Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Le pouvoir ottoman et les îles de l'Égée (XVIe-XVIIIe siècles)

Îles grecques ? Îles ottomanes ?

L’insertion des îles de l’Égée dans l’Empire ottoman à la fin du xvie siècle

Nicolas Vatin

Texte intégral

1Parler de l’insularité ottomane n’est pas chose aisée. En effet, le concept n’existait évidemment pas. Ce n’est donc pas dans le discours, mais dans la pratique ottomane qu’il faut rechercher l’éventuelle existence d’une spécificité insulaire. Mon intention est donc d’envisager ici les problèmes qui se posaient concrètement, tant aux pouvoirs publics qu’aux populations, à partir des informations fournies par la documentation ottomane (principalement les mühimme defterleri) du troisième quart du xvie siècle, à une époque où il existait encore un « duché de Naxos ».

2En lisant ou relisant ces textes (qui ne sont pas tous inédits), je me suis donc interrogé sur l’attitude de la Porte à l’égard de ces possessions un peu particulières au statut ambigu, sur la façon dont les populations elles-mêmes envisageaient et pratiquaient leur allégeance à l’égard du sultan, enfin sur la place de l’insularité – autrement dit de la mer – dans ces spécificités.

3En soumettant les quelques considérations qui vont suivre, j’ai conscience de ce qu’elles peuvent avoir de peu original. De nombreuses études de valeur ont été consacrées à diverses îles à l’époque ottomane, et voici vingt ans déjà que B. J. Slot a publié son monumental Archipelagus turbatus. Mais si cette petite synthèse rejoint sur bien des points les conclusions de celui-ci, elle le fait en se plaçant du point de vue de la Porte ottomane.

*

4Au cours du xvie siècle, l’Empire ottoman parvint à se rendre maître du bassin oriental de la Méditerranée. Cependant l’attitude des autorités stambouliotes à l’égard des îles de la mer Égée n’allait pas sans quelque ambiguïté. Sans aborder la question des motivations de conquête des diverses îles, on peut souligner qu’il y avait deux cas de figure : certaines îles étaient occupées, comme l’Eubée, Lemnos, Rhodes, Cos, Chio ou Chypre. On y installait des cadis, on y consacrait des mosquées, on y faisait venir des populations déportées d’autres parties du territoire. Ce sont les îles les plus grandes, les plus riches – mais aussi souvent les plus proches des côtes, ce qui impliquait à la fois qu’elles étaient les plus faciles à contrôler et peut-être qu’il était plus nécessaire de les contrôler. Ce dernier critère paraît s’imposer quand on songe à des îles plus petites mais d’intérêt stratégique évident comme Thasos, Samothrace ou Tenedos (Bozca Ada).

  • 1 Cf. Vatin, « Deux îles à la dérive ».
  • 2 Cf. MD VI-252, publié par Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450.
  • 3 Cf. Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989.
  • 4 Cf. Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989-990 : Naşa cezîrelerinde kefere arasında bölük alından veġayr (...)

5D’autres au contraire étaient laissées à leur sort, comme Samos, malgré sa potentielle richesse et plus encore malgré son caractère extrêmement nuisible de repaire de pirates à quelques milles seulement des côtes anatoliennes. Expliquer cette façon d’agir par le manque d’intérêt des Ottomans n’est certainement pas satisfaisant. J’ai tenté de démontrer autrefois que l’évacuation de Samos par Bajazet II était justifiée par des considérations diplomatiques majeures1. Un document ottoman nous apprend que la Porte envisagea en 1564 d’assurer l’hellénisation totale d’Andros – qui à cette date appartenait encore pour deux ans à Francesco Sommaripa – en en déportant la population latine dont certains membres étaient accusés d’apporter de l’aide aux bateaux pirates ou ennemis. S’agissait-il d’assurer un meilleur contrôle ? On remarquera que les fauteurs de troubles n’étaient qu’une douzaine d’individus sur cinquante à soixante foyers latins2. En tout cas le divan ne songeait apparemment pas à installer sur place des musulmans pour maintenir l’ordre. Bien au contraire, alors même qu’en novembre 1567 il faisait renvoyer dans les îles dépendant du « duché » de Naxos les paysans qui en avaient émigré pour s’installer à Galata et aux environs3, quelques mois plus tard, apprenant que des soldats des bölük halı et d’autres s’y installaient en nombre croissant et tyrannisaient les insulaires, le sultan ordonnait qu’on expulsât « les musulmans de ce genre qui s’introduisaient en grand nombre au milieu des mécréants et s’y installaient alors qu’il n’y avait pas de mosquée et s’y conduisaient mal ». Bâtir quelques mosquées n’aurait pas été bien difficile. En fait la Porte se refusait à islamiser les Cyclades qu’elle venait de confisquer aux Crispi4.

  • 5 Archipelagus Turbatus, p. 94 sq.
  • 6 ‘Ahdnâme-i hümâyûnum-la tasarrufında olan Pârôz ve sâ’ir cezîreler (MD V-1280, enregistré le 23 mar (...)
  • 7 Cf. afvet, « Naşa », p. 1448.
  • 8 Les clauses consenties aux Chiotes en 1567 ne semblent pas avoir le caractère exceptionnel qu’y voy (...)
  • 9 MD XXIV-744, p. 297, publié par Vatin, « Une affaire interne », p. 186 sq.
  • 10 Cf. Pègues, Histoire et phénomènes, p. 609 sq. D’après ce texte, Jérôme Sommaripa, Bartholomée Chla (...)

6Ainsi que le souligne B. J. Slot5, Joseph Naci « duc de Naxos » prenait donc la succession des Crispi comme vassal tributaire du souverain ottoman. Son prédécesseur immédiat, Giacomo Crispi, faisait clairement référence, dans sa correspondance avec le sultan, à l’existence d’un ‘ahdnâme, comme il en existait également avec les Gozzadini de Sifnos ou les Sommaripa d’Andros6. Les termes en ont été publiés par Ṣafvet7. Rappelons d’abord que si le mot ‘ahdnâme a pu dans les faits désigner un traité entre puissances, il n’est en droit qu’une concession du sultan envers une population qui a choisi d’être en paix avec lui, donc de se soumettre. Il était donc normal d’accorder un ‘ahdnâme à des communautés qui s’étaient rendues sans combat, comme celles de Galata ou Chio, sans pour autant leur reconnaître le statut de puissance souveraine8. Néanmoins, dans le cas qui nous occupe, certaines clauses donnent l’impression que le duc demeurait de jure indépendant. Il s’engageait en effet à ne pas avoir de rapports amicaux avec les ennemis du sultan et à ne pas les aider ; l’héritage de ses ressortissants décédés sur le territoire ottoman alors qu’ils y faisaient du commerce ne serait pas saisi par le beytü-l-mâl ; les Naxiotes captifs délivrés sur le territoire ottoman lui seraient rendus s’ils étaient chrétiens, et laissés libres de leurs mouvements s’ils étaient musulmans... On constate précisément que, dans les faits, cette dernière clause était appliquée aux sujets de Joseph Naci en mai 15749 et l’on a toutes raisons d’admettre que l’ahdnâme concédé à Giacomo Crispi s’appliqua également à son successeur, ce que donne du reste à entendre la traduction française de ce qui semble être la version grecque de « capitulations » accordées par Murâd III en 1580 aux îles de « Naxos, Andros, Paros, Santorin, Milos, Syra, etc.10 ».

  • 11 MD V-1280.
  • 12 Cf. la plupart des documents publiés par Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî ».
  • 13 Naşa cezîreleri âbıı olan dua nâm â’in (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 990). On peut rappeler à ce (...)
  • 14 abında olan cezîreler (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989) ; ab eyledügi cezîreler (ibid.) ; Naşa (...)
  • 15 Naşa begi olan Yâsif (MD XIX-690).
  • 16 Cf. afvet, « Naşa », p. 1456.
  • 17 Cf. afvet, « Yûsuf Nâsî », p. 988.
  • 18 Sifnôs cezîresine mutaarrıf olan dârende Niôlâ: MD VI-1059 et afvet, « Naşa », p. 1449-1450
  • 19 MD VI-252 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450.

7Peut-on donc considérer ces différents personnages, seigneurs de territoires où la Porte n’avait pas installé de cadi ou de subaşı, comme vassaux certes, mais néanmoins comme souverains au sens plein ? On rappellera par exemple que, tout comme Giacomo Crispi en mars 156611, Joseph Naci est régulièrement appelé « duc » (dua) de Naxos12. On peut cependant se demander ce que signifie concrètement le terme aux yeux des Ottomans, quand on lit, à propos de l’ancien duc Giacomo Crispi, la formule « le traître nommé dua qui tenait auparavant les îles de [l’archipel de] Naxos13 ». Les mots qui définissent le rôle des deux « ducs » successifs sont des dérivations de la racine b14. Ils signifient donc que ces personnages « tiennent » ces territoires, qu’ils en sont les maîtres, mais l’idée de souveraineté ne s’en dégage pas absolument. En août 1590, Joseph Naci est même simplement désigné comme « bey de Naxos15 ». Le mot est ambigu : implique-t-il dans l’esprit du rédacteur que Naci n’est qu’un subordonné du sultan, ou bien n’est-il qu’une vague traduction de « seigneur » ? La question se pose avec plus d’acuité à propos de Giacomo Crispi, « bey des forts nommés Santorin et Paros » en novembre 156316, à une date où le duché de Naxos est encore aux mains de son père (également appelé « bey de Naxos » à l’occasion17). On pourrait même aller plus loin en se demandant pourquoi, dans cet ordre destiné au bey de Rhodes, il est question de « forts » et non pas d’« îles » : sous cette forme, le mot semblerait plutôt désigner un officier supérieur qu’un souverain... Deux ans plus tard, dans le berât qui lui permet de succéder à son père, il est désigné comme mutaarrıf de Paros et Santorin moyennant le versement annuel d’une cizye de 52 391 aspres : un simple affermataire d’impôts, donc, comme Nicolo Gozzadini « qui est mutaarrıf de l’île de Sifnos » en avril 156518, ou Francesco Sommaripa, mültezim d’Andros en octobre 156419.

  • 20 Cf. MD VI- 252, 1059, X-274 ; Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 988, 990, 992...
  • 21 Memâlik-i mahrûsem re’âyâlar (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 992).
  • 22 Cf. Miller, « Two letters of Giovanni IV ». Dans une lettre du 10 novembre 1563, le duc rapporte qu (...)

8L’impression que l’administration ottomane se sent souveraine dans ces îles paraît confortée par l’analyse du vocabulaire employé pour parler de la population. En effet, quel que soit le seigneur, les habitants d’Andros, Naxos, Paros ou Skiathos sont des re‘âyâ ou des immî20. Et le 22 mars 1568, à la suite de descentes de corsaires à Naxos, le sultan déclare sans se soucier de subtilités institutionnelles qu’on ne doit pas laisser des levend capturer « les re‘âyâ de mes pays bien gardés21 ». De fait, dès avant la chute des Crispi, le patriarche de Constantinople pouvait tirer argument de cette souveraineté pour intervenir dans les affaires de l’église du duché22.

  • 23 MD VI-1059, Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1449-1450.
  • 24 Ibid.

9Pour autant il faut se garder de toute conclusion trop tranchée : ne voit-on pas un document du 19 avril 156523 parler d’un immî de Chio, un an avant la prise de l’île ? Le berât concédant la ferme des impôts des Cyclades à Giacomo Crispi s’accompagnait du reste d’un ‘ahdnâme, et Nicolo Gozzadini, qui n’était que mutaarrıf de Sifnos, faisait valoir pour le rester que son père et son grand-père l’avaient été avant lui, et s’était préoccupé d’assurer sa succession à son gendre24. D’ailleurs B. J. Slot a montré comment ces seigneurs latins et Joseph Naci après eux avaient bel et bien préservé dans les îles leur autonomie et leurs prérogatives seigneuriales. On pourrait donc être tenté de conclure que le vocabulaire impérial de la Porte n’était qu’une façade ou, si l’on préfère, qu’il traduisait une situation de fait mal adaptée aux concepts institutionnels ottomans.

  • 25 Cf. Miller, The Latins in the Levant, p. 632.
  • 26 Ibid.
  • 27 MD V-1280. On notera que Giacomo Crispi devait être dépossédé de son duché lors de la campagne mari (...)
  • 28 MD XIX-690, expédié en août 1572.
  • 29 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 90
  • 30 MD XIX-5.

10Cependant il ne s’agissait évidemment pas d’États tributaires comme Venise, Raguse ou même Chio. On en donnera pour illustration la façon dont Giacomo IV de Naxos vantait auprès des Tiniotes, vers 1563, les avantages qu’ils trouveraient à être ses sujets et par voie de conséquence soumis à la Porte25. Même quand ils parvenaient à maintenir une succession héréditaire, ces seigneurs avaient besoin de l’appui d’Istanbul. On voit par exemple au printemps 1565 Nicolo Gozzadini brandir une attestation (temessük) de satisfaction rédigée par les insulaires pour protester contre les empiétements de son gendre (qui lui-même se réclamait d’un ordre ottoman) et obtenir que le bey de Rhodes aille sur place trancher le différend26. On peut admettre que des interventions de ce genre sont normales dans un État vassal. Mais ces petits seigneurs semblent avoir également dépendu de la Porte pour de simples questions de maintien de l’ordre. C’est ainsi que, Giacomo Crispi n’arrivant pas à lever impôts et droits de douane à Paros, le sultan ordonne en mars 1566 aux beys de Rhodes et Mytilène de lui prêter main forte pour réprimer les contrevenants, « en application de l’‘ahdnâme27 ». Joseph Naci avait le même problème en août 1572 : il avait été incapable cette année-là comme la précédente de percevoir la cizye et il fallait donner l’ordre au âpûdân paşa d’aller sur place et de régler l’affaire en confrontant les insulaires avec les représentants du duc28. Du reste Joseph Naci ne se rendit apparemment jamais à Naxos29 et c’est depuis Istanbul qu’il envoyait en mai 1572 au divan la liste de ceux de ses ressortissants qui collaboraient avec l’ennemi vénitien30.

11On voit que la situation était loin d’être claire. Il n’est donc pas étonnant qu’une certaine ambiguïté ait régné dans les rapports entre le sultan et ses vassaux de l’Égée.

*

12Quant aux insulaires eux-mêmes, on a vu que la Porte avait une position mieux tranchée : latins ou grecs, ils étaient des re‘âyâ, des immî, bref des sujets. Le fait de vivre sur une île leur donnait cependant des privilèges.

  • 31 MD VI-252 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450 ; cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 84 sq. Andros, du res (...)
  • 32 Cf. plusieurs des documents publiés par Zachariadou, « Συμßολἡ στἡv ἱστορία τοũ voτιοανατoλικoũ Αἰγ (...)
  • 33 Cf. une série de documents des années 1450-1455 publiés par Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450-1455.
  • 34 Cf. MD XVI-102 (du 29 mai 1572).
  • 35 MD VII-1569 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1453.
  • 36 Bénéficiant encore du régime du maḳṭû‘ en 1529, ils n’étaient plus dans ce cas en 1534 : cf. Akgünd (...)
  • 37 Defter édüb gönderesin dai şer’va‘ olınma-mı veyâ-ûd arâclari maḳṭû’olınma-mı enfa’-dur ali- (...)
  • 38 Cf. Zachariadou, « The sandjak of Naxos ».

13Le principal est bien entendu le trop célèbre maḳṭû‘, autrement dit la possibilité de payer l’impôt de façon forfaitaire, sans intervention extérieure. Ainsi qu’on l’a dit, la Porte choisit longtemps de laisser aux seigneurs latins locaux le soin de collecter les taxes, les transformant en fermiers. Mais on voit également les insulaires demander le droit de régler eux-mêmes leurs affaires, collectivement : à l’automne 1564, douze notables grecs et albanais d’Andros vinrent proposer devant le cadi de Chalcis d’Eubée de verser un impôt forfaitaire de 6 000 aspres supérieur à ce que versait Francesco Sommaripa. Ils obtinrent en effet un ordre leur donnant satisfaction, mais qui semble n’avoir jamais été appliqué31. Ce qu’ils sollicitaient n’avait pourtant rien d’inouï : la population de Patmos32 vivait depuis longtemps sous ce régime, comme celle d’îles conquises dans la première moitié du xvie siècle : Amorgos, Skyros, Skiathos33, Nissiros34. Ce n’était du reste pas un statut réservé aux seules îles : on le trouve appliqué sur les territoires de terre ferme à d’autres communautés de contribuables – monastiques en particulier, mais non uniquement. C’était une situation avantageuse, dans la mesure où elle permettait d’éviter l’intervention sur place et les abus de fermiers ou d’agents fiscaux. On comprend donc bien que les Grecs de Skiathos, quand cette île fut attribuée au beylerbeylik des îles, aient pris la peine de s’assurer qu’elle perdurerait, envoyant un des leurs en faire la sollicitation auprès de la Porte35. Encore fallait-il que le fisc y trouvât également son compte : au début des années 1530, les habitants d’Imros durent y renoncer36. En mars 1553, à la suite d’un différend entre la population d’Astypalia et le sancakbeg de Rhodes, le cadi de Rhodes reçut l’ordre d’aller sur place mener enquête, mais surtout d’évaluer la meilleure solution pour l’État : le plus avantageux était-il d’imposer les taxes selon la şerîîa, ou bien de lever leur arâc forfaitairement37 ? L’imposition des îles selon le régime du maḳṭû‘ n’avait donc, dans le principe, rien d’automatique. La Porte entendait mener une politique au cas par cas, en fonction de la situation et de son intérêt. Il n’en est pas moins vrai que la plupart des petites îles de l’Égée furent imposées de cette manière38, ce qui favorisait le développement d’une organisation communale locale, donc le maintien d’une spécificité insulaire.

  • 39 MD XVI-456 (du 26 janvier 1572). Pour le duché de Naxos, cf. supra.
  • 40 Cf. Faroqhi, « Political tensions », p. 94 sq. de l’édition de 1995. Les collecteurs d’impôts pouva (...)
  • 41 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 89; Miller, The Latins in the Levant, p. 643.
  • 42 Le rapport vénitien de 1563 précédemment évoqué prétendait que déjà Giacomo IV de Naxos ne régnait (...)

14Signalons au passage qu’on constate dans certains cas un refus de payer l’impôt, comme dans les îles du duché de Naxos en 1572 ou, l’année précédente, à Nissiros où certains allèrent même jusqu’à assassiner le câbî qui était venu recouvrer le maḳṭû‘ dû au vakf de Soliman le Magnifique à Rhodes39. Mais la fronde des contribuables, phénomène naturel d’une façon générale, est bien attestée dans l’Empire ottoman à cette époque en Anatolie également40. La fréquence des documents nous montrant les populations des îles prenant leur sort en main paraît bien plus significative. Non seulement, elles se déplaçaient pour demander à bénéficier collectivement du sort qui leur paraissait le plus enviable, mais encore ceci les amenait à manifester auprès du sultan leurs préférences concernant leurs seigneurs : soit qu’elles rédigeassent un temessük en sa faveur comme les Sifnotes en 1565, soit au contraire qu’elles demandassent à être débarrassées de la présence latine et à passer sous le contrôle direct de la Porte comme les Grecs et les Albanais d’Andros en 1564. Trois ans plus tard, les habitants de Naxos tentèrent de se défaire de Joseph Naci en venant se plaindre au divan41. On peut bien entendu interpréter ces actions comme la manifestation d’un fort sentiment local et du désir de préserver la plus grande autonomie possible. Mais on voit bien qu’en agissant de la sorte, en rédigeant des temessük, en suscitant des ordres et des hüccet, en faisant faire des copies certifiées conformes de celles-ci, en se rendant chez le cadi le plus proche, voire jusqu’à la capitale, les insulaires s’intégraient en fait au système ottoman, se conduisaient en sujets comme les autres42.

  • 43 Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 990.

15La lente mais sûre hellénisation de la société des îles constatée par B. J. Slot allait dans le même sens, puisqu’à la fin du xvie siècle, pratiquement tous les Grecs étaient sujets ottomans. Il reste qu’une des particularités des Cyclades est la présence de minorités latines influentes. Il est d’ailleurs caractéristique que, envisageant en 1564 de déporter les Latins d’Andros, la Porte ait pensé les installer en Eubée ou à Rhodes : peut-être espérait-on mieux les contrôler dans ces grandes îles abritant de fortes garnisons ? En tout cas il paraissait aller de soi que des Latins avaient leur place dans des îles, et non ailleurs. On peut imaginer que, même grécisés, ces Francs constituaient un élément allochtone potentiellement dangereux dans la mesure où ils pouvaient être en rapport avec les chrétiens d’occident. Mais rien dans les documents ne vient conforter cette hypothèse : on sait par exemple que Giacomo Crispi, reconverti dans la course anti-ottomane après son éviction, rôdait autour de Naxos au printemps 1568 et complotait avec certains insulaires qu’il poussait à la rébellion. Mais ces derniers sont désignés comme re‘âyâ sans plus de précision43. Il est vrai que les Albanais et les Grecs d’Andros accusaient en 1564 les Francs d’aider les bateaux pirates ou ennemis, mais, dans le contexte, ce pourrait bien n’être que pure calomnie.

  • 44 Cf. Fodor, « The organisation of the defence », p. 93 ; Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, (...)
  • 45 MD X-159, XIX-142.
  • 46 MD X-274.
  • 47 MD XII-1058 (expédié le 21 mars 1572). Un ordre au bey d’Elbasan expédié le 21 mai de la même année (...)
  • 48 İskâtôz âzîsına üküm ki İstimâd veled-i Dovârd nâm immî muaddemâ Firengistâna ulaġuzlu eyledi (...)

16Au demeurant la force d’une calomnie repose sur sa vraisemblance. De fait, les cas de trahison sont nombreux. L’entente avec les bateaux ennemis, de gré ou de force, est une tradition sur les côtes ottomanes de façon générale44, mais en ce début des années 1570 marqué par la guerre de Chypre, les cas semblent se multiplier. Certains prennent du service sur les bateaux ennemis, comme ces 24 Rhodiens condamnés que le juif Simon obtient en 1572 de faire ramer sur la fırata qu’il arme à ses frais45. Il est souvent question, en particulier, de personnes montant sur les galères ennemies pour servir de guides, comme ces re‘âyâ de Skiathos, Paros, Naxos et Andros accusés au début de 1562 par un rapport du bey d’Eubée46, dont les administrés semblent d’ailleurs avoir eu la même condamnable habitude47. Ajoutons qu’il était toujours délicat de déterminer si le traître avait agi de son plein gré ou par contrainte, comme le rappelle un ordre du 27 mars 1576 demandant un supplément d’enquête au cadi de Skiathos48.

  • 49 Cas déjà cité d’Andros en 1564 (MD VI-252) ; Eubée en 1572 (MD X-274, XII-1058) ; Limnos en 1572 (M (...)
  • 50 MD X-299 ; XII-1058 ; XVI-94 et 655 ; XVI-214 ; XIX-5, 86.
  • 51 MD X-274 (Ôrôz nâm köhne kal‘eye gelüb re‘âyâ ile on kerre mikdârı leyl ü nehâr ‘işret édüb).
  • 52 MD XVI-305 (üç dört gün bile yiyüb içüb), 655 (ikr olan küffâr gemisinde yiyüb içüb)
  • 53 MD XVI-94, 655.
  • 54 MD XVI-214 (ordre expédié le 26 mars 1572).
  • 55 MD XIX-506.
  • 56 MD XXI-495 (ordre expédié le 11 mars 1573).

17Un crime fréquent, dont il est également difficile de savoir s’il est spontané ou imposé par du racket, consiste à approvisionner des bateaux ennemis ou pirates49. Plus coupables étaient ceux qui renseignaient l’adversaire, voire même collaboraient avec lui50. Une pratique qui scandalisait particulièrement les fonctionnaires ottomans était celle de ces re‘âyâ d’Eubée qui, dix jours durant au début de 1572, avaient festoyé avec des Vénitiens débarqués en nombre qui campaient dans le fort en ruine d’Oreos51. Manger avec l’ennemi, comme le faisaient aussi des Lemniotes grecs ou latins52, était un acte lourd de signification symbolique. Plus grave encore, deux immî de Limnos qui avaient rejoint sur la petite île de Bozbaba (Agios Efstratios) une alita ennemie, avaient amené celle-ci à Limnos, où ils avaient livré des musulmans et personnellement participé au pillage53. On vit même les immî d’Andros s’attaquer aux bateaux de deux capitaines revenant de la campagne maritime, tuer, piller et prévenir les autorités de l’île voisine – et toujours vénitienne – de Tinos54. La population de Santorin, de son côté, refusa au cours de l’été 1572 de livrer l’équipage d’une fırata ennemie échouée sur l’île55. Une affaire plus curieuse encore illustre les relations intimes que certains sujets ottomans pouvaient entretenir avec l’ennemi : un corsaire crétois, apprenant l’arrivée de l’escadre de Rhodes, dut fuir en hâte, abandonnant vingt-cinq compagnons sur le rivage de Nissiros, et c’est un insulaire du nom de Nikita qui, armant une petite embarcation (ândâl), ramena ces hommes en Crète56.

  • 57 Ce n’est pas un anachronisme : un ordre expédié le 12 février 1572 utilise le mot iyânet à propos (...)

18Il s’agit là de crimes de trahison57. Mais si leurs auteurs se montrent évidemment insoumis à l’égard de la Porte, il n’est pas certain qu’ils aient une claire vision de la signification politique de leurs actes. Il peut cependant arriver que les acteurs aient des intentions plus précises. Nous ignorons malheureusement qui est ce Papa Dimitri de Limnos, un prêtre grec donc, qui, d’après un rapport du dizdâr, aurait dit aux Vénitiens venus avec une petite escadre :

  • 58 Ve içlerinden Pâpâ Dîmitrî götüri memleket baña tâbi‘-dür şimdi az gemi ile geldüñuz, ve hem duyıld (...)

« Le pays est à moi. Cette fois ci vous êtes venus avec un petit nombre de navires et avez été repérés. Mais venez avec vingt bateaux de mécréants endurcis : moi je vous livrerai le fort et vous donnerez à moi un timar plein58. »

  • 59 L’ordre faisant suite à l’affaire fut expédié le 7 avril 1572.
  • 60 attaviyya re‘âyâsindan begçi ta‘yîn olınan iki nefer re‘âyâ nâ-bedîd olub Ispânyâ apûdânı Rodôs m (...)

19Ceci se passait semble-t-il au début du printemps 157259. À la même époque un grave complot se tramait également à Rhodes. D’après un rapport envoyé à la Porte, dux re‘âyâ– du village de Katavya avaient déserté et, surtout, le kapûdân espagnol avait écrit au métropolite de Rhodes pour se renseigner en secret sur la situation de la place, et chargé ses envoyés d’informer de leurs intentions un certain Degirmenci Mânôl60. Un autre rapport précisait :

  • 61 Küffâr-ı âksâr Rodôs re‘âyâsına mektûblar gönderüb ‘an karîb cezîre-i mezbûrenüñ üzerine varılmak (...)

« Les vils mécréants ayant l’intention d’attaquer le fort de Rhodes ont écrit aux re‘âyâ de l’île une lettre par laquelle ils leur disaient : “Il est certain que nous marcherons bientôt sur cette île. Ne payez pas votre arâc aux musulmans”. Et en conséquence les mécréants ne paient plus le arâc dont ils sont redevables61. »

  • 62 Rappelons les tentatives évoquées plus haut de Giacomo Crispi à Naxos au lendemain de son éviction. (...)
  • 63 Cf. MD X-274, 299. À cette époque, deux monastères dédiés à Saint-Nicolas sont attestés en Eubée. D (...)

20Dans ces deux cas – mais on pourrait en trouver d’autres62 – il n’est plus question d’actes de brigandage ou d’insoumission, mais bien d’un choix d’allégeance. Le souvenir du régime précédent, fût-il aboli depuis un demi-siècle comme à Rhodes, n’avait pas totalement disparu et pouvait laisser quelques nostalgiques. Du moins les pouvoirs latins le pensaient-ils, comme le montre l’envoi de cette lettre au métropolite de Rhodes. Ainsi que l’indique l’incitation à ne pas payer l’impôt « aux musulmans », on comptait sur une solidarité chrétienne : de fait nombre des rebelles nommés dans les différents documents sont des pâpâs, prêtres ou moines comme ceux des monastères de Saint-Athanase ou Saint-Nicolas en Eubée63.

  • 64 Cf. cette conclusion de Ronald Jennings à propos de Chypre (Christians and Muslims, p. 368): To me, (...)

21Dans les paragraphes qui précèdent, où j’ai tenté de mettre en relief les manifestations concrètes les plus saillantes du rapport des insulaires avec l’État ottoman, il a principalement – voire exclusivement – été question du système d’imposition et du crime d’intelligence avec l’ennemi. C’est que ce sont ces problèmes qu’on rencontre le plus souvent dans la documentation. Bien entendu, il faut éviter des généralisations trompeuses. Le maḳṭû’ n’est pas un privilège réservé aux îles. Pourtant, c’est là qu’il fut le plus généralisé et qu’il se maintint le plus longtemps (du moins dans les plus petites îles). Quant aux questions maritimes, il va de soi que la piraterie concernait aussi les rivages européens et anatoliens. C’est vrai également de l’intelligence avec l’ennemi, mais dans une moindre mesure. Précisons tout de suite qu’il convient sans doute de n’en pas exagérer l’importance. L’addition de quelques incidents ne permet pas de parler d’insubordination généralisée, d’autant que les conséquences pratiques ne furent jamais bien graves pour la Porte64. Du reste l’Anatolie de la fin du xvie siècle fut secouée elle aussi par de graves problèmes d’ordre public, mais l’appartenance à un ensemble ottoman, fût-il moins centralisé, ne pouvait guère y être mise en cause. C’est évidemment une spécificité des îles que leurs populations pouvaient penser avoir le choix, il fallait éprouver un fort sentiment de solidarité pour embarquer sur sa barcoule et ramener de Nissiros jusqu’en Crète vingt-cinq marins vénitiens. Même quand ils demeuraient de fidèles sujets ottomans, on peut imaginer que les insulaires ne se sentaient pas pour autant totalement étrangers à cet autre monde dont ils faisaient partie naguère encore.

*

22Si l’on cherche un point commun aux notations un peu éparpillées qui précèdent, on retrouve en général l’eau : il n’y a là rien de surprenant ni d’original.

23Par force, les insulaires sont des marins, souvent obligés de chercher leur gagne-pain sur la mer. Ainsi que je l’ai dit, dans le cadre même de leur appartenance au monde ottoman, ils devaient s’embarquer pour d’autres îles ou le continent, que ce soit pour vendre leurs produits, porter leur impôt ou se présenter devant le tribunal du cadi le plus proche. Il n’est donc pas étonnant qu’ils aient pris du service quand l’occasion se présentait, fût-ce sur des bateaux pirates ou ennemis.

  • 65 Cf. Jennings, Christians and Muslims, p. 225-226.

24En tant que marins, ils jouissaient d’une grande facilité de mouvement, qui leur donnait de facto une grande indépendance : ce qu’avait pu faire Nikita de Nissiros, qui ramena vingt-cinq Vénitiens jusqu’en Crète, un rebelle anatolien aurait eu bien du mal à y parvenir. C’est aussi la présence de la mer, paradoxalement, qui permit à tant de personnes déportées à Chypre de s’évader pour regagner leurs provinces d’origine, malgré les ordres répétés de la Porte pour qu’il fût mis un terme à ce scandale : mais il n’était manifestement pas possible d’empêcher les bateaux croisant au large des côtes d’embarquer les candidats au retour65. Un bon exemple est celui du grave événement déjà mentionné dont se plaignait le mütevellî du vaf de Soliman le Magnifique à Rhodes dans l’hiver 1571-1572 :

  • 66 Evkâf-ı mezbûreden cezîre-i mezkûreye tâbi‘ İncirlü nâm cezîresi maḳṭû‘ın cem‘ étmek içün Mehmed nâ (...)

« Quand les susdits [le câbî Mehmed et ses assistants Musà et Mustafà], s’étant installés dans une maison à l’intérieur du fort de Nissiros, commencèrent à percevoir les arâc et les aspres, cinq ou six mécréants qui faisaient partie des immî de cette île mirent une embarcation à l’eau, vinrent [sur les lieux], tuèrent le susdit Mehmed et capturèrent les autres66. »

  • 67 On aura en effet remarqué que le document ottoman ne nomme pas les suspects.

25L’effet de surprise dut être total. Arrivés silencieusement par la mer, repartant de même, les assassins avaient pu frapper à coup sûr, avec la certitude de n’être ni rattrapés, ni même identifiés67. C’est cette même facilité qu’exploitaient ces Limniotes déjà évoqués qui allaient retrouver l’ennemi mouillant à Bozbaba. La mer était leur complice.

26Mais si les insulaires pouvaient tirer profit de l’eau qui les cernait, celle-ci les séparait du monde. C’est évidemment le fondement de ce fort sentiment de solidarité communautaire relevé par les spécialistes. On en a un bon exemple dans le cas du maḳṭû‘, dont la pratique impliquait la capacité de régler au mieux entre soi les affaires internes, sans intervention extérieure. C’était la face positive de l’insularité, dont les autorités ottomanes pouvaient se féliciter. Le revers de la médaille pouvait être l’application d’une loi du silence peu appréciée des pouvoirs publics. On conçoit la réaction scandalisée du sultan apprenant que des ennemis avaient pu passer dix jours à terre en Eubée avant que le sancabeg ne réagît (d’ailleurs efficacement) :

  • 68 İmdi küffâr-ı âksâr bu midâr zamân sancaguña gelüb oturub nâ-şâyeste areketler eyleye dai sen (...)

« Voyons, quand de vils mécréants viennent et restent si longtemps dans ton sanca et s’y livrent à des actes inadmissibles, et que tu ne t’informes pas et demeures insouciant, quel service de garde est-ce là68 ? »

  • 69 MDX-233 (expédié le 13 février 1572).

27Mais le malheureux beg, qui ne disposait que de quatorze sipahis69, ne pouvait apparemment pas compter sur les Grecs pour le renseigner spontanément. La suite de l’affaire de Nissiros exposée ci-dessus en dit d’ailleurs long : le mütevellî du vaf de Soliman le Magnifique à Rhodes fait savoir que

  • 70 oñradan cezîre-i mezbûre alından aleb olinduda arbî kâfir fıratası gelüb al‘e apusın bozub (...)

« par la suite, quand on a interrogé les gens de l’île en question, ils ont répondu qu’une fırata de mécréants ennemis était venue, et que c’était eux qui avaient endommagé la porte du fort, avaient pénétré, avaient tué le susdit [câbî] et capturé et emmené les autres. Seulement, outre qu’aucun membre de la population de cette île n’a subi de perte ou de dommage, les notables du vilâyet informent qu’il est de notoriété publique que ce sont les mécréants de cette île qui ont commis les méfaits en question70. »

  • 71 Eger bu fesâdları édenler cezîre-i mezbûre alından mu‘ayyen bir aç kimesne olub [...] ve eger mu (...)

28Ainsi non seulement les habitants de Nissiros couvrent collectivement les coupables au moyen d’une fable vraisemblable – qui une fois encore fait de la mer la complice des insulaires -, mais il semble même que tout l’archipel soit au courant. Sans la collaboration des principaux Rhodiens, qui ont intérêt à être en bons termes avec les autorités ottomanes, l’enquête n’aurait guère pu progresser. Du reste, au moment où nous nous situons, le sultan en est encore à se demander si les coupables sont quelques individus bien identifiés (mu‘ayyen) ou bien l’ensemble de la population71...

  • 72 Les passages qui suivent sont cités de Ẕekeriyyâzâde, Fera, f. 64 r°-65 r°, in Bombaci, « Le fonti (...)

29Une dernière conséquence de cette situation d’isolement et d’ouverture tout à la fois est que la fidélité des habitants des îles de l’Égée était régulièrement mise à rude épreuve. Pendant la belle saison – mais aussi à l’occasion en hiver – ils pouvaient voir débarquer pirates, corsaires, vaisseaux de la flotte ottomane ou au contraire ennemie. Pour se prémunir de ces surprises, des services de garde étaient bien prévus, au moins sur les grandes îles : Gilles Veinstein reviendra ici sur ce point. Mais il y aurait beaucoup à dire sur l’efficacité de ces dispositions. Il était parfois possible de s’enfermer dans le fort et de résister, mais le plus sage n’était-il pas, le plus souvent, de céder ? Ce n’était pas nécessairement de gaieté de cœur, comme le montrent les réactions des personnes rencontrées par la patrouille que Piyâle Paşa envoya dans l’été 1560 à la poursuite d’un célèbre corsaire ennemi72. Tous affirment : « Nous aussi avons entendu parler de ce dont vous avez été informés, mais nous n’avons rien vu. » Cette unanimité est suspecte, car dans le même temps,

« tous poussaient toutes sortes de louanges et de prières pour la continuation de la prospérité du pâdişâh refuge du monde, et se réveillaient les uns les autres, disant “Apprenez ce qui en est de notre fortuné pâdişâh, de nos beg et de nos soldats, et ce qu’ils supportent pour le confort du cœur des re‘âyâ et le bien-être des grands et des humbles ! Et voyez comment nos jeunes gens patrouillent avec les voiles semblables à des colombes dont les ailes sont la foi !” Et quand ils [nous] voyaient, ils pleuraient, présentant et répandant prières et louanges avec cent et mille cris et poussant d’innombrables clameurs. »

30Et les habitants de Cythère, après avoir juré eux aussi que le trop fameux Cigala n’était pas venu et que d’ailleurs ils ne se seraient pas laissés faire, ajoutent : « Soyez attentifs et ne laissez pas ces pays abandonnés ! » Malgré leurs dénégations désespérées, c’est donc un appel à l’aide que ces malheureux lançaient à la Porte dont, dans l’ensemble, ils ne demandaient pas mieux que d’être les fidèles sujets.

  • 73 MD VII-2 (enregistré le 18 décembre 1568).
  • 74 MD VII-1780 (expédié le 19 juillet 1568) ; XVI-94 et 655 (expédiés les 15 et 19 novembre 1571) ; XV (...)
  • 75 MD V-1280 ; VI-1059 ; XXI-495 ; XXVIII-588.
  • 76 MD XVI-94, 214, 305, 655; XIX-5, 196, 506, 690.

31Mais le sultan avait-il les moyens d’assurer sur mer la pax ottomanica ? Lui-même avait conscience des limites du contrôle qu’il pouvait exercer sur certaines îles : ainsi, quand la décision est prise en décembre 1568 d’exploiter le salpêtre de Samos – à cette date non encore repeuplée, il est vrai – il doit ordonner au bey de Siğacik de fournir une alia pour assurer l’approvisionnement et la sécurité des hommes73. Maintenir l’ordre et assurer la répression est une question de moyens et de mobilité. Le cas de Limnos est édifiant. Les Ottomans y étaient implantés depuis longtemps. Il s’y trouvait un cadi et une garnison. Néanmoins, quand il s’agissait de réprimer à la suite d’une affaire de trahison ou de mettre au pas le fils d’un homme de garnison, le dizdâr se tournait vers le pouvoir central qui en chargeait le kapûdân paşa ou le bey de Mytilène74. Parfois, dans les firmans exploités ici, l’ordre de régler l’affaire est donné aux beys des principales îles voisines disposant d’une escadre (Rhodes, Mytilène)75. Mais toute une série d’ordres en 1572 confie au apûdân paşa le soin de faire le nécessaire quand la campagne maritime l’amènera à passer par Andros, Limnos, Naxos, Santorin et les Cyclades de façon générale76... Il va de soi que ceci implique un grand décalage entre le crime et la répression. La souveraineté ottomane n’en était pas pour autant contestée. Mais le lien qui rattachait le sultan à ses sujets égéens, en dehors du moins des plus grandes îles, était nécessairement assez lâche.

  • 77 Slot, Archipelagus Turbatus, p. 24.

32Dans l’introduction de son Archipelagus turbatus, B. J. Slot constatait : « Les Turcs n’éprouvèrent qu’un besoin assez vague de maintenir l’ordre dans le bassin égéen après en avoir conquis les îles77. » La lecture des documents ottomans montre que ce jugement est injuste, en tout cas pour la période traitée ici : que ce soit dans les Cyclades étudiées par B. J. Slot, dans le Dodécanèse ou dans les Sporades, le divan se préoccupait de maintenir l’ordre et d’affirmer sa souveraineté. Mais la mer lui compliquait la tâche.

*

  • 78 Cf. le cas de Limnos, dont le revenu fiscal servait à entretenir la garnison locale (Lowry, « The i (...)

33Dans ces conditions, peut-on considérer les îles de l’Égée comme des territoires ottomans au sens plein ? Les îles les plus importantes, où étaient installées des garnisons et des populations musulmanes, devaient être approvisionnées et défendues, et pouvaient peut-être parfois coûter de ce fait plus cher qu’elles ne rapportaient78. Pourtant, malgré la présence de représentants de l’autorité centrale, on a vu que les populations demeuraient à l’occasion confrontées à un problème de double allégeance. A fortiori, on peut souligner la distance mentale et morale autant que physique qui séparait le sultan de ses sujets dans la plupart des autres îles, avec qui il n’avait que des contacts épisodiques.

34Il est vrai qu’on pourrait en dire autant de bien des villages isolés des territoires continentaux de l’Empire. Mais ces phénomènes paraissent accentués dans le contexte insulaire.

  • 79 Il en va ainsi de l’ensemble des Cyclades étudiées par B. J. Slot, mais aussi, par exemple, de Patm (...)
  • 80 Cf. Lowry, « The island of Limnos », p. 249: Limnos was an Ottoman island, but in recognition of th (...)

35La Porte choisit – comme toujours – d’agir au cas par cas. Le plus souvent, ce fut pour laisser une large autonomie locale aux insulaires, non seulement dans des îles où le pouvoir n’avait pas de représentant79, mais même à Limnos où elle disposait d’un ubaşi80. Une gestion directe centralisée eût été excessivement lourde : il était naturel que, comme Venise ou Gênes, l’Empire ottoman n’adoptât pas cette solution. Cette situation a pu se traduire par une forme de protectorat sanctionné par un ‘ahdnâme. Mais il serait certainement erroné d’accorder une trop grande signification à ceci. Sans doute, les petites îles ne constituaient-elles, d’un point de vue stratégique, qu’un glacis qu’il suffisait de contrôler de loin, mais l’analyse du vocabulaire montre que du point de vue de la Porte, leurs habitants, latins ou grecs, (anciens) seigneurs ou simples citoyens, étaient des sujets de la Porte.

36De leur côté, ces immî se trouvaient dans une situation difficile, déchirés qu’ils pouvaient être entre des fidélités contradictoires héritées d’un passé souvent proche et imposées par l’insularité même qui les maintenait en contact parfois forcé avec les Latins. Pourtant, pour la période couverte par cette contribution en tout cas, les multiples petits scandales qu’on peut relever ne doivent pas occulter la réalité de l’insertion au total sans douleur des îles dans le système ottoman, insertion plutôt favorisée que contredite par le renforcement de l’hellénisation et la pratique d’une assez grande autonomie locale.

Bibliographie

Sources d’archives

MD : Archives du Başbakanlık (Istanbul), fonds Mühimme defterleri.

Ouvrages cités

Akgümdüz (Ahmed), Osmanlı kanunnameleri ve hukukî tahlilleri, 9 vol. , Istanbul, 1990-1996.

Argenti (Philip P.), Chius Vincta or the Occupation of Chio by the Turks (1566) and their Administration of the Island (1566-1912), Cambridge, 1941.

Bombaci (Alessio), « Le fonti turche della battaglia delle Gerbe (1560) », Rivista degli Studi Orientali, XIX, 1941, p- 193-248 ; XX, 1942-43, p. 279-304 ; XXI, 1945-46, p. 189-218. URL : URL: http://www.jstor.org/stable/41863935.

Demetriades (Vassili), « Piracy and Mount Athos », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 349-356.

Faroqhi (Suraiya), « Political activity among Otttoman taxpayers and the problem of sultanic legitimation (1570-1650) », Journal of the Economic and Social History of the Orient, XXXIV, 1992, p. 1-39; repr. in Eadem, Coping with the State. Political Conflict and Crime in the Ottoman Empire. 1550-1720, Istanbul, 1995, p. 13-41.

Faroqhi (Suraiya), « Political tensions in the Anatolian countryside around 1600 – An attempt at interpretation », in J.-L. Bacqué-Grammont et al. (éd.), Türkischen Miszellen. Robert Anhegger Festschrift, Armağanı, Mélanges, Istanbul, 1987, p. 117-130; repr. in Eadem, Coping with the State. Political Conflict and Crime in the Ottoman Empire. 1550-1720, Istanbul, 1995, p. 85-98.

Fodor (Pal), « The organisation of the defence in the eastern Mediterranean (end of the 16th century) », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 87-94.

Galanté (Avram), « Don Salomon Aben Yaeche duc de Mételin », in Id., Histoire des juifs de Turquie, Istanbul, 1985, IX, p. 19-40.

Jennings (Ronald), Christians and Muslims in Ottoman Cyprus and the Mediterranean World, 1571-1740, New York – Londres, 1993, p. 360-375.

Kiel (Mahiel), « Central Greece in the Suleymanic age, preliminary notes on population growth, economic expansion and its influence on the spread of Greek Christian culture », in G. Veinstein (éd.), Soliman le Magnifique et son temps, Paris, 1992, p. 399-424.

Lowry (Heath), « The island of Limnos. A case study on the continuity of Byzantine forms under Ottoman rule », in A. Bryer et H. Lowry (éd.), Continuity and Change in Late Byzantine Ottoman Society, Birmingham – Dunbarton Oaks, 1986, p. 235-259.

Miller (W.), The Latins in the Levant, Londres, 1908.

Miller (W.), « Two letters of Giovanni IV Duke of the Archipelago », Byzantinische Zeitschrift, 17, 1908, p. 463-470. DOI :10.1515/byzs.1908.17.2.463.

Pègues (Abbé), Histoire et phénomènes du volcan et des îles volcaniques de Santorin, Paris, 1842.

Ṣafvet, « Naḳşa (Nâḳsôs) duḳalığı, Kiḳlâd ataları », Ta’rî-i ‘Osmânî Encümeni Mecmu‘âsı, 23, 1er-14 décembre 1913, p. 1444-1457.

Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », Ta’rî-i ‘Osmânî Encümenî Mecmu‘âsı, 16, 1er-14 octobre 1912, p. 982-993.

Slot (B. J.), Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c. 1500-1718, 2 vol. , Istanbul-Leyde, 1982.

Vatin (Nicolas), « Deux îles à la dérive : Samos et Icaria entre 1475 et 1572 », in C. Heywood et C. Imber (éd.), Studies in Ottoman History in Honour of Professor V. L. Ménage, Istanbul, 1994, p. 339-349.

Vatin (Nicolas), « L’Empire ottoman et la piraterie en 1559-1560 », in E. Zachariadou (éd.), The Kapudan pasha. His Office and his Domain, Rethymnon, 2002, p. 371-408.

Vatin (Nicolas), L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Paris-Louvain, 1994.

Vatin (Nicolas), « Une affaire interne. Le sort et la libération des personnes de condition libre illégalement retenues en esclavage sur le territoire ottoman (xvie siècle) », Turcica, XXXIII, 2001, p. 149-190. DOI : 10.2143/TURC.33.0.485.

Vatin (Nicolas) et Veinstein (Gilles), « “Une bonté unique au monde”. Patmos et son monastère, havre des musulmans en péril (1625-1636) », à paraître, Turcica, XXXV, 2003. DOI : 10.2143/TURC.35.0.578735.

Vatin (Nicolas) et Veinstein (Gilles), « Trois documents signés du şehzâde Muṣṭafà b. Süleymân conservés au monastère de Patmos », Σύμμεικτα, XII, 1998, p. 237-269. URL : http://dx.doi.org/10.12681/byzsym.855.

Zachariadou (Elizabeth), « Monks and sailors under the Ottoman sultans », Oriente Moderno, XX (LXXXI) n.s. 1, 2001 (« The Ottomans and the Sea », sous la direction de K. Fleet), p. 139-147. URL : http://www.jstor.org/stable/25817749.

Zachariadou (Elizabeth), « Συβολὴ στὴν ἱστορία του voτιοανατoλικoũ Αἰγίαου (με ἀφορμὴ τὰ πατμιακά Φιρμόvιa των ἐτων 1454-1522) », Σύμμεικτα, I, 1966, p. 184-230. URL : http://dx.doi.org/10.12681/byzsym.559.

Zachariadou (Elizabeth), « The sandjak of Naxos in 1641 », in C. Frazer et K. Schwarz (éd.), Osmanistik, Turkologie, Diplomatik: Festgabe an Joseph Matuz, Berlin, 1992, p. 329-342.

Notes

1 Cf. Vatin, « Deux îles à la dérive ».

2 Cf. MD VI-252, publié par Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450.

3 Cf. Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989.

4 Cf. Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989-990 : Naşa cezîrelerinde kefere arasında bölük alından veġayrîden ba‘-ı kimesneler hâliyâ üreyüb temekkün édüb anda olan re‘âyâyi dâ’imâ te‘cîz édüb fesâd ve şenâ‘atdan âlî olmadukları mukaddemâ i‘lâm olindukda anuñ gibi müslimânlardan cemâ‘at-ı kesîre ile mescid olmayub kefere arasına varub tavattün édüb fesâd üzre olanlaruñ ref‘ olınmaları içün ükm-i serîfüm gönderilmegin. Précisons que cet ordre n’avait guère été entendu et que la suite du document (émis le 12 mars 1568) commandait au kapûdân paşa Piyâle Paşa de s’occuper à nouveau de l’affaire. B. J. Slot a déjà remarqué (Archipelagus Turbatus, p. 91-92) que par cet ordre la Porte « arrête fermement l’avant-garde d’une colonisation musulmane et d’une intégration totale dans le système administratif de l’Empire ottoman ».

5 Archipelagus Turbatus, p. 94 sq.

6 ‘Ahdnâme-i hümâyûnum-la tasarrufında olan Pârôz ve sâ’ir cezîreler (MD V-1280, enregistré le 23 mars 1566). Cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 73 sq.

7 Cf. afvet, « Naşa », p. 1448.

8 Les clauses consenties aux Chiotes en 1567 ne semblent pas avoir le caractère exceptionnel qu’y voyait Argenti, Chius Vincta, p. CXXXVII sq. et 18 sq.

9 MD XXIV-744, p. 297, publié par Vatin, « Une affaire interne », p. 186 sq.

10 Cf. Pègues, Histoire et phénomènes, p. 609 sq. D’après ce texte, Jérôme Sommaripa, Bartholomée Chlalis et Michel Pancolos, venus à la Porte au nom des îles, y avaient rapporté que lors de leur soumission, les chrétiens avaient désigné un chrétien pour les gouverner (apparemment Giacomo Crispi). À sa mort, « la dîme avait été donnée, de leur agrément, au juif Joseph. »

11 MD V-1280.

12 Cf. la plupart des documents publiés par Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî ».

13 Naşa cezîreleri âbıı olan dua nâm â’in (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 990). On peut rappeler à ce propos le cas d’un autre juif portugais, Alvaro Mendes, alias Salomon Aben Yaeche, qui se présentait, dans sa correspondance avec la couronne d’Angleterre, comme « duc de Mytilène » (cf. Galanté, « Don Salomon Aben Yaeche »). En fait, ce personnage qui tirait apparemment de Lesbos de gros revenus à titre d’affermataire des impôts, ne pouvait pas avoir, dans cette île qui abritait un sancakbeg ottoman, un pouvoir quasi souverain comparable à celui du duc de Naxos. Du reste, je n’ai pas connaissance de documents ottomans lui attribuant ce titre de « duc ». Faut-il néanmoins comprendre qu’il n’avait chez les Ottomans qu’une signification assez floue et finalement fiscale ? Il est plus vraisemblable que Salomon, juif et fermier fiscal comme Joseph Naci, souhaitait réhausser son prestige en se donnant le même titre qui avait réellement été donné à ce dernier.

14 abında olan cezîreler (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 989) ; ab eyledügi cezîreler (ibid.) ; Naşa cezîreleri zâbıtı olan (ibid., p. 990) ; cezîre-i mezbûre zâbıtı olan (MD XIX-5).

15 Naşa begi olan Yâsif (MD XIX-690).

16 Cf. afvet, « Naşa », p. 1456.

17 Cf. afvet, « Yûsuf Nâsî », p. 988.

18 Sifnôs cezîresine mutaarrıf olan dârende Niôlâ: MD VI-1059 et afvet, « Naşa », p. 1449-1450

19 MD VI-252 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450.

20 Cf. MD VI- 252, 1059, X-274 ; Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 988, 990, 992...

21 Memâlik-i mahrûsem re’âyâlar (Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 992).

22 Cf. Miller, « Two letters of Giovanni IV ». Dans une lettre du 10 novembre 1563, le duc rapporte que le patriarche est allé se plaindre au grand-vizir che non li pare va nè giusto nè honesto che queste isole fossero sugette al Pontefice Romano, essendo noi sudditi al Gran Signore Turco (p. 468).

23 MD VI-1059, Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1449-1450.

24 Ibid.

25 Cf. Miller, The Latins in the Levant, p. 632.

26 Ibid.

27 MD V-1280. On notera que Giacomo Crispi devait être dépossédé de son duché lors de la campagne maritime dirigée par Piyâle Pasa cette même année 1566. Faut-il conclure de notre document que la prise en main des Cyclades fut une improvisation du dernier moment, ou que la Porte cherchait à tromper la vigilance de Giacomo ?

28 MD XIX-690, expédié en août 1572.

29 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 90

30 MD XIX-5.

31 MD VI-252 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450 ; cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 84 sq. Andros, du reste, fut annexée aux îles du duché de Naxos attribué à Joseph Naci.

32 Cf. plusieurs des documents publiés par Zachariadou, « Συμßολἡ στἡv ἱστορία τοũ voτιοανατoλικoũ Αἰγιαοίυ » ; Vatin et Veinstein, « Trois documents », p. 242-244.

33 Cf. une série de documents des années 1450-1455 publiés par Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1450-1455.

34 Cf. MD XVI-102 (du 29 mai 1572).

35 MD VII-1569 et Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1453.

36 Bénéficiant encore du régime du maḳṭû‘ en 1529, ils n’étaient plus dans ce cas en 1534 : cf. Akgündüz, Osmanli kanunnameleri, t. II, p. 393 ; t. V, p. 403-404.

37 Defter édüb gönderesin dai şer’va‘ olınma-mı veyâ-ûd arâclari maḳṭû’olınma-mı enfa’-dur ali-ile ma’lûm olınub (Ṣafvet, « Naḳşa », p. 1455).

38 Cf. Zachariadou, « The sandjak of Naxos ».

39 MD XVI-456 (du 26 janvier 1572). Pour le duché de Naxos, cf. supra.

40 Cf. Faroqhi, « Political tensions », p. 94 sq. de l’édition de 1995. Les collecteurs d’impôts pouvaient également être assassinés en Anatolie : cf. Ead., « Political activity », p. 21 de l’édition de 1995.

41 Cf. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 89; Miller, The Latins in the Levant, p. 643.

42 Le rapport vénitien de 1563 précédemment évoqué prétendait que déjà Giacomo IV de Naxos ne régnait qu’en apparence, ses sujets n’hésitant pas à se plaindre de lui lors du passage de la flotte ottomane (cf. Miller, The Latins in the Levant, p. 633).

43 Ṣafvet, « Yûsuf Nâsî », p. 990.

44 Cf. Fodor, « The organisation of the defence », p. 93 ; Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, p. 113 sq. Sur le cas un peu particulier des monastères orthodoxes de l’Égée, en général respectés par les puissances en présence, et qui jouaient un jeu un peu ambigu, cf. Zachariadou, « Monks and Sailors », p. 144-146 ; Demetriades, « Piracy and Mount Athos » ; Vatin et Veinstein, « “Une bonté unique au monde” ». Sur la collaboration des riverains ottomans avec des pirates musulmans, cf. Vatin « L’Empire ottoman et la piraterie », p. 392 sq.

45 MD X-159, XIX-142.

46 MD X-274.

47 MD XII-1058 (expédié le 21 mars 1572). Un ordre au bey d’Elbasan expédié le 21 mai de la même année (MD XIX-31) montre du reste que la coopération avec l’ennemi vénitien était également pratiquée sur le rivage de l’Adriatique, ce qui n’est pas très surprenant. Ce qui est plus remarquable est que le coupable était sans doute juif, puisqu’il se nommait Maza.

48 İskâtôz âzîsına üküm ki İstimâd veled-i Dovârd nâm immî muaddemâ Firengistâna ulaġuzlu eyledi déyü istimâ‘ olınduda teftîş édüb ihiyârı-ile-mi varub ulaġuzlu eylemişdür yosa güc-ile-mi alınub ulaġuzlu étdürilmiş-dür déyü gönderilen ükm-i hümâyûnum mûcibince hâlâ teftîş édüb südde-i sa‘âdetüme gönderdügün sûret-i sicillde meşkûk onılub ve mev’il üzre taarru‘ olınduġı ecilden yine huû-ı mezbûr teftîş olınmasın emr édüb... (MD XXVII-971). On aura remarqué que le père (qui était venu demander justice à la Porte et revint avec l’ordre en question) porte un nom latin et le fils un nom grec...

49 Cas déjà cité d’Andros en 1564 (MD VI-252) ; Eubée en 1572 (MD X-274, XII-1058) ; Limnos en 1572 (MD XVI-305) ; Nissiros en 1583 (MD LI-55).

50 MD X-299 ; XII-1058 ; XVI-94 et 655 ; XVI-214 ; XIX-5, 86.

51 MD X-274 (Ôrôz nâm köhne kal‘eye gelüb re‘âyâ ile on kerre mikdârı leyl ü nehâr ‘işret édüb).

52 MD XVI-305 (üç dört gün bile yiyüb içüb), 655 (ikr olan küffâr gemisinde yiyüb içüb)

53 MD XVI-94, 655.

54 MD XVI-214 (ordre expédié le 26 mars 1572).

55 MD XIX-506.

56 MD XXI-495 (ordre expédié le 11 mars 1573).

57 Ce n’est pas un anachronisme : un ordre expédié le 12 février 1572 utilise le mot iyânet à propos de villageois du aâ d’İzdin (Lamia) qui avaient spontanément livré un mültezim et deux de ses agents à un homme envoyé par trois galères vénitiennes (MD X-210). Le dizdâr de Limnos emploie le même mot (MD XVI-305).

58 Ve içlerinden Pâpâ Dîmitrî götüri memleket baña tâbi‘-dür şimdi az gemi ile geldüñuz, ve hem duyılduñuz ammâ kâfirlerüñ küfrinde yigirmi pare gemi ile gelüñ ben size iârı alıvérin baña da bir küllî timar vérüñ déyü ittifâk édüb (MD XVI-305).

59 L’ordre faisant suite à l’affaire fut expédié le 7 avril 1572.

60 attaviyya re‘âyâsindan begçi ta‘yîn olınan iki nefer re‘âyâ nâ-bedîd olub Ispânyâ apûdânı Rodôs metrôpolîdine mektûb gönderüb hafiyyeten al‘eyi tecessüs eyledüklerin ve gönderilen mektûb ‘ayni ile irsâl olınduġın ve fırkata ile gelen âdemlerin Degirmenci Manôl nâm immîye...[mot non déchiffré : ‘örf ?] olınub küffâruñ fikr-i fâsidleri ne olduġın takrîr eyledüklerin ve iâr büyük al‘e olub cenkci alîl olduġın bildürmiş-sin (MD XIX-86).

61 Küffâr-ı âksâr Rodôs re‘âyâsına mektûblar gönderüb ‘an karîb cezîre-i mezbûrenüñ üzerine varılmak mukarrer-dür ehl-i islâma arâcuñuz vérmeyesin déyü tenbîh eylemegin re‘âyâ henüz ‘uhdelerine edâsi lâzım olan arâcların vérmedüklerin (MD XIX-102).

62 Rappelons les tentatives évoquées plus haut de Giacomo Crispi à Naxos au lendemain de son éviction. Sur des affaires dans le Dodécanèse dans la décennie qui suivit la conquête de Rhodes en 1522, cf. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, p. 368-371 et 532-537. Sur les soulèvements à Chypre après la conquête de 1571, cf. Jennings, Christians and Muslims, p. 360-375.

63 Cf. MD X-274, 299. À cette époque, deux monastères dédiés à Saint-Nicolas sont attestés en Eubée. Dans le cas précis, il s’agit de Saint-Nicolas de Galataki, puisque les événements décrits par l’ordre n° 299 se passent au nord de l’île. De fondation récente, ce monastère avait obtenu le droit de construire une tour pour se défendre contre les pirates... Cf. Kiel, « Central Greece », p. 412 sq. En revanche, je ne trouve pas mention d’un monastère de Saint-Athanase dans l’article de Mahiel Kiel. Il existe une localité du nom de Saint-Athanase dans le centre de l’île, à quelques kilomètres de Sténi. C’est un village reculé en pleine montagne, qui ne semble pas abriter de monastère aujourd’hui (cf. Grèce, collection « Les Guides bleus », Paris, 1956, p. 330). A Rhodes également, les moines paraissent avoir joué un rôle dans le complot de 1572, comme le montre l’ordre de répression du 25 mai quand il précise : « Tu puniras ces fauteurs de trouble, que ce soit le métropolite, les intermédiaires ou les autres acteurs, les uns dans le monastère, les autres là où on les aura trouvés, de manière à ce que cela serve d’exemple et de leçon aux autres mécréants. » (MD XIX-86 : ol ehl-i fesâdı eger metrôροlîd-dür ve eger vâsıta olanlar-dur ve eger ġayrî mübâşirler-dür kimin keşişânede ve kimin çıkduġı yerde bir vech-le siyâset eyleyesin ki sâ’ir kefereye mûcib-i ‘ibret ve naîat vâkı‘ ola).

64 Cf. cette conclusion de Ronald Jennings à propos de Chypre (Christians and Muslims, p. 368): To me, the internal situation seems to have been rather quite. Although popular feeling may sometimes have supported insurrection, there is precious little evidence of any successes. Il me semble qu’on pourrait en dire autant de l’ensemble des îles de l’Égée au xvie siècle.

65 Cf. Jennings, Christians and Muslims, p. 225-226.

66 Evkâf-ı mezbûreden cezîre-i mezkûreye tâbi‘ İncirlü nâm cezîresi maḳṭû‘ın cem‘ étmek içün Mehmed nâm câbî ile Musà ve Muafà nâm âdemlerin irsâl eyleyüb mezbûrlar al‘e-i İncirlü içinde bir eve konub arâcları ve açeleri cem‘ine mübâşeret étdüklerinde cezîre-i mezbûre immîlerinden beş altı nefer kâfirler bir andâl donadub gelüb mekûr Mehmedi atl ve mekûrânı giriftâr édüb... (MD XVI-456).

67 On aura en effet remarqué que le document ottoman ne nomme pas les suspects.

68 İmdi küffâr-ı âksâr bu midâr zamân sancaguña gelüb oturub nâ-şâyeste areketler eyleye dai sen aber almayub ġaflet üzre olmak nice muhâfaża-dur ? (MD X-274, expédié le 20 mars 1572).

69 MDX-233 (expédié le 13 février 1572).

70 oñradan cezîre-i mezbûre alından aleb olinduda arbî kâfir fıratası gelüb al‘e apusın bozub gelüb mebûrı atl édüb ve mekûrânı esîr édüb alub gitdiler déyü cevâb vérüb ma‘-heâ ki cezîre-i mekûre alından kimesneye zarar ve güzend érişmeyüb ve a‘yân-ı vilâyet ikr olınan fesâdları cezîre-i mezbûre keferesi étdügi şâyi‘ olduġın aber vérdüklerini bildürdi (MD XVI-456).

71 Eger bu fesâdları édenler cezîre-i mezbûre alından mu‘ayyen bir aç kimesne olub [...] ve eger mu‘ayyen olmayub cümlenüñ ittifâki-ile olmiş ise... (ibid.).

72 Les passages qui suivent sont cités de Ẕekeriyyâzâde, Fera, f. 64 r°-65 r°, in Bombaci, « Le fonti turche » (XXI, p. 209-210).

73 MD VII-2 (enregistré le 18 décembre 1568).

74 MD VII-1780 (expédié le 19 juillet 1568) ; XVI-94 et 655 (expédiés les 15 et 19 novembre 1571) ; XVI-305 (expédié le 7 avril 1572).

75 MD V-1280 ; VI-1059 ; XXI-495 ; XXVIII-588.

76 MD XVI-94, 214, 305, 655; XIX-5, 196, 506, 690.

77 Slot, Archipelagus Turbatus, p. 24.

78 Cf. le cas de Limnos, dont le revenu fiscal servait à entretenir la garnison locale (Lowry, « The island of Limnos », p. 238, 242). Sur cette question, cf. dans ce volume les remarques de Vera Costantini et de Gilles Veinstein.

79 Il en va ainsi de l’ensemble des Cyclades étudiées par B. J. Slot, mais aussi, par exemple, de Patmos où le sultan ne prenait pas la peine de faire une différence entre les laïcs et les moines du monastère de Saint-Jean : « L’autonomie accordée de facto à l’île conférait au monastère le soin d’assurer plus ou moins la gestion locale et la répartition des impôts, et faisait de l’hégoumène le représentant de tous les insulaires auprès des autorités. Nommé au patriarcat d’Istanbul s’il faut en croire Pîrî Re’îs, c’était sans doute un homme à qui la Porte estimait pouvoir se fier » (Vatin et Veinstein, « Trois documents », p. 251).

80 Cf. Lowry, « The island of Limnos », p. 249: Limnos was an Ottoman island, but in recognition of the fact that its populace were non-Muslims who supported Ottoman rule, the Ottoman rule consisted of little more than collecting taxes. Actual administration was in the hands of its traditional religious and secular authorities.

Auteur

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540