Version classiqueVersion mobile

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Avant-propos

Texte intégral

1La décennie 1990 commence sous le signe d’un bouleversement pour la diplomatie turque, prise au dépourvu par la dislocation subite de l’ex-URSS et l’émergence sur ses décombres de nouvelles républiques turcophones. Sans remettre en cause l’orientation de la politique étrangère turque, plus que jamais ancrée à l’Ouest, l’ouverture de l’Asie centrale, que tous les experts plaçaient déjà dans le giron de la Turquie, sembla donner quelques espoirs aux dirigeants d’Ankara de voir renforcée la place de la Turquie sur la scène internationale.

  • 1 Madame Büşra ERSANLI dirigea une équipe de chercheurs de l’université de Marmara qui effectua des e (...)
  • 2 Les travaux de Mehmet SARAY n’arrivent jamais à se débarrasser d’une vision romantique de l’histoir (...)

2De nombreuses études furent consacrées à cette question et c’est la raison pour laquelle le présent travail renverra à ces travaux et à leurs résultats chaque fois que le raisonnement l’exigera. C’est bien évidemment en Turquie que les études furent les plus nombreuses sur les échanges avec l’Asie centrale. L’histoire, la géographie, l’économie, l’avenir politique et les institutions de ces pays émergents occupent les chercheurs turcs tantôt avec un réel souci de rigueur scientifique, tantôt dans une optique plus légère et purement romantique. Ainsi, si les recherches de Büşra Ersanlı1 sur les nouvelles identifications politiques dans ces pays sont solides et sérieuses, celles de l’historien Mehmet Saray2 relèvent d’une démarche romantique et d’une vision manichéenne qui ne cessent de critiquer « les mauvais Russes colonisateurs et tortionnaires des pauvres Turcs Kazakhs, Turcs Ouzbeks, Turcs Kirghizes et Turcs Turkmènes ».

  • 3 Sous le titre « La Turquie et l’aire turque dans la nouvelle configuration régionale et internation (...)
  • 4 Gareth WINROW, Turkey in Post Soviet Central Asia, London, The Royal Institute of International Aff (...)

3En Occident aussi, le renouveau des relations entre la Turquie et l’Asie centrale n’a pas manqué d’intéresser les chercheurs. Des colloques et des conférences furent partiellement ou totalement consacrés à cette question. En France, par exemple, en novembre 1994, l’IRIS organisa un colloque à l’Assemblée nationale sur le « rôle géostratégique » de la Turquie. D’autre part, à peine émergées des cendres de l’URSS, les républiques ex-soviétiques furent l’objet du numéro 14 de la revue CÉMOTI, dont le comité de rédaction cherchait à fixer les contours d’un monde nouveau, le monde turc3. Ou encore, à Londres, fut publiée une étude très documentée sur la politique turque en Asie centrale grâce à Gareth Winrow, qui met bien en évidence les malentendus entre Turcs et Centrasiatiques4.

4Quelle que soit leur rigueur scientifique, la plupart des études menées à cette époque se sont bornées à décrire les visites d’État entre les dirigeants de Turquie et ceux des « nouvelles puissances régionales » et à établir une liste exhaustive et impressionnante des accords signés. De façon quelque peu précipitée, ces études esquissaient les contours d’un nouveau monde, d’une nouvelle force géopolitique dominée par la Turquie. Ainsi, les auteurs de ces études, à l’instar de Gareth Winrow, se focalisèrent exclusivement sur les grandes variables de la politique internationale. En ce sens, ces analyses restèrent d’un grand classicisme tant l’attention se concentra sur les acteurs traditionnels de la politique internationale comme l’État, les organisations internationales (ECO et CEI par exemple) et les organisations gouvernementales comme l’agence TİKA.

  • 5 À partir de 1992, les diplomates d’Ankara s’efforcèrent d’organiser des sommets annuels de la turco (...)
  • 6 Ces rapports sont hélas disponibles uniquement au ministère de l’Éducation nationale et dans quelqu (...)

5Pour ne citer que la plus intéressante, la recherche menée sur ce sujet par Gareth Winrow se limita à un bilan des sommets de la turcophonie5 et à la description des ambitieux programmes de coopération éducative et culturelle échafaudés par Ankara, sans même se soucier de vérifier si, sur le terrain, la « fraternité retrouvée » avait un sens auprès des populations concernées. D’autre part, ces études n’accordaient que peu d’intérêt, pour ne prendre que cet aspect, à l’accueil réservé aux étudiants reçus dans les différentes universités turques. Faiblesse d’autant plus grave que le ministère turc de l’Éducation nationale établit des rapports de qualité sur les problèmes rencontrés par les étudiants centrasiatiques débarqués précipitamment sur les campus turcs6.

6Loin de moi l’intention de jeter la pierre aux chercheurs qui ont analysé les premières années des « retrouvailles » entre les peuples türk. Leurs travaux, même incomplets et/ou partiaux, sont des sources inestimables d’information, qui me furent précieuses dans certaines recherches. Par ailleurs, la faiblesse des travaux menés pendant les premières années d’indépendance relève avant tout du contexte et du manque de recul au début des années 1990. Il faut rappeler que l’euphorie dans laquelle le monde célébrait les funérailles du dernier des grands empires, fut propice aux jugements hâtifs et aux prévisions les plus fantasmagoriques. Plus de dix ans après l’implosion de l’ex-URSS, nous disposons d’un peu plus de distance pour observer, comprendre et analyser les nouvelles réalités socio-politiques en Asie centrale et en Turquie.

7C’est sur la dimension culturelle de la politique turque en Asie centrale que je voulais travailler à mon arrivée en Asie centrale, le 5 octobre 1995, dans le cadre du service national que j’effectuais à Almaty. Cette mission de dix mois me fut très profitable puisqu’elle me permit entre autres de m’immerger dans la société kazakhe et de m’initier à sa langue de la famille turcique. De plus, mon travail me laissait suffisamment de temps pour observer et rencontrer les expatriés turcs afin de préparer une thèse, que je voulais consacrer, à l’époque, à « la sphère d’influence turque en Asie centrale ».

8À l’automne 1995, je ne connaissais pas Said Nursi et Fethullah Gülen, tout au plus en avais-je entendu parler. Si je connaissais l’existence d’écoles turques dans les nouvelles républiques turcophones d’Asie centrale, celle des écoles nourdjou m’était complètement inconnue. Dès mes premières observations sur la présence turque au Kazakhstan, je fus frappé par le décalage profond entre la politique officielle turque dans la région – ambitieuse et vaine – et l’action des acteurs privés – plus cohérente et efficace. Curieux d’en comprendre les ressorts, d’en analyser les articulations et désireux de m’atteler à un sujet de recherche méconnu par la communauté scientifique – l’engagement missionnaire des nourdjou en Asie centrale – je décidai de m’intéresser aux entreprises éducatives et économiques de Fethullah Gülen dans les États turcophones.

  • 7 En Turquie, comme le montre la bibliographie située à la fin de ce travail, des études sérieuses on (...)

9Said Nursi et son mouvement avaient déjà fait l’objet de nombreuses études scientifiques en Turquie et aux États-Unis7. Quant au plus populaire des disciples actuels de Said Nursi, Fethullah Gülen, il fut l’objet – ainsi que sa communauté – d’analyses poussées, en Turquie surtout. En revanche, sur le rôle de ses disciples en Asie centrale, aucune recherche approfondie n’avait encore été menée. Les chroniques et articles de certains journalistes turcs attestent d’un vague intérêt et d’une prise de conscience du phénomène. Cependant, ce qu’ils rapportent de leurs séjours éclair dans les capitales centrasiatiques où, en règle générale, ils n’ont même pas pris le temps de visiter les lycées turcs qui pourtant sont nombreux dans cette vaste région, est maigre et réducteur.

10Néanmoins, l’intérêt nouveau que suscitaient alors ces écoles méritait un travail de fond et donc un investissement et un engagement plus conséquents. Ainsi, pour une meilleure connaissance des mouvements d’idées qui influencent l’Asie centrale en phase d’ouverture, il m’a paru utile de me pencher sur le fonctionnement et la signification – en apparence sectaire – de la présence de ces jeunes expatriés turcs et de montrer leurs interférences avec la politique de l’État turc dans la région et avec les sociétés locales en cours de restructuration. Après avoir défini un sujet de recherche, il me restait à trouver le moyen de prolonger mon séjour sur place afin de réaliser les enquêtes qui devaient s’en suivre pour mener à bien ce projet.

11Au printemps 1996, quelques mois avant la fin de ma mission à Almaty, un voyage touristique m’emmenait en Ouzbékistan, à la découverte des mythiques et fascinantes cités que sont Samarcande et Boukhara, jadis riches étapes incontournables et légendaires sur la route de la soie. Je m’arrêtai à Tachkent pour rendre visite à un ami, connu à l’IEP de Grenoble, lui aussi coopérant du service national. C’est au cours de cette brève escale que je découvris un jeune institut en pleine croissance, l’Institut Français d’Études sur l’Asie Centrale, dirigé à l’époque par son fondateur, Pierre Chuvin. Notre rencontre fut cruciale pour la prolongation de mon séjour sur le terrain. À la fin de mon service national, j’obtiens successivement une bourse « Lavoisier » puis une allocation de recherche auprès du ministère des Affaires Étrangères. Le terrain m’était ouvert pour la réalisation de mes recherches.

12Le présent travail fut réalisé à partir d’enquêtes sur un terrain riche et très vaste, puisque mes investigations m’ont conduit en Turquie, en Ouzbékistan, au Kazakhstan, au Kirghizistan et au Turkménistan. Pour compléter et nuancer ma compréhension de cette question, j’étendis mes enquêtes au Tadjikistan, alors même que j’avais fait le choix de ne pas intégrer cette société persanophone où pourtant les nourdjou sont présents, puisque j’avais délimité au préalable mon étude à la sphère turcophone. Mes recherches postdoctorales me conduisirent en Azerbaïdjan où la présence des écoles est tout aussi notable. Cependant, je n’aborderai pas le cas de ce pays dont la culture chiite rend la problématique différente.

13En Turquie, mes prospections ont privilégié les institutions et personnalités suivantes :

  • La fondation des journalistes et écrivains de Turquie, Türkiye Gazeteciler ve Yazarlar Vakfı, parce qu’elle constitue une sorte d’état-major de Fethullah Gülen, fut au centre des recherches que j’effectuai à Istanbul. À plusieurs reprises entre 1996 et 2002, j’ai interviewé des personnalités clés de la fondation afin de mieux accéder aux écoles d’Asie centrale.

  • Afin de mieux comprendre le fonctionnement des réseaux de solidarité nourdjou, en particulier la communication entre les nourdjou de Turquie et ceux d’Asie centrale, j’ai mené des enquêtes dans le quartier stambouliote de Cağaloğlu, où se trouvent la plupart des maisons d’édition du pays, y compris celles qui sont proches du mouvement de Fethullah Gülen. Les éditions Sözler, Yeni Asya, par exemple, sont spécialisées dans la traduction des œuvres de Said Nursi dans les langues türk d’Asie centrale. Quelques passages dans leurs locaux me permirent de rencontrer de jeunes professeurs ayant enseigné dans un établissement nourdjou, en Turquie ou à l’étranger.

  • Toujours en Turquie, je me suis intéressé à certaines institutions proches du mouvement comme la banque Asya Finans, la maison d’édition Sürat Yayınları ou l’université Fatih.

14Profitant du fait qu’Asya Finans se trouve en face de la maison d’édition d’où partent les manuels scolaires pour les lycées d’Asie centrale, j’ai tenté d’appréhender la manière dont le mouvement assure l’équipement de ses établissements en matériel pédagogique.

15À la fois intéressé dans la politique centrasiatique de la Turquie tout en s’en distinguant, le phénomène nourdjou, pour être bien compris dans sa totalité, doit être mis en perspective avec la coopération éducative, que l’État turc propose à ses partenaires d’Asie centrale. C’est la raison pour laquelle les ministères turcs de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères n’ont pas été négligés dans mes investigations en Turquie. Ces enquêtes me permirent d’analyser la position de l’État turc vis-à-vis des écoles nourdjou mais surtout de constater l’existence de relations dynamiques entre les deux acteurs, du moins dans le domaine de leur politique centrasiatique.

  • 8 Figuraient parmi ces chercheurs : Büşra Ersanlı, auteur de plusieurs bons travaux sur l’Asie centra (...)

16À l’occasion de missions à Istanbul et Ankara, je me rendis dans les locaux de Zaman, le quotidien fethullahçı par excellence, qui dispose de représentations en Asie centrale. Enfin, ces divers voyages facilitèrent le dialogue avec des chercheurs et universitaires qui ont travaillé sur le mouvement nourdjou8, ainsi qu’avec des « décideurs » fethullahçı de premier plan comme Ali Bayram, proche collaborateur de Gülen et longtemps coordinateur des lycées au Kazakhstan.

17Partis de Turquie, c’est en Asie centrale que les nourdjou déploient une bonne partie de leur œuvre éducative à l’étranger. De ce fait, c’est dans ces républiques post-soviétiques que j’ai effectué la quasi-totalité de mes enquêtes de terrain. Celles-ci ont commencé par de timides observations préliminaires, quand j’étais coopérant à Almaty. Par la suite, mon long séjour en Asie centrale m’a donné les moyens d’entreprendre des recherches approfondies dans les quatre républiques. Du fait de sa structure pyramidale, l’organisation fethullahçı en Asie centrale m’obligea à procéder de la manière suivante.

18Le fonctionnement des lycées dans chaque république relève d’une direction générale, genel müdürlük, toujours située dans la capitale. C’est de ce pivot essentiel qu’émane tout le travail de coordination avec les autorités locales et le siège de la communauté en Turquie. De ce fait, à chacune de mes missions à Almaty, Bichkek, Achkhabad et Tachkent, mon passage à la direction générale était de rigueur, car il me permettait de consolider ou de nouer des contacts utiles avec la bureaucratie fethullahçı en Asie centrale mais aussi d’obtenir les autorisations nécessaires pour visiter les écoles et m’entretenir avec les professeurs, les tuteurs – belletmen – et les élèves.

19D’autre part, comme les établissements ne vivent pas en vase clos et qu’ils entretiennent des relations diverses avec d’autres instances socio-éducatives, il importait à chaque mission de se rendre aussi auprès d’elles afin de mesurer le degré de participation au fonctionnement du mouvement missionnaire fethullahçı. Ainsi, les associations turques d’hommes d’affaires, presque exclusivement contrôlées par des fethullahçı, les ambassades turques, les ministères de l’Éducation ou de l’Instruction de chaque république, parce qu’ils sont en contact avec les écoles fethullahçı, figurent au centre du terrain arpenté durant mon séjour.

20Par ailleurs, les parents d’élèves, qui choisirent des lycées fethullahçı pour leurs enfants, furent des interlocuteurs privilégiés et des sources d’information décalées mais tout aussi importantes que les premières.

21Je rencontrai en grand nombre ceux qui, évidemment, figurent au centre de la problématique, les élèves fréquentant les bancs des lycées nourdjou et les interrogeai selon la méthode des entretiens directifs et semi-directifs, en fonction du contexte. À Tachkent et dans les autres capitales centrasiatiques, je recueillis de précieux témoignages auprès d’étudiants diplômés des lycées nourdjou, afin de connaître leur niveau et leur degré d’adaptation et d’intégration dans les établissements supérieurs.

22Revenu à Paris, à titre de comparaison et pour compléter ma connaissance de la communauté et élargir le panorama que j’en avais, je rencontrai des jeunes disciples de Fethullah Gülen travaillant en France. À Strasbourg-Schiltigheim et à Paris, deux associations, baptisées respectivement Diyalog et Association Souveraine, assurent des cours de soutien scolaire chaque week-end, au profit de jeunes enfants de parents turcs. Par le biais de ces rencontres avec les animateurs de ces associations (surtout parisienne) je cherchai à confirmer ou infirmer l’existence d’une réelle ressemblance entre le profil d’un jeune fethullahçı d’Asie centrale et celui d’un homologue de Turquie.

23Enfin, les retours sur le terrain en Asie centrale et en Turquie, alors que mon travail universitaire était achevé et qu’il s’agissait de le transformer en essai (de même que les recherches postdoctorales sur les courants d’idées entre l’Asie centrale et l’Arabie Saoudite) me permirent de rencontrer des disciples de Fethullah Gülen qui ont eu la générosité de m’éclairer sur certains aspects du mouvement et de ses missions.

  • 9 Voir infra.

24Il m’est impossible de préciser le nombre exact d’entretiens effectués avec tous les acteurs et animateurs des lycées, plusieurs centaines avec les rencontres de hasard. Les dates exactes et les noms des personnalités interrogées sont tout aussi difficiles à fournir car entre 1996 et fin 1999, j’étais en campagne permanente, participant à des cours dans les écoles, à des sorties en pique-nique avec certains professeurs ou à des soirées de discussions théologiques (çay sohbetleri9, thé discussions).

25Toutes les investigations menées ne furent pas sans difficultés, loin s’en faut, même si elles furent surmontées l’une après l’autre. Elles peuvent être distinguées en trois catégories.

26Les enquêtes ont été menées dans différentes villes d’Ouzbékistan, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Turkménistan. Or, la superficie totale de cette grande Asie centrale approche les quatre millions de kilomètres carrés. Celle du seul Kazakhstan égale cinq fois la France. À l’immensité du territoire s’ajoutent les rigueurs climatiques et le sous-développement des réseaux de transport qui rendent les déplacements plus complexes. C’est au Kazakhstan que la superficie et le climat me posèrent le plus de problèmes. Répartis sur tout le territoire, les lycées n’ont pu être visités que dans certaines villes : Almaty, Taraz, Aslana la nouvelle capitale. La ville de Chimkent, du fait de sa proximité de Tachkent, a été par contre une destination fréquente.

27Les barrières bureaucratiques et les difficultés à obtenir les visas nécessaires compliquent également la tâche de l’enquêteur. Des visites s’imposaient dans les ministères de l’Éducation nationale (ou ministère de l’Éducation populaire selon le pays) : mais, peu habitués à voir des chercheurs les questionner sur leur institution d’appartenance, et encore moins sur leur attitude et leur politique face à l’implantation des écoles turques, les membres de ces cabinets ont souvent fait preuve de circonspection, si ce n’est de suspicion, rendant le travail d’investigation plus difficile. Néanmoins ces difficultés ne sont rien comparées à la série d’obstacles érigés par mes principaux interlocuteurs, les nourdjou.

  • 10 Les autorités centrasiatiques désignent sous une même étiquette wahhabite tous les mouvements islam (...)

28Du fait de ses activités, à la limite de la légalité en Asie centrale, la communauté de Fethullah Gülen cultive l’art de la discrétion. Attitude d’autant plus compréhensible que les régimes centrasiatiques affichent dans l’ensemble une nette méfiance vis-à-vis des mouvements missionnaires qui viennent faire du prosélytisme dans leur pays. Au Turkménistan, de jeunes baptistes se sont retrouvés en prison. En Ouzbékistan, la chasse aux « wahhabites », commencée en 1993 et accélérée par la suite, a considérablement limité l’arrivée de missionnaires étrangers dans la vallée de Ferghana, où le sentiment religieux est plus fort que dans le reste du pays10. Dans les autres républiques, la même méfiance des autorités face au religieux oblige les nourdjou à rester sur leurs gardes.

29C’est en Ouzbékistan que la communauté de Fethullah Gülen est la plus fermée. Non sans raison, puisqu’en 1994 le journal Zaman des nourdjou fut interdit et de jeunes enseignants expulsés. Cette punition infligée par le régime karimovien laissa des séquelles dans l’esprit des nourdjou et détermina leur comportement par la suite. Depuis la crise de 1994, le groupe a tout fait pour apparaître comme une simple association caritative.

30La méfiance des régimes post-soviétiques vis-à-vis des mouvements religieux et le caractère semi-secret qui compose en partie l’identité même de la communauté de Fethullah Gülen, constituent les deux barrières que le chercheur curieux doit absolument franchir. Personnellement, j’ai péniblement réussi à surmonter ces deux immenses obstacles, grâce à la stratégie suivante.

31À vrai dire, les autorités centrasiatiques ne m’ont jamais empêché de travailler – exception faite des complications bureaucratiques dans l’obtention de visas et l’accès à certaines statistiques officielles. Mais il s’agissait là de mesures qui s’appliquaient à tous les étrangers, indépendamment de leur motif de voyage dans la région. En revanche, la méfiance des nourdjou fut plus difficile à vaincre. En trois ans de présence sur le terrain, j’ai eu le temps d’apprivoiser mes interlocuteurs et de me faire accepter dans leurs cénacles de missionnaires.

32D’abord, je leur expliquais que j’étais un futur universitaire et que j’étais passionné et admiratif de leurs activités éducatives et civilisatrices en Asie centrale. Ensuite, pour ce qui est de Tachkent, il me fallut inviter les grandes personnalités de la direction générale (le directeur général en personne) et des diplomates turcs à l’IFEAC et leur montrer – ce qui était et reste vrai – que notre institut est un centre d’accueil au service des chercheurs de différentes nationalités et non une antenne de l’ambassade de France en Ouzbékistan. La présence à l’époque de deux chercheurs turcs, de passage à l’Institut, joua en ma faveur.

33Par la même occasion, je me comportai en véritable conseiller pour ces Turcs, qui n’ont jamais su concevoir en Asie centrale un établissement de recherche similaire, malgré l’urgence de ce besoin pour un pays qui se dit et se veut frère des républiques turcophones d’Asie centrale. À Tachkent, la direction générale de la société Silm Anonim Şirketi, responsable de tous les lycées en Ouzbékistan, envisageait alors sérieusement l’ouverture d’un établissement, dont le concept devait être un savant mélange entre un centre de promotion culturelle et un institut de recherche.

34Arrivés en conquérants dans une Asie centrale turcophone considérée comme leur, les Turcs, qu’ils appartiennent aux cercles diplomatiques ou missionnaires de tous bords, se méfient de tout rival potentiel. Aussi mes premiers efforts n’ont-ils pas suffi, car à leurs yeux, je demeurais un serviteur de la France et de ses intérêts en Asie centrale. C’est pourquoi j’ai dû me rendre en Turquie afin de m’assurer du parrainage de personnalités influentes de la communauté de Fethullah Gülen.

35Élargissant mon terrain, je me rendais donc régulièrement en Turquie pour plaider ma cause auprès des fethullahçı. Grâce à des universitaires et des journalistes, j’ai pu être reçu par des membres de premier plan de la communauté, notamment à la fondation des journalistes et écrivains de Turquie (Türkiye Gazeteciler ve Yazarlar Vakfı) considérée comme la vitrine intellectuelle des nourdjou. Les contacts, les cartes de visites et les recommandations obtenus dans cette fondation me permirent de faire mon entrée dans le cercle des nourdjou en Asie centrale. À la fin de ma première année sur le terrain, je commençais à être accepté par la communauté. Mes démarches dès lors progressèrent à une allure soutenue et je réussis même à intégrer un petit cercle de nourdjou, qui organisait à Tachkent des réunions théologiques hebdomadaires.

36Ces rencontres appelées çay sohbeti (thé discussion) réunissaient un soir par semaine une dizaine de personnes chez l’un ou l’autre des participants – chacun recevant à son tour. Composé exclusivement d’hommes, le groupe écoutait un maître lire des passages de la Nur Külliyatı, l’œuvre majeure de Said Nursi. Souvent, comme on le verra dans la suite de l’étude, les questions abordées tournaient autour de la foi, de l’importance de la prière, du sérieux et de l’honnêteté dans le travail, etc. Le thème à l’ordre du jour était ensuite largement expliqué et illustré par des exemples pris dans la vie quotidienne. Après la lecture et l’explication de ce passage, assez court en règle générale, venait le temps de la discussion, autour d’une théière et de biscuits. Les femmes n’y prenaient jamais part. Elles restaient dans la cuisine ou dans une autre pièce et se contentaient de servir. Ces çay sohbeti étaient aussi l’occasion de collecter de petites sommes d’argent pour des aides diverses : construction d’une mosquée, aide aux réfugiés bosniaques ou tchétchènes, etc.

37La littérature nourdjou est ordinairement diffusée à ce moment-là, comme la revue Aksiyon ou le journal Zaman, directement importés de Turquie, et dont l’édition fut interrompue très tôt en Ouzbékistan. Les réunions étaient semi-clandestines. Cette situation m’interdisait de poser des questions qui auraient pu paraître incongrues. Cependant, je faisais partie du cercle. Certes je renvoyais une image sûrement différente des autres membres, mais je pense avoir été perçu et donc accepté comme quelqu’un à qui l’on pouvait faire confiance. Ce qui me plaisait le plus dans ces rencontres, c’est que j’y trouvais des réponses à mes interrogations de chercheur sans même avoir à poser de questions. L’observation des relations réciproques qu’ils entretenaient les uns avec les autres, les différents liens qui les unissaient constituaient autant d’informations précieuses que je m’empressais de noter et de commenter, satisfait d’avoir passé une journée fort instructive.

38À Tachkent, j’étais ainsi un chercheur particulièrement heureux le jeudi soir jusqu’à ce que l’alourdissement du climat politique en Ouzbékistan oblige les nourdjou à mettre fin à leurs rencontres hebdomadaires. En effet, l’enquête sur les explosions du 16 février 1999 à Tachkent rendit les autorités ouzbèkes plus que jamais paranoïaques et méfiantes envers tout rassemblement. Cette paranoïa se propagea parmi les nourdjou qui mirent fin à leurs réunions hebdomadaires. Pendant la recherche sur le terrain, chaque fois que je gagnais davantage la confiance de mes interlocuteurs, j’avais constamment peur de ne pas être juste. J’éprouvais et éprouve toujours quelque sentiment de culpabilité. À la limite de la légalité, leurs pratiques de prosélytisme (plus ou moins effectif selon les pays), si elles venaient à être découvertes, entraîneraient directement la fermeture des écoles et l’expulsion de ceux qui les animaient, voire leur condamnation à des peines de prison. Or, à Tachkent, j’étais non seulement informé de ces réunions religieuses semi-clandestines organisées par des fethullahçı, mais j’y participais. Je me suis toujours opposé à la recherche qui pratique la politique de la « terre brûlée » et espère que la présente étude ne trahit pas ce principe qui m’est cher. La fermeture totale des lycées en Ouzbékistan rend aujourd’hui moins problématique et moins dangereux pour les lycées l’exposé de leurs activités dans ce pays. Ajoutons que les lycées nourdjou ne représentaient, sincèrement, aucun danger pour le régime ouzbek. Mais, du fait de la méfiance maladive de ses dirigeants, tous les courants religieux, des plus modérés aux plus radicaux ont subi le même sort : une interdiction pure et simple.

39Les difficultés qui viennent d’être énumérées ne doivent pas laisser croire que je ne disposais d’aucun atout pour la réalisation de mon travail. C’est avant tout la maîtrise des langues ouzbèke et turque qui m’a rapproché de mes interlocuteurs. D’autre part, la démarche adoptée sur le long terme et l’immensité du territoire favorisaient les sympathies chez les uns et les autres. Par exemple, avec les plus fervents nationalistes turcs, j’ai dû me présenter comme un Turc vivant en Europe et cherchant à renforcer le lobby turc dans les universités occidentales. Aux plus musulmans, j’ai dû répéter le hadith du prophète qui recommande d’aller « chercher la science, fût-elle en Chine » et leur rappeler constamment que mon objectif était purement et simplement l’analyse des transformations subies dans les républiques d’Asie centrale.

40Face à la fermeture des plus paranoïaques et pour vaincre leur hostilité, je présentais mon sujet de recherche avec une autre problématique. Ainsi, en fonction du contexte, disais-je travailler sur « les relations culturelles entre la Turquie et l’Asie centrale », « le rôle des écoles turques dans le rapprochement entre le turc de Turquie et les langues türk d’Asie centrale », etc. Les questions les plus délicates sur l’aspect missionnaire et prosélyte nourdjou étaient posées à une poignée d’interlocuteurs, ceux avec qui je partageais le plus grand nombre d’affinités. Devenu un habitué de certains lieux de sociabilité des expatriés turcs nourdjou – cafés, restaurants ou certaines associations – j’ai pu satisfaire ma curiosité sans assaillir mes interlocuteurs de questions. En effet, la communauté de Gülen – comme toute organisation religieuse, politique ou syndicale – est loin de former un bloc homogène. Son degré d’ouverture varie en fonction du temps et du pays dans lequel elle évolue.

41En Ouzbékistan, nul ne peut entrer dans un lycée sans l’aval de la direction générale dont les bureaux sont à Tachkent. En revanche, dans les autres républiques, cela se fait sans formalités. Les origines anatoliennes du chercheur peuvent parfois ouvrir plus facilement les portes d’un établissement. En outre, même quand des consignes très strictes pèsent sur les membres de la communauté, tous ne les respectent pas de la même façon. Le devoir de réserve auquel ils sont tenus cède parfois devant leur désir de parler de leur passion et de leurs engagements dans ces pays. Je tissais des relations privilégiées avec des jeunes fethullahçı. À force de parcourir la grande Asie, ma ténacité mais aussi le hasard m’ont amené à faire la connaissance de personnes partageant les mêmes centres d’intérêt ou la même histoire.

42Ainsi, la rencontre d’un professeur, ayant passé son enfance dans la région de Metz, où ses parents avaient immigré avant de rentrer définitivement en Turquie, me permit d’accéder plus rapidement et plus facilement à bon nombre d’éléments dans le long travail de décodage du mode de fonctionnement de la communauté de Gülen. De même, le fait de croiser un fethullahçı originaire de Mardin, ma ville natale – coup de chance qui m’est arrivé plus d’une fois -, m’a aidé à collecter des confidences précieuses. Enfin, les recommandations d’Istanbul et d’Ankara m’autorisèrent à franchir de nombreuses portes de la communauté en Asie centrale et c’est grâce à elles que j’ai pu effectuer mes enquêtes.

  • 11 Dans une perspective de recherche postdoctorale, une mission d’évaluation a été effectuée en Arabie (...)

43En définitive, il convient de remarquer que le hasard occupe une place non négligeable dans la construction d’une problématique de recherche. Pour ne citer qu’un seul exemple, je rappellerai que des rencontres imprévues avec des pèlerins nourdjou, lors de mon pèlerinage à la Mecque en décembre 200011, me permirent de marquer un pas décisif dans la construction définitive de ma thèse. Terre sainte, les lieux de pèlerinage rapprochent les hommes et les rendent plus confiants les uns envers les autres.

Notes

1 Madame Büşra ERSANLI dirigea une équipe de chercheurs de l’université de Marmara qui effectua des enquêtes de terrain en Asie centrale, d’une qualité rare dans les études menées en Turquie. Les recherches effectuées firent l’objet d’un livre édité par le ministère turc de la Culture. Voir Büşra ERSANLI, Bağımsızlığın ilk Yılları (Les premières années de l’indépendance), éditions du ministère de la Culture, 1993. Ce livre a connu un important succès de librairie dès sa parution.

2 Les travaux de Mehmet SARAY n’arrivent jamais à se débarrasser d’une vision romantique de l’histoire des peuples türk. Il est l’auteur de cinq ouvrages majeurs sur l’Asie centrale. Le premier est une lecture panturquiste des relations entre l’empire ottoman et les khanats d’Asie centrale à la fin du XIXe siècle. Dans les quatre autres publications intitulées Kazak Türkleri Tarihi, Özbek Türkleri Tarihi, Kirgiz Türkleri Tarihi et Türkmen Tarihi (Histoires des Turcs kazakhs, ouzbeks, kirghizes et turkmènes), l’auteur nous expose sa vision idéalisée de l’histoire des peuples türk. Toutes ces publications sont éditées par la maison stambouliote Eren.

3 Sous le titre « La Turquie et l’aire turque dans la nouvelle configuration régionale et internationale », le numéro 14 de la revue CÉMOTI tentait de faire un portrait d’un monde türk en gestation. Certes de bonne qualité, les contributions de ce numéro concernent cependant relativement peu l’Asie centrale. À peine engagée dans un processus d’ouverture, cette vaste région ne permettait pas encore aux chercheurs de la visiter pour procéder à des enquêtes de terrain approfondies.

4 Gareth WINROW, Turkey in Post Soviet Central Asia, London, The Royal Institute of International Affairs, 1995, 53 p. Ce petit livre sur la Turquie et l’Asie centrale constitue un progrès décisif dans l’étude des échanges entre la Turquie et l’Asie centrale. Concis, il analyse cependant les sujets les plus « classiques » comme les échanges économiques, les rencontres au sommet entre chefs d’État. Là encore, les études de terrain menées en Asie centrale font défaut. Les relations culturelles, la présence culturelle turque dans ces pays sont insuffisamment étudiées.

5 À partir de 1992, les diplomates d’Ankara s’efforcèrent d’organiser des sommets annuels de la turcophonie permettant aux chefs d’État ou de gouvernement de se rencontrer et de signer des accords de coopération entre la Turquie, l’Azerbaïdjan et les quatre républiques centrasiatiques. Voir infra.

6 Ces rapports sont hélas disponibles uniquement au ministère de l’Éducation nationale et dans quelques universités d’Ankara qui disposent d’antennes de recherche sur le monde türk.

7 En Turquie, comme le montre la bibliographie située à la fin de ce travail, des études sérieuses ont été menées sur Said Nursi par Safa Mürsel. D’autre part, les maisons d’édition Sözler ou Nesil organisent souvent des rencontres internationales qui ont pour thème central la pensée de Bediüzzaman Said Nursi. Aux États-Unis, c’est Şerif Mardin qui est le plus important expert de la question nourdjou ; Ruşen Çakır et Hakan Yavuz font partie en Turquie des bons connaisseurs de la question nourdjou, surtout de la période allant des années 1980 à nos jours.

8 Figuraient parmi ces chercheurs : Büşra Ersanlı, auteur de plusieurs bons travaux sur l’Asie centrale, Nevval Sevindi, qui a publié un livre sur Fethullah Gülen, Ruşen Çakır et Şerif Mardin connus pour leurs travaux sur l’islam en Turquie.

9 Voir infra.

10 Les autorités centrasiatiques désignent sous une même étiquette wahhabite tous les mouvements islamistes susceptibles à leurs yeux de menacer la stabilité de la région. Sur cette doctrine religieuse et ses activités en Asie centrale, voir La Lettre d’Asie centrale, n° 2, notamment les contributions de Habiba FATHI et de Marc GABORIAU.

11 Dans une perspective de recherche postdoctorale, une mission d’évaluation a été effectuée en Arabie Saoudite du 10 au 31 décembre 2000, sur la communauté turkestanaise (ouzbèke et ouïghoure).

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search