Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Autres îles ottomanes

Les îles ottomanes du Danube au xvie siècle

Ayşe Kayapınar

Full text

Les activités sur les îles danubiennes

  • 1 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 7, p. 269.
  • 2 Des pays et des peuples divers, des paysages, un peu de l’histoire et de l’architecture et une idée (...)
  • 3 Pour les sancâ de l’eyâlet de Budin, cf. Baysun, « Budin », p. 759.
  • 4 Aujourd’hui encore les îles du Danube ne manquent pas d’impressionner les voyageurs. Cf. Graff, Le (...)

1Appelé par le voyageur ottoman du xviie siècle Evliya Çelebi « la mère des rivières » (nehirlerin anası)1 le Danube2 constitue une ligne naturelle le long de laquelle sont situées une grande partie des provinces européennes ottomanes comme celles d’Estergon, Budin, Srem, Smederevo (Semendire), Mohaç3, Vidin, Nicopolis (Niğbolu), Silistra, ainsi que les pays tributaires de la Valachie, Transylvanie et Moldavie. Tout au long de son cours il forme des petits passages, des lacs et des îles4 qui créent un paysage naturel très particulier et offrent une vie exceptionnelle aux habitants des régions traversées.

2L’objet de la présente recherche est d’étudier les îles ottomanes du Danube au cours du xvie siècle d’après les sources ottomanes, en l’occurrence les registres de recensement, les anûnnâme et les registres des affaires importantes (Mühimme defterleri), datés du xvie siècle et concernant les territoires des provinces (sancâ) ottomanes situées sur les rives du Danube, à savoir les sancâ de Paşa (Budin), Sirem, Smederevo, Vidin, Nicopolis et Silistra.

Le Danube, les villes et les îles

Le Danube, les villes et les îles

Le Danube de Vienne à D. Földrar

Le Danube de Vienne à D. Földrar

(Vissendi, Le Danube de Vienne à Vidin. 1896)

Le Danube de D. Földrar à Belgrade

(Vissendi, Le Danube de Vienne à Vidin. 1896)

Le Danube de Belgrade à Vidin

Le Danube de Belgrade à Vidin

(Vissendi, Le Danube. De Vienne à Vidin. 1896)

  • 5 Sur la question de la navigation sur le Danube, cf. Paskaleva, « Le rôle de la navigation à vapeur (...)

3Le réseau fluvial de la partie européenne de l’Empire ottoman est peu étudié dans l’historiographie ottomane. Il en va de même des îles fluviales. Le Danube5, qui traverse un vaste territoire ottoman depuis la iye d’Estergon en Hongrie jusqu’à la mer Noire, et que parsèment de nombreuses îles, mérite une recherche spéciale.

  • 6 Mc Gowan, Sirem Sancağı Mufassal Tahrir Defteri, p. 165.

4Les îles danubiennes entre la mer Noire et la forteresse de Filûrdîn, localité de la province de Vidin située sur la rive droite du Danube, furent incorporées aux territoires ottomans à une date plus reculée que celles qui se trouvent plus à l’ouest. Il est très probable que c’est parallèlement à la conquête des territoires situés sur les rives du Danube que les îles du fleuve devinrent également ottomanes. Nous n’avons pas trouvé d’informations les concernant au cours du xve siècle. Dans la liste des noms des îles que nous possédons pour le sancâ de Vidin, les îles danubiennes de la région portent en général les noms des villes ou villages devant lesquels elles sont situées. Par exemple, l’île de Vidin (ada-yı Vidin) se trouve devant la ville de Vidin, l’île de Filûrdîn (ada-yı Filûrdîn) devant la forteresse de Filûrdîn, l’île d’Arçâr (ada-yı Ârçâr) en face du village d’Ârçâr. La documentation ottomane définit également certaines îles comme « proches » ou « sise en face » de telle localité se trouvant sur l’une des rives du Danube. Tel est le cas de l’île située devant la ville de Varadin. Dans le registre détaillé du sancâ de Sirem elle est mentionnée comme « l’île du Danube sise en face de Varadin » (cezîre-inehr-i Ṭuna, der muḳâbele-i Varadin)6. Il semble que les variations dans la manière d’enregistrer les îles soient dues aux styles différents des recenseurs. Ce qui veut dire qu’elle n’est pas dictée par une quelconque particularité géographique.

  • 7 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 5-6, p. 540.
  • 8 Atatürk Kitaplığı (Istanbul), MC O. 90, f. 1 v°.
  • 9 TK 57, f. 370 v°.
  • 10 Decei, « Ada al‘e », p. 174; Hertz, « Ada Kale ». Sur le destin politique d’Ada Kale à partir de l (...)
  • 11 Pour les différents noms d’Ada Kale, cf. Hertz, « Ada Kale », p. 184/57 ; Id., « Armament and suppl (...)
  • 12 Bien qu’Evliya Çelebi décrive en détail Orşova, il ne donne aucune information sur Ada Kale. Cf. Ev (...)
  • 13 L’île fut fortifiée par les ingénieurs habsbourgeois après 1718, date à laquelle elle devint posses (...)
  • 14 Ibid., p. 95-96.
  • 15 La Grande île, l’Ada-yı büzürg des Ottomans au xvie siècle, est appelée par les Serbes Veliko ostro (...)
  • 16 L’île de Belene est une île de quarante-huit hectares située à l’ouest de la ville actuelle de Rous (...)
  • 17 Un ordre de 1580 adressé au recenseur du sancâ de Vidin fait comprendre que certaines îles près de (...)

5Comme nous venons de le souligner, certaines îles portent le nom de la localité devant laquelle elles sont situées. Cela permet de les retrouver dans les enregistrements du siècle précédent, à savoir le xve siècle, surtout pour le sancâ de Vidin. Dans les sources du xvie siècle que nous avons pu trouver pour cette dernière région, on a enregistré, outre les localités elles-mêmes, les îles qui leur font face. Bien que ces mêmes localités figurent dans la documentation du xve siècle, leurs îles n’y sont pas mentionnées. Par exemple la première mention de la forteresse de Filûrdîn apparaît dans les sources ottomanes en 14487, mais il n’y a aucun indice sur l’existence d’une île devant cette forteresse ni à la date indiquée, ni dans la documentation plus tardive du xve ou même de la première moitié du xvie siècle. De la même façon, nous savons que la ville de Vidin devint ottomane en 1396 et elle fut enregistrée dans le registre succinct de 1454-14558. Pourtant, l’île de Vidin n’est mentionnée pour la première fois qu’en 1560. Orşova est incluse dans le territoire du sancâ de Vidin à partir de la première moitié du xvie siècle et apparaît dans le registre détaillé de 15869. Les témoignages plus tardifs nous font connaître l’existence d’une île devant Orşova appelée Ada Ḳal‘e (Şans adası, Orşova adası)10, qui, apparemment, fut également connue sous le nom de Ada-yı kebîr (« Grande île »)11. Mais nos sources ne signalent pas son existence12. Vers la fin du xviie siècle, cette île est appelée ada-yı kebîr, ce qui reflète son importance, pour les Ottomans, d’île fortifiée13 contre les Habsbourgeois14. Dans ce cas, la Grande île (ada-yı büzürg) qui figure dans les registres de recensement du xvie siècle ne peut pas être identifiée à l’île d’Orşova (Ada Ḳal‘e, Ada-yı kebîr). En fait nous croyons pouvoir l’identifier à l’île située à l’est de Feth-i İslâm, qui fut également appelée par les Ottomans la Grande île (ada-yı büzürg). C’est l’île actuelle de Dunarea15 en Roumanie. L’île de Belene, qui faisait sans doute partie du sancâ de Niğbolu au xvie siècle et qui fut une célèbre prison de la Bulgarie communiste au xxesiècle, n’apparaît pas non plus dans les registres ottomans16. La question principale qui se pose est de savoir pour quelles raisons les îles danubiennes n’apparaissent pas dans les registres de recensement du xve et du début du xvie siècle. Faut-il penser que les îles étaient considérées comme une partie des localités devant lesquelles elles se trouvaient et que leurs revenus étaient inclus dans le montant des revenus de celles-ci, ou bien qu’elles n’étaient pas encore exploitées et fiscalisées par les Ottomans à cette époque17 ? Est-ce parce qu’au début de la domination ottomane dans les régions danubiennes ces îles n’avaient pas d’intérêt pour l’État ottoman ? Cela permettrait d’expliquer dans une certaine mesure le manque d’informations sur le sujet dans les registres du xve et la première moitié du xvie siècle. Mais en tout cas il est difficile de trouver une réponse précise à travers les données des registres de recensement.

6Toutefois dans les anûnnâme de la première moitié du xvie siècle les îles danubiennes sont mentionnées, ce qui nous empêche d’affirmer que la situation était la même pour toutes les îles de toutes les provinces. La première mention connue apparaît dans un règlement des échelles danubiennes datant de 1519-1520. Selon ce règlement,

  • 18 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 3, p. 476. Pour le même passage, voir également Beldiceanu et B (...)

« il existe dans les échelles [du Danube] en question certaines îles et lacs. En hiver lorsque le Danube est glacé les mécréants de la Valachie et de la Moldavie faisaient passer leurs moutons aux lacs et aux îles et ils les [y] faisaient hiverner18. »

  • 19 Mc Gowan, Sirem sancagı mufassal tahrir defteri, p. 18, 165-166.

7Ce passage nous permet de voir que l’exploitation des îles était liée aux conditions climatiques. En hiver le Danube glacé permettait le passage des animaux sur les îles, ce qui était difficile pendant les autres saisons. D’autre part les îles inondées étaient inexploitables pour une longue période et il fallait attendre l’abaissement du niveau de l’eau. Les conditions climatiques sur les îles et la difficulté d’y accéder empêchaient leur exploitation systématique19.

  • 20 Actuellement Ráckeve. Cf. Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defter, p. 85.
  • 21 Ibid., p. 85-115.
  • 22 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 5-6, p. 540-541.

8Quelles étaient, à partir de la fin du xvie siècle, les différentes activités sur les îles ottomanes du Danube et leurs particularités par rapport aux localités dont elles étaient proches ? La variété de ces activités en général dépend des dimensions des îles. Celles qui étaient relativement grandes étaient peuplées et les habitants payaient, à certaines exceptions près, les mêmes impôts que ceux des localités qui leur faisaient face. Dans la province de Buda, l’île de Kuvin représentait une iye qui comprenait, outre le bourg (varoş) de Kuvin20, 15 villages et 2 mezra‘a21. Selon les informations fournies par Evliya Çelebi, dans l’île-même de Kuvin (Ḳoyun adasi pour les Ottomans) il y avait sept villages prospères, des milliers d’animaux et des milliers de pieds de vigne appartenant aux habitants de la forteresse de Can Kurtaran. L’île produisait du raisin en quantité suffisante pour nourrir l’armée ottomane22. En dehors des grandes îles danubiennes près de Buda (Csepel et Szentendrei), il est presque impossible de parler d’une population insulaire sur le Danube. L’installation de populations dans un but stratégique fait exception.

  • 23 Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 16.
  • 24 En 1562, Rüstem Paşa est beğlerbeğ de l’eyalet de Budin. Cf. Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 5 (...)
  • 25 Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 16.

9Le registre détaillé de Budin de l’époque de Soliman le Magnifique nous renseigne sur l’historique de l’exploitation de l’île de Duhterân depuis sa conquête par les Ottomans. Dès qu’elle fut devenue ottomane, cette île située en face du faubourg de Budin devint un endroit où les musulmans plantaient des arbres fruitiers et des vignes et cultivaient des vergers et des jardins potagers23. Un peu plus tard, l’île fut concédée à un certain Behrâm Aga, un des proches du beğlerbeğ de la vilâyet de Budin, Ristem Paşa24. Par la suite elle fut attribuée au za‘îm Bayrakdar Sinan Çavuş qui la délaissa probablement, car aucun revenu n’est enregistré dans le registre à son époque. Dans ces conditions, les musulmans demandèrent la permission d’exploiter cette île moyennant le versement forfaitaire de 2 000 aspres par an au Trésor public25.

  • 26 TK 58, f. 16 v°; TT 514, f. 10; TK 57, f. 13 r°; TK 219, f. 2 v°.

10En général, les petites îles danubiennes inhabitées sont fréquentées par des gens aux buts différents. Leurs revenus sont mentionnés parmi ceux des ports danubiens. Tel est le cas des îles situées près des ports de Vidin, Fetḥ-i İslâm, Orşova, Niğbolu et Holovnik26. Leurs revenus sont inclus dans le montant total des revenus de ces ports. Quant aux grandes îles, elles sont désignées dans les sources ottomanes par les expressions ada-yı büzurg, cezîre-i büzürg, cezîre-i kebîr ou büyük ada, et elles sont peuplées.

  • 27 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 7, p. 739-740.
  • 28 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murad III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâme (...)
  • 29 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 392.
  • 30 Ibid., p. 18.
  • 31 Ibid., p. 165-166.

11À quoi servaient ces îles ? En premier lieu, elles étaient des lieux de pâturage pour les moutons, les bœufs, les chevaux et les porcs des habitants des villages proches. Le règlement de l’échelle de Hirsova mentionne les taxes sur les moutons et les porcs dans les îles de Hirsova27. Les règlements des échelles de Vidin, Fetḥ-i İslâm et Orşova prévoient des taxes sur les moutons, les bœufs et les chevaux passant sur lîle de Ḳizilcik et les autres îles danubiennes, à l’exception de la Grande île (ada-yı büzürg)28. Les habitants du faubourg de Zemûn gardaient leurs troupeaux sur l’île d’en face. Les villageois de Belâriça dépendant de Zemûn faisaient paître leurs troupeaux sur l’île qui se trouvait en face de leur village. Ils y avaient également leurs ruches29. Les îles danubiennes près de la ville d’İlôk étaient inondées pendant de longues périodes. Quand le niveau du fleuve baissait, les habitants de la ville y faisaient paître leurs troupeaux30. On pouvait profiter des prés, de la terre labourable et des saules pour s’approvisionner en bois sur l’île située en face de Varadin pendant la période où le fleuve n’avait pas débordé (ṣu uġyân üzere olmadıgı zamânlarda)31.

  • 32 TK 83, p. 105.

12Les habitants de l’île de Ḳôsriçe (ou Ḳoserçe), située en face du village de Pôp köy dans la région de Silistre, faisaient paître leurs troupeaux sur l’île sans payer aucun impôt. Cependant on prélevait une taxe sur le pâturage des bœufs venant de l’extérieur32, ce qui montre bien que l’île appartenait aux Ottomans.

  • 33 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâme (...)
  • 34 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 18.

13Les îles danubiennes n’étaient pas seulement des lieux de pâturage : on y cultivait aussi des céréales, du lin et des potagers, on y exploitait les roseaux et les saules, on y fauchait des prés33. On y coupait également du bois. Selon le registre du sancâ de Sirem, les habitants de la ville d’İlôk coupaient des roseaux dans les îles proches pour couvrir leurs maisons (evleri örtüsü içün)34. Il est à remarquer que des cultures comme les roseaux et les saules, favorisées par l’humidité, ne se trouvent que sur les îles danubiennes. On ne les voit pas dans d’autres régions.

  • 35 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 7, p. 265.

14Le voyageur Evliya Çelebi raconte que des Portes de fer jusqu’à Fetḥ-i İslâm, il y avait des îles sur le Danube, entre lesquelles étaient installées deux cents ou trois cents madragues. Les revenus des forteresses situées au bord du Danube étaient fournis par ces madragues. Elles étaient concédées à ferme et appartenaient au sancâbeğ de Vidin avec une somme forfaitaire de 70 000 aspres. La solde des gardiens de la forteresse d’Özü était assurée par les revenus de cet affermage35. Les madragues apparaissent également dans les registres que nous avons étudiés, mais il n’y a pas de détails sur le sujet. D’ailleurs il est difficile de préciser le montant des revenus provenant de ces madragues, car il n’apparaît pas tout seul. En tout cas il semble qu’on profitait des îles pour y placer des madragues afin d’assurer une pêche abondante.

15Les marais, les lacs et les îles danubiennes abritaient sans doute différentes sortes d’oiseaux sauvages présentant un intérêt pour la chasse. La documentation ottomane du xvie siècle ne fournit aucun indice rappelant cette description de Kanitz :

  • 36 Kanitz, La Bulgarie danubienne, p. 81.

« Les marais de Vidin et les îles du Danube sont peuplés de bécasses, d’oies, de canards, de cygnes, de hérons, de pélicans. Les environs nourrissent une immense quantité de lièvres, dont la dépouille est envoyée à Vienne36. »

  • 37 Voir les documents publiés en annexe.
  • 38 TK 42, f. 24 r°.
  • 39 TK 42, f. 24 r°, 26 r°, 26 v°, 30 v°.

16Les sources ottomanes du xvie siècle mentionnent des villages de gardiens de passages (derbendci) sur la rive droite du Danube, chargés de surveiller le fleuve contre les brigands (ḥarâmîler)37. Par exemple, le village de Rahova dépendant de Çernovi, dans la région de Niğbolu, était un ancien village de gardiens de passages (derbendci). Comme la plupart du temps (ekser evkâtda) des brigands fréquentaient le Danube et pillaient les bateaux allant de Kili à Vidin et de Vidin à Kili, il était nécessaire de charger le village en question de les surveiller38. Outre le village de Rahova, on trouve le long de la rive droite du Danube dans la région de Niğbolu d’autres villages de gardiens des passages (derbendci) chargés de surveiller les brigands sur le fleuve et très probablement sur les îles. Parmi ces villages on peut citer ceux de Kosevi, d’İstemin-i gebr et de Rahoviça, qui dépendaient tous de la iye de Çernovi, dans le sancâ de Niğbolu. Situés à proximité des îles danubiennes dans des endroits dangereux, ils assuraient la sécurité des îles et du trafic sur le Danube. En échange de leur service, leurs habitants étaient exemptés des impôts extraordinaires et des droits coutumiers. Toutefois, ils continuaient à payer tous les autres impôts et les 25 aspres de l’ispençe39.

  • 40 Pour plus d’information sur le Tuna ḳapudanı et le Tuna ḳapudanlığı, cf. Uzunçarşılı, Merkez ve Bah (...)
  • 41 3 numaralı Mühimme Defteri, p. 565/1293.

17Les îles du Danube étaient des endroits isolés qui constituaient d’excellents lieux de refuge pour les brigands (ḥarâmîler). Les divisions locales de la flotte ottomane du Danube chargées de la garde du fleuve avaient pour mission de surveiller les îles et d’assurer la défense des bateaux ottomans. La gestion de la surveillance des îles était confiée à des ḳapudan (Tuna ḳapudani)40. Un ordre datant de 1559-1560 adressé au beğ de Mohaç nous apprend la nomination d’un deuxième apudan pour la surveillance des îles de la circonscription de Mohaç, sur lesquelles « les mouvements ennemis » ne manquaient pas, attendu qu’il était « impossible d’assurer la sécurité des îles danubiennes situées à une distance de 7 à 8 jours de Budûn (Buda) par un ḳapudan venant de ce côté-là41 ». Il s’agit probablement non pas de protéger les îles mentionnées, mais au contraire d’éviter que l’ennemi n’y trouve refuge.

  • 42 TK 57, f. 369.
  • 43 Ibid..

18Afin d’assurer la sécurité du trafic sur le Danube on voit que certaines îles étaient repeuplées et que leurs habitants servaient comme derbendci. Un bon exemple est celui du village de Novasel qui se trouvait sur la Grande île (Adayi büzürg) devant les villages de Gideç et de Nova qui dépendaient de Fetḥ-i İslâm (aujourd’hui Kladovo)42. Comme ce village était inhabité et se trouvait sur un lieu de passage très fréquenté, mais dangereux, il fut ordonné de repeupler le village et de charger ses habitants de surveiller les passages. En contrepartie de ce service de derbendci, les villageois étaient exemptés de toutes les contributions extraordinaires et des droits coutumiers, et n’étaient redevables que d’une ispençe de 12 aspres (au lieu du montant habituel de 25 aspres). La mention d’un bottier (bôtûşâr-çizmeci) parmi les habitants du village s’explique sans doute par les conditions climatiques qui régnaient sur l’île, où l’humidité rendait nécessaire la présence d’un homme fabriquant ou réparant des bottes43.

  • 44 Fortification entourée d’un fossé, construite de bois et de terre. Cf. Pakalın, Tarih Terimleri ve (...)
  • 45 Decei, « Demir-Kapı », p. 525.

19Toujours dans le souci d’assurer une circulation tranquille sur le fleuve et d’empêcher les mauvaises surprises provoquées par l’ennemi, les Ottomans utilisaient les îles et les localités qui en étaient proches pour y construire des palanḳa44. Par exemple, un ordre de 1701 prévoit l’installation de 453 soldats touchant 5 340 aspres de soldes sur les palanḳa des îles de Kuvin, de Fetḥ-i Islam (Kladovo), de Gügercinlik (Golubac), etc. Dans le palanḳa de l’île d’Ada Ḳal‘e se trouvaient 220 soldats en 170645. La fondation des villages de gardiens des passages sur les rives et les îles du Danube révèle une politique autoritaire aux buts stratégiques.

  • 46 Pazskaleva, « Le rôle de la navigation à vapeur sur le Bas Danube », p. 43.
  • 47 On trouve des ordres convoquant les sipâhî, les gardiens des forteresses, les mârtôlôs et même parf (...)

20La tranquillité de navigation sur le Danube était troublée non seulement par les brigands, mais également par les conditions géographiques. Outre les tourbillons rapides, les baisses des eaux, les étranglements, les îles, ainsi que les bas-fonds, les rochers dangereux et les bancs de sable aux embouchures rendaient difficile la navigation sur le Danube46. En raison de ces conditions géographiques, tout un réseau de secours fut organisé. Les divisions locales de la flotte, les derbendci sur les îles et sur les rives, ainsi que les sipâhî et une partie des re‘âyâ aidaient au passage des bateaux dans les endroits que rendaient difficiles des rapides, des cataractes ou des tourbillons47.

La fiscalité

21La fiscalité des îles danubiennes au xvie siècle dépend de leur grandeur et de la présence (ou non) d’une population. Dans un premier temps, nous citerons les montants des revenus de certaines îles, dans la mesure où les sources nous le permettent. Ensuite, nous tenterons de déterminer la composition des revenus des îles danubiennes.

  • 48 La mageriyye est une taxe empruntée aux Byzantins par les Ottomans et très probablement appliquée p (...)
  • 49 TK 58, f. 16 v°.
  • 50 TK 58, f. 16 v°.

22Dans la région de Niğbolu, le produit annuel de la taxe dite mageriyye48, des madragues et des îles du Danube dépendant de l’échelle de Niğbolu était de 41 666 aspres. Cette somme faisait partie des revenus des domaines impériaux dans le sancâ de Nigbolu49. Il est impossible de déterminer quel était le montant des revenus de l’île de Belân et de celle située près de la forteresse de Holovnik, car le registre du sancâ de Niğbolu les mentionne avec d’autres taxes comme celles sur les charrettes du sel valaque, sur l’hivernage, sur les moulins, sur les poissons pêchés dans les lacs proches, etc50.

  • 51 TK 57, f. 13 r°. Il faut préciser qu’on trouve les mêmes informations sur les îles danubiennes de l (...)

23Il est beaucoup plus facile de déterminer les revenus des îles se trouvant dans la région de Vidin, car le registre de 1586 concernant le sancâ de Vidin fournit la liste des îles danubiennes et indique la somme perçue de chacune51. Comme c’était le cas pour les îles dépendant du sancâ de Niğbolu, les revenus des îles du sancâ de Vidin revenaient aux domaines impériaux. Les îles dépendant de l’échelle de Vidin (tâbi‘-i iskele-i Vidin) fournissaient une somme de 1 380 aspres. Il s’agit des îles de Vrih et de Leskova, de Filûrdîn, de Kumân, de Kutova, de Vidin, d’İskûmna et d’Arçâr.

24Le registre détaillé du sancâ de Vidin de 1586 mentionne trois îles dépendant de l’échelle de Fetḥ -i İslâm dont les revenus font partiellement partie des domaines impériaux. Ce sont les îles de Kurbova, de Küçük et de Güsâfçe. La somme totale qu’elles procuraient était de 1 320 aspres.

25Le tableau suivant montre la répartition des revenus par île dans le sancâ de Vidin.

Tableau 1 : Répartition des revenus par île dans le sancâ de Vidin

Île de Vrıḥ et de Lesḳova

150

Ile de Filûrdîn

150

Ile de Ḳumân

130

Île de Ḳutova

140

Ile de Vidin

550

Île d’İsḳûmna

130

Île d’Arçar

130

Île de Ḳurbova

1100

Ile de Küçük

90

Ile de Güsâfçe

130

TOTAL

2700

  • 52 TK 57, f. 13 r°.

26On voit qu’il s’agit de sommes très modestes et que c’est l’île de Kurbova qui rapportait le plus, à savoir 1 100 aspres, suivie par l’île de Vidin52.

  • 53 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 50,55 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâme (...)
  • 54 Le recenseur calcula la somme totale du revenu du village comme 400 au lieu de 417 aspres : cf. TK (...)
  • 55 Ibid.

27D’après les règlements des échelles de Fetḥ-i İslâm et du village d’Orşova, on percevait la dîme sur les céréales et les jardins potagers cultivés dans les îles du Danube53. Les îles fournissant des services particuliers étaient exemptées de certaines taxes. Comme nous l’avons déjà mentionné, le village de gardiens de passage de Nova, situé sur la Grande île (Ada-yı büzürg), était exempté des droits coutumiers et des contributions extraordinaires et ne payait que 12 aspres d’ispençe et toutes les autres taxes habituelles pour la région. Le village comptait 4 foyers et 9 célibataires. Le montant total des revenus était de 417 aspres54, somme très modeste qui montre que l’installation de la population sur les îles était d’intérêt stratégique et non pas économique55.

28Voilà la liste des droits constituant le revenu total du village :

Tableau 2 : Liste des droits payés par le village de Novasel

İspençe 12 personnes par 12 : somme totale

144

Taxe sur les poulets et le pain

4

Taxe sur les rangées de ceps

8

Taxe sur le dönüm des vignes : somme totale

8

Blé 4 kile : somme totale

160

Orge 4 kile : somme totale

80

Dîme sur le lin

1

Dîme sur les ruches

2

Droit sur les mariages

2

Droits sur les porcs

2

Dîme sur les fruits et les jardins potagers

1

Taxe de la garde champêtre (‘âdet-i deştbânî)

1

Amendes

1

Droit sur les moutons

1

Droits sur le pâturage des moutons et l’hivernage

2

  • 56 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 171.
  • 57 Ibid., p. 387.
  • 58 TK 240, p. 3.
  • 59 TK 166, f. 205 v°.
  • 60 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 18.
  • 61 Ibid., p. 165.

29Toutes les îles danubiennes n’étaient pas soumises aux mêmes impôts que les localités près d’elles, car on n’y pratiquait que certaines activités. Par exemple, sur l’île de Mali Dunavaç dépendant de Varadin on fauchait du foin et labourait la terre. Son revenu s’élevait à 1 000 aspres56. Ce qu’on touchait de la grande île située devant Zemûn se montait à 120 aspres. Les habitants de l’autre île (cezîre-i diğer) près du faubourg de Zemûn, sur laquelle ils faisaient passer leur bétail et cultivaient des jardins potagers, payaient chaque année 200 aspres au titre de la dîme57. Le revenu tiré de la récolte des prés et des jardins potagers sur l’île située devant Belġrâd se montait à 650 aspres par an58. La grande île faisant face à la forteresse de Gügercinlik (actuellement Golubac) fournissait un revenu de 600 aspres par an. Ce chiffre comprenait la dîme sur les jardins potagers et les droits sur les foins fauchés59. Les habitants de la ville d’İlôk payaient 1 200 aspres au trésor public au titre du resmi tâpû60. Pour « l’île danubienne située en face de la ville de Varadin » (cezîre-i nehr-i Tuna der mukâbele-i Varadin) l’emîn Ferruh et le kethüdâ Şuca devaient payer 60 aspres de resm-i âpû61.

  • 62 Kaldy-Nagy, Budin tahrir defteri, p. 16.
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid., p. 82.
  • 65 Ibid., p. 108.

30Sur l’île de Duhterân située devant le faubourg de Budin, les musulmans payaient annuellement, au titre de la dîme sur les fruits et du droit sur les jardins potagers, 2 000 aspres62. Sur les jardins potagers cultivés sur la petite île proche de la Gürz depe dans la région de Budin, on percevait 48 aspres63. Les revenus de l’île de Varkon, dans la naiye de Vişeġrad, représentaient une somme de 100 aspres64. L’île de Sziget, dans la naiye de l’île de Kuvin, fournissait un revenu de 1 650 aspres65.

  • 66 Cvetkova, « Kâm vâprosa za pazamite i pristanišnite mita i taksi v njakoi balgarski gradove prez XV (...)
  • 67 Ibid., p. 196.
  • 68 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 491.

31De façon générale, les fruits et légumes provenant des îles du Danube étaient soumis à la dîme66 comme partout ailleurs. Les animaux perdus sans propriétaire des îles proches étaient confisqués par les fonctionnaires des échelles67. Le règlement du sancâ de Niğbolu fournit des informations selon lesquelles le bétail sans propriétaire pris dans le Danube et dans les îles est saisi pour le compte du Trésor public (mîrî) par l’emîn de l’échelle68.

  • 69 La Goruştina, ou groştina, est un droit perçu sur le petit bétail (moutons et porcs) : cf. Beldicea (...)
  • 70 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 476.
  • 71 Ibid., t. 8, p. 739-740.

32Les « mécréants » de Valachie et de Moldavie qui faisaient hiverner leurs moutons dans les îles danubiennes devaient payer la ġroştina69. Cette taxe consistait dans le prélèvement de 3 moutons sur 100 pour le Trésor public70. Sur les îles de Hirsova on percevait un mouton sur cent pour le Trésor public et deux sur cent pour le sancabeğ. Dans ces mêmes îles, 30 aspres étaient prélevés sur chaque troupeau de porcs71. Le fait qu’en 1519-1520 les Valaques et les Moldaves payaient la ġroştina indique qu’à cette date les îles appartenaient aux Ottomans.

  • 72 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâme (...)

33D’après le règlement de l’échelle de Fetḥ-i İslam et le règlement de la douane de l’échelle de Vidin, on percevait un aspre par piéton et un aspre par charrette de foin fauché sur les îles danubiennes dans les régions mentionnées, excepté la Grande île. Deux aspres étaient perçus par cheval et par bœuf et un aspre pour dix moutons passant sur ces îles pour paître. Les céréales et les jardins potagers qui y étaient cultivés étaient soumis à la dîme. Le règlement de l’échelle de Vidin nous apprend encore qu’on percevait un aspre pour deux porcs72.

  • 73 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 55.

34Nos sources nous apprennent qui avait la jouissance des revenus des îles danubiennes. Les revenus de certaines îles étaient imposés au profit du Trésor public. Le plus souvent le droit de pâturage sur le bétail passant sur les îles pour paître était prélevé par l’emîn de l’échelle pour le compte du Trésor public. Le bétail et les esclaves sans propriétaire étaient également saisis à son profit. L’emîn percevait les amendes réclamées aux brigands arrêtés sur le Danube73.

35Les revenus d’un groupe des îles danubiennes allaient au sultan. Nous avons déjà signalé que les îles des régions de Vidin, Niğbolu et Silistra faisaient partie des domaines impériaux. Le souverain jouissait de leurs revenus, de même que de ceux des échelles danubiennes.

  • 74 TK 240, f. 3.

36Il y avait un troisième groupe d’îles dont les revenus étaient réservés à des timariotes. Par exemple la dîme sur les produits de la Grande île située en face de la forteresse de Gügercinlik (Golubac), dans le sancâ de Semendire, revenait au timariote (ib-i zemîn)74.

*

37En conclusion, on peut dire que les îles du Danube étaient clairement ottomanes. La plupart d’entre elles faisaient partie des domaines impériaux. Longtemps après leur conquête elles ne furent pas fiscalisées, demeurant à l’état de terrain vague à usage communal, sans exploitation systématique. Les activités sur ces îles et leur fiscalité dépendaient de leurs dimensions. L’éloignement de l’île des lieux d’habitation jouait certainement un rôle. Le montant des revenus des îles est également proportionnel à leur grandeur. L’installation de populations sur les îles danubiennes répondait à des impératifs d’ordre stratégique et non pas économique.

Sources d’archives

Atatürk Kitaplıği (Istanbul), MC O. 90

MD : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Mühimme defterleri (vol. 3, 9, 22 et 49).

TK : Archives du Tapu Kadastro Genel Müdürlüğü (Ankara)

TK 42 - Registre détaillé du sancak de Niğbolu de 1572/73

TK 57 - Registre détaillé du sancak de Vidin de 1586

TK 58 - Registre détaillé du sancak de Niğbolu de 1579/80

TK 83 - Registre détaillé du sancak de Silistra de 1597/98

TK 166 - Registre détaillé du sancak de Smederevo (Semendire) de l’époque de Murat III (1574-1595)

TK 219 - Registre succinct du sancak de Vidin de 1579

TK 240 - Registre abrégé du sancak de Smederevo (Semendire) de 1582/83

TT : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Tapu ve Tahrir

TT 514 : Registre succinct du sancak de Vidin de 1560

TT 664 : Registre détaillé de différentes régions de Roumélie de l’époque de Murad III (1574-1595)

Bibliography

Ouvrages cités

Akgündüz (Ahmed), Osmanlı kanunnâmeleri ve hukukî tahlilleri, 9 vol. , Istanbul, 1990-1996.

Altundağ (Ş.) et Turan (Ş.), « Rüstem Paşa », İslâm Ansiklopedisi, vol. IX, Istanbul, 1964, p. 800-802.

Baysun (M. Cavit), « Budin », Islâm Ansiklopedisi, vol. II, Istanbul, 1979, p. 748-760.

Carte générale du royaume de Serbie, 1893.

Beldiceanu (Ničoara), « Bibliographie et sources de l’histoire de l’Empire ottoman (xve-xvie siècles) », Annuaire 1968-1969, École Pratique des Hautes Études, ive Section, Paris, 1969, p. 469-473.

Beldiceanu (Ničoara) et Beldiceanu-Steinherr (Irène), « Actes du règne de Selîm I concernant quelques échelles danubiennes de Valachie, de Bulgarie et de Dobrudja », Südost-Forschungen, XXXIII, 1964, p. 91-115.

Berindei (Mihnea), Kalus-Martin (Marielle) et Veinstein (Gilles), « Actes de Murâd III concernant la région de Vidin et remarques sur les qânûn ottomans », Südost-Forschungen, XXXV, 1976, p. 11-68.

Cvetkova (Bistra), « Kam vaprosa za pazamite i pristanišnite mita i taksi v njakoi balgarski gradove prez xvi v. », Izvestija na Instituta za Istorija, XIII, 1963, p. 183-257.

Cvetkova (Bistra), « Vie économique des villes et ports balkaniques aux xve et xvie siècles », Revue des Études Islamiques, XXXVIII-2, 1970, p. 267-355.

Decei (Aurel), « Ada Ḳal‘e », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. I, Paris-Leyde, 1960, p. 174-175.

Decei (Aurel), article « Demir-Kapi », İslâm Ansiklopedisi, vol. III, Istanbul, 1945, p. 523-526.

Evliya Çelebi, M. Çevik éd., Tam Metin Seyahatname, vol. 5-6, 7, Istanbul, 1984-1985.

Gradeva (Rossitsa), « Shipping along the lower course of the Danube (end of the 17th century) », in E. Zachariadou (éd.), The ḳapudan pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 304-315.

Graff (M.), Le réveil du Danube. Géopolitique vagabonde de l’Europe, Strasbourg, 1998.

Hertz (A. Z.), « Ada Kale: the key to the Danube, 1688-1690 », Archivum Ottomanicum, III, 1971, p. 170-184.

Hertz (A. Z.), « Armament and supply inventory of Ottoman Ada Kale, 1753 », Archivum Ottomanicum, IV, 1972, p. 95-171.

Imber (Colin), « The navy of Süleyman the Magnificent », Archivum Ottomanicum, VI, 1980, p. 211-282.

Káldy-Nágy (Gy.), Kanuni Devri Budin Tahrir Defteri (1546-1562), Ankara, 1971.

Kanitz (F.), La Bulgarie danubienne et les Balkans, études de voyage (1860-1880), Paris, 1882.

Lory (Bernard), « Ada Kale », Balkanologie, VI-1/2, décembre 2002, p. 19-22. URL : http://balkanologie.revues.org/437.

Magris (Claudio), Danube, Paris, 1988.

Mc Gowan (Bruce M.), Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, Ankara, 1983.

3 numaralı Mühimme Defteri (966-968/1558-1560), Özet ve Transkripsiyon, Ankara, 1993.

Pakalin (M. Zeki), Tarih Terimleri ve Deyimleri Sözlüğü, 3 vol. , Istanbul, 1951.

Pazskaleva (Viržinia), « Le rôle de la navigation à vapeur sur le Bas Danube dans l’établissement des liens entre l’Europe centrale et Constantinople jusqu’à la guerre de Crimée », Bulletin de l’Association internationale d’études du Sud-Est européen, XII-2, 1974, p. 41-60.

Uzunçarşılı (Ismail Hakkı), Osmanlı Devletinin Merkez ve Bahriye Teşkilatı, Ankara, 1948.

Vissendi, Le Danube de Vienne à Vidin, 1896.

Annexes

Choix de textes sur les îles danubiennes tirés des sources ottomanes75

Defter-i Mufaṣṣal-ı livâ-yı Niġbolı

(TK42, 980 de l’Hégire, règne de Murat III)

24 v°Ḳarye-i Raḥova derbend-i ḳadîm, tâbi‘-i Çernovi, ẖâṣṣa-i Ḥażret-i Aḥmed Paşa

-1- Ḳarye-imezbûre, ḳażâ-yı Rusçuk’dan aşaġı nehr-i Ṭuna üzerinde olmaġin Yerköki iskelesinden Ṭutraḳan

-2- iskelesine varınca Ṭuna yüzünde ekser evḳaṭda ḥarâmîler ẓâhir olub Kîlî cânibinden Vidîn’e Vidîn den Kîlî’ye varub

-3- gelen gemileri baṣub ġaret ve ḥasâret idüb ziyâde mahûf ve muḥâṭaralu yerde oṭurub ḳarye-i mezbûraniñ her vechile

-4- derbend olması lâzım ve lâbudd olmaġın altmış ẖânesi ‘avarız-ı divaniyyeden ve tekâlif-i ‘örfiyyeden mu‘af ve müsellem

-5- olub ispençelerin yigirmi beş aḳçe ve sa’ir rüsûmlarm bi’t-tamâm edâ idüb altmış ẖâneden ziyâde olursa

-6- ‘avâriżların virmek üzere ẖavf ve ẖaṭarnâk olan yerleri ḥıfż ve ẖırâset idüb ve iki yerde derbend

-7- bekleyüb ve Ṭuna yüzünde iki yerde ġarda yapub her sene de mâl-ı pâdişâhiyye nefa‘a.... içün ḳabûl ve iltizâm

-8- ettiklerin sâbıḳan müfettiş olan Ṭırnovî ḳâżîsı Mevlânâ Ġużâtzâde ‘arż eylemeğin defter-i ‘atîkde meşrûḥ ve muḳayyed

-9- olub ḥalyâ daẖî vuḳu’ı üzere ‘arż olunduḳda vech-i meşrûḥ üzere derbend olması mukarrer olmaġın defter-i cedîde

-10- ḳayd olundı deyu muḳayyed der defter-i ‘atîḳde ḥalyâ ‘arż olunduḳda ḳadîmden derbendci olan altmış ẖânesi giru

-11- kemâkân derbendci olub vech-i meşrûḥ üzere mu‘af ve müsellem olmak fermân olunmaġın defter-i cedîde ḳayd olundı

25 r°H̱âne-i derbendci 6

H̱âne 140

Mücerred 105

26 r°Ḳarye-i Ḳosevi, derbend-i ḳadîm, tâbi‘-i Çernovi, ẖâṣṣa-i Ḥażret-i Aḥmed Paşa

-1- Meẕkûr ḳarye mahûf ve muḥâṭaralu yerde olub muḥâfaẓasın lâzım olmaġın ve ẕikr olan mevżi‘de ve Ṭuna üzerinde

-2- olan ḥarâmîleri bekleyeler deyu ellerinde padişâhımız e‘azze Allahu enṣârehu ḥażretlerinden ellerinde aḥkâm-ı humâyûnları

-3- olub ‘avâriz-ı divâniyye ve tekâlif-i ‘örfiyyeden mu‘af ve müsellem ve defter-i‘atîḳde muḳayyed olub ḥalyâ ‘arż olunduḳda

-4- giru kemâkân ispençelerin yigirmi beş aḳçe ve sâ’ir rüsûmların bi’t-tamâm edâ itmek üzere fermân olunduġunu defter-i

-5- cedîde ḳayd olundı

26 v°H̱âne 60

Mücerred 65

26 v°Ḳarye-i Raḥoviça, derbend-i ḳadîm, tabi’-i Çernovi, ẖâṣṣa-i Ḥażret-i Aḥmed Paşa

-1- Mezkûr ḳarye maḥûf ve muḥâṭaralu yerde olub ve Ṭuna üzerinde olan ḥarâmîleri bekleyüb ve yollarda nice maḳtûl bulunub

-2- derbend olması lâzım ve lâbudd olduġu içün ‘avâriz-i divâniyyeden vetekâlif-i ‘örfiyyeden mu‘af ve müsellem olmaları ḥükm-i şerîf virilüb

-3- derbend ẖıdmetin idüb hıfẓ u ẖirâset itdikleri ḥükm-i şerîfmûcebince giru mukarrer tutub defter-i ‘atîkde meşrûḥ ve muḳayyed olub

-4- ḥalyâ ‘arż olunduḳda giru kemâkân ispençelerin yigirmi beş aḳçe ve sa ’ir cem‘-i rüsûmlarin bi’t-tamâm edâ itmek üzere emr olunub

-5- defter-i cedîde ḳayd olundı

27 v°H̱âne 100

Mücerred 48

30 v°Ḳarye-i İstemin-i gebr, derbend-i kadîm, tâbi‘-i Çernovi, hâṣṣa-imîr-livâ

-1- Meẕkûr ḳarye maḥûf u muḥâṭaralu yerde olub ve Ṭuna yüzünde olan ḥarâmîleri Vişla nâm mevżi‘de derbend lâzımdır deyü

-2- ellerine ḥükm-i şerîf ṣadaḳa olunub derbend ẖıdmetin itdükleri içün ‘avârız-ı divâniyyeden mu‘af olub bâḳi rüsûmların

-3- bi’t-tamâm edâ iderler iki yerde bekleyüb altmış ẖânesi derbend olub altmış ẖâneden ziyâde olursa ‘avârıżların

-4- daẖî vireler deyü defter-i ‘atîḳde meşrûḥ ve muḳayyed olub ḥalyâ vuku‘ı üzere ‘arż olunduḳda girü kemâkân ispençelerın

-5- yigirmi beş aḳçe ve sâ’ir rüsûmların bi’t-tamâm edâ itmek üzere emr olunmaġın defter-i cedîde ḳayd olundı deyü

-6- vech-i meşrûḥ üzere mu ‘af olmaḳ emr olunub ma‘âdası ispençelerin ve sâ’ir cemi‘-i rüsûmların edâ itmek üzere

-7- fermân olmaġın defter-i cedîde ḳayd olundı

H̱âne 60

Mücerred 21

Defter-i Mufaṣṣal-ı livâ-yı Niġbolı

(TK58, 987 de l’Hégire, règne de Murat III)

16 v°H̱âṣṣha-ipadişah-ı ‘alempenâh ḥullide ‘Allahu Ta‘âla mülkehu ve ‘âdet-i agnâm ve ġayr - Nâhiye-i Niġbolı der livâ-yı mezbûr

Maḥṣûl-i iskele-i Niġbolı ve gümrük ve rub ‘-ı mâhî ve resm-i milh-i eflâk ma‘a resm-i milh-i Vama ve vozarân ve naṣṣâḥân ve nıṣf-ı milh-ivôzariyye ve mageriyye-i milh ve ‘âdet-i sefîne ve mageriyye-i nefs-i Niġbolı ve mageriyye-i Ziştovi ve ‘âdet-i şumâriyye ma‘a maḥṣûl-iadaha-i Ṭuna fî sene 766 666

An maḥṣûl-i fâ ’ida-i milh-i iskele-i mezbûr fî sene 450 000

An maḥṣûl-i gümrük ve kenâr ve rub ‘ı mâhî ve gayr fî sene 275 000

Maḥṣûl-i mageriyye ve dalyânha ma‘a adaha-yi Ṭuna fî sene 41 666

Maḥṣûl-i iskele-i Ḥolovnik ve nemek-i ‘arabaha-i eflâka ve nemek-i...76 ve ẖarac ma ‘a bâc-ı bâzâr ve mâhî-i göl-i Vôdâc ve çayır-ı ẖâṣṣa ma ‘a sazlik ve resm-i ḳişlaḳ ve gâvmişan77 ve agnam ve ḳanṭariyye ve ‘âdet-i deştbânî ve resm-i asiyâbha ve der âb-i Vôdâç ve göl-i mâhî-i Barçelu ma‘a sazlık-ı ẖâṣṣa ve göl-i mâhî-i Pelan? ma‘a ada-yi Pelan ve resm-i otlak-iagnâm ma‘a resm-i otlak-1 ḳovan ve maḥṣûl-i ada der kurb-ı kal‘a-i Ḥolovnik ve ġayr. Fî sene 50 000

Maḥṣûl-i kenâr-i iskele-i Yerkökü nâm-i diğer Rusçuḳ ve gümrük ve rub‘-ı mâhî ve resm-i otlak ma ‘a resm-i milh-i Vâmâ-i vozaran ve naṣṣâḥân ve nıṣf-ı milh-i vozâriyye ve mageriyye-i milh ve ‘âdet-i sefîne ve şumâriyye ma ‘a maḥṣûl-i adaha-yi Ṭuna

Fî sene 600 000

An maḥṣûl-i fâ ’ida-i iskele-i mezbûr fî sene 394 000

An maḥṣûl-i kenâr ve gümrük ve rub‘-ı mâhî fi sene 200 000

An maḥṣûl-i mageriyye fî sene 6 000

Defter-i mufassal-ı livâ-yı Semendre

(TK 166, règne de Murad III)

205 v°Zemîn-i ḳal‘a-i Gügercinlik, muḳâbelesinde Büyük cezîre dimekle ma‘ruf bir yerdir. Ḳarye-i mezbûre ahâlîsi ba ‘żı yerlerin ziraat ve ḥirâset idüb ve ba‘żı yerlerin bostan idüb otlaġin biçüb ‘öşürlerin sâhib-i zemîne virirler. Maḥṣûl fî sene 600

Defter-i icmâl-ı livâ-yı Semendre

(TK 240, 990 de l’Hégire, règne de Murad III)

3 r°Maḥṣûl-i çayirha ve bostanha-i cezîre-i muḳâbele-i Belġrad fi sene 650

Defter-i Mufaṣṣal-ı livâ-yı Silistre

(TK 83, 1006 de l’Hégire, règne de Mehmed III)

105 r°Ḳarye-i Pôp Köy [tâbi’-i Silistre] ma‘a maḥalle-i Râdûna-yı mezbûre muḳâbelesinde olan Ḳosrice78 adasi davarlari yürüyegelmiş, ḳadîmî mera‘laridir. Kimesneye nesne virmezler, amma ẖâricden davar getürenlerden iskele emînleri resm-i otlak alagelmişdir deyu muḳayyed der defter-i ‘atîḳde

Defter-i Mufassal-ı livâ-yı Vidîn

(TK 57, 994 de l’Hégire, règne de Mehmed III)

13 r°H̱âṣṣa-i padişâh- ı ‘alempenâh, ẖullide Allâhu mülkehu İskele-i Vidin an maḥṣûl-i milh ve kenâr ve gümrük ve rub‘-ı mâhî ve nıṣf-ı vozarân ve naṣṣâḥân ve mageriye ve şumâri ve ‘âdet-i sefîne ve şikâr-mâhî ve gayr ma‘a dalyânha ve adaha-yi Ṭuna ve ġayrihu 619 037

An maḥṣûl-i fâ ’ida-i milh ve ‘âdet-i sumâri ma ‘a sefîne 529 754

An maḥṣûl-i kenâr ve gümrük ve rub‘-ı mâhî ve mageriye ve nıṣf-ı vozarân ve şikâr-1 mâhî 87 353

An mageriye 3 112

An kenâr ve gümrük ve ġayrihu 74 299

An nıṣf-ı vozarân 214

An şikâr-ı mâhî 9 728

-2- maḥṣûl-i adaha-i Ṭuna ma‘a boġaz-1 göl, tâbi‘-i iskele-i Vidin 1 930

Ada-yı Vrıh ma‘a Lesḳova 150

Ada-yı Filûrdîn 150

Ada-yı Ḳumân 130

Ada-yı Ḳutova 140

Ada-yı Vidin 550

Ada-yı İsḳûmna 130

Ada-yı Ârçâr 130

Boġaz-ı Vrijdûna, dernezd-i köprü-i Dragômân550

-3- İskele-i Fetḥü’l-islâm ma‘a iskele-i Arşova ‘an fa’ida-yı milh ve kenâr ve gümrük ve rub ‘-ı mâhî ve mageriye ve ‘âdet-i sefîne ve ‘âdet-i şumâriyye ve şikâr-ı mâhî ma‘a dalyânha ve adaha-i Ṭuna ve ġayrihu ma‘a iskele-iḳarye-i Arşova 83 346

An maḥṣûl-i fa ’ida-i milh 9 338

An maḥṣûl-i kenâr ve gümrük ve rub ‘-i mâhî 6 835

An maḥṣûl-i mageriye 2 654

Maḥṣûl-i vırha 2 000

-4- Maḥṣûl -i adaha-i Tuna, tâbi‘-i iskele-i Fetḥü’l-islâm 1 320

An ada-yı Ḳurbova 1 100

‘An ada-yı Küçük 90

‘An ada-yı Guşâfçe 130

369 v°Ḳarye-i Novasel, der Ada-yı büzürg ki muḳâbele-i ḳarye-iGideg ve ḳarye-i Nova, ẖâṣṣ-ı humâyûn, tâbi‘-i Fetḥ-i islâm.

Mezkûr ḳarye-i Novasel Ṭuna içinde olan büyük adada ḳarye yeri olub ẖâlî ve issuz ve maḥûf u muḥâṭaralu yerde olub ziyâde memmer-inas olmaġin şenletmek içün hükm-i şerîf vârid olub ber mûceb-i emr-i şerîf şenlenub maḥûf u muḥâṭaralu yerleri hifż u hirâset ve derbend hidmetin idüb hidmetleri muḳâbelesinde on ikişer aḳçe İspençe ve birer kile buġday ve birer kile arpa virüb ve cem‘-i avâriz-1 divâniyyeden ve tekâlif-i ‘örfiyyeden mu‘af ve müsellem olmaḳ üzere halyâ ‘arż olunduḳda vech-i meşrûḥ üzere derbend emr olunmaġin defter-i ‘atîkde muḳayyed olub ber ḳarâr-ı sâbıḳ defter-icedîde daẖî ḳayd olundı

Pop Râdişâ

Râşin Nikô, Nikô Râşin, Slâv Râdô Mâvkô, Râdişâ Râdûl, Tômâş prişelec, İstânimîr Sâvâ Râd, Cvetkô Sâvâ Râd, Râdûl Cûrâ, Bâdilû (?) Kristân, İstepân prişelec, Istânçûl Bôkûl, Lâzar bôtûşâr

H̱âne 4

Mücerred 9

Hâsil 400

İspençe neferen 12 fi 12 ḳiymet 144

Makiyân ve nân 4

Aveng-i engür 8

Resm-i dönüm-i bagat dönüm 1 resm 8

Kendüm keyl 4 ḳıymet 160

Şair keyl 4 ḳiymet 80

Öşr-i ketân ma‘a kendir 1

Öşr-i ḳovan 2

Resm-i ‘arûs 2

Resm-i hinâzır ma ‘a bojik 2

Öşr-i meyve-i besâtin 1

‘âdet-i deştbânî 1

Niyâbet ve bâd-ı heva 1

Resm-i ganem 1

Resm-i otlak-ı agnâm ma‘a ḳışlaḳ 2

Defter-i icmâl-ı Vidîn

(TK 219, 1579, règne de Mehmed III)

2 v° -1- maḥṣûlât-ı iskeleha

-2- maḥṣûl-i kenâr-i iskele-i Vidîn ve gümrük ve rub‘-ı mâhî ve fa’ida-yı milh ve nıṣf-ı

-3- vozarân ve mageriye ve ‘âdet-i sefîne ve ‘âdet-i şumâriye ve şikâr-ı mâhî ma‘a

-4- ḍalyânha ve adaha-i Ṭuna ve ġayrihu 619 037

-5- ‘An maḥṣûl-i fâ’ide-i milh ma ‘a ‘âdet-i şumâriyye 529 754

-6- ‘An maḥṣûl-i kenâr ve gümrük ve ġayrihu 74 299

-7- ‘An maḥṣûl-i mageriye 3 112

-8- ‘An maḥṣûl-i nıṣf-ı vozarân 214

-9- ‘An maḥṣûl-i şikâr- ı mâhî 9 738

-10- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Vrih ma‘a Leskova 150

-11- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Filûrdîn 150

-12- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Kumân 130

-13- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Kutova 140

-14- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Vidin 550

-15- ‘An maḥṣûl-i ada-yı İskûmna 130

-16- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Ârçâr 130

-17- ‘An maḥṣûl-i Boġaz-1 Vrijdûna dernezd-i Köprü-i Draġômân 550

-18- Maḥṣûl-i boġazha ma‘a göletiha-i Ṭuna der cânib-i Eflak, hâric ez defter-i ‘atîḳ

-19- maḥṣûl-i boġaz-1 Bistriçe ma‘a göletiha, tâbi‘-i m[ezbûr], der cânib-i Eflaḳ,

-20- ḳarye-i Çibre ve ḳarye-i Kovaçniçe ve ḳarye-i Lineva hâric ez defter-i ‘atîk fî sene 5 000

-21- ‘An maḥṣûl-i boġaz-1 Kumân ma‘a göl-i der meyân-1 Ḳuman ve Tan Piñari, der cânib-i Eflaḳ, hâric ez defter-i ‘atîḳ fî sene 2 000

3 r° -1- Maḥṣûl-i boġaz-ı Çutrova ma‘a göl der cânib-i Eflaḳ, hâric ez defter-i ‘atîḳ fî sene 2 500

-2- ẕikr olan boġazlar ve göller Eflaḳ cânibinde olub nehr-i Ṭuna’dan su girüb Ṭuna

-3- göllerinde olmaġin ẕikr olan göllerinde avlanan baliġiñ maḥṣûlü ve sazliḳ ẖâṣṣlari

-4- ẖâric ez defter olmaġin defter-i cedîde ḳayd olundı

-5- Maḥṣûl-i kenâr-i iskele-i Fetḥü’l-islâm ve gümrük ve rub‘-ı mâhî ve fâ’ida-yı milh

-6- ve nıṣf-ı vozarân ve mageriye ve ‘âdet-i sefîne ve ‘âdet-i şumâriye ve şikâr-ı mâhî

-7- ma ‘a dalyânha ve adaha-i Ṭuna ve ġayrihu ma ‘a iskele-i Arşova 83 346

-8- ‘An maḥṣûl-i fa ’ida-i milh 9 338

-9- ‘An maḥṣûl-i kenâr ve gümrük ve rûb‘-1 mâhî ve ġayri 60 835

-10- ‘An maḥṣûl-i mageriye 2 654

-11-‘An maḥṣûl-i virha 2 000

-12- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Ḳurbova 1 100

-13- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Küçük 90

-14- ‘An maḥṣûl-i ada-yı Guşâfçe 130

-15- ‘An maḥṣûl-i rub‘-ı mâhî-i virha ki der mâbeyn-i Ḳanlu Ḳaya, tâbi‘-i Fethülislâm, şikâr fi şôd 35 666

-16- ‘An ẖâṣṣha-i padişah-ı ‘alempenâh

Notes

1 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 7, p. 269.

2 Des pays et des peuples divers, des paysages, un peu de l’histoire et de l’architecture et une idée des traditions locales dans le bassin danubien au xxe siècle revivent dans Magris, Danube. On trouve un peu tout sur le fleuve, de ses sources dans la Forêt-Noire jusqu’à son delta en mer Noire, et très peu sur ses îles pittoresques dans ce long récit de voyage devenu « une grande fresque des siècles passés ».

3 Pour les sancâ de l’eyâlet de Budin, cf. Baysun, « Budin », p. 759.

4 Aujourd’hui encore les îles du Danube ne manquent pas d’impressionner les voyageurs. Cf. Graff, Le réveil du Danube, p. 79 : « Après Kozluduj (en Bulgarie), le voyageur découvre de magnifiques îles, des bancs de sable et des oasis dignes du Sahara. Elles bougent comme des dunes en fonction de la hauteur des eaux. Certaines sont nues et brillent comme des diamants au soleil. D’autres sont recouvertes par des touffes de végétation. Elles sont le refuge des milliers d’oiseaux qui adorent se réfugier dans ces jardins secrets du fleuve. »

5 Sur la question de la navigation sur le Danube, cf. Paskaleva, « Le rôle de la navigation à vapeur sur le Bas Danube ».

6 Mc Gowan, Sirem Sancağı Mufassal Tahrir Defteri, p. 165.

7 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 5-6, p. 540.

8 Atatürk Kitaplığı (Istanbul), MC O. 90, f. 1 v°.

9 TK 57, f. 370 v°.

10 Decei, « Ada al‘e », p. 174; Hertz, « Ada Kale ». Sur le destin politique d’Ada Kale à partir de la fin du xviie siècle, cf. Lory, « Ada Kale ».

11 Pour les différents noms d’Ada Kale, cf. Hertz, « Ada Kale », p. 184/57 ; Id., « Armament and supply inventory », p. 95-96.

12 Bien qu’Evliya Çelebi décrive en détail Orşova, il ne donne aucune information sur Ada Kale. Cf. Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 7, p. 258. A. Decei considère que les Turcs prirent les points stratégiques voisins d’Ada Kale sur la rive danubienne dès le xve siècle, mais qu’elle fut mentionnée pour la première fois en 1691 : cf. Decei, « Ada Ḳal‘e », p. 174.

13 L’île fut fortifiée par les ingénieurs habsbourgeois après 1718, date à laquelle elle devint possession des Habsbourg. Elle redevint ottomane en 1738. Cf. Hertz, « Armament and supply inventory », p. 96.

14 Ibid., p. 95-96.

15 La Grande île, l’Ada-yı büzürg des Ottomans au xvie siècle, est appelée par les Serbes Veliko ostrovo. Voir la Carte générale du royaume de Serbie, 1893.

16 L’île de Belene est une île de quarante-huit hectares située à l’ouest de la ville actuelle de Rousse. Elle servit de prison aux prisonniers politiques de la Bulgarie communiste (1944-1989). Cf. Graff, Le réveil du Danube, p. 74-76.

17 Un ordre de 1580 adressé au recenseur du sancâ de Vidin fait comprendre que certaines îles près de la forteresse de Severin n’étaient pas encore enregistrées. Même à une époque où les frontières de l’Empire ottoman s’étendaient bien au-delà du Danube, l’existence d’îles non recensées confirme notre idée qu’elles ne représentaient pas un intérêt économique et fiscal pour les Ottomans. Cf. MD XXXIX-659, p. 337.

18 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 3, p. 476. Pour le même passage, voir également Beldiceanu et Beldiceanu-Steinherr, « Actes du règne de Selîm I », p. 100-101.

19 Mc Gowan, Sirem sancagı mufassal tahrir defteri, p. 18, 165-166.

20 Actuellement Ráckeve. Cf. Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defter, p. 85.

21 Ibid., p. 85-115.

22 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 5-6, p. 540-541.

23 Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 16.

24 En 1562, Rüstem Paşa est beğlerbeğ de l’eyalet de Budin. Cf. Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 52. Il fut Grand vizir à l’époque de Soliman le Magnifique. Cf. Altundağ et Turan, « Rüstem Paşa ».

25 Kaldy-Nagy, Budin Tahrir Defteri, p. 16.

26 TK 58, f. 16 v°; TT 514, f. 10; TK 57, f. 13 r°; TK 219, f. 2 v°.

27 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 7, p. 739-740.

28 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murad III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 562-566.

29 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 392.

30 Ibid., p. 18.

31 Ibid., p. 165-166.

32 TK 83, p. 105.

33 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 563-566.

34 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 18.

35 Evliya Çelebi, Seyahatname, t. 7, p. 265.

36 Kanitz, La Bulgarie danubienne, p. 81.

37 Voir les documents publiés en annexe.

38 TK 42, f. 24 r°.

39 TK 42, f. 24 r°, 26 r°, 26 v°, 30 v°.

40 Pour plus d’information sur le Tuna ḳapudanı et le Tuna ḳapudanlığı, cf. Uzunçarşılı, Merkez ve Bahriye Teşkilatı, p. 403; Imber, « The Navy of Süleyman », p. 62; Gradeva, « Shipping Along the Lower Course of the Danube ».

41 3 numaralı Mühimme Defteri, p. 565/1293.

42 TK 57, f. 369.

43 Ibid..

44 Fortification entourée d’un fossé, construite de bois et de terre. Cf. Pakalın, Tarih Terimleri ve Deyimleri Sözlüğü, t. 2, p 752.

45 Decei, « Demir-Kapı », p. 525.

46 Pazskaleva, « Le rôle de la navigation à vapeur sur le Bas Danube », p. 43.

47 On trouve des ordres convoquant les sipâhî, les gardiens des forteresses, les mârtôlôs et même parfois les re‘âyâ de la région de Vidin pour secourir les bateaux ottomans : cf. MD IX-28, p. 10 ; XXII-55, p. 26 ; XLIX-142, p. 40.

48 La mageriyye est une taxe empruntée aux Byzantins par les Ottomans et très probablement appliquée par les Bulgares sur le Danube avant la conquête ottomane. Cette taxe était perçue sur la pêche et le transport de poisson destiné à la vente. Le métier de marchand de poisson peut également être frappé par cette taxe. Les articles destinés au commerce comme le sel, les bovins, les chevaux et les moutons étaient aussi soumis à la mageriyye. Cf. Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 39-41.

49 TK 58, f. 16 v°.

50 TK 58, f. 16 v°.

51 TK 57, f. 13 r°. Il faut préciser qu’on trouve les mêmes informations sur les îles danubiennes de la région de Vidin dans plusieurs registres de recensement à des dates différentes : cf. TT 514, f. 10 ; TT664, f. 56-57 ; TK 219, f. 2 v°-3 r°.

52 TK 57, f. 13 r°.

53 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 50,55 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 566, 568.

54 Le recenseur calcula la somme totale du revenu du village comme 400 au lieu de 417 aspres : cf. TK 57, f. 369 r°.

55 Ibid.

56 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 171.

57 Ibid., p. 387.

58 TK 240, p. 3.

59 TK 166, f. 205 v°.

60 Mc Gowan, Sirem sancağı mufassal tahrir defteri, p. 18.

61 Ibid., p. 165.

62 Kaldy-Nagy, Budin tahrir defteri, p. 16.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 82.

65 Ibid., p. 108.

66 Cvetkova, « Kâm vâprosa za pazamite i pristanišnite mita i taksi v njakoi balgarski gradove prez XVI v. », p. 196.

67 Ibid., p. 196.

68 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 491.

69 La Goruştina, ou groştina, est un droit perçu sur le petit bétail (moutons et porcs) : cf. Beldiceanu, « Bibliographie et sources », p. 470 ; Cvetkova, « Vie économique des villes et ports balkaniques », p. 313 ; Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 54, n. 213.

70 Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 476.

71 Ibid., t. 8, p. 739-740.

72 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 51-52 ; Akgündüz, Osmanlı kanunnâmeleri, t. 8, p. 563, 566.

73 Berindei, Kalus-Martin et Veinstein, « Actes de Murâd III », p. 55.

74 TK 240, f. 3.

75 Nous avons choisi de présenter en annexe des textes concernant les îles et les localités de la rive droite du Danube. Il s’agit d’extraits de registres de recensement inédits de différentes provinces ottomanes (Nicopolis, Silistra, Smederevo, Vidin) conservés dans les Archives de la Tapu Kadastro Genel Müdürlüğü (Ankara). Les registres concernant les provinces de Sirem et de Budin que nous avons utilisés étant édités, nous renvoyons en note aux publications de B. Mc Gowan et Gy Káldy-Nágy citées dans la bibliographie.

76 On lit Nûrâdâb.

77 Fişân ?

78 On lit ôserce.

List of illustrations

Title Le Danube, les villes et les îles
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1475/img-1.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Le Danube de Vienne à D. Földrar
Credits (Vissendi, Le Danube de Vienne à Vidin. 1896)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1475/img-2.jpg
File image/jpeg, 160k
Credits (Vissendi, Le Danube de Vienne à Vidin. 1896)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1475/img-3.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Le Danube de Belgrade à Vidin
Credits (Vissendi, Le Danube. De Vienne à Vidin. 1896)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1475/img-4.jpg
File image/jpeg, 140k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540