Version classiqueVersion mobile

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Préface de l’ambassadeur de la République de Turquie en Suisse

Alev Kιlιç

Texte intégral

1Isaac Rousseau, père du grand écrivain, philosophe et initiateur de nouvelles idées politiques que fût Jean-Jacques Rousseau, a vécu à Istanbul. Il s’établit dans cette ville au passé prestigieux pour y travailler ; il s’imprègne de sa culture et de son histoire de 1704 à 1711.

2La vie fastueuse et les richesses de l’Orient attirent les Européens en mal de gloire, de sensations rares ou de fortune, et Isaac Rousseau, comme bien d’autres artisans de l’époque, s’est mis au service du Palais. Son séjour correspond, à quelques années près, au moment qui porte, dans l’histoire de l’Empire ottoman, le nom d’époque des Tulipes.

3La période des guerres étant terminée, le sultan Ahmed III profite de l’accalmie pour se consacrer à la restructuration de son Empire. Tout d’abord, il réorganise et modernise l’armée. Il s’emploie aussi à l’embellissement d’Istanbul grâce à un urbanisme audacieux et par la construction de prestigieux palais et de fontaines monumentales.

4Parallèlement à cette frénésie du renouveau, la vie économique de l’Empire prend un nouvel essor. C’est ainsi, entre autres, qu’une usine à papier est édifiée à Yalova, ville à proximité d’Istanbul, les ateliers de faïences d’Iznik et de Kütahya reprennent leur activité et une bibliothèque portant le nom du souverain est inaugurée. Ahmed III favorise le travail des poètes ottomans qui créent un genre purement ottoman éloigné de l’influence de l’Orient.

5Depuis la prise de Constantinople en 1453 par Mehmet II, dit le Conquérant, la Sublime Porte témoigne d’une grande ouverture à la culture de l’Occident. De nombreux artistes européens prennent le chemin de la capitale ottomane, fascinés par la luxuriance de l’Orient, tandis que les sultans, de leur côté, cèdent volontiers à l’attrait des œuvres d’art de facture occidentale ; c’est de ces interactions que se nourrissent, au fil des siècles, des relations culturelles d’une grande fécondité entre l’Empire ottoman et l’Europe.

6Bien des domaines sont concernés par ces échanges : musique, peinture, architecture, belles lettres, artisanat... D’autre part, le dialogue va se développer, chaque fois que les circonstances le permettent, sur le terrain des relations politiques et des emprunts technologiques.

7Intronisé en 1789, à l’heure où la tourmente révolutionnaire s’empare de l’Europe, Selim III jette les bases d’un « ordre nouveau », s’attachant en particulier à la transformation de l’armée qu’il dote d’un corps d’officiers formés avec le concours de la France. On lui doit également l’ouverture des premières ambassades permanentes de l’Empire dans les grandes capitales européennes : Vienne, Paris, Berlin, Londres...

8Son successeur, Mahmud II, va s’engager dans la même voie, prenant à son tour place dans la galerie des souverains réformateurs. Son règne est marqué de changements de grande envergure : abolition du corps des janissaires, démantèlement des structures « féodales » régissant le fonctionnement de l’armée traditionnelle, réorganisation de l’administration centrale et provinciale. Les muftis, qui jusqu’en 1826 constituaient une institution autonome, deviennent à cette date des fonctionnaires du gouvernement. Dans les mêmes années, le pouvoir impérial s’emploie à la modernisation du système des corporations, ouvrant la voie à une progressive adaptation de la vie économique ottomane aux réalités du commerce mondial.

9Le 3 novembre 1839, alors qu’un nouveau sultan, Abdulmecit Ier, vient d’accéder au trône, le « noble rescrit de la maison des roses », connu aussi sous le nom de charte des tanzimat (terme ottoman désignant les réformes), est promulgué. Ce rescrit, qui jette les bases de tout un éventail d’innovations administratives et institutionnelles, ouvre en outre la voie à une transformation radicale de la législation ottomane. L’adoption, en 1840, d’un nouveau code pénal constitue un premier pas vers l’abandon de la charia musulmane comme source principale du droit. Désormais, le mouvement réformateur est inexorablement lancé. Il suit une trajectoire dont l’aboutissement sera, en 1923, la proclamation de la République de Turquie.

10Puisant ses racines dans un processus pluriséculaire d’interaction avec l’Europe, le nouveau régime, sous la conduite de Mustafa Kemal Atatürk, se signale lui aussi, d’emblée, par sa promptitude à réformer, dans un esprit d’ouverture au modèle occidental. Abolition du califat (1924). Adoption d’un Code civil largement inspiré par celui de la Suisse (1926). Remplacement de l’alphabet arabe par l’alphabet latin (1928). Autant de gestes, parmi bien d’autres, à travers lesquels la Turquie vient affirmer, de manière hautement symbolique, son attachement à un ensemble de valeurs qu’elle partage depuis fort longtemps avec l’Occident.

11Admise dès 1856 à participer aux avantages du « concert européen », la Turquie peut légitimement se prévaloir d’avoir contribué à la construction de l’Europe d’aujourd’hui. Membre de la plupart des organisations occidentales –Conseil de l’Europe, OTAN, OCDE, Banque mondiale pour la reconstruction et le développement...–, elle s’est également imposée, depuis la fin des années 1950, comme un des partenaires les plus fidèles de l’édifice politique et économique qui porte aujourd’hui le nom d’Union européenne. C’est dire que sa récente candidature à la pleine intégration au sein de cette communauté s’inscrit dans le sillage d’un parcours qui n’a guère varié.

12En somme, pour en revenir à notre horloger du Sérail, ce n’est pas seulement parce qu’il contribua à façonner l’image que Jean-Jacques Rousseau se faisait de l’Orient que le séjour d’Isaac, père « d’une probité sûre » s’il faut en croire l’illustre citoyen de Genève, mérite de retenir l’attention. Ces quelques années passées dans la capitale ottomane sont également dignes d’intérêt parce qu’elles témoignent, à travers l’exemple d’un modeste horloger genevois venu chercher fortune sur les rives du Bosphore, et de l’ancienneté des rapports entre la Turquie et l’Europe, et de la fécondité de leurs échanges.

13Mes plus vifs remerciements vont aux personnes et aux institutions qui ont conçu et organisé à Istanbul, terre d’accueil d’une communauté horlogère à qui Jean-Jacques Rousseau doit peut-être plus qu’il n’y paraît, une riche journée internationale restituée à travers cette publication. Grâce à la dizaine de contributions rassemblées ici, nous en savons désormais davantage non seulement sur l’époque des tulipes, un des grands moments de la civilisation ottomane, mais aussi sur son pendant européen, dont bien des aspects restent encore à explorer, le siècle des Lumières.

Auteur

Ambassadeur de la République de Turquie en Suisse

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search