Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Vers une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ?

 | 
Samim Akgönul

Introduction

Volltext

Je remercie Bertrand Buchwalter d'avoir eu l'amabilité et la patience de lire et corriger la première version de ce texte.

1L’intitulé de ce dossier contient en lui-même une interrogation. Interrogation à laquelle on peut difficilement répondre sans anticiper l’histoire. La seule chose que l’on puisse faire est de scruter les événements du passé et de voir si la conjoncture permet d’envisager une évolution positive de l’état des choses. De fait, un nouveau vent d’optimisme souffle sur les relations gréco-turques. Paradoxalement, ce changement est intervenu au lendemain de l’arrestation d’Abdullah Öcalan par les services secrets turcs, alors que celui-ci sortait de l’Ambassade de Grèce à Nairobi (février 1999). Depuis plus d’un an, un réchauffement se laisse entrevoir aussi bien dans les paroles que dans les actes.

2Mais au-delà des faits et des déclarations ponctuelles, il reste encore à savoir dans quelle mesure les problèmes bilatéraux entremêlés et sclérosés à cause de décennies de statu quo pourraient se résoudre dans un court délai. Pour ce faire, il faut analyser la genèse des contentieux, la conjoncture ainsi que les mentalités qui empêchent une normalisation des rapports. Dans cette étude, nous allons d’abord nous pencher sur les cas les plus connus de contentieux gréco-turcs, ensuite nous essaierons de dégager les causes et les conséquences des différentes périodes dites de « détente » pour analyser, enfin, l’évolution des relations durant l’année 1999 et l’année 2000, le but étant de déterminer, si oui ou non, les conditions nécessaires pour un rapprochement et une coopération sont réunies.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access