Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Aspects de l'insularité ottomane aux XVIIIe et XIXe siècles

« Position délicate » ou île sans histoires ? L’intégration de Chypre à l’État ottoman des premières Tanîmât

Marc Aymes

Texte intégral

  • 1 Paraphrase de Molly Greene qui, s’agissant de la Crète des années 1571-1720, cherche à déterminer l (...)

1La perspective générale de cette étude est la suivante : il s’agit de discerner la perception qu’avaient de Chypre, à l’époque dite « des Tanîmât », les milieux dirigeants ottomans, que l’historiographie crédite généralement de projets réformateurs. Dans une problématique plus spécifique de l’insularité, c’est-à-dire une interrogation sur l’intérêt qu’il y aurait à écrire l’histoire des Tanîmât du point de vue d’une île, plutôt qu’à l’échelle de l’Empire ottoman dans son entier1, ma question de départ peut être formulée ainsi : dans quelle mesure le caractère insulaire est-il un élément qui compte dans la vision que les administrateurs ottomans ont de Chypre – et, plus particulièrement, dans les réorganisations administratives que les réformateurs présumés tentent alors ?

2À titre de préambule, évoquons brièvement un problème qui, pour sembler un peu rhétorique, n’en appelle pas moins un avertissement. Il serait élégant de remplacer, afin d’éviter les redondances, le mot « Chypre » par « île ». Or l’usage de ce dernier terme ne peut demeurer anodin, puisque le caractère insulaire de Chypre est au cœur de la question examinée. Soit une phrase choisie au hasard : « Le gouvernement ottoman décide de réformer l’administration de l’île. » Elle pourrait laisser penser que le fait que Chypre soit une île a influé sur la décision prise. Telle est précisément la question : si je dis « île », faut-il ou non comprendre davantage que si je disais « province » ? Aussi, dans ce qui suit, le second terme sera-t-il autant que possible substitué au premier. Cette précaution doit s’appliquer d’ores et déjà au titre de cette étude : « province sans histoires », et non « île sans histoires » – en attendant de démontrer éventuellement que la version d’origine était justifiée.

3La documentation étudiée concerne la période des « premières » Tanîmât (1839-1856), et tout particulièrement les années 1840. Aussi essaierai-je d’abord de préciser le statut administratif de Chypre et son évolution à l’époque. Puis, après avoir tenté d’interpréter l’expression « position délicate » rencontrée çà et là dans les archives de ces années, et ce qu’elle apporte pour comprendre l’éventuelle spécificité insulaire reconnue à Chypre, j’aurai recours à une étude documentaire plus monographique afin de mettre en lumière certains rapports entre le critère insulaire et la dynamique réformatrice.

Première approche : Chypre en archipel

4Avant tout, que peut-on dire du statut administratif de Chypre après la proclamation du rescrit impérial (aṭṭ-ι şerîf) de Gülhâne, en 1839 ? Deux jalons chronologiques peuvent être dégagés, qui appellent aussi quelques remarques méthodologiques.

Au début des années 1840

  • 2 Ce constat pourrait assurément faire l’objet d’une discussion (à laquelle certains éléments considé (...)
  • 3 Pour des précisions sur les termes ottomans employés ici et ailleurs, un glossaire se trouve en fin (...)
  • 4 Şener, Tanzimat dönemi Osmanlı vergi sistemi, p. 41-44.

5Lorsqu’intervient le coup d’envoi des réformes (tanîmât-ι ayriyye selon la terminologie ottomane consacrée de l’époque) dans les provinces de l’Empire, Chypre ne fait l’objet d’aucun traitement spécifique de la part des réformateurs : ni province-pilote ni exclue temporairement des Tanzîmât2. Comme dans les autres provinces, un muaṣṣıl est nommé gouverneur local, une assemblée (meclis) est constituée pour l’assister dans ses tâches3. Comme dans les autres provinces, il est probable que l’expérience se révèle non viable financièrement : c’est en tout cas ce qui se produit à l’échelle de l’Empire, puisque l’institution du muaṣṣıllık est vidée de sa substance en 1842 ; la meclis perdure avec des remaniements, et l’administration fiscale retrouve les chemins de l’affermage (iltizâm)4.

6On peut cependant préciser davantage à quel genre de province nous avons affaire à Chypre, en citant trois éléments glanés dans une documentation parcellaire :

    • 5 FO 195/102, f. 533.

    le 29 novembre 1845, le consul britannique Niven Kerr fait état d’un emprunt massif lancé par les autorités locales auprès des marchands européens en 1840, suite à l’ordre, reçu du apudân Paşa (le commandant en chef de la flotte ottomane), de contribuer financièrement aux opérations militaires de la flotte devant les côtes syriennes5 ;

    • 6 FO 195/102, f. 448 et 577.

    le 8 octobre 1843 et le 26 septembre 1846, Kerr signale que les autorités de Lefḳoşa (nom ottoman de Nicosie) se préparent à une visite annoncée du apudân Paşa6 ;

    • 7 Le premier annuaire impérial de l’empire ottoman, p. 45.

    enfin, dans le premier sâlnâme (annuaire administratif) publié par l’État ottoman, en 1263 de l’Hégire (qui présente donc la situation de l’Empire en 1847), Chypre apparaît comme un livâ de l’eyâlet des îles. Or ce dernier est soumis à un régime spécifique, puisqu’il est kapudân-ι deryâlιġa müla, c’est-à-dire annexé à ce que l’on appelle abusivement, dans les traductions européennes de l’époque, l’ « apanage » du apudân Paşa7.

  • 8 Çiçek, « Osmanlılar zamanιnda ιbrιs ».
  • 9 Dionyssiou, The Implementation of the Tanzimat Reforms in Cyprus, p. 1. Tous mes remerciements vont (...)
  • 10 CCC, Larnaca, vol. 16, f. 390 v° (dépêche n° 58).
  • 11 CCC, Larnaca, vol. 17, f. 126 (dépêche n° 21).
  • 12 Ahmed Lûtfî, Târîh, t. 1, p. 230 (passage cité et commenté par Ursinus, « The tersane and the Tanzi (...)
  • 13 Il semble ainsi nécessaire d’amender la chronologie généralement acceptée, qui interrompt l’adminis (...)

7Aucun de ces indices, pris isolément, n’autorise davantage que des hypothèses incertaines ; mis bout à bout, ils suggèrent la conclusion que Chypre se trouve, dans les années 1840, placée sous l’autorité administrative du apudân Paşa. Nous mesurons alors combien, par-delà les expérimentations des premières Tanîmât, le statut administratif de la province chypriote reste marqué par la tradition : car il a été similaire à plusieurs reprises avant 1839, si l’on en croit les sources et la bibliographie disponibles. Ce sujet réserve au demeurant des surprises : d’après le point que K. Çiçek propose sur la question8, Chypre a été rattachée au apudân Paşa entre 1670 et 1703 seulement ; mais selon G. Dionyssiou9, l’île retrouve ce statut entre 1785 et 1839. Certaines sources consulaires semblent confirmer ce constat-ci : « Le Capitan pacha, qui a l’île de Chypre dans ses attributions, a confirmé, pour l’année 1240 qui vient de commencer, le même gouverneur Seid Mehemet », rapporte le consul Jérôme Méchain le 28 septembre 182410. Toutefois, le même signale le 12 mai 1827 : « Depuis que l’île de Chypre a cessé de faire partie des apanages du Capitan Pacha, et que ses revenus sont réunis au trésor public, le Gouverneur est nommé par le Reis Effendi11. » Ce changement-là, éclairé par la relation sans doute plus fiable (factuellement et terminologiquement) qu’en offre le chroniqueur Ahmed Lûtfî Efendi, doit probablement être compris dans un sens étroitement budgétaire12 : si les revenus fiscaux de Chypre sont, dès ce moment, retirés des prérogatives du apudân Paşa (une décision dont l’effectivité est à vrai dire rendue douteuse par certains documents étudiés ci-après), la province semble malgré tout bel et bien demeurer sous le contrôle administratif de l’amiral ottoman non seulement après 1827, mais au-delà même de la date-symbole de 183913.

Mars 1849

  • 14 MD 257-487 (fermân adressé au nouveau vâlî de la mer Blanche, 15-24 mars 1849).
  • 15 Beckingham, « Djaza’ir bahr-i Safîd »; Bostan, « The establishment of the province of the Cezayir-i (...)
  • 16 Liste tirée de FO 78/802, f. 243 (dépêche n° 5, Kerr à Palmerston, 15 avril 1849). L’ordre conservé (...)
  • 17 II a été ministre des Finances (Mâliye nâιrι) de 1841 à 1845, puis vâlî de Damas de février 1846 à (...)

8À cette date, l’État ottoman procède à une réorganisation administrative : Chypre est intégrée à un eyâlet nouveau, dit « des îles de la mer Blanche14 ». Il serait en fait plus juste de parler d’un eyâlet rénové, puisque la dénomination Cezâir-i Bar-ι Sefîd eyâleti était déjà appliquée depuis plusieurs siècles pour désigner le kapudân-ι deryâlik15. La nouvelle version, néanmoins, porte mieux son nom d’eyâlet « des îles », puisque la plupart des districts côtiers autrefois placés sous l’autorité du apudân Paşa en sont désormais séparés. L’eyâlet comprend en effet principalement Rhodes, Chypre, Samos, Chios, Cos, Mytilène, Lemnos, Tenedos, Imbros et Thasos16. À Chypre siège désormais un â’im-maâm, représentant du vâlî résidant à Rhodes. Et le premier vâlî nommé à la tête de l’eyâlet est un administrateur d’envergure, une haute figure du ministère des Finances, ancien gouverneur de Damas : Mûsa Ṣafvetî Paşa17.

  • 18 À ma connaissance, seuls Hill (A History of Cyprus t. IV, p. 178, n. 2), De Groot (« Ḳubrus », p. 3 (...)
  • 19 Shaw, « The origins of representative govemment », p. 204-205.

9Attestée dans les sources citées, cette réorganisation passe souvent inaperçue dans la bibliographie ottomaniste18. Cette discrétion doit-elle faire pencher pour l’idée d’une réforme administrative ad hoc, spécifique aux seules îles de la mer Blanche ? Les précisions qu’apporte S. J. Shaw sur les réformes de l’administration des provinces à cette époque incitent à avancer une autre possibilité : nous serions en présence d’un processus en « tache d’huile » qui, commencé à l’été 1845 dans les sancak de Gallipoli et İzmit, a gagné dans la foulée İzmir, Salonique, Varna, Trabzon et Samsun, puis a été encore amplifié à partir de mars 1848 (à Edirne, Bursa et Sayda notamment)19. Même si Shaw n’ajoute pas les îles à cette liste, le scénario invite à supposer qu’en mars 1849 c’est cette réforme graduée qui entre en vigueur en mer Blanche.

Histoire d’un archipel, archipel d’histoires

10Entre ces deux points de repère chronologiques, il ne paraît guère possible de suivre avec précision l’évolution de la province ottomane de Chypre, dans la mesure où nous ne disposons que d’une documentation « discrète » : nous avons affaire, en quelque sorte, à des archives en archipel, qui non seulement ne « racontent » aucune histoire suivie, mais parfois se contredisent au point de faire douter qu’il se soit réellement passé quoi que ce soit. Pour une illustration de mon propos, poursuivons l’enquête sur le statut administratif de Chypre après 1849.

  • 20 A.MKT.UM 115/76.
  • 21 Version originale: umûr-ι cesîmeden olarak fev-al-’âde bir mâdde; kes̱ret-i evrâk ve ta’îb-i mal (...)
  • 22 Voir par exemple A.DVN88/40 (16 receb 1269/25 avril 1853) : une décision judiciaire du Divân-ι Hümâ (...)

11Un premier sondage dans les archives confirme l’intégration de Chypre au nouvel eyâlet de la mer Blanche. Un document du 11 afer 1269 (24 novembre 1852) est particulièrement significatif20 : le gouverneur de Chypre Şerîf Paşa accuse réception d’instructions en vertu desquelles les correspondances ne concernant pas « une question extraordinaire, ayant trait à des affaires importantes », doivent être envoyées au vâlî, et non directement à la Porte. L’enjeu est que la bureaucratie centrale ottomane ne soit pas submergée par « l’abondance de documents et la complication des affaires21 ». Certes cet ordre n’a pas été expressément envoyé à Lefḳoşa, il s’agit d’une circulaire à l’ensemble des provinces. Mais l’important est que son contenu a été jugé pertinent pour le gouverneur de Chypre ; or il établit clairement un lien hiérarchique entre Şerîf Paşa et un vâlî qui, les correspondances immédiatement consécutives l’attestent, est celui des îles22.

  • 23 Sâlnâme 1267, p. 71 (cité par Birken, Die Provinzen, p. 101) ; sâlnâme 1268, p. 70.
  • 24 Birken, Die Provinzen, p. 101 sq.
  • 25 A.MKT.UM 17/14.
  • 26 Pourrait-il ne s’agir que d’une simple erreur de copiste ? Mais un autre document de la même année (...)
  • 27 Cette seconde hypothèse inciterait à se départir du « sérieux » avec lequel certains auteurs renden (...)

12Cependant les choses ne sont pas si claires. Si l’on consulte la série des sâlnâme, Chypre semble redevenir un eyâlet à part entière, gouverné par un vâlî, dès 1851 (1267)23 Andreas Birken, qui a largement utilisé ce type de sources, relève que ce constat reste valable entre 1850 et 1854, ce qui contredit la conclusion tirée du document sus-cité24. De fait, ainsi que j’ai pu le constater dans les éditions 1269/1853 et suivantes des sâlnâme, les tableaux « Administrateurs provinciaux » (aşrada bulunan me’mûrîn) font apparaître « ιbrιs » dans la colonne « eyâlet » – avec cependant une mention jointe qui augmente la confusion : comme pour les autres îles de la mer Blanche, le gouverneur en poste à Lefḳoşa est qualifié de â’im-makâm-ι mîr-i mîrân. Mais un document du 22-27 rebî‘ü-l-âir 1266 (7-12 mars 1850) est sans doute le plus remarquable de tous à cet égard25 : il s’agit de deux versions, le brouillon (müsvedde) et sa mise au propre (tebyîż), d’une note (şuḳḳa) envoyée au gouverneur de Chypre par le grand vizir Muṣṭafa Reşîd Paşa. Or le passage de l’un à l’autre se solde par un changement d’en-tête, « ιbrιs â’im-maâmina » devenant « ιbrιs vâlîsine »26. À la lumière de tels indices, force est de conclure par une alternative incertaine : ou bien nous prenons acte de ce que l’appartenance de Chypre au nouvel eyâlet des îles demeure pour le moins évanescente, ou bien il faut envisager que la terminologie administrative ottomane de l’époque soit marquée par la plus grande confusion27.

13En tout état de cause, nous voilà avertis des inconséquences éventuelles de cet archipel d’archives. L’histoire de l’intégration de Chypre à l’État ottoman des « premières Tanîmât » ne peut se décliner que sur un mode pointilliste, irrésolu.

Sensibilité militaire et dynamique réformatrice

  • 28 A.MKT 119/15.
  • 29 L’adjectif tetik peut cependant avoir une autre signification, que ne partage pas nâzik, à savoir : (...)

14Entrons à présent davantage dans le vif du sujet. Pour ce faire, citons d’abord un document daté du 7 avril 1848 (3 cemâîü-l-evvel 1264) – avant la réorganisation de 1849, donc28 : il s’agit d’une note non signée, adressée au Ser’asker Paşa (commandant en chef des forces armées), dont l’auteur souligne la nécessité de protéger militairement les îles de la mer Blanche des « effets dommageables des révolutions d’Europe » (Avrûpâ itilâlâtiniñ âsâr-ı muirrası). Problème : il n’est pas souhaitable d’envoyer des başι bozu et autres « hommes sans foi ni loi » (âbia ve râbıtasız [...] âdamlar) dans des « lieux aussi sensibles et importants » (öyle tetik ve ehemmiyetli yerler). Or ce terme tetik suggère un rapprochement avec d’autres documents des années 1840, dans lesquels Chypre est qualifiée de « position délicate » (mevi’-i nâzik, avec une variante : nezâket-i mevi’iyye) : en effet, nâzik et tetik sont frères jumeaux, le premier n’étant que la version « arabe » du second, et les deux termes signifiant dans ce contexte « délicat », « sensible »29.

  • 30 İ.MVL 139.
  • 31 Le passage en question est le suivant : ve ιbrιs cezîresi ise mevki’-i nâzikde oldιġιna ve mâdemki (...)
  • 32 A.DVN 28/15.
  • 33 İ.Dah 5252 (cemâîü-l-âir 1261/juin 1845) : ιbrιs cezîresi mevâi’-i nâzikeden ve yolunda idâresi (...)
  • 34 Reinkowski (Die Dinge der Ordnung, p. 284, 443-444) cite, concernant les provinces albanaises de l’ (...)

15Que nous apprend cette expression mevi’-i nâzik ? Exprime-t-elle une spécificité de la province chypriote aux yeux des gouvernants ottomans, et si oui, est-elle en rapport avec l’insularité des lieux ? Citons deux autres occurrences : d’abord, un volumineux dossier30 concernant une affaire de ocabaşι chypriotes soupçonnés de comptabilité frauduleuse, comprend notamment un rapport de la Meclis-i Vâlâ du 13 receb 1256 (11 septembre 1840), dans lequel l’argument de la « position délicate » est conjugué à celui de « l’abondance des plaintes et des commérages qui sont intervenus », afin de justifier la révocation du gouverneur, présumé compromis dans l’affaire31. Un second exemple est fourni par un document de 1263 (1847)32, où le motif est cette fois invoqué de concert avec celui de l’emprise foncière et financière des étrangers (ecnebî) à Chypre, pour souligner la nécessité d’une aide financière de 12 000 piastres aux habitants. Au total, l’invocation de la nezâket-i mevi’iyye de Chypre apparaît comme une sorte de lieu commun, un argument allant de soi, pour appuyer une mesure que l’on recommande. Ce faisant, les administrateurs ottomans ne signalent nullement un trait spécifique à la seule Chypre : comme on peut le constater dans un ordre (irâde) de 1845, celle-ci « compte parmi les positions délicates » (dont, est-il précisé, « il est nécessaire que l’administration soit en ordre33 »). Aussi la signification exacte de l’expression reste-t-elle dans l’ombre : en termes de perception de Chypre par les administrateurs ottomans, elle ne permet de dégager aucune relation immédiate entre la « sensibilité » de cette province et son caractère insulaire34.

  • 35 CCC, Lamaca, vol. 16, f. 290-292 (arrivée des troupes) et FO 78/192, f. 60 (leur départ).
  • 36 Ahmed Lûtfî, Târîh, p. 714.
  • 37 Cf. p. ex. FO 78/214, f. 445 (décembre 1832). Du côté ottoman, certains documents, tels HAT 19 858 (...)

16A contrario certains épisodes des années 1820-1840, dont les archives consulaires conservent des traces, offrent des indices significatifs pour imaginer ce que Chypre pouvait avoir de spécifiquement « délicat » vue d’Istanbul. Pendant la guerre d’indépendance grecque (de 1822 à 1829, plus précisément), la Porte confie à un commandant militaire égyptien la protection de l’île, pour parer aux régulières attaques de corsaires hellènes35. Puis, durant les guerres égypto-ottomanes, Chypre se trouve sous la menace permanente d’un débarquement d’İbrahim Paşa. Il arrive que des escarmouches opposent vaisseaux égyptiens et ottomans tout près de ses côtes36, et les consuls soulignent à l’envi l’insuffisance de la défense assurée par la maigre garnison stationnée sur place37. Au total, durant toute cette période (comme plus tard à l’époque du Printemps des peuples), l’État ottoman paraît bien en peine d’assurer la défense de cette position. Ainsi l’insularité de Chypre est-elle avant tout perçue sur le mode militaire : parce qu’elle est île, Chypre est difficilement défendable, souvent vulnérable ; et c’est d’abord à ce titre qu’elle demeure (avec ses petites sœurs égéennes) « délicate » aux yeux des dirigeants ottomans.

17De ce point de vue, la remise à plat administrative de 1849 manifeste néanmoins une évolution dans une direction nouvelle, qui se développe durant toutes les années 1840. Thomas Scheben a souligné combien « l’expérimentation » de nouvelles pratiques administratives lors de l’instauration des muaṣṣıl en 1840 peut être considérée comme l’amorce d’évolutions postérieures :

  • 38 Scheben, Verwaltungsreformen der frühen Tanzimatzeit, p. 84 : Die Bündelung einer ganzen Reihe von (...)

« la réunion entre les mains d’une institution étatique de toute une série de tâches administratives, qui auparavant étaient laissées au adı, aux fermiers de l’impôt ou aux notables, représentait un pas important sur la voie de l’émergence d’une administration civile dans les provinces38. »

  • 39 Ibid., p. 85 (eine langsame Abnahme der militärischen Komponente und des Primates militärischer Pro (...)
  • 40 A.MKT 141/79. La transcription et la traduction de ces documents figurent en annexe a cet article.

18Corrélativement, la première décennie des Tanîmât apparaît comme une « lente déprise des éléments militaires et du primat des problématiques militaires en matière d’administration provinciale39 ». On aborde alors plus nettement le versant « réformateur » de cette étude : car si le critère insulaire semble avoir été pertinent dans une perspective militaire, l’était-il également aux yeux des administrateurs « civils » des réformes ? Sans compter que celles-ci font généralement l’objet de certaines équations historiographiques, du type « Tanîmât = centralisation-uniformisation administrative » : que pèse alors une éventuelle spécificité insulaire dans l’administration provinciale réorganisée par les initiatives réformatrices ? Je me propose de mener ces investigations par le biais d’un petit dossier de trois documents40 qui, malgré sa modestie, fournit les linéaments d’une « histoire » suivie – et offre de précieux aperçus sur les rapports entre le critère insulaire et la dynamique administrative des réformes. Voici l’histoire, ou ce qu’elle pourrait être.

Traces d’une administration provinciale insulaire ?

  • 41 Le début de la seconde pièce du dossier, signée du apudân Paşa, montre clairement que le ’arżuhâl (...)

19Le Printemps des peuples jette ses derniers feux, l’été 1848 commence. Nous sommes à la veille de la réorganisation de 1849. Le apudân Paşareçoit une requête (’arżuâl) signée de Yosefa, épouse d’un certain Ḳomis Panâyoṭâkî41. Non sans éloquence et grandiloquence, elle annonce que son mari vient de mourir, le lundi 19 juin (17 receb 1264). Il occupait le poste de apukahyâ de Chypre (ιbrιs apukahyâsi). Et son décès risque de faire sombrer la famille dans la misère, d’autant plus que l’homme était endetté. Il y a bien ce gendre, Yorgâkî, qui est la seule personne capable de veiller au règlement des affaires en suspens... Oserait-on espérer de la poussière foulée par Sa Hautesse la merveilleuse sollicitude qui lui ferait obtenir l’office de son beau-père, resté vacant, afin que la famille ne soit pas déchue ?

20D’emblée, la lecture de ce document impose de s’interroger : en quoi consistait cet office de apuahyâlı, exercé par Ḳomis Panâyoṭâkî ? Dans le langage administratif ottoman de l’époque (dont le dictionnaire de Redhouse contient des reflets assez fidèles), ahyâ est la forme courante de ketüdâ, qui en est la version moins familière, moins « vulgaire » ; les deux termes ont le même sens générique (une traduction possible est « intendant ») et sont généralement confondus. Aussi le sâlnâme de 1847, dans la traduction française qu’en a proposée Bianchi, permet-il de se faire une première idée de la variété des fonctions dont pouvaient être investis les « qapou kethoudaleri » :

  • 42 Le premier annuaire impérial, p. 52, n 1.

« Ces fondés de pouvoir, qui résident dans la capitale sous l’autorité du gouvernement, sont les représentants ou chargés d’affaires salariés de personnages absents, ainsi que des villes et même des provinces dont ils surveillent les intérêts auprès de la Porte42. »

  • 43 Berindei et Veinstein, L’Empire ottoman et les pays roumains, p. 322.

21Ajoutons que ce titre n’est en rien une création nouvelle à l’époque des Tanîmât : le terme figure déjà, avec un sens quasiment identique, dans les documents ottomans de chancellerie du xvie siècle43. Mais s’agit-il là des mêmes fonctions que celles de Panâyoṭâkî ? Peut-on sans difficulté sérieuse souscrire à l’identité des termes kapukahyâ et apuketüdâ ? Ou bien notre dossier oblige-t-il au contraire à envisager, s’agissant de Chypre, certaines spécificités de l’office de apukahyâ – et ces spécificités ont-elles à voir avec le caractère insulaire de cette province ? Voyons quelques indices qui peuvent permettre d’envisager une réponse.

L’ombre des « drogmans du Palais »

  • 44 İ.MVL 1350, 17 î-l-a’de 1261 (17 novembre 1845).
  • 45 Kyrris (« The role of the Greeks », p. 175 sq.) propose une riche synthèse documentaire et bibliogr (...)
  • 46 A.MKT 204/77 (1265/1849) : le gouverneur’Abdüllatîf Efendi fait référence au matûl ιbrιs tercümân (...)
  • 47 Theocharidis, Σμμεικτα δραγομανικά, p. 53.
  • 48 Pease, The diaries, p. 815: Hadji Kyrie has been made dragoman [...], an office which was abolished (...)

22Il est important de relever d’abord un élément intrigant qu’un couple de documents datés de 1845 vient ajouter au dossier : ayant reçu un ’arżuhâl d’un certain Lâzarâkî, la Meclis-i Vâlâ transmet le résultat de ses délibérations au grand vizir, et précise alors que le susnommé est « l’ancien traducteur de Chypre » (ιbrιs tercümâni sâbi) ; mais les services du adâret, dans la note qu’ils présentent au sultan pour résumer l’état du dossier, amendent cette qualification : sous leur plume, Lâzarâkî devient « l’ancien apukahyâ de Chypre » (ιbrιs apukahyâsi sâbi)44. Les deux mots seraient-ils donc interchangeables ? Pourtant, appliqué (comme ici) à des sujets hellénophones (rûm) de l’Empire, le terme tercümân rappelle immanquablement des pratiques administratives devenues obsolètes et surtout dangereuses, aux yeux des dirigeants ottomans, depuis la guerre d’indépendance grecque : on aurait pu s’attendre à ce qu’il ait été banni du vocabulaire administratif à la Sublime Porte. Mais surtout, s’agissant de Chypre, le mot est teinté d’une couleur très locale : des chroniques ecclésiastiques à aujourd’hui en passant par la classique History of Cyprus de George R. Hill, la tradition historique bruit de murmures concernant le « drogman du Palais » (Sarây tercümânι) qui siégeait auprès du gouverneur de Lefḳoşa. On raconte que, jusqu’aux premières décennies du xixe siècle, ce personnage était le vrai maître de Chypre : c’est lui qui, avec l’appui de la hiérarchie ecclésiastique locale, supervisait l’application de la fiscalité ottomane à une population majoritairement hellénophone ; contestée par les aġa de l’île, placée sous tutelle par la Porte en 1809 après l’exécution du fameux Hadjigeorgakis Kornesios, l’autorité du Sarây tercümânι aurait été balayée par la guerre d’indépendance grecque, en 182145. Dans la documentation ottomane des années 1840, il semble que cet office ne soit plus mentionné qu’in memoriam : il est parfois précisé que Yânḳo, l’un des ocabaşι de la province à cette époque, est le fils d’Hadjigeorgakis, ancien ιbrιs tercümâni46 ; et un document publié par Ioannis P. Theocharidis47 permet de vérifier que cette formule était bien le titre utilisé par Hadjigeorgakis Kornesios dans les correspondances signées de sa main. D’autres éléments viennent néanmoins nuancer cette impression de désuétude : ainsi le missionnaire américain Lorenzo Warriner Pease, relatant son séjour à Chypre en 1838, explique-t-il qu’un certain « Hadji Kyrie a été fait dragoman [...], un office que le Sultan a aboli lorsque Hadji Georgaki a été exécuté48 ». Il précise certes par la suite qu’il ne s’agissait que d’une rumeur – mais ne se pourrait-il pas que Panâyoṭâkî, lui, ait occupé ces mêmes fonctions de Sarây tercümânι, titre dont ιbrιs apukahyâsi apparaîtrait alors comme le simple synonyme ? Ou bien suffit-il, pour expliquer cette coïncidence lexicale, d’invoquer une facilité de langage, une tenace survivance terminologique ?

  • 49 Cf. A Dragoman’s house.
  • 50 L’allusion de Dionyssiou (The Implementation of the Tanzimat reforms in Cyprus, p. 54) à des lettre (...)
  • 51 Hill, A History of Cyprus, t. IV, p. 118-119, citant Indianos, « Δραγομανία και δραγομάνοι », p. 17 (...)

23L’étude du ’arżuhâl de Yosefa offre un premier élément de réponse : la requête a été envoyée après le décès de Ḳomis le 19 juin 1848, et reçue à la Sublime Porte avant le 27 juin, puisque telle est la date portée sur la note que le apudân Paşa rédige pour préparer une réponse. Un intervalle de temps aussi réduit rend peu probable que la famille Panâyotâkî réside à Chypre : les délais moyens de réception à la Sublime Porte des correspondances venues de la province sont en effet rarement inférieurs à un mois. Donc, contrairement à un Hadjigeorgakis Kornesios, dont la majestueuse demeure honore encore le vieux Nicosie49, et conformément d’ailleurs à ce qu’indique le mot apu-kahyâ, Komis Panâyoṭâkî résidait et officiait très probablement auprès de la Porte, à Istanbul50. En soi, ce constat n’invalide pas l’hypothèse d’une identité entre le titre de drogman du Palais et celui de apukahyâ de Chypre : cette identité demeure parfaitement envisageable, à condition d’imaginer qu’un recentrage géographique et administratif est intervenu entre-temps. Et de fait, dès la disgrâce d’Hadjigeorgakis en 1809, son successeur est « nommé non par les évêques, comme le voulait la tradition, mais par le gouvernement central », et il s’agit d’un certain Lambros, « un Grec phanariote de Constantinople, qui avait auparavant été attaché à l’armée anglaise en Égypte »51. À supposer que Panâyoṭâkî ait été considéré par les dirigeants ottomans comme un ιbrιs tercümânι au même titre que Lambros, la seule différence entre les deux hommes serait, on l’a vu, que l’un réside à Istanbul tandis que l’autre continue d’officier à Chypre. Quant au terme apukahyâ, la difficulté est que nous ignorons si son usage était traditionnel (mais apparemment ignoré par l’historiographie) ou s’il est apparu avec les premières Tanîmât ; cela étant, on comprendrait aisément qu’à la faveur de la réorganisation centralisatrice amorcée à partir de 1809, apukahyâ ait semblé à la Sublime Porte plus approprié et pertinent que tercümân (somme toute imprécis et, après 1821, réputé séditieux), et se soit donc diffusé à ses dépens, tout en désignant un office éminemment comparable.

Une administration provinciale aux couleurs phanariotes (du Danube aux îles égéennes, ou inversement)

  • 52 İ.MVL 1350.
  • 53 Concernant les tercümân dans les provinces ottomanes (à Salonique et İzmir en particulier) à l’aube (...)

24Un deuxième indice attire néanmoins l’attention ; il permet de comprendre un trait crucial des fonctions de Panâyotâkî, en même temps qu’il suggère une hypothèse bien différente pour expliquer la confusion des termes apukahyâ et tercümân. Le ’arżuhâl de notre dossier traduit, ne serait-ce que par son destinataire, des liens de subordination manifestes entre Ḳomis Panâyotâkî et le apudân Paşa. Or un rapprochement avec le ’arżuhâl de 1845 de Lâzarâkî cité plus haut52 s’impose : on y apprend que ce dernier est désormais employé, depuis dix ans, dans l’ « interprétariat de la Flotte impériale » (Donanmâ-Yι Hümâyûn tercümânlιġι). La piste qui s’ouvre ici n’est plus celle du singulier drogman du Palais de Chypre, mais de la multitude de sujets rûm de l’Empire traditionnellement employés comme traducteurs par l’État ottoman : si permanence du terme tercümân il y a, c’est donc en son sens le plus générique, non dans l’acception spécifique qui lui était attachée autrefois à propos d’un Hadjigeorgakis53. Au sein de la marine ottomane, en particulier, s’offrait à ces traducteurs rûm la possibilité d’une véritable carrière. Or, la description que Carter Findley propose de cette filière de promotion sociale invite à conclure qu’un terme est tout indiqué pour caractériser le profil social de Panâyotâkî comme de Lâzarâkî : phanariote. Voici en effet ce qu’il écrit :

  • 54 Findley, Bureaucratic Reform, p. 92: By the first quarter of the eighteenth century, the Phenariots (...)

« Dès le premier quart du xviiie siècle, les Phanariotes avaient développé l’équivalent d’un cursus honorum officiel, composé de positions au sein du système administratif ottoman, distinctes des postes occupés par les laïcs dans la communauté orthodoxe. Si l’on en croit Cevdet, les positions les plus basses de ce cursus honorum étaient celles des deux agents (kapι kâhyasι) que les princes tributaires de Moldavie et Valachie employaient, de la même façon que les gouverneurs de province ordinaires, afin de les représenter auprès de la Sublime Porte. Au-dessus d’eux, par ordre d’importance croissant, on trouvait l’interprétariat de la Flotte impériale, puis celui du Divan impérial, et enfin les deux trônes princiers de Moldavie et Valachie54. »

  • 55 Les documents à ma disposition offrent aussi des details sur les rémunérations (ma’âş) associées à (...)

25Le peu que nous avons appris du parcours de Lâzarâkî semble confirmer ce tableau, tout en le complétant sur deux points. D’une part, cette belle pyramide est encore en place dans les années 1840 : elle ne semble pas avoir été ébranlée outre mesure par le soulèvement hellène en 1821, même s’il resterait à évaluer l’impact exact de la création en 1833 du « Bureau des traductions » (Tercüme Oasι) sur le recrutement de ces tercümân. D’autre part, il était manifestement d’usage, avant d’être promu à l’interprétariat de la Flotte, d’occuper les fonctions de apukahyâ de Chypre55.

  • 56 Uzunçarşılı (Osmanlι devletinin merkez ve bahriye teşgkilâtı, p. 417) confirme que Donanma tercümân (...)
  • 57 Ahmed Cevdet, Târî, p. 64 : Böyle bir arrâf uşâġιnιñ ayιrιdan gelübde [Tersâne’de] divânâne ter (...)
  • 58 Pippidi, Hommes et idées du Sud-Est européen, p. 346-347.

26On aura remarqué aussi que Carter Findley n’établit aucune distinction entre kapukahyâ et apuketüdâ, et pourtant certaines nuances s’imposent ici sur ce point : d’abord, s’agissant de Chypre le apukahyâ représente à la Porte un « gouverneur de province » inhabituel, le apudân Paşa ; de plus, ainsi que Carter Findley le souligne lui-même, ses perspectives de promotion sociale s’inscrivent dans un horizon à part, tourné vers les plaines danubiennes et leurs trônes princiers – bref, vers un titre et un rang auxquels il semble improbable de voir accéder un « ordinaire » apuketüdâ de province. Pourtant, dans le même temps, la plus grande prudence s’impose quant à la validité de la piste phanariote ainsi ouverte : car le passage de la Târî-i Cevdet signalé par Carter Findley relate en fait la carrière d’un haut personnage, Mâvroyânî Beg (exécuté en 1789, et plus connu en Occident sous le nom de Nicolas Mavroyéni), dont le chroniqueur ottoman souligne l’origine sociale bien peu phanariote : ce Pariote, raconte Cevdet, commence sa carrière au service de Ḥâcι Nîḳolâkî, ṣarrâf du apudân Paşa Cezâ’irli Ġâzi Hasan Paşa ; il apprend l’italien en même temps que le fils de son patron, İstâvrâkî (qui devient par la suite interprète au Divân-ι hümâyûn). Puis, sur recommandation du arrâf, il entre comme scribe (yazιcι) dans la « suite de l’interprète de la mer » (deryâ tercümânι ma’iyeti) ; sa débrouillardise (cerbezelü ve açι göz olmak)attire l’attention de Hasan Paşa, qui le fait nommer deryâ tercümâni56. Or, souligne Cevdet, le fait qu’un « domestique de arrâf venu d’un tout autre milieu » accède à un tel rang a suscité le désarroi jaloux et envieux de tous les Phanariotes (Fenârlüler)57. Si cursus honorum il y a, il n’est donc pas réservé à ces derniers. Sans doute, pour revenir à la famille Panâyotâkî, le ’arżuhâl cité permet-il de constater que ses membres font montre d’une remarquable maîtrise du langage protocolaire ottoman, mais cela ne suffit nullement pour préjuger d’éventuels liens, géographiques ou sociaux, des Panâyotâkî avec les élites du Phanar. Consolons-nous en rappelant une conclusion des études menées par Andrei Pippidi58 :

« En se confondant avec les "serviteurs de l’État", les Phanariotes se présentent comme une classe politique, une classe hétérogène par définition, puisqu’elle ne connaît ni les distinctions d’origine ethnique ni celles d’origine sociale. [...] les Phanariotes n’ont jamais existé, sinon comme une vue de l’esprit. »

  • 59 Orhonlu, « Tercüman », p. 180.
  • 60 Emecen (« Some notes », p. 259) mentionne allusivement un document concernant un tercümân aux fonct (...)
  • 61 A.MKT 178/23 : ιbrιs cezîresi re’âyâsιnιñ apukahyâligi. Le terme re’âyâ ne désigne plus, à cette (...)
  • 62 A.MKT 141/79.
  • 63 Kyrris, « The role of Greeks », p. 177 (the chief Christian sipahi of the island at the head of all (...)

27Un détour s’impose alors, afin de préciser davantage les fonctions qu’occupe Ḳomis Panâyoṭâkî au sein de la suite du apudân Paşa. Cengiz Orhonlu59 explique que le Deryâ tercümânι était chargé de contrôler le paiement des impôts appliqués aux non-musulmans des îles comprises dans l’eyâlet du apudân Paşa60. Or, dans une lettre écrite le 7 rebî’ü-l-âir 1265 (2 mars 1849), le â’im-maâm de Chypre ismâ’îl’Âdil Paşa mentionne le « apukahyâli des reâ’yâ de l’île de Chypre61 ». Et le troisième document de notre dossier62 permet de remarquer que le défunt Ḳomis Panâyoṭâkî jouissait précisément de prérogatives fiscales vis-à-vis des non-musulmans de Chypre : il supervisait, est-il expliqué, la perception de « l’impôt acquitté par les re’âyâ de l’île sus-mentionnée » (cezîre-i mekûre re’âyâsı virgüsı). Les pièces du puzzle s’emboîtent parfaitement... et le résultat n’est pas sans rappeler les prérogatives fiscales dont, dit-on, le Sarây tercümânι jouissait quelques décennies plus tôt ! Mais que cela soit clair : en l’état actuel de mes connaissances, il serait décidément téméraire d’avancer l’idée d’une quelconque continuité (sinon identité) entre « drogman du Palais » et « apukahyâ de Chypre ». La seule certitude est qu’a contrario un élément essentiel distingue Panâyoṭâkî d’un Hadjigeorgakis (en laissant de côté la différence, d’importance somme toute relative, de leurs lieux de résidence) : tandis que le Sarây tercümânι a pu être considéré comme « le principal sipahi chrétien de l’île, placé à la tête de tous les secteurs de l’administration y compris les fonctions militaires63 », le ιbrιs apukahyâliġi est un office parmi d’autres au sein de la Flotte impériale, puisque son titulaire est simplement le délégué du Donanma tercümânι, chargé de la fiscalité des re’âyâ de Chypre.

  • 64 Pippidi, Hommes et idées du Sud-Est européen, p. 347.
  • 65 Notons que dans les années 1750-1770 le frère du sus-cité Nicolas Mavroyéni, Démétrius, occupe lui (...)
  • 66 Sfyroeras, « Οι δραγομάνοι τou Στόλου », p. 66-67 (cité par Zervos, « À la recherche des origines d (...)
  • 67 Zervos, « À la recherche des origines du phanariotisme », p. 321.
  • 68 Un autre élément signalé par Zervos rendrait presque troublantes les similitudes que, en termes d’a (...)

28Dans ces conditions, il apparaît que la piste du Phanar a peut-être été éludée un peu vite : car la méthode d’administration provinciale entrevue ici suggère que les fonctions du ιbrιs apukahyâsı ressortissent bel et bien à un « ordre politique phanariote64 ». En effet, elles impliquent l’existence d’un vivier d’administrateurs dont les prérogatives (la fiscalité des seuls re’âyâ), sinon le profil social, tranchent avec celles des autres serviteurs du sultan ; et une telle démarche fait directement écho à l’ « essai d’instaurer la concorde sociale sous l’égide du sultan, au profit des plus adroits intermédiaires entre le gouvernement ottoman et les pays roumains », dont parle A. Pippidi. La question se pose au demeurant de savoir si, en la matière, les principautés danubiennes (berceau présumé du phanariotisme) ont été le laboratoire d’un précédent ensuite administré à d’autres provinces (parmi lesquelles des îles comme Chypre, dotées d’un apukahyâ), ou bien si le milieu insulaire (notamment égéen) n’a pas été le lieu premier où s’élabora cette formule de délégation de pouvoirs. S. Zervos a ainsi étudié la carrière du grand drogman de la Porte Panayote Nikoussios dans le dernier quart du xviie siècle : il observe que ce personnage, en récompense des services rendus au grand vizir pendant la guerre de Crète, fut récompensé par l’octroi des impôts de Mykonos (qu’il percevait par l’intermédiaire de représentants locaux, ou ετίτροποι), et se vit de plus conférer le titre de « voïvode »65. L’homme exerça en fait, selon la correspondance retrouvée par Zervos, des pouvoirs judiciaires étendus à bien d’autres îles de la mer Égée – pouvoirs qui auraient été par la suite cédés à... l’interprète de la Flotte impériale66. D’où l’hypothèse selon laquelle « cette première “sous-traitance” du pouvoir ottoman préparait celle, plus tardive, des Principautés danubiennes par les Phanariotes67 ». Aussi peut-on envisager que l’administration provinciale « phanariote » ébauchée en 1669-1673, autour de Panayote Nikoussios, ait tramé dans l’Archipel un maillage d’offices dont participeraient les fonctions occupées par son lointain homonyme en charge de Chypre68.

Du apukahyâ au apuketüdâ : la tradition insulaire oblitérée par une volonté réformatrice

29La demande formulée par la veuve Panâyotâkî pose aux autorités ottomanes la question de la perpétuation d’une telle méthode administrative, ce dans un contexte éminemment réformateur : l’idée de la réorganisation de l’eyâlet des îles, décidée quelques mois plus tard, est très probablement en cours de maturation au sein de la bureaucratie ottomane (en réaction, notamment, aux inquiétudes suscitées par le Printemps des peuples). Dans ces conditions, les documents de notre dossier offrent une belle occasion de déterminer quelle pertinence la politique des réformateurs accorde au paramètre insulaire.

  • 69 Une autre traduction possible de bu maûle cezîreler apukahyâliġi serait « la apukahyâh de ce ge (...)

30Car voici qu’en réponse au’arżuhâl reçu, le apudân Paşa Mehmed’Alî Paşa rédige, le 27 juin 1848 (25 receb 1264), un tekire (« mémoire ») contenant ses commentaires et recommandations sur la situation évoquée. Dans cette note transmise ensuite au ministre des Finances par le grand vizir, Mehmed’Alî Paşa s’oppose résolument à la nomination d’un nouveau ιbrιs apukahyâsı, en développant une argumentation en deux temps. D’abord un constat général : « il n’est pas sans inconvénient que ce genre de apu kahyâli insulaire69 soit concédé à certains individus [ba’zi kesân] », écrit-il. Cette remarque allusive exprime-t-elle la méfiance développée par les administrateurs ottomans, suite au soulèvement hellène, à l’égard des Rûm traditionnellement employés par eux comme tercümân ? C’est possible, mais alors on s’étonne de ce qu’une telle recommandation s’impose encore vingt-sept ans après les faits – et peut-être devient-il nécessaire de mettre en sourdine le choc que ceux-ci auraient provoqué à la Sublime Porte. Puis Mehmed’Alî Paşa aborde le cas chypriote à proprement parler :

« Suivant l’exemple du kapukahyâlık de Rhodes, qui a été supprimé depuis quelque temps, il serait conforme aux circonstances que les affaires de cette île [Chypre] soient traitées non plus par concession à un individu mais, sous la houlette heureuse de Son Altesse royale, par le apuketüdâ des â’im-maâm près la Porte de la Félicité, ainsi que par leurs chargés d’affaires [müdîr-i umûrlari], comme c’est le cas pour d’autres lieux. »

  • 70 Akyιldιz, Tanzimat dönemi Osmanlι merkez teşkilatinda reform, p. 282 n. 2.
  • 71 On serait tenté de décrire ce processus, en renversant la formule appliquée par Madeline Zilfi à la(...)

31Pas de doute, donc : la méthode traditionnelle est ici sous la menace d’une volonté politique réformatrice. Mais, alors même qu’il recommande d’effacer les dernières traces de ces usages du passé, le apudân Paşa offre in extremis de nouvelles précisions sur leurs contours. L’expression cezîreler apuahyâlıġı retient particulièrement l’attention, en même temps qu’elle pose un problème de traduction. S’agit-il d’une « intendance des îles », donc d’un office unique, tel celui que C. Orhonlu prête au Deryâ tercümânı ? Ou est-il plus juste de lire « l’intendance d’îles » (comprendre : de certaines îles), ce qui suggérerait plutôt une poussière d’offices ? Grammaticalement, l’absence de génitif invite à considérer la seconde option comme la plus plausible. Un autre élément paraît la confirmer : parmi les membres du « Conseil d’agriculture » (Meclis-i zirâ’at) constitué à la Sublime Porte en février 1843 (4 muarrem 1259), on note la présence d’un marchand nommé Yani, désigné comme Saιz apιkahyâsι70. Enfin, il semble tout de même plus probable que Mehmed’Alî Paşa se prononce pour la suppression des apukahyâ « subalternes » que pour celle d’un important tercümân de sa suite. Il devient ainsi possible d’élargir quelque peu mes conclusions : manifestement, avant 1849, bon nombre d’îles de la mer Blanche (voire toutes, mais rien ne l’assure) voyaient certaines de leurs affaires – notamment la fiscalité des habitants non musulmans, qui représentent généralement la majorité si ce n’est la totalité de leur population – déléguées à autant de apukahyâ « insulaires » (cezîre apukahyâlarι), subordonnés à l’interprétariat de la Flotte impériale. Et tout se passe comme si, avec la création-rénovation de l’eyâlet des îles de la mer Blanche, les autorités ottomanes voulaient substituer un gouvernement des îles, avec une bureaucratie bien en place, à la multitude des affaires insulaires jusque-là confiées à certaines familles haut placées71.

  • 72 Canatar, « Kethüdâ », p. 332.
  • 73 Sâlnâme 1265, p. 87 ; Sâlnâme 1266, p. 47. Ce caractère multi-provincial n’est pas davantage une in (...)

32Pourtant, en apparence, le titre de apukahyâ n’est pas mis au ban de la terminologie administrative ottomane au cours des « premières Tanîmât », puisqu’il perdure dans les sâlnâme sous sa forme jumelle : apuketüdâ. J’ai néanmoins déjà eu l’occasion de m’interroger sur la synonymie de ces deux termes – et les nuances entrevues précédemment prennent à présent de la consistance : car sous la plume du apudân Paşa la prise en charge par les apuketüdâ des gouverneurs, dans les îles comme Chypre et Rhodes, des fonctions autrefois attribuées aux apukahyâ « insulaires », apparaît bel et bien comme un bouleversement radical du réseau d’intermédiaires traditionnel. Mehmed Canatar confirme cette nette distinction des deux termes ketüdâ et kahyâ (dans leur acception administrative), non sans suggérer qu’elle est antérieure aux réformes du xixe siècle : le premier, explique-t-il, désigne généralement les représentants d’agents de l’État, tandis que le second fait plutôt référence à des individus chargés d’affaires « non musulmanes »72. Les fonctions du ιbrιs apukahyâsı, on l’a vu, confirment trait pour trait cette hypothèse. Et il n’est dès lors pas surprenant que Mehmed’Alî Paşa ait pris bien soin de distinguer les deux termes, de ne pas employer l’un pour l’autre. Par là, on perçoit l’objectif de ses recommandations : la terminologie traditionnelle apukahyâ doit être démonétisée ; on pourrait dire aussi (si l’on m’autorise le bricolage verbal) « désinsularisée », puisque les apuketüdâ seraient appelés à gérer les affaires d’îles comme Chypre « au même titre que celles d’autres provinces » (sâ’ir mahaller gibi), écrit Mehmed’Alî Paşa. Aussi les apuketüdâ sont-ils souvent des personnages aux attributions multi-provinciales : tel ce Nûrî Beg, cité dans les sâlnâme de 1265 et 1266, qui est simultanément chargé des affaires de Vidin, Chypre, Trabzon, Belgrade et Biga73. Victime de cette mutation, la spécificité que l’ancien titre kapukahyâ accordait de facto aux provinces insulaires (ou du moins à certaines) se trouve manifestement oblitérée.

  • 74 A.MKT 187/23 (6 cemâîü-l-evvel 1265/30 mars 1849).
  • 75 Scheben, Verwaltungsreformen der frühen Tanzimatzeit, p. 86.
  • 76 MD 257-487: cezâ’ir-imekûreniñ Tersâne-i’âmireme olan merbûtiyet-iadîmi yine bâî alma [üzere].(...)

33Reste, au bout du compte, à poser une dernière question : dans quelle mesure l’évolution recommandée par le apudân Paşa participe-t-elle de quelque « esprit des Tanîmât », dont la réorganisation de 1849 représenterait la concrétisation ? Car après tout, les recommandations du apudân Paşa répondent avant tout à une sensibilité de militaire : sa préoccupation est de remplacer le ιbrιs tercümânι rûm par un serviteur fidèle, à l’abri des influences subversives. Mais cet enjeu semble avoir été intégré sans mal à la perspective plus large des réformateurs, dont la priorité à ce moment-là est d’établir une administration provinciale civile, marquée au coin d’une volonté centralisatrice et uniformisatrice : lorsque, au printemps 1849, Mûsa Ṣafvetî Paşa installe son vâlîlik à Rhodes, il débarque escorté d’une bureaucratie en modèle réduit, calquée sur l’administration centrale telle qu’elle a été rénovée depuis Mahmud II ; celle-ci comprend notamment une rûmî kitâbeti (« secrétariat grec »), en charge de laquelle est nommé un tercümân, rûm, certes, mais issu de la Tercüme Oasi74. Pour autant, cette « démilitarisation de l’administration provinciale75 » a ses limites : l’ordre de nomination de Ṣafvetî Paşa précise expressément que le « lien ancien » entre les îles de la mer Blanche et l’Arsenal impérial (Tersâne-i ‘âmire) doit perdurer76. On touche ici aux limites de la banalisation du critère insulaire par les réformateurs, aux confins où perdurent la nezâket-i mevi’iyye des îles et aussi, peut-être, un peu d’une administration provinciale aux couleurs phanariotes.

Conclusion

34Il semble ainsi possible de proposer la conclusion suivante : l’évolution du statut de Chypre au sein de l’État ottoman, qui va de pair avec la mise sur pied d’un nouvel eyâlet des îles de la mer Blanche en 1849, traduit l’entrecroisement de deux éléments distincts. D’une part, une réflexion des milieux militaires, héritée de vingt ans (au moins) de guerre sur mer, qui donne le primat à la sensibilité des îles aux influences subversives ; d’autre part, une volonté politique réformatrice, soucieuse de mettre en place une administration civile (c’est-à-dire avant tout fiscale) mieux ordonnée. Dans ce double processus, faisons le point sur la part de l’élément insulaire : il joue les premiers rôles et les figurants à la fois. Premier rôle, car de par leur « position délicate » Chypre et ses consœurs égéennes se voient accorder un traitement de faveur : leur santé militaire est suivie de près, et la décision de les regrouper toutes au sein d’une même circonscription administrative – alors même qu’elles ne sont, pour certaines, pas du tout voisines – est révélatrice d’un imaginaire bureaucratique charmé par l’Archipel (autant que fidèle à la tradition de l’eyâlet du apudân Paşa). Mais l’élément insulaire se voit simultanément cantonné au rôle de simple figurant : la peur de la subversion incite les autorités militaires à prôner la centralisation, le subtil maillage de tercümân-apukahyâ mis en place sous la houlette du apudân Paşa dût-il être disloqué ; l’eyâlet nouveau renvoie à cette même logique uniformisatrice, celle d’une reprise en main par l’État de provinces (et de méthodes administratives) devenues, aux yeux des réformateurs, incontrôlables.

  • 77 Certeau, Histoire et psychanalyse, p. 65.

35Voilà donc le clair-obscur auquel nous avons affaire : au bout du compte, rien de tranché, de définitif ; rien qui autorise « les usages métonymiques ou métaphoriques du détail supposé significatif d’un ensemble77 ». De fait, les sâlnâme de 1271-1272 (1856-1857) réservent une petite surprise : s’y trouvent mentionnés un apuketüdâ qui se consacre exclusivement aux affaires de Chypre, et un autre chargé des seules îles de la mer Blanche. Serait-il donc question, avec les « secondes Tanîmât », d’une réactualisation du critère insulaire ?

Glossaire turc ottoman

Le classement adopté suit l’ordre alphabétique du turc moderne. Par défaut, le sens indiqué s’entend eu égard au vocable administratif ottoman du xixe siècle.

’arżuâl : pétition, placet (adressé directement à un haut dignitaire de l’État ottoman, voire au sultan lui-même)

cezîre : île

eyâlet : province

aṭṭ-ι şerîf : rescrit impérial (en particulier, il est coutume de désigner ainsi l’édit promulgué par le sultan le 3 novembre 1839)

aι : juge nommé dans chaque province à la tête du tribunal coranique

â’im-maâm : « lieutenant » ; en particulier, gouverneur d’un district provincial (livâ) au sein d’un eyâlet

apudân Paşa : commandant en chef de la flotte ottomane

oca başι : notables locaux non-musulmans, investis de certaines responsabilités communautaires (notamment fiscales)

livâ : district d’une province (eyâlet)

meclis : assemblée

Meclis-i Vâlâ : (nom complet : Meclis-i Vâlâ-yı Akâm-ı ‘Adliyye, généralement traduit « Conseil Suprême des Ordonnances Judiciaires ») organe gouvernemental créé le 23 mars 1837, investi (jusqu’en 1853 surtout) de prérogatives étendues pour le contrôle et la discussion des affaires de l’Empire

muaṣṣil : (littéralement) collecteur ; (sens administratif après 1840) administrateur civil réunissant entre ses mains l’ensemble des prérogatives fiscales auparavant concédées aux notables-fermiers

re’âyâ : sujet non-musulman de l’Empire, équivalent de immî

adâret : services du grand vizir à la Sublime Porte

Rûm : terme appliqué aux hellénophones de l’Empire (par opposition à Yûnân, qui désigne les sujets de l’État grec après 1830)

sâlnâme : annuaire administratif de l’État ottoman

arrâf : grand financier, banquier

tanîmât : (nom commun) mises en ordre, réorganisations ; (nom propre, généralement sous la forme tanîmât-ι ayriyye, « bienfaisantes réformes ») réformes mises en œuvre par l’État ottoman durant la période 1839-1876

tercümân : traducteur, « drogman »

vâlî : gouverneur de province (eyâlet)

Bibliographie

Sources d’archives

A.DVN : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Βâb-ι Alî Sadâret evrakι– Divân-ι Hümâyûn Kalemi.

A.MKT : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Βâb-ι All Sadâret evrakι– Mektubî Kalemi.

A.MKT.UM : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Βâb-ι Alî Sadâret evrakι – Mektubî Kalemi, Umûm Vilâyât.

CCC : Archives du ministère des Affaires étrangères (Paris), Correspondance Consulaire et Commerciale.

FO: Public Record Office (Kew), Foreign Office.

HAT: Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Hatt-ι Hümâyûn.

MD: Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Mühimme Defterleri.

TSR.KB.NZD: Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Taşra evrakιιbrιs Mutassarıflıği – Mabeyn, Sadâret ve büyük dairelerin yazışmaları.

İ.MVL: Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Bâb-ι Alî Sadâret evrakι – İrâde – Meclis-i Vâlâ.

İ.Dah: Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Βâb-ι Alî Sadâret evrakι – İrâde– Dâhiliye.

Ouvrages cités

A Dragoman’s House: the House of Hadjigeorgakis Kornesios in Nicosia: a study of its background and architecture, s.l. [Copenhague], 1993.

Ahmed Cevdet Paşa, Târî-i Cevdet, 12 vol. , Istanbul, 1309 [1891-1892] (2e éd.).

Ahmed Lûtfî Efendi, Vaka’anüvis Ahmed Lûtfî Efendi tarihi, Istanbul, 1999 (1re éd. 1290/1873-74).

Akyildiz (Ali), Tanzimat dönemi Osmanlι merkez teşkilatinda reform, 1839-1856, Istanbul, 1993.

Anagnostopoulou (Athanassia), « Les rapports de l’Église orthodoxe avec le Kapudan Pacha (fin du xviiie-début xixe siècle) », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 265-289.

Arιkan (Zeki), « La situation administrative, démographique, économique et sociale du vilayet des îles de l’Archipel ottoman dans la seconde moitié du xixe siècle », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 223-239.

Beckingham (C. E.), « Djaza’ır bahr-ι Safid », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. II, Leyde-Paris, 1965, p. 534-535.

Berindei (Mihnea) et Veinstein (Gilles), L’Empire ottoman et les pays roumains 1544-1545. Étude et documents, Paris-Cambridge, 1987.

Birken (Andreas), Die Provinzen des osmanischen Reiches, Wiesbaden, 1976.

Blancard (Théodore), Les Mavroyéni. Essai d’histoire additionnelle à l’histoire moderne de la Grèce, de la Turquie et de la Roumanie, Paris, s.d. [1893].

Bostan (İdris), 2002, « The establishment of the province of the Cezayir-iBahr-ı Sefid », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 241-251.

Canatar (Mehmed), « Kethüdâ », in Türkiye Diyânet Vakfι İslâm Ansiklopedisi, vol. 25, Istanbul, 2002, p. 332-334.

Certeau (Michel de), Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, 2002 (éd. revue et augmentée de l’édition originale de 1987).

Çadιrcι (Musa), Tanzimat döneminde Anadolu kentlerinin sosyal ve ekonomik yapıları, Ankara, 1991.

Çiçek (Kemal), « Osmanlιlar zamanιnda Kιbrιs », Tarih ve Toplum, 23-136, 1995, p. 58-61.

De Groot (Alexander A.), « Ḳubrus », in Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, vol. V, Leyde-Paris, 1986, p. 301-309.

Dionyssiou (George), The Implementation of the Tanzimat Reforms in Cyprus (1839-1878). An assessment of the Greek and Ottoman evidence from local sources, Univ. of Birmingham, Centre for Byzantine, Ottoman and Modern Greek Studies, Master of Letters thesis [non publiée], 1995.

Emecen (Feridun), « Some notes on defters of the Kaptan Pasha eyaleti », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 253-261.

Findley (Carter V.), Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte 1789-1922, Princeton, 1980.

Greene (Molly), Christians and Muslims in the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2000.

Hill (George R.), A History of Cyprus, vol. IV: The Ottoman province – The British colony, 1571-1948, Cambridge, 1972 (1re éd., 1952).

İnalcık, (Halil), « Tanzimat’in uygulanması ve sosyal tepkileri », Belleten XXVIII-112, 1964, p. 623-690.

Indianos (Anthony Κ.), « Δραγομανία και δραγομάνοι στην Κύπρο », Κυπριακαί Σπουδαί, II, 1938, p. 121-196.

Kellner-Heinkele (Barbara), « The Saray and the Sea: Cevdet Pasha’s Ma’rûzât and Tezâkir as sources for the last holders of the office of kapudan-ι derya », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 95-108.

Kuneralp (Sinan), Son dönem Osmanlι erkân ve ricali (1839-1922). Prosopografik rehber, Istanbul, 1999.

Kütükoğlu (Mübahat S.), Osmanlı belgelerinin dili (diplomatik), Istanbul, 1998.

Kyrris (Costas P.), 1973, « The role of Greeks in the Ottoman administration of Cyprus », in Πρακτικά τον πρώτον διεθνούς κνπρολογικοvnpoύ συνεδριού (Λενκωσία, 14-19 Απριλιον 1969), Nicosie, 1969, t. Γ [III], vol. A’ [1], p. 155-179.

Le premier annuaire impérial de l’empire ottoman, ou Tableau de l’état politique civil, militaire, judiciaire et administratif de la Turquie, depuis les réformes opérées dans ce pays par les sultans Mahmoud II et Abdul-Medjid, actuellement régnant, traduit du turc par T. X. Bianchi, Paris, 1848.

Orhonlu (Cengiz), « Tercüman », İslâm Ansiklopedisi, vol. XII, Istanbul, 1974, p. 175-181.

Özkaya (Yücel), « Tanzimat öncesi sosyal ve kültürel durum ve 1840-1850 arasında taşrada Tanzimatin uygulanιşι », in Tanzimat’ın 150. yıldönümü uluslararası sempozyomu (bildiriler). 25-27 Aralik 1989, Millî Kütüphane-Ankara, Ankara, 1991, p. 121-140.

Pakalin (Mehmed Zeki), Tanzimat Maliye nazirlarι, Istanbul, 1939.

Pease (Lorenzo Warriner), Rita C. Severis (éds.), The diaries of Lorenzo Warriner

Pease 1834-1839. An American missionary in Cyprus and his travels in the Holy Land, Asia Minor and Greece, Aldershot-Burlington, 2002.

Philliou (Christine), « Mischief in the old regime: provincial dragomans and social change at the turn of the nineteenth century », New Perspectives on Turkey, 25, 2001, p. 103-121. URL: http://dx.doi.org/10.1017/S0896634600003629:

Pippidi (Andrei), Hommes et idées du Sud-Est européen à l’aube de l’âge moderne, Bucarest-Paris, 1980.

Reinkowski (aus Altötting, Maurus), « Die Dinge der Ordnung. Eine vergleichende Untersuchung über die osmanischen Tanzimat », Bamberg, Habilitationsschrift an der Fakultät Sprach- und Literaturwissenschaften der Otto-Friedrich-Üniversität [non publiée], 2001.

Scheben (Thomas), Verwaltungsreformen der frühen Tanzimatzeit: Gesetze, Massnahmen, Auswirkungen von der Verkündigung von Gülhane bis zum Ausbruch des Krimkrieges 1853, Francfort-Berne-New York-Paris, 1991.

Sfyroeras (Vassilis), « Οι δραγομάνοι του Στόλου », Επετηρίς τον Μεσαιωνικού Αρχείου, 14, 1964, p. 1-193.

Shaw (Stanford J.), « The Origins of representative government in the Ottoman Empire: an introduction to the provincial councils, 1839-1876 », in Id., Studies in Ottoman and Turkish History. Life with the Ottomans, Istanbul, 2000, p. 183-231.

Slot (B. J.), Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c. 1500-1718, 2 vol. , Istanbul-Leyde, 1982.

Şener (Abdüllatif), Tanzimat dönemi Osmanlı vergi sistemi, Istanbul, 1990.

Theocharidis (Ioannis P.), « Ανέκδοτο Φερμανί για την εΦαρμογή του Τανζιμάτ στην Κύπρο », Επετηρίς του Κέντρου Επιστεμουικών Ερευνών, XIII-XVI-1, 1948-1947, p. 447-458.

Theocharidis (loannis P.), Σύμμεικτα δραγομανικά της Kύπρου, Janina, 1986.

Ursinus (Michael), « The Tersane and the Tanzimat, or how to finance a salaried fleet », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan Pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 291-297.

Uzun (Ahmed), Tanzimat ve sosyal direnişler. Niş isyanι üzerine ayrιnιtιlι bir inceleme (1841), Istanbul, 2002.

Uzunçarşılı (Ismail Hakkι), Osmanlı devletinin merkez ve bahriye teşkilatι, Ankara, 1988 (1re éd. 1948).

Veinstein (Gilles), « The Ottoman administration and the problem of interpreters », in K. Çiçek (dir.), The Great Ottoman-Turkish Civilization, vol. 3: Philosophy, science and institutions, Ankara, 2000, p. 607-615.

Zervos (Socrate C.), « À la recherche des origines du phanariotisme : Panayote Nikoussios, le premier grand drogman grec de la Sublime Porte », Eπeτηρiç του Κέντρου Σπιατεμονικών Ερευνών, XIX, 1992, p. 307-325.

Zilfi (Madeline), « Elite circulation in the Ottoman Empire: great mollas of the eighteenth century », Journal of the Economic and Social History of the Orient XXVI-3, 1983, p. 318-364. DOI: 10.2307/3631889.

Annexes

Annexe. Transcription et traduction des documents constituant le dossier A.MKT 141/7978

Transcription

1/3

Ma’rûż-ι câriyeleridir ki

-1- Zevcim ιbrιs apukahyâsι bulunan omis Banâyoâkî [sic] bendeleri işbu mâh-ι âliñ on-yedinci yevm pâzâr irtesi79hulûl-i ecl-i mev’ûdiyla mübârek re’s-i devletlerine adaa olarak irtihâl-i dâr-ι baâ itmiş80

-2- oldιġndan – Rabbιmιz te’ala ve taaddese hażretleri ât-ι veliyyi-n-ni’amânelerine tükenmez’ömr isân buyura amîn – zevcim hâlik-i mesfûr âib-i fâmilyâ ve medyûn oldıġı ma’lûm-ı ât-ι veliyyi-n-ni’amâneleri olan mevâddan

-3- olub ve medyûn olma hasebiyle câriyeleri ve diger fâmilyâmiz ulları bî-kes ve bilâ ma‘âş ve her vechile far ü fâaya dûçâr ve sefâlet köşesinde oldιġιmιz aher min eş-şemsdir âlbuki hâlik-i

-4- mesfûr bunca sinîn adâat üzere idmet-i saltanat-ı seniyyede istidâm buyrulmuş ve sâye-i isân-vâye-i ażret-i şâhânede nâm ü nişân kesb itmiş asdiâ-yı salanat-ı seniyye

-5- teb’asindan ma‘dûd bulunmuş oldιġιna ve’ale-l-uû ât-ι veliyyi-n-ni’amânelerinden bî add ü şümâr ve bîrûn ez add ü esâb ni’met ü isân görmüş oldιġιna ve tesviye-i emirlerimizirü’yet idecek

-6- bir nefer dâmâdımıdan başa kimesnemiz olmadιġına ve apukahyâli-ımekûr açιda bulunmuş oldιġιna binâ’en def’- müżâyaa ve asâyiş ve istirâhat ve refâh-ι âl ile idâ[r]e ü ta’yyüş itmemiz ve ât-ι ażret-i

-7- mülûkâne ve cenâb-ι vâlâlarιna ed‘iye-i ayriyye yâd ü tekar olunma üzere âk-ι pâ-yι isân-be-câ-yι veliyyi-n-ni’amânelerinden işgiftâne mercû ü mutażarrı’dır ki apukahyâli-ı mekûr idmetini dâmâdımız Yorġâkî ullarınıñ

Archives du Başbakanlık. A. MKT 141/79, 1.

-8-’uhdesine iâle ü tefvîż buyrulması usûsuna müsâ’ade-i’ aliyyelerîn ibâl ü irâf ve ol-vechile sâye-i şevket-vâye-i ażret-i tâc-dârîde hâlik-i mersûmuñ nâm ü nişânι akk olmayub ibâ

-9- ve ânesi bend olmayub müceddeden küşâde buyrulması ve câriyelerin ve diger fâmilyâmiz ullarιn du’âcι ve ez ser-i nev çerâġ ü iyâ buyrulma ve bu yüzden ât-ι ażret-i pâdişâhîye ve cenâb-ι

-10- veliyyi-n-ni’amânelerine ed‘iye-i ayriyye isticlâbina himmet ve müsâ’ade-i seniyye-imün’imânelerîn bî-dirîg ve sezâ buyrulma bâbinda emr ü fermân luf ü isân-ι ażret-i men lehû-l-emriñdir

Bende zevce-i hâlik-i mersûm Yosefa câriyeleri

2/3.

Ma’rûż-ι çâker-i kemîneleridir ki

-1- ιbrιs apukahyâsi bulunan Panâyoâkî bu def’a hulûl-i ecl-i mev’ûdıyla vefât iderek kendüleri bî-vâye aldiklarindan apukahyâlı-ı mekûruñ müteveffâ-yı merûmuñ dâmâdι [Yorġâkî’niñ]

-2- ’uhdesine iâle buyrulması usûsι müsted‘î müteveffâ-yı merkûmuñ fâmilyâsι arafιndan sû-yι çâkerîye i’â olunan’arżuhâl manzûr-ι’âlî-ivekâlet-penâhîleri buyrulma

-3- üzere leffen tadim ιlιnmιş olub ma’lûm-i ‘âlî-i âsafâneleri buyrulacaġi üzere bu maûle cezîreler apukahyâliginiñ ba’zi kesân’uhdelerinde bulunmasι maḥẕûrdan sâlim

-4- olamadıġı cihetle mukaddemce Rodos kapukahyâliginiñ laġv olundιġι miillü bunuñ daî sa’ir bir kimesneye ihâlesinden arf-ι naarla saye-i muvaffaiyet-vâye-i ażret-i mülûkânede

-5- cezîre-i mekûreniñ huûât-ι vâkι’asι sâ’ir mahaller gibi â’im-makamlariniñ Dersa’âdet’de bulunan apuketüdâsi ve müdîr-i umûrları ma’rifetiyle rüy’et ü tesviye olunmasi muvâfi-ι âl

-6- ü maslahat ve şu adar ki müteveffâ-yı merkûmuñ müddet-i medîd idmet-i devlet-i ’aliyyede bulunmuş olmasιna mebnî mümkün olacaġι âlde fâmilyâsına bir midar ma’âş i‘âsι emr ü irâde-i

-7- seniyyelerine mütevaḳḳif mevâddan idügi rehîn-i rütbe-i bedâhet olmaġla ol-bâbda emr ü fermân ażret-i men lehû-l-emriñdir

fî 25 receb sene 64 [27 juin 1848] Bende Mehmed’Alî81.

Archives du Başbakanlık. A. MKT 141/79, 2.

3/3.

Devletlü efendim hażretleri

-1- [ıbrı]s apukahyâsı Panâyoâkî’niñ fevt olmasι cihetle mekûr apukahyâlıgıñ dâmâdι Yorġâkî’ye iâlesi istid’âsina dâ’ir müteveffâ-yı merûmuñ fâmilyâsι arafιndan tadîm olunan’arżuâliñ irsâliyle bunlara birer midâr

-2- ma’âş taẖṣîi uûunι mutażammın devletlü apudân Paşa hażretleriniñ tekiresi manzûr-ι müşîrîleri buyrulmak üzere leffen gönderilmiş olub müfâd-ι iş’ârdan rehîn-i’ilm-i sâmîleri buyrulacaġi vechile ikr olunan kapukahyâlı idmeti laġv olunmuş

-3- oldιġιndan idmet-i mekûreniñ maẖṣû olan ma’âşι hazîne-mânde olmalâzim geldigi ûretde andan hâlik-i merûmuñ fâmilyâsina biraz şey virilmesi huûunda re’y-i’âlîleri ne-vechile ise iş’ârι mütevaḳḳıf-ihimem-i behiyyeleridir

Fî 14 ş sene 64 [17 juillet 1848]

M82

En-dessous, de biais :

Ma’rûż-ι çâker-i kemîneleridir ki

-1- Enmile-pîrâ-yι tekrîm olan işbu fermân-nâme-i sâmî-i vekâlet-penâhîleriyle apudân-ι müşârünileyh hażretleriniñ melfûf tekireleri mü’eddâsι rehîn-i

-2- îân-ι çâkerânem olmuşdur. Hâlik-i mersûmuñ cezîre-i mekûre re ‘âyâsı virgüsine’ilâveten istiḥṣâl olunmak üzere Mâliye hazînesinden

-3- ta’vîżen iki biñ ġurûş ma‘âşι olub anca ikr olunan ma‘âş her ne adar virgüden muaṣṣa ise de cezîre-i mekûre

-4- virgüsi beher sene tamâmι tamâmina taḥṣîl olunmayub baâyâsι aldιġιna ve taḥṣîl olunsun olunmasun ma’âş-ι mekûr bu arafda

-5- Mâliye hazînesinden naden beher mâh virilmekde bulunduġuna ve avâl-i âżιre-i ażîne-i celîle cihetle ma’âş-ι mekûruñ âara

-6- taẖṣîi açıdan virilmek hükmünde oldιġιna naaren ol-bâbda icrâ-yı itiżâsı menû-i emr ü irâde-i’aliyyeleri

Archives du Başbakanlik. A. MKT 141/79, 3.

-7- olarak tekire-i mezbûre leffen i’âde ü tadîm-i âk-ι pâ-yi’âlîleri ιlιnmιş olmaġla emr ü fermân ażret-i men lehû-l-emriñdir

fî 25 ş. sene 64 [28 juillet 1848]

Bende Nâfiz.

Traduction

1/3

Voici la pétition de votre humble servante :

Le lundi dix-septième jour du mois courant, mon époux Ḳomis Banâyotâkî, apukahyâ de Chypre, étant parvenu au terme fixé pour sa vie, dont il a fait sacrifice au chef béni de l’État, s’en est allé dans sa demeure permanente – puisse notre Seigneur majestueux, qu’Il soit exalté et reconnu pour saint, donner une vie éternelle à votre personne protectrice, amen. Votre Excellence n’est pas sans savoir que mon défunt époux susmentionné était chargé de famille, et endetté ; il est par ailleurs clair comme le soleil que, de par ces dettes, votre servante et tous les autres membres de notre famille, vos esclaves, demeurés sans personne et sans revenu, sommes confrontés à la pauvreté et à la misère et réduits aux dernières extrémités. Or le défunt mentionné, depuis moult années, s’était consacré entièrement à son emploi au service du sultanat sublime, il s’était acquis, dans l’ombre bienfaisante de son Altesse impériale, gloire et renommée, et en était arrivé à être compté parmi les plus fidèles sujets du sultanat sublime ; en particulier, il a été gratifié et honoré sans borne ni nombre, sans limite ni décompte de la bonté et de la bienfaisance infinies et incomparables de Votre Excellence protectrice ; à présent personne d’autre que notre gendre n’est à même de veiller au bon ordre de nos affaires, et le apukahyâlι susmentionnée se trouve vacant. C’est pourquoi, afin d’échapper au dénuement, de réussir à mener une vie tranquille, paisible et confortable, et de réitérer nos prières de bonne fortune en faveur de Son Altesse royale et de Votre Hautesse, nous adressons avec éblouissement à la poussière des pieds de Votre Excellence bienfaisante et protectrice la suppliante prière que voici : daignez accorder et donner votre haute permission à ce que le poste du apukahyâlι cité soit conféré et concédé à notre gendre Yorġâkî, votre serviteur. Afin que, dans l’ombre majestueuse de Votre Altesse royale, le nom et la gloire du défunt ne soient pas effacés, mais se perpétuent ; que sa maison ne soit pas entravée, mais se voie concéder un épanouissement nouveau ; et que votre servante ainsi que notre famille vos serviteurs, de nouveau illuminés et comblés, prient avec ferveur pour la fortune de Son Altesse impériale et de Votre Excellence protectrice, – puissent votre assistance et votre sublime et généreuse autorisation être prodiguées et accordées. À ce sujet l’ordre et le firman relèvent de la bonté et de la bienfaisance du Seigneur dont l’autorité procède.

2/3.

Voici l’avis que soumet votre très humble serviteur :

Le apukahyâ de Chypre, Panâyotâkî, venant de toucher au terme fixé de sa vie et de décéder, sa femme, déclarant demeurer sans protection, sollicite que le apukahyâlι en question soit concédé au gendre du défunt, et la requête qu’elle m’a adressée en ce sens se trouve transmise ci-joint, afin que Votre Excellence vizirielle en prenne connaissance. Ainsi que Votre Excellence digne d’Asaf le concevra, il n’est pas sans inconvénient que ce genre de apukahyâlι insulaire soit concédé à certains individus ; suivant l’exemple du apukahyâlι de Rhodes, qui a été supprimé précédemment, il serait conforme aux circonstances que les affaires de cette île-ci soient traitées et réglées non par concession à un autre individu mais, sous la houlette heureuse de Son Altesse royale, par le apuketüdâ des âim-maâm près la Porte de la Félicité, ainsi que par leurs chargés d’affaires, comme c’est le cas pour d’autres lieux. Dans la mesure, cependant, où le défunt susmentionné s’est trouvé servir longuement l’État sublime, attendu qu’il est manifestement du ressort d’un ordre et rescrit sublime de Votre Excellence d’octroyer, dans la mesure du possible, un salaire à sa femme, l’ordre et le firman appartiennent au Seigneur dont l’autorité procède.

Le 25 receb de l’année [12]64 (27 juin 1848).

Votre serviteur Meḥmed’Alî.

3/3.

Votre Excellence mon Seigneur fortuné,

Suite au décès du apukahyâ de Chypre, sa femme a adressé un placet afin que le apukahyâlι en question soit concédé à son gendre Yorġâkî. Ce placet vous est transmis ci-joint avec le mémoire rédigé par Son Excellence fortunée le Ḳapudân Paşa, où il est suggéré d’octroyer à ces personnes quelque somme en salaire. Étant donné que, ainsi qu’il sera porté à votre haute connaissance par le contenu de cette note, la fonction de apukahyâlι a été abolie, le salaire qui lui était affecté demeure nécessairement non attribué ; il dépend donc de votre précieuse bienveillance que soit notifié l’octroi de quelque chose à la femme du défunt susmentionné, selon ce que sera votre avis élevé.

Le 14 şa’bân de l’année [12]64 (17 juillet 1848).

M.

[En-dessous, de biais :]

Voici l’avis que soumet votre très humble serviteur :

Votre serviteur a pris sûre connaissance de l’ordre viziriel donné ici, qui rehausse le bout des doigts et inspire le plus haut respect, ainsi que de la note jointe de Son Excellence le apudân susmentionné. Le défunt en question jouissait d’un salaire de deux mille piastres à percevoir sur le Trésor, en sus de l’impôt sur les re’âyâ de l’île sus-citée. Néanmoins, bien que ledit salaire ait été alloué sur l’impôt, celui-ci a été perçu incomplètement chaque année, et des arriérés persistent ; en outre, que cet impôt fût perçu ou non, le salaire sus-cité était chaque mois versé en espèces par le Trésor. Considérant l’état actuel du Trésor sublime, l’allocation dudit salaire à une autre personne consiste à effectuer le versement d’une somme non attribuée83. Eu égard à ces considérations, les mesures qui s’imposent tiennent à un ordre sublime de Son Excellence, et le mémoire susmentionné a été soumis à la poussière des pieds de Votre Excellence. L’ordre et le firman appartiennent au Seigneur dont l’autorité procède.

Le 25 şa’bân de l’année [12]64 (28 juillet 1848).

Votre serviteur Nâfiz.

Notes

1 Paraphrase de Molly Greene qui, s’agissant de la Crète des années 1571-1720, cherche à déterminer les advantages to writing the history of the eastern Mediterranean from the vantage point of an island rather than at the imperial level (Greene, Christians and Muslims, p. 6).

2 Ce constat pourrait assurément faire l’objet d’une discussion (à laquelle certains éléments considérés plus loin prêteraient même matière), mais le propos du présent article rend préférable de ne pas en aborder tous les méandres. Sur les premières réformes ordonnées à Chypre après 1839, voir les documents reproduits par İnalcik, « Tanzimat’ın uygulanması », p. 672-678 (annexes vi et vii), ainsi que Theocharidis, « Ανέκδοτο Φερμανί ». En guise de mise en perspective, Şener, Tanzimat dönemi Osmanlι vergi sistemi, p. 23-24, offre un panorama concis de l’entrée en vigueur des Tanîmât dans les provinces de l’Empire.

3 Pour des précisions sur les termes ottomans employés ici et ailleurs, un glossaire se trouve en fin d’article (ainsi que la liste des abréviations utilisées).

4 Şener, Tanzimat dönemi Osmanlı vergi sistemi, p. 41-44.

5 FO 195/102, f. 533.

6 FO 195/102, f. 448 et 577.

7 Le premier annuaire impérial de l’empire ottoman, p. 45.

8 Çiçek, « Osmanlılar zamanιnda ιbrιs ».

9 Dionyssiou, The Implementation of the Tanzimat Reforms in Cyprus, p. 1. Tous mes remerciements vont à M. Johann Strauss qui m’a communiqué cette thèse inédite.

10 CCC, Larnaca, vol. 16, f. 390 v° (dépêche n° 58).

11 CCC, Larnaca, vol. 17, f. 126 (dépêche n° 21).

12 Ahmed Lûtfî, Târîh, t. 1, p. 230 (passage cité et commenté par Ursinus, « The tersane and the Tanzimat », p. 294) : [...] Bu irada Tersâne-i’âmire’niñ asb-el-vait meârifi artmada oldιġιndan hâsιlâtι apûdân Paşalara muassas ιbrιs muhassilliġi vâridâtιnιñ daî Tersâne azînesine îrâd aydιyla apûdân Paşalara senevî dört tale alma üzere biñ kîse ma’âş taẖṣî ιlιndι. Ol-vakit Kibris’dan senevî iki biñ kîse âil olub bu taarrufdan Tersâne’ye be her sene biñ kîse îrâd ü tedârük idilmiş.

13 Il semble ainsi nécessaire d’amender la chronologie généralement acceptée, qui interrompt l’administration du apudân Paşa en 1839 (Dionyssiou, The Implementation of the Tanzimat Reforms in Cyprus, p. 1 ; Anagnostopoulou, « Les rapports de l’Église orthodoxe avec le Kapudan Pacha », p. 280).

14 MD 257-487 (fermân adressé au nouveau vâlî de la mer Blanche, 15-24 mars 1849).

15 Beckingham, « Djaza’ir bahr-i Safîd »; Bostan, « The establishment of the province of the Cezayir-i Bar-i Sefid ».

16 Liste tirée de FO 78/802, f. 243 (dépêche n° 5, Kerr à Palmerston, 15 avril 1849). L’ordre conservé à Istanbul donne une liste plus succincte : Rhodes, Chypre, Istânköy (Cos), Sâkiz (Chio), Midillü (Mytilène). Le cas de Samos (dont l’administration est réputée autonome, sous l’autorité d’un « prince », à partir de 1832) peut ainsi prêter à interrogation ; cependant les sâlnâme de l’époque confirment à la fois que l’île est administrée par un beg, et qu’elle est officiellement partie prenante de l’eyâlet des îles.

17 II a été ministre des Finances (Mâliye nâιrι) de 1841 à 1845, puis vâlî de Damas de février 1846 à mars 1848 (Kuneralp, Son dönem Osmanlι erkân ve ricali, p. 108). Pour plus d’informations sur ce personnage, on peut se référer à Pakalin, Tanzimat Maliye nazirlarι, t. 1, p. 51-79.

18 À ma connaissance, seuls Hill (A History of Cyprus t. IV, p. 178, n. 2), De Groot (« Ḳubrus », p. 306) et Dionyssiou (The Implementation of the Tanzimat Reforms in Cyprus, p. 36 et 43 n. 49, avec référence à une copie de l’ordre conservée aux archives de l’Archevêché à Nicosie) mentionnent avec netteté la réforme de 1849 en mer Blanche. Beckingham (« Djaza’ir bahr-ι Safid », p. 535) et Arikan (« La situation administrative », p. 227) ne vont pas au-delà d’une allusion très imprécise. D’un point de vue plus général, Çadırcı (Tanzimat döneminde Anadolu, p. 218-220) fait aussi état de réformes de l’administration provinciale en date de 1849 – mais sur un sujet fort différent : la refonte des meclis instituées à l’époque des muaṣṣil, sous le nom d’eyâlet meclisleri.

19 Shaw, « The origins of representative govemment », p. 204-205.

20 A.MKT.UM 115/76.

21 Version originale: umûr-ι cesîmeden olarak fev-al-’âde bir mâdde; kes̱ret-i evrâk ve ta’îb-i malaat.

22 Voir par exemple A.DVN88/40 (16 receb 1269/25 avril 1853) : une décision judiciaire du Divân-ι Hümâyûn, relative à des troubles survenus devant le ona du gouverneur a Lefḳoşa, est adressée à la fois au vâlîde la mer Blanche et au â’im-maâm de Chypre.

23 Sâlnâme 1267, p. 71 (cité par Birken, Die Provinzen, p. 101) ; sâlnâme 1268, p. 70.

24 Birken, Die Provinzen, p. 101 sq.

25 A.MKT.UM 17/14.

26 Pourrait-il ne s’agir que d’une simple erreur de copiste ? Mais un autre document de la même année (au propre lui aussi), conservé en TŞR.KB.NZD 195/2, porte la mention d’adresse suivante : ιbrιs eyâletine.

27 Cette seconde hypothèse inciterait à se départir du « sérieux » avec lequel certains auteurs rendent compte des hiérarchies administratives provinciales mises en place par les réformateurs (p. ex. Shaw, « The origins of representative govemment », p. 198-199).

28 A.MKT 119/15.

29 L’adjectif tetik peut cependant avoir une autre signification, que ne partage pas nâzik, à savoir : vif (vive), agile, vigilant(e), prêt(e) à toute éventualité.

30 İ.MVL 139.

31 Le passage en question est le suivant : ve ιbrιs cezîresi ise mevki’-i nâzikde oldιġιna ve mâdemki bu adar iştikâ ve îl ü âl vukû’bulmuş idügüne ve sâye-i ma’delet-vâye-i hazret-i şâhânede asâyiş-i ahâli ażiye-i merżiyyesi lâzimeden bulundiġina binâ’en bu âlde mîr-imûmâileyhiñ ba’d eziyet orada baâsi uyamayacaġmdan’azli [...]. Le dossier İ.MVL 139 a récemment donné lieu à un ex cursus descriptif dans Uzun, Tanzimat ve sosyal direnişler, p. 18-22.

32 A.DVN 28/15.

33 İ.Dah 5252 (cemâîü-l-âir 1261/juin 1845) : ιbrιs cezîresi mevâi’-i nâzikeden ve yolunda idâresi mevâdd-ι lâzimeden [bulunmuş].

34 Reinkowski (Die Dinge der Ordnung, p. 284, 443-444) cite, concernant les provinces albanaises de l’Empire dans les années 1860, plusieurs occurrences des termes mevi’ et nezâket, mais jamais sous la forme appariée que j’ai rencontrée.

35 CCC, Lamaca, vol. 16, f. 290-292 (arrivée des troupes) et FO 78/192, f. 60 (leur départ).

36 Ahmed Lûtfî, Târîh, p. 714.

37 Cf. p. ex. FO 78/214, f. 445 (décembre 1832). Du côté ottoman, certains documents, tels HAT 19 858 (1247/1830), font bel et bien état de la nécessité d’envoyer des troupes pour la défense de Chypre face au péril égyptien, mais à ce jour je ne les ai point étudiés en détail.

38 Scheben, Verwaltungsreformen der frühen Tanzimatzeit, p. 84 : Die Bündelung einer ganzen Reihe von Verwaltungsaufgaben, die zuvor den Kadi’s, Steuerpächtern oder Notablen überlassen waren, in der Hand einer staatlichen Institution [bedeutete] einen wichtigen Zwischenschritt auf dem Wege zur Herausbildung einer Zivil verwaltung in den Provinzen (c’est moi qui souligne).

39 Ibid., p. 85 (eine langsame Abnahme der militärischen Komponente und des Primates militärischer Problemstellungen bei der Provinzialverwaltung).

40 A.MKT 141/79. La transcription et la traduction de ces documents figurent en annexe a cet article.

41 Le début de la seconde pièce du dossier, signée du apudân Paşa, montre clairement que le ’arżuhâl était adressé à ce dernier directement : sû-yι çâkerîye i’â olunan’arżuhâl.

42 Le premier annuaire impérial, p. 52, n 1.

43 Berindei et Veinstein, L’Empire ottoman et les pays roumains, p. 322.

44 İ.MVL 1350, 17 î-l-a’de 1261 (17 novembre 1845).

45 Kyrris (« The role of the Greeks », p. 175 sq.) propose une riche synthèse documentaire et bibliographique sur les drogmans du Palais de Chypre ; il est de ceux qui créditent ces personnages d’une autorité panoramique sur les affaires de la province chypriote.

46 A.MKT 204/77 (1265/1849) : le gouverneur’Abdüllatîf Efendi fait référence au matûl ιbrιs tercümânι Yorġâkî (« Yorġâkî, le drogman de Chypre exécuté »).

47 Theocharidis, Σμμεικτα δραγομανικά, p. 53.

48 Pease, The diaries, p. 815: Hadji Kyrie has been made dragoman [...], an office which was abolished by the Sultan, when Hadji Georgaki was killed. Ledit Hadji Kyrie apparaît simplement, dans les documents ottomans de l’époque, comme l’un des principaux ocabaşι de Lefḳoşa : cf. entre autres İ.MVL 139 ; et Dionyssiou, The Implementation of the Tanzimat reforms in Cyprus, p. 33.

49 Cf. A Dragoman’s house.

50 L’allusion de Dionyssiou (The Implementation of the Tanzimat reforms in Cyprus, p. 54) à des lettres que l’archevêque de Chypre adresse (en 1848, sans plus de précision) au « représentant de Chypre à Istanbul, Panayiotakis Angelopoulos », peut-elle être considérée comme une confirmation de cette conclusion ? Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un autre homme, puisque le Panayiotakis en question semble toujours en vie (et au même poste) en 1855 (ibid., p. 85).

51 Hill, A History of Cyprus, t. IV, p. 118-119, citant Indianos, « Δραγομανία και δραγομάνοι », p. 176-177.

52 İ.MVL 1350.

53 Concernant les tercümân dans les provinces ottomanes (à Salonique et İzmir en particulier) à l’aube des Tanîmât, voir Philliou, « Mischief in the old regime ».

54 Findley, Bureaucratic Reform, p. 92: By the first quarter of the eighteenth century, the Phenariots [sic] had developed what amounted to an official cursus honorum, consisting of positions in the Ottoman administrative system, distinct from the offices held by laymen within the Orthodox community. According to Cevdet, the lowest positions in this cursus honorum were those of the two agents (kapι kâhyasι) that the tributary princes of Moldavia and Wallachia maintained, as did ordinary provincial governors, to represent them at the Sublime Porte. Above these, in ascending order, came the translatorship of the imperial fleet, then that of the imperial Divan, and finally the two princely thrones of Moldavia and Wallachia. La référence citée est Ahmed Cevdet, Tarî, t. 5, p. 63-64.

55 Les documents à ma disposition offrent aussi des details sur les rémunérations (ma’âş) associées à ces charges, entre 1845 et 1848 : 2 000 piastres au ιbrιs tercümanι (A.MKT 141/79), 3 000 au Donânmâ-yι Hümâyûn tercümânι (İ.MVL 1350). Sia Anagnastopoulou fait une brève allusion à cette hiérarchie de drogmans (« Les rapports de l’Église orthodoxe avec le Kapudan Pacha », p. 282) ; elle cite même fugacement un « commissaire du drogman de la flotte, Giorgi Douloglou », venu à Chypre en 1804-1805 (ibid., p. 277. 288).

56 Uzunçarşılı (Osmanlι devletinin merkez ve bahriye teşgkilâtı, p. 417) confirme que Donanma tercümânι et Deryâ tercümânι sont des titres rigoureusement synonymes.

57 Ahmed Cevdet, Târî, p. 64 : Böyle bir arrâf uşâġιnιñ ayιrιdan gelübde [Tersâne’de] divânâne tercümânι olmasιndan bütün Fenârlüler sînesuz ġayret ü ased olmuşlar. L’expression ayιrιdan gelmek me semble renvoyer essentiellement à des considérations sociologiques, mais pourrait faire l’objet de plus amples interprétations. Blancard (Les Mavroyéni, p. 31) cite ce même passage, dont il propose une libre traduction : « Les Fanariotes, bien qu’énormément vexés de voir un simple employé du banquier Nicolaki devenir interprète de la marine, n’osèrent rien dire, craignant le courroux d’Hassan-Pacha. »

58 Pippidi, Hommes et idées du Sud-Est européen, p. 346-347.

59 Orhonlu, « Tercüman », p. 180.

60 Emecen (« Some notes », p. 259) mentionne allusivement un document concernant un tercümân aux fonctions peut-être similaires, daté de 1748.

61 A.MKT 178/23 : ιbrιs cezîresi re’âyâsιnιñ apukahyâligi. Le terme re’âyâ ne désigne plus, à cette époque, que les sujets non musulmans du sultan.

62 A.MKT 141/79.

63 Kyrris, « The role of Greeks », p. 177 (the chief Christian sipahi of the island at the head of all sectors of administration including military functions).

64 Pippidi, Hommes et idées du Sud-Est européen, p. 347.

65 Notons que dans les années 1750-1770 le frère du sus-cité Nicolas Mavroyéni, Démétrius, occupe lui aussi l’office de « voïvode de l’île de Mycone » (Blancard, Les Mavroyéni, p. 409). Par ailleurs, Slot (Archipelagus Turbatus, p. 262-263) souligne le « caractère ambigu » de cet office : « Le voyvoda peut aussi bien être le représentant de la haute autorité [ottomane] que le représentant de la kinotis [commune locale]. » Berindei et Veinstein (L’Empire ottoman et les pays roumains, p. 336) proposent sur ce terme une mise au point qui confirme et généralise son ambiguïté.

66 Sfyroeras, « Οι δραγομάνοι τou Στόλου », p. 66-67 (cité par Zervos, « À la recherche des origines du phanariotisme », p. 321, n. 74). Slot (Archipelagus Turbatus, p. 260-264) apporte sur ces questions d’utiles éclairages complémentaires (mais pas toujours concordants : ainsi, selon lui, les επίτροποι sont des représentants de la « commune » locale, non de la hiérarchie navale ottomane).

67 Zervos, « À la recherche des origines du phanariotisme », p. 321.

68 Un autre élément signalé par Zervos rendrait presque troublantes les similitudes que, en termes d’administration provinciale tout au moins, nous voyons émerger entre les deux « Panayote » : à la mort de Nikoussios, en 1673, « sa veuve a réussi à percevoir les impôts [de Mykonos] pour subvenir à ses besoins et à ceux de son enfant » ; le ’arżuhâl envoyé par Yosefa en 1848 relève d’une logique exactement similaire, même s’il n’est pas sûr qu’il ait été couronné du même succès.

69 Une autre traduction possible de bu maûle cezîreler apukahyâliġi serait « la apukahyâh de ce genre d’îles ». J’explique ci-après les raisons qui invitent à écarter cette hypothèse.

70 Akyιldιz, Tanzimat dönemi Osmanlι merkez teşkilatinda reform, p. 282 n. 2.

71 On serait tenté de décrire ce processus, en renversant la formule appliquée par Madeline Zilfi à la’ilmiye du xviiie siècle, comme la transformation d’un patrimoine en statut professionnel (« Elite circulation in the Ottoman Empire », p. 320 : transformation of professional status into patrimony). D’ailleurs, plusieurs indices confirment que les tercümân de la Flotte eux-mêmes étaient manifestement en passe de devenir des agents salariés dans les années 1840 : outre A.MKT 141/79, cf. İ.MVL 1350 cité supra, et aussi Ursinus (« The Tersane and the Tanzimat », p. 296-297) qui décrit une évolution concordante dès les années 1820-1830.

72 Canatar, « Kethüdâ », p. 332.

73 Sâlnâme 1265, p. 87 ; Sâlnâme 1266, p. 47. Ce caractère multi-provincial n’est pas davantage une innovation des réformateurs que la fonction de kapuketüdâ elle-même : ainsi le futur vâlî de la mer Blanche, Mûsa Ṣafvetî, avait assumé en 1834 la apuketüdâli simultanée de Baġdat, Mosûl et Şehrirûz (cf. Pakalın, Tanzimat Maliye nazılarι, t. 1, p. 51, n. 1).

74 A.MKT 187/23 (6 cemâîü-l-evvel 1265/30 mars 1849).

75 Scheben, Verwaltungsreformen der frühen Tanzimatzeit, p. 86.

76 MD 257-487: cezâ’ir-imekûreniñ Tersâne-i’âmireme olan merbûtiyet-iadîmi yine bâî alma [üzere]. Notons que cette expression peut renvoyer en fait à des considérations plus logistiques que strictement tactiques : ainsi les montagnes de la région de Bolu, parce que ses forêts approvisionnent l’Arsenal impérial en bois de construction, sont qualifiées en 1846 de ’an el-kadîm Tersâne-i’âmireme merbû (registre judiciaire de Mudurnu, cité par Özkaya, « Tanzimat öncesi sosyal ve kültürel durum », p. 137).

77 Certeau, Histoire et psychanalyse, p. 65.

78 Tous mes remerciements vont à Mmes Dilek Desaive et Ayşe Kayapinar.

79 Cette précision de calendrier permet une vérification, pour compenser l’absence de date explicite du’arżuhâl : c’est bien en 1264 de l’Hégire que le 17 receb fut un lundi.

80 Le mot itmiş est suivi d’un signe qu’il est possible de lire hemm. Néanmoins, il arrive ici ou là que d’autres documents de cette époque présentent également, en fin de ligne comme ici, cette sorte d’inscription (généralement plus proche du ber que de hemm au demeurant), et il n’est dans ces autres cas guère douteux qu’il s’agisse d’une simple marque typographique dénuée de signification : citons en exemple A.MKT 204/77 et 219/42, ou encore İ-Dah. 4944. Cette pratique semble plus particulièrement prisée par les scribes du Divân-ι Hümâyûn, puisqu’on rencontre surtout ces petits « her » dans les Mühimme, Akâm ou Düvel-i Ecnebiyye defterleri de l’époque.

81 La lecture’Ali est incertaine, et l’on peut déchiffrer Mamûd plutôt que Memed – mais le sâlnâme de 1847 confirme l’identité du signataire (Le premier annuaire impérial, p. 8) : « Mehemmed Aly pacha, capitan pacha, ministre de la marine, gouverneur général des îles de la mer Blanche, c’est-à-dire de la mer Égée et de l’Archipel », avec cette indication en note : « Beau-frère de S. M. le Sultan ». Pour plus de renseignements sur ce personnage, cf. Kellner-Heinkele, « The Saray and the Sea », p. 96 sq.

82 Ce mim est, d’après Mübahat Kütükoğlu (Osmanlι belgelerinin dili, p. 247), la marque qui conclut généralement les documents comme celui-ci (appelés tekire selon la terminologie consacrée) ; il s’agit de l’abréviation de ma’lûm.

83 L’expression açidan virmek pose un problème de compréhension, lui-même étroitement lié à l’interprétation de avâl-i âżιre-i ażîne-i celîle cihetle : 1) La traduction la plus immédiate, proposée ici, renvoie à l’idée de vacance, de non-allocation que suggère açι (au même titre que azîne-mânde dans le tekire qui précède). Dans ce cas, l’allusion à « l’état actuel du Trésor » pourrait renvoyer simplement aux « lignes budgétaires » précédemment décidées par l’État ottoman, dont l’une correspondrait d’ores et déjà au salaire du apukahyâ de Chypre. Ainsi l’avis exprimé par le Mâliye nâιrι consisterait à prendre acte de ce que le versement de ce salaire n’a plus rien à voir avec la perception du virgü. 2) Mais une analogie avec l’expression açidan satmak (qui signifie « vendre à découvert », vendre une marchandise sans l’avoir encore en sa possession) laisse affleurer une autre possibilité : l’idée que le Trésor, dans son « état actuel », ne disposerait pas des fonds nécessaires au versement du salaire en question. Dans ce cas, plutôt que « non attribuée », il faudrait traduire « non disponible ». 3) Enfin, açidan virmek peut également signifier le fait de verser à quelqu’un une somme d’argent sans que cela rémunère aucun service. Une traduction possible serait : « versement à caractère gracieux ». Il est en fait probable que plusieurs des significations ainsi dégagées coexistent dans le présent document. Dans tous les cas, on ne peut en déduire la décision que prône le Mâliye nâιrι : il est envisageable d’y lire une réticence à verser à la famille Panâyotâkî la somme envisagée – mais l’inverse est également possible. (Mes remerciements vont à tous ceux qui, grâce à la liste H-TURK, ont bien voulu me faire part de leurs interprétations et propositions.)

Auteur

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540