Version classiqueVersion mobile

La Turquie en Asie centrale

IV. Dimensions économiques

Les relations économiques entre la Turquie et les républiques turcophones d’Asie centrale

Bayram Balcı

Résumé

L’enjeu économique occupe une place particulière dans la politique turque en Asie centrale. Les milieux d’affaires turcs con­sidèrent, en effet, à partir de 1991, la région comme un espace susceptible de fournir des débouchés colossaux à une économie turque « dopée » par les réformes structurelles initiées par Turgut Özal au cours de la décennie 1980. Le nouveau marché ouvert par la chute de l’URSS va cependant, en réalité, bien au-delà de l’Asie centrale puisque l’Europe centrale et orientale, la Fédération de Russie, l’Ukraine et la Biélorussie voient aussi arriver, à partir des années 1990, petites et grandes entreprises turques. C’est donc de façon un peu arbitraire, en nous conformant à l’orientation du dossier, que nous avons décidé de limiter notre étude aux républiques turcophones ex-soviétiques, c’est à dire aux marchés kazakh, kirghiz, ouzbek et turkmène et dans une moindre mesure azerbaïdjanais.

Texte intégral

1) Principales caractéristiques du marché centrasiatique

  • 1 Voir en annexe les différentes données géographiques et humaines des États d’Asie centrale.
  • 2 On compte, au début 2000, approximativement 24 millions d’habitants en Ouzbékistan, 18 millions au (...)
  • 3 Voir l’article d’Alexandre Huet dans le présent dossier.

1L’immense étendue de la région -3 851 000 km2- est la principale caractéristique du marché centrasiatique même si une bonne partie est « grignotée » par les déserts arides du Karakum et du Kızılkum1. La superficie du seul Kazakhstan, constitué principalement de steppes stériles, dépasse les 2,7 millions de km2 soit environ 5 fois la France et plus de 3 fois la Turquie. Cet espace est peuplé par un peu plus de 50 millions d’habitants, autant dire qu’il est relativement sous-peuplé (13,2 hab/km2)2. La répartition de la population est cependant loin d’être homogène, surtout au Kazakhstan, où les oblast (provinces) méridionaux d’Almaty, de Djamboul et de Chimkent concentrent plus des trois quarts des 18 millions de Kazakhstanais. Au Turkménistan, prédominance du désert oblige, les déséquilibres sont même encore plus tranchés. La deuxième caractéristique princi­pale du marché centrasiatique, c’est sa richesse en ressources naturelles. Le pétrole et le gaz naturel de la Caspienne ont attiré depuis le début de la décennie 1990 de nombreuses com­pagnies pétrolières internationales comme Chevron, BP, Lukhoïl ou Total, pour ne citer que les plus importantes3. Outre ces hydrocar­bures, l’Asie centrale est riche en minerais, métaux précieux (or en Ouzbékistan et au Kirghizistan) et en uranium. Quant à l’agri­culture, sa diversité et son indispensable modernisation offrent de véritables opportu­nités de coopération aux entreprises étrangères.

2L’autre grand atout du marché centrasiatique, c’est de pouvoir compter sur une popula­tion jeune et éduquée. C’est là incontestable­ment un legs positif du « soviétisme ».

3Contrairement à de nombreux pays en voie de développement qui doivent composer avec un fort analphabétisme, les républiques d’Asie centrale ont, en effet, suffisamment de cadres pour réussir leur transition économique, même s’il est vrai que les élites formées sous le régime soviétique éprouvent parfois quelques diffi­cultés à s’adapter.

  • 4 Olivier Roy, « Les républiques musulmanes de l’ex-URSS », Les Cahiers de l’Orient, n° 41, 1993, pp. (...)
  • 5 Sur la question de l’enclavement de la région, voir Pierre Chuvin et Pierre Gentelle, Asie centrale (...)

4Ces quelques considérations sur le marché centrasiatique ne doivent, cependant, pas masquer toute une kyrielle de difficultés. Réglementations foisonnantes et mal adaptées, bureaucratie kafkaïenne, corruption généralisée et système bancaire archaïque constituent autant d’obstacles pour l’investisseur, souvent obligé de prendre des risques pour s’établir dans la région. L’enclavement de l’Asie centrale est, par ailleurs, souvent considéré comme le principal obstacle au redressement des économies nationales4. En effet, un simple coup d’œil sur une carte de la région permet de comprendre l’impérieuse nécessité des différents projets de désenclavement aujour­d’hui à l’étude. L’insuffisance des réseaux routiers, l’instabilité chronique en Afghanistan et au Tadjikistan et la ceinture des hautes montagnes du Pamir et du Tien Shan à l’Est contribuent à faire de l’Asie centrale une région aux ouvertures géographiques encore limitées5. Les relations économiques et la circulation des flux sont, par ailleurs, encore largement conditionnées par l’héritage soviétique. Ainsi, la plupart des routes d’Asie centrale mènent à Moscou et il n’est pas rare que, pour aller d’un point à un autre à l’intérieur d’un même pays, il faille traverser (parfois même à plusieurs reprises) la frontière. Des négociations sont en cours pour relier les axes routiers et ferroviaires entre Istanbul, Téhéran, Achkhabad, Tachkent, Och et Kachgar mais les relations politiques entre tous les pays concernés ne sont pas suffisamment claires pour que ces projets aboutissent. Quant aux deux mers intérieures qui bordent les frontières des États centrasia­tiques, elles apportent plus de problèmes que de solutions. La mer d’Aral s’assèche depuis plus d’une trentaine d’années, ce qui bouleverse de fond en comble l’écosystème de toute la région. La Caspienne, elle, est source d’interminables litiges juridiques (lac ou mer ?) entre ses riverains : Iran, Azerbaïdjan, Turkménistan, Kazakhstan et Russie.

5Dans un autre ordre d’idées, les infrastruc­tures industrielles héritées de la période soviétique sont dans un état tel qu’il est illusoire de tenter de les engager dans le jeu de la compétition internationale. L’appareil produc­tif est dans l’ensemble obsolète, les usines ne tournent plus, la production est en chute libre essentiellement du fait de l’arrêt des comman­des par Moscou. Les réformes économiques indispensables pour marquer la rupture avec le credo dirigiste d’antan piétinent toujours, même si des différences notables existent selon les cas. Alors que le Turkménistan subven­tionne encore certains produits de base comme le sucre, la farine ou l’huile, le Kazakhstan a choisi plus franchement la voie de la libéralisa­tion. La privatisation de la terre et des entre­prises n’a, elle, guère avancé. Quand elle a eu lieu, elle a, comme ailleurs dans l’ancien bloc communiste, enrichi les anciens apparatchiks. De manière générale, on observe un net décalage entre la volonté affichée d’amender le système économique et les mesures effective­ment adoptées.

  • 6 La forte tendance à la baisse des prix du coton sur les marchés mondiaux n’arrange guère les choses

6Dans le secteur de l’agriculture, les économies d’Asie centrale souffrent de leur trop grande spécialisation dans la culture du coton. La situation est particulièrement préoccupante en Ouzbékistan où il constitue encore 40 % des revenus à l’exportation6. L’autre grand pro­blème est structurel : conformément à une logique que l’on peut taxer de coloniale, les récoltes, à l’époque soviétique, étaient directe­ment exportées vers la Russie où se concen­traient les industries de transformation. En somme, la périphérie assumait le rôle de fournisseur tandis que le centre se réservait la création de la valeur ajoutée. La périphérie, devenue indépendante, doit donc désormais entièrement repenser l’ordonnancement de ses circuits économiques et créer ses propres industries.

2) L’intégration de l’Asie centrale dans le dis­cours géo-économique de la Turquie

a) L’établissement des liens économiques

7Dès les déclarations d’indépendance, de nombreuses sociétés turques - Enka, Gama et Alarko, par exemple - ont envoyé leurs représentants dans l’ex-URSS afin d’analyser les possibilités d’investissement. Ces entrepri­ses ont, dans l’ensemble, bénéficié de l’ancrage rapide de la diplomatie turque dans la région pour concrétiser leurs investissements. Résultat direct des valses diplomatiques qui s’effectuent entre Ankara et les capitales centrasiatiques dès 1991, une série d’accords économiques est signée dans l’objectif de faciliter les échanges entre les deux parties. Le tableau suivant montre notamment le peu de temps écoulé entre la reconnaissance de ces États par la Turquie et la signature d’importants accords économiques. Certains de ces derniers furent signés avant même les déclarations d’indépen­dance grâce au flou juridique qui prévalait lors de la fin de l’URSS.

8En raison de l’absence d’un espace économique libéral, les négociateurs turcs ont toujours tâché d’engager la responsabilité des États dans le bon déroulement des échanges économiques entre la Turquie et l’Asie centrale, surtout lorsqu’il s’agissait de gros contrats. D’un autre côté, Ankara a accordé, par l’intermé­diaire de l’Eximbank, une série de crédits pour soutenir les exportations et les investissements des firmes turques.

Tableau 1. Principaux accords économiques signés entre la Turquie et les États turcophones

  • 7 Atilla Artam, Türk Cumhuriyetlerinin Sosyo-Ekonomik Analizleri ve Türkiye İlişkileri (Analyses soci (...)
  • 8 Aynur Coşkun, “Türkiye Cumhuriyetinin Avrasya Ülkeleri ile Olan Diplomatik İlişkileri” (Relations d (...)
  • 9 Zakir Avşar, Ferruh Solak, Türkiye ve Türk Cumhuriyetleri (la Turquie et les Républiques turques), (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Cf bulletin du DEIK (Dış Ekonomik İlişkiler Kurumu, la Fondation pour les Relations Economiques Ext (...)

États

Date des déclarations d’indépendance7

Date de leur reconnaissance par la Turquie8

Accord de coopération économique et commerciale9

Accord pour une incitation réciproque des investissements et leur protection10

Accord de dédouanement réciproque11

Kazakhstan

16/12/1991

16/12/1991

26/09/1991

01 05 1992

01/01/1997

Kirghizistan

31/8/1991

16/12/1991

23/12/1991

28 04 1992

Négociations en cours

Ouzbékistan

31/8/1991

16/12/1991

19/12/1991

28/04/1992

08/05/1998

Turkménistan

27/10/1991

16/12/1991

03/12/1991

02/06/1992

21/08/1995

Azerbaïdjan

18/10/1991

16/12/1991

01/11/1991

09/02/1994

09/02/1994

  • 12 Turan Aydin, “Türkiye ve Orta Asya Türk Cumhuriyetleri Arasında Ekonomik İlişkiler” (Relations écon (...)

Tableau 2. Les crédits de l’Eximbank accordés aux États turcophones (en millions de dollars US)12

États

Crédit Exportation

Crédit de Projets

Total

Azerbaïdjan

100

150

250

Kazakhstan

56,7

143,3

200

Kirghizistan

33,86

41,14

75

Ouzbékistan

125

125

250

Turkménistan

75

16

91

Total

390.56

475,44

866

  • 13 Orah Morgil, “Türkiye ile Türk Cumhuriyetleri Arasında Ekonomik İşbirliğinin Geliştirilmesi” (Dével (...)

9Il y a en général une certaine corrélation entre le montant des crédits accordés et la taille du marché bénéficiaire. L’Azerbaïdjan est l’exception qui confirme la règle. Pour des raisons politiques et géographiques, Bakou occupe, en effet, une place particulière dans la politique étrangère turque. Le volume de ces crédits, octroyés pour soutenir les échanges économiques bilatéraux, en une fois et pour une fois (il ne s’agit pas de négociations annuelles) devait permettre d’« embrayer » la coopération économique entre la Turquie et ces États. Largement insuffisant, ce volume de crédits est un indice des limites des ambi­tions turques : les aides aux « républiques sœurs » sont bien inférieures à celles accordées par l’Union européenne via le programme TACIS13.

10En dépit du caractère limité des incitations étatiques, les échanges entre la Turquie et l’Asie centrale se sont considérablement développés. Comme le montre le tableau suivant, les échanges entre les États turcophones ont démarré dès les déclarations d’indépendance.

  • 14 Emin Çarıkçı, “Türk Cumhuriyetlerinde Ekonomik Gelişmeler ve Türkiye’nin Katkıları” (Les évolutions (...)

Tableau 3. Volume des exportations et des importations de la Turquie vers/en provenance des républiques turcophones (en millions de dollars US)14.

États

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999*

2000*

Azerbaïdjan

Exportations

94, 2

68, 2

132, 1

161

240

319, 7

327, 2

130, 4

142, 6

Importations

25, 5

33, 9

8, 9

n. d.

n. d.

58, 3

50, 3

22, 6

44, 7

Kazakhstan

Exportations

13,7

67,8

131,7

150,8

162,4

210,5

212

53,7

50

Importations

8,8

43,7

32,3

86,6

93,6

165,3

253

104,7

257,5

Kirghizistan

Exportations

1,8

17,0

17,0

38,2

47,1

49,4

41,5

102

Importations

1,3

3,5

4,3

5,5

5,9

7,4

6,8

2,2

Ouzbékistan

Exportations

36, 6

213,5

64, 6

138,5

229,8

210,5

155

42,2

40,9

Importations

20, 3

31, 9

78, 6

61,5

56, 5

87,5

96

23,5

43

Turkménistan Exportations

7,3

83,9

84,3

56,29

65,65

117,5

95,6

49,8

58,9

Importations

17, 8

76, 9

65, 6

11,83

100,3

373,5

42

24,2

53,6

Total

Exportations

153,6

440,4

429,7

544,8

744,9

907,6

831,6

283,8

299

Importations

73, 7

189,9

189,7

n. d.

n. d.

692

448,1

176,9

399,6

Vol. des échanges (Exp + Imp)

227,3

630,3

619,4

1599,6

1279,7

460,7

698,6

Balance (Exp-Imp)

79, 9

250,5

240,0

215,6

383,5

106,9

-100,6

* Pour les six premiers mois de l’année (janvier-juin) Les cases grisées n’ont pu être renseignées. Sources : DIE, DEIK, secrétariat d’état au commerce extérieur.

  • 15 Cf., en annexe les séries statistiques complètes des échanges commerciaux bilatéraux entre la Russi (...)
  • 16 Qu’il suffise de noter ici que, depuis 1988, la Turquie importe autour de 55-60 % de son gaz nature (...)

11Même s’ils suivent une tendance à la hausse, (la ligne est cependant brisée à cause de la crise russe), les échanges avec les républiques d’Asie centrale restent, en termes de chiffres absolus, assez marginaux pour la Turquie qui réalise près de 70 % de son commerce extérieur avec les pays de l’OCDE (plus de 50 % avec les seuls pays de l’UE). À titre d’illustration, pour les six premiers mois de l’année 2000, les exportations de la Turquie vers les républiques turcophones se sont élevées à 299 millions de $, ce qui ne représentait que 2,2 % du montant total des exportations (13,35 milliards de $). En ce qui concerne les importations, les proportions sont à peu près les mêmes, puisque la Turquie a importé d’Asie centrale pour 399, 6 millions de $ (1,6 % des importations totales évaluées, toujours pour les six premiers mois de l’année 2000, à 25 milliards de $). Comparés aux volumes d’échanges avec la Russie (jusqu’à 4 milliards de $ en 1997 avant la crise financière, soit entre 5 et 7 % du total des échanges extérieurs de la Turquie15), ces chiffres paraissent vraiment peu élevés. De quoi nuancer les schémas un peu sommaires sur la rivalité russo-turque dans le Caucase ou en Asie centrale, car s’ils sont parfois rivaux sur l’échiquier géopolitique, Ankara et Moscou sont économiquement parlant de réels (et obligés) partenaires16. De plus, alors que la balance des échanges entre la Turquie et l’Asie centrale présentait traditionnellement, depuis 1991, un solde positif pour Ankara, la tendance s’est inversée en 2000 (avec un déficit de 100,6 millions de $ pour la période de janvier à juin contre un excédent de 385 millions de $ pour 1998), notamment à cause d’une hausse sensible des importations en provenance du Kazakhstan.

12Il faut, cependant, résister à la tentation d’évaluer les relations économiques entre la Turquie et les républiques d’Asie centrale à la seule aune de ces indicateurs. Il faut ainsi prendre en compte les contrats engrangés par les firmes turques qui sont, comme on va le voir, loin d’être négligeables. Il y a aussi des secteurs, à l’instar de la construction, qui profitent plus que d’autres de l’ouverture du marché centrasiatique.

b) Le secteur du BTP turc et l’Asie centrale

  • 17 Turan Aydin, art. cité.

13Les entreprises turques de BTP constituent le fer de lance de la pénétration économique turque dans les États de la CEI, même si le marché russe est plus prometteur que le marché centrasiatique17. Le Turkménistan, bien qu’il ne compte que 4 millions d’habitants, offre de larges possibilités aux entreprises turques. Il en va de même pour le Kazakhstan. L’Ouzbékistan, soucieux de favoriser son propre secteur du BTP, a pour sa part toujours voulu limiter l’arrivée des entreprises étrangères. Le marché russe est, cependant, de loin le plus important et les firmes turques sont parties prenantes des nombreux chantiers de construction. C’est, d’ailleurs, un marché qu’elles connaissent bien car elles y sont présentes depuis au moins 1984.

Tableau 4. Principaux marchés pour les firmes turques de construction (1990-1997)

Pays

 %

Fédération de Russie

42. 0

Libye

13. 0

Pakistan

5. 9

Kazakhstan

5. 3

Turkménistan

4. 3

Allemagne

3. 7

Azerbaïdjan

3. 7

Arabie Saoudite

3. 6

Autres

18. 5

source : Secrétariat d’État au commerce extérieur turc.

14Ces projets se différencient entre eux par la taille, le capital qui y est investi et la nature des chantiers en question. Bien souvent, il s’agit de construction ou de rénovation de bâtiments administratifs, d’aéroports, de routes, de barrages, d’installations pétrolières, d’hôtels ou de parc d’attraction. Par exemple, au Turkménistan, des firmes turques ont construit l’aéroport, une bonne partie des nouveaux hôtels de la capitale, des installations touris­tiques dans la ville de Turkmenbachi (ex-Krasnovodsk), des usines de textile dans la région d’Achkhabad, le pharaonique monument de la liberté en l’honneur du président turk­mène, pour ne citer que les plus grandes constructions. En Ouzbékistan, parmi les grands travaux réalisés par les firmes turques, on compte, entre autres, la rénovation de la raffinerie de Boukhara par Gama en partenariat avec le français Technip, la construction d’une grande usine d’autobus par le groupe Koç dans la région de Samarkand, l’édification par la firme Ay Sel du gratte-ciel abritant la Banque nationale ouzbèke à Tachkent, l’implantation d’une unité de production de cigarettes par le groupe Alarko dans la région de Samarkand, etc. Au Kazakhstan, parmi les principales réali­sations des firmes turques, on compte le grand hôtel Ankara d’Almaty et la plupart des bâtiments administratifs d’Astana, promue nouvelle capitale par décret présidentiel en 1995, au plus grand bonheur des firmes turques comme Alarko, Ay Sel et Tekfen. Au Kirghizistan, la route entre la capitale et Och est en cours de construction par plusieurs firmes turques.

c) Les atouts des firmes de construction

15La rapidité et le prix relativement bas des travaux constituent incontestablement les deux atouts des firmes turques, qui parviennent à rivaliser dans la région avec des grandes compagnies occidentales, comme Bouygues, par exemple. Souvent, ces entreprises se présentent sur le marché centrasiatique avec une technolo­gie occidentale et une qualité de travail que les entrepreneurs turcs qualifient volontiers d’alman kalitesi (qualité allemande), formule qui, en Turquie, est synonyme de bon travail. De plus en plus, ces firmes cherchent à s’associer avec des partenaires étrangers pour emporter les contrats.

16Le fonctionnement d’une firme turque à l’étranger est intéressant à analyser. Généralement, quand il s’agit de travaux de construction qui vont durer six mois ou un an, l’entreprise fait venir tout son personnel de Turquie et lui aménage un centre de vie à la turca. Il s’agit souvent d’un camp doté d’une cantine qui offre des plats turcs avec des produits venant de Turquie à 80 %, d’un dortoir sur place qui permet de limiter le temps perdu et d’une salle de télévision où, grâce à l’antenne parabolique, les ouvriers peuvent suivre les matchs de Galatasaray et de Fenerbahçe sur les chaînes turques qui diffusent presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Dans les capi­tales, comme Almaty ou Tachkent, les ouvriers de ces entreprises ont une vie en dehors du travail et ils fréquentent les cafés et restaurants turcs mais aussi les clubs de nuit qui poussent comme des champignons depuis les indépen­dances. En revanche, dans des villes moyennes comme Ferghana ou petites comme Kokand ou Turkmenbachi, les ouvriers se contentent de la télévision turque qui offre une large panoplie d’émissions de variété.

3) Les relations économiques de la Turquie avec les républiques d’Asie centrale : étude au cas par cas18

  • 18 Les tableaux relatifs aux relations économiques bilatérales figurent en annexe du dossier.

17Les situations sont, on va le voir, contrastées selon les pays. On peut, néanmoins, relever deux dénominateurs communs. Les échanges sont, d’une part, assez modestes en chiffres absolus. Les relations économiques sont, d’autre part, largement conditionnées par le niveau des relations politiques. L’ancien prési­dent turc Süleyman Demirel avait, à cet égard, tissé des liens assez étroits avec la plupart de ses pairs centrasiatiques. Même s’il est difficile d’estimer précisément leur impact, les innom­brables voyages qu’il a entrepris à Almaty, Bakou ou Achkhabad ont certainement donné un coup de pouce à certains projets d’investisse­ments turcs. Les milieux d’affaires ou la presse s’interrogeaient récemment, en Turquie, sur la capacité de son successeur, Ahmet Necdet Sezer, un juriste à la carrière très nationale et au caractère plus effacé, à faire de même. Il n’est d’ailleurs pas anodin qu’il ait fait l’un de ses premiers déplacements à l’étranger à Bakou (après un premier voyage en république chypriote turque).

a) Échanges économiques entre la Turquie et le Kazakhstan19 :

  • 19 Pour l’ensemble du commerce extérieur de la Turquie, voir les bulletins du DEIK, Dış Ekonomik İlişk (...)

18Au vu des dernières statistiques disponibles (janvier-juin 2000), le Kazakhstan est un partenaire commercial assez modeste (entre 0,6 et 1 % des importations et à peu près 0,5 % des exportations turques). Si on inverse la perspec­tive, le jugement reste valable, le Kazakhstan commerce avant tout avec la Russie, la Chine ou la Corée du Sud et les importations en provenance de Turquie ne constituent que 2,5 % du total. Depuis 1998, la balance des échanges entre la Turquie et le Kazakhstan présente un solde négatif pour Ankara.

19La Turquie exporte essentiellement vers le Kazakhstan des produits industriels finis, tandis que la majeure partie de ses importations se compose de matières premières comme le fer, l’acier, le cuivre, le charbon ou le pétrole. Le secteur de la construction occupe une place fondamentale dans les échanges entre la Turquie et le Kazakhstan. Les firmes turques sont présentes dans la plupart des grandes villes du pays et ont engrangé de 1992 à 1998 pour un peu plus de 2 milliards de $ de contrats (surtout dans la construction ou dans les télécommunications mais pas du tout ou quasiment pas dans la prospection ou l’ex­ploitation pétrolière). Le déplacement de la capi­tale d’Almaty à Astana a fourni aux entreprises turques d’importantes opportunités d’in­vestissements. Les nouveaux ministères, les hôtels de la future capitale et la route qui doit relier Almaty à Astana sont des chantiers qui promettent un bel avenir aux 250 firmes turques présentes au Kazakhstan. La dernière grande réalisation signée par une firme turque est l’immense centre commercial Ramstore construit par le groupe Koç à Almaty, en face du palais présidentiel.

b) Echanges économiques entre la Turquie et le Kirghizistan

  • 20 Chiffres extraits d’un document de travail, Kırgızistan Cumhuriyetinin Sosyo-Ekonomik Durumu (Situa (...)
  • 21 Kırgızistan Cumhuriyetinin Sosyo-Ekonomik Durumu, source citée.

20L’économie du Kirghizistan, comme celle de tous les pays issus de l’ex-URSS est encore essentiellement orientée vers les pays de la CEI d’où proviennent, en 1998, plus de la moitié des importations kirghizes. La Russie, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan sont les princi­paux partenaires économiques du pays. Dans la catégorie des pays extérieurs à la CEI, l’Allemagne, la Chine et les États-Unis sont les principaux partenaires économiques de Bichkek20. Quant aux exportations, elles s’effectuent, elles aussi, encore, dans une large mesure, avec les États de la CEI. Ainsi, en 1998, 45 % des exportations kirghizes sont destinées à la CEI (Russie et Kazakhstan surtout). Dans le classement des pays clients du Kirghizistan, en 1998, la Turquie arrive 8e, devancée par des pays comme l’Allemagne, la Chine, les États- Unis, etc. Enfin, pour la même année, dans la liste des pays fournisseurs du Kirghizistan, la Turquie arrive 5e, derrière les mêmes pays21.

21Les produits échangés sont assez banals. L’industrie agroalimentaire turque s’exporte bien dans ce pays pauvre qui ne peut vendre que les rares richesses de son sous-sol. À la différence de ses voisins, le Kirghizistan importe peu de machines-outils de Turquie, compte tenu de sa faible industrialisation et de la prédominance du secteur primaire dans son économie. Enfin, les tapis que la Turquie exporte au Kirghizistan n’ont rien d’artisanal, ils sortent tous des usines de tissage de Gaziantep, spécialisées dans la tapisserie industrielle.

c) Les échanges économiques entre la Turquie et le Turkménistan

22La construction des hôtels et autres grands ensembles comme la raffinerie de la ville de Turkmenbachi au bord de la Caspienne ou l’aéroport international Turkmenbachi d’Achkhabad attirèrent de nombreuses entreprises turques de BTP dont le montant des investissements, sur la période s’étalant de 1992 à 1998, dépasse 2, 29 milliards de dollars. La capitale turkmène a subi une complète méta­morphose grâce aux chantiers orchestrés par les firmes turques qui sont, de manière générale, très actives au Turkménistan. Au 1er juin 1997, sur les 642 entreprises étrangères présentes sur le sol turkmène, 178 étaient turques, 82 iraniennes et 64 russes. Ceci dit, là encore comme au Kazakhstan ou en Azerbaïdjan, les firmes turques n’ont guère obtenu de résultats dans le secteur énergétique.

d) Les échanges économiques entre la Turquie et l’Ouzbékistan22

  • 22 Les publications de l’association des hommes d’affaires turcs, UTID Haber Bülteni, contiennent parf (...)

23Le volume des échanges entre les deux pays, à hauteur de 75,5 millions de dollars en 1992, a été multiplié par 4 en 1997, passant ainsi à 305,5 millions de dollars. L’année suivante, en 1998, ils se sont effondrés en raison des contre­coups de la crise russe. En tête des exportations turques vers l’Ouzbékistan, se trouvent les chaudières, les tapis (manufacturés), les machines électriques et les produits métal­lurgiques transformés. Quant aux importations, elles se composent essentiellement de coton, de cuivre et de cuir non traité. Les firmes turques de BTP jouent un rôle considérable dans la vie économique du pays quand on sait qu’entre 1992 et 1998 le montant des 28 projets de travaux dans lesquels elles étaient engagées s’élevait à presque 700 millions de dollars. Il y avait, en 1998, 234 entreprises turques de répertoriées en Ouzbékistan (contre 359 russes).

24La plupart des firmes turques travaillent dans la construction d’hôtels (Intercontinental à Tachkent), de banques (la moitié des banques ouzbèkes, notamment les NBU, National Bank of Uzbekistan), d’usines de textiles et d’installa­tion de raffinerie (à Boukhara). La présence turque est également importante dans le secteur de l’agro-alimentaire. L’ampleur de la présence économique turque en Ouzbékistan ne doit, cependant, pas faire oublier que les activités économiques de la république ouzbèke sont encore dans une large mesure orientées vers d’autres pays, la Russie notamment. En effet, pour l’année 1998, les importations ouzbèkes provenaient à 20 % de Russie, 15 % de la Corée du Sud (le groupe Daewoo est le pre­mier investisseur privé dans le pays), 10 % d’Allemagne et 6 % de Turquie (presque la moitié des importations du pays se font avec d’autres pays que ceux cités). Quant aux exportations du pays, elles s’effectuent à 32 % avec la Russie, 7 % avec l’Italie, 6 % avec l’Ukraine, 6 % avec le Tadjikistan et 4 % avec la Chine, la Turquie occupant une place très marginale dans les exportations ouzbèkes. La place marginale de la Turquie (en chiffres absolus en tout cas) mérite une explication.

  • 23 La différence entre le cours officiel du soum et le cours au marché noir varie considérablement. Ai (...)

25Elle est de deux ordres. D’un côté, les réformes économiques piétinent malgré les promesses faites par le président Karimov d’accélérer le passage à l’économie de marché, créant ainsi un climat peu favorable aux investissements étrangers. Ces derniers doivent encore faire face à la complexe question de convertibilité de la monnaie ouzbèke, le soum. Les entreprises étrangères travaillant en Ouzbékistan rencontrent beaucoup de diffi­cultés lorsqu’elles veulent convertir leurs profits réalisés en soums en dollars, monnaie dont la solidité n’a rien de comparable au soum qui se déprécie à vue d’œil23. D’un autre côté, les relations entre les deux pays ont beaucoup souffert des deux crises politiques survenues entre les deux États au sujet de l’installation de l’opposition ouzbèke à Istanbul. Le président Karimov, mécontent de l’accueil réservé aux leaders Mohammad Solih et Abdurrahman Polatov a, semble-t-il, voulu limiter l’influence de la Turquie dans son pays, y compris celle des entreprises privées. Enfin, une bonne partie des entrepreneurs turcs en Ouzbékistan commercialisent, avant tout, des produits fabriqués en Turquie. Or, l’État ouzbek est à la recherche d’investissements durables. Certaines entre­prises turques ont compris le message et ont créé des unités de production en Ouzbékistan même. C’est le cas des biscuiteries Aylin désor­mais fabriquées dans la région de Tachkent, tout comme le groupe Koç qui, au lieu d’im­porter des véhicules de Turquie, les fabrique dans la région de Samarkand.

Conclusion

  • 24 Voir les chiffres du DEIK.

26Au terme de cette rapide analyse, on se rend aisément compte que l’Asie centrale ne constitue ni un eldorado ni une chasse gardée pour l’économie turque. Aucun État d’Asie centrale ne se trouve dans la liste des 20 premiers partenaires économiques de la Turquie24. Les capitaux turcs investis en Ouzbékistan ou au Kazakhstan, par exemple, sont nettement inférieurs à ceux qui proviennent d’Allemagne ou des États-Unis. Les États d’Asie centrale continuent, d’abord, à pratiquer leurs échanges dans la zone CEI, pour commercer ensuite avec l’Europe ou l’Amérique, voire l’Asie (Corée et Chine). Si l’on se tient aux chiffres du com­merce extérieur et aux montants des investisse­ments, on s’aperçoit donc que la Turquie pèse peu dans les économies centrasiatiques. Au vu de ces chiffres, on pourrait même supposer qu’il y a une volonté délibérée de la part de Tachkent, Astana ou Bichkek de limiter les échanges avec un pays dont on n’apprécie guère les manières de grand frère. Si l’hy­pothèse est vérifiée dans le cas de l’Ouzbékistan qui voit la Turquie plus comme un concurrent qu’un partenaire, elle montre ses limites si on l’applique au Turkménistan ou au Kazakhstan, tous deux assez ouverts à la présence turque.

27En fait, la Turquie n’a pas les moyens d’investir autant que les États occidentaux mais elle se rattrape grâce au dynamisme de ses expatriés et à l’esprit missionnaire de ses entrepreneurs installés un peu partout.

28En effet, quand on parcourt les villes d’Asie centrale, on est frappé par l’omniprésence de la Turquie, notamment grâce à ces entreprises de tailles variées que l’on trouve aussi bien dans la ville turkmène de Turkmenbachi qu’à Narin, ville kirghize non loin de la frontière chinoise. Dans le centre des capitales, cette présence turque se lit partout sur les enseignes des restaurants et des supermarchés.

29L’outil, classique, des statistiques officielles - capitaux, importations, exportations, etc -, n’est donc pas suffisamment pertinent pour rendre compte de la présence turque en Asie centrale, qui est bien plus complexe qu’il n’y paraît. En effet, dans les économies d’Asie centrale, une bonne partie des échanges échappent aux statistiques officielles, particulièrement ceux réalisés par des entreprises de taille moyenne, les PME, qui constituent les 3/4 des compagnies turques expatriées en Asie cen­trale. D’autre part, le « commerce de valise », ces échanges économiques que l’on pourrait quali­fier d’informels, génèrent des rentrées financières qui échappent aux comptabilités nationales, contrairement aux importations et aux exportations des grandes compagnies internationales dont les contrats sont négociés au niveau ministériel. En d’autres termes, une bonne partie des flux qui transitent entre la Turquie et l’Asie centrale n’est pas repérée par un appareil comptable et douanier en cours de conversion et dont la fiabilité est plus que dou­teuse.

  • 25 Voir encadré sur les associations des hommes d’affaires turcs en Asie centrale.

30Si la Turquie a un poids relatif dans les économies d’Asie centrale en termes de grandes variables économiques, elle bénéficie, cepen­dant, de l’immense avantage de posséder le plus grand nombre d’entreprises dans ces pays, même si celles-ci ont souvent une existence éphémère. La plupart de ces petites entreprises s’organisent dans un cadre associatif, comme c’est le cas en Ouzbékistan, au Kazakhstan et au Kirghizistan où les hommes d’affaires turcs ont créé des associations d’hommes d’affaires turco-kazakhs, turco-kirghizes et turco- ouzbeks25. Souvent imprégnés d’une philoso­phie religieuse nourdjou, ces entrepreneurs ont tissé des réseaux pour mieux faire face aux problèmes quotidiens. Même le nord du Kazakhstan pourtant éloigné de tout et au cli­mat hostile, attire lui aussi des petites entre­prises turques (autour de la ville de Pavlodar Astana, par exemple) qui concilient intérêt économique et motivation idéologique.

31De larges pans de la diaspora turque, tantôt turkiste comme les enseignants envoyés par des fondations panturquistes, notamment la Türk Dünyası Araştırmaları Vakfı (la fondation de recherches sur le monde turc), tantôt religieuse comme les éducateurs et hommes d’affaires de la mouvance nourdjou, sont animés par un véri­table esprit missionnaire, esprit qui est, sans conteste, prometteur pour la consolidation de la présence économique turque en Asie centrale. Loin d’être la poule aux œufs d’or un temps espérée, ce marché restera néanmoins très probablement, dans l’avenir, assez marginal pour une économie turque plus que jamais orientée vers l’Union Européenne. Ceci dit, si l’on change de focale, pour ne plus s’intéresser qu’à certaines entreprises (notamment les PME) ou à certains secteurs de l’économie, le marché centrasiatique est loin de constituer quantité négligeable. Tout est, en définitive, un problème de perspective.

Annexes

UTID, KATIAD, KITIAD Trois associations d’hommes d’affaires turcs en Asie centrale

Un des aspects de la présence économique turque en Asie centrale est son fonctionnement dans un cadre associatif, plus ou moins formel selon les cas. Arrivés dans ces États au début des années 1990 et confrontés aux difficul­tés d’adaptation à un marché, où les coutu­mes sont à la fois nombreuses et les règles inexistantes, les entrepreneurs turcs, une fois familiarisés avec les milieux économiques de ces États, se sont dotés d’associations qui en­tendaient favoriser, entre autres, les échan­ges économiques entre la Turquie et l’Asie centrale.

Des associations prestataires de services

L’UTID, Özbekistan ve Türkiye İşadamları Derneği (Association des hommes d’affaires d’Ouzbékistan et de Turquie) fut créée en mai 1995 afin, selon les termes même de son président, « d’accroître le volume des échanges économiques entre la Turquie et l’Ouzbékistan et d’œuvrer pour la consolidation de la frater­nité entre les deux États26 ». À sa création, l’association comptait 25 entreprises ouzbèkes et autant d’entreprises turques. À la fin de l’année 1999, elle en comptait 100. Dès sa création, elle fut accréditée auprès du minis­tère des Affaires étrangères comme un orga­nisme d’utilité publique, ce qui lui donnait des avantages considérables, notamment celui de pouvoir obtenir des visas pour les hommes d’affaires qui viennent de Turquie.

L’UTID a servi d’exemple aux hommes d’affaires turcs actifs dans les républiques voisines, à savoir le Kazakhstan et le Kirghizistan, le Turkménistan étant pour sa part hosti­le à la création d’une association non contrôlée par l’État. En revanche, une société au statut ambigu, Bahar Limited Company, proposait le même type de services à Achkhabad, dans la capitale turkmène, dans les premiers mois de 1998. N’ayant pas réussi à se trouver une clientèle suffisamment importante, elle a fermé après quelques mois d’existence.

La KATIAD, Kazakistan ve Türkiye İşadamları Derneği, (Association des hommes d’affaires de Turquie et du Kazakhstan), tente, à sa manière, d’encourager les investisseurs des deux pays. À Bichkek, au Kirghizistan, la même organi­sation existe, sous une autre appellation, KITIAD, Kırgızistan ve Türkiye İşadamları Derneği (Association des hommes d’affaires de Turquie et du Kirgizstan).

Les services rendus ou plutôt vendus par ces associations sont sensiblement les mêmes dans les trois républiques. La liste des avan­tages que comporte l’adhésion à l’association UTID, exposée dans son bulletin d’information numéro 1, est la suivante :

  • Traduire les nouvelles lois et décrets des Républiques d’Ouzbékistan, du Kazakhstan et du Kirghizistan et les mettre à la disposi­tion des entreprises turques.

  • Organiser des séminaires pour former les hommes d’affaires turcs à la nouvelle légis­lation ouzbèke, kazakhe ou kirghize.

  • En partenariat avec les autorités compé­tentes locales, servir de conseillers aux investisseurs turcs et gérer la coordination de leurs activités.

  • Fournir une aide pratique aux entreprises turques en difficulté (notamment dans leurs différends avec l’administration ouzbèke, kazakhe ou kirghize). L’expérience des pre­miers investisseurs turcs arrivés dans le pays est mise à contribution pour cette aide.

  • Aider les entreprises à trouver des locaux de travail (achat ou location).

  • Faciliter les échanges entre les organismes centrasiatiques et turcs, notamment en aidant les uns et les autres à résoudre leur problème de visas.

  • Accueil des hommes d’affaires turcs, orga­nisation de leur emploi du temps, prise de rendez-vous avec les administrations demandées, etc.

Cette liste des services rendus montre que le principal souci des créateurs des associa­tions est de faciliter l’implantation des entre­prises turques en Asie centrale. N’ayant pas toujours une bonne connaissance des princi­pales caractéristiques législatives, financières et sociales du pays, ces dernières font appel aux services de ces associations afin de mieux s’informer sur le marché ex-soviétique. Se comportant en véritables interlocutrices entre les gouvernements centrasiatiques et les investisseurs turcs, l’UTID, la KITIAD et la KATIAD sont souvent sollicitées par les autorités ouzbèkes, kazakhes et kirghizes qui leur indiquent la nature des investissements qu’elles veulent attirer dans le pays. En tant que consultants, ces organismes jouent parfois le rôle d’un groupe de pression pour favoriser l’implantation de leurs clients.

Le fonctionnement des associations

Comme elle comporte une série d’avan­tages, l’adhésion à ces associations est payante. En Ouzbékistan, l’UTID exige une somme de 1000 dollars à l’entrée et une cotisation men­suelle de 100 dollars. Le nombre de sociétés ouzbèkes et turques membres de l’association, environ 100, est à peine suffisant pour rémunérer les quelques employés ouzbeks qui traduisent les nouvelles lois du russe ou de l’ouzbek en turc. Certaines entreprises ne sont pas régulières dans le règlement de leurs coti­sations, ce qui complique le fonctionnement de l’association27. L’administration de l’associa­tion est confiée à son président, élu pour deux ans par les responsables des sociétés membres. En Ouzbékistan, spécificité ouzbèke oblige, il y a deux présidents, un Turc et un Ouzbek, règle de base qui s’applique à la plupart des organi­sations mixtes installées dans le pays. Au Kazakhstan et au Kirghizistan, le fonction­nement est le même, des élections régulières ayant lieu tous les deux ans pour changer le cadre dirigeant.

Toutes les entreprises turques présentes dans ces États n’adhèrent pas à ces associa­tions. Par exemple, à Bichkek, sont membres de la KITIAD « la plupart des sociétés turques de taille moyenne et en relative bonne santé », c’est-à-dire les 2/3 des entreprises venues de Turquie28. Au Kazakhstan, où le nombre de sociétés turques est sans doute le plus élevé (250 en 1999), le nombre d’adhérents de la KATIAD n’est jamais stable, variant entre 100 et 150. Toutes ces associations fonctionnent comme un groupe d’information et de pression dans l’objectif d’aider leurs membres à investir en Asie centrale ou en Turquie. Représentati­ves du secteur privé turc en Asie centrale, elles ont des rapports complexes avec les opérateurs de la politique officielle de la Turquie en Asie centrale, à savoir l’attaché commercial de l’ambassade et l’agence TIKA29. L’arrivée des délégations officielles de Turquie ou le voyage d’un président centrasiatique à Istanbul ou Ankara sont des moments particuliers de resserrement des liens entre acteurs privés et publics turcs. En temps ordinaire, cette coopération entre ambassades et associations d’hommes d’affaires turcs est plus terne, notamment à cause de l’aspect religieux de ces organisations, pourtant absent dans les fiches et prospectus de présentation.

En effet, bien que n’apparaissant jamais dans les propos des dirigeants, les publications et encore moins dans les règlements, une philosophie religieuse particulière est à la base de ces organisations. Parmi les premières à s’être implantées en Asie centrale, les entre­prises turques dites nourdjous dominent les comités d’administration de ces associations. À Tachkent (UTID) et à Bichkek (KITIAD), ces associations sont incontestablement marquées par la pensée religieuse nourdjou. Cependant, à Almaty, la KATIAD est dominée par des hommes d’affaires qui ne se positionnent pas dans la mouvance des nourdjous30, ces derniers ayant une association à part, la KATEV, Kazakistan ve Türkiye Eğitim Vakfı (Fondation turco-kazakhe d’enseignement), responsable du financement des lycées nourdjous dans ce pays. Généralement, ces hommes d’affaires nourdjous favorisent grâce à ces associations l’implantation d’autres entreprises nourdjous dans le pays, tout en restant ouverts à la coopération avec d’autres partenaires extérieurs.

TIKA une agence turque de coopération et de développement en Asie centrale

La création de TIKA, Türkiye işbirliği ve Kalkınma Ajansı (Agence turque de coopéra­tion et de développement), en anglais TICA, Turkish international Cooperation Agency, eut lieu le 24 janvier 1992, à une époque où la poli­tique turque dans le Caucase et en Asie cen­trale débordait d’ambition. TIKA fut chargée par Ankara de coordonner la politique turque de coopération et de développement dans : 1) le monde turc (türk dünyası), 2) les États voisins, 3) les pays en voie de développement31. En 1999, l’agence possédait des bureaux de représentation dans les 5 États d’Asie centrale, en Azerbaïdjan, en Géorgie, en Moldavie, en Macédoine, en Ukraine, en Albanie, en Bosnie- Herzégovine et dans la partie turque de Chypre. Dotée d’un statut autonome, elle doit tout de même accepter la tutelle du ministère des Affaires étrangères auquel est rattaché son président, même si elle bénéficie d’un financement propre32.

Les ambitions de TIKA

Fonctionnant sur le modèle des agences occidentales de coopération et de développe­ment, comme l’agence américaine USAID, l’allemande GTZ ou la canadienne CIDA, TIKA est avant tout un outil de la nouvelle politique étrangère turque, fortement « amendée » au lendemain de la dislocation du bloc commu­niste. Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et de réaliser des projets de développe­ment et de coopération avec les pays dans lesquels elle est implantée. Les projets sont conçus avec des experts venus de Turquie, des États en question et des organisations internationales. La coordination se veut à la fois infra- étatique, pour établir une communication entre les différents organismes turcs -médias, ministères, universités et milieux d’affaires- et supra-étatique, puisqu’elle tisse des liens entre des administrations turques et les organismes internationaux -Nations Unies, Unesco, Banque Européenne de Reconstruction et de Développement et Banque mondiale- pour mener à bien les projets conçus. Quant à la réalisation, elle est supervisée par les fonction­naires de l’agence qui envoie des délégations sur place.

Le but affiché est d’aider ces États à réussir les réformes engagées dans le domaine économique, commercial, technique, social, culturel et éducatif. Au-delà de ce soutien, il s’agit pour la Turquie de s’assurer dans ces États une zone d’influence à la mesure de ses ambitions politiques, économiques et cul­turelles.

Les principales réalisations

Parmi les principales réalisations signées par TIKA, on retiendra, en 1992, l’organisation, à Ankara, d’une conférence rassemblant des linguistes venus de plusieurs pays turcophones. Cette conférence avait pour objet de débat­tre des projets de coopération linguistique entres les différents États dotés d’une langue officielle appartenant à la famille turque. La même année, une autre conférence fut orga­nisée pour traiter des problèmes économiques et sociaux auxquels les nouveaux États indépendants étaient confrontés. En 1993, en coopération avec le Yüksek Öğretim Kurumu (Organisation de l’enseignement supérieur) de Turquie, la même agence organisa une rencon­tre entre des dizaines de recteurs d’universités de l’ensemble du monde turc afin de mettre sur pied des coopérations universitaires.

Dans le domaine de l’édition, la direction de TIKA, éprouvant le besoin de faire con­naître les nouveaux États au monde entier, encouragea la réalisation d’une série de livres sur l’histoire, les langues et les économies des peuples turciques. Parmi ses publications, on trouve, notamment, une revue de sciences sociales, Eurasian Studies, un bulletin bilingue d’information économique, Avrasya Dosyası et Eurasian File, et une réédition du livre de Radloff sur les stèles de l’Orkhun.

En Asie centrale, TIKA est active dans chaque État, même si le Turkménistan et le Kirghizistan sont particulièrement privilégiés grâce à la bonne entente de leurs gouverne­ments avec les autorités turques. Au Kazakhstan, l’agence s’est associée au projet de restauration du mausolée d’Ahmet Yesevi, mystique türk du 12e siècle dont la pensée religieuse a beaucoup marqué l’islam turc. Conçu pour l’ensemble des républiques turcophones, le programme « 10 000 étudiants du monde turc » lancé par le gouvernement dès 1992-93 fut soutenu par TIKA qui apporta son aide à certains étudiants venus d’Asie centrale. Enfin, il faut mentionner un projet de formation de diplomates. Il s’agissait d’une série de séminaires destinés à des jeunes diplo­mates kazakhs, kirghizes, ouzbeks, turkmènes et azéris.

Dans un registre différent, TIKA a contribué à la modernisation de la télévision ouzbèke grâce à la fourniture d’équipements récents et à la formation professionnelle dont ont béné­ficié des employés de la Uz-TV. À partir de 1993, on voit aussi cet organisme accueillir de hauts fonctionnaires de l’État ouzbek à Istanbul où il leur propose des cours de longue durée sur le fonctionnement de l’économie de marché, la comptabilité moderne, le système bancaire, les méthodes statistiques, etc33.

L’agence TIKA, dans sa conception même, est assez représentative de la vision qu’avait la Turquie du monde turcophone à la fin de l’ex empire soviétique. Persuadées que les retrouvailles entre les « frères turcs » allaient déboucher sur la création d’un vaste ensemble culturel, économique et même politique, les autorités turques avaient beaucoup d’ambi­tions pour cet organisme. Presque dix ans après l’indépendance des États à destination desquels est orientée l’action de TIKA, force est de constater que les fondateurs de l’agence avaient vu trop grand. En effet, les moyens de financement de la Turquie, et, par corollaire, de TIKA, ne sont pas à la hauteur des ambi­tions affichées. Les agences occidentales -américaines, allemandes, canadiennes ou suédoises- ont des moyens autrement plus importants pour assister ces États dans leur transition vers l’économie du marché. Enfin, il convient de noter que certaines des républiques, en particulier l’Ouzbékistan, ne sont pas particulièrement demandeuses de coopération avec la Turquie.

Notes

1 Voir en annexe les différentes données géographiques et humaines des États d’Asie centrale.

2 On compte, au début 2000, approximativement 24 millions d’habitants en Ouzbékistan, 18 millions au Kazakhstan, 5 au Kirghizistan et 4 au Turkménistan

3 Voir l’article d’Alexandre Huet dans le présent dossier.

4 Olivier Roy, « Les républiques musulmanes de l’ex-URSS », Les Cahiers de l’Orient, n° 41, 1993, pp. 17-27.

5 Sur la question de l’enclavement de la région, voir Pierre Chuvin et Pierre Gentelle, Asie centrale, l’indépendance, le pétrole et l’islam, Paris, Le Monde-Poche, 1998, 187 p.

6 La forte tendance à la baisse des prix du coton sur les marchés mondiaux n’arrange guère les choses.

7 Atilla Artam, Türk Cumhuriyetlerinin Sosyo-Ekonomik Analizleri ve Türkiye İlişkileri (Analyses socio-économiques des Républiques turcophones et leurs relations avec la Turquie), Istanbul, Türkiye Milli Kültür Vakfı, 1993, p. 12.

8 Aynur Coşkun, “Türkiye Cumhuriyetinin Avrasya Ülkeleri ile Olan Diplomatik İlişkileri” (Relations diploma­tiques entre la Turquie et les États d’Eurasie), Bilig, n° 2, 1996, pp. 23-33.

9 Zakir Avşar, Ferruh Solak, Türkiye ve Türk Cumhuriyetleri (la Turquie et les Républiques turques), Istanbul, Vadi Yayınları, 1995, p. 56.

10 Ibidem.

11 Cf bulletin du DEIK (Dış Ekonomik İlişkiler Kurumu, la Fondation pour les Relations Economiques Extérieures) voir www.deik.org.tr

12 Turan Aydin, “Türkiye ve Orta Asya Türk Cumhuriyetleri Arasında Ekonomik İlişkiler” (Relations économiques entre la Turquie et les républiques turques d’Asie centrale), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 795-799.

13 Orah Morgil, “Türkiye ile Türk Cumhuriyetleri Arasında Ekonomik İşbirliğinin Geliştirilmesi” (Développement de la coopération économique entre la Turquie et les Républiques turques), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 773­777.

14 Emin Çarıkçı, “Türk Cumhuriyetlerinde Ekonomik Gelişmeler ve Türkiye’nin Katkıları” (Les évolutions économiques dans le monde turc et les contributions de la Turquie), Yeni Türkiye, n° 15, 1997, pp. 765-772. L’auteur de cet article se base sur des données du Dış Ticaret Müsteşalığı, 1997

15 Cf., en annexe les séries statistiques complètes des échanges commerciaux bilatéraux entre la Russie et la Turquie.

16 Qu’il suffise de noter ici que, depuis 1988, la Turquie importe autour de 55-60 % de son gaz naturel de Russie (source : secrétariat d’État au commerce extérieur turc). Avec la mise en service, dans l’avenir, du blue stream (gazoduc sous-marin Russie - Turquie) et la consommation exponentielle de gaz en Turquie, les volumes sinon ces proportions devraient considérablement augmenter. Cf. article d’Alexandre Huet.

17 Turan Aydin, art. cité.

18 Les tableaux relatifs aux relations économiques bilatérales figurent en annexe du dossier.

19 Pour l’ensemble du commerce extérieur de la Turquie, voir les bulletins du DEIK, Dış Ekonomik İlişkiler Kurumu, disponibles soit dans leurs locaux de la rue İstiklal soit sur Internet : www. deik. org. tr

20 Chiffres extraits d’un document de travail, Kırgızistan Cumhuriyetinin Sosyo-Ekonomik Durumu (Situation socio- économique de la République du Kirghizistan), fourni par le service économique de l’Ambassade de Turquie à Bichkek. Entretien avec le conseiller économique, Bichkek, avril 1999.

21 Kırgızistan Cumhuriyetinin Sosyo-Ekonomik Durumu, source citée.

22 Les publications de l’association des hommes d’affaires turcs, UTID Haber Bülteni, contiennent parfois des données intéressantes sur les liens économiques turco-ouzbeks. La même association, basée à Tachkent, a fait paraître un guide économique sur l’Ouzbékistan. Les principales publications de cette association sont envoyées en Turquie et distribuées dans les plus grandes bibliothèques, dont celle du DEIK.

23 La différence entre le cours officiel du soum et le cours au marché noir varie considérablement. Ainsi, en avril 2000, le taux officiel était de 236 soum pour un dollar alors qu’au marché noir il s’échangeait à plus de 800 soum pour un dollar.

24 Voir les chiffres du DEIK.

25 Voir encadré sur les associations des hommes d’affaires turcs en Asie centrale.

26 Entretien avec Yusuf Yılmaz, président de l’association, Tachkent, plusieurs rencontres en 1998 et 1999.

27 Entretien avec Ali Badem, numéro deux de l’UTID, Tachkent, juillet 1999.

28 Entretien avec Hüseyin Muslu, secrétaire général de la KITIAD, Bichkek, avril 1999.

29 Voir encadré sur l’agence TIKA.

30 Entretien avec İlhan İldeniz, Almaty, avril 1999.

31 Sevim Ulaş, “Türk Dünyasında Uluslararası-Kurumlararası Bir Köprü : TIKA” (TIKA : une passerelle entre les États et les organismes dans le monde turc), Anayurttan Atayurda, yıl 1, cilt 1, n° 4, 1993, pp. 68-71.

32 Avrasya Dosyası, Haziran 1997, Özel Sayı.

33 Entretien avec Keman Özdemir, responsable de l’agence TIKA à Tachkent, novembre 1998.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search