Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Première partie. La communauté genevoise au Levant

Jean-Étienne Liotard (1702-1789), peintre genevois à Constantinople et peintre turc à Genève

Danielle Buyssens

Texte intégral

1Si l’on en croit les souvenirs du peintre, c’est dans un café de Rome que Jean-Étienne Liotard a fait la connaissance du chevalier William Ponsonby, auquel il va devoir sa découverte de l’Orient :

Quelques mois après, le Chevalier le rencontre dans la rue :

  • 1 Louis Gielly, « La biographie de Jean-Étienne Liotard, écrite par son fils », Genava, XI, 1933, pp. (...)

Ah ! monsieur, s’écrie-t-il, je vous cherche par mer et par terre [...] nous sommes trois ou quatre qui avons loué un vaisseau pour faire le voyage de Constantinople, seriez-vous curieux de le faire avec nous1 ?

2Deux jours suffisent à prendre une décision.

Il partit de Naples le 3 avril 1738 sur le vaisseau nommé Clifton Cape Doran. Ses compagnons étaient Milord Sandwich, le Chevalier Ponsonby, depuis Milord Bessborough, Mr Mackye, Écossais, Mr Nelthorpe, gentilhomme anglais, et M. Frölich, Suisse, gouverneur de Milord Sandwich. Ils passèrent d’abord à Capri, à Messine, à Syracuse, à Malte, à Milo, à Paros, à Antiparos, dont il ne vit pas la grotte, faute de conducteur. De là, ils relâchèrent encore à Délos, puis à Chio, à Smyrne, puis enfin à Constantinople.

  • 2 A Voyage Performed by the Late Earl of Sandwich round the Mediterranean in the Years 1738 and 1739, (...)
  • 3 M. Roethlisberger, « Liotard et l’Europe », in Claire Stoullig (dir.), Jean-Étienne Liotard (1702-1 (...)
  • 4 Toutes les œuvres évoquées ici sont reproduites et commentées dans : de Herdt, op. cit. ; Auguste B (...)

3Laissant ses compagnons poursuivre leur périple vers l’Égypte, Liotard s’installe à Constantinople ; il y vivra jusqu’en 1742 des années essentielles pour son art. La mission documentaire qui a justifié son embarquement, « dessiner les costumes de chaque contrée traversée, faire le relevé de toutes les places qui avaient joué un rôle dans l’histoire et, par la peinture, garder en mémoire les nobles vestiges de l’Antiquité visités au passage »2, se transforme en une magistrale expérience esthétique : « Ce sont les quatre ans d’Istanbul qui le révèlent d’un coup comme un dessinateur et peintre sans pareil en Europe », juge Marcel Roethlisberger3. La sanguine et la pierre noire, de temps à autre les pastels, plus rarement le pinceau, ne chômeront pas ; occidentaux et ottomans se succèdent sur ses feuilles ; le poids des êtres s’affirme à l’écart des bizarreries exotiques ; la lumière est omniprésente. Cette lumière claire baignera jusqu’à la fin le meilleur et le plus intime de l’œuvre de Liotard, des portraits de ses filles Marie-Thérèse et Marie-Jeanne aux limpides natures mortes qu’il signera fièrement à l’âge de quatre-vingts ans4.

  • 5 Publié chez Le Hay, Paris, 1712. Deux gravures sont reproduites dans Aileen Ribeiro, « Turkish dres (...)

4Le talent de Liotard éclate comme la couleur vive du ciel, des vêtements, des tapis – le seul élément du décor intérieur auquel il s’arrête parfois. Son observation, aiguisée par le métier du miniaturiste, profite de la lenteur ambiante pour fouiller le détail des costumes ; on sent qu’il s’enchante de tant de matières, de la richesse des brocarts et du chatoiement des soies, de la profusion des bijoux, de la finesse des fourrures, de la fantaisie des coiffures, de l’ampleur tout en souplesse que l’habillement donne au corps. Mais c’est en définitive le portrait qui l’emporte, loin de l’orientalisme ludique et surchargé que véhicule le Recueil de cent estampes représentant différentes nations du Levant, gravées d’après les tableaux de Jean-Baptiste Van Mour (1671-1737)5, fait pour enchanter ceux qui sont restés là-bas, dans les salons d’Europe ; plutôt que l’Autre de leurs inventions, théâtral et stéréotypé dans son excentricité, c’est un autre chaque fois différent qui retient Liotard, d’autres humains qu’il scrute en homme de son siècle « philosophique ».

Dame franque vêtue à la turque et sa servante

Dame franque vêtue à la turque et sa servante

Jean-Étienne Liotard, vers 1742, pastel, 71 x 53 cm.

Musée d’art et d’histoire, Genève
(inv. 1936-17, photographie de Bettina Jacot-Descombes)

  • 6 Correspondance complète de Jean Jacques Rousseau, t. XXVI, n° 4633, du 2 septembre 1765.
  • 7 Cf. Giovanni Macchia, Éloge de la lumière. Rencontres entre les arts, trad. de l’italien, Paris, 19 (...)

5L’exquise intelligence d’un portrait d’enfant, fils d’un dignitaire de la Porte à en juger d’après le raffinement et l’importance de son turban, donne tout son sens au début de la lettre que le peintre adressera plus tard à Jean-Jacques Rousseau : « Le plus grand de mes plaisirs est de chercher à penser purement naturellement, et sans aucun préjugé »6. On sait que cette affirmation ne suffira pas à rassurer un Rousseau inquiet de son image, qui différera le moment de soumettre sa physionomie au « peintre de la vérité » – ce surnom que l’époque donne à Liotard – et estimera finalement son portrait « peu ressemblant »7...

  • 8 A. de Herdt relève que les dames franques « mélangeaient volontiers des pièces de vêtements d’origi (...)

6Les femmes, levantines ou occidentales, parfois des Tatares aux hautes pommettes, sont belles dans leurs gestes arrêtés pour la pose, dans l’humidité un peu lourde de l’entrée des hammams – Liotard ne s’aventure plus loin qu’en des rêves qu’il garde pour lui -, dans leur tranquille silence. Il décrit avec une extrême minutie l’univers complexe des costumes éclectiques portés par les dames franques8, témoins de civilisations qui viennent à lui sans qu’il faille bouger encore, et tout se passe comme si rien de tout cela ne lui avait jamais été étranger, comme s’il avait toujours eu là, sous les yeux et au bout de son crayon, familiers, ces êtres campés dans des espaces blancs seulement rythmés par les horizontales des coussins. Les accessoires pittoresques, tels, dans le portrait d’une dame franque et de sa servante, les takunya, ces hautes socques de bois destinées à se protéger de la chaleur du sol des bains, la longue pipe, ou chibouque, les doigts teints au henné, participent de la vie quotidienne ; si leur valeur documentaire est indéniable, aucune intention de narrer un monde extravagant ne s’y manifeste.

  • 9 Cf. A. Boppe, op. cit., p. 67 : le règne de Mahmud Ier avait mis fin à l’atmosphère plus libre inst (...)

7L’atmosphère ayant changé avec le règne de Mahmud Ier, Liotard n’a pas accès aux opulents intérieurs de harem et aux cérémonies du sérail peints par Jean-Baptiste Van Mour, son prédécesseur à Constantinople9 ; rien ne dit d’ailleurs qu’il le voudrait, car on ne trouvera pas d’équivalent de ce genre de scène dans l’œuvre du Genevois lorsqu’il sera devenu un habitué des cours d’Europe. Mais une société cosmopolite se reconstitue pour nous dans ce que l’on pourrait appeler le non-lieu commun des fonds neutres, à la luminosité diffuse, spatialisés par la notation légère d’une ombre, concentrant toute l’attention sur le modèle. Une élite à la fois internationale et locale, où comptent les personnes que relient un usage commun – voire une jouissance – de coutumes appropriées par plaisir et commodité. L’ambassadeur d’Angleterre auprès de l’Empire ottoman, sir Everard Fawkener, esprit éclairé et volontaire, qui a incité Liotard à rester à Constantinople et l’introduit dans les milieux diplomatiques, pose devant lui en tenue d’intérieur, comme l’affectionnaient les philosophes, les pieds chaussés de babouches. Mr Levett, négociant anglais qui fait découvrir à l’artiste la ville et ses habitants, révèle son goût de la métamorphose en apparaissant tantôt en Tatar moustachu, tel un conquérant au repos entre deux chevauchées, tantôt en notable ottoman ému par la fraîcheur de Mlle Glavani, la fille de l’ancien consul de France en Crimée qui joue du tamboura près de lui sur le divan.

  • 10 Cf. Renée Loche, « Portrait de Richard Pococke », in From Liotard to Le Corbusier, 200 Years of Swi (...)

8C’est encore l’extraordinaire Richard Pococke, extraordinairement peint par un Liotard subjugué qui lui consacre un portrait en pied grandeur nature, exceptionnel dans son œuvre10. (On n’en connaît qu’un autre de format semblable, celui de lord Sandwich, qui le subjugua moins.) Une intensité rare anime le regard de ce voyageur à l’esprit original, archéologue et théologien ; adossé à un sarcophage romain au sommet de la colline de Péra, coiffé d’un turban bleu foncé, vêtu d’un caftan bordé de fourrure entrouvert sur une robe bleu vif, Pococke se découpe sur un grand ciel clair dominant le paysage de la Corne d’Or. La sérénité est totale. Comme respire la sagacité cet effendi ami du defterdar, calé dans ses coussins avec sa longue chibouque, et comme est profonde l’expression de Mehemet Aga, frère du grand trésorier des mosquées, dont la présence irradie la petite feuille où on le voit assis sur ses talons. À côté de ce haut dignitaire d’apparence placide et sensuelle, c’est à peine si le portrait du nain Ibrahim, pourtant poignant, suggérera les cruautés du sérail, ou celui, impénétrable, d’un grand vizir à haute coiffe blanche, le pouvoir absolu du despote. À Constantinople, Liotard semble avoir surtout éprouvé la douceur de vivre et admiré des personnalités d’exception : en faisant son portrait, il aura sans doute parlé de la tolérance avec le comte de Bonneval « appelé en Turquie Ac[h]met Pacha », ainsi qu’il l’indique au bas de son dessin ; la noblesse qui s’en dégage montre à quel point Liotard a été captivé par la force de caractère de cet ancien officier de Louis XIV, que des intrigues ont poussé à un destin d’aventurier et qui a envoyé à Voltaire le récit de sa conversion à l’Islam.

Portrait de Marie Thérèse d’Autriche en costume turc

Portrait de Marie Thérèse d’Autriche en costume turc

Jean-Étienne Liotard, entre 1743 et 1745, miniature, 7, 3 x 5, 4 cm.

Musée de l’horlogerie et de l’émaillerie, Genève
(inv. AD 40, photographie de Maurice Aeschimann)

  • 11 Voir à ce propos la contribution de Sadek Neaimi, « Un fantasme philosophique : le despotisme orien (...)
  • 12 Remus Niculescu, « Jean-Étienne Liotard à Jassy, 1742-1743 », Genava, n.s., t. XXX, 1982, pp. 128-1 (...)

9De retour en Europe, Liotard ne rompra jamais complètement avec cet univers ; à l’aise face à l’exotisme européen autant qu’il a abordé l’Orient de plain-pied, il saura tirer parti de la mode des turqueries lancée par l’entrée de l’ambassadeur turc Mehmed effendi à Paris en 1721, entretenue par les écrits de Montesquieu, Boulainvilliers ou Voltaire11, et revitalisée par l’ambassade de Saïd Pacha en 1742. Cette année-là, Pococke est le premier étranger à atteindre la mer de Glace à Chamonix, et il le fait revêtu de son caftan. On imagine le pendant spectaculaire que Liotard, s’il avait été là, aurait pu donner au portrait peint à Péra, et plus encore la scène vraiment singulière qu’un autre peintre aurait pu saisir, de Liotard en habit turc peignant Pococke habillé de même au pied du Mont-Blanc ! À Constantinople, Liotard a en effet adopté lui aussi la tenue qui contribuera à sa célébrité de « peintre turc », complétée par la floconneuse barbe à la moldave qu’il se laisse pousser au cours de son séjour à la cour du prince Mavrocordato à Jassy12. C’est ainsi qu’il arrive à Vienne en septembre 1743 et qu’il se représente, l’année suivante, dans l’autoportrait commandé par François Ier, duc de Toscane et futur empereur d’Autriche, pour la fameuse et prestigieuse galerie des portraits de peintres aux Offices ; il signe en grands caractères, d’une inscription aussi haute que sa formidable toque de fourrure à laquelle – poil pour poil ! – répond une barbe tout aussi provocante : « J.E. Liotard/de Genève Surnommé/le Peintre Turc peint/ par lui-même à/Vienne 1744 ».

  • 13 Épouse de l’ambassadeur d’Angleterre, lady Montagu séjourne avec lui en Turquie ; ses lettres seron (...)
  • 14 Le testament du peintre signalera encore « un habillement de femme grecque » et « un dito à la turq (...)
  • 15 Cf. Jean-Louis Vaudoyer, « L’Orientalisme en Europe au xviiie siècle », Gazette des Beaux-Arts, 191 (...)
  • 16 Cf. Fabienne Xavière Sturm, in L’Age d’or du petit portrait, cat. d’exposition, Bordeaux, musée des (...)

10Gravés à Vienne ou à Paris, intégrés à la Collection of the Dresses of Different Nations publiée à partir de 1757 par Thomas Jefferys, ses dessins enrichissent un corpus qui sert de source d’inspiration à une société friande de mascarades et de portraits en costume ; l’imaginaire turc occupe une place maîtresse au sein de l’histoire volontiers fugace des modes, encouragé notamment par les lettres de lady Mary Wortley Montagu, qui circulent bien avant leur publication, et l’usage du vêtement « à la turque » qu’elle répand en Angleterre à la suite de son séjour à Constantinople en 1716-171813. À Vienne, à Paris ou à Londres, Liotard peut tirer de ses malles bien garnies14 de quoi vêtir ses modèles selon leur désir ; à la demande de Maurice de Saxe, il dessinera même un costume pour l’actrice Adrienne Lecouvreur, qu’exécutera sa maîtresse d’alors, la couturière en vogue Mlle Raymond15. Les plus puissants cèdent au goût du jour : l’une des premières manifestations de la cordiale complicité qui unira l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche à Liotard est la savoureuse miniature où la jeune et martiale souveraine, un poing sur la hanche, l’autre main tenant un poignard à sa ceinture, arbore un rutilant costume oriental16.

11Mais le modèle que Liotard préfère à l’évidence peindre à la turque, c’est lui-même. En 1749, il nous livre de lui une représentation particulièrement étonnante dans son caractère à la fois si vivant et très posé ; saisi face à son chevalet, vêtu d’un caftan d’un rouge éclatant doublé de soie bleue, il laisse entrevoir l’un de ses mollets ; les boucles de sa longue barbe sont soigneusement détaillées – on les dirait peignées une à une – ; la bouche est entrouverte, le regard dirigé vers le spectateur-miroir ; la main levée – peinte avec une science affichée – pointe un pastel bleu vers l’œuvre qu’il est en train de peindre. Grand portrait d’apparat peint à Paris, qu’il destinera quelques années plus tard à la Bibliothèque publique de sa ville natale, par son testament rédigé en 1761.

  • 17 Traduction du récit anonyme d’un voyage effectué en 1761 par un jeune Allemand de Karlsruhe, cité d (...)

12Parti de Genève à vingt et un ans, revenu une première fois en 1746, Liotard s’arrête plus souvent et plus longtemps dans sa patrie après son mariage, en 1756, avec la jeune Hollandaise Marie Fargues, qu’il installe à Genève où grandiront leurs enfants. La « cité de Calvin » est alors bien éloignée de sa réputation d’austérité et de réserve à l’égard de la peinture. Liotard y jouit d’une clientèle nombreuse parmi les membres de l’oligarchie, cette bourgeoisie qui flirte avec des mœurs aristocratiques importées de Paris, et que réjouit à l’évidence le retour d’un peintre bien introduit dans les cours européennes. Des témoignages de voyageurs nous renseignent sur son costume turc, qu’il n’a pas abandonné pour se promener dans les rues de Genève, et sur le salon qu’il tient chez lui à partir de cinq heures, évocation d’une sociabilité où le plaisir a libre cours : « Après un véritable “goûter strasbourgeois”, raconte un jeune Allemand, [...] deux tables furent occupées pour une partie d’hombre ; les autres invités, dames et messieurs, gagnèrent un salon voisin où ils déclamèrent et chantèrent à ravir »17...

  • 18 Cf. Renée Loche, « François Tronchin », in L’Age d’or flamand et hollandais. Collections de Catheri (...)
  • 19 Lettre à M. de Linant, 22 février 1760, Bestermann D8770.
  • 20 Voyages, présentés par Dominique Barbéris, Paris, 1998, p. 125.

13Il sympathise en particulier avec le conseiller François Tronchin, ce collectionneur avisé avec qui il parle de peinture et du marché de l’art auquel Liotard s’intéresse également en collectionneur18. Du « clan » Tronchin, on retiendra aussi le fameux docteur Théodore, dont Liotard fait bien sûr le portrait, mais qui attire surtout à Genève des patients célèbres qui sont autant de modèles potentiels. À l’aube de sa guérison, Mme d’Épinay confie ainsi ses traits au peintre et le portrait de cette lectrice attentive et critique de Rousseau, amie de Voltaire qu’enchante « la philosophe qui met un doigt sur son menton, et qui a un air penché que lui a fait Liotard »19, est un de ses chefs-d’œuvre, exemplaire dans son absence d’enjolivement et dans l’accueil fait néanmoins à la grâce particulière de cette « femme laide, mais une femme que l’on remarque et que l’on doit aimer beaucoup si on l’aime », pour reprendre cette fois les termes de Flaubert20.

  • 21 Cf. « La Bibliothèque étant un ornement public... » Réforme et embellissements de la Bibliothèque d (...)
  • 22 Arch. BPU Dd 2, 22 VIII 1702.
  • 23 Voir « La Bibliothèque étant un ornement public... », op. cit., fig. 21.
  • 24 Arch. BPU Dd 3, 6 IX 1712.
  • 25 Arch. BPU, Dd 4, 7 X 1737. Les dons d’ouvrages précieux ou curieux obéissent à la même logique que (...)
  • 26 Arch. BPU Dd 4, 2 II 1734.

14Dans cette Genève cosmopolite, la Bibliothèque publique constitue un véritable pôle culturel21. Le collège de directeurs dont l’a dotée sa réorganisation en 1702 coopte régulièrement les esprits éclairés de la cité. Elle est aussi le siège, depuis le début du siècle, du premier « musée » de Genève, réunissant une collection de portraits de notabilités genevoises ou liées à la ville, et un cabinet de curiosités qui reflète le goût des Genevois pour les lointains. Au titre des embellissements voulus par une élite mobilisée autour de l’institution « refondée », elle a reçu dès la première heure un « grand tapis de Turquie » du conseiller Jacob Favre22, probablement celui qui orne toujours un de ses meubles sur une gouache peinte par Jean-Jacques Dériaz au xixe siècle23. Une « médaille turque » lui sera offerte dix ans plus tard par Denis de Grimaldi, seigneur de Coponnay24. En 1737, Jean Chevrier, horloger genevois installé à Constantinople, rapporte cinq livres sortis de l’imprimerie turque établie depuis peu dans cette ville, notamment le premier ouvrage imprimé, en 1728, à savoir l’épais Dictionnaire de Vankouli, arabe, persan et turc, ainsi que la Grammaire turque, ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque du P. J.B.D. Holdermann (1730), le premier tome d’une Histoire de l’empire ottoman de 1001 à 1150 de l’hégire, une Histoire abrégée des Mèdes, des Parthes, des Égyptiens, d’Alexandre le Grand et de l’hégire de Mahomet et de ses progrès, et une Histoire des dernières guerres civiles de Perse, ou des Révolutions causées par Miriveïs25. C’est à Julie de Pelissari, épouse du professeur de philosophie Jean Louis Calandrini, membre de la direction de la Bibliothèque, que l’institution doit à la même époque un exemplaire du Recueil de cent estampes gravées d’après Van Mour, que la donatrice tenait du commanditaire de l’entreprise, M. de Ferriol, ambassadeur de France auprès de La Porte26. Le monde des Lumières est somme toute petit !

  • 27 Ces deux œuvres sont aujourd’hui conservées au musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Genève. Sur (...)

15Si la collection de portraits répond à des visées plus commémoratives et honorifiques que proprement artistiques, Liotard n’est pas le premier peintre à souhaiter figurer dans ce « Panthéon ». Il a été précédé dans cette démarche par Jacques-Antoine Arlaud (1668-1743). Revenu finir sa vie à Genève après avoir été le peintre du Régent de France, Arlaud a fait partie de la direction de la Bibliothèque ; peintre-collectionneur comme Liotard, il a fait bénéficier l’institution d’un beau legs, suscitant l’organisation d’une « chambre de peintures » dont une pièce majeure est son portrait peint par Nicolas de Largillierre (1656-1746). On conçoit sans peine que Liotard juge avantageux pour sa postérité de joindre son autoportrait d’apparat à l’œuvre splendide du peintre français, qui exhibe Arlaud drapé de rouge, coiffé d’une perruque en crinière et peignant ce qui passa pour son chef-d’œuvre, le trompe-l’œil d’une Léda attribuée à Michel-Ange27.

  • 28 Dictionnaire des Négatifs, Cologne [Annecy, 1766], p. 22.
  • 29 Cf. Marianne Roland-Michel, « Représentations de l’exotisme dans la peinture en France de la premiè (...)

16Certainement moins prestigieuse que la galerie florentine, cette destination n’en inscrit pas moins Liotard au sein de l’élite éclairée et voyageuse de sa ville, mais une élite qui est aussi contestée précisément pour ce que l’on estime son inféodation à des usages étrangers et pour le monopole qu’elle exerce de fait sur le pouvoir dans une République où montent les revendications démocratiques. L’appartenance du peintre à ce groupe social, au moins dans la perception qu’en ont les contemporains, est confirmée, en 1766, par sa mise en cause dans un pamphlet politique, le Dictionnaire des Négatifs (sobriquet attribué aux membres ou aux sympathisants de l’oligarchie en raison de leurs refus réitérés d’entrer en matière sur les revendications de la moyenne bourgeoisie). Visant ses « inclinations turques & celles de Peindre le petit Mustapha », sa « vue sur le gouvernement aussi courte que celle de l’imagination » et « le passage & repassage du Mont-Seny [sic] en diligence pour déchirer ses concitoyens »28, les reproches adressés à Liotard témoignent de la résonance locale de la critique du despotisme oriental, revers inséparable de l’exotisme frivole et décoratif que l’aspiration morale du néoclassicisme – ce jacobinisme avant la lettre – commence à disqualifier29. Que Liotard se soit tenu à distance de l’un et de l’autre ne l’empêche évidemment pas d’être pris à partie ; si l’on admire souvent, et non sans raison, la modernité qui projette certains aspects de son œuvre bien au-delà de son époque, il n’y a nulle ironie à ce qu’il meure précisément en 1789, avec l’Ancien Régime auquel tant de fils le relient.

Autoportrait à la barbe de Jean-Étienne Liotard

Autoportrait à la barbe de Jean-Étienne Liotard

vers 1749, pastel, 97 x 71 cm.
Légué par l’artiste à la Bibliothèque publique de Genève déposé au Musée d’art et d’histoire

(inv. 1843-5, photographie de Bettina Jacot-Descombes)

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque publiée à Constantinople en 1730

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque publiée à Constantinople en 1730

Ouvrage de Jean-Baptiste Daniel Holdermann (1694-1730), page de titre

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque

Ouvrage de J. B. D. Holdermann, page 24

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque

Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque

Ouvrage de J. B. D. Holdermann, page 25

Notes

1 Louis Gielly, « La biographie de Jean-Étienne Liotard, écrite par son fils », Genava, XI, 1933, pp. 190-200, mes citations p. 195. Les recherches récentes de Renée Loche et de Marcel Roethilsberger, qui préparent le catalogue raisonné de l’artiste, confirment qu’il s’agit bien de l’autobiographie du peintre, selon la proposition d’Andreas Holleczek, « Il faut, coûte que coûte, être un peu charlatan » Jean-Étienne Liotard et son public, in L’Art et les normes sociales au xviiie siècle, sous la dir. de Th. Gaehtgens et al., Paris, 2001, pp. 263-277.

2 A Voyage Performed by the Late Earl of Sandwich round the Mediterranean in the Years 1738 and 1739, Written by Himself, 1799, cité par Anne de Herdt, Dessins de Liotard, suivi du catalogue de l’œuvre dessiné, catalogue d’exposition, Genève, musée d’Art et d’Histoire, Paris, musée du Louvre, 1992, p. 13. Comme le signale cet auteur, on ne connaît aucun « relevé » effectué par Liotard.

3 M. Roethlisberger, « Liotard et l’Europe », in Claire Stoullig (dir.), Jean-Étienne Liotard (1702-1789) dans les collections des musées d’art et d’histoire de Genève, Paris – Genève, 2002, p. 11.

4 Toutes les œuvres évoquées ici sont reproduites et commentées dans : de Herdt, op. cit. ; Auguste Boppe, Les peintres du Bosphore au xviiie siècle, nouvelle édition mise à jour par Catherine Boppe-Vigne et Tristan Florenne, Paris, 1989 (le chapitre consacré à Liotard est fondé sur l’exposition Présentation du portrait de Madame Tronchin, Paris, musée du Louvre, cabinet des Dessins, 1983, cartels de Madeleine Pinault). En attendant la parution du catalogue raisonné préparé par Renée Loche et Marcel Roethlisberger, on peut encore se référer à leur ouvrage L’Opéra completa di Liotard, Milano, 1978. Pour la collection du musée de Genève, voir aussi le catalogue dirigé par C. Stoullig, op. cit.

5 Publié chez Le Hay, Paris, 1712. Deux gravures sont reproduites dans Aileen Ribeiro, « Turkish dress and English fashion in the eighteenth century », Connoisseur, mai 1979, p. 18.

6 Correspondance complète de Jean Jacques Rousseau, t. XXVI, n° 4633, du 2 septembre 1765.

7 Cf. Giovanni Macchia, Éloge de la lumière. Rencontres entre les arts, trad. de l’italien, Paris, 1996, pp. 111-116 : « Le Turc et l’Arménien : Liotard et Rousseau ». Sur ce portrait, aujourd’hui non localisé, cf. R. Loche et M. Roethlisberger, op. cit., p. 1 14, n° 275 repr.

8 A. de Herdt relève que les dames franques « mélangeaient volontiers des pièces de vêtements d’origines différentes » (op. cit., p. 74).

9 Cf. A. Boppe, op. cit., p. 67 : le règne de Mahmud Ier avait mis fin à l’atmosphère plus libre instaurée par Ahmed III. Sur Van Mour, voir le chapitre correspondant du même ouvrage.

10 Cf. Renée Loche, « Portrait de Richard Pococke », in From Liotard to Le Corbusier, 200 Years of Swiss Paintings, 1730-1930, Atlanta, 1988.

11 Voir à ce propos la contribution de Sadek Neaimi, « Un fantasme philosophique : le despotisme oriental ».

12 Remus Niculescu, « Jean-Étienne Liotard à Jassy, 1742-1743 », Genava, n.s., t. XXX, 1982, pp. 128-166. Sur le rôle du costume turc de Liotard pour sa notoriété parisienne, cf. Andreas Holleczek, art. cit.

13 Épouse de l’ambassadeur d’Angleterre, lady Montagu séjourne avec lui en Turquie ; ses lettres seront publiées en 1763. Cf. A. Ribeiro, art. cit., ainsi que, du même auteur, Dress in Eighteenth Century Europe 1715-1789, Londres, 1984, et The Art of Dress. Fashion in England 1750-1820, New Haven – Londres, 1995. Je remercie Elizabeth Fischer de m’avoir signalé ces publications.

14 Le testament du peintre signalera encore « un habillement de femme grecque » et « un dito à la turque » ; cité par Numa S. Trivas, « Une miniature de J.-É. Liotard : portrait de Marie-Thérèse d’Autriche en costume oriental », Genava, XVI, 1938, pp. 169-170 et pl. II.

15 Cf. Jean-Louis Vaudoyer, « L’Orientalisme en Europe au xviiie siècle », Gazette des Beaux-Arts, 1911, p. 98.

16 Cf. Fabienne Xavière Sturm, in L’Age d’or du petit portrait, cat. d’exposition, Bordeaux, musée des Arts décoratifs, Genève, musée de l’Horlogerie, Paris, musée du Louvre, 1995, pp. 162-163.

17 Traduction du récit anonyme d’un voyage effectué en 1761 par un jeune Allemand de Karlsruhe, cité dans Jean-Daniel Candaux, Voyageurs européens à la découverte de Genève, 1685-1792, Genève, 1966, pp. 78-79.

18 Cf. Renée Loche, « François Tronchin », in L’Age d’or flamand et hollandais. Collections de Catherine II, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg, cat. d’exposition, Dijon, musée des Beaux-Arts, 1993.

19 Lettre à M. de Linant, 22 février 1760, Bestermann D8770.

20 Voyages, présentés par Dominique Barbéris, Paris, 1998, p. 125.

21 Cf. « La Bibliothèque étant un ornement public... » Réforme et embellissements de la Bibliothèque de Genève en 1702, éd. par D. Buyssens et Thierry Dubois, Genève, 2002.

22 Arch. BPU Dd 2, 22 VIII 1702.

23 Voir « La Bibliothèque étant un ornement public... », op. cit., fig. 21.

24 Arch. BPU Dd 3, 6 IX 1712.

25 Arch. BPU, Dd 4, 7 X 1737. Les dons d’ouvrages précieux ou curieux obéissent à la même logique que celle des dons d’objets. À l’exception du dernier cité, les ouvrages offerts par Chevrier sont repérables dans les collections actuelles de la BPU. Cf. Henri Omont, « Documents sur l’imprimerie à Constantinople au xviiie siècle », Revue des Bibliothèques, V, 1895, pp. 185-200 et pp. 228-236.

26 Arch. BPU Dd 4, 2 II 1734.

27 Ces deux œuvres sont aujourd’hui conservées au musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Genève. Sur le portrait d’Arlaud par Largillierre, cf. R. Loche, Catalogue raisonné des peintures et pastels de l’École française. xvie, xviie et xviiie siècles, Genève, 1996, n° 36, pp. 152-160.

28 Dictionnaire des Négatifs, Cologne [Annecy, 1766], p. 22.

29 Cf. Marianne Roland-Michel, « Représentations de l’exotisme dans la peinture en France de la première moitié du xviiie siècle », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. CLIV, 1976, pp. 1437-1457.

Table des illustrations

Titre Dame franque vêtue à la turque et sa servante
Légende Jean-Étienne Liotard, vers 1742, pastel, 71 x 53 cm.
Crédits Musée d’art et d’histoire, Genève(inv. 1936-17, photographie de Bettina Jacot-Descombes)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-1.jpg
Fichier image/, 168k
Titre Portrait de Marie Thérèse d’Autriche en costume turc
Légende Jean-Étienne Liotard, entre 1743 et 1745, miniature, 7, 3 x 5, 4 cm.
Crédits Musée de l’horlogerie et de l’émaillerie, Genève(inv. AD 40, photographie de Maurice Aeschimann)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-2.jpg
Fichier image/, 164k
Titre Autoportrait à la barbe de Jean-Étienne Liotard
Légende vers 1749, pastel, 97 x 71 cm.Légué par l’artiste à la Bibliothèque publique de Genève déposé au Musée d’art et d’histoire
Crédits (inv. 1843-5, photographie de Bettina Jacot-Descombes)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-3.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque publiée à Constantinople en 1730
Légende Ouvrage de Jean-Baptiste Daniel Holdermann (1694-1730), page de titre
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-4.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque
Légende Ouvrage de J. B. D. Holdermann, page 24
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-5.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque
Légende Ouvrage de J. B. D. Holdermann, page 25
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1506/img-6.jpg
Fichier image/, 130k

Auteur

Conservateur à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540