Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Développements récents du système universitaire turc et naissance du YÖK

Texte intégral

1La naissance des universités privées en Turquie coïncide avec la création du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) en 1981. Une institution du même nom avait été instaurée en 1973 par une loi universitaire, dont l’objectif était de coordonner et de planifier les prog­rammes des universités. Elle fut néanmoins déclarée inconstitutionnelle par la Cour consti­tutionnelle en 1976. Le YÖK de 1981 fut en revanche institué par la nouvelle constitution, en vue de coordonner les réformes de l’enseigne­ment. Le pouvoir militaire instauré en 1980, invoquant le désordre régnant dans les univer­sités en matière d’harmonisation des enseigne­ments (elles avaient alors atteint le nombre de 19), mit ainsi fin à l’autonomie des universités, provoquant le départ d’un grand nombre de professeurs. La loi sur l’enseignement supérieur de 1981 portait sur l’harmonisation des struc­tures, des devoirs et des responsabilités de tous les établissements et sur leur cohésion institu­tionnelle9.Le YÖK s’est vu attribuer d’année en année des prérogatives de plus en plus impor­tantes. Toutes les institutions d’enseignement supérieur dépendent du YÖK, mis à part les filières de « sciences de la santé », et « services de la sécurité intérieure », qui dépendent des ministères concernés. Le YÖK se définit comme un organisme responsable de la « planification, organisation, gouvernance, instruction et recherche » dans l’enseignement supérieur10. L’une de ses premières missions fut de mettre fin à la « fragmentation du système » en intégrant les différentes écoles et conservatoires aux universités afin que le système éducatif soit « complètement unifié sous son contrôle ». 8 universités publiques furent par ailleurs créées en 1982.

2Le YÖK est composé de 22 membres : 7 membres sont des professeurs élus par le conseil interuniversitaire, lui-même composé du recteur et d’un membre du sénat de chaque université, 7 membres sont nommés directe­ment par le Président de la République, avec priorité aux anciens recteurs, et 8 membres sont nommés par le gouvernement, parmi des hauts- fonctionnaires en fin de carrière. Le président, à l’heure actuelle le Professeur Kemal Gürüz, est choisi par le Président de la République parmi les membres du YÖK. Tous ces membres sont élus pour un terme de 4 ans renouvelable.

3Tous les départements et les sections des universités (lisans), ainsi que les programmes spécialisés d’enseignement professionnel (ön-Iisans) sont établis par le YÖK. L’ouverture de tout programme aboutissant à un diplôme est sujette à la ratification du YÖK. Les contingents d’élèves admissibles dans chaque département de chaque faculté sont déterminés par le YÖK.11 Les prérogatives du YÖK comprennent enfin l’inspection des finances des établisse­ments et un contrôle quotidien qui concerne aussi bien les clubs étudiants que l’affichage sur le campus. Ces règles sont valables de la même manière pour tous les établissements, qu’ils soient publics ou « associatifs » (privés).

  • 12 “Bir 6 Kasım’ın Klasiği”, Radikal, 07/11/2001.

4Le YÖK contrôle donc l’enseignement supérieur depuis 20 ans, mais sa politique est loin de faire l’unanimité. Dans les universités privées, et plus encore dans les universités d’État, une partie importante des étudiants, des professeurs, et même des recteurs n’hésitent pas à critiquer violemment les décisions du YÖK et à remettre en cause son autorité. À l’occasion du vingtième anniversaire de la naissance du YÖK, le 6 novembre 2001, près d’un millier d’étudiants ont défilé devant leur université à Ankara et à İstanbul pour réclamer la suppression du YÖK, plus de liberté, et l’augmentation du budget des universités publiques. À l’Université d’İstanbul, la police, qui avait pourtant autorisé la manifestation, a chargé contre les manifestants et a procédé à de nombreuses arrestations. Les étudiants ont tout de même pu faire une déclaration à la presse dans laquelle ils réclamaient l’arrêt de la trans­formation des universités en entreprises com­merciales, et un enseignement complètement gratuit12.

  • 13 Alpkaya F., “YÖK’ün Yeni Dönemi ya da Kemal Gürüz Ne Yapmak İstiyor ?” (« La nouvelle période du YÖ (...)
  • 14 Vassaf G., dossier spécial “Bilgi Çağı Eşiğinde Üniversiteler”, Birikim, fév.-mars 2001, n° 142-143 (...)

5Les membres du syndicat des professeurs accusent quant à eux le YÖK et son président Kemal Gürüz d’avoir « fait disparaître la liberté, l’autonomie et la démocratie qui prévalaient dans les universités turques avant 1980, et d’avoir forcé le départ des professeurs qui protégeaient ces valeurs ». Ils accusent égale­ment le YÖK d’avoir, depuis une dizaine d’années, « crée des institutions sous le nom d’universités, liées étroitement aux milieux de la politique, de la finance, et aux ordres religieux mystiques (tarikatlar), dont le finance­ment et cadre légal ont été définis par des textes de loi rédigés en une nuit »13.Les revues de gauche attaquent également le YÖK, en remettant en cause le soutien apporté aux universités privées, mais aussi en accusant l’institution de pratiquer une politique de censure. Un journaliste écrit ainsi dans la revue socialiste Birikim que le YÖK « fait des universités turques les prisons du futur »14.

  • 15 “Vakıf Üniversitelerinin Vizyonu”, interview avec Tosun Terzioğlu, recteur de l’université Sabancı,(...)
  • 16 “Vakıf Üniversitelerinin Vizyonu”, interview avec Eser Karataş, recteur de l’université Bahçeşehir,(...)

6Les recteurs d’universités privées semblent eux aussi avoir des raisons de critiquer le système établi par le YÖK. Le nouveau recteur de l’université Sabancı, fondée par la famille du même nom qui entretient pourtant des liens étroits avec l’État, explique ainsi que « dans l’Union européenne, chaque pays possède un modèle d’enseignement supérieur différent, mais dans aucun de ces modèles le système n’est contrôlé par une seule institution », et d’ajouter « jusqu’à quel point notre système est-il conciliable avec les valeurs européennes ? »15. Le recteur de l’université de Bahçeşehir, quant à lui, estime que « pour régler les problèmes du système universitaire turc, il faut avant tout supprimer le YÖK ».16

  • 17 cf. chapitre « indépendance financière des universités privées ».
  • 18 Baycan S., “Vakıf Üniversiteleri Kayırılıyor”, Cumhuriyet, 20/07/2001.

7La première université privée de Turquie n’a pas été fondée à İstanbul mais à Ankara. Il s’agit de Bilkent, née en 1984, qui est encore aujourd’hui la plus grande université privée du pays. Başkent, elle aussi située à Ankara, fut la seconde université privée créée, en 1993. Ces deux universités ont été créées par des fondations proches du YÖK, qui apporta par ailleurs un important soutien financier à ces deux universités. Cela explique que cette année encore 50 des 60 millions de francs d’aide financière aux universités privées du YÖK soient répartis entre ces deux universités.17En aidant ces universités à se forger une solide réputation, l’État s’est assuré un moyen de limiter les pertes de devises causées par les départs massifs des étudiants à l’étranger, en particulier aux États-Unis. Le professeur Kadir Erdin, président du syndicat des professeurs, estime que cette politique a été un échec puisqu’en 2001, les frais de scolarité des 50 000 élèves turcs étudiant à l’étranger s’élèvent à 850 millions de dollars (soit 17 000 $ par étudiant), tandis que la part du budget national allouée aux 53 universités d’État en Turquie ne s’élève qu’à 1 milliard 850 millions de dollars.18

8D’autre part, ces universités ont constitué une solution de rechange pour les familles aisées dont les enfants n’avaient pas obtenu de bons résultats à l’ÖSS, même si ces élèves avaient la possibilité depuis le début des années 1980 d’aller étudier en République turque chypriote, où ont été créées successive­ment cinq universités privées dans des campus de grand luxe (cf. tableau n° 1).

  • 19 Özcınar Z., “YÖK Meclis’e Takılmış”, Zaman, 24/03/2001.

9Néanmoins, la véritable explosion des uni­versités privées a eu lieu à İstanbul dans la seconde moitié des années 1990. En l’espace de trois ans, de 1996 à 1998, 11 universités sur les 18 qui existent actuellement sont nées « offi­ciellement », la majorité d’entre elles ayant été créées avant même d’avoir le statut d’université. Süleyman Demirel, Président de la République durant cette période, a œuvré en faveur de la reconnaissance rapide par le YÖK de ces universités, qui se montrait réticent à l’ouverture de certaines de ces universités qu’il considérait comme « non-conformes ». L’université Kadir Has, fondée en 1992, n’a ainsi obtenu l’accord du YÖK qu’en 1996, après que Süleyman Demirel ait opposé son veto à la décision du Parlement turc de fermer l’univer­sité. Ce dernier a assisté personnellement aux cérémonies d’ouverture de toutes les uni­versités privées fondées durant son mandat, en considérant que « les universités et les écoles créées par ces fondations ont apporté à notre pays une renommée mondiale et sont une source de fierté pour nous tous »19.

Carte n° 1 : Localisation des campus des universités privées

Carte n° 1 : Localisation des campus des universités privées

1)Koç 2)Fatih 3)Işık 4)Bilgi, Taksim 5) Bilgi, Dolapdere 6) Bilgi, Kuştepe 7) Sabancı 8) Yeditepe 9) Kadir Has 10) Beykent 11) Doğuş 12) Kültür 13) Maltepe 14) Bahçeşehir 15) Haliç

Tableau 1 : Universités d’İstanbul et universités privées

  • 20 Source : sites internet des universités. Il s’agit des frais d’inscription des programmes en quatre (...)
  • 21 Source : Radikal, 28/07/2001, p. 5.

Universités publiques İstanbul

Fondation

Nombre total d’étudiants

İstanbul

1933

73 000

İstanbul Teknik

1944

20 000

Boğaziçi

1971

10 000

Marmara

1982

42 000

Mimar Sinan

1982

5000

Yıldız Teknik

1982

15 000

Galatasaray

1993

1000

Universités privées İstanbul

Fondation

Nombre total d’étudiants

Frais d’inscription

(en $)20

Koç

1992

1700

11 000

Fatih

1993

3459

5000-6500

Işık

1996

1527

7000

İstanbul Bilgi

1996

7075

7400

Sabancı

1996

1126

8200

Yeditepe

1996

8462

5400-6750

Kadir Has

1997

1500

5500-6500

Beykent

1997

1232

5000 (3500 £)

Doğuş

1997

1654

5500-6500

İstanbul Kültür

1997

1814

6750

Maltepe

1997

1580

5300

Bahçeşehir

1998

1200

7500

Haliç

1998

700

4000-6000

Universités privées Hors İstanbul

Fondation

Nombre total d’étudiants

Frais d’inscription (en $)

Bilkent (Ankara)

1984

10 000

6000

Başkent (Ankara)

1993

3500

5000

Atılım (Ankara)

1997

1000

5500

Çağ (Tarsus)

1997

1000

5000

Çankaya (Ankara)

1997

3000

4900

Universités privées à Chypre

Fondation

Nombre total d’étudiants

Frais d’inscription

(en $)21

Doğu Akdeniz

1979 - 198622

15 000

3700

Girne Amerikan

1984

2750

4000

Lefke Avrupa

1990

1300

3240

Uluslararası Kıbrıs

1992

700

3775

Yakın Doğu

1988

3500

3700-4250

Notes

9 Arat N., « Turquie : le parcours des combattants », www.unesco.org, sept. 1998.

10 www.yok.gov.tr/webeng/history.html

11 www.yok.gov.tr, « gouvernance ».

12 “Bir 6 Kasım’ın Klasiği”, Radikal, 07/11/2001.

13 Alpkaya F., “YÖK’ün Yeni Dönemi ya da Kemal Gürüz Ne Yapmak İstiyor ?” (« La nouvelle période du YÖK, ou que veut faire Kemal Gürüz ? »), www.metu.edu.tr

14 Vassaf G., dossier spécial “Bilgi Çağı Eşiğinde Üniversiteler”, Birikim, fév.-mars 2001, n° 142-143, pp. 94-96

15 “Vakıf Üniversitelerinin Vizyonu”, interview avec Tosun Terzioğlu, recteur de l’université Sabancı, İstanbul, dossier spécial “Kent-Üniversite”, avril 2000, n° 33, pp. 121-123.

16 “Vakıf Üniversitelerinin Vizyonu”, interview avec Eser Karataş, recteur de l’université Bahçeşehir, İstanbul, dossier spécial “Kent-Üniversite”, avril 2000, n° 33, pp. 123-125.

17 cf. chapitre « indépendance financière des universités privées ».

18 Baycan S., “Vakıf Üniversiteleri Kayırılıyor”, Cumhuriyet, 20/07/2001.

19 Özcınar Z., “YÖK Meclis’e Takılmış”, Zaman, 24/03/2001.

20 Source : sites internet des universités. Il s’agit des frais d’inscription des programmes en quatre ans (premier et second cycle). Ne sont pas pris en compte les prix de l’année préparatoire et des yüksekokullar, en général moins chères, et les sections entraînant à l’inverse des frais supplémentaires (médecine, dentiste, ingénieur). Une fourchette est indiquée lorsque les prix diffèrent entre les sections régulières.

21 Source : Radikal, 28/07/2001, p. 5.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Localisation des campus des universités privées
Légende 1)Koç 2)Fatih 3)Işık 4)Bilgi, Taksim 5) Bilgi, Dolapdere 6) Bilgi, Kuştepe 7) Sabancı 8) Yeditepe 9) Kadir Has 10) Beykent 11) Doğuş 12) Kültür 13) Maltepe 14) Bahçeşehir 15) Haliç
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr