Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Les étrangers et l'insularité ottomane

Les Cyclades à l’époque ottomane

L’insularité vue par les missionnaires jésuites (1625-1644)

Elisabetta Borromeo

Texte intégral

1Peut-on parler d’une spécificité insulaire au sein de l’Empire ottoman ?

  • 1 Pour les références bibliographiques des récits des Jésuites étudiés ici et qui, dans les notes, se (...)

2C’est par l’analyse de douze récits rédigés par des Jésuites résidant à Chio entre 1625 et 16441 (récits manuscrits et conservés à Rome dans les archives historiques de la Congrégation de la Propaganda Fide) que je voudrais aborder cette problématique. Il s’agit de la série presque complète des écrits que ces missionnaires devaient envoyer à leurs supérieurs afin de rendre compte de leur voyage annuel d’enquête sur la situation des catholiques vivant encore dans les Cyclades.

  • 2 Parmi les nombreuses études sur la littérature de voyage au xviie siècle, cf. Dainville, La géograp (...)
  • 3 Pour la rédaction des relations, les Jésuites suivaient un schéma codifié. L’itinéraire de la navig (...)

3La valeur de ce corpus (qui peut être défini comme une forme spécifique de la littérature de voyage du xviie siècle2) tient à la richesse et à la variété des informations que ces missionnaires livraient. En effet, le caractère encyclopédique des renseignements qu’ils donnaient dans leurs rapports3 ne permet pas seulement de cerner plusieurs aspects des spécificités insulaires (notamment la composition ethnique et religieuse, la circulation entre les îles et la sécurité de la navigation, ainsi que l’attitude de la Porte à l’égard de l’Archipel), mais aussi de se demander si ces missionnaires adoptaient dans ces îles une méthode d’apostolat spécifique et si cela était la conséquence des particularités insulaires de cet espace.

Carte n° 1 : Îles mentionnées dans les voyages des missionnaires

Carte n° 1 : Îles mentionnées dans les voyages des missionnaires

Légende :
SYROS : île habitée par des catholiques autochtones
(MILOS) : île habitée par des catholiques « nouveaux immigrés »
IOS : île habitée par des Albanais
* : île habitée par des caloyers du mont Athos
+ : île habitée par des moines du monastère de Saint-Jean-de-Patmos
Carte n° 2 : Points de rencontre avec des corsaires et pirates lors des voyages des missionnaires

Légende :
MILOS.………….rencontres avec des corsaires chrétiens
Canal de Chio….rencontre avec des corsaires barbaresques
Kuṣadası………..péril de rencontre avec des pirates musulmans

*

4Avant de poursuivre, il est nécessaire d’abord de s’arrêter sur l’identité et le statut des auteurs de ces textes vis-à-vis du pouvoir ottoman, afin de définir la nature de leur regard et d’essayer ainsi d’établir jusqu’à quel point ils étaient étrangers aux territoires sous domination de la Porte qu’ils visitaient.

5Ces hommes, ainsi que je l’ai dit, étaient des missionnaires de la Compagnie de Jésus résidant à Chio. Un d’entre eux seulement, Michele Albertino, auteur de cinq relations, dit être originaire de Tinos, la seule île des Cyclades se trouvant encore à l’époque sous la domination de Venise. Sans qu’il soit possible de l’affirmer avec certitude, d’autres étaient probablement originaires de cette île, voire de celles placées sous la souveraineté de la Porte. On pourrait ainsi supposer que certains d’entre eux étaient des descendants de colons latins arrivés dans l’Archipel lors de la Quatrième Croisade.

6Il faut aussi se demander si ces Jésuites étaient des protégés des puissances occidentales, ou s’ils étaient des sujets ottomans et par conséquent, en tant que chrétiens, des zimmî soumis à la cizye

  • 4 Maurizio, 1625.
  • 5 Albertino, 1643.
  • 6 Alessi, 1644.

7Eux-mêmes n’ont malheureusement pas livré d’indications précises sur leur position juridique au sein de l’Empire, pas plus que sur les documents dont ils avaient besoin pour accomplir leur œuvre d’apostolat. Seuls trois missionnaires font quelques remarques à ce sujet. Domenico Maurizio raconte en effet avoir attendu une lettre (mais de qui ? Il ne le dit pas) pour commencer sa visite4. De son côté, c’est à Sifnos que Michele Albertino reçut des lettres pour pouvoir poursuivre son voyage, lettres rédigées par un certain Basilio Logoteta, notable grec de l’île favorable aux missionnaires : dans ce cas, il s’agissait de lettres permettant aux missionnaires de surmonter l’hostilité des orthodoxes vis-à-vis de religieux catholiques. Elles ne concernaient donc pas les relations des Jésuites avec la Porte5. La dernière indication à ce sujet porte sur deux lettres (l’une de l’évêque catholique et l’autre du kâ’im-makâm du kapudan paşa) qui permirent à Giovanni Battista Alessi de célébrer la messe dans une église de l’île de Kimolos6.

  • 7 Albertino, 1643.

8D’après ce qui précède, il semblerait ainsi que les Jésuites n’avaient pas besoin d’un laissez-passer délivré par le kâdî (yol tezkeresi), ni d’une autorisation spéciale du sultan (murûmâme), pour traverser les territoires ottomans, comme c’était le cas pour les autres voyageurs occidentaux de passage. On pourrait donc en déduire qu’ils étaient des sujets à part entière de l’Empire. De plus, le fait que, comme les missionnaires le rapportent, le monastère des sœurs dominicaines de Santorin devait payer la cizye7, pourrait nous faire supposer que les Jésuites, en tant que religieux résidant dans l’Empire, relevaient eux aussi du statut de reʻâyâ non musulmans. Ils ne font cependant pas allusion au brevet (berât) les autorisant à accomplir leur œuvre d’apostolat, document officiel qu’ils auraient dû posséder dans tous les cas (même s’ils étaient des zimmî).

9Notons d’ailleurs que dans les descriptions qu’ils font de la population chrétienne des îles, ils se présentent comme des éléments extérieurs à l’Empire : est-ce à dire qu’ils étaient soumis à la législation propre aux étrangers qui séjournaient pour un temps limité en pays musulman (müsta’min) ?

  • 8 Sur ce sujet, cf. Borromeo, Les voyageurs occidentaux.

10Bien qu’on ne puisse donc pas trancher sur la nature exacte de leur position juridique au sein de l’Empire, il est certain que les Jésuites n’étaient pas entièrement étrangers à l’espace observé pendant leur visite annuelle des Cyclades. À la différence des autres voyageurs occidentaux, ils étaient en effet des témoins privilégiés : ils connaissaient déjà personnellement et de l’intérieur, puisque résidant à Chio, le monde qu’ils exploraient. Leur voyage n’est donc pas comparable à celui des autres Européens, dont les convois évitaient d’aborder les îles sous domination ottomane, faisant étape, dans la mesure du possible, dans les îles que Venise possédait encore dans les mers ionienne (Corfou, Paxos, Ithaque, Céphalonie et Zante) et égéenne (la Crète, Cythère et Tinos). Avant le passage du détroit des Dardanelles, seules les îles ottomanes de Chio et Ténédos constituaient aussi des étapes pour la quasi-totalité des expéditions8.

11Le voyage des Jésuites avait en revanche un caractère « régional ». Il s’agissait d’un périple dans la partie de la Méditerranée qui se trouvait sous la domination de la Porte : les missionnaires s’embarquaient à Chio, visitaient les îles de l’Archipel et enfin retournaient à leur point de départ.

*

12Examinons maintenant de plus près les itinéraires.

13Il est difficile de schématiser la succession précise des étapes. On constate néanmoins que les Jésuites essayaient le plus souvent de se rendre de Chio vers le sud des Cyclades, en rejoignant Santorin par Naxos ; puis ils remontaient l’Archipel en direction du nord-ouest, pour enfin retourner au point de départ via Andros.

  • 9 Cf. la carte n° 1.

14Les îles mentionnées sont au nombre de vingt-trois (toutes situées dans les Cyclades, sauf Patmos, dans le Dodécanèse septentrional), mais certaines seulement firent l’objet d’une visite9. Le but des missionnaires était en effet de renseigner la Congrégation de la Propaganda Fide sur la situation des catholiques, dont la présence n’était pas attestée dans toutes les îles. Naxos, Paros, Santorin, Andros, Syros et Sifnos, où habitaient précisément à l’époque des catholiques autochtones (ou du moins qui anciennement l’avaient été), furent visitées par presque tous les missionnaires. Les autres îles étaient en revanche des étapes obligées sur la route des navires sur lesquels ils embarquaient.

  • 10 Turco officiale nelle cose criminali della giustizia, et alcuni suoi principali dell’isola di Paris(...)

15Les Jésuites faisaient en effet le voyage sur des bateaux dont les itinéraires ne répondaient pas toujours à leurs désirs, mais suivaient plutôt les intérêts commerciaux, militaires ou politiques de leurs patrons ou capitaines, ainsi que des passagers de marque qui y étaient embarqués. Michele Albertino, par exemple, qui était parti le 21 février 1638 de Chio avec le désir de se rendre sans escale à Santorin, fut obligé de s’arrêter à Paros. Sur le bateau auquel il avait eu recours voyageaient en effet un kâdî et d’autres officiers ottomans10 qui escortaient un prêtre grec accusé d’avoir diffamé la femme d’un fonctionnaire de la Porte et qui devait être conduit à Paros pour y être jugé.

  • 11 Sur la piraterie et la guerre de course en Méditerranée orientale, cf. Fontenay, « L’Empire ottoman (...)
  • 12 Je ne m’attarderai pas sur cet aspect, l’importance des conditions météorologiques n’étant pas plus (...)
  • 13 Albertino, 1640.
  • 14 Albertino, 1635. La même année, ce missionnaire raconte avoir été obligé de séjourner deux mois à A (...)

16Les aléas de la navigation aussi, notamment les assauts de corsaires et de pirates11 (mais aussi, évidemment, les imprévus météorologiques : vents contraires, bonaces, tempêtes12 ainsi que, les années où la peste sévissait, les quarantaines imposées aux navires avant qu’on pût débarquer sur une île), pouvaient dévier la navigation et retarder l’arrivée à la destination prévue. Un missionnaire raconte par exemple qu’il fut contraint de débarquer loin du centre principal d’Andros à cause de la présence de corsaires13. De même, entre Amorgos et Chio, le bateau sur lequel Michele Albertino s’était embarqué fut obligé de faire un détour en faisant escale à Patmos, afin d’éviter les rencontres avec les corsaires. Ensuite, de Patmos, il fut obligé de retourner à Naxos, au lieu de rejoindre Chio via Kuşadası intentendo che questa Costa era piena di ladri turchi14.

  • 15 Essendo da alcuni anni in qua diventato il mare foltissimo non che perfettissimo bosco di corsegian (...)

17Il est intéressant de noter qu’Albertino souligne que le long de la côte anatolienne, le péril était constitué par des « voleurs turcs », tandis que dans l’Archipel, les corsaires étaient presque exclusivement « chrétiens » (originaires de Messine, de Malte ou de Livourne). Le caractère chrétien de la guerre de course dans les Cyclades est également noté par les autres Jésuites, qui insistent sur le grand nombre de corsaires chrétiens qu’ils rencontrent lors de leur périple15.

  • 16 Partissimo da Chio alli 9 di marzo prossimo passato, et arrivassimo il giorno seguente a Tine [...] (...)

18Les missionnaires qui témoignent d’une présence de corsaires ou de pirates musulmans dans les Cyclades sont en revanche rares. En 1634 seulement, Fabio Giustiniani raconte avoir rencontré dans le canal de Chio (donc tout près de la côte anatolienne) des corsaires « barbaresques »16.

  • 17 Cf. la carte n° 2.

19L’analyse de ce corpus permet donc d’établir une géographie de la piraterie et de la guerre de course spécifique à l’espace insulaire des Cyclades17.

  • 18 À partir d’Andros, en allant en direction du sud-est puis du nord-ouest, les îles les plus citées s (...)
  • 19 De la relation d’Ermodoro Reggio, on apprend également que, comme les missionnaires, les corsaires (...)

20Je viens en effet de parler du partage de l’espace maritime entre piraterie et course « musulmane » d’une part et « chrétienne » de l’autre, l’Archipel apparaissant comme une région contrôlée par cette dernière. Il ressort aussi que les îles où les missionnaires rencontrèrent des corsaires se situaient pour la plupart à la périphérie de l’Archipel18, sur les voies maritimes entre Occident et Orient, c’est-à-dire là où ces corsaires pouvaient espérer croiser des convois à piller19.

  • 20 Michel Fontenay a montré que les Barbaresques de leur côté préféraient en effet naviguer dans la Mé (...)
  • 21 À Mykonos, par exemple, d’après Michele Albertino, les corsaires forçaient la population à leur fou (...)
  • 22 D’Alamà, 1642, f. 170 r°.
  • 23 Giustiniano, 1634, f. 79 v°.

21Les corsaires ponentins préféraient en effet bourlinguer dans les Cyclades parce qu’il y avait une forte présence chrétienne dans ces îles, ce qui leur permettait d’y trouver plus facilement un abri et de les utiliser comme base pour leurs expéditions20. De fait, le gouvernement ottoman se plaignait souvent de l’appui que les habitants étaient supposés donner aux corsaires21. On sait cependant que les insulaires souffraient de cette situation, car ils subissaient les représailles de la Porte tout en étant les premières victimes des corsaires. Iraklia, par exemple, n’était habitée que par des bergers, et la population de la ville principale avait fui à cause des corsaires chrétiens22, pour qui l’île était devenue un refuge23.

  • 24 Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire ».

22Ce que les Jésuites soulignent donc de façon claire, c’est que le pouvoir ottoman n’avait pas la maîtrise complète de cet espace maritime et insulaire : la Porte n’était pas arrivée à résoudre le problème de la guerre de course24 et était ainsi contrainte de demander l’aide de ces missionnaires catholiques.

  • 25 Lima, 1632, f. 225 v°.
  • 26 Che conduceva da 60 soldati e crudelmente esige ogni anno il tributo da quelle povere isole (Giusti (...)
  • 27 Fabio Giustianiano précise que l’année précédente la flotte du « tribut » avait été attaquée à Sifn (...)
  • 28 Albertino, 1637, f. 43 r°.

23Il arrivait en effet parfois que les Jésuites fussent chargés par les représentants de la Porte de traiter avec les corsaires. Ainsi à Syros, Marco Lima paya la rançon d’un janissaire capturé par une feluca de Messine ; le missionnaire ne manque pas de souligner qu’il l’a fait pour montrer aux Turcs et aux Grecs que les catholiques sont très généreux25. En 1634, Fabio Giustiniano fut prié de prolonger son séjour à Sifnos parce que le représentant du kapudan paşa26, qui se trouvait sur l’île pour prélever le tribut, voulait son appui dans le cas d’un nouvel assaut de corsaires chrétiens27. Ou encore, à Mykonos en 1637, Michèle Albertino obtint de deux navires corsaires qui mouillaient dans le port la promesse de pouvoir naviguer en sécurité28.

24Les missionnaires ne se prêtaient cependant pas toujours à ce rôle, étant parfois eux-mêmes victimes de la guerre de course.

  • 29 Le Jésuite, auteur de la relation, était toujours accompagné par un autre père, ou plus souvent par (...)
  • 30 Albertino, 1640, f. 197 r°.
  • 31 Albertino, 1643, f. 4 r°-v°. Il est souligné à plusieurs reprises que les corsaires étaient, pour l (...)

25Lorsque, pendant le séjour de Michele Albertino à Ios en 1640, trois frégates corsaires (chrétiennes, précise-t-il) abordèrent l’île, le gouverneur turc (le kâdî, un ağa des janissaires ou le kâ’im-makâm du kapudan paşa ? Le missionnaire ne le dit pas) leur29 demanda de traiter avec les corsaires au nom des habitants de l’île. Les Jésuites refusèrent parce que, d’après Michele Albertino, l’objectif réel de l’officier ottoman était de capturer les corsaires chrétiens30. Ce même missionnaire, quelques années plus tard (en 1643), à son arrivée dans le port de Naxos, fut assailli et dépouillé par deux frégates de corsaires (l’une de Malte, l’autre du Magne) : avec son compagnon, il avait essayé, sans succès, de convaincre les corsaires d’abandonner leur projet, en leur faisant valoir qu’ils risquaient d’être excommuniés par le Pape31.

*

26Revenons au voyage des missionnaires.

27Si les itinéraires variaient, l’époque et la durée du voyage étaient en général à peu près les mêmes. Certes, on relève au premier abord d’assez importantes différences entre les voyages des uns et des autres ; cela était dû, au moins en partie, comme je l’ai dit, aux aléas de la navigation (rencontres avec les corsaires et conditions météorologiques). Si on y regarde de plus près, il ressort cependant que le périple durait en moyenne de quatre à six mois. Seuls les voyages de Michele Albertino en 1635, 1637, 1638 et 1643 se prolongèrent, durant sept à neuf mois. Mais la raison en est que ce missionnaire, qui partait de Chio en plein milieu de l’hiver, fit toujours un long séjour dans la première île où il abordait, attendant le printemps pour poursuivre sa navigation.

28La navigation en Méditerranée ne cessait toutefois pas complètement pendant l’hiver, bien que pendant la mauvaise saison il fût plus difficile de trouver des navires sur lesquels embarquer, ainsi qu’en témoignent les Jésuites. On note également qu’ils s’efforçaient tous de partir avant la Pâque orthodoxe, afin d’accomplir leur œuvre d’apostolat et notamment de préparer les populations catholiques, mais aussi orthodoxes (j’y reviendrai), aux célébrations de la fête.

  • 32 Le départ de la Volta était fixé à la Saint-Georges (Rûz-i Hizir), aujourd’hui le 23 avril, au xvii(...)

29Les missionnaires revenaient à Chio pendant le mois d’octobre, se fixant pour le retour sur la date de la fin de la volta de la flotte ottomane dans l’Archipel (Rûz-i Kâsim, aujourd’hui le 26 octobre, au xviie siècle le 5 novembre)32.

  • 33 Marco Lima (Lima, 1632) fit le voyage avec Domenico Maurizio (qui avait déjà fait le voyage en 1625 (...)

30L’étude des modalités du voyage et des itinéraires suivis montre donc que les Jésuites, toujours accompagnés par un autre missionnaire ou par un frère laïc33, voyageaient en tant que « particuliers », cherchant d’île en île des bateaux sur lesquels embarquer.

  • 34 Comme par exemple la frégate sur laquelle Michele Albertino s’embarqua pour se rendre de Chio à And (...)

31Certains fournissent des indications sur le capitaine ou le patron du navire, faisant parfois des remarques sur l’équipage et les passagers. Les navires appartenaient le plus souvent à des Grecs (notamment des marchands ou des « notables »), parfois à des musulmans (l’équipage étant néanmoins presque toujours exclusivement grec34). Il apparaît aussi que les passagers étaient le plus souvent des habitants des îles. Parfois il y avait aussi parmi eux des représentants de la Porte qui, nommés à quelque poste dans l’Archipel, y résidaient au moins temporairement.

  • 35 Cf. par exemple, Lima, 1632, f. 1 r°.
  • 36 La frégate était un petit bâtiment mixte, usité en Méditerranée, quelquefois ponté, plus ordinairem (...)

32Les missionnaires ne précisent en revanche presque jamais de quel type de bâtiment il s’agit, se bornant à souligner que ce sont de petits bateaux35. Le seul type de navire mentionné est la frégate36.

  • 37 Sur la formation d’une flotte marchande grecque dans l’Archipel à l’époque ottomane, cf. Zachariado (...)

33De tout ce qui précède, il apparaît, comme je l’ai déjà dit rapidement en introduction, qu’à la différence de la plupart des voyageurs qui se rendaient d’Europe à Constantinople, les Jésuites empruntaient des itinéraires de caractère « local » : c’est le cabotage qu’ils décrivent. Ils s’embarquaient sur de petits navires qui assuraient la circulation entre les îles de l’Archipel tout au long de l’année (ou du moins pendant une grande partie de celle-ci). Il ressort aussi que les propriétaires des bateaux, les équipages ainsi que les passagers étaient, pour la plupart, grecs37.

*

  • 38 Slot, Archipelagus Turbatus, p. 66-98 et 134-135.
  • 39 Cet eyâlet, créé en 1533, était formé de plusieurs sancâk, dont les gouverneurs portaient le titre (...)
  • 40 Cf. Zachariadou, « The sandjak of Naxos » ; cf. également la contribution de Nicolas Vatin dans le (...)

34Les insulaires étaient en majorité grecs et la présence musulmane dans l’Archipel n’était guère importante : ce sont là des phénomènes que les Jésuites observèrent régulièrement à l’occasion de leurs séjours sur les îles. Comme B. J. Slot l’a souligné, bien que l’intégration de ces possessions insulaires dans l’ensemble de l’Empire soit un fait, l’influence ottomane était restée en effet dans la plupart des cas assez peu marquée, et le statut des îles étaient souvent ambigu38 : les Cyclades et la plupart des petites îles de la mer Égée (qui appartenaient à la circonscription ottomane de 1’eyâlet des Cezâ’ir-iBahr-i Sefîd39) bénéficiaient d’une certaine autonomie, et le pouvoir central ne s’y manifestait parfois que par la seule levée annuelle du harâc40.

  • 41 Certes, le fait que les missionnaires ne mentionnent pas d’officiers ottomans ne signifie pas leur (...)
  • 42 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus.
  • 43 Cf. Lima, 1632, f. 225 r°-v°.
  • 44 Zachariadou, « The sandjak of Naxos ».

35C’est ainsi que les Jésuites ne signalent la présence du kâdî (et d’autres autorités ottomanes « permanentes ») que dans certaines îles seulement (Santorin, Sifnos, Andros et Milos41). Ils écrivent également que, dans les autres, le pouvoir ottoman se limite à la levée annuelle du tribut42, qui, précise Marco Lima, est payé forfaitairement (maktû’)43. Bien que le Jésuite se réfère à Syros, toutes les îles que les missionnaires visitent faisaient en effet partie du sancak de Naxos, qui, comme l’a bien montré Elizabeth Zachariadou, était soumis à ce type de prélèvement fiscal44.

36Les Jésuites observent en outre que l’arrivée de la flotte ottomane pour la collecte du harâc était un événement majeur dans la vie des îles. La rencontre entre les représentants de la Porte et les insulaires était une sorte de cérémonial, auquel les Jésuites participaient eux aussi :

  • 45 Albertino, 1640, f. 198 v°. Cf. aussi Albertino, 1635, f. 30 r°.

Essendo usanza che tutti li huomini come donne – raconte par exemple Michele Albertino en décrivant l’arrivée du kapudan paşa avec 13 galères à Mykonos – si presentino davanti a lui nella spiaggia del mare, stando lui nella galera alla quale entrano solamente li principali del luogo come per un segno che se li professano per sudditi e schiavi ; fu necessario che noi facessimo 1istesso anche che entrassimo ancor noi nella sua galera con un piccolo présente, come ci consigliò un christiano suo schiavo e nostro devoto ; et levando le scarpe prima d’accostarci a lui li fecimo una profonda riverenza et accostati li baciammo la mano45.

  • 46 Giustiniano, 1634, f. 80 v°.
  • 47 Albertino, 1643, f. 5 v°.
  • 48 D’après Michele Albertino, les musulmans étaient secrètement chrétiens : cf. Albertino, 1643, f. 6 (...)
  • 49 Lima, 1642, f. 225 r°.
  • 50 Macripodani, 1641, f. 138 v°.
  • 51 Albertino, 1635, f. 31 r°.
  • 52 Notons qu’il n’y a pas de témoignages de mariage entre des femmes musulmanes et des hommes chrétien (...)
  • 53 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus.

37Quant aux reʻâyâ musulmans, les missionnaires les mentionnent rarement : ils ne signalent leur très faible présence qu’à Sifnos46, Kythnos47, Kea48, Syros49, Santorin50 et Paros51. Dans la plupart des cas, ils en parlent lorsqu’ils abordent le sujet des mariages mixtes entre chrétiennes (orthodoxes ou catholiques) et musulmans52. Il est intéressant de noter que les reʻâyâ musulmans ne sont pas mentionnés à propos d’îles où l’on sait cependant qu’ils étaient présents (comme Andros, Naxos ou Ios), alors que leur présence est signalée dans deux îles (Sifnos et Kythnos) pour lesquelles on n’a pas d’autres sources venant l’attester53. La faible présence de reʻâyâ musulmans et leur absence dans certaines des îles des Cyclades constituent-elles donc des notions qu’il conviendrait de nuancer ?

38À partir du corpus analysé ici, je ne peux évidemment pas tirer de conclusions. Les Jésuites ne recherchaient pas le contact avec les sujets ottomans de religion musulmane (ce n’était en effet pas le but de leur voyage). Les seuls rapports fréquents qu’ils entretenaient avec des musulmans se limitaient à ceux qu’ils avaient avec les autorités ottomanes, comme je l’ai déjà dit à propos de leur rôle de négociateurs entre corsaires chrétiens et représentants de la Porte, ainsi qu’au sujet de leur participation au rituel de la perception du tribut. N’oublions d’ailleurs pas que les renseignements les plus riches et complets que livrent les missionnaires concernent la population catholique et orthodoxe au sein de laquelle ils accomplissaient leur mission.

  • 54 Les Jésuites rencontrèrent des caloyers du mont Athos : à Paros (D’Amalà, 1642) ; à Sifnos (Alberti (...)
  • 55 À Milos (Alessi, 1644).
  • 56 D’Amalà, 1642, f. 170 v°.
  • 57 D’Amalà, 1642, f. 170 v°. Cf. aussi Lima, 1632, f. 224 r° ; Albertino, 1638, f. 202 v° ; Albertino, (...)

39En ce qui concerne les orthodoxes, les Jésuites observent justement qu’ils se répartissent entre deux groupes ethniques : d’une part les Grecs (originaires des îles ainsi que caloyers du mont Athos54 et du monastère de Saint-Jean-de-Patmos55) qui, comme on l’a vu, constituaient la majorité des insulaires ; d’autre part les Albanais, dont les Jésuites remarquent la présence à Ios. Les missionnaires qui séjournèrent sur cette île soulignent en effet que ces Albanais, particulièrement sauvages tanto nella loro lingua, quanto anco nelli loro costumi56, s’y étaient installés anticamente57 et qu’ils ne s’étaient pas soumis au gouvernement ottoman.

  • 58 Abonda l’isola di vetovaglie ma sono tanti gl’agravij, che sofrono dagl’officiali infedeli et dal m (...)

40Les missionnaires notent aussi l’existence d’un groupe de notables grecs qui détenait un certain pouvoir politique. Un Jésuite raconte par exemple que la population de Kea avait été appauvrie par gli aggravii qu’elle subissait non seulement de la part des autorités ottomanes, mais aussi des notables des îles58.

  • 59 Slot, Archipelagus Turbatus.

41L’existence dans certaines des îles d’une forme de double souveraineté est un phénomène confirmé par les recherches de B. J. Slot, qui a montré qu’avec la conquête ottomane de l’Archipel, le rôle politique des anciennes communes locales (kinotis) de l’époque byzantine, qui s’était affaibli pendant la domination latine, s’accrut et que, dans les îles où il ne se trouvait pas d’administration locale ottomane, ces kinotites exerçaient l’autorité générale59.

  • 60 Cf. la carte n° 1.

42Quant aux catholiques, j’ai déjà souligné qu’ils habitaient seulement dans certaines des îles. Majoritaires à Syros (près de 90 % de la population), ils constituaient dans les autres îles (Santorin, Paros, Naxos, Andros, Sifnos, Milos) de petites communautés60.

  • 61 Slot, Archipelagus Turbatus.
  • 62 Comme je l’ai déjà signalé, les missionnaires pouvaient aussi appartenir au groupe des immigrants « (...)
  • 63 Sur la géographie ecclésiastique des Cyclades, cf. Hofmann, « Vescovadi Cattolici [...] Chios » ; I (...)
  • 64 Marié à une femme de l’île (Albertino, 1637, f. 45 v°).
  • 65 Albertino, 1638, f. 205 r°.

43Des observations des Jésuites il ressort que cette population se composait de deux groupes. Il y avait d’une part les habitants autochtones ou, pour reprendre la définition de B. J. Slot, les immigrants « anciens »61 : il s’agissait des descendants des colons latins, qui étaient arrivés dans cet espace insulaire lors de la Quatrième Croisade. Il y avait d’autre part le groupe des « nouveaux immigrés ». Ces derniers étaient constitués par les missionnaires envoyés par la Congrégation de la Propaganda Fide62, par le clergé établi par la Papauté dans ces îles où une organisation ecclésiastique avait pu survivre à la conquête ottomane63, et enfin par des ressortissants des puissances européennes. Notons que ces derniers sont très rarement mentionnés par les Jésuites, qui se bornent à signaler un chirurgien français à Milos64 et quelques Latins de passage à Sifnos (des marchands, des voyageurs ? Le Jésuite ne le précise pas)65.

*

44Arrêtons-nous un instant sur les catholiques originaires des îles.

  • 66 À ce sujet, cf. Borromeo, Les voyageurs occidentaux.

45Soulignons d’abord que le maintien de leur présence n’était pas un phénomène propre aux Cyclades. En effet, une population catholique « autochtone » vivait aussi dans d’autres parties de l’Empire ottoman. Des communautés habitaient par exemple dans les montagnes d’Albanie du nord, le long du littoral de la Dalmatie et en Bulgarie, dans la région de Čiprovči66. Il s’agissait là aussi de régions géographiquement « isolées » : le maintien d’une société catholique ne peut donc être considéré comme une particularité insulaire que si l’on donne un sens large au concept d’insularité.

46Examinons maintenant de plus près les considérations que les Jésuites font au sujet de leur œuvre d’apostolat.

  • 67 Slot, Archipelagus Turbatus.

47Il apparaît d’abord que leurs observations confirment les conclusions auxquelles est arrivé B. J. Slot : ce groupe d’immigrants de « Latins anciens » était déjà bien grécisé vers 1500 et avait ensuite été renforcé par un certain nombre de Grecs convertis au catholicisme67.

48J’ai déjà signalé que les Jésuites choisissaient les dates de leur voyage en fonction de celles de la Pâque orthodoxe. Malgré la réforme du calendrier grégorien, les chrétiens des îles (aussi bien de rite latin que grec) suivaient en effet encore le calendrier julien. Les missionnaires observent aussi que les églises sont souvent partagées entre les deux rites, que les mariages mixtes sont nombreux, que les catholiques participent aux rituels orthodoxes.

  • 68 Albertino, 1638, f. 203 r°.

49Cette assimilation ne se faisait néanmoins pas dans un seul sens (du catholicisme à l’orthodoxie). Les Jésuites signalent en effet à plusieurs reprises que les orthodoxes assistent aux messes officiées selon le rite latin et qu’ils célèbrent des fêtes catholiques, comme, par exemple, à Santorin, la procession du corpus domini68.

  • 69 Par exemple, l’archevêque d’Antivari Giorgio Bianchi signale que dans les villages autour d’Antivar (...)
  • 70 Comme Bernard Heyberger l’a montré dans son étude monumentale sur les effets de la Réforme catholiq (...)
  • 71 Ibid.

50Dans ce cas également, cependant, il ne s’agit pas d’un phénomène propre aux îles, ces pratiques existant aussi à la même époque dans les Balkans69 et au Proche-Orient70. Il est vrai néanmoins qu’il apparaît que dans les Cyclades les manifestations religieuses collectives et partagées étaient plus fréquentes et moins encadrées par le pouvoir ottoman que dans les autres régions de l’Empire. Dans les Lieux saints par exemple, toute manifestation extérieure du culte (processions, pèlerinages, obsèques, etc.) était soumise à de fortes contributions financières exigées par les autorités ottomanes71.

51Revenons aux Cyclades. Sur les îles qu’ils visitèrent, les Jésuites étaient donc confrontés jour après jour à une société où la frontière entre catholicisme et orthodoxie était floue. Leur but était d’éviter le plus possible les passages du rite latin au rite grec, conversions que la coexistence des deux communautés rendait assez faciles.

  • 72 À Syros (Giustiniano, 1634, f. 80 v° ; Albertino, 1635, f. 30 v°) ; à Santorin (Lima, 1632, f. 222- (...)
  • 73 Ce discours était cependant souvent ambigu : le projet de la Congrégation était en effet de ramener (...)

52En revanche, la conversion des insulaires grecs orthodoxes ne figurait pas parmi leurs objectifs principaux : ils ne signalent en effet avoir converti au rite latin que d’anciens catholiques ayant récemment adhéré à l’orthodoxie72. Cette rareté des conversions coïncidait de fait avec la politique que Rome avait adoptée à l’époque à l’égard des rites orientaux. Après le Concile de Trente, le Saint Siège avait en effet redoublé ses efforts en vue de l’union des chrétiens73 et la Congrégation de la Propaganda Fide avait reconnu la légitimité des rites orientaux, tentant, le plus possible, d’empêcher les passages au rite latin et combattant le mélange des traditions (qui, on l’a vu, était une réalité bien présente dans les Cyclades).

  • 74 Ibid.

53Les efforts des Jésuites portèrent donc principalement sur la lutte contre l’« abus », la « négligence » et l’« ignorance » parmi les catholiques aussi bien que parmi les orthodoxes, suivant les directives que la Congrégation de la Propaganda Fide avait fixées en matière de mission74.

54Dans leurs relations, ces missionnaires se plaignaient sans cesse des fréquentes pratiques d’adultère et de sodomie, des jurons, de la corruption, de l’usure ainsi que des superstitions des insulaires, tant de rite latin que de rite grec. Ils attribuaient cette décadence morale et spirituelle au manque de prêtres catholiques et à l’ignorance religieuse de la population (et notamment des prêtres et moines orthodoxes).

55Ils essayaient donc d’éduquer les insulaires : ils prêchaient dans les églises latines, mais aussi grecques ainsi que sur les places publiques, enseignant les préceptes de base du christianisme.

  • 75 Macripodani, 1641, f. 140 v°.

La Dottrina cristiana à figlioli si faceva quasi ogni giorno – raconte par exemple Sebastiano Macripodani au sujet de son séjour à Milos en 1641 – radunandosi gran numero di essi ; et apprendendo facilmente le cose da me insegnate eperché non avevano alcuna cognitione delli 10 comandamenti di mia mano li hó fatto alcuni esemplari, in greco, distribuendoli a loro acciò l’imparassero, et in effetto molti li mandaron a mente. Altri ancora s’offerivano ad esser miei scolari, pensando che io mi volessi trattener et aprire scuola75.

  • 76 Heyberger, Les chrétiens du Proche-Orient, p. 101.

56La partie la plus importante de l’apostolat des Jésuites avait lieu cependant lors des confessions, qui leur permettaient d’avoir un contact individuel, et donc plus efficace, avec la population. Ils confessaient souvent des personnes qui ne l’avaient pas été depuis plusieurs années, voire qui n’avaient jamais reçu ce sacrement. Les Jésuites racontent en effet que les insulaires ne voulaient pas se confesser auprès des prêtres orthodoxes parce que pour recevoir l’absolution, ils devaient les payer. La simonie était d’ailleurs une accusation que les missionnaires au Proche-Orient aussi portaient contre les prélats des églises orientales (quelles que fussent leurs obédiences) et, comme l’a montré B. Heyberger, cette accusation leur servait de défense quand on leur reprochait de détourner les fidèles orthodoxes de leurs légitimes pasteurs76.

  • 77 Cf. par exemple, Albertino, 1635, 1638, 1640 et 1643 ; D’Amalà, 1642.
  • 78 Albertino, 1637, f. 45 v°.
  • 79 Cf. ci-dessus.

57De plus, les missionnaires confessaient aussi souvent les prêtres et les moines de rite grec77. Michele Albertino raconte avoir confessé à Milos l’évêque orthodoxe lui-même78. Il s’agissait probablement d’un prélat qui avait reconnu la primauté du Pontife romain79. Dans la plupart des cas l’Église orthodoxe était cependant farouchement anti-latine.

  • 80 Albertino, 1635, f. 30 r°.
  • 81 Albertino, 1638, f. 204 r°-v°.

58La difficulté majeure que les Jésuites devaient surmonter dans l’accomplissement de leur mission était en effet l’hostilité et la haine que leur vouaient le clergé orthodoxe et les moines du mont Athos (qui, on l’a dit, avaient des monastères dans plusieurs des îles). Les Jésuites sont très clairs à ce sujet : les insulaires attendaient chaque année avec impatience leur arrivée, tandis qu’eux-mêmes étaient souvent empêchés dans leur mission par li papassi. À Andros par exemple, les prêtres orthodoxes menacèrent d’excommunication les Grecs qui s’étaient confessés auprès des Jésuites80 et à Sifnos, le vicaire ne donna pas l’autorisation de célébrer la messe selon le rite latin dans des églises grecques81.

*

59Pour conclure, revenons sur la question que je m’étais posée initialement : peut-on parler, du point de vue de l’œuvre d’apostolat des Jésuites, d’une spécificité insulaire propre à l’Archipel ?

60Nous avons vu que pour mener à bien leur œuvre d’apostolat parmi les catholiques des Cyclades, les Jésuites prêchaient, célébraient la messe, enseignaient la doctrine chrétienne, mais surtout confessaient. Ils s’efforçaient aussi, mais très discrètement, d’amener les Grecs à reconnaître l’autorité du Pape et à embrasser le rite latin.

61Jusque-là, la méthode missionnaire adoptée par ces Jésuites dans les Cyclades n’avait donc rien de particulier par rapport à l’apostolat que les missionnaires (jésuites ou autres) accomplissaient dans d’autres parties de l’Empire ottoman.

  • 82 Allant d’ailleurs contre les instructions que la Congrégation de la Propaganda Fide avait données a (...)

62Mais leur œuvre missionnaire prenait un caractère inédit, que nous pourrons peut-être qualifier d’« insulaire », quand leur apostolat devenait politiquement « engagé »82, les Jésuites devenant des médiateurs entre les insulaires, le pouvoir de la Porte et l’autre pouvoir « maritime » qui régnait dans cette espace insulaire, celui des corsaires chrétiens.

Bibliographie

Sources d’archives

1625, Domenico MAURIZIO, « A Monsignor Arcivescovo di Naxia. Da Chio, li 7 di settembre 1625 », Rome, Archives Historiques de la Sacrée Congrégation De Propaganda Fide, SOGC, vol. 209, f. 576 r°-577 v°.

1632, Marco LIMA, « Relatione della missione per l’isole dell’Arcipelago, Naxia, Santorini, Sifno, Sira et Andro. Fatta dalli Padri della Comp[agni]a di Giesù nel 1632 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 184 (II Archipelagus, sive Mar Aegaeum ab Anno 1630 ad 1639 inclusive), f. 124 r°-125 v° et f. 222 r°-226 r° et 236 r°-v°.

1633, Ermodoro REGGIO, « Relatione della missione dell’Isole del mar Egeo fatta in questo anno del 1633 dal. P. Ermodoro Reggio della Compagnia di Giesù e suo compagno », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, Série Visite e Collegi, vol. 12 (1634), f. 223 r°-226 v°.

1634, Fabio GIUSTINIANO, Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 184 (II. Archipelagus, sive Mar Aegaeum ab Anno 1630 ad 1639 inclusive), f. 79 r°-80 v°.

1635, Michèle ALBERTINO, « Relatione della missione delle Isole del Mar Egeo fatta dal P[ad]re Michele Albertino della Compagnia di Gesù nell’anno 1635 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 184 (II. Archipelagus, sive Mar Aegaeum ab Anno 1630 ad 1639 inclusive), f. 30 r°-33 v°.

1637, Michèle ALBERTINO, « Relatione del P. Michele Albertino intorno alle missioni dell’Isole del Mar Egeo nell’anno 1637 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 184 (II. Archipelagus, sive Mar Aegaeum ab Anno 1630 ad 1639 inclusive), f. 30 r°-33 v°.

1638, Michèle ALBERTINO, « Relatione del P[ad]re Albertino Ges[ui]ta circa lo stato dei Cristiani nell’isole dell’Arcipelago ch’egli ha visitato nell’anno 1638 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 185 (III. Insulae Maris Aegei Anni 1640 et 1641), f. 200 r°-205 v°.

1640, Michèle ALBERTINO, « Relatione del Padre Michele Albertino nella sua missione nell’Arcipelago. 1640 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 185 (III. Insulae Maris Aegei Anni 1640 et 1641), f. 196 r°-199 v°.

1641, Sebastiano MACRIPODANI, « Visita fatta dal P[ad]re Sebast[ia]no Macridodan[r]i Ges[ui]ta nell’isole dell’Arcipelago, Panno 1641 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 186, f. 3 r°-7 r°, 137 r°-143 r°.

1642, Filippo D’AMALÀ, Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 186, f. 169 r°-170 v°.

1643, Michèle ALBERTINO, « Notizia della missione delli Isole del Mar Egeo », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, SOCG, vol. 186 (IV Archipelagus, sive Mare Aegaeum cum Peloponneso ad an. 1648), f. 3 r°-7 r°.

1644, Giovanni Battista ALESSI, « Relazione della Visita fatta dal Padre Giovanni Battista Alberti nell’Isole dell’Arcipelago l’anno 1644 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, Série Visite e Collegi, vol. 25 (1645), f. 190 r°-202 v°.

Ouvrages cités

Beckingham (C. E.), « Djaza’ır bahr-ı Safid », Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, vol. II, Leyde-Paris, 1965, p. 534-535.

Bono (Salvatore), Corsari nel Mediterraneo. Cristiani e musulmani fra guerra, schiavitù e commercio, Milan, 1993.

Borromeo (Elisabetta), Voyageurs occidentaux dans l’Empire ottoman (1600-1644). Inventaire des récits et étude sur les itinéraires, les monuments remarqués et les populations rencontrées (Roumélie, Cyclades, Crimée), à paraître dans les collections de l’Institut français d’études anatoliennes, Paris.

Broc (Numa), La géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, 1986 (1e éd., Paris, 1980).

Dainville (François de), La géographie des humanistes, Paris, 1940.

Doiron (Normand), L’art de voyager. Le déplacement à l’époque classique, Paris, 1995.

Fallmerayer (J. Ph.), Das albanesische Element in Griechenland, Munich, 1860.

Fontenay (Michel), « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècles (IIe colloque international d’histoire du Centre de recherches néohelléniques, Athènes, 1983), Athènes, 1985, 1. 1, p. 429-459.

Hasluck (Frederik William), « Albanian settlements in the Aegean islands », Annual of the British School of Athens, XV, 1909, p. 223-228. URL: http://dx.doi.org/10.1017/S0068245400017615.

Heyberger (Bernard), Les chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique, Rome, 1994.

Hofmann (Georg), « Apostolato dei Gesuiti nell’Oriente Greco », Orientalia Christiana Periodica, 1-1/2, 1935 (n° intégralement consacré à cet article).

Hofmann (Georg), « Vescovadi cattolici della Grecia. I. Chios : documenti con introduzione, 13 illustrazioni e con indici dei luoghi e delle persone », Orientalia Christiana, XXXIV-92, 1934 (n° intégralement consacré à cet article).

Hofmann (Georg), « Vescovadi cattolici della Grecia. III Syros », Orientalia Christiana Analecta, 112, 1937 (n° intégralement consacré à cet article).

Hofmann (Georg), « Vescovadi cattolici della Grecia. IV. Naxos », Orientalia Christiana Analecta, 115, 1938 (n° intégralement consacré à cet article).

Hofmann (Georg), « Vescovadi cattolici della Grecia V. Thera (Santorino) », Orientalia Christiana Analecta, 130, 1941 (n° intégralement consacré à cet article).

Imber (Colin), « The Navy of Süleyman the Magnificent », Archivum Ottomanicum, VI, 1980, p. 211-282; repr. in Id., Studies in Ottoman History and Law, Istanbul, 1996, p. 1-69.

Inalcik (Halil), « Arnawutluk », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. I, Leyde-Paris, 1960, p. 670-678.

Jacov (Marko), Les documents de la Sacrée Congrégation de Propaganda Fide à Rome concernant les Serbes (1622-1644), Belgrade, 1986.

Lucchetta (Giuliano), « Viaggiatori, geografi e racconti di viaggio dell’età barocca », in G. Arnaldi et M. Pastore Stocchi (éd.), Storia della cultura veneta. Dalla Controriforma alla fine della Repubblica. Il Seicento, vol. 4/II, Vicence, 1984, p. 201-250.

M. Mollat (éd.), Nouveau glossaire nautique d’Augustin Jal. Révision de l’édition publiée en 1848, Paris – La Haye, 1970-< >.

Perocco (Daria), Viaggiare e raccontare : narrazione di viaggio ed esperienze di racconto tra Cinque e Seicento, Alessandria, 1997.

Slot (B. J.), Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c. 1500-1718, 2 vol. , Istanbul-Leyde, 1982.

Sakiroğlu (Mahmut), « Cezâyir-i Bahr-i Sefîd », Türkiye Diyânet Vakfı İslâm Ansiklopedisi, vol. 7, Istanbul, 1993, p. 500-501.

Vakalopoulos (Apostolos E.), The Greek Nation, 1453-1699. The Cultural and Economic Background of Modern Greek Society, New Brunswick (New Jersey), 1976.

Vatin (Nicolas), « L’Empire ottoman et la piraterie en 1559-1560 », in E. Zachariadou (ed.), The Kapudan pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 371-408.

Vatin (Nicolas), L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes, 1480-1522, Louvain-Paris, 1994.

Wolfzettel (Friedrich), Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du Moyen Âge au xviiie siècle, Paris, 1996.

Zachariadou (Elizabeth), « Monks and sailors under the Ottoman sultans », Oriente Modemo, XX (LXXXI) n.s. 1, 2001 (« The Ottomans and the Sea », sous la direction de K. Fleet), p. 139-147. URL: http://www.jstor.org/stable/25817749.

Zachariadou (Elizabeth), « The sandjak of Naxos in 1641 », in C. Frazer et K. Schwarz (ed.), Osmanistik, Turkologie, Diplomatik: Festgabe an Joseph Matuz, Berlin, 1992, p. 329-342.

Zamputi (Injac), Relatione mbi gjendjen e Shqipërisë dhe të Mesme në shekullin XVII, Tirana, 1963-1965.

Zinguer I. (éd.), Miroirs de l’altérité et voyages au Proche-Orient, Genève, 1991.

Notes

1 Pour les références bibliographiques des récits des Jésuites étudiés ici et qui, dans les notes, seront signalés en italique par le nom de leur auteur, suivi par les dates du voyage, cf. la liste des sources en annexe.

2 Parmi les nombreuses études sur la littérature de voyage au xviie siècle, cf. Dainville, La géographie des humanistes ; Lucchetta, « Viaggiatori » ; Broc, La géographie de la Renaissance ; Zinguer (éd.), Miroirs de l’altérité ; Doiron, L’art de voyager ; Wolfzettel, Le discours du voyageur ; Perocco, Viaggiare e raccontare.

3 Pour la rédaction des relations, les Jésuites suivaient un schéma codifié. L’itinéraire de la navigation constituait le canevas principal du texte : les missionnaires décrivaient avec précision chaque étape de la navigation, tout en racontant les multiples aventures qui survenaient. Ils exposaient ensuite leur œuvre d’apostolat, en signalant les églises qu’ils avaient visitées, les personnes auxquelles ils avaient donné les sacrements, etc. En narrant au jour le jour leur séjour dans les îles, ils livraient donc à la Congrégation de nombreux renseignements, qu’on peut classer ainsi :
1) géographiques (morphologie des îles, distribution de l’habitat) ; 2) économiques (activités agricoles, pastorales et artisanales) ; 3) anthropologiques (alimentation, rituels des populations) ; 4) démographiques et sociologiques (distribution de la population, sa composition ethnique et religieuse) ; 5) politiques (rapports des îles avec le pouvoir central).

4 Maurizio, 1625.

5 Albertino, 1643.

6 Alessi, 1644.

7 Albertino, 1643.

8 Sur ce sujet, cf. Borromeo, Les voyageurs occidentaux.

9 Cf. la carte n° 1.

10 Turco officiale nelle cose criminali della giustizia, et alcuni suoi principali dell’isola di Paris (Albertino, 1638, f. 200 r°).

11 Sur la piraterie et la guerre de course en Méditerranée orientale, cf. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire » ; Bono, Corsari ; Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, p. 79-129 ; Id., « L’Empire ottoman et la piraterie ».

12 Je ne m’attarderai pas sur cet aspect, l’importance des conditions météorologiques n’étant pas plus spécifique de la circulation entre les îles que des voyages par voie de terre. Je rappelle seulement que tous les missionnaires font état d’un retard subi dans la navigation en raison de la bonace ou d’une tempête.

13 Albertino, 1640.

14 Albertino, 1635. La même année, ce missionnaire raconte avoir été obligé de séjourner deux mois à Andros, à cause précisément des corsaires et du mauvais temps. De même, le navire allant de Tinos à Santorin que Michele Albertino emprunta en 1637 dut faire une halte à Ios pour éviter des corsaires, qu’on leur avait dit être tout près (Albertino, 1637). Quelques années plus tard, en 1644, Giovanni Battista Alessi fit le voyage de Folegandros à Milos pour fuir les corsaires (Alessi, 1644).

15 Essendo da alcuni anni in qua diventato il mare foltissimo non che perfettissimo bosco di corsegianti vascelli, écrivait par exemple Marco Lima (Lima, 1632, f. 236 r°-v°). Cf. aussi Macripodani, 1641, f. 143 r° et Albertino, 1643, passim.

16 Partissimo da Chio alli 9 di marzo prossimo passato, et arrivassimo il giorno seguente a Tine [...]. E se bene noi eravamo arrivati a salvamento, con tutto questo si sparse per la Città, che eravamo presi dalli corsali, e fatti schiavi, per essersi ritrovata quella notte, che partissimo una nave di Barbaria, che andava corseggiando per questo canale di Chio. (Giustiniani, 1634, f. 79 r°).

17 Cf. la carte n° 2.

18 À partir d’Andros, en allant en direction du sud-est puis du nord-ouest, les îles les plus citées sont : Mykonos, Naxos, Amorgos, Santorin, Milos et enfin Kythnos.

19 De la relation d’Ermodoro Reggio, on apprend également que, comme les missionnaires, les corsaires chrétiens étaient habillés de noir : Reggio raconte qu’à son arrivée à Schinoussa, son compagnon et lui furent confondus par les habitants avec des corsaires, précisément parce qu’ils étaient habillés de noir (Reggio, 1633, f. 225 r°). De même, alors qu’il essayait de célébrer la messe à Ios, Fabio Giustiniano fut assailli avec son compagnon par les habitants, qui les prenaient pour des corsaires (Giustiniano, 1634, f. 79 v°). Les corsaires musulmans avaient-ils donc une façon différente de s’habiller ? Sur ce point, cf. Vatin, « L’Empire ottoman et la piraterie », p. 377.

20 Michel Fontenay a montré que les Barbaresques de leur côté préféraient en effet naviguer dans la Méditerranée occidentale, où ils trouvaient des possibilités de butin beaucoup plus intéressantes : cf. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire », p. 456.

21 À Mykonos, par exemple, d’après Michele Albertino, les corsaires forçaient la population à leur fournir des provisions : Per haver buoni porti viene ad essere molto frequentata et molta afflitta dalle navi e feluche di corsari christiani, li quali saccheggiano et robbano, et il peggio è che detti corsari per forza li fanno far biscotto et altre cose simili senza poterli resistere perciò vengono ad essere maggiormente intéressâti et castigati da patroni turchi (Albertino, 1640, f. 197 v°).

22 D’Alamà, 1642, f. 170 r°.

23 Giustiniano, 1634, f. 79 v°.

24 Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire ».

25 Lima, 1632, f. 225 v°.

26 Che conduceva da 60 soldati e crudelmente esige ogni anno il tributo da quelle povere isole (Giustiniano, 1634, f. 80 v°).

27 Fabio Giustianiano précise que l’année précédente la flotte du « tribut » avait été attaquée à Sifnos par les galères du Grand-Duc de Toscane (les Chevaliers de Saint-Étienne). Cf. Giustiniano, 1634, f. 80 v°.

28 Albertino, 1637, f. 43 r°.

29 Le Jésuite, auteur de la relation, était toujours accompagné par un autre père, ou plus souvent par un frère laïc.

30 Albertino, 1640, f. 197 r°.

31 Albertino, 1643, f. 4 r°-v°. Il est souligné à plusieurs reprises que les corsaires étaient, pour les missionnaires, un obstacle à l’accomplissement de leur œuvre d’apostolat. Sebastiano Macripodani raconte par exemple qu’à Milos, il ne put célébrer la messe dans l’église latine parce qu’il y avait des corsaires sur la plage près de laquelle l’église se trouvait (Macripodani, 1641, f. 140 v°).

32 Le départ de la Volta était fixé à la Saint-Georges (Rûz-i Hizir), aujourd’hui le 23 avril, au xviie siècle le 3 mai.

33 Marco Lima (Lima, 1632) fit le voyage avec Domenico Maurizio (qui avait déjà fait le voyage en 1625, cf. Maurizio, 1625). Le compagnon de Fabio Giustiniano était un frère laïc (Giustiniano, 1634) ; celui de Michele Albertino en 1640, Fra Giovanni, mourut à Andros à la fin du voyage (Albertino, 1640). Giovanni Marchese accompagna Sebastiano Macripodani (Macripodani, 1641). Les autres Jésuites ne donnent pas de précisions sur l’identité de leur compagnon.

34 Comme par exemple la frégate sur laquelle Michele Albertino s’embarqua pour se rendre de Chio à Andros (Albertino, 1635, f. 30 r°).

35 Cf. par exemple, Lima, 1632, f. 1 r°.

36 La frégate était un petit bâtiment mixte, usité en Méditerranée, quelquefois ponté, plus ordinairement découvert : cf. Mollat (éd.), Nouveau glossaire nautique, t. 5, p. 691-694. Ermodoro Reggio parle d’une frégate armée de Candie affrétée (il ne précise pas par qui) pour aller de Chio à Naxos (Reggio, 1633, f. 223 r°). C’est en effet au cours du xviie siècle que ce type d’embarcation se transforma en vaisseau de guerre (la frégate légère).

37 Sur la formation d’une flotte marchande grecque dans l’Archipel à l’époque ottomane, cf. Zachariadou, « Monks and Sailors ».

38 Slot, Archipelagus Turbatus, p. 66-98 et 134-135.

39 Cet eyâlet, créé en 1533, était formé de plusieurs sancâk, dont les gouverneurs portaient le titre de deryâ-beyi. Le chef-lieu était Gallipoli. Cf. Beckingham, « Djaza’ir bahr-i Safid » ; Imber, « The Navy of Süleyman » ; Şakiroğlu, « Cezâyir-i Bahr-i Sefîd ».

40 Cf. Zachariadou, « The sandjak of Naxos » ; cf. également la contribution de Nicolas Vatin dans le présent volume.

41 Certes, le fait que les missionnaires ne mentionnent pas d’officiers ottomans ne signifie pas leur absence. On sait par exemple, bien que ces Jésuites ne le signalent pas, qu’une administration locale ottomane avait été installée à Naxos. Cf. Slot, Archipelagus Turbatus.

42 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus.

43 Cf. Lima, 1632, f. 225 r°-v°.

44 Zachariadou, « The sandjak of Naxos ».

45 Albertino, 1640, f. 198 v°. Cf. aussi Albertino, 1635, f. 30 r°.

46 Giustiniano, 1634, f. 80 v°.

47 Albertino, 1643, f. 5 v°.

48 D’après Michele Albertino, les musulmans étaient secrètement chrétiens : cf. Albertino, 1643, f. 6 v°.

49 Lima, 1642, f. 225 r°.

50 Macripodani, 1641, f. 138 v°.

51 Albertino, 1635, f. 31 r°.

52 Notons qu’il n’y a pas de témoignages de mariage entre des femmes musulmanes et des hommes chrétiens.

53 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus.

54 Les Jésuites rencontrèrent des caloyers du mont Athos : à Paros (D’Amalà, 1642) ; à Sifnos (Albertino, 1638 et 1643 ; Macripodani, 1641) ; à Amorgos (Albertino, 1640) ; à Ios (Macripodani, 1641) ; à Folegandros (Alessi, 1644) ; à Santorin (D’Amalà, 1642). Certains de ces moines étaient originaires des îles. Cf. la carte n° 1.

55 À Milos (Alessi, 1644).

56 D’Amalà, 1642, f. 170 v°.

57 D’Amalà, 1642, f. 170 v°. Cf. aussi Lima, 1632, f. 224 r° ; Albertino, 1638, f. 202 v° ; Albertino, 1640, f. 197 r° et Macripodani, 1641, f. 139 r°. Selon Hasluck, rétablissement albanais dans les Cyclades doit dater du temps de la conquête ottomane (Hasluck, « Albanian settlements »). Slot affirme au contraire que cette présence est déjà attestée à partir de 1500. Une immigration albanaise lors de la conquête de l’Albanie par les Ottomans au cours du xve siècle lui semble donc plus concevable (Slot, Archipelagus Turbatus, p. 14). Cf. aussi Vakalopoulos, The Greek Nation, p. 81-82. Rappelons que la présence de communautés albanaises est également attestée dans d’autres parties des Balkans et de la Grèce. Sur l’émigration des Albanais en Épire, Thessalie, Attique, Béotie et Morée dans la première moitié du xive siècle, cf. Fallmerayer, Das albanische Element in Griechenland, et İnalcik, « Arnawutluk ».

58 Abonda l’isola di vetovaglie ma sono tanti gl’agravij, che sofrono dagl’officiali infedeli et dal mal govemo di Cristiani loro Capi (Albertino, 1643, f. 6 r°).

59 Slot, Archipelagus Turbatus.

60 Cf. la carte n° 1.

61 Slot, Archipelagus Turbatus.

62 Comme je l’ai déjà signalé, les missionnaires pouvaient aussi appartenir au groupe des immigrants « anciens » (cf. supra). Sur l’apostolat des Jésuites en Grèce, cf. Hofmann, « Apostolato dei Gesuiti nell’Oriente Greco ».

63 Sur la géographie ecclésiastique des Cyclades, cf. Hofmann, « Vescovadi Cattolici [...] Chios » ; Id., « Vescovadi cattolici [...] Syros » ; Id., « Vescovadi Cattolici [...] Naxos » ; Id., « Vescovadi Cattolici [...] Thera ».

64 Marié à une femme de l’île (Albertino, 1637, f. 45 v°).

65 Albertino, 1638, f. 205 r°.

66 À ce sujet, cf. Borromeo, Les voyageurs occidentaux.

67 Slot, Archipelagus Turbatus.

68 Albertino, 1638, f. 203 r°.

69 Par exemple, l’archevêque d’Antivari Giorgio Bianchi signale que dans les villages autour d’Antivari (Bar), plusieurs églises étaient partagées entre catholiques et orthodoxes. Cf. Giorgio Bianchi, « Relatione della seconda visita de Antivari con le sue ville incominciata alli 20 Ottobre 1637 », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, Visite e Collegi, vol. 16 (1638), f. 234 v°-236 v° (édité par Zamputi, Relacione) et Id., « Alli 1640. 9 Décembre. La Relazione della Visita di Antivari », Rome, Archives historiques De Propaganda Fide, S.O.C.G., vol. 125 (1641), f. 167 r°-v° (édité par Jačov Les documents de la Sacrée Congrégation, p. 478-479).

70 Comme Bernard Heyberger l’a montré dans son étude monumentale sur les effets de la Réforme catholique du point des vue des Orientaux, l’assimilation de la population catholique aux églises orientales (et vice versa) et son adaptation à la culture locale constituent un phénomène d’inculturation et d’acculturation qui se produisit aussi au Proche-Orient (Heyberger, Les chrétiens du Proche-Orient).

71 Ibid.

72 À Syros (Giustiniano, 1634, f. 80 v° ; Albertino, 1635, f. 30 v°) ; à Santorin (Lima, 1632, f. 222-223 v° ; Albertino, 1635, f. 31-32 r° ; Albertino, 1637, f. 44 r° ; Albertino, 1638, f. 203 r°-v° ; Albertino, 1640, f. 196 r° ; Macripodani, 1641, f. 138-139 r°) et à Andros (Albertino, 1635, 30 r°).

73 Ce discours était cependant souvent ambigu : le projet de la Congrégation était en effet de ramener les Églises orientales dans la seule vraie Église, la romaine, et son point de référence à ce sujet était l’union réalisée au Concile de Ferrare et Florence (1438-1441) – dont il est bien connu qu’elle n’avait pas survécu à la prise de Constantinople. Sur le problème complexe de l’Union des chrétiens, cf. Heyberger, Les chrétiens du Proche-Orient.

74 Ibid.

75 Macripodani, 1641, f. 140 v°.

76 Heyberger, Les chrétiens du Proche-Orient, p. 101.

77 Cf. par exemple, Albertino, 1635, 1638, 1640 et 1643 ; D’Amalà, 1642.

78 Albertino, 1637, f. 45 v°.

79 Cf. ci-dessus.

80 Albertino, 1635, f. 30 r°.

81 Albertino, 1638, f. 204 r°-v°.

82 Allant d’ailleurs contre les instructions que la Congrégation de la Propaganda Fide avait données aux missionnaires, en recommandant de se tenir loin des affaires politiques.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Îles mentionnées dans les voyages des missionnaires
Légende Légende :SYROS : île habitée par des catholiques autochtones(MILOS) : île habitée par des catholiques « nouveaux immigrés »IOS : île habitée par des Albanais* : île habitée par des caloyers du mont Athos+ : île habitée par des moines du monastère de Saint-Jean-de-PatmosCarte n° 2 : Points de rencontre avec des corsaires et pirates lors des voyages des missionnaires
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Légende :MILOS.………….rencontres avec des corsaires chrétiensCanal de Chio….rencontre avec des corsaires barbaresquesKuṣadası………..péril de rencontre avec des pirates musulmans
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540