Version classiqueVersion mobile

La présence roumaine à Istanbul

 | 
Sylvie Gangloff
, 
Jean-François Pérouse

1. Le commerce à la valise roumain : un phénomène en déclin ?

Texte intégral

1L’expression « commerce à la valise » (bavul ticareti / suitcase turizm) désigne l’activité des individus qui, à titre personnel, en groupe, en couples ou seuls, se rendent à İstanbul pour y effectuer de multiples achats, généralement dans le textile et le cuir (vestes en cuir, chaus­sures, tee-shirts, etc.), dans la confiserie (bis­cuits, chewing-gums) et les produits d’entre­tiens (savons). De retour dans leur pays, ces commerçants revendent ces marchandises sur des marchés, à des commerçants locaux ou, pour certains, disposent de leur propre boutique. Ces voyages semblent assez rentables : les marchandises acquises à İstanbul sont en moyenne revendues au pays deux à trois fois plus cher que le prix d’achat. Il s’agit d’un commerce informel à l’origine et qui échappe par­tiellement au contrôle des États.

  • 9 Ces marchés avaient, de fait, quelque chose d’un peu irréel : entre le vieux vélo de son enfance, l (...)
  • 10 C’est à Karaköy que les navires en provenance de Russie et d’Ukraine sont amarrés.
  • 11 Türkiye İstatistik Yıllığı / Statistical Yearbook of Turkey, State Institute of Statistics, Prime M (...)

2Ces commerçants sont originaires des pays de l’ex-URSS et des pays de l’Est (Russie, Pologne, Bulgarie, République de Macédoine/ FYROM, Moldavie, Ukraine, Azerbaïdjan, etc.). Dans les premiers mois qui ont suivi l’effon­drement des régimes communistes, ces échanges s’effectuaient souvent sous la forme de troc. Les touristes/commerçants vidaient tout simplement leur grenier et, le produit de leur vente en poche, ils achetaient quelques paires de chaussures et autres vestes en cuir qu’ils revendaient au pays. Après une brève période de curiosité vis-à-vis de ce phénomène, les Turcs se sont rapidement désintéressés du bric-à-brac proposé par ces commerçants et les marchés informels9 qui avaient surgi sur les marges du Grand Bazar d’Eminönü ou à Karaköy10 ont disparu aussi rapidement et spontanément qu’ils étaient apparus. C’est sur l’unique vente de marchandises turques que ce commerce s’est alors organisé. La rapidité de son développement est assez surprenante. Le nombre d’entrées de « touristes » en provenance des Nouveaux Pays Indépendants le confirme, si besoin était : 722 500 en 1991, 1 245 000 en 1992, 1 172 000 en 1993, 1 512 000 en 1994, 1 048 400 en 1999, 1 376 600 en 200011. En 1997 encore, on a enregistré 1 017 081 ressor­tissants de la seule Fédération de Russie aux frontières de la Turquie.

  • 12 De 5 à 10 milliards de dollars selon Gazi Erçel, ex-gouverneur de la banque centrale turque (E. I. (...)

3En 1996, le commerce à la valise représen­tait, toutes nationalités confondues, une valeur annuelle de 5 à 10 milliards de dollars US selon les estimations12. Même en prenant les estima­tions les plus faibles (5 milliards de dollars par an), et avec toute la prudence requise quant à la fiabilité de ces chiffres, ce commerce informel dépassait de loin le commerce légal avec les pays concernés : la même année, les exporta­tions officielles vers la Russie n’étaient que de 2,1 milliards de dollars ; vers la Roumanie de 185 millions.

4L’ampleur de ce commerce informel illustre non seulement le caractère naturel du débouché stambouliote, pour la péninsule balkanique comme pour l’entité russe, mais aussi la complémentarité des économies en présence. Par sa production de biens de consommations relativement bon marché (même si la qualité n’est pas toujours comparable avec celle des produits européens qui sont, eux, nettement moins bon marché), la Turquie est un parte­naire intéressant ou, pour le moins, possible, et relativement proche géographiquement. Le choix d’İstanbul est aussi motivé par la simplicité des formalités puisque, souvent, le simple visa de tourisme suffit. Notons de suite que la Turquie n’est pas la seule destination empruntée par ces commerçants à la valise. La Pologne, les Émirats-Arabes-Unis ou la Chine voient également de nombreux touristes des ex-pays de l’Est et de l’ex-URSS débarquer sur leurs marchés.

5Le commerce à la valise a également confir­mé la souplesse et le dynamisme des commerçants et petits entrepreneurs turcs qui s’étaient déjà lancés à l’assaut des nouveaux marchés de l’Asie centrale avec beaucoup de vigueur (mais moins de succès, en raison de la faible solvabilité de ces pays et le faible pouvoir d’achat de leur population). Ceux-ci se sont, à İstanbul, très rapidement adaptés à cette nou­velle demande. Des semi-grossistes ont investi un quartier entier, le quartier de Laleli entre Aksaray et la place de Beyazıt, qui s’est recyclé dans la vente aux commerçants de l’Est. Les vendeurs turcs parlent les quelques mots de russe ou roumain utiles ou indispensables à la vente de leurs marchandises et les chaînes de production, éminemment souples, ont été restructurées et se redéfinissent constamment en fonction des produits demandés par ces nou­veaux commerçants étrangers.

  • 13 14 personnes ont trouvé la mort dans cet atroce accident, des femmes en majorité ; Cumhuriyet, 30/1 (...)

6Des liaisons d’autobus régulières ont été mises en place vers la Bulgarie, la Macédoine, la Roumanie ou vers le Caucase. Ces liaisons se comptent en dizaines par jour. Dans leur majorité, ces compagnies d’autobus sont détenues par des Turcs. Les commerçants russes ont, eux, plutôt recours à l’avion. En raison de l’ampleur du trafic, un terminal spécial a été affecté, en 1994, aux liaisons avec la Russie (le terminal C de l’aéroport Atatürk à İstanbul). Comme aux terminaux des autobus, on peut y rencontrer de nombreux voyageurs encombrés de leurs volumineux paquets. Les Russes et Ukrainiens recourent aussi aux bateaux-cargos, parfois mal entretenus et bondés, comme celui faisant la liaison entre İstanbul et Sebastopol qui a coulé en mer Noire fin janvier 2001 à cause d’une surcharge évidente13.

Courts et fréquents séjours, petits achats

  • 14 I. Selivanova, “Turkey and the Cooperation with the Black Sea Countries : The Beginning of the Path (...)

7Tout comme les Russes et autres Bulgares et Macédoniens, les Roumains participent à cet important commerce à la valise depuis 1991. Et tout comme eux, ils se sont rapidement dirigés vers İstanbul après le changement de régime dans leur pays. On peut même parler de ruée pour les années 1992-1994. Un million de « touristes » roumains se seraient en effet rendus à İstanbul en 199214. Ils représentaient, après les ressortissants de la Fédération de Russie, la deuxième nationalité présente à Laleli.

  • 15 M. Peraldi, « L’esprit du bazar ; mobilités transnationales maghrébines et sociétés métropolitaines (...)

8Depuis lors, ces voyages commerciaux, effectués au départ de façon épisodique, sont devenus plus fréquents (d’où le terme de « navetteurs ») et de nombreux Roumains en ont fait leur métier. Décrits, les premières années, par les commerçants turcs comme des « acheteurs avides » qui « s’approvisionnent goulûment à İstanbul »15, les touristes/commerçants roumains (tout comme leurs semblables russes ou bulgares) ont progressive­ment régulé et organisé leur commerce. Ils savent à l’avance ce qu’ils cherchent, où le trouver, et ont une idée bien précise des prix. Les chaînes d’achat et de vente se sont en conséquence rodées et les parcours sont bien balisés, de la compagnie d’autobus à l’hôtel et aux divers commerçants bien identifiés.

  • 16 5 millions en février 1999.

9Les compagnies d’autobus assurant un service sur la Roumanie sont donc nombreuses. Une enquête dans le complexe de Laleli-Beyazıt-Aksaray-Yenikapı (voir photos 1, 2, 11, 12 et 21) nous a permis de dénombrer au moins une quinzaine de liaisons quotidiennes sur la Roumanie, les 4/5ème de ces liaisons étant sur Bucarest, les autres suivant le trajet Constanţa- Tulçea-Braîla. Ces voyages sont peu coûteux : les prix d’un aller İstanbul-Bucarest en autocar est officiellement fixé à 25 dollars avec possi­bilité de le négocier à 20 dollars (17 millions de TL en janvier 200116). Ces voyages sont d’une durée de 20 heures pour Bucarest. Les autobus partent généralement de Roumanie dans l’après-midi pour arriver le matin tôt (vers 6 heures) à İstanbul. On comprend donc qu’il soit relativement facile d’effectuer une ou deux fois le trajet par mois, la fatigue accumulée mise à part.

10Les navetteurs les plus fortunés ont, eux, recours au train qui leur permet de voyager dans des conditions un peu plus décentes, moins éprouvantes et, selon nos interlocuteurs, plus sûres au passage de la douane. Le voyage est un peu moins long que par bus (17h en train contre 20h en autobus) et, là aussi, la fréquence des liaisons (une par jour) offre une certaine souplesse dans la gestion des aller-retours de ces commerçants. En revanche, il coûte presque deux fois plus cher (33 millions en mars 2001). Le bateau semble, lui, peu emprunté par nos navetteurs. Quant à l’avion, par son coût beaucoup plus élevé, il est exclusivement réservé à une clientèle plus aisée, généralement des hommes d’affaires. Turkish Airlines et Tarom, la compagnie nationale roumaine, pro­posent aujourd’hui des liaisons quotidiennes entre les deux capitales.

  • 17 Cet important échange d’informations s’effectue surtout à l’aller, le retour voyant plutôt ces comm (...)

11Les voyages en autobus permettent par ailleurs de tisser des contacts et d’échanger des informations sur les meilleures adresses de Laleli-Aksaray-Yenikapı17. Les réseaux d’achat se forment et se reforment durant ces voyages. Ils sont en effet l’occasion de discuter avec les autres commerçants des nouveaux produits et des meilleures adresses, de comparer les prix et, le cas échéant, de dénoncer les escroqueries. Ces voyageurs finissent par se connaître et l’information circule très rapidement et très efficacement par ce biais.

Dans un magazin de Bazaar Romania
Le patron du magasin « Romania » dans le Bazaar Romania est plutôt affable. Il précise de suite que ses clients sont presque exclusive­ment Roumains : « jamais de Turcs, deux à trois Russes par mois peut-être. Et ils viennent de l’ensemble du pays, de Transylvanie, par exemple ». En une heure et demie-deux heures, quatre personnes y font leurs achats. Elles ont en commun d’être toutes des habituées, entrées directement dans le magasin, sachant ce qu’il a à proposer, les prix, et faisant leurs transactions en quelques minutes. La différence est à cet égard notable avec d’autres acheteuses entrées pour regarder, qui ne sont manifestement pas connues du patron ou de son assistant, et qui finalement n’achètent rien.
Les acheteuses ont beaucoup de caractéris­tiques communes. Elles sont toutes des femmes, venues seules, arrivées dans la ma­tinée, repartant le soir avec ce qu’elles auront acheté. Les origines géographiques ne sont pas si variées : trois d’entre elles viennent de Moldavie du sud, dont deux de Fetesti et une de Maçin (il s’agit d’une Turque de Roumanie, parlant bien entendu les deux langues par­faitement, plus âgée que les autres ; elle a plaisir à commenter la situation politique du pays, et se réjouit de la victoire d’Iliescu, dont elle espère qu’il saura remédier à l’extrême pauvreté de sa région). La quatrième personne vient directement de Bucarest, et a cette par­ticularité d’être venue par train, ce qui selon elle a l’avantage d’être plus sûr du point de vue des douanes. Toutes se plaignent de la diffi­culté à écouler leurs marchandises en raison de la pauvreté dans le pays. De nouvelles usines ont fermé à Fetesti, etc. Seule celle provenant de Bucarest, tout en tenant un dis­cours similaire, semble moins désemparée : elle, au moins, a une fille mariée à un Français et qui est partie vivre là-bas (Clermont-Ferrand). Toutes font de petits achats, ce que le patron explique en disant qu’elles viennent toutes les deux ou trois semaines. Elles prennent donc des stocks de petite taille qu’elles réapprovi­sionnent souvent. Les achats sont de l’ordre d’une trentaine, d’une cinquantaine de dollars. Ils se font en dollars aussi bien qu’en marks, chacune ayant sur elle les deux devises, et réservant les dollars pour les grands achats (coupures de 100 dollars), les marks pour les plus petits.
Le patron est content de sa situation. Il a ouvert deux boutiques à Fagaras (Judet de Braşov). Il fait au moins deux voyages par an en Roumanie. Son fils, bien que faisant des études d’informatique, parle très bien le roumain et reste dans la boutique pour l’aider ou le remplace durant ses absences.
Il nous explique toutefois que sa position ici, dans le Bazaar Romania, est délicate. Sur plus de cinquante boutiques (en fait 55), ils ne sont que trois Turcs, le reste étant des Kurdes avec lesquels les relations ne sont manifeste­ment pas excellentes. Le patron les accuse ainsi tour à tour de faire des affaires entre eux et d’être une vraie mafia. « Ils sont brutaux, se disputent pour un rien ».
Entretien réalisé le 14 décembre 2000 dans le Bazaarı Romania, Yenikapı.

  • 18 Nous l’avons par exemple constaté dans la boutique « Romania » du Bazaar Romania de Yenikapı.

12Sur place, les transactions s’effectuent donc en général rapidement et sans formalité. D’après nos propres observations, une transaction ne dure guère plus de 10 min. Typiquement, une acheteuse entre dans un magasin, évalue d’un coup d’œil la marchandise, demande éventuel­lement un article précis et achète en un temps record de 5 minutes si elle est intéressée. Le montant des transactions dans une boutique varie en moyenne de 100 à 500 francs, et surtout, la négociation, s’il y a, est extrêmement brève, voire même brutale. À quelques exceptions près18, on est en fait frappé par la totale absence de civilité marchande dans le rituel de la négociation : la quasi-absence de marchandage et la rapidité de l’échange sont exactement l’inverse des règles habituelles de la négociation en Turquie.

  • 19 C’est le cas du couple originaire de Cluj que nous avons rencontré au Bazaar Romania le 4 décembre (...)

13Ces transactions sont aussi le domaine presque réservé des femmes. Celles-ci se déplacent seules ou en groupe de deux ou trois, voire en couple. Mais même dans ce dernier cas, c’est toujours la femme qui négocie en dernier ressort19. La nature des marchandises achetées (textiles essentiellement) motive peut-être ce recours aux femmes, estimées plus aptes à juger de la qualité de ces marchandises ; et peut-être aussi plus fermes dans les négociations ! Les femmes ont également été les premières touchées par les restructurations consécutives à l’introduction de la loi du marché dans leur pays : ayant perdu leur emploi (ou étant déjà femmes au foyer), elles ont alors eu le loisir de réaliser ces voyages commerciaux.

  • 20 C’est le cas de l’ensemble des « Balkaniques » qui s’adonnent à ce commerce à la valise.

14Leur séjour à İstanbul dépasse rarement une journée, une journée et demie20 puisqu’elles n’ont pas à chercher, à comparer les prix ou à négocier des heures durant. Elles évitent ainsi également le paiement d’une nuit d’hôtel ou réduisent ce surcoût à une seule nuit ; surcoût qui se monte à environ 10 dollars, prix que nous avons pu constater dans la majorité des hôtels que nous avons visités (prix, bien sûr, qui n’est pas le prix affiché à l’entrée !). Précisons de suite que les hôtels et pensions où descendent les Roumains ne sont jamais des hôtels et pensions où les Turcs séjournent. Ils peuvent être côte à côte mais en aucun cas les commerçants des pays de l’Est ne se mélangent avec les Turcs ; à l’exception bien sûr des Roumaines qui pratiquent un commerce quelque peu particulier -ou pas très particulier justement- qui, elles, bien sûr, fréquentent tous types d’hôtels. Ainsi, lorsque nous enquê­tions auprès des tenanciers de ces établisse­ments pour savoir s’ils recevaient une clientèle roumaine dans leur hôtel, nous nous sommes systématiquement vu demander de préciser si nous étions à la recherche de « Roumains » ou de « Roumaines ». Manifestement, la différence de genre importait ! Enfin, de nombreux hôtels travaillent en cheville avec une compagnie d’autobus ou un chauffeur qui leur amène une clientèle. Dans l’ensemble, ces commerçants roumains évitent toutefois la nuit à l’hôtel et restent à peine une journée sur İstanbul. Ils arrivent donc généralement vers 6 heures du matin et repartent vers 16 ou 17 heures. Tous leurs achats s’effectuent dans cet intervalle.

15Le Bazaar Romania (en fait, littéralement Bazaar Romania-Ruski-Polski-Hungary-Bulgaria-Engros-Ontom est, malgré son nom, presque exclusivement fréquenté par des Roumains (voir photos 4, 5, 6 et 18). Il regroupe sur deux étages une quarantaine de boutiques de vêtements. Les marchands y parlent le roumain et ces derniers y ont « leurs habitudes ». Quant au Balkan Pazarı, il est aussi en majorité fréquenté par les Roumains.

16Les propriétaires des boutiques de ces deux bazars emploient parfois également un assistant d’origine roumaine pour faciliter les contacts : c’est le cas du jeune assistant, originaire de Galatz, dans la boutique « Romania » au Bazaar Romania ; c’est le cas également dans la bou­tique (sommaire puisque aménagée sur la rue) de vestes en cuir, située à deux pas, que nous avons visitée où l’assistant-vendeur est égale­ment originaire de Galatz. Certains de ces inter­médiaires roumains se sont installés à İstanbul, voire y ont fait leur vie, offrant ainsi des repères plus permanents dans le paysage très mouvant de Laleli. C’est le cas de Lili qui, venue en 1996 à İstanbul pour travailler dans une boutique de Laleli, s’est mariée avec un Turc. Elle tient aujourd’hui une boutique de cierges à Yenikapı ; c’est également le cas de cette jeune Roumaine qui est arrivée à İstanbul en 1997, s’est mariée (avec un Irakien) et même convertie à l’islam. Elle travaille aujourd’hui à l’Emniyet Otogarı dans une agence d’autobus pour la Roumanie.

17Contrepartie du fait que ces Roumains restent généralement peu de temps à İstanbul, ils reviennent régulièrement : une fois par mois, une fois toutes les trois semaines ou tous les quinze jours selon les témoignages. Conséquence de cette fréquence des allers- retours, ils achètent en assez petites quantités. La monnaie de transaction est en grande majorité le Mark allemand, éventuellement le dollar pour les gros achats.

Compagnies d’autobus assurant un service sur la Roumanie (liste non exhaustive)
Les compagnies d’autobus offrant un ser­vice sur la Roumanie sont très nombreuses. À la fin de l’année 2000, on pouvait dénombrer de quinze à vingt liaisons quotidiennes. Les 4/5ème suivent la route Bucarest-Iaşi, le cinquième restant la route Constanţa / Tulcea / Braila. Les autobus sont généralement aux 2/3 pleins, voire complets. Toutes ces compagnies ont leur(s) bureau(x) dans le quartier de Laleli- Bezayıt-Aksaray-Yenikapı. Les passagers sont quasi exclusivement roumains. Aucune desserte n’est par exemple prévue en Bulgarie par où il faut pourtant transiter avant d’attein­dre la Roumanie. Les compagnies sont en majorité détenues par des Turcs et les véhicules, même s’ils ne sont pas parmi les plus récents modèles, sont relativement fiables.

Toros (a) (b)

en moyenne, 4 bus par jour sur Bucarest/Iaşi

Özlem (a)

un bus par jour sur Constanţa/Tulcea/Braila.

Marsel (a)

un bus par jour sur Bucarest.

Megasoy (a)

un bus par jour sur Bucarest/Iaşi ; bureaux : avenue Aksaray, Okyanus İşhanı, Laleli.

Nişikli (a)

un bus par jour sur Constanţa.

Star (b)

Bucarest. Deux bus par jour sur Bucarest ; bureaux : avenue Ordu, Laleli.

Murat (b)

Trois bus par jour sur Constanţa et Ploieşti.

Fatih Turizm (b)

un bus par jour sur Bucarest.

Ortadoğu Tur (b)

Un, deux ou trois bus par jour sur Bucarest. Dessert aussi Constanţa/Braila.

Bureaux : avenues Fetihbey Cad. et Büyük Reşit Paşa.

Ekim (a)

trois bus par semaine ; compagnie liée à l’hôtel Burak.

Yazıcıoğlu (b)

deux fois par semaine ; bureau avenue Büyük Reşit Paşa, n° 12, Laleli.

(a) un bureau à Emniyet Otogarı
(b) un bureau près de Beyazıt (sur la Ordu Cad. ou la Büyük Reşid Paşa)
Source : enquêtes conjointes, novembre et décembre 2000.

Les compagnies disposent généralement d’un bureau à Emniyet Otogarı (le long de l’avenue Büyük Langa près de Yenikapı) et/ou près de Beyazıt (sur l’avenue Ordu ou l’avenue Büyük Reşid Paşa). Les autobus partent et arrivent à l’un de ces deux emplacements. Les prix sont en moyenne de 20 à 25 dollars.

Ce n’est plus ce que c’était !

18De l’aveu de l’ensemble des commerçants du quartier, les affaires ne sont plus florissantes. Depuis 1994, les clients roumains se font plus rares.

  • 21 Entretien du 4 décembre 2000 avec Ali, originaire de Mardin, qui tient une boutique de tee-shirts a (...)

« Avant, nous avions jusqu’à 100 clients roumains par jour, aujourd’hui, ils ne sont plus que 20 »21.

19De fait, les allées du Bazaar Romania semblent bien mornes. Les commerçants sont devant leur boutique à l’affût des clients mais ceux-ci sont rares. En trois heures dans la boutique d’Ali (voir photo 17), nous n’avons vu passer que quatre clientes dont une seule a fait affaire avec Ali (achat d’une dizaine de tee-shirts pour 43 DM). Même propos au Balkan Pazarı où les commerçants regrettent les beaux jours des années 1993/ 1994.

  • 22 Entretien avec N., un Kurde, marchand de vêtements sur le Balkan Pazarı. N. parle le roumain (cf. e (...)

« Avant, il y avait de 50 à 100 clients roumains par jour ; aujourd’hui, ils ne sont plus que 3 à 10 par jour. C’est négligeable, surtout par rapport aux Russes », se lamente un commerçant22.

20Ibrahim et Barış, marchands de tissus sur le même marché, confirment qu’il n’y a plus beaucoup de Roumains. L’humeur est donc maussade chez ces marchands qui ont investi dans le commerce avec les Roumains ou encore dans l’apprentissage de la langue. L’impression de vide et de désarroi qui règne dans le Bazaar Romania ne trompe pas.

  • 23 “Laleli’nin işportası”, Sabah-İstanbul, 20/12/96, p. 3 ; voir en annexe photo 24.

21En effet, quand on reprend des photos ou des articles de presse des dernières années23, mais proches, et que l’on compare la situation d’alors à la situation actuelle, force est de conclure à une chute de l’activité, tout au moins en tant que place commerciale, qu’il s’agisse du volume des échanges quotidiens ou du nombre d’acteurs (visibles) de ces échanges.

22La rue Langa Bostanları (Yenikapı) est beau­coup moins encombrée qu’il y a quelques années, et plusieurs sociétés de transport (comme la société Barbaros, encore présente en février 1999) et autres commerces ont mani­festement fermé (voir photo 7). Le faible taux d’occupation des espaces commerciaux et les nombreux locaux vacants témoignent aussi de ce reflux ; de même que les enseignes effacées mais encore lisibles, comme celle de l’ancienne boutique « Romanya/İaşi », face à l’entrée du Balkan Pazarı (photo 22).

  • 24 Source : TÜRSAB, 2001.

23Le nombre d’entrées de touristes roumains en Turquie le confirme. Sous cette appellation, sont comptés les Roumains qui entrent en Turquie par la terre, le ciel ou la mer pour une durée de moins de deux mois. Les chiffres officiels des entrées des Roumains dans le pays donnaient pour les années 1997-1999, 4 à 500 000 entrées par an. On est donc loin du million de l’année 1992. De plus, ce chiffre a encore chuté en l’an 2000 : 265 100, contre 483 100 en 199924.

  • 25 Finansal Forum, 19/10/00.

24Sur les 9 premiers mois de l’année 2000 (tab.1), 213 000 « touristes roumains » seraient entrés en Turquie. Si l’on fait une projection sur l’ensemble de l’année 2000 -il est bien sûr encore trop tôt pour disposer des chiffres officiels- nous obtenons 280 000 entrées par an. Toutefois, malgré une très sensible baisse des entrées des Roumains ces dernières années, comparativement aux autres « touristes » bulgares ou macédoniens, les Roumains représentent encore, en 2000, 25 % des entrées des touristes de l’Europe de l’Est25.

Tableau 1 : Les touristes de l’Europe de l’Est en Turquie, pour les neuf premiers mois des années 1997-2000

Provenance/ année

1997

1998

1999

2000

Evolution entre 1999 et 2000

Bulgarie

148 000

185 000

170 000

276 000

62,4

Rep. tchèque

53 000

39 000

35 000

56 000

60

Hongrie

17 000

20 000

19 000

30 000

57,9

Pologne

42 000

70 000

56 000

104 000

85,7

Yougoslavie

113 000

130 000

150 000

222 000

48

Roumanie

234 000

390 000

364 000

213 000

- 41,5

Total

607 000

834 000

794 000

901 000

Source : Finansal Forum, İstanbul, 19 octobre 2000, p. 16.

Nota : il peut s’agir en définitive à la fois de navetteurs commerçants qui ne font que des allers-retours ou de travailleurs clandestins qui ressortent tous les deux mois.

Tableau 2 : Les entrées officielles de touristes en 1998

Nationalités

Nombre d’entrées

Allemagne

2 233 740

Fédération de Russie

1 311 357

Angleterre

996 512

Roumanie

505 766

États-Unis

439 885

France

436 932

Hollande

328 002

Iran

309 924

Italie

259 483

Israël

238 298

« Autres »

1 529 745

Source : DIE et Atlas, décembre 1999, n° 80.

Tableau 3 : Les entrées officielles de touristes en Turquie pour les 6 premiers mois (janvier-juin) de 1999 et de 2000

Nationalités

Nombre d’entrées en 1999

Nombre d’entrées en 2000

Allemagne

547 356

236 894

Angleterre

294 053

124 175

Roumanie

227 035

 ?

États-Unis

167 320

55 273

Fédération de Russie

160 772

76 312

Iran

149 925

37 882

France

122 047

44 167

Géorgie

91 897

 ?

Bulgarie

90 143

29 828

Israël

81 028

31 350

Source : DIE et Cumhuriyet Hafta, 13/08/1999, p. 20.

  • 26 Plus de 30 millions de Russes gagneraient leur vie en s’adonnant au commerce à la valise, à İstanbu (...)

25Ce commerce roumain n’a cependant jamais atteint les proportions du commerce des Russes à İstanbul26. La présence russe dans le quartier de Laleli-Beyazıt est ainsi beaucoup plus visible que celle des Roumains, malgré les quelques enseignes çà et là en roumain sur la rue Langa Bostanları et l’avenue Küçük Langa à Yenikapı (photos 13 et 18). De plus, les transactions des Roumains (tout comme celles des Bulgares et Macédoniens) diffèrent de celles des Russes sur plusieurs points :

    • 27 Le DM est, de façon très informelle mais bien réelle, utilisé comme monnaie d’échange et de référen (...)

    Tout d’abord, elles s’effectuent en dollars ou DM -et généralement d’ailleurs plutôt en DM27- alors que celles des Russes s’effectuent quasi exclusivement en dollars.

  • Dès 1991, les Roumains, contrairement aux Russes, n’ont pas été assujettis au paiement d’un visa de tourisme. Cet avantage, com­biné avec une plus grande proximité géographique, et à la possibilité offerte d’effectuer leurs aller-retours en autobus, ils ont pu effectuer des navettes plus fréquemment. Leur mode d’achat a forcé­ment été influencé par la fréquence de ces aller-retours.

  • Les quantités achetées semblent ensuite être moins importantes. Ceci s’explique par la possibilité d’effectuer plus régulièrement le voyage en autobus, mais aussi par la relative étroitesse du marché local (comparé au marché russe) et tout simplement par le caractère encore artisanal du commerce à la valise roumain (et balkanique de façon général). En effet, le commerce russe a très rapidement été encadré par des institutions du type banques, ou par des regroupements plus informels (la mafia) qui avancent des fonds permettant de réaliser de plus impor­tantes transactions.

  • Enfin, l’ampleur du commerce de la valise russe a généré la mise en place de réseaux beaucoup plus structurés, avec, par exemple, des tour operators qui assurent une chaîne complète de services : avion/hôtel, et toute une économie du transport intra-urbain de marchandises, des lieux de vente aux lieux d’acheminement vers l’étranger. Rares sont les navetteurs russes qui viennent à İstanbul sans passer par une agence. Pour les Roumains, c’est exactement le contraire.

    • 28 Le commerce à la valise avec les Russes avait, entre temps, constitué des réseaux bien rodés. Les v (...)
    • 29 Cette taxe de 30 % sur les marchandises acheminées par les commerçants à la valise visait à compens (...)

    Enfin, si, dans le cas des Russes, l’effon­drement de ce commerce à partir de 1995 est en partie lié à la crise financière dans la Fédération de Russie28 et aux nouvelles restrictions imposées par les autorités russes durant l’été 1996 (avec l’imposition d’une taxe de 30 % sur les marchandises ache­minées par les commerçants à la valise)29, le phénomène est plus complexe dans le cas des Roumains.

  • La principale raison est bien sûr la situation économique en Roumanie : les usines ferment, les gens sont au chômage, en bref, ils achètent moins. Plusieurs commerçants roumains nous ont confié avoir désormais du mal à écouler leurs marchandises.

26Pour tenter d’expliquer le déclin constaté, nous pouvons ajouter des raisons complémen­taires, mais d’importance encore marginale :

    • 30 Milliyet, 8/7/98 ; Yeni Yüzyıl, 24/1/98.
    • 31 “Laleli Pire’lendi” [Laleli se pirée-nise], Sabah, 18/3/01.

    Les Roumains achètent plus ailleurs ou pro­duisent sur place. De façon générale, les prix et/ou le rapport qualité-prix deviennent plus compétitifs ailleurs (notamment en Asie du sud-est)30, et ce commerce à la valise se déplace. La presse turque a récemment noté un mouvement vers le Pirée en Grèce31. L’accord d’association entre la Roumanie et l’U.E., entré en vigueur en 1995, a égale­ment, entre autres effets secondaires, fait considérablement baisser le coût des achats de produits européens.

  • Par ailleurs, plusieurs vendeurs du Bazaar Romania nous ont avoué que les montants des transactions avaient tendance à aug­menter et que par conséquent les quantités acquises augmentaient elles aussi ; signe d’une mutation de ce commerce, peut-être analogue à celle survenue dans le cas des Russes.

  • Enfin, on note une tendance des com­merçants turcs de la filière de l’habillement à s’installer directement en Roumanie. Ahmet, propriétaire d’un magasin au Balkan Pazarı, a ainsi ouvert deux boutiques en Roumanie (à Fagaras dans la région de Braşov). Il se dit satisfait de cet investisse­ment.

  • 32 Quelques chiffres : 5,6 milliards de dollars en 1996 (Milliyet, 24/8/98), 4,5 milliards en 1998 (An (...)
  • 33 Entretien avec Abdül, 12 juin 2001.

27Dans l’ensemble, le commerce à la valise a connu une nette chute à partir de 199532. Mais, même sur le déclin, ce commerce n’en reste pas moins important. Il tend surtout à se recom­poser. Les cas de voyages semi-organisés en groupes sont ainsi de plus en plus fréquents. L’hôtel Çetin, par exemple, travaille exclusive­ment avec deux groupes de Roumains (d’envi­ron 20 à 30 personnes). Ces groupes se rendent à İstanbul assez fréquemment (quatre fois par mois) et la durée de leur séjour se rallonge également (trois jours), de même, forcément, que la quantité de marchandises achetées33. Ils ont été formés il y un an par l’intermédiaire de chauffeurs de bus et l’on retrouve ici le rôle central des voyages dans la constitution de ces réseaux.

  • 34 Enquête conduite dans les milieux du cuir à Zeytinburnu par M. Péraldi, Burhan Erkan et J.-F. Pérou (...)
  • 35 Turkish Probe, 12 juillet 1996, pp. 20-21.
  • 36 Comme celle située à l’angle de la rue Valide Camii et de l’avenue Küçük Langa. Observations, juin (...)

28Certains commerçants s’adressent aussi directement aux producteurs ou grossistes dans d’autres quartiers de la ville (Bayrampaşa, Zeytinburnu34, Nişantaşı, Osmanbey ou Merter). Ceci vaut encore plus bien sûr pour le commerce à la valise effectué par les Russes dont les achats sont plus massifs35. Ajoutons que, là encore comme dans le cas des Russes, d’une façon beaucoup plus discrète, les Roumains recourent désormais aussi à des sociétés de transport-cargo (voir photo 8)36. Cette intégration progressive de sociétés spécialisées dans l’activité commerciale transnationale nous paraît aussi être l’indice d’une transformation en cours. À la valise et aux aller-retours fréquents, peuvent dès lors se substituer d’autres modalités d’échange, portant sur des quantités plus importantes et intégrant désormais plus d’intermédiaires. Le Roumain qui effectue ses voyages commerciaux sur une base individuelle tend alors à être marginalisé et à disparaître. Et le commerce à la valise roumain, tout en connaissant une chute progressive et continuelle, se réorganise en véritables réseaux.

  • 37 À l’exception peut-être d’une réorientation vers le commerce avec les Maghrébins qui, aujourd’hui p (...)

29L’extrême rapidité de structuration et d’évo­lution de ces réseaux de mobilité et d’échange est toutefois surprenante et ces circuits pour­raient complètement se restructurer selon d’autres logiques. Le quartier commerçant de Laleli-Beyazıt-Aksaray-Yenikapı, qui s’est orga­nisé en un temps record après 1991, pourrait tout aussi rapidement se flétrir et disparaître. Il n’y a en effet guère de recyclage possible pour les commerçants et producteurs du quartier dont la gamme de production destinée aux pays de l’Est ne se conforme ni au goût occidental ni même au goût turc37.

Géographie urbaine et « ethnique » : une discrète conformation du territoire des navetteurs roumains

  • 38 Çağlar Keyder, “Most of my childhood was spent in Laleli, Méditerranéennes, n° 10, hiver 1997-98, (...)
  • 39 Cumhuriyet, 10/4/91. Merci à Samim Akgönül pour cette référence.

30C’est le complexe de Laleli-Beyazıt-Aksaray-Yenikapı, à l’articulation entre les arrondisse­ments d’Eminönü et de Fatih, qui fait figure de théâtre principal de ces incessants mouvements de commerçants chargés de leurs sacs et paquets (voir cartes 1 et 2). Situé dans la vieille partie de la ville (le vieux Stamboul, au sud de la corne d’Or), Laleli-Beyazıt est depuis bien longtemps un quartier commerçant. Il jouxte le Grand Bazar bien connu des touristes et s’étale entre la place de Beyazıt où, il y a encore trois ou quatre ans, les autobus en provenance de Roumanie se garaient, et le grand carrefour d’Aksaray. Il avait également déjà connu un précédent commerce à la valise avec les achats réalisés par les Maghrébins dans les années 1970 et 1980. De façon concomitante au développement des relations commerciales entre la Turquie et les pays arabes dans les années 70, de nombreux Arabes avaient en effet commencé à fréquenter les échoppes de Laleli38. Au début des années 80, avec l’arrivée de nombreux migrants du sud-est anatolien, le quartier a pris un aspect nettement commercial, symbolisant les biens de consommation bon marché. Laleli était également fréquenté par les Grecs lors de leurs fréquentes excursions à İstanbul. Ces courts séjours touristiques grecs étaient très fréquents jusqu’en 1991, date à laquelle un autobus bondé de touristes grecs a été incendié, provoquant la mort de la totalité des passagers. Les excursions grecques à İstanbul ont immédiatement et complètement cessé après cet incident39. La clientèle arabe s’est en même temps raréfiée et Laleli-Beyazıt n’était plus, à la veille de l’effondrement du monde communiste, qu’un quartier périphé­rique au grand Bazar et à la grande place de Beyazıt.

Carte 1 : Les territoires des Roumains dans le Grand İstanbul

Carte 1 : Les territoires des Roumains dans le Grand İstanbul

31Ce complexe a donc complètement été (ré)investi par le commerce à la valise. Des semi-grossistes occupent toutes les rues où se succèdent boutiques et petits bazars de deux ou trois étages, sans parler des innombrables et opportunistes petits commerces ambulants de trottoir. Les hôtels ou pensions où résident ces commerçants sont situés dans ce quartier et de façon générale, ces derniers ne s’aventurent guère au-delà des frontières de Laleli-Beyazıt-Yenikapı. Leur intérêt pour İstanbul se limite au commerce et ni Sainte-Sophie ni le Bosphore ne les attire hors des bornes bien délimitées du quartier. Le commerce à la valise a marqué un quartier entier mais n’a marqué que ce quartier. Ce phénomène de concentration spontanée et volontaire est tout à fait surprenant et relativise l’idée communément admise d’un attrait naturel des Orthodoxes pour « Constantinople ».

Carte 2 : Situation des « quartiers » roumain et russe dans la péninsule historique d’İstanbul

Carte 2 : Situation des « quartiers » roumain et russe dans la péninsule historique d’İstanbul
  • 40 Çağlar Keyder, op. cit.
  • 41 En avril 2001, on pouvait voir affichée sur les vitres de certaines boutiques l’annonce de la créat (...)

32Quant aux vendeurs turcs, ce sont en quasi- totalité des Kurdes de Turquie, parfois arabo­phones aussi, à l’origine implantés là pour traiter avec les commerçants maghrébins40. Dans le Balkan Pazarı, par exemple, sur 55 bou­tiques, seules trois sont tenues par des Turcs (non kurdes). Ces vendeurs viennent de diver­ses régions du sud-est, et parfois même sont venus directement de leur village à Laleli-Aksaray, appelés par un cousin ou un ami de la famille pour venir travailler dans leur boutique. Dans le Bazaar Romania, les Kurdes originaires de Mardin et Doğubeyazıt41 semblent en majorité.

33Les quelques commerçants non kurdes vivent mal cet « environnement ethnique » perçu comme étranger, voire hostile. Leurs propos sont plutôt virulents lorsque la question est abordée : « une vraie mafia ces Kurdes ! », « ils font affaire entre eux, sont violents, se battent pour un oui pour un non », etc... Pire : les Kurdes sont même fréquemment accusés de faire chuter la qualité et de détériorer la réputation du quartier.

34Plus généralement, on peut dire que le complexe Laleli-Akasaray-Beyazıt-Yenikapı réalise l’interface active entre migrations ou mobilités internationales et migrations ou mobilités nationales. En effet, nous avons noté de nombreux sièges d’associations de migrants internes à Yenikapı : sur l’avenue Küçük Langa se trouvent l’association des natifs de Viranşehir (département d’Urfa) et celle des natifs de Karaman. De plus, Aksaray est réputé pour ses agences de voyage particulières, qui fournissent faux papiers et titres de transport permettant aux migrants de l’intérieur, comme aux étrangers, d’accéder à la mobilité vers l’Europe. De même, les hôtels et pensions à célibataires d’Aksaray ou d’Eminönü sont fréquentés aussi bien par des étrangers que par des migrants internes.

35Le quartier pratiqué par les Roumains -s’il fallait en définir un- se distingue de celui des Russes, qui s’étend un peu plus au nord-est, par une plus grande exiguïté et une moindre visibilité des enseignes et autres inscriptions sur les vitrines. Alors que la présence russe marque l’ensemble des quartiers de Laleli et de Beyazıt, jusqu’à Aksaray, au nord et au sud de l’avenue Ordu, la présence roumaine reste concentrée plus au sud-est, vers Yenikapı autour du Balkan Pazarı et de l’Emniyet Otogarı, le long de l’avenue Küçük Langa et de l’avenue Mustafa Kemal, et au nord de la voie ferrée qui fait aussi limite (voir la carte 3). À l’est de la grande avenue Mustafa Kemal, le « quartier roumain » se dilue autour des avenues İnkılâp et Mesih Paşa, jusqu’à l’avenue Ordu, près de la grande place de Beyazıt, où l’on trouve des compagnies de bus présentes à l’Emniyet Otogarı (sur l’avenue Ordu, sur l’avenue Fetih Bey ou sur l’avenue Büyük Reşid Paşa). Les autobus partent et arrivent à l’un de ces deux emplacements. La place de Beyazıt, on l’a vu, n’est plus utilisée par ces compagnies. De même, s’il existe encore nommément, face à Beyazıt, un bazar des pays de l’ex-Europe de l’Est, celui-ci n’a plus d’activité véritable aujourd’hui.

36En fait, la grande différence entre Laleli et Yenikapı tient au montant des loyers pour les locaux commerciaux. Alors que dans le Bazaar Romania les loyers sont de l’ordre de 700 dollars en mai 2001, à Laleli ils sont au moins deux fois plus élevés, à l’exception de quelques locaux exigus loués par la mairie ou par des fondations. Le « quartier roumain » du point de vue du marché immobilier est donc un quartier relativement peu prisé.

37Le Yenikapı roumain se présente comme un ensemble de vastes parkings payants (comme l’Aksaray Açıkotopark, qui jouxte l’avenue Mustafa Kemal), de marchés, de gares routières et d’étals mordant sur les rues (surtout le long de la Langa Bostanları). Dans plusieurs de ces parkings, comme ceux entre le Balkan Pazarı et le Balkan Garajı, on a noté à diverses reprises la présence de camionnettes, de camions et de voitures particulières immatriculés en Roumanie (voir photos 9 et 10). La fonction de transit et d’étape, pour les personnes, les véhicules et les marchandises, y est donc primordiale. Il s’agit bien de la porte d’accès terrestre à İstanbul pour les Roumains, aux­quels s’ajoutent inextricablement Balkaniques et Transcaucasiens.

  • 42 Voir la liste en encadré.

38L’Emniyet Otogarı, le long de l’avenue Büyük Langa (à Yenikapı) est le terminal de plusieurs compagnies de bus qui desservent essentiellement la Roumanie, et plus margina­lement la Bulgarie, l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Géorgie42 : on peut considérer ce lieu comme le cœur du « quartier roumain ». Cette petite place où se garent les autobus pour la Roumanie est quasi fermée et entourée des bureaux de ces agences d’autobus et de quelques boutiques (voir photos 11 et 12). Quelques revendeurs y assurent le change de la monnaie roumaine. Le Balkan Pazarı, à deux pas de l’otogar du même nom, se présente également sous la forme d’une place quasi- fermée et entourée de boutiques. Celles-ci y sont plus nombreuses qu’à l’otogar. Elles regroupent marchands de tissus, de vêtements, de cuir, de jouets et de petite électronique. Les rues avoisinantes abritent les hôtels où les Roumains séjournent. La main-d’œuvre roumaine en attente de travail s’est également longtemps postée sur les trottoirs des rues du quartier.

Carte 3 : Le « quartier » roumain de Yenikapı

Carte 3 : Le « quartier » roumain de Yenikapı
  • 43 C’était à l’origine un collège privé, transformé en centre commercial spécialisé dans la clientèle (...)

39Le Bazaar Romania43 est dans ce quartier, avenue Küçük Langa (voir les photos 4, 5, 6 et 7). Se trouvent également sur cet axe plusieurs hôtels et pansiyon qui abritent des commer­çants roumains : l’hôtel Akkuş (rue Tiryaki Hasanpaşa) ou encore la Hakan Pansiyon en face de ce dernier, etc.). À l’est de l’avenue Mustafa Kemal, les boutiques et hôtels fréquen­tés par les Roumains se font ainsi beaucoup plus rares (voir en annexe la liste des hôtels recensés et enquêtés).

  • 44 À ne pas confondre avec l’hôtel du même nom situé plus à l’est, Kızıltaş Sok. Il ne s’agit pas des (...)
  • 45 Ainsi, l’hôtel Grand Lord (rue Azimkar Sok., standing moyen, 10 dollars la nuit) est essentiellemen (...)
  • 46 Il s’agit en fait bien souvent de Gagaouzes, Turcs chrétiens de Moldavie. Ceux-ci se déplacent à İs (...)

40En revanche, si le « quartier russe » se distingue assez nettement du « quartier roumain », ce dernier est aussi fréquenté par quelques commerçants iraniens, arméniens, bulgares, macédoniens, albanais ou géorgiens. L’hôtel Çetin (2)44, à côté d’Emniyet Otogarı, reçoit par exemple des Roumains, Arméniens et Bulgares, mais pas de Russes. À l’Emniyet Otogarı, la présence de quelques compagnies d’autobus assurant un service sur la Géorgie, l’Arménie ou l’Azerbaïdjan est assez visible. De façon générale, au-delà de l’avenue Mustafa Kemal, le quartier n’est plus tout à fait roumain mais n’est pas encore russe. Dans ces quelques rues autours des avenues Mesih Paşa et Laleli, se côtoient Bulgares, Albanais, Tunisiens, Irakiens, Iraniens,... et quelques touristes occi­dentaux, qui, eux, fréquentent les hôtels de meilleur standing. Pour les autres hôtels, des réseaux nationaux sont assez visibles et ils fonctionnent par « tournantes » (les lundi et mardi, des Albanais, les mercredi et jeudi, etc.)45. Enfin, il est à noter que le « quartier des Moldaves » (République de Moldavie, ancien RSS de Moldavie)46 se situe en plein cœur du « quartier russe » (autour de l’avenue Fevziye) et non pas côté roumain.

41L’approche mono-ethnique des « territoires du commerce flou » est en fait impossible : le territoire de Yenikapı est en fait un territoire partagé et perpétuellement réaffecté et les interactions « trans-ethniques », organisées ou hasardeuses, y sont permanentes.

42L’examen des navetteurs roumains, dans leur timide et éphémère déploiement micro­territorial, nous a déjà conduits à évoquer l’autre versant de la présence roumaine, en vérité indissociable du précédent, celui des travailleurs.

Notes

9 Ces marchés avaient, de fait, quelque chose d’un peu irréel : entre le vieux vélo de son enfance, la poupée cassée et le service de table (forcément incomplet) de la grand-mère, ils présentaient, pour les Turcs, un intérêt relevant plus du folklore.

10 C’est à Karaköy que les navires en provenance de Russie et d’Ukraine sont amarrés.

11 Türkiye İstatistik Yıllığı / Statistical Yearbook of Turkey, State Institute of Statistics, Prime Ministry, Republic of Turkey, 1996 ; et TÜRSAB, 2001.

12 De 5 à 10 milliards de dollars selon Gazi Erçel, ex-gouverneur de la banque centrale turque (E. I. U., Country Report, “Turkey”, n° 1, 1997, p. 9), 6 milliards de dollars selon Turkish Probe (12 juillet 1996, p. 21), 11 millions de dollars selon Hürriyet, 9/4/97, au moins 15 milliards de dollars selon l’Union des chambres de commerce (TOBB), cité par Hürriyet, 8/7/97.

13 14 personnes ont trouvé la mort dans cet atroce accident, des femmes en majorité ; Cumhuriyet, 30/1/01.

14 I. Selivanova, “Turkey and the Cooperation with the Black Sea Countries : The Beginning of the Path”, Foreign Trade, n° 9, 1994, p. 16.

15 M. Peraldi, « L’esprit du bazar ; mobilités transnationales maghrébines et sociétés métropolitaines : les routes d’İstanbul », à paraître.

16 5 millions en février 1999.

17 Cet important échange d’informations s’effectue surtout à l’aller, le retour voyant plutôt ces commerçants, accablés de fatigue (et ayant déjà réalisé leurs achats), se reposer.

18 Nous l’avons par exemple constaté dans la boutique « Romania » du Bazaar Romania de Yenikapı.

19 C’est le cas du couple originaire de Cluj que nous avons rencontré au Bazaar Romania le 4 décembre 2000. L’homme, passablement fatigué, une fois entré dans le magasin, s’est assis lourdement, puis s’est vu servir par l’employé roumain du magasin une bière sous le manteau (on était en période de ramadan), et s’est trouvé dès lors tenu en marge des négociations, comme neutralisé, réduit à parler du beau temps et de football. Ceci dit, nous avons rencontré peu de couples homme/femme dans les magasins de Laleli ou de Yenikapı.

20 C’est le cas de l’ensemble des « Balkaniques » qui s’adonnent à ce commerce à la valise.

21 Entretien du 4 décembre 2000 avec Ali, originaire de Mardin, qui tient une boutique de tee-shirts au Bazaar Romania depuis 7 ans. Ali parle le roumain.

22 Entretien avec N., un Kurde, marchand de vêtements sur le Balkan Pazarı. N. parle le roumain (cf. entretien, 13 novembre 2000).

23 “Laleli’nin işportası”, Sabah-İstanbul, 20/12/96, p. 3 ; voir en annexe photo 24.

24 Source : TÜRSAB, 2001.

25 Finansal Forum, 19/10/00.

26 Plus de 30 millions de Russes gagneraient leur vie en s’adonnant au commerce à la valise, à İstanbul mais aussi en Pologne, en Chine, dans les Émirats-Arabes-Unis. (Cumhuriyet, 1/8/96). Au moins 5 millions de familles russes en vivraient (“Rusya’dan bavul müjdesi”, Hürriyet, 2/9/98).

27 Le DM est, de façon très informelle mais bien réelle, utilisé comme monnaie d’échange et de référence dans une grande partie de la péninsule balkanique.

28 Le commerce à la valise avec les Russes avait, entre temps, constitué des réseaux bien rodés. Les vendeurs turcs avaient notamment octroyé d’importants crédits aux commerçants russes. À la mi-1998, ces derniers avaient contracté pour presque 5 milliards de dollars de dette auprès des vendeurs turcs à İstanbul. Voir “Laleli’de veresiye şoku” [À Laleli, le choc du commerce à crédit], Türkiye, 24/8/98.

29 Cette taxe de 30 % sur les marchandises acheminées par les commerçants à la valise visait à compenser le manque à gagner sur les importations officielles. Elle a été imposée en août 1996. Sa mise en application reste toutefois difficile. Cumhuriyet, 1/8/96 ; « The Suitcase Trade Moves On », Turkish Probe, 12 juillet 1996.

30 Milliyet, 8/7/98 ; Yeni Yüzyıl, 24/1/98.

31 “Laleli Pire’lendi” [Laleli se pirée-nise], Sabah, 18/3/01.

32 Quelques chiffres : 5,6 milliards de dollars en 1996 (Milliyet, 24/8/98), 4,5 milliards en 1998 (Anadolu Ajansı, 23/8/98) ; là encore, le caractère illégal de ces transactions ne nous permet pas de manier ces chiffres avec fiabilité.

33 Entretien avec Abdül, 12 juin 2001.

34 Enquête conduite dans les milieux du cuir à Zeytinburnu par M. Péraldi, Burhan Erkan et J.-F. Pérouse, en mai 1998 (résultats non encore publiés).

35 Turkish Probe, 12 juillet 1996, pp. 20-21.

36 Comme celle située à l’angle de la rue Valide Camii et de l’avenue Küçük Langa. Observations, juin 2001.

37 À l’exception peut-être d’une réorientation vers le commerce avec les Maghrébins qui, aujourd’hui privés de visa pour l’Europe occidentale, investissent le quartier de Laleli. cf. Péraldi (2001), op. cit.

38 Çağlar Keyder, “Most of my childhood was spent in Laleli, Méditerranéennes, n° 10, hiver 1997-98, p. 179.

39 Cumhuriyet, 10/4/91. Merci à Samim Akgönül pour cette référence.

40 Çağlar Keyder, op. cit.

41 En avril 2001, on pouvait voir affichée sur les vitres de certaines boutiques l’annonce de la création d’une association des « natifs de Doğubeyazıt à İstanbul », dont le siège est situé à Laleli précisément. L’articulation entre mobilités « internes » et mobilités « externes » à İstanbul était par-là bien exprimée. Il s’agit de « BAY-DER » : Beyazıt Derneği, Mesih Cad., Cem Palas Apart., n° 51, Laleli. Tél : 0212 516 98 04 ; 5000 membres, selon un commerçant du Bazaar Romania.

42 Voir la liste en encadré.

43 C’était à l’origine un collège privé, transformé en centre commercial spécialisé dans la clientèle des pays de l’est il y a une quinzaine d’années. Seulement 50 % des boutiques sont ouvertes selon le commerçant interrogé. Il porte un autre nom, un peu effacé : Bilir İş İşhanı.

44 À ne pas confondre avec l’hôtel du même nom situé plus à l’est, Kızıltaş Sok. Il ne s’agit pas des mêmes propriétaires.

45 Ainsi, l’hôtel Grand Lord (rue Azimkar Sok., standing moyen, 10 dollars la nuit) est essentiellement fréquenté par des Albanais, des Bulgares et des Tunisiens. L’Hôtel Çetin (1), outre les groupes de Roumains mentionnés ci-dessus, ne reçoit que des Irakiens, des Iraniens et des Syriens ; l’hôtel Fuar (avenue Namık Kemal, standing moyen, 48 DM la nuit) fonctionne avec des commerçants bulgares et des touristes allemands, etc.

46 Il s’agit en fait bien souvent de Gagaouzes, Turcs chrétiens de Moldavie. Ceux-ci se déplacent à İstanbul pour se livrer à ce commerce mais aussi, pour beaucoup et notamment pour beaucoup de femmes, pour y trouver un emploi. Ces femmes ont en fait investi un domaine d’activité bien particulier, celui des femmes de ménage. Un « marché au travail » de femmes de ménage gagaouzes se trouve dans ce quartier à l’emplacement de l’arrivée des minibus pour la Moldavie. Voir aussi « Moldova-Türkiye umut hattı », Cumhuriyet, 3/2/01, p. 9.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les territoires des Roumains dans le Grand İstanbul
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 2 : Situation des « quartiers » roumain et russe dans la péninsule historique d’İstanbul
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Carte 3 : Le « quartier » roumain de Yenikapı
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search