Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Première partie. La communauté genevoise au Levant

Conjecture sur le séjour d’Isaac Rousseau en Orient (1705-1711).

Avec quelques éclaircissements sur Jacques et Samuel Rousseau et une photographie inédite de la tombe de Jacques Rousseau à Ispahan

Christophe A. J. D. Van Staen

Texte intégral

Un père instable et aventureux

  • 1 Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, publié sous la direction de Raymond Trousson et Frédéric S. (...)

1Dans l’article qu’il lui consacre, P.-P. Clément, éminent spécialiste de la psychologie de Rousseau, donne de son père Isaac l’image d’un individu instable et voyageur1. Outre les diverses affaires témoignant de son irascibilité et son goût pour les rixes, l’un des exemples qui semblent le mieux conforter cette idée est sans le moindre doute celui de l’extravagant épisode de 1705, qui vit Isaac quitter Genève, ainsi que sa femme qui venait de lui donner un premier fils, François, pour entreprendre un séjour de six ans à Constantinople. La désinvolture apparente d’un tel comportement suscite de légitimes questionnements, auxquels se livre tout naturellement P.-P. Clément, à travers une minutieuse comparaison des relations de ce départ telles qu’elles se présentent dans le manuscrit de Neuchâtel, et dans la version définitive des Confessions. La première version n’indique rien de spécifique au sujet du départ soudain et à peine justifié ; la seconde, nous montre P.-P. Clément, est particulièrement intéressante, puisqu’elle fait du séjour d’Isaac en Orient une nécessité, un devoir qui lui aurait été imposé par une circonstance extérieure, mais inconnue néanmoins :

  • 2 Je renvoie à l’édition des Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, établie par M. Raymond et B. (...)

[Isaac] partit pour Constantinople où il était appelé, et devint horloger du sérail (I, 6)2.

2Cet « appel » d’Isaac à Constantinople serait, toujours selon P.-P. Clément, un de ces ornements dont use Rousseau dans son autobiographie, ornement qui en l’occurrence tendrait à soulager la mémoire du père de l’inconséquence apparente de son comportement. À partir de ce point, deux possibilités s’offrent selon moi au lecteur : soit il admet que ce détail de style est une coquetterie en effet, auquel cas Isaac Rousseau redevient l’homme instable évoqué ci-dessus, délaissant femme et enfant pour se mieux livrer à son penchant naturel pour l’aventure ; soit (et cette option sera la mienne en ces pages), ce détail de style correspond à la vérité historique, auquel cas il devient urgent de mener une petite enquête sur les motifs qui poussèrent Isaac à rejoindre subitement Constantinople. L’hypothèse communément admise sur ce point précis est celle d’Eugène Ritter, grand généalogiste de la famille Rousseau, dont il est important, je crois, de reproduire ici quelques idées :

  • 3 E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », Annales de la Société Jean-Jacques Rous (...)

Tout s’explique si la mère de la jeune fille [Suzanne] était opposée au mariage, et si la mère de la jeune femme a su rendre la vie amère à son gendre. La question de l’argent avait sans doute sa place dans les motifs de ce départ. [...] Évidemment le budget du jeune ménage était mal équilibré. On voit d’ici les yeux de la belle-mère ; on entend ses discours. Elle habitait la même maison que les deux époux, et peut-être faisaient-ils ménage commun. Elle mit son gendre en fuite, oserait-on dire. Ce n’est qu’une hypothèse ; mais elle est plausible, beaucoup plus que d’autres qu’on pourrait former. Je ne crois pas, par exemple, que quelque estrif ait été la cause du départ d’Isaac pour les rives du Bosphore. Pour le faire aller si loin, il faudrait que c’eût été une grosse affaire ; elle eût laissé des traces que nous retrouverions, et nous n’en voyons aucune. [...] Je crois volontiers à un coup de tête.3

3Problèmes d’argent et querelles de ménage auraient échauffé les nerfs d’Isaac, toujours très prompt à s’emporter, et l’auraient conduit jusqu’à Constantinople. Pourtant, je remarque que Ritter ne se fait guère d’illusions sur l’hypothèse de la marâtre, et brûle manifestement de découvrir quelque « grosse affaire » plus propre à justifier un séjour aussi lointain, long, et farfelu.

La tombe de Jacques Rousseau à Ispahan

  • 4 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau (...)
  • 5 Je tiens à remercier ici Sâjeh Laporte-Eftekharian, qui eut la gentillesse de me fournir cette phot (...)

4Dans le trente-huitième volume des Annales de la société Jean-Jacques Rousseau (1969-1971), Olivier Reverdin proposait une note bien intrigante intitulée « La tombe de Jacques Rousseau à Ispahan » (pp. 287-290), dans lequel il nous apprenait qu’un Jacques Rousseau, horloger genevois, avait péri en Perse, le 29 mars 1753. Ce Jacques Rousseau avait déjà été signalé par Eugène Ritter, dans un volume plus ancien des Annales, comme le fils de Noé Rousseau, lequel n’était autre que le frère de David Rousseau (père d’Isaac et grand-père de Jean-Jacques)4. Jacques Rousseau (1683-1753) et Isaac Rousseau (1672-1747) étaient donc cousins. Dans le même article, Olivier Reverdin offrait pour la première fois une photographie monochrome en contre-plongée, et une description à la fois attentive et détaillée de la stèle funéraire de Jacques à Ispahan (le lecteur en trouvera ici une photographie récente en couleurs)5, avec une traduction du texte qu’elle arbore : « Ci-gît insigne sieur Jacques Rousseau Genevois, horloger. Il vécut 74 ans [dont] 48 à Ispahan. Il mourut le 29 mars 1753 ». De cette inscription, dont il admettait lui-même le manque vraisemblable de précision chronologique, Olivier Reverdin conclut que Jacques Rousseau a dû arriver à Ispahan en 1704 ou en 1705, dates sur lesquelles j’attire d’ores et déjà l’attention du lecteur. Se fondant sur des informations d’origine inconnue données par Eugène Ritter, il ajoutait que le cousin d’Isaac quitta Genève à l’âge de vingt ans (c’est-à-dire aux alentours de 1703) « pour accompagner en Perse un ambassadeur de Louis XIV et qu’il s’est marié à Ispahan » (p. 290). Le nom de sa compagne est connu : il s’agissait d’une Reine de l’Estoile, issue d’une famille dont plusieurs membres remplissent d’ailleurs avec Jacques Rousseau le cimetière arménien de Nordjoula (à Djoulfa, quartier chrétien d’Ispahan). En revanche, Olivier Reverdin ne semble pas avoir davantage d’informations sur cet ambassadeur que Jacques accompagna jusqu’en Perse, et s’interroge sur ce qui put bien retenir Jacques Rousseau à Ispahan jusqu’à la fin de sa vie.

Jacques Rousseau et la périlleuse ambassade de Michel (1706-1708)

  • 6 Henri Dehérain, Orientalistes et antiquaires. Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples(...)

5Dans l’ouvrage qu’il consacre à Silvestre de Sacy, Henri Dehérain nous livre, mais sans citer ses sources, quelques précieux renseignements sur le périple de Jacques Rousseau en Orient : « Jacques Rousseau, horloger joaillier, qui était l’oncle de Jean-Jacques, arriva en Perse en 1706 avec un ambassadeur de Louis XIV, nommé Michel. Il entra si avant dans la faveur du chah Hussein qu’après le départ de l’ambassadeur il resta à Ispahan. »6 On le constate : la date d’arrivée de Jacques et de l’ambassadeur Michel en Perse diffère peu de celle conjecturée par Olivier Reverdin.

  • 7 Pour tous les détails concernant Michel, je suis ordinairement l’ouvrage d’A. Mézin, Les consuls de (...)
  • 8 Consulats de France en Grèce et en Turquie. Correspondance des consuls d’Athènes et de Nègrepont, 1 (...)
  • 9 H. Dehérain, L’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse, Paris, Plon, 1931 (Histoire des c (...)
  • 10 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe de l’Antiquité, du Moyen-Age et la France des origin (...)

6Quant à ce sieur Michel, l’exposé de son périple mérite sans doute qu’on le replace dans son contexte7. Né à Marseille vers 1680, Pierre-Victor Michel fut d’abord commis de M. de Montmort, intendant des galères. Ensuite, il devint secrétaire à l’Ambassade de France de Constantinople, en 1703, c’est-à-dire sous l’ambassade de Charles de Ferriol, chargé de mission à Constantinople en 1692, et ambassadeur de France entre 1699 et 17098. Henri Dehérain parle d’une mission que Michel aurait remplie avec succès en Hongrie, en 17049. Puis, en 1706, Michel est envoyé par Ferriol auprès du Chah Hussein, à Ispahan, en vue de négociations commerciales. Dans la mesure où Jacques Rousseau l’accompagna, il faut d’emblée admettre que le cousin d’Isaac se trouvait déjà à Constantinople au moment où fut donné le départ de cette mission, à savoir très précisément le 25 septembre 170610. Pour que Jacques prenne la décision de suivre l’ambassadeur Michel dans son séjour en Perse, il lui fallut de bonnes et solides raisons : le trajet en effet n’avait rien d’une excursion, et Michel lui-même avait été précédé à Ispahan par une première ambassade française qui s’était couverte de ridicule, et avait connu un funeste destin.

  • 11 A. de Saint-Léger et alii, Histoire de France, Paris, Hachette, 1908, t. 8, p. 259.

7Dans le courant de l’année 1703, après avoir entamé les négociations avec l’Iran en vue de l’établissement d’une mission commerciale française, Charles de Ferriol avait en effet désigné un certain Fabre, ancien consul de Constantinople11, pour accomplir le séjour jusqu’à Ispahan. Celui-ci quitta Marseille à bord du navire Toulouse, non sans emporter dans ses bagages une Mlle Petit, fille d’une blanchisseuse à qui il devait une importante somme d’argent, prêtée pour le remboursement de dettes : le séjour en Perse devait en quelque sorte servir de contrepartie. N. D. Samsami relate la suite rocambolesque de cette aventure :

  • 12 N. D. Samsami, L’Iran dans la littérature française, Paris, PUF, 1936, p. 20.

Dans un long séjour à Constantinople et à Alep, ils sont la risée de tout le monde, grâce aux gasconnades et aux excentricités de la jeune femme qui scandalise les autorités et désespère les pères jésuites en les menaçant à tous les moments de se faire musulmane. Ils arrivent ensemble en Iran où Mlle Petit se fait passer pour la représentante des princesses de la Maison de France. Fabre ayant succombé à la suite d’une fièvre le 16 avril 1706 à Nakchewan, Mlle Petit poursuit l’ambassade ; après une violente bagarre à Erivan, à cause du maître d’hôtel, et de nombreuses aventures avec les gouverneurs de provinces, presque sans argent, vivant de la vente des objets destinés en cadeaux au Roi de Perse, elle arrive à Ispahan où elle est entourée de tous les honneurs jusqu’à ce qu’un libelle de Michel, le nouvel envoyé de Ferriol, prévienne les autorités de la mystification.12

  • 13 K. Bayani, Les relations de l’Iran avec l’Europe occidentale à l’époque safavide, Paris, Presses mo (...)

8La mort de Jean-Baptiste Fabre à Nakhitchevan (Arménie), décrite ici comme conséquente d’une fièvre, put avoir en réalité des motifs plus troubles. La concurrence entre les diverses missions occidentales de l’époque (Angleterre, France, Hollande, Portugal), en vue de la domination commerciale des pays d’Orient, demeurait intense, et pouvait justifier à l’occasion quelque mise à l’écart radicale13. Une lettre de Ferriol adressée à la Cour (le 25 juillet 1707) témoigne non seulement de cette concurrence, mais aussi de l’extrême maladresse de Fabre, qui lui coûta sans doute plus que de simples querelles diplomatiques :

  • 14 Lettres inédites du Marquis de Ferriol, ambassadeur de France à Constantinople (1707-1709) (Manuscr (...)

[...] Tout le monde est content de M. Michel et chacun en rend des témoignages très avantageux. Les Anglais, les Hollandais et les Portugais ont dépensé cent soixante mil écus à la cour de Perse pour empêcher que M. Fabre et M. Michel y fussent reconnus pour envoyés de France, et pour traverser leurs desseins. M. Fabre en a été la cause, ayant publié dès Alep qu’il les chasserait de Perse pour y établir les Français. Il faut avouer que les Anglais et les Hollandais sont puissants dans ces pays-là et dans les Indes, et qu’ils n’épargnent rien pour soutenir leur commerce.14

9On imagine aisément quelle perspective l’idée de cette nouvelle mission ouvrait à Pierre-Victor Michel. Mais ni l’aventure de Fabre, ni le ridicule dont la France s’était couverte à travers Mlle Petit, ni les dangers de la concurrence ne le rebutèrent ; il quitta Constantinople le 25 septembre 1706, sans avoir obtenu des lettres de créance que Louis XIV lui accorda le 4 août 1707, mais qu’il ne reçut qu’en mars 1708, tandis qu’il était l’hôte du gouverneur d’Erevan. Un nouvel élément précédant son départ fit en outre grand bruit en Turquie, et ne put que rendre la position de Michel un peu plus délicate encore. Durant le séjour arménien de Michel, en 1707, Constantinople est secouée par une affaire religieuse mettant en cause Charles de Ferriol et un patriarche arménien, nommé Avedik. P. Mansel en donne le récit :

  • 15 P. Mansel, Constantinople. La ville que désirait le monde, 1453-1924, Paris, Seuil, 1997, p. 213.

En 1707, le patriarche arménien Avedik se rendit au Divan du grand vizir pour accuser un prêtre nommé Gomidas, devenu catholique : « Il y a grand danger que bientôt toutes les nations ne s’attachent à celle des Francs et ne constituent dans votre empire un ennemi intérieur ». Le prêtre fut exécuté. Ferriol procéda à des représailles : la même année, le patriarche fut enlevé à Constantinople, envoyé en France et jeté en prison. En 1710, l’ambassadeur regagna son pays. Plus tard, quand on apprit à un grand vizir que Ferriol était devenu fou, il répondit qu’il l’était déjà à son arrivée. Mais la « folie » était peut-être un stratagème pour retirer sans perdre la face ce diplomate arrogant.15

  • 16 M. de Testa et A. Gautier, « Les drogmans au service de la France au Levant », dans Revue d’histoir (...)
  • 17 Jean-Louis Usson, marquis de Bonnac, Mémoire historique sur l’ambassade de France à Constantinople, (...)
  • 18 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe..., op. cit., p. 175.

10De fait, Ferriol laisse derrière lui l’image d’un personnage dur, rigoureux, sans concessions, mais aussi corrompu16. Son travail se distingua de celui de ses prédécesseurs par l’importance qu’il accorda aux questions d’équilibre religieux dans les échelles françaises. Son mémoire adressé à la Cour pour rendre compte de son ambassade trahit cette préoccupation centrale17, et le but principal du traité qu’il voulut faire signer au Shah par l’entremise de Michel était avant tout la protection des catholiques qui y étaient établis, et qui avaient subi maintes persécutions18. Cet acharnement lui fit la réputation d’un fanatique.

11Enfin, last but not least, les Anglais préparent à leur manière l’arrivée de l’ambassade française à Ispahan, comme en atteste une lettre de Michel adressé à la Cour (le 18 janvier 1708) :

  • 19 Cité dans K. Bayani, Les relations de l’Iran avec l’Europe occidentale..., op. cit., p. 136.

Vous ne sauriez jamais comprendre combien les Anglais se sont donné de mouvements pour rompre notre Ambassade. Ils ont rendu visite exprès à Lattamadoulet (1er Ministre), et peu de temps après, ils publièrent que la France était entièrement perdue, qu’ils s’étaient rendus maîtres de plusieurs villes, et pour mieux duper les Persans, ils firent tirer leurs canons en signe de réjouissance.19

  • 20 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe..., op. cit., p. 161.
  • 21 H. Dehérain, L’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse..., op. cit., p. 546.
  • 22 A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), op. cit., p. 437.
  • 23 Mémoire du Sieur Michel sur le voyage qu’il a fait en Perse dans les années 1706, 1707, 1708 et 170 (...)

12Michel reçoit ses lettres de créance le 2 mars 170820, arrive à Ispahan le 13 mai21, et signe avec le shah un traité de commerce en septembre de la même année22. Ce traité, qui n’apportait que peu de nouveauté aux précédents accords passés entre la France et la Perse, et qui ne fut exécuté qu’en 1711, eut néanmoins le mérite de rétablir un lien de communication et de confiance entre les deux nations. Sa mission accomplie à force d’obstination, Pierre-Victor Michel quitta la Perse le 29 octobre 1708, laissant derrière lui Jacques Rousseau, qui s’établit comme horloger à Djoulfa, le faubourg chrétien d’Ispahan. À son retour en France, Michel accusa Marie Petit, la maîtresse de Fabre, lors de son procès à Marseille, écrivit un mémoire sur le déroulement de son expédition en Iran23, devint consul à Tunis, puis à Tripoli. Ses jours prirent fin au large du Liban, le 18 juillet 1718. De son côté, Jacques Rousseau allait poursuivre l’aventure de la plus brillante des manières.

La dynastie diplomatique de la famille Rousseau en Orient

En 1722, Ispahan fut pris par les Afghans et chah Hussein détrôné par leur chef Aschraf. Cet événement, où Jacques Rousseau aurait pu laisser sa vie, affirma au contraire sa position à la cour de Perse, grâce à une circonstance singulière. Pendant le pillage du palais du roi par les Afghans, un vieil eunuque eut la présence d’esprit de ramasser tous les joyaux de la couronne et de les jeter dans un puits. Il fut peu après massacré, ainsi que les femmes et les enfants, dont il avait la garde. Mais il avait eu le temps de confier son secret à Jacques Rousseau. Quand chah Thamas, le fils de chah Hussein, eut vaincu les Afghans et fut rentré à Ispahan, Jacques Rousseau lui révéla la cachette. À cette nouvelle, chah Thamas descend précipitamment de son trône, embrasse le porteur de la bonne nouvelle et le remercie chaudement devant la cour. On court au puits dont on retire en effet le trésor. Jacques Rousseau se fixa en Perse pour la vie. Il y épousa en 1737 une Française, la fille d’un négociant lyonnais, Reine de l’Etoile. Le 16 octobre 1738 naissait Jean-François-Xavier Rousseau, qui fait l’objet de cette notice. Bien que resté protestant, Jacques Rousseau fit élever son fils dans la religion catholique chez les Jésuites d’Ispahan. [...] En 1754 il perdit son père et se trouva ruiné par un accident singulier. Dans cette Perse troublée, la sécurité était si précaire que Jacques Rousseau, recourant à l’éternel stratagème, avait caché une grande partie de sa fortune, consistant en pierres précieuses. Mail il fut frappé d’une attaque, perdit l’usage de la parole et mourut avant d’avoir pu indiquer le lieu du dépôt à sa femme et à son fils, qui après sa mort le cherchèrent en vain.

  • 24 Henri Dehérain, Orientalistes et antiquaires. Silvestre de Sacy..., op. cit., p. 26. Je le suis éga (...)
  • 25 Ce Jean-François-Xavier ne doit pas être confondu avec le parisien Jean-François Rousseau, dont on (...)

13On doit à Henri Dehérain ce bref aperçu biographique qui, fondé sur des sources une fois encore inconnues, représente néanmoins tout ce que l’on sait de Jacques Rousseau au-delà de son séjour avec l’ambassade française24. Il situe la mort de l’horloger en 1754, date qui correspond approximativement à celle reprise sur la tombe du cimetière de Nordjoula. Les rapports entretenus par Jacques Rousseau avec le shah Hussein et son successeur semblent indiquer chez lui une certaine ambition, ainsi qu’une nette disposition à la diplomatie, et de fait : sans le savoir, Jacques avait engendré une véritable dynastie de consuls. Son fils, Jean-Francois-Xavier Rousseau, entra en février 1756 au service de la Compagnie française des Indes, à Bassora. Entre décembre 1780 et février 1782, il séjourna à Paris25, où l’exotisme de son apparence et sa ressemblance avec le philosophe de Genève lui rapportèrent un beau succès, et où sa force de conviction lui valut surtout d’être nommé consul de France à Bassora par Louis XVI. E. Ritter, dans le septième volume des Annales de la société Jean-Jacques Rousseau (1911), retranscrit d’ailleurs au sujet de ce séjour parisien une anecdote de Corancez qui, ami de Jean-Jacques, eut aussi l’occasion de dîner avec Jean-François-Xavier :

  • 26 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 95.

M. Delessert m’invita un jour à dîner avec lui, et nous place à ses deux côtés. Je ne pouvais conséquemment le voir que de profil ; mais ce profil était ressemblant : l’expression des yeux et de ce qu’on appelle physionomie était absolument la même. Je demande tout bas à M. Delessert s’il n’y trouve pas beaucoup de ressemblance : Elle est telle à mes yeux, me dit-il, qu’elle me fait peur, et que je suis tenté de croire que c’est Rousseau lui-même qui se sera fait enterrer, pour venir ensuite écouter ce qu’on dit de lui.26

  • 27 Voir la Biographie universelle ancienne et moderne.
  • 28 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 96.

14Jean-François-Xavier Rousseau eut encore un rôle déterminant auprès de Bonaparte. Aux prises avec l’Angleterre et la Russie, celui-ci vit dans la Perse un allié potentiel, bien qu’éloigné. Pour rétablir les relations politiques avec Feth Ali Shah, il lui fallait un diplomate d’expérience, doté d’une grande connaissance de l’Orient : Talleyrand songea à Rousseau, qui en effet intercéda en faveur de Napoléon en 1803, avant de mourir en 1808, laissant une correspondance au Ministère des Affaires étrangères, et plusieurs mémoires sur la ville de Bassora27. Il avait un fils. Jean-Baptiste-Louis Rousseau (Auxerre 1780-Marseille 1831), dit Joseph, fut lui aussi consul, à Bassora (1805), à Alep (1808), à Bagdad et Tripoli (1814). Correspondant de l’Institut (Académie des Inscriptions, 1808), membre de la société de géographie et de la société asiatique, ce passionné de littérature orientale fut l’auteur d’ouvrages aux titres révélateurs : Description du Pachalik de Bagdad (1809), Itinéraire en Perse et d’Alep à Mossoul (1813-1819), Mélanges d’histoire et de littérature orientales (1817). En 1810, il avait aussi rendu hommage à son père par le biais d’un Éloge historique de J. -F. X. Rousseau. Eugène Ritter nous apprend également que Charles X le nomma Baron le 30 juin 1830. Enfin, Alfred, dernier membre célèbre de cette branche, né à Tunis en 1847, fut consul à Syra, Palerme, et ministre plénipotentiaire accrédité auprès de la république de Bolivie28, avant de livrer à Eugène Ritter de très nombreuses informations généalogiques. Étonnante dynastie donc que celle de ces barons et consuls de France qui, lointains cousins du citoyen de Genève, conférèrent à leur famille une nouvelle dimension, laquelle n’est dénuée ni de gloire, ni d’ironie.

Interrogation sur Samuel Rousseau, orientaliste londonien (1763-1820), avec une piste à la fois fausse et intéressante

  • 29 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 93.
  • 30 Ce patriarche en eut dix-neuf au total. Cf. E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Roussea (...)
  • 31 Certains Suisses protestants pouvaient en effet être nommés au sein des Académies françaises par dé (...)
  • 32 Coïncidence, ou piste sérieuse ? Il pourrait en effet s’agir du ministre Samuel Bernard (1631-1701) (...)
  • 33 Cf. Edward Miller, That Noble Cabinet. A History of the British Museum, Londres, André Deutsch, 197 (...)

15Jacques Rousseau, notre horloger établi à Ispahan, est le fils de Noé Rousseau, lequel avait pour frères David (le grand-père de Jean-Jacques) et Jacob (ou Jacques) Rousseau, « établi à Londres en 1684 »29 : voilà le seul renseignement dont on dispose sur ce Jacob britannique. Pourtant, dans la Biographie générale, on découvre un Jacques Rousseau qui pourrait lui correspondre, du moins en tenant compte de ses dates de naissance et de mort uniquement. Né à Paris le 4 juin 1630, ce peintre et graveur dont le goût allait aux paysages accompagnés d’éléments d’architecture, fit très tôt un séjour italien qui lui permit de peaufiner son art auprès d’un maître, Herman Swanevelt. Cette naissance parisienne pose un problème de taille. En effet, au vu de sa date de naissance, Jacques pouvait fort bien être l’un des seize enfants déclarés par Jean II Rousseau au Conseil de Genève en 165430, mais le lieu de naissance rend cette possibilité nulle : car je conçois mal que Jean II puisse à la fois être solidement établi à Genève, et laisser un enfant à Paris. Rien ne prouve cependant qu’aucune connexion n’existe entre le peintre Jacques Rousseau et la famille de Jean-Jacques. Mais les informations manquent. Pourtant, malgré sa nullité manifeste, ma conjecture vaut la peine d’être suivie un instant, comme on suit une chimère. En effet, membre de l’Académie Royale de peinture31, notre Jacques Rousseau parisien en fut renvoyé dès la révocation de l’Édit de Nantes, tout comme d’autres protestants d’origine genevoise, parmi lesquels, chose curieuse, on trouve un certain Samuel Bernard32 : la coïncidence a de quoi frapper. La révocation le fait fuir en Suisse, puis en Hollande. En 1688, Jacques Rousseau participe à la décoration du palais de Versailles ; il arrive à Londres en 1684, et en 1690, suite à l’invitation du duc de Montague, il produit une série de dessins destinés à la décoration de la Montague House, qui un jour deviendrait le British Museum33. Il meurt, toujours à Londres, le 16 décembre 1693. Notre peintre français est-il le citoyen protestant d’Eugène Ritter, ou y avait-il, à la même époque, deux Jacques Rousseau établis dans la capitale anglaise ? Encore une question qui restera sans réponse.

  • 34 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., pp. 93-94.
  • 35 Cf la Biographie générale.
  • 36 Le curieux cherchera en vain à identifier dans les volumes de cette revue les contributions de Samu (...)
  • 37 Je renvoie le lecteur curieux à la lettre 5274 de la Correspondance complète, éd. R.A. Leigh, XXX, (...)

16Toujours est-il que Ritter avoue ignorer au juste si son Jacques britannique a fait souche en Angleterre, pour y laisser, une génération plus loin, un Philippe Rousseau imprimeur, et deux générations plus loin, un Samuel Rousseau, né en 1763 et mort le 4 décembre 182034. Une chose est sûre : ce Samuel est issu d’une famille de protestants français d’abord réfugiés à Genève35. Jusque-là, rien de rédhibitoire ; rien non plus de très convaincant. Il travailla pour le libraire Nichols, qui lui fit faire de nombreuses recherches pour le Gentleman’s magazine36, et pour des compilations historiques qu’il éditait. Après avoir tenté de fonder sa propre imprimerie, et connu la banqueroute, il finit ses jours dans la pauvreté. Ce qui est peut-être plus intéressant, c’est la qualité de Samuel, qui en effet fut un brillant orientaliste ; Flowers of Persian Literature (1801), Dictionary of Mohammedan Law (1802), Persian & English Vocabulary (1802), Book of Knowledge (1805) : telle est la liste des œuvres qu’il nous laissa. S’agit-il encore une fois d’une simple coïncidence ? D’où lui vient cet intérêt pour l’Orient ? D’une vocation personnelle, d’un phénomène de mode bien connu ? Ou doit-on rechercher plus avant les éventuelles connections qu’il entretint avec la branche diplomatique de la famille Rousseau ? Je ne risquerai pas ici de nouvelle conjecture sur ce sujet périphérique au séjour d’Isaac en Orient : il y en a déjà trop. Seule la découverte de nouvelles informations, peut-être dans des documents anglais, permettrait de trancher. Je me contenterai de deux dernières remarques. Tout d’abord, la chronologie des œuvres de Samuel recouvre rigoureusement la carrière de Jean-François-Xavier Rousseau. Ensuite, il semble bien que la famille Rousseau ait joui d’une bonne implantation dans la capitale britannique, puisque, outre les supposés deux Jacques, Philippe et Samuel, on y trouve aussi un Jean Rousseau (1724-1795), qui entretint une correspondance avec Jean-Jacques, et joua un rôle lors de l’affaire infernale qui le brouilla avec David Hume37. À propos de Jean, R.A. Leigh nous donne ces quelques renseignements :

  • 38 Correspondance complète, éd. R.A. Leigh, III, 302,, ƒ.

C’était le fils aîné de Jean-François (1685-1763) et de Renée Berjon (morte en juillet 1767). Jean-François, cousin germain d’Isaac Rousseau, père de [Jean-Jacques], était le fils de Noé Rousseau, frère du grand-père paternel de [Jean-Jacques]38.

17Jean-François, père de Jean, était donc le frère de notre Jacques Rousseau mort à Ispahan, ce qui semble donner l’explication du nom que ce dernier donna à son fils. Jean-François-Xavier Rousseau, consul de France, et Jean Rousseau, négociant à Londres, étaient cousins. Une chose est sûre : on voit l’intérêt qu’une recherche approfondie dans les archives londoniennes pourrait présenter en ce qui concerne la généalogie et la dispersion de la famille de Jean-Jacques Rousseau.

Retour sur le séjour d’Isaac Rousseau en Orient

  • 39 E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », op. cit., p. 113.

18Après ces quelques digressions non dénuées d’intérêt, revenons à notre conjecture sur les motifs qui purent conduire Isaac à laisser derrière lui femme et enfant pour se faire « horloger du sérail ». Nous savons que son départ eut lieu dans le courant de l’année 1705, et plus précisément peu après le 22 juin39. La tombe de Jacques Rousseau à Ispahan situe son arrivée sur place en 1704 ou 1705, mais Olivier Reverdin souligne bien la possible imprécision de cette information. Sans davantage de précision, on sait que Jacques aurait quitté Genève aux alentours de 1703. Autre information dont on dispose : Jacques accompagne l’ambassade de Michel depuis Constantinople : celle-ci prend son départ le 25 septembre 1706. On peut donc estimer que durant toute l’année 1706, voire même durant une partie de l’année précédente, Jacques se trouvait bel et bien à Constantinople. Si leur départ de Genève ne date pas de la même époque – encore que cela soit fort possible –, il est en tous les cas indéniable que les deux cousins Rousseau, Isaac et Jacques, en tant qu’horlogers genevois installés dans le petit quartier de Péra, ne purent que s’y rencontrer. De ce point de départ, tout est imaginable : peut-être Jacques incita-t-il Isaac à le suivre ; peut-être l’exemple d’un cousin faisant fortune en Orient attira-t-il le père de Jean-Jacques ; ou peut-être Jacques fit-il appel à l’aide de son cousin, lui faisant miroiter quelque position enviable : tout cela est de l’ordre du possible. Pour préciser ce qui s’est vraiment produit, d’autres éléments doivent être joints à la conjecture. En effet, tout ceci ne nous en apprend pas davantage sur la motivation de leurs départs respectifs : l’un et l’autre demeurent des Genevois partis à l’aventure en Turquie sans raison apparente. Il me faut donc procéder ici à un nouveau détour, concernant les circonstances qui leur permirent non seulement de mener à bien leur périple, mais aussi de le justifier.

Bref regard sur la position des orfèvres genevois dans le commerce français d’Orient à la fin du xviiie siècle

19J’ai évoqué ci-dessus le contexte de concurrence extrême dans lequel se trouvaient plongées les ambassades occidentales à vocation commerciale lancées en Orient. Or, dans cette lutte sans pitié pour la domination économique de la région, on peut dire que la France connut entre 1685 et 1719 un réel progrès commercial à Constantinople :

  • 40 R. Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, Adrien Maisonneuve, 1962, p. 55 (...)

Le commerce français dans les échelles d’Orient est tombé à 7 millions de livres en 1648, 2 1/2 à 3 millions en 1660, moins encore vers 1670 ; mais entre 1684 et 1687 il remonte à 5 600 000 livres, à 7 ou 8 millions entre 1687 et 1694 et atteint 11 millions à la fin du xviie siècle40.

20Se basant sur un document recueilli aux Archives Nationales, R. Mantran nous parle des arrivants français à Constantinople en 1670. Nous indiquant que la plupart d’entre eux viennent de Marseille, il donne un indice supplémentaire à ma conjecture :

  • 41 R. Mantran, L’empire ottoman du xvie au xviiie siècle. Administration, économie, société, Londres, (...)

Ajoutons que ce document mentionne également des protégés français, « orologeurs et graveurs qui sont issy establis, mariés et non mariés, estant la pluspart de la ville de Genève et soubs la protection de monsieur l’embassadeur de France » ; ils sont au nombre de 34 : 11 mariés et 23 célibataires, « tous protestants sauf 3 qui sont catholiques »41.

  • 42 P. Masson, Histoire du commerce français au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1911, p. 113.

21Masson donne au sujet de cette forme de partenariat d’autres informations instructives. Par l’adoption d’une politique de taxation particulièrement absurde, Marseille était devenu au xviiie siècle un Eldorado commercial pour les orfèvres genevois ; tandis que les orfèvres marseillais étaient contraints de payer 8 % pour leurs produits, les Suisses pouvaient introduire leurs marchandises en franchise dans la ville, avec cette conséquence étonnante : les orfèvres marseillais, qui auparavant fournissaient les orfèvres étrangers, finirent par devenir leurs clients42. Masson ajoute :

  • 43 Ibid., p. 132.

[...] Par une faveur spéciale, les Suisses et les Hollandais jouissaient dans le port franc des mêmes privilèges que les citoyens français. Les Suisses, particulièrement bien reçus à Marseille, pouvaient même aller s’établir dans les échelles, où ils bénéficiaient de la protection de nos consuls et commerçaient au même titre que les Français. [...] Il y eut donc toujours à Marseille une importante colonie de Suisses, surtout de Genevois43.

  • 44 R. Mantran, op. cit., V, p. 130.

22De Genève à Marseille, et de Marseille à Constantinople, la route semblait toute tracée pour des horlogers et orfèvres en quête de fortune. L’intérêt des Français à joindre des Genevois à leurs missions commerciales était évident : ces étrangers restaient minoritaires tout en asseyant l’hégémonie française sur le marché naissant en Turquie : la rudesse de la concurrence faisait de ces bagages supplémentaires un atout dans des domaines artisanaux très spécifiques44. C’est de cette machine bien huilée que purent bénéficier Isaac et Jacques Rousseau lorsqu’ils quittèrent Genève, et le simple fait que Jacques poursuivit l’aventure auprès de l’ambassade de Pierre-Victor Michel jusqu’en Perse semble renforcer cette hypothèse. En somme, le commerce français d’Orient est florissant au moment du départ de nos deux Genevois ; les conditions d’échange dans le port de Marseille leur sont plus que favorables ; enfin, ils jouissent même s’ils le veulent de la protection d’un consul de France, en l’occurrence de l’ambassadeur Michel, parti lui aussi dans une mission qui, bien que périlleuse, n’en est pas moins prometteuse sur le plan des affaires. Or on sait grâce à Eugène Ritter que les finances du ménage d’Isaac et de Suzanne étaient, dans les premières années de leur siècle, plutôt désastreuses :

  • 45 E. Ritter, « La jeunesse et la famille de J.-J. Rousseau », Annales de la Société Jean-Jacques Rous (...)

La question d’argent avait sans doute sa place dans les motifs de ce départ. Deux mois après avoir signé le contrat de mariage qui détaille les différentes valeurs dont était formée la dot assez ronde de sa femme, Isaac Rousseau avait dû emprunter mille florins. On ne voit pas pourquoi. Sa belle-mère consentit à lui servir de caution : elle ne devait pas être contente. L’hiver suivant, le mari prit le parti de vendre, pour avoir de l’argent liquide, une des créances qui constituaient l’avoir de sa femme. Evidemment le budget du jeune ménage était mal équilibré.45

  • 46 The letters of Lady M. W. Montagu during the Embassy to Constantinople, 1716-18, Paris, Baudry, 182 (...)
  • 47 R. Mantran, Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 276.
  • 48 Antoine-Laurent Castellan, Lettres sur la Morée, tome II, chapitre XXVI, [1808], reproduit dans J.- (...)
  • 49 E. Ritter, « La jeunesse et la famille de J.-J. Rousseau « , Annales de la Société Jean-Jacques Rou (...)
  • 50 E. Daleggio d’Alessio, « La communauté latine de Constantinople au lendemain de la conquête ottoman (...)
  • 51 N. D. Samsami, L’Iran dans la Littérature française, Paris, PUF, 1936, p. 5 : « La première chose à (...)

23L’étonnant est de voir Ritter en conclure que la mère de Suzanne, et ses incessantes remontrances relatives à la situation financière du jeune couple, furent les premiers motifs de la fuite d’Isaac. En effet, on conçoit bien l’attrait que pouvait présenter aux yeux d’Isaac une destination exotique l’éloignant d’une belle-mère revêche : mais on le conçoit encore mieux si cette destination était Constantinople et les échelles françaises qui pour lors baignaient dans un climat économique favorable et propice à la fortune. De plus, « l’aventure » qu’on voit usuellement dans un voyage vers la Constantinople d’alors n’en est vraiment une que si on ne tient pas compte de la nature très occidentale du quartier de Péra, où s’établissaient les commerçants et ambassadeurs venus des quatre coins de l’Europe : comparable à une nouvelle tour de Babel46, cette zone franche et cosmopolite de Constantinople était remplie de boutiques, d’ateliers, d’entrepôts, de tavernes47, mais aussi d’auberges et de restaurants français : l’Occidental y gardait son costume et son langage, n’y croisait aucun autochtone, si bien que l’illusion d’un petit village occidental y était presque parfaite48. Toutes les confessions y étaient représentées : les protestants suisses se rendaient aux prêches tenus par Pierre Harenc au sein du palais de Hollande de Péra49 ; les catholiques français accomplissaient leur devoir religieux à Saint-Louis des Français, toujours dans la même zone franche50. Le quotidien de Péra était celui de nos pays occidentaux. L’aventure semble dans un tel contexte se réduire à bien peu de choses51.

En guise de conclusion

24Selon les dates et renseignements dont on dispose, les départs d’Isaac et de Jacques furent au moins très proches. Il est fort possible que Jacques et Isaac Rousseau aient décidé de quitter Genève ensemble, pour se joindre à quelque navire français envoyé de Marseille à Constantinople en vue d’une mission commerciale quelconque, ou de la mission diplomatique assumée par Michel. Leur séjour ne pouvait avoir pour objectif que les échelles françaises, Constantinople, Alep ou Ispahan, et au-delà, une fortune que le climat économique ambiant semblait leur garantir. Autre possibilité : Isaac put être convaincu de l’utilité de son départ par l’exemple que lui avait donné son cousin. Mais si en effet Isaac quitta Genève non pas pour fuir sa belle-mère, mais pour reconquérir en Turquie une fortune dont lui et sa famille avait grand besoin, alors son soudain départ n’a plus rien d’aventureux, son initiative ne trahit plus l’instabilité de son caractère, mais lui assure au contraire un sens aigu des responsabilités. Ce regard peut-être moins romanesque sur le père de Rousseau n’en est pas moins intéressant, car il réduit quelque peu les dimensions mythiques attribuées d’ordinaire au personnage : certes, ces considérations ne gommeront pas les « estrifs » qu’il put avoir par la suite, mais elles tempèrent néanmoins une image que l’on voudrait, semble-t-il à tout prix, aventureuse, inconséquente, farfelue. Du père irresponsable qui quitte son fils nouveau-né pour l’aventure, quelques informations nous font passer au père responsable, attentif aux finances et à l’avenir de son ménage. S’expliquent également de cette manière la résistance de Suzanne aux avances de M. de la Closure, et surtout le soudain rappel d’Isaac à Genève :

Ma mère avait plus que de la vertu pour s’en défendre, elle aimait tendrement son mari ; elle le pressa de revenir : il quitta tout et revint (I, 7).

25Sans la donnée économique du séjour d’Isaac en Orient, ce retour est étrange, et sonne comme un saut un peu malhabile au sein de la narration : pourquoi Isaac rentrerait-il soudain, quand visiblement son départ de Genève en 1705 n’avait rien eu de nécessaire ? Avec la même donnée en revanche, tout s’explique : l’amour de Suzanne lui donnait une raison supérieure à celle du confort pour supplier son mari de revenir à Genève. Au-delà, ces petites idées que j’ai tenu à réunir ici laissent espérer de futures interrogations sur les rapports exacts de Jean-Jacques Rousseau et de son père : leur séparation progressive pourrait en effet avoir d’autres motifs que le simple « caractère » de l’un et de l’autre, le « caractère » demeurant à mes yeux une notion trop vague, trop insuffisante lorsqu’il s’agit de rétablir une vérité objective que la psychologie ne voudrait envisager qu’à travers des textes subjectifs comme les Confessions.

Arbre généalogique fragmentaire de la famille Rousseau

Arbre généalogique fragmentaire de la famille Rousseau

On notera, dans cet arbre généalogique fragmentaire, qu’on ignore totalement l’identité du membre se situant, dans la branche londonienne, entre Jacques et Philippe. Il n’est donc pas établi que Philippe soit bel et bien le descendant de Jacques, bien que cela semble très probable. Quant à ce Jean, petit-fils de Noé, il s’agit du fameux cousin anglais qui intervint auprès de Jean-Jacques lors de l’affaire David Hume.

Tombe de Jaques Rousseau à Ispahan

Tombe de Jaques Rousseau à Ispahan

Photographie de S. Laporte-Eftekharian

Notes

1 Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, publié sous la direction de Raymond Trousson et Frédéric S. Eigeldinger, Paris, Honoré Champion, 1996, pp. 710 sqq.

2 Je renvoie à l’édition des Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, établie par M. Raymond et B. Gagnebin entre 1959 et 1995, à Paris, chez Gallimard, dans la Bibliothèque de la Pléiade. Le chiffre romain renvoie au volume, le chiffre arabe à la page.

3 E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau 16 (1924-1925), pp. 112-113.

4 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau 7 (1911), p. 92.

5 Je tiens à remercier ici Sâjeh Laporte-Eftekharian, qui eut la gentillesse de me fournir cette photographie, autour de laquelle cette recherche put se cristalliser.

6 Henri Dehérain, Orientalistes et antiquaires. Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples, Paris, Librairie orientaliste Geuthner, 1938, p. 26.

7 Pour tous les détails concernant Michel, je suis ordinairement l’ouvrage d’A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, Ministère des Affaires Étrangères. Direction des archives et de la documentation, 1995.

8 Consulats de France en Grèce et en Turquie. Correspondance des consuls d’Athènes et de Nègrepont, 1684-1791. Mémoires et documents des consulats de Grèce et de Turquie, 1740-1870. Inventaires analytiques, par Mme Psaras et R. Zaïmova, Paris, Archives Nationales, 1985, p. 17.

9 H. Dehérain, L’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse, Paris, Plon, 1931 (Histoire des colonies françaises, volume III), p. 546.

10 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe de l’Antiquité, du Moyen-Age et la France des origines à la Révolution de 1789, Paris, Éditions internationales, 1937, pp. 161 sqq. : L’Ambassade de Michel et la conclusion du traité de 1708.

11 A. de Saint-Léger et alii, Histoire de France, Paris, Hachette, 1908, t. 8, p. 259.

12 N. D. Samsami, L’Iran dans la littérature française, Paris, PUF, 1936, p. 20.

13 K. Bayani, Les relations de l’Iran avec l’Europe occidentale à l’époque safavide, Paris, Presses modernes, 1937, p. 177, nous parle de la possibilité d’un empoisonnement. Il nous apprend aussi que Fabre avait embarqué Mlle Petit à bord du Toulouse déguisée en homme, ce qui ne fait qu’ajouter à sa vision pour le moins originale des responsabilités diplomatiques.

14 Lettres inédites du Marquis de Ferriol, ambassadeur de France à Constantinople (1707-1709) (Manuscrit 152 de la Bibliothèque de l’Université de Gand), publiées par Adolphe Dubois [ ?], s.l.n.d. [après 1838].

15 P. Mansel, Constantinople. La ville que désirait le monde, 1453-1924, Paris, Seuil, 1997, p. 213.

16 M. de Testa et A. Gautier, « Les drogmans au service de la France au Levant », dans Revue d’histoire diplomatique (1991), p. 46.

17 Jean-Louis Usson, marquis de Bonnac, Mémoire historique sur l’ambassade de France à Constantinople, publié avec un précis de ses négociations à la Porte ottomane par C. Schefer, Paris, Ernest Leroux, 1894, pp. 113 et sq. : Mémoire de M. de Ferriol pour rendre compte de son ambassade (10 août 1711).

18 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe..., op. cit., p. 175.

19 Cité dans K. Bayani, Les relations de l’Iran avec l’Europe occidentale..., op. cit., p. 136.

20 M. K. Sadre, Relations de l’Iran avec l’Europe..., op. cit., p. 161.

21 H. Dehérain, L’œuvre scientifique française en Syrie et en Perse..., op. cit., p. 546.

22 A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), op. cit., p. 437.

23 Mémoire du Sieur Michel sur le voyage qu’il a fait en Perse dans les années 1706, 1707, 1708 et 1709. Bibliothèque Nationale, centre Richelieu, mss.fr. 7200. Ce titre est reproduit dans l’ouvrage précité d’A. Mézin : j’envisage d’en dresser prochainement une édition critique.

24 Henri Dehérain, Orientalistes et antiquaires. Silvestre de Sacy..., op. cit., p. 26. Je le suis également pour certaines informations relatives à Jean-François Xavier Rousseau.

25 Ce Jean-François-Xavier ne doit pas être confondu avec le parisien Jean-François Rousseau, dont on apprend l’existence dans le quarante-cinquième volume de la Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau (1781-1788), R.A. Leigh, Oxford, Voltaire Foundation, lettre 7926, p. 385, « Jean-François Rousseau aux Comédiens français », le 2 juin 1787 : « Ce qui reste de la famille de J. -J. Rousseau est bien dispersé. L’un de ses cousins est Consul de France à Bassora, le Second réside à Londres, mon père demeure à Genève, et moi, leur héritier, je suis par mon état fixé à Paris depuis plusieurs années. » La suite de la lettre indique que ce Jean-François ne connaît ni la gloire, ni la destinée de la branche orientale de la famille Rousseau.

26 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 95.

27 Voir la Biographie universelle ancienne et moderne.

28 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 96.

29 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., p. 93.

30 Ce patriarche en eut dix-neuf au total. Cf. E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », op. cit., p. 56.

31 Certains Suisses protestants pouvaient en effet être nommés au sein des Académies françaises par dérogation spéciale. Ces personnalités exceptionnelles faisaient partie de ce que Ritter appelle le Refuge, élite sociale et intellectuelle : « Ce qui le prouve, c’est que l’Institut de France, et les Académies qui l’ont précédé, ont nommé membres ordinaires, associés ou correspondants 30 membres des familles françaises réfugiées à Genève, et 13 seulement des anciennes familles du pays, venues à Genève de Savoie ou de Vaud » (E. Ritter, « J.-J. Rousseau. Notes et recherches », Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau 11 (1916-1917), pp. 3-4).

32 Coïncidence, ou piste sérieuse ? Il pourrait en effet s’agir du ministre Samuel Bernard (1631-1701), oncle de la mère de Jean-Jacques. Homme de cabinet, ce grand amateur de lettres et de sciences (I, 1237) avait étudié la théologie, et s’était instruit pasteur à Crozet (1659), à Grenoble (1662), à Chaucy (1677), à Genthod et Saconnex (1680). Il inaugura en 1689 un collège de mathématique dans sa propre maison (L. Dufour-Vernes, « Les ascendants de J.-J. Rousseau », Bulletin de l’Institut national genevois (30, 1890), pp. 452 et sq.). Il était l’un des nombreux enfants de Samuel Bernard, arrière-grand-père maternel de Jean-Jacques Rousseau, qui était né à Genève en 1597 (E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », op. cit., pp. 67-68). Si ces deux identifications s’avèrent exactes, on pourrait en déduire que les familles Rousseau et Bernard de Genève entretenaient des rapports depuis bien longtemps lorsque Suzanne et Isaac se marièrent.

33 Cf. Edward Miller, That Noble Cabinet. A History of the British Museum, Londres, André Deutsch, 1973, p. 51.

34 E. Ritter, « Jean-Jacques Rousseau (Notes diverses) », op. cit., pp. 93-94.

35 Cf la Biographie générale.

36 Le curieux cherchera en vain à identifier dans les volumes de cette revue les contributions de Samuel : ils fourmillent hélas d’articles non signés.

37 Je renvoie le lecteur curieux à la lettre 5274 de la Correspondance complète, éd. R.A. Leigh, XXX, et plus spécifiquement aux pages 41-42.

38 Correspondance complète, éd. R.A. Leigh, III, 302,, ƒ.

39 E. Ritter, « La famille et la jeunesse de J.-J. Rousseau », op. cit., p. 113.

40 R. Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, Adrien Maisonneuve, 1962, p. 556.

41 R. Mantran, L’empire ottoman du xvie au xviiie siècle. Administration, économie, société, Londres, Variorum reprints, 1984, IV, p. 165.

42 P. Masson, Histoire du commerce français au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1911, p. 113.

43 Ibid., p. 132.

44 R. Mantran, op. cit., V, p. 130.

45 E. Ritter, « La jeunesse et la famille de J.-J. Rousseau », Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau 16 (1924-1925), p. 112.

46 The letters of Lady M. W. Montagu during the Embassy to Constantinople, 1716-18, Paris, Baudry, 1827, lettre à Lady Rich, de Péra, le 16. 3. 1717, p. 238.

47 R. Mantran, Histoire d’Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 276.

48 Antoine-Laurent Castellan, Lettres sur la Morée, tome II, chapitre XXVI, [1808], reproduit dans J.-C. Berchet, Le voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle, Paris, Laffont, 1985, p. 436.

49 E. Ritter, « La jeunesse et la famille de J.-J. Rousseau « , Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau 16 (1924-1925), p. 117.

50 E. Daleggio d’Alessio, « La communauté latine de Constantinople au lendemain de la conquête ottomane », Echos d’Orient, 187, 1937, pp. 315-316.

51 N. D. Samsami, L’Iran dans la Littérature française, Paris, PUF, 1936, p. 5 : « La première chose à noter, c’est que les voyageurs qui se rendaient en Iran au xviie siècle n’étaient pas des aventuriers comme l’avaient été ceux du Moyen Âge. Ce sont pour la plupart des artisans, horlogers, quincailliers, joailliers, qui s’y rendent dans un but précis et qui ont sinon tous la connaissance de la langue, du moins des notions assez étendues sur le pays où ils vont travailler ».

Table des illustrations

Titre Arbre généalogique fragmentaire de la famille Rousseau
Légende On notera, dans cet arbre généalogique fragmentaire, qu’on ignore totalement l’identité du membre se situant, dans la branche londonienne, entre Jacques et Philippe. Il n’est donc pas établi que Philippe soit bel et bien le descendant de Jacques, bien que cela semble très probable. Quant à ce Jean, petit-fils de Noé, il s’agit du fameux cousin anglais qui intervint auprès de Jean-Jacques lors de l’affaire David Hume.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tombe de Jaques Rousseau à Ispahan
Crédits Photographie de S. Laporte-Eftekharian
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

Auteur

Docteur en Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles
Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search