Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’horloger du sérail

 | 
Paul Dumont
, 
Remy Hildebrand

Sur les traces d’Isaac Rousseau, père de Jean-Jacques

Rémy Hildebrand

Texte intégral

« Ceux-là ont connu le moutonnement des blés le long des routes de Hongrie, le vent et les loups dans les défilés pierreux des Balkans, l’encombrement et le mercantilisme des ports de Provence, les bourrasques sur la mer, agitant les oriflammes des princes comme autant de langues de feu, Constantinople toute dorée, ruisselante de pierreries et d’yeux crevés, et la visite aux Lieux Saints qu’on se sent un peu sauvé d’avoir vus une fois, même de loin, et dont, si on en revient, on se ressouviendra à son lit de mort ».

  • 1 Margerite Yourcenar, Archives du Nord, Paris, Gallimard, 1977.

1Parlant de ses ancêtres et plus globalement des pèlerins, Marguerite Yourcenar1 nous offre un raccourci géographique saisissant de cette immense région traversée par d’audacieux marchands qui inventent l’avenir qui les attire. Cet attrait s’est exercé également sur Isaac Rousseau. Artisan horloger, marié, installé à Genève, devenu père, il décide de partir tenter sa chance du côté de Péra, dans le domaine de la réparation des horloges et de l’entretien des montres rares, dans une colonie genevoise largement réputée.

2Presque trois siècles plus tard, une délégation internationale accueillie au Palais de France s’est donné pour mission de mieux comprendre le séjour du père de Jean-Jacques Rousseau, dans ce quartier européen d’Istanbul, de 1705 à 1711. Cette première journée d’étude a bénéficié du soutien généreux d’organismes tels que Pro Helvetia, Présence suisse, la Ville et l’État de Genève, ainsi que de l’appui sans faille du Consulat général de Suisse à Istanbul et de l’Ambassade de France en Turquie. Qu’ils en soient remerciés ici.

3Il existe tant d’ouvrages savants sur l’histoire d’Istanbul que nous ne pensions pas pouvoir faire œuvre d’originalité. Pourtant, dans le mouvement des idées du Siècle des Lumières, a-t-on mesuré l’influence qu’a jouée Istanbul dans la vie et l’œuvre du « Citoyen de Genève » ? Telle est la question première à laquelle les contributions ont essayé de répondre, et nous nous réjouissons que des aspects de la vie de la congrégation genevoise dans l’Istanbul du xviiie siècle ainsi que le contexte socio-économique qui l’a vue naître soient mieux connus grâce aux quelques textes réunis dans la première partie de cet ouvrage. On essaiera tout d’abord, à travers Isaac Rousseau et un autre Genevois ayant exercé son art sur les rives du Bosphore, le peintre J.-E. Liotard, de faire revivre cette communauté genevoise du Levant avant de retracer les tribulations d’une branche parallèle de la famille Rousseau qui fit souche dans le royaume de Perse.

4La seconde partie, intitulée l’Orient fantasmé, prenant ses distances par rapport aux données historiographiques, évoquera certains parallèles que l’on peut tirer entre l’œuvre romanesque de J.-J. Rousseau et l’expérience vécue sur les rives du Bosphore que son père a partagée avec le fils. Dans une perspective plus générale, certaines communications aborderont la question de savoir comment l’altérité de l’Orienta pu alimenter l’imaginaire occidental, de la littérature de voyage à la réflexion sur les différentes formes du gouvernement des hommes.

5Nous espérons que les échanges de la journée d’étude du 28 mars 2002 auront contribué à mieux comprendre, en les approfondissant, les caractéristiques des liens établis entre la capitale de l’Empire ottoman et la République de Genève. Par leur complexité économique et leurs interactions culturelles, ces liens dispensent un enseignement inépuisable. Le tracé des routes des marchés transcontinentaux ne porte-t-il pas en creux les plans de la Maison Europe ? Les liens établis entre ces deux villes, si différentes par leur histoire, par leur taille, par leurs ressources, par leur religion et par leur organisation politique ont pourtant, en raison de leur complémentarité, favorisé des échanges prometteurs.

6Le système du devchirme, envoûtant rituel d’un monde fascinant, se prolongera peut-être à travers la lecture de ces textes édités grâce à la volonté du directeur de l’Institut français d’études anatoliennes. Ainsi, le génie des voyages se poursuivra à travers de nouvelles modalités et par le partage de richesses qu’apporte la confrontation de disciplines scientifiques distinctes. Mieux connaître Jean-Jacques Rousseau, sa vie et son œuvre, passerait peut-être par le pari de mieux découvrir les conditions de vie de son père dans le monde ottoman qui le subjugue en 1705 ? Isaac Rousseau lui parlera longuement, au cours des veillées passées ensemble dans la maison familiale du 40 Grand-Rue, de son prestigieux séjour à Istanbul comme « horloger du Sérail ».

7Ce livre est une œuvre construite par plusieurs auteurs, professeurs d’université, chercheurs et spécialistes de l’œuvre de J.-J. Rousseau. Il est surtout un outil de travail pour les recherches en cours. Les connaisseurs de la pensée de J.-J. Rousseau auraient probablement souhaité de plus savants développements, les amoureux du monde ottoman voulu admirer une illustration plus abondante. Nous avons délibérément fait la part belle à la production horlogère destinée à l’Empire ottoman, en hommage à l’horloger du Sérail. Nous osons espérer que l’iconographie de l’ouvrage, que trois institutions majeures de Genève, le Musée Patek Philippe, la Bibliothèque publique et universitaire et le Musée d’art et d’histoire, ont eu l’extrême obligeance de nous confier, agrémentera la lecture des pages qui suivent. Notre reconnaissance va particulièrement à un des auteurs, Mme Buyssens, qui a fait preuve d’une infinie patience.

8Reste à reconnaître publiquement notre dette envers Pascal Montandon, digne héritier de ces Genevois qui, en d’autres temps, avaient choisi de s’installer sur les rives du Bosphore. Sans la constance qu’il a mise à collecter, toiletter et polir les textes réunis dans cet ouvrage, celui-ci aurait beaucoup tardé à voir le jour.

Notes

1 Margerite Yourcenar, Archives du Nord, Paris, Gallimard, 1977.

Auteur

Président du Comité européen Jean-Jacques Rousseau

© Institut français d’études anatoliennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540