Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Première partie. La communauté genevoise au Levant

Isaac Rousseau à Péra : heurs et malheurs d’un compagnon horloger

Rémy Hildebrand

Texte intégral

Isaac Rousseau

Isaac Rousseau

Collection du Comité européen J. -J. Rousseau

  • 1 L’Ambassade de Turquie à Berne précise que le Ministère de la Culture, par l’intermédiaire de la Di (...)

1Outre son œuvre de philosophe des Lumières, ses romans et son influence considérable, Jean-Jacques Rousseau laisse, ici et là, quelques informations concernant son père, Isaac Rousseau, décédé le 9 mai 1747 à Nyon (Suisse), à l’âge de 75 ans. On peut repérer dans son œuvre de nombreuses références relatives au monde ottoman ; nous avons souhaité en citer quelques-unes puisque nous sommes réunis précisément dans la ville où Isaac vécut de 1706 à 17111. Nous nous intéresserons à lui, en examinant trois périodes de sa vie, celle qui va de sa naissance à celle de Jean-Jacques (1672-1712), celle de sa condamnation qui le pousse à s’installer à Nyon (1712-1722), enfin celle précédant sa mort en 1747, caractérisé, entre autres souvenirs, par celui de Suzanne.

1ère période : de la naissance d’Isaac à la naissance de Jean-Jacques

Isaac, le compagnon horloger

  • 2 R. Trousson, F. S. Eigeldinger, Rousseau, Jean-Jacques au jour le jour, Paris, Honoré Champion éd., (...)
  • 3 En consultant le Recueil des baptêmes et des mariages des temples de Saint-Pierre et de l’Auditoire (...)
  • 4 Il existe une montre créée par David Rousseau (1641-1738) au Musée Patek Philippe, 7 rue des Vieux- (...)
  • 5 A. Babel, « L’horlogerie genevoise à Constantinople et dans le Levant du xvie au xviiie siècle », i (...)

2Isaac, prénom biblique couramment choisi à cette époque, est né à Genève, le 28 décembre 16722 dans une famille qui compte de nombreux horlogers reconnus. Isaac est baptisé le 31 décembre par Pierre Delafontaine, pasteur à la cathédrale Saint-Pierre. Il a cinq frères et sœurs : Théodora, Clermonde, David, Suzanne et André3. Reçu compagnon dans la corporation des horlogers, il s’établit comme horloger complet, probablement plus par tradition familiale que par motivation personnelle. En effet, son père David, époux de Suzanne Cartier, est un horloger chevronné et occupe la fonction de maître juré horloger4. David occupe un petit domaine appelé Château Royal depuis qu’il a vendu sa maison du 24, rue de la Cité à J. A. Lullin. Isaac, à côté de sa profession qui contribua à la réputation de la Fabrique genevoise5, joue du violon et aime enseigner la danse. À 22 ans, il crée une école de danse avec deux associés, Jean Clément et Joseph Noiret.

La promenade sur la treille

3Occupé à fabriquer des montres et à donner des leçons de danse, Isaac s’accorde parfois quelques libertés en voyageant. Il désire connaître le monde et ses cultures. Pourtant son cœur a rencontré l’âme sœur et, dans le Premier Livre de ses Confessions, Jean-Jacques parle ainsi de ses parents :

Dès l’âge de huit ou neuf ans, ils se promenaient ensemble tous les soirs sur la Treille, à dix ans ils ne pouvaient plus se quitter. La sympathie, l’accord des âmes affermit en eux le sentiment qu’avait produit l’habitude. Tous deux, nés tendres et sensibles, n’attendaient que le moment de trouver dans un autre la même disposition ou plutôt ce moment les attendaient eux-mêmes, et chacun d’eux jeta son cœur dans le premier qui s’ouvrait pour le recevoir.

4De Suzanne, Jean-Jacques nous dit également dans le Premier Livre : « Ma mère avait de la sagesse et de la beauté, [...] elle dessinait, elle chantait, elle s’accompagnait du théorbe, elle avait de la lecture et faisait des vers passablement. »

5Fidèle soupirant pendant plusieurs années, Isaac, à 32 ans, obtiendra la main de Suzanne Bernard, alors âgée de 31 ans. Ils se marient au Temple de Chêne-Bougeries, le 2 juin 1704. La mariée peut disposer de 400 écus, d’un héritage de 16 000 florins et d’une maison située au 40, Grand-Rue, maison que possède la famille Bernard. Isaac s’y installe avec Suzanne et sa mère, Anne-Marie Bernard, veuve depuis 22 ans. L’année suivante, le 15 mars 1705, du couple Isaac-Suzanne, naît François. Quelques mois plus tard seulement, cette petite famille, quoique unie, va être profondément bouleversée par le projet conçu par Isaac, à savoir s’installer à Istanbul. En accomplissant ce geste, pourrait-on imaginer qu’Isaac éprouve de la difficulté à vivre au quotidien avec sa belle-mère ou qu’il recherche, par ce geste surprenant, une reconnaissance sociale ? On parle de son départ pour gagner une réputation dans la communauté genevoise de Constantinople et, plus tard, de son installation à Nyon avec sa sœur afin d’échapper aux décisions de la justice genevoise de l’époque.

Isaac, « horloger du Sérail »

6Pour comprendre cette décision d’Isaac de s’installer à Istanbul, rappelons le contexte familial. Le mariage récent d’Isaac et de Suzanne semble le résultat d’une transaction, peut-être acceptée à contrecœur par la famille Bernard. Jean-Jacques Rousseau pense-t-il à ce couple lorsque, dans la Nouvelle Héloïse, il décrit « un homme dont la naissance et la fortune ne peuvent lui permettre d’aspirer » à l’être aimé ? Dans la vie quotidienne de ce couple, Anne-Marie Bernard se montrait-elle trop envahissante ? D’autre part, François n’a que trois mois et réclame les soins les plus constants. De son côté, Isaac perd sa mère, Suzanne, fille d’un tanneur. Elle laisse un peu d’argent à ses enfants. Ce modeste héritage ne permettrait-il pas à Isaac de prouver son savoir-faire, de parfaire son expérience et d’essayer de faire fortune comme horloger, dans une des colonies permanentes de Genève, excellent débouché de son artisanat traditionnel ?

  • 6 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 199.

7Menant à bien son projet, Isaac s’installe donc à Istanbul, prestigieuse capitale pour Bernard, orfèvre à Huy au xie siècle sous Louis VI, l’un des héros du roman de Bernard Tirtiaux qui « connaît l’attrait du travail des Orientaux passés maîtres dans la taille des pierres, la ciselure et les arts du feu »6. Dans le quartier de Péra, aujourd’hui appelé Beyoğlu, où résidaient les Européens, Isaac découvre un nouveau monde qui l’attire irrésistiblement.

  • 7 Bernard Tirtiaux, op. cit., p. 202.

8Il y rencontre des artisans de diverses corporations. Le monde musulman le subjugue. « Constantinople, cette ville de délices où l’architecture religieuse invite le passant à s’agenouiller devant la maîtrise de ses artistes et la magnificence de leur art » rappelle Bernard Tirtiaux7. Il ne se lasse pas d’écouter les conteurs ottomans qui pratiquent l’art de raconter des légendes. D’autre part, l’artisanat de la ville devient l’occasion, pour l’horloger genevois, de rencontrer des marchands des pays du Moyen-Orient. Les techniques patrimoniales le rendent attentif à l’univers fascinant auquel Nedim Gürsel fera allusion plus tard à propos de l’architecture de Constantinople, et de ses portes qu’il décrit les unes après les autres :

  • 8 Nedim Gürsel, Les turbans de Venise, Paris, Seuil, 2001, p. 218.

La porte Meyit qui donne sur l’arsenal de Kasimpaşa, la porte des Fantassins sur la vie de la Corne d’Or, la porte des Fourreurs où étaient exposées les fourrures de zibeline rapportées de Sibérie jusqu’à la mer Noire, puis jusqu’à Galata, et qui bordaient le col des caftans de vizirs et des manteaux d’ambassadeurs et, toujours sur la Corne d’Or, la porte de l’Huile qui ouvrait sur les entrepôts regorgeant de bonbonnes d’huile d’olive luisante, puis la porte des Caves plombées, à l’est la porte de la Chaux donnant sur la mer et la porte de la Fabrique des canons donnant sur la terre au nord de l’intérieur des terres les portes Petite citadelle et Grande Citadelle. Il emprunta toutes ces portes, mais la seule qu’il voulait vraiment passer, celle du palais, la Sublime Porte, lui resta interdite. Puis il monta dans la tour du Christ, qui formait une geôle de dix étages.8

Un débouché pour la fabrique genevoise

9Comme d’autres horlogers avant lui, Isaac désire probablement revenir au pays avec le prestige acquis à la cour des Grands et un réseau de relations permettant de toucher des marchés lucratifs. Antony Babel explique le rôle économique, pour le marché horloger genevois, que joue cette capitale :

Les Échelles du Levant – Constantinople, les ports de la mer Égée et toute l’Asie Mineure – ont constitué aussi pour notre horlogerie un très remarquable marché. L’écoulement de nos montres était même si important dans le bassin méditerranéen oriental que leur réparation et leur vente avaient permis la création d’une importante colonie genevoise à Constantinople. Son existence a duré au moins deux siècles.

  • 9 Antony Babel, « La Fabrique genevoise », in Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme (...)
  • 10 Rémy Hildebrand, « À Constantinople, les Genevois s’adonnaient à tous les excès », in La Tribune de (...)
  • 11 La fête de l’Escalade, devenue fête patriotique genevoise, commémore, chaque année, la victoire des (...)

10MM. Heyer et Archinard9 ont donné jadis bien des indications sur l’histoire religieuse de cette colonie. Diverses pièces des Archives d’État de Genève et plus spécialement l’admirable et riche série des notaires, permettent de leur côté d’en apprécier l’importance économique. La première mention d’une colonie genevoise à Constantinople est faite en 159210. Dès les premières années du xviie siècle, un trafic régulier existe entre les horlogers de Genève et la capitale turque. Des artisans genevois, malgré les dangers de la navigation sur la Méditerranée, entreprennent le voyage pour l’Orient méditerranéen. La première de ces expéditions d’affaires, à notre connaissance, se place en 1602, l’année même de l’Escalade11. En 1652, la colonie genevoise de Constantinople est devenue assez importante pour que la compagnie des pasteurs de Genève se préoccupe de ses intérêts religieux. En 1709, la colonie s’appelle officiellement la « Communauté genevoise ». Elle est dirigée par trois procureurs sous la protection de l’ambassadeur de France. Cependant, ses intérêts spirituels relèvent des ambassadeurs anglais et hollandais. En 1725, ces horlogers genevois ont bâti un temple et possèdent un maître d’école qui leur lit des sermons. Outre Livourne et Venise, Marseille semble avoir été le principal port d’embarquement des marchandises genevoises à destination de Constantinople. Les frais de transport étaient à la charge du maître horloger de Constantinople qui assumait, comme disent les actes notariés, « les frais de ports, péages, passages et ceux des navires ». Nombreux sont les renseignements fournis par les minutes des notaires du xviie et du xviiie siècle sur les rapports des horlogers genevois avec le Levant, et particulièrement avec Constantinople.

11Rapportons quelques anecdotes intéressantes :

  • Dorier recevra pour les trois premières années, un salaire annuel de 50 écus de France (243 francs), pour la quatrième année de 100 écus. Le maître assure, en outre, nourriture, couche, logement, frais de voyage et de péages. En 1651, un marchand horloger genevois, fixé à Constantinople, Jean Viollier, a prêté à un graveur de Genève 450 florins pour lui permettre de faire le voyage de Constantinople. Et le graveur rembourse cette somme au marchand sous forme de prestations en travail, dès son arrivée dans la capitale turque. Pierre Lambert, compagnon horloger, loue ses services pour trois ans à Loys Jay, marchand genevois résidant à Constantinople, et embauche pour un de ses amis, également fixé en Turquie, le compagnon horloger Anthoine Jercelat, lequel Jercelat, voyageant aux frais de son maître, est complètement entretenu et reçoit pour deux ans un salaire de 200 piastres, c’est-à-dire 7200 florins.

  • En 1652, les horlogers genevois Robert Le Grand et Jacques Taccon s’associent pour partir à Constantinople. Ils forment une véritable communauté. Ils engagent en outre trois compagnons qui partent avec eux à Constantinople. Il s’agit de Martine, de Sandoz et de Taccon, neveu d’un des deux associés.

  • En 1663, l’horloger Devaux se fixe à Constantinople. Il prend avec lui le faiseur de ressorts Pattru, pour trois ans et six mois. Il le nourrit et lui donne un salaire annuel de 500 florins. Une association assez compliquée est celle conclue en 1664 par trois horlogers : Janvier et Voisin, de Genève, et Bory, de Coppet. « Moyennant le vouloir de Dieu, ils sont demeurés d’accord de s’en aller tous trois travailler de leur dit estat d’horloger dans Constantinople et négotier audit lieu et ailleurs. » La première année, Voisin n’est pas considéré comme associé, mais comme salarié et « Janvier et Bory sont tenus de le nourrir et entretenir d’habits au cas qu’il en eust besoin, linges, chaussures, reblanchissage, et couverture de son chef et de subvenir de toutes choses nécessaires en cas de maladie ». Pendant les quatre années qui suivront, Voisin sera considéré comme un associé ordinaire. Et les associés « doivent tous trois employer tout leur travail, industrie, sagacité, vigilence et fidélité pour ce bien et profit de leur société ».

  • En 1665, l’ouvrier Grillet rejoint Taccon le marchand-horloger de Constantinople. Il est complètement entretenu et reçoit un salaire de 900 florins pour deux ans. En 1672, Sébastien Chapuis engage quatre ouvriers horlogers pour Constantinople. Le premier, Jean Duc, reçoit 1100 florins pour 30 mois, le second, Molliex le même salaire. Le troisième, Bernard Chavaniers, est payé 1200 à 1300 florins pour 28 mois. Le quatrième Deveyraz, qui est déjà maître dans la corporation, obtient un salaire de 2300 florins pour 28 mois. Les quatre artisans sont nourris, logés, blanchis par leur maître, qui assume en outre tous les frais du voyage.

  • Au xviiie siècle, un habitant de Strasbourg fixé à Genève, Henri Valdeck, compagnon horloger, s’engage en 1702 à travailler pendant trois ans à Constantinople pour le compte du marchand genevois Auguste Chappuis. Et si Chappuis va à Smyrne pendant ce temps, le compagnon doit le suivre en Asie Mineure. En 1706, Antoine Rey, marchand horloger, s’associe avec ses deux fils, pour six ans. Le premier des deux fils est tenu de faire un voyage à Constantinople avec 60 pièces d’horlogerie. Le second « est obligé de partir de Genève avec 40 pièces d’horlogerie, et plus si les parties le trouvent à propos et de s’en aller au Levant, et autres endroits plus convenables, pour en faire la débite ».

Rinceaux de fleurs d’été

Rinceaux de fleurs d’été

Montre de carrosse de forme bassine avec sonnerie au passage de l’heure mouvement signé David Rousseau (1641-1738), grand-père de Jean-Jacques Rousseau (Genève, vers 1665/70, argent, laiton doré)

Musée Patek Philippe, inv. S-320 © Patek Philippe Museum, Genève

Rinceaux de fleurs d’été (verso)

Rinceaux de fleurs d’été (verso)

Montre de carrosse de forme bassine avec sonnerie au passage de l’heure mouvement signé David Rousseau (1641-1738), grand-père de Jean-Jacques Rousseau (Genève, vers 1665/70, argent, laiton doré)

Musée Patek Philippe, inv. S-320 © Patek Philippe Museum, Genève

  • 12 Antony Babel, « L’horlogerie genevoise à Constantinople et dans le Levant du xvie au xviiie siècle  (...)

12Il est évident que ces Genevois fixés à Constantinople comme marchands faisaient à leurs concitoyens restés dans la mère patrie des commandes d’importance, raison pour laquelle on trouve souvent mentionnées dans les documents de l’époque les montres dites à la turque. L’existence de cette colonie genevoise à Constantinople était donc un des éléments de la prospérité de la Labrique de Genève. Le rôle de tous ces ouvriers de Constantinople semble étroitement limité. Ils ne fabriquent pas de nouvelles pièces : dans ce cas, ils auraient porté préjudice à leur patrie et la République genevoise n’aurait pas entouré de sa sollicitude, comme elle l’a fait, une colonie qui lui aurait nui. Personne, probablement, n’aurait fourni à de dangereux rivaux des fonds pour les aider à payer leur pasteur et leur maître d’école et des subsides pour alimenter leur caisse de secours. En réalité, les artisans qui s’engageaient chez les marchands genevois de Constantinople étaient chargés de l’entretien des montres que l’on vendait dans le Levant. Leur fonction était de réparer, de « rhabiller » les pièces fournies par la Fabrique genevoise. Et il est probable que le père de Jean-Jacques Rousseau, Isaac Rousseau, a été l’un de ces simples « rhabilleurs », encore que son fils lui attribue le titre pompeux d’ « horloger du sérail ». Ainsi, durant le xviie et le xviiie siècle, bravant les fatigues, les difficultés, les risques financiers et même les périls de ces longs voyages, des Genevois à l’esprit entreprenant, tout en travaillant à leur fortune personnelle, ont su conquérir le marché de l’Orient méditerranéen pour le plus grand profit de leur patrie12.

Le rhabilleur Rousseau

  • 13 Le 28 juin 2002, a été inauguré, au 1er étage de cet immeuble protégé, un « Espace Jean-Jacques Rou (...)

13Isaac, dit-on, se spécialise dans l’art de raccommoder une montre en expliquant à qui veut l’entendre que cet art exige tant de précision que seule une vie entière permet de devenir excellent. La bijouterie et l’orfèvrerie le passionnent. Il aurait ainsi reçu la fonction de « régleur » des montres du Palais Topkapı, des montres chargées d’annoncer l’heure de la prière. Rempli d’admiration à l’égard de son père, Jean-Jacques en parle comme de « l’horloger du sérail ». Par ailleurs, on peut lire dans sa Correspondance adressée à M. Marcet, le 26 juillet 1762, proférée sous l’emprise de la colère sûrement, cette remarque au sujet d’un décret, gardé secret, le concernant : « Il vaudrait mieux être né Turc que Genevois ! » Le séjour d’Isaac Rousseau dans l’Empire ottoman prendra fin lorsque Suzanne lui annoncera le décès de sa mère en 1710. Au sujet de cette annonce, nous nous sommes interrogé. Existerait-il une correspondance entre Isaac et Suzanne puisque cette information décidera aussitôt Isaac à quitter Constantinople ? Désireux de pouvoir trouver un indice, une trace, un signe de cette correspondance, nous souhaiterions entreprendre une recherche autour de cette hypothétique relation épistolaire. Sans tarder, donc, Isaac décide de regagner Genève pour vivre auprès de la seule femme qu’il aime. À Genève, qui compte à cette époque 18 500 habitants, il retrouve sa famille, dans la maison de la Ville-Haute, le 40 Grand-Rue, maison quittée quelques années auparavant13. En 1712, à la suite de la naissance de Jean-Jacques, Suzanne, souffrant de fortes fièvres, meurt neuf jours après l’accouchement. Isaac fera baptiser son fils à Saint-Pierre par le pasteur Senebier et lui choisira comme parrain le riche marchand drapier Jean-Jacques Valençan.

2e période : Isaac, condamné, quitte Genève

Suzon, la petite sœur d’Isaac

  • 14 J.-J Rousseau, Œuvres complètes I, La Pléiade, Paris, 1959, p. 7.
  • 15 Ces tâches multiples nous renvoient aux observations de Boris Cyrulnik relatives aux compétences pr (...)

14Pour évoquer cette triste période de la vie de l’horloger, citons J.-J. Rousseau : « Je n’ai su comment mon père supporta cette perte, mais je sais qu’il ne s’en consola jamais »14. Isaac se consacre, en plus de son activité professionnelle, à l’éducation de ses deux fils. Suzanne, sa sœur cadette, âgée de 30 ans, – la bonne tante Suzon – ainsi que Jacqueline, s’occupent de la maisonnée15.

  • 16 J.-J., Rousseau, op. cit., I, p. 8.

15Ce foyer traumatisé trouve une harmonie grâce à Isaac, à Suzon et à Jacqueline, à leur présence et aux soins qu’ils vouent à Jean-Jacques. « Une sœur de mon père, » dit Rousseau, « fille aimable et sage, prit si grand soin de moi qu’elle me sauva. [...] J’ai aussi ma mie Jacqueline encore vivante, saine et robuste. Les mains qui m’ouvrirent les yeux à ma naissance pourront me les fermer à ma mort »16.

16Les chansons de tante Suzon resteront gravées dans le cœur du futur Citoyen de Genève.

  • 17 J.-J., Rousseau, op. cit., I, p. 11.

L’attrait que son chant avait pour moi fut tel que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restées dans la mémoire, mais qu’il m’en revient même, aujourd’hui que je l’ai perdu, qui totalement oubliées depuis mon enfance, se retracent à mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer.17

17Isaac passe des nuits entières à lire à Jean-Jacques les livres de la bibliothèque familiale.

18Au 40 Grand-Rue, il parle aussi de son séjour à Constantinople, Jean-Jacques l’écoute. Plus tard, il évoquera à son tour la magie d’un paysage qu’il découvre, arrivé à la crête d’un sommet. En conteur accompli, il saura décrire la vision d’un Émile, subjugué, au petit matin, au sommet d’une montagne, par la vue de la plaine du Pô.

  • 18 J.-J. Rousseau, Essai sur l’origine des langues, Paris, A. G. Nizet, 1970, p. 165.

19Quelle image Isaac rapporte-t-il à Jean-Jacques de l’univers ottoman ? Comment parle-t-il des artisans d’art, de ses voyages, de ses souvenirs d’horloger, de ses fascinations pour l’univers turc et de la vie de ce monde surprenant et attachant ? Jean-Jacques Rousseau évoque des sentences musicales ottomanes : « Il faut à l’Italien des airs Italiens, au Turc il faudrait des airs Turcs »18. Ces quelques références turques ne seraient-elles pas porteuses d’une influence paternelle ? « L’effet Isaac » agirait-il lorsque Jean-Jacques élabore ses ouvrages ?

  • 19 J.-J. Rousseau, loc. cit.

La langue épistolaire des Salams transmet, sans crainte des jaloux, les secrets de la galanterie orientale à travers les harems les mieux gardés. Les muets du Grand-Seigneur s’entendent entre deux et entendent tout ce qu’on leur dit par signes, tout aussi bien qu’on peut le dire par le discours.19

20N’assisterions-nous pas à une forme « en écho » des récits du père touchant à l’univers ottoman, utilisés à la manière d’outils et de matériaux précieux choisis afin de donner appui à une création conceptuelle ?

  • 20 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 246.

21Prolongeant cette hypothèse, le récit du père ne constituerait-il pas la référence première alimentant l’ambitieuse entreprise des Confessions, qualifiée de « première pièce de comparaison pour l’étude des hommes » ? Ne pourrait-on pas imaginer que Jean-Jacques Rousseau puise dans sa mémoire des expressions de son père, expressions-supports à une œuvre littéraire en cours, sortes d’images décrites par un père habité par son séjour, sortes de réminiscences narratives à la fois intimistes et universelles ? Jean-Jacques ne se sentirait-il pas traversé par la force d’Isaac, de ses récits d’artisan, de ses souvenirs de voyages, de sa nostalgie d’une ville magique ? Les paroles d’Isaac prendraient la forme mémorisée de récits, de rêveries, de correspondance. Jean-Jacques Rousseau écrivain retrouverait dans la fougue des paroles de son père les éléments de son œuvre. On assisterait ainsi à la promotion d’une carrière dans le domaine de l’écriture permettant la création d’une autobiographie qui aurait la vocation de travailler à « construire un nouveau sentiment de soi » selon l’expression de Boris Cyrulnik20. L’épisode bien connu, dans l’Émile, du petit chien qui suit Jean-Jacques, un soir d’été à Bossey, mérite d’être évoqué. Jean-Jacques est désigné par le pasteur pour aller chercher la Bible déposée à l’église.

  • 21 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 172.

J’étais à la campagne en pension chez un ministre appelé M. Lambercier. Mon grand cousin Bernard était singulièrement poltron surtout la nuit. Je me moquai tant de sa frayeur, que M. Lambercier, ennuyé de mes vanteries, voulut mettre mon courage à l’épreuve. Un soir d’automne, qu’il faisait très obscur, il me donna la clef du temple, et me dit d’aller chercher dans la chaire la Bible qu’on y avait laissé. [...] En apercevant l’obscurité profonde qui régnait dans ce vaste lieu, je fus saisi d’une terreur qui me fit dresser les cheveux, je rétrograde, je sors, je me mets à fuir tout tremblant. Je trouvai dans la cour un petit chien nommé Sultan dont les caresses me rassurèrent. Honteux de ma frayeur, je revins sur mes pas tâchant pourtant d’emmener avec moi Sultan, qui ne voulut pas me suivre.21

22Pourquoi choisir le nom de Sultan ? Ce chien qui réconforte Jean-Jacques pré-adolescent, une nuit d’automne à Bossey, renvoie aux récits ottomans rassurants d’Isaac, non parce qu’ils datent d’avant sa naissance mais parce qu’ils forment une filiation, un petit témoin organisateur,

  • 22 M. Lemay, « Le rôle des grands-parents au sein de la famille », in Prisme, n° 29-1999, p. 76.

« la résultante de juxtapositions générationnelles où la réalité des événements, leurs perceptions par ceux qui les ont entendus raconter, les projections accumulées sur les uns et les autres finissent par instituer une aventure groupale qui, selon les trajectoires de chacun, donne une apparence de totalité ou de clivage avec des zones de lumière, d’ombres et de noirceur »22.

  • 23 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallendier, 1989, p. (...)

23À Genève, peut-être, chaque printemps, sur la promenade de la Treille, avec Jacqueline Faramand, seconde présence attentionnée, appelée Mie, Jean-Jacques cueille les fleurs, dessine les plantes, s’initie aux techniques des fleurs séchées et confectionne de petits herbiers. Le savoir-faire de Jacqueline, fille de cordonnier est prodigieux. Suzanne, de son côté, chante avec eux tout le répertoire des comptines et des jeux dansés qu’elle connaît depuis sa tendre enfance, développant en le renforçant certainement le goût marqué de Jean-Jacques pour la musique. En 1719, Isaac décide de vendre le 40 Grand-Rue à l’avocat Jean-Pierre Charton. La famille quitte la Ville Haute (rive gauche) pour s’établir sur la rive droite, au 15 rue de Coutance. Isaac, ses deux fils – François23 et Jean-Jacques – ainsi que sa sœur logent au deuxième étage. Le rez-de-chaussée est occupé par M. Badollet.

La fête à Saint-Gervais

  • 24 J.-J. Rousseau, Lettre à d’Alembert, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 248.
  • 25 J.-J. Rousseau, Correspondance I, Paris, Firmin-Didot, 1883, p. 440.
  • 26 Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, R. Trousson et F. S. Eigeldinger, Paris, H. Champion, 1996, (...)

24Dans ce quartier situé sur la rive droite du Rhône, Isaac aspire à une vie meilleure pour ses fils. Il se souvient, nostalgique, des années passées à Istanbul d’où quelquefois il sentait grandir au fond de son cœur un sentiment d’attachement pour sa patrie. Jean-Jacques se remémorera, lors d’une fête du régiment de Saint-Gervais, le conseil de son père l’encourageant à aimer son pays. « Vois-tu ces bons Genevois : ils sont tous amis, ils sont tous frères. [...] Tu es Genevois, tu verras un jour d’autres peuples, mais quand tu voyagerais autant que ton père, tu ne trouveras jamais leur pareil »24. Bien que profondément attaché à sa ville, Jean-Jacques écrit à M. Favre, le 12 mai 1763 (Correspondance) : « J’ai tendrement aimé mes compatriotes » et ajoute parlant du Genevois : « il est actuellement bon, il a l’âme honnête, il ne manque pas de sens et il ne lui faut que de bons exemples pour se trouver tout à faire bien »25. À Coutance, Isaac demeure préoccupé. L’éducation de François l’éprouve durement et il s’emporte souvent. Apprenti horloger auprès de son propre père, François n’assimile guère les bases du métier. D’autres maîtres d’apprentissage plus chevronnés, à leur tour, tenteront de s’occuper de lui, notamment le maître horloger Samuel Roget. À 19 ans, François, sans crier gare, quitte définitivement Genève. Personne ne recevra de ses nouvelles. On suppose qu’il est décédé encore jeune en Allemagne26.

Bossey, le petit paradis

25Dans ses moments de loisirs, Isaac toujours passionné par la chasse poursuit ses randonnées favorites ; son goût de l’aventure reste intact.

  • 27 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 462.

Je me souviendrai des battements de cœur qu’éprouvait mon père au vol de la première perdrix et des transports de joie avec lesquels il trouvait le lièvre qu’il avait cherché tout le jour. Oui, je soutiens que, seul avec son chien, chargé de son fusil, de son carnier, de son fourniment, de sa petite proie, il revenait le soir, rendu de fatigue et déchiré des ronces, plus content de sa journée que tous vos chasseurs de ruelle, qui, sur un bon cheval, suivis de vingt fusils chargés, ne font qu’en changer, tirer, et tuer autour d’eux, sans art, sans gloire, et presque sans exercice.27

26À proximité de la ville, il cherche du gibier et, peu scrupuleux dans ce domaine, il en oublie le respect dû aux champs, propriétés privées, situées immédiatement en dehors de la Cité. La querelle avec Pierre Gautier, capitaine de la retraite, survient dans ces circonstances-là. Lorsque celui-ci aperçoit Isaac Rousseau chassant sur ses terres, il le poursuit impitoyablement devant la Justice. Condamné à trois mois de prison et à payer 50 écus d’amende, Isaac, avant son arrestation, confie Jean-Jacques à Gabriel Bernard, son beau-frère, et à Théodora, son épouse, une autre de ses sœurs. Il quitte Genève avec Suzanne pour Nyon. Suzanne épousera à 48 ans un notable nyonnais, Isaac-Henri Goncerut. En octobre de la même année, Jean-Jacques et son cousin Abraham, neveu d’Isaac, deviennent pensionnaires durant deux ans chez le pasteur Jean-Jacques Lambercier. Dans le presbytère de Bossey, le couple Jean-Jacques et Gabrielle Lambercier prolongent en fait une situation que Jean-Jacques connaît depuis longtemps à travers le couple Isaac et Suzanne à Genève, également frère et sœur. Stimulés par ce pasteur-pédagogue qui sait dispenser l’instruction, les deux pré-adolescents apprennent sans peine et retiennent tout. Jean-Jacques remplace, dira-t-il, dans son cœur le souvenir de son frère par l’amitié qu’il porte à Abraham. Dans l’étude, Jean-Jacques ordonne les travaux, dans les jeux, Abraham sert de guide. Jean-Jacques séparé pour la première fois de son père gardera de lui un souvenir lumineux, empreint d’affectueuse compréhension, et de la période qui s’achève, la trace d’une enfance protégée.

3e période : en mourant, Isaac songe à Suzanne, la mère de Jean-Jacques

Isaac chasseur

  • 28 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 199.
  • 29 Information communiquée par les Archives du Musée historique de Nyon.

27Installé à Nyon, localité assujettie aux autorités bernoises, Isaac entreprend les démarches en vue d’acheter les droits d’habitation en s’engageant à supporter les charges et à se conformer aux ordres du Conseil de la Ville. L’habileté manuelle de l’artisan Isaac Rousseau, nouvellement installé à Nyon, nous renvoie à Bernard Tirtiaux parlant de la vocation d’un verrier exceptionnel, dans ce « travail de longue haleine, on n’en finit pas d’y apporter dernière main sur dernière main, comme si la mémoire des doigts refusait de défaire les nœuds qui les relient aux choses. Les heures que l’on passe à observer un objet accompli, à la peaufiner sans efficacité, sont parmi les plus belles »28. Isaac travaille comme horloger et attend, on ne peut l’exclure, des nouvelles et la visite de son fils. Il se remarie le 5 mars 1726 avec Jeanne François. Il autorise, par procuration, son beau-frère à signer un contrat d’apprentissage entre Jean-Jacques et le maître graveur Abel Ducommun, âgé de 20 ans, un bourgeois de Genève qui habite le quartier de Saint-Gervais. Quelques mois plus tard, Ducommun s’installe sur la rive gauche à la rue de la Poissonnerie – actuellement rue de la Croix d’Or – dans un atelier mis à disposition par son père, Michel Ducommun, maître confiseur. Abel Ducommun par le contrat évoqué ci-dessus s’engage à veiller à l’éducation morale et à la formation professionnelle de Jean-Jacques qui habite chez lui. À Nyon, son père toujours amoureux de la nature et peut-être poussé par la nécessité, mais peut-être plus braconnier que chasseur, est dénoncé pour délit de chasse. En effet, il a tiré sur des oiseaux au-dessus de Gingins et sur des becs-fins à Promentoux. Il est condamné à payer 5 florins. À l’époque, un charpentier gagne 2 florins par jour et pour l’accession à la bourgeoisie, un maçon doit verser le montant de dix années de travail. On offre à la même époque 5 florins pour un loup tué et pour cette même somme, on peut faire paître une vache durant une année sur les prés communaux. L’amende pour le vol de bois ou la vente de vin étranger se monte également à 5 florins. Actuellement, cette somme se monterait à 1100 Frs29.

Jean-Jacques fuit Abel Ducommun

  • 30 Rémy Hildebrand, « Jean-Jacques Rousseau et Confignon », in Confinfo, n° 25, juin 2002, à l’occasio (...)
  • 31 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes I, La Pléiade, Paris, 1959, p. 55.

28Sensible devant le spectacle de la nature, ému par une chanson tendre, amoureux du dessin, Jean-Jacques ne prend qu’un moindre intérêt pour le métier qu’il vient d’embrasser. Pourtant, il dira qu’il le maîtrisait en partie mais qu’il n’a jamais été de son goût. De surcroît, auprès d’un maître dépourvu des qualités pédagogiques nécessaires au développement d’aptitudes professionnelles spécifiques à la gravure, Jean-Jacques hésite sur son orientation mais est soulagé à l’idée de ne plus devoir obéir à un maître tyrannique. Rousseau ne dira-t-il pas plus tard, le 19 décembre 1762 : « Pensez à cela, il faut quitter et non pas se faire renvoyer ». Ainsi, le 14 mars 1728, Jean-Jacques prend la décision de rompre son contrat d’apprentissage, de quitter son maître et de s’éloigner de Genève. Déterminé à ne pas rebrousser chemin, il se dirige vers Confignon où le curé de Pontverre sait le rassurer en l’encourageant à se présenter sur sa recommandation à Mme de Warens, catholique convertie habitant Annecy30. Isaac Rousseau mis au courant de la décision de son fils, se rend immédiatement avec Rial, un ami horloger, chez Mme de Warens. Sur place, ils apprennent le départ de Jean-Jacques pour l’Hospice San Spirito à Turin. Isaac s’afflige sur son sort et retourne à Nyon, le cœur lourd. Après Suzanne, après François, Jean-Jacques disparaît à son tour. Évoquant cet épisode douloureux, Jean-Jacques écrira « Il me semblait que mes prochains conspiraient avec mon étoile pour me livrer au destin qui m’attendait »31.

29Jean-Jacques adressera toutefois à son père quelques lettres afin de le tenir au courant de ses déplacements et de ses rencontres, lui parlant de ses ambitions intellectuelles et professionnelles. Recherchant la compassion de ce père si proche de lui tout au long son enfance, Jean-Jacques lui raconte les grâces et les bienfaits qu’il reçoit de Mme de Warens, sa protectrice et sa « mère » dont il deviendra l’amant. Il redoute par-dessus tout d’être abandonné par ce père qu’il considère comme le meilleur des pères. Pensons aux propos qu’il réserve plus tard à son ami Daniel Roguin, ami proche à l’amitié si constante et image paternelle, à qui Jean-Jacques promet d’offrir un portrait enrichi de diamants !

« Un homme d’une probité sure »

30Suite à la rupture du contrat d’apprentissage, Isaac devra s’engager à régler à Abel Ducommun, par acte notarié, la somme de 25 écus blancs, « pour tous dépens, dommages et intérêts ». De son côté, Jean-Jacques, depuis le Pays de Savoie, écrira plusieurs lettres à son père. Il ignore bien sûr qu’il commence là deux ouvrages majeurs que ses éditeurs appelleront Correspondance et Confessions. Il y brosse, de son père, le portrait d’un homme d’honneur. À Mme de Warens, Isaac exprimera sa reconnaissance pour le soin qu’elle porte à son fils lui permettant d’acquérir les bases d’une profession propice à sa carrière. En effet, lorsque Isaac questionnait Jean-Jacques à ce sujet, il lui répondait qu’il souhaitait occuper un poste de secrétaire. Plus tard, il exercera cette fonction à plusieurs reprises. Jean-Jacques passera quelquefois par Nyon pour venir embrasser son père, ils prendront l’habitude de se voir en l’absence de sa nouvelle épouse. On parle de plusieurs visites entre 1723 et 1725, en juillet 1730, en juin 1734 et en septembre 1744. Isaac laissera quelque argent à son fils lors de son décès à l’âge de soixante-quinze ans.

Conclusion

  • 32 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 228.

31« T’aimerais-je ainsi si tu n’étais que mon fils ? » répétait constamment Isaac à son fils. Jean-Jacques garde en mémoire cet aveu paternel. Il est probable que l’attachement amoureux de ce père pour son fils prolonge la fidélité attendrissante d’Isaac pour Suzanne qui fut sa promise si longtemps, sa femme si peu de temps et son épouse idéalisée jusqu’à son dernier souffle. Isaac ne cesse d’adorer Suzanne jusque dans l’éducation qu’il réserve à son fils. Jean-Jacques Rousseau parle, dans l’Émile, de l’utilité de fréquenter l’atelier des artisans : « Au lieu de coller un enfant sur des livres, si je l’occupe dans un atelier, ses mains travaillent à profit de son corps : il devient philosophe et croit n’être qu’un ouvrier. Enfin cet exercice a d’autres usages dont je parlerai ci-après, et l’on verra comment des jeux de la philosophie on peut s’élever aux véritables fonctions de l’homme. »32

32Il transmet à Jean-Jacques le souvenir de cette dévotion. Malgré lui, son cœur ne cesse d’exprimer le dépit que lui inspirent les circonstances évoquées plus haut et le sort qui fut le sien. Peut-être qu’une trop longue attente – de la Treille à Istanbul – porte déjà une petite ombre au devenir d’un amour que ces deux êtres voulaient vivre à tout prix ?

33Jean-Jacques parle souvent de ce père, horloger consciencieux, installé à son établi à Genève et à Nyon et que sa pensée n’abandonnera jamais. Pour lui, il incarne l’artisan indépendant, statut qu’il propose à son élève :

  • 33 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 261-262.

Tout bien considéré, le métier que j’aimerais le mieux qui fût du goût de mon élève est celui de menuisier. Il est propre, il est utile, il peut s’exercer dans la maison, il tient suffisamment le corps en haleine, il exige de l’ouvrier adresse et industrie, et dans la forme des ouvrages que l’utilité détermine, l’élégance et le goût ne sont pas exclus. Que si par hasard le génie de votre élève était décidément tourné vers les sciences spéculatives, alors je ne blâmerais pas qu’on lui donnât un métier conforme à ses inclinations ; qu’il apprît, par exemple, à faire des instruments de mathématiques, des lunettes, des télescopes, etc. [...] Malheureusement nous ne pouvons passer tout notre temps à l’établi. Nous ne sommes pas apprentis ouvriers, nous sommes apprentis homme, et l’apprentissage de ce dernier métier est plus pénible et plus long que l’autre. Comment ferons-nous donc ? Prendrons-nous un maître de rabot une heure par jour, comme on prend un maître à danser ? Non. Nous ne serions pas des apprentis, mais des disciples et notre ambition n’est pas tant d’apprendre la menuiserie que de nous élever à l’état de menuisier.33

  • 34 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes III, La Pléiade, Paris, 1959, p. 118.

34L’honorabilité de la condition d’artisan sera une garantie contre la pauvreté. Pour Jean-Jacques, l’artisan est « le métier le plus indépendant de la fortune et des hommes ». Il se souvient de la scène merveilleuse, qui semble le rassurer – puisqu’il la joue par son travail de copiste –, de son père travaillant à son établi d’horloger : « Je le vois encore vivant du travail de ses mains, et nourrissant son âme des vérités les plus sublimes. Je vois Tacite, Plutarque et Grotius mêlés devant lui avec les instruments de son métier. »34

35En nous référant à Plutarque, rappelons-nous que ce dernier explique dans sa Vie de Lycurgue que, lorsque les convives quittent la table, ils partent dans les ténèbres. Cette marche sans lumière nous rappelle Bossey et le presbytère, à la nuit noire, lorsque Jean-Jacques, pré-adolescent, traverse la cour devant l’église pour aller chercher la bible du pasteur Lambercier oubliée sur l’autel.

36Le métier devient pour Jean-Jacques Rousseau occasion de parler des artisans et de leur amour du travail. À la manière de ce luthier et de ce charpentier que Bernard Tirtiaux nous présente et qui, lors d’une rencontre, trouvent les mots pour évoquer :

  • 35 Bernard Tirtiaux, Les sept couleurs du vent, Paris, Denoël, 1995, p. 25.

Gouges, planes, guillaumes, égoïnes, ils sont intarissables quand il est question d’affûtage et d’émorfilage. L’un défend certaines trempes anglaises, l’autre, bien sûr, les bons aciers de Tolède. Question essences, chacun fait l’apologie de ses bois de prédilection, comme on vante les qualités de sa progéniture.
– Le chêne des Vosges a une belle fleur et une maille bien serrée, dit le charpentier.
– Le cèdre est un bois léger et musical, explique le luthier.
Quand ils évoquent buis, ébène et autres bois précieux, les mots leur coulent de la bouche comme des pièces d’or.35

  • 36 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 394.

37Jean-Jacques Rousseau ajoute à l’attrait d’un métier et à l’utilité d’une activité sociale, la connaissance grâce au savoir des philosophes. En une phrase, connaissance philosophique et savoir artisanal se conjuguent, dessinent une transversale et projettent une nouvelle lumière sur la personnalité d’Isaac. « Je veux un vitrail de fraternité douce, de conciliation délicate entre les heures, les pierres et les sources de clarté, un baiser du Ciel aux choses et aux gens, des lèvres tendues. »36

  • 37 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Tallendier, 1989, p. 404.

38Jean-Jacques, modèle lucide et scrupuleux dans l’art du travail autobiographique et conteur de sa propre existence, ne poursuivrait-il pas à sa manière le récit commencé par son père lui lisant, jusqu’aux lueurs du petit matin, dans l’appartement du 40 Grand-Rue ? Nous retrouverons une circonstance identique lorsque Jean-Jacques Rousseau commence ses lectures publiques devant un auditoire choisi. Il « décide en décembre 1770 et jusqu’en mars 1771 d’organiser des lectures des Confessions. Réunis en demi-cercle, des auditeurs regardaient avec étonnement ce petit homme en perruque ronde, dans un habit de roturier, sans rubans ni galons, la voix peu à peu affermie et les yeux étincelants. La première séance, rapporte Dorat, dura 18 heures, de neuf heures du matin jusqu’à trois heures après minuit, à peine coupée de deux brèves interruptions pour le repas, et la voix de Rousseau ne faiblit pas un instant, sauf pour raconter l’abandon de ses enfants. [...] Il ne put poursuivre l’expérience. Le 10 mai 1771, Mme d’Épinay pria M. de Sartine, le lieutenant de police, d’intervenir. Pouvait-on tolérer les lectures publiques d’un ouvrage où des personnes respectables étaient directement mises en cause ? »37

  • 38 Claire Elmquist, Rousseau, père et fils, Odense, Odense University Press, 1996.

39Instant magique où Jean-Jacques Rousseau conteur, instruit par son père, lui-même admirateur des conteurs ottomans, prend le relais dans l’art de dire, apporte son témoignage comme son père, cinquante ans plus tôt, qui, oubliant l’heure avancée, enflammait l’imagination de Jean-Jacques. Alors s’illuminaient les jardins de Constantinople, alors se pressaient, dans ces minuscules cafés, des habitants venus des quartiers alentours. Isaac raconte à son fils des histoires extraordinaires. Jean-Jacques, lecteur précoce, lit les ouvrages de la bibliothèque familiale, il se prépare à puiser dans les récits de son père cette étonnante faculté de conter, de raconter, de se raconter. Ultérieurement, nous examinerons plus attentivement les circonstances particulières qui rassemblent, Rousseau, père et fils, pour reprendre le titre d’un livre de Claire Elmquist38. Rousseau père, dans le quartier de Péra, suit en spectateur attentif une pantomime associant la théâtralisation d’un récit, la créativité dans la narration et l’envoûtement des spectateurs. Imaginons Isaac accoutumé à ces événements au cours de son séjour, recherchant l’ambiance particulière de ces fêtes en groupes, intrigué par la performance des conteurs, reprenant pour son plaisir une à une les étapes de ce spectacle insolite et bouleversant, devant un Jean-Jacques avide de mieux comprendre le vécu de son père, devant une Suzanne admirative de son frère grand voyageur et peut-être un François guère à l’aise face à un spectacle destiné à faire survivre une partie des souvenirs ottomans de son père. François ne reste-t-il pas désemparé face à ce père qui, bien malgré lui, fait disparaître Suzanne, si attentionnée jusqu’à son retour au 40 Grand-Rue ? Jean-Jacques, à son tour, organisera en acteur accompli une mise en parole de sa propre vie, une oralisation du récit de son existence, une plaidoirie personnalisée du vrai, une proclamation de son récit de vie. Il œuvrera pour la postérité par la fonction active qu’il donne à son récit, par la volonté de s’impliquer dans la justification autobiographique, par un propos délibéré assurément provocant. Il y a une tentative de se faire entendre par le chemin le plus intime, la voix aux accents pathétiques justifiant le rôle d’acteur et la fonction d’auteur sont indissociables. Il y a une posture associant Suzanne, l’érudite jouant du théorbe, et Isaac, le voyageur écoutant les contes ottomans. Jean-Jacques assumera le jeu musical de l’une et la passion de l’autre ; il entrera, pour la postérité, dans un registre d’héritier où une compétence orale et un besoin communautaire lui seront révélés par la confession qu’il livrera aux auditeurs conviés.

40Des récits de Péra que suit Isaac subjugué aux confessions lues dans les salons parisiens par un Jean-Jacques voulant témoigner des circonstances de son existence, une même entreprise, un esprit identique anime leur auteur. Jean-Jacques proclame face aux auditeurs ce qu’il doit à sa famille et aux êtres qui l’on façonné à travers un travail de biographe en création ! Puisse la plaque inaugurée au pied de la tour Galata en souvenir du séjour d’Isaac Rousseau et grâce aux autorités de la Municipalité de Beyoğlu, de la Ville et de l’État de Genève nous donner l’occasion de mieux comprendre la vie d’Isaac à Istanbul, Isaac, ce compagnon horloger qui nous réunit dans la ville qu’il a découverte il y a près de trois cents ans. Pour saluer le père de Jean-Jacques Rousseau, je choisirai comme conclusion la découverte du héros de Nedim Gürsel apercevant à Venise dans l’ombre d’une muraille, une forme.

  • 39 Nedim Gürsel, Les turbans de Venise, Paris, Seuil, 2001, p. 273.

« Il vit la statue d’un homme enturbanné encastrée dans le mur près d’une porte. Il semblait coincé entre la porte et la fenêtre grillagée. Il tenait une boîte dans la main gauche, la droite étant cassée au niveau du poignet. »39

41Au pied de cette tour, dans le vieux quartier de Beyoğlu/Péra, il nous revient d’offrir à notre imagination la force de pouvoir continuer d’inventer la vie du père de Jean-Jacques et la volonté de raconter, grâce aux ressources de notre imagination, l’histoire de Suzanne et d’Isaac !

Notes

1 L’Ambassade de Turquie à Berne précise que le Ministère de la Culture, par l’intermédiaire de la Direction du Musée du Palais de Yιldιz, a confirmé la présence de M. Isaac Rousseau à Istanbul de 1705 à 1711, mais n’a pas pu retrouver son adresse ni aucun autre document le concernant (lettre du 24 octobre 2000).

2 R. Trousson, F. S. Eigeldinger, Rousseau, Jean-Jacques au jour le jour, Paris, Honoré Champion éd., 1998.

3 En consultant le Recueil des baptêmes et des mariages des temples de Saint-Pierre et de l’Auditoire de Genève, recueil conservé aux Archives d’État de Genève,
a) On trouve les 24 prénoms couramment utilisés pour les filles : Suzanne, Suzanne-Marie, Pernette, Françoise, Jeanne, Anne, Marie, Judith, Louise, Sarra, Marthe, Camille, Renée, Dimanche-Louise, Aimée, Christine, Catherine, Andrienne, Elisabeth, Angélique, Marguerite, Henriette, Colarde, Madon, Bemadine. Pour les garçons : Pierre, Jacques, Jean, Louis, David, André, Jérémie, Daniel, Étienne, Philippe, Samuel, Auguste, Barthélémy, Henry, Robert, Ami, François, Paul, Moïse, Honoré, Nicolas, Théodore, Abraham, Matthieu, César.
b) En ce qui concerne les mariages de 1708 à 1712, on recense 50 mariages par année ; soit
1708 : 56 ; 1709 : 37 ; 1710 : 55 ; 1711 : 60 ; 1712 : 44
c) En 1990 et 1991, on compte 1105 et 1118 mariages dans la commune de Genève.
d) On recense 187 baptêmes pour l’année 1712, soit 15 baptêmes par mois.
Image 1000000000000735000003505DD518C7.jpg

4 Il existe une montre créée par David Rousseau (1641-1738) au Musée Patek Philippe, 7 rue des Vieux-Grenadiers, CH 1205 Genève.

5 A. Babel, « L’horlogerie genevoise à Constantinople et dans le Levant du xvie au xviiie siècle », in Étrennes genevoises, 1927, pp. 61 à 74.

6 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 199.

7 Bernard Tirtiaux, op. cit., p. 202.

8 Nedim Gürsel, Les turbans de Venise, Paris, Seuil, 2001, p. 218.

9 Antony Babel, « La Fabrique genevoise », in Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, 10e année, p. 233 ssq. ; p. 399 ssq. et 11e année, p. 61 ssq., p. 181 ssq.

10 Rémy Hildebrand, « À Constantinople, les Genevois s’adonnaient à tous les excès », in La Tribune des Arts, supplément mensuel de la Tribune de Genève, n° 280, avril 2000 (en français et en turc).

11 La fête de l’Escalade, devenue fête patriotique genevoise, commémore, chaque année, la victoire des Genevois sur l’assiégeant savoyard dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602.

12 Antony Babel, « L’horlogerie genevoise à Constantinople et dans le Levant du xvie au xviiie siècle », in Étrennes genevoises, Genève, Atar éd., 1927, pp. 61-74.

13 Le 28 juin 2002, a été inauguré, au 1er étage de cet immeuble protégé, un « Espace Jean-Jacques Rousseau » destiné à faire connaître la vie et L’œuvre de Jean-Jacques, dans sa maison natale.

14 J.-J Rousseau, Œuvres complètes I, La Pléiade, Paris, 1959, p. 7.

15 Ces tâches multiples nous renvoient aux observations de Boris Cyrulnik relatives aux compétences précoces et qui nous semblent convenir plus particulièrement à celles de Jean-Jacques petit enfant. Cf. Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, O. Jacob éd., Paris, 2001, pp. 244 et 246 : « Les travaux sur la compétence de base du nouveau-né, commencés il y a une vingtaine d’années, servent de point de départ à mille autres observations qui précisent l’objet et renforcent l’idée de l’étonnante précocité des nourrissons. [...] Une voix de femme le calme aussitôt, mieux que celle d’un homme, mais moins bien que celle de sa mère, comme si le son n’était déjà plus un bruit dans un monde de nouveau-né. Façonné par le dialogue préverbal, il apprend très tôt la forme de ce qu’il écoute, car la musique de la langue maternelle imprime dans ses structures nerveuses une aptitude à percevoir certains phonèmes mieux que d’autres. [...] La simple exposition passive à la langue maternelle durant les six premiers mois permet aux tout-petits d’apprendre et de repérer les différentes catégories de sons parlés, comme une musique. [...] En fait, il ne faut plus chercher une cause qui provoquerait un effet. Il vaut mieux étudier autour du nourrisson un réseau de causes multiples disposant les mailles et les tuteurs de développement où les forces intérieures du petit le pousseront à se façonner. »

16 J.-J., Rousseau, op. cit., I, p. 8.

17 J.-J., Rousseau, op. cit., I, p. 11.

18 J.-J. Rousseau, Essai sur l’origine des langues, Paris, A. G. Nizet, 1970, p. 165.

19 J.-J. Rousseau, loc. cit.

20 Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards, Paris, Odile Jacob, 2001, p. 246.

21 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 172.

22 M. Lemay, « Le rôle des grands-parents au sein de la famille », in Prisme, n° 29-1999, p. 76.

23 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, le deuil éclatant du bonheur, Paris, Tallendier, 1989, p. 104.

24 J.-J. Rousseau, Lettre à d’Alembert, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 248.

25 J.-J. Rousseau, Correspondance I, Paris, Firmin-Didot, 1883, p. 440.

26 Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, R. Trousson et F. S. Eigeldinger, Paris, H. Champion, 1996, pp. 360-365.

27 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 462.

28 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 199.

29 Information communiquée par les Archives du Musée historique de Nyon.

30 Rémy Hildebrand, « Jean-Jacques Rousseau et Confignon », in Confinfo, n° 25, juin 2002, à l’occasion de l’inauguration d’une plaque en souvenir de la rencontre de J.-J. Rousseau et du curé Benoît de Pontverre, le 16 septembre 2001.

31 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes I, La Pléiade, Paris, 1959, p. 55.

32 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 228.

33 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 261-262.

34 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes III, La Pléiade, Paris, 1959, p. 118.

35 Bernard Tirtiaux, Les sept couleurs du vent, Paris, Denoël, 1995, p. 25.

36 Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière, Paris, Denoël, 1993, p. 394.

37 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Tallendier, 1989, p. 404.

38 Claire Elmquist, Rousseau, père et fils, Odense, Odense University Press, 1996.

39 Nedim Gürsel, Les turbans de Venise, Paris, Seuil, 2001, p. 273.

Table des illustrations

Titre Isaac Rousseau
Crédits Collection du Comité européen J. -J. Rousseau
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Rinceaux de fleurs d’été
Légende Montre de carrosse de forme bassine avec sonnerie au passage de l’heure mouvement signé David Rousseau (1641-1738), grand-père de Jean-Jacques Rousseau (Genève, vers 1665/70, argent, laiton doré)
Crédits Musée Patek Philippe, inv. S-320 © Patek Philippe Museum, Genève
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Rinceaux de fleurs d’été (verso)
Légende Montre de carrosse de forme bassine avec sonnerie au passage de l’heure mouvement signé David Rousseau (1641-1738), grand-père de Jean-Jacques Rousseau (Genève, vers 1665/70, argent, laiton doré)
Crédits Musée Patek Philippe, inv. S-320 © Patek Philippe Museum, Genève
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search