Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Aspects de l'insularité ottomane aux XVIIIe et XIXe siècles

La peste dans les possessions insulaires du Grand Seigneur (xviie-xixe siècles)

Daniel Panzac

Texte intégral

  • 1 Panzac, La peste, comporte une importante bibliographie.

1L’importance des épidémies de peste en Méditerranée orientale, les circonstances qui les expliquent tout comme les conséquences qui en résultent ont déjà fait l’objet de nombreuses et importantes publications1 Cette étude se propose seulement de revenir sur un aspect particulier qui, jusqu’alors, n’a pas été envisagé et qui peut se résumer en une phrase : existe-t-il une spécificité insulaire de la peste, distincte de celle que l’on observe sur la terre ferme ?

  • 2 À l’exception de Cythère, au sud du Péloponnèse, qui appartient à la république de Venise.

2À côté de la Crète et de Chypre, qui constituent ce qu’un géographe a défini comme des îles-continents, la Méditerranée orientale comprend un nombre considérable d’îles de toutes tailles que l’on peut toutefois regrouper en deux ensembles distincts : les archipels des Sporades et des Cyclades situés au centre de la mer Égée d’une part, et de l’autre, à l’est, l’arc insulaire anatolien qui va de Ténédos, à l’entrée des Dardanelles, à Rhodes face à la côte méridionale de l’Anatolie, comprenant notamment Mytilène (Lesbos), Chio, Samos, Cos et Rhodes. Durant plus d’un siècle et demi, de l’achèvement de la conquête de la Crète en 1669 à la création du royaume de Grèce en 1830 qui comprenait les îles de l’Égée centrale, toutes ces îles furent soumises à l’autorité du sultan ottoman2.

3C’est dans ce cadre chronologique et géographique que nous avons repris l’ensemble du dossier consacré à la peste dans l’Empire ottoman en isolant, si l’on ose dire, tout ce qui concerne les îles. Trois aspects distinctifs de la peste sont plus particulièrement aptes à fournir des éléments de réponse : tout d’abord, les manifestations et le déroulement des épidémies de peste ; ensuite les origines géographiques de la maladie ainsi que sa propagation vers les îles ; enfin le comportement de la population insulaire et celui des autorités locales.

La peste dans les îles

4Le tableau qui figure en annexe présente une chronologie des épidémies, depuis la fin du xviie jusqu’au milieu du xıxe siècle, mais avec des lacunes, dues à nos sources, variables selon les îles. Les manifestations de la peste dans les plus grandes d’entre elles, la Crète et Chypre, sont connues de façon plutôt satisfaisante, mis à part le début de la période et le tournant du xviiie et du xixe siècle. Les insuffisances sont plus importantes pour les autres îles, notamment pour Rhodes qui n’apparaît dans le tableau qu’à partir de 1728, et pour Chios où l’on relève de nombreux « trous », généralement de courte durée. Malgré ces faiblesses documentaires, on est frappé par la fréquence des manifestations de la peste puisqu’on relève 85 années où la peste est signalée de manière à peu près certaine dans au moins une des îles, soit plus d’une année sur deux ! Toutefois, sauf exception, la maladie n’est pas présente simultanément partout à la fois comme le montre le cas des îles pour lesquelles l’information est la plus complète : on compte 38 années pestiférées en Crète, trente à Chypre et autant à Chio. La virulence des épidémies est très variable et, dans la majorité des cas, les pertes en vies humaines sont faibles, voire limitées à quelques personnes seulement.

  • 3 AN AE B342; ACCM, J 342; ADBDR, 200 E 33d.

5Voici comment les consuls de France en Crète, en poste à Candie (Héraclion) et à La Canée, évoquent, dans leurs lettres, la très grave épidémie de peste dont ils furent témoins durant les années 1728-17293.

Candie, 1er juillet 1728 :
« Présentement grâces à Dieu, la santé est icy et dans toute l’isle tres bonne quoyqu’il y aborde de tems à autre des batimens françois et des bateaux grecs venant les uns de Constantinople, les autres de Smirne, Scio et autres isles de l’Archipel où la contagion fait actuellement des ravages. »

La Canée, 24 octobre 1728 :
« La peste a commancé à se faire sentir en cette ville depuis le commencement de ce mois. Il en est mort douze ou quinze de notre connoissance et il y en a quatre ou cinq maisons d’attaquées. [...] Cependant comme ce mal nous est parvenu de Constantinople et que d’ailleurs la saison est fort avancée, nous nous flattons que le mal ne faira pas de grands progrès [...]. Cependant dans la aprehension des nouveaux progrès qu’il pourroit faire, j’ay resolu d’aller me mettre à l’abri de toutes sortes d’inconvénients dans un monastère à quelques lieues d’icy avec les officiers de l’échelle et quelques-uns des negocians. »

Candie, 25 novembre 1728 :
« La contagion [...] s’est déclarée à La Sude et à La Canée, ensuite dans quelques villages voisins et présentement Candie a eu quelques morts de ce fléau. »

La Canée, 6 décembre 1728 :
« Les personnes ou du moins la grande partie de celles qui y resident sont sorties de la ville. »

Candie, 11 janvier 1729 :
« La contagion qui regne depuis trois mois et plus à La Canée [...] a commencé à Candie. Ce fléau a fait périr tout ce qu’il y avoit de soldats et d’habitans dans la forteresse de La Sude et environ la moitié de ceux de La Canée ; quelques ouvriers françois s’estant trouvés du nombre. Quant à Candie cela va plus lentement depuis plus d’un mois que nous y avons des morts [...]. Nos françois sont enfermés dans leurs maisons et tout négoce est interrompu. »

Candie, 27 février 1729 :
« Le mal est presentement dans sa force à Candie où il meurt journellement 180 personnes ou environ avec crainte que ce nombre augmente considérablement [...]. M. de Monhenaut ma marqué qu’à La Canée le mal va en diminuant et qu’il y meurt seulement 2, 3 à 4 personnes par jour. Il faut considérer qu’il est sorty de cette petite ville 7 à 8000 morts. Il n’est guère possible qu’il y reste un nombre considérable de vivans pour encourir le sort des premiers. Ce fléau se fait sentir depuis quinze jours à Retimo et depuis plus long tems dans divers villages de sorte que toute l’isle s’en ressent peu ou beaucoup. »

Candie, 21 mars 1729 :
« L’on meurt dans cette ville à centaine par jour, quelque fois jusqu’à 150 [...]. Les villages les plus reculés qui s’estoient garantis jusqu’icy prennent l’un après l’autre le terrible fléau. »

La Canée, 6 mai 1729 :
« La peste continue fortement en tout ce royaume [de Crète] quoyqu’avec moins de fureur et c’est ce qui nous fait espérer qu’elle cessera entièrement au commencement de l’été. »

La Canée, 13 août 1729 :
« La peste a véritablement beaucoup diminué en cette ville ainsi qu’à Candie et Retimo mais on ne peut encore se flatter qu’elle soit éteinte puisque nous voyons journellement des gens qui en sont encore atteints et même qui en meurent. Nous ne pouvons même espérer de voir cesser entièrement ce cruel fléau en cette ville, tant que les campagnes seront infectées comme elles le sont. »

Candie, 3 septembre 1729 :
« J’ai l’honneur et le plaisir de vous informer comme la cessation de la contagion en cette ville m’a donné l’occasion de sortir de ma clôture. »

6L’épidémie a duré un an. Venue d’Istanbul, la peste se manifeste sur l’île en octobre 1728, d’abord à La Canée, située à l’extrémité occidentale de l’île. De là, elle se propage d’ouest en est, gagnant successivement Candie en décembre, puis, à partir de février 1729, Rethymnon et l’île tout entière. Marquant le pas au début de l’hiver, elle atteint sa plus grande virulence en février-mars, avant de décroître lentement au cours du printemps pour disparaître durant l’été. Il est impossible d’évaluer le nombre des morts. Tout au plus, en tenant compte des chiffres avancés par les consuls, chiffres approximatifs et probablement exagérés, on peut avancer l’hypothèse que les villes ont perdu environ la moitié de leur population, ce qui fut d’ailleurs le cas à Marseille huit ans auparavant. Par contre, il est impossible d’évaluer la mortalité dans les campagnes. Si certains villages ont probablement subi le même sort tragique que les villes, la majorité des autres a dû être relativement épargnée grâce à leur isolement et à une contamination plus tardive.

7L’épidémie de Crète de 1728-1729 est en quelque sorte exemplaire de celles que les autres îles subissent durant toute cette période. Il faut toutefois insister sur trois choses. Tout d’abord, ce n’est que dans les îles pour lesquelles nos sources sont suffisamment consistantes, c’est-à-dire pour les plus importantes d’entre elles, qu’il est possible de reconstituer le déroulement et d’évaluer l’intensité de la maladie. Pour les plus modestes, il faut se contenter de noter sa présence, quand on veut bien la signaler. Ensuite, dans la majorité des cas, une île, voire un petit nombre d’entre elles, sont seules atteintes alors que les autres demeurent indemnes. Enfin, la peste se révèle meurtrière dans l’une et sans gravité dans l’autre. C’est ainsi que seule la Crète est victime d’une grave épidémie dans les années 1703-1706 alors qu’une épidémie isolée ravage Chypre en 1719-1722. On note cependant qu’à des intervalles inégaux, mais espacés, la quasi-totalité des possessions insulaires ottomanes est victime de la peste, le plus souvent de manière très meurtrière. C’est notamment le cas dans les années 1728-1729, 1739-1742, 1758-1762, 1784-1786 et 1813-1816.

  • 4 Les cas d’Istanbul, Smyrne, Alexandrie, Le Caire, Salonique et Alep sont étudiés dans Panzac, La pe (...)

8Ces vagues épidémiques qui balayent la mer Égée à cinq reprises en un siècle ne sont que l’extension insulaire de la peste que la quasi-totalité de l’Empire ottoman connaît ces années-là. De la même façon que les îles, les différentes provinces continentales présentent elles aussi des manifestations limitées dans l’espace comme en intensité4. Enfin, le déroulement des différentes phases de l’épidémie de peste à Candie et à La Canée est identique à celui observé dans les autres villes ottomanes à la même époque. En d’autres termes, il n’y a pas de peste insulaire spécifique. Si originalité il y a, elle doit se situer ailleurs.

La contamination des îles

  • 5 Olivier, Voyage, t. I, p. 243-244.

9À partir du xviie siècle, tous les contemporains affirment que l’Empire ottoman est la terre d’élection de la peste. Voici le tableau qu’en dresse un observateur perspicace, par ailleurs médecin, qui visite l’Empire ottoman et la Perse de 1792 à 17985 :

« La peste parcourt les différentes contrées de l’Empire ottoman, comme la petite vérole parcourt les différentes contrées de l’Europe ; elle ne doit, comme celle-ci, son origine ni à des exhalaisons putrides ni à des causes dérivées du sol ou du climat [...]. La peste parcourt la Turquie, et se montre plus ou moins fréquemment dans une ville suivant que le commerce et les communications sont plus ou moins fréquents. »

  • 6 Panzac, La peste, p. 78-102.

10Si Olivier fait preuve d’un scepticisme certain à l’égard des théories aéristes, pourtant dogme en quelque sorte officiel à la fin du xviiie siècle, il n’est pas en mesure de fournir une explication satisfaisante sur la permanence effective de la peste au Proche-Orient, explication qui n’apparaît qu’au xxe siècle. En fait, la peste est d’abord une épizootie régulatrice de certaines espèces de rongeurs qui se cantonnent, le plus souvent, dans des foyers permanents situés dans des zones reculées de cette région comme, par exemple, le Kurdistan. Cette maladie, mortelle pour ces rongeurs, l’est également pour l’homme, contaminé par les puces, intermédiaires nécessaires à la propagation de cette maladie contagieuse. Là où Olivier a donc raison, c’est lorsqu’il lie la diffusion de la maladie à la circulation des hommes6.

11S’il est souvent difficile de déterminer la provenance de la peste sur le continent, en revanche, son apparition sur une île ne peut être due qu’à l’arrivée de navires transportant des pestiférés qui entrent en contact avec la population insulaire. Ces malades sont évidemment d’origines très diverses, qui, à lire nos sources, se répartissent en deux catégories. La première comprend ce qu’on pourrait appeler les responsables occasionnels de la maladie, notamment les « fuyards », c’est-à-dire les habitants d’une ville ou d’une région continentale qui, affolés par la gravité de l’épidémie qui y règne, cherchent à se mettre à l’abri dans une zone encore indemne. Comme une partie d’entre eux est, à leur insu, déjà contaminée, ils y apportent la maladie.

  • 7 Lettre du consul de France du 23 juin 1785, AN AE B1 642.

« La peste qui règne en Syrie et qui a occasionné la fuite en cette échelle sur des bateaux du pays et sur des bâtiments francs de quelques familles misérables de cette contrée-là, dont quelques individus ont cessé de vivre à leur arrivée, y a pris malheureusement aussi et il y en est déjà morts sept enfants chypriotes depuis peu de jours7. »

12Cette observation faite à Larnaca se retrouve aussi ailleurs comme, par exemple, en 1765, à Chios et à Lesbos dont les habitants accusent formellement les Smyrniotes d’avoir apporté la peste dans leurs îles. En effet, les nouvelles vont vite et la présence de la peste est généralement connue dans les îles proches de la ville continentale contaminée avant que l’arrivée, aussi soudaine que massive, des fugitifs ne vienne confirmer le fait.

13Beaucoup plus insidieuse, car plus discrète, est l’importation de la maladie par les passagers, le plus souvent en très petit nombre, débarqués d’un navire provenant d’un lieu pestiféré lointain. C’est par exemple le cas en 1736 à Chypre, à la suite de l’arrivée à Larnaca d’un unique passager grec venu d’Alexandrie. En 1813, la peste se déclare dans la population turque de Larnaca peu après que quelques passagers juifs ont débarqué d’un bâtiment ottoman en provenance d’Istanbul, ravagée alors par la maladie. L’enquête révèle que certains de ces juifs étaient déjà malades à bord et étaient venus habiter dans le quartier contaminé depuis. À ces passagers civils, il faut joindre les militaires. C’est ainsi qu’en 1822, l’armée égyptienne d’Ibrahim Pacha est accusée, avec beaucoup de vraisemblance, d’avoir apporté la peste d’Égypte en Crète et, en 1828, des Grecs détenus au Péloponnèse par l’armée du même Ibrahim Pacha auraient, à la suite d’un échange de prisonniers, introduit la peste à Hydra.

14Du fait de leur activité, ce sont les marins qui sont les principaux responsables de la propagation de la peste dans l’Empire ottoman et, au premier chef, dans les îles. Là encore, les militaires ont leur part de responsabilité. Chaque année, le Kapudan Pacha, à la tête d’une partie de la flotte ottomane, entreprend, à la belle saison, une croisière en Méditerranée orientale afin de montrer la puissance ottomane et surtout de récolter le tribut des territoires dans cette zone maritime qui est sous son autorité directe. Comme la peste est fréquente à Istanbul, il arrive que les équipages, contaminés au départ, propagent la maladie à chaque escale de l’escadre, comme c’est, par exemple, le cas en 1760 et en 1765.

15Mais le principal mode de propagation de la peste est constitué par les très nombreux navires de commerce qui sillonnent la Méditerranée orientale. Les équipages de certains d’entre eux, contaminés lors de leur descente à terre dans des ports où règne la maladie, répandent ensuite celle-ci dans les îles au cours de leurs escales ultérieures. Pour nous en tenir au seul exemple de Chypre, voici ce que nous apprennent nos sources : en 1719, une barque française, partie de Lattaquié en route pour Damiette, fait escale à Limassol alors que la moitié de son équipage est mort de peste depuis le départ. En 1735, l’épidémie trouverait son origine dans un vaisseau anglais venu se réfugier à Chypre par son équipage, décimé par la maladie. En 1759, un vaisseau turc, parti d’Alexandrie pour se rendre à Istanbul, jette l’ancre à Paphos en avril. Son équipage, pestiféré, descend à terre provoquant la peste dans ce village qui atteint Limassol en juillet puis Nicosie en octobre. En 1792, c’est d’Istanbul, et à bord d’un bâtiment vénitien, que la peste débarque à Larnaca avant de gagner ensuite le reste de l’île.

  • 8 De 1700 à 1850, on dénombre 94 années pestiférées à Istanbul, 83 à Smyrne, 72 à Alexandrie, 50 en S (...)

16Nous connaissons, de manière à peu près satisfaisante, la provenance de 49 des nombreuses contaminations insulaires survenues durant un siècle et demi : quatorze proviennent d’Alexandrie, onze d’Istanbul, dix de Smyrne, neuf de Syrie et cinq d’autres ports ottomans. Les neuf dixièmes des épidémies insulaires trouvent donc leur origine dans les ports les plus importants et les plus actifs de l’Empire ottoman. Ce sont aussi les régions où la maladie est la plus fréquemment observée, ce qui confirme la remarque faite par Olivier8. La navigation à l’intérieur de l’empire est en effet considérable. Un coup d’œil sur une carte montre que les provinces qui le composent sont en majeure partie disposées autour de la Méditerranée orientale qui constitue en quelque sorte le cœur de l’Empire ottoman. Les indispensables liaisons entre les Balkans, l’Anatolie, l’Égypte, la Syrie et le Maghreb sont principalement maritimes car elles sont plus directes, plus rapides et moins chères. C’est pourquoi, parmi les négociants et leurs marchandises, les soldats et leur équipement, les pèlerins musulmans en route vers La Mecque et leurs homologues chrétiens et juifs se rendant à Jérusalem, les fonctionnaires civils et militaires rejoignant leur nouvelle affectation, nombreux sont ceux qui sillonnent la Méditerranée.

17La navigation est lente, non seulement par suite de sa dépendance envers les contraintes météorologiques, mais aussi à cause de la pratique commerciale en usage à cette époque. Les traversées comptent de nombreuses escales, le plus souvent de longue durée, durant lesquelles le navire attend certes un éventuel vent favorable, mais surtout un affréteur, le débarquement ou le chargement de passagers ou d’une cargaison, le payement d’un affrètement, le règlement d’un différend entre le capitaine et ses utilisateurs ou l’éloignement d’un corsaire dangereux. En réalité, un navire de commerce passe de 60 à 75 % de son temps dans un port durant lequel l’équipage est le plus souvent à terre, ce qui multiplie les occasions de contamination des matelots par les habitants mais aussi de ces derniers par les marins.

  • 9 Le voyageur anglais Richard Pococke signale que, depuis 1699, l’île de Patmos a été épargnée par la (...)

18Il s’agit là d’observations valables pour l’ensemble des ports ottomans, mais la fréquentation des îles obéit en outre à des pratiques qui jouent un rôle souvent décisif dans leur contamination. Il existe en effet en Méditerranée de véritables routes maritimes, quelques-unes très fréquentées, jalonnées par des îles qui sont, en quelque sorte des escales quasi obligatoires. L’axe majeur des communications maritimes ottomanes joint Istanbul à Alexandrie. Cette route n’est pas directe, car partant d’Alexandrie, elle s’infléchit vers l’est pour atteindre d’abord Rhodes pour longer ensuite la côte anatolienne jalonnée d’îles proches dont certaines servent fréquemment d’escale notamment Cos, Samos, Chios et Lesbos. Chypre sert d’escale pour les bâtiments se rendant de l’Égypte dans les ports de la Syrie du Nord tout comme La Canée, ou Candie, accueillent les navires qui relient Istanbul à l’Afrique du Nord. À l’exception de Chypre et surtout de la Crète qui sont de véritables destinations, leur fonction d’escale amène la majorité de ces îles à recevoir bien davantage de navires que leur modeste activité économique ne pourrait le requérir. Cette fréquentation élevée multiplie les risques de contamination par la peste comme le montre l’opposition entre Patmos, qui a pu demeurer exempte de peste pendant quarante ans, et Chios qui subit la maladie à plus de trente reprises9.

La réaction insulaire

  • 10 Lettre du 9 juin 1736, AN AE B1 632.

19L’information dont nous disposons sur la peste dans les îles est constituée avant tout par la correspondance des consuls français en poste en Crète et à Chypre, plus précisément à La Canée et à Candie d’une part, à Larnaca de l’autre. Dans leurs lettres, ils se soucient assez peu du sort de la population locale et se bornent, comme on l’a vu ci-dessus, à décrire les effets de la maladie, n’évoquant que rarement le comportement des habitants. Par contre, ces diplomates sont soucieux de la santé des équipages français comme l’expose le consul de France à Larnaca au ministre de la Marine10 :

« Il se rencontre souvent que des équipages entiers périssent de cette maladie, d’autres en perdent la moitié et d’autre partie ce qui est un préjudice considérable pour les classes et la navigation des batimens françois qui communiquent aussy cette maladie à ceux qui passent en France en voyage réglé. »

  • 11 Lettre du 19 Avril 1765, ADBDR, 200 E 33d.

20Aucun sentiment de compassion à l’égard des malheureux matelots pestiférés, ni même de préoccupations économiques ! Il est seulement fâcheux que des équipages français soient contaminés par la peste car cela diminue le nombre de marins disponibles pour les vaisseaux du roi et fait courir en outre des risques graves à la France. Néanmoins, soucieux d’éviter que la peste n’atteigne l’île où ils sont en poste, les consuls font de leur mieux pour venir en aide aux navires français pestiférés. Voici comment le consul de France à Larnaca organisa, en 1765, la « purification » d’un de ces navires, le Saint-Antoine-de-Padoue du capitaine Joseph Géraud de La Ciotat, qui était arrivé en rade le 6 avril11 :

« Il arriva en lest avec sept hommes d’équipage seulement manquant d’Alexandrie depuis le 28 du passé et de Damiette le 2 du courant et ayant perdu pendant sa navigation jusqu’icy du 30 jusqu’au matin du 6, quatre hommes. Il en a jeté à la mer un cinquième le matin du 10 et un sixième la nuit du 11. Dès le 9 au matin je fis passer les cinq matelots restants en santé de cet équipage sur un bateau de la douane anchré à deux cables de distance et depuis qu’ils y sont entrés nuds après s’être lavés avec du vinaigre leur santé n’est point altérée et j’espère qu’ils échapperont. Je ne leur laisse manquer de rien. Le capitaine et l’écrivain sont demeurés à terre à Damiette et il peut se faire qu’ils ignorent encore l’infortune et le sort du batiment qui se trouve sous la garde d’un matelot franc. [...] Jusqu’à présent, ce matelot jouit de la santé et il est occupé à purifier le navire. J’ai pris toutes les précautions pour empêcher toute communication entre ces deux bateaux et les batimens de la rade et avec la terre. »

21En agissant de la sorte, le consul ne fait qu’exercer sa fonction de protection de ses concitoyens. La présence de la peste signifie la mort possible pour les membres de la « nation » française, un trouble certain pour le commerce et une menace pour la métropole. Seules les autorités ottomanes ont la possibilité de prendre des mesures capables d’empêcher l’irruption de la maladie, et, le cas échéant, de la combattre. C’est donc de ce côté qu’ils portent leurs efforts. Il s’agit d’associer les gouverneurs turcs à leurs propres initiatives, afin de les convaincre de l’utilité et de l’efficacité de celles-ci.

  • 12 Lettre du 9 avril 1735, ACCM, J 1107.

« Le Capitaine Leroy arriva avant hier en cette rade [Larnaca] avec la maladie contagieuse dans son bord, ayant jeté à la mer la moitié de ses passagers et une partie de son équipage ; aussitôt qu’il eut mouillé j’expediay le chaoux de la nation à la marine avec mon ordonnance faisant très expresses deffenses à ce capitaine de se débarquer ny a aucune personne de son equipage ; je fis aviser en même temps par un drogman le Musselem lieutenant du pacha de cette nouvelle qui envoya ses ordres à l’aga de la Douane pour qu’il empeschat les passagers du Pays et leur marchandises de se débarquer ; mais comme les Turcs vivent ordinairement sans précaution et sans police, il envoya le surlendemain des ordres contraires à ceux qu’il avoit donnés, et permit aux passagers de se débarquer avec leurs hardes et marchandises pour en retirer la douane12. »

22En 1735, les esprits ne sont pas prêts à cette discipline sanitaire, mais en réalité, tout dépend en ce domaine des convictions et du comportement du pacha local. Assem Aga, gouverneur de Chypre durant les années 1741-1744, est convaincu de la nécessité de protéger l’île et de collaborer pour cela avec le consul de France :

  • 13 Lettre du 25 avril 1744, ACCM, J 1109.

« La peste est généralement répandue dans la Sirie. [...] Je fais mon possible de concert avec le Gouverneur de Chipres pour l’empecher de s’introduire icy. Il a interdit l’entrée de l’isle a tous les batimens Turcs suspects de cette maladie, et de mon côté, j’observe la même chose envers les batimens françois caravaneurs qui viennent des endroits infectés en leur faisant toutefois donner les provisions nécessaires et en accordant la quarantaine à ceux qui la demandent, par ce moyen la nous avons eu le bonheur de nous preserver jusqu’aujourd’huy quoyqu’il soit arrivé sept à huit batimens attaquez de peste13. »

23Durant ces quatre années, la peste qui règne en Syrie épargne l’île de Chypre. Le hasard a sans doute une part dans ce résultat mais l’action des hommes, tout imparfaite qu’elle soit, y joue sans aucun doute également un rôle. Mais que le gouverneur change et tout est à recommencer et Chypre est contaminée à nouveau les années suivantes. Quelques rares pachas turcs admettent les idées sanitaires soutenues par les consuls et acceptent de les mettre en pratique ; certains vont même plus loin comme celui qui administre la Crète à la fin du xviiie siècle :

  • 14 Lettre du consul de France de La canée du 18 juin 1783, ADBDR, 200 E 33d.

« Le 27 du mois dernier [mai 1783] un bâtiment vénitien venant de Constantinople mouille en ce port. Les habitans de cette ville ayant eu avis que la veille de son arrivée icy on avoit jeté à la mer un passager mort de la peste, on mit le bâtiment dans un endroit écarté au fond du port et on obligea les passagers à faire la quarantaine. On eut raison de prendre ces sages précautions car le second jour de l’arrivée de ce même bâtiment il mourut un autre passager de peste et que le 8 du présent il est également mort dans le même navire deux matelots de son équipage. Je dois vous aviser que le gouvernement de ce pays craignant les suites fâcheuses de pareils accidents a obligé le capitaine à mettre à la voile. [...] On a également obligé les passagers à faire quarantaine avec leurs effets. On les a mis dans les deux forts qui sont sur le rempart du port du côté de la mer. J’espère que ces précautions qu’on n’est pas en usage de prendre dans les pays turcs [...] garantiront la ville14. »

24L’initiative d’isoler les passagers des navires pestiférés et d’obliger ces derniers à quitter le port est exceptionnelle dans l’Empire ottoman, d’autant que cette mesure se révèle durable, au moins autant que celle de la présence de ce gouverneur. Les lettres ultérieures du consul, quelque peu sidéré par la pérennité de cette politique sanitaire, les confirment en évoquant, à la Chambre de commerce de Marseille, les frais que cela entraîne.

  • 15 Lettre de La Canée du 15 août 1785, ACCM, J 1199.

« J’ai l’honneur de vous prévenir que j’ai tiré sur vous une lettre de change de 685 livres pour les frais que j’ai été forcé par le gouvernement de faire pour mettre à même le capitaine Génesy Jaubert de Marseille commandant le brigantin Le Bienfaisant appartenant à Mrs Greling et Cie, d’aller au Milo se purifier de la peste qui étoit dans son bord15. »

25Le plus remarquable de cette histoire c’est moins la décision du pacha à l’égard des navires pestiférés que de le voir agir sous la contrainte de la population de La Canée qui vient à plusieurs reprises, en 1785 et 1786, manifester bruyamment, sous ses fenêtres, sa crainte de la peste. À la même époque, on constate des attitudes identiques à Chypre où, par exemple, la population tant grecque que turque réclame, et obtient, qu’une maison pestiférée à Larnaca soit isolée et gardée.

  • 16 Kolodny, « La Crète » ; Id., « Une communauté insulaire ».

26Ce comportement tranche avec celui des autres populations musulmanes qui se soumettent passivement à la volonté divine à l’égard de la peste qui les frappe. On retrouve dans l’attitude des habitants de la Crète, comme dans celle de Chypre, un effet de l’insularité, c’est-à-dire une grande méfiance pour tout ce qui vient d’au-delà de l’horizon, généralement source d’exactions et de malheurs, la peste ne faisant pas exception à la règle. Mais il s’y ajoute un autre facteur qui pèse probablement autant que l’insularité : la composition de cette population. À la fin du xviiie siècle, ces deux îles sont peuplées pour moitié environ de Grecs et pour l’autre moitié de Turcs. En fait, la majorité de ces derniers, surtout en Crète, ne sont pas d’origine anatolienne mais des insulaires grecs dont les ancêtres se sont convertis à l’islam après la conquête ottomane16. Les conversions massives du xviiie siècle ont eu l’effet paradoxal de perpétuer ainsi le caractère grec de la population de ces îles, dont la connaissance de l’islam est superficielle, qui continue à boire du vin, à parler grec... et à craindre la peste ! Il se peut également que le souci constant de l’administration vénitienne de chercher à protéger la Crète de la peste ait laissé des traces dans l’esprit des insulaires passés sous la domination ottomane.

27Après un répit de près d’une décennie au début du xixe siècle, la peste reparaît dans l’Empire ottoman, d’abord à Istanbul en 1812, puis les années suivantes dans toutes les provinces de l’empire y compris, bien sûr, les îles. Les gouverneurs ottomans, au moins en Crète et à Chypre, s’efforcent, avec l’accord de la population, mais avec plus ou moins de succès, de reprendre la politique sanitaire de leurs prédécesseurs. En 1815, si celui de Crète échoue à protéger La Canée contre la maladie apparue à Rethymno, le pacha de Chypre, lui, parvient à bloquer efficacement la maladie dans un village à quatre lieues de Larnaca, ce qui n’empêche pas la maladie de se manifester en 1816-1818 sur l’une comme sur l’autre grande île.

  • 17 Panzac, La peste, p. 446-456.
  • 18 Le sultan doit reconnaître la création du royaume hellénique, l’autonomie de la Serbie, le quasi-pr (...)
  • 19 Panzac, La peste, p. 463-492.

28La nouveauté c’est que désormais beaucoup de pachas prennent conscience de ce fléau ainsi que de la nécessité de le combattre et cet état d’esprit existe non seulement dans les îles mais également sur le continent17. Bien sûr, les mesures prises le sont localement, de façon souvent capricieuse, sans coordination et sans esprit de suite, et à la seule initiative des pachas, mais ce comportement est de plus en plus répandu et, à ce titre, on peut dire que dans le domaine sanitaire, l’originalité insulaire a pratiquement disparu vers 1830. Cette année, particulièrement sombre pour l’Empire ottoman18, marque en quelque sorte le début de la prise de conscience en Orient de la menace que la peste, et un nouveau venu, le choléra, font peser sur la population. Elle provoque, dans les années 1835-1840, la constitution, sur le modèle européen, d’administrations sanitaires permanentes, dans l’Empire ottoman et en Égypte, dont l’action s’exerce désormais aussi bien dans les provinces continentales que dans les îles, ce qui, au moins dans ce domaine, leur fait perdre en quelque sorte leur originalité insulaire19.

Annexe

  • 20 L’absence de peste, quand elle est mentionnée par les sources, est indiquée par RAS ; le manque d’i (...)

La peste en Méditerranée orientale (1686-1840)20

Année

Archipel

Chio

Crète

Chypre

Rhodes

1686

qques cas

1687

1688

1689

1690

campagnes

1691

qques cas

1692

1693

février

1694

1695

1696

1697

1698

1699

1700

1701

RAS

1702

1703

6 mois

violente

1704

Candie, Rethym

1705

violente

1706

La Canée

1707

qques cas

1708

cas suspects

1709

1710

qques cas

1711

1712

avril

1713

Thasos

RAS

1714

RAS

RAS

1715

RAS

RAS

1716

RAS

1717

qques cas Lesbos

RAS

qques cas

1718

juin, qques cas

1719

qques cas

1720

RAS

faible

1721

om

RAS

forte

1722

RAS

RAS

RAS

mai

1723

RAS

RAS

RAS

1724

Cythère

forte

RAS

RAS

1725

RAS

RAS

RAS

qques cas

1726

RAS

juin-juil.

RAS

1727

RAS

mai

RAS

1728

Myconos, îles

violente

violente

violente

1729

Skopelos, Lesbos

violente

très violente

faible

1730

RAS

RAS

RAS

1731

Lesbos

RAS

RAS

1732

RAS

RAS

faible

1733

La Canée

RAS

violente

1734

RAS

1735

RAS

forte

1736

RAS

RAS

campagne

1737

RAS

RAS

1738

Lesbos

RAS

1739

Lesbos

avril-juil.

août-déc.

qques cas

juin-déc.

1740

Kos

avril

avril

cas ?

1741

nombreuses îles

violente

qques cas

qques cas

1742

Lesbos

faible

RAS

1743

Lesbos, Thasos

RAS

RAS

1744

RAS

1745

qques cas

RAS

1746

RAS

1747

Lesbos, Kos

juillet

RAS

1748

RAS

RAS

1749

Lesbos

qques cas

cas

1750

RAS

1751

Lesbos

RAS

RAS

violente

1752

Kos

RAS

1753

Santorin

juin

RAS

RAS

peste

1754

Tenedos

qques cas

1755

RAS

RAS

RAS

1756

RAS

1757

RAS

RAS

1758

Hydra, Spetsai

forte

RAS

1759

violente

forte

moyenne

1760

Lesbos. Cyclades

novembre

forte

violente

1761

RAS

RAS

1762

qques cas

cas

1763

Lesbos

juillet

RAS

1764

RAS

RAS

1765

Cyclades

forte

RAS

RAS

1766

RAS

RAS

1767

Lesbos

juin : qques cas

RAS

1768

mai

janv.-sept.

1769

îles

RAS

RAS

RAS

1770

juillet

La Canée

RAS

1771

RAS

1772

avril-sept.

RAS

1773

RAS

RAS

1774

RAS

RAS

RAS

1775

RAS

RAS

RAS

1776

RAS

RAS

RAS

1777

RAS

RAS

1778

Myconos, Syra, Zia

qques cas

RAS

1779

RAS

RAS

1780

RAS

RAS

1781

îles

qques cas

mars

1782

RAS

RAS

1783

RAS

RAS

1784

Tinos, Hydra, Kos,

avril-juin

RAS

RAS

1785

qques cas

RAS

qques cas

1786

RAS

qques cas

1787

Tenedos, Hydra

RAS

RAS

1788

îles

violente

RAS

RAS

1789

Hydra

RAS

1790

Psara

RAS

RAS

1791

Kos

RAS

1792

RAS

partout

1793

faible

1794

1795

1796

violente

décembre

1797

violente

1798

diminue

1799

1800

1801

1802

qques cas

RAS

1803

Lesbos

qques cas

RAS

1804

RAS

La Canée

RAS

1805

tirs qques cas

1806

qques cas

RAS

1807

1808

Samos, îles

RAS

RAS

peste

1809

qques cas

RAS

1810

1811

1812

qques cas

RAS

1813

qques cas

fév -nov

mars

1814

RAS

villages

tirs cas

1815

RAS

Rethymno

tjrs cas

1816

partout

cas

1817

campagnes

1818

1819

grave

cas

1820

1821

1822

juin : La Canée

RAS

RAS

1823

Tinos, Zea.

tjrs

RAS

RAS

1824

Lesbos, Hydra, Paros

RAS

RAS

1825

RAS

1826

RAS

1827

RAS

RAS

1828

Hydra

RAS

RAS

1829

RAS

RAS

1830

RAS

RAS

grave

1831

choléra à Kimolos

RAS

RAS

qques cas

1832

RAS

Larnaca

1833

RAS

RAS

1834

Lesbos

qques cas

RAS

RAS

1835

Lesbos

qques cas

RAS

fév.-nov.

un cas

1836

Lesbos

qques cas

RAS

RAS

qques cas

1837

Lesbos, Poros

qques cas

RAS

violente

1838

Lesbos, Délos

Limassol

1839

RAS

1840

RAS

Bibliographie

Sources d’archives

AN : Archives nationales, Paris.

ACCM : Archives de la Chambre de commerce, Marseille.

ADBDR : Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Ouvrages cités

Kolodny (Émile), « La Crète : mutation et évolution d’une population insulaire grecque », Revue de géographie de Lyon, 1968, p. 227-290. DOI : 10.3406/geoca.1968.2629.

Kolodny (Émile), « Une communauté insulaire en Méditerranée orientale : les Turcs de Chypre », Revue de géographie de Lyon, 1971, p. 5-56. DOI : 10.3406/geoca.1971.1578.

Olivier (G. A.), Voyage dans l’Empire ottoman et la Perse, fait par ordre du gouvernement, pendant les six premières années de la République, 6 vol. , Paris, an IX.

Panzac (Daniel), La peste dans l’Empire ottoman 1700-1850, Louvain, 1985.

Pococke (Richard), Voyage en Orient, 6 vol. , Paris, 1772-1773.

Notes

1 Panzac, La peste, comporte une importante bibliographie.

2 À l’exception de Cythère, au sud du Péloponnèse, qui appartient à la république de Venise.

3 AN AE B342; ACCM, J 342; ADBDR, 200 E 33d.

4 Les cas d’Istanbul, Smyrne, Alexandrie, Le Caire, Salonique et Alep sont étudiés dans Panzac, La peste, p. 211-221.

5 Olivier, Voyage, t. I, p. 243-244.

6 Panzac, La peste, p. 78-102.

7 Lettre du consul de France du 23 juin 1785, AN AE B1 642.

8 De 1700 à 1850, on dénombre 94 années pestiférées à Istanbul, 83 à Smyrne, 72 à Alexandrie, 50 en Syrie : cf. Panzac, La peste, p. 197.

9 Le voyageur anglais Richard Pococke signale que, depuis 1699, l’île de Patmos a été épargnée par la peste : Pococke, Voyage, t. IV, p. 425.

10 Lettre du 9 juin 1736, AN AE B1 632.

11 Lettre du 19 Avril 1765, ADBDR, 200 E 33d.

12 Lettre du 9 avril 1735, ACCM, J 1107.

13 Lettre du 25 avril 1744, ACCM, J 1109.

14 Lettre du consul de France de La canée du 18 juin 1783, ADBDR, 200 E 33d.

15 Lettre de La Canée du 15 août 1785, ACCM, J 1199.

16 Kolodny, « La Crète » ; Id., « Une communauté insulaire ».

17 Panzac, La peste, p. 446-456.

18 Le sultan doit reconnaître la création du royaume hellénique, l’autonomie de la Serbie, le quasi-protectorat russe sur la Moldavie et la Valachie, la conquête d’Alger, sans parler de l’opposition grandissante de Mehemet Ali en Égypte.

19 Panzac, La peste, p. 463-492.

20 L’absence de peste, quand elle est mentionnée par les sources, est indiquée par RAS ; le manque d’information est marqué par les lignes vides.

Auteur

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540