Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Deuxième partie. L’Orient fantasmé

Le despotisme des modèles : dire Constantinople à l’âge classique

Frédéric Tinguely

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations et le détail des références bibliographiques, on se reportera à l’ouvrage (...)

1À l’époque où Isaac Rousseau et ses confrères horlogers séjournent sur les rives du Bosphore, les caractéristiques topographiques et les principales « singularités » de la capitale ottomane sont des réalités connues depuis bien longtemps des lecteurs curieux en Europe occidentale. À partir du milieu du seizième siècle, les voyageurs italiens, français, flamands et allemands ont en effet mis en place une solide tradition descriptive s’attachant à évoquer le site incomparable de la ville, à recenser souvent par ordre d’importance ses palais, édifices religieux et autres monuments. C’est ainsi qu’une masse considérable d’informations sur le Grand Sérail, Sainte-Sophie, l’Hippodrome ou les grandes mosquées a été progressivement recueillie par des auteurs comme Jacques Gassot (1550), Pierre Belon (1553), André Thevet (1554), Pierre Gilles (1561), Nicolas de Nicolay (1568), Jean Palerne (1606), Henri de Beauveau (1608), Louis Deshayes (1624), François de La Boullaye-Le Gouz (1653), Nicolas Du Loir (1654), Balthazar de Montconys (1665) et Jean Thévenot (1665), pour ne citer que quelques voyageurs français ayant publié des descriptions détaillées de Constantinople avant 16701. À ce vaste corpus textuel, évidemment redoublé par des compilations diverses, sont venues s’ajouter de nombreuses cartes ou vues parues soit de manière autonome, soit parallèlement à un texte géographique, soit encore dans des atlas urbains tels que les célèbres Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg (1572-1618). Compte tenu de l’effet de masse et de redondance généré par ces multiples textes et gravures, il est probable que le lecteur cultivé des années 1670 est déjà capable de se représenter Constantinople de manière relativement détaillée alors que bien des villes d’Europe occidentale ne doivent lui suggérer aucune image précise. Dans son exotisme, la cité des Sultans exerce une telle fascination qu’elle en devient étrangement familière...

  • 2 Voir le beau livre d’Alain Grosrichard, Structure du Sérail. La fiction du despotisme asiatique dan (...)
  • 3 L’éloge du site incomparable de Constantinople est un lieu commun des récits de l’époque. Voici ce (...)

2Cette situation a toutes les chances de placer le futur auteur d’une relation de voyage dans une situation paradoxale : d’un côté, les nombreuses connaissances qu’il a pu acquérir avant même de s’embarquer pour Constantinople le prémunissent contre les risques d’aveuglement, d’aphasie ou d’amnésie, contre l’incapacité à voir, à dire ou à se remémorer une réalité trop radicalement nouvelle ; de l’autre, l’existence de cette riche tradition descriptive et de sa topique pleinement constituée peut être perçue par le voyageur-écrivain comme un poids, comme un carcan dont il doit se libérer coûte que coûte s’il entend légitimer sa prise de parole, trouver sa voie propre. Entreprendre de dire Constantinople à partir des années 1670, c’est par conséquent disposer de rares compétences descriptives sans être pour autant certain de pouvoir les mettre en œuvre avec pertinence. Tout comme le tyran de la lignée d’Osman impose autour de lui un silence de plomb2, le despotisme des modèles menace d’étouffer la parole du voyageur au moment même où celui-ci s’apprête à célébrer les charmes d’une ville parmi les plus belles du monde3.

  • 4 Sur Paul Lucas, voir Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur. Le récit de voyage en France, d (...)

3Le négociant et aventurier rouennais Paul Lucas4, lorsqu’il relate son passage à Constantinople au second livre de son Voyage dans le Levant (Paris, 1704), s’interdit dès lors explicitement d’aborder une matière si amplement traitée par d’autres :

  • 5 Je cite ici d’après la seconde édition : Voyage du Sieur Paul Lucas au Levant, La Haye, Guillaume d (...)

Il n’est pas nécessaire de m’étendre sur ce qu’il y a de particulier dans Constantinople, la quantité de relations qu’on en a m’en épargne la peine.5

4Le travail topographique a déjà été accompli et Lucas semble presque soulagé de ne pas devoir s’y livrer à son tour ; pourtant, cette confidence est immédiatement suivie de l’évocation rapide d’un événement dont la répétition pourrait modifier à terme cette situation de saturation descriptive :

  • 6 Ibid.

Le dernier feu brûla plus de 25 000 maisons autour du Bizestain, qui est le plus beau quartier de la ville et le plus de commerce. Cet accident fit prendre la résolution aux Turcs de rebâtir le tout de brique et de pierre.6

5Régulièrement ravagée par de gigantesques incendies, la capitale ottomane n’est pas un espace immuable qu’une représentation textuelle ou picturale pourrait venir saisir une fois pour toutes. Et si le recours à des matériaux moins inflammables que le bois est susceptible de mettre un terme à ces bouleversements périodiques, la destruction du quartier du Grand Bazar n’en reste pas moins, en elle-même, un fait nouveau qui aura pour conséquence la construction d’édifices encore jamais décrits. Ou comment le malheur de vingt-cinq mille foyers turcs fera un jour le bonheur d’un topographe occidental...

6Tous les auteurs de relations de voyage ne réagissent évidemment pas comme Paul Lucas face à l’angoisse du « déjà dit » : dans de nombreux cas, l’existence d’une tradition textuelle bien établie fonctionne davantage comme une sorte de stimulant, le voyageur s’efforçant par tous les moyens de se dépasser afin de dépasser les autres dans un esprit d’émulation pleinement revendiqué. Dès les premières lignes de l’épître « Au Roy » sur laquelle s’ouvre la Nouvelle Relation de l’Interieur du Serrail du Grand Seigneur (1675), Jean-Baptiste Tavernier met l’accent sur ce qui le distingue de ses nombreux prédécesseurs :

  • 7 Jean-Baptiste Tavernier, Nouvelle Relation de l’Interieur du Serrail du Grand Seigneur. Contenant p (...)

Sire, je presente à Vôtre Majesté une relation de la Porte du Grand Seigneur. Divers auteurs ont écrit sur le mesme sujet ; mais je puis dire qu’on n’a point encore donné au public une description plus exacte ny plus veritable du Serrail. Les étrangers, et principalement les chrêtiens ne pouvant penetrer dans ces secrets qu’avec beaucoup de dépense et de danger, je n’y ay rien épargné, et j’ay esté assez heureux pour y reüssir. Aussi ma plus forte passion dans mes voyages a toujours esté d’apprendre exactement la verité des choses les plus remarquables, parce que je me proposois d’en rendre un jour compte à Vôtre Majesté.7

7Ces quelques lignes donnent le sentiment que Tavernier, désireux de se démarquer de ses concurrents, est parvenu à s’introduire dans l’espace interdit du Sérail pour en rapporter une description inégalée par son exactitude. En réalité, le « Dessein de l’auteur » qui fait suite à l’épître au roi corrige doublement cette impression. Tout d’abord, l’auteur insiste désormais sur sa méconnaissance totale des autres témoignages concernant le palais du Sultan :

  • 8 Ibid., f. 7 r°-v°.

Je ne doute pas que l’on n’ayt mis en lumiere plusieurs relations du Serrail du Grand Seigneur ; mais j’avouë d’abord que je n’ay jamais eu le loisir d’en lire aucune. J’ay fait six voyages par terre en Orient et par differentes routes pendant l’espace de quarante ans ; et chacun sçait que j’ay eu des occupations qui ne m’ont guere permis de m’attacher à la lecture des livres. Mais lors que mes affaires m’ont laissé des heures libres, je les ay uniquement employées à recueillir les choses les plus dignes d’estre remarquées...8

La baie de Constantinople en 1680

La baie de Constantinople en 1680

On y repère aisément les différents secteurs de la ville et, au premier plan, à droite, la tour de Léandre.

Gravure tirée de l’ouvrage de Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, Paris, P. Rocholet, 1680

  • 9 À commencer par l’Histoire generale du Serrail et de la Cour du Grand Seigneur publiée par Michel B (...)

8Tavernier vantait au roi l’unicité de son ouvrage et voilà qu’il avoue ne pas connaître ceux des autres voyageurs : manifestement gêné par l’existence d’un corpus important consacré au Sérail9, il semble vouloir fonder la valeur et la pertinence de sa relation à la fois sur un examen comparatif et sur une longue expérience de terrain excluant d’entrée de jeu toute rencontre ou toute mise en parallèle avec la tradition livresque. Face à l’« angoisse de l’influence », le grand voyageur choisit donc d’ignorer dans un second temps ces témoignages dont il vient pourtant de nous dire qu’ils sont moins fidèles que le sien. Quant à ses propres informations sur le Sérail, il reconnaît bientôt qu’elles ne sont pas de première main, mais proviennent simplement de deux témoins grassement rémunérés, un Sicilien et un Parisien, tous deux « hommes tres-capables » (f. 8 r°) et néanmoins chassés du Palais pour une légère faute après de nombreuses années de bons et loyaux services. En rupture avec les formules imprécises et presque abusives de l’épître au roi, le « Dessein de l’auteur » campe finalement Tavernier en négociant trop affairé pour lire les récits des autres et surtout assez fortuné pour s’offrir des témoignages dignes de foi sur l’intérieur du Sérail. Tout s’achète et se vend : il suffisait de faire tinter quelques belles pièces pour conférer sa légitimité à une Nouvelle Relation qui est aussi, on aurait tort de l’oublier, un investissement dans la mesure où elle s’inscrit dans le cadre d’une vaste entreprise de promotion personnelle.

  • 10 Sur cette affaire peu glorieuse, voir la mise au point de Stéphane Yerasimos dans l’introduction à (...)

9Au cours des dernières années du dix-septième siècle, Tavernier détient en quelque sorte l’exclusivité pour tout ce qui concerne l’intérieur du Sérail et ce n’est certes pas Guillaume-Joseph Grelot, le dessinateur exploité par Chardin10, qui aurait la mauvaise idée de contester ce monopole symbolique. Dans sa minutieuse Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople (1680), il rappelle avec soin les dangers qu’encourrait tout intrus découvert dans la partie secrète du palais et, se contentant de représenter les édifices visibles de l’extérieur, recommande pour le reste une bonne lecture plutôt qu’une témérité sans grande utilité :

  • 11 Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople. Enrichie de Plans levez p (...)

Mais comme le risque y est grand, je ne conseille pas à qui que ce soit de s’y exposer, pour voir peut estre fort peu de choses. On fera beaucoup mieux de s’en rapporter à ce qu’en a écrit Monsieur Tavernier dans son livre intitulé l’Interieur du Serrail, où il satisfait abondamment aux doutes des plus curieux.11

  • 12 Ce principe est par exemple mis en application dans le cas de l’Hippodrome : « Cette place que je n (...)

10Qu’on ne s’y trompe pourtant pas : Grelot condamne ici moins la prise de risque en elle-même que la disproportion entre l’extrême danger couru et le maigre profit escompté. D’une manière générale, il se montre extrêmement sensible à la question de l’intérêt et de la pertinence d’une description, si bien que les voyageurs n’ont selon lui aucune raison de sacrifier leur peine – et a fortiori leur sécurité – afin de donner à voir ce qui a déjà été représenté par d’autres avec précision12.

11Dans cet esprit, la Relation nouvelle s’ouvre sur un « Avis au lecteur » qui pose un principe d’originalité sans ambages et se révèle très critique envers la prolifération des textes ainsi qu’envers les pratiques de réécriture alors courantes dans la littérature de voyage :

  • 13 Op. cit., f. 4 r°.

On a publié tant de sortes de relations du Levant, et les curieux sont si bien informez de tout ce qui s’y fait, que c’est s’exposer à la censure de vouloir mettre au jour quelque chose qui n’ait pas esté déjà décrit plusieurs fois. Aussi tout ce que les voyageurs modernes nous rapportent aujourd’huy de l’Orient n’étant pour la plûpart que des redites, j’ay retardé depuis quelques années que je suis de retour, à rendre public ce que je n’avois fait que pour me remettre icy devant les yeux les agreables idées des plus beaux endroits de mes voyages. J’observois en toutes les relations que je lisois, que la plûpart des remarques que j’avois faites estoient presque semblables à ce que tant d’illustres voyageurs avoient donné au public devant moy ; et qu’à moins de vouloir passer comme beaucoup d’autres, ou pour copiste ou pour plagiaire, je ne pouvois pas honnestement publier sous mon nom ce que plusieurs s’étoient déjà attribuez.13

12Une telle conscience du « déjà dit » oblige évidemment Grelot à mettre en avant la nouveauté de son ouvrage, la marque distinctive qui permet d’y voir autre chose que le travail d’un copiste ou d’un plagiaire. Cette spécificité ne sera pas à rechercher dans la lettre de sa relation, mais bien dans les gravures exceptionnelles qui, loin d’illustrer seulement le texte, lui assurent comme un socle de légitimité :

  • 14 Op. cit., f. 4 r°-v°.

Mais enfin, voyant que le grand nombre de relations qui ont paru n’ont toutes ensemble donné pas un seul plan, élevation ou figure fidele de tout ce qui est décrit dans celle-cy, j’ay résolu [...] de faire graver quelques-uns des plans et des desseins que j’ay tirez dans le Levant. Toutes les figures qui font la meilleure partie de ce livre, et sur lesquelles tout le discours est fondé, satisferont assurément ceux qui n’auront pas eu le loisir ou l’envie de lire tout ce que les autres voyageurs en ont écrit ; et ceux qui auront déjà leu dans quelques relations la description de ces mesmes lieux, et qui n’auront pû par le seul discours en bien concevoir la structure, seront peut-estre encore bien aises d’avoir devant les yeux les plans, élevations, profils, et images fideles de toutes ces beautez, dont ils ont tant de fois entendu parler.14

13En inversant le rapport hiérarchique traditionnellement instauré entre le texte et l’image, Grelot délimite un espace propre où ses talents peuvent non seulement se déployer à l’abri du despotisme des modèles, mais encore et plus ambitieusement se substituer aux longs discours des autres voyageurs, tant

  • 15 Op. cit. ff. 4 v°-5 r°. Comme pour mieux signifier ce triomphe de l’image sur le texte, l’auteur fa (...)

il est certain qu’un gros volume tout entier d’écriture ne donne jamais d’idée si parfaite d’un lieu que le fera un plan ou un dessein tracé sur une feuïlle de papier, et que quelque relation que l’on en face, elle sera toûjours tres obscure si l’on n’y joint quelque crayon de la chose que l’on explique15.

Le Bosphore et la mosquée bleue du Sultan Ahmed - Le Vase de Fleurs

Le Bosphore et la mosquée bleue du Sultan Ahmed - Le Vase de Fleurs

Montre « turque », savonnette, avec répétition à quarts et réveil mouvement avec échappement à cylindre, signé Bréguet & Fils (signature apocryphe)
(Genève, vers 1820, émail sur or), émail

Musée Patek Philippe, inv. S-374 © Patek Philippe Muséum, Genève

14Ce véritable pari iconographique trouve sa plus parfaite expression dans les superbes planches que l’auteur consacre à Sainte-Sophie, dont « toutes les relations » ont déjà abondamment parlé mais dont il peut, fort de son « plan regulier » et de ses « desseins fidelles », se proclamer en quelque sorte le spécialiste incontesté (f. 5 v°). Il faut dire que Grelot n’a pas eu froid aux yeux : à l’en croire, dessiner l’intérieur de la basilique devenue mosquée était à peu près aussi périlleux que pénétrer dans la partie interdite du Sérail, et le jeu en valait cette fois-ci la chandelle puisque personne, pas même deux voyageurs mandatés par le roi de France pour « prendre des vues » du Levant, n’était jusque-là parvenu à réaliser cet exploit. Aussi Grelot narre-t-il par le menu les tractations qui lui ont finalement permis de soudoyer les gardiens de la mosquée ; il se met ensuite en scène s’installant dans les galeries avec son matériel de dessein et des provisions parfaitement adaptées à cette situation de profanation :

  • 16 Op. cit., p. 139.

J’allay donc au rendez-vous ordonné, et prévoyant que je passerois tout le jour que j’avois dessein d’y demeurer à travailler sans aucun rafraîchissement, j’y portay moy-mesme ma provision qui fut d’un saucisson de Boulogne, et d’une bouteille de vin avec du pain, pour les besoins de ma journée. Il n’en falloit pas davantage pour m’entretenir la vie ce jour-là, et c’en estoit trop aussi pour me la faire perdre, si par malheur l’on m’eust trouvé dans une mosquée mangeant du saucisson, composé (comme l’on sçait) de lard et de chair de pourceau, et y beuvant du vin, choses extrémement deffenduës dans la loy des Turcs.16

15Si la première journée de travail clandestin se déroule sans encombre, la seconde est nettement plus mouvementée. Alors qu’il vient de manger un morceau (toujours de saucisson bolonais) au rythme de la prière coranique, le dessinateur voit venir vers lui un grand Turc qu’il ne connaît pas. Avec un sens aigu du suspense, Grelot évoque l’angoisse qui s’empare de lui pendant que l’homme au turban blanc se rapproche :

  • 17 Op. cit., p. 140.

Je ne sçavois que faire dans la peine extréme où je me trouvois pour lors. Et comme j’avois trop de papiers et autre attirail à dessiner autour de moy pour les pouvoir cacher tous dans le peu de tems qui me restoit, je ne sçavois quel party prendre, ny que dire à ce Turc qui s’avançoit toujours vers moy. C’estoit me trouver en un crime que le pal et le feu n’auroient pû expier, que de me rencontrer dans une mosquée, y faisant des figures, beuvant du vin, et mangeant du porc, qui sont les trois pechez capitaux contre la loy mahometane. L’embarras où je me trouvay pour lors fut extréme, et il faut que je l’avoue, que de ma vie je n’ay eu de peur semblable, et que l’idée d’une mort prochaine ne sçauroit jamais s’offrir de plus prés à moy que je l’eûs presente ce jour-là.17

  • 18 Il s’agit certainement du De Topographia Constantinopoleos, dans lequel on trouve précisément une d (...)

16Dissimulant son casse-croûte sous un tapis, feignant de lire des prières en tenant dans la main un ouvrage du vieux Pierre Gilles18, le voyageur tente désespérément – mais un peu tard – d’atténuer la portée transgressive de sa présence. Heureusement pour lui, le gardien menaçant se révèle en définitive être l’un des bénéficiaires du bakchich déjà versé : le Turc rit du malentendu et Grelot n’a plus qu’à vider sa bouteille pour essayer de se « remettre de la terreur passée » (p. 142).

17Dans cette savoureuse anecdote égayant un ouvrage par ailleurs très technique, il faut voir davantage que l’expression en partie comique d’une crainte ancestrale ou la reconquête symbolique d’un espace originellement chrétien à travers le rejet massif des interdits islamiques. Si Grelot accorde tant de place au récit assez élaboré de ce non-événement, c’est que sa relation tout entière trouve sa spécificité et comme sa raison d’être dans ce geste à la fois simple et rare qui consiste à dessiner les monuments de Constantinople. Sur fond de bûchers et de pals fantasmés, le voyageur reconstitue une manière de scène mythique dans laquelle s’origine en grande partie sa légitimité auctoriale. Si Tavernier avait déboursé une somme importante afin de justifier sa prise de parole, Grelot entend nous faire savoir qu’il a bien failli payer de sa vie le privilège d’avoir le premier levé un plan et tracé des esquisses à l’intérieur de Sainte-Sophie.

18Sans doute trouverait-on dans les nombreuses relations de la fin du dix-septième siècle quantité d’autres exemples attestant la nécessité de faire valoir un « créneau » particulier lorsqu’on entreprend de décrire Constantinople. Reste que cette dynamique de spécialisation a forcément des limites et que les voyageurs, à moins d’acquérir un haut niveau de compétence scientifique, seront bientôt contraints d’explorer des voies nouvelles, en laissant notamment s’exprimer davantage leur sensibilité. Cette évolution se lit de façon très claire dans le journal du comte de Caylus, qui séjourne dans la capitale ottomane en 1716. Même si le jeune érudit a accumulé les connaissances avant son départ, il manifeste une étonnante capacité à rendre l’émotion esthétique qui le saisit à la vue des rives du Bosphore et de la Corne d’Or :

  • 19 Voyage de Constantinople par le comte de Caylus, éd. Paul-Emile Schazmann, Gazette des Beaux-Arts, (...)

Malgré ce que l’on s’attend à voir par tous les récits que l’on a entendu faire, l’on est encore surpris. La nature a plus fait dans ce lieu que dans tous les autres, car elle a réuni tout ce qui peut faire le charme de la vue et les Turcs n’ont pas cherché à y contribuer. La bâtisse et la petitesse de leurs maisons ne les fait briller que de loin. De ce point de vue, elles font leur effet avec les arbres et le vert des jardins dont la ville est remplie et les minarets des mosquées. En un mot, quelque fatigue qu’un voyageur ait éprouvé pendant le trajet, il est payé de ses peines par la beauté de l’aspect.
Cette ville est si bien décrite et si connue en Europe que je n’entreprendrai point d’en faire [la description] mais je rapporterai, à mon ordinaire, ce que j’ay vu et l’impression que j’en ay reçue.19

19Indéniablement, quelque chose a ici changé dans les fondements mêmes de l’écriture viatique. Il ne s’agit pas tant, désormais, de dire Constantinople que de se dire à Constantinople, de se représenter au contact de l’altérité, d’être attentif aux effets et aux impressions qu’elle peut produire sur une subjectivité occidentale. Ce renversement d’optique offre à la littérature sur l’Orient des potentialités insoupçonnées que les voyageurs du dix-neuvième siècle exploiteront avec le talent que l’on sait. Il annonce aussi, de manière plus trouble, les excès d’un égotisme d’esthète volontiers indifférent aux souffrances d’autrui ; témoin le dernier passage consacré à la capitale ottomane dans le journal de Caylus :

  • 20 Ibid., p. 126.

Constantinople me donna avant mon départ le triste mais beau spectacle d’un incendie. Ils y sont ordinairement violens, non seulement parce que les maisons sont de bois, mais à cause que le feu a fait de grands désordres auparavant que les gens en charge soient arrivés et qu’avant ce tems là les Levanti et beaucoup de coquins dont la ville est remplie accourent, sous le prétexte du secours, et commettent toutes sortes de crimes.
Il y eut cette nuit, plus de 7’000 maisons brûlées. C’était auprès du Vieux Sérail et comme l’incendie régnait sur la hauteur, vis-à-vis de Péra, le spectacle était complet. Nous en estions éloignés d’une grande demi lieue. Cependant, je lus, à la lueur des flammes, des lettres de la plus petite écriture.20

La baie de Constantinople en 1680

La baie de Constantinople en 1680

Gravure tirée de l’ouvrage de Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, Paris, P. Rocholet, 1680, 4°, 307 p., figures et plans gravés.

L’Empire ottoman

L’Empire ottoman

Montre « turque » à décor cartographique à double boîtier dit cabriolet mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, signé Bréguet (signature apocryphe)
(Genève, vers 1825, or, émail)

Musée Patek Philippe, inv. S-451 © Patek Philippe Muséum, Genève

20La beauté et la complétude du « spectacle » offert par la ville comme un cadeau d’adieu, la position privilégiée du voyageur fasciné mais profitant aussi de l’éclairage inhabituel pour s’avancer dans ses lectures, autant d’éléments qui distinguent l’esthète Caylus de l’aventurier Lucas et dans lesquels on peut percevoir l’émergence d’un rapport nouveau à l’altérité orientale. Il est évidemment difficile de ne pas opérer un rapprochement, aussi anachronique soit-il, entre ces lignes symptomatiques et la prose artiste dont Théophile Gautier déploiera les charmes en évoquant les flammes de Constantinople un siècle et demi plus tard. On pense plus particulièrement à la peinture d’un incendie nocturne, celui du « magasin des huiles et des suifs », que le voyageur et un ami observeront du haut de la tour de Galata :

  • 21 Théophile Gautier, Constantinople, Christian Bourgois, 10/18, 1991, p. 310.

Malgré le vent froid qui nous glaçait à cette hauteur, car nous étions assez légèrement vêtus, mon compagnon et moi, nous ne pouvions nous arracher à ce spectacle désastreusement magnifique, qui nous faisait comprendre et presque excuser, par sa beauté, Néron regardant brûler Rome de sa tour du Palatin. C’était un flamboiement splendide, un feu d’artifice à la centième puissance, avec des effets que la pyrotechnie ne saura jamais atteindre ; et, comme nous n’avions pas le remords de l’avoir allumé, nous pouvions en jouir en artistes, tout en déplorant un tel malheur.21

21Du « triste mais beau spectacle » de Caylus au « spectacle désastreusement magnifique » de Gautier, le mouvement d’esthétisation de l’Orient et le malaise éthique qui l’accompagne à certains moments se sont progressivement amplifiés pour atteindre une forme de paroxysme. Si l’on s’attache toutefois à l’origine du processus plutôt qu’à son aboutissement, on s’aperçoit que cette évolution capitale n’est pas sans lien avec le « despotisme des modèles » dont on a ici tenté d’analyser quelques effets dans les textes classiques sur Constantinople. Face à la pression toujours plus forte de la tradition descriptive, à la prolifération des relations et à la concurrence acharnée régnant au sein du petit monde des voyageurs, les auteurs les plus affranchis des conceptions imitatives de l’écriture ont pu réagir de différentes manières : certains, tel Paul Lucas muet sur Constantinople et disert à propos de la Haute-Égypte, ont préféré se concentrer sur l’évocation de contrées encore peu connues ; d’autres, comme Tavernier et Grelot donnant respectivement à voir le Sérail et Sainte-Sophie, se sont efforcés de recueillir à tout prix des données nouvelles sur des réalités déjà décrites de longue date ; d’autres, enfin, ont préféré répondre à cette saturation informative en développant et en assumant la subjectivité de leur regard. À l’image du comte de Caylus, ces derniers ont sans doute contribué à renouveler la littérature de voyage en la libérant d’un poids ancestral devenu difficile à porter.

Notes

1 Pour plus d’informations et le détail des références bibliographiques, on se reportera à l’ouvrage classique et toujours utile de Clarence Dana Rouillard, The Turk in French History, Thought and Literature (1520-1640), Paris, Boivin, [1941]. Sur la description des monuments byzantins, voir Jean Ebersolt, Constantinople byzantine et les voyageurs du Levant, Paris, Ernest Leroux, 1918. Par ailleurs, on ne contredira jamais assez la thèse ancienne de Pierre Martino, selon qui, à la Renaissance et dans les premières décennies du dix-septième siècle, le « goût pour l’Orient était mort » L’Orient dans la littérature française au xviie et au xviiie siècle, Genève, Slatkine Reprints, 1970 [réimpression de Paris, 1906], p. 17. Sur des voyageurs complètement ignorés de Martino, voir Frédéric Tinguely, L’Écriture du Levant à la Renaissance. Enquête sur les voyageurs français dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Genève, Droz, 2000.

2 Voir le beau livre d’Alain Grosrichard, Structure du Sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, Paris, Seuil, 1994 [première édition de 1979], surtout pp. 78-79. Pour le seizième siècle, cf. F. Tinguely, op. cit., pp. 226-233.

3 L’éloge du site incomparable de Constantinople est un lieu commun des récits de l’époque. Voici ce qu’en dit par exemple Jean Thévenot dans sa Relation d’un Voyage fait au Levant (1665) : « Tous ceux qui ont vu Constantinople sont d’accord que cette ville est dans la plus belle situation qui soit au monde, en sorte qu’il semble que la nature l’ait faite pour dominer et commander à toute la terre. » (Je cite ici d’après Jean Thévenot, Voyage du Levant, éd. Stéphane Yerasimos, Paris, Maspero, 1980, pp. 47-48).

4 Sur Paul Lucas, voir Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur. Le récit de voyage en France, du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, PUF, 1996, en particulier pp. 161-165.

5 Je cite ici d’après la seconde édition : Voyage du Sieur Paul Lucas au Levant, La Haye, Guillaume de Voys, 1705, t. II, p. 186.

6 Ibid.

7 Jean-Baptiste Tavernier, Nouvelle Relation de l’Interieur du Serrail du Grand Seigneur. Contenant plusieurs singularitez qui jusqu’icy n’ont point esté mises en lumiere, Paris, 1675, f. 3 r°-v°.

8 Ibid., f. 7 r°-v°.

9 À commencer par l’Histoire generale du Serrail et de la Cour du Grand Seigneur publiée par Michel Baudier en 1624 et qui réduira bientôt François La Boullaye-Le Gouz au rôle d’illustrateur : « Baudier a mis au jour une description du Serrail de Constantinople, et autres raretez, avec tant de rapport aux memoires que j’en avois dressez, que je me suis contenté d’inserer en cette relation le plan des cours du Serrail, où un chacun peut aller, qui peut beaucoup servir à l’intelligence de son livre, comme son Histoire peut ayder ceux qui sont amateurs des coustumes des Turqs » Les Voyages et Observations du sieur de la Boullaye-Le Gouz, Paris, 1653, p. 27, cité par Rouillard, op. cit., p. 261.

10 Sur cette affaire peu glorieuse, voir la mise au point de Stéphane Yerasimos dans l’introduction à son édition de Jean Chardin, Voyage de Paris à Ispahan, Paris, La Découverte/Maspero, 1983, 1. 1, pp. 26-29.

11 Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople. Enrichie de Plans levez par l’Auteur sur les lieux, et des Figures de tout ce qu’il y a de plus remarquable dans cette Ville. Presentee au Roy, Paris, Pierre Rocolet, 1680, p. 193.

12 Ce principe est par exemple mis en application dans le cas de l’Hippodrome : « Cette place que je ne décris point, parce que plusieurs autres l’on fait devant moy, est au couchant de ce temple [la mosquée bleue], aussi-bien que le fameux Serrail d’Ibraïm Pacha » op. cit., p. 266.

13 Op. cit., f. 4 r°.

14 Op. cit., f. 4 r°-v°.

15 Op. cit. ff. 4 v°-5 r°. Comme pour mieux signifier ce triomphe de l’image sur le texte, l’auteur fait suivre son avis au lecteur des « Attestations des plus celebres et illustres voyageurs de l’Orient, touchant la fidelité des Plans et des Desseings du sieur Grelot » (f. 6 v°). Parmi les témoins convoqués figurent entre autres François Bernier et Antoine Galland.

16 Op. cit., p. 139.

17 Op. cit., p. 140.

18 Il s’agit certainement du De Topographia Constantinopoleos, dans lequel on trouve précisément une description de Sainte-Sophie. L’ouvrage parut d’abord à Lyon en 1561, puis fut réédité à Leyde en 1632 dans un petit format pratique pour les voyageurs. Sur Gilles et Constantinople, voir J. Ebersolt, op. cit., pp. 72-82 et F. Tinguely, op. cit., pp. 97-112.

19 Voyage de Constantinople par le comte de Caylus, éd. Paul-Emile Schazmann, Gazette des Beaux-Arts, n° 899 (septembre 1938), pp. 116-117. Il s’agit d’une retranscription du Ms Fr. 4996 de la BnF.

20 Ibid., p. 126.

21 Théophile Gautier, Constantinople, Christian Bourgois, 10/18, 1991, p. 310.

Table des illustrations

Titre La baie de Constantinople en 1680
Légende On y repère aisément les différents secteurs de la ville et, au premier plan, à droite, la tour de Léandre.
Crédits Gravure tirée de l’ouvrage de Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, Paris, P. Rocholet, 1680
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Le Bosphore et la mosquée bleue du Sultan Ahmed - Le Vase de Fleurs
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Montre « turque », savonnette, avec répétition à quarts et réveil mouvement avec échappement à cylindre, signé Bréguet & Fils (signature apocryphe)(Genève, vers 1820, émail sur or), émail
Crédits Musée Patek Philippe, inv. S-374 © Patek Philippe Muséum, Genève
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre La baie de Constantinople en 1680
Crédits Gravure tirée de l’ouvrage de Guillaume-Joseph Grelot, Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, Paris, P. Rocholet, 1680, 4°, 307 p., figures et plans gravés.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre L’Empire ottoman
Légende Montre « turque » à décor cartographique à double boîtier dit cabriolet mouvement avec échappement à cylindre à tuile en rubis, signé Bréguet (signature apocryphe)(Genève, vers 1825, or, émail)
Crédits Musée Patek Philippe, inv. S-451 © Patek Philippe Muséum, Genève
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search