde connaît son existence. Les intellectuels la regardent et la comprennent un peu. Les autres ont tendance à lui préférer les chaînes nationales, locales ou russes, tout simplement parce qu’ils en connaissent la langue. Pourtant ces éléments ne nous permettent pas de dire que le projet Avrasya est un échec. À bien des égards, c’est une réussite.

93La turcophonie et la turcité disposent en tout cas d’un canal de diffusion étendu, surtout si on prend en considération que pour plus de 95 % de la population ouzbèke, par exemple, la télévision est l’unique source d’information, et que tous les foyers sont équipés d’un téléviseur y compris dans les campagnes les plus isolées. De plus, même non regardée avec assiduité, la chaîne turque diffuse une image positive de la Turquie montrant aux Centrasiatiques un État développé avec une société complexe et tournée vers l’Occident.

La place de l’Islam dans la politique culturelle turque en Asie centrale

94Le renouveau islamique est une donnée incontournable de la nouvelle Asie centrale. Alors qu’on le croyait trop déstructuré et affaibli par plus de soixante-dix ans de communisme, l’islam refait son apparition sur la scène publique déjà à la veille des indépendances. Mon objet n’est pas de démontrer et de mesurer ce retour du religieux en Asie centrale. Il existe une abondante littérature sur la question. Ce retour du religieux ne s’effectue pas de la même manière dans tous les pays. Le Kazakhstan et l’Ouzbékistan ne sont pas confrontés de la même façon à la question religieuse parce que leur islam est différent ou plutôt leur degré d’islamisation n’est pas le même.

95Cependant, toutes les sociétés centrasiatiques expriment une demande d’islam. Elle peut alors prendre la forme de lieux de culte, de personnel qualifié ou d’établissements d’enseignement. Quoi qu’il en soit, il est indéniable que dans tous ces pays les populations voient dans cet islam réapproprié une composante de leur identité. Les pouvoirs issus de l’ex-URSS en sont conscients : ils cherchent à tenir compte du facteur islamique dans leur entreprise identitaire nationale. Les dirigeants turcs, eux, s’estiment en droit de proposer leur service à leurs partenaires centrasiatiques.

96Le caractère laïc de la Turquie ne l’empêche pas d’avoir une politique religieuse et son implication dans l’islam centrasiatique en est une preuve supplémentaire. La coopération religieuse de la Turquie avec chacun de ces États est coordonnée par le conseiller aux Affaires religieuses, au sein des Ambassades. Ce fonctionnaire, détaché pour deux ou trois ans de la direction des Affaires religieuses en Turquie – un ministère qui, par pudeur laïque et républicaine, ne dit pas son nom -, doit gérer l’approche turque de la coopération religieuse, qui est à la fois globale et particulière.

  • 67 La vision turque de la coopération religieuse se veut très ambitieuse et très large puisqu’elle che (...)
  • 68 À plusieurs reprises, des conférences réunissant les autorités religieuses de plusieurs pays d’Euro (...)

97Elle est globale parce que la vision géographique de cette politique est eurasiatique67. Les Turcs cherchent à fédérer l’islam des Balkans à l’Asie centrale, en fait à utiliser l’héritage religieux ottomano-républicain pour mieux asseoir l’influence de la Turquie contemporaine68. La dimension bilatérale, particulière, cherche quant à elle à répondre à une demande précise émanant d’un Etat qui coopère religieusement avec la Turquie.

98La crainte de voir d’autres États islamiques étendre leur influence religieuse en Asie centrale décida les Turcs à déployer une politique islamique pour la région. Iran, Arabie Saoudite, Pakistan, Égypte et d’autres États encore comptent parmi les principaux rivaux de la Turquie. Deux atouts permettent à celle-ci de mieux aborder le terrain centrasiatique. L’identité, essentiellement linguistique, permet aux religieux turcs de mieux communiquer avec leurs coreligionnaires d’Asie centrale. Un autre avantage est la nature de l’islam de ces pays. En Asie centrale, 85 % des habitants se disent musulmans et 90 % d’entre eux sont turcophones. De plus, et c’est un atout important, l’islam centrasiatique sunnite et hanéfite est très proche de celui de Turquie, car il est marqué par le mysticisme de Yesevi et de Bahauddin Nakchibendi.

99L’aide religieuse turque pour l’Asie centrale épouse deux formes : la formation des cadres religieux et la construction de lieux de culte. Pendant l’ère soviétique, Tachkent et Boukhara étaient les seules villes d’Asie centrale où l’on formait des cadres religieux officiels (dans les madrasa Al Boukhari et Mir-i-Arab). Avec les indépendances, la demande d’islam connaît une croissance considérable, parce que les gens veulent redécouvrir cette religion longtemps malmenée mais aussi parce que l’État introduit l’islam comme un élément constitutif et inaltérable de la nouvelle identité nationale. Forte d’une très vieille expérience en matière de formation religieuse, grâce à ses milliers d’écoles de l’Imam Hatip, à ses facultés de théologie et forte de sa Diyanet Vakfı (Fondation des Affaires religieuses), la Turquie est en mesure de proposer à ces États une coopération nécessaire dans la formation de cadres religieux.

100En Turquie, certains étudiants, dans le cadre du « programme 10 000 étudiants du monde turc » ont reçu une formation religieuse. Des İmam Hatip Okulları (lycées de théologie) d’Istanbul, Ankara, Bursa, Konya et d’autres villes ont accueilli sur leurs bancs des jeunes kazakhs, turkmènes, kirghizes et ouzbeks dans une moindre mesure. Mais l’essentiel de la formation de cadres s’effectue en Asie centrale. Sans entrer dans les détails de tous les cours religieux assurés par la Turquie sur le sol centrasiatique, je retiendrai les grands centres de formation ouverts dans les différentes républiques.

101Au Turkménistan, la politique étatique en matière de religion est sans doute la plus forte. La Turquie a inauguré un lycée, une faculté de théologie et un immense centre religieux, une sorte de muftiat chargé de la gestion des affaires spirituelles. Les élèves de la faculté suivent la première année d’études en Turquie, puis reviennent au pays pour terminer les trois années de leur cursus d’études. Le lycée de théologie fonctionne sur le même principe, mais les perspectives professionnelles qu’il offre à ses élèves sont plus ouvertes.

102La Turquie a financé aussi la construction d’une immense mosquée, calquée sur le modèle de Kocatepe Camii à Ankara. Située dans l’enceinte du centre des affaires religieuses de la capitale, elle est l’œuvre des bâtisseurs turcs et, à ce jour, la plus grande du Turkménistan. Véritable centre culturel, elle abrite une bibliothèque, des salles de travail, un amphithéâtre... mais aussi un centre des affaires religieuses des chrétiens du pays (surtout orthodoxes Russes et Arméniens) – une nouveauté qui ne passe pas inaperçue dans ce complexe construit par les Turcs.

  • 69 Entretien avec Nureddin KORKUT, fonctionnaire au département turc de l’Institut d’orientalisme de C (...)

103Au Kazakhstan, la Turquie a créé un département turc dans un institut religieux de la ville de Chimkent. Nureddin Korkut, le jeune gestionnaire de cette section, affiche clairement les objectifs de sa mission : « Montrer la présence religieuse turque dans une région en proie aux courants religieux les plus divers, chrétiens et musulmans »69. Les difficultés économiques de la région de Chimkent, très touchée par la récession due à la chute de l’URSS, rendent ses habitants plus sensibles aux propagandes et prosélytismes qui se livrent à une véritable concurrence.

  • 70 Les Ouzbeks n’ont jamais répondu aux propositions turques de coopération religieuse. Lors d’un entr (...)

104Au Kirghizstan, c’est la ville d’Och qui a été choisie pour accueillir la faculté de théologie créée par les Turcs. Sa participation au développement d’un islam officiel kirghize se concrétise par des politiques de crédits et d’accueil de jeunes étudiants dans les écoles et facultés de Turquie70.

105L’énumération des actions religieuses turques en Asie centrale ne suffit pas cependant à comprendre dans toute leur ampleur les ambitions de l’État turc en matière religieuse. En fait, leur objectif, à travers cette coopération, est de mieux intégrer les Türk d’Asie centrale dans un ensemble supranational dominé ou au moins influencé par la Turquie. Ces différentes actions de coopération religieuse lui permettent de faire circuler et progresser dans les consciences l’idée de turcité. C’est toute la conception turque de l’islam et de la laïcité qui sont ainsi véhiculées par les fonctionnaires religieux turcs en Asie centrale. C’est un islam au service de l’État, national et türk à la fois, puisque les valeurs de la turcité et de la synthèse entre Türk et islam y sont mis en valeur.

106Bâtie à la va-vite dans une ambiance d’allégresse et d’euphorie, la politique centrasiatique de la Turquie devient plus réaliste à partir de 1993/1994. Sur le terrain, cette politique se heurte à des régimes soucieux avant tout de renforcer leur pouvoir, si bien que leurs choix se retrouvent souvent par conséquent en porte-à-faux par rapport aux ambitions turques et ne s’inscrivent pas dans une logique de coopération fondée sur la turcophonie.

107L’objectif principal d’Ankara, reformulé à partir de 1994, consiste à rappeler aux États et opinions d’Asie centrale leur appartenance commune à une même culture, la culture türk, et le sens que devrait prendre dans le futur proche cette appartenance partagée pour le bien-être de tous. L’exportation de la turcité se matérialise alors par plusieurs canaux culturels, religieux, économiques et linguistiques.

Photo n° 4 : Une mosquée turque, Kochkorata, Kirghizstan, avril 1999

Photo n° 4 : Une mosquée turque, Kochkorata, Kirghizstan, avril 1999

Commentaire : Ici comme partout où la Turquie construit des mosquées en partenariat avec les gouvernements, le style architectural qui prédomine est purement turco-ottoman. On n’observe aucune adaptation ou inspiration des modèles architecturaux des pays d’accueil.

108L’État turc n’est cependant pas le seul promoteur de la turcité dans l’aire turcophone. Des organismes privés, culturels ou/et économiques participent, avec beaucoup plus de succès, à la diffusion de ce « panturquisme culturel ». À bien des égards, c’est cette insuffisance de la politique officielle turque qui va favoriser le succès des organismes privés (confréries et entreprises). L’action de l’État, même si elle est cohérente et bien structurée, se heurte aux blocages administratifs et bureaucratiques turcs et centrasiatiques. Trop lourde, la machine étatique ne parvient pas toujours à franchir les obstacles des administrations impersonnelles. En cela, les petites structures, privées, confrériques et missionnaires, du fait de leur souplesse, semblent faire preuve de plus de créativité pour réussir leur implantation. Le mouvement de Fethullah Gülen, par le biais de ses écoles et de ses entreprises, est dans une meilleure posture pour être le champion de la turcité en Asie centrale. Avant d’entrer dans les méandres de la présence néo-nourdjou en Asie centrale, il convient de comprendre ce qui fait la force de ce mouvement, à travers une analyse de ses pères fondateurs et un bref rappel de la place qu’il occupe dans l’espace social turc.

Notes

1 Sur la fin de la bipolarité et ses conséquences sur la politique extérieure turque, voir Alan MAKOVSKY, “The New Activism in Turkish Foreign Policy”, SAIS Review, vol. 19, n° 1, Winter-Spring 1999, pp. 92-111.

2 Voir la presse turque de mai 1992. Voir également Le Monde du 6 mai 1992.

3 Ali COŞKUN, « Türk Dünyası ve komşularımızla ilişkiler » (Nos relations avec nos voisins et avec le monde turc), Yeni Türkiye, (Turquie Nouvelle) n° 15, mai-juin 1997, pp. 759-764.

4 Pour une analyse complète du modèle turc, voir Erol MÜTERCİMLER, Türkiye-Türk Cumhuriyetleri ilişkiler modeli (Modèle des relations entre la Turquie et les Républiques turcophones), Istanbul, Anahtar Kitaplar Yayınevi, 1993, 413 p.

5 Samuel HUNTINGTON, The Clash of Civilisations, Foreign Affairs, Summer 1993.

6 Dilip HIRO, Between Marx and Muhammad, The Changing Face of Central Asia, London, Harper Collins Publishers, 1994, 404 p.

7 Ahmed RASHID, The Resurgence of Central Asia, London, Zed Books, 1994, p. 210.

8 Idris BAL, “Orta Asya ve Batının Dış Politika Olarak Türk Modeli”, (Le modèle turc comme outil de politique étrangère de l’Asie centrale et de l’Occident), Yeni Türkiye, n° 15, mai-juin 1997, pp. 936-945.

9 Engagée en 1984, la lutte armée du PKK atteint son paroxysme en 1992-1993, date à partir de laquelle de plus en plus de civils sont visés par la guérilla.

10 Voir Büşra ERSANLI, Türk Cumhuriyetleri Kültür Profili Araştırması, Kültür Bakanlığı, Başvuru kitapları, Ankara, 1995, 189 p. Fort instructif mais dépassé de nos jours à cause des mutations connues par les sociétés centrasiatiques, cet ouvrage est le produit d’un travail collectif mené par des universitaires turcs sur la manière dont est perçue la Turquie en Asie centrale. Différents critères croisés (âge, religion, formation, type de socialisation, etc.) donnent des informations précises sur l’image de la Turquie et de la turcité en Asie centrale et en Azerbaïdjan. De façon schématique, la Turquie et la turcité séduisent surtout les Azéris. Les intellectuels ont une bonne image de la Turquie. Les plus pieux voient la Turquie comme un État islamique qu’il faut prendre comme modèle.

11 Idris BAL, op. cit.

12 Erol MÜTERCİMLER, op. cit.

13 Malgré son échec, ce modèle a eu quelques défenseurs en Asie centrale. Par exemple, en Ouzbékistan, un petit essai est paru sur l’expérience économique turque prônée comme modèle de transition pour l’Ouzbékistan. Voir Jamol JALOLOV, “Bozor Iktisiyodiyati : Turkiya Modelining Siri (Économie de marché : le secret du modèle turc), Tachkent, Adolat, 1994, 95 p.

14 Sur la politique iranienne en Asie centrale, voir, entre autres, Adam TAROCK, “Iran’s Policy in Central Asia”, Central Asian Survey, vol. 2, n° 16, 1997, pp. 185-200.

15 Voir ses principaux ouvrages, notamment Turkistan Umumiy Üyimiz (Turkestan, notre maison commune), Tachkent, 1994.

16 Témoignages divers recueillis auprès de diplomates turcs en Asie centrale.

17 Pour un bilan sur l’état de la recherche sur le monde turcophone en Turquie au début de la décennie 1990, voir Timur KOCAOĞLU, “Recent Studies on Modem Central Asia in Turkey : 1969-1997”, Tokyo, Asian Research Trends : A Humanities and Social Science Review, n° 8, 1998.

18 Sur la genèse et la structure des partis ouzbeks de l’opposition, voir Çiğdem AKKAYA, Uzbekistan, Essen, Zentrum Für Türkeistudien, 1994, 119 p.

19 Olivier ROY, L’Asie centrale contemporaine, Paris, PUF, 2001, pp. 25-34.

20 Ibid.

21 Mehmet SARAY, Kazak Türkleri Tarihi, Kazakların Uyanışı (Histoire des Turcs kazakhs, le réveil des Kazakhs), Istanbul, Nesil Matbaacılık ve Yayıncılık, 1993, 200 p. Voir également les travaux du même auteur sur les autres peuples turcophones, chez le même éditeur.

22 İristay KUCKARTAEV, “Özbekistanda Nevruz Bayramı (La fête de Nawrouz en Ouzbékistan), Türk Yurdu, août 1995, pp. 90-95.

23 Sur la relation fête et République et l’usage de la première pour asseoir la seconde, voir Olivier IHL, La fête républicaine, Paris, Fayard, 1996, 402 p.

24 Mahmut TEZCAN, “Türk Coşkusunun Simgesi, Nevruz” (Nawrouz, symbole de la joie turque), Türk Yurdu, août 1995, pp. 26-29.

25 Mustafa AKSOY, “Kültür Sosyolojisi Açısından Nevruz Bayramı” (La fête de Nawrouz sous l'angle de la sociologie culturelle), Yeni Türkiye, juin 1997, tome 2, 1997, pp. 447-462.

26 Un commentaire de ce livre existe dans la revue Yeni Türkiye, fait par Ahmet Kabaklı. Voir Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 563-465.

27 Üçler BULDUK, “Dede Korkut Destanlarında Ortak Kültür Unsuru Olarak Yaşatılan Coğrafya” (La géographie entretenue comme élément de culture commune dans les gestes de Dede Korkut), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 466-470.

28 Pour comprendre la philosophie de Yesevi, voir l’excellent ouvrage de Fuad Köprülü, Türk Edebiyatında ilk Mutasavvıflar (Les premiers mystiques dans la littérature turque), Ankara, Milli Eğitim Bakanlığı, 1992, 415 p. Une lecture critique de ce livre est parue dans la revue Diyanet Vakfı, Eylül, 1993.

29 Sur la place que prend Yesevi dans la vie socio-culturelle des Ouzbeks, voir Mahmud HASANIY, Ahmad Yassavi, Divani Hikmatlar, Tachkent, Ghafur Ghulam Namidagi Nashriyat-Matbaa Birlashmasi, 1992, 208 p.

30 Sur l’université Ahmet Yesevi, voir Bayram BALCI, « Ahmet Yesevi, du mausolée à l’université », CÉMOTI, n° 27, 1999, pp. 313-328.

31 L’authenticité de cette citation est plus que douteuse. Les discours d’Atatürk édités avant la dislocation de l’Union soviétique n’en font pas référence, en tout cas pas à ma connaissance. Je prie le lecteur qui trouverait ce discours dans une publication antérieure à 1989 de m’en informer.

32 György HAZAI, « La question linguistique dans le monde turc actuel », CÉMOTI n° 14, 1993, pp. 5-29.

33 Sur les décrets présidentiels annonçant toutes les réformes alphabétiques et les débats qui ont suivi dans ces États, voir la thèse de Johann UHRES sur les réformes éducatives et linguistiques dans ces pays. Même si son élude se focalise sur les nouveaux manuels scolaires et leur contenu, l’auteur apporte de précieux éclaircissements sur toutes les réformes entreprises dans le domaine éducatif.

34 BİCAN ERCİLASUN Ahmet, Tarihten Geleceğe Türk Dili (La langue turque d’hier à aujourd’hui), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 187-191.

35 Les principaux objectifs de l’organisation, sans attenter à l’intégrité territoriale et à la souveraineté des États membres, sont de travailler ensemble pour faciliter les échanges culturels entre les États turcophones, de soutenir la recherche scientifique sur la langue türk, de la défendre sur le plan international... et de travailler pour la création d’un alphabet commun, prélude à une langue commune. La charte fut signée le 12 juillet 1993 mais les travaux avaient déjà commencé en Turquie. TÜRKSOY, financée par l’État et des organismes privés, fut à l’origine de plusieurs initiatives de dimension internationale comme la présentation de la langue turque à Expolangues, exposition internationale des langues, tenue à Paris en février 1996.

36 Pour un aperçu et une démonstration de cet alphabet, voir Ahmet BİCAN ERCİLASUN, Örneklerle Bugünkü Türk Alfabeleri, op. cit.

37 Pour une lecture critique de cet alphabet, voir Ertuğrul YAMAN, “Türk Dünyasında Dil Birliği” (Unité linguistique dans le monde türk), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 199-206.

38 Entretien avec Alâettin KORKMAZ, Conseiller Culturel près l’Ambassade de Turquie au Kazakhstan, Almaty, avril 1998. M. KORKMAZ a travaillé dans l’entourage du ministre de la Culture, notamment dans la section « monde türk ».

39 Peuple turcophone vivant dans la République autonome du Karakalpakstan, au sein de la République d’Ouzbékistan. Leur langue est à mi-chemin entre le kazakh et l’ouzbek.

40 Dursun DAĞAŞAN, “Türk Dünyası Edebiyatı Projesi ve 1997 Taşkent Toplantısı” (Le projet de littérature du monde türk et la réunion de Tachkent), Bilge, n° 14, 1994, pp. 10-12.

41 Pour une analyse de ces projets, voir Sadık TURAL, “Türk Dünyasında Bütünleşmenin Artırılmasında Bir Araç : Edebiyat Projesi”, Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 471-475.

42 En janvier 2003, ces encyclopédies se faisaient toujours attendre.

43 Mahdumguli est un poète, écrivain et penseur turkmène du XVIIIe siècle qui joua un rôle de premier plan dans la formation d’une identité turkmène supra-tribale. Quant à Hudaynazarov, c’est un poète contemporain très proche du régime en place.

44 Abdurrauf Fitrat est un poète djadid très apprécié en Turquie. Ayant vécu à Istanbul au début du XXe siècle, il fait partie des Djadids influencés par le mouvement des Jeunes Turcs. Il joua un rôle de premier plan dans le mouvement des Jeunes Boukhares avant la soviétisation de l’Asie centrale.

45 O’tken Kunler (Jours passés), était le seul roman de Qodiriy traduit de l’ouzbek en turc. L’indépendance ouzbèke a fait connaître en Turquie ses autres romans.

46 Entretien avec Ahmet SEVGİ, Attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie à Tachkent, juillet 1998.

47 Les accords sont signés lors de la Conférence des ministres de l’Éducation nationale des États turcophones, entre le 18 et 23 mai 1992 à Ankara. La seconde conférence à lieu à Bichkek, du 29 septembre au 3 octobre 1992. Voir Koksal TOPTAN, Türk Dünyasında Eğitim (L’instruction dans le monde türk), Yeni Türkiye, n° 14, volume 1, 1997, pp. 693-695.

48 Ces chiffres s’appuient sur les statistiques du ministère turc de l’Éducation nationale. Voir le rapport ministériel intitulé “Cumhuriyetin 75. yıl dönümünde Türk Cumhuriyetleri ve Türk Akraba ve Toplulukları ile Eğitim ilişkilerimiz” (Nos relations éducatives avec les républiques et les communautés türk à l’occasion du 75e anniversaire de la République), Ankara, MEB, octobre 1998, p. 91.

49 Mehmet SAĞLAM, Türk Cumhuriyetleri ile Eğitim ilişkilerimiz (Nos relations éducatives avec les républiques türk), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 683-684.

50 Entretiens avec des étudiants de Turquie à Tachkent.

51 Mehmet SAĞLAM, op. cit.

52 Entretiens avec Ahmet SEVGİ, attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie à Tachkent

53 Mehmet SAĞLAM, op. cit.

54 Entretien avec Atilla ERBİL, attaché linguistique près l’Ambassade de Turquie au Kazakhstan, Almaty, avril 1998

55 . Bayram BALCI, « Ahmet Yesevi, du mausolée à l’université », CÉMOTI, op. cit.

56 Namık Kemal ZEYBEK se dit disciple d’Ahmet Yesevi et donc de la confrérie yeseviyya. Ses idées sont cependant très proches de la synthèse turco-islamique.

57 Article II de la Charte de l’Université.

58 En réalité, tous les diplômés ne sont pas bilingues en sortant de l’université mais l’établissement n’en est qu’à ses balbutiements. Une chose est sûre cependant, tous les étudiants qui viennent de Turquie apprennent le kazakh et le russe, condition sine qua non de la poursuite de leur scolarité.

59 Pour un exposé des motivations kazakhes dans la création de cette université, notamment les différents vœux exprimés par les officiels, dont le Président Nursultan Nazarbaev, voir Bes Jil Bes Jeles (Cinq ans, cinq obstacles), livre de présentation de l’université paru à Almaty, Almaty Rauan, 1996, 141 p.

60 Entretien avec Mustafa KOÇ, professeur d’histoire à l’université Ahmet Yesevi, Turkestan, avril 1998.

61 Entretien avec Osman ÇİĞDEM, Professeur de turc à l’université Manas, Bichkek, avril 1999.

62 Voir Genç Manas (Le jeune Manas), revue de présentation de l’université.

63 L’université est payante mais les tarifs n’étaient pas encore fixés lors de la mission.

64 Stéphane DE TAPIA, « Türksat et les républiques turcophones de l’ex-URSS », CÉMOTI, n° 20, 1995, pp. 399-413.

65 C’est le cas de Namık Kemal ZEYBEK, « père » de l’idée d’une chaîne turque pour l’Asie centrale.

66 Voir Enes CANSEVER, Zaman, 25 juin 1995.

67 La vision turque de la coopération religieuse se veut très ambitieuse et très large puisqu’elle cherche à unifier l’islam européen et asiatique (eurasiatique) marqué autrefois comme de nos jours par la culture turque. Voir Thierry ZARCONE, « L’islam d’Asie centrale et le monde musulman : restructuration et interférences », Hérodote, n° 84, 2e trimestre 1997, pp. 57-76.

68 À plusieurs reprises, des conférences réunissant les autorités religieuses de plusieurs pays d’Europe et d’Asie furent organisées par la Turquie. Le concept de Dini Şura est utilisé pour désigner cette coopération religieuse.

69 Entretien avec Nureddin KORKUT, fonctionnaire au département turc de l’Institut d’orientalisme de Chimkent (Kazakhstan), avril 1999.

70 Les Ouzbeks n’ont jamais répondu aux propositions turques de coopération religieuse. Lors d’un entretien avec Ahmet ŞARK, attaché aux affaires religieuses de l’Ambassade turque, ce dernier me disait que les Ouzbeks ne voulaient pas coopérer. Le poste a été fermé depuis.

Table des illustrations

Titre Photo n° 2 : Le mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997
Légende Commentaire : Turkestan, anciennement Yesi, est une ville symbole. Délaissée sous les Soviétiques car elle évoquait le glorieux passé türk, cette ville (et son mausolée) retrouve son importance d’antan grâce à la redécouverte du très fédérateur héritage Yesevi, dont le mausolée est devenu dans la politique turque un « temple des peuples türk ».
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo n° 3 : La restauration du mausolée d’Ahmet Yesevi, Turkestan, Kazakhstan, novembre 1997
Légende Commentaire : La restauration (1992-1999) de ce chef-d’œuvre de l’architecture timouride fut prse en charge par Ankara. La ville, sous la férule des autorités turques, s’est dotée d’une université Yesevi, conçue comme le « laboratoire de la turcité », d’où émergera le futur monde turc. Or, Turcs et Kazakhs ne font pas la même lecture du passé. Les premiers conçoivent Yesevi comme l’ancêtre commun à tous les peuples türk quand les seconds raisonnent en termes plus nationaux en faisant de Yesevi un héros purement kazaklı
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Étudiants du monde türk arrivés en Turquie en 1992
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-3.png
Fichier image/png, 41k
Titre Étudiants du monde türk présents en Turquie en 1998
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 3 : Pour l’année 1997/98, les quotas suivants ont été réservés aux étudiants du monde türk dans les universités de Turquie
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-5.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 4 : Nombre d’élèves turcs dans les universités centrasiatiques (1997/1998)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-6.png
Fichier image/png, 19k
Titre Photo n° 4 : Une mosquée turque, Kochkorata, Kirghizstan, avril 1999
Légende Commentaire : Ici comme partout où la Turquie construit des mosquées en partenariat avec les gouvernements, le style architectural qui prédomine est purement turco-ottoman. On n’observe aucune adaptation ou inspiration des modèles architecturaux des pays d’accueil.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540