Version classiqueVersion mobile

Turquie : l’après-séismes

 | 
Jean-François Pérouse

I. Des plaies encore largement non pansées

Texte intégral

A. Un bilan humain encore flou, mais très élevé...

1. Nouveaux bilans et incertitudes incessantes

1Au bilan officiel du tremblement de terre de la région de Marmara (15 226 morts réper­toriés), fourni dans le Dossier de l’IFEA n° 1, on peut ajouter celui du séisme de Düzce, survenu trois mois après : 894 morts et 4948 blessés à Düzce (cf. « Bolu’da hasarlı evlere giriş yasak », Zaman, 6/12/1999, p. 2).

Tableau 1 : Le bilan officiel du séisme du 12 novembre 1999

Lieu

Nombre officiel

de morts

Düzce-Centre

478

Kaynaşlı

314

Bolu-Centre

48

Konuralp

34

Beyköy

9

Adapazarı

4

Zonguldak

3

Akçakoca

2

Gölyaka

1

Yalova

1

Total

894

Source : Radikal, 12/11/2000, p. 8.

2À cet égard, les incertitudes que nous avions signalées il y a un an quant au nombre de victimes sont encore pleinement de mise. Désormais, pour les deux principaux tremble­ments de terre, on parle ouvertement de 40 000 morts. Interrogé par un étudiant lors d’une de ses conférences-débats devant des scolaires sur le nombre réel de morts -10 000 à Adapazarı, contrairement à 3 000, le chiffre officiel-, le professeur Işıkara a rétorqué que cet écart est dû au fait que nombre de parents de défunts ont enterré leurs morts illégalement, sans les déclarer. En outre, les personnes seules ou les familles entières mortes au cours des séismes n’ont pas toujours été signalées (par qui ?) comme décédées auprès d’une instance comptabilisatrice.

  • 1 En décembre 2000, un franc français valait environ 92 000 livres turques.
  • 2 İzmit Depremzede Çocuklara Yardım Derneği.

3Ainsi, pour le seul département de Kocaeli (İzmit), le chiffre de 14 860 morts est-il avancé (cf. Radikal, 14/9/2000, p. 7), ce qui est près de deux fois supérieur au chiffre officiel donné il y a un an (et quasi équivalent au chiffre total des victimes, tous départements confondus, selon le bilan officiel). En effet, dans ce département, l’aide de 750 millions de livres turques1promise aux proches (lien de parenté au premier degré avec des personnes défuntes au cours du séisme) n’a jusqu’à présent été versée qu’à une moitié des ayants droit officiellement identifiés. À Yalova, également, alors que le nombre officiel de morts est de 2500, on compte 3200 noms dans le « musée du séisme » récemment inauguré sur un remblaie­ment de 1000 m2 ; ce qui constitue une gênante distorsion (cf. « Kayıt dışı ölü sayısı yeniden tartışılıyor », Cumhuriyet, 18/08/2000, p. 3).

  • 3 Cf. “Kayıplar bulunsun”, Cumhuriyet, 19/8/2000, p. 6 et “Nişanlım ölmedi”, Türkiye, 30/10/2000, p.  (...)

4De même, l’incertitude persiste quant au nombre exact de disparus. Ainsi, pour le responsable de l’« association d’aide aux enfants victimes du tremblement de terre d’İzmit2 », le nombre des disparus à İzmit n’est-il pas de 62, comme le prétendent les autorités locales, mais d’au moins 3003. Les recherches de disparus sur Internet continuent, comme celle de Gözde, petite fille de 7 ans, que ses parents croyaient morte alors qu’elle aurait été aperçue au lendemain de la catastrophe à l’hôpital maritime militaire de Gölcük (cf. « Depremin kayıp yüzü », Radikal, 19/3/2000, p. 7). Malgré tous les doutes, le Premier ministre rappelait fin août 2000 que le nombre officiel total des disparus était de 24... (cf. Cumhuriyet, 25/8/2000, p. 7).

Photos 1,2,3 : Tombes de victimes du séisme dans le cimetière de Değirmendere (2000)

Photos 1,2,3 : Tombes de victimes du séisme dans le cimetière de Değirmendere (2000)

5Dans ce contexte, on comprend que le recensement du 22 octobre 2000 se soit très mal passé dans les secteurs sinistrés. Face à la maladresse, voire à la brutalité des questions posées -comme celle relative à la mort d’un proche durant les trois années écoulées ou celle relative aux indices de confort du « logement »-, des centaines de familles dans les villes-tentes ou les préfabriqués ont refusé de répondre aux agents du recensement.

2. Dépopulation et migrations de populations non captives

6D’autre part, sans aller jusqu’à parler d’une hémorragie démographique, on a enregistré un exode sensible à partir des zones sinistrées. Les personnes ayant les moyens de la mobilité résidentielle l’ont mise en œuvre très rapide­ment, en faisant l’acquisition d’un nouveau logement dans une zone au sous-sol réputé plus solide. Ce mouvement est très sensible dans l’aire urbaine d’İstanbul, où l’on note un départ d’arrondissements et de quartiers « à risques » vers des secteurs plus sûrs, mais plus chers, comme Zekeriyaköy ou Beykoz. Pour illustrer la dépopulation enregistrée, on peut citer l’exemple de Gölcük, sous-préfecture du département de Kocaeli, qui comptait 18 000 foyers avant le tremblement de terre, et n’en compterait plus que 6500 actuellement. De même, le cas d’Avcılar -à İstanbul- semble des plus éloquents : selon la rumeur locale non infirmée par les autorités municipales interrogées, près de 50 000 personnes auraient quitté depuis le séisme cet arrondissement surpeuplé et mal bâti ; chiffre qui reste à étayer (on attend à cet égard les résultats du recense­ment du 22 octobre 2000), mais qui ne paraît pas totalement déraisonnable compte tenu de la chute des prix immobiliers et de l’accroissement facilement constatable du parc des logements vacants, à louer ou à vendre.

Photo 4 : Déménagement post-séisme à Değirmendere (nov. 1999)

Photo 4 : Déménagement post-séisme à Değirmendere (nov. 1999)
  • 4 La population estivale de cette station balnéaire au bord de la Marmara -où 500 personnes ont péri (...)

7L’infléchissement s’avère sensible pour la population scolaire et étudiante des zones sinistrées : dans l’arrondissement de Gölcük (épicentre du séisme d’août 1999), alors que l’on dénombrait 28 000 inscrits dans les écoles pour l’année scolaire 1998-1999, on n’en dénombrait officiellement plus que 16 000 pour l’année 1999-2000 (cf. Yeni Gündem, 27/6/2000, p. 3). D’autre part, à Çınarcık4 (département de Yalova), la population permanente, qui était de 20 000 habitants, a tellement diminué que les liaisons par bateaux avec Kabataş (İstanbul) ont été supprimées, signe d’une forte chute de la demande (cf. Cumhuriyet, 16/2/200, p. 3).

3. Les handicapés et les enfants orphelins

8En ce qui concerne les personnes sorties infirmes des séismes, leur nombre reste mal cerné et leur prise en charge, difficile. Plusieurs associations, comme la Confédération des Infirmes de Turquie, essaient d’attirer l’attention de l’opinion et de l’État sur ces victimes-là ; elle a par exemple été coorganisatrice de l’exposition « Yalova, Jour 2 » tenue à İzmit en février 2000.

  • 5 Cf. “Nadire Duran, Emirdağ’daki prefabrike konutta komşularının yardımıyla üç torununa bakabiliyor” (...)
  • 6 En décembre 2000, la campagne se poursuit toujours, notamment sous la forme d’annonces sur les radi (...)

9La situation des enfants laissés sans parents au lendemain des séismes a suscité un plus fort émoi dans l’opinion publique5, et la campagne « Famille frère » (Kardeş Aile Kampanyası), orchestrée par le gouvernement et bien relayée par les médias et les associations (Sivil Koordinasyon, Boğaziçi Üniversiteleri Mezunları et ODTÜ Mezunları Derneği), a de ce fait enregistré un indéniable succès du point de vue des fonds récoltés6. En février 2000, dans le cadre de cette campagne, plus de 3000 propositions de volontaires avaient été enre­gistrées, allant de l’hébergement à l’encadre­ment scolaire des déshérités (cf. « Kampanya sürüyor. ’Kardeş Aile’ için 3 bin başvuru », Cumhuriyet, 2/2/2000, p. 20). Mais c’est un long travail d’accompagnement qui se révèle nécessaire (cf. Görker Işık, « Deprem bölgelerin­deki çocuklarımız », Cumhuriyet, 21/12/1999, p. 2), exigeant en temps et moyens.

B. Les affres de la vie quotidienne pour les rescapés

10Pour prendre la concrète mesure des diffi­cultés auxquelles se heurtent encore, malgré tous les efforts, bon nombre de « victimes des séismes » (depremzede), outre les enquêtes de terrain, on pourra se reporter à la rubrique « 17 Ağustos platformu » que publie régulièrement le quotidien Radikal. Celle-ci est constituée de témoignages bruts et de doléances formulées par les depremzede. De même, à l’occasion du premier anniversaire des deux tremblements de terre, de nombreux reportages ont été réalisés, qui peuvent aussi servir de sources.

1. Une aide au quotidien encore importante mais inégale

  • 7 Cf. Cumhuriyet, 11/3/2000, p. 9.

11Si les manifestations de la solidarité inter­nationale et nationale -par exemple, entre août 1999 et mars 2000, les comptes ouverts à la « Banque de l’Agriculture » ont récolté un total de 154 trillions de LT (environ 165 millions de FF)7- sont innombrables et bénéficient encore aux rescapés, l’aide s’essouffle et surtout est distribuée de façon parfois arbitraire (cf. « Kimisi üzüldü kimisi sevindi », Radikal, 19/3/2000, p. 7). Cet arbitraire engendre d’inévitables sentiments d’injustice ou de relégation. En outre, des cas de détournement de l’aide, comme à Sakarya en juin 2000, ont été signalés, et contribuent çà et là à tendre l’atmosphère. Néanmoins, selon le « Préfet coordinateur de la zone sinistrée », fin mars 2000, la majorité de l’aide matérielle acheminée vers la zone sinistrée -et centralisée par le « Centre de coordination et de soutien logistique de la zone sinistrée » (DBLDKM)- est venue de l’étranger. Soit, sur un total de 2541 camions d’août 1999 à mars 2000, 1310 camions « étrangers » (le nombre le plus important venant d’Allemagne : 617 sur ces 1310).

12L’alimentation au quotidien des depremzede demeure un problème et à l’occasion du Bayram (fête du sacrifice), en mars 2000, beau­coup se sont plaints de ne pas avoir mangé de viande depuis plus de sept mois. Ainsi, les 1000 depremzede de l’ « İzmirçadırkent » de Değirmendere -campement comprenant environ 250 tentes- ont-ils manifesté leur désarroi face à l’absence de distribution de viande dans leur ville-tente pour cette fête (cf. « Aç yatıyoruz », Radikal, 18/3/2000, p. 6). De même, dans les villes-tentes gérées par le Croissant Rouge turc, les plaintes relatives à la qualité et à la diversité de la nourriture distribuée sont récurrentes (cf. « Kızılay artık bıktırdı », Zaman, 2/12/2000, p. 3). En général, la situation des depremzede hors structure s’avère plus critique que celle de ceux regroupés dans des tentes ou dans des préfab­riqués.

13Pourtant, les dépenses de l’État pour assurer un minimum aux rescapés sont assez indé­niables. Le 3/12/1999, le porte-parole du gou­vernement faisait savoir qu’à cette date 107 000 depremzede avaient bénéficié de « l’aide sociale » dispensée par l’État (ou redistribuée par lui), d’un montant total de 100 trillions de LT.

2. Des équipements et réseaux encore déficients

14La vie quotidienne reste par ailleurs diffi­cile, du fait de l’absence d’équipements de base, comme les hôpitaux et centres de soins. À Bolu par exemple, un étudiant victime d’une chute a trouvé la mort en avril 2000, faute d’avoir pu être rapidement soigné et pris en charge sur place. En conséquence, eu égard aux conditions de vie et au mauvais état des réseaux d’ache­minement de l’eau et d’évacuation des eaux usées, les risques d’épidémie demeurent impor­tants et constituent un sujet de préoccupation sérieux (cf.« Hastalık korkusu », Cumhuriyet, 20/4/2000, p. 3). Aussi, en dépit des promesses faites par le « préfet coordinateur des régions affectées par le séisme » (Afet Bölge Koordinatör Valisi) -qui a compétence sur 5 départements- les réseaux n’ont pas encore été reconstitués dans leur grande majorité en septembre 2000 (cf. « Hastalık korkusu », Cumhuriyet, 20/4/2000, p. 3).

15Dès lors, encore condamnés à vivre dans des terrains vagues ou des chantiers, les rescapés sont la proie de toutes les menaces. À Adapazarı, les habitants en juin 2000 étaient obligés de porter un masque pour se protéger de la poussière qu’occasionnent travaux de recon­struction des infrastructures (réseau d’eau...) et monceaux de gravats non déblayés (cf. Yeni Gündem, 18/6/2000, p. 3).

3. Des revenus par trop maigres

16Beaucoup de rescapés qui ont perdu leur travail dépendent totalement de l’assistance de diverses institutions et associations ou de la solidarité familiale. Certains ne touchent que l’aide à la location débloquée par l’État turc en faveur des victimes survivantes. Dans ce contexte, l’octroi de délais spécifiques aux vic­times du tremblement de terre pour le paiement de certaines pensions ne paraît pas suffire.

C. Encore beaucoup de mal logés : le règne du provisoire et des problèmes aigus de logement

17D’après le porte-parole du gouvernement turc à l’issue du Conseil des Ministres du 3/12/1999, on peut estimer que 160 000 personnes ont perdu leur logement au terme des deux séismes meurtriers. Comme sur ces 160 000 bien peu possédaient un autre loge­ment ou avaient les moyens d’en racheter un aussitôt, pour la plupart, se reloger décemment est devenu le problème numéro un. Ces délogés vivent soit dans des tentes (regroupées en camp organisé ou non), soit dans des préfabriqués, soit dans des containers, soit dans des baraques, soit chez des amis ou des parents, soit dans un appartement loué, soit enfin dans une « structure d’accueil », village de vacances ou hôtel, mise à leur disposition par les autorités (voire réquisitionnée).

Photos 5 et 6 : Les dégâts matériels : Değirmendere et Yalova (2000).

Photos 5 et 6 : Les dégâts matériels : Değirmendere et Yalova (2000).
  • 8 “Depremzedeye barınma yardımı uzatıldı”, Yeni Gündem, 11/02/2001, p. 3.

18Pour donner un exemple, dans le départe­ment de Kocaeli, le plus touché par le séisme du 17 août, 55 191 personnes touchaient encore, en septembre 2000, une « aide à l’hébergement » (pour payer leur loyer), d’un montant de 100 millions de Livres Turques par mois. Aide d’ailleurs prolongée pour trois mois début janvier 20018, signe d’un lent « retour à la normale ».

1. Toujours des tentes, malgré un mouvement de « désemplissement »

a. Des habitats vulnérables

  • 9 Voir le témoignage d’une fille de 14 ans, rescapée du séisme et vivant en tente : Özcan M. (2000), (...)

19La tente reste une réalité prégnante des régions affectées et de leurs marges, sous des formes diverses9. En effet, si les « villes-tentes » (çadırkent) sont connues et aisément repérables, on oublie souvent les tentes individuelles, çà et là installées et disséminées, qui abritent encore un nombre non négligeable de délogés. À Bolu par exemple, la résidence universitaire n’étant pas habitable, les étudiants « pensionnaires » ont été installés dans des tentes.

20Ces tentes restent sous la perpétuelle menace de l’incendie. Ainsi, le 7/4/2000, dix-sept tentes occupées par du personnel du Croissant Rouge turc ont-elles brûlé à Kervan, près de Düzce, suite à un court-circuit électrique ; par bonheur leurs occupants ne s’y trouvaient pas. Par ailleurs, les tentes ne sont pas viables en temps de canicule, comme au cours du mois de juillet 2000 où il a fallu prendre des mesures spéciales d’évacuation, alors qu’il faisait plus de 40 degrés à l’ombre. À l’inverse, elles peuvent s’effondrer sous le poids de la neige, comme l’hiver dernier, à Bolu et Düzce, régions montagneuses où les chutes de neige sont parfois abondantes (cf. « Çadırlar yıkıldı », Cumhuriyet, 30/12/2000, p. 7), ou à Adapazarı (Emirdağ Çadırkenti), au début de février 2000.

21Enfin, les occupants des tentes -surtout les femmes seules- se plaignent de l’insécurité qui règne dans certaines des villes-tentes (cf. « 17 Ağustos platformu », Radikal, 14/9/2000, p. 7). Le développement d’une petite criminalité dans ces habitats vulnérables semble d’ailleurs être devenu un souci pour les autorités.

b. Quelques chiffres

22Dans le département de Kocaeli, 70 000 per­sonnes vivaient encore, en juin 2000, en tente ou préfabriqués ; mais sur les 34 villes-tentes initialement aménagées, il en restait seulement 14 en activité (soit 14 656 personnes...) à cette même date. À Gölcük par exemple, sous-préfec­ture de ce département, à la fin du mois de juin 2000, on dénombrait encore 3910 personnes dans neuf « villes-tentes » (cf. Evrensel, 21/6/2000, p. 10).

  • 10 Cf. Yeni Gündem, 14/9/2000, p. 3.

23Cependant, quelques mois après -à la mi-octobre 2000-, pour donner une idée de la rapidité avec laquelle le relogement s’effectue, on dénombrait encore 7924 personnes en villes-tentes10 dans l’ensemble du département (réparties dans 1361 tentes).

24Dans le département de Sakarya, plus de 5000 personnes habitaient encore en tente à la fin de l’année 2000. Par exemple, la Çadırkent d’Emirdağ, à Adapazarı comprenait 1700 tentes. Elle a été dernièrement « vidée », par transfert en préfabriqués, sauf pour 600 non ayants droit, qui restent en tente.

25Dans le département de Yalova, depuis le 1er juin 2000, toutes les villes-tentes ont été vidées ou sont en passe de l’être.

26Pour le département de Bolu, dans la seule ville de Bolu on dénombrait à la mi-septembre 2000 neuf villes-tentes rassemblant 3232 tentes en tout (dont 1000 vides) et hébergeant environ 10 000 depremzede (cf. « Okullarda yılın ilk dersi », Yeni Gündem, 12/9/2000, p. 3).

27Dans ce même département, pour la rentrée des classes le 11 septembre 2000, sur les 49 000 élèves concernés, 3000 vivaient encore dans des tentes. Parallèlement, début octobre 2000, plus de 500 étudiants de l’université Abant İzzet Baysal étaient encore logés sous tentes, à défaut d’autres moyens d’hébergement à disposition (cf. Radikal, 6/9/2000, p. 5). Cepen­dant, au milieu du mois de novembre 2000, la situation s’était sensiblement modifiée à la baisse, signe d’un transfert vers d’autres formes d’hébergement (cf. tab. 2).

28Au total, en décembre 2000, la Croix Rouge Internationale estimait encore le nombre de personnes sous tentes à 38 000 (cf. Cumhuriyet, 13/12/2000, p. 6).

Photos 7 et 8 : Camps de tentes dans les hauts de Değirmendere (2000).

Photos 7 et 8 : Camps de tentes dans les hauts de Değirmendere (2000).

Tableau 2 : Les tentes dans les départements de Düzce et Bolu à la mi-novembre 2000

Département

Nombre de « camps de

tentes »

Nombre de personnes hébergées

Bolu

7

7000

Düzce

2

3010

Total

9

10010

Source : Radikal, 12/11/2000, p. 8.

  • 11 Cf. Zaman, 11/06/2000, p. 2.

29Ceci rappelé, quand on sait qu’en janvier 2001, soit plus de 2 ans et demi après le tremblement de terre d’Adana (survenu en juin 1998), 354 familles continuent à être logées dans des tentes, on peut douter de la rapidité de la disparition des tentes, à court terme, dans la région de la Marmara (cf. Radikal, 18/1/2001 p.1 et p. 5). De même, certaines des victimes du tremblement de terre de Çerkeş (survenu en juin 2000) manquaient encore -surtout en milieu rural- de tentes plusieurs jours après l’événement, malgré les efforts du Croissant Rouge turc11.

Photo 9 : Tente isolée, près d’une maison en souffrance (Değirmendere, 2000).

Photo 9 : Tente isolée, près d’une maison en souffrance (Değirmendere, 2000).

c. Une politique d’incitation au transfert dans les préfabriqués

30L’objectif actuel et pressant des autorités est de faire disparaître les villes-tentes, par une politique incitative et dissuasive. Cette incitation va jusqu’à des restrictions dans l’aide alimentaire, comme à Gölcük où il a été annoncé qu’à compter du 1er août 2000 plus aucun repas chaud ne serait distribué dans les villes-tentes qui subsistent. Début avril 2000, dans le département de Bolu, 2380 tentes avaient été vidées, soit approximativement un tiers des tentes édifiées (cf. « Kızılay çadırları toplanı­yor », Cumhuriyet, 2/4/2000, p. 5).

31À Bolu, de même, le préfet-adjoint a annoncé en septembre 2000 qu’il allait expulser les non ayants droit des campements de tente qui subsistent -neuf sur douze à l’origine, en l’occurrence-, laissant entendre que plus de 9000 personnes vivaient dans des tentes sans être de véritables ayants droit, simplement pour pouvoir bénéficier des aides qui y sont dispensées (cf. « Afetzede değiller », Radikal, 14/9/2000, p. 7). On touche là à la délicate question de la définition de la « victime du tremblement de terre » : selon les points de vue et les critères retenus, celle-ci peut en effet se voir doter de contenus variables, plus ou moins restrictifs. Pour le préfet-adjoint de Bolu, la définition doit être stricte et restrictive ; son intention par conséquent était de réduire le nombre des villes-tentes de 9 à 5 d’ici l’hiver 2000-2001. Pour ceux qui ont peur d’habiter leur logement en immeuble, dans la perspective d’un nouveau séisme, et qui préfèrent rester en tente, la définition apparaît plus élastique...

2. Les maisons préfabriquées et les containers : la panacée ?

32Les préfabriqués, édifiés à l’initiative du ministère turc des Travaux publics ou à l’initia­tive d’associations et d’institutions nationales ou étrangères, font maintenant partie intégrante du paysage des zones sinistrées. Qui se rend par l’autoroute d’İstanbul à Ankara ne peut man­quer d’être frappé, d’İzmit à Bolu, par le nombre de ces camps de préfabriqués à la voirie tirée au cordeau, dont certains sont en bord de route principale ou d’autoroute. Or, ces constructions provisoires et précipitamment édifiées posent de multiples problèmes (cf. Ekinci O., « Prefabrike ’insanı’ unuttular », Cumhuriyet, 14/10/1999, p. 6.) et en poseront de plus en plus à l’avenir quand il s’agira de les reconvertir ou de les éradiquer. Au total, 25 000 préfabriqués ont été mis en chantier sous l’égide du mi­nistère des Travaux publics (« Anahtar valilere emanet », Zaman, 2/12/2000, p. 3) et près de 10 000 selon d’autres modalités (financement de la Grèce, de l’Union européenne, des « Verts » allemands, de l’association des diplômés de telle ou telle université...). Pour ce qui est des préfabriqués construits grâce à l’aide internationale, on peut citer le cas des 100 préfab­riqués financés par la Grèce à Derince (départe­ment de Kocaeli/İzmit), qui sont devenus le symbole tangible de la nouvelle amitié gréco- turque. « Nous étions tous des ennemis de la Grèce », raconte une femme logée dans ces préfabriqués -ayant perdu son fils et son mari dans la catastrophe-, « (...) maintenant nous prions tous les jours pour les Grecs dans les maisons où nous habitons » (cf. « Derince’de dostluk evleri », Radikal, 8/2/2000, p. 4). Le « village japonais », ouvert en février 2000 à Adapazarı, constitue un autre exemple de l’aide étrangère.

33La construction a été rapide et les condi­tions d’attribution des marchés de construction aux entreprises privées, pour les préfabriqués « ministériels », demeurent l’objet de contes­tations et d’accusations de partisanisme. De plus, l’attribution des logements préfabriqués semble ne s’être pas faite sans abus ou dérapage non plus. Ainsi, les critères d’allocation des préfabriqués financés partiellement par le Secours Populaire français à Değirmendere ont-ils été mis en cause (cf. « Konut dağı­tımında yolsuzluk iddiası », Cumhuriyet, 7/4/2000, p. 3).

34Le problème de certains préfabriqués, qui explique que leurs ayants droit les boudent, c’est leur localisation parfois peu commode et leur accès difficile. À Değirmendere, le village du Secours Populaire français a été installé sur des hauteurs en retrait du littoral et à l’écart des voies carrossables. Par temps de pluie, s’y rendre en empruntant les chemins défoncés à profondes ornières relève de l’exploit (nous nous y sommes risqués)... De même à Yalova, les préfabriqués de Sultaniye, Hersek et Hasanbaba sont dénoncés comme trop distants des principaux lieux de vie et d’activités. Mais ceux qui refusent de s’installer dans ces préfabriqués éloignés se voient privés de tous leurs droits à l’avenir... (cf. « Teslim almayanların hakları yok olacak », Özgür Bakış, 5/2/2000, p. 4). De plus, les camps de préfabriqués souffrent de sérieux problèmes d’infrastructure, surtout au niveau de l’évacuation des eaux de pluies -le spectacle offert par la plupart des camps de préfabriqués après un fort épisode pluvieux est des plus désolants- ou de celle des eaux usées. D’autre part, des équipements comme le télé­phone ont souvent tardé à être mis en place. Enfin, les préfabriqués sont mal sécurisés, comme l’a rappelé le cas de l’incendie avec mort d’homme survenu le 21 juin 2000 à Bolu (cf. Yeni Gündem, 22/6/2000, p. 3). Les systèmes « bricolés » et improvisés de raccordement au réseau électrique sont souvent responsables de ces incendies, comme celui qui est survenu à Şirinköy, dans l’arrondissement de Gölcük en octobre 2000 (cf. Cumhuriyet, 6/9/2000, p. 5), qui a causé l’anéantissement intégral de trois maisons préfabriquées.

35On peut brièvement examiner la répartition des préfabriqués par département.

36À Kocaeli, en juin 2000, on comptait offi­ciellement 13 376 préfabriqués construits par le ministère du Logement, dont 12 801 occupés, par un total de 49 577 personnes. En outre, 6378 personnes vivaient dans 1987 préfabriqués construits par le secteur privé. À ceci il fallait ajouter 75 000 personnes qui vivaient dans des baraques qu’elles avaient construites elles- mêmes. Soit un total de 131 000 mal logés. Mais à la mi-septembre 2000, dans le même départe­ment, on dénombrait toujours 49 015 personnes vivant dans 12 036 préfabriqués (cf. Yeni Gündem, 14/9/2000, p. 3).

37À Bolu, on dénombrait 3572 préfabriqués et 294 containers en juin 2000. Le nombre de préfabriqués semble avoir notablement augmenté par la suite (cf. tab. 3)

Tableau 3 : Les préfabriqués à Bolu et Düzce le 12 novembre 2000

Département

Nombre de

préfabriqués

Nombre de personnes concernées

Düzce

6797

27 586

Bolu

3589

14 762

Total

10 386

42 348

Source : Radikal, 12/11/2000, p. 8.

38À Yalova, le 23/1/2000 a été ouvert un village de préfabriqués à l’initiative de l’asso­ciation « Groupe d’aide d’İstanbul », en collabo­ration avec l’association « Çağdaş Yaşamı Destekleme Derneği » et grâce au soutien financier de nombreux sponsors.

39Dans le département de Sakarya (Adapaza­rı), en février 2000, sur les 9167 préfabriqués prévus, 8934 avaient été livrés. Le restant ne l’avait pas été en raison de doutes pesant sur les postulants...

3. Les baraques et autres abris de fortune

  • 12 Ancien arrondissement de Bolu, érigé en département en décembre 1999, juste après le deuxième séism (...)

40À Düzce12, le tableau suivant donne une idée pour début novembre 2000, alors que le processus de construction n’est pas terminé. On connaît plus précisément le cas des 984 préfab­riqués du village de Sıralık, en passe d’être achevés à la fin du mois de décembre 2000.

41Les conditions de vie de tous ceux qui vivent dans des baraques auto construites, hors de toute structure de soutien et d’encadrement sont sans doute pires. Le nombre de ces baraques reste mal estimé -pour ne pas dire totalement négligé. En effet, dans plusieurs quartiers sinistrés, les gens préfèrent passer la nuit dans une baraque bricolée sommairement au pied de leur immeuble endommagé plutôt que dans celui-ci. On peut parler d’une espèce de dédoublement spontané de l’habitat, par des baraquements qui ont investi tous les espaces libres, sans aucun plan ni aucun équipement sanitaire de base. Ce paysage de désolation frappe les yeux de l’observateur dans plusieurs quartiers d’İstanbul, comme dans toute la zone sévèrement affectée (cf. « Bayramda çadırsız kaldılar », Yeni Gündem, 17/3/2000, p. 4). Les baraques de Bolu incendiées fin mars 2000 avaient justement été construites, pour une somme allant de 40 à 150 millions de Livres Turques, par des personnes vivant en immeuble et redoutant de nouvelles secousses.

Photos 10, 11 et 12 : Préfabriqués au-dessus de Değirmendere et Gölcük.

Photos 10, 11 et 12 : Préfabriqués au-dessus de Değirmendere et Gölcük.

42Ces baraques, comme les tentes, sont aisé­ment la proie des flammes, en hiver surtout, comme à Yuvacık, près d’İzmit, le 3 février 2000, où trois jeunes enfants ont péri dans l’incendie de leur baraque, déclaré pour des raisons encore mal connues. Comme de même, à Adapazarı (quartier de Yağcılar) le 4 février 2000, où un homme de 90 ans a trouvé la mort, alors que quelques heures auparavant dans un autre quartier de la ville (Tepekum) une autre baraque était détruite par un incendie. Plus récemment encore, à la fin septembre 2000, deux enfants trouvaient la mort dans l’incendie de leur baraque -déclaré à la suite d’un court- circuit électrique- à Adapazarı.

43Dans ces conditions, pour un meilleur contrôle et une plus grande efficacité de l’aide, un des soucis majeurs des autorités (préfec­torales) a été d’assurer dans des camps encadrés un regroupement des rescapés çà et là illégale­ment disséminés. Ce regroupement n’est pas achevé et, quand il s’est opéré, ne s’est pas fait sans résistance. Ainsi à Adapazarı, les autorités ont dû couper l’électricité « détournée » par 80 familles ayant spontanément installé leurs tentes et baraques dans le parc Dudayev... pour forcer celles-ci à s’installer dans une ville-tente homologuée (cf. « Zorla çadırkente », Zaman, 6/12/1999, p. 2).

4. La fin des « structures d’accueil » réquisitionnées ?

44Mais les victimes des séismes hébergées dans des abris provisoires, même en dur, récla­ment de pouvoir disposer d’un logement durable. C’est le cas des 200 personnes hébergées à Florya (İstanbul), dans un centre de repos (Florya Dinlenme Tesisleri) réquisitionné dans l’urgence par la mairie métropolitaine d’İstanbul, qui ont manifesté en bloquant la route littorale en avril 2000 pour que leurs revendications soient entendues. En ce qui concerne les familles qui ont été hébergées sous le coup de l’urgence dans des hôtels, comme dans le département de Bolu après le séisme du 12 novembre (cas des hôtels d’Abant), elles ont été transférées dans des tentes, de façon à permettre une reprise de l’activité hôtelière. D’autre part, certains délogés ont même été hébergés hors de la zone sinistrée, dans des infrastructures d’accueil touristique, comme à Antalya (cas des installations de Sarısu Orman İçi) ou dans la région d’İzmir. Pour ceux-là le sentiment de déracinement s’avère peu supportable.

5. L’épineuse question des loyers

45Beaucoup de victimes du tremblement de terre aspirent à louer un appartement ou une maison. Mais le marché immobilier a été bouleversé : la demande est forte et l’offre réduite, compte tenu du nombre de logements détruits ou jugés inhabitables. Les propriétaires de logements sains ont tendance à profiter de la situation en augmentant plus que de raison les loyers dans les régions ravagées. Par ailleurs, des depremzede ayant perdu leur emploi du fait des séismes -commerçants ou artisans, notam­ment- se retrouvent dans l’incapacité de payer leur loyer... et finissent en tente.

Photo 13 : Ancienne ville-tente de Bekirpaşa (İzmit) : terrain vague non réaffecté (mars 2001)

Photo 13 : Ancienne ville-tente de Bekirpaşa (İzmit) : terrain vague non réaffecté (mars 2001)

46En outre, nombre de locataires de logements ayant résisté aux séismes se sont vus mis à la porte par des propriétaires pressés soit de récupérer leurs logements, soit de louer à prix plus élevés du fait de l’inflation régnante (cf. « Kiracılar açıkta kaldı », Radikal, 8/2/2000, p. 4). À ce jour, il semble qu’aucun contrôle « public » ne soit exercé pour limiter ce genre d’abus.

  • 13 Cette depremzede a d’ailleurs traîné devant les tribunaux ce préfet, contraint à verser des indemni (...)

47Au total, ces rudes conditions de vie expliquent la colère des depremzede, qui s’est exprimée de manière spectaculaire le jour où le préfet de Bolu a giflé une rescapée qui le prenait à partie et l’invectivait d’une manière jugée trop enragée13 ; scène à satiété montrée sur toutes les chaînes de télévision. Les premiers anniversaires des séismes, en août 2000 et en novembre 2000, comme l’entrée dans le second ramadan après les traumatismes ont vu s’exprimer abondamment la morosité et la rancœur des depremzede.

Notes

1 En décembre 2000, un franc français valait environ 92 000 livres turques.

2 İzmit Depremzede Çocuklara Yardım Derneği.

3 Cf. “Kayıplar bulunsun”, Cumhuriyet, 19/8/2000, p. 6 et “Nişanlım ölmedi”, Türkiye, 30/10/2000, p. 26.

4 La population estivale de cette station balnéaire au bord de la Marmara -où 500 personnes ont péri et 47 bâtiments se sont effondrés- était même environ 10 fois supérieure à cette population permanente.

5 Cf. “Nadire Duran, Emirdağ’daki prefabrike konutta komşularının yardımıyla üç torununa bakabiliyor”, Cumhuriyet, 12/08/2000, p. 3.

6 En décembre 2000, la campagne se poursuit toujours, notamment sous la forme d’annonces sur les radios locales ; le relais de la campagne à İstanbul est la “Beyaz Masa” de la municipalité d’Eyüp : 212 612 00 00.

7 Cf. Cumhuriyet, 11/3/2000, p. 9.

8 “Depremzedeye barınma yardımı uzatıldı”, Yeni Gündem, 11/02/2001, p. 3.

9 Voir le témoignage d’une fille de 14 ans, rescapée du séisme et vivant en tente : Özcan M. (2000), Naylon Köşk, İstanbul, Bilgi Yayınları.

10 Cf. Yeni Gündem, 14/9/2000, p. 3.

11 Cf. Zaman, 11/06/2000, p. 2.

12 Ancien arrondissement de Bolu, érigé en département en décembre 1999, juste après le deuxième séisme meurtrier.

13 Cette depremzede a d’ailleurs traîné devant les tribunaux ce préfet, contraint à verser des indemnités... ; cf. Radikal, 24/01/2001, p. 7.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search