Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Autres modèles méditerranéens

« L’Isola di Candi a, piu d’ogn’altra lontana »

Aspects matériels et culturels de l’insularité en Crète à la fin de la période vénitienne (1570 env. - 1669).

Michel Lassithiotakis

Texte intégral

1Dans cette étude qui s’écarte quelque peu du thème commun des articles présentés dans ce volume, puisqu’il y sera question de la Crète au cours du siècle qui précède l’achèvement de la conquête ottomane, nous nous efforcerons, après avoir tenté de définir et de mesurer les incidences matérielles de l’insularité sur l’évolution, durant cette période, des rapports de la Crète avec Venise, de mettre en évidence les liens qui ont pu se nouer ou se maintenir entre, d’une part, la condition insulaire et ses implications matérielles ou culturelles et, de l’autre, la permanence, au sein de la population crétoise – qu’il s’agisse des colons, récemment ou anciennement installés dans l’île, ou des autochtones – d’un sentiment d’appartenance à une communauté ethnique, religieuse, aussi bien que linguistique ou plus largement culturelle.

2L’enquête menée aura donc plus précisément pour fin de répondre aux questions suivantes : que signifie l’insularité pour l’autorité politique et administrative vénitienne, métropolitaine ou locale, et quelles attitudes caractéristiques à l’égard de cette autorité induit-elle parmi la population de l’île ? Dans quelle mesure et de quelle manière les liens historiques que la Crète conserve, jusque fort tard pendant la « Vénétocratie », avec Constantinople et le Patriarcat, mais aussi bien ses relations culturelles, qui se font dans le même temps plus étroites, avec le monde vénitien, sont-ils conditionnés par l’insularité ? Quel rôle enfin cette insularité joue-t-elle dans les mouvements ou les aspirations « autonomistes » dont quelques indices sporadiques suggèrent qu’ils continuent de marquer l’histoire de l’île pendant la période qui nous occupe ?

  • 1 Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 235-237 ; Maltezou, « Ἡ καθημερινἠ ζωή (...)

3Nous tenterons d’aborder ou de poser à nouveau, après d’autres, ces questions, non sans avoir auparavant rappelé l’obstacle fondamental, lié à la nature de la plupart des documents exploitables, auquel se heurte, d’une manière très générale, l’histoire de la culture et des mentalités en ce qui regarde la Crète vénitienne : la majeure partie de notre information provient – quelques travaux récents et à cet égard novateurs, dus en particulier à Nikos Karapidakis et à Chrysa Maltezou, sont opportunément venus insister sur ce point1 – des archives vénitiennes, et c’est à travers le prisme assurément déformant que constitue le point de vue des gouvernants, que l’on est le plus souvent réduit à tenter d’entrevoir celui des gouvernés.

  • 2 Spanakis, Mνημεĩα, t. II (« Francesco Moresini, provveditore generale et ingegner nel Regno di Cand (...)
  • 3 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne » ; Iliadou, « La Crète sous la domi (...)

4Afin de compenser quelque peu ce déséquilibre, nous fonderons pour l’essentiel notre enquête sur l’utilisation simultanée d’une série de rapports vénitiens – relations de ducs de Crète et de provéditeurs généraux – des années 1580-16602, et d’un ensemble de récits de voyages de la même période3, lesquels portent certes, et par définition, sur la Crète un regard étranger, mais dont les auteurs ne se trouvent pas impliqués dans la relation de dominants à dominés, de gouvernants à sujets, qu’entretiennent les dignitaires vénitiens tant avec les colons qu’avec la population grecque.

  • 4 Voir notamment : Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 188 (dans la première moitié du xve siècle, les (...)

5Le premier et principal facteur d’isolement de la Crète est clairement, aux yeux des provéditeurs, la distance qui la sépare de Venise : si l’on se fonde conjointement sur les évaluations de Freddy Thiriet et sur les renseignements fournis par les récits de voyage, trois à cinq semaines environ sont nécessaires, pendant cette période, pour rejoindre l’île depuis la Métropole4.

6Le duc de Crète Zuane Sagredo est le premier, dans son rapport de 1604, à souligner sans ambages, pour les déplorer, les conséquences politiques de cette situation :

  • 5 […] Io stimo si come credo che faci ogn’altro, che l’haver fortezze e stati, et marine in paesi lon (...)

Je pense, dit-il, comme le ferait n’importe qui d’autre, que détenir des états, des forteresses dans des contrées éloignées de milliers de milles, et situées dans la gueule de l’ennemi, sans être sûr de pouvoir approvisionner la population et l’armée, équivaut à ne rien avoir, pour ne pas dire plus5

  • 6 […] Dico che ella è posta quasi nel mezo del Mediterraneo, distante poco meno che egualmente dall’A (...)
  • 7 […] perche in vero sono tante le spiaggie dell’lsola commode al disbarco, et tanti li Porti, et rid (...)

7Le provéditeur général Benetto Moro avait fait à vrai dire, deux ans plus tôt, un constat semblable, mais dont les conclusions étaient sensiblement plus rassurantes : « Située au milieu presque de la Méditerranée, à distance à peu près égale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Europe », note-t-il dans le préambule géographique obligé de sa relation, « la Crète est aussi éloignée des attaques ennemies que des secours de la République », mais c’est pour prendre soin de préciser un peu plus loin que, grâce à Tinos et à Cythère, « le regard de la Crète porte jusque dans l’archipel », et peut ainsi surveiller les galères qui viendraient de Constantinople, aussi bien que celles qui partiraient du cap Maléa, au sud-est du Péloponnèse6. Les fâcheuses conséquences – conséquences stratégiques, administratives et économiques – de cet éloignement, sont du reste aggravées, note encore B. Moro, par la taille de l’île, dont il serait ardu et coûteux de protéger tout le périmètre, et dont les villes principales sont trop distantes les unes des autres pour pouvoir se porter rapidement un secours mutuel7.

  • 8 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Γενίκοũ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 374-375, en particulier p. 374 (...)
  • 9 Voir Benzoni, « Morire per Creta », p. 159-160.

8En 1639, le provéditeur général Civran se plaint de ce que la trop longue distance ne permette pas l’envoi rapide de mercenaires8, et dans le débat mouvementé qui se tient en 1657 devant le Sénat de Venise et oppose notamment Bertucci Valier, le doge, partisan d’un accord, à Giovanni Pesaro, procurateur de Saint-Marc et lui-même futur doge, qui se montre au contraire favorable à la poursuite de la guerre, la question de la distance, et donc du coût de la défense et de l’acheminement de vivres en quantité suffisante, occupe une place centrale9.

  • 10 Voir principalement Greene, « Ruling an Island », p. 194, 198, 199; Ead., Christians and Muslims, p (...)
  • 11 Cf. ibid., p. 50-52; Detorakis, Ίστορία τς Κρήτηικς, p. 206-207; Maltezou, Κρήτη, p. 54-55; Ead. (...)
  • 12 Benzoni, « Morire per Creta », p. 156; cf. Greene, Christians and Muslims, p. 65-66.

9Car l’un des premiers inconvénients que présente une possession trop lointaine est celui de son approvisionnement10, tout particulièrement à une époque où la population de la Crète croît fortement et presque continûment (160 000 habitants en 1571, 208 000 en 1589, 192 000 en 1627, 254 000 en 1639, 287 000 en 1644)11, du fait notamment de l’installation massive de forces militaires : on compte dans l’île, à la veille de la guerre, un soldat pour quarante-sept habitants12.

  • 13 Voir en particulier Greene, « Ruling an Island », p. 197-198 ; Ead., Christians and Muslims, p. 62, (...)

10L’une des questions qu’abordent régulièrement dans leurs rapports les provéditeurs de la seconde moitié du xvie siècle et du xviie, est celle de l’autosuffisance de la Crète en céréales – autarcie à laquelle il est impératif de pourvoir, afin d’assurer son autonomie en cas de conflit. Cette préoccupation est à replacer dans le contexte plus large de l’extension spectaculaire que connaît, tout au long du xvie siècle, la viticulture au détriment du blé13.

11Ainsi Sagredo attire-t-il en 1604 l’attention du Sénat sur la difficulté qu’éprouve l’île à nourrir ses habitants, et en particulier ses soldats et ses galériens :

  • 14 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 520 ; cf. en outre, sur la question (...)

[...] havendo particolarm.te usato ogni maggior diligentia, accio in a.no penurioso come e stato il passato in quel Regno, quei poveri populi et militie, habbino senza pero agravio d’alcuna qualita di persone abondantia di viver di tutte le cose [...]14.

12La solution provisoire qui consiste à importer des céréales de régions voisines sous domination ottomane est précaire et dangereuse, souligne en 1610 Dolfin Venier, puisqu’à tout moment un blocus, ou l’intensification de la piraterie, peuvent en compromettre l’efficacité :

  • 15 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ », p. 329-330. Les mêmes préoccupations re (...)

Quanto al formento, grano più necessario al vivere, non supplendone l’Isola per tutta l’anno, conviene estrazeme dalli Paesi del Sr Turco, et quando non si farà un deposito nel Regno per li bisogni, che potessero occorere, al sicuro venirà a ridursi spesso in statto di qualche strettezza importante ; poi che il consumo è grande, cosὶ per l’uso del Regno, come delle militie, et dei biscotti per le galee, il raccolto è dubbio, et scarso per le cose ordinarie, et nell’ incontro di qualche necessità, quando massime succedesse in congiuntura travagliosa, si perderebbe il sussidio dell’estrattione, et riusciria più grave il bisogno per l’accressimento di quel numero di gente che la Sertà Vostra sarebbe necessitata mantener per sicurtà, et conservatione del Regno15.

  • 16 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 598 (cf. p. 548).
  • 17 Voir Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάννη Σαγκρέντο », p. 527-531 ; cf. en outre Arbel, (...)

13Un voyageur anglais, W. Lithgow, qui parcourt la Crète cette même année 1610, s’étonne, dans ses Travels and Voyages, qu’en dépit de l’apparente fertilité de l’île, une grande partie du blé y soit chaque année importée des îles de l’Archipel16. La réorientation de l’agriculture vers le blé, dont le succès demeurera limité, est soutenue par les mesures incitatives ou coercitives que décident, ou réclament et le plus souvent obtiennent, les provéditeurs : taxe sur le vin, arrachage de la vigne, interdiction d’en planter sur des terres qui se prêtent à la culture du blé, recensement et réquisition des stocks de céréales, etc.17

14L’isolement causé par la distance se trouve aggravé encore, nous rappellent les rapports, par deux maux dont le caractère endémique et quasi chronique a de sérieuses répercussions sur l’essor du commerce et, plus largement, sur l’économie : il s’agit des épidémies et de la piraterie, auxquelles s’ajoute le contrecoup des mesures militaires ou sanitaires qu’elles appellent.

  • 18 Detorakis, « Ἡ πανώλης έν Κρήτη », p. 125-132. Pour les poussées qui affectent principalement ou un (...)
  • 19 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Κρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ », p. 348-349 : Vi capitano in ogni stagio (...)

15Pour se limiter à la peste, huit épidémies ou « poussées » sont connues, par diverses sources, au cours de la période 1570-1669 : 1571, 1575-1577, 1581, 1592-1595, 1611, 1630, 1646, 165518. Les rapports de Venier19 et de Moro y font de fréquentes allusions, en particulier le second, qui, parmi d’autres mesures défensives qu’il suggère au Sénat, propose la construction sur la côte sud, à Kali Limenes, d’une forteresse destinée à surveiller l’approche de bateaux étrangers qui pourraient apporter la maladie, soit par accident, ajoute-t-il en envisageant pour ainsi dire le cas de ce que nous nommerions aujourd’hui le bioterrorisme, soit à dessein :

  • 20 Spanakis, Mνημεĩα, t. IV, p. 69-70.

[...] cosi per levar à Corsari quel ridotto che causa che i nostri vasselli non possono capitarvi, come per procurar il contrario con publico beneficio, et per ovviar allo sbarco, et alla pratica di altri vasselli che possono con ogni facilità, o casualte, o malitioste, trasportar la peste nel Regno20.

  • 21 Cf. Papadaki, « Ἀξιώματα », p. 110.
  • 22 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 587.
  • 23 Ibid., p. 594. Cf. en outre p. 580 (en 1583, Nicolas Christophe Radzivil et ses compagnons de voyag (...)
  • 24 Cf. Maltezou, « Ἡ Φρούρηση τῶν παραλίων », p. 144 et n. 1. Sur la patente maritime de santé en Euro (...)

16Ce sont toutefois les récits de voyages qui nous renseignent le mieux sur les conséquences, dans la vie quotidienne, de cette obsession de la contamination. Bornons-nous sur ce point à citer deux exemples, choisis parmi de nombreux autres : le navire qui transporte Fynes Moryson, en 1596, doit annoncer son arrivée aux Provveditori alla Sanità21 de Candie ; les voyageurs ne peuvent pénétrer dans la cité qu’après désinfection de leurs effets22. Lorsqu’en 1601, d’autre part, le Toulousain Henry Castella parvient en Crète, les autorités interdisent aux passagers de débarquer, croyant que le bateau vient de Constantinople, où sévit alors la peste23. Enfin, un document de 1633 – il s’agit du rapport qu’un inspecteur de la garde civile adresse au provéditeur général – rappelle que l’accostage d’un navire étranger est strictement subordonné à la production de la patente de santé (fede di sanità)24.

  • 25 Voir p. ex. Detorakis, « Πειρατικὲς ἐπιδρομὲς στήν Κρήτη », p. 136-151 (pour la bibliographie antér (...)

17Le second facteur d’isolement est, nous l’avons dit, la piraterie. Cette question a été abondamment étudiée en ce qui regarde la Crète au cours de cette période25, et nous nous contenterons donc de rappeler deux des principales conséquences de cette menace, telles que les relèvent et les déplorent plusieurs rapports officiels ou, dans une moindre mesure, les récits de voyageurs.

  • 26 Sur cet épisode, cf. Alexiou, T Kάστρο, p. 52 ; Panaghiotakis, Ἡ kρητικὴ περίοδος τῆς ζωῆς τοῦ Δομ (...)

18L’intensification de la piraterie contribue tout d’abord à aviver la crainte d’une attaque turque. Civran, dans sa relation de 1639, met par exemple en garde le Sénat contre le risque d’une attaque de pirates dont les Turcs prendraient prétexte pour déclencher une guerre, en particulier si les pirates étaient des Grecs ou, pis encore, des Crétois – comme c’était au demeurant fréquemment le cas, en dehors même des corsaires crétois ou d’origine crétoise, dont l’exemple le plus célèbre et le mieux étudié reste celui de Manoussos Théotokopoulos, le frère du Greco, qui, en 1571, avait demandé et obtenu de Venise l’autorisation d’exercer la piraterie contre les Turcs, et, à cet effet, trois bateaux avec leur équipage, que le Sénat accorda à ce « marin expérimenté et à cet homme courageux »26 :

  • 27 Spanakis, « Ἡ ἔκθεση τοũ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 445-446 ; sur la défense des c (...)

[...] Non devo taccere il pregiuditio, che a mio parere apportano a gl’ i interessi del Regno li Vasselli, e Galere Ponentini di Malta, e Fiorenza, che con loro continue insolenze non svalleggiando le terre, Vasselli et sudditi de Turchi non solo, ma di Vostra Serenità ancora ; conche si rendono a tutti odiosi, e necessitano Turchi stessi ad uscir con Armate, et grosse forze in Mar bianco, per la propria diffesa, e sicurezza [...], et dubbito certo (prego Dio riuscir mendace) che questi siano una volta cagione d’un’aperta guerra27.

  • 28 Spanakis, Mνημεĩα, t. II, p. 85-86. Sur d’autres incidents liés à la piraterie, sur leurs conséquen (...)

19Dix ans avant Civran, Francesco Moresini mentionne dans son rapport un incident d’un type un peu différent, au cours duquel ce sont des galères crétoises qui, croyant avoir affaire à des pirates, attaquent dans les environs de Cythère un bateau turc28.

  • 29 Spanakis, « Ή ἕκθεοη τοũ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 422-424 ; Id., Mνημεĩα, t. II, (...)
  • 30 Cf. Greene, Christians and Muslims, p. 120.
  • 31 […] Essendo li corsari guidati da persone praticue del paese: Maltezou, «  Φρούρηση τῶν παραλίων » (...)
  • 32 En 1583, Nicolas Christophe Radzivil mentionne une petite tour d’où, sur une hauteur proche de Siti (...)

20Le second dommage provoqué par la piraterie, et que relèvent tous les rapports, est d’ordre économique et commercial, soit qu’elle empêche les bateaux d’aborder, soit qu’elle paralyse le commerce en les immobilisant, par exemple, dans le port de Candie – une situation dont la prolongation ou la récurrence risque chaque fois d’entraîner des disettes, comme le notent, au plus fort de la crise du blé, aussi bien Civran que Moresini et Moro29, et qui appelle des mesures d’autant plus énergiques qu’il n’est pas rare que des Crétois pratiquent un commerce illégal avec les pirates30 ou, comme le déplore en 1633 l’inspecteur militaire Nicolὸ Gualdo de Priorati, les aident à débarquer et leur servent de guides31. L’importance de la piraterie dans la vie quotidienne des habitants de l’île est au demeurant confirmée par les récits de plusieurs voyageurs32.

  • 33 Cf. principalement Maltezou, « Ἡ Φρούρηση τῶν παραλίων », en particulier p. 144-146 ; Ead., Κρήτη,(...)
  • 34 Sur toutes ces questions relatives aux ouvrages de défense, à leur édification et à leurs réfection (...)
  • 35 En particulier Giraudet vers 1580, Ceverio de Vera en 1595, Moryson en 1596, Cotovicus en 1598, Har (...)
  • 36 Voir notamment Steriotou, « Le fortezze del Regno di Candia », p. 285-286, 289-297.
  • 37 Ibid., p. 290, 295, 299-300.
  • 38 Voir en particulier Spanakis, « Ή ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 390, 393, (...)

21Les décisions proposées ou prises par les provéditeurs ou par la Métropole pour faire face à cette série de menaces, contribuent à leur manière à transformer l’ensemble de l’île, et non pas seulement chacune de ses villes principales, en une place assiégée. Outre les mesures sanitaires ou fiscales que nous avons évoquées, la réponse de Venise consiste principalement dans une surveillance accrue des côtes33, dans l’amélioration des fortifications des grandes villes et l’édification d’une série de forteresses isolées, bref dans une série d’ouvrages de défense à la construction, à l’achèvement ou au perfectionnement desquels se consacrent, dans la seconde moitié du xvie siècle surtout, les plus expérimentés des ingénieurs vénitiens ou italiens : Latino Orsini, Francesco Basilicata, Angelo Oddi...34, et que ne manquent presque jamais de mentionner et de décrire les voyageurs étrangers qui, au cours de cette période, visitent les trois principales cités de Crète35. La construction de nouvelles fortifications pour les villes commence vers le milieu du xviesiècle36, mais leur amélioration fait l’objet d’un effort à peu près continu dans la première moitié du xviie37, comme en témoignent, parmi d’autres sources, les rapports des provéditeurs qui, de 1580 au déclenchement de la guerre, signalent régulièrement au Sénat les défauts, les insuffisances, les dégradations et les destructions qu’ils constatent38. L’ampleur de l’investissement financier nécessaire est notamment soulignée par le provéditeur Zuane Mocenigo, qui, en 1589, suggère que les habitants, en échange de la sécurité que de tels travaux leur garantissent, contribuent eux-mêmes à leur financement par le versement d’une nouvelle taxe :

  • 39 Spanakis, Mνημεα, t. I, P- 206-207.

[...] Doveranno quietarsi, et contentarsi [...] di dare questa poca contributione, per supplire alle tante spese che si fanno in fortezze, et nei pagti di tanta milizia che si tiene continte per guardia, et sicurtà delle persone, et delle facoltà loro39.

  • 40 Ce sentiment d’insécurité ne caractérise sans doute pas en propre la période ici étudiée. Deux étud (...)
  • 41 Porphyriou, « La cartogafîa veneziana », p. 376-378.
  • 42 Ibid., p. 386.
  • 43 Ibid., p. 388.
  • 44 Ibid., p. 386-387.
  • 45 Ibid., p. 393, 398 fig. 18, 399.
  • 46 Ibid., p. 386, 390, 395 fig. 12, 396-397 fig. 13-16, 398 fig. 18.

22Cette accumulation de menaces – épidémies, piraterie, disette et, naturellement, danger d’une attaque turque – qui pèsent sur l’île et concourent, de multiples façons, à son isolement40, se reflète dans la représentation que donne de la Crète la cartographie vénitienne, et plus précisément dans l’évolution qui, sur deux siècles et demi environ, se marque dans cette représentation. Depuis les premiers Isolarii du xve et du xvie siècle (Bartolomeo dalli Sonetti, Benedetto Bordone...)41 jusqu’aux ouvrages, consacrés à la seule île de Crète, de Leonardo Querini (Descrittione di tutta l’Isola di Candia...)42 ou de Marco Boschini (Il Regno tutto di Candia...)43, pour ne rien dire des cartes et atlas spécialisés de Oddi (Città, fortezze... del Regno di Candia) ou de Basilicata, où sont figurés les cités et le détail des ouvrages de défense44, une importance croissante est accordée aux fortifications et aux forteresses, à la précision dans le tracé des côtes ; l’île, ou telle partie de l’île, est souvent représentée environnée de navires et en particulier de galères ; parfois même sont figurés, provenant des forteresses, des tirs d’artillerie45 ; un soin particulier est enfin apporté à la représentation des trois ou quatre îlots (Gramvousa, Saint-Théodore, Souda et Spinalonga), eux-mêmes fortifiés, qui, sis à quelque distance de la côte, assurent la défense de la grande île et de ses principales cités46.

23Il est cependant d’autres raisons – dans l’ordre de la culture cette fois, des mentalités, de la conscience collective – qui concourent à défaire ou distendre les liens qui rattachent la Crète à la Dominante, et à la faire apparaître de la sorte, aux yeux des dignitaires vénitiens autant qu’à ceux des voyageurs et pèlerins étrangers, comme un monde lointain.

  • 47 Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 113-114; Maltezou, Kρήτη, p. 48, 50, 52; Ead., « The historica (...)
  • 48 Voir l’excellente synthèse de Maltezou, Kρήτη, p. 23-43; cf. Ead., « The historical and social co (...)
  • 49 Cf. Xanthoudidis, Ἑνετοκρατία έν Κρήτη p. 81-98; Thiriet, « Sui dissidi ».
  • 50 Voir surtout Manoussacas, εν Kρήτη συνωμοσία τοῦ Bλαστοῦ, p. 36-37.
  • 51 Cf. Xirouchakis, « Περὶ διορισμοῦ καὶ παραμονῆς pθοδόξων Ἑλλήνων ἐπισκόπων ἐν Kpήτη », p. 292; Tea (...)

24Le premier phénomène important est, sur ce point, la persistance, notamment parmi les familles crétoises qui appartiennent ou disent appartenir aux ἀρ Χοντορωμαῖοι, c’est-à-dire aux descendants d’anciennes familles byzantines47, d’une aspiration à l’indépendance. L’idéal d’un État crétois autonome est ancien, qui inspire plusieurs des révoltes et soulèvements que connurent les xiiie, xive et xve siècles48, qui prend corps dans les années 1363-1366, lors de l’insurrection dite τοῦ Ἁγίoυ Τίτου49, mais s’exprime à nouveau, semble-t-il, en 1453-1454, au cours de la révolte menée par Siphis Vlastos50. Cette aspiration n’a pas totalement disparu pendant le dernier siècle de la domination vénitienne, comme paraît l’attester l’inquiétude du provéditeur Foscarini qui, dans un rapport adressé par lui au Sénat en 1588, prend soin d’attirer l’attention des autorités sur ce risque : les Crétois, explique-t-il, sujets pourtant, depuis plusieurs siècles, de Venise qui leur a permis de conserver leur religion, se verraient volontiers gouvernés par un souverain orthodoxe, plutôt que par un Doge catholique51.

25Directement liées, en plusieurs cas, à la question du dogme et du rite, ces insurrections ou ces aspirations ne sont guère dissociables de cette autre tendance centrifuge – par rapport à l’autorité centrale vénitienne –, qu’entretiennent le souvenir persistant du passé byzantin d’une part, et, de l’autre, le maintien des relations avec le Patriarcat de Constantinople.

  • 52 Postquam Chyr Foca ex parte nostri imperatoris insulam subiugauerat totam, filius dicti imperatoris (...)
  • 53 Cf. Alexiou, « Ό Χαρακτὴρ τοῦ Έρωτοκρίτου », p. 38.
  • 54 Cf. Maltezou, Kρήτη, p. 44-46; Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 238-23 (...)
  • 55 Spanakis, Mνημεα, t. IV, p. 74-80.
  • 56 Ibid., p. 74-75: Ha sotto di sè X Casali, con numero di appresso seicento case, con anime in circa (...)

26Le mythe de l’origine byzantine est par exemple nourri par la légende des douze seigneurs (δώδεκα pxovτόττουλοι), selon laquelle plusieurs grandes familles orthodoxes de l’île descendraient de celles que Nicéphore Phocas y avait installées après la reconquête de 961 – une légende que mentionnent quelques voyageurs, et que rapportait déjà Buondelmonti en 1415 dans sa Description de l’île de Crète52, mais dont on peut sans doute percevoir également l’écho dans une œuvre majeure de la littérature crétoise en langue populaire du xviie siècle, le roman d’Erotocritos53. Il s’agit certes là d’un mythe collectif, devenu motif littéraire, mais dont la survie n’est pas sans incidences sur les relations des populations autochtones avec Venise : lors des soulèvements successifs qui, au xvie siècle, secouèrent la région de Sfakia, plusieurs des insurgés, portant des noms byzantins, s’autorisaient, pour prendre la tête du mouvement, d’une prétendue origine constantinopolitaine, s’attribuant le titre de Nobili del Impero – qu’ils fussent par ailleurs, à l’intérieur de la hiérarchie sociale vénitienne, nobili cretesi, cittadini ou villani54. Que cette caste autoproclamée des ἀρΧοντορωμαῖοι subsiste jusqu’au xviie siècle, c’est ce qu’atteste par exemple le rapport de Benetto Moro, qui, dans le long chapitre qu’il juge nécessaire de consacrer au seul district de Sfakia55, déplore que parmi les sept cents habitants corvéables, cinq cents bénéficient d’un privilège parce que, dit-il, ils se font passer pour ἀρχοντορωμαῖοι, assurant descendre de ces familles nobles que l’Empereur grec avait jadis envoyées dans la colonie56.

  • 57 Cf. Greene, Christians and Muslims, p. 174 sq.; Maltezou, Κρήτη, p. 51 -52; Tsirpanlis, Τ κληροδ (...)
  • 58 Spanakis, Mνημεα, t. IV, p. 80-106.
  • 59 Ibid., p. 95 : È appresso ottima cosa il non lasciar che dalli sudditi suoi nel Regno siano acettat (...)
  • 60 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 594.

27Une recommandation du même provéditeur général confirme d’autre part ce que plusieurs sources attestent57 : les liens de la population orthodoxe avec le Patriarcat, s’ils sont moins directs et étroits qu’ils ne le furent au cours du xve siècle, n’ont pas été rompus pour autant. Benetto Moro, parmi d’autres remarques relatives à la coexistence des deux communautés religieuses et à la politique vénitienne en matière de culte58, souligne qu’il demeure de l’intérêt de la République d’interdire absolument la venue en Crète d’un quelconque émissaire du Patriarcat, et plus largement d’éviter toute occasion de contact entre ce dernier et les Crétois orthodoxes59. À la même époque, le voyageur italien Girolamo Dandini, qui parcourt l’île en 1599, relève comme un trait caractéristique des Crétois leur hostilité déclarée à l’Eglise romaine60.

  • 61 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 521-522.

28Mais si la Crète paraît ainsi, comme l’observe le duc de Crète Sagredo en 160461, échapper au contrôle effectif du pouvoir vénitien, c’est également pour une série de raisons d’ordre social et culturel, qui tiennent à l’hellénisation progressive des colons vénitiens installés de longue date dans l’île, à la constitution d’une société insulaire où les distinctions selon l’origine tendent à s’estomper, et à une forme de symbiose des populations vénitienne et grecque.

  • 62 Ibid., p. 527 sq. ; Id., « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Κρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 329-331 ; Greene, Chr (...)
  • 63 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 379-380 ; Id., Mνημεα, t. II, (...)
  • 64 Maltezou, Kρήτης, p. 45-46.

29Ce rapprochement transparaît tout d’abord à travers l’attitude souvent identique des élites – feudataires vénitiens et crétois – face à l’autorité du Duc et des provéditeurs généraux. Ce sont ces élites – à quelque communauté qu’elles appartiennent – qui, dans les années 1580-1610, font échec, notamment en refusant de vendre leurs céréales, à la tentative de réduction de la culture de la vigne au profit du blé62, ou encore se dérobent à l’obligation qui leur est faite d’entretenir des chevaux pour la cavalerie63. On relève au surplus, dans la région de Sfakia, quelques cas où l’autorité administrative vénitienne elle-même – le provéditeur local en l’occurrence –, corrompue par des feudataires crétois, laisse impunis divers délits de commerce illégal ou de vol : aussi bien le provéditeur général Lorenzo Da Mula peut-il noter que, son mandat achevé, le provéditeur local du district de Sfakia rentrait ordinairement à Venise en ayant fait un gain personnel de mille ducats64.

  • 65 Maltezou, « The historical and social context », p. 33-34 ; Panaghiotakis, « Ό ποιητὴς τοῦ Έρωτοκρί (...)
  • 66 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 316 : Fù poi del 1222 rinovata la Co (...)
  • 67 Panaghiotakis, « Ὁ Francesco Barozzi », p. 83 (discours prononcé par Barozzi lors de la fondation d (...)
  • 68 Kallergis, Ὁ Κρητίκὸς λόyιoς, p. 115, 1. 5 (lettre dédicatoire à M. Savelli) ; cf. en outre comment (...)
  • 69 Respectivement Spanakis, Mνημεα, t. I, p. 13 (Et benche li nobili Cretensi habbiano per lo più tra (...)

30Ces cas de collusion entre autorité administrative ou feudataires vénitiens d’une part, et feudataires autochtones de l’autre, s’inscrivent dans le cadre plus large d’un rapprochement, voire d’une fusion, des deux communautés. Le provéditeur Foscarini note en 1588 que nombre de nobles vénitiens – les Venier, les Barbarigo, les Morosini, les Bon – ont perdu le souvenir de leur origine aussi bien que celui de la langue italienne, et qu’ils se marient et baptisent leurs enfants selon le rite grec65. Le duc de Crète Dolfin Venier déplore en 1610 que parmi les nobles vénitiens, bien des familles se soient éteintes, que d’autres soient rentrées à Venise, et qu’une bonne part d’entre elles, déclassées, vivent désormais dans les campagnes, fondues dans la population locale66. Le mathématicien et astronome Francesco Barozzi parle, en 1562, de la Crète comme de sa « pauvre patrie » (povera patria)67, un lettré contemporain, Thomas Trivizanos, du grec comme de « notre langue » (ήμετέραν γλτταν)68, tandis que le provéditeur Zuane Mocenigo relève, tout comme le voyageur français Castella, que les Vénitiens vivent presque tous « à la façon des Grecs »69.

31Quant aux mesures par lesquelles Venise, à partir de 1570 environ, tente de remédier à cet isolement croissant, il n’est pas excessif de dire qu’elles comportent en elles-mêmes leur propre négation.

  • 70 Cf. Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 239-240.
  • 71 Spanakis, « Ή ἔκθεση τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 316-317: nel consiglio, che si fecce (...)
  • 72 Id., « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 380 : S’aggionge che la Collonia re (...)
  • 73 Id., Mνημεα, t. IV, p. 83-84 : Nelle parti, et deliberationi che si propongono ne i Consigli, o pe (...)

32En s’efforçant, en premier lieu, d’intégrer les insoumis au système administratif et politique, en les attirant par là-même vers les villes pour les éloigner des campagnes qui sont le lieu des principales révoltes70, l’autorité obtient le résultat que décrivent, pour le déplorer, trois rapports au moins de ducs ou de provéditeurs de la première moitié du xviie siècle : les Crétois sont désormais, note Dolfin Venier, supérieurs en nombre aux Vénitiens dans les conseils – il s’agit des conseils locaux de feudataires71 ; nombre de feudataires, regrette pour sa part Civran, sont à présent des Crétois72 ; enfin, Benetto Moro demande qu’on veille désormais à n’accorder la noblesse crétoise qu’avec parcimonie73.

  • 74 Voir, parmi une abondante bibliographie, Tsirpanlis, Τ κληροδότημα, p. 161-167, et en particulier (...)
  • 75 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 580 (Nicolas Christophe Radziv (...)
  • 76 Voir l’ensemble du chapitre que ce provéditeur général consacre au rite grec : Spanakis, Mνημεῖα, t (...)

33Le net assouplissement de la politique vénitienne en matière religieuse74 conduit d’autre part à une assimilation de fait des catholiques à la population orthodoxe : plusieurs voyageurs notent que les prêtres, les évêques et l’archevêque latins ont l’obligation de célébrer les fêtes propres au calendrier orthodoxe, que les catholiques fréquentent les églises des orientaux75 ; enfin, les brimades et vexations que le clergé catholique inflige à la population orthodoxe, et dont le rapport de Moresini énumère quelques exemples, sont sévèrement sanctionnées par l’autorité vénitienne76.

  • 77 Spanakis, « Ή ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 438-439, 449. Sur cette attitu (...)
  • 78 Cf. Benzoni, « Morire per Creta », p. 170-171. Le rapport de l’inspecteur militaire Nicolὸ Gualdo d (...)

34Quant aux mesures d’un autre type que mentionne Civran dans son rapport – allégement des impôts, souplesse accrue en matière de corvées, rémunération des prêtres orthodoxes des campagnes... –77, il ne paraît pas qu’elles aient suffi à raviver l’attachement de la population à la République, si l’on en juge par la fréquence des accusations de déloyauté et de traîtrise que divers documents émanant de dignitaires vénitiens portent, avant, pendant et immédiatement après la guerre, contre les Crétois : ainsi, parmi d’autres exemples, Girolamo Brusoni dans son Historia dell’ultima guerra tra Veneziani e Turchi (1673) et Andrea Valier dans son Historia della guerra di Candia (1679)78.

35La défiance mutuelle semble donc être le trait qui définit le mieux les relations de la population crétoise – colons et autochtones – et de l’autorité vénitienne, centrale et locale, telles que ces rapports officiels et ces récits de voyageurs les décrivent ou les laissent deviner.

36Cette représentation demeurerait cependant incomplète, si l’on omettait de préciser que dans le même temps, selon un tropisme inverse, la Crète resserre également, mais par d’autres voies, les liens qui l’attachent à Venise : non plus, cette fois, à Venise la Dominante, le centre du pouvoir, mais à la capitale culturelle de l’Hellénisme qu’elle demeure aussi.

  • 79 Cf. Geanakoplos, Bisanzio e il Rinascimento, p. 45-59; Panaghiotakis, «  παιδεία », p. 9-10.
  • 80 Sur les effets, en Crète, du Concile de Florence et sur la résistance à l’Union, voir p. ex. Thirie (...)
  • 81 Panaghiotakis, « Ἡ παιδεία », p. 18-19, 30-31 ; Alexiou,Ἡ Κρήτικὴ λογοτεΧνία,p. 36-37.

37Ce rapprochement concerne une élite de lettrés ou du moins passe par eux, suppose leur médiation. Il est, à l’origine, directement lié à la diaspora crétoise, et plus précisément à l’importance du rôle que tiennent les philologues crétois (Damilas, Mousouros, Kalliergis, Doukas...) au sein du mouvement humaniste, singulièrement lorsqu’il s’agit de l’édition et de l’impression des textes classiques79. Il l’est également aux conséquences du Concile de Florence et au relatif succès que rencontre, parmi les lettrés de Crète, le mouvement unioniste80. Il est en outre, aux xvie et xviie siècles, indissociable de la personnalité de prélats orthodoxes qui, issus de monastères crétois, poursuivent et achèvent leur formation humaniste en Italie (Mélétios Pigas, Mélétios Syrigos, Maximos Margounios, Gérasimos Vlachos...)81.

  • 82 Layton, The Sixteenth Century Greek Book in Italy, p. 131-178 (livres liturgiques et autres ouvrage (...)

38Mais ses conséquences les plus notables pour l’histoire de la culture tiennent sans doute à la place croissante qu’accordent les éditeurs et imprimeurs italiens au livre grec – au livre grec destiné au monde grec et, en particulier, à la Crète : textes religieux d’abord et notamment liturgiques, dont la part dans l’ensemble des ouvrages grecs imprimés à Venise demeure considérable tout au long des xvie et xviie siècles, mais aussi littérature grecque vulgaire82.

  • 83 Cf. notamment Brown, The Venetian Printing Press, p. 158-173 (« The Interdict and Fra Paolo Sarpi » (...)
  • 84 Sur le déroulement de cette crise et sur ses conséquences dans le domaine de la politique religieus (...)
  • 85 Tsirpanlis, « I libri greci », p. 204-224 ; Lassithiotakis, « Le rôle du livre imprimé », p. 200, 2 (...)

39La diffusion massive de textes liturgiques orthodoxes est dictée par le souci de l’autorité vénitienne de protéger le culte oriental contre le prosélytisme catholique83, au moment de la crise dite de l’Interdit qui conduit, en 1606, à l’expulsion de Crète des Jésuites84, et plus encore à partir de 1622, lorsque, la Congregatio de Propaganda Fide ayant mis sur pied un vaste programme de traduction de catéchismes romains et d’ouvrages antirrhétiques destinés au monde hellénophone85, Venise, soucieuse de ne pas s’aliéner la population de rite grec, juge nécessaire d’interdire leur diffusion. Dans le chapitre de son rapport qu’il consacre à la question de la coexistence des deux confessions, Francesco Moresini rappelle et approuve cette mesure :

  • 86 Spanakis, Mνημεῖα, t. II, p. 119 ; cf. également, p. 120, les observations du même provéditeur sur (...)

La congregation de Propaganda Fide de Roma al mio tempo volse anch’ella far delle novità nel Regno col far sparger quantità di volumi de Concilii fiorentini, con altri discorsi contra il ritto greco, al che V. Ser prudentemente rimediὸ col ordinar la prohibitione per non rinovar le antiche contese tra greci et latini et tirar la dispute in Candia con pessime conseguenze86.

  • 87 L’étude du rôle tenu par le préparateur dans l’édition des textes grecs vulgaires a été profondémen (...)
  • 88 Qu’il nous suffise de mentionner, parmi une bibliographie singulièrement riche, quelques travaux de (...)

40Par la diffusion d’autre part de textes en grec populaire, dont l’édition est le plus souvent le fruit de la collaboration d’un éditeur vénitien et d’un « préparateur » grec87, Venise contribue à l’essor d’une littérature dramatique et narrative crétoise dont, en retour, les intrigues, thèmes et motifs sont pour l’essentiel empruntés à des modèles italiens88.

  • 89 Voir Geanakoplos, Bisanzio e il Rinascimento, p. 39 et n. 78 : cette lettre de Bessarion au doge Cr (...)
  • 90 Cf. Maltezou, Κρήτη, p. 91. Venise est également considérée par Georges Grégoropoulos, dans une le (...)
  • 91 Cf. Legrand, Bibliographie Hellénique, t. 1, p. 49 : ή βασιλίς αὓτη τῶν πόλεων. Sur le sens des for (...)
  • 92 Cf. notamment Thiriet, Régestes, t. 3, p. 205-206; Maltezou, « The historical and social context », (...)

41Dans le domaine culturel et, semble-t-il, dans ce domaine seul, une ancienne tradition, liée à l’humanisme vénitien du xve siècle, compense donc l’effet des forces centrifuges qui, aux xvie et xviie siècles, concourent à isoler la Crète de la Métropole : tradition ancienne, puisque, dans une célèbre lettre adressée au doge en 1468, Bessarion avait déjà admis la translatio studii qui lui faisait voir dans Venise « presque une autre Byzance » (quasi alterum Byzantium)89, à l’époque même où le voyageur, diplomate et humaniste Francesco Filelfo qualifiait Venise de Urbs urbium90, version latinisée du πόλις τῶν πόλεων des Byzantins, où Marc Musurus, dans la préface de son édition des Sept comédies d’Aristophane, lui conférait le titre de βασιλίς τῶν πόλεων91 – et où, parallèlement, le Sénat reconnaissait dans Candie une « autre cité de Venise au Levant » (alia civitas Venetiarum apud Levantem)92. Superposées ou plutôt combinées, les quatre formules peuvent contribuer à expliquer la permanence, aux xvie et xviie siècles, de cette « exception culturelle ».

Bibliographie

Ouvrages cités

Aalberts (Joke), « Ή Ἱερουσαλὴμ καὶ ἡ Βαβυλώνα : ἡ Ἅλωοη τῆς Πόλης καὶ ἡ Συντέλεια τοῦ Κόσμον », Cretan Studies, 6, 1998 (« Proceedings of the Symposium Ἡ Κρητικὴλογοτεχνία στὸ κοινωνίκὸ καὶ ίστορικό της πλαί σιο, Amsterdam 19-21 June 1997, in honour of Wim Bakker »), p. 241-264.

Aalberts (Joke), « Ό ἠθικὸς βίος τῶν Κρητικῶν καὶ εἰδικὰ τῶν κληρικῶν κατὰ τὸ δεύτερο μισὸ τοῦ 15ου αἰώνα καὶ ἡ Συντέλεια τοῦ Κόσμου », in Πεπραγμένα Η’ Διεθνοῦς Κρητολογικοῦ Συνεδρίου (Ήράκλειο, 9-14 Σεπτεμβρίου 1996), t. Β1 (Βυζαντινή καὶ μεταβυζαντινή περίοδος), Ηéraclion, 2000, p. 31-46.

Αlexiou (Stylianos), « Κοινωνία καὶ οἰκονομία στην Κρήτη κατὰ τον 16ο καὶ 17ο αἰ. », in Ό Έλληνισμός ὑπὸ ξένη κυριαρχία (περίοδος 1453-1669). Τουρκοκρατία-Λατινοκρατία, t. 10 de Ίστορία τοῦ Έλληνικόῦ Ἔθνους, Αthènes, 1974, p. 207-210.

Αlexiou (Stylianos), Ή Κρητική λογοτεχνία καὶ ἡ ἐποχή της. Μελέτη φιλολογική καὶ ἱστορική, Αthènes, 1985.

Alexiou (Stylianos), « Ό χαρακτήρ τοῦ Έρωτοκρί του », in Id., Κρητικἁ Φιλολογικά. Μελέτες, Athenes, 1999, p. 23-73.

Alexiou (Stylianos), Tὸ Kάστρο τῆς Κρήτης καὶ ἡ ζωή τοῦ στὸν IΣΤ’ καὶ IZ’ αἰώνα, Héraclion, s.d. ; et sous forme d’article in Κρητίκὰ Xpovικὰ, XIX, 1965, p. 146-178.

Arbel (Benjamin), « Riflessioni sul ruolo di Creta nel commercio mediterraneo del Cinquecento », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre – 5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 245-259.

Benzoni (Gino), « Morire per Creta », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 151-173.

Biraben (Jean-Noël), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol. , Paris-La Haye, 1975-1976.

Braudel (Fernand), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 6e éd. 1985.

Braunstein (Philippe) et Delort (Robert), Venise : portrait historique d’une cité, Paris, 1977.

Brown (Horatio F.), The Venetian Printing Press: an Historical Study Based upon Documents for the Most part Hitherto Unpublished, Londres, 1891.

Buondelmonti (Cristoforo), M. A. van Spitael éd., Descriptio Insule Crete et Liber Insularum, cap. XI : Creta, Héraclion, 1981.

Cecchetti (Bartolomeo), La Republica di Venezia e la corte di Roma nei rapporti della religione, Venise, 1874.

Cessi (Roberto), Storia della Repubblica di Venezia, 2 vol. , Milan-Messine, 1946.

Cornaros (Vitsentzos), S. Alexiou éd., Έρωτκριτος, Athènes, 2e éd. 1986.

Costantini (Massimo), « I galeoni di Candia nella congiuntura marittima veneziana cinque-seicentesca », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1988, p. 207-231.

Cretan Studies, 6, 1998 (« Proceedings of the Symposium Ή Κρητικ λογοτεχνία στ κοινωνικ κα ίστορικό της πλαίσιο, Amsterdam 19-21 June 1997, in honour of Wim Bakker »).

Detorakis (Τheocharis), « Ή πανώλης ἐν Κρήτῃ Συμβολὴ εἰς τήν ίστορίαν τῶν έπιδημιτῶν τῆς νήσου », Ἐπιστημονικὴ Έπετηρις τῆς Φιλοσοφικῆς Σχολῆς τοῦ Πανεπιστημίου Άθηνῶν, 21, 1970-1971, p. 118-136 (repris in Id., Βενετοκρητικὰ μελετήματα (1971-1994), Héraclion, 1996, p. 22-28).

Detorakis (Theocharis), Ίστορία τῆς Kρήτης, Athènes, 1986.

Detorakis (Τheocharis), « Πειρατικὲς ἐπιδρομὲς στήν Κρήτη κατὰ τὴν περίοδο τῆς Βενετοκρατίας », Κρητικὴ Έστία, περ. Δ’, 2, 1988, p. 136-151 (repris in Ιd., Βενετοκρητικὰ μελετήματα (1971-1994), Ηéraclion, 1996, p. 141-152).

Fedalto (Giorgio), Ricerche storiche sulla posizione giuridica ed ecclesiastica dei Greci a Venezia nei secoli xv e xvi, Florence-Venise, 1967.

Fontenay (Michel), « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le “corso” méditerranéen au xviie siècle », Revue dHistoire Moderne et Contemporaine, xxxv, 1988, p. 361-384. URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHMC_G1988_35N3_0361.

Fontenay (Michel), « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », Revue dHistoire Moderne et Contemporaine, XXXII, 1985, p. 185-208. URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHMC_G1985_32N2_0185.

Gasparis (Charalampos), « Βενετία καὶ Βυζάντιο : ἡ βενετικὴ κυριαρχία στὰ βυζαντινὰ ἐδάφη », in Ch. Μaltezou (éd.), Ὄψεις τῆς ίστορίας τοῦ βενετοκρατούμενου Έλληνισμού. Άρχειακ τεκμήρια, Αthènes, 1993, p. 123-172.

Gasparrini Leporace T. et Mioni E. (éd.), Cento codici Bessarionei. Catalogo di mostra, Venise, 1968.

Geanakoplos (Deno John), Bisanzio e il Rinascimento. Umanisti greci a Venezia e la diffusione del Greco in Occidente (1400-1535), Rome, 1967 (titre original : Greek Scholars in Venice, Cambridge Mass., 1962).

Greene (Molly), Christians and Muslims in the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2000.

Greene (Molly), « Ruling an island without a navy. A comparative view of Venetian and Ottoman Crete », Oriente Moderno, XX (LXXXI) n.s. 1, 2001 (« The Ottomans and the Sea », sous la direction de K. Fleet), p. 193-207. URL : http://www.jstor.org/stable/25817752.

Hemmerdinger-Iliadou (Democratia), « La Crète sous la domination vénitienne et lors de la conquête turque (1322-1684). Renseignements nouveaux ou peu connus d’après les pèlerins et les voyageurs », Studi Veneziani, 9, 1967, p. 535-623.

Hocquet (Jean-Claude), Le sel et la fortune de Venise, Lille, 1979.

Holton D. (éd.), Literature and Society in Renaissance Crete, Cambridge, 1991.

Iliadou (Démocratie), « La Crète sous la domination vénitienne et lors de la conquête turque (1322-1684) », Studi Veneziani, 15, 1973, p. 451-584.

Iliou (Philippos), Προσθῆκες στἠν Έληνικὴ ΒιβλιογραΦία Α’ : Τὰ κατάλοί πα τοῦ E. Legrand καὶ του H. Pernot (1515-1799), Athènes, 1973.

Ιliou (Ρhilippos), « Σημειώσεις γιὰ τὰ ῾τραβήγματα’ τῶν έλληνικῶν βιβλίων τον 16ο αἰώνα », Ἑλληνικά, 28, 1975, p. 102-141.

Imhaus (Brunehilde), « Enchères des fiefs et vignobles de la République Vénitienne en Crète au xive siècle », Ἐττετηρτὶς Ἑταιρείας Bυζαντινών Σπουδῶν, 41, 1974, p. 195-210.

Kairophylas (Kostas), O κουρσάροι στήν Έλάδα, Athènes, 1960, 2e éd. 1992.

Κaklamanis (Stephanos), « Άπὸ τὸ χειρόγραφο στὸ ἔντυπο : Θησέος καὶ γά μοι τῆς Αίμίλιας (1529) », θησουρίσματα, 27, 1997, p. 147-223.

Κaklamanis (Stephanos), « Ἀπὸ τὸ χειρόγραφο στὸ έντυπο : τὸ παιχνίδι τῶν γραφῶν. Τὰ Ιδιαίτερα ἐκδοτικὰ προβλήματα τῶν κειμένων ποὺ ἔχουν παραδοθεĩ σὲ χειρόγραφη καὶ ἔντυπη μορφή », in Η. Εideneier, U. Μoennig et Ν. Τouphexis (éd.), Θεωρία καὶ πράξη τῶν έκδόσεων τῆς ὑστεροβυζαντινῆς, άναγεννησιακῆς καὶ μεταβυζαντινῆς γραμματείας. Πρακτικὰ τοῦ Διεθνοῦς Συνεδρίου Νeograeca Μedii Αevi IVa (Άμβοῦργο, 28-31. 1. 1999), Ηéraclion, 2001, p. 101-184.

Kallergis (Hiraklis E.), Ό Kpητίκỏς λόyιoς τοῦ 16oυ αἰώνα Θωμãς Τριβζάνος, Athènes, 1980.

Karapidakis (Nicolas E.), « I rapporti fra “governanti e governati” nella Creta veneziana : una questione che puὸ essere riaperta », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 233-244.

Kephalliniadi (N. A.), Πειρατεία. Kουρσέροι στὸ Αἰγαῖο, Athènes, 1984.

Koumarianou (Aikatérini) et al., Tὸ Ἑλληνικὸ βιβλίς, 1476-1830, Athènes, 1986.

Krantonelli (Alexandra), Ἱστορία τῆς πειρατείας στους μέσους χρόνους τῆς Τουρκοκρατίας, 1538-1669, Athènes, 1991.

Lane (Frederic C.), Venise, une république maritime, Paris, 1994.

Lassithiotakis (Michel), « La “Vie de Dimitri” (1606) de Matthieu Politis, ou l’Histoire allégorisée », Revue des Études Néo-helléniques, V-2, 1996, p. 177-204.

Lassithiotakis (Michel), « Le rôle du livre imprimé dans la formation et le développement de la littérature en grec vulgaire (xvie-xviie siècles) », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, 87-88, 1999 (« Livres et lecture dans le monde ottoman », sous la direction de F. Hitzel), p. 187-209. URL : https://remmm.revues.org/303.

Lassithiotakis (Michel), « Tematiche petrarchesche e neopetrarchiste nella letteratura cretese del Rinascimento », Sincronie, rivista semestrale di letterature, teatro e sistemi dipensiero, II-3, janvier-juin 1998, p. 109-132.

Lassithiotakis (Michel), « Morale et dogmatique dans la correspondance (Ό ΓραμματοΦόρος) de François Scouphos », in Le sentiment religieux dans la littérature néo-grecque. xvie Colloque international des néo-hellénistes des Universités francophones (Strasbourg, 27-29 mai 1999), Paris, 2001, p. 93-116.

Layton (Evro), The Sixteenth Century Greek Book in Italy. Printers and Publishers for the Greek World, Venise, 1994.

Legrand (Emile), Bibliographie Hellénique ou Description raisonnée des ouvrages publiés en grec par des Grecs aux xve et xvie siècles, 4 vol. , Paris, 1885-1906.

Μaltezou (Chryssa), « Ή φρούρηση τῶν παραλίων τοῦ διαμερίσματος ; Ρέθυμνου. Κατάλογοσ σκοπιών (1633) », ’Αριάδνη, 1, 1983 (« Άφιέρωμα στον Μ. I. Μανούσακα »), p. 139-172.

Maltezou (Chryssa), Ἡ Κρήτη στὴ διάρκεια τῆς περίόδου τῆς Βενετοκρατίας (1211-1669), Héraclion, 1990.

Maltezou (Chryssa), « The historical and social context », in D. Holton (éd.), Literature and Society in Renaissance Crete, Cambridge, 1991, p. 17-47.

Μaltezou (Chryssa), «  καθημερινὴ ζωὴ στὴ βενετοκρατούμενη Κρήτη : κατάσταση καὶ προοπτικὴ ἔρευνας », in Πεπραγμένα ΗΔιεθνοῦς Κρητολογικοῦ Συνεδρίου (Ἡράκλειο, 9-14 Σεπτεμβρίου 1996), t. Β1 (Βυζαντινή κα μεταβυζαντινή περίοδος), Héraclion, 2000, p. 7-30.

Manoussacas (Manoussos I.), « Cultura e letteratura greca nella Creta veneziana », in Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 443-458.

Manoussacas (Manoussos I.),Ἡ èv Κρήτη συνωμοσία τοῦ ΣήΦη Bλαστοῦ (1453-1454) κα ἡ νέα συνωμοτίκὴ κίνησις τοῦ 1460-1462, Athènes, 1960.

Manoussacas (Μanoussos I.), « Σύντομος ἐττισκόττησις τῶν περὶ τὴν βενετοκρατουμένην Κρήτην ἐρευνῶν », Κρητικὰ Χρονικά, XXIII, 1971, p. 245-308.

Μarkaki (Τatiana), « Ὁ βενετοκρατούμενος Χάνδακας στὶς ἀρχές τοῦ 17ου αἰώνα κατὰ τὴν άφήγηση τοῦ Ὀλλανδοῦ προσκυνητῆ Μartinus Seusenius », in Ν. Ρanaghiotakis (éd.), Ἄνθη χαρίτων. Μελετήματα έόρτια σνγγραφέντα ὑπὸ τῶν υποτρόφων τοῦ Έλληνικόῦ Ἰνστιτούτου Βυζαντινῶν καὶ Μεταβυζαντινῶν Σπουδῶν τῆς Βενετίας (...), Venise, 1998, p. 289-299.

Panaghiotakis (N. M.), Ἠ Κρήτικὴ περίοδος τῆς ζωῆς τοῦ Δομηνίκου Өεoτoκoπoύλou, Athènes, s.d.

Ρanaghiotakis (Ν. Μ.), « Ή παιδεία κατὰ τη Βενετοκρατία », in Ιd., Τά νεανικὰ χρόνια τοῦ Δομηνίκου θεοτοκοπούλον, Ηéraclion, 1999, p. 3-35.

Panaghiotakis (N. M.), « Μανοῦσος ὁ πειρατής », in Id., Tὰ νεανικὰ χρόνία τοῦ Δομηνίου Өεoτoκoπoύλou, Héraclion, 1999, p. 181-188.

Panaghiotakis (N. M.), « Ὁ Francesco Barozzi καὶ ἡ ’Aκαδημία τῶν Vivi τοῦ Ρεθύμνου », in Id., Κρητικὸ θέατρο. Mελέτες, Athènes, 1998, p. 65-90.

Panaghiotakis (Ν. Μ.), « Ὁ ποιητὴς τοῦ Ἐρωτοκρίτον », in Id., Κρητική Άναγέννηση. Μελετήματα γιά τὸν Βιτσέντζο Κορνάρο, Αthènes, 2002, p. 149-221.

Panaghiotakis (N. M.), « The Italian background of early Cretan literature », Dumbarton Oak Papers, 49, 1995 (« Symposium on Byzantium and the Italians, 13th-15th centuries »), p. 281-323. DOI: 10.2307/1291716.

Ρanopoulou (Αngéliki), « Οί Βενετοὶ καὶ έλληνική πραγματικότητα. Διοικητική, ἐκκλησιαστική, οἰκονομικὴ ὀργάνωση », in Ch. Μaltezou (éd.), Ὄψεις τῆς ίστορίας τοῦ βενετοκρατούμενου Έλληνισμοῦ. Άρχειακὰ τεκμήρια, Αthènes, 1993, p. 281-370.

Panzac (Daniel), Quarantaines et lazarets. L’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence, 1986.

Ρapadaki (Αsapasia), « Ἀξιώματα στὴ βενετοκρατούμενη Κρήτη κατὰ τὸ 16ο καὶ 17ο αἰώνα », Κρητικὰ Χρονικὰ, XXVI, 1986, p. 99-136.

Ρardos (Αntonis), « Οί ἄξονες τῆς ἰδεολογίας τοῦ Νέου Ἑλληνισμοῦ στὴν ἄλλη Κωνσταντινούπολη. Ή παρακαταθήκη τοῦ Βησσαρίωνα : Λάσκαρης καὶ Μουσοῦρος ἀνάμεσα στοὺς Ἕλληνες τῆς Βενετίας », in Ν. Panaghiotakis (éd.), Ἄνθη χαρίτῶν. Μελετήματα έόρτια σνγγραφέντα ὑπὸ τῶν υποτρόφων τοῦ Έλληνικόῦ Ἰνστιτούτου Βυζαντινῶν καὶ Μεταβυζαντινῶν Σπουδῶν τῆς Βενετίας (...), Venise, 1998, p. 528-568.

Ρhaliéros (Μarinos), W. F. Βakker et Α. F. van Gemert éd., Θρῆνος εἰς τὰ Πάθη καὶ τὴν Σταύρωσιν τοῦ Κυρίου καὶ Θεοῦ καὶ Σωτῆρος ήμῶν Ἰησοῦ Χριστοῦ, ποιηθείς παρὰ τοῦ εύγενεστάτου ἄρχοντος κυροῦ Μαρίνου τοῦ Φαλιέρον, Ηéraclion, 2002.

Pirri (Pietro, S.I.), L’interdetto di Venezia del 1606 e i Gesuiti. Silloge di documenti con introduzione, Rome, 1959.

Porphyriou (Heleni), « La cartografia veneziana dell’isola di Creta », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 375-413.

Spanakis (Sergios G.), « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran τοῦ 1639 », Κρητικἁ Xpovικὰ, XXI-2, 1969, p. 365-458.

Spanakis (Sergios G.), « Ἡ ἕκθεση τοῦ Δούκα τῆς Κρήτης Ἰωάννη Σαγκρέντο (1604) », Κρητικὰ Χρονικὰ, ΙΙΙ-3, 1949, p. 519-533.

Spanakis (Sergios G.), « Ἡ ἔκθεση τοῦ Δούκα τῆς Κρήτης Ντολφίν Βενιέρ (1610) », Κρητικὰ Χρονικὰ, ΙV-2, 1950, p. 319-352.

Spanakis (Sergios G.), Mνημεῖα τῆς Kpητικῆς ίστορίας, 6 vol. , Héraclion, 1940-1976.

Steriotou (Ιοanna), « Ἡ ἀμυντική ὀργάνωση τοῦ Χάνδακα στὸν Κρητικὸ Πόλεμο. Οί ἐπιτελικὲς-στρατιωτικὲς κινήσεις τῶν δύο πλευρῶν. Μελέτη τεχνικῶν-ἐπιτελικῶν στοιχείων ἀπό τὰ ἀρχεῖα τῆς Βενετίας », in Πεπραγμένα Η’ Διεθνοῦς Κρητολογικοῦ Συνεδρίου (Ἡράκλειο, 9-14 Σεπτεμβρίου 1996), t. Β2, Ηéraclion, 2000, p. 294-320.

Steriotou (Ioanna), « Le fortezze del Regno di Candia. L’organizzazione, i progetti, la costruzione », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 283-301.

Steriotou (Ιοanna), Οί βενετικὲς ὀχυρώσεις τοῦ Ρεθύμνου (1540-1646). Συμβολή στὴ φρουριακὴ ἀρχιτεκτονικὴ τοῦ 16ου καὶ 17ου αιώνα, Αthènes, 1992.

Sterioutou (Ιοanna), Τά βενετικὰ τείχη τοῦ Χάνδακα τὸν 16ο καὶ τὸν 17ο αιώνα. Τὸ ἰστορικὸ τῆς κατασκευῆς τους σύμφωνα μέ βενετικὲς ἀρχειακὲς πηγές, Ηéraclion, 1998.

Tafuri (Manfredo), « La “nuova Costantinopoli”. La rappresentazione della “renovatio” nella Venezia dell’Umanesimo (1450-1509) », Rassegna, 9, 1982, p. 25-38.

Tea (Eva), « Saggio sulla storia religiosa di Candia dal 1590 al 1630 », Atti del Reale Istituto Veneto di scienze, lettere ed arti, LXXII-2, 1912-1913, p. 1359-1433.

Tenenti (Alberto), Piracy and the Decline of Venice, 1580-1615, Berkeley-Los Angeles, 1967 (titre original: Venezia e i corsari, 1580-1615, Bari, 1961).

Thiriet (Freddy), La Romanie vénitienne au Moyen Âge. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (xiie-xve siècles), Paris, 1959.

Thiriet (Freddy), « Problemi dell’amministrazione veneziana nella Romania, xiv-xv sec. », in Id., Études sur la Romanie gréco-vénitienne (xe-xve siècles), Londres, Variorum Reprints, 1977, art. n° XIV.

Thiriet (Freddy), Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, Paris-La Haye, t. 3, 1961.

Thiriet (Freddy), « Sui dissidi sorti tra il Comune di Venezia e i suoi feudatari di Creta nel Trecento », Archivio Storico Italiano, 114, 1956, p. 699-712.

Τomadakis (Νicolas Β.), « Μιχαὴλ Καλοφρενᾶς Κρής, Μητροφάνης Β’ καὶ ἡ πρὸς τὴν Ἕνωσιν τῆς Φλωρεντίας άντίθεσις τῶν Κρητῶν », Ἐπετηρὶς Εταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν, 21, 1951, p. 110-144.

Topping (Peter), « Viticulture in Venetian Crete (xiiith c.) », in Πεπραγμένα τοῦ ΔΔιενθῦς Kρητολογίκοῦ ικοῦ Συνεδρίυ, Athènes, 1981, t. 2, p. 509-520.

Τsirpanlis (Ζacharias Ν.), « Ἀπὸ τὴ φιλορθόδοξη πολιτικὴ τῆς Βενετίας στὴν Ἑλληνική Ἀνατολὴ (Ἀνέκδοτα ἔγγραφα τῶν ἐτῶν 1581-1597) », Ἐπετηρὶς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπονδῶν, 39-40, 1972-1973, p. 295-311.

Tsirpanlis (Zacharias N.), «  βασιλικὴ τοῦ Ἁγίου Mάρκου τῆς Βενετίες σὲ βυζαντινὰ καὶ μεταβυζαντίνὰ κείμενα », Θησαυρίσματα, 26, 1996, p. 94-104.

Τsirpanlis (Ζacharias Ν.), «  ἐπισκοπὴ Κισάμον καὶ θρησκευτικὴ πολιτικὴ τῆς Βενετίας καὶ τοῦ Βατικανοῦ (τέλη 16ου-άρχὲς 17ου αἰ.) », in Πεπραγμένα τοῦ ΓΔιεθνοῦς Κρητολογικοῦ Συνεδρίου (Ρέθυμνον, 18-23 Σεπτεμβρίου 1971), Αthènes, 1974, t. 2, p. 315-332.

Tsirpanlis (Zacharias N.), « I libri greci pubblicati dalla “Sacra Congregatio de Propaganda Fide” (xvii secolo). Contributo allo studio dell’umanesimo religioso », Balkan Studies, 15-2, 1974, p. 204-224. URL : https://ojs.lib.uom.gr/index.php/BalkanStudies/article/download/1147/1167.

Τsirpanlis (Ζacharias Ν.), Τό Ἑλληνικὸ Κολλέγιο τῆς Ρώμης καὶ οἱ μαθητές τον (1576-1700). Συμβολὴ στὴ μελέτη τῆς μορφωτικῆς πολιτικῆς τοῦ Βατικανοῦ, Τhessalonique, 1980.

Τsirpanlis (Ζacharias Ν.), Τό κληροδότημα τοῦ καρδιναλίου Βησσαρίωνος γιά τοὺς φιλενωτικοὺς τῆς βενετοκρατούμενης Κρήτης (1439-17ος αἰ.), Τhessalonique, 1967.

Tucci (Ugo), « Il commercio del vino nell’ economia cretese », in G. Ortalli (éd.), Venezia e Creta. Atti del convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre-5 ottobre 1997, Venise, 1998, p. 183-206.

Vacalopoulos (Αpostolos), « Ἡ θέση τῶν Ἑλλήνων καὶ οἱ δοκιμασίες τους ὑπὸ τοὺς Τούρκους », in Ό Ἑλληνισμὸς ύπὸ ξένη κυριαρχία (περίοδος 1453-1669). Τουρκοκρατία-Αατινοκρατία, t. 10 de Ἱστορία τοῦ Ἑλληνικοῦ Ἔθνους, Αthènes, 1974, p. 22-91.

Vacalopoulos (Apostolos E.), Oἱ ἀγῶνες γιὰ τήν πίστη καὶ τὴν ἐλενθερία,t. III de Ίστορία τοῦ Nέου Ἑληνίσμοῦ, Thessalonique, 1968.

Vacalopoulos (Apostolos), Oἱ ἱστορικὲς βἁσεις τῆς νεοεληνίκῆς κοινωνίας καὶ οἰκονομίας, t. II-1 de Ἱστορία τοῦ Nέου Ἑληνισμοῦ, Thessalonique, 1964.

Xanthoudidis (Stephanos),Ἡ Ἑνετοκρατία ἐν Κρήτη καὶ oἱ κατὰ τῶν Ἑνετῶν ἀγῶνες τῶν Kρητῶν, Athenes, 1939.

Χirouchakis (Αgathangelos), « Περὶ διορισμοῦ καὶ παραμονῆς Ὀρθοδόξων Ἑλλήνων ἐπισκόπων ἐν Κρήτη ἐπὶ Βενετοκρατίας », Κρητικαὶ Μελέται, 1, 1933, p. 287-296.

Notes

1 Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 235-237 ; Maltezou, « Ἡ καθημερινἠ ζωή στὴ βενετοκρατούμενη Κρήτη », p. 9-11.

2 Spanakis, Mνημεĩα, t. II (« Francesco Moresini, provveditore generale et ingegner nel Regno di Candia, Relazione presentata nell’eccellentissimo consiglio, MDCXXIX »), et t. IV (« Benetto Moro, Relazione letta in Pregadi, a 25 Giugno 1602 ») ; Id., « Ἡ ἔκθεση τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάννη Σαγκρέντο » ; Id., « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ” ; Id., « Ἡ ἔκθεοη τοũ Γενίκοũ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran ». Sur ces documents et les autres rapports, publiés ou inédits, de représentants locaux du pouvoir vénitien, voir p. ex. Manoussacas, « Σύντομος ἐπισκόπησίς », p. 254-255 ; Maltezou, « Ἡ θρούρηση τῶν παραλίων », p. 139-140, n. 1-2.

3 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne » ; Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne ».

4 Voir notamment : Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 188 (dans la première moitié du xve siècle, les lettres ducales mettent de 23 à 30 jours pour parvenir à Candie) ; Id., « Problemi dell’amministrazione veneziana », p. 780 (de 24 à 34 jours entre Venise et Candie aux alentours de 1400) ; Braunstein et Delort, Venise, p. 93 ; Braudel, La Méditerranée, t. 1, p. 333 ; Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 596 (Johannes Habermacher quitte Venise le 16 juillet 1606 et parvient à Candie le 8 août), p. 603 (Jakob Stadler, parti le 10 mai 1623, arrive le 10 juin).

5 […] Io stimo si come credo che faci ogn’altro, che l’haver fortezze e stati, et marine in paesi lontanissimi migliara di miglia, situati nelle fauci dell’inimici, senza certo modo di poter dar da viver alli loro Populi, et militie, sij un non haverle, per non dir peggio, in tal stato Ser.mo Prencipe si ritrovano le sue Isole di Levante, et le sue fortezze, et in particolare l’Isola di Candia, più d’ogn’altra lontana, cosi dal aiuto di lei, come da qual si voglia altro luogo che la possi suffragare... (Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 521-522). On rapprochera, pour en mesurer le pessimisme, cette mise en garde de Sagredo des diverses formules traditionnelles qui, dans de nombreux rapports ou autres documents, placent au contraire la Crète au centre de l’empire colonial vénitien et en font la pièce maîtresse : più bella Corona, ch’orni il Capo della Serenissima Repubblica (Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Γενίκοũ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 429) ; un membro principalissimo di questa Reppublica (Id., « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ », p. 317) ; havendo portata quest’acquisto alla Ser Vra una Corona (Id., Mνημεĩα, t. II, p. 13) ; per conservare a Lei, et alla gloria di questa Republica, et tutto il Christianesimo quel nobilissimo et importantissimo Regno (Id., Mνημεĩα, t. IV, p. 154-155) ; essendo questo Regno il polso, et il nervo maggre delle forze maritime di V. Ser. (ibid., p. 140) ; robur et fortitudo imperii(Braunstein et Delort, Venise, p. 92) ; gemma risplendente del regio diadema (Benzoni, « Morire per Creta », p. 173) ; Regina delle isole del mare mediterraneo (Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 596) ; Patria degli Dii, Regina del Mare, umbilico del Mondo, Il maggior nervo [...] della forza et reputatione di tutta la cristiana Repubblica (Porphyriou, « La cartografia veneziana », p. 375 et 384).

6 […] Dico che ella è posta quasi nel mezo del Mediterraneo, distante poco meno che egualmente dall’Asia, Africa et Europa, altretanto alle invasioni nimiche, quanto da i soccorsi della Ser. V. lontana ; [...] Thine cioè, et Cerigo, della quali veramente è da tener molto conto, potendosi dire che con gli occhi di queste Candia arrivi con la vista fin dentro de l’Arcipellago, et vegga le uscite delle galee cosὶ dalli Castelli di Constli come fuori di Capo Malio, havendosi da Tine gli avisi di quelle, et da Cerigo quelli di queste (Spanakis, Mνημεĩα, t. IV, p. 2-3, 61-62). Cf. en outre le rapport de Moresini, ibid., t. II, p. 14 : Oltre il sito del Regno di Candia, che lo rende difficile ad espugnar [...].

7 […] perche in vero sono tante le spiaggie dell’lsola commode al disbarco, et tanti li Porti, et ridotti liberi, et aperti al nemico da salvarvi l’Armata che vi bisognaria troppo numeroso Essercito, et molto superiore alle forze di questo dominio, da cingere, poco meno che tutta la Isola per poterle guardare, et difenderle tutte, essendo che la facilità con che possono le galee con lo aiuto de remi condursi da un loco allaltro, non lascia che si possa promettere che quelle genti che potrano bastare a guardare una parte di quelle spiaggie, si possano per quelle disastrose vie, condurre a tempo alle altre, dove si havesse potuto penetrar che il nemico vi disegnasse lo sbarco (Spanakis, Mνημεĩα, t. IV, p. 141).

8 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Γενίκοũ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 374-375, en particulier p. 374 : Onde il solecitame l’effetto, riuscirà a grandissimo publico vantaggio, prima anco, che la stagione s’avanzi, perche l’invernata poi, incontrano in tempi pessimi ; stano molti mesi in viaggio, s’amalano, muorono, con notabilissimo publico pregiuditio, et p. 375 : Nè sufficiente, nè atto, è il numero de Bombardieri per la maggior parte inhabili, senza pratica, disciplina, o peritia alcuna [...], mentre nella lunga distanza da questa Città, non cos facile riesce l’espedirne de migliori [...] ; cf. également p. 389 (importance des réserves de poudre, en raison de la longueur et de la difficulté des voyages), p. 442-443 (il convient de veiller à l’approvisionnement des villes et des forteresses, l’ennemi, en cas de guerre, pouvant tenter de les isoler les unes des autres en gênant les communications maritimes).

9 Voir Benzoni, « Morire per Creta », p. 159-160.

10 Voir principalement Greene, « Ruling an Island », p. 194, 198, 199; Ead., Christians and Muslims, p. 45, 57, 113, 116-117, 142.

11 Cf. ibid., p. 50-52; Detorakis, Ίστορία τς Κρήτηικς, p. 206-207; Maltezou, Κρήτη, p. 54-55; Ead., « The historical and social context », p. 37; Spanakis, « Ή ἔκθεση τοũ Γενικοũ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 369 et n. 1; Id., Mνημεĩα, t. III, p. 103-104.

12 Benzoni, « Morire per Creta », p. 156; cf. Greene, Christians and Muslims, p. 65-66.

13 Voir en particulier Greene, « Ruling an Island », p. 197-198 ; Ead., Christians and Muslims, p. 62, 110, 114-117 ; Tucci, « Il commercio del vino », p. 185-188, 200 ; Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, t. 2 : « Voiliers et commerce en Méditerranée », p. 340, 544-547 ; Panopoulou, « Oἱ Bενετοί », p. 298-299, 339-342, doc. n° 28 ; Maltezou, Ή Κρήτη, p. 63-64 ; Alexiou, Tὸ Kάστρο, p. 19-20 ; Id., « Κοινωία καὶ oἰκονοία στὴν Κρήτη », p. 209. Sur la situation au cours des siècles précédents, cf. p. ex. Thiriet, La Romanie vénitienne,p. 317-321, 414-416 ; Imhaus, « Enchères des fiefs et vignobles », p. 195-210 ; Topping, « Viticulture », p. 509-520.

14 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 520 ; cf. en outre, sur la question des disettes et de l’approvisionnement en céréales, ibid., p. 523-524, 527-528, 531.

15 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ », p. 329-330. Les mêmes préoccupations reviennent dans les rapports de Civran (Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Γενίκοũ Προβλεπτῆ Κρήτης Isepo Civran », p. 405, 413, 416), de Moresini (Id., Mνημεĩα,t. II, p. 76-77, 80, 87-88) et de Moro (Id., Mνημεĩα, t. IV, p. 158-159). Sur la question de l’approvisionnement en blé et les périodes de pénurie, voir en outre Alexiou, Tὸ Kάστρο, p. 47-48 ; Arbel, « Riflessioni sul ruolo di Creta », p. 257-258 ; Greene, Christians and Muslims,p. 49, 57, 62-63, 66, 114 ; Ead., « Ruling an Island », p. 197-198.

16 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 598 (cf. p. 548).

17 Voir Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάννη Σαγκρέντο », p. 527-531 ; cf. en outre Arbel, « Riflessioni sul ruolo di Creta », p. 258 ; Tucci, « Il commercio del vino », p. 188-192, 204 ; Greene, Christians and Muslims, p. 62-63, 65-66 ; Ead., « Ruling an Island », p. 198-199 ; Braudel, La Méditerranée, t. 1, p. 143 et n. 5.

18 Detorakis, « Ἡ πανώλης έν Κρήτη », p. 125-132. Pour les poussées qui affectent principalement ou uniquement la Crète au cours de la période, Biraben (Les hommes et la peste, t. 1, p. 129 et 444-445, Annexe IV) mentionne les années 1611, 1645-1646, 1656, 1662, 1663, 1664. Voir en outre Detorakis, Ἰστορία τῆς Kρήτης, p. 222-224 ; Alexiou, Tò Kάστρο,p. 48 ; Maltezou, Κρήτη, p. 55 ; Costantini, « I galeoni di Candia », p. 208.

19 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοũ Δούκα τῆς Κρήτης ΝτολΦὶν Bενιέρ », p. 348-349 : Vi capitano in ogni stagione, et ad ogni capo dell’ Isola dalla parte di Ostro, Galeoni armati di diversi Prencipi [...] vengono ad introdursi con famigliarità tanto intrinsica, che non solamente nasce da questo pregiuditio notabile al buon ordine della sanità, che perla memoria delle tribulationi passate, deve stimarsi sopra ogni cosa [...]. Il s’agit probablement d’une allusion à une épidémie récente, peut-être à celle de 1592 (cf. ibid., p. 349-350, n. 30 de la p. 349).

20 Spanakis, Mνημεĩα, t. IV, p. 69-70.

21 Cf. Papadaki, « Ἀξιώματα », p. 110.

22 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 587.

23 Ibid., p. 594. Cf. en outre p. 580 (en 1583, Nicolas Christophe Radzivil et ses compagnons de voyage attendent, pour pénétrer dans Candie, la décision des autorités qui vérifient que leur bateau ne vient pas d’une région pestiférée) ; p. 589 (Johanes Cotovicus mentionne en 1598 une église Saint-Roch, dont il précise qu’elle a été édifiée récemment pour faire cesser la peste). Cf. également les récits de voyage de Samuel Kiechel, qui se trouve en Crète en 1585, de Gabriele Cavazza, 1591 (Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 541-542, 544), ainsi que celui du Hollandais Seusenius, qui visite Candie en 1602 : Markaki, « Ὁ βενετοκρατούμενος Χάνδακας », p. 293, 297 et n. 37.

24 Cf. Maltezou, « Ἡ Φρούρηση τῶν παραλίων », p. 144 et n. 1. Sur la patente maritime de santé en Europe à partir du xve siècle, voir Biraben, Les hommes et la peste, t. II, p. 86-88 ; Panzac, Quarantaines et lazarets, p. 41 et n. 27.

25 Voir p. ex. Detorakis, « Πειρατικὲς ἐπιδρομὲς στήν Κρήτη », p. 136-151 (pour la bibliographie antérieure, cf. p. 141-142, n. 2-4) ; Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 243-248 ; Krantonelli, Ἱστορία τῆς πειρατείας, en particulier p. 80-93 (attitude des autorités vénitiennes), 268 (régions de Crète particulièrement exposées aux attaques des pirates), 391-411 (incidences de la piraterie sur la vie quotidienne des populations grecques) ; Kephalliniadi, Πειρατεία ; Greene, « Ruling an Island », p. 194, 197 ; Ead., Christians and Muslims, p. 13-14, 55-56, 120 ; Costantini, « I galeoni di Candia », p. 208-209, 222 ; Vacalopoulos, « Ή θέση τῶν Ἑλήνων », p. 77-89, et bibliographie p. 461 ; Id., « Οἱ ἱστορικὲς βάσεις », p. 99-133 ; Lane, Venise, p. 466-467 ; Tenenti, Piracy, p. 34 (mesures de protection contre les attaques de corsaires et de pirates dirigées contre la Crète que décide Filippo Pasqualigo, commandant de la flotte militaire, dans les années 1581-1584), 66 (très nombreuses attaques au large de la Crète à l’extrême fin du xvie siècle), 89 sq. (dommages causés au commerce vénitien par la piraterie) ; Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire », en particulier p. 191-194 ; Id., « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? », en particulier p. 368-371. On ne mentionnera que pour mémoire l’ouvrage fort peu documenté de Kostas Kairophylas, Οἱ κουρσάροι στήν Ἑλάδα

26 Sur cet épisode, cf. Alexiou, T Kάστρο, p. 52 ; Panaghiotakis, Ἡ kρητικὴ περίοδος τῆς ζωῆς τοῦ Δομηνίκου Θεoτοκοποúλου, p. 40-43 ; Id., « Μανοũσος », p. 181-188.

27 Spanakis, « Ἡ ἔκθεση τοũ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 445-446 ; sur la défense des côtes, en particulier de la côte sud, contre les pirates, sur les dommages causés par ceux-ci à la flotte marchande et au commerce, cf. également ibid., p. 398, 411, 422-423, 429.

28 Spanakis, Mνημεĩα, t. II, p. 85-86. Sur d’autres incidents liés à la piraterie, sur leurs conséquences économiques et sur les mesures que préconise Moresini, voir en outre ibid., p. 95-98, 100-102.

29 Spanakis, « Ή ἕκθεοη τοũ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 422-424 ; Id., Mνημεĩα, t. II, p. 96, 101 ; Id., Mνημεĩα, t. IV, p. 149-150, 158 ; cf. en outre Id., « Ή ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 523-524.

30 Cf. Greene, Christians and Muslims, p. 120.

31 […] Essendo li corsari guidati da persone praticue del paese: Maltezou, «  Φρούρηση τῶν παραλίων », p. 145 et n. 4.

32 En 1583, Nicolas Christophe Radzivil mentionne une petite tour d’où, sur une hauteur proche de Sitia, des sentinelles surveillent les mouvements des pirates ; en 1595, Juan Ceverio De Vera note que les habitants de Candie souffrent des attaques de corsaires ; Henry Castella qualifie en 1601 le cap Salomon ( = cap Sidero, à l’extrémité nord-est de l’île) de vraye retraite des corsaires de mer (Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », respectivement p. 581, 586, 594), un témoignage que viennent au demeurant confirmer plusieurs autres sources (cf. Krantonelli, στορία τς πείρατείας, p. 82, 102, 268, 318, 403) ; cf. en outre Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 523 (Hans Ulrich Krafft, 1573), 544 (Loys Balourdet, 1588), 552 (Jean Coppin, 1644-1648).

33 Cf. principalement Maltezou, « Ἡ Φρούρηση τῶν παραλίων », en particulier p. 144-146 ; Ead., Κρήτη, p. 60-63 ; Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 429-440 ; Id., Mνημεĩα, t. II, p. 14 sq., 95 sq. ; Id., Mνημεĩα, t. IV, p. 139-155, 163-164.

34 Sur toutes ces questions relatives aux ouvrages de défense, à leur édification et à leurs réfections sucessives, voir principalement les travaux de Ioanna Steriotou : « Le fortezze del Regno di Candia » ; Oi βενετικὲς όΧυρώσείς τοῦ Pεθύμνου ; Tà βενετικά τείΧη τοῦXάνδακα ; « Ἡ ἀμυντικὴ όργάνωση τοῦ Xάνδακα ». Cf. aussi Greene, « Ruling an Island », p. 197; Ead., Christians and Muslims, p. 17-18, 60, 65, 80; Alexiou, T Kάστρο, p. 12-13; Benzoni, « Morire per Creta », p. 156.

35 En particulier Giraudet vers 1580, Ceverio de Vera en 1595, Moryson en 1596, Cotovicus en 1598, Harant la même année, Habermacher en 1606, Stockman la même année, Lithgow en 1610, Sandys la même année, Surius en 1644-1647, Donado en 1680 (Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », respectivement p. 580, 586, 588, 589, 592, 596, 598, 599, 602, 604, 607), Zampechi en 1575, Kiechel en 1585, de Brèves en 1605, Boullaye Legouz vers 1641, Coppin en 1644-1648 (Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », respectivement p. 534, 542, 549-550, 550, 552-553), ainsi que Seusonius en 1602 (Markaki, « Ὁ βενετοκρατούμενος Χάνδακας », p. 295).

36 Voir notamment Steriotou, « Le fortezze del Regno di Candia », p. 285-286, 289-297.

37 Ibid., p. 290, 295, 299-300.

38 Voir en particulier Spanakis, « Ή ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 390, 393, 395, 397 sq., 430 sq. ; Id., « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάννη Σαγκρέντο », p. 521 ; Id., « Ἡ ἒκθεση τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦίν Bενιέρ », p. 34, 343 ; Id., Mνημεα, t. II, p. 22-24 ; Id., Mνημεα, t. IV, p. 6, 16, 41, 47, 67.

39 Spanakis, Mνημεα, t. I, P- 206-207.

40 Ce sentiment d’insécurité ne caractérise sans doute pas en propre la période ici étudiée. Deux études récentes de Joke Aalberts ont montré qu’il s’exprimait aussi, prolongé cette fois par des préoccupations de nature eschatologique, dans l’œuvre de deux clercs crétois de la seconde moitié du XVe siècle, l’un partisan de l’Union, l’autre orthodoxe (Jean Plousiadènos, Nathanaël Bertos) : « Ἡ Ἱερουσαλὴ καὶ ἡ Βαβυλώνα », p. 241-264 ; « Ὁ ἠθικὸς βίος τῶν Κρητικῶν », p. 31-46.

41 Porphyriou, « La cartogafîa veneziana », p. 376-378.

42 Ibid., p. 386.

43 Ibid., p. 388.

44 Ibid., p. 386-387.

45 Ibid., p. 393, 398 fig. 18, 399.

46 Ibid., p. 386, 390, 395 fig. 12, 396-397 fig. 13-16, 398 fig. 18.

47 Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 113-114; Maltezou, Kρήτη, p. 48, 50, 52; Ead., « The historical and social context », p. 21-22; Ead., «  καθημερίνὴ ζωὴ στὴ βενετοκρατούμενοη Kρήτη », p. 26-27; Alexiou, Tò Kάστρο, p. 17-18; Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 240.

48 Voir l’excellente synthèse de Maltezou, Kρήτη, p. 23-43; cf. Ead., « The historical and social context », p. 22-25; Gasparis, « Βενετὶα καί Bυζάντιο », p. 134-135.

49 Cf. Xanthoudidis, Ἑνετοκρατία έν Κρήτη p. 81-98; Thiriet, « Sui dissidi ».

50 Voir surtout Manoussacas, εν Kρήτη συνωμοσία τοῦ Bλαστοῦ, p. 36-37.

51 Cf. Xirouchakis, « Περὶ διορισμοῦ καὶ παραμονῆς pθοδόξων Ἑλλήνων ἐπισκόπων ἐν Kpήτη », p. 292; Tea, « Saggio sulla storia religiosa di Candia », p. 1373; Maltezou, Kρήτης, p. 90; Alexiou, T Kάστρο, p. 18.

52 Postquam Chyr Foca ex parte nostri imperatoris insulam subiugauerat totam, filius dicti imperatoris una cum nobilibus duodecim principibus Romanorum de Poli urbe in hanc insulam ad dominandum uenit ; qui omnibus istis nobilibus dominium atque loca concessit. Deinde, magno peracto tempore, ex assiduis et continuis preliis iam fessi in istis montibus conuolauerunt qui hodie arma nomenque ferunt antiquum domorum Romanarum. Et in tanti deuenerunt quantitate quod, si concordes essent, leue eis fuisset hanc insulam possidere : Buondelmonti, Descriptio Insule Crete, p. 187-188.

53 Cf. Alexiou, « Ό Χαρακτὴρ τοῦ Έρωτοκρίτου », p. 38.

54 Cf. Maltezou, Kρήτη, p. 44-46; Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 238-239.

55 Spanakis, Mνημεα, t. IV, p. 74-80.

56 Ibid., p. 74-75: Ha sotto di sè X Casali, con numero di appresso seicento case, con anime in circa 2500, de quali possono esser intorno 700 da fatti, et di questi 500 scritti nelle ordinanze, non essendo di loro alcuno obligato alle angarie, nè alla galea, passando tutti come privilegiati Arcondoromei, tenendosi discesi da quelle famiglie nobili della Colonia che fu mandata dall’Imperator Greco in quel Regno.

57 Cf. Greene, Christians and Muslims, p. 174 sq.; Maltezou, Κρήτη, p. 51 -52; Tsirpanlis, Τ κληροδότημα το καρδίναλίου Βησαρίωνος, p. 168-170 et n. 3 de la p. 170 (rapports des provéditeurs généraux Alvise Grimani et Giacomo Foscarini).

58 Spanakis, Mνημεα, t. IV, p. 80-106.

59 Ibid., p. 95 : È appresso ottima cosa il non lasciar che dalli sudditi suoi nel Regno siano acettate Commissioni et Procure dalli Rmi Patriarchi Greci, perche questi rappresentando la persona del Capo principale del loro rito, dipendono, et per Natura, et per obligo da lui, et sono tenuti da gli altri Greci in molta consideratione, et sono di molta auttorità presso di loro, et percio non si devono tollerare in niun modo, nè per qual si voglio effetto, perche dipendendo la elettione del Patriarca di Constantinopoli dalla volontà del Turco, che può, ne deve fidarsi della fede sua ? et per non si deve permetter che egli habbia niun comercio, nè corrispondenza con li suoi sudditi, ne che essi habbiano da ricever da lui carichi, et titoli che loro diano prérogative, et auttorità sopra gli altri.

60 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 594.

61 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης Ἰωάνη Σαγκρέντο », p. 521-522.

62 Ibid., p. 527 sq. ; Id., « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Κρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 329-331 ; Greene, Christians and Muslims, p. 62 sq. ; Ead., « Ruling an Island », p. 194.

63 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 379-380 ; Id., Mνημεα, t. II, p. 55.

64 Maltezou, Kρήτης, p. 45-46.

65 Maltezou, « The historical and social context », p. 33-34 ; Panaghiotakis, « Ό ποιητὴς τοῦ Έρωτοκρίτου », p. 158.

66 Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 316 : Fù poi del 1222 rinovata la Collonia, con quelle famiglie, che hora sono in essere, se bene diminuita assai al presente, si per esser mancate molte di esse, come per esserne buona parte venute a ripatriare, et altre per negligenza, et povertà ridotte alle Ville, mutata la conditione, sono diventuti poveri Contadini.

67 Panaghiotakis, « Ὁ Francesco Barozzi », p. 83 (discours prononcé par Barozzi lors de la fondation de l’Académie des « Vivi » à Réthymnon) : La honde havendo forsi hormai havuto compassione il Signor Iddio dell’infelicità di questa povera patria [...].

68 Kallergis, Ὁ Κρητίκὸς λόyιoς, p. 115, 1. 5 (lettre dédicatoire à M. Savelli) ; cf. en outre commentaire, p. 29 et p. 200, n. 35.

69 Respectivement Spanakis, Mνημεα, t. I, p. 13 (Et benche li nobili Cretensi habbiano per lo più tratta l’origine da questa Città, dalle famiglie de’ Cittadini, et da nobili ancora, che per diversi accidenti sono caduti dalla nobilità, viveno nodimeno la maggior parte alla Greca, come fanno tutti gl’ altri, che habitano nella Città, et come pur anche fanno alcuni dei nobili Veneti, per la forza dell’uso del paese, et per rispetto dell’ educatione, e delle donne loro ; le quali, come il parlare, cos usano quasi in tuttil resto il medmo rito Greco ; et se non fosse l’impedimento, che haveriano li nobili Veneti nella prova della nobiltà vivendo alla greca, pochi credo seguiriano il rito latino) ; Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 595 (Les habitants de ceste isle vivent presque tous à la façon des Grecs) ; cf. en outre le témoignage de Samuel Kiechel (1585), qui note que Grecs et Latins participent ensemble aux mêmes pèlerinages (Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 542). Sur ce phénomène si important pour l’étude de la culture vénéto-crétoise des xvie et xviie siècles que constitue l’hellénisation – notamment linguistique – de la population d’origine vénitienne, voir p. ex. Cornaros, ρωτόκρίτος, introduction, p. 94-95 ; Panaghiotakis, « Ὁ ποιητὴς τοῦ Ἐρωτοκρίτου », p. 155-161 ; Id., « Ἡ παιδεία », p. 14-15, 22-23, 28-29 ; Alexiou, Τὸ Kάστρο, p. 14 ; Maltezou, « The historical and social context », p. 32-35.

70 Cf. Karapidakis, « I rapporti fra “governanti e governati” », p. 239-240.

71 Spanakis, « Ή ἔκθεση τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης NτολΦὶν Bενιέρ », p. 316-317: nel consiglio, che si fecce nel mezzo del mio Reggimento appena nintervenero trenta in circa, ma ben settanta e più Cretensi, cose di pensiero importante a chi è geloso della conservatione di un membro principalissimo di questa Reppublica, se ben io giudico tutti coloro di animo assai quietto, non s se per instinto proprio, o pure per il rimorso, che si vedono di Fortezze, et Militia, onde forse non si manifestino in loro propositi stravaganti, mancando il modo dipoterli nutrire, con niun favorevole progresso.

72 Id., « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 380 : S’aggionge che la Collonia resta di maniera diminuita, che supera di gran lunga il numero de Greci, che guarniscono, a quello de nobili Veneti, che per ci dilatandosi i feudi in più teste, ne succede anco il disordine de Roncini in numero grandissimo ; et pure il fine della Ser V., nell’institution della Collonia stessa fu, che questo rimanesse billanciato per tutti gli accidenti che potessero accadere ; onde senza qualche compenso in pochissimi anni, resterà ella del tutto ridotta in Greci d’ogni conditione e qualita, esclusone affato i nobili Veneti.

73 Id., Mνημεα, t. IV, p. 83-84 : Nelle parti, et deliberationi che si propongono ne i Consigli, o per causa di contributioni, o di altra maniera a quelli attinente hanno tutte ( = les deux noblesses, vénitienne et crétoise) egualmente voto. Onde stimo cosa degna di avvertenza che nella distributione della Nobiltà Cretense che è solita concedersi da V. Ser. per gratia spéciale, sia havuto mira che non si avanzino tanto in numero quelli di Rito Greco, che pareggino, o prevaglino a quelli di Rito Latino, dovendo esser molto più utile al publico servitio, per quei rispetti che possono essere penetrati dalla prudenza di V. Ser. che nelle Communità del Regno habbiano maggior nro di voti, che gli altri, quelli che sono del suo rito, che come antica Colonia, investita di feudi da V. Ser. ogni ragion consente che debba naturalte più che ogni altro inchinare al servitio delle cose sue ; cf. également ibid., p. 96-106, les autres mesures proposées par Moro pour éviter que la puissance et la richesse des archontes locaux ne compromettent la soumission du peuple des campagnes à l’autorité vénitienne.

74 Voir, parmi une abondante bibliographie, Tsirpanlis, Τ κληροδότημα, p. 161-167, et en particulier p. 166, où l’auteur cite un important document adressé en 1578 par le Conseil des Dix aux autorités vénitiennes de Crète, document dans lequel il est notamment précisé : [...] che alla conservatione delli sopradetti luoghi nostri ( = les colonies vénitiennes orientales) sia necessario di conservar a Greci i riti loro [...] ; Id., « Ἀπὸ τή Φίλορθόδοξη πολιτικὴ τῆς Βενετίες », p. 295 ; Panopoulou, « Oἱ Bενετοί », p. 293, 296-297 ; Maltezou,Ἡ Κρήτη, p. 84-86 ; Ead., « The historical and social context », p. 29 ; Detorakis, Ἱστορία τῆς Kρήτης, p. 202.

75 Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 580 (Nicolas Christophe Radzivil, 1583-1584), 595-596 (Henry Castela, 1600-1601), 605-606 (Jean Struys, 1656), 608 (Giovan Battista Donado, qui visite Souda, encore vénitienne, en 1680).

76 Voir l’ensemble du chapitre que ce provéditeur général consacre au rite grec : Spanakis, Mνημεῖα, t. II, p. 110-120, et en particulier p. 1 10 : Questi due ritti latino egreco se non venissero fatte delle novità si manteniriano sempre uniti come se fossero un corpo solo, perche li Greci non cercano altro mai che la conservation del loro ritto [...] tuttavia spesse volte da nostri, mi dispiace a dirlo, sha tentato delle cose che han datto causa di scandali [...]. Cf. en outre le rapport de Benetto Moro, ibid., t. IV, p. 92, 103 (Et in somma, non è da lasciar che siano toccati in nulla nelle cose del rito, nè da permettere innovatione per qual si voglia buon fine et effetto, perche ogni minimo accidente in questa materia cagiona ne i petti loro grandissima commotione), 143.

77 Spanakis, « Ή ἔκθεοη τοῦ Γενίκοῦ Προβλεπτῆ Kρήτης Isepo Civran », p. 438-439, 449. Sur cette attitude nouvelle de l’autorité vénitienne à l’égard des populations grecques orthodoxes, cf. aussi Greene, « Ruling an Island », p. 195 ; Ead., Christians and Muslims,p. 57-58, 67, 142, 176 ; Maltezou, Ή Κρήτη, p. 46.

78 Cf. Benzoni, « Morire per Creta », p. 170-171. Le rapport de l’inspecteur militaire Nicolὸ Gualdo de Priorati (1633) mentionne les cas de Crétois qui aident des pirates à débarquer (Maltezou, « Ἡ Φρούρηση τῶν παραλίων », p. 145) ; Venier considère les Crétois comme un peuple indiscipliné, rebelle et peu loyal (Spanakis, « Ἡ ἔκθεοη τοῦ Δούκα τῆς Kρήτης ΝτολΦὶν Βενιέρ », p. 315, 327, 340) ; on rencontre une série d’observations analogues dans les rapports de Moresini (Spanakis, Mνημεα, t. II, p. 52, 67-68, 128-129) et de Moro (ibid., t. IV, p. 70, 75, 124, 144) ; enfin, parmi les voyageurs, von Lauffen (1583) rapporte que le vice-roi d’Alger cherche, afin d’attaquer La Canée, à recruter des traîtres parmi la population autochtone (Hemmerdinger-Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 582), tandis que Boullaye Legouz (1641 ?) constate que les Crétois préfèrent les Turcs aux Vénitiens (Iliadou, « La Crète sous la domination vénitienne », p. 550 : « Les naturels y sont fort adroits à tirer de l’arc et assez bons hommes de mer, mais plus affectionnez aux Musulmans qu’aux Venitiens »). Voir en outre Greene, « Ruling an Island », p. 196-197, 199; Ead., Christians and Muslims, p. 44, 59, 61, 65, 67.

79 Cf. Geanakoplos, Bisanzio e il Rinascimento, p. 45-59; Panaghiotakis, «  παιδεία », p. 9-10.

80 Sur les effets, en Crète, du Concile de Florence et sur la résistance à l’Union, voir p. ex. Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 428-434 ; Vacalopoulos, Οἱ άγῶνες, p. 171-176 ; Tomadakis, « MιΧαὴλ ΚαλοΦρενᾶς Κρής », passim ; Tsirpanlis, Tὸ κληροδότημα τοῦ κapδιναλιου Βησσρίωνος, p. 38-42 ; Maltezou,Ἡ Κρήτη, p. 51-52.

81 Panaghiotakis, « Ἡ παιδεία », p. 18-19, 30-31 ; Alexiou,Ἡ Κρήτικὴ λογοτεΧνία,p. 36-37.

82 Layton, The Sixteenth Century Greek Book in Italy, p. 131-178 (livres liturgiques et autres ouvrages religieux), 179-222 (ouvrages en grec vulgaire) ; Iliou, ΠροσӨñκες στήν ΈληνικBiβλίογραΦία, p. 29-30 ; Id., « Σημείώσείς yiἁ τὰ ῾τραβήγματα᾽ », p. 118, 133-134 ; Koumarianou et al., Tὸ Ἑλληνικὸ βιβλίο p. 75-113 ; Lassithiotakis, « Le rôle du livre imprimé », passim et notamment p. 190-191.

83 Cf. notamment Brown, The Venetian Printing Press, p. 158-173 (« The Interdict and Fra Paolo Sarpi »), et en particulier p. 161-162, 165-170 ; Tsirpanlis, « Ἀπὸ τὴ Φιλορθόδοξη πολιτικὴ τῆς Βενετίες », p. 301 ; Fedalto, Ricerche storiche, p. 104-106 ; Cecchetti, La Republica di Venezia, p. 467-469 ; Lassithiotakis, « La “Vie de Dimitri” », p. 187-188.

84 Sur le déroulement de cette crise et sur ses conséquences dans le domaine de la politique religieuse de Venise, voir principalement : Pirri, L’interdetto di Venezia, passim et notamment, sur le détail des événements politiques et diplomatiques, p. 3-58 ; Cessi, Storia della Repubblica di Venezia, t. 2, p. 146-149 ; Tsirpanlis, T κληροδότημα το καρδιναλίου Βησσρίωνος, p. 169 ; Id., « Ἡ ἐπισκοπὴ Κισάμον », p. 328-329 ; Id., T Ἑλληνικὸ Κολλέγιο τῆς Pώμης, p. 207-208 ; Tea, « Saggio sulla storia religiosa di Candia », p. 1390-1391 ; Lassithiotakis, « La “Vie de Dimitri” », p. 185-187.

85 Tsirpanlis, « I libri greci », p. 204-224 ; Lassithiotakis, « Le rôle du livre imprimé », p. 200, 203 ; Id., « Morale et dogmatique », p. 115-116 et n. 77.

86 Spanakis, Mνημεῖα, t. II, p. 119 ; cf. également, p. 120, les observations du même provéditeur sur les troubles que pourraient causer les missions des Jésuites, qui, précise-t-il, agissent dans l’Archipel sotto nome et autorittà della Congregation di propaganda fide di Roma.

87 L’étude du rôle tenu par le préparateur dans l’édition des textes grecs vulgaires a été profondément renouvelée par les travaux récents de Stéphanos Kaklamanis, notamment « Ἀπὸ τὸ χεlρόγραΦο στὸ ἕντυπο : Θησέος καί γάμοί τῆς Aίμίλιας », et « Ἀπὸ τὸ χεlρόγραΦο στὸ ἕντυπο : τὸ παιχνίδι τῶν γραΦῶν », en particulier p. 120-138 ; cf. également Phaliéros, Θρñνος είς τὰ Πάθη, p. 17-20.

88 Qu’il nous suffise de mentionner, parmi une bibliographie singulièrement riche, quelques travaux de synthèse récents : Holton (éd.), Literature and Society, p. 79-237 ; Alexiou,Ἡ Κρητικὴ λογοτεχνία, p. 13-41 ; Cretan Studies, 6 (1998) ; Manoussacas, « Cultura e letteratura greca » ; Panaghiotakis, « The Italian Background » ; M. Lassithiotakis, « Tematiche petrarchesche e neopetrarchiste ».

89 Voir Geanakoplos, Bisanzio e il Rinascimento, p. 39 et n. 78 : cette lettre de Bessarion au doge Cristoforo Moro (31 mai 1468) a été publiée à nouveau dans Gasparrini Leporace et Mioni (éd.), Cento codici, p. 101-103. Sur cette conception de Venise comme seconde ou nouvelle Constantinople dans la tradition humaniste italienne et dans les arts, voir l’étude de Manfredo Tafuri, « La “nuova Costantinopoli” ».

90 Cf. Maltezou, Κρήτη, p. 91. Venise est également considérée par Georges Grégoropoulos, dans une lettre qu’il adresse en 1500 à son fils Jean, comme une capitale culturelle, autant que comme un refuge pour les Crétois exposés aux menaces multiples que constituent les épidémies, les guerres ou les attaques de pirates : cf. Legrand, Bibliographie Hellénique, t. 2, p. 274 ; Alexiou, T Kάστρο, p. 53 : ἐν αὐτῇ τῆ λαμπρᾷ πόλει.

91 Cf. Legrand, Bibliographie Hellénique, t. 1, p. 49 : ή βασιλίς αὓτη τῶν πόλεων. Sur le sens des formules de Bessarion et de Musurus, sur les conceptions de la continuité ou de la renaissance de l’Hellénisme qui s’y expriment, voir les commentaires pénétrants de Tsirpanlis, « Ή βασιλικὴ τoῦ Ἁyίou Mάρκου », p. 99 sq., et de Pardos, « Oἱ ἄξονες τῆς ἰδεολγίας », p. 532-533 et n. 29.

92 Cf. notamment Thiriet, Régestes, t. 3, p. 205-206; Maltezou, « The historical and social context », p. 20; Ead., Κρήτη, p. 64-65; Benzoni, « Morire per Creta », p. 155.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540