Version classiqueVersion mobile

Migrations internes vers İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

Un sujet sensible et encore trop imparfaitement traité

Texte intégral

1Quoique les deux-tiers de la population d’İstanbul soient nés hors du département, l’analyse des dynamiques migratoires à İstan­bul, entendues dans toutes leurs dimensions, même les plus contraires au sens et au discours communs, reste largement à faire. S’il existe quelques études (citées ci-dessous), elles sont rares, biaisées et souvent lacunaires, à l’excep­tion des remarquables travaux de Sema Erder (1996), Neşe Özgen (1999) et de Harald Schüler (1999, notamment en ce qui concerne les Stambouliotes originaires du département d’Erzincan). En outre, il semble que l’analyse des migrations se heurte à d’innombrables a priori et préjugés, qui ont pour effet de fausser toute approche, même celle qui se présente sous des atours scientifiques. C’est à la mise à jour de ces préjugés et de ces lacunes que nous devons travailler en premier lieu.

2Nous entendons par « migrations » toutes les mobilités de personnes qui se traduisent par un changement ou un dédoublement de résidence et/ou de lieu de travail (enregistrable d’un recensement à l’autre). Ces migrations peuvent s’opérer en deux sens : d’İstanbul vers le reste de la Turquie, comme du reste de la Turquie vers İstanbul. Nous nous limiterons ici aux migrations internes au territoire de la Turquie actuelle, les migrations d’étrangers relevant en partie d’autres problématiques qui nous entraî­neraient trop loin, même si les activités et les territoires des migrants étrangers et « nationaux » peuvent se confondre.

  • 1 Soit 230 km2 de plus que lors de la constitution de la République (en 1923).

3Il convient enfin de préciser de quel « İstan­bul » nous parlons. Si dans l’usage ottoman strict, le nom d’İstanbul était réservé à la zone limitée par la Corne d’Or au nord, la côte de la Marmara au sud et la muraille de Théodose à l’ouest, il faut aujourd’hui l’appliquer à l’ensemble du département (il) d’İstanbul, qui s’étend désormais sur 5712 km2.1 Certains arrondissements (comme Gebze ou Çerkezköy) appartenant à des départements limitrophes d’İstanbul, du côté européen comme du côté asiatique, devront aussi être pris en compte, car ils sont fonctionnellement intégrés à l’aire urbaine stambouliote.

4Ce dossier n’est qu’une première synthèse, critique, dont la seule prétention est d’offrir des repères pour pouvoir enfin sortir des lieux com­muns en vigueur et approfondir sérieusement un « problème » dont tout le monde parle, mais dont l’analyse précise reste à faire.

Notes

1 Soit 230 km2 de plus que lors de la constitution de la République (en 1923).

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search