Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Le pouvoir ottoman et les îles de l'Égée (XVIe-XVIIIe siècles)

La loi du sultan débarque à Chypre

L’installation ottomane à partir d’une analyse des budgets

Vera Costantini

Texte intégral

  • 1 Lane, Venice, p. 236.

1La question de savoir si Chypre, Candie, Naxos, Andros, Tinos, Scarpantos, Cerigo, Cerigotto, Corfou, Sainte-Maure, Céphalonie et Zante étaient des cezâir du sultan, ou bien des isole de la Sérénissime, a occupé l’Empire ottoman de manière tantôt prioritaire, tantôt secondaire, de ses origines à la fin du xviie siècle. Lorsque les Ottomans apparurent sur les côtes de la « mer Blanche », qu’ils voulurent peu à peu s’approprier, beaucoup des îles méditerranéennes appartenaient à la République de Venise. Pour les sultans, disputer ces îles aux principautés byzantines ou génoises et aux chevaliers de Rhodes mais, surtout, dans un second temps, aux Vénitiens, signifiait à la fois achever leurs conquêtes côtières et éliminer progressivement une hégémonie étrangère qui constellait un espace liquide partagé entre marchands et pèlerins, mais cerné de plus en plus étroitement par le Croissant. De son côté Venise qui, après sa défaite en Eubée, avait dû reconnaître la force maritime des Ottomans, inaugura dès la fin du xve siècle une politique de résistance qu’elle allait pratiquer trois siècles durant1. Par conséquent, on peut affirmer que la lutte des Ottomans pour la conquête des îles méditerranéennes se manifesta en bonne partie par un certain nombre de guerres menées contre la République de Saint-Marc.

*

  • 2 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yılı bütçesi », p. 8.

2L’un des signes les plus visibles de la politique vénitienne de résistance fut le renforcement d’une série de forteresses, noyaux déplacés du pouvoir central, centres d’information, de réception et d’envoi de dépêches, d’adaptation aux réalités locales des prescriptions politiques générales, zones fortifiées pour faire obstacle aux sièges et permettant d’apercevoir les pirates ou les flottes ennemies. Lors de toutes les tentatives de conquête ottomane de territoires insulaires, ces forteresses étaient le symbole de la résistance vénitienne et devenaient ensuite, une fois la conquête achevée, le lieu de la translatio imperii, l’espace symbolique et fonctionnel où les nouveaux maîtres s’assuraient la possession et le contrôle de leur dernière annexion insulaire. En 1571, pendant les trois mois du siège ottoman, la forteresse de Famagouste devint elle-même une île vénitienne dans une île, l’île de Chypre tombée aux mains de l’ennemi ottoman, qui procédait déjà à un recensement de la population et à l’organisation administrative du territoire nouvellement acquis2. Après avoir vaincu les dernières résistances et obtenu les clefs de la forteresse, une garnison ottomane, aux ordres de Mustafa Pacha, s’installa immédiatement au sein des remparts puissants qui avaient accueilli pendant des siècles Byzantins, Croisés et Vénitiens. Comme l’attestent maintes lettres du sultan, des sommes d’argent furent tout de suite allouées par le gouvernement central d’Istanbul à la restauration de la forteresse qui, située dans la partie orientale de l’île, permettait d’embrasser d’un seul coup d’œil toute la côte asiatique.

  • 3 Braudel, « Bilan d’une bataille », p. 109.

3Les forteresses de Nicosie, Cerines, Pafos et Limassol furent aussi restaurées par le gouvernement ottoman après la conquête. En effet, au lendemain de la prise de Famagouste, quoique les foyers de résistance fussent éteints, l’installation ottomane ne s’acheva pas sans la crainte d’une apparition soudaine de la flotte de la Sainte Ligue au large de Cerines. Mais c’était surestimer l’influence exercée par Venise sur la Papauté et sur l’Espagne de Philippe II : effectivement, la flotte grandiose qui leva l’ancre à Messine en 1571, sous les ordres de Don Juan d’Espagne, n’aurait pas sauvé l’île que Venise venait de perdre et l’accrochage qui eut lieu à Lépante se ramena à ce que Braudel appelle « un événement, une action de brève période »3. Néanmoins, pour le sultan, prudence était mère de sûreté : pendant les trente ans qui suivirent la conquête, et pendant tout le siècle suivant, les forteresses de Chypre demeurèrent dans un état d’alerte permanente.

  • 4 MAD, defter 368 (1002-1003), defter 425 (1003-1005), defter 372 (1007-1008) et defter 411 (1014).
  • 5 MAD, defter 17 917.
  • 6 MAD, defter 411.
  • 7 49 221 ducats sur 68 783: cf. Commissione per la pubblicazione dei documenti finanziari, Bilanci ge (...)

4Comme on peut le remarquer grâce à l’analyse des budgets de Chypre ottomane, les salaires (mevâcib) du personnel des forteresses constituaient jusqu’à la moitié des dépenses totales de l’île4. Un personnel composite et chargé de fonctions multiples travaillait dans chacune de ces forteresses : commandant (dizdâr), artilleurs (topçuyân), janissaires, corps de soldats (‘azebân) et sentinelles (bekçiyân). Ce personnel était en majorité rétribué en espèces. Quoiqu’on garde la trace d’une première tentative de distribution de lots de timâr aux commandants de l’armée dans la région de Famagouste5, l’île de Chypre fut bientôt incluse parmi les provinces où la rémunération de la plupart du personnel militaire et administratif consistait en un salaire en espèces et non pas en l’assignation de timâr. Les aspres nécessaires au payement des salaires du personnel, du traitement du pacha et de toute autre dépense qu’il fallait soutenir dans l’île provenaient des sources locales de revenus, grâce à un système d’équilibres complexe, mais précis. Par exemple, le salaire des janissaires, dont le corps comptait jusqu’à mille hommes, était payé avec les recettes des douanes, des salines, de la sucrerie de Piskopi (Episkopi) et du vivier de Limassol6. Autrement dit, chaque rentrée était destinée à couvrir une dépense déterminée. Bien sûr, les unités fiscales (muqâta‘a) les plus riches, comme la sucrerie de Piskopi, les douanes et les salines, finançaient les postes de dépenses les plus conséquents, comme les salaires et les traitements des pachas. Ce système fiscal n’était pas l’apanage de l’Empire ottoman : à la fin du xvie siècle, les dépenses du célèbre arsenal vénitien aussi étaient couvertes pour la plupart par les rentrées tirées de la Caméra di Bergamo7.

*

  • 8 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yıl bütçesi », p. 2, et aussi İnalcık, An Economic and Social History, (...)

5Chypre ottomane fut donc, dès le début, une province à rétribution monétaire prédominante et à budget autonome8. Comme on peut le vérifier dans les qal‘e mevâcib defterleri, à cheval entre le xvie et le xviie siècle, dans les nombreuses forteresses de Rhodes, Cos, Kalimnos, Leros, Mytilène, Chio, Ténédos (Bozca Ada), Castellorizo, jusqu’aux centres côtiers de l’Asie Mineure, comme Bodrum, et même de la mer Noire, tel Caffa, le personnel était payé chaque trimestre en aspres, selon une hiérarchie bien déterminée entre les catégories et à l’intérieur des catégories elles-mêmes. Cette hiérarchie avait des variantes locales. Par exemple, les mustahfizân, corps de soldats engagés pour la défense, existaient partout en Méditerranée, mais pas à Chypre. Il y avait également des différences de gestion du personnel entre les différentes forteresses de Chypre, selon leur importance stratégique respective. Par exemple, il n’y avait des artilleurs qu’à Famagouste (topçuyân) ; dans chaque forteresse chypriote il y avait un commandant, appelé dizdâr. A Gerine, un qapûdân est attesté. Les architectes et les ingénieurs hydrauliques étaient déplacés d’une forteresse à l’autre et dépendaient d’un surintendant général. Malgré les variantes locales qu’on retrouve dans la gestion des forteresses, la rémunération en pièces d’argent plutôt qu’en timâr apparaît comme une constante du système de rétribution dans les îles méditerranéennes. Faut-il en chercher les raisons dans le manque relatif de terrain fertile dans les îles ? Si l’on suppose que la réponse à cette question est positive, Chypre est alors une exception.

*

  • 9 Lane, Venice, p. 143.
  • 10 Ibid.

6Chypre peut être également considérée comme une ligne côtière dont les extrémités se rencontrent ; une côte circulaire, en somme, vu l’ampleur de son arrière-pays qui en fait, en étendue, la troisième île de la Méditerranée, après la Sicile et la Sardaigne. Du xive siècle, époque à laquelle l’île appartenait encore au royaume des Lusignan, à la fin du xvie, les Vénitiens en firent un capital fixe et circulant, en investissant dans la fertilité du sol avec des cultures et des productions extrêmement rentables du point de vue commercial, qui étaient ensuite échangées dans tous les ports de la Méditerranée et en particulier dans la Serenissima Dominante. Dans le fief d’Episcopi, qui en 1361 fut cédé par le roi de Chypre à Federico Corner, patricien vénitien, en contrepartie de prêts monétaires considérables effectués à l’occasion d’une guerre contre les Mamelouks, on cultivait la canne à sucre. Ce fief possédait en outre une raffinerie attenante9. Federico Corner avait compris qu’à Chypre, qui se confirmait, de ce point de vue, comme une zone physiquement homogène avec le Proche-Orient, la richesse du sol dépendait d’une capitalisation des ressources en eau. Par conséquent, le fleuve qui coulait entre Episcopi et le fief de Kolossi, lequel appartenait aux chevaliers de Saint-Jean et où l’on cultivait aussi la canne à sucre, fut partiellement dévié vers les possessions des Corner, aux dépens des cultures voisines. Comme Frederic Lane l’affirme, Corner devenait ainsi a fourteenth century sugarking, l’homme le plus riche de Venise10. L’une des descendantes de la même famille, Caterina, qui revêtit pour l’occasion le titre de « fille de la République », fut prise en mariage par le dernier roi de Chypre, précisément au moment où, à la suite de la guerre en Eubée, Venise perdit son hégémonie sur la route de la Méditerranée nord-orientale.

  • 11 İnalcık, An Economic and Social History, t. 1, p. 64-65.
  • 12 Pour le xviiie siècle, voir Genç, « A Study », p. 352.

7À l’époque ottomane, la culture et le raffinage du sucre restèrent des activités économiques importantes. Les raffineries (şekerhâne) principales de l’île étaient celles de Kukla, de Piskopi (l’Episkopi de Federico Corner) et de Koloş. Ces trois zones, concentrées dans le sud-ouest de l’île, dans la région très fertile comprise entre Limassol et Pafos, constituaient des unités fiscales distinctes, qui versaient leurs impôts à l’État par l’intermédiaire d’un adjudicataire, dit mültezim. L’affermage à un adjudicataire, et non pas la régie directe d’un percepteur percevant un salaire de l’État11, relativise l’importance des budgets comme miroir de la rentabilité réelle de la province ottomane en question : en effet, le budget nous informe seulement sur ce qu’une unité fiscale spécifique rapportait à l’État, en mentionnant plus particulièrement les postes de dépenses qu’elle aurait financés, mais, comme Mehmet Genç l’a écrit12, il n’est malheureusement pas possible d’affirmer qu’il s’agissait du rendement réel, car la part qui restait à l’adjudicataire n’était pas comprise dans ces montants. Autrement dit, ce qu’on peut tirer des budgets donne une idée très précise des coûts et de l’organisation administrative de l’île, mais ne livre aucun indice sur les processus d’accumulation de capital.

*

8À Chypre, en particulier, le personnage de Perviz Bey fit son chemin en commençant par des charges militaires d’importance moyenne, jusqu’à obtenir, dès la fin du xvie siècle, le monopole des salines, douanes, viviers, sucreries, et de la collecte des impôts sur la population non musulmane (cizye), en s’en assurant l’adjudication pour une dizaine d’années. Ces adjudicataires étaient des traits d’union entre l’État et le capital privé, et leurs stratégies et leurs choix économiques, surtout dans les centres insulaires du commerce méditerranéen, peuvent aider à comprendre la façon dont le monde ottoman géra la transition économique méditerranéenne entre le xvie et le xviie siècle.

  • 13 MAD, defter 434, p. 47.

9À la fin de l’année 1606, par exemple, les entrées relatives aux salines et douanes, qui étaient unifiées pour amortir le déficit dû à une irrégularité éventuelle des rentrées d’une des deux unités fiscales, furent enregistrées dans le budget de Chypre selon l’usage commun13. Cette somme, de 1 348 817 aspres, ne représente pas la totalité de la rente des douanes chypriotes et des salines de Larnaka, mais doit au contraire être considérée comme le résultat du conflit entre deux pouvoirs différents et parfois antagonistes : celui de l’État et celui de l’adjudicataire. Comme on peut d’ailleurs l’observer, du fait que certains budgets présentaient un solde exact, le pouvoir de négociation de l’État était parfois limité par la tendance à ne tirer des unités fiscales que le nécessaire pour payer les dépenses et permettre l’auto-financement de la province.

10Dans le cas de l’île de Chypre, comme le démontrent plusieurs budgets qui se soldent par un déficit, ainsi que les envois périodiques d’argent par le gouvernement central afin de pourvoir au redressement comptable ordinaire, ou pour assurer des interventions extraordinaires, comme les travaux de restructuration des forteresses ou des mosquées, il est fort probable que l’écart entre les rentes effectives des unités fiscales et les entrées déclarées dans le budget fut plutôt restreint. Pendant les premières années de l’administration ottomane, en effet, la province de Chypre eut des difficultés considérables pour s’autofinancer. Les coûts des forteresses et de leur personnel étaient trop élevés par rapport aux capacités fiscales de l’île. Il est donc possible d’avancer l’hypothèse que les chiffres suggérés par les budgets, au moins pour ce qui est de la première décennie, se rapprochaient, du point de vue fiscal, du rendement effectif des activités économiques de l’île de Chypre.

*

11En analysant les unités fiscales d’époque ottomane, on remarque une continuité essentielle avec les choix d’exploitation du territoire opérés à l’époque vénitienne. Les sucreries et les salines restaient les secteurs économiques de pointe, à côté des flux des douanes. Les rentes agricoles, en particulier des régions de Mesariye et de Pendaiye, étaient organisées en hass, c’est-à-dire en grandes concentrations de terrains d’État, soumises au même système fiscal.

  • 14 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yılı bütçesi », p. 21.
  • 15 MAD, defter 5 084.

12Certes, on peut remarquer aussi des éléments innovateurs, comme par exemple l’impôt sur la population non musulmane. Ce dernier fut perçu à partir de la première année de la domination ottomane et impliqua un recensement de tous les foyers chrétiens ou juifs de l’île. En comparant les données de 1572, réunies par Halil Sahillioğlu14, avec un recensement de 161215, on observe une augmentation de la population non musulmane, qui passa de 23 000 à 26 830 foyers. De ce dernier registre on peut tirer des informations intéressantes sur la démographie chypriote, sans oublier que, entre la fin du xvie siècle et les premières décennies du siècle suivant, les autorités ottomanes avaient entrepris une opération de déplacement de populations musulmanes d’Anatolie, dont le registre en question ne garde bien sûr aucune trace.

  • 16 Sur la faible densite démographique à Lefkoşa, cf. Jennings, « Lefkosha », p. 425.
  • 17 Information confirmée par Jennings, The Population, Taxation, and Wealth, p. 444.

13La ville la plus peuplée était Mağosa (Famagouste), avec ses 676 foyers, plus du double par rapport à Lefkoşa (Nicosie)16, répartis en 20 quartiers17. Néanmoins, la région de Famagouste présentait une densité démographique inférieure à celle d’autres régions comme, par exemple, la Mesariya, où des habitats ruraux ponctuels constellaient la plaine très fertile. La Mesariya était en effet la région la plus peuplée, avec 2 684 foyers, répartis en 87 villages, qui allaient d’un minimum d’un foyer (village d’İpsâri), à un maximum de 160 (village d’Anqûsûye). À l’exception de Mağosa, les autres villes, y compris Lefkoşa, ne présentaient pas un écart démographique considérable par rapport aux centres ruraux les plus importants. Il faut néanmoins tenir compte du fait que certains de ces centres étaient aussi le siège d’activités spécialisées, comme les raffineries de sucre, qui devaient attirer une quantité considérable de force de travail. Les trois centres sucriers déjà mentionnés de Piskopi, Koloş et Kukla étaient en effet constitués respectivement de 255, 195 et 88 foyers.

*

  • 18 İnalcık, An Economic and Social History, t. 1, p. 199-200.

14Comme on l’a déjà indiqué, dans les budgets chypriotes, les douanes et les salines constituaient une unité fiscale indivisible (muqâta‘a-i memlehe ve gümrük-i iskele), qui était normalement attribuée par adjudication. Les navires qui arrivaient et partaient des ports de l’île devaient payer un droit ad valorem, qui n’était pas le même dans toutes les douanes de l’Empire18. La même cargaison de clous de girofle pouvait par conséquent payer des droits différents à Bassora, Alep et Chypre, ce qui rend hasardeux d’établir une comparaison entre les entrées douanières de Chypre et celles des autres centres commerciaux du Levant.

  • 19 Faroqhi, « The Venetian presence », p. 315.

15Néanmoins, en partant de l’analyse de l’administration douanière chypriote, on peut développer quelques considérations à propos de l’organisation commerciale de l’île à l’époque ottomane. L’élément principal de rupture avec l’époque précédente fut que, dès la conquête de l’île, les bateaux vénitiens qui passaient par Larnaka durent rentrer dans le port « en étrangers », et payer le droit de douane. Cette considération est probablement tenue pour acquise, mais peut-être pas ses développements successifs. En effet, jusqu’à la fin du xvie siècle, les Vénitiens gardèrent leur hégémonie sur le commerce avec la Syrie et l’Égypte, mais à partir de la première décennie du siècle suivant, et en particulier de 1630 à 1640 environ, les vaisseaux des nouveaux protagonistes du commerce méditerranéen firent leur apparition dans les eaux de Chypre et dans les autres ports ottomans19. La conquête de Chypre fut donc un premier pas en faveur de l’entrée des compagnies occidentales en Méditerranée. Plus explicitement, il s’agit du pas décisif, qui fut suivi d’une série d’autres mesures qui facilitèrent l’activité des nouveaux venus dans les ports méditerranéens ; je songe en particulier aux privilèges douaniers qui furent refusés aux Vénitiens jusque dans les années 1770.

16Après la paix de 1574, l’Empire n’empêcha pas la Seigneurie de commercer dans ses villes. Le consulat vénitien établi à Larnaka resta actif jusqu’à la fin du xviiie siècle et il en alla de même pour les consulats d’Alep, Smyrne, Alexandrie et Le Caire, quoique les Vénitiens aient été durablement expulsés des territoires du sultan lors de la guerre de Candie. Mais un système économique comme celui de Venise ne pouvait donner ses meilleurs fruits que dans le cadre d’un régime de monopole. En conquérant Chypre et en ouvrant ses ports aux nouvelles nations marchandes, les Ottomans infligèrent un coup très dur aux Vénitiens. Il ne s’agissait pas de la toute première conquête d’îles ou de territoires de la République de Saint-Marc ; la guerre de Chypre revêtit néanmoins une valeur particulièrement importante, parce qu’elle fut l’événement qui inaugura le processus d’ouverture des ports de l’île même, comme des autres marchés du Levant, aux Hollandais et aux Anglais. La nouveauté ne résidait pas tant dans la volonté des Ottomans de conquérir des terres qu’ils considéraient depuis longtemps comme leurs possessions, que dans le contexte historique dans lequel se déroula cette action. La guerre de Chypre fut une antinomie : d’un côté, les Ottomans la justifiaient par des motivations qui en appelaient à une raison d’État machiavélique, non dénuée de connotations religieuses et spirituelles ; de l’autre, en quelques décennies, elle déboucha sur l’ouverture à une économie qu’on pourrait appeler « de marché » dans laquelle l’Empire ottoman, et en particulier Chypre et le Proche-Orient, eurent affaire aux nations de l’Europe nord-occidentale, qui avaient déjà emprunté le chemin d’un développement maritime et économique rapide et impétueux.

*

17Si l’exemple de Chypre présente des caractères communs avec les autres îles de la Méditerranée, il n’en est pas moins pourvu de composantes spécifiques, dues surtout à l’ampleur de son territoire. Le renforcement des systèmes de fortifications, élément qui rapproche cette île d’autres réalités territoriales, s’alliait ainsi à une gestion fiscale autonome de l’agriculture spécialisée et du commerce, organisée sur la base d’une continuité structurelle avec les choix d’exploitation du territoire opérés à l’époque vénitienne. Du fait de cette autonomie budgétaire et de l’agencement géomorphologique et démographique de l’île, le cas chypriote se prête à des comparaisons différentes : à la fois île et province, Chypre synthétisait, à cheval entre le xvie et le xviie siècle, les traits et les problèmes du monde ottoman de l’époque, qui dut en même temps affronter la question de la reformulation des systèmes de redistribution des nouveaux territoires conquis, et tenir compte du nouveau contexte commercial méditerranéen qui s’était mis en place.

Bibliographie

Sources d’archives

MAD : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Mâliyeden Müdevver

Ouvrages cités

Braudel (Fernand), « Bilan d’une bataille », in G. Benzoni (éd.), Il Mediterraneo nella seconda metà del ’ 500 alla luce di Lepanto, Atti del convegno di studi promosso e organizzato dalla Fondazione Giorgio Cini (Venezia, 8-10 ottobre 1971), Florence, 1974.

Commissione per la pubblicazione dei documenti finanziari della Repubblica di Venezia, Bilanci generali, vol. I, t. I, Venise, 1912.

Faroqhi (Suraiya), « The Venetian presence in the Ottoman Empire, 1600-1630 », in H. İslamoğlu-İnan (éd.), The Ottoman Empire and the World-Economy, Cambridge, 1987, p. 311-344. URL : http://www.jeeh.it/articolo?urn=urn:abi:abi:RIV.JOU:1986;2.345&ev=1.

Genç (Mehmed), « A Study of the feasibility of using eighteenth-century Ottoman financial records as an indicator of economic activity », in H. İslamoğlu-İnan (éd.), The Ottoman Empire and the World-Economy, Cambridge, 1987, p. 345-373. URL : https://www.academia.edu/7838746/_A_study_of_the_feasibility_of_using_eighteenth-century_Ottoman_financial_records_as_an_indicator_of_economic_activity._The_Ottoman_Empire_and_the_world_economy_1987_345-73.

İnalcık (Halil) et Quataert (Donald), An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 2 vol. , Cambridge, 1997 (1re éd. en 1 vol. , 1994).

Jennings (Ronald), « Lefkosha », in Id., Studies on Ottoman Social History in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Istanbul, 1999, p. 425-432.

Jennings (Ronald), « The population, taxation, and wealth in the cities and villages of Cyprus, according to the detailed population survey (defter-i mufassal) of 1572 », in Id., Studies on Ottoman Social History in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Istanbul, 1999, p. 439-462.

Lane (Frederic C.), Venice. A Maritime Republic, Baltimore-Londres, 1973.

Sahillioğlu (Halil), Osmanlı idâresinde Kıbrıs’ın ilk yılı bütçesi, Belgeler, IV-7/8, 1967, p. 1-33.

Notes

1 Lane, Venice, p. 236.

2 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yılı bütçesi », p. 8.

3 Braudel, « Bilan d’une bataille », p. 109.

4 MAD, defter 368 (1002-1003), defter 425 (1003-1005), defter 372 (1007-1008) et defter 411 (1014).

5 MAD, defter 17 917.

6 MAD, defter 411.

7 49 221 ducats sur 68 783: cf. Commissione per la pubblicazione dei documenti finanziari, Bilanci generali, p. 273-274.

8 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yıl bütçesi », p. 2, et aussi İnalcık, An Economic and Social History, t. 1, p. 84.

9 Lane, Venice, p. 143.

10 Ibid.

11 İnalcık, An Economic and Social History, t. 1, p. 64-65.

12 Pour le xviiie siècle, voir Genç, « A Study », p. 352.

13 MAD, defter 434, p. 47.

14 Sahillioğlu, « Kıbrıs’ın ilk yılı bütçesi », p. 21.

15 MAD, defter 5 084.

16 Sur la faible densite démographique à Lefkoşa, cf. Jennings, « Lefkosha », p. 425.

17 Information confirmée par Jennings, The Population, Taxation, and Wealth, p. 444.

18 İnalcık, An Economic and Social History, t. 1, p. 199-200.

19 Faroqhi, « The Venetian presence », p. 315.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540