Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Deuxième partie. L’Orient fantasmé

Jean-Jacques Rousseau, de la montre du Sérail au gouvernement du Contrat social

Frédéric Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Les textes de Rousseau sont cités, selon l’orthographe moderne, en suivant les Œuvres complètes en (...)
  • 2 Rêveries du promeneur solitaire, 5, OC, I, p. 1046. Pour la tradition d’interprétation mentionnée, (...)

1Parce que Rousseau a vendu sa montre en pleine crise de « réforme somptuaire », parce qu’il s’en est vanté dans les Confessions et les Rêveries, parce que le Marquis de Girardin, qui l’accueillait à Ermenonville, l’a répété aussitôt dans son récit des derniers jours, l’épisode est passé à la postérité : un jour de 1751, Rousseau, déjà célèbre à Paris pour son Discours sur les sciences et les arts, quitte « la dorure et les bas blancs »1, pose l’épée et vend sa montre, prélude au retour vers Genève en 1754 et à la scandaleuse retraite à Montmorency en 1756. Après sa mort, la légende s’emparera de l’épisode et voudra lui donner une grande signification. Ainsi une tradition bien établie soutient aujourd’hui que Rousseau ne pouvait trouver son bonheur qu’en dehors du temps, dans ces moments de rêverie qui échappent radicalement au pouvoir de la durée. Dans cet état, comme il le dit lui-même, « où l’âme trouve une assiette assez solide pour s’y reposer tout entière [...], où le présent dure toujours sans néanmoins marquer sa durée et sans aucune trace de succession »2.

  • 3 Voir Essai sur l’origine des langues, 9, OC, V, p. 406 ; J. Starobinski : « J.-J.Rousseau : la form (...)
  • 4 Sur la place de la montre dans la culture européenne, en particulier au xviiie siècle, voir J.-C. B (...)
  • 5 Cet article est une version remaniée et augmentée d’une première étude publiée par le Musée des Art (...)

2La formule est frappante, en effet. Mais en l’associant à l’épisode de la montre vendue, en faisant de Rousseau un excentrique incapable de supporter toute contrainte extérieure, la légende se trompe plusieurs fois. Non pas sur les faits : Rousseau a vraiment vendu sa montre en 1751 ; il a vraiment exprimé le regret d’« un âge heureux où rien ne marquait les heures » ; il a vraiment vécu heureux à Montmorency au rythme de la campagne, au rythme du jour solaire ; il s’est vraiment réjoui qu’une grande dame, absorbée par la lecture de La Nouvelle Héloïse, ait laissé passer l’heure du bal, « sa montre étant arrêtée » !3 Mais elle se trompe sur l’interprétation des faits, en réduisant la montre à sa seule fonction technique. Il y a la fonction première de la montre, marquer l’heure au cadran, mais il y a aussi sa fonction esthétique, sa nature de bijou, d’objet miniature – coquin ou sage, convoité, objet de mode. Et il y a aussi son principe de fonctionnement : conserver le rythme régulier d’un pendule. Il y a encore ce qu’on peut appeler la valeur symbolique de la montre : pour nous, elle est symbole de précision, de justesse, mais l’est-elle vraiment à l’époque de Rousseau ? Et aussi la métaphore, très populaire à l’époque, qui compare l’univers, l’homme ou la société, à une montre, parce que tous sont faits d’éléments solidaires, de « pièces » qui dépendent les unes des autres. Enfin, il y a le rapport de cause à effet entre l’horloger et la montre : on n’a pas l’un sans l’autre. On peut vendre sa montre, comme Rousseau, sans s’interdire l’une ou l’autre de ces associations d’idées, sans renier les rapports de la montre avec les enjeux, avec le langage, avec le ton d’une époque. L’aventure de la montre est une des grandes aventures du xviiie siècle, et pas seulement un fait de technique. Elle s’adresse à tous, elle appartient à toutes les histoires : l’histoire des techniques, du travail, des échanges, des styles, des goûts, sans oublier l’histoire du roman et l’histoire des idées4. On la trouve même, comme j’essaierai de le montrer, dans la construction si particulière du Contrat social5. Mais il faut pour cela commencer par un détour, par un roman.

*

  • 6 Je maintiens ici la date usuelle de 1710, même s’il semble acquis aujourd’hui que le livre a été pu (...)

3Pendant qu’Isaac Rousseau, le père « rhabilleur » de montres, cherche fortune dans l’Orient des contes et des palais, un autre horloger à l’esprit d’aventure s’égare dans un royaume encore plus inouï, tout à fait imaginaire même, appelé Butrol. Avec son compère Massé, chirurgien de marine, l’horloger La Forêt est l’autre héros des Voyages et aventures de Jacques Massé de Simon Tyssot de Patot, un livre paru en 1710, très apprécié des libres penseurs, plusieurs fois réédité, encore à la mode en 17606. Un récit où la passion des sciences et des techniques nourrit les discussions entre les personnages, produit véritablement l’intrigue.

  • 7 S. Tyssot de Patot, op. cit., pp. 131, 146 & 254-255.

4Échoués à Butrol après les pérégrinations d’usage, les deux compères sont entraînés dans une aventure de palais, romanesque comme il se doit, par la faute... d’une montre ! Dans ce « pays enchanté », on ne connaissait pas les horloges, seulement un pendule malcommode, et La Forêt fait vite sa renommée en construisant « une machine, qui indiquerait et sonnerait les heures », bientôt « montée sur le dôme de la maison du roi, avec six cadrans à l’entour »7. Mais l’horloger, animé des meilleures intentions, va faire basculer l’histoire. C’est Massé qui raconte :

  • 8 Ibid., pp. 273-274.

La Forêt [...] se mit après une montre de poche, sans m’en dire pourtant un seul mot ; et avant que je m’en aperçusse il était à la fin de son ouvrage. Quoiqu’il travaillait bien mieux en grand qu’en petit, une montre dans un pays où il ne s’en était jamais vu, était un bijou d’une valeur inestimable. Aussitôt qu’il eut achevé celle-là, il alla trouver le roi [...] et le supplia de l’accepter de sa main, comme une marque sincère de sa juste reconnaissance. Le roi, s’étant fait montrer ce que c’était, en demeura interdit, il admira la beauté et l’utilité de cette petite machine, et lui protesta qu’il ne lui demanderait jamais rien, dont il put disposer, qu’il ne lui accordât [...].8

  • 9 Ibid., pp. 274-275.

5L’histoire s’emballe, car derrière le roi il y a ses femmes, son Sérail. Le roi s’empresse en effet de « faire parade de sa montre devant elles » et toutes admirent « ce joli instrument, qui nonobstant sa petitesse, ne laissait pas d’avoir ses mouvements justes ». Lidola, la deuxième femme du roi, fait « de grandes tentatives pour en devenir la propriétaire »9 , mais le roi fait la sourde oreille. Furieuse, elle feint alors d’être indisposée et refuse de recevoir le monarque, qui finit par en deviner la cause et se tourne sans rien dire vers une autre concubine. Mais Lidola a un plan. Elle invite discrètement La Forêt à la rejoindre à une heure avancée de la nuit. L’horloger est déjà sous le charme, lorsque s’annonce le jour :

  • 10 Ibid., pp. 284-285.

La Forêt s’en formalisa, il s’émancipa même de lui faire des reproches de ce qu’elle ne l’avait point appointé plus tôt, puisque selon lui, il ne valait pas la peine qu’il fut venu là pour n’y rester qu’un moment. Quoi que je sois un peu brouillée avec le roi, repartit la charmante Lidola, je ne suis pas sûre qu’il me néglige longtemps : l’envie le pourrait prendre de me venir voir sur le matin ; [...] jouons au sûr, retirez-vous pour ce coup : si vous avez encore une montre de poche, comme est celle que vous avez donnée au roi, ayez soin de vous en charger une autre fois, afin qu’elle nous indique ce que nous aurons à faire : nous pourrions bien n’avoir pas toujours des gens auprès de nous qui songeassent à nous en avertir. En achevant ces douces paroles elle lui sauta au cou, le baisa fort tendrement, et se retira tout d’un coup.10

  • 11 Ibid., pp. 285.

6Cette fois notre horloger est bien pris, et le temps de son cœur n’est pas dans les horloges : « [...] jamais homme, à l’entendre, n’avait parcouru une si grande étendue de pays sur les terres de l’Amour en dix ans qu’il venait de faire dans une heure » !11 Au deuxième rendez-vous, la belle se laisse surprendre, à moitié dévêtue, endormie :

  • 12 Ibid., pp. 294-295.

Mais pourquoi venez-vous si tôt, il doit faire encore grand jour, et je ne vous avais appointé que pour onze heures. Vous prenez le change, répondit La Forêt, et vous me reprochez ma lenteur : je suis pourtant venu à mon temps, mais vous ne comptez pas ce que j’ai déjà été ici. Vous vous trompez, reprit la reine, consultez votre montre, elle vous apprendra que vous avez tort de me résister. Je n’ai point de montre, dit La Forêt, et je n’en ai même que faire : dans ces sortes d’occasions, ma tête est une horloge à minutes, je n’y manquerais pas d’un moment. Vous n’avez point de montre ! repartit Lidola, cela est surprenant que vous soyez privé de bijoux, dont vous-mêmes faites part aux autres. Si j’avais le talent de faire de si jolies machines, je ne voudrais pas qu’il fut dit, que je n’en aurais pas une à mon usage, et une autre au service de ma maîtresse. Ce compliment mortifia un peu notre Français ; il connut fort bien à quoi aboutissait ce reproche, et enrageait de ne l’avoir pas prévenu.12

7Il n’enrage pas longtemps. La suite est dans les règles : la tentatrice se prend au jeu, les choses se précipitent. Enlacés, ils ne doutent plus « que le moment de leur félicité ne fut sur le point d’éclore », quand survient le roi avec sa troupe. On cache La Forêt dans un cabinet attenant et il doit, pour s’échapper, se laisser glisser dans un canal. Cette fois Massé met en garde son compagnon :

  • 13 Ibid., p. 301.

Elle vous demande une montre, [...] voilà qui sent bien son amour intéressé, et quand cela ne serait pas, comment voulez-vous qu’elle s’en serve ? Le roi, qui le saura d’abord, voudra aussi savoir où elle l’a prise, le mystère se découvrira, et adieu les deux amants.13

  • 14 Ibid., pp. 304-305.
  • 15 Ibid., pp. 308-309.

8Bien sûr, La Forêt n’en fait qu’à sa tête. Les deux hommes avaient commencé une montre qui demandait encore au moins huit jours de travail, il l’achève seul en cinq jours : « [...] elle était extrêmement mignonne, la gravure de la boîte était belle en perfection, et l’étui ne cédait en rien à l’ouvrage du dedans ». L’horloger fait aussitôt parvenir son présent à la reine, mais la fin du rêve est proche : « Si jamais personne a témoigné de la joie, ce fut Lidola, à la vue de cette jolie montre : nous avons su qu’elle la baisa mille fois, et se félicita elle-même d’avoir si bien réussi dans son intrigue. »14 Non seulement Lidola ne se laisse plus approcher, mais le roi, en visite chez la reine, entend le mouvement de la montre, s’en étonne, interroge. Il faut vite inventer une histoire, dire qu’on avait trouvé la montre, qu’on avait voulu la restituer aux étrangers, qu’ils avaient refusé, « que leur dessein était même d’en faire pour l’impératrice et pour toutes les autres reines ». Voilà La Forêt « embarqué dans la nécessité de faire au plus vite des montres pour toutes les femmes du roi, sous peine d’encourir leur disgrâce, et peut-être même la haine » du roi, qui pourrait en venir à soupçonner la vérité15. Massé le tirera d’embarras en trouvant un moyen de fuite. Et les voilà bientôt sur le chemin du retour au pays, après vingt années passées à Butrol...

*

  • 16 Cité in J. -J. Rousseau, OC, I, note 2, p. 55.

9Je ne discuterai pas ici le romanesque du roman, ni ses aspects religieux, symboliques ou utopiques, mais ses aspects simplement techniques : la montre de La Forêt est une montre à minutes, elle est fiable, il n’est pas question de son réglage, de ses éventuelles réparations. Nous sommes bien dans un roman ! Dans la réalité, alors qu’on réduit sans cesse la taille des montres au xviiie siècle, alors qu’on construit dès le milieu du siècle les premières montres à secondes, une montre ordinaire de 1760 avance ou retarde encore de quatre à cinq minutes par jour. Avant la fin du siècle, l’imprécision reste la règle et la justesse, l’exception. Surpris par la qualité des poèmes d’un certain horloger qui se vantait d’écrire, Voltaire dira simplement : « Il est singulier qu’un horloger fasse de si jolies choses. Sa pendule va juste. »16

  • 17 Leibniz emploie la métaphore contre Clarke et Newton, qui prétendent que l’univers tend à perdre sa (...)

10Cet optimisme technique mis à part, la montre de La Forêt est tout ce qu’une montre peut être : un pendule amélioré, un garde-temps, un bijou, un objet de mode, un objet de pouvoir, une marchandise. Il ne manque que la métaphore, tout à fait contemporaine du livre, du monde comme montre ou du royaume comme horloge (ou comme montre), qu’on trouvera chez Leibniz, Fontenelle ou De Boisguilbert17. Celui-ci, par exemple, compare les sujets du royaume à « autant de pièces d’horloge qui concourent au commun mouvement de la machine, le dérangement d’une seule suffisant pour l’arrêter entièrement ». Puis, dans un deuxième temps, il se sert de la comparaison pour porter un jugement sur l’état de la société. À ses yeux, le « souverain conducteur de l’horloge » (c’est ainsi qu’il désigne le contrôleur général du royaume) est aussi mauvais horloger que mauvais souverain :

  • 18 P. de Boisguilbert, Dissertation sur la nature des richesses (1707), cité in G. Faccarello, Aux ori (...)

Il y a là-dessus une attention à faire, à laquelle presque qui que ce soit n’a jamais réfléchi, qui est que, l’opulence consistant dans le maintien de toutes les professions d’un royaume poli et magnifique, qui se soutiennent et se font marcher réciproquement comme les pièces d’une horloge ; toutes, à beaucoup près, ne sont pas dans la même assurance, et à l’épreuve de semblables atteintes.18

  • 19 Sur la nécessité de rapprocher l’histoire des idées et l’histoire des techniques, en particulier po (...)

11Comme toutes les métaphores, la métaphore de l’horloge évolue avec le progrès technique19. Au milieu du siècle, lorsque s’intensifie la course à la précision avec les montres de marine, on prendra plus couramment modèle sur la montre, comme dans cette version remarquable de la comparaison, par l’économiste Steuart :

  • 20 J. Steuart, An inquiry into the principles of political oeconomy (1767), in The Works political, me (...)

Il en est des gouvernements comme des machines, plus elles sont simples, plus elles sont solides et durables ; plus elles sont composées avec art, plus elles deviennent utiles ; mais aussi plus elles risquent d’être hors d’état de marche. La forme [du gouvernement] de Sparte peut être comparée à un coin, de toutes les puissances mécaniques la plus solide et la plus compacte. Ceux des États modernes peuvent l’être aux montres, qui se dérangent continuellement ; tantôt le ressort s’avère trop faible, tantôt trop fort pour la machine : et quand les roues ne sont pas faites en suivant une proportion fixée, par les mains expertes d’un Graham ou d’un Julien le Roy, elles ne s’accordent pas bien les unes avec les autres ; alors la machine s’arrête, et si on la force, des pièces se cassent ; et il faut avoir recours à la main de l’ouvrier pour la réparer.20

  • 21 Sur E. Poe, voir J. -P. Weber, Domaines thématiques, Gallimard, 1963, pp. 37-86. Sur J. Verne, voir (...)
  • 22 J. de Maistre, De la souveraineté du peuple : un anti-Contrat social, PUF, 1991 (1795), p. 122.

12À la fin du siècle, la montre deviendra de plus en plus précise, de plus en plus fiable, et bientôt changera de valeur, deviendra synonyme de précision, une précision presque inhumaine, comme dans d’innombrables récits du xixe siècle : chez Edgar Poe, chez Jules Verne par exemple21. Mais ce retournement de valeur ne doit pas nous induire en erreur. Au xviiie siècle, la montre est un objet de comparaison omniprésent, en tant qu’objet technique à la fois utile et imparfait. De Maistre, s’exprimant après la Révolution française, rejettera la comparaison de la montre (pour défendre la comparaison du corps vivant désormais associée à la monarchie), mais c’est bien cette image qui lui paraît résumer le siècle : « Une des grandes erreurs de ce siècle est de croire que la constitution politique des peuples est une œuvre purement humaine ; qu’on peut faire une constitution comme un horloger fait une montre. Rien n’est plus faux. »22 Or, le plus grand coupable, pour De Maistre comme pour les contre-révolutionnaires, c’est Rousseau.

*

  • 23 Lettres écrites de la montagne, 6, OC, III, pp. 812 & 810. Sur le rôle décisif de Genève dans la th (...)

13Rousseau a-t-il parlé de montre dans le Contrat social ? Pas nommément, seulement d’une mystérieuse « machine ». Pourtant, sous l’apparence d’une « thèse générale », d’une « abstraction » qui examine les gouvernements seulement dans leurs principes, il est possible de reconnaître dans le Contrat social deux « objet(s) existant(s) », historiques, datés : les institutions de Genève ; une montre à spiral réglant23.

  • 24 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 396.

14La République de Genève, dans l’image optimiste et nostalgique que Rousseau s’en fait depuis la France, c’est la meilleure des constitutions modernes. Avec une assemblée de tous les « citoyens » (les citoyens étant seulement une classe parmi les habitants, à peu près 1600 sur 25000), avec deux ou trois Conseils qui forment le gouvernement (le Conseil des 25 – ou Petit Conseil –, le Conseil des 60, le Conseil des 200), avec un droit de regard des citoyens sur l’action des différents Conseils, Genève a théoriquement une constitution équilibrée, où les citoyens sont à la fois souverains et sujets, et où les « magistrats » du gouvernement (on dirait aujourd’hui : les fonctionnaires) n’ont d’autre pouvoir que celui qui leur est délégué par l’assemblée souveraine. C’est exactement la logique du Contrat social : le gouvernement n’est qu’un « corps intermédiaire » entre le « souverain » et les « sujets », qui sont les mêmes personnes considérées sous deux aspects – et c’est cela qui fait l’originalité du livre24.

  • 25 Manuscrit de Genève, I, I, OC, III, p. 281.

15En réalité, même à Genève, les choses ne sont pas aussi idéales. Les familles enrichies qui ont obtenu les places au Petit Conseil, le plus élevé, se comportent de plus en plus comme si elles détenaient une part de souveraineté. À terme, ce qui menace Genève, c’est une forme de despotisme feutré, ou alors la révolte du parti bourgeois. Le problème est de savoir combien de temps cet édifice va tenir, combien de temps cette « machine », comme dit Rousseau, sera « en état d’aller »25.

Montre « turque »

Montre « turque »

Montre cabriolet double boîtier avec répétition à quarts, faite pour le marché turc mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, cuvette et cadran signés Bréguet & Fils boîtier poinçonné « J L J » (Jean-Louis Joly, 1752 ?-1821)
(Paris, 1807, or, émail)

Musée Patek Philippe, inv. S-235 © Patek Philippe Museum, Genève

  • 26 Lettre à d’Alembert, OC, V, p. 85 ; Lettre à T. Tronchin, 26.11.1758, CC, V, pp. 241-242.
  • 27 Confessions, 1, OC, I, p. 6 ; Discours sur l’origine de l’inégalité, dédicace, OC, III, p. 118.
  • 28 Dictionnaire de musique, « Musique », OC, V, p. 924 ; Nouvelle Héloïse, IV, 17, OC, II, p. 519.
  • 29 Confessions 1, OC, I, pp. 25 & 30-31.

16Au plus fort de la nostalgie, dans la Lettre à d’Alembert sur les spectacles, enchantée par le souvenir des fêtes et de l’enfance, Rousseau croit encore que Genève peut être sauvée des abus du Petit Conseil. Mais bientôt ses amis genevois tempèrent son optimisme. Alors Rousseau durcit et souligne l’opposition entre la richesse des familles gouvernementales et l’« industrie » des artisans, qui forment l’« état médiocre » (au milieu) auquel il appartient par sa naissance : « Partout le riche est toujours le premier corrompu, le pauvre suit, l’état médiocre est atteint le dernier. Or chez nous l’état médiocre est l’horlogerie »26. Cette horlogerie vertueuse, c’est l’image du père, Isaac Rousseau, horloger « fort habile », « vivant du travail de ses mains, et nourrissant son âme des vérités les plus sublimes ». Dans l’image de bonheur que façonne la mémoire, les outils de l’horloger deviennent inséparables de la vertu. Pour ainsi dire, ils la fabriquent : « Je ne me rappelle point sans la plus douce émotion la mémoire du vertueux citoyen de qui j’ai reçu le jour [...]. Je vois Tacite, Plutarque et Grotius mêlés devant lui avec les instruments de son métier »27. Faut-il penser, alors, que la montre est prête à jouer son rôle de « signe mémoratif », comme ces objets capables de « ranimer puissamment les sentiments violents dont on fut agité près d’eux »28 autrefois ? Si cela était, les souvenirs ne manqueraient pas : les jeux d’enfant, lorsque avec son cousin il empruntait les « outils de (son) bon vieux grand-père, pour faire des montres à son imitation » ; plus tard, la honte d’être renvoyé du greffe, au verdict qu’il n’était « bon qu’à mener la lime » ; à treize ans, les douloureuses années d’apprentissage chez un horloger-graveur, métier qui ne lui « déplaisait pas en lui-même », mais que son patron, un « homme rustre et violent », finit par lui rendre « insupportable »29.

  • 30 Dictionnaire de musique, « Carillon », OC, V, p. 687 ; Sur J. Romilly, « citoyen » de Genève, maîtr (...)
  • 31 Les dates ici sont importantes : l’article « Frottement » parait dans le volume VII de l’Encyclopéd (...)

17On ne solde pas son passé comme on vend une montre. L’horlogerie vertueuse n’est pas qu’un souvenir. Depuis son retour dans sa ville pour trois mois, en 1754, Rousseau a renoué avec son milieu, il s’est lié d’amitié avec des horlogers genevois : la famille De Luc, à Genève, mais aussi Jean Romilly, installé à Paris. Romilly est ce « célèbre horloger »30 qui présente en 1755 à l’Académie Royale des Sciences une montre si ingénieuse qu’elle peut marcher huit jours là où, avec le même rouage, une montre ordinaire s’arrête au bout de vingt-quatre heures, puis récidive en 1757 avec une montre théoriquement capable d’aller 378 jours ! Il est aussi l’auteur des articles de l’Encyclopédie sur le « Frottement » ou les « Vibrations », ou bien encore des Planches d’Horlogerie31 Sa philosophie est simple : les frottements n’ont vraiment d’importance que dans l’horlogerie, et l’horlogerie, en retour, pourrait se résumer aux frottements :

  • 32 J. Romilly, « Frottement », in Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Arts et des Métiers, vol.  (...)

L’horlogerie est de tous les arts celui qui présente sur le frottement les plus grands et les plus singuliers phénomènes ; car dans tous les arts, excepté l’horlogerie, les frottements n’agissent que comme résistance, ou comme obstacles au mouvement des corps appliqués les uns contre les autres ; et par l’altération qu’ils causent aux pièces dont les machines sont composées. Avec de la force et une réparation nécessaire aux pièces altérées, l’on satisfait à tous les frottements dans ces machines. Il n’en est pas de même en horlogerie ; les résistances et les altérations des pièces y sont presque pour rien. C’est de la variété connue des frottements qui agissent en retardant plus ou moins la vitesse des corps, que provient une si grande irrégularité dans l’horlogerie, et principalement dans les montres.32

  • 33 M. Authier, « Archimède : le canon du savant », in M. Serres, dir., Éléments d’histoire des science (...)
  • 34 Contrat social, III, 8, OC, III, p. 418.

18Dans l’horlogerie, il ne suffit pas, comme dans les autres machines, de connaître la force perdue dans le frottement : il faut aussi connaître le temps employé à l’épuiser. Or, en prenant pour modèle le levier d’Archimède, les théoriciens de la « machine politique », image popularisée au xviie siècle, avaient oublié que la force s’échange contre du temps. Comme l’explique M. Authier, Archimède fournissait un modèle au personnage fictif, lointain et tout-puissant, capable avec son levier de soulever la Terre – image du monarque absolu manœuvrant d’un doigt son royaume –, mais c’était un mythe trompeur, et bientôt A. Ferguson, prenant au pied de la lettre la promesse d’Archimède, aura beau jeu de montrer qu’« un homme contrebalançant la Terre au bout d’un levier et se déplaçant à la vitesse d’un boulet de canon » mettrait 44 963 540 000 000 ans pour « déplacer la Terre d’un pouce » !33 De la même manière, au moment où son ami Romilly invente des montres miraculeuses qui marcheront aussi longtemps, en proportion, que Rome a vécu, Rousseau, méditant sur les institutions de Genève et la vertu de ses horlogers, se moque de l’image du levier, associée à l’idée d’un « gouvernement tyrannique »34 et rétablit dans son projet la relation entre la force et le temps :

  • 35 Manuscrit de Genève, I, 4, OC, III, pp. 296-297. C’est dans le Manuscrit de Genève que l’on trouve (...)

L’on ne peut éviter en politique non plus qu’en mécanique d’agir plus faiblement ou moins vite, et de perdre de la force ou du temps. La volonté générale est rarement celle de tous, et la force publique est toujours moindre que la somme des forces particulières ; de sorte qu’il y a dans les ressorts de l’État un équivalent aux frottements des machines, qu’il faut savoir réduire à la moindre quantité possible, et qu’il faut du moins calculer et déduire d’avance de la force totale pour proportionner exactement les moyens qu’on emploie à l’effet qu’on veut obtenir.35

  • 36 Contrat social, III, 10 et III, 16, OC, III, pp. 421 & 432.

19Cet équivalent du frottement, c’est précisément le problème posé par le gouvernement, dans son « effort continuel contre la souveraineté ». Comme dans l’exemple de Genève, les magistrats, « dépositaires de la puissance publique », sont les « officiers » du peuple, ils sont là pour lui « obéir », mais en obéissant au peuple au sens passif (les sujets), ils s’opposent au peuple au sens actif (le souverain) : « plus cet effort augmente, plus la constitution s’altère », et comme il n’y a pas de « volonté de corps » qui résiste et « fasse équilibre » avec celle des magistrats, il doit arriver tôt ou tard que le gouvernement « opprime enfin le souverain et rompe le traité social »36. En politique comme en horlogerie, la perfection est une « chimère ». En composant au mieux son gouvernement, l’effet recherché par Rousseau sera double, comme dans l’horlogerie, mais il ne sera pas idéal :

Montre « turque » à équation du temps et quantième

Montre « turque » à équation du temps et quantième

Montre faite pour le marché turc, avec une aiguille en acier bleui pour indiquer l’heure du temps moyen et une aiguille concentrique en or pour indiquer l’heure du temps solaire, cadran subsidiaire des secondes et de la date, mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, cuvette signés.
Cadran signé en lettres arabes Abraham-Louis Bréguet.
Boîtier poinçonné « J L J » (Jean-Louis Joly, 1752 ?-1821)
(Paris, 1814, or, argent)

Musée Patek Philippe, inv. S-236 © Patek Philippe Museum, Genève

    • 37 Manuscrit de Genève, I, 4, OC, III, pp. 295-296.
    • 38 Contrat social, III, 6 et III, 1, OC, III, pp. 412 & 400.

    Qu’est-ce qu’un « État bien réglé » ? Un État où il y ait « toujours accord de temps, de lieu, d’effet, entre la direction de la volonté générale et l’emploi de la force publique », où les volontés particulières, inconstantes par nature, obéissent à la « volonté générale », « moins sujette à cette inconstance »37. C’est le problème de l’exactitude, de la régularité (les quatre à cinq minutes de retard ou d’avance par jour). Ainsi, « s’il y a plus de ruse dans une Cour, il y a plus de sagesse dans un sénat, et [...] les républiques vont à leurs fins par des vues plus constantes et mieux suivies ». Mais, comme une montre avance ou retarde, il arrive que le gouvernement républicain ne marche pas comme il faut : « sans s’éloigner directement du but de son institution, il peut s’en écarter plus ou moins, selon la manière dont il est constitué »38.

  1. Comment juger d’un bon gouvernement ? Par sa capacité à prolonger autant que possible la paix civile obtenue par le pacte social – ce qui ne veut pas dire éternellement : « Si Sparte et Rome ont péri, quel État peut espérer de durer toujours ? » C’est le problème de la durée de marche (vers 1760, une montre ordinaire doit être remontée toutes les trente heures environ). Pour Rousseau, comme pour les horlogers de son époque, l’horizon temporel est fini, mais on peut espérer l’allonger un peu :

  • 39 Contrat social, III, 11, OC, III, p. 424.

Il ne dépend pas des hommes de prolonger leur vie, il dépend d’eux de prolonger celle de l’État aussi loin qu’il est possible, en lui donnant la meilleure constitution qu’il puisse avoir. Le mieux constitué finira, mais plus tard qu’un autre, si nul accident imprévu n’amène sa perte avant le temps.39

  • 40 Contrat social, III, 1 & 2, OC, III, pp. 395 & 399-400.
  • 41 J. Romilly, « Frottement », op. cit., p. 347.
  • 42 Lettres écrites de la montagne, 6, OC, III, D. 808.

20Il est possible alors de développer plus complètement l’analogie de la montre et du Contrat social : 1) la volonté générale du peuple souverain, qui dirige, qui « détermine l’acte », c’est le régulateur (dans la montre à spiral réglant inventée à la fin du xviie siècle) ; 2) le gouvernement, « ministre » du souverain et sans autre force que la « force publique concentrée en lui », c’est le rouage ; 3) l’« État » (au sens de « société », ensemble des sujets), force commune au tout, c’est le ressort moteur40. Comme l’échappement de la montre est à la fois « retardateur » et « régulateur »41 , frein et rythme, c’est de l’effet combiné du « conflit » et du « concours » de la volonté générale et du gouvernement que « résulte le jeu de toute la machine »42 politique.

  • 43 F. Berthoud, « Horlogerie », in Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Arts et des Métiers, vol (...)
  • 44 Manuscrit de Genève, II, 2 et I, 1, OC, III, pp. 313 & 281 ; Lettres écrites de la montagne, 9, OC, (...)

21Il ne reste plus qu’à reconnaître dans le « législateur » la figure du maître-horloger, celui qui « fait les plans des montres et des pendules » et « quant à l’exécution, [...] fait choix des ouvriers qui sont capables d’en exécuter chaque partie »43. Cet « homme extraordinaire dans l’État », cet emploi mystérieux qui « constitue la république » mais « n’entre point dans sa constitution », c’est « le mécanicien qui invente la machine » politique, alors que « d’autres plus sages en régleront les mouvements », viendront la « monte(r) », la faire « marcher », la « remonter » « quand elle s’arrête »44.

  • 45 J. Romilly, « Frottement », op. cit., p. 344.

22Voilà où se trompe encore la légende : oublier qu’une montre de 1760 est imparfaite, qu’elle s’arrête bientôt, qu’elle bloque, qu’elle s’use, qu’elle n’est pas encore la montre parfaite du xixe siècle. Malgré sa méticulosité, Romilly reconnaît n’avoir que des « connaissances bien imparfaites »45 des frottements, et ses montres qui marchent si longtemps n’indiquent pas l’heure juste ! C’est précisément cela qui intéresse Rousseau, qui peut justifier la comparaison avec les choses humaines, avec les aléas de l’Histoire.

  • 46 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 396.
  • 47 M. Halbwachs, in J.-J.Rousseau, Du Contrat Social, Aubier Montaigne, 1943, note 160, p. 243.
  • 48 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 398.

23Mais Rousseau n’a pas été toujours aussi prudent. Il lui arrive de donner des arguments à ses contradicteurs, comme ce fameux modèle mathématique du meilleur gouvernement, qui forme un des passages les plus critiqués du Livre III. Pour calculer le meilleur gouvernement pour un État, il suffirait, écrit Rousseau, de « représenter » le rapport « du tout au tout ou du souverain à l’État [...] par celui des extrêmes d’une proportion continue, dont la moyenne proportionnelle est le gouvernement »46. Autrement dit : écrire l’équation Souverain / Gouvernement = Gouvernement / État (toujours au sens de « société »), soit S/G = G/E. En isolant la variable du « nombre du peuple », comme le propose Rousseau, et en posant E = 1 comme le suggère M. Halbwachs dans son commentaire (« c’est le sujet-peuple, un individu »47), on obtient la solution proposée par Rousseau : nombre des magistrats = racine carrée du nombre du peuple. Une solution que Rousseau s’empresse de retirer pour ne pas être tourné en « ridicule » : « si, pour m’exprimer en moins de paroles, j’emprunte un moment des termes de géométrie, je n’ignore pas, cependant, que la précision géométrique n’a point lieu dans les quantités morales »48.

  • 49 Voir J. Romilly, « Frottement », op. cit., pp. 350-351.
  • 50 Voir Lettre à F. -H. d’Ivernois, 9.2.1768, CC, XXXV, pp. 100-107.
  • 51 Op. cit., note 164, p. 245.

24Dans ce passage, Rousseau ne succombe pas à sa « tentation mathématique » ou à ses « métaphores mathématisantes », comme on le dit parfois. Il prend seulement dans son sens propre originel – peut-être plus ou moins consciemment – une expression que nous ne connaissons plus qu’au sens figuré : les rouages de l’administration. Comme rouage, le gouvernement de Rousseau est composé de plusieurs roues, et tout lecteur de l’Encyclopédie sait que le calcul de la taille des roues repose précisément sur la résolution d’une série de « moyennes proportionnelles » ! Par exemple, pour une montre que l’on veut faire marcher trente heures, en donnant par habitude 15 dents à la roue d’échappement, on obtient le nombre de roues restantes et leur nombre de dents en réduisant 2400 (le nombre de rotations que doit faire la roue d’échappement en trente heures) à la racine carrée, puis cubique, puis quatrième, pour obtenir un rouage de quatre roues plus une (la roue d’échappement), qui ont respectivement 15 dents, 48 dents, 90 dents, etc.49Avec l’analogie de la montre, l’exemple mathématique du Contrat social retrouve sa raison d’être. Et si, dans la théorie, Rousseau refuse de réduire le gouvernement à la seule variable du nombre, dans la pratique, quand il s’agira de prendre ouvertement position sur la constitution de Genève, il sera le premier à rendre aussi précis que possible son raisonnement sur les rapports respectifs des différents Conseils, rapports qui s’expriment d’abord par leur taille (Conseil des 25, des 60, des 200)50. Dans son commentaire du Contrat social, M. Halbwachs appelait métaphoriquement le Petit Conseil de Genève : « le plus haut rouage de l’administration »51 , sans penser que l’image avait dû avoir, à un certain moment, un sens propre, technique, et que ce sens pouvait aider à comprendre le livre.

*

  • 52 Rêveries du promeneur solitaire, 2 & 5, OC, I, pp. 1005 & 1045-1047.
  • 53 Dictionnaire de musique, « Imitation », OC, V, p. 861.

25Pour déchiffrer un peu mieux le détail du Contrat social, pour comprendre à quel point les idées y sont analysées avec précision, il fallait donc le rapprocher à la fois de Genève et de la montre, ses deux modèles passés sous silence. Au risque de bousculer la légende. Car si l’on revient aux circonstances de la rêverie au bord du lac de Bienne, fondatrice du mythe, on comprend que la sensation de « calme ravissant » éprouvée par Rousseau s’appuie en réalité sur le « mouvement uniforme et modéré » des éléments environnants, sur le bruit « renflé par intervalles » du flux et du reflux de l’eau, qui supplée aux « mouvements internes » de la pensée. Le plaisir de la rêverie n’est pas dans l’immobilité d’un « repos absolu », mais dans un « état simple et permanent [...] dont la durée accroît le charme ». « Si le mouvement est inégal ou trop fort, il réveille » et « détruit le charme de la rêverie »52 , écrit encore Rousseau. De même que, s’il est régulier, un « bruit peut produire l’effet du silence, et le silence l’effet du bruit ; comme quand on s’endort à une lecture égale ou monotone, et qu’on s’éveille à l’instant où elle cesse »53. Le bonheur de la rêverie n’est donc pas dans la suspension de la durée, comme le veut la tradition, mais dans une régularité qui dure, dans la conservation d’un rythme régulier qui berce les sens, l’œil et l’oreille, comme au spectacle des machines :

  • 54 Dialogues, 2, OC, I, pp. 816-817. Le « mouton » est une machine à enfoncer les pieux.

Non seulement une parade de foire, une revue, un exercice, une procession l’amusent ; mais la grue, le cabestan, le mouton, le jeu d’une machine quelconque, un bateau qui passe, un moulin qui tourne, un bouvier qui laboure, des joueurs de boule ou de battoir, la rivière qui court, l’oiseau qui vole attachent ses regards.54

  • 55 Rêveries du promeneur solitaire, 5, OC, I, p. 1047.
  • 56 Émile, 3, OC, IV, p. 459.
  • 57 Discours sur l’origine de l’inégalité, 2, OC, III, p. 171.
  • 58 Dictionnaire de musique, « Mélodie » et « Temps », OC, V, pp. 884 & 1114.
  • 59 Discours sur l’origine de l’inégalité, 1, OC, III, p. 139.

26Cette régularité qui dure, ce mouvement uniforme et modéré sans « secousses ni intervalle »55 , c’est en quelque sorte la signature de Rousseau. Avant l’apothéose de la rêverie, avant même l’idéal politique, sa conception de la sagesse, du bonheur, de la musique, de l’enfance et de la « société commencée » a déjà ce caractère de régularité et de modération. Ainsi « l’heureux enfant jouit du temps sans en être esclave », car « le calme des passions [...] rend pour lui sa succession toujours égale »56. Ainsi la « société commencée », véritable « jeunesse du monde », « tenant un juste milieu entre l’indolence de l’état primitif et la pétulante activité de notre amour-propre, dut être l’époque la plus heureuse et la plus durable »57. De même, la musique, le premier et vrai métier de Rousseau, a son secret dans la mesure : « L’idée du rythme entre nécessairement dans celle de la mélodie », « un chant n’est un chant qu’autant qu’il est mesuré », et « quand une fois la mesure et le mouvement sont déterminés, toutes les mesures doivent être parfaitement égales, et tous les temps de chaque mesure parfaitement égaux entre eux »58. Non seulement le temps n’est pas l’ennemi, celui dont il faudrait s’abstraire, comme le veut l’interprétation héritée du Romantisme, mais il est, dans la nature, le seul vrai « chirurgien »59 de la vie.

27De là l’importance symbolique de la montre, la machine des machines, la machine à garder le temps. L’âme du sage, dit en substance Rousseau dans une page oubliée de l’Emile, doit être aussi régulière, dans ses sentiments, qu’une montre doit l’être, à sa façon, pour bien mesurer le temps :

  • 60 Émile, 3, OC, IV, p. 459.

Le temps perd pour nous sa mesure quand nos passions veulent régler son cours à leur gré. La montre du sage est l’égalité d’humeur et la paix de l’âme ; il est toujours à son heure, et il la connaît toujours.60

  • 61 Ibid.
  • 62 Dictionnaire de musique, « Temps » et « Chronomètre », OC, V, pp. 1114 & 711.
  • 63 Mais pour le bénéfice d’Émile et non pas pour son malheur ! Au-delà du roman de Tyssot de Patot, co (...)

28Ce n’est pas dans la poche, au bout d’une chaîne, qu’il faut avoir la montre. C’est en soi, dans le calme des passions, qui « tient lieu d’instrument » pour mesurer le temps « au besoin »61. Exactement comme un bon musicien sait se passer de métronome (qu’on appelle encore « métromètre » ou « chronomètre ») parce qu’il le devient lui-même : « à l’aide d’un peu d’habitude, [...] il n’y a point de pendule qui surpasse en justesse la main ou le pied d’un bon musicien ». Ainsi « le seul bon chronomètre que l’on puisse avoir, c’est un habile musicien qui [...] ait bien lu la musique qu’il doit faire exécuter, et qui sache en battre la mesure : machine pour machine, il faut mieux s’en tenir à celle-ci »62. Chez Rousseau, c’est toujours la même philosophie : pour que l’homme ne soit pas soumis à la machine, à l’instrument, il doit éduquer ses sens et ses facultés pour devenir lui-même cet instrument. Comme La Forêt, l’horloger amoureux de Tyssot de Patot, il faut avoir la tête comme « une horloge à minutes » !63

29On comprend maintenant, au terme de cette recherche, que l’image s’applique aussi à la politique, à la république idéale du Contrat social : ressembler le plus possible à une bonne montre, avec ses qualités et ses limites, pour ne pas ressembler à une Cour monarchique, soumise au caprice du roi, à la succession des ministres et à la versatilité des courtisans (quelque chose comme un Sérail occidental). Une comparaison – seulement implicite dans le texte final – tout à fait en accord avec les idées et le langage de l’époque, même si le modèle politique proposé, lui, n’appartient qu’à Rousseau.

Notes

1 Les textes de Rousseau sont cités, selon l’orthographe moderne, en suivant les Œuvres complètes en cinq volumes, éd. Gallimard, coll. « La Pléiade » (notée OC), et selon la Correspondance complète en cinquante-deux volumes, éd. Voltaire Foundation (notée CC). Ici Confessions, 8, OC, I, p. 363. Voir aussi Rêveries du promeneur solitaire, 3, OC, I, p. 1014. Girardin, s’inspirant des manuscrits de Rousseau, le décrit enclin « à oublier toutes sortes d’heures » (Lettre du Marquis de Girardin à la Comtesse de La Marck, CC, XLI, pp. 206-207).

2 Rêveries du promeneur solitaire, 5, OC, I, p. 1046. Pour la tradition d’interprétation mentionnée, voir par exemple G. Poulet, Etudes sur le temps humain I, Plon, coll. « Agora », 1989 (1952), pp. 216-217.

3 Voir Essai sur l’origine des langues, 9, OC, V, p. 406 ; J. Starobinski : « J.-J.Rousseau : la forme du jour », in Cahiers pour un temps. Jean Starobinski, Centre Georges Pompidou, 1985, pp. 236-240 ; Confessions, 11, OC, I, p. 547.

4 Sur la place de la montre dans la culture européenne, en particulier au xviiie siècle, voir J.-C. Beaune, L’automate et ses mobiles, Flammarion, 1980 ; D. Landes, L’heure qu’il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Gallimard, 1987 ; et L. Mumford, Le mythe de la machine, Fayard, 1973-1974, 2 vol. 

5 Cet article est une version remaniée et augmentée d’une première étude publiée par le Musée des Arts et Métiers à Paris, que je remercie pour cela : « Jean-Jacques Rousseau horloger malgré lui », Musée des Arts et Métiers. La Revue, n° 24, Septembre 1998, pp. 34-41.

6 Je maintiens ici la date usuelle de 1710, même s’il semble acquis aujourd’hui que le livre a été publié entre 1714 et 1717, et non pas 1710 comme l’indiquent les éditions. Un fac-similé a été publié récemment, présenté par R. Trousson : S. Tyssot de Patot, Voyages et aventures de Jacques Massé, Genève, Slatkine Reprints, 1979. Sur les aspects utopiques, religieux, politiques de cet ouvrage, voir A. Stroup, « Massé’s haircut », in D.L. Rubin, dir., Utopia2 : The 18th Century, EMF (Studies in Early Modern France), 5, 1999, pp. 1-40 et R. Trousson, Voyages aux pays de nulle part, éd. de l’Université de Bruxelles, 1979.

7 S. Tyssot de Patot, op. cit., pp. 131, 146 & 254-255.

8 Ibid., pp. 273-274.

9 Ibid., pp. 274-275.

10 Ibid., pp. 284-285.

11 Ibid., pp. 285.

12 Ibid., pp. 294-295.

13 Ibid., p. 301.

14 Ibid., pp. 304-305.

15 Ibid., pp. 308-309.

16 Cité in J. -J. Rousseau, OC, I, note 2, p. 55.

17 Leibniz emploie la métaphore contre Clarke et Newton, qui prétendent que l’univers tend à perdre sa force par le jeu de la gravitation universelle : « Monsieur Newton et ses Sectateurs ont encore une fort plaisante opinion de l’Ouvrage de Dieu. Selon eux, Dieu a besoin de remonter de temps en temps sa montre : autrement elle cesserait d’agir. Il n’a pas eu assez de vue, pour en faire un Mouvement perpétuel. Cette Machine de Dieu est même si imparfaite selon eux, qu’il est obligé de la décrasser de temps en temps par un concours extraordinaire, et même de la raccommoder, comme un Horloger son Ouvrage ; qui sera d’autant plus mauvais Maître, qu’il sera plus souvent obligé d’y retoucher et d’y corriger. Selon mon sentiment, la même force et vigueur y subsiste toujours, et passe seulement de matière en matière, suivant les lois de la Nature, et le bel Ordre préétabli. » (cité in A. Koyré, Du monde clos à l’univers infini, Gallimard, coll. TEL, 1988, p. 284 sqq.). Fontenelle reprendra lui aussi la comparaison dans ses Entretiens avec une marquise curieuse de science : « On veut que l’univers ne soit en grand, que ce qu’une montre est en petit, et que tout s’y conduise par des mouvements réglés qui dépendent de l’arrangement des parties. Avouez la vérité. N’avez-vous pas eu quelquefois une idée plus sublime de l’univers, et ne lui avez-vous point fait plus d’honneur qu’il ne méritait ? J’ai vu des gens qui l’en estimaient moins, depuis qu’ils l’avaient connu. Et moi, répliqua-t-elle, je l’en estime beaucoup plus, depuis que je sais qu’il ressemble à une montre. » (B. Le Bovier de Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes, éd. de l’Aube, 1990, pp. 23-24).

18 P. de Boisguilbert, Dissertation sur la nature des richesses (1707), cité in G. Faccarello, Aux origines de l’économie politique libérale : P. de Boisguilbert, éd. Anthropos, 1986, p. 82.

19 Sur la nécessité de rapprocher l’histoire des idées et l’histoire des techniques, en particulier pour faire l’histoire des métaphores sociales et politiques, je renvoie à F. Lefebvre, « La vertu des images. Analogie, proportion et métaphore dans la genèse des sciences sociales au xviiie siècle », Revue de Synthèse, n° 1-2, janvier-juin 2000, pp. 45-77.

20 J. Steuart, An inquiry into the principles of political oeconomy (1767), in The Works political, metaphisical & chronological of sir James Steuart, New York, Augustus M. Kelley, reprints of Economic classics, 1967, vol. 1, pp. 331-332.

21 Sur E. Poe, voir J. -P. Weber, Domaines thématiques, Gallimard, 1963, pp. 37-86. Sur J. Verne, voir F. Raymond, « L’homme et l’horloge », in P. A. Touttain, dir., Jules Verne, L’Herne, 1974, pp. 141-151.

22 J. de Maistre, De la souveraineté du peuple : un anti-Contrat social, PUF, 1991 (1795), p. 122.

23 Lettres écrites de la montagne, 6, OC, III, pp. 812 & 810. Sur le rôle décisif de Genève dans la théorie politique de Rousseau, voir M. Launay, Jean-Jacques Rousseau écrivain politique (1712-1762), CEL/ACER, 1971 et H. Rosenblatt, Rousseau and Geneva. From the « First Discourse » to the « Social contract » 1749-1762, Cambridge University Press, 1997.

24 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 396.

25 Manuscrit de Genève, I, I, OC, III, p. 281.

26 Lettre à d’Alembert, OC, V, p. 85 ; Lettre à T. Tronchin, 26.11.1758, CC, V, pp. 241-242.

27 Confessions, 1, OC, I, p. 6 ; Discours sur l’origine de l’inégalité, dédicace, OC, III, p. 118.

28 Dictionnaire de musique, « Musique », OC, V, p. 924 ; Nouvelle Héloïse, IV, 17, OC, II, p. 519.

29 Confessions 1, OC, I, pp. 25 & 30-31.

30 Dictionnaire de musique, « Carillon », OC, V, p. 687 ; Sur J. Romilly, « citoyen » de Genève, maître-horloger à Paris depuis 1752, voir A. Chapiro, La montre française : du xvie siècle jusqu’à 1900, éd. de l’Amateur, 1991, pp. 132-134.

31 Les dates ici sont importantes : l’article « Frottement » parait dans le volume VII de l’Encyclopédie, que Rousseau reçoit en décembre 1757, avant de rédiger les dernières versions du Contrat social.

32 J. Romilly, « Frottement », in Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Arts et des Métiers, vol. VII, pp. 345-346.

33 M. Authier, « Archimède : le canon du savant », in M. Serres, dir., Éléments d’histoire des sciences, Bordas, 1989, p. 111.

34 Contrat social, III, 8, OC, III, p. 418.

35 Manuscrit de Genève, I, 4, OC, III, pp. 296-297. C’est dans le Manuscrit de Genève que l’on trouve la référence la plus explicite aux « frottements », alors que le mot disparaît dans le Contrat social. On peut donc faire l’hypothèse que la montre était explicitement désignée comme modèle dans la troisième partie du Manuscrit, celle portant sur le gouvernement, que Rousseau a déchirée un jour (rendant cette hypothèse invérifiable).

36 Contrat social, III, 10 et III, 16, OC, III, pp. 421 & 432.

37 Manuscrit de Genève, I, 4, OC, III, pp. 295-296.

38 Contrat social, III, 6 et III, 1, OC, III, pp. 412 & 400.

39 Contrat social, III, 11, OC, III, p. 424.

40 Contrat social, III, 1 & 2, OC, III, pp. 395 & 399-400.

41 J. Romilly, « Frottement », op. cit., p. 347.

42 Lettres écrites de la montagne, 6, OC, III, D. 808.

43 F. Berthoud, « Horlogerie », in Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Arts et des Métiers, vol VIII, p. 307.

44 Manuscrit de Genève, II, 2 et I, 1, OC, III, pp. 313 & 281 ; Lettres écrites de la montagne, 9, OC, III, p. 896.

45 J. Romilly, « Frottement », op. cit., p. 344.

46 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 396.

47 M. Halbwachs, in J.-J.Rousseau, Du Contrat Social, Aubier Montaigne, 1943, note 160, p. 243.

48 Contrat social, III, 1, OC, III, p. 398.

49 Voir J. Romilly, « Frottement », op. cit., pp. 350-351.

50 Voir Lettre à F. -H. d’Ivernois, 9.2.1768, CC, XXXV, pp. 100-107.

51 Op. cit., note 164, p. 245.

52 Rêveries du promeneur solitaire, 2 & 5, OC, I, pp. 1005 & 1045-1047.

53 Dictionnaire de musique, « Imitation », OC, V, p. 861.

54 Dialogues, 2, OC, I, pp. 816-817. Le « mouton » est une machine à enfoncer les pieux.

55 Rêveries du promeneur solitaire, 5, OC, I, p. 1047.

56 Émile, 3, OC, IV, p. 459.

57 Discours sur l’origine de l’inégalité, 2, OC, III, p. 171.

58 Dictionnaire de musique, « Mélodie » et « Temps », OC, V, pp. 884 & 1114.

59 Discours sur l’origine de l’inégalité, 1, OC, III, p. 139.

60 Émile, 3, OC, IV, p. 459.

61 Ibid.

62 Dictionnaire de musique, « Temps » et « Chronomètre », OC, V, pp. 1114 & 711.

63 Mais pour le bénéfice d’Émile et non pas pour son malheur ! Au-delà du roman de Tyssot de Patot, comparer l’homme à une horloge ou une montre est un lieu commun depuis le xviie siècle. Au xviiie, on mentionnera seulement Tristram Shandy de L. Sterne et le maître dans Jacques le fataliste de Diderot.

Table des illustrations

Titre Montre « turque »
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Montre cabriolet double boîtier avec répétition à quarts, faite pour le marché turc mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, cuvette et cadran signés Bréguet & Fils boîtier poinçonné « J L J » (Jean-Louis Joly, 1752 ?-1821)(Paris, 1807, or, émail)
Crédits Musée Patek Philippe, inv. S-235 © Patek Philippe Museum, Genève
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Montre « turque » à équation du temps et quantième
Légende Montre faite pour le marché turc, avec une aiguille en acier bleui pour indiquer l’heure du temps moyen et une aiguille concentrique en or pour indiquer l’heure du temps solaire, cadran subsidiaire des secondes et de la date, mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, cuvette signés.Cadran signé en lettres arabes Abraham-Louis Bréguet.Boîtier poinçonné « J L J » (Jean-Louis Joly, 1752 ?-1821)(Paris, 1814, or, argent)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search