Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Préface de l’ambassadeur de Suisse en République de Turquie

Walter B. Gyger

Texte intégral

1En l’espace de quelques semaines, on m’a demandé de préfacer deux livres. D’une part, cette publication sur la présence genevoise à Istanbul au siècle des Lumières et plus particulièrement sur Isaac Rousseau, l’horloger du Sérail. D’autre part, la traduction turque du recueil « Entre Ankara et Lausanne, la Turquie en route vers l’Europe » de mon ami et adjoint le Dr. Max Schweizer. La lecture de ces deux ouvrages m’a permis de me plonger dans trois cents ans de relations entre la Confédération helvétique et l’Empire ottoman qui s’est transformé en 1923 en République turque. En tant qu’ambassadeur de Suisse en Turquie, je suis très heureux de ces deux publications car tant en Suisse qu’en Turquie, la densité des relations entre nos deux pays est méconnue. Et surtout nos concitoyens respectifs ignorent l’importance d’Istanbul pour les horlogers genevois et l’importance du bassin lémanique pour le mouvement des Jeunes-Turcs et au cours du processus de création de la République turque.

2Aujourd’hui, à l’évocation de la Turquie en Suisse, la majorité de mes compatriotes pensent aux ouvriers turcs et aux requérants d’asile. Nous avons oublié que la Suisse fut pendant longtemps un pays d’émigration. L’exemple d’Isaac Rousseau illustre bien comment les habitants de notre pays cherchèrent pendant longtemps travail et fortune à l’étranger. Par ailleurs, nous ne nous souvenons plus qu’un certain nombre de Suisses, les anabaptistes par exemple, ont été forcés de quitter notre pays pour pratiquer librement leur foi ou pour échapper à son étroitesse et à sa rigueur. La Suisse ne s’est transformée progressivement en un État vraiment libéral qu’à partir de la révolution radicale de 1847, sa prospérité est même plus récente.

3En lisant les documents de la Journée d’étude internationale qui s’est tenue le 28 mars 2002 à Istanbul, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser également aux nombreux Turcs qui séjournent dans notre pays. Dans un texte fort intéressant de Mustafa Albayrak, publié dans le livre du Dr. Max Schweizer sous le titre « Genève – Centre conspirateur », l’importance de Genève pour le mouvement des Jeunes-Turcs est bien décrite. Pendant la période de 1870 à 1901, 22 journaux de l’opposition ottomane y sont même publiés. Aucun autre pays européen n’avait un nombre aussi important de publications ottomanes. Mustafa Albayrak a écrit que les Jeunes-Turcs préféraient Genève à Paris, Londres ou Bruxelles, car ils y jouissaient de plus de libertés qu’ailleurs.

4Depuis cette période, de nombreux Turcs ont fait leurs études en Suisse romande. Dès lors, personne ne fut étonné que les leaders de la future République aient donné leur consentement pour renégocier l’accord de paix à Lausanne, ville d’un pays neutre qu’ils connaissaient et admiraient. Si nous considérons également les accords de Montreux sur les Détroits en 1936, nous pouvons dire que le bassin lémanique est devenu une sorte de berceau de la République turque. La reprise du code civil suisse par la jeune République y contribua également.

5Le grand nombre de thèses publiées par des étudiants turcs en Suisse témoigne que notre pays continua pendant de nombreuses années à être un endroit privilégié pour l’éducation et la formation de la jeune élite turque. D’ailleurs beaucoup d’entre eux y restaient et cherchaient, à l’instar d’Isaac Rousseau, emploi et prospérité dans notre pays. C’est bien plus tard, dans les années septante, que sont venus les ouvriers et ensuite les requérants d’asile. Aujourd’hui l’intégration des quelque 80 000 Turcs en Suisse et des 30 000 double nationaux peut être considérée comme exemplaire.

6Avec le rapprochement accentué de la Turquie vers l’Europe et l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Union Européenne, il se pourrait qu’en Suisse nous apprenions à redécouvrir non seulement l’importance, mais aussi l’affection qui ont longtemps caractérisé nos relations. Ainsi, le cercle des échanges initié entre autres par Isaac Rousseau pourrait être bouclé. Une nouvelle période d’intenses échanges entre nos deux pays pourrait contribuer à notre épanouissement économique et culturel. Les touristes suisses sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à jouir de l’hospitalité turque et à découvrir les beautés et les richesses de ce pays.

Auteur

Ambassadeur de Suisse en République de Turquie

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search