Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Note sur la transcription suivie

Texte intégral

1Nous avons généralement suivi dans nos transcriptions du turc ottoman les principes adoptés par le dictionnaire Redhouse (Redhouse yeni türkçe-ingilizce sözlük, 8e éd. 1986). Nous indiquons les voyelles longues dans les mots d’origine arabe par l’accent circonflexe. Le ayn et le hamza seront signalés par une apostrophe. En ce qui concerne les noms propres et les noms de lieux qui ont cours après l’adoption de l’alphabet latin par la république de Turquie, nous retiendrons l’orthographe du turc actuel. Enfin, nous laisserons aux mots les plus courants (janissaires, sultan, vizir...) leur forme francisée, de même qu’à certains noms de villes ou de pays.

2En ce qui concerne la prononciation de certaines lettres du turc actuel, on reprendra en partie « la note sur la transcription » de Robert Mantran dans l’ouvrage Histoire de l’Empire ottoman (Fayard, 1989).

3Les lettres suivantes se prononcent comme en français : a, b, d, f, i, j, k, l, m, n, o, p, r, t, v.

4E est un è « ouvert » comme dans « mère ».

5I (i sans point) est une voyelle intermédiaire entre i et é.

6Ö se prononce « eu » ; u se prononce « ou », ü se prononce comme « u » dans « tu » ; c se prononce « dj » ; ç se prononce « tch » ; g est toujours dur comme dans « gare » ; g (yumushak g) ne se prononce pratiquement pas ; h est fortement aspiré ; s est toujours dur comme « ss » dans « passant » ; s se prononce « ch » ; y est toujours consonne et ne se fond pas avec le voyelle ; z se prononce comme le « z » français dans bazar.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search