Version classiqueVersion mobile

Missionnaires de l’Islam en Asie centrale

 | 
Bayram Balcı

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est l’aboutissement d’un travail universitaire mené sous la direction d’Yves Schemeil dont les conseils m’ont constamment guidé vers une analyse plus en profondeur du sujet. Je tiens à lui exprimer ma plus chaleureuse gratitude.

2Sans le soutien de l’Institut Français d’Études sur l’Asie centrale (IFÉAC) pour mes recherches de terrain entre 1996 et 2000 et l’aide de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFÉA) durant la période de rédaction, ce travail n’aurait pu voir le jour. Je remercie sincèrement tous les directeurs, chercheurs et amis, personnel et gens de passage de ces deux institutions pour leur soutien précieux.

3L’intérêt constant apporté par Huguette et Pierre Chuvin, tout au long de l’élaboration de ce travail, m’ont aidé de façon irremplaçable à le mener à bien.

4De son début jusqu’à sa fin, ce travail a été porté par l’écoute et la patience de Vanessa que je remercie du fond du cœur.

Remarques sur la translittération

5Un réel problème de translittération des noms se pose quand le terrain de la recherche s’étend entre Istanbul et la frontière chinoise. Cette vaste région est à la fois hétérogène et homogène à bien des égards. Il en va ainsi pour les langues : turc, turkmène, ouzbek, kirghize, kazakh et russe sont les principales langues parlées dans l’aire turcophone étudiée. À cette diversité de langues s’ajoute une diversité d’alphabets. Ainsi, même si toutes les langues türk d’Asie centrale s’écrivaient en cyrillique pendant la période soviétique, des variations existaient déjà entre les transcriptions cyrilliques du kazakh, du kirghize, du turkmène et de l’ouzbek. De plus, depuis quelques années, ces deux dernières langues s’écrivent en caractères latins spécifiques et présentent de nombreuses différences avec l’alphabet latin de Turquie.

6Pour toutes ces raisons et par souci de simplicité, les règles de translittération seront minimales :

7Quand elle existe, je donne la version française des termes utilisés, comme Samarcande, Almaty, Boukhara, Tamerlan, Genghis Khan, etc.

8Les termes provenant du turc ne sont pas translittérés. La plupart des lecteurs connaissent les particularités de prononciation des ü, ö, ı, ğ, ş et ç. Par exemple, le terme fethullahçı, apparaîtra toujours sous son orthographe turque pour qualifier les hommes ou les établissements marqués par les idées de Fethullah Gülen. D’autre part, le terme « türk » est porteur d’une certaine ambiguïté. La langue turque distingue en principe türk (en français turc et, en anglais, turkish) de türkî (en français turcique et en anglais turkic). Les acteurs – officiels ou privés – de la politique turque en Asie centrale ne font pas la distinction entre les deux puisqu’il n’existe pour eux qu’une seule turcité, türklük et un seul monde turc, türk dünyası. De façon générale, « turc » doit nous faire penser à l’Anatolie et « türk » à l’Asie centrale ou à l’ensemble des peuples parlant une langue turcique.

9Le turkmène et l’ouzbek s’écrivent désormais en caractères latins. Pour des raisons de commodité, les termes originaires de ces deux langues sont donc écrits en version latine.

10Pour ce qui est des termes kazakhs et kirghizes – se rapportant à des noms de villes ou à des noms propres la plupart du temps – je m’inspire de la transcription qui figure sur les cartes géographiques établies par le service de cartographie du ministère français des Affaires Étrangères.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search