Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Insularités ottomanes

 | 
Nicolas Vatin
, 
Gilles Veinstein

Autres modèles méditerranéens

Les îles de la Méditerranée occidentale

Un contre-portrait de l’insularité ottomane ?

Michel Fontenay

Texte intégral

1Y a-t-il une spécificité des îles ottomanes, c’est-à-dire une spécificité ottomane du fait insulaire ? Ce volume le dira. N’étant pas moi-même ottomanisant, je n’ai pas qualité pour me prononcer. Je voudrais simplement apporter ici une contribution « d’occidentaliste » à la discussion en envisageant en quelque sorte l’insularité ottomane de l’extérieur. Dans les pages qui suivent, on cherchera donc à cerner quelques caractères propres aux îles de la Méditerranée occidentale, dans la perspective d’une éventuelle lecture a contrario du phénomène insulaire ottoman, à la manière de l’image photo tirée d’un film négatif.

Le phénomène insulaire en Méditerranée à l’époque moderne

  • 1 Le caractère très général de ce texte interdit de proposer une bibliographie à prétention exhaustiv (...)

2Ayons le courage de commencer par une banalité nécessaire : une île est une terre entourée de mer1. C’est ce qui constitue sa spécificité, son originalité par rapport aux autres terres, ce qui définit, à la base, son insularité. Mais il y a une ambivalence du phénomène qui peut jouer, soit dans le sens de l’isolement (voyez Robinson dans son île), soit dans le sens de l’ouverture (songeons à Délos jadis, à Hong-Kong hier), soit successivement dans l’un puis l’autre sens – ce qui fut le cas du Japon quand il passa du shogunat à l’ère Meiji. De plus, ces deux notions (ouverture et isolement) sont elles-mêmes ambivalentes : à la fois négatives et positives, comme nous allons immédiatement le constater.

La mer sépare, mais protège

3Elle constitue un fossé qui tient les autres à distance et qui joue donc un rôle protecteur en éloignant toute menace du dehors. Mais ce rempart contre le danger extérieur peut aussi fonctionner comme une barrière génératrice d’isolement, devenir le mur d’une prison, transformer l’abri bienfaiteur en fâcheux isolat.

4Isolat matériel – Car il faut vivre du sien, ce qui oblige à privilégier les cultures vivrières dans le cadre d’une agriculture d’autosubsistance. Comme les îles représentent la quintessence même de la nature méditerranéenne, partout règne l’antique triade blé-olivier-vigne, associée à l’exploitation pastorale du saltus par laquelle moutons et chèvres apportent leurs protéines et des fibres textiles. Bref, une économie rustique qui n’a guère changé depuis les temps d’Hésiode et de Varron.

5Isolat culturel – Car, protégées des influences extérieures, les îles sont des terres d’archaïsmes. Elles constituent de véritables conservatoires du passé qui forment autant de petits paradis pour le folkloriste. Conservatoires de coutumes et de traditions concernant tous les domaines de l’anthropologie sociale : les pratiques alimentaires, les façons de vivre, de s’habiller, les structures familiales ou claniques, les formes de propriété et d’exploitation, les types de solidarité, une certaine conception de l’honneur (pas le sien, celui du groupe), l’omertà, la vendetta, etc. En particulier, les îles sont des conservatoires de la langue, comme l’attestent aussi bien la persistance d’un dialecte arabo-maghrébin à Malte, que la singularité du sicilien, du sarde et du corse dans le cadre italien, ou celle du crétois par rapport au grec, ou bien encore le maintien du catalan à Majorque et – de façon plus étonnante encore – à Alghero, en Sardaigne (alors qu’il n’y avait pas plus de liens affectifs, dans un cas comme dans l’autre, avec Barcelone qu’avec Madrid).

La mer relie, donc unit, mais menace

  • 2 Cf. sur cette notion Fontenay, « La place de la course ».

6Avant tout, elle menace – « La mer ne connaît pas d’amis. » Ce proverbe qu’on retrouve chez tous les voyageurs du xviie siècle doit nous rappeler qu’il s’agit d’une époque d’insécurité maritime maxima, mais à condition de préciser que les victimes du corso méditerranéen – cette course-piraterie à prétexte religieux qui sévit sans répit des deux côtés entre l’islam et la chrétienté –sont autant (sinon plus) les hommes à terre, que les bateaux sur mer2.

7Le risque, bien sûr, est particulièrement perceptible pour les petites îles, surtout si elles sont isolées, et dont beaucoup sont de ce fait quasi désertes, telles Lampedusa, Pantellaria, Ustica, Stromboli, Capraia, Formentera ou encore la plupart des îles de l’Archipel égéen.

8Dans les îles plus grandes, même si certaines sont plus peuplées, l’insécurité engendre partout un même type de paysage : des côtes vides d’habitants (en dehors des quelques villes), un habitat perché avec dissociation entre le bourg, fortifié sur les hauteurs, et les quelques cabanes de la marina, sommairement édifiées en bas, sur le rivage. Un peu partout, des tours de guet échelonnent leur silhouette uniforme tout le long du littoral. Vers 1720 il y en avait 85 en Corse, construites à partir des années 1560, et 47 en Sardaigne, bâties depuis 1592. Aujourd’hui encore, malgré une faible superficie, on en compte 20 à Malte, toutes édifiées entre 1582 et 1660, et 33 à Majorque, pour la plupart mises en place entre 1550 et 1650.

9Et cependant la mer unit – Malgré les dangers liés au corso, une vie relationnelle de type pacifique existe. Les îles constituent autant d’amers remarquables pour les marins et procurent des escales salvatrices pour une navigation « à golfe lancé » sur les itinéraires les plus directs, ce qui favorise l’ouverture de leur économie sur les marchés extérieurs, proches ou lointains. S’offre ainsi la double possibilité d’importer des denrées en cas de disette (ou de pratiquer un détournement armé des trafics céréaliers) et d’exporter certains produits spécifiques, qu’il s’agisse de matières premières (comme le fer de l’île d’Elbe, le soufre de Vulcano, le sel d’Ibiza), ou de denrées agricoles : blés de Sicile, fromages de Sardaigne et de Minorque, vin de Crète, etc. Cette ouverture peut même spécialiser tout ou partie de la production locale en direction des marchés extérieurs : voyez la soie dans la Sicile du nord-est, le coton à Malte, l’huile à Majorque et Candie, l’uva passa à Zante, le sucre à Chypre ou le mastic à Chio.

10N.B. On notera, en passant, que certaines situations continentales présentent parfois des traits analogues, mais avec généralement plus de conséquences dommageables que d’avantages. Il existe ainsi des presqu’îles qui sont en fait des « plus qu’îles » (le Magne, la Cyrénaïque, la Calabre), des littoraux quasi coupés de leur arrière-pays (la rivière de Gênes, celle de la mer d’Alboran), des présides isolés en milieu hostile (Tripoli au xvie siècle, Oran jusqu’en 1792), etc.

Bassin occidental, bassin oriental

11L’essai de typologie qui va suivre – ô combien schématique, et qui devrait normalement faire frémir les spécialistes de chacune d’entre elles, tant il contient d’approximations – démontre en tout cas que si le phénomène insulaire crée une singularité, celle-ci n’est pas univoque, toute une série de facteurs se conjuguant pour nuancer l’analyse, ce qui nous renvoie à notre propos comparatif initial.

12Énumérons tout de suite quelques-uns d’entre eux. Il y a d’abord la taille (les îles sont généralement plus grandes dans le bassin occidental, où la Sicile et la Sardaigne, notamment, font figure de « mini-continents », totalement inconnus du bassin oriental) ; puis les ressources propres (qui sont, de ce fait, plus abondantes et variées à l’ouest qu’à l’est) ; également la configuration géographique (ainsi les archipels de l’Égée et de l’Adriatique n’ont aucun équivalent dans le bassin occidental) ; l’éloignement par rapport au continent (l’île d’Elbe ou Ischia, tout comme Corfou ou l’Eubée, sont à peine des îles) ; enfin la situation par rapport aux grandes routes maritimes du commerce intra-méditerranéen et, bien sûr, le statut politique, sur lequel on reviendra plus longuement dans la troisième partie.

Les îles méditerranéennes dépassant 1000 km2

rang

île

km2

1

Sicile

25 700

2

Sardaigne

24 000

3

Chypre

9250

4

Corse

8600

5

Crète

8330

6

Eubée

3900

7

Majorque

3600

8

Lesbos

2000

9

Rhodes

2000

13Mais on peut d’ores et déjà se demander, à ce propos, si l’insécurité maritime a été le plus dommageable dans la partie ouest de la mer Intérieure, ou à l’est, dans le domaine ottoman. Certes le brigandage des corsaires barbaresques a pesé plus tôt, plus continûment et de façon plus oppressante sur l’Occident méditerranéen, que les pilleries des chrétiens dans les mers du Levant. En revanche l’effort de protection, de la part de l’État ou des collectivités locales, paraît avoir été plus précoce et plus efficace à l’ouest (ce qu’on retrouvera sans doute demain, à propos de la politique de prévention contre la peste). Retenons en particulier l’instauration progressivement généralisée d’un réseau de tours de guet, reliées entre elles par des signaux optiques (fumées le jour, brasier ardent la nuit) et associées à des partis de cavalerie mobile en garnison dans l’intérieur - système probablement inauguré à Naples par le vice-roi Don Pedro de Tolède et bientôt imité dans toutes les possessions de Philippe II.

Essai de typologie des îles de Méditerranée occidentale

Celles où prime l’isolat : Minorque et la Sardaigne

Minorque

14Pour le voyageur qui vient de la mer, Minorque se présente sous l’aspect d’un plateau calcaire à peine ondulé, sec et venteux, de moins de cinquante kilomètres sur vingt, avec un paysage peu arboré, coupé de murettes de pierres sèches. C’est le type même de l’île non maritime, peuplée de paysans tournant le dos à la mer, qui pratiquent une céréaliculture de secano pour l’autoconsommation, associée à l’élevage des moutons pour la production d’un fromage réputé, constituant la seule denrée d’exportation. Cette agriculture assez fruste assure cependant à Minorque une population de l’ordre de 20 000 habitants, avec une densité relativement élevée de trente au kilomètre carré, stable sur le long terme.

15Deux villes aux deux extrémités : Ciudadella, l’antique capitale, et Mahon, bâtie au plus profond d’une rade constituant l’un des meilleurs ports naturels de la Méditerranée. Celui-ci, pourtant, n’a guère été mis en valeur avant 1708, date de l’occupation anglaise et point de départ d’une vocation maritime tardive qui aura été finalement passagère car uniquement liée à la course pratiquée au xviiie siècle contre la navigation marchande de la France.

La Sardaigne

16Proche cousine de Minorque, mais beaucoup plus grande et plus élevée, la Sardaigne est une île massive, tombant en falaises escarpées sur la mer, ou bordée de plages insalubres, génératrices de malaria, avec, à l’intérieur, un paysage de plateaux étagés, granitiques ou basaltiques, couverts d’une maigre châtaigneraie et de maquis ou de garrigues. C’est sur ces pâtures à moutons que se fabrique le cacio, un fromage salé de bonne conservation fort apprécié pour l’avitaillement des cambuses. Au sud-ouest de l’île, le Campidano, une étroite plaine d’effondrement relativement fertile où se pratique une céréaliculture de secano, concentre la plus grosse partie du peuplement.

  • 3 Le Lannou, Pâtres et paysans, qui reste le maître livre pour comprendre l’insularité de la Sardaign (...)
  • 4 Manconi, Il grano del re.

17Formée de pâtres et de paysans3, la population sarde, durement éprouvée par la grande peste du milieu du xviie siècle, n’a jamais dépassé les 70 000-75 000 feux, soit une densité de l’ordre de quinze habitants au kilomètre carré, la plus faible de toutes les grandes îles du bassin occidental, avec celle de la Corse, sa voisine. C’est aussi l’une des îles les plus pauvres, où les ruraux sont rarement à l’abri de la fame di pane4. L’île n’a pratiquement jamais eu de vocation maritime malgré une colonie de pêcheurs catalans à Alghero (dont l’identité reste vivante encore aujourd’hui) et bien que Cagliari, la capitale, soit sur la route directe de Gibraltar au Levant. Comme le notait l’un des meilleurs connaisseurs de la Sardaigne d’hier, Maurice Le Lannou, « il n’y a pas en Méditerranée de côtes aussi pauvrement dotées en établissement portuaire... [et] il y a peu de populations insulaires qui comprennent moins de marins. »

  • 5 Cf. Brigaghe, Mattone et Melis, La Sardegna ; ou, d’accès plus facile, Anatra, Day et Scaroffia, La (...)

18Au fond, la Sardaigne qui relève du Conseil d’Aragon dans le cadre de la Monarchie hispanique (et non de celui d’Italie) ressemble en fait moins à la Catalogne qu’à la Castille. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de heurt véritable avec Madrid. En revanche, quand les Piémontais débarqueront en 1720, ils auront l’impression d’arriver dans un pays de sauvages, et des textes savoureux témoignent de l’incompréhension de l’administration turinoise face aux traditions de la société sarde5.

Celles où prime l’ouverture sur l’extérieur

19Assez paradoxalement ce sont celles qui sont les plus petites et les plus isolées. Mais, de deux choses l’une : ou bien elles n’existent que par l’extérieur, ou alors elles ne sont rien parce que la mer ne représente pour elles que le danger des incursions barbaresques et il n’y a rien de plus à en dire.

Ibiza

  • 6 Cf. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise.

20Parmi celles qui n’existent que par l’extérieur, seules Ibiza et Malte comptent vraiment. L’importance d’Ibiza tient aux marais salants, déjà exploités dans l’Antiquité par les Carthaginois. Le sel – tout à la fois condiment, conservateur pour la viande et le poisson, matière première pour la tannerie, la savonnerie ou la teinturerie, et de ce fait denrée fiscale universelle – constitue une cargaison de retour toujours appréciée à l’époque, pouvant même parfois servir de lest de retour6. Dans cette Méditerranée qui est aussi riche de sel qu’elle est pauvre de poisson, le sel commun n’est pas denrée rare, mais celui d’Ibiza était alors un des plus prisés, tant pour sa qualité que pour sa facilité d’accès sur la route est-ouest du grand commerce maritime.

Malte

  • 7 Cf. Mallia-Milanes (éd.), Hospitalier Malta ; Le carrefour maltais ; et le chapitre consacré à « L’ (...)

21N’exister que par l’extérieur, tel est aussi par excellence le cas de Malte7. Une plaque calcaire de vingt-cinq kilomètres sur quinze ; un paysage rappelant en plus austère celui de Minorque : aride, sans arbre, venteux, coupé de petits murs de pierres sèches délimitant d’étroits champs d’orge, avec un peu de coton ; une population de paysans rassemblée en quelques gros villages dans l’intérieur de l’île au milieu desquels, sur une éminence, trône Mdina, la vieille cité épiscopale – voilà Malte en 1530. Avec cela un port pouvant servir d’escale privilégiée sur les chemins du Levant car il s’agit de l’un des meilleurs ports de la Méditerranée (où les petits havres sont légion, mais où les abris tout temps, en eau vaste et profonde, ne sont pas si nombreux que cela). Sans son port, Malte serait une autre Pantellaria.

  • 8 Bonne description du site et de ses aménagements dans Bartolini Salimbeni, « Il porto di Malta ». J (...)
  • 9 Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? ».

22Mais longtemps ce port n’a été qu’un abri vide8. L’événement fondateur pour le destin de l’île c’est, en 1530, l’installation des Chevaliers-Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, chassés de Rhodes par Soliman huit ans plus tôt. Viennent ensuite la fondation de La Valette au lendemain du Grand Siège de 1565, puis, à partir des années 1580, l’essor du corso chrétien sous pavillon de la « Religion de Malte ». Devenue une sorte d’équivalent chrétien de l’Alger barbaresque, l’île s’est aussitôt transformée en pôle d’attraction pour tous les aventuriers de la mer Intérieure. La progression des chiffres de population est d’ailleurs éloquente : moins de 20 000 habitants avant 1530 ; déjà 32 000 en 1590 et 41 000 en 1614 ; près de 65 000 à la veille de la peste de 1676. Cette croissance démographique, tout à fait exceptionnelle dans un xviie siècle très atone sur ce plan et qui valait à l’île une densité de type « asiatique », avec plus de 200 habitants au kilomètre carré, est uniquement liée à cette installation des Chevaliers de Saint-Jean, dits depuis Chevaliers de Malte. Venus de toute la catholicité avec les milliers d’écus sués par les paysans des quelque 600 commanderies qu’ils possédaient à travers l’Europe, ils ont fait de La Valette une formidable place navale, et, en réactivant le vieux conflit entre la Croix et le Croissant, éveillé l’île à sa vocation maritime9.

Les îles ayant un caractère mixte

La Corse

  • 10 Parmi de nombreux travaux récents, on retiendra Graziani, La Corse génoise, et Vergé-Franceschi, Hi (...)

23Concernant « l’île de Beauté », une abondante bibliographie en français permettra d’être rapide10. La Corse, dont on dit souvent qu’elle est une montagne dans la mer (presque tous ses villages se situent entre 400 et 900 mètres), est en fait une île double, accolant d’un côté une montagne boisée dont l’économie agro-pastorale n’est pas du tout maritime, et de l’autre la péninsule du Cap Corse qui constitue une région à part, tournée vers la mer – le tout sans véritable liaison organique, hormis, bien sûr, la langue, la foi, la structure clanique et la suzeraineté génoise. Dans la montagne, une forte complémentarité existe au sein de chaque vallée entre les villages d’en haut qui fournissent bois, châtaignes et terrains de pacage, et les villages d’en bas produisant blé, huile, miel et fromages, alors que d’une vallée à l’autre, les liens (comme c’est d’ailleurs souvent le cas en pays de montagne) sont quasi inexistants. Si la figure traditionnelle de la montagne est le berger, dans les minuscules marinas qui ceinturent le Cap Corse on trouve surtout une population de marins et d’armateurs. Avec leur flottille de barques, pinques, tartanes, felouques et autres petits bâtiments latins, ils assurent l’essentiel du très mince commerce extérieur de l’île ou louent leurs services dans tous les ports de la Tyrrhénienne, quand ils ne préfèrent pas s’exporter comme aventuriers aux quatre vents de la mer Intérieure.

  • 11 On connaît la place des Corses comme soldats au service des Valois ou dans la garde pontificale, ai (...)

24L’île, qui a beaucoup souffert de l’insécurité maritime – due au xvie siècle aux raids de la flotte ottomane, puis au xviie à la permanence des incursions barbaresques – a peut-être pâti plus encore de l’enchaînement sans fin des luttes intestines. Ce qui, avec une forte diaspora des mâles vers Gênes, Milan, Rome, Livourne, Venise ou Marseille11, explique la grande faiblesse démographique : avec une population inchangée de 120 000 habitants aussi bien vers 1640 qu’en 1741 (soit à peine une densité de 15 habitants au kilomètre carré) la Corse génoise est, comme sa voisine sarde, la moins densément peuplée de toutes les grandes îles méditerranéennes.

25Toutefois la domination de la Clarissime République de Saint-Georges n’a peut-être pas été toujours si néfaste qu’on l’a dit. Après un xvie siècle assez agité, le xviie est plutôt pour l’île un siècle de récupération démographique, sans grande peste ni disette, et d’essor économique, grâce au développement de quelques cultures d’exportation (blé, huile, vin) vers Gênes et la Ligurie. Alors que partout ailleurs en Méditerranée on constate une tendance à la ruralisation, Ajaccio passe de 1200 à 5000 habitants entre 1584 et 1666, et Bastia, qui n’en avait pas 2000 au début du xvie siècle, dépasse les 10 000 en 1686.

Majorque

  • 12 Bibiloni Amengal, El commerç exterior de Mallorca.

26La plus grande des Baléares se caractérise par une économie rurale solide, doublée d’une vocation maritime aux traditions anciennes. Très accidentée sur sa côte ouest (ce qui lui vaut des pluies abondantes et des possibilités d’irrigation), l’île comporte une plaine médiane généreuse en blés, bordée à l’est d’une zone de collines propices aux cultures arbustives. La polyculture méditerranéenne traditionnelle y est de ce fait très orientée vers la vigne et surtout l’olivier et l’amandier, dont les productions peuvent s’exporter facilement par les ports de Palma et Alcudía, bien situés, l’un au sud et l’autre au nord, sur les deux façades opposées de l’île12. La population, paysanne pour l’essentiel, n’est pas très nombreuse (70 000 habitant vers 1660, soit environ 20 habitants au kilomètre carré) parce que l’impact des pestes a été très fort au milieu du xviie siècle, mais elle est bien répartie en quelques gros bourgs de l’intérieur. La forte emprise seigneuriale n’empêche pas la permanence d’une classe de gros paysans aisés, comme en Catalogne (et pour la même raison : une structure familiale qui réserve la masía à l’aîné).

  • 13 Cf. Planas, « La frontière franchissable », en attendant la parution de sa thèse, en cours de publi (...)
  • 14 López-Nadal, El corsarisme mallorquí.

27La position de l’île en « frontière de chrétienté », entre Espagne et Maghreb, la présence d’une forte minorité de conversos, les chuetes, tardivement persécutés, et les besoins en grains de l’économie ibérique pouvaient lui faire jouer un profitable rôle d’intermédiaire dans les échanges – licites ou interlopes – avec le monde musulman en dépit des positions officielles du roi catholique et des interdits de l’Inquisition13. Mais sa vocation maritime, dont les lettres de noblesse sont anciennes puisqu’elles remontent à la cartographie majorquine des xiiie-xive siècles, ne trouve plus guère à s’exprimer au xviie que par la course, laquelle, quoi qu’on en dise, est plutôt une activité de pauvre (un pis-aller, faute de mieux). Plus souvent orientée contre la France et son alléchant commerce maritime, que dirigée contre le Maghreb et les Barbaresques, elle procure d’importants compléments de revenu au patriciat de la Ciutat de Mallorca (25 000 habitants), lui assurant une prospérité qui reste toutefois assez dépendante de la conjoncture des guerres entre les deux couronnes14.

La Sicile

  • 15 Cf. Giarizzo, La Sicilia.

28C’est de loin l’île la plus importante15 et la seule qui pèse véritablement : par sa taille, entraînant la variété de ses productions ; par sa population, rapidement croissante au xvie siècle puis stable à peu de chose près durant tout le xviie (un peu plus du million d’habitants, soit près de 50 au kilomètre carré) ; par sa situation exceptionnelle, au cœur même de la mer Intérieure ; par sa place éminente au sein de la monarchie hispanique (le vice-roi de Sicile, qui réside à Palerme, est un personnage autrement important que le vice-roi de Sardaigne).

  • 16 Cf. Aymard, « Une famille de l’aristocratie sicilienne » ; Titone, La società siciliana ; et le jou (...)

29La population est fortement groupée en très gros bourgs ou villages de l’intérieur, avec quelques grandes villes sur le pourtour littoral : Palerme, la capitale (100 000), Messine (130 000), Catane, Syracuse, Trapani. C’est une île peuplée de paysans ligotés dans un système seigneurial coercitif, issu de la « reféodalisation » du xvie siècle, où le producteur de base est totalement dépendant de l’aristocratie latifundiaire (siculo-hispano-génoise) qui possède à la fois le sol et le pouvoir. Au xviie siècle, rebutés par la faible rentabilité financière du latifondo agro-pastoral et détournés de l’agriculture spéculative par une conjoncture maussade, les grands barons ont renoncé à la gestion directe, préférant reporter les risques de l’exploitation sur de gros fermiers (les massari ou borghesi), quitte à se rattraper en développant le prélèvement féodal sous forme de « gabelles » sur la consommation. Leurs agents, les gabelloti, à la fois officiers seigneuriaux, fermiers généraux et usuriers, forment une sorte de bourgeoisie rurale contrôlant, avec l’administration municipale et la gestion des grands « états » seigneuriaux, l’essentiel du pouvoir local. Profiteurs du système, ils en sont les meilleurs garants et contribuent à sa pétrification jusqu’au temps du « Guépard »16.

30Une île de terriens, donc, mais dont l’économie agricole est fortement conditionnée par l’ouverture sur la mer, ce qui la voue à des cultures commerciales orientées en fonction des marchés d’exportation, donc entièrement dépendantes de l’extérieur.

  • 17 Varga, La Sicilia dei grani.

31D’abord le blé – Fruit d’une céréaliculture extensive sur les plateaux et collines du centre de l’île (jadis grenier de Rome et où les rendements n’ont pas changé depuis l’époque de Cicéron), le blé s’exporte vers Gênes, Barcelone ou Valence selon une réglementation extrêmement stricte. Un système d’échelle mobile des droits du fisc, en fonction de la quantité récoltée et du niveau des prix, conditionne le volume et la taxation des « sorties » de grains (tratte) accordées par le vice-roi. Dans chacun des ports de chargement, ou caricatori (dont les principaux sont Sciacca, Girgenti, Licata et Terranova), le contrôle s’effectue sous l’autorité du maestro portolano, personnage essentiel de l’administration royale. Au xvie siècle la vente des blés a fondé l’envol des profits du latifondo tout en jouant un rôle politique de premier plan, à la fois comme source de revenu pour le Trésor sicilien et comme moyen de pression au service de la monarchie hispanique. Mais les rentrées qu’ils procuraient ont commencé à baisser au début du xviie siècle en raison du marasme général de la conjoncture des prix céréaliers17.

32Ensuite la soie – C’est la grande spécialité du nord-est (autour de l’Etna, de Messine, de Milazzo). Au xvie siècle, l’île était l’un des principaux producteurs européens de soie grège (avec la Calabre et le Levante valencien) et ses exportations vers Gênes et Naples assuraient au fisc des revenus douaniers parfois supérieurs certaines années à ceux du blé. Mais, concurrencée par les soies mieux filées et surtout moins chères de l’Italie padane, la sériciculture est devenue une activité mineure aux siècles suivants. Dès 1600, les régions spécialisées dans la culture du mûrier enregistrent des baisses de population, tandis que progressent quelque temps encore les régions céréalières et surtout, de plus en plus, la zone viticole.

33Le vin – Le secteur viticole est le seul qui soit en plein boom tout au long de la période. Dans l’ouest et le sud-ouest de l’île (région de Marsala) les seigneurs, qui voyaient leur rente foncière amoindrie par la crise des blés, ont cherché à développer un revenu de compensation en s’efforçant d’enraciner les paysans sur leur terre, grâce à la pratique des baux de complant. Les régions viticoles sont donc celles qui ont connu le plus fort taux de croissance à partir des années 1650-1660.

34Mais cette économie, pourtant si dépendante des exportations par mer, est en fait très peu maritime. Malgré des facteurs éminemment favorables – un carrefour de routes : le « Phare de Messine » ; deux ports excellents bien placés aux deux extrémités de l’île : Trapani et Messine (sans compter Syracuse et Palerme) –, la Sicile n’a pas l’outil de son commerce extérieur : ni marine, ni milieux portuaires avec armateurs et marchands. Toutes ses exportations sont aux mains d’affairistes étrangers (en particulier génois) et se font sur des navires génois, ragusains, nordiques, ou même français, selon les époques.

35Les seuls investissements siciliens dans la mer concernent, d’une part la pêche au thon ou au corail, d’autre part le corso contre l’Islam, surtout dans les années 1590-1620, au temps des « vice-rois corsaires » (tels Maqueda ou Osuna) qui lui conférèrent d’ailleurs une allure très hispanique, avec une forte propension à de fâcheux débordements contre les Vénitiens.

Les îles comme enjeu dans la domination de la Méditerranée occidentale au xviie siècle

36Les îles ont de tout temps servi d’enjeu stratégique pour la domination de la mer, ce qui leur a valu une importance souvent disproportionnée avec leur taille ou leur poids démographique. Ce n’est d’ailleurs pas un fait propre aux Temps Modernes ni spécifique de la Méditerranée. Qu’on songe à Délos antique, aux luttes entre chrétiens et musulmans, puis entre Angevins et Aragonais pour la domination de la Sicile médiévale, à l’importance des îles de la côte dalmate et de la mer Ionienne dans la construction de l’empire vénitien au Moyen Âge, aux nombreuses guerres que Rhodes, Chypre et la Crète ont suscitées depuis le xve siècle pour l’achèvement du domaine ottoman, ou bien au rôle joué par Malte et Chypre au cours du xixe siècle dans le dispositif britannique de contrôle de la route des Indes, via la Méditerranée. Et hors de celle-ci, il n’est que d’évoquer les petites Antilles sur les marges de l’Amérique espagnole, ou l’escale des Mascareignes disputée dans l’océan Indien entre Hollandais, Français et Anglais, sans même parler de Singapour, Hong-Kong ou Hawaï aux xixe et xxe siècles.

37Au cours des Temps Modernes, la Méditerranée occidentale a servi de cadre à une triple confrontation : entre la Croix et le Croissant, entre la France et l’Espagne, entre « Nordiques » et Méditerranéens. Cette confrontation s’est manifestée sur trois modes distincts (religieux, politique, économique) correspondant au fond à trois âges de l’histoire méditerranéenne. Si on se place au centre de la période, en ne considérant que le seul xviie siècle pour éviter de trop longs développements, l’affrontement religieux entre chrétiens et musulmans apparaît surtout comme un reliquat du passé, tandis que la pénétration économique anglo-hollandaise annoncerait plutôt les rivalités de l’avenir, et c’est donc la rivalité franco-espagnole, d’essence politique, qui est la marque principale du siècle pour la Méditerranée occidentale.

Les îles dans le conflit entre la Croix et le Croissant

38Les îles de Méditerranée occidentale ont à plusieurs reprises été l’enjeu d’affrontements violents entre chrétiens et musulmans, notamment les petites îles ou îlots de la côte d’Afrique du Nord (le peñon de Velez, celui d’Alger, les Kerkenah, Djerba, etc.) ou, en face, Minorque, San Pietro, Lipari

39Malte, on le sait, a même joué un rôle déterminant dans la défense de la Méditerranée latine face au danger turc au xvie siècle. Le « Grand Siège » de 1565 fut vraiment le premier coup d’arrêt aux progrès ottomans vers l’ouest, une sorte de Verdun ou de Stalingrad qui valut aux Chevaliers une aura extraordinaire et à Malte sa réputation de « Boulevard de la Chrétienté ». Mais ce qui était une menace bien réelle au xvie siècle, quand la marine du Grand Seigneur, victorieuse à Prevesa, dominait la Méditerranée, s’est ensuite transformé en éventualité de moins en moins probable, l’Empire ottoman ayant à affronter au xviie siècle bien d’autres problèmes, singulièrement plus pressants, sur son limes continental.

40Et pourtant Malte a continué d’avoir peur très longtemps après 1565. En fait, on a l’impression qu’au xviie siècle elle cultive sa peur. Elle s’obstine à dénoncer l’imminence d’un péril auquel plus personne ne croit guère passé 1660, persiste à crier au loup. En toute occasion (notamment en 1614, 1645, 1703, 1712) et ne cesse de se fortifier, de se suréquiper en armes de toutes sortes. En témoignent, aujourd’hui encore, les formidables bastions de Valletta et ses kilomètres de muraille, où il y aurait eu au xviie siècle plus de canons que d’hommes pour les servir.

  • 18 Cf. Fontenay, « Charles-Quint » et « Le développement urbain du port de Malte ».

41Mais alors pourquoi entretenir cette mythique peur du Turc ? Parce que l’île était le siège d’un ordre religieux dont les immenses revenus fonciers ne servaient qu’à entretenir la fine fleur de l’aristocratie catholique, et qu’il fallait bien le justifier aux yeux de l’opinion européenne en mettant en avant le double service rendu : la police des mers contre les Barbaresques et la garde aux portes maritimes de l’Occident. Et l’Ordre de Malte était d’autant plus tenté d’exagérer l’étendue de ce service, que la réalité du péril devenait moins tangible et que les « débordements » de ses propres corsaires au Levant, en nuisant aux échanges commerciaux avec le monde ottoman, risquaient d’indisposer l’Europe des marchands18.

Les îles dans les rapports franco-espagnols

Les îles, clefs du dispositif espagnol

  • 19 J’ai développé ce point lors du Ier colloque du Mediterranean Maritime History Network (Malte, 2002 (...)

42La suprématie espagnole était le fruit d’une stratégie cohérente héritée de la thalassocratie catalano-aragonaise, et peaufinée sous Charles-Quint puis Philippe II. Elle s’appuyait sur une chaîne ininterrompue d’escales pour les galères, avec garnisons, magasins, arsenaux, qui encerclait le bassin occidental et jalonnait toutes ses routes maritimes19. Au sein de ce réseau, les principales possessions continentales ibériques et italiennes de la rive nord jouaient bien sûr le premier rôle, mais les îles constituaient autant de clefs stratégiques essentielles.

43En 1600, pratiquement toutes celles que nous avons mentionnées jusqu’ici se trouvaient dans la mouvance de l’Espagne, soit directement (les Baléares, l’île d’Elbe, la Sardaigne, la Sicile et ses îles adjacentes), soit indirectement – ce qui était le cas de la Corse via l’allié génois, et de Malte, triplement dépendante : primo parce qu’il s’agissait juridiquement d’un fief du royaume de Sicile, secondo parce que tout son ravitaillement reposait sur les tratte accordées par Palerme, enfin tertio parce qu’un grand nombre des plus riches commanderies de l’Ordre étaient situées en Castille, donc sous la menace d’une éventuelle séquestration par le Roi Catholique.

Les efforts de la France pour briser ce système

44Hormis les Baléares, trop proches de l’Espagne pour être sérieusement inquiétées, les principales clefs insulaires du système espagnol étaient la Corse, la Sicile et Malte. Aussi le roi de France n’a-t-il cessé de s’intéresser à ces trois îles.

  • 20 Graziani et Vergé-Franceschi, Sampiero Corso.

45À l’égard de la Corse – Si on se place au xviie siècle, il s’agit surtout d’une préoccupation du passé (ou de l’avenir, mais alors ce sera pour contrer l’Angleterre). Les Valois avaient activement soutenu Sampiero d’Ornano dans ses luttes contre Gênes, en allant même jusqu’à des opérations conjointes avec la flotte ottomane pour essayer de s’emparer de l’île20. Toutefois, le souvenir ne s’en était pas perdu, ni du côté français (comme l’attestent les rapports des agents du Très Chrétien à Gênes et dans l’île, qui évaluent souvent le possibilité d’une nouvelle intervention), ni du côté de la République de Saint-Georges pour qui c’était un motif supplémentaire de rester fidèle à l’alliance de Madrid.

  • 21 Je me permets de renvoyer à mes différents travaux sur le sujet : Fontenay, « Malte au temps de Cha (...)

46À Malte – La présence française avait toujours été forte malgré la nécessité de ménager le puissant tuteur espagnol. Favorisée par le grand nombre de chevaliers des trois « Langues » de France qui choisissaient de résider dans l’île et dont le poids grandissait dans le gouvernement de l’Ordre, elle passe désormais au premier plan, d’autant que les difficultés monétaires de la Castille rendaient indispensables les « responsions » payées au Commun Trésor par les commanderies du royaume. La place prépondérante des sujets du roi parmi les corsaires de l’île entraînait d’autre part une fréquentation accrue du port de Malte par les navires provençaux dont La Valette devenait l’escale privilégiée dans leurs navigations vers le Levant. Tout cela, qui avait déjà fait craindre à Philippe II que l’île ne se transformât en base française contre l’Italie (à tort car le royaume des Valois était alors paralysé par les guerres de religion) réveille à nouveau les inquiétudes espagnoles dans les années 1620 et au temps d’Olivares, tant à Palerme qu’à Madrid. Inquiétudes cette fois justifiées, puisque sous Louis XIV, l’Ordre allait pratiquement passer dans l’orbite française, au point qu’un jour Versailles finirait par considérer l’île comme un « protectorat » ayant « tous les avantages d’une colonie sans en avoir les inconvénients »21.

  • 22 Cf. Laloy, La révolte de Messine ; et Ribot Garcia, La revuelta anti-española et La rivolta di Mess (...)

47En Sicile – Les vieilles prétentions angevines sur l’île y ont toujours poussé les mécontents à rechercher l’appui de la France dans leur contestation de l’autorité espagnole, tandis que la monarchie des Lys ne manquait jamais (comme à Naples) de verser l’huile sur le feu au moindre incident. L’épisode le plus marquant de cette collusion fut la révolte de Messine en 1674. Déclenchée à l’occasion d’une rivalité interne pour le pouvoir municipal, celle-ci plongeait ses racines dans le ressentiment traditionnel que nourrissait à l’égard de Palerme, capitale du royaume et résidence du vice-roi, une « république marchande » fière des privilèges qui avaient fait sa prospérité. En se donnant au roi de France, le sénat de Messine croyait trouver un protecteur efficace, mais Louis XIV fit peu de cas de ses nouveaux sujets au moment de signer le traité de Nimègue (1678)22. Laissée sans appui, forcée de rejoindre le giron du Roi Catholique, Messine y perdit tous ses privilèges. Pour la ville la plus riche et la plus peuplée de l’île, c’était le début d’un déclin qui la ferait passer désormais au second plan, loin derrière Palerme.

Les îles dans la pénétration économique des Nordiques

  • 23 Rapp, « The unmaking of the Mediterranean trade hegemony » : « Un des plus beaux articles qu’il m’a (...)

48Vous connaissez l’intérêt manifesté par Braudel pour la thèse de Richard T. Rapp, selon laquelle le déclin économique de la Méditerranée latine est largement imputable à une agression commerciale systématique de la part des « Nordiques » (entendons par là avec Braudel, les riverains de la mer du Nord, principalement anglais et hollandais)23.

  • 24 Cf. Pagano De Divitiis, « Il Mediterraneo nel xvii secolo ».

49Les îles ont-elles joué un rôle particulier dans cette agression ? Pour le xviie siècle, je ne le crois pas. La contrebande de l’uva passa à Zante (qui n’est d’ailleurs pas dans le bassin occidental), si dommageable fût-elle pour les revenus douaniers de la Sérénissime, n’était évidemment pas susceptible de mettre en péril l’économie de Venise. Le plus grave c’était l’atteinte au commerce de ses draps dans l’Empire ottoman, mais il n’y avait aucunement besoin pour cela des îles de Méditerranée occidentale. Celles-ci, sauf peut-être la Sicile, constituaient en elles-mêmes un marché trop restreint pour les exportations de produits manufacturés anglais ou hollandais, et Livourne, où les Nordiques avaient su profiter très tôt des avantages du port franc créé par les grands ducs Médicis, constituait pour eux une meilleure tête de pont comme relais maritime et commercial vers toute la Méditerranée24.

50Ce n’est qu’au xviiie siècle que les îles prennent une place importante dans le dispositif anglais, avec l’installation de la Navy à Minorque en 1708, à la faveur de la guerre de succession d’Espagne, puis des visées sur la Corse quand celle-ci risquait de passer aux mains de la France. Mais dans les deux cas, il s’agissait surtout de consolider une supériorité navale dans le cadre d’une compétition séculaire plus large avec la France (qui se prolongerait ensuite par la mainmise sur Malte, puis sur les îles Ioniennes et enfin sur Chypre, autant de verrous sur la route méditerranéenne des Indes) et non sous l’angle d’un intérêt économique direct immédiat en Méditerranée.

*

51C’est peut-être à partir de ce bref rappel des enjeux de conflit autour des îles de Méditerranée occidentale qu’on peut le mieux percevoir ce qui fait la singularité des îles ottomanes. Les Turcs n’ayant jamais cherché à empiéter vraiment sur les îles dalmates et ayant échoué à s’emparer des îles Ioniennes (à l’exception de Sainte-Maure, qui est à peine une île, à quelques encablures du littoral acarnanien), leur domaine insulaire, ainsi cantonné à la partie la plus orientale de la Méditerranée, a fini par constituer un ensemble bien délimité et homogène – au moins aux yeux de l’occidentaliste –, en tout cas soumis à une même souveraineté. Si bien que les principaux problèmes le concernant sont d’une lecture à la fois plus simple et plus complexe qu’à l’ouest de la Méditerranée.

  • 25 Cf. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire ».

52Plus simple, car en face d’eux les Turcs n’ont eu en Méditerranée orientale qu’un seul compétiteur, et de nature très particulière, la République de Saint-Marc, progressivement évincée de 1480 à 1714. De ce fait leur domaine insulaire s’est construit de façon quasi méthodique, comme une extension sur l’eau de leurs possessions continentales. Mais à force d’évoquer à tout propos le « péril turc » il ne faudrait pas oublier que le domaine insulaire ottoman relève d’une cohérence défensive : c’est en fait un glacis, glacis certes maritime et non terrestre, mais glacis nécessaire à la sécurité de l’empire25. Du côté occidental les Baléares n’étaient pas vitales pour la cohésion de l’Espagne, l’Italie était parfaitement viable sans la Sicile ou la Sardaigne, et la France pendant longtemps s’est fort bien passée de la Corse. Mais il serait difficile d’imaginer un empire continental à cheval sur la Grèce, l’Asie Mineure, le Proche-Orient et l’Égypte, sans qu’il contrôle Chypre et l’Archipel.

53En revanche, le rapport du centre à la périphérie propre à toute construction impériale se pose à l’est de la Méditerranée de manière beaucoup plus complexe, car il se double d’un face à face entre une population grecque chrétienne (parfois divisée) et des maîtres non seulement étrangers, mais musulmans, ce qui crée forcément des problèmes inconnus à l’ouest, où le rapport entre gouvernants et gouvernés, même s’il est parfois tendu, se fait toujours dans le cadre d’une même civilisation religieuse et politique (du moins aux Temps Modernes).

Bibliographie

Ouvrages cités

Anatra (Bruno), Day (John) et Scaroffia (Lucetta), La Sardegna medioevale e moderna, t. viii de Galeasso Giuseppe (dir.), Storia d’Italia, Turin, 1984.

Aymard (Maurice), « Une famille de l’aristocratie sicilienne aux xvie et xviie siècles : les ducs de Terranova. Un bel exemple d’ascension seigneurale », Revue historique, 247, 1972, p. 29-65.

Bartolini Salimbeni (Luigi), « Il porto di Malta », in Sopra i porti di mare, iii, Sicilia e Malta, Florence, 1997, p. 239-287.

Bibiloni Amengal (Andreu), El commerç exterior de Mallorca : homes, mercas i products d’intercanvi, 1650-1720, Barcelone, 1995.

Blondy (Alain), L’Ordre de Malte au xviie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchene, 2002.

Braudel (Fernand), La dynamique du capitalisme, Paris, 1985 (première édition en anglais, Baltimore, 1977).

Braudel (Fernand), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 6e éd. 1985.

Brigaghe (Manlio), Mattone (Antonello) et Melis (Guido), La Sardegna, 3 vol. , Cagliari, 1998.

Brigand et Gourmelon (éd.), Territoires et sociétés insulaires, Brest, 1991.

Di Napoli (Federico), O. Cancila éd., Noi il Padrone, Palerme, 1982.

Fontenay (Michel), « Charles-Quint, Malte et la défense de la Méditerranée », in Los escenarios del Imperio (vol. iii de Carlos Quintos. Europeismo y universalidad, 5 vol. , actes du congrès de Grenade, 2000), Madrid, 2001, p. 177-192.

Fontenay (Michel), « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso méditerranéen au xviie siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, XXXV, 1988, p. 361-384. URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHMC_G1988_35N3_0361.

Fontenay (Michel), « Des galères pour quoi faire ? La surprenante pérennité de la galère dans la Méditerranée des Temps Modernes », Journal of Mediterranean Studies, XII-2, 2002, p. 287-305.

Fontenay (Michel), « La place de la course dans l’économie portuaire au xviie siècle : l’exemple de Malte et des ports barbaresques », in I Porti come impresa economica, Florence, 1987, p. 429-459 ( =Annales E.S.C., 1988, 6, p. 1321-1347).

Fontenay (Michel), « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècles (IIe colloque international d’histoire du Centre de Recherches Néohelléniques, Athènes, 1983), Athènes, 1985, t. I, p. 429-459 ( =Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, XXXII, 1985, p. 185-208. URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHMC_G1985_32N2_0185).

Fontenay (Michel), « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 71, 1994 (« Le carrefour maltais »), p. 91-108. DOI : 10.3406/remmm.1994.1637.

Fontenay (Michel), « Malte au temps de Charles-Quint et Philippe II : un enjeu de la politique espagnole en Méditerranée », in Felipe II y el Mediterráneo, 4 vol. , Madrid, 1999, vol. IV, p. 277-299.

Fontenay (Michel), « Malte entre la France et l’Espagne aux xvie et xviie siècles », in L’Ordre de Malta, el regne de Mallorca i la Mediterrània, Palma, 2001, p. 37-52.

Giarrizzo (Giuseppe), La Sicilia dal Cinquecento all’Unità d’Italia, t. xvii de G. Galeasso (dir.), Storia d’Italia, Turin, 1989.

Graziani (Antoine-Marie), La Corse génoise. Économie, société, culture. Période moderne, 1453-1768, Ajaccio, 2000.

Graziani (Antoine-Marie) et Vergé-Franceschi (Michel), Sampiero Corso 1498-1567, un mercenaire européen au xviie siècle, Ajaccio, 1999.

Le carrefour maltais, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 71, 1994 (sous la direction de Ch. Villain-Gandossi). URL : http://www.persee.fr/issue/remmm_0997-1327_1994_num_71_1.

Le Lannou (Maurice), Pâtres et paysans de la Sardaigne, Tours, 1941.

López-Nadal (Gonçal), El corsarisme mallorquí a la Mediterrània occidental. 1652-1698 : un commerç forçat, Barcelone, 1986.

Hocquet (Jean-Claude), Le sel et la fortune de Venise, 2 vol. , Lille, 1979.

Laloy (Émile), La révolte de Messine, l’expédition de Sicile et la politique française en Italie, 1674-1678, 3 vol. , Paris, 1931.

Mallia-Milanes V. (éd.), Hospitalier Malta, 1530-1798, Malte, 1993.

Manconi (Francesco), Il grano del re. Uomini e sussistenze nella Sardegna d’antico régime, Sassari, 1992.

Pagano De Divitiis (Gigliola), « Il Mediterraneo nel xvii secolo : l’espansione commerciale inglese e l’Italia », Studi Storici, 27, 1986, p. 110-147.

Planas (Natividad), « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au xviie siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48-2/3, 2001, p. 123-147. URL : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2001-2-page-123.htm.

Rapp (Richard T.), « The unmaking of the Mediterranean trade hegemony: international trade rivalry and the commercial revolution », The Journal of Economic History, XXXV, 1975, p. 494-525. URL : http://www.jstor.org/stable/2119555.

Ribot Garcia (Luis Antonio), La rivolta di Messina (1674-1678) e il mondo mediterraneo nelle seconda metà del Seicento. Convegno internazionale, Messina 1975, Cosenza, 1979.

Ribot Garcia (Luis Antonio), La revuelta anti-española in Messina : causas y antecedentes, 1591-1674, Vallalolid, 1982.

Titone (Virgilio), La società siciliana sotto gli Spagnoli e le origine della questione meridionale, Palerme, 1978.

Varga (Marcello), La Sicilia dei grani, gestione dei feudi e cultura economica fra sei et ottocento, Florence, 1993.

Vergé-Franceschi (Michel), Histoire de Corse, 2 vol. , Paris, 1996.

Notes

1 Le caractère très général de ce texte interdit de proposer une bibliographie à prétention exhaustive. On se bornera à signaler, chemin faisant, quelques références sur des points particuliers. Cependant, au départ, il convient de ne pas omettre les géographes. On aura profit, par exemple, à consulter Brigand et Gourmelon (éd.), Territoires et sociétés insulaires, et à ne pas oublier, bien sûr, les quelques pages « géographiques » que Braudel a consacrées aux îles dans la première partie de sa Méditerranée à propos de « La Part du Milieu ».

2 Cf. sur cette notion Fontenay, « La place de la course ».

3 Le Lannou, Pâtres et paysans, qui reste le maître livre pour comprendre l’insularité de la Sardaigne d’hier.

4 Manconi, Il grano del re.

5 Cf. Brigaghe, Mattone et Melis, La Sardegna ; ou, d’accès plus facile, Anatra, Day et Scaroffia, La Sardegna.

6 Cf. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise.

7 Cf. Mallia-Milanes (éd.), Hospitalier Malta ; Le carrefour maltais ; et le chapitre consacré à « L’organisation de Malte » dans Blondy, L’Ordre de Malte, p. 70-110.

8 Bonne description du site et de ses aménagements dans Bartolini Salimbeni, « Il porto di Malta ». J’en avais moi-même présenté une analyse plus brève dans Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte ».

9 Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? ».

10 Parmi de nombreux travaux récents, on retiendra Graziani, La Corse génoise, et Vergé-Franceschi, Histoire de Corse.

11 On connaît la place des Corses comme soldats au service des Valois ou dans la garde pontificale, ainsi que le rôle qu’ils ont joué à Marseille dans le commerce avec la Barbarie aux xvie-xviie siècles ou, plus tard, dans le corso chrétien, tant à Malte qu’à Livourne (où certains d’entre eux ont même fait souche de noblesse).

12 Bibiloni Amengal, El commerç exterior de Mallorca.

13 Cf. Planas, « La frontière franchissable », en attendant la parution de sa thèse, en cours de publication aux presses de l’Université Blaise-Pascal (Clermont II).

14 López-Nadal, El corsarisme mallorquí.

15 Cf. Giarizzo, La Sicilia.

16 Cf. Aymard, « Une famille de l’aristocratie sicilienne » ; Titone, La società siciliana ; et le journal d’un grand feudataire sicilien édité par Orazio Cancila : Di Napoli, Noi il Padrone.

17 Varga, La Sicilia dei grani.

18 Cf. Fontenay, « Charles-Quint » et « Le développement urbain du port de Malte ».

19 J’ai développé ce point lors du Ier colloque du Mediterranean Maritime History Network (Malte, 2002) : cf. Fontenay, « Des galères pour quoi faire ? ».

20 Graziani et Vergé-Franceschi, Sampiero Corso.

21 Je me permets de renvoyer à mes différents travaux sur le sujet : Fontenay, « Malte au temps de Charles Quint » et « Malte entre la France et l’Espagne ».

22 Cf. Laloy, La révolte de Messine ; et Ribot Garcia, La revuelta anti-española et La rivolta di Messina.

23 Rapp, « The unmaking of the Mediterranean trade hegemony » : « Un des plus beaux articles qu’il m’ait été donné de lire depuis bien longtemps », disait Braudel dans La dynamique du capitalisme, p. 92.

24 Cf. Pagano De Divitiis, « Il Mediterraneo nel xvii secolo ».

25 Cf. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire ».

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540