Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Aspects de l'insularité ottomane aux XVIIIe et XIXe siècles

Être Prince de Samos

désir de légation, imaginaire dynastique et ordre de la carrière chez Étienne et Constantin Musurus

Olivier Bouquet

Texte intégral

Cet article m’offre l’occasion de remercier Sinan Kuneralp à qui je dois beaucoup ainsi que Stéphane Yerasimos, Anne Couderc, Benjamin Lellouch et Karen Leal dont les indications m’ont été précieuses.

  • 1 Étienne Musurus à Constantin Musurus, le 23 mai 1885 (Fonds Musurus 14/63).

« Franchement, mon très cher père, malgré tout mon désir de partager vos idées, il m’est impossible d’admettre que le poste de Rome ne soit pas plus important que celui de Gouverneur de Samos, nonobstant le titre pompeux de “Prince” dont sont affublés les gouverneurs de cet îlot. Devrais-je par hasard me faire illusion au point de m’imaginer que si je suis définitivement rappelé de Rome et envoyé à Samos, c’est parce que le poste de Rome n’est pas assez important pour moi, et ne serait-il pas plus raisonnable de supposer que, si je perds ce poste, c’est plutôt parce qu’on le considère comme trop important pour moi et qu’il est depuis trop longtemps l’objet de la convoitise de plusieurs de nos hauts fonctionnaires ? Le bel avantage pour moi d’aller à Samos pour y risquer ma peau ou pour en être expulsé tôt ou tard comme la plupart, si je ne me trompe, des Gouverneurs de cette île, sans compter que ce serait vraiment bien triste pour une jeune femme comme Marie d’aller croupir dans un village1 ! »

  • 2 Soit Stefanos ou Istefanaki, hypocoristique particulièrement en vigueur chez les Rum d’un certain r (...)
  • 3 Pour des éléments biographiques sur Constantin Musurus, on consultera Kuneralp, « Bir Osmanlı Diplo (...)
  • 4 On ne trouvera aucune information précise sur Étienne Musurus dans les Sicill-i Ahvâl (dorénavant S (...)

1Étienne2 Musurus, né en 1841, se confie le 23 mai 1885 à son vieux père, Constantin Musurus, né en 1807, ambassadeur ottoman à Londres depuis 18513. Il en a l’habitude : les deux hommes sont des proches qui correspondent beaucoup. La complicité père-fils s’est doublée d’une relation professionnelle : pendant vingt ans, Étienne a eu son père pour supérieur hiérarchique ; piloté par lui dans sa carrière, d’apprenti non rémunéré en ambassade au poste de premier secrétaire, il a franchi échelons et grades, pour être nommé à son tour chef d’une légation4.

  • 5 Le prince, hegemon en grec (Soucek, « Sisam », p. 708) figure dans les sources ottomanes aussi bien (...)

2Lorsqu’il écrit ce texte, il est en poste à Rome depuis quatre ans. Mais il se trouve momentanément à Istanbul. Le Sultan l’y a convoqué à la fin de l’année 1884, sans toutefois le démettre de ses fonctions. Depuis plus de six mois, le pauvre homme patiente tant bien que mal, n’ayant pu obtenir d’être reçu au Palais. Aussi conjecture-t-il sur son avenir, avec force appréhensions. Ce d’autant que les rumeurs circulent à son sujet. Parmi celles-ci, il serait question d’une nomination à Samos, beylik autonome depuis 18345.

3Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Étienne n’est guère enchanté par cette perspective qui figure à ses yeux comme une forme d’insularisation imposée. Son père, en revanche, ne considère pas l’affaire d’un œil défavorable : un poste plus prestigieux que l’ambassade de Rome, une principauté, voilà qui ne se refuse pas. Entre Étienne qui semble faire la fine bouche et Constantin dont je précise qu’il fut, au tout début de sa carrière, représentant du Prince de Samos, s’élabore un discours sur les hiérarchies et les prestiges où perce un désaccord au sujet de l’importance du principat samien dans l’échelle des carrières.

4Or ce débat entre père et fils, je ne me l’explique pas complètement. Comment en effet comprendre que ces deux diplomates dont les carrières se sont modelées sur des échelles semblables de fonctions et de grades, dont la connaissance du monde des hauts dignitaires est pareillement élaborée, dont la consanguinité des esprits, pour reprendre une expression proustienne, dépasse et enrichit la relation filiale, puissent opposer des perceptions aussi différentes ? Serait-ce parce que les postes et les dignités, dans le monde ottoman comme ailleurs, loin d’être uniquement des formes agrégées de salaire, de rang et de fonction, loin d’être des positions fixes dans une hiérarchie définitivement établie, fonctionnent sur des échelles évolutives auxquelles viennent sans cesse se greffer de nouvelles fonctions, de telle sorte que les perceptions qu’en ont les acteurs évoluent, de telle sorte plus précisément qu’en 1885, alors que Constantin achève sa carrière, le principat samien n’a peut-être pas le prestige qui le recouvrait en 1834 lorsqu’il la débutait ? À moins que l’ordre des désirs ne s’accorde pas momentanément chez l’intéressé à celui de la carrière, que ce qui devrait être en toute logique collectivement préférable ne soit pas individuellement désirable.

5Si c’est le cas et si l’ottomaniste est soucieux de définir au mieux la position samienne dans la carrière ottomane, il lui faut alors d’une part éclairer ces discours contradictoires à la lumière des carrières de ceux qui les formulent ; d’autre part les confronter à l’étude de ceux qui ont occupé le poste dont il s’agit ici. Puisque c’est cette question qui m’intéresse ici, je suggère d’inscrire les propos d’Étienne dans la trame de ses ambitions et de ses désirs ; de les confronter aux arguments de son père, dont on verra en quoi ils relèvent des aspirations qu’il nourrit pour la carrière de son fils autant que du regard que le vieux diplomate porte sur sa propre trajectoire ; pour enfin tirer ces deux points de vue hors de l’univers des perceptions biographiques individuelles et déterminer, par le recours à une microprosopographie des princes samiens, lequel de ces deux regards correspond le plus justement aux réalités ottomanes.

Musurus Fils : perspective d’insularisation, perception de relégation, désir de légation

  • 6 Sturdza, Grandes familles, p. 362.

6De cet État ottoman qu’il représente, Étienne Musurus ne connaît que les légations et ambassades européennes. De l’Empire, il ne connaît qu’Istanbul, la maison de famille d’Arnavutköy édifiée en 18606, où il n’a séjourné en tout et pour tout que quelques mois, à l’occasion de rares visites. Il n’a vraiment vécu que dans les grandes capitales, accompagnant le chef de famille au gré des nominations de celui-ci : né à Athènes où il a vécu jusqu’à l’âge de sept ans, après un bref passage à Vienne il a séjourné pas moins de trente ans à Londres. Puis il a été nommé à Rome.

  • 7 Fonds Musurus 12/153, lettre datée du 15 septembre 1863.
  • 8 Du moins à cette époque. Il acquiert sa pratique par la suite ainsi que le signale l’une de ses not (...)
  • 9 « Je vous avouerai donc que, si j’avais à choisir entre un poste à Constantinople et une Mission di (...)
  • 10 Soucek, « Sisam », p. 708.
  • 11 Cuinet, La Turquie d’Asie, p. 498.

7Ayant baigné toute sa vie dans le milieu diplomatique, cet Européen dont le père se plaît à dire qu’il « a reçu une éducation tout à fait anglaise »7, qui n’a d’ottoman que la citoyenneté et l’ambition de servir son souverain, qui dit ses difficultés à comprendre le turc8, qui affiche ailleurs sa préférence pour les missions diplomatiques9, n’est en rien attiré par ce soi-disant « îlot » des Sporades orientales. Il est vrai que Samos n’est pas bien grand avec ses 468 km2 de superficie10. Les enfants à venir d’Étienne auraient vite parcouru sa longueur de 42 km, sa plus grande largeur de 21 km11. Encore, pas dans les calèches dans lesquelles Étienne était promené tout jeune autour de Hyde Park ou de Kensington Gardens. Mais à dos de mulet, car les chemins de Samos, à la différence des avenues londoniennes, ne sont pas carrossables.

  • 12 Ibid., p. 500.
  • 13 SA 10/757 et SA 80/293, ‘Ali Nüsret Pacha. La demande est adressée le 12 S 1318 (12 juin 1900) ; la (...)

8Samos n’est pourtant pas dépourvue de charme : le climat y est salubre « quoi qu’en aient pu dire certains voyageurs dont les récits, très exagérés, sont complètement en désaccord avec les anciens auteurs, Strabon, Pline, Hérodote, etc., d’après lesquels aucun ciel n’était plus clément que celui de Samos, nul air plus pur que celui qu’on y respirait »12. D’aucuns ne se feraient pas prier pour obtenir pareil poste : Ali Nüsret Paşa par exemple qui, quelques années plus tard, dit souffrir atrocement du climat au Yémen où il est gouverneur. Bien loin de sa Crète natale, Ali Nüsret écrit au Sultan qu’il veut revoir sa Méditerranée, qu’il accepterait n’importe quel poste d’un sancak de la côte égéenne. Et le serviteur d’attendre quatre ans avant que l’on consente finalement à le nommer à Dedeağaç, dans le vilayet d’Edirne13.

  • 14 De ce renouveau participe la création d’un dispositif scolaire : en 1837 est fondée une école centr (...)
  • 15 Une notice d’états de service informe qu’il a suivi des cours de littérature grecque et latine, d’h (...)
  • 16 Cuinet, La Turquie d’Asie, t. 1, p. 500.
  • 17 Créée en 1858, l’école des filles est dirigée par Sappho Léontias, l’une des femmes les plus cultiv (...)
  • 18 Ou le consul anglais qui n’a à protéger les intérêts que de trois ou quatre sujets de Sa Très Graci (...)

9D’autre part, on pourrait croire que le serviteur rum qu’est Étienne serait satisfait de vivre dans l’une des rares îles ottomanes animée d’un véritable renouveau philhellène, avec entre autres son syllogos14. Mais, pour Étienne qui semble connaître aussi bien, peut-être davantage, le grec ancien que le grec moderne, qui correspond avec son père en français, qui a été étudiant dans les universités françaises15, y a-t-il de quoi se réjouir à l’idée de fréquenter les quelques philologues diplômés de l’Université d’Athènes16 ? Il y aurait certes pour ses enfants le gymnase et sa bibliothèque de 3000 volumes, pour ses filles une école renommée17. Mais c’est à un précepteur qualifié et importé d’Europe qu’on les confierait plutôt qu’à l’école de quartier. Et puis leur mère aurait le temps de s’occuper de l’éducation de la progéniture Musurus. Loin d’être mobilisée par l’organisation de réceptions du type de celles qu’elle avait l’habitude de donner à Rome et n’ayant plus à accueillir que les quelques consuls de l’île dont seul le Grec est diplomate de carrière18.

  • 19 La population de l’île dans son ensemble est à la fois modeste et stable, contrairement à ce qui s’ (...)
  • 20 Selon les chiffres des deux recensements de la fin du xixe siècle, Alexandrie compte 231 396 habita (...)
  • 21 En août 1884 (Fonds Musurus 14/198).
  • 22 On retrouve la famille dans la thèse de Robert Ilbert, sous le nom « Antoniadis » (Ilbert, Alexandr (...)
  • 23 Fonds Musurus 14/198.

10Que l’on imagine Marie dont il est question ici : ce serait, dit son époux, « bien triste de croupir dans un village ». Il est vrai que la société insulaire de la capitale Vathy de Samos avec ses 3 500 habitants19, ce n’est pas la « communauté citadine » d’Alexandrie20 où la jeune femme vécut avant que d’épouser Étienne l’année d’avant21. Le « jeu multiple de l’appartenance » (pour reprendre une formule de Robert Ilbert) n’en est certainement pas un caractère aussi saillant. Que l’on imagine Marie Musurus née Antoniadès22 : elle n’avait probablement pas prévu de dépenser ailleurs que dans les capitales européennes la somme de 50 000 francs de rente annuelle versée comme dot par son père23, l’un des plus riches banquiers d’Alexandrie, contre le prestige du nom Musurus dont la généalogie connue remonte au xie siècle doublé de celui du sceau d’ambassadeur.

  • 24 Miltyadi Aristarchi, nommé en 1273, perçoit 17 500 piastres (SA 3/378) ; Aleksander Karateodori, no (...)

11Autant de raisons jouant chez Étienne qui s’ajoutent à des critères moins personnels : la difficulté du poste – il a raison de souligner que les missions des princes se concluent mal – et un traitement largement inférieur à celui de l’ambassade romaine, même si les frais d’intendance sont nettement moins élevés24. Autant de raisons pour lesquelles Étienne se dit être en désaccord avec son père. Ce père, justement, qu’en pense-t-il ?

Musurus Père : l’imaginaire dynastique d’un ancien Samien

12Constantin Musurus n’est pas de l’avis de son fils. Je ne dispose pas du document qui est à l’origine de cette lettre. Aussi m’est-il difficile de connaître dans le détail les raisons que cet habile rhétoricien avance. Toutefois, il est possible d’une part d’imaginer sa position à partir d’une lecture du début du texte : « Franchement, mon très cher père, malgré tout mon désir de partager vos idées, il m’est impossible d’admettre que le poste de Rome ne soit pas plus important que celui de Gouverneur de Samos, nonobstant le titre pompeux... » D’où je déduis :

  1. que le vieux diplomate considère que le poste de Samos est plus important que celui de Rome ;

  2. qu’il a sans doute intégré l’argument du titre à son propos : si le représentant à Rome est ambassadeur, le gouverneur de Samos est prince.

13D’autre part, il est envisageable, à partir du croisement des informations du document ci-après et de la connaissance que nous avons de la carrière de Constantin, d’imaginer certaines de ses raisons. Ce document évoque Musurus dans ses premières fonctions d’importance, alors qu’il était au service du premier prince de Samos, Stéphane Vogoridès, lequel est devenu par la suite son beau-père. Constantin en est probablement l’auteur.

  • 25 Fonds Musurus 26/95, non daté.

« En 1834, la Sublime Porte s’était obligée d’envoyer à Samos une flottille sous les ordres de l’amiral Hassan Bey pour soumettre les Samiens qui refusaient de se conformer aux décisions des trois cours, d’après lesquelles cette île devait être restituée à l’Empire ottoman. Il fut chargé par Son Altesse le Prince de Samos, Étienne Vogoridès, de se rendre à Samos sur la même flottille afin de coopérer du but de cette indécision en tâchant d’amener les Samiens par la persuasion et par une médiation conciliatrice à faire leur soumission sans résistance et sans que l’amiral fût réduit à recourir à l’emploi de moyens coercitifs. Malgré les difficultés dont cette mission délicate était entourée, il s’en acquitta honorablement ; ses efforts furent couronnés d’un plein succès et l’île de Samos passa sous la domination de la Sublime Porte pacifiquement et sans effusion de sang. Après la soumission de Samos, il s’appliqua à organiser le gouvernement de cette principauté naissante sur des bases constitutionnelles et conformément au Règlement organique octroyé aux Samiens par la Sublime Porte avec l’assentiment des trois cours ; il gouverna l’île jusqu’en 1837 en qualité de lieutenant du Prince à la satisfaction de ses administrés et les assemblées générales élues et convoquées annuellement, ainsi que le Sénat de Samos votèrent à l’unanimité des adresses exprimant à leur gouvernement l’amour et la reconnaissance du peuple samien. En récompense de ces services, Sa Majesté le Sultan Mahmoud conféra à Musurus la décoration de Nichan-Iftihar25. »

  • 26 The island of Sisam (Samos) became remarkable du ring the Greek Rébellion1821, as the Corsairs o (...)
  • 27 SA 4/466, Salih Paşa.
  • 28 En 1257 (SA 3/500).
  • 29 Il y retourne en mission d’inspection trente ans plus tard, en 1880 (SA 3/596, Ahmed Rasim Paşa). L (...)
  • 30 SA 3/72, Şerif Mehmed Rauf Paşa ; Ergin, Istanbul Şehreminleri, p. 193.

14On appréciera le caractère hagiographique de ce texte probablement destiné à une revue littéraire autant qu’on trouvera des raisons à ce que Musurus incite son fils à accepter le poste de Samos. La première raison est liée – je crois – à la biographie de Constantin. C’est à Samos qu’il a fourbi tout jeune ses premières armes. À l’instar de bien d’autres serviteurs, il a trouvé dans cette mission une occasion de s’illustrer. Car les îles ottomanes sont des lieux privilégiés de révolte – Étienne semble ne pas l’ignorer qui dit sa crainte d’y « risquer [sa] peau » – et donc de mission de conciliation ou de répression26. Nombreux sont les pachas, les hommes à poigne, les « détenteurs du pouvoir » (erbab-i iktidar) – ainsi qu’ils sont présentés dans les Sicill-i Ahvâl27 – qui s’y distinguent. À Samos précisément. Trois exemples parmi d’autres : Ahmed Vesim y est envoyé tout jeune marin pour des manœuvres de la flotte impériale menée par le kapudan-i derya Tahir Paşa en 184128 ; Ahmed Rasim, en mission politique après des troubles survenus en 184929 ; Şerif Mehmed Rauf Paşa y écrase une révolte juste avant la Révolution de 190830.

  • 31 Le statut de Samos est fixé par le Traité de Constantinople du 21 juillet 1832 (23 S 1248) excluant (...)
  • 32 Soucek, « Sisam », p. 709.
  • 33 Il s’agit de la Boulé (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 422) ou « Conseil composé de membre (...)
  • 34 Il n’était pas prince de Samos. Vogoridès l’était qui résidait à Istanbul. En vertu des statuts de (...)

15Mais Constantin Musurus, lui, a fait plus que ces hommes de mission. Il a été le principal artisan de la mise en place d’un statut particulier dont il donne une description dans ce texte31 : une principauté administrée par une chambre de trente-sept députés élus par le peuple des Samiens32, un Sénat présidé par le Prince33, une législation grecque, un budget voté par l’Assemblée et approuvé par décret princier. À tout cela, à la mise en œuvre d’un mode de fonctionnement grec dans le cadre d’une souveraineté ottomane, Musurus, Rum originaire de Crète, a contribué34. On imagine la satisfaction du jeune serviteur qui n’avait pas alors atteint sa trentième année.

  • 35 La transmission du prénom Stéphane du grand-père au petit-fils semble symboliser l’alliance entre l (...)

16Mais il y a probablement plus dans les motivations de l’ambassadeur que cette empreinte du souvenir. Ce qui intervient davantage, sans doute, c’est un désir d’un père pour son fils. Un double désir. Un désir de carrière bien sûr : Constantin conjecture sans doute qu’Etienne redeviendra ambassadeur. Peut-être imagine-t-il son fils à Londres comme lui. Mais le moment n’est pas venu. D’une part, Constantin occupe lui-même le poste et entend y rester. D’autre part, rien à Istanbul ne laisse croire qu’on le remplacerait par son fils. Autant attendre, donc. En outre, Constantin qui n’a pas eu l’occasion d’être prince de Samos, à la différence de son frère Pavlos, en forme le projet pour son fils. Si le gendre qu’il est n’a pu succéder à son beau-père, comment ne pas se féliciter qu’un petit-fils comme Étienne emprunte les traces de son grand père Vogoridès et de son oncle Pavlos ? Mais encore : je soupçonne Constantin de projeter sur cette nomination la vision dynastique d’un homme qui a sa carrière derrière lui et qui se soucie de la lignée à laquelle il appartient35. J’en viens à une troisième raison.

  • 36 « La famille de Musurus est établie en Crète depuis le onzième siècle. Léon Musurus fut un des douz (...)

17Les Musurus ont la particularité d’être une famille noble dans un Empire qui n’admet pas officiellement le principe de transmission héréditaire des charges, notamment dans les règles de succession des beylik ottomans de Samos, de Moldavie ou de Valachie. Si cette famille ajoutait Étienne à la liste des princes, elle contribuerait à enrichir son blason d’une succession inscrite dans l’histoire. Plus précisément : opérant la jonction, au travers des âges, entre l’île dont ils sont issus (la Crète) et l’île qu’ils gouvernent (Samos), les Musurus donneraient une forme ottomane, insulaire, à leur noblesse pré-ottomane (ils existaient comme famille noble avant que l’Empire ne naisse)36, à leur noblesse extra-ottomane (leur appartenance dynastique trouve son mode de fonctionnement dans un monde élitaire certes, mais situé en marge de celui des élites ottomanes). L’idée n’est pas incongrue : aujourd’hui encore les grandes familles grecques anciennement ottomanes s’honorent de leur passé samien. Dès lors, ce qui en est jeu dans la discussion ne se limite certainement pas au « prestige du titre » : peut-être Musurus père se place-t-il dans l’hypothèse d’une autonomie à venir, voire d’un royaume de Samos dont pourrait hériter sa famille ? Peut-être rêve-t-il de profiter de la politique des puissances en faveur de la constitution d’autonomies locales dont la Roumélie orientale est depuis 1878 un exemple, pour faire de Samos le lieu d’un nouvel « hégémonisme », le symbole d’une reconquête du pouvoir phanariote anéanti depuis 1821, le théâtre d’une hellénisation progressive, par l’intérieur, de l’Empire ottoman autour du patriarcat et l’intelligentsia rum constantinopolitaine.

  • 37 Bourdieu (éd.), La misère du monde, p. 11.
  • 38 Par processus d’éviction j’entends ce que E. Goffman a conceptualisé comme cooling out (Goffman, «  (...)

18Étienne est en revanche loin de se soucier des questions de continuité dynastique. Dans « son désir de partager [les] idées » de son père, peut-être adhère-t-il effectivement à un projet néo-phanariote, à la conception d’une territorialisation d’une noblesse de service comme vecteur d’héllénisation de l’empire. Mais le fait est qu’il n’inscrit pas Samos dans sa projection de carrière : il ambitionne d’être premier violon dans l’orchestre diplomatique et on lui offre une place de contrebassiste chez les provinciaux insulaires. Aussi comprend-on son dépit. Mais ce dépit est-il fondé ? Ce qu’il considère être, selon la formule de Pierre Bourdieu, une « misère de position »37, voire comme la première étape d’un processus d’éviction38, ne l’est-il pas que dans son esprit, que dans l’ordre de ses désirs ? Pour le savoir, penchons-nous sur les carrières de ceux qui ont occupé le poste de Samos.

  • 39 Les données du tableau ci-après sont largement incomplètes au stade d’aujourd’hui. Ne figurent pour (...)

19De la création du beylik au lendemain de l’écriture de la lettre d’Étienne, l’île a compté neuf princes39.

Les princes samiens : l’ordre de la carrière

  • 40 Je reprends les transcriptions onomastiques et les dates de nomination telles qu’elles figurent dan (...)
  • 41 Dans les Sicill-i Ahvâl, le nom Vogorides (ou Vogoridis) se lit Vogoridi (Yanko Fotyadi Paşa, SA 26 (...)
  • 42 « Alexandre Gallimachi » ou en grec « Alexandros Kallimachis ». Fils de Scarlate Gallimaki, prince (...)
  • 43 Ainsi que le fait Davison (« Ottoman Embassies »), je traduis büyük elçi par « ambassadeur » et ort (...)
  • 44 Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 86 ; Mehmde Süreyya, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. (...)
  • 45 SA 3/378.
  • 46 Il s’agit d’un hypocoristique de Pavlos, Paolo (Sturdza, Grandes familles). De la même façon, Nicol (...)
  • 47 Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 44. Mehmed Süreyyâ, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p.  (...)
  • 48 « Constantin Adossides » (Sturdza, Grandes familles, p. 151). « Costaki Pacha Adossides » (Ma’lûmat(...)
  • 49 Malûmat, II, Istanbul, 1311, p. 137, p. 139 ; Nevsal-i Servet-i Fünûn, III, Istanbul, 1313, p. 92-3
  • 50  « Constantin Photiades » (Sturdza, Grandes familles) ou Fotyadi, comme un autre membre de la famil (...)
  • 51 Il y a là une incertitude. Selon Sinan Kuneralp (Son dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 54), Adosidè (...)
  • 52 « Alexandre Caratheodori » (Sturdza, Grandes familles).
  • 53 SA 18/257. Aleksander Karateodori Paşa est nommé le 9 Ş 1302 (24 mai 1895), le lendemain de la lett (...)

Nom40

Date de nomination

Fonctions antérieures (recrutement)

Fonctions postérieures (destinée)

Stefan Vogorides41 Bey

Sept. 1833

Aleksander Kalimaki Bey42

Nov. 1852

Ambassades : Londres, Paris (ministre)43

Ambassade : Vienne (ministre puis ambassadeur)44 Grade bâlâ.

Jan Gika Bey

Mars 1854

Ambassadeur roumain à Londres

Miltiades Aristarchi Bey45

Avril 1859

Membre du Conseil supérieur des ordonnances judiciaires, puis du Conseil d’État ; gouverneur (mutasarrif) : Laşid, Isfakia, Sakiz

Pavlaki46 Musurus Bey

Janv. 186447

Secrétaire au ministère des Affaires étrangères ; ticaret-i bahriye reisi ( ?) Membre du Conseil supérieur des ordonnances judiciaires

Membre du Conseil d’État. Grade bâlâ Vice-président de la Commission des travaux publics

Kostaki Adosides Paşa48

Sept. 1873

Secrétaire d’ambassade à Vienne et à Athènes ; Chargé d’affaires à Athènes ; membre de la suite d’Ali Paşa aux Congrès de Vienne et de Paris ; Directeur du bureau de traduction au Conseil supérieur des réformes ; gouverneur de Laşid

Grade bâlâ ; Sous-secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères ; Président de la Commission des travaux publics ; Sous-secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur ; grade de vizir ; Gouverneur général de Crète49 (1)

Kostaki Fotiadis Bey50

Mai 1874

Gouverneur général de Crète

Kostaki Adosides Paşa

Mars 1879

Voir (1)

Gouverneur général de Crète ( ?)51

Aleksander Karateodori Paşa52

Mai 188553

Ambassade (Rome). Ministre des Affaires étrangères

Gouverneur général de Crète

  • 54 Ceci fait de Samos un cas proche de celui du Liban. De ce fait, il serait intéressant, ainsi que me (...)

20Étienne est rum, d’une grande famille s’il en est. Or, les princes sont tous rum. Une première explication vient à l’esprit : la population de l’île est quasi exclusivement grecque-orthodoxe. Explication insuffisante : le vilayet tout proche de l’Archipel l’est majoritairement aussi. Or, pas un seul Rum, à l’exception de Sava Paşa, n’en a eu la direction. Il faut chercher l’explication ailleurs, dans les statuts de l’île : le décret impérial du 17 receb 1248 (10 décembre 1832) stipule que le prince doit être de la religion des Samiens54. Voilà une première raison pour laquelle le pouvoir ottoman pense à Étienne pour ce poste.

  • 55 Contrairement à ce que l’on peut lire dans certaines sources, Vogorides Bey n’est pas a Greek Gentl (...)
  • 56 Alexandra (Vogoridès ?) à son neveu Étienne Musurus, le 1er décembre 1878, Fonds Musurus 13/17.
  • 57 Sturdza, Grandes familles, p. 260.
  • 58 Ils ne figurent pas dans la liste très sélective de Rhangabé, Livre d’or de la noblesse phanariote.
  • 59 Sturdza, Grandes familles, p. 260.
  • 60 Pour exemple, un Vogoridès (Nikolas) a eu la direction du beylik de Moldavie.

21Second trait marquant, les princes sont pratiquement tous issus de grandes familles. À l’exception de Vogoridès lui-même55 et d’Aleksander Karateodori qu’une tante d’Étienne qualifie de « rejeton d’un médecin de quatrième ordre »56. Les Karateodori sont aujourd’hui considérés comme une famille phanariote57. Ils ne l’étaient pas au xixe siècle58, même si le père d’Alexandre, médecin du Sultan et fondateur de l’Académie impériale, n’était pas n’importe qui59. Cette domination du « haut du panier » est un trait commun aux beylik de Valachie et de Moldavie qui ne comptent à leur tête que des membres de grandes familles60. Par conséquent, si ces familles n’ont pas boudé le principat samien, voilà qui donne raison à Constantin sur le prestige du titre.

22Donc, du point de vue de son appartenance communautaire et sociale, Étienne correspond parfaitement au profil du poste. Qu’en est-il en ce qui concerne les carrières ? Pour le savoir, je propose une triple visée : ensemble de la carrière, recrutement (carrière avant Samos) et destinée (après Samos).

  1. Visée d’ensemble, d’abord. Les carrières de trois gouverneurs donnent raison à Étienne : Stefan Vogoridès, Pavlaki Musurus, Miltiades Aristarchi n’ont exercé aucune haute fonction (ministre, gouverneur général, ambassadeur). Pour les autres, il a tort : trois ambassadeurs, trois gouverneurs généraux.

    • 61 Mehmed Süreyyâ, Sicill-i Osmanî, t. IV (2), p. 422.
    • 62 Il ne le devient qu’en toute fin de carrière, en 1903 (Fonds Musurus 2/6).

    Pour le recrutement, nos données sont plus limitées. Mais des éléments malgré tout apparaissent : d’une part, le passage par Samos après une carrière en ambassade n’est pas une anomalie. D’autre part, des serviteurs plus haut placés qu’Étienne viennent à Samos. Qu’il s’agisse de la fonction : les ambassades les plus prestigieuses pour Kalimaki ; l’un des ministères les plus cotés pour Karateodori ; qu’il s’agisse du titre : Karateodori est vizir, ainsi que Kostaki Adosides lors de son second principat61. Le vizirat est chose rare pour un haut dignitaire grec. Or, Étienne n’est pas vizir62. On peut toutefois inverser le raisonnement : Kalimaki et Karateodori ont pu faire l’objet d’une disgrâce. Surtout Karateodori, connu pour entretenir des relations tumultueuses avec le Palais. Engagés comme Étienne dans la carrière diplomatique, ils auraient l’un et l’autre été bloqués dans leur progression. Difficile de trancher, donc.

  2. Est-ce ainsi du côté des destinées ? Là aussi, il apparaît qu’Étienne exagère : une seule carrière prend du plomb dans l’aile, celle de Miltiades. Encore, celui-ci doit sa nomination à Samos à une protection en haut lieu : son beau-frère était médecin influent du Sultan, protégé au point qu’il ambitionnait l’ambassade de Paris. Après une grâce passagère, il a probablement été l’objet d’une disgrâce durable. Pour les autres, le passage par Samos n’est en rien un obstacle aux carrières. D’une part, il autorise une réintégration dans la carrière diplomatique, même si personne n’y retourne mieux chaussé. D’autre part, il est l’antichambre du gouvernorat de Crète, poste d’importance, par lequel sont passés de grandes pointures : trois grand vizirs dont Gazi Ahmed Muhtar et plusieurs ministres.

Conclusion

  • 63 Davison, « Ottoman Embassies », p. 1424.

23Premièrement, j’ai privilégié la partie insulaire du propos d’Étienne pour rester dans le cadre de la thématique du présent volume. Je n’ai pas évoqué la partie touchant à sa nomination à Rome. Je veux ici en dire deux mots. Car le dépit d’Étienne se lit aussi à la lumière de l’exceptionnalité de sa nomination à Rome : premier représentant ottoman en Italie doté du titre d’ambassadeur63, l’homme ne présentait aucune expérience diplomatique autre que celle acquise à Londres. À l’époque, il devait cette nomination à la faveur dont jouissait son père. Il écrivait :

  • 64 Étienne à Constantin, le 4 décembre 1880 (Fonds Musurus 13/271).

« Je sais fort bien, mon très cher père, que c’est entièrement à vous, à votre protection et à votre tendresse que je dois ce haut témoignage de bienveillance de notre gracieux souverain64. »

  • 65 Étienne débute les lettres qu’il adresse à son père systématiquement selon un mode respectueux et a (...)

24Étienne, loin de satisfaire uniquement à la nécessité d’exprimer une gratitude filiale récurrente dans sa correspondance avec Constantin65, disait vrai : de même que la nomination à Rome était l’effet d’une grâce familiale en 1880, la possibilité de Samos se dessine en 1885 par le fait que Constantin Musurus est poussé vers la sortie.

  • 66 À défaut de marcher sur les traces de son oncle, il intègre une institution dont celui-ci a été le (...)
  • 67 En 1903 (Fonds Musurus 2-6).

25Deuxièmement, le fin mot de l’histoire : Étienne ne va pas à Samos. Il est nommé à la Commission des Travaux Publics66. Il s’en dit satisfait. Dix ans plus tard, en revanche, il devient prince de Samos. Puis il est nommé ambassadeur à Londres, et vizir67 comme son père qui a été le premier Rum à être honoré de ce titre : les aspirations du père et du fils, contradictoires dans un moment particulier de la carrière, se retrouvent associées a posteriori, une fois carrière faite.

26Ces aspirations contradictoires précisément – troisième et dernier point –, la micro-prosopographie proposée permet de les mettre en perspective. Celle-ci établit que ni Constantin ni Étienne n’a complètement tort, que les réalités figurant comme contraires dans les discours de la correspondance, se retrouvent articulées dans des logiques d’ensemble, hors de l’ordre des désirs individuels déterminés par la perception que chacun a de sa carrière autant que de l’inscription de celle-ci dans un projet de vie. Car si père et fils ne conçoivent pas l’insularité samienne pareillement c’est qu’ils n’ont pas le même âge et appartiennent à des époques différentes.

27Bref, au travers de l’exemple d’une île comme Samos, il ressort que les hiérarchies sont certes organisées selon des critères définis comme tels, mais qu’elles sont aussi des produits complexes, évolutifs, relatifs au point que deux hauts dignitaires, deux confrères, deux parents, ne s’entendent pas sur leur définition, au point que ce monde de la préséance, du rang et de l’étiquette décrit par les observateurs européens comme rigide et brutal est aussi celui, plus fin et plus complexe, des projections élaborées de l’imaginaire, des désirs contradictoires d’ascension du pacha ou du bey au service de son sultan.

Bibliographie

Sources d’archives

Fonds Musurus : Bibliothèque Gennadios (Athènes), Fonds Musurus.

SA : Archives du Başbakanlik (Istanbul), fonds Sicill-i Ahvâl.

Ouvrages cités

P. Bourdieu (éd.), La misère du monde, Paris, 1993.

Cuinet (Vital), La Turquie d’Asie. Géographie administrative, statistique et raisonnée de chaque province de l’Asie-Mineure, t. I, Paris, 1890.

Davison (Roderic H.), « Ottoman embassies in Europe in the nineteenth century », in XII Türk Tarih Kongresi, Ankara, 12-16 Eylül 1994, Ankara, 1999, vol. IV, p. 1421-1441.

Ergin (Osman Nuri), İstanbul şehreminleri, Istanbul, 1996.

Goffman (E.), « On cooling the mark out: some adaptations to failure », Psychiatry, 15, 1952, p. 415-463.

Histoire de la nation grecque, vol. 13, L’hellénisme moderne de 1833 à 1881 (en grec), Athènes, 1977.

Ilbert (Robert), « Alexandrie, cosmopolite ? », in F. Georgeon et P. Dumont (éd.), Les villes ottomanes à la fin de l’Empire, Paris, 1992, p. 171-185.

Ilbert (Robert), Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, 2 vol. , Le Caire, 1996.

Kuneralp (Sinan), « Bir Osmanlı Diplomatı Kostaki Musurus Paşa », Belleten, XXXIX-35, octobre 1970, p. 421-437.

Kuneralp (Sinan), « Musurus Paşa », in Osmanlılar Ansiklopedisi, vol. II, Istanbul, 1999, p. 326-327.

Kuneralp (Sinan), Son dönem Osmanlı erkân ve ricali (1839-1922). Prosopografik rehber, Istanbul, 1999.

Layard (A. Henry, Sir), Autobiography and Letters, Londres, 1903.

Ma’lûmat, II, 1311.

Mehmed Süreyyâ, Sicill-i Osmanî, 5 vol. , Istanbul, 1998.

Noradounghian (Gabriel Efendi), Recueil d’actes internationaux relatifs à l’Empire ottoman, Paris, 1900-1903.

Nevsâl-i servet-i fünûn, III, Istanbul, 1313.

Örenç (Ali Fuad), « Andreas Kopasis: the Prince of Sisam », Osmanlı Araştırmaları, XX, 2000, p. 305-311.

Soucek (Svat), « Sisam », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. IX-2, 1997, p. 708-709.

Sturdza (M. D.), Grandes familles de Grèce d’Albanie et de Constantinople. Dictionnaire historique et généalogique, Paris, 1983.

Rhangabé (E. R.), Livre d’or de la noblesse phanariote et des familles princières de Valachie et de Moldavie, Athènes, 1892 (1re éd.), 1904 (2e éd.).

Notes

1 Étienne Musurus à Constantin Musurus, le 23 mai 1885 (Fonds Musurus 14/63).

2 Soit Stefanos ou Istefanaki, hypocoristique particulièrement en vigueur chez les Rum d’un certain rang.

3 Pour des éléments biographiques sur Constantin Musurus, on consultera Kuneralp, « Bir Osmanlı Diplomatı » ; Id., « Musurus Paşa ».

4 On ne trouvera aucune information précise sur Étienne Musurus dans les Sicill-i Ahvâl (dorénavant SA) des Archives de la Présidence du Conseil d’Istanbul : la référence donnée dans l’index de la collection (SA 1/664, n° d’index : 39 879) ne correspond malheureusement pas à la fiche d’Étienne mais à celle de Bilinski Pasa. En revanche, les dossiers Musurus conservés à la Bibliothèque américaine d’Athènes présentent plusieurs copies de ses états de service. Voici un extrait de l’une d’entre elles. Je précise que j’ai, dans un souci pratique, indiqué les dates hicrî selon le système classique d’abréviations. On se méfiera des dates du calendrier solaire : ce sont celles du document, pas celles qu’un historien indiquerait aujourd’hui : « Fils aîné de Costaki Musurus Pacha et d’Annika fille de Stefanaki Bey Vogoridès, né à Athènes dans l’hôtel de la Légation Impériale ottoman, le 3 Z 1256 (15/27 janvier 41). Il est entré au service du gouvernement impérial le 5 C 1277 (7 déc. 1860). Durant les trois premières années de son entrée au service du Gouvernement Impérial il n’a point touché d’appointements. Nommé second secrétaire de l’Ambassade Impériale à Londres avec le grade de “salissé”, le 5 C 1277 (7 déc. 1860). Il commence à toucher des appointements de quinze livres turques par mois le 17 R 1280 (19 sept. 1863) ; le 28 M 1285 (9 mai 1868), il fut nommé 1er Secrétaire de l’Ambassade Impériale à Londres avec des appointements de Trente-trois Livres turques par mois. Le 17 R 1294 (16 juillet 1877) Conseiller à la même ambassade, avec le grade de “rutbei oulah sinifi sani” et les appointements afférents à ce poste. Durant son emploi à l’Ambassade Impériale à Londres il remplit les fonctions de Chargé d’Affaires à diverses reprises et notamment du 22 R 1285 (31 juillet 1868) au 16 N de la même année (19 déc. 1868), du 15 B 1289 (6 sept. 72) au 25 M 1290 (13 mars 73), du 7 N 1295 (23 août 78) au 18 M 96 (31 déc. 78) et enfin pendant 7 mois à partir du 8 mai 1880. Il représente le gouvernement impérial en qualité de délégué au Congrès international pénitentiaire convoqué à Londres le 26 R 1289 (21 juin 1872) et à la Conférence télégraphique internationale réunie à Londres le 19 C 1296 (29 mai 1879). Le 16 Ra 1298 (3 janvier 1881) il fut nommé ambassadeur à Rome avec des appointements de deux cents livres turques par mois. À cette occasion il fut promu au grade de Rutbei ulia sinifi evvel. » (Fonds Musurus 2/3).

5 Le prince, hegemon en grec (Soucek, « Sisam », p. 708) figure dans les sources ottomanes aussi bien comme bey (SA, 47-165) que comme kaymakam (Mehmed Süreyyâ, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 459).

6 Sturdza, Grandes familles, p. 362.

7 Fonds Musurus 12/153, lettre datée du 15 septembre 1863.

8 Du moins à cette époque. Il acquiert sa pratique par la suite ainsi que le signale l’une de ses notices d’états de service (Fonds Musurus 2/5).

9 « Je vous avouerai donc que, si j’avais à choisir entre un poste à Constantinople et une Mission diplomatique, je n’hésiterais certainement pas à préférer une mission pour plusieurs raisons et, entre autres, parce que le poste auquel on me nommerait à Constantinople ne serait, plus que probablement, ni aussi important, ni aussi indépendant, ni aussi stable, ni enfin aussi bien et aussi régulièrement rétribué que celui de Chef de Mission à l’étranger. Au surplus, la longue expérience que j’ai acquise à l’Ambassade de Londres me rend certainement plus à même de servir utilement le gouvernement Impérial à la tête d’une mission diplomatique, tandis que ma connaissance trop imparfaite de la langue turque, que je pourrais d’ailleurs étudier presque aussi bien à l’étranger, me donne lieu de craindre que je ne fasse relativement triste figure dans un emploi à Constantinople. » (Étienne à Constantin, lettre du 3 juillet 1880, Fonds Musurus 13/157).

10 Soucek, « Sisam », p. 708.

11 Cuinet, La Turquie d’Asie, p. 498.

12 Ibid., p. 500.

13 SA 10/757 et SA 80/293, ‘Ali Nüsret Pacha. La demande est adressée le 12 S 1318 (12 juin 1900) ; la décision est prise le 20 Ş 1322 (30 octobre 1904). Entre-temps, Ali Nüsret a été mis en disponibilité. À mettre au crédit des « Anciens » : à en croire de nombreux serviteurs, le climat insulaire n’est pas le meilleur qui soit. J’en veux pour preuve les demandes de mutation des dossiers du personnel où certains serviteurs disent leur inadaptation (‘adem-i imtizac) au climat des îles, comme Abdullah Lütfi Paşa à Limni (SA 10/563), Hasan Bey à Kalimnoz (SA 10/419) ou encore Mehmed Emin Paşa à Sömbeki. Ce dernier dit subir un traitement médical continu du fait du climat et à ce titre sollicite et obtient sa mutation (24 S 1324) (SA 80/389, Mehmed Emin Paşa).

14 De ce renouveau participe la création d’un dispositif scolaire : en 1837 est fondée une école centrale (d’enseignement secondaire) dans la capitale de Samos et quatre écoles dans les villages des quatre arrondissements de l’île. En 1854, le système éducatif de l’école centrale devient un collège baptisé Pythagoreio : cf. Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 422 (je remercie ici Anne Couderc d’avoir lu et traduit pour moi les passages concernant Samos).

15 Une notice d’états de service informe qu’il a suivi des cours de littérature grecque et latine, d’histoire et de philosophie, de sciences mathématiques, physiques et naturelles et de droit, qu’il a obtenu les diplômes de bachelier ès lettres de l’Université en France en 1860, de bachelier de droit de la Faculté de Paris en 1862, et de licencié en Droit de la même faculté l’année suivante (Fonds Musurus 2/5). Son père s’autorise à considérer qu’il s’agit là d’ « études sérieuses » (Fonds Musurus 12/153, lettre datée du 15 septembre 1863).

16 Cuinet, La Turquie d’Asie, t. 1, p. 500.

17 Créée en 1858, l’école des filles est dirigée par Sappho Léontias, l’une des femmes les plus cultivées du monde grec au xixe siècle (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 423).

18 Ou le consul anglais qui n’a à protéger les intérêts que de trois ou quatre sujets de Sa Très Gracieuse Majesté (Cuinet, La Turquie d’Asie, t. 1, p. 522).

19 La population de l’île dans son ensemble est à la fois modeste et stable, contrairement à ce qui s’observe à Chios ou Lesbos. Elle passe de 27 000 habitants en 1828 à 38 000 en 1879 (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 423).

20 Selon les chiffres des deux recensements de la fin du xixe siècle, Alexandrie compte 231 396 habitants en 1882 et 319 766 en 1897 (Ilbert, « Alexandrie, cosmopolite ? » p. 174 ; Id., Alexandrie, p. 757).

21 En août 1884 (Fonds Musurus 14/198).

22 On retrouve la famille dans la thèse de Robert Ilbert, sous le nom « Antoniadis » (Ilbert, Alexandrie, t. 1, p. 129, 273). Le père de Marie est décrit comme « naturalisé russe, prochainement héllène ». Il ne semble donc pas s’agir de Sir John Antoniadis, visiblement anglais.

23 Fonds Musurus 14/198.

24 Miltyadi Aristarchi, nommé en 1273, perçoit 17 500 piastres (SA 3/378) ; Aleksander Karateodori, nommé le 9 Ş 1302, perçoit 15 500 piastres, alors qu’il percevait à Rome 300 livres de traitement (SA 18/257).

25 Fonds Musurus 26/95, non daté.

26 The island of Sisam (Samos) became remarkable du ring the Greek Rébellion1821, as the Corsairs of Sisam made attacks against the Anatolian shores and Ottoman navy (Örenç, « Andréas Kopasis », p. 305).

27 SA 4/466, Salih Paşa.

28 En 1257 (SA 3/500).

29 Il y retourne en mission d’inspection trente ans plus tard, en 1880 (SA 3/596, Ahmed Rasim Paşa). La révolte du peuple samien en 1849, sans doute influencée en partie par les révolutions de 1848 en Europe, oblige la Porte à promulguer une nouvelle charte introduisant une réforme du droit public (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 423).

30 SA 3/72, Şerif Mehmed Rauf Paşa ; Ergin, Istanbul Şehreminleri, p. 193.

31 Le statut de Samos est fixé par le Traité de Constantinople du 21 juillet 1832 (23 S 1248) excluant Samos des frontières de l’État grec (Noradounghian, Recueil d’Actes Internationaux, t. II., p. 207-211) ainsi que par l’Ordonnance organique ou Charte concédant privilège du 10 décembre 1832 prévoyant que l’île serait dirigée par un gouverneur chrétien nommé par le Sultan (ibid., t. II, p. 216-217).

32 Soucek, « Sisam », p. 709.

33 Il s’agit de la Boulé (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 422) ou « Conseil composé de membres choisis, suivant l’usage, parmi les notables du pays » (Noradounghian, Recueil d’Actes Internationaux, t. II, p. 216). « La présidence du Conseil appartiendra au chef nommé par la Sublime Porte avec le titre de prince de Samos... » (Ibid.).

34 Il n’était pas prince de Samos. Vogoridès l’était qui résidait à Istanbul. En vertu des statuts de l’île stipulant que le « commandant ou doyen, qui serait aussi appelé prince de Samos, nommé par la Sublime Porte, du même culte et de la même foi que les Samiens, [...] pourrait se faire remplacer par un représentant qui serait aussi de la même religion » (Histoire de la nation grecque, t. 13, p. 422), il accorda à Musurus délégation pour veiller sur place à la mise en œuvre des statuts de l’île.

35 La transmission du prénom Stéphane du grand-père au petit-fils semble symboliser l’alliance entre les familles Vogoridès et Musurus autant qu’elle paraît témoigner d’une conscience dynastique projetée par Constantin sur son premier enfant mâle. Je remercie Stéphane Yerasimos de m’avoir éclairé à ce sujet.

36 « La famille de Musurus est établie en Crète depuis le onzième siècle. Léon Musurus fut un des douze patriciens qui, à cette époque y ont été envoyés de Constantinople pour maintenir l’île dans l’obéissance, et à qui des terres considérables ont été concédées. Leurs descendants ont conservé leur influence et leurs possessions jusqu’à l’époque où la Crète, donnée à Boniface Marquis de Montferrat, fut vendue par celui-ci aux Vénitiens. À cette famille appartient le savant Marc Musurus, natif de Retino en Crète, connu par des travaux littéraires ; il vécut vers la fin du quinzième et le commencement du seizième siècle et fut un des Grecs qui contribuèrent le plus à répandre en Europe le goût des lettres grecques. » (Fonds Musurus 26-95)

37 Bourdieu (éd.), La misère du monde, p. 11.

38 Par processus d’éviction j’entends ce que E. Goffman a conceptualisé comme cooling out (Goffman, « On cooling the mark out », p. 415-463).

39 Les données du tableau ci-après sont largement incomplètes au stade d’aujourd’hui. Ne figurent pour chaque individu que quelques postes.

40 Je reprends les transcriptions onomastiques et les dates de nomination telles qu’elles figurent dans Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, tout en indiquant ci-après, pour chaque individu, les autres noms sous lesquels il apparaît dans différentes sources ottomanes ou européennes.

41 Dans les Sicill-i Ahvâl, le nom Vogorides (ou Vogoridis) se lit Vogoridi (Yanko Fotyadi Paşa, SA 26/311). Dans Sturdza, Grandes familles, l’homme est nommé « Stéphane Vogoridi ».

42 « Alexandre Gallimachi » ou en grec « Alexandros Kallimachis ». Fils de Scarlate Gallimaki, prince de Moldavie, exécuté par les Ottomans en 1821 (Sturdza, Grandes familles). Selon l’Histoire de la nation grecque (t. 13, p. 422) et contrairement à ce que laisseraient croire les sources ottomano-turques (Mehmed Süreyya, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 459), l’homme n’aurait pas accepté le poste. C’est Georgeios Konéménos qui, en tant que représentant du gouverneur, aurait alors administré l’île.

43 Ainsi que le fait Davison (« Ottoman Embassies »), je traduis büyük elçi par « ambassadeur » et orta elçi par « ministre ».

44 Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 86 ; Mehmde Süreyya, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 459.

45 SA 3/378.

46 Il s’agit d’un hypocoristique de Pavlos, Paolo (Sturdza, Grandes familles). De la même façon, Nicolas a pour hypocoristique « Nikolaki » : Nicolas Vogorides était aussi nommé « Nikolaki » (SA 26/311, Yanko Fotyadi Paşa) ; Nicolas Sartinski se retrouve comme « Nikolaki Paşa » (Mehmed Süreyyâ, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 460).

47 Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 44. Mehmed Süreyyâ, Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 457 indique Ş 1283, soit décembre 1866-janvier 1867.

48 « Constantin Adossides » (Sturdza, Grandes familles, p. 151). « Costaki Pacha Adossides » (Ma’lûmat, II, 1311, p. 139). « Kostaki Adosidis » (Kuneralp, Son Dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 54). Les Sicill-i Osmânî donnent pour leur part deux transcriptions : « Kostaki Adosyadi » (Mehmed Süreyyâ, t. IV (2), p. 422) et « Kostaki Adosidi » (ibid., t. IV (2), p. 459). Seule la seconde est à retenir.

49 Malûmat, II, Istanbul, 1311, p. 137, p. 139 ; Nevsal-i Servet-i Fünûn, III, Istanbul, 1313, p. 92-3.

50  « Constantin Photiades » (Sturdza, Grandes familles) ou Fotyadi, comme un autre membre de la famille Yanko Paşa (SA 26/311).

51 Il y a là une incertitude. Selon Sinan Kuneralp (Son dönem Osmanlı Erkân ve Ricali, p. 54), Adosidès est vali de Crète seulement entre ses deux principats à Samos. Selon Mehmed Süreyyâ (Sicill-i osmânî, t. IV (2), p. 422), il l’est après le premier. Selon cette même source (ibid., t. IV (2), p. 459), il l’est aussi après le second.

52 « Alexandre Caratheodori » (Sturdza, Grandes familles).

53 SA 18/257. Aleksander Karateodori Paşa est nommé le 9 Ş 1302 (24 mai 1895), le lendemain de la lettre d’Étienne.

54 Ceci fait de Samos un cas proche de celui du Liban. De ce fait, il serait intéressant, ainsi que me l’a suggéré Daniel Panzac que je remercie ici, de mettre pareillement en perspective le poste de mutasrrif du Liban au sein de la carrière de ceux qui l’ont occupé.

55 Contrairement à ce que l’on peut lire dans certaines sources, Vogorides Bey n’est pas a Greek Gentleman of a distinguished Fanariote family (Layard, Autobiography, t. 2, p. 65). Loin s’en faut : né dans les années 1770 à Kazan dans le diocèse de Tirnovo, Stéphane Saros, de son vrai nom, est le fils d’un marchand de porcs. Il n’adopte le nom de Vogoridès qu’à la fin des années 1820. Je remercie Stéphane Yerasimos de m’avoir communiqué cette information.

56 Alexandra (Vogoridès ?) à son neveu Étienne Musurus, le 1er décembre 1878, Fonds Musurus 13/17.

57 Sturdza, Grandes familles, p. 260.

58 Ils ne figurent pas dans la liste très sélective de Rhangabé, Livre d’or de la noblesse phanariote.

59 Sturdza, Grandes familles, p. 260.

60 Pour exemple, un Vogoridès (Nikolas) a eu la direction du beylik de Moldavie.

61 Mehmed Süreyyâ, Sicill-i Osmanî, t. IV (2), p. 422.

62 Il ne le devient qu’en toute fin de carrière, en 1903 (Fonds Musurus 2/6).

63 Davison, « Ottoman Embassies », p. 1424.

64 Étienne à Constantin, le 4 décembre 1880 (Fonds Musurus 13/271).

65 Étienne débute les lettres qu’il adresse à son père systématiquement selon un mode respectueux et affectueux : « Je suis très sensible aux sentiments pleins de tendresse paternelle que vous m’exprimez dans chacune de vos lettres, et si les mots me manquent pour vous en manifester comme je le voudrais toute ma reconnaissance.... » (Fonds Musurus 12/173, lettre datée du 16 février 1870).

66 À défaut de marcher sur les traces de son oncle, il intègre une institution dont celui-ci a été le vice-président. Il s’agit de ces commissions dont la particularité est d’accueillir les hauts fonctionnaires entre deux postes de direction. Le traitement pour ses membres semble être fixé à 10 000 piastres mensuelles, ce que touche Étienne, à l’instar d’Abdurrahman Nureddin Paşa (SA 3-186 ; nommé le 30 L 1298).

67 En 1903 (Fonds Musurus 2-6).

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540